Soutenez le forum !
1234
Partagez

Rouler sous la table [Akimichi Chi]

Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Sam 16 Avr 2022 - 14:43
Eté 204

Le Pays du Feu fut la première grande nation Ninja, à l’exception de son berceau natal Kiri, où l’Anaï mit les pieds. Si elle ne comptait pas passer par la Capitale de cette nouvelle faction que l’on appelait Teikoku, les paysages de Hi était un passage obligatoire en direction de Kaminari. C’était au final un paysage qui lui rappelait quelque peu la maison. Les forêts à perte de vue, des sommets montagneux à certains endroits, une faune diverse. Il ne manquait que la mer à trois-cent-soixante degrés autour de soi.

La Céleste réalisait la route à pied avec un gros sac à dos reposant sur ses épaules. Ses cheveux long bruns détachés au vent et une démarche régulière. Elle avait hâte d’arriver à Kumo puis de retourner à Hayashi auprès des Moines. Elle était habillée très légèrement, ne portant absolument aucun haut et un simple short en termes de bas. Ses avant-bras portés des bandes de lin légèrement noirci par la journée de voyage. Son visage était légèrement maquillé, gardant un aspect naturel. L’astre solaire se dirigeant par ailleurs lentement vers l’horizon, signifiant une fin de journée. Il était temps pour Eyana de trouver un endroit où prendre le gite et le couvert. Les journées de voyage étaient souvent solitaires et ennuyeuses alors que le moment du repos était pour la Mizujine l’occasion de partager anecdote et historiette avec les autres nomades.

Les mirettes de l’Anaï furent attirées par une auberge sur la route, en fin d’après-midi. Non loin de la Capitale esquivée par la voyageuse. La soirée semblait à l’évènement avec une affiche aguicheuse.

« Concours de nourriture, le repas et le dortoir est gratuit pour le Champion du soir. »

Lorsque l’on commence à parler à Eyana de nourriture gratuite, son cœur s’ouvre et elle se tient prête à de nombreuses concessions. Même si elle souhaitait encore marcher une ou deux heures, son égo était piqué à vif et il était l’heure pour elle de défendre l’honneur de sa mère patrie en mettant à l’amende les citoyens du Feu.

S’engouffrant dans la bâtisse, l’intérieur était plutôt rempli, visiblement l’évènement attirait beaucoup de monde et les profils étaient nombreux et atipyque. Cette auberge-relais était elle une référence pour ceux de passage ? La Kirijine l’ignorait, c’était son premier passage à Hi No Kuni. Le lieu était cependant organisé avec une grande table centrale autour de laquelle était arrangés l’ensemble des boustifailleurs de la soirée. Cela ne semblait pas encore avoir commencé. Et toisant d’un regard mauvais l’ensemble de ses concurrents, elle allait prendre sa place. C’était elle qui allait manger gratuit ce soir.

Les règles étaient simples : Arrêter de manger ou prendre trop de retard veut dire payer. Le dernier survivant ne paye pas.

Attirant quelques regards, la Céleste allait prendre place dans un coin de la table encore non occupé, de façon à avoir de l’espace vitale. Elle déposait son sac à ses pieds et prenait un chignon pour attacher ses cheveux. En combat ce n’était pas nécessaire, la nourriture par contre, c’était quelque chose de sérieux et il fallait donc forcément s’attacher les cheveux. Elle posait ensuite les deux coudes sur la table et commençait à se préparer mentalement à l’épreuve qui allait pointer le bout de son nez.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Sam 16 Avr 2022 - 18:26
Encore et toujours marcher. Et tout ça pourquoi ? Pour aller chercher les meilleures affaires dans un village avoisinant la capitale.
« J’ai mal aux pieeeeeeeeeeeeeds. »
C’était la grosse sortie de la semaine. Le clan Akimichi n’était pas à plaindre mais la famille de Chi ne roulait pas sur l’or, bien au contraire. Faute à qui ?
« Si tu avais un travail et ne vivais pas encore aux chevets de tes parents à ton âge nous n’aurions pas besoin d’aller si loin ! »

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Pic_de10
Akimichi Chû, mère de Chi


Et voilà les reproches. C’était tout ce que Chû, la mère de Chi, savait faire lorsqu’elle s’adressait à lui. Ce n’était pas sa faute si personne ne voulait bien l’accepter.
« Tout le monde refuse de me prendre car ils savent que je leur ferais de l’ombre par mon efficacité. »
Chi en était persuadé. Il n’avait jamais raté un entretien d’embauche. Les employeurs étaient juste jaloux. Ils savaient qu’avec un charisme comme celui de Chi il ne faudrait pas longtemps avant qu’il ne soit sur le devant de la scène et prenne leur place. Donc ils préféraient le refuser pour prendre moins bon que lui, mais moins dangereux.
« Et puis papa aussi il ne fait rien à la maison… »
Un regard noir, il n’aurait jamais dû dire ça, il le savait.
« Maintenant tu te tais ! Regarde ton frère ! Il est beaucoup plus jeune que toi et il avance sans râler lui au moins. »
Chi le savait, sa mère préférait Chô, son jeune frère. Il ne lui en avait jamais voulu pour ça, lui aussi il adorait son petit frère. Pourquoi ne pas détester celui qui était le préféré ? Tout simplement car Chô était bien le seul à considérer Chi pour sa juste valeur.
« Courage grand frère ! On est bientôt arrivé ! »

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Dc9fyvn-0acd95dd-1f62-4646-8479-34267c53c7ea.png?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7InBhdGgiOiJcL2ZcLzg0ZGMxM2I3LWEyZTctNGI0NS04M2VjLTMxMWU3MmU4MjkwMFwvZGM5Znl2bi0wYWNkOTVkZC0xZjYyLTQ2NDYtODQ3OS0zNDI2N2M1M2M3ZWEucG5nIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmZpbGUuZG93bmxvYWQiXX0
Akimichi Chô, petit-frère de Chi


Ils formaient donc un trio. La mère et les deux enfants. Chaque semaine ils se rendaient dans ce petit village non loin de Urahi car il accueillait un marché attirant beaucoup d’agriculteurs du pays du Feu. Et les prix étaient très attractifs. Par manque d’argent ils étaient bien obligés de venir ici pour pouvoir subvenir à leurs besoins. La vie était trop chère à la capitale. Et il fallait bien dire qu’ils étaient colossaux étant une famille de quatre Akimichi bien portants. Et Chi n’était pas en reste, ce devait être le plus en forme de tout son clan même. Si bien qu’au sein même de ce dernier on se moquait de lui. C’était un comble et pourtant le pas encore soldat avait réussi cet exploit.

En parlant de ça Chi eut un petit creux, ils avaient tant marché et il ne durerait pas tout le trajet retour avec tous ces sacs sans grignoter un peu. Mais hélas il ne fut pas assez discret pour que sa mère ne le voit pas.
« Chi !!! Qu’est-ce que je t’ai déjà dit !! C’est pour demain ça ! »
Mais Chi n’était pas un jeune enfant sur qui on pouvait crier dessus sans qu’il ne dise rien. Il avait sa fierté d’homme après tout, qu’il vive encore chez sa mère à presque quarante ans ne changeait rien.
« Mais j’ai besoin d’énergie tu sais bien ! On fera comment si je tombe dans les pommes pour hypoglycémie pendant le trajet ?! »
La réponse s’arracha aux lèvres de sa mère sans même qu’elle le veuille.
« Pfff… Bon débarras ! »
Qu’avait-elle dit ? Une mère ne pouvait pas ainsi parler de son fils, même sous le coup de la colère.
« Quoi ? Comment… »
Il n’eut même pas le temps de rétorquer. La daronne avait la marmite déjà à deux doigts d’exploser après une journée à entendre fils ne faire que râler. Elle comptait bien assumer ses paroles maintenant.
« Tu n’es qu’un bon à rien Chi ! Un parasite, une sangsue. Quand nous ne seront plus là on devrait pouvoir compter sur toi pour t’occuper de ton petit frère mais tu ne sais même pas t’occuper de toi ! »
Ces paroles faisaient mal. Surtout lorsqu’elles venaient de sa mère. Était-ce la vérité qui blessait ? Chi n’aurait jamais l’admettre.
« Puisque c’est comme ça je m’en vais et je vais me débrouiller tout seul ! »
Chi lâcha les affaires et commença à rebrousser chemin sans même savoir où aller.
« Non Chi ! »
Son petit frère était inquiet. Il y avait souvent des disputes mais de là à ce que Chi fugue, jamais. Il se serait peut-être ravisé, n’ayant aucun endroit où dormir, rien à manger et pas d’argent. Mais les bras légers qu’il venait d’obtenir en lâchant les affaires venaient de le motiver. S’il ne rentrait pas avec eux alors il rentrerait plus léger. Il avait juste à bouder un peu et attendre quelques minutes.
« T’inquiète pas petite frère. Je vais lui montrer que je peux me débrouiller tout seul. »
Un regard plein de détermination et la poitrine haute. Chi était un modèle pour son petit frère.

Sa mère vint ramasser les sachets pour les soulever comme si aucun poids n’avait été rajouté à la myriade de sacs qu’elle soutenait déjà. Elle n’était aucunement affectée par la décision de son aîné.
« Pfff ! Tu vas revenir à la maison pour manger dans quelques heures. Et tu en auras profiter pour rien porter sur le retour... »
Elle ne croyait vraiment aucunement en lui ! Même son petit frère qui était le seul normalement à ne pas le sous-estimer, s’il ne voulait pas qu’il parte c’était justement parce qu’il savait qu’il ne pourrait survivre tout seul ? S’en était assez…
« J’en peux plus. Tu ne crois jamais en moi ! Je vais vous montrer ! »
Ou alors était-il simplement énervé car elle avait vu juste sur le fait qu’il en profiterait pour ne rien porter. Mais il ne pouvait pas se ridiculiser de nouveau, il tiendrait parole cette fois.
« Très bien alors écoute. Cette fois c’est simple. Si tu reviens à la maison, soit tu t’engages dans l’armée de l’empire, soit je te vire ! C’est bien compris ?! »
Le blanc. Chi fut directement sous le choc. La situation prenait une tout autre tournure. Non, pas l’armée, tout sauf ça, il devait rattraper le coup.
« Mais m’man ? »
Il était trop tard. Furieuse, Chû avait déjà commencé à partir en accélérant le pas. En plus de porter toutes les affaires elle tira son cadet Chô en le tenant fermement par le poignet.

En quelques secondes, Chi s’était retrouvé seul au milieu du chemin, abandonné. Il mit plusieurs minutes à s’en remettre. Il était loin d’être des plus motivés, ni des plus vaillants. Mais là, l’échec signifierait l’armée. Il ne pouvait pas. Il n’avait juste qu’à réussir à survivre une nuit, ce n’était pas la mer à boire, pas vrai ?

Il vagabonda toute la journée. Il était tombé sur quelques fermiers et restaurateurs. Il s’était présenté et avait proposé de faire la vaisselle ou autre corvée en échange du gite et du couvert. Il n’avait eu droit qu’à des refus secs. Encore une fois, ils avaient peur que Chi ne se démarque trop par rapport à eux. Il n’en pouvait plus, le soleil commençait à se coucher quand une lueur d’espoir raviva son envie et surtout… Sa faim.
« Un concours de bouffe ?! Celui qui gagne mange et dort gratuitement ! »
Il s’extasiait devant l’annonce qu’arborait cet établissement. Et cela semblait déjà ameuter pas mal de monde. C’était son jour de chance, un miracle même. En ces terres, en ce monde, aucune chance que quelqu’un puisse un jour le battre sur ce terrain. Même son père ne faisait pas le poids face à lui, absolument personne n’aurait pu.

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Mlq9

« Yoooooooooooooooooosssh. »
Cela l’avait surmotivé. Il songeait déjà à la récompense et à la tête de sa mère qui finalement devait sans doute s’inquiéter. Bien fait pour elle, pensa Chi.

Alors ce fut sûr de lui que Chi avança comme un seigneur, poussant les curieux qui n’auraient pas fait attention à son approche.

Rouler sous la table [Akimichi Chi] 84f9

« Pas besoin de chercher plus longtemps ! Votre champion est là ! »
Une entrée pour le moins fracassante. Et de quoi mettre la pression aux concurrents. Enfin, pouvait-on vraiment les appeler comme ça sachant qu’ils n’avaient aucune chance ?
« C’est quoi ce bordel ?! »
« N’importe quoi pfff… »
La réaction fut immédiate. Deux participants s’étaient levés, consternés et agacés. Ils étaient les plus lucides. Face au petit Chi qui faisait exprès de bien sortir son ventre, ils comprirent qu’ils n’avaient aucune chance. Eux au moins ne gaspilleraient pas leur argent ce soir. Les autres restaient, tant pis pour eux.

Chi allait prendre leur place quand il vit un petit bout de femme. Elle semblait comme perdue, était-elle des concurrents ? C’était impossible. Chi comprit de qu’il devait s’agir. Et comme il n’était jamais de trop de lier l’utile à l’agréable il prit place à côté d’elle.

Grand romantique qu’il était, il ne perdit pas de temps pour s’attaquer à son deuxième met favoris en cette terre.
« Salut ! Je m’appelle Chi ! Tu dois être l’arbitre toi. »
Comment aurait-il pu en être autrement, elle semblait avoir le visage fermé. Un trait de neutralité souvent nécessaire chez ceux qui avaient ce rôle. Puis il vit. Son regard se posa forcément sur ce trait de féminité qui attirait tant d’hommes. Si la plupart des femmes les cachait à la vue de tous ce n’était pas son cas. Elle était torse nu, ou plutôt seins nues. Si ses tatouages aidaient ils ne suffirent pas à les masquer à la vue d’un regard fin comme celui de l’Akimichi. Une femme se trimballant comme ça ne devait chercher qu’une seule chose, surtout dans ce genre d’établissement.

Il se rapprocha d’elle pour lui susurrer quelque chose que seule elle pourrait entendre, le brouhaha de masse aidant.
« Quand j’aurais gagné tu pourras venir dans ma chambre si tu veux. Une nuit gratuite ça ne se refuse pas, pas vrai ? »
Je vous l’ai dit : un grand romantique. Un clin d’œil et un sourire salace pour saupoudrait le tout et vous aviez là le cocktail parfait pour que le mental de l’Akimichi soit bien associé à son physique. Un gros lourd quoi. Il espérait juste qu’elle soit gratuite, il n’avait pas de quoi rémunérer sa prestation.

Le patron, bien tapis dans l’ombre derrière la foule, ricanait en imaginant tout l’argent qu’il allait amasser ce soir. Oh… Un détail, et pas des moindres, qu’avait oublié l’Akimichi. Il n’avait pas d’argent. S’il perdait, ça ira d’autant plus mal pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Dim 17 Avr 2022 - 4:04


Si la soirée partait pour être une épreuve de concentration, de détermination et de viol des organes digestifs des différents participants, c’était sans compter l’arrivée du spectacle de la soirée. L’animateur en chef étant une sorte de nabot obèse ayant un taux de masse grasse supérieur à la composition en eau de son corps. Il se dandinait en avançant et semblait se déplacer par propulsion abdominale plutôt qu’à l’aide de ses jambes et il fallait bien entendu que ce soit à côté de l’Anaï qu’il vint s’installer, laissant dans l’atmosphère une odeur de chien mouillé malgré le fait que la journée ait été parfaitement sèche.

Si la Céleste restait concentrée et plutôt absorbée par l’onirisme du plaisir gustatif qui allait venir. Elle ne put s’empêcher de sentir, lors d’une respiration par le nez, l’haleine de la puce bouffie s’agitant à côté d’elle. Il s’appelait Chi et il la prenait visiblement pour l’arbitre.

Eyana : « Anaï Eyana et parce que vous pensez qu’une femme ne peut pas être une participante ? »

Encore probablement un pansu misogyne pensait la combattante. Vu son physique, le seul effort physique de la journée du rondouillard avait été de se lever du canapé et de monter sur le tabouret pour participer au concours de victuailles. S’en suivait des propos égrillards au sujet d’une invitation de la chambre gratuite. Si Eyana pouvait, par pitié envers un homme en misère sexuelle, coucher avec lui afin de lui apporter un peu de bonheur dans sa triste vie, le combo disgracieux de l’haleine et de l’odeur de chien était malheureusement rédhibitoire, ou bien il allait falloir beaucoup de Sake.

Avant même que la Kirijine ne put répondre, un individu pénétrait par le biais de cuisine juste à côté des deux protagonistes dans la pièce. Quelques applaudissements purent se faire entendre dans la pièce et l’un des cuistot, visible depuis la pièce lança l’introduction de l’homme.

Chef de Salle : « Mesdamessssssssssssetmessssssssssssssssieurs veeeeeeeeeeeuillez accueillir nooooooooooootrreee chammmmmpiooooooooon Fujukawara Koharoooooooo !! Et zéééééééé parti ! »


Rouler sous la table [Akimichi Chi] Donova12
Fujukawara Koharo – Déserteur de Kiri et Pillard de Hi No Kuni

Une sorte d’énorme montagne de muscle et de gras, il avait une masse graisseuse équivalente au joufflu siégeant à côté de l’Anaï et une masse musculaire équivalente à sa masse graisseuse tout en mesurant au bas mot, deux mètres. Pénétrant dans la pièce, il affichait un grand sourire avant de poser son regard sur Eyana et Chi. Agrandissant sa banane, il était possible de voir une dentition avec de nombreux trous, à se demander comment il faisait pour manger prestement.

Le Champion, avant de rejoindre son siège venait se glisser au niveau de Chi, dont il avait interrompu la phrase enjôleuse à l’attention d’Eyana. Le Géant venait tâter la brioche de l’Akimichi en affichant son plus beau sourire charmeur.

Koharo : « Toi.. Ti é vraiment mignon, une fois le concours terminé, nous pourrons prendre un petit verre, tu verras que j’ai l’étreinte réconfortante. »

L’ironie de la situation ne put empêcher d’arracher un rire à la Céleste qui fixait Chi de son regard aigue marine. Elle venait accentuer la proposition indécente du grand dadé d’une petite pique à l’attention du bedonnant plus modeste.

Eyana : « Je suis sûre qu’il en serait ravi, il me déclarait justement chercher de la compagnie pour la nuit. »

Koharo ne pouvait sourire plus à la mention des envies de chaleur humaine de son crush de la soirée. Il s’imaginait visiblement déjà la nuit de plaisir qui l’attendait en compagnie du petit porc à l’odeur de caniche humide.

Koharo : « Et je me ferais un plaisir de le garder bien au chaud contre moi… Héhé… »

Glissant son meilleur clin d’œil à l’attention de l’Akimichi, le Champion allait rejoindre sa table personnelle après sa réponse où il avait visiblement ses habitudes. Assez rapidement des marmites commencèrent à être amené en salle alors que l’ensemble des concurrents étaient désormais installés autour de la grande table centrale. Plusieurs hommes avaient d’ailleurs pris place autour d’Eyana et de Chi et la salle était pour ainsi dire plutôt bondée.

Chef de Salle : « La première épppppppppppppreuuuuuuuuve ! Le LITRE de soupe MISOOOOOOOOOOOOO ZE PARTIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!! »

Révélant les marmites, le personnel de l’établissement venait disposer d’énorme bol devant les participants et remplissaient ces bols d’une quantité absolument astronomique de soupe miso dans laquelle des morceaux de légumes de la taille d’un poing étaient encore en train de mijoter. Il y avait là l’hydratation d’une journée et les cinq fruits et légumes recommandés par la haute autorité de la santé du Yuukan.

Sans plus attendre, l’Anaï venait saisir son bol et se mettre à la tâche, elle allait tenter d’aspirer tous le jus d’un coup avant de s’attaquer au solide.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Dim 17 Avr 2022 - 17:19
Une participante ? Elle ?

Akimichi Chi ne put cacher son étonnement. Que racontait-elle ? Elle devait à tout casser faire le poids d’un seul de ses bourrelets. Et encore, à jeun. Chi avait beau ne pas être celui qui avait le plus gros QI, c’était d’ailleurs bien la seule chose qu’il n’y avait pas de démesurément gros chez lui, il avait un minimum de logique. Et la logique indiquait ici qu’elle n’avait aucune chance face au monstre de gras qu’était l’Akimichi. Elle était si mince qu’elle aurait pu passer dans ses intestins sans même en toucher les bords.
« Bah… Euh …. Ah… C’est-à-dire que… »
Chi ne put que bégayer face à la question. Puis il roula des yeux ne préférant rien dire d’autre. Elle n’avait qu’à participer si elle le souhaitait, ce serait sans aucun doute la première à tomber. Si elle voulait se ridiculiser après tout, tant pis pour elle. Aussi mignonne soit elle si Chi détestait bien une chose et c’étaient les femmes qui semblaient de mauvaise humeur. Cela pouvait très vite les rendre aussi laides que leur caractère. Puisque c’était comme ça, il l’humilierait en bonne et due forme. Parce que contrairement à elle, l’empâté était déjà prêt pour ce genre de bataille.

Chi avait la réputation d’être interdit d’entrée dans les buffets à volonté de la capitale. Son portrait était même accroché dans certains d’entre eux. Et on ne parle pas ici de n’importe quel à volonté. Non, des restaurants coutumiers des Akimichi, au sein même de leur quartier. La famille de Chi avait pour habitude de manger dans ce genre d’établissement lorsqu’il était enfant. Car c’était le plus rentable. Dans tous les autres restaurants un menu complet ne représentait qu’un amuse-bouche pour eux. Mais Chi lui… Même enfant, il avait fait fermer plusieurs d’entre eux plus tôt car ils n’avaient plus de stock. Sa mère les avait d’ailleurs accusés de faire de la publicité mensongère. Et oui, pourquoi dire à volonté si on pouvait parvenir à finir les stocks de la journée ? Cela faisait bien parti des rares fois où sa famille avait était fier de lui car ils avaient pu partir sans payer en dédommagement. Mais c’était de l’histoire ancienne.

Il fut sorti de ses pensées lorsqu’un mastodonte débarqua dans la salle. Plus que ça même c’était un étalon, comme pouvait le témoigner son…

Chi faillit vomir. L’homme avait un sexe si proéminent qu’un relief était facilement visible au milieu du pantalon de la créature à la peau foncée. S’étendant de l’entre jambe jusqu’à presque le genou, Chi du bouger la tête pour pouvoir parcourir des yeux toute la longueur de l’appareil. Et le bougre n’avait pas les jambes courtes. Le pantalon était si serré qu’on aurait pu penser qu’il allait craquer à chacun de ses pas et libérer le monstre. Mais ce n’était pas possible, il faisait exprès ou quoi ?

Chi croisa son regard.

Oh non ! Si jamais il avait vu qu’il regardait cet endroit il allait s’imaginer des choses. Chi se mit à regarder le plafond, n’attendant même plus la réponse de cette femme qui de toute façon devait avoir fait vœu de chasteté ou encore une connerie du genre pour préserver la pureté de son corps et de son âme blablabla.
Puis d’un coup : un frisson.

C’était l’homme qui s’était approché de Chi, ce fameux champion en titre du restaurant. Il avait posé une main sur lui alors que…
« Ahhhhhhhhhhhhhhhh. »


D’un réflexe d’auto défense, Chi fit grossir son ventre ce qui fit valdinguer la table devant lui et la plupart reculèrent eux aussi par réflexe ne comprenant pas ce qu’il s’était passé. Si personne n’avait rien vu Chi l’avait senti ! Lui qui pensait que ce Koharo avait posé une main sur lui. Vous pouvez imaginer sa surprise quand il constata que l’homme avait bel et bien ses deux mains libres. Alors il devina de façon perspicace, et surtout avec horreur, ce qui avait frôlé ses côtes.

Une remontée, renforcée par la proposition indécente de cet homme qui était autant horrible par son comportement que par sa tronche. Non mais sérieusement, cette dernière semblait s’être fait lapider à plusieurs reprises. Chi partit en courant vers les toilettes. Il ne réussit pas à vomir, mais il resta plusieurs secondes la tête au-dessus de la cuvette.

Tout le monde semblait un peu perdu dans la salle, c’était à l’organisateur de reprendre les reines alors que des employés s’attelaient déjà à remettre le mobilier en place.
Chef de Salle : « Oh euh… Je ne sais pas ce qu’il s’est passé… Mais ce n’est pas grave les amis ! Cela fait aussi partie du spectacle !!!! Rien ne pourra gâcher notre merveilleux buffet ! Vous êtes prêts ?! LEEEEEEEEEEEEEEEEEEEET’S GOOOOOOOOOO !! »
Même si le Kirijin ne semblait pas avoir comprit non plus, il se permit une petite observation qui aurait eu la capacité d’encore plus répugner l’Akimichi.
Koharo : « Y doit y être timide li mignon héhéhéhéhé. »
Un rire graveleux et plein de sous-entendu. Entendre ça aurait finit de faire vomir l’Akimichi. Heureusement quand il revint dans la salle principale le détraqué sexuel à la banane aussi grande que dangereuse (et ici on ne parle pas de son sourire) était installé un peu à l’écart. Chi reprit place à côté de la désagréable demoiselle et faisait tout pour garder le visage digne.

Il ne pouvait pas abandonner, même s’il avait envie de fuir loin de ce fou il devait sortir victorieux afin de pouvoir passer une nuit en dehors de sa demeure familiale.
« Juste une nuit, juste une nuit, juste une nuit… »
Il se répétait ça à voix basse, son visage recroquevillé dans son quintuple menton, comme une prière. Il faisait tout pour ne pas regarder devant lui et ne pas poser son regard sur celui du champion, ou pire encore sur… Bref, il fallait penser soupe !

Et lorsque la part de Chi arriva ce fut avec une détermination sans pareille qu’il empoigna le récipient. Il le prit comme un amant qui aurait saisi sa femme après plusieurs années de réclusion. Il leva le récipient comme s’il ne pesait rien, car malgré tout Chi avait énormément de force. Et il le bascula d’un coup sec au-dessus de sa bouche grande ouverte. Liquide, algue, champignons ou cube de tofu peu importait, il fit tout descendre comme si de rien était. Il ouvrit son œsophage comme si c’était une simple porte et il déglutit seulement deux fois car la capacité de sa gueule béante avait tout de même une limite.

Ce fut donc en deux énormes gorgées que Chi venait de finir cul sec cette entrée qui n’était que pour lui un humidificateur de son appareil digestif. De quoi préparer la panse aux choses sérieuses. Il posa avec vigueur le récipient vide sur la table ce qui le fit résonner dans toute la salle. Les regards se tournèrent vers lui, s’en était finit de la rigolade. Il posa un regard à sa droite avec un sourire des plsu narquois. Là devait sans doute se trouver ce petit bout de femme qui aurait pu être callé rien qu’en mangeant un cube de tofu. Chi, lui, n’aurait même pu dire s’il y en avait eu. Il avait tout fait rentrer sans réfléchir et c’était descendu d’un coup. Il voulait voir comment elle s’en sortait mais nul doute qu’elle devait galérer, il en était certain. Il aurait aussi bien jeté un œil au détenteur du titre mais il n’osait plus… Pas après ce qu’il avait vu… Et ce qu’il avait senti.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Dim 17 Avr 2022 - 20:27


L’Akimichi avait manqué de faire valdinguer la table et donc l’ensemble du concours de nourriture avec son énorme panse plus digne d’un panda que d’un être humain. La puce bouffie avait en effet été en contact qu’avec l’énorme branche de chêne que le Champion possédait entre les jambes. Eyana ne pouvait qu’écarquiller les yeux en remarquant la marque d’un étalon qui pouvait certainement lui garantir une nuit de plaisir contrairement au microzboub que Chi devait dissimuler entre deux bourrelets. Elle s’imaginait déjà à quatre pattes, à avoir les yeux qui se retournent dans leurs orbites tellement le gigantesque monstre de chair et de sang la menait au plaisir ultime. Elle n’avait connu qu’un homme qui devait avoir quelque chose d’aussi gros et cela devait être Suijin.

Visiblement charmé par l’individu après ne pas avoir pu détacher son regard de l’arme de destruction massive du Pirate, le joufflu partait se cacher dans les toilettes face à la fièvre de la situation. Je le comprenais et l’enviait, visiblement, Koharo à défaut d’avoir un fasciés attirant, avait surtout des goûts particuliers en matière de partenaire sexuel et Chi rentrait dans tous ses critères.

Eyana : « Je pense qu’il est incapable de supporter une drague aussi directe, il faut être doux avec lui. »

L’hameçon était lancé et alors que l’ensemble des soupes étaient servies, je pouvais voir le Champion dévorer l’Akimichi du regard alors qu’il retournait à sa place pour lancer les hostilités.

Eyana avait un sourire impossible à effacer sur son visage. L’amusante situation générait dans la combattante un intérêt pour toute cette soirée qui allait au-delà du simple concours de nourriture, elle voulait désormais voir le Champion et l’Akimichi partageait la nuit et elle n’aurait donc aucune limite à accomplir son objectif. L’odeur de chien mouillé à côté d’elle ne put cependant la préserver d’un certain dégoût à l’approche de la soupe à venir. Elle allait devoir se boucher les narines pour résister à l’impression d’avaler un liquide provenant de la fourrure d’un vieux caniche en décomposition.

Lorsque le litre fut versé face à elle, elle prit donc le temps d’une grande et longue inspiration pour se donner envie à la saveur plutôt que de regarder son concurrent qui avait visiblement déjà descendu son bol. En effet, l’Anaï venait saisir sa mini marmite et commençait à aspirer le jus à grand bruit mais en tournant les yeux sur Chi, elle pouvait voir le petit porc avoir glissé en seulement deux gorgées le liquide et les énormes morceaux de légumes au fond de son estomac. Le litre de soupe miso n’avait même pas tenu dix secondes face à l’odieux. Plusieurs des concurrents étaient par ailleurs déjà dégoûté à l’idée de l’issu de cet affrontement. L’Akimichi allait certainement vider des bourses ce soir ! Et pas seulement de celle de Koharo !

Mais cela n’était pas suffisant pour faire trembler la Céleste, elle avait un atout majeur dans sa manche pour la soirée et elle allait d’abord laisser l’empâté s’épuiser en mangeant trop vite. Elle le savait, c’était une attaque morale ce qu’il faisait. En restant parfaitement insensible à ses techniques unique au clan des grassouillet sur pattes, elle allait pouvoir le dominer au mental.

Une fois le litre de soupe avalé, il restait l’ensemble des légumes et la jeune femme prenait alors les légumes un par un de ses baguettes et venait les croquer pour les réduire en plusieurs morceaux avant de les avaler. C’était un combat d’endurance, pas uniquement de vitesse et elle allait préserver son estomac pour toutes les épreuves à venir.

Eyana : « Tu vas perdre petit goguenard, tu vas te faire battre par une fille et je vais t’envoyer retourner pleurer dans les jupons de ta mère avec une dette de plus. »

L’Anaï disposait-elle d’un don de prescience ? Connaissait-elle toute la situation de l’Akimichi et son défi pour la nuit. Il ne pouvait pas le savoir, de son côté, elle le provoquait parce qu’elle sentait bien que mentalement, le joufflu ne tiendrait pas sur cette épreuve à défaut de celui de la nourriture. Une fois ses légumes finis, la plupart des concurrents étaient toujours en lisse et le regard de Koharo, n’avait pas quitté Chi.

Maître de Salle : « Voilààààààààààà maintenant l’épreuve des zooooooooooooooushiiiiiiiiiii tous à vous baaaaaaaaaaguetttes !! »

Livrés par énormes plateaux de cinquante devant les candidats, les choses sérieuses débutaient. Que ce soit en maki, rolls ou classique, il y en avait pour tous les goûts et tous avaient une imposante quantité de riz. C’était l’heure pour Eyana de souffrir car elle n’était pas très sushis, mais elle allait donc tenter de mettre un coup de pression à l’Akimichi en avalant extrêmement rapidement les petites boules de riz. A coups de baguettes très rapides, elle venait se remplir la bouche et donner à peine un coup de dent avant de passer aux suivants.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Lun 18 Avr 2022 - 15:09
Chi faisait tout ce qu’il pouvait pour esquiver le regard du champion en titre. Fallait dire que si les autres concurrents étaient occupés à se battre goulument avec leur soupe ce n’était plus le cas de l’Akimichi. Il n’y avait aucune notion de vitesse et pourtant ce dernier en avait fini d’une traite, ou plutôt deux, sans objectif particulier si ce n’était celui d’impressionner. Aussi et surtout celui de narguer la petite garce qui se faisait une joie de tenter de le caser avec cette erreur de la nature comme le considérait Chi. Mais donc il n’avait pas l’occasion d’avoir son regard fixait sur son plat. Il sentait celui insistant du déserteur et ne pouvait que rouler des yeux entre le plafond et le sol pour ne pas le croiser.

Il tourna son attention vers sa "concurrente" à sa droite, bien qu’il ne la considérât pas comme telle. Devrait-elle aller aux toilettes plusieurs fois avant de finir cette soupe pour évacuer le surplus de son minuscule corps ? Il le pensait fortement. Elle était là, en train de siroter le breuvage, comme un cocktail sur la plage. Puis en suite vient le solide, elle prit les baguettes pour manger délicatement comme une princesse. Elle se croyait où ? Si c’était pour manger normalement elle avait qu’à prendre un menu et une table, pas venir participer à un concours qu’elle avait perdue d’avance.

Mais il resta bloqué sur quelques détails chez la jeune femme. Son touché, via la manipulation des baguettes, semblait si délicat. Et lorsque que ces lèvres se refermaient avec douceur mais aussi un soupçon de fermeté cela faisait frémir quelque chose chez l’Akimichi. Elle semblait si délicate et si forte à la fois. Comme une rose au épines acérées. En parlant d’épine. Elle en avait deux qui pointaient bien droit au milieu de la poitrine et Chi avait du mal à se concentrer sur autre chose maintenant. Sa poitrine était pour lui ce qu’il était lui-même pour ce Koharo… Comme une source d’inspiration.

Mais aussi attirante soit-elle, elle ne méritait sans doute pas l’affection d’un bel homme comme Chi. Alors quand elle se tourna vers lui pour lui parler après avoir enfin fini ce simple litre de soupe l’Akimichi fit mine de dormir.
« Roooooon pchiiiiiiii rooooooooooooooon pchiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. »
Par excès de zèle dans son rôle d’acteur, un filet de bave s’était installé sur le coin de son menton grassouillet alors qu’il faisait mine de dormir. La bouche ouverte à moitié avachi sur le siège qu’il menaçait de craquer à tout instant.
« Ah hé quoi ?! Tu me parles ?! »
Le plein de soupe feinta un sursaut comme s’il venait d’être réveillé. Lui, pleurer dans les jupons de sa mère ? Jamais ! Au contraire, s’il était là c’était bien pour prouver qu’il pouvait se débrouiller sans elle. Il leur montrerait, à elle, à eux, à tous !
« Et toi je vais te montrer pourquoi tu aurais mieux fait d’être à ta place derrière les fourneaux plutôt que de te mesurer à plus fort que toi. »
Chi avait aussi la provocation facile. Le défi était maintenant multiple, à elle aussi il lui montrerait. Il lui montrerait pourquoi la femme devait faire la cuisine et l’homme devait se substanter. Il lui montrerait pourquoi l’homme avait plus de force, et donc qu’il devait et pouvait manger plus. Il lui montrerait tout simplement la suprématie de son genre, car elle ne semblait ne pas l’avoir appris, si bien que…
« Mais dis moi tes parents t’ont laissé trop jeune à la rue pour que personne ne t’apprenne comment t’habiller ? Ou alors tu mise sur tes deux seuls atouts pour dormir gratuitement ? »
Il l’attaquait sévèrement. Comme rarement l’Akimichi le faisait. Il avait plutôt tendance à ignorer la critique mais là celle qu’elle émettait, même sans le savoir, était plus profonde. Ça rendait l’Akimichi mauvais, il aurait voulu la frapper même. Mais il avait à faire donc il ne pouvait ni l’ignorer ni la cogner jusqu’à qu’elle fasse moins la maligne. Il devait la battre, dans les règles de l’art de la table.
Maître de salle : « Oh oh !! Je vois que ça n’y va pas qu’avec le dos de la cuillère ! C’est ça aussi un concours de nourriture : ça se rentre dans le laaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard. »
L’animateur n’avait pas la langue dans sa poche et semblait avoir piqué son humour à son oncle dépressif. Dans tous les cas les hostilités devaient continuer.

Lorsque le plateau de sushi arriva devant Chi, ce dernier eu un large sourire. Chi aimait les choses simples, pas besoin de nourriture sophistiquée. Du riz, du poisson cru, quelques condiments. Pour lui le sushi représentait un plat parfait. Son seul bémol étant sa petite taille. Si bien qu’il rigola devant ce qui lui était présenté.
« Ahah, encore une petite entrée sympathique ! »
Il l’avait parlait à une voix plus haute que nécessaire. Son but était clairement de déstabiliser ses adversaires et pour autant il ne mentait pas. Pour lui cette petite cinquantaine ne représentait rien. Lorsqu’il vit Eyana s’attaquer rapidement à chaque pièce il eut envie de se moquer. Voilà qu’elle essayait de sprinter maintenant. N’avait-elle toujours pas saisi le foncée qui la séparait de Chi. S’il devait lui faire saisir…

Mais dans un coin de la salle il y avait quelqu’un d’autre qui jubilait. Le patron, qui jusqu’ici se faisait tout petit et continuait encore. Il ricanait, d’un sourire machiavélique plein de sens… Mais pourquoi ?

Chi leva le plateau d’une main au niveau de son visage puis le pencha d’une dizaine de degrés. Il plaça son gros doigt au bout de la première colonne de sushi puis il poussa. Il ouvrit grand la bouche et les sushis défilèrent à l’instar d’une colonne de soldats qui allaient se sacrifier au front. Une bouchée, une colonne. Il y en avait cinq. Il était tellement concentré dans sa tâche, qui fallait l’avouer était ardue même pour lui, qu’il en oublia le champion kirijin. Ceci n’arrangeait surement pas son affaire, ce dernier pouvant voir à quel point la gorge de l’Akimichi semblait sans limite pourrait avoir des idées qui donnerait plus que des nausées à Chi.

Mais ce que ne savait pas l’Akimichi, et ce que pourrait encore moins savoir ses adversaires, c’était qu’au milieu de ses colonnes de sushis s’en trouvaient quelques-uns possédant un cœur de wasabi. Rien d’inquiétant si tout le monde était logé à la même enseigne, mais ça ne semblait pas être le cas. Seulement Chi semblait avoir hérité de cette denrée empoisonnée. Mais pourquoi ? Et qui ?
« Qu ?!............ Erugh !!!! »
S’il ne comprit pas tout de suite. L’Akimichi se leva avec une quinte de toux, à deux doigts de s’étouffer tant sa gorge l’irritait maintenant. Quelqu’un pourrait-il l’aider ou sa mère aurait-elle finalement raison ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Lun 18 Avr 2022 - 17:36


La relation entre les deux concurrents virait dans une toxicité sans nom. Chi était visiblement aussi acide que gras dans son attitude, ce qui ne manquait pas d’amuser autant que d’agacer la Céleste. Si l’Akimichi était visiblement le dernier des bons à rien en ce qui concerne quoi que ce soit dont son hygiène corporelle, il était un véritable glouton et champion venu le sujet indécrottable de la boustifaille.

Il s’attaquait bien évidemment aux différences hommes femmes. Chose inexistante dans le Yuukan car tous le monde savait pertinemment que les hommes comme les femmes étaient parfaitement égaux à l’exception de leurs organes reproducteurs. Ce que disait Chi n’avait donc aucun sens et ne pouvait atteindre Eyana. Par contre, quand le gros lard venait attaquer l’Anaï sur le sujet de ses parents, ça aurait pu être la manche de trop qui allait faire perdre la face à la Kirijine et venir décoller une tarte bien sentie au joufflu. Mais elle ravala sa fierté, son égo et surtout son envie de remettre le nabot à sa place. Elle se contenta de simplement lui répondre.

Eyana : « Et toi visiblement, t’as plutôt abusé des Yakitori que de la soupe quand t’étais mioche, t’as uniquement grandi de la panse. J’imagine que ce que tu as entre les jambes ne doit pas être bien plus épais que ton petit doigt. »

Le Maître de Salle venait chauffer l’ensemble des concurrents dont les deux qui s’envoyaient pique sur pique. Eyana commençait à s’habituer à l’odeur de chien mouillé à côté d’elle au point que cela ne venait plus affecter son appétit. Les capacités d’adaptation du corps humain étaient pour elle quelque chose de toujours extrêmement impressionnant.

Si la Céleste se pensait capable d’ingurgiter ses Sushis suffisamment rapidement pour mettre la pression à la puce bouffie c’était sans compter son talent pour ouvrir grand la bouche et accueillir des formes circulaires à l’intérieur. Il avait visiblement fait ça toute sa carrière et la Mizujine comprenait tout de suite beaucoup mieux l’intérêt du Champion d’ébène pour Chi. Avec sa grosse langue et sa grande bouche, c’était probablement un monde de saveur pour quiconque pouvait faire fit de l’apparence de son partenaire.

Mais la fierté du jeune homme venait être heurté par le fait qu’il ait surestimé la profondeur et l’épaisseur de sa gorge. Monnaie courante chez les femmes tentant de satisfaire leurs amants, cela pouvait l’être aussi pour certains hommes aux pratiques globalement acceptées dans le Yuukan dont l’Akimichi allait probablement bientôt devenir coutumier alors qu’il deviendrait un homme en compagnie du Champion dans la soirée. Il commença à s’étouffer, le joufflu accuserait probablement le wasabi mais il était évident que c’était là un excès de zèle de sa part.

Eyana : « Et bah alors, on ne sait pas manger garçon ? »

Lançant sa pique pendant que le marmot de trente-six ans s’étouffait, Eyana pouffait de rire en venant prendre le temps de finir sa plâtrée de Sushi, laissant le bouffi agoniser sur le sol. Voyant qu’il était cependant sur le point de rendre l’âme comme le petit blond du jeu des trônes, les veines gonflant sur son visage sous la pression du manque d’oxygène.

L’Anaï ne pouvait vaincre ainsi un adversaire aussi pathétique. Si bien qu’une fois son plat terminé, elle venait ensuite saisir sa serviette pour se ressuyer la bouche et armer sa main gauche pour filer une bonne tape dans le dos de l’Akimichi afin de le débloquer de sa situation gênante.

Un énorme claquement se fit entendre, il fallait dire que la jeune femme avait de la puissance d’impact. S’il était débloqué, Chi en garderait probablement une bonne trace rouge. Son dos étant moins protégé par les couches de graisse, surtout penché en avant.

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Donova13

Koharo : « Héhé hi attends ji crois qui lé pas encore sauvé… »

Dans toutes les horreurs qu’aurait pu concevoir Chi et toutes les situations burlesques que pouvait rêver l’Anaï, Koharo se trouvait dos à Chi alors qu’il se redressait. Le Géant venait alors saisir le petit joufflu par l’estomac, le ceinturant en venant le redresser contre lui, frottant au passage sa branche de chêne contre l’entrefesse de l’Akimichi sur toute la longueur, aucun doute que cela allait être riche en sensation pour les deux. Il venait ensuite lui appuyer lourdement sur le plexus solaire, le pressant contre lui afin d’être sûr que le vanupied ne s’étouffe pas.

Koharo : « Hi voilà, ça ira mieux comme cela héhé… »

Avant que la scène ne puisse continuer en véritable feu de l’amour avec une tension sexuelle qui était pour ainsi dire à son comble. La porte de l’établissement venait s’ouvrir dans un énorme fracas alors que quatre shinobis pénétraient à l’intérieur. L’un après l’autre, ils prenaient des postures étranges et attiraient sur eux toutes l’attention.

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Power_10

Soldat du Teikoku « Forces militaire du Teikoku !!! Nous cherchons le jeune Chi qui a été perdu par sa maman. Il aurait fugué. C’est un nabot très gros avec une tignasse noire, il est, d’après sa mère, connu pour avoir un sale caractère et être absolument incapable de quoi que ce soit. »

Eyana posait les yeux lentement dans la direction du petit joufflu, comprenant que c’était de lui qu’ils parlaient. Sa mère le cherchait ? Elle avait donc véritablement fait un home run avec sa remarque précédente. Restait à savoir comment le reste de la soirée allait se passer alors que les Yakitoris allaient être servis.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Sam 23 Avr 2022 - 14:42
La puterelle commençait sérieusement à agacer le gros bébé de 36 balais. Il avait pour habitude d’être moqué de loin mais en général personne ne perdait son temps à venir le critiquer en face. Pas depuis qu’il était adulte du moins. En grandissant il s’était mis à inspirer à ses pairs plus de la pitié que de la moquerie. Elle, elle avait la langue acérée et piquait de sa plume les endroits les plus sensibles du morbidement obèse garçon.

Et pourtant, son physique n’allait pas avec son acide venin. Le monde n’était pas si bien fait. Derrière ce corps de déesse, dont n’importe quel homme aurait bien voulu loger pour en profiter de la chaleur, se cachait une froideur sans âme. Mais d’un autre côté, paradoxalement et d’une façon dont l’Akimichi n’aurait pu l’expliquer, il semblait que cette joute l’attirait. Le fait même d’attiser tant d’attention de la jeune femme, quelle qu’en soit sa nature, le fit sourire. Mais hélas il manquait de répartie alors il décida de se défendre d’une autre manière.

Prouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut.

Le corps un peu penché sur le côté, une fesse à peine relevée pour que le son n’en soit que plus mélodieux. Chi venait de lâcher une de ses plus belles perles au nez de la jeune femme qui dégustait des sushis dont le gout serait certainement altéré par l’odeur. Le bruit dura de si longues secondes que certains crurent à un canular. Pouvait-on vraiment péter de la sorte ? N’était-ce pas une genjutsu, un coussin péteur ? Ça ne l’était pas, Chi possédait aussi ce talent. L’odeur ne se fit pas attendre. De cette dernière un nez avancé aurait pu déterminer une quinzaine de repas différent qui s’étendaient sur les dernières 24h. Elle ne semblait pas humaine et témoignait très bien de la piètre qualité des repas de l’Akimichi. Après tout son objectif était la quantité, pas la qualité. Il aurait même été aperçu en train de manger de la pâtée pour chat un jour, mais ça semblait si invraisemblable.

Malheureusement pour lui ses voies intestinales furent l’instant d’après le cadet de ses soucis quoique… Rien n’était vraiment jamais indissociable, le champion Koharo allait l’apprendre à ses dépens.

Alors que la jeune Eyana venait de le sauver Koharo n’attendit aucune invitation pour sauteur sur l’occasion. Loin d’être totalement ignorant dans les manœuvres de premier secours ce dernier se mit derrière l’Akimichi pour effectuer une manipulation des plus classiques mais des plus efficaces pour sauver une personne qui s’étouffait. Mais il faisait un excès de zèle, et ça seuls les plus fins connaisseurs auraient pu le savoir. Car après la tape dans le dos de la seins-nues, qui était la toute première réaction à avoir, Chi avait ses voies respiratoires de nouveau libres, tout aurait pu s’arrêter là. Mais Koharo n’aurait tout de même pas manqué une occasion de se coller, et de LA coller, à l’Akimichi. Ce dernier compris que trop tard, alors que les bras musclés et saillants du champion étaient déjà en train de l’enlacer par derrière.
« Non ! C’est bon ! Je… »
Trop tard. Le souffle coupé par les contractions l’Akimichi ne pouvait plus s’exprimer et devait subir ce sauvetage non nécessaire. S’il avait accusé son sauveur d’en profiter pour frotter son engin dans le gras de ce qui composait son postérieur personne ne l’aurait cru. Pourtant, il le sentait bien. Cette chose dur et longue qui faisait des vas et viens entre chaque mouvement censé le sauvé d’un danger qui ne le guettait déjà plus. Sentir cette chose dure comme du fer fut le grain de riz de trop pour l’Akimichi et son corps se défendit comme il put.

Phhhhhhhhhhrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrroooooooooooooooooooouuuuuuuuuuuut.

Le bruit fuit légèrement différent. Comme celui d’un instrument à corde car à la sortie d’air de l’Akimichi se trouvait un obstacle qui créa cette note si particulière. Mais le son importait peu, l’odeur fut encore pire que précédemment si bien que le champion aurait pu avoir l’impression de plonger à même une fosse de défécations publique. Mais ce n’était pas tout, le système d’auto défense de l’Akimichi se montrait plutôt efficace.
« Bwwwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrhhhhhh. »
Koharo s’était comporté comme un porc, il méritait cet animal en face de lui. Lorsqu’il fut relâché Chi se retourna et dégobilla toutes les entrailles de son corps sur l’animal Kirijin. A peine mastiqués, on pouvait reconnaitre le flot de sushis dans une cascade de soupe miso agrémenté tout de même de restes inconnus et déjà pré digérés de repas précédents.

C’était la douche froide pour le champion en titre. Bien que dégouté, le chef de la salle s’empressa de réagir, sachant pertinemment comment rapporter de l’argent à son patron qui se terrait toujours dans la foule.
Maître de Salle : « Comme stipulé dans le règlement toute régurgitation d’un élément du concours signifie la disqualification ! »

« QQUOI ?! Mais… Mais… Il m’a appuyé sur le ventre ! »
Chi n’y croyait pas. Il ne pouvait pas être éliminé ainsi, cela signifiait obtenir une dette en plus de ne pas pouvoir manger ou trouver un endroit où dormir. Il lui fallait une solution et vite.

Et elle tomba du ciel, ou plutôt rentra par la porte.

Une escouade du Teikoku aux postures ridicules pénétra dans l’établissement. Était-ce sa mère qui les avait fait venir ? Il ne comprenait pas, elle qui voulait qu’il parte regrettait-elle ses mots ? Ou avait-elle si peu confiance qu’elle avait peur que seul Chi apporte des problèmes à toute sa famille ?
Mais cette fois elle n’avait pas si tort, car l’Akimichi n’en pouvait plus. Il avait une terrible envie d’éventrer ce grand dadet afin de lui rentrer ses intestins dans le cul puisqu’il semblait que ce soit son genre de lubie. Mais c’est là que le miracle intervint.
« Mais… Vous ! »
Un des soldats pointa du doigt le champion Kirijin.
« Oui vous ! Vous êtes un déserteur Kirijin ! »
Et le secret ne dura plus longtemps. Il n’était pas que champion de bouffe, le bougre semblait être un malfrat recherché.
« Une récompense est sur sa tête ! Aidez-nous à le capturer et vous pourrez en bénéficier d’une partie. »
Une aubaine pour l’Akimichi qui venait injustement d’être éjecté du concours. De toute manière ce dernier ne pourrait se poursuivre car à minima une bataille éclaterait entre les soldats et ce déserteur. Mais pas que, cet appel à l’argent attisa toutes les convoitises et chacun abandonna son activité en cours pour tenter de s’en prendre à celui dont la tête valait beaucoup d’argent.

Mais il n’était pas que bon à manger de la nourriture. Il avait d’autres talents et il comptait bien en faire usage. Les soldats se montèrent malins, ils étaient en arrière attendant que la populace se lance corps et âme contre ce golgoth pour en ramasser les lauriers. En vain.

A la suite d’une série de mudras Koharo se mit à vomir à l’instar de son adversaire Akimichi l’instant d’avant. Si la quantité semblait bien plus impressionnante c’était le contenu qui différait également : de l’eau. Ou plutôt un solution aqueuse et visqueuse qui y ressemblait grandement. Tout ce qui sortit de son corps se mit à envahir toute la salle à une vitesse ahurissante jusqu’à très vite arriver à mi-hauteur de chaque personne. Enfin… Les personnes de taille normales car pour Chi cela lui arrivait quasiment à la poitrine.

De l’eau n’aurait pas été dangereuse mais s’était là tout autre chose. L’assaut global se stoppa net, les gens commencèrent à avoir du mal à se déplacer. Comme si les corps touchés par cette eau pesés plus lourd. Chi ne fit pas exception. Il tentait d’avancer mais chaque dizaine de centimètre lui demandait un effort considérable.
« Il est à moiiiiiiiiiiii !!!! »
Comme un cri de désespoir, témoignant d’un homme qui voyait sa seule solution en train de lui échapper, une fois de plus.

Résumé du tour de Koharo:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Dim 24 Avr 2022 - 17:05
L’ambiance de la pièce était sulfureuse. Les pets de Chi ayant innondée la pièce ainsi que les narines d’Eyana qui ne pouvait que difficilement s’empêcher de vomir face à une attaque aussi vicieuse, l’amusement vint cependant rapidement remplacer le dégoût. Elle parvint à faire fit de l’odeur en voyant la dignité de l’épais nabot se faire dérober par le géant. Tout cela ne pouvant s’empêcher de lui arracher un flot de vomi, probablement causé également par ses propres odeurs intestinales insoutenables.

Après la disqualification de l’Akimichi et la victoire future de l’Anaï au concours de nourriture, tout semblait partir à vau-l’eau avec l’arrivée de l’escouade du Teikoku voulant jeter son dévolu sur Chi. C’était sans compter par chance pour le petit joufflu que le Champion était un déserteur recherché qui était bien connu de la Soldatesque de l’Empire du Feu.

Lançant la populace sur le géant qui ne semblait que trop fière de s’en prendre au Géant pour toucher une partie de la récompense et également obtenir une chance de victoire au concours de nourriture, les projectiles commençaient à fuser dans sa direction après qu’il ait enduit la pièce d’une vague d’eau lourde comme le plomb.

C’était les bols, les baguettes, les aliments, les assiettes, les plateaux, mais aussi quelques chaises avant qu’elles ne soient sous les eaux. Tout semblait prendre pour cible le Kirijin qui continuait de vomir son épais liquide.

La Céleste ne comptait pas se retrouver piégée là-dedans, mais était quelque peu surprise par la situation, afin de réagir le plus rapidement possible, elle venait lever le verrou psychique initial afin d’augmenter sa vitesse de déplacement et éviter d’être en contact avec l’eau. Elle effectuait ensuite un premier bond pour monter sur la table. Ce qui allait s’avérer être insuffisant. Elle concentrait alors une puissante quantité de Chakra dans son poing pour venir fendre les cieux de bois de la bâtisse.



Mais son regard se posa quelques secondes sur l’Akimichi, la puce obèse semblait sur le point de se noyer sous le poids de l’eau et probablement son propre poids. Etant sans doute incapable de nager même dans une eau normale. La Céleste fit un bond pour venir récupérer par le col de sa petite veste le gros sac avant de bondir en direction du toit et de la fracturer d’un coup de poing.



Soldat du Teikoku A : « Suiton : Le Dragon Elémentaire Aqueux ! »

Suiton : Le Dragon élémentaire aqueux
Technique de rang B
Suiton ─ Affinitaire ─ Simple
Après quelques mudras, l’utilisateur vient générer à partir de son corps ou d’une source d’eau, un dragon formé d’eau qui vient s’abattre sur son adversaire, lui infligeant de graves blessures.
Technique non valide à but purement narratif.


Au même moment, en bas, l’escouade passait à l’attaque sur le Kirijin qui avait commencé les hostilités. Menés par un Chef d’escouade, il semblait donner ses directives désormais à voix plus basse alors qu’un dragon formé à partir de l’eau lourde venait s’abattre en direction de Koharo.

Soldat du Teikoku B : « Pluie de Kunais enflammés ! »

Katon : La pluie de Kunais enflammés
Technique de rang C
Katon ─ Jettojutsu ─ Simple
L’utilisateur jette cinq kunais avant d’effectuer des mudras. Les Kunais foncent vers leurs cibles et prennent feu en vol, venant perforer et enflammer un adversaire, infligeant des dégâts significatifs.


Au même moment, alors que l’eau les atteignaient, l’un des Soldats du Teikoku venait saisir cinq kunais et les jeter dans la direction du Géant et effectuait ensuite quelques mudras qui venaient faire prendre feu aux projectiles. Deux techniques plutôt basiques qui si elles avaient une chance de pouvoir le blesser ou tout du moins occuper le déserteur avec le reste de la populace, était surtout là pour dissimuler sa capture.

Le dernier Soldat du Teikoku venait effectuer un bond et se coller sur le plafond, probablement pour ensuite préparer une attaque au Taijutsu ou du moins un assaut sous un angle moins orthodoxe. Il était le seul de l’escouade à ne pas être bloqué dans l’eau.

Chef d'escouade Teikoku : « Le Sarcophage de Sable ! »

Sarcophage
Technique de rang B
Sunaton ─ Spéciale ─ Maintenue
Lorsque l’utilisateur a rassemblé une majeure quantité de sable autour de sa cible, celui-ci le rend suffisamment compact pour l’enfermer totalement à l’intérieur, devenant incapable de bouger. Néanmoins, il devra maintenir des mudrās pour que l’immobilisation se poursuive dans le temps.


Le Chef de l’escouade, visiblement un utilisateur d’un Kekkei Gekkai venait faire passer par la porte d’entrée une bonne quantité de sable qui venait fuser à pleine vitesse sur Koharo pour l’entourer et probablement l’emprisonner, avec un peu de chance, utilisant son propre jutsu d’eau contre lui.

Kentacki : « Raiton : Electrocution majeure »

Raiton : Electrocution majeure
Technique de rang A
Raiton ─ Marquage ─ Simple
Après des mudras, l’utilisateur appose un sceau qu’il pourra activer à tout moment avec un mudras. Ce sceau, lorsqu’activé vient provoquer à quiconque se trouvant dessus une puissante electrocution infligeant de graves blessures. Cette technique bénéficie d’un effet d’hyperconductivité et peut donc être utilisée pour devenir une technique de zone sur de l’eau ou encore du métal.


Défonçant le rideau de la salle arrière, une femme sur un épaule, un jeune apollon sur l’autre, une entité, mi chèvre, mi-homme nue et sa virilité imposante tendue venait effectuer des mudras à apposer un sceau sur l’eau, venant, à l’aide de l’hyperconductivité répandre une puissante décharge électrique dans toutes la zone d’affrontement, celle-ci aurait probablement des conséquences désastreuses pour la population et l’escouade du Teikoku engagée si rien n’était fait. La chèvre semblant être du côté de Koharo

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Yasei_11
Yasei Kentacki - Yasei Chèvre

Alors que tout se déroulait, là-haut, Eyana venait poser l’Akimichi sur le cul, sur le toit fracturé du restaurant. La situation lui posait un dilemme et elle avait même plutôt envie de continuer sa route, n’étant pas concernée par toute cette bagarre générale. Mais en même temps, il était difficile pour elle de ne pas se mêler d’un affrontement quand il avait lieu. C’était toujours tentant de venir filer une ou deux gifles gratuites.

Tournant son regard lapis lazuli vers Chi, comme improbable solution de conseil. Elle venait lui poser la simple question.

Eyana : « Bon… On fait quoi ? »

Résumé des actions:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Lun 2 Mai 2022 - 15:18
Tout s’était passé si vite. Chi avait du mal à suivre ou ne serait-ce que comprendre la situation. Alors qu’il était au cœur de l’action, sans vraiment y participer, il se retrouva le cul par terre sur le toit du bâtiment. Il reprit ses esprits et regarda celle qui l’avait emmené ici. Il se posait forcément une question : comment avait-elle réussi cet exploit ?

Dans ce court laps de temps elle avait réussi à ne pas faire toucher par l’eau ou à s’en extirper tout en récupérant au passage le petit Chi qui pesait un âne mort, au bas mot. Le tout en créant une ouverture dans le toit pour y bondir et s’y mettre en sécurité.

Chi était le cul par terre, n’en revenant pas et fixant cette femme qui était déjà prête à passer de nouveau à l’action. A bien la regarder, quelque chose semblait avoir changé en elle, mais Chi n’aurait su dire quoi. Qui était-elle ?

Peu importait. Les soldats du Teikoku étaient occupés et les employés de l’auberge aussi. Chi n’avait plus qu’à filer en douce et aucune dette ne lui serait attribuée. Il échouerait et serait obligé de rentrer chez lui mais valait mieux ça que mourir. Un dragon d’eau et des boules de feu volés en bas et après tout Chi n’avait rien à voir là-dedans.

Il fut stoppé dans sa dérobade en catimini. Comment ça « on fait quoi ? ». Chi n’en avait rien à faire. Et elle, pourquoi est-ce que ça l’intéressait alors qu’elle pouvait fuir ou mieux : voler l’argent de la caisse pendant que c’était le bordel. Voler l’argent de la caisse...
« Mais en voilà une bonne idée ! » S’exclama Chi tout en se retournant.
Il avait déjà repris des couleurs et arborait un large sourire en imaginant tout l’argent qu’il pourrait profiter de prendre pendant la bataille. Il s’était décidé, il comptait bien rejoindre le combat mais juste en guise de diversion, dès qu’il aurait les recettes de la caisse il partirait sur le champ.

Il plongea son regard par l’ouverture afin de jauger la situation.
« Une brebis ?! »
Il contempla aussi l’hécatombe.
« Mais il y en a qui se noient ! »
Parmi les gens que l’eau avait ensevelis certains étaient justes bloqués et attendaient, d’autres se débattaient soir pour fuir soit pour choper le Kirijin et d’autres encore, même si plus rares, commençaient déjà à se noyer. Chi n’était pas un sans cœur, il avait tendance à ne penser qu’à lui mais jusqu’à laisser des gens mourir pour de l’argent…

Les soldats étaient là car Chi était là. La bagarre n’avait-elle pas commençait à cause de sa simple présence finalement ? Il ne pouvait pas ne rien faire. Et cette femme non plus puisqu’elle était capable d’avoir la force d’extirper les gens de cette mélasse.
« Je m’occupe du mouton avec les cornes. Toi, sauve les gens ! »
Lui dit-il d’instinct pour finalement répondre à sa question. Elle pourrait, et très légitimement, se demander comment ce gros plein de soupe pourrait bien s’occuper seul de cet animal devenu bipède alors qu’il s’apprêtait à faire parler son ninjutsu.
« Ne t’inquiète pas. » dit-il comme s’il pouvait deviner qu’elle aurait des doutes. Puis un clin d’œil accompagné d’un sourire héroïque.
« J’ai un plan. »
Et il sauta.
« Technique spéciale du Tajin de mouton !! »


Le Yasei chèvre leva forcément la tête ne comprenant pas ce qu’il lui arrivait dessus alors qu’il finalisait son jutsu. Il ne fut pas impressionné se disant que quel que soit la masse de l’imbécile qu’il lui tombait dessus il finirait de toute façon comme tout le monde : électrisé.

Mais c’était sans compter sur ce que prévoyait l’Akimichi. De nulle part, ou plutôt d’un rouleau, une grosse marmite à soupe apparut. Cette dernière vint, à l’envers, enfermé le complice de Koharo au moment même où il lança son jutsu. Dommage pour lui, cela eut pour effet de concentrer l’effet à l’intérieur de la marmite et le grilla sur place. Etait-il vivant, était-il mort ? Nul n’aurait pu le dire alors que Chi mettait tout son poids pour le garder coincé.

Mais l’Akimichi ne fut pas en reste. Étant sur le cul de la marmite pour enfermé le Yasei il prit aussi un violent coup de jus qui le propulsa à plusieurs mètres dans l’eau. Là où l’instant d’avant se trouvait…
Chef d’escouade : « Mais où est-il ?! »
Koharo avait disparu, malgré leurs efforts combinés le sable n’avait attrapé que du vide. Mais où était-il ?
Soldat C : « Chef !! Derrière vous ! »
Lorsque le chef se retourna ses deux premiers soldats étaient inconscients, leurs corps flottés dans l’eau.
Chef d’escouade : « Mais quand a-t’il ? »
La situation semblait déjà hors de contrôle. Koharo avait comme disparu et pourtant deux soldats étaient vaincus alors que personne ne semblait avoir agi. Qui pourrait résoudre cette situation impossible ?

Résumé:
Chi:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Mer 22 Juin 2022 - 13:13

Les yeux saphir passait d’un protagoniste à l’autre alors que le gros plein de soupe venait littéralement faire apparaître sa marmite sur le conducteur d’électricité. Mouvement de pur génie ou chance du début, les cris du Yasei Chèvre était d’ores et déjà audible pour quiconque participant à l’assemblée. Le joufflu venait reprendre une petite tasse d’eau de plomb dans un sommeil du juste selon lui largement mérité. L’Anaï venait se gratter la tête quelques secondes face à la situation du bâtiment et surtout la vision que l’ensemble des assauts des soldats du Teikoku avait été porté en échec.

Un autre souci semblait cependant prêt à de nouveau émerger. La Chèvre retirait furibonde la couche d’étain qui la recouvrait et posait désormais un regard en direction de l’immonde petite boule qui flottait à la surface. Destin ou fatalité pour l’Akimichi, il semblait de même que la virilité de la chèvre sortait son bout de la surface de l’eau laissant planer plus que l’ombre d’un doute sur ses précédentes activités probablement stimulée par le choc électrique.

Comme stimulé par un sport-elec, il comptait bien prendre sa vengeance contre celui qui l’avait empêché d’assister son camarade de luxure.

Kentacki : « Je vais m’occuper de ton p’tit cul tout flasque et te mettre la fessée que ta mère ne t’a jamais donnée ! »

Emporté dans un effet tunnel non négligeable, la scène se déroulait en quelques secondes sous la vigilance d’une Céleste. Il semblait que son absence d’acuité visuelle destinée aux menaces venant du ciel allait définitivement être son péché du jour.

Sans la mise en scène de son camarade, préférant une attaque subreptice en se glissant dans son dos, Eyana venait frapper alors même qu’elle était encore en l’air. Evitant tout contact avec l’eau invoquée et venant asséner trois violents coups de pied à la Chèvre. Le premier venait viser la gorge, le second la tempe et le dernier le plexus solaire partiellement découvert. Une refonte de son enchaînement classique alors que le dernier coup venait l’assister à prendre appui pour se reprojeter en direction du plafond.



Même si leur intensité était accrue par l’ouverture des Portes Célestes, elle savait cet ajout insuffisant malgré les blessures déjà conséquentes du Yasei. Se retournant dans sa pirouette aérienne, elle vient faire apparaître plusieurs aiguilles de vent, semblable à des senbons qu’elle lance au nombre de dix dans tous les coins de la pièce. Ces derniers semblent se figer dans les airs, avant de fuser d’un seul et même coup droit vers le Yasei de façon à le perforer de part en part.



Laissant son adversaire gérer cette nouvelle attaque et sans un mot, l’Anaï s’agrippe à l’une des poutres de la mansarde pour venir parcourir rapidement la distance qui la sépare de Chi. Profitant de sa vélocité accrue par la levée des verrous psychiques. Se pendant tête en bas après avoir concentré du Chakra dans ses pieds, elle vient saisir le petit gros pour venir le soulever de nouveau, l’empêchant de se noyer et le glisse dans sa propre marmite en étain, de façon à ce qu’il flotte sur l’eau. Cette dernière étant visiblement assez grosse pour accueillir même un plat aussi imposant que lui.

Elle lui glisse au passage une bonne gifle, si cela peut le réveiller.



Eyana : « Allez hop, au travail, tout n’est pas fini. »

Du côté du Teikoku, la lutte continue à deux contre un face à un Koharo qui ne cesse de s’amuser à disparaître et réapparaître. Le Soldat étant particulièrement vigilant et évitant de mettre également les pieds dans l’eau envoie de nombreux projectiles en direction de la forme dès qu’elle réapparait. Une fois qu’il eu saisit le timing, il mit la main sur son Katana pour le dégainer et attendit que Koharo apparaisse pour tenter de le trancher en deux d’une seule et même frappe. Ayant anticipé au maximum l’apparition et frappant le plus rapidement possible pour le blesser.

Frappe Karmique
Technique de rang B
Samurai ─ Bukijutsu ─ Simple
L'Utilisateur entre dans une stase méditative et attends le moment parfait pour asséner une frappe unique extrêmement rapide sur adversaire


Soldat : « Rendez-vous, maintenant. »

De son côté, le Chef d’escouade était la cible principale du Nukenin et avait formé une défense de sable extrêmement solide qui s’adaptait à chaque frappe de son adversaire. Mais il ne comptait pas rester complètement passif à subir en espérant que son soldat le sauve. Si bien que dans ses mouvements, il venait tenter de capturer avec son sable de nouveau Koharo à chaque fois qu’il apparaissait afin de l’emprisonner mais probablement pour un destin beaucoup plus funeste s’il venait à l’être cette fois ci.

Défense absolue
Technique de rang A
Sunaton ─ Spéciale ─ Continue
Rassemblant du sable autour de lui, l'utilisateur pilote ce dernier en permanence afin qu'il se lève pour le défendre contre tous les assauts jusqu'au plus conséquentes et de toutes les directions différentes. Le sable étant mobile et pouvant s'adapter à n'importe quelle direction et densité.


Chef d'escouade : « Le Sarcophage de Sable ! »

Sarcophage
Technique de rang B
Sunaton ─ Spéciale ─ Maintenue
Lorsque l’utilisateur a rassemblé une majeure quantité de sable autour de sa cible, celui-ci le rend suffisamment compact pour l’enfermer totalement à l’intérieur, devenant incapable de bouger. Néanmoins, il devra maintenir des mudrās pour que l’immobilisation se poursuive dans le temps.


La Céleste n’avait pas de temps à perdre et voulait surtout s’occuper d’évacuer toute la flotte de la zone qui rendait le terrain terriblement impraticable. Elle identifia la zone la moins surélevée et en un bond, elle venait se coller contre le mur et y apposer un sceau explosif. Prenant par la suite ses distances, elle viendrait alors le faire exploser de façon à ce que l’eau commence à être évacuée à l’extérieur. Si cela ne fonctionnait pas, alors il ne lui resterait plus qu’une carte dans sa manche.




Résumé des actions:

_________________
Rouler sous la table [Akimichi Chi] 4z4OkvQ
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Empty
Ven 22 Juil 2022 - 20:54
Chi avait beau avoir une couche de graisse plus épaisse qu’un mur cela ne le protégea en rien de la décharge électrique. Malheureusement pour lui la graisse n’était pas isolante. Elle isolait des femmes tout au plus.

Alors qu’il flottait telle une immondice à la surface d’une fausse sceptique, il n’allait pas tarder à se noyer. En effet, inconscient la tête dans l’eau son corps le protégeait automatiquement en bloquant sa respiration. Mais cela ne durerait une minute tout au plus. Et dans l’instant de la bataille personne n’aurait l’occasion de s’occuper de lui. Personne sauf elle.

Qui aurait cru qu’une femme serait capable de porter Chi à bout de bras ? Non pas qu’une femme ne pouvait pas être forte mais pour être capable de porter Chi, et à un bras. Même un homme bien en forme aurait pu échouer à tenter une telle prouesse. Mais pas elle. Elle avait indéniablement de la force et Chi put malheureusement le constater par lui-même. En effet la baffe qui aurait pu sembler anodine failli lui arracher la mâchoire. Ce fut l’impression qu’il en eut en tous cas. Il se réveilla en sursaut suite à ce coup alors même qu’il était en train de tomber du plafond. Mais comment était-il arrivé là ?
« Oh ohhhhh ahhhh. »
Il couina comme une pucelle effarouchée qu’on oserait toucher. Il ne pouvait rien faire si ce n’était se soumettre à la gravité jusqu’à qu’il se cogna en tombant dans sa marmite. Cela eut fini de le réveiller complètement.

Il sortit légèrement la tête pour observer la scène et c’était encore plus le chaos. Il bascula en arrière et se posa au fond de sa marmite.
« Ahhhh, on est pas mal là. »
Il tanguait au rythme des mouvements de la marmite sur l’eau agitée par le combat qui faisait rage. Pourquoi y participer ? Il se faisait bercer. Il pouvait très clairement rester cacher jusqu’à que les choses se tassent. Enfin c’était ce qu’il pensait.

Une explosion retentit et l’eau s’évacua d’un coup en emmenant avec elle la marmite. Dans le mouvement Chi fut éjecté de cette dernière se retrouvant une fois de plus au milieu du champ de bataille.
« Fait chier ! »
Il pesta se voyant de nouveau dans l’obligation de prendre part au combat. Il se rendit compte alors qu’il avait mal à la tête, comme embrumé, et peinait à tenir sur ses jambes. Un seul coupable à ces effets qui agissaient sur lui.
« Toi ! »
Oui, lui. La chèvre, brebis, mouton ou savait-il quoi d’autre encore. Ilse fichait de ce qu’il était. Ce monstre avait voulu électrocuter tout le monde et rien n'était là pour l'empêcher de recommencer. Et s’il y avait bien quelqu’un capable de le mettre hors d’état de nuire c’était bien Chi.
« Yooooosh !! »
Alors que la brebis galeuse tombait du plafond après s’être fait enchaîner de coups par la gourgandine, c’était le moment parfait pour agir. Sûr qu’après ce coup, il ne se relèverait pas.

Chi empoigna ce qui ressemblait à un bonbon pour le gober directement. Le changement s’opéra de façon quasi instantanée.


Le Chakra de l’Akimichi s’évapora par les ports de sa peau d’une telle façon qu’il devint visible à l’œil nu. Mais ce n’était pas ça le plus choquant. Non, son état physique changeant du tout au tout si bien qu’il en devint méconnaissable. De la boule de graisse on était passé à un homme musclé, tout l’inverse de Chi. Pourtant c’était bien lui, venant de consommer une drogue de son clan.

Rouler sous la table [Akimichi Chi] Gogeta

Sachant pertinemment que cet effet n’était que très provisoire Chi ne perdit pas de temps et lança sa plus puissante attaque vers celui qui était en chute libre et donc n’avait aucun moyen d’éviter cette attaque. Il prit le poing de Chi en pleine face, mais pas que. Car à ce moment le poing de l’Akimichi faisait la taille du Yasei tout entier.


Ce dernier vola à travers toute la salle. Des bruits de craquement retentirent sans pouvoir dire si c’était les os du Yasei ou les colonnes de bois qu’il avait brisé dans sa course.
« Fiouuu… »
S’en était fini du Yasei mais pas que. Car l’instant d’après Chi avait de nouveau changé de forme. Il n’était ni le petit gros, ni le musclé. Il n’était plus qu’un tas d’os, un vieux fruit sec à qui on avait enlevé toute vie.
Rouler sous la table [Akimichi Chi] Z2jz
A l’autre bout de la salle Koharo camouflé d’une manière ou d’une autre dans l’eau s’était vu obligé de sortir de sa cachette. Au même moment un soldat vint lui asséner un violet coup de katana. De quoi bien trancher dans la chair.
Soldat C : « Ahah je t’ai eu ! »
C’était ce qu’il croyait. Mais en observant de plus prêt un œil averti aurait pu voir que quelque chose clochait. Le soldat avait bien tranché dans le corps du gourmet, mais son corps n’était vraisemblablement pas fait de chair.

Assimilation totale
Technique de rang B
Assimilation suiton ─ Spéciale ─ Active
L’utilisateur devient entièrement son élément afin de laisser une attaque passer au travers de lui.


Et au moment ou le sable se jeta à sa poursuite le corps de Koharo se liquéfia pour venir engloutir le soldat qui était devant lui. Ce dernier, persuadé l’instant d’avant qu’il avait eu son ennemi, se voyait piégé dans une eau visqueuse et très lourde qui n’était autre que le corps de ce dit ennemi.

Emprise du mant’eau
Technique de rang B
Assimilation suiton ─ Spéciale ─ Maintenue
L’utilisateur devient de l’eau et recouvre entièrement sa cible pour l’empêcher de bouger.


Allez savoir si le chef d’escouade du Teikoku avait bien prit conscience de ce qu’il se passait ou non. Mais il n’hésita pas à envoyer son sable sur Koharo alors que cela voulait dire emprisonner également son subordonné. Ce n’était pas si grave, puisse qu’il en s’agissait là que d’une immobilisation. Enfin…
Chef d’escouade : « Je te tiens… Tombeau du désert ! »
Tombeau du désert
Technique de rang A
Sunaton ─ Spéciale ─ Simple
Après avoir enfermé une cible dans son sarcophage de sable l’utilisateur pourra compresser ce dernier au maximum afin de réduire en bouillie celui qui est contenu à l’intérieur. Os brisés et multiples hémorragies attendent la victime de cette œuvre de torture extrême.


Là aussi il n’hésita pas une seule seconde. Il écrabouilla tout ce qui était contenu dans ce sarcophage de sable, ennemi comme allié. Sauf qu’à ce moment il n’avait toujours pas compris la nature d’assimilateur de son ennemi.

Mais quand il comprit c’était déjà trop tard. Le sable revint à son manieur et seul le corps de son subordonné gisait sur le sol, inerte. Un monticule d’eau apparu à côté dans lequel on pouvait reconnaître les traits de Koharo.

Liquéfaction
Technique de rang B
Assimilation suiton ─ Spéciale ─ Simple
L’utilisateur devient une flaque d’eau lui permettant de se glisser hors d’une emprise par exemple si sa nature le lui permet.


Koharo : « Ahahah je t’aime bien toi ! Tu n’as pas hésité à fumer ton collègue, tu ferais un bon compagnon de route ! »
Il disait vrai, sa morale tenait plus du déserteur que du soldat honorable.

Mais alors que Chi s’effondrait, épuisé. La bâtisse menaçait de faire de même. Trop fragilisée par la rixe de nombreux bruits sourds ci et là prévenaient de sa chute imminente.
Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378

Rouler sous la table [Akimichi Chi]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A table [Solo]
» Table ronde [PV Sabreurs]
» Inconnu table 5 [Akahoshi Hisao]
» Une table, s'il vous plaît [Tali]
» Akimichi Chi

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: