Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyage n°1 de la Source

Narrateur
Narrateur

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 13:51
En ce milieu de journée, une bagarre a éclaté dans une taverne du coin pendant que vous étiez au village. En interrogeant les témoins, vous apprenez qu’il s’agirait d’une affaire d’adultère, un homme prenant sa revanche sur celui qui aurait couché avec sa femme. La raison pour laquelle cette affaire pour le moins triviale vous intrigue est que le même soir, le gérant de la taverne aurait discuté de cela avec un nouveau client et que celui-ci cherchait très vraisemblablement des informations sur le village.Au début, il pensait qu’il ne s’agissait que d’un simple étranger venant faire un peu de tourisme ou s’installer à Kumo, puis en connectant sa rencontre avec la bagarre à la taverne, il soupçonne que celui-ci ne serait pas forcément pourvu de bonnes intentions, surtout qu’il était prêt à payer de l’argent pour des informations “moins connues du public” et qui pourraient intéresser “son patron”. Maintenant qu’il y repense, c’était sûrement un espion et sa description de l’individu est malheureusement assez vague: un vieil homme aux cheveux gris et une barbe, sans trait distinctif particulier à part qu’il a un visage relativement émacié.

Dans la mesure où vous êtes de passage à Kumo, on vous demande d’aller vérifier les dires du tavernier et identifier qui est cet “espion”. Évidemment, les gardes aux portes ont déjà pour instruction de ne pas laisser d’individus correspondant à cette description passer la surveillance, et procéder aux vérifications de papier nécessaires, etc. Dans tous les cas, on vous pointe dans la direction du dernier lieu où il aurait été aperçu: un quartier résidentiel qui n’a rien d’inhabituel, des commerces tels que des boutiques d’outils ninja et de biens communs, des gens aux revenus modestes, des personnes moins recommandables également, des mendiants, des artistes de rue… L’activité ne manque pas, et le nombre de suspects non plus.

Tout d’abord, la gargote du coin regorge d’individus en tous genres, vous y trouvez un vieil homme correspondant à la description, assis à une table seul et relativement bien habillé, il se contente de boire tout seul et avoir l’air mystérieux tandis que le reste de la taverne est plutôt bien animée. Non loin de là, un vieux marchand barbu de produits aux origines douteuses a loué un emplacement où il vend du matériel militaire provenant de soldats de Kaminari, il discute avec un chûnin de Kumo qui prend des notes en l’interrogeant sur la marchandise en question. Quelques mètres plus loin, un vieux mendiant qui fait la manche avec un gobelet rempli de quelques pièces, aux côtés d’autres plus jeunes sans-le-sou qui sont allongés par terre. Un artiste de rue d’un âge avancé qui prétend lire l’avenir à travers les cartes, semble s’ennuyer et se met à piquer du nez, il refuse de rembourser la séance à un client qui lui reproche de l’avoir arnaqué.

L’espion peut être n’importe lequel de ces individus mais savoir l’identifier ne sera pas une mince affaire. La plus grande difficulté étant de se mettre à la place de cet espion, compte tenu du fait qu’il a causé du remue-ménage dans la dernière taverne où il se trouvait, sûrement cherche-t-il maintenant à demeurer le plus discret possible pour esquiver les autorités. Reste aussi à savoir quelles sont ses intentions et quel pays l’a envoyé?


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 15:12
Une journée off, à se prélasser et se balader sans se soucier des responsabilités classiques. Il fallait couper de temps à autre pour ne pas se laisser dévorer par la lassitude qui guettait les surmenés. Akio était ravi d'enfin pouvoir vagabonder dans les artères pleines de son village. Croisant ici et là des têtes connues, il s'arrêtait tous les dix mètres pour discuter, tantôt avec les passants, tantôt avec les commerçants. Il retrouvait certains frères d'armes qui évoquaient avec lui les dernières missions en date, ou bien les évènements qu'il ne fallait pas louper.

L'un de ses comparses justement lui tint un discours auquel il adhéra de suite. Une sombre affaire de moeurs qui avait dérapé dans l'une des tavernes du village. Une localisation bien identifiée au sein de Kumo. L'alerte avait été donné après le témoignage du tenancier, qui avait évoqué la possibilité d'un espion. Gardes aux portes, contrôles d'identité renforcés. Une mesure aussi importante attisa la curiosité d'Akio, qui demanda rapidement où se localisait le coeur de l'enquête. On lui indiqua en retour un quartier assez classique du village, qui ne faisait pas souvent de vague et qui brassait une population hétéroclite, ainsi que le portrait du suspect.

Arrivant sur les lieux, les mains dans les poches, les signes distinctifs cachés, le Chûnin observa les alentours et y trouva la silhouette de l'un de ses confrères. S'adossant tranquillement à une bâtisse, il attendit que celui-ci finisse de récolter ses informations auprès d'un marchand inconnu du Kentoku avant de rentrer en scène également. Sa cible prioritaire bien définie par une analyse rapide de l'intérêt de l'espion à remplir certains rôles. Un mendiant on le lui parle pas... Un homme sombre et ténébreux dans une taverne aux clients extravertis détonne beaucoup trop et n'inspire que peu la confiance. Le marchand pouvait être une bonne idée, mais la rue n'était pas très passante, et les kumojins avaient souvent leurs commerçants préférés.

L'homme qui lisait les cartes par contre... Si il n'était qu'un charlatan, il avait tout de même besoin d'obtenir quelques informations pour donner des "prédictions" précises. C'était plutôt intéressant pour obtenir des indications diverses et variées.

Arrivant tranquillement vers sa cible, prise à partie par un client mécontent, Akio attendit son tour et que l'animosité retombe quelque peu. Il calma en partie le bougre en lui tendant l'équivalent de sa perte financière, afin de se retrouver seul avec le personnage grisonnant. Il lui tendit la main, pour le saluer avec un respect auquel il ne devait pas souvent avoir le droit. Un large sourire habitait le visage du shinobi, qui ne laissait rien transparaitre de son enquête.

- Akio, enchanté. Avant de vous accuser à mon tour d'être un arnaqueur, j'aimerais me faire ma propre opinion. Est-ce que les informations que j'ai en ma possession pourraient me desservir ?

Sans aucun signe distinctif, d'un physique ne laissant pas transparaitre sa carrière de shinobi, sans aucun indicatif sur sa vie et ses ambitions, la lecture de son avenir ne pouvait relever que de l'échec. L'œil vif, il attendait de lire les réactions de son interlocuteur. Aussi avant même que ce dernier ne dise le moindre mot, Akio sortit quelques ryos de sa poche pour les tendre à l'homme lui faisant face. La question posée, si il s'agissait bien de notre homme, attiserait forcément sa curiosité, et ses réactions deviendraient de fait plus grossières, moins maitrisées.

- Vous comprenez, je ne sais pas quoi en faire... et mon avenir parait flou avec tout ça...

L'évocation de ce doute avait pour but de donner du poids aux informations en possession du kumojin. Et si jamais ce n'était pas son homme, il lui suffisait de répéter le schéma sur les autres individus répondant aux caractéristiques. Le regard du Kentoku, balayant la zone, il y trouva quelques visages connus qui arrivaient à leur tour. Au fond, il espérait qu'aucun ne crierait haut et fort qu'il était un shinobi de Kumo...

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 15:59
Un village est une communauté très soudée.
Sans aller jusqu’à dire que tout le monde se connaît, il est rare que qui que ce soit soit à plus de quatre ou cinq connaissances de vous. On a tous l’ami d’un ami d’un ami qui connais la bonne personne, que celle-ci soit quelqu’un capable de réparer une chaise ou bien un marchand avec le meilleur thé noir. Dans un village caché, les choses sont un peu différentes, les ninja représente une strate à part de la société. A la fois force de l’ordre, militaire et politique, ce rôle les coupe souvent des membres plus civils de leur entourage et forme un second réseau de connexions. La plupart des ninja d’une même génération se sont sans aucun doute croisé à un moment ou à un autre et, au fur à mesure que leur rang augmente, leur nombre diminue : s’il est improbable qu’un genin connaissent le nom de tous les autres, il y a peu de chance que les Jonin ignore l’identité de l’un des leurs.
Ce réseau de connaissances plus ou moins directes créé aussi, par le biais solide des rumeurs et des commérages, un réseau d’information et de réaction rapide aux évènements.

« J’ai entendu dire qu’un espion trainait dans une taverne au sud du village... »

Kyomei manque de cracher son thé sur le visage de son collègue alors qu’il lui fait cette révélation sur le ton qu’elle utiliserait pour parler d’une mission de ramassage d'ordures. Ignorant complètement la surprise de la Kunoichi, il continue son dango en regardant les nuages défiler.
La jeune femme est un peu plus expressive, et une certaine anticipation se lis dans son exclamation, après tout, le destin d’un espion qui oserait infiltrer son village lui tien fortement à coeur !

« Quoi ?! Il a été attrapé ?! De quel village venait-il ?! »

Au fur et à mesure de ses questions successives elle attrape son interlocuteur pour le secouer avec une délicatesse particulière, ce dernier manquant d’étouffer avec la boule de farine de blé qu’il n’a pas finir de mâcher.
Après une crise de toux et le dégagement bruyant de ses voix respiratoire, le shinobi lui répond en lui lançant un regard noir – dont l’intensité est fortement diminué par ses yeux soit bordé de larme et le fait que Mei n’en ai strictement rien a faire.

« Non… c’est juste une rumeur, je sais qu’ils ont renforcé les contrôles… j’ai fini ma ronde, je ne vais pas faire du travail d’enquêteur pour le plaisir ! »

Urg, sûrement un Nara.
Jetant un regard dégoûté au genin, qui ne se devine que par la courbe inversée de ses lèvres aujourd’hui peintes de bleu, Kyomei décide de laisser cette triste excuse de shinobi et d’aller faire son devoir non… son plaisir.
Ce n’est qu’après quelques minutes que le jeune homme, le visage encore rougis par son asphyxie passagère, se rend compte qu’elle lui a laissé la note.
Kyomei, étant déjà vêtu d’une robe d’un bleu roi couvert de lis blanc, n’a qu’a se débarrasser de son bandeau – celui-ci rapidement noué tout en haut de sa cuisse - avant de se retrouver en tenue « civile », elle prend tout de même le temps de retirer ses boucles d’oreille et son collier d’argent sertis de pierre, le quartier ne se prêtant pas vraiment a ce genre de démonstration de richesse.
Quittant les toits le plus discrètement possible pour rejoindre par la rue l’endroit suspecté d’abriter un espion, elle à tout de même consciente de sortir du lot par rapport au reste de la population locale, mais il faut parfois accepter d’être en pleine lumière pour ne pas être vue. La jeune femme n’hésite donc pas a mettre dans sa démarche une ondulation prononcée et a laisser un sourire accueillant parer ses lèvres azurées.

En entrant dans le bar, l’odeur d’alcool de mauvaise qualité, de sueur et de cendre assaillant ses sens, ses yeux font un tour rapide de la pièce. L’un de ses collègues semble déjà occupé, les mendiants sont hors de question vu son apparence – même si ces derniers peuvent voir et entendre bien plus que ce que l’on pourrait croire. L’homme mystérieux semble une évidence, mais elle hésite, jetant un coup d'œil au cartomancien et à son client mécontent alors même que celui-ci se fait calmer par un rapide échange sonnant et trébuchant.
Décidant de garder un œil sur ce dernier, ses pas l’amènent tout de même vers le vieil homme solitaire, ses vêtement jurant tout autant que sa robe dans ce coin mal famé.
Kyomei attire d’un geste de la main l’attention de sa cible, lui offrant un sourire chaleureux.

« Vous semblez bien seul, aurai-je le plaisir de vous tenir compagnie ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Daishi Ken
Daishi KenEn ligne

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 16:29
Ken, depuis qu’il n’avait plus son bandeau, méditait énormément, sur ses succès, sur ses défaites. Avec le temps, le feu de la vengeance surtout auprès des Naras s'apaisait mais était toujours présent. Il avait du mal à vaincre la lassitude de sa vie. Passer ses journées au dojo était hors de question, de plus, il n'était plus tout seul. Pratiquant les séances avec Hamari, sa psychologue, il avait maintenant pleinement conscience d’abriter un monstre. Il leva son thé afin d'abreuver le monstre. Une offrande silencieuse afin de le supplier de ne pas le faire devenir un Akuma aujourd'hui. Le Yasei n’avait pas le cœur à se battre que ce soit physiquement ou dans son esprit. Leurs précédents combats les avaient fortement affaibli, même si Kiwe'an feinta d'être en pleine forme pour assoir sa domination sur Ken.

Ses pas l'avaient mené au hasard dans cet endroit. Il se souvenait, avec Minako, d’avoir mené une ronde dans le coin. Il avait revu le petit céleste qu’il avait aidé contre ses trois ennemis. Ken lui sourit mais l’enfant avait compris que l’homme était meurtris, que ce soit dans son honneur de ninja et donc physiquement. Ken a légèrement diminué. Il n’avait pas encore emprunté le chemin vers les terrains d'entraînement, ultime droit de shinobi qui lui restait. Il avait compris que si il avait tué l’homme dans se bar n'était pas de la faute de Minako, ni entièrement la faute de Aizen, même si ce dernier n’avait jamais levé le petit doigt malgré sa demande d’aide. Non, son véritable ennemi était Kiwe’an, le buffle qui vivait en lui. C’est lui qui avait incité Ken à assassiner le bourreau de Minako. Si il avait perdu son bandeau, c'était uniquement à cause de sa faiblesse face au monstre. Le voilà maintenant sous le joug de l’oni, faisant de lui un Akuma.

Ken frappa sa tasse sur la table, refusant une fois de plus de laisser le monstre gagner. Il se décida à repousser la morosité, il attrapa son instrument, et grattait quelques cordes. Il avait besoin d'extérioriser sa douleur. Il joua durant quelques minutes une musique des plus mélancolique, une version du Kusuri no taïsen mais dans un tempo bien plus lent, faisant partager aux gens sa souffrance.

Une fois sa musique fini, il avait l’impression de cassé l’ambiance, il sentait comme un regard noir sur sa nuque. Peut-être n'était-ce qu’une impression? Cela dit, il préféra opter pour une seconde musique plus joyeuse alors il choisi un chant Kabuki accompagné de son instrument pour égayer la place. Une fois assis, il avait l’impression que son verre avait été rempli à nouveau. Il dissipa ses doutes.

“Comme ci… Je dois vraiment arrêter de voir des ennemis partout… ho Hamari, j’ai vraiment besoin de vous !”.

Il salua des étrangers en levant son verre de thé et prit une bonne gorgée. Soudain, il vit entrée Akio dans la pièce.

“Est-il en mission? hummm”

En voyant Akio s'asseoir pour discuter avec un homme, Ken changea de place faisant preuve de discrétion afin que Akio ne sache pas qu’il est là. Ken n’ayant pas été au courant de la mission, n’etant temporairement plus un ninja se contenta alors de se détendre en apparence. En vrai. L’envie de repartir en mission lui prenait aux tripes, il ne pensait pas que ça lui manquerait à ce point.

Gardant le silence, il espionna Akio, tentant de comprendre en quoi la mission consistait.

“Est-il seulement en mission? Si ça se trouve, c’est deux amis qui discutent chiffon, Akio a peut etre des problemes conjugale et cherche des renseignements pour parfaire son couple et vivre un idylle?”
“Putain…. faut vraiment que j'arrête…" Pesta Ken en claquant un peu son verre sur la table.

Il maudissait la décision des autorités de l’avoir écarté, surtout que depuis qu’il avait vu Akio, l’espoir de faire partie malgré lui à une mission lui avait ravivé sa joie de vivre. Il resta silencieux, alerte. Il comprenait pourquoi il avait été évincé. Akagi l’avait prévenu. Son senseï avait été clair lors de leurs mission a Humy. Malheureusement pour lui, Akio ne divulgua rien d’important de sa venue ici. L’espoir de Ken de revenir en mission s'évanouit quelque peu, la morosité le reprit de plus en plus. Il allait abandonner tout espoir quand Il vit une Kumojin inconnue qui semblait étrange. Puis retourna a sa mélancoli

“Sans doute rien, une fois de plus… une étrangère qui aborde un vieu, ou c’est forcement suspect… tsss mon pauvre Ken, tu es tombé bien bas…”

“Souhaites tu que je te met mon pied au cul pauvre merde?”

- KIWE’AN !!! non lache moi !!!dit tout haut Ken

“Tu es mon alter ego…. je préfèrerais te détruire si ca doit me tuer plutot que de supporter ca plus longtemps KEN NE ME FAIT PAS HONTE !!! OU JE TE DETRUIT”

Ken ecarquilla des mains, il tremblait de peur. Il sentait la rage de Kiwe’an devenir présent, il sentait le verre de thé lui coller de plus en plus fort contre la paume de sa main.

“BON SANG ! L... LACHE MOI KIWE’AN !!!”

“Ni Minako, ni Hamari, ni l’homme tonnerre n’est présent…. je peux te briser quand je le désire….désires tu revenir dans les marais?"

-Kiwe’an non !!!!

“alors arrête d'être une sombre merde ! Si tu veux devenir un ninja à nouveau, alors comporte toi en ninja, tu ne mérites même pas le privilège de ramasser ma bouse !”

.....

"Voila ferme la tu ne mérites pas de me parler…. Encore un mot et je te détruis, mieux vaut la mort que de t’écouter geindre encore….MAIS COMMENT FAIT MINAKO !”.

Ken buvait une seconde gorgée en tremblant, il se rendit compte que l’oni avait relâché la pression. Il rageait contre lui-même, son animal avait raison, il était tellement faible. Il n’avait pas le choix, seule Hamari pouvait lui venir en aide, voir Minako. Il ne survivrait pas tout seul, le monstre gagnait du terrain. Regardant sa main, il remarqua que les poils de ses bras avaient légèrement une teinte plus obscure. Kiwe’an l’avait marqué, la menace était présente. Il n’aurait jamais dû venir ici. Mais il ne pouvait pas éternellement s’isoler dans le dojo. Il avait grand besoin de revoir Hamari.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN





Dernière édition par Daishi Ken le Ven 15 Juil 2022 - 17:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Sharrkan
Sharrkan

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 16:54
Faire partie des hautes instances de Kumo avait un avantage certain ; outre le salaire et les droits - ce qui était déjà pas mal - il y avait également l'accès à l'information. De la plus petite rumeur courant les rues à l'information classifiée secrète, Sharrkan se tenait au courant de tout ce qui se passait dans l'enceinte Kumojine et haut-delà : la routine pour l'ancien espion Kazejin. Une tâche qu'il avait d'ailleurs été obligé d'appréhender le plus rapidement possible à cause du Sommet et ses responsabilités.

Donc, le manieur de chaleur avait bien évidemment entendu parler de la querelle de bar et de ce soi-disant "espion" qui avait posé des questions, même s'il ne voyait pas le rapport entre les deux. Pourtant, le Troisième du Shin-Kekkaimusho ne se sentait que peu concerné par cette affaire, qui concernait davantage le Kyuubu. Si cet espion en était réellement un, il était particulièrement mauvais ; sinon, ce n'était qu'un personnage essayant d'attirer l'attention sur lui pour d'autres raisons.

C'était quelque chose d'autre qui avait retenu l'attention de Sharrkan : la présence de mendiants dans l'enceinte de la Citée des Nuages. Il y avait certes les beaux quartiers et les quartiers plus modestes, mais des mendiants ? Dans le Village de la Science ? Du progrès social ? Voilà qui était nouveau, particulièrement avec les mesures renforcées aux Portes et les salaires plus que corrects pour vivre décemment.

Quelle image cela renvoyait-il aux marchands de passage et à l'international ? De la gouvernance de Raizen ? C'était une situation qui se devait d'être résolue rapidement.

Le Kazejin se rendit sur place, habillé sobrement et comme à son habitude, sans son bandeau shinobi. Il ne lui fallut pas longtemps pour remarquer ceux qu'il était venu chercher et comme si c'était naturel, il vint s'affaler contre le mur en poussant un soupir, au milieu du groupe de mendiants. Il scanna la foule en silence pendant quelques secondes avant de sortir une flasque de sa cape sombre. Il but une gorgée puis la tendit dans la direction de l'homme qui faisait la manche.

« Un verre ? »

_________________

Voyage n°1 de la Source Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 18:36




La Source



Rédigeant des rapports tous plus barbants les uns que les autres à mon bureau au poste de police, je me faisais à la réflexion que la journée ne pouvait pas devenir plus ennuyeuse. S'il y avait bien une chose que je ne supportais pas, et qui ferait certainement de moi un mauvais Kage si un jour le poste devait m'être décerné, c'était bien mon aversion pour la paperasse. Certainement qu'en tant que Kage, il y avait toujours moyen d'avoir une secrétaire pour nous aider, mais ce n'était de toute manière pas le cas lorsque l'on était un simple officier du Kyubu. Quelque chose que je comptais bien changer sous peu. Mais alors que je pestais sur mon bureau, terminant de rédiger le dernier rapport que je devais remettre, de l'agitation se répandit doucement à l'intérieur du centre de police. Prêtant l'oreille, je perçus rapidement la situation qui était à l'origine de cette agitation soudaine, et je ne tardai pas à voir arriver au poste deux hommes qui s'étaient prétendument battus pour une histoire des plus frivoles. Me rapprochant de la scène, les détails de l'histoire ne tardèrent pas à pleuvoir et je sus tout de suite où je devais me rendre ensuite. Enfin un peu d'action !

Sans attendre une seule seconde mais discrètement, le sourire aux lèvres, je fonçai à la taverne en question où le gérant disait avoir discuté avec un vieil homme aux intentions douteuses, et je pris le parti de ne pas rentrer et de ne pas le questionner personnellement. J'avais entendu la description qu'il en avait faite à travers mes collègues, et s'il fallait retrouver quelqu'un, il fallait se faire le plus invisible possible. Toutefois, au loin, j'observai attentivement le tavernier pour en déceler tous les traits, les vêtements et les subtilités qui composaient son apparence. C'était là la première partie du plan. Suite à cela, je m'éloignai de la taverne, et avant de me diriger vers l'endroit où était pointé sa dernière localisation, je me positionnai à l'écart des foules dans un endroit à l'abri des regards. Là, je créai deux copies électriques de moi même qui ne tardèrent pas à revêtir des vêtements amples mais différents, avec des coiffes cachant légèrement leur visage. Quant à moi, l'original, je joignis mes mains en composant un mudra et me transformai en le gérant de la taverne. La seconde partie de mon plan étant finie, il était maintenant l'heure de passer à la phase finale.

Mes clones ne tardèrent pas à se mêler discrètement à la foule, faisant mine de s'intéresser aux babioles qui étaient vendues de part et d'autres de la rue tout en gardant une attention et un oeil avertis sur leurs alentours et sur les différents passants. Quelques instants plus tard, je fis irruption dans la rue, mettant par dessus l'apparence que j'avais usurpé un masque de colère tout aussi factice pour déambuler dans les rues. Je ne tardai pas à reconnaître plusieurs shinobis qui se tenaient là, certainement attirés par l'histoire un peu étrange régnant sur les lieux. Certains des vieillards de la ruelle étaient déjà alpagués par mes congénères, ce qui allait certainement me faciliter la tâche. Et malgré mon cinéma, j'étais moi-même sur le qui-vive, les sens en alerte, prêt à déceler la moindre action, la moindre réaction face à mon petit manège.

-Oy ! Vieillard ! T'es où qu'on discute un peu ! A cause de toi, une bagarre a éclaté dans ma taverne ! Viens ici qu'on en discute toi et moi !

Par ce petit manège, mon but était d'observer les réactions de tout un chacun. Mes clones et moi étions coordonnés pour pouvoir élargir notre champ de vision et notre attention, de manière à ce que rien n'échappe à notre vigilance. La présence des autres shinobis était une aide en soit, car ces derniers seraient tout aussi à même d'observer chez leur interlocuteur un changement révélateur. Face à ce visage familier, si le vieillard en était encore un à l'heure actuel et se trouvait dans la ruelle présente, il tâcherait certainement d'échapper à la situation d'une quelconque manière. Fuir, ou tenter de se faire petit pour ne pas se repérer. Alors, où se cachait-il ?



Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Voyage n°1 de la Source Empty
Ven 15 Juil 2022 - 23:09

Voyage n°1 de la Source





J'y arriverai un jour, dans l'ombre, à récupérer tous les artefacts onkyoton, et des partitions kinjutsu, et je pourrai enfin écraser ces merdeux comme la plèbe qu'ils sont.

Minako était affairée à son bureau, devant toutes ses notes écrites sur plusieurs feuilles volantes, avec une théorie bien rodée sur la santé mentale des criminels. Celle qui implique que la fameuse mélodie "Kusuri no Taisen" ne peut en aucun cas apaiser les personnes dont la démence dépasse de loin les limites du raisonnable. Il fallait selon elle tester sur plusieurs prisonniers cette illusion positive afin de confirmer ou non le fait. Cependant, tant que son compagnon était sans bandeau, il est impossible que la jeune Banshee ne puisse proposer cette expérience. Elle se vit contrainte de laisser l'idée de côté.

Soupirant, elle recula sa chaise et tourna la tête vers la fenêtre. Elle s'ennuyait de manière assez importante. Elle n'avait aucun sujet d'étude humain qui soit assez pertinent pour elle. Cela dit, ses entraînements aux interrogatoires portaient cela dit ses fruits, de sorte à ce qu'elle ait réussi à développer une technique sensorielle sonore d'analyse de fluctuations de la voix d'une personne. Ça lui a déjà servi dans le cadre de sa vie privée en plus de l'aider dans le cadre de ses enquêtes. De plus, aucun de ses frères d'armes n'est assez intéressant à comprendre, ils sont pour la plupart ennuyeux dans leur comportement. C'est comme s'ils sont matrixé par quelque chose qui fait qu'ils se comportent de telle manière, ou plutôt, aucun d'eux n'attise la curiosité de Minako.

À part Ikari qu'elle trouve à la fois attachant et quelque peu foufou, et en même temps son travail au sein du Kyuubu est relativement brillant. Ken aussi à sa manière,avec son projet d'intégrer l'institut scientifique pour améliorer l'onkyoton, son Genjutsu positif, pour étudier le paranormal… elle en était ravie, il l'a enfin écouté et trouve peu à peu son chemin. Mais elle… Elle devait trouver un moyen d'avoir un peu de nouveauté, ou au moins, un petit événement qui pourrait la sortir de cet ennui du jour.

« Tu as baissé ta garde, Zaiki Minako. J'ai encore capté certaines de tes pensées.

Peut-être parce que je me sens en sécurité dans mon bureau, sensei.

– Hmmmm…. Ne baisse JAMAIS ta garde ! »

Ainsi, plaçant un faux souvenir à son élève, le Yamanaka a pu lui montrer en exemple ce que peut faire son manque de discipline à ce sujet.

« C'est compris ? Plus jamais tu ne baisses ta garde ! »

En même temps, c'est vrai, dans le communiqué affiché sur le tableau dans la salle de réunion du commissariat, il est clairement dit que la méfiance est de mise… Minako n'avait d'autre choix que d'approuver la leçon que lui fait son professeur. Elle se força donc à faire le vide dans sa tête et visualiser un dôme insonore mental qui permet normalement de ne pas se faire attaquer de nouveau de cette manière. Plus jamais… son regard se montra ainsi, comme le reflet de cette barrière mentale, plus vide.

« Je peux savoir ce que vous me voulez en fait ?

– Une enquête pour toi. Et un test pour Kyra en tant que nouvel officier du Kyuubu. »

Ainsi, le professeur de Minako lui dépose l'ordre de mission, celui de trouver un marchand ayant causé du grabuge dans une taverne, soupçonné d'espionnage, puis il sort de son bureau, en jetant un dernier coup d'œil à sa disciple. Un jour, il lui dira de faire attention à ne pas être trop sur ses gardes pour ne pas tomber dans la folie, sachant que de plus, elle est une Meikyû. Il est dangereux d'être trop méfiant ou au contraire, trop naïf dans son cas, elle qui développe le pouvoir de ses sceaux.

C'est ainsi que Minako part avec son collègue, un gladiateur aux cheveux d'argent. Elle a pris soin de cacher son bandeau shinobi ainsi que son blason du Kyuubu, et de s'habiller d'un vulgaire jogging épais. Les seules choses qui la distinguent sont le cache-oeil lui protégeant l'œil gauche dont le sceau le rend bien trop sensible à la lumière, et ses brûlures aux flammes sur la joue droite. Ensemble, le duo s'arrêta dans l'une des tavernes présentes sur le chemin et s'asseyèrent afin de boire une chope de bière. Minako a pu entendre Ken ruminer quelques trucs vis-à-vis de son animal yasei qui est en lui. Elle ne savait pas qu'il était présent. Du coin de l'œil, elle veilla sur lui, mais elle devait veiller à ce que l'homme recherché ne lui file pas entre les doigts. Elle fait seulement comme si elle passait du temps avec son collègue, sur ses gardes mais jouant le rôle d'une simple donzelle, en attendant que quelqu'un ose les interpeller.

_________________
Voyage n°1 de la Source Reiu
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
La Source
La Source

Voyage n°1 de la Source Empty
Mer 3 Aoû 2022 - 0:05
Les ninjas de Kumo se mirent en mouvement pour tenter de retrouver la trace du fameux espion s’étant fait remarquer à cause d’une dispute de taverne. En remontant la dernière mention de son passage, le premier à arriver sur place ne fut autre que Kentoku Akio, se faisant passer pour un civil tandis qu’il observait les différents visages pouvant correspondre au profil qu’on lui avait décrit, son attention s’arrêta sur le joueur de cartes qui venait tout juste d’être sermonné par un client mécontent, le traitant de “charlatan”. L’abordant avec un large sourire, Akio souhaitait le tester afin que celui qu’il soupçonnait d’être l’espion dévoile son identité. Le liseur d’avenir marqua un temps avant de battre les cartes devant les yeux attentifs de son jeune client, le vieil homme accepta la poignée de ryôs qui lui était tendue. En acquiesçant à la phrase mystérieuse, il se mit à déclamer des phrases sur un ton cérémonieux et accompagnés de grands gestes:

« Vous êtes au bon endroit, jeune homme. Mon sixième sens me permet de sentir que vous dégagez une présence naturelle, certainement votre avenir sera plein de promesses… Il tira une première carte qu’il posa face cachée, il en fit de même avec une deuxième, puis une troisième. Il les dévoila une à une: la première fut celle d’un squelette portant une faux et découpant des personnes en train de s’enfuir, la deuxième était celle d’une terre en ruines avec des arbres effondrés et la troisième une pile de cadavres brûlant dans un bûcher. Le voyant se mit alors à se concentrer comme s’il était en train de faire appel à une puissance supérieure pour lui transmettre le sens caché derrière les cartes. Oui.. vos informations, je vois un danger de mort, je vois aussi que vos informations vous mèneront sur des lieux particulièrement inhospitaliers… Je vois aussi que beaucoup de personnes y sont mortes avant vous. Mais une lueur d’espoir existe… la seule solution pour vous est de… Mince j’ai perdu ma vision, mais moyennant une “contribution supplémentaire” me permettrait de ne pas perdre ma connection chakratique avec l’Au-delà, vous voyez. »

Tandis que Akio se faisait lire l’avenir dans les cartes sous le regard langoureux d’un Daishi Ken en pleine crise d’identité, Kohaku Kyomei semblait davantage intéressée par l’individu qu’elle avait aperçu à la taverne, un vieil homme relativement bien habillé et manifestement seul à sa table, peut-être attendait-il de la compagnie? Les cheveux cendrés bien brossés et la peau ridée mais encore éclatante, le gentilhomme ne sembla guère importuné par la présence de la ravissante jeune femme qui venait de s’inviter à sa table et au contraire, lui proposa un verre de saké afin de joindre l’utile à l’agréable.

« Je viens d’avoir une dispute avec ma femme qui me reproche mon penchant pour l’alcool, en même temps je n’ai rien d’autre pour me détendre et penser à autre chose. Alors je suis obligé d’aller dans les bars les moins fréquentés de Kumo pour éviter qu’elle me retrouve vous comprenez. Excusez-moi je ne me suis pas présenté. Je suis Ishikura Benjiro, je ne suis qu’un humble marchand. A qui ai-je donc l’honneur? »

Alors que Zaiki Minako épiait la conversation, prête à bloquer le passage si l’homme tentait de s’échapper de la taverne, un autre shinobi se faisant passer pour civil se joignait à la foule des résidents du quartier, un jeune homme aussi torride que les terres dont il était originaire, Sharrkan. Ce dernier se rapprocha subtilement du groupe de mendiants entassés au bord de la rue, et qui ne faisaient rien de particulier si ce n’est regarder les passants. Le vieil homme que le Kazejin aborda l’avisa quelque instants face à sa proposition plutôt inattendue, puis prit la flasque dans ses mains frêles et tremblantes. A ce moment-là, le vieil homme remercia l’inconnu pour son attention et proposa la flasque à un des autres sans-le-sou à ses côtés. :

« Vous êtes bien aimable monsieur. Je n’ai rien pour vous repayer quoi que ce soit, si ce n’est quelques rumeurs. Quand personne ne fait attention à vous, il suffit de tendre l’oreille… »

Avant qu’il ne puisse terminer sa phrase, Ikari débarqua sur place avec ses gros sabots sous l’apparence du tavernier qui avait été témoin de l’apparence de l’espion, le mendiant se tenant aux côtés de Sharrkan s’était immédiatement tourné vers l’origine de la voix et semblait relativement nerveux dans son regard. Remarquant qu'il venait de se trahir par cette réaction, il afficha un sourire reconnaissant qu'il avait perdu à ce jeu de cache-cache et attrapa un bâton posé sur le côté, s’appuya dessus pour se lever.

« Je suis impressionné que vous ayez réussi à me trouver. Dans mon métier il est important de savoir se fondre dans la masse, même si cela signifie de se soumettre à des conditions difficiles. Je suis celui qu’on appelle la Source, reporter terrain depuis plusieurs décennies et travaillant pour le Kunaï émoussé. Il montra un parchemin légèrement froissé sur lequel on pouvait lire le sceau de Johêki, prouvant qu’il travaillait pour le journal. Si vous avez des informations intéressantes pour moi, je suis prêt à y mettre le prix. »


Spoiler:

Choses à savoir:



Revenir en haut Aller en bas

Voyage n°1 de la Source

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'à leur source | Hanae
» Nouvelle source de conflit
» A la source [Densetsu Etsuro]
» Retour à la source [Asaara Oji]
» La fontaine, source de vie. [ PV IKEZAWA SHOJITO]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: