Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une priorité en appelle une autre

Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Une priorité en appelle une autre Empty
Mer 27 Juil 2022 - 14:57

Aizen était en train de lire de façon nonchalante chaque lettre qui composait la pile qui s’était quelque peu accumulée durant son absence. Rien de particulier n’attira son attention hormis une seule qui lui fit plisser les yeux.

Une priorité en appelle une autre D32d37cc0e580d6b97700badf23adcaa
Nara Éria
« Qu’est-ce que c’est ? »
La jeune femme qui était là enlaça le Nara par derrière afin d’avoir ses bras autour de sa taille tout en tentant vainement de regarder par-dessus son épaule, hélas trop haute pour elle. Beaucoup de personnes auraient pu perdre un membre à oser toucher le Nara de la sorte mais pas elle. Nara Éria était… Particulière.

Il ne répondit pas et posa les autres lettres pour se concentrer sur celle-là en fronçant les sourcils. Il la relit plusieurs fois afin de bien s’en imprégner et, une fois fait, la posa avec les autres.
« Qu’est-ce qui te tracasse ? »
Alors qu’il ne répondait pas la jeune Nara se mit devant lui pour le regarder dans les yeux. Son élève avait un problème mais c’était inutile de lui expliquer.
« Je dois y aller. »
Éria sembla choqué, puis déçu.
« Mais ? Tu viens à peine de rentrer et c’était ton seul jour de repos… Tu devais le passer avec nous… »
Elle regarda dans le salon, où sa fille était en train de jouer avec des peluches.
« Tu le savais. Le temps libre pour un shinobi n’est qu’une chose abstraite. »
Il ne lui donna pas plus d’explication. Il était aussi déçu de ne pas pouvoir passer cette journée avec elles mais il ne servait à rien de le montrer.

Une priorité en appelle une autre E467116a5dd6b180dfc40893db20a678
Nara Miku
« M’sieur Aizen tu parts ?! »
Miku, la fille de Éria, était devenu bien plus avenante envers le Jônin après avoir appris à le connaître. Bien que ce dernier ne révélait souvent pas grand-chose.

Le Nara s’abaissa à son niveau puis lui sourti.
« Je t’ai déjà dit de m’appeler simplement Aizen. »
Lui dit-il en apposant avec affection sa main sur sa petite tête brune.
« Oui mais c’est rigolo parce que ça t’embête. »
Elle ricana. Elle n’avait pas tort. Cela lui donnait d’autant plus envie de rester mais son devoir l’appelait.

Il avait prévenu Éria avant de s’engager là-dedans. Elle devait savoir que shinobi n’était pas un métier, surtout quand il s’agissait de Aizen. C’était un dévouement de tous les instants, vers des buts supérieurs afin qu’elle et sa fille puissent justement vivre normalement. Un monde emplit de ténèbres ne laisserait pas place à la possibilité d’une telle vie. S’il voulait préserver cela alors il devait donner un investissement de tous les instants. S’il voulait leur offrir le meilleur il devait devenir le meilleur, et faire pareil de son entourage.

Il se leva pour partir. Finalement, la porte entrouverte, il se retourna et lança un regard affectueux à la Nara.
« Je vais essayer de rentrer au plus vite. »
Puis il partit.

Son regard se fit plus dur lorsqu’il s’engagea sur la route pour aller vers chez son élève. Qu’est-ce qu’il avait bien pu arriver pendant son absence pour que son élève se retrouve à demander ainsi son aide ? Cette lettre ne lui ressemblait pas. Il semblait hésitant et semblait vouloir cacher quelque chose tant il ne disait rien.

Si bien que le Nara vint à se demander si ce n’était pas un piège. Il espérait que son élève n’avait rien. Il était un Chûnin et adulte accomplit, avec une famille. S’il venait à demander son aide personnellement de la sorte cela voulait dire que c’était sérieux. Un rapport avec ce marteau… L’esprit qu’il contenait, qui semblait lui parler, s’était-il montré malveillant ?

En approchant le Nara activa alors son don des anciens, hérité de ses pouvoir de samourais, afin de se préparer au pire. Qui pourrait savoir ce qui l’attendait vraiment ?

Il toqua à la porte de son élève, espérant le retrouver en bonne santé de l’autre côté.


Spoiler:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Une priorité en appelle une autre Empty
Sam 30 Juil 2022 - 15:57
Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis que le Metaru avait déposé la missive dans la demeure du Nara. Le fils du fer dont la patience avait été légendaire, n’en pouvait plus d’attendre. Il avait besoin d’échanger avec le Nara pour retrouver la maitrise de soi. Tous les jours il luttait contre le berserker en lui qui l’exhortait à se battre continuellement contre n’importe qu’elle personne s’approchant de lui. Il en avait parlé avec sa femme, elle semblait croire qu’il s’agissait d’un effet secondaire de cette tranfusion sanguine contre nature qu’il avait subit pour devenir gladiateur. Expliquant que cette soif de combat et de sang la plupart des gladiateurs berserker la ressentait mais vivaient avec depuis leur naissance. Akagi lui la découvrait adulte et elle était décuplé, il n’était pas armé pour la combattre malgré ses principes et sa force mental. Il avait besoin de support.

Alors qu’il ruminait une nouvelle fois, il entendit quelqu’un toquer à la porte de sa demeurre. Sa femme et son fils n’étant pas présent, il se rendit à l’entrer et ouvrit. Aizen se tenait devant lui comme en réponse à son appel muet. Il s’écarta pour le laisser entrer et le salua :

« Aizen-senseï heureux de vous voir de retour. »

Toujours respectueux envers son maitre, il lui fit signe de s’installer dans le jardin voulant profiter de la fraicheur hivernale pour calmer ses ardeurs qui le reprenait. Il lui proposa une boisson, puis après lui avoir apporté s’installa proche de l’albâtre.

« Merci d’avoir répondu à ma demande. »

Akagi hésitait, il ne savait comment aborder le problème. Le chuunin n’avait pas l’habitude de douter et finalement décida de commencer sans filtrer quelconque information, faisant aveuglément confiance au Nara lui ayant sauvé la vie.

« J’ai failli tuer Hideko… il y a quelques jours de cela… »


Il baissa la tête de honte, pourtant en son cœur, il ne sentait pas de réel regret. Sa honte trouvait naissance dans l’impression d’échec que le Metaru ressentait. L’officier au calme reconnu, maitrisant toujours ses émotions étaient devenu une bête de rage l’espace d’un combat. Il continua à expliquer à Aizen.

« Depuis que j’ai obtenu le sang des gladiateurs, j’ai développé la mutagenèse des berserkers.. et avec elle une soif de combat, une rage constante qui me dévore de l’intérieur. Hideko m’a convié à une rencontre sur un terrain d’entrainement… et après plusieurs échanges… elle… j’ai… j’ai perdu le contrôle, j’étais comme noyé dans un océan de rage dans mon propre esprit... je n’arrivais même plus à malaxer du raïton… c’est comme-ci le berserker avait pris le dessus sur moi. Et pourtant ce n’est pas vrai. Je n’ai pas plusieurs personnalité s’était bien moi, je jubilais de cette liberté et de cette rage qui me traversait…. Ma raison semblait embrumée par un voile de sang… je n’ai jamais vécu ça. Sans Akio, qui est intervenu à la dernière minute, j’aurais tué Hideko. Je ne peux pas être un shinobi kumojin si je ne peux contrôler cette force... »

Il s’arrêta, il savait qu’Aizen pouvait le mettre aux arrêts. Il pouvait prévenir les autorités, il pouvait lui retirer ses responsabilités et son insigne mais le Metaru avait choisi de lui faire confiance entièrement, enfin il finit :

« Vous avez toujours été un modèle de zen et je vous ai plusieurs fois entendu dire des préceptes de votre foi envers Kougen. Cela semblait toujours tendre vers la paix. Je me demandais si vous pourriez m’aider à retrouver cette paix intérieure et à contrôler mon côté berserker pour l’utiliser et non en être la marionette… Pouvez-vous m’aider senseï ? »

Alors qui lâchait ses derniers mots, il sentait en lui son sang bouillonner, comme si le berserker sentait la présence d'un adversaire puissant contre qu'il voulait tester ses limites. Il contracta la mâchoire sous l'effort et serra les mains jusqu'à blanchir ses phalanges. Ce combat contre Hideko avait détruit les digues contenant l'océan de cette rage et elle emplissait désormais son esprit continuellement.

_________________
Une priorité en appelle une autre Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Une priorité en appelle une autre Empty
Dim 31 Juil 2022 - 17:50

Lorsque la porte s’ouvrit le Nara fut quelque peu rassurée. Pas de piège. Pas de danger. Juste Akagi qui semblait… A bout. Il n’aurait pas su décrire son expression autrement. On dirait qu’il était resté derrière la porte à attendre sa venue. Toujours aussi curieux de savoir ce qu’il se passé le Nara entra.
« Bonjour. C’est bien normal. »
Le Nara s’autorisa une petite observation des lieux en passant mais il fut vite invité à rejoindre l’extérieur pour prendre une boisson de son choix, un thé, afin de s’installer et de rentrer dans le vif du sujet.

Et le sujet fut effectivement très vif dans son annonce la plus marquante. Mais pas plus que cela pour le Nara, pas extérieurement du moins. Fronçant les sourcils légèrement pour marquer son écoute de la nouvelle tout de même étonnante. Il prit sa tasse et en bu une gorgée en ne disant rien. Il ne dirait rien pour le moment, il écoutait.

Une priorité en appelle une autre Aizen-drinking

Tout en buvant sa boisson et en écoutant ses paroles le Nara fixait son élève, le jaugeant chaque instant pour comprendre ce qu’il pouvait ressentir. Car il l’avait déjà compris, tout était question de ressentiments à ce moment.

Le sang des gladiateurs. Le mutagène des berserkers. Une soif de combat. Une rage constante. La perte de contrôle… Aizen nota chaque point dans son esprit. Il fallait dire qu’il était étonné bien qu’il n’en montra rien, comment Akagi avait pu basculer. Lui qui était connu pour son esprit droit. Il avait cela dit toujours adoré le combat, et s’était déjà vu bien galvanisé par ce dernier n’hésitant pas à faire couler le sang ou à voir le sien couler. Mais de là à manquer de retenue ? Jamais.

Mais le Nara, prenant une nouvelle gorgée de son thé, se dit que son élève était déjà quelque peu dans le faux. Était-ce vraiment sa soif de combat qui l’avait poussé à agir ainsi ? Car il le savait, s’il tué son adversaire alors sa soif de combat ne pourrait être étanché. Mettre fin à ses jours ne permettrait pas de l’affronter de nouveau. Cette perte de contrôle devait allait chercher bien d’autres raisons et ce serait son rôle de les découvrir. Ou plutôt, de faire comprendre au Metaru, car il ne pouvait être que le seul à trouver, lui face à lui-même. Le Nara pourrait l’y guider.

Le Nara hocha la tête d’un air satisfait. Quelque ce soit les sentiments dont le Metaru était en train de devenir l’esclave il en avait au moins pris conscience, ce qui pouvait déjà représenter un grand pas. Mais il devait se tromper, et entrevoir qu’une partie de la vérité ? C’était obligatoire, on ne pouvait pas rester l’esclave d’une chose en la comprenant totalement, sinon on s’en émancipait forcément. Il serait son guide, sa lumière sur ce chemin obscur qu’il s’était mis à emprunter. Car dans le noir complet, il était impossible de retrouver la bonne route.

Aizen continua de boire sa boisson tranquillement, pendant plusieurs minutes il resta là à observer Akagi sans ne lâcher aucun mot. Cette ambiance se fit de plus en plus oppressante. Quelle était la patience du Metaru pour rester là face à son sensei qui ne disait rien alors qu’il attendait des réponses ?

Attendant une réaction quelconque de sa part et finissant sa boisson tranquillement, le Nara finit par se lever avant d’enfin prendre la parole.
« Allonge toi sur le dos. »
Il montra le sol avec un large geste de la main. Calmement, le Nara resta debout à attendre que le Metaru se mette en place, dos à lui sans même le regarder, il saurait quand cela serait fait.
« Tu vas fermer les yeux. »
Le Nara ne donnait aucune explication, il comptait sur son élève pour s’exécuter sans discuter car il savait ce qu’il faisait. Sinon il ne lui aurait pas demandé d’être ici.
« Je ne vais pas te demander de penser à rien ou ce genre de stéréotype de la méditation. La paix ne s’atteint en supprimant ses émotions ou ses idées négatives. Tout est question d’équilibre. »
Tout était toujours une question d’équilibre. Mais pour lui cela ne voulait certainement pas dire encore grande chose.
« Tu as parlé de Kougen, il existe des préceptes. L’un d’eux indique très clairement la chose dont tu manques le plus en ce moment… Ou au moins la première étape du périple vers cet équilibre que tu recherches. »
Les préceptes de Kougen n’étaient pas que des idéologies religieuses tout comme cette religion n’en était pas vraiment une. Ce culte relevait plus du mode de vie. Un mode de vie qui tendait à rechercher l’équilibre parfait, ce que recherchait justement le Metaru.
Ainsi le Nara exprima cette idée comme si c’était une annonce solennelle.
« La connaissance. »
Il marqua un temps de pose, il posa enfin le regard sur son élève en tournant la tête en arrière. Il ne devait pas encore comprendre, i ldevait être perdu dans un méandre d’idée. Chacun de ces idées représentant un chemin sinueux dont il ne pouvait même pas espérer deviner la situation. Il devait le guider, grâce à la voie Lumineuse il pourrait éclair ses idées et voir plus clair. Enfin, il saurait.

Une priorité en appelle une autre 6w4a
« Tu te dois de comprendre, te comprendre. Comprendre ce qui ne va pas, à quoi bon chercher la solution à un problème qui t’es encore inconnu. Et dans tout ce dont tu m’as parlé je n’ai pas aperçu ta compréhension. Tu ne parles que des conséquences, pas de la cause. Alors j’ai une question pour toi Akagi, et une seule pour l’instant. »
Il se retourna enfin complètement.
« De quoi as-tu peur ? »
Une question si simple qu’elle en devenait compliqué. Savait-il seulement qu’il avait peur, que tout le reste découlait de ça ?

Comme lui avait eu peur lorsqu’il était arrivé à Kumo alors qu’il ne savait pas quoi faire de son avenir.
« La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. »
Voilà ce que lui avait enseigné le Grand prêtre.

Spoiler:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Une priorité en appelle une autre Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 16:19
Aizen ne fit montre d’aucune émotion comme à son habitude, Akagi n’en fut choqué, un haussement de sourcil pour toute réaction. Le géant de métal savait que malgré ce faciès de marbre, les neurones de l’ombre était déjà en action, cherchant la solution et le meilleur angle d’attaque. Pui sans s’émouvoir, il prit les choses en mains. Le Metaru lui avait demandé son aide et la prise de contrôle d’Aizen le rassurait dans son choix. Il exécuta, sans se poser de questions, les ordres du Nara. Il s’allongea tout d’abord, puis ferma les yeux. Il ressentit le tumulte dans son esprit, il n’arrivait à garder son calme habituel, il avait besoin d’action. Il lutta pour rester totalement immobile. Aizen parla d’équilibre, chose que le Metaru ne trouvait plus. Lui-même avait tenu un discours similaire quelques semaines plus tôt à Minako. Désormais il se sentait idiot. Il écoutait son précepteur lui expliquer ce qu’il savait mais n’arrivait plus à atteindre. Le fils du fer se sentait perdu, il ne trouvait l’arme pour combattre cette candeur l’exhortant au combat.

Le Nara continua ses explications et pointa le manque de compréhension d’Akagi. Le chuunin voulu rétorquer. Répondre à Aizen qu’il savait exactement d’où lui venait se mal. Les heures passés sur la pierre froide à se vider de son sang et se remplir d’un autre, à hurler de douleur à croire mourir. Pourtant il se retint, une nouvelle fois. Non le Nara voulait qu’il cherchât plus loin qu’une simple explication superficielle. Ce n’était pas un liquide coulant dans ses veines qui lui posait problème. Il s’agissait d’un mal plus profond. Son senseï ajouta une phrase avant de laisser Akagi se débattre avec lui-même :

« De quoi as-tu peur ? »

Question vaste et ridicule à la fois. Shinobi accompli, le Metaru n’avait peur de rien. La mort ne l’inquiétait guère, compagne de leur vie militaire, il ne pouvait se payer le luxe de la redouter. Peur pour sa famille, non comme il l’avait expliqué il respectait trop sa famille pour leur coller une étiquette de faible nécessitant protection. Bien qu’il souhaitât être le premier bouclier de celle-ci, il n’avait pas pour autant une peur intestine et incontrôlé de les voir disparaitre, il avait foi en eux, en son clan et Kumo. De quoi avait-il peur ? Akagi chercha dans son esprit. Il sentit cette colère l’atteindre une nouvelle fois. Il avait toujours choisi sa raison sur ses sentiments. Son code de conduite, le suivi des règles et des lois. De la hiérarchie et des ordres. Il sentait que ce nouveau sang, le poussait à plus de spontanéité, à être plus impulsif. Il avait peur de le laisser prendre le dessus. Il le gardait donc en cage. Depuis sa transformation en gladiateur, il ne s’acceptait pas entièrement, sa soif de combat, sa fierté, son arrogance avait été exacerbé et il avait peur de devenir un autre homme, de perdre sa légitimité, de perdre le respect de ses pairs, de perdre ce qui faisait de lui une exception. Son esprit juste et impartial. Laisser ses émotions de berserker libres le rendait incapable d’émettre un jugement équivalent pour tous. Il deviendrait à n’en pas douter juge et bourreau. Il marmonna les yeux fermés :

« Je dois garder ses émotions sous cage, je dois garder mon esprit clair. Je ne peux pas trouver l’équilibre face à elle… la seule solution c’est de les enfermer… J’ai peur de me perdre… de devenir différent. »

Il ajouta sans même y penser :

« De ne jamais obtenir le respect que l'on me doit. »

Le Metaru s’étonna presque de cette réplique, pourtant il sentait que cela resonnait comme un vérité pour lui. Il se demanda si ce n’était pas déjà ce sang qui le changeait ou alors qu’il découvrait ce besoin de reconnaissance par l’intermédiaire de l’exercice imposé par Aizen. Le Metaru secoua la tête et se redressa sur les coudes, il ne réussit à retenir son impatience, et grommela :

« Assez. Quel intérêt de rester coucher à ne rien faire. Dites-moi comment enfermer mes émotions comme vous semblez le faire. Que j’en finisse avec ça et je retourne à mon travail. »

_________________
Une priorité en appelle une autre Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Une priorité en appelle une autre Empty
Mer 3 Aoû 2022 - 11:13

Les paroles du Metaru semblaient émerger d’une bataille interne. Bien que cachée au fodn de son esprit les tumultes de cette tempête interne étaient perceptibles. Que ce soit par ce langage semi-agacé ou cette immobilité impossible à maintenir.

Le Nara plissa les yeux, il avait souvent dit qu’il ne fallait pas écouter ses émotions. Et lui-même en semblait dénuer, mais le Metaru ne semblait pas avoir compris l’essence même de l’équilibre qu’il convoitait tant.
« Enfermer tes émotions ? »
Mais ile ne comprenait pas. Dans ce flot de données qui devaient traverser son esprit il ne savait plus quoi croire. Il ne savait plus qui il était.

Aizen ferma les yeux, comprenant de plus en plus limpidement ce qui arrivait à son élève. Ses simples mots, sans filtre, le permettait à chaque fois de plonger un peu plus dans le méandre de ses pensées négatives.
« Perdu, tu l’es bien. »
Peur de ne pas obtenir le respect qu’on lui doit. Le Nara secoua la tête, cela ne voulait rien dire. Ce n’était qu’en surface. Il fallait voir bien plus profondément. Mais puis il s’engouffrait dans ses émotions et plus il ne devait pas les comprendre. Il ne voulait pas y plonger, il avait peur de se perdre d’autant plus. D’oublier qui il était. C’était ça, la peur de se perdre.
« Quel respect pourrait te donner autrui alors que tu ne sais pas accepter toi-même ce que tu es. »
Il commença à s’agacer, gardant sa position seulement qu’un instant. Il pensait qu’il perdait son temps à se plonger là-dedans. Mais sa colère n’était que l’émanation de sa peur. La colère permettait de mettre cela de côté et de ne pas l’affronter.
« Loin de ne rien faire, représente la méditation. »
Le Nara se plaça sur le côté du Metaru afin qu’il l’ait en visuel. Il plaça d’abord une main sur le côté, la paume vers le haut. Puis fit de même avec l’autre. Il regarda sa main puis l’autre.
« L’esprit d’un côté… Le corps de l’autre… »
Il avait tort, ce n’était pas une perte de temps. Le Nara avait tant développé son esprit que ce dernier lui permettait maintenant de se protéger de violation extérieure. Cela lui permettait d’amener ses sens à leur paroxysme mais aussi d’influencer ses capacités physiques.
« Le Chakra est le mélange subtil des deux, sous-estimer le premier te fera devenir la brute que tu sembles redouter. Et cet esprit bien développé sera capable de te donner des pouvoirs que tu n’imagines même pas. Au-delà de tout ça un esprit reposé, clairvoyant, sera ton allier pour comprendre tes émotions et pour les… »
Là encore il se trompait. Il pensait que le Nara ne ressentait rien, là où justement il fallait parfaitement comprendre ses émotions pour éviter de les extérioriser de manière inutile.
« On n’enferme pas ses émotions, on ne les fait pas taire. On essaie de les comprendre au maximum, plus que quiconque. L’équilibre parfait s’atteint quand justement on comprend les émotions mieux que n’importe qui. Tu es un humain, tu ne pourras jamais ne rien ressentir. Si tu essaie une telle chose tu seras que l’esclave d’une souffrance certaine. On ne peut pas vivre avec un mal qu’on ne comprend pas. »
Il fallait qu’il voie la réalité en face. Il ne pourrait jamais renfermer ses émotions et les annihiler. Ou s’il y parvenait il deviendrait sans doute pire que ce qu’il semblait déjà redouter.
« Mais si tu parviens à tout comprendre, que tout soit limpide alors là tu pourras compenser la balance par la logique. Si tu sais pourquoi tu as peur, si tu sais d’où provient cette peur et quelle est sa nature la plus palpable alors… Tu pourras trouver une solution pragmatique prouvant à ton esprit que cette peur n’a pas lieu d’être. La peur ne disparaîtra pas mais tu auras la capacité à faire émerger ce sentiment opposé permettant alors de l’ignorer comme si elle n’existait pas. »
Mais le Nara n’était pas là pour par er par énigme. Il devait le guider, il ne pouvait réaliser ce combat à l’intérieur de lui seul mais Aizen pouvait l’y guider.
« Tu es en colère… En colère contre toi-même. Tu te détestes pour ce que tu es en train de devenir. Tu souffres de ça. Alors je précise la question. Pourquoi as-tu peur ? Peur de devenir ce vers quoi tu sembles tendre. »
S’il était perdu et que le Nara était là c’était bien pour une raison. Il ne sombrait pas vers quelque chose d’autre, personne ne cherchait à effacer l’ancien Akagi. Sinon il ne l’aurait jamais avoué comme il l’avait fait.
« Tu cherches à annihiler ce que tu deviens. Au lieu de l’accepter et chercher à le maîtriser, vivre avec, compenser ce nouveau toi par l’ancien. Tu dis avoir voulu tuer Hideko, par soif de combat. Or, si tu avais mis fin à ses jours tu n’aurais pas pu la combattre de nouveau. Tu t’es laissé emporté en jubilant de cette nouvelle liberté que tu ne t’étais jamais permise avant. Un opposé cloisonné bien longtemps en toi a explosé d’un seul coup. C’était si galvanisant que tu as voulu t’y abandonner. C’était une erreur, mais tu l’as compris sinon je ne serais pas là. »
Il devait comprendre le manque de logique dans son raisonnement. Car seul cette logique permettrait d’équilibrer ses émotions.
« Maintenant comprend le, ne cherche pas à le faire taire et vis avec. Tu ne peux plus ignorer qui tu es vraiment même si ça semble te changer radicalement. Ressens tes émotions mais ne les laisse pas te dominer, car chaque émotion a une raison d’être là et si tu la comprends alors tu ne pourras pas devenir son esclave. »
Il devait le guider, par l’enseignement qui lui avait été donné par la Lumière.
« De cette compréhension découlera sérénité et harmonie. Et ainsi tu pourras atteindre l’équilibre te procurant la paix intérieure, seulement en t’acceptant totalement tel que tu es. »
Sans pour autant les citer, les préceptes guidaient ses paroles.

Spoiler:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

Une priorité en appelle une autre

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyeurisme ou Coïncidence ? [Libre, Priorité Keitei]
» [Mission B] Le premier cercle appelle la médecine mondiale
» [Mission B] [Gr.3] Le premier cercle appelle la médecine mondiale.
» Mission B || Groupe 4 | Le Premier Cercle appelle la médecine mondiale
» D'une ombre à une autre.

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: