Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Retour au bercail (Libre)

Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Lun 22 Aoû 2022 - 15:42
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - Libre

~ Kumo - Hiver 205 ~

Débout face à l’Arche Grise où s’engouffrait en sifflant la brise hivernale, tu fixas cette structure que tu n’avais pas vu voilà presque un an. Voir cette œuvre des Metaru, fit surgir en toi quelques souvenirs : des rencontres, des combats, des départs en mission, des retours au domicile. Oui, tu avais autrefois un foyer ici mais aujourd’hui tu te sentais comme une véritable étrangère.

N’empêche t’es toujours aussi moche ! ” lâchas-tu au bout d’un moment à la structure de métal comme si celle-ci pouvait t’entendre.

Voilà plus d’une semaine que tu étais rentrée du Pays du Feu. Tu étais d’abord retournée à ton domicile à Teitetsu pour prendre des nouvelles de Dame Tatsuki, une femme qui se considérait comme ta mère adoptive et qui administrait le Jardin des Sens, un établissement des vices sans être un véritable bordel. Lieu où toi-même avait joué le rôle d’une “fleur” au nom de Tsubaki pour divertir des hommes. Activité qui te permettais de tuer le temps et l'ennui mais que tu trouvais complètement dénuée de sens aujourd’hui. Présentement, tu aspirais à autre chose. A une chose qui te correspondait mieux et tu espérais que Raizen pourra t’offrir. Voilà était la raison de ta présence devant la porte de Kumo actuellement.

Tu avais profité aussi de ton passage à Teitetsu pour troquer tes vêtements bien trop voyants et vulgaires contre un style moins provoquant. Celui-ci ressemblait fortement à ton look d'avant ton départ de Kumo. Nostalgie du passé ? Tu te le demandais. L'unique différence flagrante entre les deux était que tu avais de la couleur dans les cheveux quant bien même tu avais gardé le même style de coiffure. Une idée de ta "mère adoptive" qui pensait que cela adoucirait un peu ton expression qui, selon elle, était bien trop froide pour plaire aux garçons. Pourtant, tu ne cherchais à plaire à quiconque, au contraire, à choisir tu préfèrerais être ignoré voir même être détestée mais, ne désirant pas prendre le choux avec Dame Tatsuki, tu l'avais laissé faire et au final, tu aimais assez le rendu.

Nouveau look de Yamiko (couleur des yeux à modifier):

Sans un mot, tu patientas dans le froid, attendant que quelqu’un vienne à ta rencontre. Ne cachant ta présence, ni ton chakra, tu savais que tu étais épiée et peut-être même analyser à distance. On ne t’arderait certainement pas à venir t'accueillir. Tu te demandais quel genre d’accueil te sera réservé. A toi qui avais délaissé le Village entre les mains des Teikokujin. Quoiqu’il adviendra, tu ne comptais pas cependant user de la violence sauf si ta vie était en danger. Tu n’étais pas ici pour engendrer de problèmes mais pour t'entretenir avec le Raïkage …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Metaru Anzu
Metaru Anzu

Retour au bercail (Libre) Empty
Sam 27 Aoû 2022 - 2:50
De passage devant la porte, il fallait bien qu'elle se fasse accoster par le premier supérieur incapable de détecter une mouche pour qu'on lui demande de l'aide. Anzu se doutait que les senseurs de Kumo ne sont pas nombreux parmi les Chunins, mais tout de même, devoir la déranger alors qu'elle était dans ses expériences, cela la faisait regrettée quelques parts de se spécialisés dans la sensorialité. La voilà obligée d'être de garde à la porte par manque de senseurs, il allait vraiment falloir qu'on trouve un moyen de rendre la Sensorialité plus utilisée dans Kumo, c'était un grave danger que de n'avoir des expertes en la matière qui ne se compte que sur les doigts une main - bon, peut-être deux mains -. Elle aurait certainement pu propulser sa discipline si elle avait gagné à ce tournoi contre Nara, même si elle a montrée la puissance de ces talents contre ce pirate. Après tout, si elle n'avait pas vu ces fantômes, elle aurait certainement continuer de penser qu'il s'agissait juste d'un médecin. Mais bon, avec la victoire d'Aizen, cela a plus fait de la pub pour le Bukijutsu et le Ninjutsu que pour la Sensorialité. Bref, ce problème sociétale la dépasse pour l'instant, ce qui l'énerve surtout c'est de devoir mettre en pause ses travaux pour pouvoir faire la sentinelle alors qu'elle a dû laisser ses travaux en pause depuis trop longtemps avec cette réunion au sommet et les dernières découvertes.

Elle soupire, sous l'ombre de son ombrelle ouverte et posée sur son épaule, elle observe les différents passants avec l'aide de son oeil éveillé par un sceau, lui permettant de pouvoir analyser assez facilement et de manière économique le chakra des passants. Il y avait pas beaucoup de shinobis pour l'instant, mais elle pouvait voir une certaine signature chakratique qu'elle connaissait s'approcher. Elle connait la personne qui la connait, leur relation n'a pas toujours été tendre, surtout au début - elle a mis cette femme en prison après tout -, mais c'est vrai que ça faisait un moment qu'elle avait pas eu de nouvelles de sa part. Même Itagami ignorait où elle était passée, et pourtant, il lui semblait qu'elle avait un lien très spécial avec elle. Enfin, elle vient s'approcher de Yamiko qui semble avoir fait un relooking, pas un très gros, vu qu'elle l'avait connu en train de porter ce genre d'habit et une coiffure différente.

- Tiens, voilà un chakra que je n'ai pas ressenti depuis un moment, cela fait combien de temps qu'on ne s'est pas vu Yamiko ? Un an ?

Gardant son ombrelle sur son épaule, elle observe sa belle-cousine, elle a pas l'air blessée, ni même d'avoir un gros bagage avec elle.

- Itagami s'inquiétait tu sais ? Où est-ce que tu es passée depuis tout ce temps ?

C'est vrai après tout, elle n'a pas donné signe de vie, ni même donné de nouvelles, donc oui, elle a tout à fait le droit de se poser la question.

_________________

Retour au bercail (Libre) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13306-metaru-anzu#117689 https://www.ascentofshinobi.com/u784
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Retour au bercail (Libre) Empty
Dim 28 Aoû 2022 - 11:56
Akagi, en poste à la porte régulièrement depuis le passage en alerte maximale du village, conversait avec un autre officier sur les allées et venues des marchands. Réfléchissant de concert avec son collègue pour améliorer la situation à l’arche grise. Sous l’édifice majestueux que ses ancêtres avaient édifié de leurs mains expertes d’architecte et forgeron, une masse agglutinée de badaud, marchand et shinobi attendait avant de pouvoir entrer aux villages. Filtrant désormais les entrées, dans la foule ainsi massée diverses rixes, altercations et mouvement de foule engendrait régulièrement des interventions du Kyuubu.. Ralentissant encore les admissions. Cela ne pouvait durer, le Metaru réfléchissait à un système ordonnant la foule en une file plus longiligne, avec une méthode de traitement de chaque cas, accélérer par des postes dédiés à chaque membre de la police présente aux portes.

Alors que son collègue lui proposait de mettre en place des horaires d’entrées en fonction des cœurs de métiers et que le fils du métal réfutait avec un argumentaire simple cette idée saugrenue, un minareï les interrompis. A chaque fois qu’un shinobi se présentait devant l’arche grise, les apprentis du Kyuubu devait informer les officiers. Les êtres dotés de chakra étaient tous sans exception arrêter à la porte pour un entretien avec un officier. L’ennemi était partout de nos jours. Akagi remercia le minareï et pris congés de son collègue pour aller à la rencontre de la femme décrite par le jeune homme.

Arrivée sur place il constata qu’Anzu discutait déjà avec la nouvelle venue. Le Metaru se renfrogna, elle ne respectait pas le protocole d’alerte du village. Normalement, le kyuubu s’occupait des admissions dans ses temps troubler. Il entendit le nom de l’inconnue en s’approchant Yamiko. Il regarda la kunoichi en s’approchant. Le géant de métal réfléchit un certain temps avant de se rappeler de sa cousine, il ne la connaissait pas particulièrement et ne s’attendait pas à la voir de retour surtout qu’elle avait quitté Kumo depuis un certain temps. Il devrait se replonger dans son dossier avant de pouvoir l’admettre afin de comprendre les raisons de son départ. Arrivant sur place, il s’arrêta aux côtés d’Anzu, lui faisant face :

« Bonjour Anzu, je vois que tu viens prêter main forte au Kyuubu dans sa tâche d’admission... »

Le Metaru ne voulait montrer quelconque dissension, Anzu comprendrait certainement le message entre les lignes. Sa transgression des directives actuelles, même si minime devait être souligné. Il prendrait le temps de l’avertir ouvertement plus tard, seul à seul. Il se tourna enfin face à Yamiko, sa cousine et détailla son visage avant de s’exprimer.

« Bonjour Yamiko, je suis Metaru Akagi, officier du Kyuubu. Ton retour au village est inattendu. Malheureusement tu arrives dans une période bien troublé et avant de ne pouvoir te laisser entrer, tu vas devoir de me suivre pour que l’on puisse discuter, au calme. »

Il se tourna n’attendant pas particulièrement de réponse faisant signe à Yamiko de le suivre. Il se dirigea vers une alcôve abritée dans cette large arche, le brouhaha constant devenant un bruit de fond étouffé par les parois de métal. Profitant de la présence d’Anzu, il lui susurra à l’oreille :

« Puisque vous êtes ici, belle-cousine, puis je vous demander de rester avec notre cousine un instant, le temps pour moi de récolter quelques informations. Je pense que tu sais que t’en que l’accueil et les conditions de celui-ci n’ont pas été déterminé par le Kyuubu, tu ne peux la laisser entrer, ni lui donner quelconque informations.»

Il se tourna vers Yamiko :

« Je reviens d’ici peu. Voulez vous boire quelque chose cousine ? »

Le Metaru ne montrait pas cette sollicitude à tous les shinobis arrivant au porte mais il s’agissait tout de même d’un membre de sa famille. Il attendit la réponse de celle-ci puis se dirigea rapidement vers le Kyuubu pour s’instruire du dossier de Yamiko.

_________________
Retour au bercail (Libre) Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Mar 30 Aoû 2022 - 16:40
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Metaru Anzu & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

Un visage connu finit par se présenter à toi et avant même que son propriétaire n’ouvrit la bouche, tu affichas un sourire en coin. Voir Anzu te rappelait tellement de souvenirs. La savoir avec ta sensei Itagami, après ce qui s’était passé entre vous, t’amusait intérieurement.

« - Un an peut-être mais cela n’a aucune importance, non ? Ce n’est pas comme si je t’avais manqué. »

Un sourire plus large que le précédant s’esquissa sur ton faciès. Malgré le temps, tu appréciais toujours autant taquiner la Sendai.

« - Si ma sensei s’inquiétait autant pour son élève, elle aurait dû me donner de ses nouvelles, ne crois-tu pas ? … Je ne savais pas où elle était partie alors comment aurais-je pu la contacter ? Elle par contre, savais parfaitement où je me trouvais. Je ne suis partie de Kumo que plusieurs mois après son départ. Si elle avait voulu garder contact, elle aurait pu m’informer. »

Malgré tes propos, tu ne faisais aucun reproche à Itagami. Bien que tu eusses une personne qui n’accordait pas tellement d’importance aux liens passés, tu t’étais cependant suffisamment attachée à Itagami pour t’être demandée maintes fois comment elle et ses enfants allaient. Malheureusement, tu n’avais aucun moyen de la contacter, ne sachant pas quelle direction elle avait prise après la chute de Kumo entre les mains des teikokujin.

Vous n’aviez pas le temps de poursuivre votre conversation car un homme vous rejoignit. Celui-ci se présenta comme étant un Metaru et officier du Kyuubu mais ni son nom, ni son visage te parlait. Mais rien de surprenant à cela car tu n’avais réellement fréquenté que quelques Metaru à l’époque. Tu fus un tantinet surprise par l’accueil plutôt chaleureux qu’Akagi t’accordait alors qu’il se montrait moins enthousiaste envers Anzu qui semblait avoir empiété sur le domaine du Kyuubu.

« - Merci d’être venue me voir … belle cousine. On se reverra plus tard si tu veux. »

Une invitation à Anzu de partir alors qu’Akagi s’était éclipsé après que tu eusses décliné poliment sa proposition de boisson tout en le remerciant de sa complaisance à ton égard. Tu ne tenais pas à ce qu’Anzu ait de problème à cause de ta personne. Acte que tu n’aurais jamais entrepris à l’époque mais tu avais changé. Tu avais gagné en maturité. Du moins, c'était ainsi que tu aimais justifier ton comportement alors que confortablement assise, les bras et les jambes croisés, tu attendait calmement le retour de ton cousin …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Jeu 8 Sep 2022 - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Metaru Anzu
Metaru Anzu

Retour au bercail (Libre) Empty
Dim 4 Sep 2022 - 23:16
- Difficile de t'oublier vu comment tu m'as marqué.

Disait-elle en retour de la taquinerie de Yamiko, il fallait dire que si ces informations pouvaient être plus embarrassant à l'idée de s'en rappeler après que ceci s'est passé, il fallait avouer qu'Anzu a finit par avoir plus d'expérience avec l'ancienne forgeronne de Kumo. Elle pouvait même dire qu'elle avait pris de l'expérience en la matière, mais elle préfère ne pas se mettre à le dévoiler, elle a autre chose à apprendre en ce moment, comme apprendre au Metaru venu la voir pour lui faire sous-entendre qu'elle n'a pas vraiment sa place ici la raison pour laquelle elle est venue accueillir Yamiko. Si on lui avait pas demandé de remplacer des membres du Kyuubu par manque de senseurs dans leurs effectifs, elle serait tranquillement en train de faire ses expérimentations dans un terrain vague en paix, mais bon, il fallait croire que Kumo ne pouvait se passer de ses talents en sensorialité. Elle observe donc Akagi après cette remarque, un air blasé sur le visage, il ne fait que suivre la procédure, donc elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir de lui dire qu'elle n'a rien à faire ici.

- J'aurais été à mon atelier en ce moment si certains de vos membres n'étaient pas venu m'implorer de les aider.

C'était ce qu'elle lui répondait sans animosité bien sûr, mais elle voulait quelque part lui pointer l'inexpérience en sensorialité de ces membres, enfin, elle ne dit pas plus d'informations que ça, elle n'a pas envie d'avoir des soucis avec le Kyuubu - il lui manquait que ça pour avoir sa journée gâchée - et elle retourne son attention sur Yamiko.

- Tu n'es pas la seule Yamiko qui a attendu d'avoir de ses nouvelles lorsqu'elle est partie. Disons qu'il y avait une affaire qui l'a éloigné pendant un moment et qu'elle est revenu il y a quelques mois.

Elle croise les bras, suivant le duo à la demande d'Akagi, afin de l'occuper pendant qu'il part chercher des informations sur Yamiko, lui demandant évidemment de ne rien dire pendant ce temps. Elle lui fait signe que pas de soucis en lui tapotant une partie de la main pour répondre positivement à la demande d'Akagi en restant discrète, et vient donc s'asseoir devant Yamiko, sortant un service à thé pour Yamiko et elle en attendant - accompagné évidemment de divers chocolats noirs - à l'aide d'un sceau de stockage comme Sazuka le faisait.

- Et te laisser toute seule ? Ce serait fort impolie de ma part.

Lui servant une tasse de thé à la vanille, puis une autre pour elle, elle dépose la théière dans un coin, attrapant un des carrés de chocolat qui était posé ici.

- Alors, qu'as-tu fais pendant cette année d'absence ? J'espère rien qui me force à te remettre en prison belle-cousine.

L'info a été lâchée, alors elle ne pouvait pas vraiment le cacher.

_________________

Retour au bercail (Libre) 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13306-metaru-anzu#117689 https://www.ascentofshinobi.com/u784
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Retour au bercail (Libre) Empty
Mer 7 Sep 2022 - 19:24
Akagi se dirigea d’un pas rapide vers le quartier général du Kyuubu afin de s’informer sur Gentoku Yamiko. Il récupéra le dossier et s’autorisa une rapide lecture. Une disparition soudaine durant l’occupation du Teikoku des terres Kumojin, un rapport de Raizen demandant une rencontre pour discuter de problèmes comportementaux. En soit des éléments qui portaient peu vers une confiance sereine quant aux raisons du retour de la Kunoichi à Kumo mais rien n’incriminant celle-ci. Pas de réelle désertion, étant donné que Kumo était annexé lorsqu’elle avait quitté ses rangs. La politique du village déplaisait à Akagi qui répudiait les lâches ayant osé abandonner le village dans ses heures les plus sombres. Pour le Metaru, il s’agissait simplement de la preuve d’un manque d’attachement et d’un égocentrisme certain.

Il ferma les yeux se remémorant les écrits succincts et rapidement assimilé puis retourna sur ses pas pour échanger avec Yamiko. En arrivant sur place il constata qu’Anzu continuait de converser avec la nouvellement revenue. La jonin n’avait apprécié la remarque de l’officier bien qu’il était dans son plein droit, lui assénant que certains des subalternes du Kyuubu était venu quérir son aide. Il fut interloqué par cette réponse. Il fallait qu’il creuse le sujet afin de remonter les bretelles aux dits subalternes en question. Arrivant sur place, il s’arrêta un instant puis lança :

« Bien, merci Anzu pour ton aide. Je vais prendre les choses en main à partir d’ici. Yamiko si vous voulez bien me suivre. »

Il la dirigea dans une salle sobre d’interrogatoire afin de pouvoir discuter en privé. Une fois installé, le dossier de sa cousine en main. Il lança :

« Ex-chuunin de Kumo, membre de la délégation à Hayashi. Disparu durant l’occupation du Teikoku, quelques problèmes remontés internes, Membres du clan Metaru. Votre dossier est en dent de scie et comme je le disais plus tôt, vu les temps troublés, il m’incombe de vous poser quelques questions concernant votre présence aujourd’hui à Kumo. »


Le Metaru leva les yeux du dossier, soupira posant le dossier fermer sur la table, il restait flou concernant les remontées reçues et prêchait en partit le faux. Puis d’une voix plus froide et neutre, il lâcha :

« Je vais être direct. Quels sont les raisons de votre présence à nos portes aujourd’hui et pourquoi avoir quitté le village ? soyez exhaustif. »

Le Metaru croisa les bras les pouces sur les biceps. Il n’avait guère l’intention de faciliter les choses pour une personne qu’il considérait comme une déserteuse. Cependant comme à l’accoutumée il se plierait à la volonté de sa hiérarchie et il ne pouvait lui coller cette étiquette malgré son propre ressenti.


_________________
Retour au bercail (Libre) Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Jeu 8 Sep 2022 - 12:05
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Metaru Anzu & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

Anzu décida de rester car elle ne désirait pas te laisser seule. Très aimable de sa part mais, personnellement, tu ne sentais pas le besoin d’être accompagnée mais pour ne pas la froisser, tu la laissas faire. Preuve que tu avais changé car, autrefois, tu n’étais pas du genre à chercher à ménager les sentiments d'autrui. Au contraire, tu puisais un plaisir puéril et malsain à blesser mentalement tes semblables.

Gardant les bras et les jambes croisés, tu te contentas de regarder Anzu se délecter sereinement de son thé et leurs accompagnements. Tu n’arrivais pas à croire qu’elle était allée jusqu’à sortir un service à thé dans un endroit comme celui où vous vous trouviez. Pour toi, ni le lieu, ni le contexte ne s’y prêtait mais tu respectais l’initiative de ta belle cousine. De prime, de base, elle avait fait tout ceci pour toi. Tu ne touchas pas cependant ce qu’elle te servait. Tu n’avais ni faim, ni soif. La raison pour laquelle d’ailleurs tu avais refusé la boisson proposée par Akagi. La politesse voudrait que tu l’accompagnes malgré tout mais, même si tu avais changé, tu n’avais pas appris à céder pour faire plaisir.

« - Si ça t’intéresse vraiment de savoir ce que j’ai fait, on en parlera à une autre fois si tu veux bien. Là, je n’ai pas tellement envie d’en parler. »

Tu comprenais qu’Anzu désirait tout simplement converser plaisamment avec toi mais tu n’étais pas vraiment en état. Tout ce qui t’intéressait à cet instant était de réussir l’interrogatoire que tu allais subir pour pouvoir ensuite converser avec Raizen.

Ce fut avec un certain soulagement que tu suivis Akagi dans une pièce plus intime mais surtout plus austère. Ce qui t’attendait ne t’enchantait guère mais tu étais consciente de devoir passer là. Tu n’avais pas le choix. Emboitant les pas du Metaru, tu pus constater qu’il possédait la carrure des hommes du clan : grand et bien bâti. Le voir de dos te rappela brièvement Shuuhei et Kenshin. Les seuls Mataru de sexe masculin dont tu t’étais réellement rapprochée par le passé.

« - Je suis revenue dans l’espoir de pouvoir avoir une audience auprès du Raïkage. Et, j’ai quitté Kumo par le passé car je ne voyais plus l’intérêt d’y rester. Tu marquas un silence tout en gardant ton regard ancré profondément dans celui de ton cousin. Tu pressentais que cet homme n’avait la moindre confiance en ta personne et tu ne lui donnais pas tort. Tu ne tenais pas à faire changer le point de vue de ton cousin à ton égard mais tu tenais à être sincère avec lui comme il semblait l'être avec toi. Je suis consciente d’avoir abandonné le Village en pleine crise mais, pour être honnête avec vous, je m’en fichais du sort de Kumo. Je n’étais pas ce qu’on appelle une kunoïchi modèle ; celle qui se sacrifierait pour le bien de son Village ou de ceux qui sont sous sa protection. Je sais être quelqu’un qui pense à soi et rarement aux autres donc je ne possède pas le profil idéal pour servir un Village Caché. Cependant, je suis prête à faire des efforts si le Yondaime Raikage accepte les services et la loyauté que je suis venue lui offrir ... Bien entendu, je suis prête à assumer les conséquences de mes actes passés. »

Tu ne pensais pas avoir fait quelque chose de mal qui mériterait une punition mais le mal était quelque chose de très subjectif. Ce que tu croyais être normal ne l’était pas forcement pour les autres et vice versa. En tout cas, tant qu’on attenterait pas à ta vie, tu te laisseras faire …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Jeu 8 Sep 2022 - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Retour au bercail (Libre) Empty
Jeu 8 Sep 2022 - 22:43
La salle froide propice aux interrogatoires, austère et basse de plafond apportait une tension certaine à un échange qui restait pour le moins banal dans ce lieu ayant vu passer nombreux incconus avant leur entrée dans la cité des nuages. Le Metaru scrutait d’un regard neutre sa cousine alors qu’elle s’apprêtait à répondre à ses questions. Les paroles qui suivirent déplurent énormément au Metaru dont le masque de marbre se fissura aux furs et à mesure des explications de Yamiko, laissant place au dégout et à la colère. Le fils du fer ne retenait plus ses émotions, suivant les préceptes d’Aizen, il était devenu entier. Son sang gladiateur exacerbant son caractère dans toutes ses facettes. S’acceptant sous son nouveau jour, il ne filtrait plus ses réactions comme il l’eut fait par le passé. Ses paroles restèrent cependant relativement mesurées, parfait amalgame de l’ancienne personnalité de l’officier cartésien et du gladiateur au sang bouillant.

« Plus d’intérêt… Abandon… Le sort de Kumo égal.. »

Akagi s’arrêta. Malgré son dégout visible de par son regard courroucé et sa mâchoire serrée, il se devait de noter l’honnêteté des propos tenues par la l’ex-kunoichi du village.

« Vous vous présentez aujourd’hui à nos portes, demandant une audience auprès de notre illustre Raïkage afin de lui proposer vos services… et votre… votre loyauté ? Comment un être parlant de laisser Kumo à son sort sans un regret peut parler de loyauté ? »

L’officier se leva, recula et s’adossa contre le mur bras croisé :

« Comment croire un tel discours ? Pourquoi perturberais je le Raïkage pour une audience avec une personne qui relate avec honnêteté, je vous l’accorde, sa désertion et se présente sous l’aura d’une « loyauté » retrouvé… Avez-vous changé ? Quelles aventures vous auraient fait évoluer et vous ramène ici? Un pacte avec une autre puissance peut être…»

Le géant de métal savait qu’il poussait loin en parlant de désertion, le contexte politique de l’époque ne permettait d’émettre de telles allégations mais l’officier jouait sur cela pour mettre la pression à sa cousine et en apprendre plus sur son périple. Comment pouvait il savoir ce qu’elle avait fait en son absence du village ? Pouvait-il se fier à son identité, il enchaina :

« Quels sont les deux rites, les plus importants des Metarus ? »

Son dégoût envers sa cousine le poussait à ne pas lui laisser de temps pour réfléchir et il enchainait les relations. Il ne la laisserait pas obtenir une entrevue avant de l’avoir éprouvée.

« Citez moi un ancien siégeant au conseil Metaru. »

Akagi gardait les bras croisés et le regard dur. Il n’appréciait guère qu’un membre de son fier clan se comportait tel un paria. Ils se devaient d’être les fondations de ce village immuable, tel était sa façon de voir pour le clan.

_________________
Retour au bercail (Libre) Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Ven 9 Sep 2022 - 12:11
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Metaru Anzu & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

Tu t’es montrée honnête mais comme souvent, ta franchise s’était retournée contre toi. Certains te diront que tu aurais mieux fait de mentir mais tu avais la conviction que cela aurait empiré ton cas. Et puis, tu étais peut-être bourrée de défauts mais tu avais le mérite de l’honnêteté. Bien sûr, tu étais capable de mentir mais tu le faisais uniquement si cela était réellement nécessaire, autrement, tu préférais être toi-même même si cela signifiait te compliquer les choses.

Les Metaru étaient si promptes à se mettre en colère. Parmi tous ceux que tu avais fréquentés, un seul s’était montré capable de garder son calme en toutes circonstances en ta présence. C’était Kenshin. Était-ce à cause de ton éducation loin du clan mais l’irascibilité était un trait que tu n’avais pas hérité des manieurs de métal. En tout cas, celui qui se trouvait en face de toi aujourd’hui ne cachait plus l’animosité qui l’animait. Son expression et sa voix étaient teintées de rage et tu te demandais si c’était réellement toi qui était la source de tant de haine. Qu’as-tu donc fait de si mal pour susciter tant de colère ? Le fait que tu fusses différente de lui, lui octroyait donc le droit de condamner tes actes de la sorte ? Le comportement de ton cousin devait cacher quelque de plus profond. La mort des proches durant la guerre contre le Teikoku probablement mais tu considérais que cela n’était pas ton problème. S’il avait été incapable de protéger ceux à qui il tenait, il n’avait qu’à s’en prendre à lui-même. Il n’avait qu’à condamner son impuissance au lieu de s’en prendre à toi. Une façon de penser que tu l’aurais bien balancée à la figure mais la situation ne s’y prêtait pas. Tu n’avais rien à gagner à mettre plus en colère celui qui détenait, en quelque sorte, la clé de ton avenir.

Alors qu’Ikagi fulminait, tu restas relativement calme, le regard fixé sur le Metaru sans se dérober un seul instant. Malgré son air féroce, il ne t’intimidait guère. Tu laissas l’homme explosé entièrement sa rage avant de prendre la parole.

« - Vous me voyez comme une personne indigne de confiance et vous avez des bonnes raisons de l’être mais essayez s’il vous plaît de voir au-delà de ma « désertion ». J’ai autrefois servi Kumo et j’admets avoir commis quelques écarts de conduite mais je n’ai jamais failli aux diverses missions qu’on m’avait confiées. Lors de l’invasion inattendue du Teikoku, je suis partie sur le champ de bataille pour défendre Kumo et j’ai failli y laisser ma carcasse alors que j’aurais pu très bien rester sans rien faire ; ou encore profiter de la confusion qui régnait pour partir. Et, lorsque Kumo était tombé entre les mains de l’ennemi, nombreux sont ceux qui avaient pris la décision de partir immédiatement alors que moi, j’étais restée et avais continué de servir Kumo durant des moins suivants. J’ai pris la décision de partir par la suite parce que Kumo n’était plus ce qu’il était pour moi. Il avait perdu son identité. »

Il n’était pas dans tes habitudes de vanter tes actes pour espérer être mieux vue car tu n’avais cure des opinions que les autres avaient sur ta petite personne. Mais, cette fois, tu jugeais qu’il était nécessaire d’essayer d’ouvrir les yeux emplis de colère de ton cousin. D’essayer de le convaincre que tu n’étais pas qu’une dissidente. Pour espérer gagner plus de points auprès de lui, tu aurais pu relater le fait que durant l’occupation tu avais aussi aidé la Résistance que le clan Metaru avait rejoint secrètement mais tu ne le fis pas, jugeant que tu avais assez dit pour essayer de convaincre ton cousin sur l’existence de ta loyauté.

« - Je suis revenue aujourd’hui, non pas parce que j’ai passé un quelconque pacte avec une autre puissance mais pour un but purement personnel. Je veux servir Raizen. »

Tu jugeais que le Metaru n’avait pas à savoir ce qui te poussait à vouloir te mettre sous les ordres de Raizen car cela ne regardait que le Meikyû et toi.

« - Les deux rites les plus importants des Metarus sont l’Epreuve du Glaive et la cérémonie du Dernier Répos. Et Metaru Aya est la Doyenne du clan et membre du Conseil des Anciens, conclus-tu ensuite, cédant la place au silence … »

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Mar 13 Sep 2022 - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Retour au bercail (Libre) Empty
Lun 12 Sep 2022 - 23:19
Une nouvelle tirade, plus nuancée. Remettant en place les évènements de ce siège où Akagi n’avait qu’été simple spectateur. Sonné de la mort de sa famille, sonné par l’ordre de son père de rester à l’écart et de survivre. L’homme qui était alors jouissant de la puissance de son nom sans réellement mettre ses dons à contribution, resta dans l’ombre sans lever le pouce. Yamiko, elle avait tenté de renverser le court des choses, à l’en croire. Cette idée fugace d’un mensonge fut balayée rapidement de l’esprit d’Akagi. Il ne pouvait douter de ses nouvelles paroles tant les premières énoncées avaient jetées l’opprobre sur les chances d’entrée de sa cousine. Pourtant elle racontait des faits sans frémir ni se cacher. Etait il en position de la regarder de haut, alors que lui-même n’avait agi.

La voix de Jötnar, son fidèle marteau s’éleva dans son esprit : « Ne pourfend pas, l’homme à terre. Ce n’est pas digne de nous. », énonça-t-il simplement, en réponse aux réflexions du Metaru. Une nouvelle fois Akagi ne pouvait que constater de la sagesse des paroles de son arme ancestral. Il détestait devoir accepter sa faiblesse d’antan et encore plus devoir concéder une faute qu’il considérait désormais comme impardonnable mais si les places étaient inversées ne voudrait-il pas avoir une seconde chance. Celle que lui en restant au village avait pu saisir sans que personne ne sourcilla, celle qui lui avait permis de devenir le shinobi qui se tenait en juge face à Yamiko. Il se racla la gorge en s’approchant une nouvelle fois de la table. Pour gagner du temps il décida de répondre aux dernières phrases de sa cousine :

« En effet, il s’agit bien de nos rites et Aya reste toujours la doyenne de notre clan. »

Machinalement comme si Yamiko avait demandé de ses nouvelles. Il fixa son regard dans celui de la kunoichi, cherchant à la jauger. L’état d’alerte ne permettait, tout ancien kumojin qu’elle était d’entrée dans le village et d’allée et venir comme si de rien n’était. La méfiance restait de mise l’ennemi pouvait être partout et le chuunin ne verrait pas sous sa garde un ennemi entrée. La colère qu’il ressentait depuis les premières paroles échangées dans cette salle, se redirigeait plus contre lui-même désormais que contre la femme face à lui. Les liens de la famille le reliait à cette femme qu’il ne connaissait pas, ses écueils avec Hideko l’avait immunisé contre sa propre naïveté pour son clan. Pourtant, il ne put s’empêcher qu’il devait à Yamiko un geste dans le cadre de sa résistance. Les états de service qu’il avait lu dans son dossier, bien que parsemée d’altercation et de comportement inadéquat, restaient ceux d’une kunoichi de valeur pour le village. Il serra les dents une nouvelle fois. Sa décision était prise.

Il contourna la table tout en créant une paire de menotte en métal qui avait la particularité de recouvrir les doigts empêchant la réalisation de mudras, il les présenta à Yamiko avant de les cacher sous sa cape. Puis d’une voix calme expliqua :

« L’état d’urgence et la situation du Yuukan m’oblige à la plus grande prudence. Je vous croie. Je n’aime guère vos actions mais je ne suis pas apte à vous juger au regard de mon propre passé. Je vais moi-même vous escortez jusqu’au raïkage. Cependant une fois arrivée devant son quartier général, je vous passerais ses menottes et vous les conserverez jusqu’à ce que lui-même ait jugé de votre demande. Si vous acceptez ses conditions, je vous y conduit de ce pas. »

Akagi regardait la femme droit dans les yeux, la défiant de ne pas accepter ses conditions. Elle semblait forte et indépendante, si sa volonté était réellement de servir le Raïkage elle se plierait à cet exercice sans sourciller, dans le cas contraire le Metaru saurait que ses paroles cachaient une autre raison et il ne la laisserait s’approcher de l’ombre.

HRP:

_________________
Retour au bercail (Libre) Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Mar 13 Sep 2022 - 10:48
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Metaru Anzu & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

Tu n’avais aucune idée si tes propos avaient réussi à le convaincre ou parce qu’il avait décidé d’accéder à ta requête tout simplement mais ton cousin accepta de te mener lui-même auprès de Raizen, à condition que tu acceptasses d’être menottée devant l’Ombre. Proposition qui te fit sourire intérieurement. Certes la paire de menotte qu’Akagi avait façonné lui-même ne te permettrait pas de malaxer ton chakra mais celle-ci ne t’empêcherait pas de nuire si tel sera ton désir. Ton cousin ne paraissait pas être au courant de ton côté yasei dont l’exploitation des pouvoirs ne nécessitaient la moindre mudra. A tout moment, tu pourrais transformer partiellement ou entièrement ton corps et ainsi acquérir des capacités qui dépassaient celles d’un simple humain. Mais, tu n’étais pas revenue à Kumo pour commettre le moindre crime. Au contraire, tu étais ici aujourd’hui pour espérer un avenir dans ce Village que tu avais protégé puis déserté par le passé.

« - J’accepte les conditions imposées. J’accepte même de les mettre dès à présent si ça peut vous rassurer. »

Tu tendis les mains en guise d’invitation à te faire menotter mais le Metaru préféra rester sur ses conditions de ne restreindre les mouvements de tes mains qu’une fois devant l'Ombre. Aurait-il décidé de te faire confiance ou bien tentai-t-il de te tester ? Peu importait, pour toi l'essentiel était que tu eusses réussi à avoir ce que tu voulais : discuter avec Raizen.

Gentiment et dans le silence, tu suivis ton cousin à travers des chemins qui t’étaient très familiers. Pas grand-chose avait changé depuis ton départ semblait-il. Kumo avait été après tout presque entièrement reconstruit quand tu l’avais quitté. L’unique changement bien flagrant fut la présence de la nouvelle Assemblée. La voir de nouveau débout et avec majesté te rappela quelques souvenirs. Des bons et des moins bons.

Une fois devant la porte du Kage, tu tendis de nouveau les mains vers Akagi qui te passa les menottes avant de toquer à la porte et demander une audience en ton nom. Puis, le Metaru patienta à tes côtés …

HRP:
.

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Retour au bercail (Libre) Empty
Sam 17 Sep 2022 - 4:13

Confiné à son bureau depuis un certain temps, le Meikyû alignait de plus en plus les réunions et les préparations, occupant un rôle beaucoup plus distant que dans l’action. Se devant de préparer les préparatifs pour les instants à venir, de nombreuses visites avaient toutefois eu le loisir de capturer son attention pendant un certain temps, un élément tout aussi intéressant que nécessaire au regard de son rôle.

Toutefois, en aucun cas, il ne s’attendait à recevoir la visite d’une ancienne Metaru. Lui rappelant l’ère Hayashi durant lequel ils étaient partis à la conquête de l’inconnu, en ce jour, c’est une Metaru menottée accompagnée d’un membre du Kyuubu qui se présenta devant lui.

Intrigué, le Meikyû ne put retenir un certain sourire alors qu’un certain élan de nostalgie capturait sa mémoire. Heureux malgré son stoïcisme surnaturel de voir Yamiko, il brisa toutefois son faciès de marbre en se remémorant la lettre qu’elle lui avait envoyée. Sans aucune trace ou adresse vers laquelle répondre, Yamiko semblait avoir adressé à Raizen un soupçon de son objectif sans forcément lui dire.

Était-elle présente pour un affrontement ou autre chose ? N’étant pas totalement certain, le Meikyû appuya calmement son visage sur son poing alors qu’il sondait la jeune femme. Ayant changé sous de nombreux égards, il était pourtant intéressant de voir qu’elle semblait dégageait une essence similaire, bien que plus mature à premier regard. Toutefois, il fallait parfois voir au-delà des apparences, un élément qu’il tâcherait de faire lors de cette rencontre soudaine.

-Merci Akagi. Puis-je savoir pour quelle raison elle est menottée ? A-t-elle fait preuve d'hostilité quelconque ou autre élément ? Sinon, je te remercie de l'avoir amené. Tu peux regagner tes fonctions. Je ferais appel à toi pendant ou après la réunion si tu le permets.

Amenant calmement sa main à son oreille sur laquelle résidait une simple oreillette, le Meikyû remercia l’officier d’un geste de la tête qui comme Ikari faisait de plus en plus ses preuves et se prépara à accueillir Yamiko. Après tout, d'un instant à l'autre, n'importe qui pouvait être au courant du moindre danger dans la nouvelle assemblée très bien sécurisée.

-Rebienvenue à Kumo Yamiko. En lisant ta lettre sans adresse de retour, j’ai eu peur que tu m’écrives secrètement de la prison d’Urahi ou que tu ne veuilles que nous discutions.

Marquant une pause, un léger rictus se lisait sur ses lèvres.

-L’espace d’un instant, j’aurais pu croire que nos échanges à Hayashi avaient suscité des émotions négatives de ta part, mais j’ai l’impression que c’est tout l’inverse au regard de ta lettre.

Fronçant les sourcils, comme s’il se concentrait, Raizen était aussi curieux que perplexe de sa présence. Représentant complètement le synonyme même du chaos, à travers ses échanges, il savait pertinemment qu’elle voulait sa liberté à tout prix et que c’était l’un des éléments qui semblait lui importer. Avait-elle changé ? Plus important encore, depuis son départ de Kumo, qui était-elle devenue ?

-Je pense que tu me connais suffisamment pour savoir que j’ai mille et une questions, mais je me contenterais de te poser trois questions.

Effectuant quelques mudras afin d’y libérer un objet sous forme de théière, le Meikyu y libéra aussi deux coupes dont l’une qui représentait désormais sa tasse de thé préférée.

Invitant Yamiko à prendre place sur un siège situé à une distance moyenne, sans pour autant être trop loin de lui, il commença soudainement à faire bouillir l’eau alors qu’il sortait d’une boîte différents types de thé.

-Raconte-moi un peu ce que tu es devenue depuis le temps et comment la vie a évolué depuis Hayashi. Je suis curieux de prendre de tes nouvelles.

Posant sa question dans une forme beaucoup plus calme et détendue, il poursuivit :

-J’aimerais aussi savoir de quelle manière je peux t’aider aujourd’hui, mais plus important…

Marquant une pause, il termina :

-Préfères-tu le thé vert ou le thé noir ?

Posant cette question avec sincérité, il était rare que le Meikyû puisse partager sa passion du thé avec quelqu’un. Ainsi, il ne comptait pas se gêner. S’il était vrai que Yamiko et lui n’avaient pourtant pas été les personnes les plus proches par le passé, il en avait suffisamment appris sur son profil pour savoir qu’elle ne se serait pas rendue jusqu’à lui si elle avait la moindre intention malicieuse, sans oublier qu’elle aurait pu se défaire de ses menottes il y a de cela longtemps. Après tout, Yamiko était beaucoup plus forte qu’elle ne le laissait paraître, un élément qu’il avait pu découvrir par le passé. Or, Raizen demeurait tout de même aux aguets alors que rien n'était laissé à l'oubli, car même dans sa préparation de thé, son attention demeurait présente en direction de Yamiko.

Or, qu’est qui motivait sa venue en ce jour ? Telle était la question.

Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Retour au bercail (Libre) Empty
Lun 19 Sep 2022 - 23:05
Akagi avait choisi de ne rien laisser au hasard, il pénétra dans le bureau du Raïkage avec Yamiko quand ils y fussent invités. Le Metaru contempla un instant la pièce s’imprégnant de celle-ci, une décoration sobre, l’ombre ne devait avoir que peu de temps pour ce genre de considération. Le raïkage semblait las, son poing soutenant sa tête qui devait lui peser avec les nombreuses réunions qu’il enchainait ses derniers temps. Le tumulte dans le yuukan devait se faire ressentir et la pile de missive équivalait très certainement à tout autant de demande que le Raïkage devait traiter.

Pourtant il prenait le temps de les accueillir. Il remercia succinctement Akagi et lui posa deux questions auxquels l’officier, s’avançant d’un pas, répondit sans détour :

« L’état d’alerte et la situation du Yuukan nous oblige à la plus grande prudence. Ne voulant pas mobiliser comme pour Seiun quelques shinobis pour l’escorter, comme vous l’indiquez elle n’a fait preuve d’aucune hostilité et cela semblait superflu. J’ai choisi cette alternative uniquement pour votre sécurité et afin de lui éviter quelconque honte ou alarmer la population sur notre chemin jusqu’ici je lui ai demandé de les mettre qu’une fois dans ces lieux. Je ne doute de vos capacités, Raïkage mais une fourberie et si vite arrivé. Elle n’aura pas lieu sous ma supervision. Bien entendu ses capacités ne sauraient être jugulées par ces simples menottes mais vous le savez dans nos art la moindre seconde de gagné peut-être précieuse. Souhaitez-vous que je la libère de cette contrainte ? »

Akagi recula à nouveau et accepta d’un simple hochement de tête les ordres du raïkage. Il le congédiait. L’officier suivant l’étiquette se courba légèrement et alors qu’il sortait ajouta :

« Elle a été honnête depuis son arrivée. Bien que déplaisantes par moment elle ne cache pas ses pensées. Cependant son périple hors de nos murs reste flou, les raisons de son retour sont… Je vous laisserais jugé par vous-même, Raïkage-sama. »

Il quitta la pièce et regagna d’un pas rapide ses affaires en attendant la convocation de Raizen.

_________________
Retour au bercail (Libre) Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Jeu 22 Sep 2022 - 0:13
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Meikyû Raizen & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

A peine votre présence annoncée que vous étiez invités à rentrer. Tu ne pensais pas pouvoir t'entretenir avec le Yondaime Raïkage aussi rapidement mais cela te convenait parfaitement. Au moins, tu seras vite fixée sur ton avenir car ton retour à Kumo était dans cet unique but.

Menottée, tu suivis ton cousin au sein du bureau de l’Ombre de Kumo que tu saluas aussitôt par une légère courbette. Raizen te paraissait moins sévère que tu l’avais imaginé. Tu cru même déceler un semblant de sourire chez le Meikyû que tu pensais pourtant ne serait pas ravi de te revoir. Un tantinet décontenancée à tant de contraste entre le face-à-face plutôt glacial que tu avais imagé et la réalité dont tu faisais à cet instant, tu ne pu afficher qu’une expression d’incompréhension face à la réjouissance évidente de l’Ombre de Kumo.

Restant à l’écart, tu ignoras totalement les échanges à ton sujet entre le Raïkage et ton cousin. Tu fis comme si tu n’étais pas présente. Puis, une fois que ton cousin pris congés - les mains toujours menottées - tu te permis enfin d’avancer vers le bureau derrière lequel était installé l’homme le plus puissant de Kumo mais tu t’arrêtas à un bon mètre derrière le meuble, cherchant à laisser une certaine distance entre vous. Une distance que tu ne comptais pas réduire tant que tu ne saurais pas si tu allais rester ou bien retourner d’où tu venais. Ainsi, tu ne bougeas point quant bien même Raizen t’invita à t’assoir pour prendre le thé avec lui.

«  - Je suis ravie de voir que nos retrouvailles semblent te ravir Raize ... Raïkage mais, avant toute chose, j’aimerais que tu écoutes une histoire que j'ai à te raconter s’il te plait. Les futilités habituelles des retrouvailles n'avaient jamais eu d’importance pour toi et encore plus à cet instant. Tu préférais rentrer dans le vif du sujet qui t’avait mené ici aujourd'hui. Il était une fois, une adolescente quitta son foyer car elle n’appréciait pas de vivre auprès de sa mère qu’elle considérait comme une créature bien trop faible. Elle la détestait au point de souhaiter sa mort mais au lieu de la tuer elle-même, la jeune fille préféra partir alors qu’elle n’avait que treize ans. Un départ qui l’amena dans une ville plus grande où elle fut la rencontre d’un homme qui alla changer sa vie. Cet homme était à la tête d’un clan maffieux très actif et avait réussi à bâtir son empire avec son intelligence et la simple puissance de ses poings alors qu’il ne maîtrisait même pas le chakra. Sa puissance physique suscita chez la jeune fille une admiration telle qu’elle finit par suivre le Parrain qu’elle prit pour modèle de la puissance parfaite mais aussi du père idéal. Ce dernier la prit sous son aile et la forma à son art. Ce fut ainsi que la jeune fille devint une jeune femme qui évolue au sein du monde de violence et de sang qu’était la pègre et elle s’y complaisait. Elle était épanouie. Elle avait trouvé sa place qu’elle ne changerait pour rien au monde. Seulement, son bonheur prit fin lorsque son clan fut trahi par un homme que le Parrain avait pourtant considéré comme son bras droit. C’était chose courante dans le milieu mais la jeune femme ne voulait pas accepter cette réalité. Elle décida alors de venger son « père » mais elle était bien trop faible pour y parvenir. Elle prit alors la décision de venir à Kumo afin de maîtriser le chakra et surtout la capacité qu’elle avait hérité de son géniteur qu’elle n’avait jamais connu mais dont elle savait être du clan Metaru. Elle a donc décidé de servir le Village Caché des Nuages dans l’unique but d’acquérir assez de puissance pour venger son feu Parrain. Seulement, le temps et, peut-être, les nouvelles personnes qui l’entouraient avaient fini par atténuer la rancœur qui voilait le cœur de la jeune femme au point que la vengeance n’était plus sa priorité. Seulement, un jour Kumo tomba aux mains d'un pays ennemi et l’atmosphère qui régna au sein du Village qui avait perdu son identité poussa la jeune fille à partir. Mais, le monde des civils fit naitre en la jeune fille un profond ennui qui finit par la pousser à assouvir finalement sa vengeance. Elle accomplit cette dernière avec une facilité qui la laissa dans un profond sentiment d’insatisfaction. Ce n’était pas le fait d’avoir pu ôter la vie à son ennemi si aisément qui avait laissé la jeune femme dans l’inassouvissement mais elle avait tant espéré que son adversaire serait en mesure de combler ce manque qui la rongeait de l’intérieur. Depuis longtemps, la jeune femme savait que son bonheur résidait dans la violence, dans la brutalité d’un combat contre un adversaire capable de lui faire embrasser la mort, seulement, cette fois, elle se rendit compte qu’elle était devenue bien trop puissante pour se satisfaire de n’importe quel combattant. Pour combler ce vide qui ne cessait de grandir en elle, elle devrait trouver des guerriers puissants mais elle ne pourrait jamais trouver ces derniers parmi les civils. Et pourtant, décidée à ne plus se mêler du monde des shinobi, la jeune femme essaya durant des mois suivants de trouver une remède à son mal être, en vivant comme une simple civile. Elle qui jusque-là se complaisait à vivre seule essaya même de se lier avec d’autres personnes. Voyant que cela ne fonctionnait pas, elle qui n’aimait guère partir à l’étranger, alla jusqu’à Hi pour essayer de renouer avec la seule personne à qui elle tenait vraiment mais la jeune femme ne réussit pas à se relier avec celle qu'elle était partie retrouvée. Elle se dit alors que c’était peut-être le destin et décida de retourner à Kumo. Tu marquas un bref silence avant de lâcher la conclusion du plus long discours de ta vie. Cette jeune femme se trouve actuellement devant toi et avec un seul souhait : celui de te servir, Raizen. Tu marquas de nouveau un bref silence mais pas suffisamment longue pour laisser la parole à l’Ombre. Accepterais-tu de devenir mon nouveau ... Maître ? »

Cette dernière phrase pourrait porter confusion voir même choquer mais, en vérité, tu n’étais pas revenue pour servir Kumo mais le Meikyû. Sa position d’Ombre t’importait totalement, tout comme tu n’avais cure du Village qu’il administrait. Même s’il n’était pas à la tête du Village Caché des Nuages, tu lui aurais fait la même proposition. Bien sûr, le servir aujourd’hui te reviendrait à servir Kumo mais c’était une chose que tu étais prête à accepter car la volonté de Raizen sera la tienne, du moins s’il accédait à ta requête.

Beaucoup trouveraient ta soumission comme une faiblesse mais c’était un défaut que tu assumais parfaitement. Ces derniers mois à vivre totalement indépendante, sans personne pour te commander, t’avais mis face à une évidence : tel un animal sauvage apprivoisé, tu avais besoin d’un « Maître » pour te dire quand mordre ou aboyer, autrement, tu périrais seule dans ton coin car, n’ayant le moindre but personnel, tu te laissais vivre et tombais vite dans une routine qui n’avait la moindre saveur. Était-ce ton ancienne vie de yakuza qui t’avait conditionnée de la sorte ou bien ainsi étais-tu faite tout simplement ? Tu étais incapable de répondre à cette question mais, depuis que tu avais quitté Kumo, il s’avérait que ton unique souhait était de trouver un remplaçant à ton ancien Parrain. Ton désir le plus ardent était de se mettre sous les ordres d’une personne en qui tu placerais de nouveau toute ta confiance et ta loyauté que tu avais autrefois accordées à celui que tu avais considéré comme ton guide. Aujourd’hui, Raizen était l’unique personne que tu voyais mérité et capable d’occuper cette place spéciale et si vitale pour ton être mais te comprendra-t-il simplement ? …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Mar 27 Sep 2022 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Retour au bercail (Libre) Empty
Mar 27 Sep 2022 - 5:58

Écoutant calmement le raisonnement d’Akagi, le Meikyû étira calmement un léger sourire avant d'acquiescer de la tête.

-Ça ira, merci pour ta rigueur et pour le rapport. Au regard de la situation actuelle au sein du village et par soucis de rigueur, ta décision me semble adéquate Akagi bien que je ne pense pas que Yamiko représente un réel danger.

Par respect pour son travail, mais aussi en prenant en considération le climat actuel dans lequel Kumo était, bien que Raizen désirait la libérer de ses menottes, il préférait attendre sachant qu’être menotté importait peu dans l'état actuel des choses. Il comptait toutefois s’assurer que Yamiko en comprenne les motifs, mais pour ce faire, il préférait avant tout savoir ce qui l’avait finalement amené à sortir de son ombre, une ombre duquel l’espace d’un instant, il avait cru que jamais elle n’en sortirait au regard de sa lettre mystérieuse sans moyen de retourner la communication.

Ainsi, les iris du Meikyû ne tardèrent aucunement à dévoiler une concentration totale. Ne manquant pas le moindre mot ou la moindre phrase, que ce soit dans les prémisses de son récit à la raison qui justifia son désir d’obtenir de la puissance, il était intéressant d'y découvrir de quelle manière Yamiko avait évolué à travers les années. S’étant douté que la violence et le combat baignaient dans ses veines, son séjour au sein des terres Kumojines semblait pourtant lui avoir mis un certain niveau d’eau dans son vin. Diluant par le fait même son envie de vengeance, comme plusieurs, l’arrivée du Teikoku avait tout rompu, la poussant vers l’assouvissement d’un désir aussi curieux qu’intéressant.

Ne bronchant pas, Raizen s’était ainsi contenté d’écouter le récit complet, se permettant même d’isoler certaines de ses questions afin de ne rien manquer de son histoire sans pour autanter poser le moindre jugement. Réalisant par le fait même à quel point se présenter ainsi devant lui en lui partageant son passé ne devait pas être facile, tant de questions subsistaient au point même qu’il préféra prendre quelques secondes pour trier ses pensées avant de prendre la parole.

-Merci de m’avoir partagé ton histoire Yamiko. Ce n’est pas le genre d’éléments facile à faire ni confortable de se présenter à travers son parcours, dans ses bons comme dans ses mauvais moments. J’apprécie donc la confiance que tu m’accordes et l’honneur qui découle de ta demande.

Marquant une pause alors qu’il la fixait, il poursuivit :

-Tu peux m’appeler Raizen. Le fait que je sois Raikage ne change fondamentalement rien en ma personne même si je sais que tu t’en doutes déjà.

Raizen demeurait Raizen, qu’il soit Kage ou non, car contrairement à certaines attentes, le fait d’être Kage ne faisait pas de lui la personne qu’il était. La personne qu’il était faisait de lui l’ombre de Kumo, une subtilité très importante auquel bien des gens pouvaient passer à côté.

-Ta proposition est intéressante, mais avant de rendre ma décision, j’aimerais te poser quelques questions si tu le permets. N’hésite pas à t’asseoir et à te mettre à l’aise. Bien que tu dois te douter que je n’ai aucune inquiétude quant au fait de te détacher, le climat actuel nécessite que nous suivions certaines précautions, un élément que je pense que tu comprendras.

Revenant tranquillement au sujet qui importait, l’aura autour du Meikyû semblait étrangement se moduler. Métamorphe, elle naviguait entre trois essences distinctes sans vouloir se figer sur l’une d’entre elles.

D’un côté, Hachiman, l’essence même de la guerre et du combat résonnait avec certaines des paroles de Yamiko, se questionnant toutefois sur la puissance vers laquelle elle voulait se diriger.

D’un autre côté, Ama cherchait jusqu’où le chaos de Yamiko pouvait la mener. À quel endroit s’arrêteraient ce désir inassouvi de vengeance et le vide qui l’envahissait ? Était-elle en mesure de dompter ces ténèbres et ce chaos pour le rendre sien ?

Finalement, Omoi quant à elle résonnait avec l’ensemble de l’histoire qu’elle communiquait, ne pouvant s’empêcher de se questionner sur certaines des paroles qui seraient les premières à parcourir les lippes du Meikyû après sa pause…

-Qui est cette jeune femme à qui tu tiens vraiment et qu’est qui la rend si unique si ce n’est pas indiscret ?

Divergent totalement de ce dont on pouvait s’attendre comme première question, Raizen n’avait pourtant pas terminé…

-Me proposes-tu de servir Meikyû Raizen ou me demandes-tu la possibilité de réintégrer Kumo qui par extension est en ce moment géré par ma propre personne ?

Important, Raizen savait pertinemment que certains pouvaient le suivre, non pas pour protéger le village, mais pour suivre sa personne comme ils pouvaient suivre d'autres individus. Intimidant pour plusieurs, c’était pourtant un élément avec lequel il s’acclimatait de plus en plus alors qu'il découvrait de nouvelles facettes de la loyauté et des liens qui pouvaient unir certains individus.

-À travers ton parcours et comme tu as pu le voir, tu as énormément évolué et je suis certain que ton parrain serait possiblement fier de ce que tu es devenue. Simplement, de la même manière que tu as évolué, de la même manière que tes besoins ont aussi fondamentalement évolués. Qu’est-ce que la définition d’un maître pour toi à ce jour Yamiko ?

Levant finalement sa tasse de thé, comme s’il avait terminé, il s’arrêta finalement avant de compléter son tour de question :

-Et quels sont à ce jour tes plus grands objectifs Yamiko. Où désires-tu te rendre ?

Prononçant ses mots d’un regard perçant, si Yamiko avait jadis rencontré un Raizen assez mature dans ses fonctions de Jonin, l’être qu’elle avait devant lui avait pourtant évolué. Dégageant quelque chose qui allait au-delà de l’intellect et du physique, son aura pouvait même être perçue comme étant surnaturelle, comme si elle franchissait certaines des frontières qu’on pouvait connaître.

Rarement manifestée, c’était pourtant lefruit des mots qu'elle avait prononcés, elle qui sans se rendre compte avait fait écho à diverses parties de l’âme du Meikyû.

Ainsi, Yamiko avait devant elle le regard du Corbeau sous une pluralité de ses facettes.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Mer 28 Sep 2022 - 16:35
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Meikyû Raizen & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

A l’invitation de Raizen, tu daignas t’avancer puis t’assoir sur la chaise qui se trouvait juste en face de lui. Assise, posant tes mains menottées bien en évidence sur la table, tu ne quittas pas le Meikyû du regard. Celui-ci arborait à présent une expression différente de celle qu’il avait montré à ton entrée. Il te paraissait soudain bien énigmatique, bien plus que d’habitude.

« - La personne à qui je tiens est Joo Jun. Je la connais bien avant que je n’intègre Kumo que Jun avait ensuite décidé de servir, désirant être à mes côtés. Seulement, après la défaite de Kumo, elle a décidé de rejoindre le rang des vainqueurs, le Teikoku. »

Jun était une des rares personnes qui connaissaient ton passé donc qui savaient qui tu étais véritablement. Elle connaissait presque toutes tes facettes. C’était sans doute la raison pour laquelle tu éprouvais pour elle un attachement comme avec nulle autre personne. Avec elle tu te sentais réellement toi-même. Tu la considérais presque comme ta petite sœur.

« - Si je suis ici aujourd’hui, ce n’est pas pour Kumo mais pour toi. Si tu avais été ailleurs, je me serais tout de même retrouver devant toi … J’ai parlé de te servir en tant que Maître car j’aimerais pouvoir placer en toi toute ma confiance et ma loyauté comme je l’avais fait jadis envers mon feu Parrain ... Je reconnais n’avoir aucune ambition dans la vie. Ma seule vocation semble être de suivre quelqu’un et je ne vois que toi pour être digne d’occuper cette place si importante pour moi … Bien entendu, je ne tiens pas à ce que tu acceptes ma proposition par bonté, ni par pitié ou encore par le simple désir de me faire plaisir. Tu dois comprendre que si je t’accordes ma confiance, celle-ci doit être réciproque. »

Bien que tu ne le connusses que très peu, tu avais entièrement confiance en Raizen car tu le pensais en être digne mais, tu doutais cependant que cela fût réciproque. Après tout, il t’avait connu comme une genin indisciplinée.

« - Ainsi, je t’accorde un temps de réflexion quant à ma proposition. En attendant, j’accepte d’attendre même au sein d’une geôle. Cependant, si jamais tu refuses d’accéder ma requête, j’aimerais que tu me laisses repartir de Kumo. »

Une conclusion qui faisait comprendre au Meikyû que tu n’étais revenue à Kumo que pour lui. S’il refusait ce que tu étais venue lui offrir alors tu n’avais aucune raison de rester au sein du Village Caché des Nuages …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Retour au bercail (Libre) Empty
Jeu 6 Oct 2022 - 2:03

Marquant une pause, de tous les noms que Yamiko aurait pu prononcer, elle était étrangement tombée sur un nom qui jusqu’à tout récemment n’avait pas été oublié du Meikyû. Se contentant de boire une nouvelle gorgée de son thé, l’attention du corbeau se reporta immédiatement sur la suite, comprenant de mieux en mieux là où la loyauté de Yamiko résidait.

Désirant suivre Raizen et non le Raikage, sa proposition étant en plusieurs points flatteuse et intéressante. Ne s’y étant pas forcément attendu au regard de leurs plus récentes interactions, il semblait que le Meikyû n’était pas le seul à avoir changé. Yamiko avait-elle, sans l’exprimer vu ses interventions passées d’un bon regard ?

Demeurant sur sa faim alors que de multiples axes de réflexions parcouraient ses pensées, que ce soit le temps de réflexion qu’elle demandait à Raizen, son honnêteté ou simplement l’aise avec laquelle elle partageait le tout de manière simple, pour le moment, il ne pouvait qu'apprécier une telle conversation qui atteignait presque aussi subitement un point critique.

-Tout le monde a des ambitions dans la vie Yamiko. Le simple fait d’avancer vers différents objectifs représente des ambitions, même si à première vue, elles peuvent ne pas porter le même reflet que ce que d’autres surnomment des ambitions.

Désirant mettre quelque chose en avant-plan dès le début, il était curieux pour Raizen de voir Yamiko se réduire à se soustraire de toute ambition. Était-ce une manière de témoigner son humilité ou une manière de révéler qu’elle préférait ne pas se prendre la tête, vivant ainsi au jour le jour, sans se soucier du futur à court, moyen et long terme ?

-Je pense que tu me connais suffisamment bien pour savoir que je suis transparent et ne suis pas du genre à pêcher par bonté ou par pitié. Ainsi, il n’est pas dans nos intentions de t’enfermer dans une geôle et de te mettre en prison, sauf si tu dévoiles être un risque certain pour la nation bien entendu. Comme tu as pu le voir, le village est en situation d’urgence et d’alerte, d'où la rigueur des différents processus en ce moment.

S’éloignant quelque peu du sujet, Raizen comptait tout de même faire un lien avec le début de ses précédentes paroles.

-Permets-moi de te poser quelques questions importantes Yamiko avant de prendre le temps d’y réfléchir.

Appréciant son approche, il comptait lui accorder une attention digne de ce nom alors que l’ensemble du Meikyû était en synchronisation avec les différentes parcelles de sa personne.

-De quelle manière les choses seraient-elles différentes si je te révélais qu’il y a environ moins de deux ans, alors que le village se faisait envahir et que certains d’entre nous étions à Hayashi avant la résonance ,que j’ai failli assassiner Jun Joo pour insubordination pouvant mettre en danger et en péril la vie de plusieurs innocents, surtout au regard de son dossier déjà garni ? La seule raison expliquant sa survie ou du moins, le fait qu’elle ne soit pas en prison est justifié par la situation plus urgente qu’était d’arrêter l’homme au chapeau avant qu’il ne soit trop tard bien qu'on connait tous le résultat de la résonance justement.

Marquant une pause, il poursuivit :

-De quelle manière les choses changeraient-elles si je te révélais qu’à ce jour Jun Joo est recherchée du Teikoku, mais aussi de l’ensemble des partenaires de la Coalition, ce qui inclut possiblement Kumo par extension pour trahison, enlèvement et torture ?

La regardant toujours d'un regard soutenu, il poursuivit.

-De quelle manière les choses changeraient-elles si je te révélais que l’acte d’enlèvement et de torture a été perpétré à l’égard d’une Kumojine qui vient tout juste d’être récupérée et qui se remet encore à ce jour d’un trauma ?

Concluant, Raizen ajouta :

-De quelle manière les choses changeraient-elles si je t'annonçais qu’à ce jour, je n’hésiterais pas une seconde à appréhender ou à mettre à mort Jun Joo si nos chemins venaient à se recroiser au regard de ses actes, mais aussi du danger qu’elle représente pour le Yuukan ?

Terminant, Raizen l’observait, analysant son non-verbal et la manière dont elle réagirait puis s’exprimerait ultimement face à ce constat délicat.

-Est-ce que ton désir de me suivre serait le même ? Le cas échéant, serais-tu confortable à cette idée au point de savoir que la vie ou plutôt la liberté d’une des seules personnes que tu considères à ce jour de ta famille soit à risque en ma présence ?

Laissant quelque peu la vapeur retomber, le ton sérieux, mais doux du Meikyû se poursuivit alors qu’il se souciait réellement de quelle manière Yamiko prendrait le tout.

-Tout comme tu m’en fais la proposition, tu n’es pas obligée de répondre à cette question aujourd’hui. Tu peux même prendre le temps d’y réfléchir. Simplement, je pense qu’il est important de penser à ce genre d’éléments tout comme je ne peux m’empêcher de me poser une dernière question sur le cadre possible de notre collaboration :

Posant sa question ultime, il termina :

-Si tu désires que j’agisse à titre de ton guide, es-tu prête à intégrer les rangs de l’armée Kumojine et à défendre ces intérêts que je défends actuellement à travers mon rôle ou désires-tu plutôt une collaboration plus implicite sans association quelconque à l’armée Kumojine.

Dévoilant ainsi l’ensemble de ses interrogations, le Corbeau avait dévoilé différentes facettes de sa personne de manière intégrée. Que ce soit le rôle de Gardien des Deux Mondes à travers le possible jugement qui pouvait attendre Jun Joo s’ils venaient à se rencontrer, que ce soit les questions sur la volonté de Yamiko au regard de la situation relativement conflictuelle qui pouvait l'accueillir ou simplement sa soif de compréhension, l’attention du Raikage atteignait un niveau de confort relativement inné alors que la balle était dorénavant dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Ven 7 Oct 2022 - 16:07
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Meikyû Raizen & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

Ce fut sans surprise que tu appris les méfaits passés de Jun. Connaissant le personnage, entendre quelque chose de positif sur la jeune Joo t’aurais au moins un tantinet ébranlée. En cet instant, tu n’émis aucun signe de changement alors que sereinement, tu écoutais le Yondaime qui se montrait très sérieux dans son discours. De même, tu ne fus point décontenancée par les décisions que prendraient Raizen vis-à-vis de Jun. Tu le connaissais comme un homme sévère en regard de l’indiscipline. Là était-ce sans doute une des raisons qui te poussaient à vouloir le suivre aujourd’hui. Il fallait un homme de sa trempe pour tenir ta laisse. Un être qui suivrait ses principes peu importait la situation.

« - Connaissant Jun, je ne suis pas étonnée d’apprendre tout cela ! »

Ton timbre ne dénotait le moindre trouble.

Ce qu’annonçait Raizen expliquait pourquoi tu n’avais pas réussi à trouver la jeune ronin au sein du Teikoku. Étrangement, même les quelques soldats que tu avais questionnés à son sujet avaient été incapables de te dire où elle se trouvait aujourd’hui. Peut-être n’étaient-ils même pas au courant qu’elle était recherchée.

Si l’insoumission de Jun ne t’étonnait guère, tu te demandais cependant s’il n’y avait pas une autre vérité derrière cet enlèvement et cette torture envers une kumojin. Tu connaissais suffisamment Jun pour savoir qu’elle ne se serait jamais montrée aussi négligente au point de laisser en vie une personne qui pourrait nuire à son existence comme c’était le cas aujourd’hui. La Jun que tu connaissais se serait débarrassée de sa victime pour que cette dernière ne puisse révéler ce qu’elle lui avait fait subir et qui pourrait lui porter préjudice. A moins que la jeune ronin désirait réellement se mettre à dos Kumo et les autres fractions. Mais pour toi, cela n’avait aucun sens. Il restait donc la possibilité que celle qu’elle avait pris pour victime s’était révélée plus puissante qu’elle et avait donc réussi à lui échapper. Tu ne voyais que cette possibilité. Et cela pourrait bien expliquer sa disparition. Aujourd’hui, elle devait surement se cacher quelque part dans le Yuukan. Restait à savoir pour combien de temps avant qu’on ne lui mette la main dessus.

« - Bien que je tiens à Jun, je n’ai pas le contrôle de ses faits et je ne tiens pas à l’avoir. C’est une fille libre d’agir comme bon lui semble et par conséquent elle doit assumer seule ses actes. Je ne vois donc aucun inconvénient à ce qu’elle soit puni pour ce qu’elle a commis. »

Seulement quelques lignes pour répondre à toutes les questions qui t’avaient été posées. Plutôt taciturne, tu n’aimais guère t’étaler sur un sujet, quand bien même celui-ci était de la plus haute importance, comme présentement.

Bien sûr, perdre Jun te toucherait mais tu n’étais pas du genre à laisser tes sentiments personnels entacher tes devoirs. Tu as été élevée ainsi. Les sentiments étaient des faiblesses, tu ne devais donc pas y succomber. Par ailleurs, tu avais toujours respecté la liberté de chacun. Tu n’arrêteras jamais quiconque qui désirerait suivre sa propre voie quand bien même le chemin emprunté ne te convenait guère. Cependant, tu jugeais que chacun devait être prêt à assumer ses actes. C’était donc ainsi que tu prenais les choses vis-à-vis de Jun aujourd’hui. Elle avait tracé sa voie dont elle devait endosser les conséquences.

« - Si tu acceptes ma proposition alors je ferai ce que tu voudras. Si tu veux que je réintègre le rang de Kumo alors je le ferai mais si tu préfères que je reste à l’écart du Village Caché des Nuages, je le ferai aussi. Peu importe le rôle que tu m’attribueras, je ferai en sorte de ne pas te décevoir. »

Une légère courbette conclut tes propos, démontrant ainsi ta soumission envers le Raïkage. Tu n’avais pas besoin de temps de réflexion car ta décision a été déjà prise avant même ton arrivée à Kumo car c’était elle qui t’avait conduise jusque devant le Meikyû aujourd'hui. Et apprendre la situation actuelle et même plutôt inquiétante de Jun n’avait rien changé.

Bien entendu, Raizen non plus ne devrait pas te décevoir dans son rôle mais tu jugeais inutile de le lui dire. Un bon Maître devrait savoir comment se comporter pour ne pas se faire mordre par son propre animal …

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Retour au bercail (Libre) Empty
Mer 19 Oct 2022 - 23:18

Calme, la réaction de Yamiko ne tarda pas tandis qu’elle révélait les premières bribes de sa réaction. Calme et relativement impassible, elle ne semblait avoir aucune difficulté à entendre les faits que relatait le Meikyû, comme si elle s’y attendait même…

Relativement intéressant quant au développement personnel et mental qu’elle semblait avoir eu au cours des dernières années, elle se distançait de son lien avec cette personne, aussi intense et important soit-il.

Plus important encore, le cas de Jun semblait être une affaire close, un élément assez rassurant quant à la suite. Dorénavant, la totalité des cartes était entre les mains du meikyû, qui avait le choix des prochaines étapes pour Yamiko.

Commençant tout d'abord par se lever, il effectua un seul et unique geste avant de poser sa main sur les menottes de Yamiko et de les sceller. Se permettant ainsi de la libérer de ses chaînes, il effectua un bref bond arrière afin de reprendre sa place, comme si de rien n’était.

-Pour commencer, je viens de t’enlever tes menottes. À la suite de cela, je m’assurais de communiquer l’information à la police afin que tu puisses te promener au sein du village comme n’importe qui étant donné que ta situation ne te rend pas passible d’être considéré une désertrice ou autre étant donné que Kumo n’était pas au pouvoir à cette époque. Quant au reste, j'ose estimer que tu ne représenteras pas un danger pour la population en compagnie de laquelle tu as évolué.

Marquant une pause, il poursuivit :

-Maintenant, je t’avoue qu’il me faudra possiblement un certain temps de réflexion afin de te donner une réponse complète même si j’ai possiblement déjà une idée de ce à quoi elle pourrait ressembler. Il me faudra juste confirmer et vérifier certains éléments si tu le permets.

Comme toujours, Raizen avait une vision voire même plus d’une vision, arrivant à visualiser un travail collaboratif avec Yamiko sous de nombreux angles. Toutefois, certains nécessitaient plus de confirmation que d’autres tandis que d’autres nécessitaient des réponses préalables.

-Avant toute chose, je tiens toutefois à préciser quelque chose.

Approchant un point important de leur discussion, l’aura autour de sa personne se transforma quelque peu, devenant possiblement plus froide et distante alors que son regard de corbeau demeurait concentré.

-Devenir ton maître n’est pas quelque chose que j’accepterais ou auquel j’ai un intérêt, du moins pas sous cette forme ni cette formule.

Mettant les choses au clair dès le début, il préférait aller droit au but.

-Je pourrais toutefois agir en tant que guide en plus de pouvoir te distribuer des directives liées à mon titre et/ou à notre partenariat en fonction de sa forme finale. Simplement, je ne cherche pas à m’associer à une coquille qui ne répond qu’aux ordres. S’il y a bien un élément qui est important pour moi lorsque j’agis en tant que guide ou dans une situation de mentorat, c’est bel et bien le progrès, mais aussi l’utilité de l’accompagnement qui est fait.

Si pour certain, ce n’était qu’une question de nomenclature, une différence notable subsistait toutefois. Après tout, Raizen n’éprouvait pas forcément d’intérêt dans un partenariat unidirectionnel ou tyrannique.

-Autrement, je n’en vois pas l’utilité et préfère rediriger mon énergie ailleurs Metaru Yamiko. Toutefois, si tu désires que je te sers de guide et que tu désires par extension collaborer avec moi, que ce soit en intégrant les rangs de Kumo, ce qui serait préférable selon moi, il te faudra trouver une ou des convictions te servant de ligne directrice. Je verrais ensuite ce qui est intéressant et possible.

Lui donnant son premier défi ou plutôt son premier objectif, Raizen trancha :

-J’aimerais donc savoir quels sont tes objectifs dans la vie Yamiko et ce que tu désires accomplir au-delà de me servir. Que désires-tu développer et quels sont tes buts, même ceux distants d'une carrière de shinobi ? Que veux-tu devenir Metaru Yamiko ?

Dis-moi ce que tu désires et je te dirais si je peux t’aider songea Raizen alors qu’il avait besoin de savoir avant toute chose si Yamiko avait des désirs intrinsèques allant au-delà de servir. Après tout, servir la vision d’autrui était légitime et même honorable sur certains abords. Toutefois, il était important d’avoir des désirs intrinsèques, même si ceux-ci étaient divergeaient des éléments classiques que l’on pouvait entendre.

-À notre prochaine réunion, nous pourrons finaliser cette discussion en voyant quels sont tes objectifs et tes buts, si tu es à l’aise avec ce que je viens de dire et en fonction, je te ferais savoir le cadre de notre collaboration.

Terminant son verdict, le Meikyû observait Yamiko. Si son regard était dur, il était surtout motivé. Difficile sous bien des égards comme réponse, si Yamiko désirait travailler avec Raizen, elle allait devoir apprendre à sortir de sa zone de confort par moment, et ce, même si ça impliquait la nécessité qu’elle pense à elle-même et ses ambitions en tentant de se projeter.

Ainsi, le corbeau venait de délivrer de nouveau le message que lui inspiraient ses principes. S’il était vrai qu’il aurait très bien pu collaborer avec elle et avoir une alliée fidèle suivant uniquement ses ordres en mettant de l’avant ses besoins avant toute chose, humainement et à titre de messager, cela allait totalement à l’opposé du Meikyû qui préférait voir le potentiel des gens autour de lui atteindre leur paroxysme.

-Si cela t’aide, tu peux considérer cette recherche comme notre première tentative de collaboration et surtout ton premier test.

Ayant quelques idées d’éléments qui pouvaient être pertinents pour elle, l’ombre préférait tout de même lui laisser découvrir les subtilités de cet exercice avant d’imposer ou de proposer la moindre vision. C’était important afin qu’il perçoive qui était cette nouvelle Yamiko et où elle quelle voie l’attendait.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

Retour au bercail (Libre) Empty
Ven 21 Oct 2022 - 16:10
Retour au bercail (Libre) Yamiko10
Retour au Bercail - feat. @Meikyû Raizen & @Metaru Akagi

~ Kumo - Hiver 205 ~

« - Je te remercie, lâchas-tu tout simplement à Raizen qui venait de te libérer de tes chaînes et t’annoncer qu’il fera le nécessaire pour que tu puisses te promener librement dans Kumo, comme autrefois. »

Tu gardas tes mains libérées à leur place, bien en évidence sur le bureau du Raïkage, alors que ton regard violacé ne cessait de fixer ce dernier comme si tu cherchais à lire en lui, tout en lui prêtant une oreille attentive.

En seulement quelques minutes, le Raïkage t’avais déjà beaucoup offert mais pas l’essentiel à tes yeux. Pas la raison qui t’avais menée jusque devant lui aujourd’hui. Tu n’avais cure de pouvoir te balader librement au sein de Kumo. Tout ce qui t’importait était d’avoir un « oui » ou un « non » définitif à la proposition que tu lui avait faite. Seulement, Il ne te délivrerait pas une réponse définitive dans l’immédiat pour des raisons qu’il t’avais évoquées et dont tu comprenais parfaitement la légitimité. Cependant, tu ne pouvais t’empêcher de ressentir une certaine déception bien que ton faciès avait gardé son impassibilité habituelle. Sans doute, étais-tu trop pressée par rapport à lui ?

Ta déception ne remettait point en cause ton jugement vis-à-vis du Meikyû. A cet instant, il demeurait le « Maître » qu’il te fallait. Tu avais compris avant même de venir devant lui et entendre ses paroles aujourd’hui qu’il ne sera jamais comme ton feu Parrain. Si les deux étaient des meneurs, leur personnalité ainsi que le monde qu’ils gouvernaient étaient cependant relativement différents. Si ton ancien Maître s’était contenté de ton obéissance absolue, le Yondaime attendait plus de ta part. Il ne voulait pas d’un simple serviteur qui lui obérait au doigt et à l’œil mais d’un soldat fidèle avec de l’ambition personnelle. Or cette dernière te faisait cruellement défaut.

Raizen t’imposa de trouver au moins un dessein, autre que celui de le servir, dans la vie. Sauf qu’à cet instant tu n’en avais aucun. Après tout, ton unique but jusqu'à présent, celui qui justifiait ta présence devant lui aujourd’hui, était celui de le servir. Un objectif qui devrait être désormais complété par un autre, si tu désirais obtenir ce que tu étais venue chercher auprès de lui.

« - Entendu, je reviendrai vers toi lorsque j’aurais trouvé quelque chose. »

Pour une fois, on pouvait sentir de l’incertitude dans ta voix.

« - Merci encore d’avoir accepté de me recevoir et de me permettre de revenir à Kumo. Je ne vais pas te monopoliser plus longtemps. »

Aussitôt tu te redressas puis tu accordas une légère courbette au Raïkage avant d’effectuer une volteface et te diriger vers la sortie …

HRP:

_________________
Retour au bercail (Libre) Fa683038ebd569e0c8d5d4d2e882b3a376ec4999
Veux-tu goûter à mon venin, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed https://www.ascentofshinobi.com/t13288-gentoku-m-yamiko

Retour au bercail (Libre)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au bercail
» Retour au bercail [Nakamura S.]
» Retour du Serpent [Libre]
» Hellcome [Libre/Retour à Iwa]
» Retour à la maison | Libre

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: