Soutenez le forum !
1234
Partagez

Magna Carta, La fin du chemin

Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Magna Carta, La fin du chemin Empty
Dim 18 Sep 2022 - 0:46
Magna Carta
SOLO

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Dans les entrailles d’un palais qui ne dort jamais, une lueur d’espoir subsiste toujours comme un phare éternel qui guidera les âmes vers l’ultime destination qui les appelle comme un murmure de naguère. Le ciel est sombre, sans étoile, sans vie, mais la lune s’incarne comme une lanterne spectrale et ineffable.

Le Corbeau des Tempêtes erre dans le dédale de la folie des hommes, en quête de la réponse à l’ultime question. La silhouette ténébreuse touchait enfin du doigt à la fin de son long et inexorable voyage. Cette Odyssée avait été trouble, oscillant entre les deux opposés de la nuit des temps.

Serpent siffle son venin.

« Tu comptes vraiment y aller ? »

Un léger soupir pouvait être aperçu, avant de laisser place à une voix aussi profonde que grave.

« C’est inévitable. Après toutes ces années, le chemin s'arrête ici. » -dit-il, posant sa main contre la porte qui lui faisait face dans un silence de pierre-

« Pourquoi dois-tu être toujours si dramatique ? » -siffle, siffle, langue fourchue-

Ouvrant les portes qui semblaient figées depuis la nuit des temps, le parangon pénétrait dans une salle où la pénombre semblait régnait d’une main de maître incontesté, mais quelques halos aux nitescences solaires venaient bercer la pièce d’une aura sibylline. Avançant pas à pas, de manière solennelle, le médecin des miracles pouvait ressentir une aura familière, qu’il avait bien connue. Cela était tout aussi perturbant qu’un rêve fantasmagorique, mais tout aussi inquiétant qu’un cauchemar chimérique.

Une présence était palpable, tandis que la flamme des bougies vacillaient dans leur prison tant et si bien que les jeux d’ombres révélaient les secrets interdits que la salle cachait au plus profond de son sein.

« Vous en avez mis du temps. Je suppose que c’est vous. Des yeux d’or et de jade, exactement semblables. » -dit une voix mutine, singulière et irréelle-

Le Borukan connaissait cette voix, bien qu’elle était nullement la personne à qui celle-ci appartenait.

« Alors vous m’attendiez ? » -tentant de voir le visage de la gardienne des lieux-

« Ce serait vous faire trop d’honneur. » -petit ricanement, mais sérieuse au demeurant- « Est-ce la nostalgie qui vous amène ici ? Ou bien une folie qui vous anime ? »

« Je ne sais pas trop. Peut-être les deux. » -dit-il, de manière laconique-

« Je comprends pourquoi Naoko-san n’est jamais revenue. Mais vous voilà aussi prisonnier du passé que je le suis. Vous êtes un homme aussi peu avisé que feu Himiko-sama, mais est-ce surprenant ? »

Muramasa serra les poings en entendant le discours de la grognasse qui lui faisait face. Elle le provoquait intentionnellement, arrivant même à lui voler des réactions alors que le ténébreux taciturne était en toute occasion aussi marmoréen que le marbre.

« Comme votre sœur, vous avez la langue aussi tranchante qu’une lame vespérale. »





Spoiler:

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

Magna Carta, La fin du chemin

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tracer son chemin
» Que de chemin parcouru (pv Saji)
» Choisir un autre chemin.
» Sur le chemin de la reconnaissance [Ashura]
» On a parcouru le chemin... | Raizen

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: