Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara]

Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Dim 18 Sep 2022 - 14:06
« Suivant ! »

Plus que deux personnes devant lui dans la file. Tels les grains d’un sablier, les volontaires venus s’engager dans l’armée impériale s’égrainaient les uns après les autres, leur formulaire à la main, chacun arborant un faciès différent ou marqué de variantes infinies. Masamune les passait machinalement en revue, étudiant tout autant leurs tics que leur psyché pour y déceler leurs raisons propres de livrer ainsi leur corps et leur âme au service de leur nation. Un service qui ne pouvait souvent se terminer que d’une seule façon et qui n’était pas des plus enviables. Son esprit tourné vers celui de celles et ceux qui l’entouraient, l’Arai tâchait d’ignorer sciemment pourquoi il se tournait ainsi au dehors de lui-même, mais il n’était pas dupe : ses propres raisons pour s’enrôler dans l’armée, si il en était parfaitement conscient, ne lui paraissaient pas encore en elles-mêmes suffisamment raisonnées pour qu’il puisse se permettre de s’appesantir dessus. Toujours était-il qu’il se trouvait là, dans ce rang, bien décidé à devenir Soldat de l’Empire, et que lorsque les deux personnes qui étaient encore devant lui en auraient fini, ce serait son tour. Et que de marche arrière, il n’y en aurait certainement pas.

« Suivant ! »

Un pas de plus, vers cette inconcevable entreprise, cet élan de désespérance face à un monde qui s’enfonçait dans la folie la plus totale. Un monde où des enfants innocents pouvaient se retrouver pris dans le feu croisé d’orgueils démesurés et imbus d’eux-même. Beaucoup d’hommes et de femmes disaient vouloir la Paix, mais au vu des résultats concrets de toutes ces ambitions, le constat de Masamune se devait d’être sans appel : des idéaux ne suffisaient pas, il fallait des moyens. Des moyens que l’Arai, puisant dans ses secrets claniques ancestraux, allait devoir éveiller et réveiller.

« Suivant ! »

Le doute s’insinuait doucement en lui, mais se faisait systématiquement repousser et dompter par les images qui lui apparaissaient alors de la chevelure de son petit ange, de cette enfant qu’il avait élevé et qui avait représenté le fruit de toute son existence. Un fruit à présent dévoré par ce monde vorace et qui ne verrait plus jamais la lueur du soleil. La rage, insidieusement retraçait sa route au travers des veines du thérapeute, mais ce dernier savait qu’il avait la responsabilité de la garder sous clef. Du moins, juste ce qu’il fallait : qu’un père endeuillé et en colère se reconvertisse dans la branche militaire était, après tout, une mutation tout à fait logique et raccord avec ce qui pouvait être attendu en pareilles circonstances.

« Suivant ! »

Cette fois, plus d’échappatoire. Masamune s’avança en tendant les papiers dûment remplis dont il s’était muni au centre administratif, tâchant de se dresser de façon aussi droite et protocolaire que possible face à l’agent de recrutement.

« Arai Masamune. Aucun service effectué auparavant… Ancienne profession… Docteur… ? »

L’agent releva les yeux vers ceux de l’Arai, dont l’un était toujours entouré de bandages.

« Ça, ça va poser problème ? Fit-il en pointant l’oeil enrubanné du doigt.
- Non.
- … D’accord, si vous le dites. Pour le reste, tout est en ordre, vous pouvez passer aux baraquement pour récupérer votre équipement réglementaire en retour de ce certificat. Si vous échouez aux premiers tests physiques, votre attestation sera révoquée et vous devrez-
- J’ai entendu les quatre dernières fois, merci. »

De sa dextre bourrue et calleuse, Masamune s’empara du certificat, sa détermination comme soudainement raffermie par ce tête à tête aussi formel que dispensable avec l’agent de recrutement. Cette première étape, tant la plus difficile que la plus aisée, était à présent derrière lui… Ce qui ne l’empêcha pas de ressentir soudainement l’envie de se recueillir, envers et contre tout. Un besoin pressant, urgent, que rien n’aurait pu venir outrepasser. C’est ainsi que, d’une démarche lancinante et austère, le père endeuillé décida de se rendre au Parc central de la Capitale, où il avait tant de fois auparavant emmené Hana pour jouer avec elle et l’observer en train de cavaler au milieu de la verdure. Arrivé dans le grand espace arboré et aménagé, l’Arai laissa alors divaguer son regard ici et là, laissant ressurgir ses souvenirs avec une amertume encore vivace. Des souvenirs qui n’étaient pas uniquement les siens et qui lui donneraient également la force de continuer son œuvre, en dépit de toutes les difficultés.

L’air absent, tout en marchant le long de la promenade, Masamune laissa son regard intérieur se faire bercer par ces images venues d’outre-tombe, ignorant ce qui se pouvait se trouver devant lui, ou qui. La prémisse par excellence pour une collision impromptue.


@Shinrin Kisara

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Lun 19 Sep 2022 - 18:59




Armée, second acte


Déblayant sa cour, Kisara voulait rendre son jardin d'assez beau à regarder. Les feuilles mortes ce n’était pas sa tasse de thé. Au sein de sa demeure au domaine Shinrin, la femme avait passé la journée à nettoyer sa maison dans un premier temps, l’intérieur et par la suite, dégager les feuilles mortes de sa cour. Sa grand-mère lui rabâchait que même étant une soldate de l’Empire et une guerrière Sylvestre, elle ne devait pas délaisser sa demeure pour autant. Par chance, Mei était présente et la jeune adolescente l’avait aidé pour aller un peu plus vite. Pour ce qui est de Chitose, l’élémentaliste était en mission pour l’unité territoriale. Généralement, elles parlent rarement des ordres de mission qu’elles doivent accomplir. Ainsi, elles n’ont pas à s’inquiéter pour l’une ni pour l’autre. Du coup, Kisa ne sait pas ce que fait sa femme et au moins, elle peut se concentrer sur autre chose. Sortant de sa cour et observant le reste du domaine clanique, il y avait une certaine tranquillité et une forme de paix. Peut-être que la raison est que les Shinrin ont enfin la main au pouvoir, avec Hanzo et Yoshio occupant les postes les plus élevés dans un Empire. En effet, Hanzo est Empereur, tandis que Yoshio est le porte-parole. Cela donnait du poids pour le clan d’avoir deux de leur clan aussi haut dans la hiérarchie, même personne n’est capitaine d’une unité.

Perdue dans ses pensées, Kisara se met à sentir, soudainement, une présence derrière elle et une main se posait sur son épaule droite. Une voix se fait attendre.


« Mère, ne devrions pas nous rendre à Urahi ? Vous m’avez parlé de nous entraîner au camp d’entraînement à la Capitale. » Dit-elle d’un air neutre. La Blanchâtre regarde sa fille et lui sourit. « Ah oui, c’est vrai. Terminons tout ceci, on s’y rendra tout de suite après. On mangera dans un restaurant sur place. » Répondit à sa fille unique. Les deux Shinrin terminent leur travail à la maison avant de sortir du domaine du clan afin de se rendre en direction de la Capitale. Les temps sont plutôt calmes, ces derniers temps et c’était mieux ainsi. La Capitale a eu pas mal d’animation assez violente et ça ne serait pas un mal si une forme de paix s’installe dans Hi no Kuni, même temporairement. Pour l’instant, c’est calme que ce soit dans la Capitale, au sein des domaines claniques et dans Hi tout entier. Rien de bien grave et les Hijins pouvait respirer un peu. Évidemment, il n’y a rien de parfait dans ce monde, il y aura toujours une forme de malveillance qui rôde toujours et provoque le mal dans le cœur des Hommes. S'il y a de la lumière, il y a forcément des ténèbres.

Près du pont d’Araho, Mei se met à s’adresser à sa mère. « Dites-moi, mère. Est-ce le clan Inuzuka va se venger d’avoir vu beaucoup des leurs, chassés de l’Empire ? Et qu’est-ce que peut apporter la vengeance dans ce monde ? » Disait-elle d’un air sérieux. « Je ne sais pas ce que compte faire, Inuzuka Seimeiten après son échec de coup d'État ni même Le Fidèle, Meian ou Inuzuka Ayuu, après tout ceci. Cependant, la vengeance n’apporte rien de bon en ce monde. Il est peu facile à pardon, mais il est plus facile de se venger. Après tout, l’ancien empereur Yamanaka Rei a annexé Kumo et une partie du pays de la foudre, par vengeance au massacre de Yugure. Le cœur des Hijins a encore cette flamme de colère en eux. Et je ne sais pas combien de temps cela va prendre pour qu’elle s’éteigne. Or, ma fille, je ne souhaite pas que tu plonges dans ce cercle vicieux de la vengeance, car elle détruit des Hommes, même si tu parviens à accomplir ta vengeance, car un autre ira se venger de toi. » Dit-elle d’un ton calme. Mei semble pensive alors que mère et fille se mettent à traverser le pont. « Je vois. Je tâcherai d’agir avec plus de maturité et sagesse que mes prédécesseurs. Mais pour ma part, je ferai tout pour protéger les miens et l’Empire. » Dit-elle avec le sourire. « Bien, ma fille. »

Après avoir passé le pont et les gardes, les ayant reconnus grâce à leur brassard de soldat de l’Empire. Elles ont pu entrer dans Urahi, sans contrôle et à présent, elles se dirigent dans le centre de la Capitale. Kisara avait envie de passer par le parc, un lieu calme et beau, malgré les atrocités récentes. Kisara parlait de son envie de développer son côté diplomatie afin d’être efficace avec l’unité Coloniale lorsqu’elle ira faire des missions dans des pays étrangers. Une motivation qui a toujours été ancré dans le cœur de la femme et ceux, grâce à ses parents. Quant à Mei, elle souhaite parcourir le monde, à travers l’unité coloniale et apprendre plein de choses, des cultures et traditions différentes, comme les multiples religions dans le Yuukan. Évidemment, la politique l’intéresse également. Marchant dans le parc et absorber dans leur discussion, Kisara ne fait pas attention devant elle et percute involontairement un homme, assez âgé. Reculant de quelques pas, elle avait un peu mal à tête. « Aïe. » Dit-elle. Mei se sent un peu gênée et s’occupe de sa mère, voir si la blessure n’est pas grave. Kisara caresse le haut de la tête de sa fille avec un léger sourire. « Ce n’est rien, Mei. J’ai connu pire, ma fille. » Dit-elle avant de s’approcher du vieil homme, en compagnie de sa fille. « Excusez-moi, monsieur. Je n’ai pas fait attention à ce qui se passait devant moi. Est-ce que tout va bien ? » Demande-t-elle gentiment.




@Arai Y. Masamune
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Mer 21 Sep 2022 - 0:24
Le choc l’arracha à ses rêveries autant chargées de bonheurs passés que de douleurs et d’amers regrets. La vision de l’Arai se voila un instant, comme pour laisser le temps à ses yeux de se réhabituer à la vue du réel qui se trouvait tout autour de lui, et ce ne fut qu’après avoir reculé de deux pas qu’il put avoir une vision claire de ce qui venait de se passer. Une femme aux cheveux blancs, devant lui, se frottait la tête avec un léger rictus sur ses traits aquilins. Perplexe, Masamune voulut l’imiter par mimétisme, mais était relativement certain de ne pas avoir mal où que ce soit. Lorsque son regard borgne, toutefois, glissa sur le côté, se déposa sur ces courbes et ces couleurs de porcelaine, sa tête fut subitement parcourue d’une vrille aussi intense que lancinante, qui finit par légitimer son geste en direction de sa tempe.

Cette petite fille, il l’apercevait sans vouloir la voir, de même finalement que cette mère aux traits bien trop semblables à ceux qu’il avait tutoyé jadis. C’était comme avoir devant lui une fenêtre ouverte sur le passé, ce douloureux passé sur lequel il semblait voué à entasser les cadavres des siens. Si la grimace alors qu’afficha Masamune pouvait être comprise comme la conséquence de la collision, c’était bien du fait de ses tourments intérieurs, de ce vide dévorant, si le thérapeute s’était mis à serre si ostensiblement les dents. Trop tôt. Cette vision de noyau familial, assurément, lui était imposée trop tôt dans son deuil encore vivace, et ce même si l’Arai avait déjà pris les devants pour mettre en branle les engrenages de ses résolutions. Un soldat de l’Empire, voilà ce qu’il était cependant à présent, et c’était donc en tant que tel qu’il devait s’afficher : Masamune enfouit donc profondément ses souvenirs et affects, comme il savait si bien le faire, afin de regagner une posture droite et aussi assurée que nécessaire.

« Hrmm, oui je vais bien, ne vous en faites pas… Je dois être au moins aussi coupable que vous, cela dit. Mes excuses. »

Terminant de se frotter la tempe, l’ancien Docteur balaya l’horizon du parc du regard d’un air contrit.

« ...Il faut dire que l’endroit est distrayant. Je suis Masamune, Arai Masamune. J’espère que je n’ai pas inquiété votre grande fille », dit-il en tendant la main pour proposer de serrer celle de la jeune femme.

De son œil dénué de bandages, le second demeurant encore en rémission de la blessure qui avait bien failli l’éborgner durant le cataclysme aquatique qui lui avait volé la prunelle de ses yeux, le thérapeute en reconversion s’attarda sur l’enfant au prix d’un effort presque insoutenable, ne laissant rien paraître sinon un mince sourire amical.

« ...C’est qu’il faut bien en prendre soin, de ces jeunes. On ne sait jamais…. Enfin, je m’égare. Je vous souhaite une bonne promenade, à vous et à votre fille », acheva-t-il en prenant son chapeau de la main droite pour le plaquer contre son torse en guise de salut distingué.

_________________


Dernière édition par Arai Y. Masamune le Dim 25 Sep 2022 - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Sam 24 Sep 2022 - 12:38




Armée, second acte


Parler et ne pas faire attention à ce qui se passe devant. Les conséquences ? Percuter quelqu’un sans le vouloir. La femme était trop concentrée dans sa discussion avec sa fille qu’elle a tamponné un homme par mégarde. Une légère douleur à la tête, mais rien de bien grave. En tant que soldate de l’Empire, elle a connu bien pire en termes de choc ou de blessure, à travers ses missions, combats et entraînements. Et là encore, ce n’était pas vraiment une vraie blessure. La douleur est juste minime et d’ici quelques minutes, elle risque de disparaître assez rapidement, comme si de rien n’était. Mei s’inquiète toujours pour sa mère, même pour un petit bobo, la jeune adolescente vient toujours la voir. Ainsi, la blanchâtre en profite pour la rassurer avant de se tourner vers l’individu qu’elle a percuté par accident. Autant s’excuser et savoir si tout va bien de son côté. Ce dernier semble aller bien et il se sent tout aussi coupable qu’elle dans cet accident. Du coup, Kisara reçoit des excuses de sa part. « On va dire que la prochaine fois, on fera attention à regarder devant nous. » Dit-elle avec un léger sourire, cherchant à rendre l’événement moins gênant pour eux.

L’endroit est, en effet, attrayant et magnifique à regarder. Là-dessus, Kisara lui donnait raison et elle appréciait de s'y rendre dès qu’elle le peut. Que ce soit seul ou accompagné, elle aime bien passer des heures dans ce parc. Ce lieu est calme et paisible, au-delà de sa beauté, Kisara aime lire, contempler ou discuter avec sa fille, sa femme ou des amis. Et ça pouvait, même amener à des rencontres hasardeuses et intéressantes par moments, comme par exemple, avec Chinoike Katsuko. Il se présente comme Arai Masamune et ce dernier espérait que tout ceci n’avait pas inquiété Mei. Kisara sourit à l’homme, contente que ce dernier se soucie de sa fille malgré ce petit choc. « Enchantée, je m’appelle Shinrin Kisara et elle, c’est ma fille, Shinrin Mei. » Dit-elle amicalement. Mei le salue poliment à son tour. « Enchantée de même, Arai-san. Et ne vous inquiétez pas pour moi, en tant que soldate, j’ai vu bien pire. Mais merci de vous soucier de moi. » Dit-elle avec un léger sourire. En l’observant bien, Kisa pouvait remarquer que ce dernier était borgne, est-ce dû à un événement lointain ? Ou est-ce liée à l’un des événements récents ? Elle n’ira pas le lui demander, ça serait irrespectueux et déplacé de sa part.

Prendre soin de ces jeunes, il est vrai que les enfants sont la prunelle des parents et l’avenir du pays. À ses yeux, Mei est tout ce qui compte dans ce monde, son unique enfant, son amour, son soleil, celle qui lui donne la force de se battre tous les jours. Et aussi, celle qui lui permet de rester dans le droit chemin et espérer un monde meilleur pour tout le monde. Se battre pour un avenir radieux, voilà, l’un des objectifs de sa vie en tant que soldate de l’Empire. Sa main gauche se pose délicatement sur l’une des épaules de sa fille et sourit tendrement. Il semblerait que l’homme soit pressé et dispose d’une bonne éducation dans ses gestes. Cela serait malheureux de le laisser partir ainsi, peut-être qu’elle pourrait prendre le temps de l’inviter à manger avec elles, s'il le désire. « Attendez, Masamune-San. Est-ce que ça vous va devenir manger en notre compagnie ? Question que je me fasse pardonner correctement après vous avoir percuté sans faire exprès. Sauf si vous êtes attendu quelque part, alors je n’insisterai pas. » Dit-elle amicalement et gardant le sourire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Dim 25 Sep 2022 - 16:14
« Regarder devant, oui. Bonne idée... »

La réplique en apparence banale et sans relief de la femme qu’il avait percuté au beau milieu du chemin de promenade résonna avec bien plus d’intensité en Masamune que ce dernier ne l’aurait cru possible. Ce conseil anodin, il aurait en effet pour l’heure bien du mal à le mettre en pratique, de peur de céder à l’abandon, à l’oubli de celles qu’il avait chéri et qui étaient à présent dans l’au-delà. Sa femme, sa fille… les reverrait-il toujours en pensée, si il ne faisait effectivement que regarder droit devant lui ? L’attendraient-elles, au bout de ce chemin sinueux et obscur qu’il s’était mis en tête d’arpenter et de conquérir ? Rien n’était moins sûr. Et pourtant, dans tout ce chaos et cette souffrance qui le prenait aux tripes, l’Arai savait qu’il aurait besoin de toute la lucidité possible pour voir clair là où il mettrait les pieds, pour garder son esprit alerte et affûté. Non, il devrait même faire plus que cela : il devrait aiguiser son esprit, raviver en lui ce feu éteint depuis des décennies et le faire danser avec plus de vivacité que jamais. Ce n’était pas de gaieté de coeur qu’il en arriverait là, mais il n’avait pour ainsi dire pas le choix.

Laissant ces pensées de côté, Masamune reporta son attention sur le duo face à lui tout en replaçant son couvre-chef sur ses cheveux cendrés. Des Shinrin, songea-t-il sans trop savoir quoi en penser. Urahi devait en effet beaucoup à ce clan, mais pas nécessairement toujours pour les bonnes raisons.

« Enchanté, Mei-san, Kisara-san. »

Une soldate. Cette Mei semblait pourtant si jeune qu’il aurait semblé à l’Arai qu’elle n’aurait pu être autorisée à porter les armes pour sa patrie. Faire partie d’un clan shinobi réputé donnait certainement à bien des existences des trajectoires prédéfinies sur lesquelles il était difficile d’influer, et Masamune lui-même savait ce qu’il en coûtait de dévier des aspirations qu’un clan faisait porter sur l’un de ses membres. Hana… Aurait-elle voulu défendre son pays en s’enrôlant d’elle-même dans l’armée ? L’aurait-il laissé faire ? Ces moments, tout autant hypothétiques que difficiles, jamais il ne les connaîtrait, jamais son enfant ne pourrait se choisir un avenir quel qu’il soit, car tout ce qui demeurait d’elle à présent étaient des souvenirs. Lentement, l’ancien Docteur se déporta sur le côté, comme sur le départ, mais son corps se figea en entendant à nouveau la voie de l’opaline s’adresser à lui. Un invitation… à déjeuner ? La chose était à la fois surprenante, rafraîchissante, mais aussi en décalage complet avec les affres mentaux auxquels devait faire face l’Arai endeuillé.

« Euhm… Non je… Je ne suis pas attendu, mais… vous n’êtes pas obligée, vous savez. Même si... »

L’esprit de Masamune se relâcha un instant, comme abandonné aux courants extérieurs, cherchant la quiétude, lorgnant vers l’abandon de cette peine qui lui pesait dans les entrailles.

« ...J’imagine qu’entre collègues, apprendre à se connaître ne peut pas faire de mal. Je suis également Soldat, voyez-vous… depuis ce matin. J’ai encore quelques difficultés à réaliser… ça explique peut-être en partie la raison de mon absence, tout à l’heure. L’idée que j’aurai à me battre… ce n’est pas rien.

Ouvrez la voie, je vous suis
, finit-il par déclarer avec un geste de la main vers le chemin de promenade. Vous aurez ainsi tout loisir de m’instruire… sur ce à quoi je vais devoir faire face, à partir de maintenant. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Dim 25 Sep 2022 - 17:29




Armée, second acte


Regarder devant soi, c’était un conseil qu’elle avait donné à cet homme et par la même occasion, à elle-même. Kisara a été maladroite sur ce coup-là, elle qui se montre généralement prudente quand elle marche. Ça lui servira de leçon pour la prochaine fois et pour toutes les autres également. En tout cas, malgré qu’elle le lui ait dit avec le sourire, elle espérait qu’il ne le prendrait pas mal, car ce n’était pas le but. En tout cas, elle avait fait une nouvelle rencontre et difficile de savoir si elle est bonne ou mauvaise. Cependant, Kisa n’est pas du genre à juger les gens sans les connaître et il ne semble pas être quelqu’un de mauvais. Arai Masamune, un homme d’un certain âge et borgne, il a dû vivre des batailles pour avoir eu une telle blessure. Cela dit, elle ne lui dira rien à ce sujet, pour ne pas être trop envahissante. D’ailleurs, la Blanchâtre se présente à l’homme, tout comme elle présente sa jeune fille, Mei. L’homme n’est pas quelqu’un qui semble être bien social et qui use de beaucoup de mots pour s’exprimer. Peut-être qu’elle se trompe, mais il a sans doute passé une mauvaise journée, aussi.

Masamune voulait à présent partir, mais Kisara avait une idée derrière la tête. Un tout autre projet pour lui et ça serait dommage de se séparer ainsi. Du coup, s’il n’était pas attendu nulle part, il pouvait venir manger avec elles. Une personne en plus, ce n’était pas trop mal et cela permettrait de faire connaissance. Il serait dommage de se séparer, après ce petit accident. Apparemment, il n’est pas attendu où que ce soit et il était donc disponible pour les suivre. Cela le fait tout de même hésiter, en disant qu’elle n’était pas obligée et pourtant, elle le lui avait quand même proposé. Apparemment, il semble d’avis pour apprendre à se connaître. Il est soldat depuis ce matin d’après ses dires et elle ne voit aucun mal à cela. Et c’est pour cela qu’il était un peu dans les nuages et qu’il y a collision entre eux. Là-dessus, elle comprenait tout à fait à quoi il pense et le fait qu’il cherche à réaliser l’importance de l’engagement au sein de l’armée impériale. Kisara l’écoute attentivement, tout comme Mei qui de son côté, tient un bâton blanc. Il accepte de les suivre jusqu’au restaurant et un sourire s’affiche sur le visage des deux Shinrin. « Bien sûr et je comprends totalement la raison pour laquelle vous étiez dans vos pensées. On est tous passé par-là. » Dit-elle calmement.

Mei hoche la tête. « Il en était de même pour moi. Être soldat n’a rien de facile, peu importe notre âge et nos années d’expérience, je suppose. » Dit-elle à l’homme d’un ton clair. Kisara prend les devants en les guidant en dehors du parc, il y avait un restaurant près de ce lieu et elle aimait s’y rendre de temps en temps. D’ailleurs, elle allait apprécier de l'instruire sur ce métier, si c’est ce qu’il veut. La femme a toujours apprécié d'aider son prochain afin de le guider dans les pénombres des doutes et des questions afin de le mener à la lumière. « Il y a un restaurant où j’ai l’habitude d’y aller, c’est plutôt calme et de notre position, on peut admirer le parc, sans problème. Et je vous instruirai sur le boulot de soldat. Or, le plus simple serait que vous me posiez des questions, il sera plus facile pour moi afin de ne pas m’éparpiller. » Dit Kisara en arrivant devant le fameux restaurant. Devant un réceptionniste, elle indique vouloir une table pour trois personnes et sans attendre, ce dernier leur indique le chemin. D’un mouvement de la main, elle demande à Masamune et Mei de la suivre. Aucune surprise, ce bâtiment n’a jamais grand monde à cette heure-ci de la journée. S’installant à leur place, Kisara se met à l’aise et observe l’homme, en attendant qu’un serveur vienne les voir.

« Dites-moi, Masamune-san. Que voulez-vous savoir sur le rôle de soldat ? Je suis tout ouïe. » Dit la femme à la chevelure blanches. Mei quant à elle, checke le menu comme dans ses habitudes, ne souhaitant pas déranger sa mère et Arai.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Jeu 29 Sep 2022 - 23:28
Masamune accueillit la sollicitude de Mei et de sa mère avec un mince et timide sourire, une vague façade destinée à masquer son sentiment au sujet de la militarisation galopante à laquelle l’Empire était assujetti. Lui-même, à présent, était partie prenante dans cet engrenage, contraint par le flot des événements à s’impliquer à un tout autre niveau qu’il ne l’avait fait jusque là. L’Arai avait eu beau se débattre avec cette idée, c’était bel et bien toujours autours des actions et initiatives de la classe militaire que la vie de l’Empire s’articulait, une évolution presque naturelle dans une société historiquement ravagée par la guerre civile. Une guerre, malheureusement, qui s’était simplement déplacée, son feu ardent toujours vivace. Emboîtant le pas à ses hôtes, Masamune repensa à Kentaro et ses motifs dans le fond si proches des siens. Ils devaient être tant, se dit-il, à nourrir des aspirations similaires, à être convaincus d’être le maillon essentiel d’un grand tout sur lequel ils pouvaient influer via leur volonté propre. Lui-même, peut-être, aveuglé par l’intensité de son chagrin et de sa peine, se fourvoyait-il sur ses chances de réellement faire la différence, sur sa capacité à faire les bons choix. Personne ne pourrait toutefois soupçonner, se jura-t-il, des moyens concrets qu’il mettrait en œuvre.

Car la volonté des autres, il en ferait son affaire le moment venu.

« Ah oui, bien sûr, ce sera certainement plus simple comme ça vous avez raison. »

Le Docteur laissa vaquer son regard alentours tandis que la Shinrin et sa fille le menaient jusqu’au restaurant où elles avaient l’habitude de se rendre, s’offrant au flot des rencontres sans chercher à lutter contre lui. Cette parenthèse, si elle remuait en lui des sentiments très vivaces, sans doute lui ferait-elle également du bien, l’aiderait-elle à prendre le recul nécessaire sur son nouveau rôle au sein de la capitale. Se laisser aller à la volonté d’autrui, voilà bien quelque chose qu’il ne lui était pas coutumier de faire et qui était synonyme pour lui de risque et de danger. C’était toutefois sans compter sur cette muraille qu’il était en train d’ériger dans son esprit entre lui et le monde extérieur, ce filtre par lequel devraient à présent passer toutes ses interactions. S’installant à la suite de Mei et Kisara dans le restaurant, Masamune déposa son couvre-chef à l’extrémité de la large tablée et rajusta son bandage pour pouvoir arranger ses cheveux hirsutes.

« Eh bien voyons, par quoi commencer... »

Un serveur s’approcha à ce moment, carnet en main.

« Bienvenu messieurs dames, qu’est-ce que ce sera pour vous aujourd’hui ? Voulez-vous voir notre carte ?
- Hrm, je prendrai juste un ramen aux légumes, merci. »

L’Arai, pensif, observa ses hôtes pendant leur propre commande avant de reprendre.

« Je dois avouer que, ce que j’appréhende sûrement le plus… est de devoir me battre. J’ai connu assez d’époques tourmentées pour savoir qu’aucun conflit n’est dénué de racines, profondes et invisibles. Me battre pour l’Empire… implique que je lui fasse une confiance aveugle. Que je le crois sur parole, quand il exige de moi que je combatte, que j’emprisonne… que je tue. »

Le visage de Masamune s’assombrit un instant avant de s’éclaircir progressivement.

« Mais, c’est un sujet bien morbide pour un déjeuner, et je doute que j’aurai à affronter qui que ce soit de sitôt. Je compte intégrer l’Unité Territoriale, contribuer… à la protection du peuple de Hi. Je ne permettrai pas que d’autres massacres se produisent, il faut… que cela cesse, dit-il d’un air pensif en observant par la fenêtre toute proche, vers la pâle lueur projetée à travers les nuages. Vous auriez des idées ? Demanda-t-il alors en se retournant vers Kisara. Sur comment m’y prendre… pour sauvegarder le plus de vies possible ? »

Une interrogation bien utopique dans la bouche d’un homme qui voyait déjà bien plus loin que ses mots pouvaient le laisser entendre.

_________________


Dernière édition par Arai Y. Masamune le Lun 3 Oct 2022 - 9:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Dim 2 Oct 2022 - 11:27




Armée, second acte


Direction à l’un des restaurants dont elles sont habituées à se rendre lorsqu’elles viennent au parc et en compagnie de Masamune. Il sera plus simple discuter avec le ventre plein que vide et d’ailleurs, là-bas, c’est plutôt calme. Il sera donc plus aisé pour discuter ensemble et de répondre aux questions de l’homme par rapport à l’armée impériale afin qu’il ne soit pas trop perdu. La soldate arrive dans l’établissement culinaire, en compagnie de sa fille et de l’Arai. Ensemble, ils s’assoient à une table afin de s’installer et se préparer à choisir leur repas en toute tranquillité. Il fallait bien profiter de ce moment de paix, après tout qu’avait traversé Urahi, c’était l’une des choses à faire. En espérant que plus personne ne viendra s’attaquer à la Capitale et que la vie ne soit pas chamboulée à cause de perte grave comme durant la révolte des Inuzuka. Après s’être bien placé, Mei était en train de choisir son repas du jour. Pendant ce temps-là, la Shinrin se met à poser la question à Masamune afin de savoir ce qu’il voulait savoir afin qu’elle puisse répondre à ses doutes ou sa curiosité.

Alors que Masamune allait répondre, un serveur arrive à leur table afin de prendre leur commande. L’homme ne perd point de temps et exprime déjà ce qu’il souhaite manger dans ce restaurant. De son côté, Mei prend à son tour la parole avec le sourire. « Bonjour, je souhaiterai de l’Oyakodon, s’il vous plaît ! » Dit-elle tandis que c’était au tour de la femme de prendre la parole afin de commander ce qu’elle souhaite manger. « Pour ma part, je prendrai un Katsukaré, s’il vous plaît. » Dit-elle tandis que le serveur prend note des commandes et les remercie avant de partir en direction des cuisines. À présent, ils étaient seuls et personne pour le moment risque de les interrompre avant un moment. Écoutant attentivement Arai, il semblerait ce qu’il appréhende le plus est de combattre et cela signifie faire une confiance aveugle aux paroles de l’Empire pour se battre pour lui. Il semble avoir connu bien des guerres et des batailles, tout comme Kisara également. Tous deux savent qu’une guerre ne vient jamais toute seule et qu’elle ne se déclenche jamais sans un fil conducteur. Son appréhension est tout à fait légitime, car tuer n’est pas facile tout comme capturer quelqu’un ou bien, la torturer pour obtenir des informations. Il ne faut pas craindre de se salir les mains lorsqu’on rejoint l’armée de l’Empire ou celle d’un village ninja.

Cependant, il considère que ce n’est pas un sujet à aborder durant un déjeuner et il change de sujet assez rapidement après que son visage a fini de s’assombrir. L’homme veut rejoindre l’unité Territoriale afin de protéger Urahi et qu’il n’y ait plus de massacre comme la dernière fois. Là-dessus, Kisara est tout à fait d’accord avec lui. Or, il ne sait pas comment s’y prendre et il souhaite des conseils de la part des femmes Shinrin. Ce n’est pas une question facile, mais il n’est pas impossible d’y répondre en exposant juste son point de vue sur le sujet. « Hum… Pour en revenir à ce que vous avez dit au début, vous comme moi, il semblerait qu’on ait connu bien des guerres et des batailles. Il est tout à fait légitime d’appréhender le moment des combats, la peur de mourir ou tuer inutilement un adversaire, voire pire, causer des dégâts sans le vouloir en y mettant en danger des vies innocentes. Et être dans l’armée du Teikoku, à notre niveau, on peut juste obéir et agir à la volonté du Feu de l’Empereur sur le trône. Cependant, je vous conseillerai de vous entraîner pour devenir plus fort, évaluer chaque chose autour de vous lors d’une mission et faire confiance à ses alliés pour parvenir à un combat sans encombre. En réalité, j’appréhende aussi les combats surtout par rapport à ma fille. Et une dernière chose…ne soyez pas aveuglé par les ordres donnés par l’Empire, parfois, pour le bien de tous, il faut savoir contourner les règles quand cela est nécessaire. » Dit-elle d’un ton calme.

L’unité territoriale est une unité qui s’occupe de la protection du territoire de l’Empire, en soi, il peut être envoyé dans Urahi comme en dehors pour veiller sur Hi no kuni et les pays annexés par ce dernier. En tout cas, elle est intéressante comme unité, même si Kisara vise l’unité coloniale. « Rejoindre l’unité territoriale avec ce style d’idée est une bonne chose. Je suis sûre que vous feriez des merveilles et que cela pourra fusionner avec vos objectifs. Vous serez soit envoyer à la Capitale ou dans le reste du territoire de l’Empire. Et tout comme vous, je ne souhaite plus voir d’autres massacres comme durant la révolte des Inuzuka avec l’idiot ou l’idiote qui a osé utiliser une technique à grande échelle dans la capitale. » Dit-elle en soupirant. Une légère pause avant de reprendre la parole. « Pour ma part, je compte rejoindre l’unité coloniale afin de renforcer nos alliances extérieures et étendre l’influence de l’Empire, tout comme son territoire. Si on est tous unis, il sera plus simple de propager la paix qu’en étant tous séparer par différents Daimyô aveuglé par le pouvoir. » Dit-elle tout simplement.

Pour sauvegarder le plus de vie possible ? Une question compliquée à répondre. Kisara n’a pas la réponse parfaite ni celle qui souhaite entendre réellement, mais juste son point de vue imparfait sur la question. « Hum… Sauvegarder le plus de vie possible… Une tâche bien compliquée et une question difficile à répondre. Évitez les conflits inutiles, isolez l’ennemi des lieux de regroupement ou des bourgades. Devenir plus fort…tant des choses joue là-dessus. » Dit-elle avant que Mei prenne à son tour la parole. « Avoir confiance en ses alliés et à l’Empire. Si vous combattez tout seul ou que vous la jouez en solitaire, il vous sera impossible de sauvegarder le plus de vie possible ou de protéger qui ce soit. D’où le fait que les missions qu’on nous donne, sont souvent donné à une équipe de deux ou de trois. Devenir plus forte est certes utile, mais si vous ne disposez pas des bonnes techniques pour préserver la vie, ça ne sert à rien. Tout dépendra de votre style de combat et celle de vos équipiers et alliés. Mais comme ma mère vous l’a dit, c’est une question difficile à répondre. Toutes réponses sont bonnes comme elles peuvent vous conduire en erreur. En gros, je pense que malgré nos points de vue, il est dans votre devoir de trouver la réponse parfaite par vous-même, quoique les Dieux puissent vous mettre à l’épreuve. » Dit-elle tout simplement en attendant impatiemment son déjeuner.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Mar 4 Oct 2022 - 23:16
Dans la forme autant que dans le fond du propos de la Shinrin en réponse aux doutes et questionnements de Masamune, ce dernier perçut l’empathie et la compréhension, et fut soulagé de voir que ses appréhensions trouvaient là une oreille attentive. Kisara était une femme mûre, une kunoichi qui en avait déjà trop vu et trop entendu pour se laisser aller à penser que le Teikoku était une force inarrêtable, juste et dotée d’une aura de sainteté qui le plaçait au-dessus de toutes les autres morales. Les habitants de l’Empire avaient le droit à la paix et à la prospérité, mais pas à n’importe quel prix que la hiérarchie voudrait leur donner. Croire en la fraternité entre soldats, s’entraîner sans relâche et se montrer digne de ses fonctions : derrière tous ces principes, Masamune pouvait aisément se placer avec une certaine conviction, et d’entendre de la bouche même de Kisara, une soldate plus expérimentée, que manœuvrer légèrement en marge des ordres était parfois nécessaire avait de quoi lui ouvrir les yeux sur de nouveau horizons.

L’Arai était dors et déjà bien décidé à mettre à profit les arcanes secrètes de son clan dispersé et méconnu pour imposer la paix et garantir la protection à l’Empire, mais savoir qu’il pourrait se permettre quelques largesses qui ne seraient pas nécessairement relevées par ses pairs lui donnerait plus de latitude encore.

« Hmm. J’en prends bonne note, Kisara-san. J’ai déjà commencé à me remettre à niveau, avant d’aller soumettre mon dossier au centre administratif. Mais, du chemin reste à faire c’est le moins qu’on puisse dire. »

Ré-apprendre des rudiments de taijutsu auprès du soldat Kentaro avait permis à Masamune de regagner le capital de confiance en lui minimal qui lui avait permis de candidater pour l’armée, mais l’ancien thérapeute n’était pas dupe : pour se frayer une voie dans les rangs sans dévoiler l’étendue de ses pouvoirs, il allait devoir exceller dans d’autres domaines. Songeur, joignant ses mains sur la table en se frictionnant les phalanges pour les réchauffer, l’Arai ne put s’empêcher de hausser vivement son regard éborgné vers la Shinrin lorsque celle-ci mentionna la catastrophe qui avait frappé le centre d’Urahi lors du soulèvement des Inuzuka.

« ...L’idiot... »

Ce que pouvait laisser entendre cette formulation lui glaça progressivement les sangs. Était-ce à dire que l’instigateur de ce cataclysme qui lui avait volé sa fille faisait, ou avait fait partie des forces de défense de la cité ? Qu’un tel niveau d’incompétence et de folie puisse avoir germé au sein des armées de l’Empire le laissa estomaqué, interdit devant les implications d’un tel manquement. Sa besogne au coeur du Teikoku, à nouveau, prenait une nouvelle ampleur, de même que son désir de vengeance enfoui.

« Hm. Garantir la paix dans nos propres mur serait déjà un bon début, même si je peux comprendre vos vues sur le sujet de l’expansion de l’Empire. J’ai simplement peur qu’à trop disperser nos force, on ne parvienne à triompher nul part. »

Jetant un coup d’oeil en direction des cuisines du restaurant pour surveiller l’arrivée de leurs plats, l’Arai n’en écouta pas moins attentivement les conseils pratiques prodigués par Kisara ainsi que l’avis encore un brin plus tranché de Mei sur ces mêmes questionnements. L’apanage de la jeunesse que de voir les choses aussi simplement, se dit alors Masamune avec une profonde et douloureuse amertume en songeant à tous ces mots que Hana ne pourrait jamais plus prononcer. Développer son panel de jutsu pour être paré à tout, isoler et contenir les menaces, s’entourer d’alliés fiables,… autant de bons conseils bien sûr, mais qui ne faisaient guère figure que de palliatifs en comparaison des mesures extrêmes que le Docteur était prêt à mettre en œuvre si nécessaire pour forcer les Hommes à s’entendre et préserver la jeunesse innocente de l’Empire.

« Ma propre réponse, hein. Pourquoi pas, voilà une idée intéressante, Mei-san. Je pense que j’aurai besoin de beaucoup d’entraînement… et d’autant de ramens, pour arriver à en formuler une qui soit satisfaisante. »

Du coin de l’oeil, Masamune avait aperçu l’employé du restaurant apporter leurs plats, et se tut donc le temps du service.

« Merci bien. Bon appétit, très chères. »

Calmement et avec un apparent détachement, l’Arai commença à déguster son bouillon, s’engouffrant dans cette parenthèse inattendue. Entre deux lampées, Masamune redressa son regard abîmé vers ses hôtes.

« Peut-être est-ce déplacé de vous le demander, mais de par votre ascendance, vous devez avoir bien des enseignements à dispenser : verriez-vous un inconvénient à vous entraîner avec moi, un jour prochain ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Sam 15 Oct 2022 - 13:10




Armée, second acte.


Kisara est une kunoichi expérimenté et ayant commencé à mener la vie assez dure au sein du clan Shinrin. Quitter Hayashi, après que Mokko a décidé de rejoindre les moines du Temples des éléments où reposé Gobi, pour partir en direction d'Hi no Kuni où régner la guerre civile. Dans son périple jusqu’à la naissance du Teikoku, elle a connu bien des combats, des pertes et la vue des morts sur le champ de bataille. Son camarade, Masamune, semble être un homme à peu près dans la même tranche d’âge qu’elle, voir un peu plus et il pouvait la comprendre sur ce point-là. Cependant, l’homme appréhendait le moment des combats et des conséquences qui pouvaient se trouver derrière cela. Ainsi, Kisa se met à parler de conseil et comment elle voit, depuis son point de vue, la meilleure façon de servir l’Empire, tout en évitant d’être trop aveuglé par les ordres et savoir parfois, les contourner pour le bien de tous. N’empêche, la Shinrin est bien heureuse que ce dernier prend tout ceci en note et qu’il a déjà commencé à se remettre au niveau avant de postuler en tant que soldat de l’Empire. « Parfait. Et si besoin, je suis toujours là pour aider. » Dit-elle d’un ton joyeux.

Par la suite, un autre sujet de conversation prenait place entre eux, en attendant l’arrivée des plats. Arai semble pensif, sans doute en train de réfléchir à son avenir en tant que soldat. C’était quelque chose de tout à fait naturel, après tout, Kisara est également passé par-là malgré son passé avec le clan Shinrin. L’unité territoriale est une bonne chose pour les objectifs de l’homme, apparemment, il avait pensé à tout. Kisa pense que c’est une bonne chose de planifier ses objectifs à long terme et ne pas trop se soucier non plus de la peur de mourir. Le tout était de rester prudent dans ses missions ou alerte immédiate en cas de danger. Comme par exemple, la révolte du clan Inuzuka contre l’Empire et un idiot ou une idiote, peu importe le camp, avait décidé d’utiliser un suiton à grande échelle, en pleine capitale. Cela a provoqué d’énormes dégâts tout comme des blessés, voire pire, des morts. Apparemment, Arait avait réagi à cela, mais sans rien dire de plus. Au vu de sa réflexion, peut-être que cela a quelque chose à voir avec son envie de rejoindre les rangs de l’Empire, qui sait.

En tout cas, Kisara n’ira pas poser trop de questions sur le sujet afin d’en parler d’un autre. Garantir la paix, sauvegarder le plus de vie possible, ce sont des questions difficiles à répondre et dont tout le monde a des points de vue et des avis différents sur le sujet. Mei avait également pris la parole pour exprimer son point de vue sur le sujet, même si ça se rapproche un peu de ce qu’avait dit sa mère. Cela dit, Kisara apprécie que sa fille s’exprime sur des sujets comme ceux-là. Arai semble dire quelque chose de sensé également et la femme Shinrin ne pouvait qu’attester sa remarque. « En effet, expension est une chose, vu que l’un des objectifs de l’Empire, mais défendre sa capitale avant toute chose est primordial avant d’aller promettre la paix là où on souhaite s’étendre. Diviser nos forces n’est pas toujours bon, c’est pour cela qu’il faut penser à recruter dans chaque pays où on s’installera tout en gardant un équilibre pour les autres métiers également. » Dit-elle d’un air calme. Tout en pointant son regard vers les cuisines afin de surveiller également si leur plat est bientôt prêt à venir à leur table.

Bien des conseils ont été fourni à l’homme que ce soit de la part de Kisara elle-même ou de sa fille. Un moyen d’avancer, de devenir plus fort ou de mieux travailler en équipe, comme faire confiance en ses alliés. En tout cas, Arai semble attentif à tout ceci, mais seul lui peut trouver la réponse à comment y parvenir pour sauver des vies. En tout cas, Masamune semble satisfait et sa réponse fait sourire les demoiselles, surtout la jeune adolescente, ravie de se sentir utile. « De rien, Arai-san. » Dit Mei. Les plats arrivent à table et laissent alors leur serveur les servir avant de repartir en cuisine. « Merci à vous aussi, Masamune-san. » Répondit Kisara avant que Mei joigne ses mains à son tour et prend la parole. « Merci, bon appétit à vous également. » Dit l’adolescente. Le trio se met à manger calmement et à apprécier leur repas. Kisara est toujours sous le charme des plats de ce restaurant. Mei quant à elle, déguste avec maturité son plat et faisant attention à ne pas se tâcher. Soudain, Arai se met à poser une question à la Shinrin et ce dernier souhaite s’entraîner avec elle dans les jours à venir, et lui apprendre certaines choses, qui sait. Avalant ce qu’elle a dans la bouche pour ne pas parler à la bouche pleine, elle nettoie ses lèvres avant de prendre la parole. « Je n’en vois pas d’inconvénients, Masamune-san. Ce serait avec plaisir de vous avoir comme partenaire d’entraînement. Et si vous voulez que je vous apprenne des techniques, tout dépendra si on a de quoi de compatibles en matière de compétence au combat que ce soit en affinité ou encore en style de combat. » Dit-elle avec le sourire.

« Vous préfériez un combat amical pour qu’on se teste mutuellement sur nos capacités ? Sinon, on peut discuter ici de nos forces et faiblesses, ce qu’on maîtrise afin de savoir si je peux vous apprendre quelque chose. Ou peut-être que vous voulez me faire part de quelque chose dont vous souhaitez développer et/ou améliorer. Je vous laisse décider. » Dit-elle dans un premier temps, laissant une courte pause avant de reprendre la parole. « Ensuite, tout dépendra de nos disponibilités. Je dois remplir des obligations de soldats à travers des missions et aussi, vis-à-vis de mon clan en entraînant quelques fois, les jeunes pousses du clan Shinrin. Mais bon, je n’ai pas un emploi du temps ultra-chargé non plus. Qu’en pensez-vous ? On pourra convenir d’un lieu et d’une date à travers une lettre, ça va convient ? » Demande-t-elle calmement avant de satisfaire son estomac en reprenant goût à son assiette. Mei regarde sa mère avant de prendre la parole. « Je vous prierai mère, d'éviter d'en faire trop, comme vous l'avez fait face à Kentaro-san.» Dit-elle en reprenant ensuite son action de se nourrir. Il est vrai que face à Kentaro, elle avait lâché un puissant Suiton tout comme contre Yoshino. « Euh...J'ai tendance à prendre un peu trop au sérieux, tout ce que j'entreprend par moment. Je tâcherai de me rappeler de ce détail, mon enfant. » Dit-elle avec un léger sourire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Arai Y. Masamune
Arai Y. Masamune

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Ven 25 Nov 2022 - 14:35
Si il avait voulu être parfaitement honnête avec la Shinrin, Masamune aurait davantage encore mis l’emphase sur ses doutes quant à l’expansion de l’Empire. En effet, comment songer sérieusement un instant à prendre d’autres contrées dans leur girond si ils n’étaient toujours pas capables de vivre harmonieusement entre eux ? La révolte du clan Inuzuka, quelles qu’aient pu en être les causes, était symptomatique d’un mal qui rongeait le Pays du Feu depuis longtemps déjà, un mal qu’il fallait dans un premier temps couper à la racine avant de se laisser aller à des idées de grandeur. Quelque chose de pourri sévissait dans les terres du Teikoku, une engeance invisible et impalpable qui avait fauché indifféremment la vie de Hana, et Masamune avait la ferme intention de l’exciser avec la fermeté et la précision adéquates. Si bien sûr il parvenait à devenir un soldat compétent et à gravir les échelons : à cette fin, l’aide de tous les profils possibles et imaginables lui serait nécessaire. Y compris celle d’une Shinrin colonialiste si cela s’imposait.

« L’inclusion plutôt que l’insertion… Ça pourrait marcher », se contenta-t-il de rétorquer en retour.

Il était sceptique, mais inutile pour le soldat fraîchement enrôlé de de s’antagoniser la Shinrin pour pareille divergence idéologique. Se concentrant un bon moment sur son bouillon pour en extraire à la baguette les légumes et condiments, Masamune s’en délecta avec simplicité en buvant occasionnellement quelques gorgées, écoutant en parallèle la réponse de Kisara à sa requête. Requête à laquelle elle accéda d’ailleurs bien volontiers, ce qui arracha un mince sourire de contentement à l’Arai tandis qu’il terminait goulûment sa soupe. Avec une méticulosité qui ne cachait que trop bien son actuelle fragilité intérieure, Masamune s’essuya la bouche avec sa serviette et la reposa doucement sur la table.

« Un combat amical… J’ignore si je saurais mobiliser assez de force pour vous rendre l’exercice intéressant, Kisara-san, mais je serais fou de refuser votre offre. Vos enseignements, quels qu’ils soient, seront les bienvenu. J’ai peur en effet… de ne pas avoir de grand talent en quoi que ce soit, contrairement à beaucoup. Je sais que mon chakra est lié au Vent et je me débrouille de façon rudimentaire avec une arme en main, c’est… à peu près tout.  »

Un mensonge éhonté bien sûr, mais hors de question pour l’Arai de dévoiler ici et maintenant le secret de son ascendance. Cette carte qu’il gardait dans sa manche, cet atout décisif, ne devait lui servir que pour transformer subtilement l’Empire de l’intérieur ou en cas de force majeur, et non pas pour monter dans les rangs. Il aurait été aisé pour l’ex-thérapeute de forcer sa voie à travers l’organigramme de l’Unité Territoriale en usant de ses dons particuliers, mais la fraude que cela aurait représenté aurait alors été difficile à tenir même sur le court terme. Non, se réaffirma-t-il, il devait faire sans, faire ses preuves comme n’importe quel autre soldat, même si cela voulait dire se heurter à d’importantes difficultés.

« Il est vrai que dans le cadre de vos instances claniques, vous devez avoir fort à faire. Je vous enverrai une missive pour convenir du jour et de l’heure, ce sera effectivement le plus simple. Merci par avance, Kisara-san. Votre tutorat me profitera énormément j’en suis sûr.  »

Lorsque Mei prit la parole, Masamune haussa subtilement les sourcils, au-dessus de ses bandages.

« Kentaro...Hagiwara ? Un soldat bien aimable : il m’a aidé à me mettre en selle. M’a guidé, si l’on peut dire, sur les premiers pas de la vie de soldat. J’espère un jour pouvoir guider moi aussi d’autres personnes comme il l’a fait, comme vous le faites. Et pourquoi pas… aider à guider le peuple de l’Empire vers une paix durable. Enfin.  »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13553-arai-y-masamune-terminee
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara] Empty
Ven 2 Déc 2022 - 11:15




Armée, Second Acte


L’inclusion plutôt que l’insertion, il semblerait que Masamune ne soit pas convaincu de l’idée de la Shinrin. Cependant, il ne cherchait pas à débattre avec elle et préfère se concentrer sur autre chose. En soi, Kisara apprécie de débattre tant qu’il y a des arguments et du respect, en dehors de cela, elle préfère ignorer si son interlocuteur ne joue pas le jeu pacifiquement. En tout cas, l’Arai ne semble pas avoir la tête à cela et là-dessus, Kisa ne va pas l’embêter. La soldate se concentre sur son plat, tout comme l’homme et sa fille. Cela dit, ce dernier lui avait demandé un service plutôt intéressant. S’entraîner avec lui, ce qui fait que la femme lui répondit positivement à sa requête. Devenir plus fort, c’est une chose afin de pouvoir accomplir ses objectifs surtout dans un tel monde. Cela dit, la Daishizen souhaite l’aider, même s'il veut améliorer une technique, une compétence, apprendre une technique et bien plus encore, dans l’art des ninjas. Pour aider son prochain, la soldate ne dit jamais non afin que son camarade puisse être capable de défendre sa nation et ceux qu’ils aiment. Après tout, Kisara entraine bien, par moments, les jeunes pousses de son clan.

Kisara, après avoir fini de parler, se remet à manger tranquillement, tout en écoutant la réponse de Masamune, par rapport à ce qu’elle venait de lui dire. Ce dernier serait ravi de s’entraîner avec elle, mais il semble ne pas croire en lui. Ne pas rendre ce combat amical intéressant ni avoir la force requis comparer à beaucoup de soldats. Il n’a pas à se rabaisser de la sorte, il vient à peine d’être enrôlé dans l’armée, il faut un temps pour progresser. Ainsi, il a pour affinité le futon et il se bat avec une arme, un futur spécialiste du Bukijutsu. C’est tout ce qu’il sait sur ses propres forces. Dommage, elle ne pourra rien lui apprendre, ayant Suiton et le Mokuton de son côté pour des techniques offensives, défensives ou utilitaires. Cependant, elle pourra voir ce qu’il vaut et le tester. S’essuyant la bouche, après avoir posé ses couverts, elle prend ensuite la parole. « Ne te rabaisse pas de la sorte, Masamune. Tu es à peine entrée au sein de l’armée, il est normal que tu aies encore beaucoup à apprendre et à progresser surtout si tu n’as jamais eu à te battre dans le passé. Reste positif et améliores-toi en t’aidant des autres soldats. On ne devient pas fort du jour au lendemain, mais à travers beaucoup d’efforts et d’expérience à travers les missions et les combats de toutes sortes. C’est pour cela que je peux te prendre sous mon aile, si tu le souhaites. Je suis spécialisé dans le Suiton et le Mokuton, je ne pourrais pas t’apprendre grand-chose vu que mon affinité n’est pas proche du tien. Or, je pourrais te conseiller, te tester au combat et être ton amie, si tu le veux. L’empire vise la méritocratie, du coup, il faut fournir des efforts pour mériter sa place et sa force. Or, je vois les choses différemment. Disons que le mérite est intéressant, mais l’entraide l’est tout autant. Qu’en penses-tu ? » Demande-t-elle.

Évidemment, accepter de l’aider est une chose, mais les disponibilités de le faire, c’est autre chose. En effet, Kisara a des responsabilités en tant que soldate afin d’accomplir des missions, en tant que membres du clan Shinrin pour entraîner les jeunes pousses et en tant que femme et mère. Cependant, elle n’a pas non plus un emploi du temps ultra-chargé et elle avait aussi bien des disponibilités. Durant son temps libre, elle pourrait très bien aider Masamune. Là-dessus, l’homme est compréhensif et il enverra une missive lorsque ça sera bon de son côté pour prévenir du jour, du lieu et de l’heure pour pouvoir s’entraîner en toute tranquillité. « Très bien, j’attendrai patiemment ta missive, Masamune. » Dit-elle avant que sa fille prenne la parole concernant du fait que sa mère est loin à se contrôler en combat. Là-dessus, Kisara fera de son mieux en évitant de faire comme contre Kentaro. D’ailleurs, Arai semble connaître le rouquin. En tout cas, Kent a pu être fort utile pour Masamune, tout en lui donnant un objectif sur du long terme. Kisara affiche un sourire avant de prendre la parole. « Kentaro est quelqu’un de bien, je l’aime bien. Il doit juste gagner un peu en confiance en lui-même. En tout cas, je suis content de vos mots. J’espère qu’un jour, vous seriez un guide pour quelqu’un et pour le peuple Hijin comme vous le souhaitez afin de les emmener vers une paix durable. C’est également mon objectif, même si je suis un peu maladroite, je cherche à m’améliorer pour être digne du peuple. » Dit-elle d’un ton calme et finit son plat calmement.

Mei mange un peu avant de prendre la parole. « D’ailleurs, mère. Je dois aller chercher Ayumi pour l’emmener se promener et discuter. » Dit-elle. Cela surprend Kisara qui ne s’attendait pas à ce que la fille de Kentaro soit devenue amie avec Mei. Ceci dit, ça ne la dérange pas trop. « Euh, d’accord. Cela dit, ramène là chez elle de bonne heure, elle est encore trop petite pour se balader tardivement en ville. » Dit-elle avant que Mei termine son plat et se tourne vers Masamune. « Ce fut un plaisir de vous rencontrer, Masamune-san. J’espère qu’on se recroisera bientôt. Sur ce, Masamune-san, Okasan, je vous laisse. À bientôt ! » Dit-elle en quittant la table et laissant de l’argent pour payer sa part avant de partir chercher Ayumi. Kisara soupire, se disant que sa fille a toujours tendance à s’entourer de monde, de tout âge dans son entourage. En tout cas, ça pourrait permettre à Kentaro de se concentrer ou de respirer un peu. La Shinrin a fini son plat et regarde Masamune. « Que comptez-vous faire après notre rencontre ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442

Armée, Second Acte [Shinrin Kisara]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Armée, premier Acte [Hagiwara Kentaro]
» [MLC] De la nourriture à profusion [Shinrin Kisara]
» Shinrin Kisara | Dossier Shinobi
» [MISSION/B/TEIKOKU] OÙ EST LE PETIT VIEUX [ pv SHINRIN KISARA]
» L'armée s'agrandit... [Kaze]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: