Soutenez le forum !
1234
Partagez

Abattoir (Solo)

Isaïe
Isaïe

Abattoir (Solo) Empty
Mar 27 Sep 2022 - 22:12
Abattoir


  • Pour le Shinobi, une mission, c’est de l’argent, pas toujours énormément ; une mission, c’est une épreuve, pas toujours insurmontable ; une mission, c’est aussi quelques fois survivre, bien souvent, à l’abattoir…


  • Sur le récépissé qu’Isaïe reçut de l’appareil administratif de Kiri, outre l’indication de l’endroit où il devait se rendre, une île perdue de l’archipel, il était notifié que de devoir régler des problèmes d’une faune sauvage dévoreuse de bétail ne devait pas valoir plus d’une mission rang B. Du moins selon le classement actuellement en vigueur. La situation était avare de détails pourtant, car si on y exprimait bien que le bétail et les abattoirs de l’île étaient attaqués, on en apprenait rien sur ce qui agressait… La faune ? La faune est un mot trop vaste pour qu’en ce seul qualificatif la dangerosité de l’atteinte soit clairement éclaircie. Il y avait un point de rendez-vous aussi, avec un nom à contacter lorsque le guerrier arriverait sur place. La demande avait paru sans doute si peu risquée qu’on ne jugeât pas qu’il faille plus d’un soldat pour cette seule tâche. Isaïe s’en incommoda sans peine, c’est que faire équipe, particulièrement avec un inconnu, lui fut toujours pénible. Il ne réfléchit pas plus à ce qui l’attendrait là-bas, peut-être aurait-il dut, mais on ne vous demande pas d'être très intelligent pour devenir soldat… La mission, c’est tout ce qui compte, qu’importe le coût. « Ibis redibis non morieris in bello », disait la Sibylle au soldat qui allait partir pour la guerre. Il faut croire que ce soit en mythe, réalité, fantasme ou littérature, les soldats ont toujours un même fond de tradition.


  • Une tempête maritime soigneusement évitée par des marins expérimentés plus tard, Isaïe accosta l’île similaire en presque tout point avec ce qu’il avait l’habitude de voir dans son pays. La jungle encerclant quelques monts fortement escarpés, des volcans endormis depuis des lustres, et quelques plaines clairsemant la verdure luxuriante. Humide en hiver, le temps des transhumances devait être passé depuis un bon moment pour les bergers. Même, la foutue mousson imbibait l’air de sa prochaine venue. Isaïe entretenait déjà l’espoir d’éviter les averses torrentielles en accomplissant le plus rapidement possible sa mission.
    Immédiatement, il se mit en route vers le village indiqué sur son récépissé. Un bourg de quelques milliers d’habitants vraisemblablement entourée de nombreux corps de ferme. Des gros propriétaires terriens quoi. La carte que le marin lui avait honteusement cédée pour une petite fortune l’annonçait en tout cas.


_________________
Meisusukin:

Thème Musical
« N'oubliez jamais que mon personnage et moi sommes deux personnes distinctes »
« J'ai plus de virilité que vous tous réunis » Aimi 28/08/2022
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13483-isaie-en-cours#119245
Isaïe
Isaïe

Abattoir (Solo) Empty
Mer 5 Oct 2022 - 11:46
  • Une tempête maritime soigneusement évitée par des marins expérimentés plus tard, Isaïe accosta l’île similaire en presque tout point avec ce qu’il avait l’habitude de voir dans son pays. La jungle encerclant quelques monts fortement escarpés, des volcans endormis depuis des lustres, et quelques plaines clairsemant la verdure luxuriante. Humide en hiver, le temps des transhumances devait être passé depuis un bon moment pour les bergers. Même, la foutue mousson imbibait l’air de sa prochaine venue. Isaïe entretenait déjà l’espoir d’éviter les averses torrentielles en accomplissant le plus rapidement possible sa mission.

  • Immédiatement, il se mit en route vers le village indiqué sur son récépissé. Un bourg de quelques milliers d’habitants vraisemblablement entourée de nombreux corps de ferme. Des gros propriétaires terriens quoi. La carte que le marin lui avait honteusement cédée pour une petite fortune l’annonçait en tout cas.


  • Le point de rendez-vous se situait dans l’une des fermes alentour. Vraisemblablement perdue non loin des pâturages que plusieurs éleveurs partageaient. L’un des Paysans de la région devait y recevoir Isaïe justement. Un homme d’un peu plus de trente ans qui ouvrit la porte lorsque le Shinobi y toqua peu avant le crépuscule. Isaïe ne fut pas convié à entrer lorsqu’il se présenta et donna la raison de sa présence, et même si celui qui le réceptionna se montra fort aimable, il fut clair qu’il souhaita conserver une certaine distance. Pas de quoi blâmer aux yeux du Shinobi, car entre le berger dont toute l’ambition se résumait à la conservation d’une vie sans tumulte, et le Shinobi résigné à mourir avant la quarantaine parce que la norme de sa condition l’y conditionnait certainement, il y a un monde, un abîme, une infranchissable frontière. Isaïe en avait déjà conscience depuis bien longtemps et savait que tous les civils n’étaient pas adeptes des Shinobis. Le régime militaire auquel il participait ne laissait guère d’autre choix que la soumission aux gens dépourvus de la capacité de manipuler leur chakra. Comment se pourrait-il que certains ne gardent pas enfouie en eux, dans ce cas, une certaine retenue, pour ne pas dire une frustration. Les plus grandes distances ne sont pas celles que la nature a marquées par les lieux, mais celles entre des individus que le destin a marqués d’une diamétrale différence. « Gamatasu, je suis berger », avait répondu le jeune homme lorsqu’Isaïe lui demanda son nom après lui avoir donné le sien en s’annonçant comme le Shinobi mandaté.
    « Vous arrivez tard. Ça fait des semaines qu’on a fait appel à Kiri… en vint-il à faire modestement un reproche.
    — Déso… C’est pas la faute de Kiri. C’est juste que la traversée jusqu’ici a été longue, tenta de se justifier Isaïe.
    — Vous marchez pas sur l’eau vous les Shinobis ?
    — Si, mais pas sur une aussi longue distance. Ce serait un coup à épuiser son chakra et finir noyé.
    — Mouais. Il va bientôt faire nuit, mais si vous voulez je vous accompagne jusqu’au bourg. C’est là-bas qu’on vous attend surtout. si nous partons maintenant, on devrait y être juste avant qu’il ne fasse définitivement nuit.
    — Bah ce ne serait pas mieux d’attendre demain ? Je suis pressé d’en finir moi aussi, mais si vous attendez depuis des semaines, une nuit de plus fera pas de différence.
    — Non. Je n'ai pas de quoi vous héberger. Ni de quoi vous nourrir. Soit je vous emmène là-bas maintenant, soit ce sera la jungle pour vous cette nuit.
    — Ha… Bah go alors. Vous auriez simplement pu m’envoyer là-bas directement, ça vous aurez fait gagner du temps à vous comme à moi. Pourquoi compliquer les choses comme ça ? demanda alors le Shinobi lorsqu’ils se mirent tous les deux en route.
    — C’est mon frère qui devait vous recevoir normalement. Mais il a été blessé lors d’une attaque. Il a perdu sa jambe. Il peut plus se déplacer pour le moment. Il y a la guilde des éleveurs ici, et la coopérative des abattoirs. Moi et mon frère, nous faisons partis de la guilde. La guilde ne voulait pas de vous, mais comme tout le bourg a voté pour qu’on vous engage et que les éleveurs ont dû aussi mettre la main à la poche, mon frère voulait vous rencontrer avant de vous renvoyer à la coopérative. Je prends le relais du coup.
    — Dans le rapport que j’ai eu, on m’a dit que des attaques sur des abattoirs avaient lieu. Vous en souffrez pas vous ? C’est pour ça que vous ne vouliez pas engager un Shinobi ?
    — Si si, nos bêtes à nous aussi sont régulièrement attaquées maintenant. Mais c’est à cause de la coopérative. Avant on s’occupait nous-mêmes de l’abatage. Mais la coopérative s’en est mêlée, a commencé à faire ça de son côté et vu qu’elle s’occupe de la redistribution à tous les habitants du bourg. Avec sa méthode elle a fait chuter les prix de nos produits. Tous les habitants sont de leur côté maintenant. Autrefois, avec la guilde le prix était un peu plus élevé. On n’avait pas les mêmes moyens qu’eux en même temps. Nous on est surtout des éleveurs, un peu moins des bouchers.
    — Que des prédateurs attaquent vos bêtes dans les pâturages, je dis oui. Mais qu’ils aillent frapper les abattoirs jusqu’en pleine ville… Là, ça m’étonne. C’est quoi comme animal ? Vous avez des infos ?
    — Ce ne sont pas juste des loups, ou quelques bêtes sauvages qui nous attaquent. On n’aurait pas été jusqu’à payer un Shinobi pour ça sinon. Nous ne sommes peut-être que des civils pour vous, mais on sait se défendre si ce ne sont pas des Shinobis qui nous agressent vous savez.
    — Je n’ai pas de doute à ce sujet Maître Éleveur. Vous dites que les attaques ont commencés depuis la création de la coopérative si j’ai bien compris. Qu’est-ce qui a changé ?
    — Il y a des bêtes chez nous. Des bêtes comme on ne peut en trouver ailleurs. Autrefois, nous avions l’habitude d’offrir quelques têtes de bétail à la jungle pour être tranquille. Mais maintenant, avec la coopérative, l’élevage s’est intensifié, quelque chose a changé.
    — Quoi ?
    — Les sacrifices n’ont plus suffi. Les bêtes n’attaquent plus seulement parce qu’elles veulent pouvoir manger. Elles sont entré en guerre contre nous je crois.


_________________
Meisusukin:

Thème Musical
« N'oubliez jamais que mon personnage et moi sommes deux personnes distinctes »
« J'ai plus de virilité que vous tous réunis » Aimi 28/08/2022
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13483-isaie-en-cours#119245

Abattoir (Solo)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
»  透 き 通 っ た 笑 い [SOLO];
» H.B.F.S. [SOLO]
» See you soon [solo]
» Alliance — [SOLO]
» La porte [Solo|

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: