Soutenez le forum !
1234
Partagez

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi]

Satsuma Hitsugaya
Satsuma Hitsugaya

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Mar 15 Nov 2022 - 0:16
Tsume no Kuni, hiver an 199,
Hitsugaya a 14 ans

Hitsugaya se trouvait dans une place de marché. Les yeux attentifs, il observait une scène le plus discrètement possible. Le va et vient incessant des passant dans la ruelle. Une ruelle marchande, des étals à perte de vue. Ici, nul ordre que l'on pourrait définir au premier coup d'œil et pourtant, dans le chaos ambiant, dans le désordre ambiant, l'ordre régnait. Ca criait à tue-tête, ça recherchait des clients de la façon la plus agressive possible. Des pas, des corps lui masquant la vue par moment. Il ne voulait rien rater rien qui obstrue sa vue.

Le défilé se poursuivait et là devant ses yeux, un pantalon marron, tissu de grande classe, des sandales de cuir de premier choix, un haut style kimono de grande classe et ce chapeau de paille similaire à ceux que portaient les paysans à la seule différence qu'il était tout neuf, tout propre. A n'en pas douter, il s'agissait soit d'un touriste soit d'une personne riche qui s'était égarée, qui s'était trompée de milieu. Quoi qu'il en soit, c'était son jour de chance. En bon Tsumejin, il n'allait guère se priver pour saisir sa chance.

Un mouvement, un déplacement. L'individu satisfait, venait de quitter l'étalage où il s'était payé un bibelot. Hitsugaya l'avait vu délier une bourse bien lourde de prime abord et payer rubis sur ongle, laissant même une commission. Il était rare que de pareils actes aient lieu en ce marché où l'avarice, pour cause de pauvreté, régnait en maître. Mais bien entendu, il ne s'agissait là que d'un premier niveau de compréhension de ce qui se jouait. Ici, les dessous de cartes dévoilaient bien d'autres jeux pervers quasi invisibles à l'œil nu, du moins au regard d'un innocent.

Hitsugaya s'était déplacé en parallèle, en retrait. Il laissait avancer l'individu qu'il pistait visiblement avec aisance malgré le flot continu d'individus allant et venant, malgré le chaos superficiel de ce marché dans la zone Ouest du pays, la zone la plus proche du chaos de l'Est.

Une opportunité venait d'apparaître, l'individu s'était engouffré dans une voie moins fréquentée, une allée menant à une intersection qui donnaient sur des escaliers à gauche et à droite permettant de monter jusqu'en haut de la colline et rejoindre l'auberge où cet homme avait su trouver un logis. Il ne s'était pas fait prier.

Sorti de nulle part, du moins pour les mouvements et l'attention bien trop faible et passe de cet innoncent, Hitsugaya avait surgi dans son dos et s'était emparé de la bourse qu'il avait logé à sa ceinture. Filant à une vitesse inhumaine, il venait de bifurquer sur la gauche, emprunter l'escalier et sauter par-dessus la rampe pour atterrir plus en bas dans la ruelle d'où venait l'individu. l'adolescent venait tout simplement de lui griller la politesse et de se retrouver en un clin d'oeil derrière sa position. Pour sûr, la victime bien trop lente à la réaction n'y verrait que du feu elle courrait certainement en montant les escaliers par où était passé son agresseur. Elle cherchera et alertera en vain.

La bourse sautait dans le creux de sa main victorieuse, sourire plein de malice sur le visage.

*C'est ainsi que l'on survit à Tsume no Kuni...* Pensa t-il assez fier de lui.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12631-satsuma-hitsugaya-le-soleil-rouge-termine#110603 https://www.ascentofshinobi.com/t12878-satsuma-hitsugaya#113412
Unagi
Unagi

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Ven 18 Nov 2022 - 22:29

« Félicitations gamin … »

Cette voix, ma voix, provenait d’au dessus de ce gamin. Perché sur le toit d’une maisonnée, je regardais le garçonnet d’un regard satisfait, un sourire presque narquois figé sur mon visage d’homme mûr qui approchait bientôt la quarantaine.

Unagi - 36 ans:

« Quelle belle bourse tu as là. Dis-moi, que comptes-tu faire d’une poignée de boulons et de vis ? Est-ce votre monnaie ici à Tsume ? » demandais-je en rigolant.

D’un pas leste, je me laissais glisser au sol, atterrissant sans le moindre bruit, le son de mes pas amortis par mes talents particuliers. Devant moi, se tenait un garçon d’une quinzaine d’année à la chevelure ébène, mais bien plus touffue et moins soignée que celle que j’arborais. Sa maigreur n’avait rien à envier à la situation famélique des locaux, pour autant, on pouvait deviner au-delà des trais fin une certaine musculature. Qui plus est, le regard du jeune homme, ainsi que sa propension au vol me laissaient à penser qu’il ne faisait pas partie de celles et ceux qui subissaient leur misérable vie et attendaient sagement que la mort vienne les chercher, faute de mieux.

Hitsugaya - 14 ans:

« Tu n’as peut-être pas récupéré ce que tu espérais, mais je dois t’avouer que c’était un bel escamotage. Cela n’aurait pas été moi ta cible, tu aurais surement réussi ton coup. Malheureusement pour toi, tu n’as pas choisi la bonne personne. »

Je savais que ces termes pouvaient paraitre menaçant, c’est pourquoi j’avais gardé un ton neutre tout au long de mon discours. Restant sur place, ne cherchant nullement à avancer, je gardais mes bras dans le dos, ne montrant aucun signe d’hostilité envers le jeune homme.

« Mais dis-toi une chose. Si tu n’as pas réussi ton coup, tu n’as pas échoué pour autant. Cet insuccès qui est le tien aujourd’hui pourrait devenir le premier jalon d’une certaine prospérité, d’une meilleure vie du moins. »

Une dose de mystère, une voix grave et posée, pas une promesse, mais la vision d’une vie meilleure, quoi de plus nécessaire pour allécher quelqu’un dans sa position et qui n’avait aucune perspective d’avenir.

« Suis-moi. J’ai une proposition à te faire. Rassure-toi, rien de salace. Mais avant tout, mangeons un morceau. »

Rebroussant chemin, je retournais sur les lieux du crime. Afin d’y dénicher un camelot qui vendait quelques broutilles à manger. Je jetais mon dévolu sur un vendeur de brochette d’anguille, ce qui me fit sourire tout particulièrement et en commandais deux avant de m’assoir sur un tonneau dans lequel devait croupir de l’eau de pluie ou je ne sais quoi d’autre.

« Mange donc ! » dis-je au garçonnet s’il m’avait suivi, tandis que je lui aurais tendu sa part.


Citation :
HJ : Vu l'âge de ton perso dans le RP, je me suis permis de prendre l'une des rares image de Kenpachi enfant pour décrire ton perso. Si cela ne te convient pas, n'hésite à me le dire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Satsuma Hitsugaya
Satsuma Hitsugaya

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Mar 13 Déc 2022 - 8:28
Le Satsuma était assez fier de son coup. Il avait réussi à subtiliser une bourse pleine, de quoi le tenir et le sustenter pendant un bon bout de temps à en juger par la lourdeur de ladite bourse. Avec ces piécettes, il s'imaginait déjà assurer un repas quotidien pendant plus d'une semaine. Ouais, il y avait largement de quoi d'après ses modestes calculs. Bien entendu, il n'en parlerait à personne et ferait son bout de chemin seul, comme il le faisait dorénavant depuis peu. Il avait faim, régulièrement faim depuis qu'il avait fuit le gang des "Peaux neuves". Un gang qui lui avait fait vivre encore et toujours, plus d'épreuves difficiles, des assassinats à foison, des attaques de civils sans défense, des braquages à main armée évidemment et j'en passe. Ce gang lui avait appris comment survivre dans Tsume no Kuni. Vivre en gang était une voie de survie royale mais elle avait ses limites. En comparaison à sa vie de petite frappe actuelle, il était au moins "libre" de ses décisions...

- Hein ? Avait-il répondu en se figeant de terreur sur place.

_ Quoi ? Avait-il répondu machinalement étonné à la remarque de l'individu qu'il venait de détrousser et qui le surplombait dorénavant puisqu'il se trouvait sur le toit d'une maison. Des vis et des boulons ? Répéta t-il hébété. Evidemment, d'une main rapide il délia la bourse pour en observer le contenu. Sa réaction de rage en dit long sur ce qu'il y vit. La bourse fut envoyée brutalement vers la maison au dessus de laquelle se tenait l'individu. Heurtant le mur, la bourse craque et ouverte elle dévoila son contenu composé d'éléments qu'on le lui avait révélés.

Quelque peu déboussolé et parce que c'était tout de même la première fois, après toutes ces années de "formation" qu'il en venait à manquer son coup de la sorte, le samouraï considérait l'être qui le surplombait depuis sa position en hauteur. En vérité il ne l'avait jamais vu à Tsume et il le savait étranger. Cette idée première, ce postulat était confirmé par l'étranger lui-même qui avait demandé d'un ton moqueur est-ce que les vis constituent la monnaie dans ce pays. Méfiant, évidemment, et parce ce qu'il venait de tenter un coup foireux, il se devait de demeurer dans une posture défensive.

Il s'attendait évidemment à tout, surtout à devoir faire face à un homme qui au final avait certainement joué la comédie pendant qu'il se faisait suivre. Pire, il avait réagit en retard exprès, laissant un temps d'avance au Tsumejin avant de le rattraper au moment où ce dernier ne s'y attendait pas. A partir de maintenant, c'était lui, Hitsugaya la proie et il lui appartenait d'être vigilant quant au prochain coup qui arriverait.

Pourtant, loin de tout ce à quoi il s'attendait, loin de tout ce qui pouvait s'apparenter à de la violence, ce fut une invitation à le suivre après des mots paisibles qui sonnait faux à son oreille méfiante. La seule chose qui lui permit finalement de "baisser" la garde, ce fut cette invitation à manger. Pouvait-il seulement refuser ? Il n'avait pas mangé quelque chose de consistant depuis 24h et ses espérances venaient d'être douchée. Résigné, mais distant, méfiant, il suivit l'individu.

Retourner sur les lieux du crime ne fit que lui mettre la puce à l'oreille quant au fait qu'il se devait de demeurer vigilant mais à nouveau cette vigilance fut ébranlée lorsqu'on lui présenta des brochettes d'anguilles. Il arracha les brochettes sauvagement dès qu'on les lui présenta. S'étant reculé pour éviter tout coup en traitre et après avoir inspecté rapidement des yeux et reniflé la choses, la dévora en un clin d'œil.

Une fois sa besogne terminée, Hitsugaya considéra à nouveau celui qu'il venait de voler et qui pourtant lui rendait un mal pour un bien. Il n'était cependant pas touché, ayant vécu dans un gang et sachant pertinemment qu'un acte de cruauté gratuite pouvait tomber à n'importe quel moment pour le simple bon plaisir du plus puissant.

_ Tu n'es pas d'ici... D'où es-tu ? Avait-il questionné simplement en le regardant droit dans les yeux. Une certitude qui se basait uniquement sur quelques éléments à sa portée : son style vestimentaire, son visage qui laissait place à la sagesse, au vécu mais qui laissait entendre qu'il n'avait pas souffert, pas comme aurait pu souffrir un tsumejin de l'Est et ses réactions jusqu'ici...

_ Tu es un ninja ? Demanda t'il encore. Au fond de lui, la réponse était évidente...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12631-satsuma-hitsugaya-le-soleil-rouge-termine#110603 https://www.ascentofshinobi.com/t12878-satsuma-hitsugaya#113412
Unagi
Unagi

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Ven 30 Déc 2022 - 18:57

La surprise était de mise. Rien de plus normal comme réaction après tout. Ce gamin avait de la hargne et une certaine dose de courage, c’était certain, mais il lui manquait encore l’expérience que l’on acquiert au fil du temps. Cependant, aujourd’hui, la leçon serait apprise, j’en était certain. Premièrement, ne jamais se fier à ce que l’on croit et deuxièmement, toujours prendre le temps de vérifier les informations et ce que l’on pense pour acquis. Il en va souvent de la réussite, voir de la survie.

Passé la stupeur première, venait désormais l’heure du questionnement. Dans sa tête, j’imaginais maintes interrogations, pourquoi lui, pourquoi maintenant, que voulais-je de lui. Après tout, ce serait légitime tant demandes de sa part à mon encontre. Quoi qu’il en soit, assis sur mon tonneau, à l’orée de cette foule qui vaquait à ses propres occupations, j’observais ma prise du jour se délecter de la brochette qui lui était ainsi offerte. Devant tant d’appétit, j’en profitais pour lui offrir la seconde dès lors que les premières questions se firent entendre. D’ailleurs, la toute première me fit lentement lever les yeux au ciel, admirant le soleil de cette saison, un soleil chaud dans cette froidure hivernale. J’y trouvais là un certain plaisir, même si j’ai toujours préféré le froid et la pluie aux joies de l’été et du printemps. Surement mon tempérament et mon mode de vie qui voulait ça.

« Tu te trompes. Je suis bien d’ici. Seulement, lorsque j’étais encore plus jeune que toi, j’ai eu la chance de pouvoir quitter ce bouge et ce pays en perdition. Enfin, la chance était petite. J’ai atterri à Ame no Kuni. Je suppose que même ceux d’ici savent qu’Ame n’est pas la destination rêvée. Autant dire que cette vie que tu mènes, je la connais que trop bien. »

Tendant la main vers le jeune garçonnet, peu inquiet des témoins potentiels, suffisamment assuré de ma propre force en cas de nécessité, je faisais jaillir de ma paume ouverte vers le ciel l’origami d’un petit oiseau qui virevolta quelques temps autour de nous avant de se poser sur l’épaule du futur samouraï.

« Un ninja ? Haha. Non ! Mais la réflexion est pertinente. Je vais t’apprendre une chose aujourd’hui. Il n’est pas nécessaire d’être un ninja pour apprendre à se battre comme eux. Ils pensent avoir la main mise sur ce type de savoir, mais c’est faux. Même toi, avec de l’entrainement, de la rigueur et un mentor compétent tu serais en capable. »

L’oiseau en papier se dissipa finalement en une multitude de confettis avant de disparaitre totalement, ne me laissant que lui face à moi.

« Dis-moi gamin, tu as un nom ? » finis-je par demander.
« Comme je te disais, j’ai une proposition à te faire. Mon activité à Ame m’amène à côtoyer des gens d’univers différents, des gens qui cherchent à acheter et vendre des informations que je possède. Mais pour les vendre, il faut les posséder et en cela j’ai besoin de personnes à travers le monde qui sont mes yeux et mes oreilles, des personnes qui au travers de leurs propres activités sauraient me transmettre ce que je cherche. Tsume est une région particulière et mes relais y sont trop peu nombreux et trop peu efficaces. C’est de personnes comme toi dont j’ai besoin pour développer mes activités, des personnes qui ont l’envie de vivre, l’envie d’évoluer, d’aller de l’avant et non pas de péricliter dans la fange. »

Croisant les jambes, mes deux mains jointes posées sur les genoux, j’observais ma jeune cible après mon petit laïus.

« Dis-moi. Que penses-tu de ma proposition ? As-tu envie de vivre une vie intensément plus enrichissante ou préfères-tu rester dans les basfonds et la misère ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Satsuma Hitsugaya
Satsuma Hitsugaya

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Mer 11 Jan 2023 - 10:41
Hitsugaya était pourtant sûr de son fait, sûr de lui. Cet homme ne pouvait être de Tsume, à moins qu'il ne soit de l'Ouest. Il n'avait absolument pas l'air d'avoir souffert dans sa vie, sauf peut-être ce regard dont la profondeur et la couleur pouvait ébranler quiconque s'y plonge assez longtemps. Le Satsuma lui, n'était guère ébranlé. Il en avait vu d'autres et il avait côtoyé la mort à de multiples reprises.

_ Ame ? Ame no Kuni ? Répéta t-il les yeux grands ouverts. Non il ne connaissait pas. Il n'en avait jamais entendu parler. Continuant de manger, il se dit qu'en dépit des propos de cet homme mystérieux, Ame devait forcément être mieux que Tsume. Et puis qui serait assez fou pour quitter Tsume et se rendre dans un endroit plus dangereux encore, plus dur à vivre ? Lui-même qui vivotait ici comme il le pouvait à côtoyer la pègre et à leur servir de bras armé dans ses moments de disette, lui-même ne se voyait pas quitter ce pays pour un endroit pire. Son objectif pour le moment était d'intégrer Tsume Ouest quand bien même dans de lointains songes parfois, il lui arriver de penser à Tetsu no Kuni. Mais qu'ira-t-il se perdre dans ce pays inconnu qui l'avait rejeté dès son plus jeune âge ?

_ Si je comprends bien tu es ce mentor compétent ? Questionna t'il pour bien être certain de comprendre ce que lui disait son interlocuteur. Il y avait dans ses paroles une légère pointe d'ironie, d'incrédulité. Pourtant, il savait bien que ce devait être fortement vrai. N'avait-il pas réussi à lui subtiliser une bourse ? Oui, certes, mais derrière ce bonhomme était parvenu à le retrouver ou peut-être le rattraper si vite, qu'il était clair et net qu'à aucun moment Hitsugaya ne lui avait échappé. Non seulement il avait un coup d'avance, mais en plus il était rapide dans ses mouvements. Ainsi, la légère pointe de sarcasme n'était rien d'autre qu'une façon pour le Satsuma de se protéger, de ne pas perdre la face dans un environnement où celui qui prête le flanc se fait détruire littéralement. N'étaient-ils pas dans Tsume no Kuni le pays de tous les dangers ?

_ Je m'appelle Hitsugaya... Dit-il de façon laconique. Donner son nom n'avait jamais été un problème, son prénom plus exactement sachant que son nom de famille devait encore rester secret, inconnu de tous. C'était dans ce secret qu'il avait été élevé et il était évident qu'avant d'être en selle, si ce jour devait arriver, il ne devait le divulguer à personne.

La suite des propos de l'individu interpellèrent le Satsuma. L'étranger venait de lui faire une proposition. Une proposition qui n'avait l'air en rien dangereux, dans les grandes lignes, un deal équitable à priori acceptable. Qu'avait-il à perdre dans cet échange ? Il y réfléchit et ne se hasarda pas à lâcher un oui qu'il regretterait. Il avait appris à la dure que face à un caïd -l'étranger en était-il vraiment un ? - il valait mieux bien réfléchir avant de donner une quelconque réponse. Il était clair cependant que le moindre refus d'un besoin sérieux d'un caïd pouvait mener à de bien funestes conséquences. Soupesant le pour et le contre Hitsugaya évalua ses possibilités. S'il avait bien saisi le discours de l'étranger, il devait servir d'informateur sur ce qui se passe dans Tsume no Kuni... Fort bien et qu'y gagnait-il ? A priori quelques espèces sonnantes et trébuchantes et peut-être une vie pleine d'aventures ? Les aventures il les avait déjà au quotidien, à moins qu'on lui serve d'autres types d'aventures, lui était déjà bien servi. Pour ce qui est de sortir de la misère par contre... Son regard, vif, déterminé croisa celui du mystérieux bonhomme

_ Combien me paierez vous pour ces informations ? Quand et comment ? Questionna t-il d'une voix qui laissait pointer toute sa volonté.

Des questions précises qui attendaient des réponses précises. Hitsugaya n'était pas dupe. Il s'était fait rouler dans la farine assez souvent pour ne pas se faire prendre pour un pigeon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12631-satsuma-hitsugaya-le-soleil-rouge-termine#110603 https://www.ascentofshinobi.com/t12878-satsuma-hitsugaya#113412
Unagi
Unagi

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi] Empty
Sam 21 Jan 2023 - 11:36

« Oui, Ame. Mais peut-être ne connais-tu pas ce charmant pays. Corruption, vols, trafics en tous genres, prostitution, esclavage, meurtres. Voilà ce que tu peux y trouver aux coins des rues. Si tu aimes trafiquer, tu as de quoi faire. Tsume est un pays de misère où chacun fait ce qu’il peut pour survivre là où Ame est un pays gangréné par les gangs et différents cartels qui y mènent leurs affaires en toute impunité car personne ne se soucie vraiment de ce petit pays qui appartient officieusement aux criminels. C’est le genre d’endroit où le faible subit tandis que le fort survit le temps de se faire surpasser par plus puissant et où quelques élus restent au sommet. »

Il y avait cette lueur d’incrédulité dans le regard du garçon, mais difficile de lui reprocher quoi que ce soit lui qui n’avait jamais quitter ces terres désolées. Tsume était une terre pauvre, en désolation et sans réel avenir. On y survivait plus qu’on y vivait et seuls ceux avec une réelle volonté pouvaient espérer un avenir. Je ne dirais même pas un « avenir meilleur », mais seulement un « avenir » était déjà pas mal.

Revenu sur mes terres d’origine, j’étais en quête de quelque chose qui servirait mes intérêts et après des semaines d’observations, plus j’écoutais le discours du jeune homme plus je me disais que j’avais enfin tiré la carte qu’il me fallait ici. Nulle confiance en n’importe qui sur ces terres, mais un atout de valeur à n’en pas douté. Cela couplé à une proposition qui ne pouvait être refusée et j’aurais enfin atteint l’objectif que je m’étais fixé, du moins en partie car il serait stupide de se reposer uniquement sur les yeux et les oreilles d’une seule personne, aussi motivée soit-elle.

Face à cette question qui m’arrivait, je souriais, amusé par cette remarque et le sous-entendu.

« Je suis compétent, c’est indéniable. Dans les affaires qui sont miennes, on ne survit pas longtemps sans un minimum de talent. Mais non, je ne suis pas ce mentor dont j’ai sous-entendu les compétences. Je n’ai nulle volonté de prendre quelqu’un sous mon aile. Je te l’ai dit, je cherche seulement à trouver celui qui saurait voir et entendre pour moi ici quand je ne peux être présent. Si je t’ai parlé d’un mentor c’est que je sens en toi une certaine volonté de vivre, d’aller de l’avant et que tu as su montrer quelques talents là où d’autres dans ton genre continuent à se vautrer dans la fange. »

D’un coup de menton, je montrais une direction au garçonnet vers un groupe d’enfants, certains du même âge que lui, qui semblaient jouer par terre.

« Eux, l’esclavage ou la prostitution les attend. S’ils ont de la chance, ce sera plutôt la mort qui viendra les chercher. Mais toi, c’est différent. Trouve-toi quelqu’un de fort pour t’enseigner son savoir, rejoint l’un des pays ninja afin qu’ils te forment à l’académie, trouve une nation indépendante ou je ne sais quoi d’autre, mais si tu le fais, tu survivras Hitsugaya. »

Finalement, la question que j’attendais arriva. Combien ? Après tout, tout était une question d’argent au final, même ici.

« Combien ? Suffisamment pour que tu n’ais plus à devoir voler pour survivre. Si tu décides de poursuivre cette activité, ce sera uniquement de ton fait et parce que tu l’auras choisi, pas par nécessité. Quant aux informations que je demande en échange, c’est que tu me tiennes au courant de ce qui se passe ici, que tu apprennes à connaitre ceux qui dirigent les criminels locaux et que tu m’informe de leurs activités. De plus, selon les besoins, je pourrais demander quelques recherches particulières pour lesquelles tu seras payé grassement en plus de ce que tu toucheras habituellement. Ces sommes seront déposées à un endroit que nous conviendront et que tu pourras récupérer tous les mois. Sache également une chose, c’est que si cette collaboration ne m’apporte pas les fruits que j’attends, elle cessera immédiatement. Je n’ai aucun problème à investir mes ressources dans quelque chose qui fonctionne, mais en échange, j’attends des résultats. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi

La survie à Tsume no Kuni est tout un art [Unagi]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réseau(x) [Ft. Unagi]
» Là où tout commence et tout fini. [Avec Amaya]
» En tout bien, tout honneur. [PV : Takumi-chan]
» Et si on formait une alliance ? S'échanger des infos tout ça tout ça...
» Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2]

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: