Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 02. Unité Ouest
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 20:31 par Hyûga Tsuyoshi

» 04. Unité Nord
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 18:15 par Narrateur

» Un pacte entre nous - Pv Itö Luna & Yamanaka Nozomi
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 17:44 par Yamanaka Nozomi

» Ambition
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 14:52 par Gentoku M. Yamiko

» Mystérieux rendez-vous | Raizen
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 14:44 par Sharrkan

» 03. Unité Est
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 11:15 par Bakuhatsu Kenpachi

» 14. Signaler un retard/oubli
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 10:10 par Shinrin Kisara

» Loin des yeux, près du coeur | Ashitaka
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyAujourd'hui à 6:57 par Borukan Ashitaka

» 01. Unité Sud
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyHier à 22:00 par Chiwa Aimi

» Un rouleau anxiogène [Trame ?]
Terre de Feu [Rin/Kisuke] EmptyHier à 19:18 par Narrateur

Partagez

Terre de Feu [Rin/Kisuke]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Lun 21 Nov 2022 - 16:58
Ils avaient cru avoir réussi. Être parvenu à concrétiser un plan, aussi désespéré qu’audacieux, pour permettre au métropoles du centre et du sud de Tsuchi de gagner du temps et de commencer avec d’autant plus de hâte l’évacuation qui allait s’imposer aux populations. Suite à son coup d’éclat face à la bête, qu’ils avaient tous les trois vu sombrer dans la fosse qui fut par la suite remplie de roc et de neige, le trio s’était éloigné au plus vite, avait poursuivi sa route vers le sud-sud-est afin d’aller prévenir tous les villages se trouvant sur cet axe fatidique, ce vecteur que semblait avoir suivi le Dieu Singe en dépit de ses tours et détours à travers les montagnes, celui qui devait le mener tour à tour sur la Capitale, puis sur Iwa. Et pendant un temps, un brin d’optimisme s’était peut-être même immiscé dans les esprits des deux Hyûga et du guerrier tellurique, à l’idée qu’ils pourraient peut-être faire la jonction avec les hypothétiques forces venues d’Iwa pour sceller la bête, avant que le massacre ne prenne une plus grande ampleur.

Un élan d’espoir qui fut aussitôt fauché net, lorsque leurs sens leur rapportèrent l’inexorable vérité. Celle qui se rapprochait à vive allure dans leur dos, plus au nord, en faisant trembler la Terre de toute sa masse et de toute sa vélocité, redoublant d’effort pour avaler les distances tel un géant en colère. Il n’y eut pas de mot alors, pour décrire le profond désarroi qui faillit envahir tout à fait l’Oterashi en pleine course à travers les monts et vallées de son pays. Quelques heures. Cela faisait tout au plus quelques heures, qu’ils avaient poursuivi leur route effrénée après avoir laissé Yonbi dans leur sillage. Et la bête, selon des mesures rudimentaires aidées par le Byakugan de Rin, était loin d’avoir été ébranlée par sa courte captivité au creux de la fosse qu’il lui avait réservé. C’était même, au contraire, avec un entrain redoublé qu’elle progressait à présent, chargée d’une haine qui résonnait toujours plus loin à travers les montagnes. Un constat qui passa près de faire s’envoler les dernières miettes de sanité mentale du Tellurique, qui bataillait déjà intérieurement contre les relents de culpabilité qui venaient l’agresser à la vue de chaque village dévasté par le singe de lave. Ce n’était toutefois pas maintenant qu’il pouvait se permettre de craquer. Le prochain village n’était pas loin, et il ne faudrait pas plus d’une heure avant que Yonbi ne les rattrape, dans son axe, et ne le ravage à son tour.

« Merde...Merde… Merde… On doit les faire évacuer. Vite…. Il faut… qu’ils s’enfuient, le plus possible, viiiite… !!! »

Yanosa aurait aimé pouvoir aller plus loin, plus vite, mais sil il ne voulait pas se vider de son énergie à mi chemin entre leur position et Iwa, point terminal supposé de ce tracé sanguinaire dessiné par Yonbi, c’était à ses jambes seules et au Kuchiyose de Kisuke qu’il devait se fier. Aussi vite qu’il le put, en se coordonnant avec ses deux coéquipiers d’infortune, l’Oterashi se rendit en hurlant jusqu’au village dont ils avaient commencé à s’approcher avant de percevoir l’arrivée imminente du Dieu Singe, haranguant les foules et usant de tous les ressors possibles et imaginables.

« Le Dieu Singe arrive !!! Fuyez, emmenez vos enfants, des provisions et fuyeeeez !!!! »

Il traversa ainsi la bourgade de taille moyenne après avoir créé deux bunshin à l’entrée de celle-ci, criant et répétant à s’en déchirer les cordes vocales pour tenter de prévenir le plus de gens possible. L’entreprise était désespérée… mais que pouvaient-ils bien faire d’autre, face à ce fléau des Hommes ? Fuir. Tant qu’Iwa n’avait pas eu la possibilité de réagir, fuir était la seule option, et au vue de l’effet sur le primate de leur tentative de le retarder, il n’était clairement plus souhaitable ni même envisageable que le trio renégat retente l’expérience. Yanosa aurait voulu rester et se battre. Rester, et aider ces gens, toutes ces personnes innocentes, à échapper à la dévastation. La triste vérité, qui le frappa de plein fouet tandis qu’il observait la panique prendre forme dans les rues, c’est qu’il ne pouvait pas. Car s’arrêter ici, c’était condamner les villages suivants, puis les suivants, et ainsi de suite, et ce jusqu’à…

Non, il fallait le stopper avant que tout Tsuchi ne soit transformé en vallée vitrifiée par le magma. Mais ce pouvoir, le Chûnin en disgrâce ne l’avait pas en sa possession. Pas seul, ni même avec uniquement deux alliés à ses côtés. Résigné, habité par un malaise plus grand que ce qu’il avait jamais connu auparavant, l’Oterashi se résolut avec ses coéquipiers à quitter la ville en proie à la peur et à la panique. Ils ne pouvaient pas laisser Yonbi les rattraper, et encore moins les dépasser, sur la route qui menait plus au sud. La mort dans l’âme, focalisant ses pensées sur les personnes qu’il aura pu contribuer à sauver plutôt que sur toutes les autres, Yanosa fila de plus belle entre les vallées, vers le village suivant, vers le prochain nœud de destruction.

« Il va payer… Ce fils de putain… Il va… payer.. !!! »

_________________
Terre de Feu [Rin/Kisuke] Yano_b10

Theme MusicTerre de Feu [Rin/Kisuke] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Lun 21 Nov 2022 - 23:49
Son regard porté vers le trou, elle avait bien vu que cette ultime tentative avait en quelques sortes porté fruit. Une action qui avait animé la colère du dieu singe, mais ce n’était là quelque chose qui aurait de toute façon changé grand chose. N’était-il pas d’ores et déjà dans une lancé destructrice. Personne ne pourrait lui faire croire que sans leur trou, Yonbi se serait simplement arrêté sur place pour laisser vivre les villages qui croisent sa route.

Désactivant ses iris et ramenant son attention sur l’instant présent, Rin filait en direction d’un des multiples amas de vie qui était malheureusement sur la route du dieu du magma. Sans doute n’avaient-ils pas pris au sérieux l’annonce du petit serpent de Kisuke, car malgré eux la multitude ne semblait pas s’être plus activé que ça. Quoique la puissance du chakra de Yonbi, l'odeur de soufre volcanique et la taille de la bête pourraient peut-être en convaincre plus d’un.

[Rin] - Il faut partir vite. Dix minutes, c’est tout le temps qu’on a. Il faut fuir.

Ajoutait-elle aux commentaires de Yanosa. Ils avaient au final un peu plus de dix minutes, mais elle préférait presser davantage les gens afin de mettre un maximum de distance. Bien entendu. Si ça aidait de ne pas paniquer, là la situation ne permettait pas d’avoir le luxe de simplement avancer en marchant à pas de tortue. Yonbi était proche et sa colère bien trop réelle.

Au final, Rin ne voyait un monde où tout le monde s’en sortirait. Les plus lents, les personnes âgées et les malades ne parviendront sans doute pas être aussi rapides dans leur déplacement. Si Yonbi avait été ralenti par leur piège, il n’était pas blessé pour autant. Il avançait à plein régime et derrière lui il ne laissait que cendre et désolation.

[Rin] - Pas le temps de ramasser vos choses. Un peu de nourriture et c’est tout. Chaque minute perdue peut mener à la mort. Allez ! On y va.

Déclarait-elle en posant finalement son regard sur Yanosa qui marmonnait quelques mots.

[Rin] - On va avoir besoin d’Iwa pour ça...

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Mer 23 Nov 2022 - 22:31
Le Yuukan était empli de terreur. Et la terreur face à eux éclairait à la lueur de la lave l'obscurité de la nuit naissante, conséquence de la saison hivernale. Le plan de Kisuke n'avait pas été une réussite, non. Ils avaient énervé l'Être Légendaire, et il avait mis les bouchées doubles. Eux-mêmes avaient pris les devants pour prévenir de son arrivée le plus rapidement possible. La nouvelle se répandait. Les réfugiés partaient dans toutes les directions, prévenant eux-mêmes les villages dans leur sillon et leur passage. Leur groupe était celui le plus en retard pour prévenir les plus réticents. Les plus lents.

Et eux-même n'avaient que peu de temps d'avance.

Ne prenez rien qui vous ralentisse, de la nourriture et de l'eau pour quelques jours. Partez dans cette direction, évitez surtout le Nord et le Sud. Et répendez la nouvelle autour de vous.

Le Singe semblait se diriger majoritairement dans ces directions, après tout. Kisuke l'avait remarqué, déjà, mais n'y avait pas réfléchit plus longtemps. Long temps. Le temps, cette ressource qui leur manquait désespérément. Et qui leur coûtait à chaque instant un peu plus de vies humaines. La rage bouillonnait en Kisuke. Il se sentait si impuissant face à cette catastrophe ambulante, à ce désastre. Aussi, quand il vit un adulescent commencer à partir avec des sacs lourds derrière lui, il lui colla une giffle. Une erreur due aux émotions du moment.

Oubliez ces babioles, qu'est-ce qui est plus important ?

Un coup de pied se perdit et la personne décampa. Kisuke pesta sur le genre humain avant de monter sur son invocation, avec deux femmes enceintes derrières lui. Il rejoignit ses compagnons. La silhouette de Yonbi se rapprochait. Il était temps de décamper. Des personnes étaient encore proches du village, d'autres malheureux se dépêchait dans la direction du Sud malgré ses avertissements et risquaient de se faire rattraper.

Il se dirige bien vite dans la bonne direction. Peut-être trop... Soit c'est une coincidence, soit Yonbi à un excellent sens de l'orientation et une connaissance parfaite de la topographie d'iwa, soit...

Kisuke pencha la tête vers le bas. Yonbi possédait du chakra. Etait-ce aller trop loin que penser qu'il pouvait s'en servir ? Ou était-ce l'arrogance des shinobi de se penser comme étant les seuls à pouvoir manipuler le don du chakra ? La situation était pressante, et des vies étaient en jeu. Son invocation messager était devant eux et prévenait d'autres villages à son tour. Kisuke et l'invocation géante, pour leur part, se contentait d'évacuer en urgence ou de prendre les groupes les plus lents et les amener plus loin.

Si l'hypothèse de Kisuke s'amenait à être vérifiée, néanmoins, il suffirait d'évacuer les civils à l'Est ou à l'Ouest pour éviter de gros dégâts collatéraux. Et sauver un maximum d'innocents. Une solution temporaire tant qu'il ne pourrait pas résoudre l'équation du Démon de Lave.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Ven 25 Nov 2022 - 0:23
Il se sentait mal. Si mal que la douleur physique qui lui labourait ordinairement les nerfs ne suffisait plus à masquer cette peste qui se propageait dans ses entrailles. C’était comme respirer l’horreur à plein poumon, sentit la mort pénétrer par tous les pores de sa peau simultanément pour aller infecter la moindre de ses pensées, condamner à la ruine la moindre de ses initiatives. L’Oterashi, avec ses deux compagnons Hyûga, avait l’impression d’aller frapper de lui-même de fourmilière en fourmilière afin de pousser leurs résidents à s’en échapper, un effort presque futile pour permettre à quelques groupes éparses de survivre. Et chaque fois, à chacun des villages auxquels il faisaient halte pour tenter de forcer l’exode de milliers de personnes, Yanosa le savait : il devrait laisser derrière lui des monceaux de cadavres. Des gens piétinés, carbonisés, ensevelis sous les décombres vitrifiés. Il n’y avait pas de mot, pas même de pensée assez forte pour qualifier le massacre qui était en train de creuser son sillon à travers Tsuchi, et il finit par être clair pour le trio qui suivait et précédait les mouvements du Dieu Singe que ce dernier ne progressait pas au hasard.

Yonbi agissait en exterminateur revanchard et méthodique, avec une terrifiante méticulosité, pour tuer le plus d’êtres humains possible, et sa trajectoire ne laissant à présent plus aucun doute sur sa destination. Une destination qui n’avait malheureusement et certainement rien de finale : la Capitale. Une cible, impossible à protéger, à évacuer et encore moins à déplacer. Un nuage noir dans un coin de l’esprit craquelé du guerrier tellurique, tandis que ce dernier tâchait de pousser les gens autours de lui à réagir au plus vite et à quitter la ville où ils se trouvaient. Du coin de l’oeil, au coeur de la panique et de la débandade totale, l’Oterashi aperçut deux silhouettes entrer en collision. Un homme, court et trapu, qui s’était mis dans l’idée d’arracher ses sacs de provisions à une femme menue qui gardait un nourrisson emmailloté plaqué contre elle. Le sang déjà bouillonnant du Tellurique ne fit qu’un tour, sa main implacable venant agripper le crâne de l’agresseur pour le briser contre un mur adjacent dans une explosion d’os, de cervelle et d’hémoglobine.

« Fuyez… fuyez !! Vers les montagnes !!! »

Il ne revit pas la jeune femme et son bébé, ignora même si elle avait réussi à quitter la ville, avant de devoir quitter le périmètre pour continuer avec Rin et Kisuke leur tournée morbide. A chaque ville ou village qu’ils dépassaient, Yanosa reposait la même question à la parange, sollicitait d’elle la même information, avec une insistance chaque fois redoublée : une équipe d’Iwa était-elle en vue ? Pour mettre fin à ce cauchemar, ils avaient besoin de l’appui de la Roche, mais à chaque fois la réponse était la même de la part de la jeune femme. Et le prochain arrêt sur leur route – et donc celle de Yonbi – n’était désormais nul autre que la Capitale elle-même, le noyau de Tsuchi, à la densité de population sans égale dans le pays.

Cavalant encore et encore, usant d’invocations commandées par Kisuke pour économiser leurs forces, les trois shinobi tracèrent à toute allure, dépassés par la portée inédite du désastre qui frappait ceux qu’ils avaient pourtant prêté serment de protéger.

« Faites qu’ils soient là bas, pitié faites qu’ils soient arrivés... », murmura-t-il pour lui-même entre ses dents serrées.

Parler d’anxiété aurait été à ce stade perpétrer un incroyable euphémisme pour qualifier le sentiment qui consumait l’esprit de l’Oterashi. L’extinction. L’idée semblait aussi ubuesque que réaliste après avoir été témoins de la destruction engendrée par la bête. Lorsque le Chûnin en disgrâce arriva en vue de la Capitale avec ses camarades, le sursaut d’un espoir naquit cependant dans sa poitrine en voyant l’agitation qui y régnait déjà. La panique, en l’occurrence aussi meurtrière que salvatrice, s’était déjà propagée dans les rues et à la périphérie de la vaste métropole politique et touristique, et Yanosa se prit alors à espérer. Si la cité avait été prévenue, si la population était déjà en train de tenter une évacuation, alors cela pouvait vouloir dire….

« Iwa.. Iwa doit être là ! Il faut faire la jonction, dépêchons-nous d’aller au palais !! »

Dans la grande confusion, le trio se rendit au-dessus des toits jusqu’au périmètre extérieur du palais toujours sous étroite surveillance. Les lieux, depuis la dernière visite de courtoisie de l’Oterashi, avaient subtilement changé suite à l’assaut perpétré par Akimoto. Alpaguant un soldat séigneurial gradé qui passait là en courant, le guerrier de pierre le stoppa net en l’attrapant par le bras et en affichant au clair son bandeau ninja.

« Soldat !! Où sont les unités envoyées par Iwa !!? Où se prépare la défense !? »

Interloqué, le lieutenant dévisagea un bref instant le guerrier enrubanné d’un air incrédule avant de s’en rappeler à l’urgence qui noyait la cité toute entière.

« Les unités… !? Vos deux compagnons nous ont averti et sont repartis, shinobis !! Nous sommes en train d’évacuer ! Nous sommes seuls !! »

Désabusé, Yanosa lâcha le bras du soldat seigneurial, le regard soudain vague et indécis. Ses yeux, ces orbites habitées par les flammes, balayèrent alors l’horizon de la ville où les cris résonnaient et où le chaos régnait. Seuls. Le mot fit écho dans sa tête, en pensant à toutes ces vies là devant lui, ces existences qui étaient sur le point de brûler sous le magma. De disparaître. Si il pouvait malgré tout abandonner, se laisser aller à ce désespoir pourtant si prégnant… ?

Non.

« … Le médecin du Daimiyo. Muramasa. Borukan Muramasa est ici, il doit l’être. Il faut le trouver !! »

D’un mudra, l’Oterashi concentra ses perceptions sur la signature d’énergie du marmoréen, qu’il connaissait bien depuis l’établissement de ses connivences reptiliennes avec lui. Si ils pouvaient au moins rejoindre l’éminent médecin, peut-être existait-il une chance pour qu’en joignant leurs forces, plus de vies soient sauvées. S’élançant dans la direction dictée par ses sens, le guerrier tellurique ajouta quelques mots, pleurant presque de rage à travers ses bandages.

« Au diable Masato… ! C’est le peuple de Tsuchi que nous devons sauver !! »


Spoiler:

_________________
Terre de Feu [Rin/Kisuke] Yano_b10

Theme MusicTerre de Feu [Rin/Kisuke] Giphy

Theme


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Dim 27 Nov 2022 - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Sam 26 Nov 2022 - 18:10
Terre de Feu
Yanosa x Rin x Kisuke x Muramasa

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Le Yuukan était sombre et empli de terreurs. Il s’agissait là d’un constat incontestable, plus encore lorsque la fin de l’humanité était à deux doigts de se produire incessamment sous peu. Les anciennes légendes de naguère étaient loin de la réalité de ce triste monde tragique, où les chimères menaçaient dans l’ombre de leur courroux assoiffé de sang.

Il s’agissait d’une journée tranquille, du moins en apparence. Les oiseaux gazouillaient avec allégresse, alors que la rosée matinale s’évaporait avec une déliquescence presque solennelle. Comment pouvait-on imaginer qu’un désastre qui changerait la face du monde allait très bientôt frapper à la porte de la Roche, si noble et intemporelle ?

Imperturbable… Du moins jusqu’à ce que l’ombre des messagers apportent l’annonce les graines d’un bien funeste lotus. Un lotus teinté d’une teinte écarlate. Un lotus non pas blanc, symbole du pouvoir des Byakuren sur la Roche, mais un lotus teinté de sang, mais surtout de mort. Cela pouvait être le comble de l’ironie, qu’un démon menace le dernier bastion de l’humanité et de la paix, et pourtant si la capitale s’avérait de céder face à la barbarie, le Yuukan serait bel et bien livré aux griffes du mal et de la loi du talion.

Heureusement, quelques héros ne céderaient jamais face au destin pernicieux, et endosserait le rôle de défenseur de l’amour et de l’amitié, quels que fussent les noirs desseins de la nuit des temps.

Muramasa était prisonnier d’un palais marmoréen depuis fort longtemps, bien trop pour être anodin. Il était livré à batailler seul afin de survivre dans ce dédale d’or et d’argent, où un hiver éternel régnait d’une froideur implacable.

Alors que le parangon admirait l’horizon , accoudé à l’un des pharaoniques - ou tsuchiniques pour rester dans le ton Yuukanite - balcon surplombant la plèbe avec grandiloquence, une agitation semblait commencer à faire rage au loin parmi la foule de badauds qui peuplait la capitale comme des fourmis ouvrières.

Tout cela était étrange, pour ne pas dire inconcevable, car d’habitude le calme régnait d’une main de cristal. Bien sûr, le médecin était loin de se douter de ce qui se tramait.

« Le soleil est étrangement rouge aujourd’hui… »

Faisant crépiter son encensoir d’un râle digne des méandres abyssales et tentaculaire, le Corbeau des Tempêtes commençait aussi à voir quelques gardes qui traversaient les couloirs avec une hâte digne des démons de la lune du crépuscule. Ces gredins couraient comme si les fouets de leur maître tyrannique était à leur trousse. 

Il ne s’agissait là que des prémices d’un chapitre. Un chapitre qui serait peut-être le tout dernier…



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Sam 26 Nov 2022 - 23:52
Kisuke suivait Yanosa et aidait du mieux qu'il pouvait à l'évacuation. L'absence d'iwajin était étonnante. Pourtant, c'était une triste réalité avec laquelle il devait faire face. Le côté positif des choses ? Au moins il n'y avait pas de comité d'acceuil pour eux, ce qui aurait put drastiquement compliquer les choses. Kisuke tenta de convaincre un maximum de personnes de partir par l'Est en prenant juste des provisions pour deux-trois jours de marche. Le désespoir était presque humectable dans l'air. Pourtant, dans ces ténèbres, un messie était là.

Quelqu'un qu'il avait croisé il y a bien longtemps. Quelqu'un qui, comme lui et Yanosa, possédait le pacte des serpents. Une légende vivante iwajin qui avait poursuivit sa carrière au service du daimyo.

Sire Muramasa ! Nous précédons Yonbi et nous faisons de notre mieux pour aider l'évacuation mais... Il faut sauver un maximum de civils. Tant de destruction... Avons-nous un moyen de retenir Yonbi ne serait-ce qu'une journée de plus ici ? Mais je vais d'abord m'assurer d'une chose. Je reviens.

Concrètement, Kisuke n'était pas d'accord avec l'analyse de Yanosa. Le Daimyo devait survivre aujourd'hui. Non, Kisuke ne le portait pas nécessairement dans son coeur, et un autre jour il aurait choisit différemment. Néanmoins, la catastrophe nationale était là. Une Calamité. Et dans ces conditions, il fallait un gouvernement stable. Avoir un gouvernement décapité ET une calamité sur patte, c'était encore pire. Non, ce vieil homme aussi incompétent fusse-t-il était ce qui séparait la potentielle victoire à la certitude d'une bataille pyrrhique dans le meilleur des cas. Le détecter n'était pas aisé, mais il y avait des gardes au centre de déplacement. Des gardes qui avaient l'air plus puissant et dont le chakra miroitait à son byakugan.

Il trouva le daimyo et, respectueusement, descendit de son Invocation pour proposer ses services avec hâte et empressement. Il mit genoux à terre, devant le tyran.

Majesté. Je suis Hyûga Kisuke. Le monstre est à nos trousses et nous avons fait de notre mieux pour le ralentir. Il sera bientôt sur la capitale, et sans soutien supplémentaire d'Iwa, il vous faut prendre la fuite. Yonbi se dirige vers le sud, et les réfugiés colmatent les voies dans cette direction-là. Se déplacer dans cette direction est suicidaire, il vous faudra prendre la direction du Nord-Est au travers des montagnes. Puis bifurquez vers le Port. C'est le plus sûr d'après mon analyse. Mon invocation sera la meilleure monture pour assurer votre vitesse malgré le terrain accidenté. Prenez un garde avec vous. Nous continuons nos efforts de notre côté pour ralentir un maximum le bijuu.

Puis Kisuke invoqua une nouvelle invocation pour ses propres besoins et pour aider à évacuer un maximum de personnes ayant besoin d'aide aux portes Est de la ville. Il composa ses mudras avant de poser ses mains au sol. Et la créature serpentine sortit du néant pour aider le détenteur du pacte serpent (comme beaucoup d'autres ici). Une énorme invocation aux yeux bleus.

Spoiler:

Kisuke lui expliqua la situation, aussi catastrophique était-elle. Puis, il s'en retourna vers Muramasa et Yanosa, pour une dernière fois tenter quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Dim 27 Nov 2022 - 19:25
Suivant le mouvement de ses compagnons, les iris éburné de la parange en guise de guide, le trio avait fini par rejoindre les murs de la capitale du pays de la pierre. Ce n’était bien entendu pas la première fois qu’elle foulait le seuil d’un tel endroit, son passé en tant que diplomate pour le clan Hyûga - et membre du conseil - l’avait amené à se joindre aux représentant des pupilles Nacrés dans divers voyage au coeur de cette cité.

C’était cependant la première fois qu’elle arrivait près du palais sous l’égide d’une militaire, d’une soldate. Enfin, plus d’une désertrice, mais ça, elle ne portait peut-être pas encore officiellement une telle appellation. Ce n’était sans doute qu’une question de temps avant qu’elle ne soit étiquetée avec un titre aussi réprobateur et tout ça parce qu’un pouvoir en place avait refusé d’écouter les dangers que son groupe criait haut et fort.

Pas à pas, arpentant les dédales des ruelles de la capitale, elle suivait Yanosa comme si elle était son ombre. Rejoignant finalement un homme que Rin avait eu la chance de rencontrer par le passé. Borukan Muramasa, un jônin de la cité de la roche avec qui elle avait fait équipe lors d’une sordide enquête.

Arborant encore et toujours ce visage ultimement neutre, la Parange s’inclinait en direction de son supérieur, alors qu’elle arrivait finalement à son niveau.

[Rin] - Muramasa-Sama. Comme j’aimerai que cette rencontre soit moins catastrophique.

Déclairait-elle sincèrement en relevant ses iris et en les posant finalement sur le Daimyo. À son tour, elle s’inclinait, mais ne prononçait pas le moindre mot. Le message que Kisuke envoyait était bien trop important pour être mit un peu à l’écart dues à quelques paroles inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Lun 28 Nov 2022 - 10:51
La Capitale toute entière avait beau être en proie à un vent de panique générale parfaitement justifiée, la sécurité autours du palais et de ses résidences annexes, qui hébergeaient les riches dignitaires politiques du pays et les diplomates venus de tous les horizons en sus du Daimiyô, demeurait particulièrement resserrée. A plus d’une occasion tandis qu’il filait à toute allure à travers les cours intérieures et les points de contrôle intermédiaires, l’Oterashi ainsi que ses camarades furent obligés de produire leur bandeau ninja pour justifier de leur présence et de leur destination. Les soldats et gardes seigneuriaux, certainement habités par le même genre de peur viscérale que tous les habitants de la métropole, parvenaient pour la plupart à conserver un calme et une lucidité tout relatif, même si Yanosa lisait sans détour dans leurs yeux que si ils avaient pu se le permettre, tous auraient déjà fui sans attendre avec leurs familles. Ce sang froid, songea le guerrier de pierre, n’allait cependant pas les sauver : un constat tragique, dont le Chûnin tâchait au mieux de se détacher pour se concentrer sur son jutsu de repérage afin de remonter au plus vite la trace de Muramasa. Le Borukan, médecin expert et réputé, tant qu’il avait été appointé au service exclusif du Seigneur de Tsuchi, était un shinobi d’exception dont le concours ne serait pas de trop pour endiguer une partie de l’hémorragie dont était victime toute la population de la Terre. Avec lui à leurs côtés, le trio pourrait quadriller un plus large secteur, secourir plus de gens, peut-être même envisager de ralentir Yonbi.

Non, se ressaisit le Tellurique dans un sursaut. Cette tactique, ils l’avaient déjà poursuivi et son échec n’avait été que trop retentissant. L’équation, se dit-il alors avec une profonde amertume, aurait été radicalement différente si Rin et Kisuke avait été entraîné à l’usage des techniques interdites si longtemps gardées secrètes par les moines d’Hayashi. Muramasa aurait alors pu jouer le rôle du quatrième incantateur de la Barrière Divine, et alors… alors… Dans l’esprit du guerrier de pierre, les réflexions se bousculaient tandis qu’il sentait l’aura du Borukan se rapprocher au milieu d’une tripotée d’autres énergies. A supposer qu’ils aient pu contenir Yonbi jusqu’à ce que l’un d’eux cède par manque de chakra, cela aurait-il vraiment pu valoir le coup ? Sans doute que non. Tournant en boucle entre ses synapses à vif, les idées teintées de désespoir de l’Oterashi en revenaient toujours au même point : sans renfort, ils étaient perdus. Tsuchi, était perdu. Freinant au dernier moment pour éviter de rentrer tout à fait en plein dans un soldat en armure, Yanosa posa ses yeux au détour d’une coure sécurisée sur la source de toutes ces énergies qu’il avait ressenti plus tôt autours de Muramasa. Des soldats d’élite et leur Capitaine, cerclant comme autant de couches protectrices le palanquin seigneurial à l’intérieur duquel se dessinait la silhouette du souverain. Et au côté du palanquin, l’homme qu’il avait cherché.

La mâchoire serrée, le guerrier tellurique stoppa net un instant en laissant Kisuke prendre les devants, luttant contre la haine viscérale qui tentait de le contrôler de l’intérieur à la vue de Byakuren Masato. Cet homme. Ce vestige. Celui qui avait toujours vu et perçu les shinobi comme de vulgaires armes, des outils dont il rechignait à admettre l’humanité sans pour autant se priver d’en faire usage comme bon lui chantait. Si d’autres nombreuses et pressantes priorités n’avaient pas occupé l’esprit du Tellurique, sans doute aurait-il pu céder ici et maintenant à l’envie primaire de supprimer cette figure d’un pouvoir obsolète, meurtrier et désuet. Heureusement pour Masato lui-même, il n’était pas venu pour ça. Sans plus s’attarder, il prit donc la suite de Kisuke au devant du Borukan, le saluant d’un sobre et expéditif signe de tête.

« Muramasa. Nous avons déjà tenté… de retenir Yonbi plus au nord. Ça a été un échec… et sans pouvoir utiliser la Barrière Divine à nous deux, impossible de le ralentir. Nous avons besoin des renforts. De renforts d’Iwa. Je croyais… j’ai cru qu’ils seraient déjà là, mais la seule chose qu’on puisse faire d’ici à leur arrivée… c’est sauver le plus de civils possible. Muramasa, dit-il en se rapprochant avec empressement du Jônin d’élite en plongeant ses iris rougeoyantes dans les siennes, habitées par l’urgence.

Si on ne fait rien, des milliers mourront encore. Toutes les villes, les villages, entre ici et Iwa. Il faut les prévenir, les faire évacuer le plus tôt possible. On ne peut pas… sauver tout le monde. Mais on peut donner à chacun une chance de s’en sortir. Une chance d’échapper à l’extermination. Avec toi, nous couvrirons plus vite un plus grand périmètre, viens avec nous je t’en conjure. Sa Majesté… peut bien se débrouiller avec sa garde rapprochée, lança-t-il plus fort et avec véhémence pour se faire entendre de celui qui se trouvait caché dans l’ombre du palanquin, derrière des rangées de soldat. Qu’elle fuit donc au port, qu’elle quitte les terres qu’elle est chargée de gouverner. Qu’elle sauve sa vie. Seul le peuple de Tsuchi devrait compter et tu le sais. C'est eux que nous devons sauver. Pas lui », conclut-il en se retournant à nouveau vers Muramasa.

_________________
Terre de Feu [Rin/Kisuke] Yano_b10

Theme MusicTerre de Feu [Rin/Kisuke] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Mer 30 Nov 2022 - 18:10
Terre de Feu
Yanosa x Rin x Kisuke x Muramasa

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Muramasa venait d’être mis au courant de la rocambolesque nouvelle d’un bien sombre présage. La soldatesque casquée tentait désespérément de s’organiser en vue de l’arrivée du messager de la mort, qui autant simiesque pouvait-il être, ne se contenterait surement pas de quelques bananes afin de sustenter son courroux mortifère.

Il fallait faire évacuer la capitale, tout en exfiltrant le vil tyran de la Roche, au plus vite. Le démon de la nuit des temps incarnait la destruction en personne et il fallait être fou pour rester sur place en attendant patiemment son arrivée.

Bien que le médecin des miracles était un parangon dans l’âme, même lui ne savait pas bien que faire tant la situation paraissait désespérée. Le village caché tellurique allait sûrement envoyer des renforts, mais cela n’était qu’une hypothèse.

Alors que les gardes - aux yeux hagards et emplis d’une peur aussi silencieuse que glaciale - commençaient à organiser le départ du Daimyo dans un convoi hâtif, la graine de la  frénésie et la panique germait au sein de la capitale. 

Certains habitants tentaient désespérément de sauver leur vie, leurs biens, leur futur. Certains se cadenassaient dans leur maison, priant le destin de les épargner d’une fin tragique et douloureusement atroce. Tandis que d’autres perdaient la raison en jubilant de l’arrivée du roi incontesté de la planète des singes. Ces derniers étaient les adorateurs de la fonte et de la musculature saillante. Décidément, le Yuukan était sombre et empli de terreurs…

Alors que Muramasa et les gardes royaux préparaient le départ de la chariotte royale qui devait emmener le vieux renard en sécurité, une arrivée inattendue se produisit. Trois Shinobi que le Borukan connaissait bien, ayant déjà croisé la route de ces sacripants amoureux de l’amour et de l’amitié. En effet, les bras armés de la justice, qui traquaient l’hérésie qu’incarnait ne pas être dans l’équipe, l’équipe de la Roche marmoréenne et éternelle.

Muramasa était en réalité à moitié surpris, car il savait que le glorieux village caché ne céderait jamais face à la barbarie, bien qu’il l’ait tristement abandonné dans le palais des secrets ancestraux du lotus immaculé.

Kisuke, Yanosa et Rin. 

Apparemment, les trois défenseurs de la veuve et de l’orphelin étaient très concernés par la population, bien plus que le tyran du Pays de la Terre. Cela était assez compréhensible. Muramasa était loin d’être insensible aux habitants de ces vertes contrées à l’oronymie si chatoyante qu’elle rivaliser avec celles de Yu no Kuni.

Saluant d’un signe de tête le triumvirat de la justice, le délicieux médecin écoutait silencieusement le message qu’ils venaient transmettre. Une fois ceci fait, il prit un des encensoirs divins et le porta à ses lèvres, l’allumant avec un air solennel.

« Kisuke-san, Rin-san, Yanosa-san… En effet, nous pourrons couvrir plus de terrain et sauverons plus de personnes à quatre. »


Le divinissime médecin s'adressait ensuite à la soldatesque casquée, afin de s’assurer qu’ils écoutent les directives avisées de Kisuke.

« Escortez Byakuren-sama en lieu sûr en suivant les directives de Kisuke-san. En tant que médecin, il est de mon devoir de sauver le plus de vie possible. »


Le Borukan savait qu’ils n’écouteraient sans doute pas les directives de vaillants combattants de la Roche, surtout vu l'opiniâtreté du tyrannique seigneur du palais interdit. Cependant, il était inutile que le médecin parte avec le Daimyo.

S’avançant vers ses anciens compatriotes, le marmoréen affichait des traits de marbre, comme à son habitude.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Terre de Feu [Rin/Kisuke] Empty
Sam 3 Déc 2022 - 0:20
Même en pareilles circonstances, alors qu’un ciel de lave fondait presque littéralement sur la plus grande métropole de tout Tsuchi no Kuni, le médecin Borukan semblait incapable de se départir de son flegme naturel et de son détachement légendaire. Peut-être, si il n’avait pas ressenti cette responsabilité dans les événements lui mouliner les entrailles, si il ne revenait pas d’un affrontement qui s’était avéré aussi futile et superflu que mortel, peut-être alors l’Oterashi se serait-il senti capable d’arborer un si beau recul, et il ne pouvait qu’espérer, dans l’état où il se trouvait, que sa lucidité pour juger les options à leur disposition demeurait à sa bonne place. Ne pas avoir sauté sauvagement à la gorge de Masato Byakuren : voilà un accomplissement, une démonstration de retenue, qui lui prouvait en revanche bel et bien qu’il n’avait pas encore perdu l’esprit, même si les images qui se chevauchaient devant ses yeux semblaient inéluctablement mener à cette conclusion. De penser au nombre de morts qu’ils avaient laissé sciemment derrière eux, à tous ces gens qui n’avaient certainement pas pu en réchapper et qu’ils n’avaient rien pu faire pour aider, le guerrier de pierre se sentait plus friable et chancelant que jamais, même si il tâchait de garder à l’extérieur toujours cette même composition indéfectible.

De là à savoir ce qui se passerait quand le masque tomberait, Yanosa était bien loin de ces anticipations.

« Tu fais le bon choix Muramasa. Le Capitaine de la garde et ses hommes, appuyés par l’invocation si gracieusement offerte par Kisuke… seront bien assez pour garantir la sécurité de sa « Majesté ». »

Il ne pouvait en vouloir à son partenaire au bob d’avoir ainsi proposé une aide précieuse au souverain, lui le Hyûga qui prônait le vivre ensemble autant qu’il lui était possible et qui avait à coeur de voir poindre un Yuukan uni et évolué. Sans doute la vie du Byakuren dépassé et désuet valait-elle en effet encore quelque chose, à visée de garder le pays gouverné par un semblant d’autorité reconnue, mais ç’aurait été sans l’ersatz d’une hésitation que l’Oterashi aurait coupé la tête de Masato séance tenante si cela avait eu la moindre chance de stopper le carnage de la Bête. En l’occurrence, seul le concours de Muramasa à leur triste, quasi-vaine mais vitale entreprise lui importait cependant, un concours qui lui fut acquis en un battement de cil, sans que le Borukan ne se permette d’afficher le moindre doute. Jaugeant l’homme aux cheveux de jais d’un regard chargés de braises, le guerrier tellurique fit un nouveau pas vers lui.

« On ne peut plus rien faire ici. La population est prévenue, elle sait ce qui menace. Yonbi… n’est qu’à quelques heures derrière nous. Si nous ralentissons trop, si nous perdons notre avance, alors ce sont les villes suivantes qui n’auront pas le temps d’évacuer. D’essayer… de sauver leur peau. »

Il se détourna, maudissant intérieurement les espoirs qu’il avait eu de pouvoir former un véritable goulot défensif en amont de la Capitale avec l’aide de shinobi de la Roche. Cette cité… était déjà morte. Plus tôt il l’accepterait complètement, plus vite il pourrait se hâter de reprendre le mouvement.

« Ils méritent tous leur chance.. ! Dépêchons-nous !!! » lança-t-il d’une voix éraillée marquée par les épreuves et un chagrin qui confinait à l’enragement.

Et ainsi s’élança-t-il, laissant le plus rapidement possible hors de son champ de vision la silhouette du palanquin pour oublier jusqu’à son existence. Quatre. Voilà qu’ils étaient quatre, à pouvoir se partager les avenues et quartiers des villages qui s’étiraient plus au sud de la Capitale, un afflux bienvenu de main d’oeuvre, pour ce qui était sûrement la tentative de sauvetage la plus méprisable et catastrophique que l’Oterashi ait jamais pu concevoir. Mais tant qu’Iwa ne venait pas… ainsi était leur purgatoire.

_________________
Terre de Feu [Rin/Kisuke] Yano_b10

Theme MusicTerre de Feu [Rin/Kisuke] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Terre de Feu [Rin/Kisuke]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mutagénèse élémentaire [Kisuke/Rin]
» Lettre a Kisuke
» L'art de l'esquive ▬ Ft Kisuke.
» Repousser les limites [Kisuke]
» L'Epreuve des Herbes [Kisuke]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: