Soutenez le forum !
1234
Partagez

02. Unité Ouest

Aller à la page : Précédent  1, 2
Dieu Singe
Dieu Singe

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Dim 8 Jan 2023 - 10:49
Après que les paumes de lave eussent été repoussées ou amorties par les barricades et les souffles des iwajins, la situation se troubla et le chaos ambulant continua de se déchaîner dans la liesse formidable de cet bataille. D’abord, le clone du Tellurique invoqua des pieux rocheux qui percèrent le cuir épais du Dieu Singe et perforèrent ses organes et ses points vitaux avant de se fracasser sur ses os trop robustes pour être brisés de la sorte, et n’eut été l’explosion préméditée du brave Taishi, Yonbi aurait très certainement succombé à la comète qui continuait de le broyer contre terre et de l’enfoncer vers les profondeurs du Cirque de la Veuve Blanche. Fort heureusement, le miracle pour le Dieu Singe eut une texture argileuse et des propriétés explosives : un des dindons façonnés par l’Eclair Vert souffla un blast monumental tel qu’il détruisit l’astéroïde mortel et projeta à tous azimuts des morceaux de roches hérités de cette impressionnante déflagration.

Et tandis que pleuvaient ces nouveaux météores sur le reste de l’humanité, Yonbi jeta un dernier regard torve en direction de l’être qui ne cessait de le tourmenter depuis son dernier éveil, avant que d’être englouti par une sorcellerie qu’il connaissait déjà et qui le métamorphosa en amas d’énergie pure que le flux de scellement se mît à engloutir pour l’enfermer dans une arme : la légendaire Faux de Guerre du défunt Capitaine du Sazori, Konran Tenzin.

L’instrument s’embrasa et celle qui le possédait fit de même : tout le chakra du Dieu Singe se déversa et se mît à flamboyer depuis la Faux et autour de celle qui l’avait brandi pour l’avaler, révélant une quantité astronomique d’énergie pure projetant une chaleur folle sans pourtant causer de tort à la porteuse de l’arme qui contenait le Dieu Singe. Ce spectacle fut ébahissant, grandiose, lunaire et mystique : mais aussi vite que monta votre sentiment de triomphe, aussi vite le désespoir vous rattrapa lorsque vous remarquâtes que cette émanation n’était pas contrôlée.

Une seconde plus tard, ce flux énorme se dégagea de la Faux de Guerre de Konran Tenzin et se métamorphosa pour reprendre la forme originelle du Dieu à Quatre Queues qui réapparût un peu plus loin, cette fois plus proche du Sud que de l’Ouest.

Ainsi vous découvrîtes à vos dépends que la Faux de Guerre appartenant jadis au Capitaine du Sazori n’était point réceptacle, mais à la façon dont le chakra de Yonbi put naviguer à travers elle, d’autres hypothèses pouvaient naître. Lors il vous fallut dans l’urgence choisir un nouveau « réceptacle » propice à pouvoir contenir son chakra flamboyant avant qu’il ne meurt, menacé qu’il était encore par divers guerriers se refusant à le voir appartenir à l’homme.

En se révélant depuis le rideau de l’azur, succédant à la première initiative, un splendide météore pareil aux astres déchus le menaça encore d’une extinction par broyage, sort que le Dieu Singe ne convoitait guère. Lors il braqua son regard vers les étoiles, se demandant presque pourquoi il était maudit par le ciel, et dans un élan de rage et de désespoir le monstre fit une volte incroyable : ses membres réduits au silence ne pouvaient guère fait front à pareille hécatombe, mais c’était mésestimer ses appendices caudales que de croire qu’il ne lui restait qu’à mourir.

Les Quatre Queues se fracassèrent sur la comète et du fait de la rotation, de nouveaux débris furent propulsés en direction du front Ouest ; décidément le plus chaotique et le plus exposé de tous. Puis ne pouvant se recevoir sur ses membres, Yonbi s’écrasa en terminant sa rotation, ses deux prunelles d’or renversées vers le Sud qu’il comprit comme étant la clé de voûte de toute une histoire.

Celle du scellement ou de la mort du Dieu Singe.

Résumé:

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Les Renégats
Les Renégats

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Dim 8 Jan 2023 - 11:58
Depuis les hauteurs de la sculpture de la Veuve Blanche, le Patriarche observa la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il se refusait à partir tant qu’il n’avait pas vu à quel point les hommes pouvaient se déchaîner entre eux et contre les forces sacrées. De quoi lui remémorer les temps plus anciens, à l’heure où les hommes étaient autant utilisés que les compagnons animaux pour faire la guerre ; car fut un temps où l’espèce humaine n’était pas la seule à être de nature belligérante.

Le constat le plus douloureux pour lui fut de voir que la nature des hommes n’avait pas changé : ce qui précisément avait conduit à une forme de scission des pactes se reproduisait au bas du monument de glace à moitié liquéfié par la vague de chaleur émise par le Dieu Singe. La rumeur qui avait circulé parmi les Patriarches n’était donc ainsi pas démentie : une Grande Guerre était en approche, les Dieux se réveillaient et l’antagoniste de toute une peuplade s’était érigé pour obtenir le pouvoir suprême, ce qui constituait dans leurs prophéties les signes avant-coureurs d’une possible Fin des Mondes ; parmi toutes celles possibles.

Toutes celles possibles : l’on pouvait deviser tant qu’on voulait, les prophéties n’en demeuraient pas moins que des nébuleuses qui pouvaient se réaliser ou s’éclipser dans le silence. Seul le Destin déciderait de ce que ce monde deviendrait, et à la façon dont les choses se présentaient toutes les forces de l’humanité paraissaient avoir un rôle à jouer pour l’heure finale.

Lors ils étaient descendus de leurs mondes pour venir à la rencontre des hommes ; et le Patriarche des Hérons, depuis longtemps lié au Pays du Fer, avait vite été séduit par ces six hommes dépossédés de leur Seigneur mais convaincus de la nécessité de leur ermitage pour renforcer leur art. Peut-être ne les eut-il jamais croisé de sa vie…

… si n’eut été le sixième.


Unité Ouest


A l'Ouest rien de nouveau.

Sinon ces deux vagues de débris successives dont la première pulvérisa le mur incanté pour vous protéger de la lumière, et la deuxième propulsée par la frappe caudale du Dieu Singe - et cette tension permanente entre deux groupes opposés... au sein de la même Unité.

Qu'à cela ne tienne : peut-être était-ce l'heure des Parias ?

Peut-être existait-il un moyen de les bâillonner ?

Suffisait que vos regards se tournent vers les deux Parias restants pour comprendre que...
Revenir en haut Aller en bas
Noroi
Noroi

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Dim 8 Jan 2023 - 21:19



Yonbi: Groupe de l'Ouest


ft. Tsuyoshi & Seiki




Noroi ne put s’empêcher de ressentir un certain soulagement lorsqu’elle sentit l’énergie chakratique du dieu singe s’élancer vers la faux d’Aimi, mais celui-ci fut de courte durée car quelques instants plus tard, le chakra de lave retournait dans le démon qui en était maître, marquant l’échec du scellement dans la faux tel que prévu initialement par les shinobis de la roche.


Merde… Le scellement a échoué !

Elle avait parlé suffisamment fort pour que ceux que Tsuyoshi décrivaient comme les parias puissent sans le moindre souci comprendre la situation. Puis, elle reporta son attention contre le dieu singe, se décalant légèrement du mur du Hyûga pour pouvoir observer de ses propres yeux l’état lamentable dans lequel ce dernier se trouvait. Peut-être que Yanosa allait être en mesure de réaliser l’impossible ? Peut-être arriverait-il à occire ce démon qui avait massacré tant de citoyens du pays de la roche ?


Pourtant, elle sentait qu’elle ne pouvait pas non plus abandonner le scellement, mais qui parmi les Iwajins étaient réellement digne d’un tel pouvoir ? Qui pourrait affronter jour et nuit la corruption d’un dieu lui murmurant à l’oreille ? Malheureusement pour les forces de la roche, une seule réponse s’offrait à la jeune Hermite alors qu’elle se retournait vers Rin pour plonger son regard dans le sien, échangeant une compréhension mutuelle, mais silencieuse de la situation : « Iwa ne pouvait pas contrôler une telle puissance ».


Puis, après ce qui lui parut une éternité, la jeune femme se replongea dans le scellement, espérant que l’état de fatigue avancé du dieu singe ainsi que la force de sa volonté serait suffisante pour empêcher Iwa de commettre l’irréparable et alors qu’elle regardait Kisuke s’élancer à la rescousse de ceux qui, quelques instants plus tôt voulait encore l’attaquer, Noroi sut où se trouvait désormais sa place.



Résumé
État de santé: La fatigue commence à se faire sentir.
État de chakra: 1D, 2C, 4A (+1)

Détails:

Noroi maintient la technique de scellement et vise ... Secret (cible transmisse au narrateur en privé).



Technique(s) utilisée(s):



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12796-80-la-malediction-du-clan-daiko https://www.ascentofshinobi.com/t13343-dossier-shinobi-noroi#118049 https://www.ascentofshinobi.com/u1521
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Mar 10 Jan 2023 - 11:37
Seiki fut le premier à lui mettre la puce à l'oreille. Il avait vainement, aux yeux du Hyûga, tenté de parler à Yanosa. Ce dernier n'écoutait rien ni personne d'autre que lui-même, Tsuyoshi le savait parfaitement pour l'avoir expérimenté à de multiples reprises. Pour le reste, deux informations cruciales furent données par Seiki : des jutsus visaient Yanosa et des "présences" venaient d'apparaître auprès des autres unités. De la où il se trouvait, accroupi, face aux parias, le Hyûga remarqua dans son dos, en l'air effectivement ces énergies, ce chakra bien distinct grâce à ses pupilles, ce chakra filer vers le ciel en direction de Yanosa. Il ne savait ce que c'était mais une chose était sûre, cela ne pouvait attenter à la vie de l'assimilateur de terre. Son attention se reporta alors vers ces présences difficilement remarquables, au loin, au nord et au sud, les unités les plus proches de lui.

De nouveaux les mots de Rin, comme des agressions sonores, venaient valider la thèse de Seiki. Quoi écoutait-elle aux portes ? Il fronça les sourcils l'observant à nouveau. Rin était quelqu'un qui à ses yeux était en train de fiche en l'air sa carrière de shinobi, son futur même, un futur bien plus important que celui dans lequel elle était en train de s'engouffrer avec pleine conviction. Il ne la comprenait pas; pas un instant. Comment un Hyûga de la branche principale en venait-il à se lier de la sorte à des ninjas qui, à ses yeux, n'en faisaient qu'à leur tête le tout en déniant toute responsabilité aux décision qu'ils prennent ? Comment pouvait-on se lier à de pareils irresponsables et même en être un ? Il la regarda s'égosiller, il la vit pleurer même. Il était certain que la rage la consumait peut-être même la haine. Elle avait traité Tsuyoshi de "vaux rien". Des mots qui évidemment l'avaient heurté. Jamais il ne s'était entendu traiter de la sorte. Elle avait dit qu'il était "sans valeurs" au prétexte qu'il venait de lâcher la barrière ? Il fronça les sourcils à nouveau les rendant plus marqués que jamais. L'incompréhension était à son paroxysme. Pouvait-elle être de si mauvaise foi qu'elle en était à vouloir créer un scandale à partir d'un acte qui au final ne l'arrangeait guère ? Leurs buts étaient différents et si elle était encore capable d'analyser, elle comprendrait aisément que pour se donner la moindre chance de survie au Yonbi qui était mourrant, lâcher cette barrière qui n'avait plus lieu d'être n'était en rien mettre en péril la vie d'Iwa, des tsuchijins, du Yuukan et je ne sais quel autre peuplade humaine.

_ Tssss. S'était-il contenté de dire tandis que Rin, stoppé dans son flot continu de paroles outrageuses, venait de calmer sa rage pour observer en silence et certainement avec une admiration proche du fanatisme la nouvelle tentative de Yanosa. C'était à peine que le Hyûga avait prêté une attention à ce que tentait Yanosa. A ce stade, pour avoir analysé correctement la scène de combat et remarqué la nouvelle prouesse de Kisuke qui venait de déployer une invocation puissante et de s'élancer à l'exact opposé de leur position avec une vitesse ébouriffante, le Hyûga s'adressa aux siens :

_ Il y a du voyeurisme malsain par ici... S'il y a des intrusions sur le champ de combat alors les parias ne sont plus un risque prioritaire à gérer après ce Yonbi mourant et normalement sur le point d'être scellé. Avait-il dit à Seiki. A peine avait-il fini de parler que l'ensemble de faisceaux chakratiques se dirigèrent vers le sud, vers Chiwa Aimi et sa faux qui tous deux rayonnèrent un instant à cause de la pleine puissance chakratique qui se déversait en eux. Une vision féérique pour le Hyûga. Ils avaient réussi, en dépit de la volonté contraire des parias et de l'intrusion de ces nouveaux venus, possiblement fauteurs de troubles. Cette joie ne fut que de courte durée et à cette vision quasi onirique, fut remplacée l'horreur de la réalité : la faux ne pouvait contenir le Yonbi le scellement n'avait pu fonctionner.

Il serra le poing, sa frustration prit de l'ampleur. Lui qui dorénavant ressentait une grande fatigue en lui, fatigue pourtant comme éclipsée l'instant d'avant par le scellement qui était supposé réussir... Ils auraient dû tenter depuis le début de le sceller en Meho. Mais il n'était pas trop tard pour le faire.

_ Noroi, tu auras encore de quoi tenir ? Je t'avais dit que le scellement était imminent tantôt... Je ne sais pas dorénavant ce qui adviendra, mais tu dois faire de ton mieux pour remplir ton rôle. Il faut viser au nord, vers Meho dit-il en indexant la position de ce dernier après avoir accru sa vision du terrain. Meho était visible, sa position était proche de la notre après tout.


Il prit l'information en passant et su exactement ce qui se passait, avec certes plus de difficultés sur les activités à l'extrême opposé, à l'Est sachant que la comète et tout le raffut autour s'écrasait à nouveau par là l'obligeant d'ailleurs à protéger le groupe après avoir averti que tous devaient se réunir auprès de lui :


Une fois ceci réalisé alors le Hyûga déclara :


_ Seiki, je m'en vais vers le Nord. Le Sud pourrait avoir besoin d'aide... Noroi tu sais ce que tu as à faire... Tiens bon ! Dit-il et il s'élança pour sa part vers le groupe Nord là où se trouvait un seul samouraï, un seul homme qui possiblement pouvait être plus dangereux que plusieurs qui sait ? Encore ses détracteurs trouveraient-ils à penser qu'il s'en va là où le risque est minime qu'à cela ne tienne ! Rin continuerait à l'insulter c'est sûr, mais elle ne l'intéressait plus, du moins pour le moment.

Spoiler:

_________________
Spoiler:


02. Unité Ouest - Page 2 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Shizen Seiki
Shizen Seiki

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Mer 11 Jan 2023 - 21:09




Calamité : Unité Ouest, accalmie...



La situation était rapidement en train de virer au cauchemar. Sourd à mes mots, Yanosa s'était à nouveau jeté sur Yonbi en le criblant d'épieux de roches. Des lames d'abord invisibles l'avaient transpercé pendant que sa première sphère de roche explosait. Yonbi était en train de dérouiller sévère, et ses plaies étaient de plus en plus béantes, son sang coulait à grosses gouttes de ses plaies. Et quelque part, malgré l'absence d'empathie dont il avait fait preuve et malgré les vies qu'il avait prises, cette vue serra mon coeur. Etait-ce à cause de mon apprentissage aux côtés des moines qui m'avait rendu sensible à la souffrance des Dieux ? Ils étaient faits de chakra, certainement étaient-ils nés à l'époque où les humains avaient reçu le don du chakra. Peut-être étaient-ils même à l'origine même de nos pouvoirs, un peu comme des Pères qui s'étaient vus rejetés par leur Fils. Peu importait maintenant. Les luttes intestines d'Iwa et la détermination des parias semblaient prendre le dessus sur toute considération de cette forme de vie qui avait un jour été vénérée comme des Dieux. Et alors que je pensais qu'il allait succomber aux attaques des Parias, le scellement s'entama, transformant le corps de la Bête en une énorme masse de chakra dirigée par les quatre scelleurs, et un soupir de soulagement m'échappa. Malheureusement, ce fut un soulagement de bien courte durée. Malgré nos plus beaux efforts et notre détermination et volonté sans faille, le scellement qui devait ramener l'essence et le chakra de Yonbi dans la faux présentée par Aimi échoua. Et Yonbi apparut de nouveau parmi nous.

Il était affaibli, et il était assez clair que le maintien de la barrière n'était plus du tout nécessaire. Même si on pouvait penser, comme Rin, que Tsuyoshi l'avait lâché trop tôt, les évènements semblaient lui donner raison sur l'absence réel de danger que représentait Yonbi dans cette posture. D'ailleurs les mots de la Hyûga ne manquèrent pas de me faire tiquer. Tout comme tout le reste de toute cette situation. Tout comme je ne manquai pas de capter le regard qu'échangea Noroi avec cette dernière, comme si celle-ci agréait à ses mots. Et petit à petit, un sentiment de plus en plus grand de frustration et de complète incompréhension mêlée à une colère sourde naissait en moi. J'avais placé mes espoirs dans ce village, leur avait accordé ma confiance et, au vu de leur passé, je m'étais attendu à tout sauf à ce à quoi j'étais en train d'assister. Après la colère et la frustration, c'était la déception qui venait s'écouler dans mes veines. Yanosa continuait de tenter d'acculer le Dieu, mais ce dernier explosa sans mal la sphère géante qu'était devenue Yanosa avec ses queues. Mais tout semblait indiquer que son calvaire n'était pas fini. Heureusement, pendant ce temps Tsuyoshi avait protégé le groupe des débris de l'explosion de la première sphère de Yanosa. Il ne se préoccupait plus tant des mots de la jeune hyûga qui semblait bouleversée par les évènements. Kisuke quant à lui était parti vers le groupe de l'Est, avec un ton qui s'avérait presque moralisateur, ce qui était incompréhensible dans cette situation. Il n'y avait que six nouveaux samouraïs sur le terrain, la priorité était bien évidemment de sceller Yonbi, et non pas de le tuer, ordre de la Tsuchikage. Au vu du nombre d'inconnus, et de la puissance de nos forces, il était aisé de faire un calcul rapide : ces dernières avaient largement les capacités de tenir encore quelques instants avant notre arrivée pour les aider. Ce pseudo-chantage dont ils semblaient faire preuve n'avait que peu de sens à mes yeux.

Mais alors que Taishi semblait parti pour arrêter le Clairvoyant, il sembla soudainement changer d'avis, et son appel à Yanosa résonna comme une demande de collaboration. L'Eclair Vert était dans le groupe d'Aimi, et si ce dernier avait subitement changé d'avis, je supposais que le plan avait changé entre temps et que la mort de Yonbi était maintenant inévitable. Si j'avais encore les moyens d'arrêter ou d'endiguer cette attaque, ce ne serait pas possible sans attaquer des Iwajins. Et si ceux-ci avaient décidé de se conduire de manière égoïste et de jeter le reste du monde aux enfers et leurs soit-disant morale avec, cela n'allait pas être mon cas. Mes clones et moi nous positionnâmes autour de Noroi pour continuer sa protection, mais je finis quand même par adresser ces quelques mots, autant à l'attention de Noroi que de cette Rin qui semblait capter mes mots alors même que le son de ces dernières ne pouvait lui parvenir.

-Vous prenez la décision de tuer Yonbi pour soit-disant sauver des milliers de vie, mais vous ne semblez préoccupé que par la survie des vôtres, des Iwajins et Tsuchijins. En le tuant alors que ce n'est plus nécessaire, vous risquez de condamner de nombreuses autres âmes. En allant contre les directives de votre Tsuchikage. Pour un Clairvoyant et des Hyûgas à la vue d'ordinaire si perçante, je trouve vos visions entachées par l'arrogance...Mais je continuerai à faire mon devoir, et je te protégerai Noroi pour que tu sortes de cet enfer en un seul morceau. Ensuite j'irai dans l'un des autres groupes qui aura besoin d'aide.

Ensuite, peut-être m'en irais-je d'Iwa. Je croyais que cette cité imprenable, ce village puissant et fort avait le potentiel pour être un rempart pour le monde contre les souffrances et les ignominies qui le guettaient. Mais plus les évènements avançaient, et au vu du spectacle auquel j'assistais, je me demandais de plus en plus si je ne m'étais pas fourvoyé. Si ma place était réellement dans ce village...Quelles seraient les conséquences de tout ce qui allait se dérouler ? Comment la nouvelle Tsuchikage allait-elle gérer tout ce...chaos ? Elle qui m'avait fait si forte impression, allait-elle continuer, ou allait-elle sceller mon départ de ce village en qui j'avais placé visiblement trop d'espoirs ? Avant de penser à tout cela, il fallait qu'on se sorte de tout ce bourbier dans un premier temps. Me tenant prêt à faire face à toute éventualité, je patientai pour le reste des évènements à venir.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Rin
Hyûga Rin

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Jeu 12 Jan 2023 - 16:56
Son regard porté sur le monde extérieur, Rin ne pouvait percevoir les éclats des assauts de Yanosa qui volaient dans sa direction. Trop concentré par ce qui se passait à l’extérieur, la Sentinelle agissant pour le compte des Parias, n’avaient ici pas le luxe de percevoir la multitude d’environnement que lui offrait son regard. - car s’il lui était possible de voir sur de longues distances, son attention ne pouvait pas être séparée au point d’en comprendre l’entièreté des tenants et des aboutissants.

Cependant, alors que les éclats de roc gorgé du chakra de Yanosa volaient dans sa direction, son regard lui était porté vers l’extérieur, loin de sa personne. Elle était à la merci des conséquences de la technique de Yanosa. Heureusement pour elle, c’est le preux et sombre chevalier du Yuukan qui vint à sa rescousse, imposant à pierre la formation d’un mur solide.

Le bruit du roc qui s'entrechoquent surprend la Parange qui met fin à sa technique visuelle, mais maintenant le Byakugan qui lui pompait ses réserves de chakra. Glissant sa main dans sa besace, alors que le mur de Muramasa volait en éclat, la Parange s’éloignait pour la première fois du médecin. Offrant à son mouvement un arc de cercle, mais elle n’allait pas très loin. Juste assez pour que son partenaire ne soit pas sous le joug de sa prochaine action.

Alors que Seiki échangeait quelques dires, Rin craquait la petite boule mauve qu’elle tenait et il en résultait un explosion opaque d’une fumée dissimulatrice. Une fumée qui ne nuisait pas à la vision de Rin de par son Dojutsu.

Joignant les mains ensembles, elle invoquait deux clones. Deux jumelles identiques. Deux des trois Rin s’élancèrent alors dans une technique qu’elles lançaient les deux en simultané. Un même jutsu lancé avec synchronisme. Deux vagues de chakra côte à côte pouvant donner l’impression qu’elle était immense. Une seule cible, Yonbi. Ciblant ce qu’elle pouvait, idéalement la nuque de la bête afin de lui broyer la trachée et d’enfoncer un peu plus le shuriken de Daiki. Elle cherchait à ce que sa vague ne passe pas proche d’Iwa, elle n’était pas agressive à leur égard.

02. Unité Ouest - Page 2 Untitled

[Rin] - Vous avez scellé Yonbi dans Teruyo, et corrompu par son pouvoir Yonbi n'en n'a fait qu'une bouchée. Le scellement du singe dans un objet à échoué. Vous avez lancé vos dés et raté votre coup à deux reprises. Deux. Tu dis que nous sommes arrogants, alors que ton regard n’a pas vu. Tu es aveuglé par ton “devoir”. Où était ton devoir quand Yonbi à razé la capitale ? Où était ton devoir, ainsi que celui de tout Iwa, quand ton Daimyo était à risque de mourir ? Vous étiez au chaud confortablement dans votre cité à laisser les villages périr et la capitale être rasée. C'est nous qui avons passé des semaines à prévenir les villages en traquant les mouvements de Yonbi. C'est nous qui avons arrêté le dieu singe quelques jours pour vous donner le temps d'arriver à la Capitale, mais vous n'êtes pas venu. C'est nous qui avons sauvé le Daimyo de la terre. Et tu ose dire que c'est nous qui mettons la vie d'Iwajine en danger ? Votre incompétence et votre incapacité à vous mettre en action est le véritable danger.

Déclarait-elle sous le couvert de son fumigène.

Il était impossible de savoir si Yonbi allait véritablement renaître. Si Ichibi allait véritablement renaître. Ils n’avaient que la parole de vieillard qui n’avait véritablement jamais vraiment été honnête. Iwa avait lancé ses dés et échoué à deux reprises. C’était maintenant le temps des Parias de lancer les leurs.

[Rin] - Regarde ton dieu immortel. Regarde le saigner et mourir.

D’un seul coup, les trois Rin se lancèrent dans une course et se séparèrent les unes des autres. Trois jumelles identiques qui partaient dans trois directions différentes. Une vers le sud, une vers le nord et une vers la fuite. Où était la vraie ?

TLDR:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Jeu 12 Jan 2023 - 19:39
Yonbi
Groupe Ouest

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Le Singe était en train de clamser dans son propre sang, ce qui était de très bonne augure. Tandis que les arcanes interdites les plus sombres et emplies de terreurs se déversaient avec violence sur le champ de bataille, la conclusion finale paraissait inéluctable. Soit il mourrait dans d’atroces souffrances, soit il serait amené dans les ténèbres et lié à jamais dans un hôte joufflu. Du moins, c’est ce que pensait Muramasa, n’étant pas dans la confidence sur l’hôte qui était désigné pour accueillir le démon aux moult et imposantes queues. Il n’était plus nécessaire de maintenir la barrière, car le scellement se terminait donc enfin, assurant la survie de l’humanité. Le Borukan lâchait donc le mudra interdit, fier d’avoir participé une fois de plus à la victoire des justes sur les forces du mal.

Alors que l’explosion gargantuesque balayait le champ de bataille, et que le Yonbi paraissait ne pas vouloir être incarcéré de force, la menace des Samouraï fous planait, tandis qu’un héron chenapan se gaussait du spectacle au loin. C’était ce vil piaf mal-plumé qui venait de faire apparaître les inconnus qui se nimbaient de couleurs chatoyantes et non sans rappeler les éléments les plus haut-en -couleurs. Il s’agissait surement d’un Kuchiyose, mais cela était étrange. Était-il là depuis le commencement ou bien un intrus était tapi dans les ombres et avait orchestré toute cette mascarade ? Cela était flou…

C’était la débandade, tout partait en vrille de manière frénétique. Alors que les alliés de la Roche se querellaient à travers le prisme d’une nation en proie aux manichéismes et complots existant depuis la nuit des temps, une troupe d’adorateurs du Bushido commençait à attaquer en traître afin de profiter de l’onigiri de la discorde, alors que le monstre du volcan se débattait pour de tenter de survivre afin de continuer à semer la mort et la destruction.

Alors que pléthores de débris menaçaient, le divinissime parangon de la justice érigeait une fois de plus un délicieux mur d'obsidienne afin de protéger la Pupille Pâle, ainsi que lui-même.

Apparemment, la faction de Tetsu no Kuni avait délaissé le point cardinal de l’Ouest, ce qui était une grave erreur que nul moine n’aurait fait. Ce satané oiseau qui se pavanait du haut de son perchoir était une menace à n’en point douter, surtout s’il pouvait faire apparaître des goguenards aux lames acérées et antipathiques. La voix serpentine en son for intérieur lui sifflait de déplumer le Héron, ce qui était sans nul doute dû à son affiliation au pacte légendaire des Dragons sans-ailes.

Tandis que Rin tentait une manœuvre inattendue et que le dialogue semblait difficile avec les alliés qui nourrissaient leurs propres idéologies et envies personnelles, le Borukan se focalisa sur le mystérieux volatile au long-bec. Ce sacripant renard semblait contempler la scène avec délectation, sans réellement faire attention au groupe à l’ouest. Il admirait surtout ce que ses dévots étaient en train de faire, tant et si bien que malgré la distance, l’inconscient paraissait être une cible facile.

Muramasa était un médecin, prônant l’amour et l’amitié, mais il avait plus d’un tour dans sa musette. Les arcanes interdites étaient sombres et emplies de terreurs, et ça le taciturne le savait bien. C’était l’occasion rêvée d’utiliser sa plus puissante et virevoltante attaque à distance qu’il détenait dans son répertoire bien fourni.

Concentrant, après quelques mudras, une quantité faramineuse de chakra au bout d’un de ses doigts, où une petite sphère d’une couleur abyssale se formait, le ténébreux attendit le moment opportun en se dissimulant derrière un pan de mur en ruines qui restait sur le champ de bataille. Apparemment, le Héron fou n’était pas le centre d’attention de ses alliés, à l’instar des Samouraï qui venaient jouer de malice afin d’enquiquiner les Iwajins. Cela était parfait pour tenter de le dégommer par surprise de manière chirurgicale, surtout que plus la distance était grande, plus la sphère serait destructrice grâce à l’énergie cinétique emmagasinée qui constituait le fer de lance de l’arcane en elle-même qui à première vue ne payait pas de mine. 

Pointant le détestable piaf, le médecin lançait discrètement son attaque en sa direction afin d’assurer la suprématie du règne des Serpents sur celui des hérons -petits patapons-.

« Omae wa mou Shindeiru... » -Voix abyssale et marmoréenne-







résumé:

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Ven 13 Jan 2023 - 15:45
Telle une paupière se fermant sur l’oeil de ses perceptions, la roche que l’Oterashi avait généré en quantités pharamineuses avait condamné toute lumière, l’empêchant d’être témoin jusqu’au bout de ce qu’il avait craint depuis le début de cet affrontement aux strates multiples et entrecroisées. Le Yonbi, de large singe rougeoyant en proie au supplice, avait entamé une transformation en amas d’énergie pure, juste après que l’expérience du bunshin du guerrier tellurien ne lui soit revenue. Une explosion. Le scellement. Le paria iwajin avait douté un instant de la portée de ce qu’il avait entrevu, mais le fait même qu’il ne parvenait pas à en dégager une quelconque certitude trahissait en partie l’objectif de ces techniques d’ampleur légendaire. Car si réellement l’Eclair Vert avait voulu l’assister dans son entreprise, sans aucun doute le Quatre Queues aurait déjà pu succomber.

* Taishi… *

Enfermé dans sa secodne nouvelle lune, piégé dans une chute inexorable qui allait sans doute terminer sa course dans les tréfonds de la Terre, Yanosa considéra les conséquences de son nouvel échec, de voir un nouveau réceptacle humain comme inerte apparaître. D’encaisser toute la rancoeur, née ou à naître de la part de ceux qui avaient été ses frères d’armes. Encore une fois, le trépas du Yonbi s’éludait à lui, comme une chimère fantomatique cette fois mise sous clef par les siens. Ses plaies chaudes aux nerfs embrasés, telle une ultime insulte, firent remonter leur morsure jusqu’à ses tempes, et le Chûnin en disgrâce mûrit alors son prochain mouvement. Disparaître, se regrouper, guérir. Une suite rationnelle qu’il lui était douloureux d’envisager, après être passé si près du but. Une réflexion, toutefois, qui connut une fin abrupte lorsqu’un choc inouï, bien plus puissant qu’une simple collision, ébranla le météore dans lequel il se trouvait… et le disloqua corps et bien, envoyant son créateur une centaine de mètres plus haut au milieu d’innombrables débris qui allèrent briser plusieurs pans de son armure. Une projection anarchique qui lui resta un moment incompréhensible, jusqu’à ce que ses yeux puissent se porter sur sa cause.

Là, sur le plancher dévasté du cirque, gisait en effet Yonbi, à bout de forces. Mourant. L’Oterashi vit dans cette scène la providence, la troisième chance dont il avait désespérément besoin pour en finir définitivement avec ce combat. Peu lui important en cet instant précis de savoir pourquoi ou comment Hachiman avait pu réchapper du scellement, même si les ramifications d’un tel événement pouvaient s’avérer tragiques. Chaque parcelle de son corps le faisaient souffrir, son énergie s’étiolait chaque instant un peu plus, mais impossible pour lui de ne pas rassembler encore les forces dont il avait besoin pour en finir avec la bête. Ce guerrier des temps anciens qui, meurtri mortellement, était parvenu à le repousser une fois de plus, à lutter contre toute la puissance débridée de son ninjutsu tout en voyant son essence même malmenée en tout sens. Une nouvelle chute libre débuta alors pour le Tellurique, plus décisive que jamais, son esprit immergé dans un tumulte vindicatif incessant. Plus que jamais, le paria d’Iwa aurait voulu pouvoir trouver une raison d’épargner la créature vaincue, d’accorder une grâce insensée à cet adversaire hors du commun dont la nature les dépassait toujours, en dépit de son état actuel. Jamais, songea-t-il avec une étrange amertume, il ne pourrait trouver son pareil à l’avenir, et ce fut en cet instant, entre Ciel et Terre au milieu de sa chute, que l’Oterashi réalisa qu’il fallait que l’Ordre d’Hayashi ait raison. Que Yonbi, entre tous ses congénères, puisse un jour revenir à la vie pour qu'il soit en mesure de l’affronter à nouveau. Pour le connaître, à nouveau, au coeur du creuset primordial du combat.

Les traits ravagés et sur le déclin du grand Singe se rapprochaient rapidement. Le chakra du soldat de la Roche s’activait, l’inéluctable approchait. A ce moment toutefois, dans la périphérie de l’Assimilateur blessé, jaillit une vision chargée d’ambivalence : un volatile rondouillard blanc aux accents rouges qu’il connaissait bien, et qui provoqua chez lui le changement intégral et instinctif de son corps en pierre. Taishi. Son nom, ses mots, résonnèrent dans son esprit alors que l’explosif mortel terminait de se rapprocher de lui. S’en méfier… le devait-il vraiment ? Était-ce l’Hayai qui l’avait meurtri plus tôt via son Hikariton solide et invisible ? Est-ce que protéger Yonbi pour pouvoir le sceller, aux yeux de l’ancien déserteur, importait davantage que la vie même de son frère d’armes ? L’Oterashi n’eut pas le temps ou les ressources pour trouver les réponses que le dindon d’argile, déjà, venait se coller à lui sans l’ombre d’une détonation. Le paria d’Iwa sut alors ce qu’attendait de lui l’Eclair Vert, sans pour autant parvenir à comprendre pourquoi. Avait-ce à voir avec le scellement interrompu ? Avec ces silhouettes qu’il apercevait à présent pour la première fois de tout côté en train d’échanger des coups avec les troupes de Tsuchi ? Le doute, plus que jamais, n’était cependant pas permis : Yonbi envahissait à présent tout son horizon, ses pupilles cerclés d’orange injectées de sang, son corps ravagé par les assauts.

Se remémorant leurs entraînements, Yanosa inséra alors dans son corps d’élémentaire l’explosif hautement létal de l’Hayai en le logeant dans ses entrailles de roche, l’entourant de shrapnel à la densité incroyable capable de percer les plus robustes protections. Et le visage de son adversaire, alors, lui sembla plus proche que jamais auparavant, irradiant tout à la fois de bestialité et d’un ersatz d’humanité déconcertant. La main du guerrier tellurique se tendit à cet instant, poing fermé en direction du regard transi de la bête.

« Tu ne contrôleras pas nos vies !!… YONBI !!! »


Résumé
Santé : entailles multiples et saignements, fatigue intense, assimilé
Chakra : 3S 7A 5B + 1/2S (Combinée)

Résumé :
- Le second météore est frappé par les queues de Yonbi, ce qui le projette en l'air en le disloquant sur le coup.
- L'armure de Yanosa est brisée intégralement par les projections de débris et il se trouve à nouveau projeté loin en l'air.
- Pendant sa nouvelle chute vers le visage de Yonbi, Yanosa voit arriver le C5-X de Taishi et s'assimile (B) pour anticiper une explosion.
- Constatant l'absence de détonation, il complète alors la techniques combinée (S) pendant sa chute.
- Arrivant au contact de l'oeil de Yonbi, il hurle à son encontre en tentant de le toucher du poing une ultime fois, l'exécution du C5-X ne dépendant plus de lui à ce moment.








_________________
02. Unité Ouest - Page 2 Yano_b10

Theme Music02. Unité Ouest - Page 2 Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Dieu Singe
Dieu Singe

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Sam 21 Jan 2023 - 23:13
Acculé par les hommes, gisant à terre et pourtant prompt à un dernier sursaut d’honneur, Yonbi toisa la menace venue du ciel comme on regarde le fantôme qui nous hante. Aussi nombreuses étaient les fois où il avait fracassé cette créature, aussi nombreuses furent celles où elle revint lui disputer sa couronne, car il reconnût sous les traits de ce spécimen ceux de celui qu’il avait avalé, ceux de celui qu’il avait brisé d’une frappe, ceux de celui qui s’était terré dans la comète qui s’était écrasée sur lui ; et ni ses poings, ni sa gueule ni ses queues n’avaient pu le débarrasser de ce problème.
Que dire de ces hyènes qui venaient en nombre se délecter du spectacle de sa déchéance pour accompagner son forfait, et de celles qui cherchaient perpétuellement à absorber sa force en profitant de ce qu’il était contraint par d’autres de répondre aux affres de la bataille. Rien ne pouvait rattraper l’humanité. Rien ne pouvait pardonner au genre humain.

Lors, blessé, agonisant, il se redressa, encore, majestueux, héroïque, stupéfiant, pour décerner au ciel une dernière clameur par laquelle il achèverait le sort de ces misérables. Lors, vous le vîtes bander ses muscles et dresser son immense gueule vers le ciel orageux, et tout autour de lui se mît à léviter : des résidus de magma, les cendres de sa destruction, le chakra qui émanait de son corps, les roches brisées, les gouttes laissées par la fonte du givre, l’air tourbillonnant encore échauffé par la simple suggestion de son pouvoir, l’électricité qui planait dans les nuages et le feu qui dansait à l’intérieur de lui. Tout se rassembla autour de lui et devant ses crocs pareils à des stalactites, et sous sa couronne d’ivoire se mît à tourner une masse sombre et ténébreuse, dont la nébuleuse puissance promettait d’être plus grave que tout ce qu’il avait pu vous infliger jusque-là.

La sensation fut extraordinaire, car ce fut comme si le scellement se retournait contre vous et que le chakra que vous usiez pour vos sortilèges retournait à sa source d’origine. Pour les guerriers aux yeux pâles du clan Hyûga, ce fut plus qu’une impression : le chakra quittait vos corps pour aller à Yonbi, ou plus précisément pour nourrir cette sphère cabalistique avalant toute l’énergie autour d’elle et grossissant à vue d’œil, augure d’un avenir sombre et empli de terreurs. A l’évidence vous n’étiez pas les seuls à posséder des arcanes secrets capables d’aspirer toute l’énergie d’une créature, et soudain ce que vous possédiez ne vous appartînt plus : le Dieu Singe récupérait son chakra et vous dépossédant de son offrande.

Une paume de hakke vint troubler la manœuvre. Puis une seconde le fit chanceler. Derechef un kunai transperça son cuir, puis ses tissus musculaires jusqu’à perforer son cœur pour le traverser d’un bout à l’autre d’un ventricule, avant de ressortir dans son dos et de s’évanouir dans ce maëlstrom d’énergie. Le monstre vacilla, et quand ses yeux retrouvèrent l’infâme silhouette de Yanosa et de ce qu’il tenait en main, il comprît.

D’abord son corps commença à disparaître, parce que le scellement fonctionnait toujours. Mais s’il s’érodait progressivement, il n’en laissait pas moins trace de son passage à travers cette bombe promise susceptible de ruiner cet endroit. Mais alors à sa plus grande surprise il réapparut, à l’issue d’un très court déplacement, car les forces qui tenaient de le prendre allaient dans ses itinéraires incompatibles. Lors il retrouva sa vigueur, revint à sa chair et reprît sa démentielle promesse.

Yanosa disparût à l’intérieur du Bijuudama et tout disparût dans un flash.

Vous entendîtes le grondement d’une effroyable détonation, si puissante qu’elle vous troubla une seconde et menaça de vous briser les tympans. Des ondes de chaleurs se déversèrent sur tous les fronts, le vent se dilapida en rafales puissantes, l’atmosphère se chargea de cendre et de feu, des gravats piquetèrent vos armures et vos corps.

Au moment où vous pûtes ouvrir vos paupières pour découvrir ce qu’il était advenu de cette dernière rencontre, vous eûtes la surprise de voir que le Dieu Singe n’était plus.

Ainsi mourût Yonbi.

Résumé:

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Les Renégats
Les Renégats

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Dim 22 Jan 2023 - 12:25
La mort de Yonbi bouscula les choses. Aussitôt le flash disparu, la terre trembla autour du Cirque de la Veuve Blanche, et le même monument qui toisait ce paysage s’ébranla et son cœur se fissura. Des fissures lézardèrent tout son épiderme minéral et quelques neiges, parmi les rares qui résistèrent à la flamboyance du Dieu Singe, s’infiltrèrent dans ses crevasses.
Comme vous, le Patriarche et les Renégats avaient pu sentir leur chakra être aspiré par la bombe ténébreuse incantée par la créature sacrée. Comme vous, ils constatèrent d’un air médusé qu’au lieu de le sceller, vous mîtes fin à son calvaire avec une ultime attaque concentrant toute la férocité iwajin.

Alors, sous l’œil consterné du grand patron des hérons, le conflit passa à une autre dimension. Si ébranlés que vous fûtes, il restait des ennemis et à la façon dont ces derniers se présentèrent, vous sûtes que la victoire pouvait encore vous échapper ; si tenté que la mort de Yonbi ne constitue pas un échec flagrant selon vos intentions, et selon ce que l’avenir vous dirait dans la sombre guerre vous opposant au Chapelier.

Mais alors qu’une accalmie toute relative envahissait la zone, les samouraïs se concertèrent sans avoir à communiquer. De simples regards entre eux, un consensus admis, une tactique déjà récitée : en infériorité numérique et sans le poids du Dieu Singe dans la balance, ils se savaient en désavantage.

Le chef du pacte des Hérons balaya l’attaque foudroyante du vil Muramusa, récitant sa parade du cru-aile imprégnée des forces de l’azur, supérieures à celles du tonnerre. Ce faisant, il observa ces gens de l’Ouest avec un air désabusé, presque déçu. Les humains avaient sans doute oublié que les oiseaux étaient les maîtres des cieux, et qu’à ce titre ils ne craignaient ni l’orage, ni la foudre.

Et puis il s’en alla, laissant les Renégats à leur sort, car ainsi se présentaient les Patriarches : s’ils acceptaient de convoquer leurs élus, ils refusaient de mélanger leur sort à celui de l’Humanité. Lors, ils ne pouvaient être acteurs ni du déclin, ni du salut de leurs alliés, et se détachant des méandres du destin, ils conservaient une posture apolitique qui justifiait sans doute leur érudition et la rareté de leur implication au sein des enjeux du Yuukan.


Unité Ouest


La tentative de Muramasa à l'adresse du Patriarche échoue, à la faveur d'une manœuvre défensive de ce dernier qui profite de l'avantage des airs contre la foudre. Dès lors, vous êtes secoués par les radiations d'énergie qui suivent le trépas du Dieu Singe, et votre front accuse les reliquats de cendre, de particules magmatiques, de chaleur, de pluie, d'électricité ambiante que les vents vous jettent en pleine face. A la fin de cette débâcle, vous assistez à une scène singulière : les Renégats fuient, et vous pouvez les poursuivre.

Quant à Yanosa, ayant traversé le globe sombre et ténébreux de la bombe préparée par Yonbi, puis explosé avec une technique extraordinaire conjuguant ses forces avec celles de Taishi au paroxysme de leurs puissances respectives, le calvaire débute : en ayant été mélangé au chakra et à toutes les matières résiduelles aspirées par le Dieu Singe, le Tellurique sous forme assimilée se retrouve en piètre état.

Triomphant de Yonbi, certes. Mais à quel prix ?

Suite au décès de Yonbi, ce post marque la première fin possible pour la Calamité.

Important:
Revenir en haut Aller en bas
Noroi
Noroi

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Dim 22 Jan 2023 - 15:35



Yonbi: Groupe de l'Ouest


ft. Tsuyoshi & Seiki




Noroi n’avait que faire de l’avis de ses confrères de la roche et, même si l’avis de Tsuyoshi occupait une certaine importance pour la jeune femme, rien ne pouvait justifier que ceux qui venait de risquer leur vie pour sauver non seulement celle de leur comparse shinobi, mais aussi celle de tous ses villageois, soit traités comme ils l’étaient actuellement, qualifiés de parias et considérés comme une menace pour la nation. Comment pouvait-on être à la fois une menace et un sauveur ? Comment pouvait-on être détesté pour avoir réussi l’impossible en tuant un dieu à main nue ?


Noroi n’avait pas toutes les informations, mais le peu qu’elle possédait lui suffisait pour être certaine que Rin n’avait pas menti lorsqu’elle avait déclaré que ceux que son Taisho qualifiait de parias s’étaient démenés corps et âme depuis de nombreux jours afin de sauver le plus possible de pauvres citoyens de la roche qui, autrement, n’auraient eu aucune chance de s’en sortir face à la fureur du dieu singe. Pourtant, voilà que la Hyûga venait de mentionner une personne qui avait éveillée un souvenir chez l’Hermite, une pensée qu’elle avait intercepté quelques jours plus tôt dans l’esprit de cette même personne qui osait désormais accuser ses comparses de traitrise envers la nation alors qu’il désirait voir cette personne qui, selon les dires de Rin, semblait justement occuper une place d’importance dans cette hiérarchie qu’elle ne comprenait pas.


Toutefois, avant qu’elle ne soit en mesure de la questionner sur le rôle qu’occupait ce daimyo, la dame aux yeux sans pupille disparue à l’intérieur d’un fumigène et quelques instants plus tard en ressortit en compagnie de trois jumelles avant de s’élancer dans autant de directions différentes. Incapable de résister à l’appel de la curiosité qui grondait en elle, la genin dont la tâche de scellement venait de prendre fin, ne put s’empêcher de se relever, affichant un air brave qu’elle ne se connaissait pas tandis qu’elle se retournait vers celui qui avait réussi à la garder en vie grâce à sa maîtrise des éléments.


Merci de m’avoir protégé le temps du scellement… Désolé que celui-ci n’est pas fonctionné… Toutefois, l’on ne peut les laisser s’échapper ainsi... Je me charge de Rin… Elle semble aussi fatiguée que je le suis et je ne pense pas qu’elle prendrait l’initiative de m’attaquer ou plutôt… Je ne crois pas qu’elle attenterait volontairement à ma vie… Dans tous les cas, nous avons besoin de réponses… Je tâcherai de revenir vivante, ne vous en faites pas Seiki… Ne les laisser pas s’échapper.

Le visage de la genin affichait une résolution certaine tandis qu’elle cherchait à camoufler tant bien que mal la fatigue qui l’accablait. Pourtant, sans attendre la réponse de son confrère du sazori, la jeune femme s’élança en direction de la Rin qui semblait s’éloigner de la calamité, balançant la main dans sa direction tandis qu’elle contournait celui qui venait de propulser un projectile en direction d’un oiseau à longues pattes.


Attend Rin !

Puis, plus bas, alors qu’elle passait finalement auprès de l’homme dont la musculature exubérante avait eu raison de son habillement, la jeune Hermite ne put retenir plus longtemps la question qui lui brûlait les lèvres, la laissant s’échapper dans un murmure qui ne pourrait être audible que dans un faible rayon autour de la jeune femme.


Mais qui est ce Daimyo et pourquoi Tsuyoshi souhaite-t-il sa mort…

Et sur ce simple murmure, la jeune Genin continua sa course en direction de la Hyûga, qui ne tarderait probablement pas à la distancer, mais elle avait bon espoir que cette dernière lui ferait face à un moment ou un autre, soit pour l’agresser et, ainsi, confirmer les dires du Taisho du Sazori en lien avec la traitrise du quatuor, ou bien pour dialoguer et, ainsi, Noroi pourrait enfin faire la lumière sur cette situation qui n’avait rien de clair pour elle. Dans tous les cas, son destin n’était désormais plus tout à fait entre ses mains…



Résumé
État de santé: La fatigue commence à se faire sentir.
État de chakra: 1D, 2C, 1B(+1), 4A

Détails:

Noroi n'a plus besoin de maintenir la technique de scellement et elle prend la décision de pourchasser Rin.



Technique(s) utilisée(s): N/A


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12796-80-la-malediction-du-clan-daiko https://www.ascentofshinobi.com/t13343-dossier-shinobi-noroi#118049 https://www.ascentofshinobi.com/u1521
Shizen Seiki
Shizen Seiki

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Lun 23 Jan 2023 - 21:02




Calamité : Unité Ouest, La fin...?



Alors que les évènements s'enchaînaient de manière bien trop chaotique à mes yeux, les paroles de Rin parvinrent à mes oreilles. Des paroles qui semblaient aussi déplacées que la visible ignorance de la Hyûga quant à mon statut. D'un autre côté, elle ne devait être qu'une kunocihi au grade de genin, comme Noroi, et cela ne m'étonnait pas que ces deux-là n'en savaient pas des masses sur ma situation. Et pourtant, cela me désola d'avantage encore d'entendre ces paroles. Alors qu'elle nous critiquait ouvertement, faisant penser que nous n'étions pas de vrais Iwajins car nous n'allions pas porter secours aux autres groupes, elle et Muramasa, ainsi que Yanosa étaient encore là à essayer de s'assurer du trépas du Dieu. Encore une fois ne voyant là que leur propre rage, leur propre mécontentement, et leur vision des choses qui semblaient de loin s'assimiler d'avantage à un fanatisme de penser. Pensant avec férocité qu'eux seuls pouvaient avoir raison, défiant toute autre personne du contraire, et mettant en avant des arguments pour leurs actions qu'ils jugeaient tempérées malgré les limites qu'ils avaient par bien des moments explosées. Pourquoi n'étions-nous pas venu sauver le Daimyo et les villes sur lesquelles le Dieu Singe avait déversé sa colère magmatique ? Peut-être parce que nous n'étions pas au courant à temps...Mais la vraie question était en réalité : pourquoi eux l'étaient-ils ? Mais cette question avait des réponses déjà toutes trouvées. Et ils semblaient penser que leurs quelques bonnes actions faisaient d'eux des Iwajins que personne ne pouvaient juger...

"Mais alors pourquoi fuis-tu, Hyûga Rin...?" pensai-je.

Mes paupières s'abaissèrent une nouvelle fois, à la fois de déception et de tristesse, remettant en question par la présente mes choix passés. Peut-être aurais-je pu faire plus pour défendre ce Dieu...? Pas sans courir le risque de m'attaquer à ceux qui étaient encore, par certains, considérés comme des Iwajins. Je n'avais pas le temps de penser à tout cela. Que ce soit l'explosion orchestrée par Taishi et Yanosa pour mettre fin à la vie de Yonbi, l'énorme boule de chakra condensée qui semblait avaler leur technique combinée en aspirant par la même occasion notre propre chakra, les paumes du Hakke de Rin, sa fuite ou encore la mort du Dieu Singe...Cela était bien assez pour constituer autant de motifs d'inquiétudes pour l'avenir que de raisons de rester concentré sur ce qui se passait au présent. Les excuses de Noroi quant au scellement attirèrent mon attention dans tout ce capharnaüm, juste après le puissant souffle de l'explosion et l'éparpillement du chakra incandescent de Yonbi. Que voulait-elle dire par "Désolé que le scellement ait échoué"...? Etait-elle (au moins en partie) responsable de cet échec, et du revirement de situation qui avait eu raison de Yonbi ? Tous les efforts que j'avais fourni, que nous avions tous fourni, pour garder en vie les troupes et sceller le Singe avaient donc été anéanties ainsi...? Je n'eus pas le temps de lui dire quoi que ce soit, qu'elle était déjà partie à la poursuite de Rin, passant aux côtés du Borukan par la même occasion. Toutefois, je n'étais pas Iwajin. Et ma mission, la raison pour laquelle j'étais venue prêter main forte était dans l'optique d'aider Iwa et la Coalition par la même occasion face à un Dieu...peut-être même caresser du doigts l'objectif de le comprendre et qui sait...de le rallier à notre cause. Ma mission n'était nullement celle de baby-sitter des Iwajins en disgrâce.

Toutefois, s'il y avait bien une chose que je pouvais faire c'était m'assurer que Noroi ne soit pas arrêté par Muramasa et que Yanosa allait bien, et s'en sortirait. D'un autre côté, ceux qui semblaient avoir envahi le champ de bataille un instant plus tôt semblaient tous partir maintenant, prenant leur jambe à leur cou après la mort de Yonbi. Ces derniers voulaient le Dieu...mais pour quelle raisons ? Est-ce que certains d'entre nous allaient les poursuivre pour découvrir la vérité ? Nous, de notre côté, nous avions d'autres problèmes à gérer, et potentiellement d'autres personnes à sauver. Donnant un ordre succint à mes clones, l'un d'eux fonça vers Yanosa pour s'enquérir de son état de santé tandis que pour ma part, toujours recouvert de mon manteau raiton visant à réduire mon temps de réaction, je haussai la voix à l'attention de celui que je ne connaissais que de nom.

-Borukan Muramasa, je présume ? Je m'appelle Shizen Seiki, et je suis venu avec Iwa. Maintenant que toute cette folie est finie...que comptes tu faire ?

Une question simple mais pleine de sens à cet homme qui jusqu'à présent n'avait pas beaucoup parlé, et avait feint d'ignorer les paroles de Tsuyoshi. Mais maintenant qu'il était là, comptait-il rester pour s'expliquer avec la Tsuchikage à propos des ordres qu'il avait sciemment ignoré ? Ou comptait-il lui aussi partir comme Rin ? Avais-je seulement la force ou l'envie de le suivre si jamais il décidait de prendre la poudre d'escampette ? Si on aurait pu croire que la mort de Yonbi venait sceller et terminer ce chaos, ce n'était pas encore tout à fait vrai. J'eus une pensée vers l'unité Sud, espérant que la Tsuchikage ne tarderait pas à venir vers nous pour prendre les choses en main. J'étais bien trop fatigué pour cela.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Rin
Hyûga Rin

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Lun 23 Jan 2023 - 21:50
Tandis que le regard de la Parange continuait de suivre ce qui se passait derrière elle, les trois Rin poursuivaient leurs courses. Vidé de son chakra, Rin décida de ne pas maintenir davantage cet avantage visuel qu'avaient les membres de son clan, préférant garder ses forces pour cette fuite qu’elle avait entamé, car tel que deviné par Noroi, la véritable Rin était celle qui courrait vers l’Ouest. Sans doute se serait joint aux autres dans cet assaut face aux samouraïs, mais sa triste réserve de chakra l’en empêchait. Elle devait au contraire profiter de cette distraction en or pour laisser derrière elle ce village qui l’avait accueilli alors qu’elle n’avait qu’un an… Pour l’instant.

Puis, d’un seul coup, elle posait l’espace d’un instant un genou au sol, sa réserve était pratiquement vide. Il lui en restait assez pour ne pas sombrer dans l’inconscience, mais il ne fallait pas qu’elle soit rattrapée par qui que ce soit, même pas Noroi, car la moindre utilisation de chakra pourrait la porter dans les abyss de l’âme. Ses clones avaient depuis longtemps disparu, leur chakra affecté par l'absorption de la bijuu bombe. Il ne restait que la véritable Rin qui fuyait pour sa vie, pour sa liberté, pour les futurs projets qu’elle avait.

Pas à pas, elle foulait le sol aussi vite qu’elle le pouvait. Aussi longtemps qu’elle le pourrait. Ses yeux ne pouvaient plus voir, son corps ne pouvait plus fournir la moindre technique. Elle était là merci du premier problème venu et pour l’heure, il portait le nom de Noroi. Elle n’avait pas le luxe de reprendre sa respiration. Elle n’avait pas la possibilité de poser ses fesses contre le sol et de tousser les cendres qui s’étaient accumulées dans sa trachée.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Mar 24 Jan 2023 - 11:18
Yonbi
Groupe Ouest

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Malgré l’arcane secrète du vaillant médecin des Ombres, le piaf au bec outrageusement long réussit avec malice à réchapper au trépas qui l’attendait. Décidément, il s’agissait d’un jour bien funeste pour les défenseurs de l’amour et de l’amitié. Cela n’était pas vraiment grave en soit, bien que cela aurait marqué d’une pierre blanche un grand succès pour ceux qui sifflent leurs venin à l’orée du crépuscule de la nuit des temps.

Alors que Muramasa tentait une manœuvre qui échouait tristement, le Démon aux moult queues redoublait de vice, tentant une attaque pour le moins spectaculaire. Ce vil sacripant aspirait comme par une sibylline technique interdite tout le chakra environnant. Le Taciturne se sentait comme sucé jusqu’à la moelle de son essence vitale. Punaise, le goguenard avait plus d’un tour dans sa musette, pour sûr !

Heureusement, les techniques ancestrales qui le taraudaient et le martelaient avec impétuosité réussirent à l'empêcher d’envoyer la sauce et de réduire le Yuukan en ruines. Le pire était que le scellement avait encore une fois échoué pour des raisons mystérieuses aux yeux de l’érudit, néanmoins, une explosion cataclysmique mit un terme final au baroud d’honneur du primate décérébré. Yanosa venait de se faire explosé en poussière d’étoiles, afin de sauver le Pays de la Terre de la destruction. C’était un acte courageux, qui méritait une certaine admiration. Seul un paria défenseur de la veuve et de l’orphelin était capable d’un tel sacrifice.

Tandis que le chaos continuait d’étendre ses griffes, la Pupille Pale semblait prendre la poudre d’escampette, ce qui surpris un peu le parangon. Pourquoi une amie de la justice essayait de s’enfuir ? Mystère. Une étrange Kunoichi que le Muramasa ne connaissait pas se mit à la poursuivre, comme dans un de ces fabuleux récits dignes des Katons de la Roche, ce qui laissait le médecin interloqué, surtout lorsque la demoiselle proféra des paroles pour le moins étranges. Il devait s’agir d’une histoire d’un amour interdit entre les deux Kunoichi, cela ne faisait que peu de doute sur la nature de la relation qui les unissaient. L’amour menant toujours et indubitablement à la haine, comme le disait le vieux sage qui s’était retiré de la civilisation en se nimbant dans l’oronymie de la roche. Cela expliquait pourquoi Rin s’enfuyait à toute jambes, il s’agissait d’une affaire pour le moins scandaleuse et empli de terreurs.

Cependant, Tsuyoshi semblait vouloir tuer un Daimyo. Du moins, selon les dires de la jeune femme. Cela méritait d’être éclairci, mais ce n’était pas la priorité actuellement. Les Samouraï étaient en débâcle, amenant une victoire écrasante du bras armé de la justice, une fois de plus…

Un étranger à la chevelure rappelant la tante machiavélique vint s’adresser au Borukan, ce qui était assez surprenant était qu’il semblait connaitre la réputation du Serpent Iwajin.

« Hajimemashite. Ce que je compte faire ? Cela n’a pas vraiment d’importance, je suis avant tout le médecin personnel de sa majesté, donc je dois la retrouver et m’assurer qu’elle va bien. Mais pour le moment, étant médecin, je dois aller voir les blessés et m'assurer de dispenser des soins à nos alliés. » -dit-il, sortant un encensoir divin et l’allumant avec assurance-

Le Borukan chargea en direction des restes encore fumant de l’explosion, cherchant le pauvre bougre qui venait d’imploser dans d’atroces souffrances. Avec un peu de chance, il retrouverait peut être les membres éparpillés de celui-ci et pourrait peut être les inhumer afin de lui rendre hommage.

« Yanosa-san ? Êtes-vous vivant ? » -cherchant alentour-






résumé:

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :


Dernière édition par Borukan Muramasa le Ven 27 Jan 2023 - 13:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

02. Unité Ouest - Page 2 Empty
Mar 24 Jan 2023 - 20:28

Dans un rugissement apocalyptique qui sembla mettre la Terre au supplice, le grand Singe aux poils carmin avait bravé une ultime fois les afflictions qui avaient condamné son corps titanesque à la ruine. Avec lui, c’était toute la surface du Cirque qui avait semblé se lever, se dresser contre l’affront de la mort promise qui s’était envolée vers lui. Trop soucieux de contrôler sa trajectoire, d’assurer la délivrance parfaite de la charge létale qui trépignait au coeur de ses entrailles telluriennes, l’Oterashi ne put remarquer tout autour de lui l’expression de la toute puissance du Hachiman, qui semblait déchirer le tissu même de la réalité en pourfendant l’atmosphère toute entière. Yanosa vit l’énergie se concentrer dans un vortex funeste entre les crocs gargantuesques de la bête, entrevoyant là l’ultime confrontation de leur puissance et de leur volonté respective. Celle de vaincre. Celle de survivre.

De façon aussi soudaine que fugace, Yonbi se vit soustrait à la vue du guerrier de pierre, envoyant un frisson d’effroi parcourir les nerfs rocheux de ce dernier. Le scellement avait-il repris ? Allait-il… réussir, et voler le fruit de tous ses efforts une fraction d’instant avant qu’il ne puisse le cueillir ? A peine l’Oterashi eut-il le temps de se formuler ces questions que la masse rougeoyante reparaissait, plus proche que jamais. Et avec elle, la manifestation la plus pure et terrifiante d’un pouvoir qui avait de facto tout de divin. L’orbe noir pulsa, draguant vers lui tout à la fois matière et chakra, et l’Oterashi sentit son corps être littéralement absorbé, assimilé par l’agglomérat de chakra pur.

* Taishi !!! *

Sans doute le soldat d’Iwa ne resta-t-il dans les faits pas plus de deux secondes au coeur de la masse d’énergie sombre, mais les tourments que son corps et son esprit durent braver en son sein primordial, eux, lui semblèrent s’étirer le long de plusieurs éternités. Plongé dans des abysses de pouvoirs, le guerrier tellurique eut l’impression de devoir repousser une mort imminente qui sans cesse revenait à la charge, menaçant tout son être d’une annihilation vertigineuse à mesure que le chakra du grand Singe s’infiltrait en lui aussi insidieusement que brutalement. Au terme d’une lutte acharnée contre la disparition de tout ce qu’il était, l’Oterashi vit toutefois arriver la délivrance. Le néant, aveuglant, remplaça l’obscurité des abysses, et ce fut à nouveau ce grand Rien qui tendit les bras au Chûnin en disgrâce, celui-là même qu’il avait déjà côtoyé au terme de l’escarmouche qui l’avait opposée à Tôsen.

C’était comme retrouver une vieille connaissance, familière et étrangère à la fois, et Yanosa se surprit à se laisser bercer par ses courants. Il avait tout donné, tout sacrifié. Tout ce qu’il était en mesure de fournir, au service de sa cause et de son idéal. Il savait, depuis longtemps maintenant, ce qui le guettait dans l’ombre des répercussions des dissolutions extrêmes et répétées de son corps. Quelle menace couvait, dans les recoins obscurs de son coeur devenu d’obsidienne. Mais ce n’était pas grave. Sa vie s’était toujours définie par le combat, l’affrontement, la violence. La finir ainsi, au fond… n’était peut-être pas plus mal. Peut-être pouvait-il maintenant lâcher prise, se reposer dans l’éternité, trouver une retraite sereine et finie dans l’étreinte de cette mort.

* … Asuka… *

Non. La vie avait encore trop à lui offrir, même si il devait lui arracher ses bienfaits par la force. Une autre existence l’attendait, au-delà du brouillard de la guerre, par delà les défis et les affres immuables, une vie qu’il voulait mener jusqu’au bout. Quelques part, dans les méandres dévastés du Cirque, quelques fragments rocheux tressaillirent, se liant entre eux et s’agglomérant pour former une pierre pas plus large qu’un poing. La roche s’anima alors, déployant laborieusement sa matière, se gorgeant de façon exponentielle d’un chakra que la vie se refusait à quitter. Le poing devint buste, qui devint silhouette, affalée contre terre en s’étirant douloureusement et lorsque l’ersatz d’un visage et d’une bouche apparurent, l’on put alors entendre le grincement rauque d’une voix naissante. Un cri de souffrance primaire, qui gagna en intensité et en gravité tandis que la forme du corps de l’Oterashi reparaissait distinctement, à genoux parmi les débris.

Dans un souffle, la complainte arriva à un terme déchirant, et ce fut avec autant de maladresse que d’empressement que Yanosa se tourna alors de tout côté pour scruter l’horizon. Une silhouette familière et bienvenue déjà l’approchait, perchée sur un grand serpent.

« Kisuke... »

Ses pensées tardèrent à s’ordonner, bousculées de tout côté. Un fourmillement d’une rare intensité le parcourant des pieds à la tête, lui renvoyant l’impression tenace d’être continuellement en train d’exploser.

« Yonbi...Yonbi, où est-il… !?  »

Tout son être l’appelait au repos, mais deux choses l’empêchaient encore d’exaucer son souhait, d’accéder à cette supplique physique absolue. : l’incertitude sur ce qu’il était advenu de la bête d’une part, et de l’autre…

« Mon corps… Khhh !  »

A la surface de son enveloppe rocheuse, de nombreux soubresauts se laissaient observer, comme si une ébullition intérieure aux reflets violacés menaçaient de le faire imploser tout entier. Une activité quasi-volcanique que l’Oterashi était incapable d’endiguer… et qui l’empêchait, en dépit de tous ses efforts, de reprendre forme humaine.

« Hnnngh… J- J’y arrive pas. Kisuke, j’ai l’impression que je vais exploser… !!  »

Et le maître reptilien, vraisemblablement, n’était pas le seul à avoir voulu se rapprocher de celui qui, par bien des aspects, venait de se rendre coupable de déicide. Sur son flanc, la silhouette svelte et élancée de l’héritier des moines d’Hayashi se décrocha de l’horizon décharné, talonnée par les contours ombrageux du médecin seigneurial dont l’aide avait été si cruciale. Face à lui au loin, c’était la chevelure carmine de la nouvelle Ombre qui se ruait avec empressement dans sa direction, aussi fougueuse que jamais.

« Il ne faut pas qu’ils s’approchent… Je sais pas… ce qui m’arrive...  »

Un genou à terre, le Tellurique dut se pencher subitement en avant en plaquant ses mains au sol, accablé par la fatigue et par l’agitation frénétique de son chakra. Un morceau de roche qui constituait son corps, alors, tomba mollement au sol, puis un deuxième. Un troisième. Sous ses propres yeux désabusés, Yanosa voyait et sentait son enveloppe se désagréger, incapable de conserver son intégrité en étant ainsi parcourue d’une énergie aussi instable. Une nouvelle épreuve, de nouveaux tourments. Tel était le prix à payer, pour avoir tourné le dos à la mort une fois de plus.


Résumé
Santé : euuuuh (???!)
Chakra : 3S et demie, 7A 8B

Yanosa se reforme, dans une sérénité absolue.
Assimilation maintenue (lol).







_________________
02. Unité Ouest - Page 2 Yano_b10

Theme Music02. Unité Ouest - Page 2 Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

02. Unité Ouest

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 2/04. Unité ouest
» Préparer la conquête de l'ouest
» [Alerte] Le monstre venu de l'ouest
» Un avenir tourné vers l'ouest [King]
» 3/02. Unité Ni

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre :: Calamité : Yonbi
Sauter vers: