Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'adultère

Ryukin
Ryukin

L'adultère Empty
Mer 11 Jan 2023 - 22:22
L'AdultèreLes raisons ne manquent pas, à Ame no Kuni, pour se retrouver avec une prime sur sa tête. Les manigances sont légions, et les assassinats qui en découlent sont souvent aussi routiniers que discrets. Votre donneur d’ordre, un riche négociant influent du nom d’Oozusen Kagami, a toutefois des raisons bien particulières pour exiger la tête de l’infortuné qui serait destiné à devenir votre proie, cette fois. Sa femme, qu’il séquestre depuis les faits, a en effet été surprise dans une situation délicate avec un autre homme, qui a su prendre la fuite et échapper au service de sécurité d’Oozusen, d’ordinaire pourtant très compétent. Le bellâtre dispose donc de talents particuliers à ne pas prendre à la légère, raison pour laquelle l’homme trompé préfère ne pas lésiner avec les moyens.

Rencontrer votre employeur pour obtenir une piste sur l’amant en fuite
(Optionnel) Interrogez la femme d’Oozusen pour obtenir davantage de détails
Traquez l’amant où qu’il se trouve
Rapportez l’amant en vie, pour permettre à votre employeur de faire un exemple



Cette mission est réservée :







L'influence de Sakana évoluait rapidement au sein du pays de la pluie. Après avoir effectué plusieurs missions pour le marché noir, voilà que les contrats venaient directement à l'organisation naissante par des moyens détournés. Alors que Fuyumi et moi-même retournions dans la ville après une rafraîchissante session d'entraînement, un homme d'une trentaine d'années nous arrêtait dans notre direction. Grand, bien bâti, cet humain semblait avoir tout pour lui, d'après les critères des mortels.

« Vous, là ! Vous êtes bien des mercenaires . Pas de doute, vous avez tout pour être des shinobis… J'ai un contrat à vous proposer, moyennant une belle somme. »

En regardant Fuyumi, je me questionnais sur la réaction que je devais avoir face à cet homme. Bien que je n'aie que faire des histoires humaines, je voyais encore Unagi me parler des nombreuses missions que nous devions accepter pour faire connaître l'organisation auprès du Marché Noir et de la capitale. "Plus nous aurons de mission à notre actif, plus Sakana gagnera en crédibilité" citais-je en tête. Et après un dernier croisement entre les pupilles de l'Asura qui m'accompagnait avec son félin, je fis l'effort de répondre à ce moins que rien.

« On t'écoute humain… »

Me regardant d'un œil bizarre, l'humain en question sortait de ses vêtements paraissant fraîchement luxueux, une bourse assez pleine pour satisfaire les plus controversés des désirs charnels de n'importe quel idiot.

« Je veux que vous me récupériez un homme en bas de la rue. Il a souillé ma femme et a pris la fuite quand je suis rentré dans à ma demeure… Un ami m'a informé qu'il se cachait encore dans le coin… Sûrement pour finir son acte… Je l'aurais bien fait moi-même, mais il a fui en utilisant une technique shinobis et doit donc en être un… Je vous donne un quart maintenant et le reste quand vous m'aurez ramené cette crevure… Quand ça sera fait, retrouvez-moi ici, devant chez moi… mes gardes du corps et moi-même se feront un plaisir de lui apprendre ce qu'est la bourgeoisie d'Ame no Kuni. »

Derrière lui, une somptueuse bâtisse prônait dans la ruelle. Décorés de liserés et de moulures, des gardes sortaient à l'instant pour nous rejoindre et sûrement protéger leur employeur.

« Monsieur, votre femme a été mise en sécurité dans ses logements. »

Sur ses mots, au-dessus de nos têtes, une lumière chancelante s'éclaircit à l'un des étages du manoir et alors que je m'apprêtais à revenir à notre affaire, les rideaux cachant une partie de la pièce s'écartaient brusquement. Une jeune femme aux traits fins et raffinés portait sur son visage un air apeuré. Secouant les gonds de la fenêtre violemment, celle-ci disparaissait aussi rapidement qu'elle était apparue tout en frappant une dernière fois sur les vitres qui la séparaient de l'extérieur.

« Dites-nous à quoi ressemble cet humain… »

Abordant un large sourire, celui qui nous donna une partie des ryos que contenait la bourse se lança dans une fresque descriptive.

« Vous ne pouvez pas le louper ! C'est un petit tas de graisse portant une fine moustache. Il ne peut pas faire plus que ça, n'ayant pas assez de virilité pour être un véritable mâle. À moitié dégarni sur le haut du crâne, il a un regard de perver et de dégénérer. Ses parents devaient être des gueux pour avoir procréé un aussi gros tas de porcs. »
0


_________________


Dernière édition par Ryukin le Jeu 12 Jan 2023 - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin
Fuyumi
FuyumiEn ligne

L'adultère Empty
Mer 11 Jan 2023 - 23:13
Nullement étonnée des regards jetés dans sa direction alors qu’elle traversait les avenues de Murashigure en compagnie de Ryukin et Yuu, Fuyumi en avait pris l’habitude. Même lorsqu’un individu visiblement fortuné les accosta en pleine rue, elle se contenta de se retourner un sourire aux lèvres. Depuis qu’elle avait brisé son masque, les regards portés sur elle n’étaient plus voilés par l’illusion de faiblesse qu’il dégageait. La lueur dans ses yeux suffisait à tous pour réaliser son statut. Il était ainsi devenu naturel pour le peuple de venir à elle pour régler leurs soucis. Supplices, promesses de gloire, pièces d’or, les méthodes de persuasion se montraient variées, mais la jeune femme n’y voyait souvent qu’une opportunité saisie pour combler leur propre faiblesse ou manque de volonté.

Altruiste et curieuse, la jeune femme s’était souvent laissé entrainer par ces requêtes, prêtant ainsi sa puissance aux nécessiteux. Au-delà de son lot de ryos, toujours agréables à recevoir, les véritables récompenses se faisaient rares. Cupidité et lâcheté tenaient souvent les rênes de leur volonté, les asservissant à une vie misérable. Derrière l’or et le sang, se cachaient cependant bien souvent de véritables souffrances de l’âme auxquelles l’Initiatrice ne pouvait qu’apporter son soutien. Elle endurait donc les missions, vendant ses capacités au plus offrant, dans l’espoir d’être présente lorsque la dernière flamme de la volonté d’un brave était sur le point d’être écrasée.

— Soit, répondit finalement la jeune femme comme pour conclure la discussion entre son nouveau camarade et le cornard. Nous allons rencontrer votre compagne en premier lieu.

Abandonnant son sourire quelques instants, le marchand fit un pas vers l’amejine en tendant son bras comme pour ralentir son départ déjà amorcé. Il s’arrêta cependant immédiatement dans son élan lorsque Yuu se retourna dans sa direction, prêt à lui sauter à la gorge.

— Attends ! Pas la peine de parler à cette catin, je m’en occuperai personnellement. Allez juste faire votre boulot et ramenez-moi ce porc !


Alors que l’air commençait à se refroidir anormalement dans la cour qui les accueillait, la jeune femme se crispa quelque peu avant de reprendre sa route.

— Nous n’irons pas à la poursuite d’un shinobi sur vos seules paroles. De plus, son odeur doit toujours se trouver à l’intérieur, nous en aurons besoin.

Pénétrant alors à l’intérieur du bâtiment sur les regards réprobateurs des gardes alentours, Fuyumi prit aussitôt la direction de la pièce où se trouvait la femme enfermée. Réalisant dans les escaliers une série de mudras, elle améliora son odorat pour inspecter les différentes pistes qui se trouvaient sur son chemin. Arrivant finalement face à un garde armé, se tenant impassiblement devant la porte de la chambre. Se positionna face à lui, elle plongea son regard à travers les yeux de l’homme l’opposait. Reculant d’un pas, non sans manquer de se cogner contre le bois derrière lui, le garde porta alors sa main à son arme.

Admirative face au manque de perspicacité du mercenaire, elle en lâcha un sourire avant de l’écarter du bras et d’enfoncer la porte verrouillée d’un coup d’épaule. Elle se retrouva alors devant une fille en pleurs, avachie sur un tapis. Bien plus jeune que le marchand, elle était marquée par des ecchymoses au visage, mais ce qui attira principalement l’attention de Fuyumi fut des cicatrices plus anciennes qui recouvraient son corps partiellement dénudé. S’approchant doucement du lit, elle en retira une couverture qu’elle plaça délicatement sur les épaules de la jeune fille.

— Nous allons régler cette histoire,
lui dit alors Fuyumi, nous reviendrons d’ici moins d’une heure et il vous faudra faire un choix. Si vous souhaitez quitter cet endroit, je vous suggère de préparer vos affaires discrètement.

_________________
L'adultère Sakanouille L'adultère Fuyumiavagif L'adultère 640px-009-ren2-man-svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi https://www.ascentofshinobi.com/t13352-dossier-fuyumi
Ryukin
Ryukin

L'adultère Empty
Jeu 12 Jan 2023 - 19:55





« Attends ! Pas la peine de parler à cette catin, je m’en occuperai personnellement. Allez juste faire votre boulot et ramenez-moi ce porc ! »

Ses mots, qui nous ordonnaient de faire comme bon lui semblaient, mais Yuu dans une colère noire. Celui qui était capable de faire tant de dégâts sur un Asura se fit respecter qu’avec un seul regard. Et alors que l’humain reculait pour laisser passer Fuyumi, je me réconfortais sur ma prédiction de la nature de la jeune femme aux yeux écarlates. Elle ne pouvait pas être humain comme ce genre de tas de chair sur patte, aucun lien ne les reliait.

« Si vous voulez voir le jour suivant, tâchez de rester à votre place d’animal bipède… Il est souvent dangereux de parler à des Asuras et vous venez d’établir un contrat avec eux… »

Alors que je finissais ma phrase, l’homme en question crispait ses muscles et bombait son torse. Signe d’un excès d’ego, ce principe naturel chez les humains voulait indiquer à ceux qui l'entouraient qui était le véritable mâle du groupe. Malheureusement pour lui, seules ses gardes étaient de son espèce autour de lui et son geste ne perça cependant pas ma patience alors que j’avais toujours les paroles d’Unagi en tête.

Pendant que Fuyumi se trouvait dans la bâtisse pour permettre notre contrat à bien, je ne faisais pas grand-chose dehors. Le marchand qui avait vu que la soi-disant prestance qu’il dégageait, n’avait finalement pas pris preneur, je restais là, adossé contre le muret qui séparait les limites de la rue à celle du manoir. Je profitais de ce moment pour regarder ses insectes peuplant cette terre, s’affairer à leurs tâches respectives. Surtout ses hommes, qui surement payer par l’humain commerçant en train de faire des tours tout le long de la demeure, de surveiller chaque entrée sont sortis du parc. Plus je les regardais, plus je pensais que leurs vies étaient pitoyables. N’ayant pas d’autre but que de respecter les ordres de l’humain qui leur donnaient le pain et n’ayant jamais pensé que si celui-ci mourrait, il pourrait récupérer ses biens et vivre une vie paisible dans un bien meilleur cadre…

« Ridicule… »

Enfin… Fuyumi et Yuu réaparaissaient dans mon champ de vision et revenaient vers moi. Son regard avait changé par rapport à son départ et je me demandais bien quel événement avait pu se dérouler pour qu’elle puisse changer à ce point. Alors que nous nous dirigions tous trois vers la ruelle de notre contrat, j’ouvrais ma curiosité à ma sœur Asura.

« Qu’est-ce qu'il y a pour que tu changes d’attitude en si peu de temps ? C’est une affaire humaine qui te trouble à ce point ? »

Après notre discussion autour de notre affrontement, j’avais très bien compris que Fuyumi, bien que nous partagions les mêmes gênes, était totalement opposé à la vision que je me faisais de l’existence des humains. Alors que je n’avais que faire de ces choses et que je me considérais d’être libre dans mes choix et surtout des vies que je prenais. Fuyumi semblait avoir un réel attachement pour ses primates et bien que la liberté de choix se ressentait en elle, elle s’était véritablement pris d’affection pour ses animaux.
0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin
Fuyumi
FuyumiEn ligne

L'adultère Empty
Ven 13 Jan 2023 - 23:39
Yuu fut le premier à ressortir du bâtiment, démontrant son flegme habituel, imperturbable par les affaires humaines. Fuyumi le suivit peu après avec une marche lente, mais assurée. Le cœur lourd et le visage crispé, la jeune femme se dirigea vers Ryukin. Evitant soigneusement le regard du marchand pour se protéger de ses propres pulsions, elle sortit de la cour en suivant la piste qu’elle avait repérée dans les escaliers et la chambre.

— Depuis mon retour dans cette ville, j’en avais presque oublié sa véritable nature. Convaincue par ma foi et mon assurance en mes capacités, je m’étais persuadée que ma venue à Murashigure pouvait être agréable. L’indécence de ces hérétiques me donne la nausée.


Sans se presser, Fuyumi descendait la rue, guidant le groupe à travers les passants. Avec ses capacités olfactives et le passage récent de l’homme qu’ils recherchaient, la jeune femme ne rencontrait aucune difficulté pour retracer ses pas.

— La jeune femme à l’étage était enfermée contre sa volonté. Lorsque nous aurons terminé ce contrat, je la libérerais si elle le souhaite.

Elle ne ressentait pas le besoin d’entrer dans plus de détails, son interlocuteur ayant insisté à de nombreuses reprises sur son désintérêt des personnes qu’il jugeait inférieures à lui. A cet égard, son comportement se rapprochait quelque peu de celui de Yuu, uniquement poussé par ses envies et son intérêt personnel. La jeune femme ne partageait pas les mêmes valeurs morales, mais elle avait partagé l’esprit de son compagnon à maintes reprises. A défaut de les approuver, elle les comprenait.

— Nous ne devrions plus être bien loin
, ajouta alors Fuyumi quelques minutes plus tard en tournant dans une ruelle exiguë, la piste est fraiche.

Alors que la nuit commençait à tomber sur la ville, ses avenues restaient gorgées de lumière par les nombreuses lanternes disposées, mais les petites ruelles des mauvais quartiers ne jouissaient pas d’un attention particulière. La présence d’une dizaine de silhouettes dans cette petite allée pouvait paraître anodin dans un quartier animé à une heure où l’activité urbaine était à son paroxysme. L’acuité sensorielle du trio n’était cependant pas aussi aisée à duper. Quelques chuchotements, le reflet d’un lame dégainée, des membres tremblant de stress, les éléments suspects ne manquaient pas.

_________________
L'adultère Sakanouille L'adultère Fuyumiavagif L'adultère 640px-009-ren2-man-svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi https://www.ascentofshinobi.com/t13352-dossier-fuyumi
Ryukin
Ryukin

L'adultère Empty
Mar 17 Jan 2023 - 19:09





« Le sort de la fille ne m’interesse pas par , mais le tien… Si. Si tu souhaites l’aider, fait comme bon te semble… »

Les humains n’étaient rien, mais les asuras prônaient sur le reste du monde. Si Fuyumi voulait aider cette petite animale, alors je soutiendrais ses projets. Ce n’était pas un devoir pour nous, mais étant peu sur cette terre, nous devions savoir faire preuve de soutien, surtout si ses projets entraient en corrélation avec les miens.

Alors que la nuit s’étendait sur la ville, les flambeaux s’allumaient au fur à mesure que celle-ci avançait. Ce voile noir qui tâchait la terre de son ombre apportait avec lui un nouveau peuple dans les ruelles de la capitale et de celui-ci, ses démons.

M’indiquant que nous approchions de notre cible, j'appelais les cardinaux pour me donner leurs forces et leurs pouvoirs. Concentrant ses dons pour améliorer ma vue, je déambulais dans les rues à la recherche de l’homme qu’on nous avait décrit et pendant ce temps-là, j’indiquais à Fuyumi de suivre une autre ruelle, parallèle à la nôtre.

Alors que la vie nocturne s’installait sur la ville, j’observais ses humains qui commençaient à changer de comportement par rapport à leurs journées traditionnelles. S’alcoolisant dans les tavernes, certains s’engouffraient dans les bords des bâtisses pour exécuter leurs petits commerces.

C’était qu’au bout d’une bonne heure que j’aperçois notre homme. Petit, gros et pas beau, celui-ci semblait recruter des hommes en les attirant vers lui à l’aide de Ryôs.

« Toi là ! Tu as l’air d’être fort… Si tu veux, j’ai une mission pour toi. »

Et alors que des grelots de pièce se faisaient entendre de ses mains, je refusais poliment que cela ne puisse se faire.

« C’est toi ma mission… »

Sur ses mots, le petit, gros et laid humain comprenait ce qui se déroulait en face de lui. S’écartant des quelques hommes qui l'entouraient, celui-ci bondissait sur les toits de la ville.

Joignant ses mains entre elles, des fils d’acier s'échappaient de son dos pour se libérer sur toute la zone et commençaient à ravager les rues et les murs des bâtiments qui se présentaient à lui.

« Je libérais ma belle et douce aimé ! Aucun mercenaire ne saura survivre à mes talents de guerrier. »

0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin https://www.ascentofshinobi.com/t13747-ryukin

L'adultère

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie :: Murashigure
Sauter vers: