Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'attente d'un signe d'espoir [Libre]

Hyûga Sayuri
Hyûga SayuriEn ligne

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Mar 17 Jan 2023 - 20:01




Camp de réfugié au Port de Kuri




L’évacuation s’est assez bien passée, Sayuri avait aidé de son côté pour rassembler les civils vers les tunnels et traverser les réseaux souterrains en direction du Nord-Est du Pays, en direction du Port de Kuri. Évidemment, les tunnels se terminent bien avant le port et le reste du voyage se passe à la marche, à découvert de tous. Cela dit, il y avait assez de Shinobi d’Iwa pour bien protéger les habitants durant le trajet. En tant que Hyûga, la jeune femme a utilisé son Byakugan afin de s’assurer que tout puisse bien se passer. Là-dessus, elle n’était pas toute seule, les autres membres de son clan ayant suivi le mouvement, ont également usé de leur Dôjutsu à tour de rôle pour veiller à ce qu’il y a aucune embuscade, piège et autres. Il y avait beaucoup de monde, mais assez pour contrôler chaque endroit des troupes pour maintenir une certaine sécurité. Parfois, ce n'était pas évident de gérer certains cas, mais pour le bien de tous, il fallait prendre sur soi. Sayu étant Chûnin, elle avait la responsabilité des Genin et de certaines choses envers les civils, comme tant d’autres Shinobi de grader. L’Iwajine avait prévenu d’autres villages sur leur chemin, par nécessité comme ceux avec elle afin d’aider à évacuer, ceux le voulant.

En arrivant au port de Kuri, les villageois et responsable des lieux ont été prévenu de la situation. Maintenant, il fallait s’assurer que les embarcations soient capable de transporter tout le monde en cas de problème. Tout le monde y mettait du leur afin qu’en cas de besoin, tout puisse être prêt. La Hyûga se trouve à l’entrée du campement des réfugiés, en train de surveiller de son côté. Il y avait des patrouilles, des gardes de camp, des aides de camp et tout le monde avait une tâche à accomplir. Cela semblait si long, à croire que ça faisait une éternité qu’Iwa était là, à attendre un signe de la part de la Tsuchikage ou d’un ninja faisant partie des équipes pour affronter Yonbi. Au loin, il n’était pas difficile de remarquer de la fumée noire, avec un Byakugan de mieux remarquer que c’était le chaos. Or, malgré son Dôjutsu, il n’était pas possible de voir ce qui se passé exactement. Est-ce qu’il y avait des morts ? Des blessés graves ? Yonbi a-t-il été scellé dans un objet ? Ou alors, a-t-il un nouveau Jinchuriki ? Difficile de le savoir. Observant l’horizon, la jeune femme se posait bien des questions. Soudain, une voix l’interpelle en s’adressant à elle directement. « Onee-sama, est-ce que tout se passe bien de votre côté ? » Demande Kagome.


Sayuri se tourne vers elle, gardant un air sérieux. « Pour le moment, il n’y a rien à signaler. Es-tu venue prendre ma place ? » Dit-elle. Kagome hoche la tête. « Oui, c’est l’heure de la relève. Allez vous reposer, Onee-sama. » Répondit-elle d’un air calme et souriant. Sa cadette a toujours le sourire, selon elle, ça permettait de garder espoir et de n’inquiéter personne. Les civils avaient besoin de réconfort et de penser à autre chose qu’à la situation actuelle et à Yonbi. D’un soupir, elle désactive son Byakugan et hoche la tête. « Très bien, mais en cas de souci, n’hésite pas à le dire. » Termine-t-elle là-dessus. Sayuri n’est pas réellement fatigué, mais il n’est pas question de trop utiliser le Byakugan, en cas d’attaque de bandit. La kunoichi se promène dans le camp, tout en se dirigeant vers le port afin de savoir comment ça se passe au niveau des embarcations. Il est important de savoir si tout se passe bien afin de mettre tout le monde dans les navires en partance d'un lieu plus sûr. Les blessés continuent à recevoir des soins, notamment un certain Borukan Ashikata, l’un des Shinobi ayant prévenu de la situation. D’ailleurs, la Hyûga se demande comment il se porte, car il n’était pas très beau à voir à son arrivée.

Maintenant qu’elle y pense, les anciens du clan étaient aussi du voyage et ils doivent être installé ailleurs, différemment des autres civils. Cela doit être la même chose pour les autres clans avec leurs membres privilégiés. Au moins, il n’embête personne avec leur manie et leur exigence par moments, un peu étrange. En attendant, la panique n’est pas là, en espérant que cela continue ainsi. D’ailleurs, il n’y a pas encore eu d’attaque de bandits ou de qui ce soit. La sécurité est garantie et la vie de tout le monde n’est pas en danger. Mais il faut prier pour que tout soit opérationnel si quelque chose ne se passait pas bien face à Yonbi. Là-dessus, Sayuri a tout de même confiance à ses camarades pour parvenir à sceller le Dieu singe ou mieux, le tuer, si ça devient compliqué. La Hyûga y pense, mais elle a eu une bonne idée de ne pas utiliser ses kuchiyose pour aider. Faire appel à des singes pour aider, ça n’aurait pas été très intelligent. Cela dit, les gens ne sont pas si bête de confondre des chimpanzés avec Yonbi. Or, ce qui l’inquiète, c’est surtout ceux de la Caverne Céleste du Mont des Fleurs et des Fruits. Ces kuchiyoses voit Yonbi comme un Dieu, autant ne pas les appeler pour qu’ils apprennent de mauvaises nouvelles. S’essayant près d’un feu de camp, la Hyûga profite pour manger quelque chose avec d’autres ninjas de la Roche.




Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13813-hyuga-sayuri-end#122267 https://www.ascentofshinobi.com/t13846-hyuga-sayuri-dossier-shinobi#122468 https://www.ascentofshinobi.com/u1607
Ando Amagawa
Ando Amagawa

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Ven 20 Jan 2023 - 21:38



Assis seul sur le rempart d’un balcon donnant sur l’océan, le jeune homme désormais connu non plus pour son handicap, mais comme étant l’un des piliers dans l’évacuation du village, regardait en contrebas avec un air sévère. Est-ce les vagues qui semblaient s’éloigner ? Ou est-ce qu’il ruminait depuis trop longtemps… probablement la deuxième option. Une des dures questions qui trottait dans son crâne, ça et est-ce qu’il y aurait un village ou revenir ? Que mangerait-il pour souper ? Avait-il seulement faim?

Tout en se relevant pour se dégourdir les jambes, Amagawa réalisait qu’il avait la chance de son côté, d’abord son clan et maintenant son village. Était-il maudit ? Il devait se changer les idées.

Les pas de cet homme ravagé s’étranglaient dans la froideur de cette journée, il n’était pas midi et le temps était déjà sombre. Un long manteau sur les épaules, il déambulait entre les gens, réfugiés ou miliaires, habitations et commerce portuaire dans le seul but de trouver un comptoir.

Pour les chanceux qui le remarquèrent, la vision d’une ombre au corps rabattu et dont la plus grande caractéristique résidait dans l’une de ces manches qui claquait au vent.

Le scarifier n’avait qu’un désir, que cette attente ne termine au plus vite.

_________________
Un homme sage à dit.
«Fais-toi violence.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13234-ando-amagawa https://www.ascentofshinobi.com/t13244-ando-amagawa#116999
Igarashi Izaya
Igarashi Izaya

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Dim 22 Jan 2023 - 15:24
LIBRE
L'ATTENTE D'UN SIGNE D'ESPOIR
« I : Une nuit interminable »


Izaya était arrivé dans un village d’Iwa en pleine reconstruction suite aux dégâts du monstrueux Yonbi. Le qualifier de monstrueux venait des histoires des personnes l’ayant aperçu, puisque le désormais Genin n’était arrivé à Iwa qu’après qu’il fut vaincu et scellé. Il n’avait pu mesurer, d’un œil inquiet, la force de la bête qu’à la désolation qu’elle avait semée.
Il serait vain de dire que le second réveil de Yonbi lui avait fait passer un léger frisson le long de l’échine. Première situation de crise pour le shinobi qu’il venait de devenir. Et quelle situation, en l’espace de quelques heures, l’aube qui annonçait un quotidien routinier s’était mué en procédure d’évacuation. Les faciès qu’il croisait étaient ternes et pâles d’angoisse. Les expressions de visage étaient les mêmes. De la tristesse, de la peur ou de la concentration, parfois un savant jumelage des trois.
Izaya avait été réquisitionné dans une effervescence qu’il n’avait jamais côtoyé de sa jeune vie.


Tout s’était bien passé, étant donné les circonstances. L’évacuation jusqu’au port s’était faite sans encombre et maintenant que le campement rudimentaire était dressé, le temps semblait suspendu, tous étaient pendus au moindre nouvelles provenant du front. Izaya espérait de tout son coeur le succès des grands shinobis de ce monde. Sinon, tout ces mois de quiétudes touchaient à leur fin. Cette simple évocation rendait Izaya cynique. Si le village vivait ses dernières heures, retournerait-il à l’errance ? Il se maudissait en silence d’avoir cru que tout ça durerait éternellement.


Il était perché sur la cime d’un bâtiment, intégré dans la rotation des tours de garde. Il veillait à ce que rien ne vienne troubler la tranquillité apparente du camp en souhaitant vivement que personne ne vienne profiter de la situation. Lui qui ne s’était jamais réellement battu pour une cause manquait cruellement de confiance dans sa tâche. Sa vigilance touchait à sa fin lorsqu’il senti une présence dans son dos. Un compatriote, le bandeau vissé sur le front. Ils n’échangèrent qu’un seul bref signe de tête : - « Rien à signaler » ponctua-t-il avant de se laisser tomber avec légèreté et d’atterrir sur ses pieds avec élégance.


Avec la nuit passée à guetter le vide et l’inaction, il tentait de réfréner les réclamations véhémentes de son estomac, qui se mettait à grogner avec davantage de rigueur à mesure que le temps passait. La fin de sa mission de surveillance marquait le début d’une autre, tout aussi importante : se nourrir.
Il prit la direction du feu de camp central, lieu de distribution des rations, en espérant qu’il resterait quelque chose à se mettre sur la dent. Au loin, il aperçu Ando Amagawa, dont il a retenu le nom puisqu’il avait été le principal pilote de l’évacuation. C’est lui qui lui avait assigné la rue d’Iwa dont il avait été responsable lors de l’évacuation. Une tâche bien dispensable, tous étaient partis lorsqu’il était venu inspecter les lieux. Il se plaça dans son sillage, avançant en direction du feu de camp à l’horizon d’où quelques silhouettes se détachaient au loin.


:copyright: Laueee

Revenir en haut Aller en bas

L'attente d'un signe d'espoir [Libre]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un signe, une explosion [PV Kiyonaga]
» Le poulet signé Akimichi ? [Ft. Hayai Taishi]
» Rencontre sous le signe du deuil [Ginka Fû]
» Retrouvailles sous le signe de l'histoire [PV Sairyo Hiko]
» Une soirée détente sous le signe du saké. [Feat Rikuzo Detzu]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre :: Port de Kuri
Sauter vers: