Soutenez le forum !
1234
Partagez

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi]

Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Mer 25 Jan 2023 - 22:36
Spoiler:

Je ne sais pas pourquoi ces informations erronées sont parvenus à Iwa, Nozomi-san. Mais je n'ai pas envie de les laisser juger Yanosa basé sur ces calomnies.

Kisuke s'était hâté vers le centre, avec ses invocations. Nozomi s'était incrustée sur la queue de son serpent, profitant du taxi au passage. Si cela aurait été un autre shinobi... mais non, Kisuke connaissait la genin et la connaissait suffisamment bien pour savoir qu'elle était de bonne confiance. Une véritable bonne personne. Elle lui avait raconté les bobards qu'on avait répandu sur Yanosa à Iwa. Cela... n'étonnait qu'à moitié Kisuke. Mais il était dur de croire qu'Iwa n'avait pas remit en question le témoignage de quelqu'un qui était arrivé à la fin d'un affrontement sans en comprendre le contexte, et en déformant la réalité.

Kisuke soupira.

Il était le premier à rejoindre Yanosa, par la conjonction d'user d'une invocation géante à la vitesse améliorée, et par l'utilisation de charge de sa part. Peut-être aussi parce qu'il ne devait pas soigner de personnes au passage, et qu'il s'était focalisée sur cette tâche. Le Tellurique était là, malgré tout. Il avait réussit à tuer un dieu, à encaisser un assaut titanesque, et à en sortir vivant. Il était... amoindri. Mais Kisuke ne put retenir sa joie et sa fierté.

Yanosa... Tu as réussi ! Tu as réussi à tuer un dieu. Tu es la preuve que la force et la discipline peuvent mettre à mal les forces les plus primales de ce monde.

Il s'arrêta pour constater l'état de l'Elémentaire. Il était sous forme terrestre. Pourtant, il n'arrivait pas à se reconstituer totalement. Il avait mal, c'était évident. Pourtant, cet état était paradoxalement ce qui lui permettait de survivre. Cela n'était pas sans rappeler à Kisuke l'évenement récent où Yanosa avait perdu le contrôle de son assimilation, et qu'il était en passe de devenir un être hybride entre la biologie et l'être minéral. L'Apothicaire se mit à genoux à côté de Yanosa, et tenta de l'aider à reprendre forme, en retenant la terre de ses mains.

Doucement. Essaie de te recentrer sur toi-même. N'essaie pas de bouger partout, reste le plus fixe possible. Rappelle toi les exercices que nous avons fait ensemble. Respire. Tu es Yanosa. Tu es un Humain, même si tu as vaincu un dieu. Tu es de chair et de sang.

Son invocation enserra la terre autour deux, de sorte à les avoir dans ses anneaxu avec de la terre en suffisance également.

Puis, constatant que des intrus venaient à eux, Kisuke prit la parole. Il s'adressa haut et fort à celui qu'il reconnaissait pour avoir bu un verre avec lui - Taishi, l'Eclair Vert - et celle qui était précédemment la cheffe de l'hopital et qui allait prendre la direction de tout iwa. Etaient-ils déjà là pour lui passer les menottes aux poignets, et la corde au cou ? Allaient-ils agir comme Teruyo l'avait fait, et manquer de les exécuter sur place ? Kisuke n'avait pas totalement confiance en ces forces, pas après cet affrontement avec un Dieu qui avait puisé dans ses réserves.

Pas un pas de plus, nous avons suffisamment souffert de fourberies de nos soi-disants compatriotes. On m'a tout raconté sur les bobards véhiculées à Iwa. Ce type est un héros. Yanosa m'a demandé de le garder, et à moins qu'il ne change d'avis, je le garderai au péril de ma vie.

Kisuke était là, fier. Flamboyant, malgré la fatigue. Et pour protéger le Tueur de Dieu, le sauveur de Tsuchi, il était prêt à remettre en question ses allégances.
Spoiler:
Spoiler:
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Shizen Seiki
Shizen Seiki

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Jeu 26 Jan 2023 - 23:49




Après la Calamité...



-Point de vue du Clone-


Je pensais arriver auprès de Yanosa le premier au vu de notre proximité, mais le Moi-original n'était certainement pas le seul à avoir pensé à Yanosa après avoir assisté à l'absurde technique que Yonbi avait été sur le point de lancer un instant plus tôt. Peu importait ce que nous pensions de Yanosa à l'instant présent, il n'y avait aucun doute que l'inquiétude de le voir face à une telle technique était bien présente. Le bonhomme était un assimilateur, et ces derniers étaient des durs à cuirs, sans aucun doute là-dessus. Encore plus Yanosa que j'avais déjà affronté par le passé. Mais cette masse condensée de chakra que Yonbi avait créé, qui avait fini par aspirer notre propre chakra...? J'avais fait mes devoirs et mes propres déductions après l'avoir rencontré...et il y avait de fortes chances pour que cette masse d'énergie physique et spirituelles ait fini par l'atteindre, malgré son assimilation. Déjà, lors de notre première rencontre, le Clairvoyait portait des stigmates de sa dernière rencontre avec le Dieu Singe. Une rencontre qui avait laissé des marques rougeoyantes visibles à travers ses bandages, alors que le shinobi avait séjourné dans la gueule de Yonbi. Le chakra incommensurable de la Bête avait certainement dû affecter la physiologie du Gnome pour lui donner l'apparence que j'avais vu la première fois. Et comme si cette fois-là ne lui avait pas suffi, voilà qu'il avait une nouvelle fois plongé directement sur le Démon à queue armée d'une technique combinée avec Taishi, se faisant par la même occasion explosée. Si je n'étais visiblement pas d'accord avec les méthodes employées et le but de ces dernières, il n'y avait aucun doute à dire que l'homme était déterminé.

Et aussi déterminé que lui, Kisuke m'avait visiblement devancé pour rejoindre le Tellurique. Bien qu'il se trouvait à l'autre bout de la zone chaotique que nous avions formé pour arrêter le monstre, il était quand même arrivé avant moi sur son dragon blanc aux yeux bleus. Ce dernier se déplaçait avec une rapidité surprenante pour sa taille immense. Comment était-ce seulement possible ? Mais là n'était pas une question que j'avais réellement besoin de me poser. Au vu de la sévérité de son visage et de la posture défensive que ce dernier adopta directement envers Yanosa à notre arrivée, il était assez clair qu'il ne comptait pas aisément nous laisser nous approcher de son ami. Pourtant, quelques instants plus tôt, je l'avais vu et presque entendu féliciter le shinobi d'avoir réussi à tuer la Calamité. Encore un sujet de désaccord, mais qui n'avait pour l'instant pas sa place dans la situation actuelle. Toutefois, il était facile de deviner que si l'apothicaire prenait cette posture avant-gardiste, la situation du Gnome devait être grave. Et le premier semblait grandement s'être amélioré en terme d'invocation comparé à notre affrontement...ou alors il s'était bien gardé de me révéler ses petits secrets de dix mètres de haut. Dans tous les cas, sa posture presque agressive allait certainement rendre la discussion compliquée, et de ce que j'avais pu voir plus tôt, je n'étais même pas sûr que celle-ci soit possible. Mais...je me devais d'essayer.

-Un héro hein...fis-je à mi-voix. Des "fourberies" de vos compatriotes...Alors peux-tu me dire pourquoi Rin fuit, Kisuke-san ? Et pourquoi, malgré nos paroles vous disant clairement les souhaits de votre nouvelle Tsuchikage, vous avez décidé d'aller à l'encontre de ceux-ci pour tuer Yonbi ? Si tout ce que ce Meho a raconté est faux, je ne suis pas sûr de comprendre vos actions...

Cela avait été dit d'un ton calme alors que les autres protagonistes arrivaient sur la place un peu après nous, pouvant par la même occasion entendre mes paroles. Borukan Muramasa était aussi de la partie, arrivant un peu après moi. Cela voulait certainement dire que le Moi-Original et le second clone n'allaient pas tarder à arriver eux aussi. Mais malgré mes questions à Kisuke, désireux d'entendre leur réponse à ce sujet et bien plus encore, ce n'était pas réellement la raison qui m'avait fait venir ici présentement. Même si la réponse m'importait, pour mieux comprendre leurs agissements, cette dernière importait certainement bien plus à d'autres. A vrai dire, maintenant que la Tsuchikage et l'homme avec qui je l'avais toujours vu jusque là arrivaient, j'allais les laisser gérer la désobéissance de leurs soldats. Et le groupe des parias ne semblaient pas être les seuls à avoir des problèmes avec les ordres et la hiérarchie. Si le scellement avait échoué la seconde fois, en tant qu'utilisateur de ce kinjutsu il était facile de deviner qu'au moins deux des quatres shinobis n'avaient pas respecté l'ordre de la nouvelle Tsuchikage. Reportant mon attention sur le Hyûga, je finis par soupirer alors que mon original et l'autre clone arrivaient dans mon dos.

-Au final, je voulais m'assurer que Yanosa-san se portait bien, et discuter avec lui de ses motivations. Mais au vu de tes paroles et de ton comportement, je suppose qu'il ne se porte pas au mieux...ce qui peut se comprendre après ce qui s'est passé. Il a besoin de soin...plus que ce que tu peux lui apporter...et vous êtes bien trop fatigués pour continuer à vous battre. Je pense que nous le sommes tous, quelque part...

Malgré son air revêche et sérieux, protecteur même, la fatigue pouvait se lire sur ses traits. Il avait certainement dépensé énormément de chakra, et si ses invocations étaient encore là et prêtes certainement à se battre, cela n'enlevait rien à ce que j'avais dit. Nous avions réussi à nous en tenir à des pertes minimales, et j'étais à peu près sûr que personne ici présent n'avait envie d'alourdir le bilan de la journée. Mais d'un autre côté cela les mettait dans une situation compliquée...Et je n'avais pas manqué de remarqué qu'une nouvelle personne était présente sur le dos de son invocation, une kunoichi que je ne connaissais pas personnellement et qui ne faisait pas parti du "groupe des parias" dont m'avait parlé Tsuyoshi. Etait-ce d'elle que Kisuke tenait ses informations ? Les parias semblaient, dans cette confusion, bénéficier de la sympathie de bien des shinobis d'Iwa, malgré l'avertissement dont ils avaient été l'objet...

-Point de vue de l'original-


Alors comme ça le Borukan était le médecin du Daimyo ? Cela voulait certainement dire qu'il était un eiseinin émérite lui aussi. Un qui avait échappé à la lumière de l'Ecarlate pour pouvoir continuer à opérer dans l'ombre. Ce qui voulait dire qu'en plus de ses capacités de Borukan, il possédait le don de guérison que procurait l'Iroujutsu ? Je ne tardais pas à me faire un tableau de ce dernier, de ses compétences ainsi que de ses affinités pour mieux les imprégner. Mais il me faussa rapidement compagnie pour se diriger lui aussi vers Yanosa, certainement dans l'intention de venir à son secours. J'hésitai pendant un instant à le poursuivre, ou prêter main forte à Noroi pour éviter qu'il ne lui arrive quoi que ce soit.

Mais alors que j'hésitais, j'aperçus Tsuyoshi qui s'en était allé vers le Nord revenir sur ses pas pour foncer vers le duo. Suite à la mort de Yonbi et la fuite des samouraïs, il avait certainement revisité ses plans pour revenir aider la genin. Ce qui m'ôtait une épine du pied. D'un commun accord avec mon clone, nous fonçâmes pour rejoindre notre autre clone alors que je laissais tomber mon manteau raiton qui ne me semblait plus utile. Car il semblait que nous n'étions pas les seuls à nous déplacer pour rejoindre la position de Yanosa. Des shinobis de tous les horizons semblaient venir dans notre direction aussi. Cela s'annonçait être une joyeuse réunion...


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Xuân Nozomi
Xuân Nozomi

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Ven 27 Jan 2023 - 12:22
Suite directe de ce rp

Kisuke l’avait laissée monter sur son invocation. L’avait rassurée sur ce qu’ils avaient pu faire, en parlant “d’informations erronées”. Mais Nozomi nota qu’il ne répondit pas à sa question pour autant. Elle qui l’avait suivit pour démêler cette histoire n’avait pas obtenu ce qu’elle voulait. Pire encore, l’horticultrice lui avait dit ce qu’elle même savait. Sans rien obtenir en retour.

Ils mirent pied à terre à l’endroit où avait eu l’explosion quelques instants plus tôt. La confusion de la manieuse de flore augmenta d’un cran lorsqu’un tas de terre s’adressa à Kisuke. Yanosa ! Ils s’approchèrent de lui et l’apothicaire tenta de le rassembler, avec ce qu’il pouvait. Impuissante, Nozomi regarda l'invocation s’enrouler autour, réfléchissant à ce qu’elle pourrait bien faire pour l’aider.

- “Oh, je crois que j’ai quelque chose qui pourrait être utile !”

Grâce à quelques mudras, elle fit apparaître une corolle géante emplie de fleurs de coton. S’adressant autant à l'invocation qu'à son professeur, elle poursuivit :

- “Essayez de vous rassembler ici.”

Elle faillit poursuivre “Sans perdre de morceaux” mais même s’il était l’incarnation de la Terre, il restait un être humain et ces paroles l’auraient blessé.

- “On pourra faire la différence entre votre vrai corps et la terre appartenant au sol.”

Ce qui était déjà un bon début. Ils pourraient également le transporter si besoin. S’agenouillant à leurs côtés, elle aida Yanosa à se rassembler sur la plante. Kisuke, lui, s’adressa aux arrivants d’un air menaçant. Dont Aimi, alors qu'elle venait de lui dire qu'il s'agissait de la nouvelle kage. Plusieurs choses lui échappaient, c'était certain. Mais pour elle tout cela serait à régler plus tard. Le plus urgent était de soigner les blessés et de s'occuper de sauver la population touchée par la Calamité, rassembler les familles... Ses propres enfants lui manquaient déjà. Avaient il été attaqués, eux aussi ? Il y avait bien trop à faire pour perdre du temps à se battre inutilement entre Iwajins.

- “On va s’occuper de vous, Yanosa. Tenez bon.”

L’un d’entre eux parla de Rin… Voilà le genre d’informations qu’elle était venue chercher : que devenait le reste de son équipe ? Pourquoi avait-elle été la seule de l’équipe cinq à être au rassemblement à Iwa ? Comment ce faisait-il qu’aucun d’entre eux ne les avait accompagnés durant le trajet d’Iwa à ici ? S’occupant de son professeur, l’horticultrice restait attentive à ce qu’il se passait alentour - l’atmosphère étant anormalement lourde.

Spoiler:

_________________
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] 5cqa
Code couleur : #868A08............................................................................. Merci Aditya pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12800-l-art-de-faire-pousser-des-fleurs-dans-les-roches-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-kiri-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t12888-xuan-nozomi https://www.ascentofshinobi.com/u227
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Ven 27 Jan 2023 - 13:48

___________________________________________

Le centre
___________________________________________


À peine arrivés sur place, qu’Aimi pouvait sentir son lot de tension émaner autour du centre de ce champ de bataille stérile. La lave avait fait disparaître tout signe de verdure, excepté ce parterre de fleurs qui semblaient avoir été créées récemment. La douce n’avait pas suivi toute la conversation, mais à entendre les dernières paroles de l’élémentaliste, la kunoichi comprit qu’elle devait faire quelque chose.

« Seiki.»

Sa voix sonna comme autoritaire, mais étrangement calme. Elle ne le sermonne pas, mais lui fait comprendre qu’elle prend la relève. Si la rubiconde savait une chose, c’était qu’il s’était produit quelque chose de grave et que tout le monde se méfiait, et il n’y avait rien de pire pour empirer les choses.

C’était d’ailleurs sûrement pour cela que Kisuke avait initié avec ses serpents de mettre l'amas de terre qui semblait être Yanosa à distance et de se dresser et de l’empêcher d’avancer. La jeune femme arrêta donc sa détection, n’ayant plus besoin de chercher la source de ses questionnements et de son inquiétude.
Ses paroles étaient acides, sûrement autant que le venin qui s’écoulait dans ses invocations. L’eiseinin devait rester sur ses gardes, mais elle savait aussi que si elle montrait une once de menace, elle allait perdre Yanosa pour de bon. En tout cas, l’Hyûga semblait totalement contredire les faits remontés par Meho, cela prouvait qu’il ne fallait pas avoir des conclusions trop hâtives.

Pour autant, Aimi était la nouvelle Tsuchikage de la Roche et elle ne pouvait pas laisser Kisuke lui parler sur son ton ou lui manquer de respect, alors qu’elle était étrangère à toute leur discorde. Il n’avait plus confiance ? Il allait devoir faire un effort et comprendre que la Chiwa n’était pas comme les autres. Non, elle n’était pas fourbe ou une hypocrite, elle allait lui faire rapidement comprendre.

La jeune femme s’approcha donc de quelques pas, puis s’arrêta, pour ne pas tenter le diable. Elle leva alors ses deux mains de chaque côté de son visage, et planta ses rubis dans les pupilles de celui qui se mettait en travers de son chemin. Elle n’ignora pas non plus la présence de Nozomi, et de Muramasa, ou encore de Taishi, mais cela, elle voulait le régler elle-même.

Ce fut donc le plus calmement du monde, qu’elle prit la parole, n’ayant aucunement peur de ce que pourrait lui faire le Hyûga, sans déclencher un combat ou pire.


« Et qu'est-ce que tu comptes faire Kisuke. Me tuer ? Tu ne crois pas que le sang n'a pas déjà assez coulé sur ces Terres ? »

En un sens, elle n’avait pas tort. Elle ne savait pas précisément à quel point Tsuchi avait subi de nombreuses pertes et beaucoup trop de sang avait coulé en si peu de temps. Cette situation brisait le cœur de la kunoichi qui faisait tout pour ne pas exploser et lui faire comprendre à quel point ce n’était pas le moment de sortir ses crocs et qu’il était idiot de se dresser devant elle. Mais elle comprenait.

« Je comprends ta méfiance Kisuke. Je sais très bien ce que j'ai entendu, et je sais très bien faire la part des choses. Les réponses à nos questions arriveront en temps et en heure. Ma priorité est de sauver Yanosa.. J'ai perdu mon meilleur ami et une kunoichi chère à mon cœur, et pourtant, je suis ici pour aider celui qu'on accuse de beaucoup de maux. Je crois même avoir ordonné à chaque iwajin présent à notre réunion de ne pas vous attaquer, mais je suppose qu’on vous l’a fait savoir. Non ? »

Car cela changeait beaucoup de choses. Yanosa avait été traité de déserteur et d’assassin, et dans un monde comme celui-ci, chaque mot avait son importance. Pourtant, Aimi avait choisi de ne pas juger et de laisser le bénéfice du doute. Est-ce qu’on pourrait décrire ce genre de décision de fourbe ?

Enfin, elle n’avait pas le temps de bavarder, son attention totale se portait sur l’état de l’Oterashi qui semblait ne pas vouloir qu’on s’approche de lui, ne sachant pas ce qui lui arrivait. Plus têtu que lui, on ne trouvait pas, ou peu.

Aimi finit par baisser les bras et soupira, épuisée de tous ces sentiments négatifs, elle n’aimait pas cela.


« Alors, s'il te plaît, laisse-moi faire ce que je sais faire de mieux : sauver cette tête brûlée. J'ai déjà eu affaire à ses blessures et il ne suffira pas seulement de se reformer. Lorsqu'il reprendra forme humaine, il aura besoin de soin précis et spécifique, il aura besoin d’une nouvelle peau.

Alors c'est toi qui vois, on peut rester debout à se regarder dans le blanc des yeux à jouer au tribunal de qui a fait quoi, ou on peut éviter de perdre quelqu'un qui nous est cher.
»


Elle lui avait dit ce qu’elle avait à dire. C’était maintenant à lui de décider ce qu’il souhaitait faire. De son côté, la rousse posa son regard sur Taishi, lui faisant comprendre qu’il ne fallait rien faire pour le moment qui pourrait envenimer les choses. Si elle échoue à trouver un accord avec l’ Hyûga, alors il faudrait se tourner vers une autre alternative. Aimi espérait donc du plus profond de son cœur que Kisuke ne jouerait pas aux inconscients et qu’il allait comprendre que la Taisho n’était pas son ennemie.

Son regard se porta alors vers le reptile qui entourait le duo, sa principale préoccupation était Yanosa après tout. Elle ne pouvait accepter de le perdre lui aussi, elle ne savait pas encore à quel point elle pourrait lui en vouloir des bêtises qu’il avait faites, mais le perdre… La kunoichi préférait lui en vouloir à mort que de le voir mourir, il fallait qu’il le comprenne et qu’il sache qu'elle pourrait risquer sa vie pour l’atteindre.


« Yanosa, je sais que tu m'entends. Tu te souviens de ce que tu m’as dit à propos de la douleur ? “Avoir peur de la douleur, c’est être assujetti à un mal primaire qui nous condamne à l’inaction".»

« C'est toi qui m'a appris à assimiler la souffrance et à ne faire qu'un avec, à vivre avec et à m'accrocher. Tu te souviens de ce que je t’ai dit à notre première rencontre ?"Je serai toujours ainsi, si je dois me vider de mon chakra pour te sauver la vie, je le ferai. Si je dois rester à tes côtés, à t’écouter te plaindre de ta famille ou de tes maudites années passées dans ce centre, je le ferai, je suis comme ça Yanosa."»

« Alors tu sais très bien que tu ne pourras pas te débarrasser de moi comme ça, ma tête brûlée, je ne la tiens pas de n'importe qui après tout. Si je dois me mettre en danger pour toi, je le ferai. Laisse-moi t'aider. »

La Chiwa n'avait pas peur de montrer son affection pour le pugiliste et à quel point il l'avait aidé à tracer le chemin qu'elle avait emprunté. Il avait changé sa vie d'une certaine manière par des actions qui n'étaient pourtant pas des plus importantes. Mais la plus impactante pour elle, fut le jour il avait retrouvé son père mort sous les découvre de leur maison. Elle ne pourrait jamais oublier ce qu'il avait fait pour elle et elle se sentait toujours redevable envers lui. C'était d'ailleurs contradictoire avec son devoir et ses responsabilités qui la poussaient à devoir sévir, agir. Mais pour le moment, elle ne pouvait pas, elle devait savoir, comprendre. Alors le jugement serait donné.



Spoiler:

_________________
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Hxv1


Dernière édition par Chiwa Aimi le Ven 27 Jan 2023 - 19:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Ven 27 Jan 2023 - 15:38
Yonbi
Le Centre

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Le Borukan était un homme sage et avisé, malgré la sombritude et les terreurs que le Yuukan ne cessait de mettre malicieusement en exergue à travers les Calamités funestes du destin mortifère des hommes.

Chargeant en direction des restes encore fumant de l’explosion cataclysmiques qui se produisit il y a encore peu de temps, le Borukan aux muscles saillants cherchait le pauvre bougre qui venait d’imploser dans d’atroces souffrances. Avec un peu de chance, il retrouverait peut-être les membres éparpillés de celui-ci afin de les inhumer pour lui rendre hommage. Cela était une tradition que de faire ainsi, mais après toutes ces querelles internes au sein de la Roche, le Village Caché en aurait sans doute décidé autrement. Depuis l’absence du vaillant Corbeau des Tempêtes, les choses avaient profondément changé dans l’oronymie du Shangri-La, ce qui était d’augure plus pernicieuses qu’un homme chapeauté qui nourrissait de noirs desseins. Le pire était qu'apparemment, des complots se tramaient à l’encontre du Daimyo suivant les dires d’une Genin joufflue aux cheveux d’albes et aux yeux carmins. Cela était très flou, mais il y avait des chances qu’il s’agisse de Masato qui était visé par le Pupille Pâle, qui voulait peut-être devenir Daimyo à la place du Daimyo. Etant pragmatique, Muramasa ne sautait pas aux conclusions trop hâtives, mais il gardait tout ça dans un coin de son esprit, tout comme les divergences qui se produisirent entre les forces armées de Tsuchi no Kuni et les défenseurs de l’amour et de l’amitié. En principe, tous ceux qui étaient sous le blason immaculé de la Roche Sanglante était une grande famille, qui était là pour s’entraider. Dans les faits, la graine de la discorde avait étendu ses racines au plus profond des étendues telluriques.

« … » -scrutant l’horizon-

Soudain, des silhouettes familières - pour certaines d’entres-elles - autour d’une masse informe de roche qui semblait vivante se dessinait dans un théâtre rouge. Étrange, mais le gredin était un assimilateur et  ces derniers étaient aussi rusés qu’un renard lorsqu’il s’agissait de défier les lois de la nature, comme l’avait prouvé Daiki, l’ancien souverain du Pays du Feu qui avait été un bien étrange patient pour le Irou Gang de l’époque.

S’approchant du groupe et de la masse informe et digne de l’artiste tristement célèbre, Pika’so, très connu pour ses œuvres assez… originales, le médecin tentait d’évaluer la situation. Une fois de plus, l’atmosphère était plus que tendue.

Cela faisait plaisir de revoir la Rubiconde, mais une certaine amertume restait dans le cœur du médecin des miracles. Elle ne l’avait même pas rendu la moindre visite durant son long séjour au Palais des Secrets. Bien sûr, le scientifique comprenait que vu sa position et toutes les tâches qui en découlaient, elle n’en avait sûrement pas eu le temps, trop accaparée par sa position de directrice de l'hôpital, et maintenant de surcroît devenue Ombre de la Roche Glorieuse. 

Une femme inconnue était en train d’aider Kisuke, tandis que l’étranger qui avait suivi le Borukan était étrangement arrivé avant lui. Il s’agissait d’un clone, en toute logique car un jumeau était aussi arrivé dans la foulée.

S’approchant du groupe qui semblait en désaccord, le délicieux Muramasa tentait de comprendre pourquoi tant de haine alors qu’ils avaient réussi à survivre malgré l’adversité. Sans les Parias, la situation aurait sans nul doute fini bien plus mal que présentement. D’ailleurs, comment des défenseurs de l’amour et de l’amitié pouvaient être considérés ainsi ? Mystère… Le Borukan comprenait en gros la situation, du peu qu’il avait pu constater. Heureusement, Yanosa semblait encore vivant, même si dans un état assez… complexe. Aimi, en tant que petit chat en chocolat, semblait déjà avoir eu affaire à ce genre de blessure particulièrement corrélé aux assimilateurs. Il était sans doute plus sage de lui laisser évaluer et soigner le patient tellurique, mais Kisuke ne pensait sans doute pas que cela soit de bon aloi.

« Ce n’est pas le moment pour se quereller. L’important n’est-il pas que nous ayons réussi à mettre un terme à l’apocalypse ? Même si l’objectif était de sceller, ce qui n’a apparemment pas réussi à plusieurs reprises de surcroît, tuer le monstre était un moindre mal vu la situation. » -dit-il-

Muramasa était sans nul doute le seul à être impartial, n’étant plus officiellement un Shinobi, mais il n’avait pas toutes les informations qui lui permettraient d’avoir un avis tranché sur ces histoires qui lui rappelaient la cour de récréation de l’académie Hashira .

« Je ne sais pas ce qui s’est passé en amont, mais pour le moment, il y a encore de nombreux civils qui sont en danger et la situation reste floue. Sans compter ces Samouraïs qui nous ont attaqués et le Daimyo qui est dans la nature et que je dois retrouver. » -d'une voix marmoréenne-

Muramasa n’avait rien de particulier à dire, il tentait juste d’apaiser la situation et de recentrer les priorités qui semblaient se perdre de vue. Il attendait de voir comment allait évoluer la situation, si quelque chose s'organisait dans le calme ou bien si les alliés de la Roche allaient simplement s'entre-tuer sous ses yeux. 





résumé:

_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hayai C. Taishi
Hayai C. Taishi

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Ven 27 Jan 2023 - 16:31
L’Hayai songea qu’à peu de choses près, l’image n’était pas si loin de vautours qui encerclent une carcasse. Ce n’était même pas une description inexacte de Yanosa, en fait… Ha.

Aimi, les parias, et les autres Iwajins… Ils voulaient tous quelque chose de l’Oterashi. Des réponses, une figure directrice… Quelque chose pour faire baume à leurs propres blessures, certaines plus invisibles que d’autre.

Ce n’était pas surprenant. C’était un réflexe… Humain. Et peut-être qu’après avoir fait face à une créature qui n’en avait aucune parcelle, et qui avait fait verser le sang de semblables, c’était même la chose la plus naturelle du monde.

Taishi ne répondit pas à la menace déguisée – la deuxième – de Kisuke, mais porta plutôt un regard vers Aimi. Il l’aimait de tout son être, mais ne pouvait s’empêcher de penser que le cœur de l’Écarlate se retournait contre elle. À sa bienveillance, la réponse était méfiance et… Désobéissance.

S’il avait participé ultimement à la mort de Yonbi, c’était parce qu’Aimi lui avait dit que le scellement allait échouer. Quelque chose sur le fait que le chakra n’allait pas dans les bonnes directions. Taishi connaissait bien ce jutsu, pour l’avoir utilisé contre la première émergence de Yonbi autrefois. Il se rappelait la convergence du chakra vers la position de Teruyo à l’époque. Si celui-ci avait été divergent cette fois…

Avaient-ils des traîtres dans leurs rangs ? Ça semblait inévitable désormais.

Le mot était peut-être trop lourd. La dissension avait régné aujourd’hui, sous les commandes d’une Tsuchikage aimée mais… L’Hayai reposait les yeux sur elle. Aimi était une figure presque légendaire à ce stade. Mais sa renommée était basée sur sa douceur, sa gentillesse, son désir de rassembler.

Mais pas sur la conséquence des actes. Pas sur la loyauté. Pas sur le respect et son cousin impopulaire, la peur. Tous ces freins à la désobéissance, à la sédition… Et ultimement, à la mutinerie. Tsuyoshi était imparfait, mais il avait vu les étincelles de la rébellion avant tous les autres.

Peut-être une surprise, mais ce qui attira l’attention de l’Hayai, ce fut les mots de Seiki, qui s’était joint à ce cirque. La peur avait eu raison d’Hyûga Rin, au dirait. La peur ou… La vérité. Ou simplement la loyauté à son prophète qui n’était actuellement qu’un tas de terre brûlée qui s’agite faiblement. Les rats quittent le navire en perdition. Elle pouvait vivre sans Yanosa, après tout. Pas Kisuke, apparemment. Pas sans son héros.

Le mot lui arracha un sourire alors qu’il baissait les yeux.

Aimi lui lançait un regard qui semblait deviner ce qu’il avait en tête de faire, et Taishi après un instant de silence soupirait en croisant les bras. Et maintenant ? Il n’était pas médecin, et son avis sur l’état de Yanosa avait été complètement ignoré, même d’elle. À partir de là, ce qu’il disait ou ferait aurait peu d’importance. Si ce n’en était de la sécurité d’Aimi, il aurait probablement poursuivi ces samouraïs ou, comme le disait Seiki… Rin.

Seiki qui avait raison, pour une fois. Et Taishi, lui, ne pouvait que songer qu’il n’y avait aucun scénario où les réponses justifieraient ce qui venait d’arriver. La vérité ne pouvait être qu’un bandage de fortune sur ceux qui jugeraient l’histoire plus tard. Et jugée, Iwa le serait sévèrement. Le village ne serait plus jamais le même après aujourd’hui, c’était une certitude.

Quant à Muramasa, il n’était personne pour juger et à vrai dire, une énigme ratée sur ses allégeances. Cette apocalypse n’était pas apparue de nulle part.

Tous ces civils morts voudraient bien lui parler de moindre mal, en fait.

Et Yanosa ? Tout dépendait de lui. Et si Taishi ne répliquait pas à ces menaces, à ces piètres justifications… C’était parce qu’à son sens, nul mot n’était nécessaire.

Il pouvait mourir ou vivre en paria, en martyr peut-être. Taishi avait eu le même dilemme jadis. Il y a la troisième option, moins facile, de faire face à ses actes et Iwa. Pas seulement Iwa, mais bien toutes les vies sacrifiées depuis la mort de Teruyo, volontaire ou non. L’Oterashi savait que qu’importe le nombre sauvées, les villages évacués… Ça ne ferait jamais le même poids dans la balance. Ou dans son âme, peut-être.

Et la mort de Yonbi ne changeait rien à cela.

Dans tous les cas, s’il fuyait maintenant, il serait avant tout le reste un déserteur.

Alors la seule vraie décision était le poids de son honneur dans la balance.

…Qu’en est-il, Yanosa ? Es-tu un héros ?


Spoiler:

_________________
Relentlessly choose your destiny, Invité.
GLOUBAFIGHTER ENGAGE
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] 56132_s
#GLOUBA / A MAJESTIC HUNTER
#TAISHI / JIKKUKAN HERITOR / THE GREEN FLASH / DAEDALUS EMERGENCE / RULE REVOLUTION
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Nihito Meho
Nihito Meho

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Sam 28 Jan 2023 - 1:30

A sa façon il était déjà en retard. Le pas leste, le regard froid, Mého avait pénétré au cœur même de la zone de combat l’esprit remplit de doute, de crainte et de colère. Si certaines de ses émotions lui étaient familières, d’autres lui semblaient bien plus aliénées. Difficile de comprendre ce qui se produisait dans le corps du shinobi alors qu’il avançait d’un par lourd vers l’attroupement maintenant formé. Les yeux s’égarant sur ce tableau, il ne pouvait s’empêcher de contempler les éclats de ce qui fut autre fois appelé dieu.

De simples démons dénués d’âmes et de cœurs. Des densifications de chakra vouées à la destruction … Telles étaient les images qu’il cherchait à ancrer en lui car, si tout cela était faux, si la réalité qu’il s’était imposé quelques jours plutôt était fausse, comment devait-il comprendre les évènements récents ? Comment pourrait-il accepter le geste dont il avait aussi involontairement que volontairement été le complice ?

Les voix devinrent enfin plus distinctes tandis que les immenses silhouettes reptiliennes se rapprochaient. A leurs bases, certains s’afféraient entre cris et hurlements et d’autres observaient d’un œil attentif cette situation au bord de l’explosion. Le NIHITO put aisément reconnaitre L’HAYAI qui comme à son habitude, restait suffisamment à distance du groupe pour ne pas s’impliquer tout en étant à la localisation parfaite pour ne rien perdre de la scène.

Maintenant à quelques mètres du centre ce furent les cheveux écarlates du Rubis d’Iwa qui percèrent la brutalement scène. Cette voix, que Mého commençait doucement à bien connaitre, se détachait progressivement de la cohue et son ton entre supplication et ordre était teinté de la peine qui débordait de la Tsushikage.

Nul besoin pour lui de voir pour comprendre qui était le centre de toute cette attention. Traversant la masse absorbée par la scène, il ne fut plus qu’à quelques pas de lui. Il était si proche. Yanosa gisait immobile entre la vie et la mort dans une forme qu’il peinait à maintenir.

Après tout ce qu’il avait fait, après tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. Mého ne s’attendait qu’à une chose, le haïr de tout son être, lui le « revanchard » qui se retrouvait si proche de l’une de ses cibles. L’univers et l’homme sont des choses bien complexe et alors qu’il restait immobile les bras ballotés par le vent, tout ce que le shinobi put ressentir, fut une peine encore plus écrasante.

Ennemie ou camarade, Iwajin ou Nukenin, héro ou meurtrier … tout cela n’avait guère d’importance. Sans un mot il prit le temps de s’asseoir perdu dans sa contemplation. Ainsi donc telle était la route de ceux qui suivaient leurs cœurs. Il avait choisi de tout donner pour ses opinions et avait tant prit dans sa quête aveugle. Le Clairvoyant … Était-ce donc comme cela que devait finir cette folie ?

-Tu n’as pas le droit de crever aussi facilement … Pas après tout ce que tu as fait … alors bas-toi !

Bien qu'ils furent chargés de tout l’amalgame d’émotions que ressentait Mého, ses propos ne furent pas plus qu'un murmure jeté dans les braises. Les jambes en tailleur, le regard lourd et le corps rigide, il attendit.


RESUMER:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Sam 28 Jan 2023 - 14:58
Les mots dansaient dans ses oreilles telluriennes dans une cacophonie indistincte, vrombissant et résonnant comme autant de kunai lui fusant dans la boîte crânienne, et ce fut tout juste si l’Oterashi fut en mesure d’extraire le sens des paroles que lui versa alors Kisuke une fois qu’il fut parvenu à son niveau. Yonbi était mort. Pour une raison qui lui échappait pour l’heure, et qu’il n’avait pas le loisir d’élucider pour le moment, la nouvelle ne lui procura pas la félicité attendue, celle qu’il avait poursuivi depuis l’an passé lors de la première confrontation avec le Dieu Singe. Sans aucun doute le poids de la responsabilité de tous ces morts, laissés dans le sillage d’Hachiman, jouait-il un rôle aussi prépondérant qu’insidieux dans l’esprit du guerrier de pierre, mais ce vide qui avait commencé à le dévorer depuis déjà des jours interminables était à présent accompagné d’autre chose. Une braise minuscule, à peine incandescente, chargée d’un vain espoir déjà nostalgique d’être un jour ravivée. Mais avant de pouvoir songer à quoi que ce soit d’autre, Yanosa prenait peu à peu conscience qu’il devrait régler un autre problème bien plus urgent que tout le reste, à défaut de quoi il aurait tout aussi bien pu s’abandonner aux bras accueillants du trépas que cela n’aurait fait aucune différence.

Il sentit les mains de l’apothicaire passer sur lui, en une tentative sincère mais certainement bien vaine de l’aider à garder son intégrité. Du coin de l’oeil, le Tellurique aperçut tour à tour plusieurs silhouettes qu’il n’avait pas remarqué plus tôt, la faute à sa vue troublée par l’agitation chaotique qui s’était emparée de tout son être. Nozomi. Elle ici, menant bataille au côté des plus grands Juunin de la Roche. En d’autres circonstances, sans doute aurait-il su exprimer un ersatz de fierté à son égard de la voir ainsi prendre les armes, mais il lui semblait que la moindre once de concentration qu’il faisait dévier de sa simple survie mettait son existence en péril. Taishi. Dans l’ombre d’Aimi, l’Eclair Vert affichait pour autant que Yanosa pouvait en juger une mine aussi fermée qu’à l’accoutumée, si ce n’était plus encore. Impossible de démêler ce qui venait de se produire dans le creuset primitif de cette bataille pour le moment, et lorsque le guerrier d’Iwa vit apparaître sur le côté ce tapis floral qui lui offrait soutien et confort, son instinct lui souffla de ne pas s’y tenter. La fatigue et la détresse de son corps, elles, l’y poussèrent malgré tout, le faisant s’affaler sur la corolle qui vit malgré sa douceur plusieurs morceaux de son enveloppe tellurienne s’arracher et s’émietter. A chaque parcelle de son corps qui le quittait ainsi, l’énergie qui pulsait depuis l’intérieur de celui-ci devenait plus visible et terrifiante, aura violacée menaçant de le faire imploser. Et tandis qu’il entendait à demi mot les échanges tendus qui débutaient entre le maître reptilien et Aimi, l’Oterashi mesura l’étendue de son erreur en se laissant aller sur ce lit végétal.

Ce fut comme sentir la lueur ténue de sa vie s’éloigner, comme si le lien qui lui permettait de s’accrocher envers et contre tout à ce monde venait d’être rompu. Son visage de roche se tordit de plus belle devant cette attraction funeste qui lui promettait une nouvelle fois une mort lente et doucereuse. Faisant fi de toute tentative de ceux qui l’entouraient de le maintenir, le guerrier brisé roula alors de plus belle sur le côté, comme ballotté d’une agonie à l’autre, retrouvant le contact rassurant de la Terre. Il le sentit alors : ce lien, restauré, renforcé, une ligne de vie le raccrochant à la vie. Le sauver. Bien sûr, Aimi ne pouvait être là que pour ça : c’était son identité, sa nature, et le Chûnin en disgrâce se sentit d’autant plus nauséeux en songeant à la confiance qu’elle lui avait accordé. Cette même confiance, qu’il avait soumis à la pire des épreuves. Envers et contre tout, la Chiwa voudrait l’aider quoi qu’il puisse lui en coûter, et Yanosa n’avait aucun mal à accepter ses mots comme autant de vérités. A la lumière des sensations qu’il venait d’expérimenter, toutefois, il doutait qu’un quelconque soin traditionnel puisse lui être du moindre secours.

Tout autours de lui, autant par les mots que les regards, l’Oterashi sentait le poids culpabilisant de l’affection et du jugement mêlés, chacun attendant de lui qu’il se remette, qu’il guérisse… qu’il réponde de ses actes. Et cette charge, aussi intangible qu’elle pouvait être, lui semblait en cet instant plus grande encore que celle de venir à bout de Yonbi. Son corps essoufflé affalé au sol, le Tellurique se redressa de quelques centimètres, levant soudainement un bras avant de l’enfoncer violemment dans les masses de terre vitrifiées pour en extraire une poignée de sédiments qu’il plaqua instinctivement contre son poitrail. Poussé par l’énergie d’un désespoir qui menaçait de le rattraper, il renouvela l’opération, mené par son instinct, sa détermination viscérale à survivre. Les poignées de terre et de roche agglomérées se fixèrent alors peu à peu à lui, comblant les failles, colmatant les brèches, redonnant un semblant de stabilité temporaire à son corps qui demeurait malgré tout éreinté par l’effort. Le souffle court, Yanosa attendit un instant le regard vide, comme pour s’assurer de ne pas se désagréger de plus belle. L’énergie violacée pulsait toujours à ses tempes, mais de façon plus lointaine, plus diffuse, étouffée mais pas vaincue.

Sa main ouverte, doucement, se releva alors.

« Kisuke… C- Ça va aller… On a pas… de temps à perdre. Il faut… aider tous ces gens, il faut- »

L’esprit du guerrier de pierre vacilla, alors qu’une nouvelle tentative de reprendre forme humaine échouait dans les tréfonds de son corps ravagé et altéré.

« Kh...Ai- Aimi. C’est Tuschi, qui a besoin de toi… Tous ces morts, j- je suis... »

Ses yeux vitreux se posèrent sur sa main gauche, là au sol, qu’il serra comme si il espérait y ramener toutes les vies qui avaient été balayées par Yonbi. Ses doigts s’enfoncèrent dans la terre, s’y brisant presque tandis que les images de ces villages en proie à la panique qu’il avait dû laisser dans son sillage lui revenaient par flashs cinglants. Lui, Rin, Kisuke : ils auraient voulu pouvoir choisir en quels termes ils livreraient leur version des faits, sous quels auspices ils présenteraient l’enchaînement d’événements désastreux qui avait fait suite à leur initiative plus que controverse. L’urgence des mots ou celle des actes : de laquelle primerait sur l’autre était cependant encore en suspend, au bout des lèvres de chacun. Pour une raison qui lui échappait, l’Oterashi ne se sentait à peu près stable que sur le sol rocheux du Cirque, là où il pouvait puiser à loisir la matière première dont il était naturellement l’appendice. Peut-être ne s’agissait-il que d’une rustine temporaire, mais c’était en tout cas pour l’heure la seule option dont il disposait pour ne pas finir éparpillé aux quatre vents.

« ...On doit rentrer, fit-il avec une oeillade résolue en direction du Hyûga au bob. Mettre les équipes sur pied… pour secourir les survivants. Reconstruire…

La Terre, j’ai besoin… de la Terre... 
» finit-il dans un souffle, afin de laisser savoir à toutes et tous ce qui était pour l’heure la clef de son salut.

Bien des choses restaient à démêler, mais être venu à bout d’Hachiman n’en avait pas pourtant fait dévier la résolution du Tellurique à faire ce qu’il estimait nécessaire. Tout comme Aimi, songea-t-il fugacement… mais était-ce le cas de tous ceux qui l’entouraient ? Empruntant un peu de la méfiance exacerbée dont avait fait preuve Kisuke plus tôt, Yanosa tenta tant bien que mal de laisser s’échapper un chakra neutre et sensitif autour de lui pour mieux percevoir les actions de chacun. Pour l’heure, seul le témoignage d’Ashitaka, Meho et Harumi avait pu être entendu par Iwa, et sa teneur faisait peu de doute. Hors de question, pour le guerrier tellurique, de tomber à nouveau en proie à l’impulsivité de l’un de ses pairs, même dans son état affligeant.

Résumé







_________________
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Yano_b10

Theme Music06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Sam 28 Jan 2023 - 23:49
Yonbi est une abomination, et il corrompt ceux qui le porte. Le tuer était la meilleure solution, même si le sceller dans un objet aurait été une résolution acceptable.

Mais le scellage dans l'objet avait échoué, et la solution alternative aurait été de sceller ce monstre dans un être vivant. Et le cycle aurait repris. Il ignorait qui aurait été la pauvre âme a souffrir de ce sort qu'il ne désirait pour personne sur le yuukan, même à son pire ennemi. La connaissance que la moindre exertion physiques pouvait suffire à relâcher la bête et être un risque pour tous les civils de la région. La peur d'avoir son esprit corrompu, petit-à-petit, par la bestialité du monstre pour devenir une parodie de qui on était ?

Seiki n'avait jamais essayé de faire preuve de compréhension envers Kisuke. un homme aveugle à tout sinon aux ordres de la hiérarchie, et incapable apparemment d'avoir son propre esprit critique. C'était étonnant, de la part d'un expatrié dont iwa n'était même pas la patrie d'origine. Etait-ce une façon pour lui de se protéger ? Montrer une loyauté sans faille pour éviter qu'on la remette en question ? Il n'avait pas été là, quand la folie avait frappé les autres iwajins. La rubiconde le remit à sa place, d'un mot. Elle rétablit un équilibre, pourtant, elle aussi semblait aux premiers abord adopter une facade conflictuelle.

Le sang a trop coûlé malgré toutes mes tentatives. Pour autant, mon sang n'a aucune valeure face à celle de Yanosa. Si sa survie nécessite que je me sacrifie, qu'il en soit ainsi.

Trop de choses étaient arrivés pour que ces mots soient les bons, soient ceux qu'il fallait user pour faire changer d'avis l'être meurtri qu'était Kisuke.

Kisuke réfléchissait à toutes les solutions possibles pour s'extraire de la situation. Il en avait une myriade en tête, chacune avec des probabilités de succès différentes. La force brute n'allait mener à rien ici, mais une pilule appropriée, une charge vers l'Est en direction des samourai - c'était risqué mais dans le chaos d'une nouvelle bataille, Kisuke pouvait trouver dans cette stratégie une manière de sauver la vie de Yanosa. Potentiellement. Il ignorait si Aimi pouvait l'aider, dans l'état dans lequel il était. Le problème ne semblait pas être d'un souci biologique, mais chakratique avant tout.

La question était...

Pouvait-il lui faire confiance, à elle ? Il n'avait jamais fait de mission avec Aimi. Sa réputation était bonne. Ils avaient discuté ensemble de la clinique d'iwa, et de son impatience à pouvoir faire des choses concrètes avec le Shishiza à cause de la bétise administrative d'être chunin pour intégrer l'organisation. Une perte de temps et d'efficacité. Et elle disait avoir donné l'ordre de ne pas les attaquer. Il eut un sourire triste aux lèvres. Si initialement cela avait été le cas, les tensions avec le groupe à l'Ouest étaient existantes et, surtout, la trève avait été bafouée.

Si les explosions à sa proximité peuvent avoir été le fruit du hasard et du chaos de la bataille... Il fallait le Byakugan pour voir l'attaque invisible qui l'a frappé. Ou remarquer que Tsuyoshi à abandonné son maintient de la barrière protectrice. Alors oui, je me méfie de quels ordres exactement ont été donné, Aimi-sama. Votre réputation est sans défaut. Mais celle de Teruyo-sensei était celle d'un être diplomatique et posé. Cela ne l'a pas empêché de...

Les mots manquèrent à Kisuke tandis qu'il revoyait presque avec terreur l'énorme ours titanesque charger dans sa direction, en hurlant dans la pluie et le fracas des arbres qu'il renversait de ses larges pattes, avec aucune modération ou calme. Une perle de transpiration gouttait sur son front, en repensant qu'il aurait pu mourir à ce moment-là s'il n'avait pas eut la sagacité d'immobiliser la sauvage invocation de son sensei. Kisuke entendit vaguement Muramasa-sama parler, et tenter d'apaiser la situation. Ses mots arrivaient presque diffus à ses oreilles, comme filtré par la fatigue et l'animosité oppressante et perpétuelle qui le suivait depuis ce jour fatidique.

Seus les mots de Yanosa le tirèrent de cet état second. Kisuke s'approcha, pour entendre quel choix Yanosa allait faire. Sa stratégie d'évacuation était prête à l'utilisation. Il trouverait bien un moyen de rassembler des morceaux de son corps pour le trajet. Avec un peu de terre supplémentaire, peut-être ? Cela serait un moment difficile, mais l'Apothicaire était prêt à tout.

Sauf aux mots de Yanosa, qui décidait de rentrer à Iwa. Envers et contre tout.

Es-tu sûr, Yanosa ?

Les regards se fixèrent dans les prunelles l'un de l'autre. Les mots étaient presque échangés. Les risques de se retrouver en cellule étaient majeurs, s'ils n'étaient pas exécuté simplement pendant le trajet. Meho, qui s'était joint à eux, semblait avoir fait un rapport farfelus au plein centre d'iwa - mais cette information-là, c'était Nozomi qui lui avait donné et il ne pouvait pas la communiquer à Yanosa dans cet environnement. Il soupira. A ses yeux, Yanosa restait le chef des opérations, même s'il l'avait aidé à tracer les stratégies. Des Parias, c'était lui qui prenait les décisions. Et si c'était sa décision...

Alors rentrons.

Le serpent géant libéra la voie à Yanosa. Les deux petits serpents sur ses épaules ondulaient dans un rythme presque hypnotique. Advienne que pourra.
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Shizen Seiki
Shizen Seiki

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Dim 29 Jan 2023 - 12:23




Après la Calamité : Rentrons...



Une fois de plus, les paroles de Kisuke résonnèrent dans l'air avec une assurance et une certitude qui semblait sortir de nul part. Il affirmait avec un aplomb certain que les Dieux étaient des abominations, qu'ils avilissaient les âmes des malheureux qui les portaient en leur sein, et que les tuer ou les sceller dans des objets étaient la meilleure solution. Etait-ce à cause des évènements qu'il avait subi qu'il se laissait ainsi gagner par la haine et sa vérité pervertie et aveuglante ? Je ne pouvais pas me targuer de comprendre ce que ces derniers ressentaient après avoir certainement vu de près la libération de Yonbi et la mort de son hôte. Après avoir vu de leurs yeux les ravages que ce dernier avait causé à cause de sa colère et de son manque de considération pour notre humanité. Toutefois, j'avais été élevé parmi ceux qui connaissaient le mieux ces entités, et s'ils avaient été vénérés un jour, je me doutais bien que ce n'était pas pour leur cruauté sans pareil. Je déplorais sincèrement et profondément les morts qui s'en étaient suivis, mais j'étais à mille lieux de partager les pensées de l'apothicaire qui, d'une manière ou d'une autre, semblait avancer avec conviction ses propos. Une conviction dont je ne pouvais que m'interroger sur les bases légères de celle-ci.

-Vous ne connaissez rien des Dieux, ou peu importe comment vous décidez de les appeler. Et pourtant tu affirmes connaître la meilleure solution pour gérer ces derniers...Et tu agis comme si tu...vous deviez en être les seuls décisionnaires.

Même les mots du Borukan qui tentait d'apaiser la situation ne manquèrent pas de me faire tiquer, et même grincer des dents. Ils pensaient avoir mis fin à une apocalypse, cela sonnait presque comme une victoire dans leur bouche. Et pourtant, c'était bien de la frustration qui étreignait tout mon être. Comment ces derniers ne pouvaient-ils pas voir plus loin que le moment présent ? De voir tous les tenants et aboutissants de ce qui venait de se passer ? Des vies qui étaient potentiellement menacés dans le futur ? Je n'eus pas le temps de placer un autre mot que la Tsuchikage arriva et, prononçant mon nom d'un ton calme mais autoritaire, m'intima au silence. Je haussai discrètement un de mes sourcils, car même si je comprenais son désir de gérer ses propres shinobis, elle semblait se méprendre sur ma place au sein d'Iwa. Son autorité s'étendait certes à tout son village, mais n'en faisant pas moi-même parti, je n'étais pas soumis à cette hiérarchie. Toutefois, si j'étais là, c'était aussi en partie pour voir comment cette dernière allait gérer la situation. Et face à ses shinobis, elle avait en effet l'autorité pour décider de ce qui allait se passer par la suite.

Le discours de la Chiwa était certes ferme, mais plein d'émotions, un indice tangible de la direction qu'elle comptait prendre en tant qu'Ombre de la Roche. Si de prime à bord cela pouvait avoir l'air d'être un signe de faiblesse dans le monde dans lequel elle évoluait, et que beaucoup de shinobis verraient certainement les choses ainsi, j'y voyais une certaine force. Tout dépendait maintenant de la manière dont elle allait diriger cette force. Maintenant que les choses étaient déjà faites, je n'avais en effet plus de raisons de parler du passé. Il fallait maintenant réfléchir à ce que nous allions faire ensuite pour pouvoir réparer les derniers pots cassés, et limiter les dégâts. Je finis par soupirer discrètement dans mon coin, alors que le dénouement de la situation tendait en effet à la paix. Il fallait rentrer à Iwa maintenant...mais un nouveau problème semblait faire surface. Yanosa semblait se désagréger petit à petit, et sa reformation ne semblait pas totalement combler ce problème. Il devait rester au contact de la terre, alors comment allions nous faire pour le déplacer maintenant que nous étions tous sur la même page ?

-S'il a besoin de terre, je peux aider pour ça. Mais il va falloir le déplacer...dis-je en regardant ceux qui détenaient des invocations géantes.

Je composai des mudras, et posai mes mains au sol. Laissant mon chakra lentement se diriger vers le guerrier tellurique pour ne présager d'aucune menace, je formai lentement sous le shinobi une très grosse construction de roche qui vint prendre dans ses bras le Clairvoyant. Avec cette quantité de roche, il serait certainement capable de s'y fondre et de l'utiliser pour faciliter sa reformation. Qui plus est, la construction n'était pas directement rattachée au sol, ce qui allait grandement faciliter son transport.

-J'aurais aimé pouvoir alléger la pierre pour la rendre plus facile à transporter, mais je ne possède malheureusement pas les mêmes capacités que Yanosa, dis-je en m'excusant pour la peine que ça allait être pour le déplacer. Mais tu peux te servir de ma roche pour pouvoir aider à te reformer, Yanosa-san.

Le nom de la technique que je venais d'utiliser était assez ironique avec la situation. "La protection du Gnome" qui viendrait soutenir et protéger de la mort celui qui, par bien des aspects, rappelait un esprit de la terre. C'était un moyen temporaire toutefois avant de pouvoir ramener l'Oterashi à un endroit où on pourrait lui prodiguer des soins et un diagnostique plus adapté à sa situation. Même si le doton et la terre de manière générale semblait être l'un des meilleurs moyens de l'aider sur le moment, et le chakra aussi par ailleurs. Peut-être même qu'il arriverait à se servir du chakra de ma création pour l'aider à ce niveau là.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Lun 30 Jan 2023 - 13:37

___________________________________________

Le centre
___________________________________________


Ce fut le parangon des arcanes de l’iroujutsu qui tenta de calmer les tensions qui faisaient trembler le cœur du Cirque de la Veuve Blanche. Il n’avait pas tort, Yonbi avait été vaincu. ce qu’il ignorait, c’était que le scellement n’avait pas fonctionné pour une raison obscure qui ne plaisait guère à Aimi. Même si la finalité était globalement positive, elle ne pouvait pas ignorer les zones d’ombres qui planaient autour de cette histoire.

Concernant Taishi, il n’avait pas dit grand-chose et restait imperturbable. Son silence tendait Aimi, elle savait qu’il ne serait sûrement pas d’accord avec sa manière de procéder et qu’il la trouverait sûrement trop clémente dans le contexte. Mais elle en avait besoin, avant de devoir prendre des décisions qui seraient sûrement difficiles.

Ce fut la présence de Meho qui surprit la kunoichi de la Roche. Après ce qu’il avait pu dire, il prenait un certain risque à se montrer. Elle était aussi rassurée de voir qu’il allait bien et aimerait le questionner sur ce qu’il s’était passé, mais ce n’était pas vraiment le moment.

Kisuke répondit aux mots prononcés par la Chiwa. Dire que son sang n’avait aucune valeur était une offense à ceux qui croyaient en lui et qui se battaient à ses côtés. Pour ceux qui tenaient à lui, sa valeur était sûrement plus grande qu’un autre. Sans vouloir lui faire comprendre que ses mots pouvaient être blessants, elle lui répondit avec une certaine pensée pour son père et pour Tenzin.


« Se sacrifier ne ramènera pas toutes les pertes injustes qui souillent ce monde. Tu seras plus utile vivant à tout faire pour éviter ce genre de drame. »

C’était une manière de lui dire qu’agir plutôt que de jouer les martyres en sacrifiant un Yanosa qui n’en avait pas besoin de voir un mort de plus sur le territoire de la Terre. Elle ne fit pas non plus la parenthèse qu’il fallait aussi éviter d’être celui qui avait allumé la flamme, il penserait qu’elle l’accusait indirectement des drames récents que le pays avait subi.

Enfin, il fit mention d’une attaque à l’encontre de l’Oterashi dont elle ignorait tout ou de Tsuyoshi qui avait abandonné la barrière. La surprise pu se lire sur le visage de la Tsuchikage qui évita de poser un regard sur Taishi, ne souhaitant pas l’accuser directement.

De la lumière invisible, cette hypothèse pourrait mettre Aimi sur une piste, notamment car un de ses manipulateurs avait combattu à ses côtés. Elle se retint de poser un regard sur Taishi, de peur de se trahir. Était ce lui qui avait fait ça ? Il remettait clairement en doute les ordres donnés par Aimi, ce qui était logique, si certains étaient allés à l’encontre de ceux-ci. Maintenant qu’elle était la cheffe de ce village, elle devait faire attention aux agissements des shinobis qui étaient sous ses directives.

Lorsqu’il mentionna le Miyamoto, l’eiseinin sentit son cœur se serrer. Comment pourrait-il essayer de dénigrer un homme qui avait perdu la vie ? Un père qui avait laissé son enfant orpheline ? Il semblait reprocher des choses au rouquin qu’elle ne savait pas, mais cela ne justifiait rien. Elle se fit force pour ne pas s’énerver et commença donc une petite tirade afin de répondre à tout ce qu’il lui avait dit.


« Teruyo est… mort. Il n’est plus… Respectons les âmes de ceux qui ne sont plus…

Il y a beaucoup de choses que je ne cerne pas encore. Notamment cette technique qui aurait attaqué Yanosa et dont je ne connais pas l'existence. Tout comme, pourquoi je n’ai pas eu d’autres choix que de demander à Taishi d’aider Yanosa à attaquer Yonbi, ce qu’il a fait.

En effet, le scellement a été dévié alors que j’avais exprimé mon souhait, si celui de la faux n’aboutissait pas.

Concernant Tsuyoshi, je lui demanderai de vive voix ce qui a pu se produire pour qu’il mette fin au maintien de la barrière, mais ce n’était certainement pas dans un but mauvais. Tout comme les explications que j’attends de votre part, j’en attends aussi des autres. Mais comme je l’ai dit et comme l’a ajouté Mura, ce n’est pas le moment pour cela, nous avons des vies à sauver.

J’ai par ailleurs soigné Susumu qui était très blessé, mais le reste de mon groupe se porte bien. J’ai demandé à Medyusa-san de s’occuper des soins le temps que nous rentrions au village. J’attends aussi de m'assurer que nous ne courrons plus de danger imminent pour rappeler les habitants d’Iwa.

En effet, j’ai fait évacuer le village vers le port dès que j’ai appris pour le réveil de Yonbi et donc la mort de Teruyo, c'est-à-dire, il y a quelques heures.
»


La jeune femme s’arrêta quelques instants, laissant le temps à Kisuke d’assimiler ses paroles. Elle s’était montrée ferme, honnête, mais juste, au vue de la situation catastrophique dans laquelle ils se trouvaient. Elle n’avait aucune raison de mentir sur quoi que ce soit. Elle voulait obtenir des réponses et elle les obtiendrait le moment venu. Lui rappelant qu’elle avait été mise au courant de tout ce qu’il s’est passé très récemment et qu’elle avait tout de même agi le plus rapidement possible pour aller à la rencontre de la calamité. La rubiconde soupira de fatigue et de lassitude, elle commença elle aussi à atteindre ses limites. Non pas par manque de chakra ou à cause de blessure, mais parce qu’elle avait encaissé beaucoup de choses mentalement et que sa proximité avec le chakra de Yonbi n’avait pas aidé.

« Concernant les samouraïs, ils sont partis vers le sud, il va falloir s’assurer qu’ils ne sont plus une menace et les traquer. Je ne prendrai simplement pas le risque d’envoyer quelqu’un à bout de chakra à une mort certaine.»

Le son rauque et fébrile provenant de l’amas de pierres qu’était Yanosa arriva aux oreilles d’Aimi qui semblait essayer de calmer l’Hyûga. Il adressa aussi quelques paroles à son encontre, lui disant que le pays avait besoin d’elle et que concernant ses morts, il était… il ne put terminer sa phrase, même si elle semblait comprendre ce qu’il voulait dire. Elle ne put répondre sur le moment, alors qu’il semblait subir les conséquences de sa proximité avec la sphère noire initiée par feu Yonbi.

Il demanda à rentrer, même si cela ne l’enchantait peut-être pas au vu de l’épée de Damoclès qui se trouvait sur sa tête.

Le chemin du retour risquait d’être difficile si le pugiliste avait besoin de rester en contact avec la terre. Mais c’était sans compter sur Seiki et ses capacités, qui firent apparaître, à sa grande surprise, un énorme golem de pierre qui prit dans ses gros bras, la silhouette de terre.

La kunoichi trouva que c’était une bonne idée, mais il avait aussi besoin de terre fraîche. Elle s'accroupit alors et attrapa son petit panier attaché à sa taille et y retira quelques équipements médicaux qu’elle scella dans un sceau non-complexe. Enfin, elle attrapa de la terre avec ses mains et la déposa dedans, le remplissant suffisamment pour pouvoir l’utiliser à bon escient.


« Seiki, prépare toi à devoir alimenter par moment ton golem de terre, histoire qu’il ne s’effondre pas en chemin.»

Concentrée, elle affichait un visage fermé puis une fois qu’elle s’était relevée, elle concentra du chakra dans ses pieds et bondit au niveau des bras sur le golem, près de Yanosa. Comme à son habitude, elle donna des directives, car c’était ce qu’elle savait faire de mieux dans des moments aussi difficiles à gérer. Peu importe ce qu’il s’était passé, Aimi restait Aimi, et ne changerait pour personne.

« Nozomi-san, nous aurons besoin de toi et des préparations de la serre pour aider nos camarades. Des anti-douleurs seront nécessaires en grand nombre…
Muramasa-san, nous allons devoir user de notre don de chakra pour aider Yanosa à récupérer le plus rapidement possible, tu penses pouvoir m’aider ? Il y a aussi ces particules violacées...
»


Enfin, elle commença à prendre la terre fraîche de son panier et à recouvrir le corps de la source de toutes ses interrogations et inquiétudes avec, comme lorsqu’on enterrait quelqu’un. Entre deux tapotements sur son torse pour bien tasser les particules, elle lui adressa quelques mots.

« Comment veux-tu que je me sente digne de sauver ce pays, si je ne peux pas te sauver toi ou même Teruyo… je n’ai même pas été là pour empêcher ce qui est arrivé…»

Une main parcourue de chakra médical se posa sur sa joue de pierre. Elle savait que cela n’aurait probablement aucun effet, mais si elle pouvait l’aider d’une quelconque manière en attendant sa reformation… Sa tête était penchée au-dessus de lui, alors lui seul pourrait voir l’air déchiré sur le faciès de la Tsuchikage qui sentait son cœur en mille morceaux. Elle se sentait extrêmement coupable, mais ne l’avait montré à personne. Yanosa était de ceux qui pouvaient avoir la chance -ou pas- de voir les faiblesses de la Chiwa, chose qui pouvait être dangereuse, mais c’était ainsi.

Son chakra médical se posa sur les particules étranges et violettes qui émanaient du corps de Yanosa, elle ne savait pas comment s’en débarrasser, elle tentait de l’extraire sans empirer l’état du pugiliste. Son état était un vrai mystère, mais il fallait tout essayer.

Honorï quant à lui, restait non loin du golem, à quelques mètres au-dessus dans les airs. Il veillait au grain à ce qui n’arrive rien à son invocatrice.

Il était temps de rentrer à Iwa, afin de lancer la seconde partie de ce drame où chaque shinobi en serait l’acteur.



Spoiler:


_________________
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Hxv1


Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 30 Jan 2023 - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Xuân Nozomi
Xuân Nozomi

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Lun 30 Jan 2023 - 22:33
L’incarnation Terrestre vint se reposer sur le lit végétal, comme proposé. Contrairement à ce qu’elle avait imaginé, il n’y trouva ni réconfort ni repos. Ou bien trop : car elle le vit se désagréger encore plus, avant de rejoindre de nouveau la Terre si salvatrice.

- “Pas si humain que ça, visiblement…”

Elle avait failli tuer celui qu’elle voulait aider. Regardant sa création d’un œil maussade, elle se consola en pensant qu’elle avait fait de son mieux. Ce qui était bien peu ! Toujours accroupie, l’horticultrice prenait de la terre à pleines mains afin de l’apposer à divers endroits de l’enveloppe de son mentor. Aidait-elle, au moins un peu ?

La Tsuchikage prit la parole, calmant les esprits échauffés. S’ensuivirent des discussions entre les principaux protagonistes de l’histoire. Le personnage secondaire qu’elle était suivit la conversation, réagissant parfois physiquement à ce qu’elle entendait. Concentrée sur le scellement, elle n’avait que peu fait attention à ce qui l’entourait. Remettant sa vie entre les mains de la coalition - ainsi que son armure et ses propres jutsus. Mais elle n’avait guère pris le temps d’observer ce qu’il se déroulait dans les autres groupes.

Voilà qu’elle apprenait que quelqu’un avait essayé de tuer son professeur ! De façon sournoise, de surcroît. Qu’un autre avait lâché la barrière, prenant le risque que Yonbi les frappe de toute sa force. Et que, comme elle l’avait senti, le scellement avait été dans plusieurs directions différentes. Comprenant ainsi que ce n’était pas la Chiwa qui avait décidé de changer de cible… Le regard de Nozomi se posa sur Meho qui était là lui aussi, alors que sa présence risquait d’aggraver les choses. Elle avait gardé ce choix ? Voulu enfermer Yonbi à l’intérieur de ce shinobi qui avait traité ses pairs de meurtriers et déserteurs, sans aucune preuve ? Dans le feu de l’action, l’horticultrice avait suivit le nouveau choix effectué, pensant qu’il s’agissait d’une décision de la kage. Elle s’était fourvoyée. Et surtout, n’avait pas hésité une seule seconde.

Sa première sortie d’Iwa en tant que kunoichi était un échec complet. Peut-être devrait-elle laisser de côté cette nouvelle vie qu’elle venait tout juste d’emprunter. Retourner travailler à temps plein sur ses propres terres. Produire du lin, entre autres. Mais leur surface avait été réduite, et ils n’avaient plus assez de revenus pour subvenir aux besoins de leur famille. Partir à Torii, dans ce cas ? Rejoindre son frère et son amie ? C’était ridicule. Elle était née ici. Elle ne pouvait pas vivre ailleurs.

L’un des shinobis présents la sorti de ses pensées, alors qu'elle nourrissait toujours de Terre celui qui en était l’incarnation vivante. Il lui arracha des mains, pour le déposer dans une création du même élément. L’ignorant totalement. De nouveau complètement inutile, elle se releva et jeta un œil critique sur sa propre création. Une idée lui traversa l’esprit. Dans son propre groupe se trouvait une autre Incarnation, de foudre cette fois-ci. Peut-être pourrait-il être utile à Yanosa, d’une manière ou d’une autre ? Elle rejeta cette pensée, au vu des derniers résultats obtenus. Ce fut la kage elle-même qui lui redonna un peu foi en ses capacités de kunoichi.

- “Bien. La fabrication de médicaments était déjà en cours à notre départ.”

Elle irait leur prêter main forte dès qu’elle rentrerait à Iwa. Se tournant vers Kisuke qui prenait déjà la route, elle poursuivit :

- “Nous aurons besoin de vous, Kisuke-senpai.”

Ses connaissances en la matière étaient encore faibles. Si Yanosa était son professeur en matière de doton, Kisuke l’était concernant les préparations alchimiques. Et elle avait besoin de se perfectionner. Comme l’avait dit le shinobi torse nu, le plus important actuellement était de venir en aide aux nombreux blessés. Et ça, elle en avait la capacité. Elle prit donc la route vers son foyer aux côtés de tous ceux ayant combattu Yonbi, dont les retardataires les rejoignaient peu à peu. Il était temps de rentrer, afin de reconstruire. Encore.

Spoiler:

_________________
06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] 5cqa
Code couleur : #868A08............................................................................. Merci Aditya pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12800-l-art-de-faire-pousser-des-fleurs-dans-les-roches-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-kiri-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t12888-xuan-nozomi https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nihito Meho
Nihito Meho

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Mer 1 Fév 2023 - 11:45

Voir Yanosa se redresser réveilla de sombres pensées dans le cœur du shinobi. Tous ces évènements, toute cette souffrance, tout cela pour ça … . Les poings serrés le regard noir, il n’esquissa pas un mouvement. L’Oterashi bien que conscient souffrait de ses blessures. Les mots qu’il échangea avec elle n’arrivèrent qu’en vague disparate aux oreilles du ninja. Sans quitter l’homme du regard il ne sut si ce dernier l’avait remarqué et à vraie dire, peu lui importait. Pourquoi tant de liesse ? Ses mots n’avaient donc eu aucune résonnance ? Toph elle aussi ne l’avait pas cru après tout.

Kisuke, parla. Encore et encore il parlait. Sa langue, à l’image de ses invocations était acérée et venimeuse. Tant de colère, tant de haine … Comment pouvait-il faire preuve de tant de confiance après les actes qu’il venait de commettre ? Tout cela était agaçant et visiblement, Mého n’était pas le seul à le penser. Un homme encore inconnu du chunin s’avança pour prononcer des mots forts. « Les décisionnaires … » Était-ce ce que nous étions ? Ou plutôt ce que nous voulions être ? Aussi loin qu’il s’en souvenait, Mého n’avait connu que décision car ainsi était le monde. Les ordres qu’il suivait et ceux qu’il donnait. Nul besoin de comprendre car un samouraï ne remet pas son maitre en cause. Un samouraï obéit et c’est tout.

Guidé par ses pensées, l’esprit du shinobi sembla s’égarer. Les cicatrices laissées par l’irruption de Yonbi étaient là …. Brulantes. Mettre des mots sur les émotions était déjà difficile lorsqu’elles étaient siennes mais là, l’échelle, l’intensité, la subtilité … il était dépassé en tout point et s’il lui restait une chose à espérer, c’était qu’elles s’estompent ou mieux encore, qu’elles s’évaporent enfin. Ce problème mit de côté, c’était une autre question qui se voyait soulever. Si Yonbi était capable de tant, alors pourquoi ? Il y avait-il des choses qui nous échappait, nous les puissants shinobi. Des choses que nous ne puissions comprendre que nous ne contrôlions pas ?

L’irruption du golem fit trembler la terre brisant dans un même temps l’introspection du chunin. L’heure était au retour à Iwa. Un retour héroïque pour certain et macabre pour d’autre. La main de Mého s’avança en direction du golem. Une fois la paume posé sur ce dernier les inscriptions apparurent en filigrane recouvrant ce dernier dans son entièreté d’une lueur pourpre. Un unique battement de cœur et elle s’éteignirent tandis que Mého lui reprenait un peu de son souffle.

-Avec ça, nous avancerons un peu plus vite.


Il avait adressé ses mots au vide, mais tous purent l’entendre. A quelques mètres de lui se trouvait le second de l’Oterashi. Mého n’avait jusqu’alors pas prit le temps de lui adresser la parole laissant le soin aux autres participants de lui répondre. L’évocation de son maitre et ami restait à ses yeux une insulte particulièrement basse et bien que leur Kage se soit déjà chargé d’apporter une première réponse. Le chunin prit le temps de lui adresser une ultime parole.

-Tu fais énormément de bruit pour un ninja. Surveille ta langue car ton cas est déjà grave et à force de te rouler dans la boue, tu finiras par t’étouffer avec.

Il n’avait pas stoppé sa route en lançant ces quelques mots. Avait-il été entendu ? En réalité dans un cas comme l’autre cela ne changerait rien pour lui et cet homme ne restait qu’un détail … .

Les pas de Mého se pressèrent pour rejoindre ceux de l’inconnu. S’était-il déjà croisé ? Mého ne gardait aucun souvenir de lui et le plus simple était donc de se présenter.

-Je suis NIHITO Mého Chunin d’Iwa, je souhaiterais m’entretenir avec vous ninja. Au-delà de votre puissance, je vois aussi que vous semblez disposer d’une sagesse qui nous dépasse. Je veux savoir, je veux comprendre … Les dieux, que sont-ils ?

Sa voix s’était faite plus intense alors qu’il posait sa question. Comprenant qu’il prenait peut-être un peu trop ses aises, Mého baissa légèrement la tête avant de reprendre d’un ton bien plus tempéré.

- Je me doute que l’heure n’est pas à ce genre de discussion. Nous sommes tous fatigué. J’espère juste pouvoir avoir un peu de votre temps une fois nos pansées, une fois que nous serons à Iwa …


RESUMER:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi] Empty
Sam 4 Fév 2023 - 18:23
Yonbi
Le Centre

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Bien que le Yuukan était sombre et empli de terreurs, l’amour et l’amitié triompheraient toujours. C’était ce que venait de prouver les fiers défenseurs de la Roche, une fois de plus, qui se relevaient malgré l’adversité et la perfidie d’un prétendu Dieu qui gisait désormais dans les ténèbres sinueuses d’un sommeil éternel. Enfin, pour le moment, car selon les rumeurs, ce dernier reviendrait pour se venger de l’affront et de la violente déculottée qu’il venait de se prendre dans sa face simiesque.

Sans compter que malgré les apparences, l’affaire n’était pas piquée des hannetons. La pomme de la discorde était au centre de bien des esprits, après les rocambolesques événements qui avaient lézardé la Roche au plus profond de son sein. Les accusations et autres délations faisaient rage dans le cœur des Shinobi qui avaient traversé les cercles des enfers afin de survivre à la calamité. Ce retour au bercail allait promettre bien des coups de théâtres, plus obscurs que les arcanes de l’ombre.

La Capitale était détruite, marquant un tournant pittoresque pour l’histoire du Pays de la Terre, ce qui amenait à de bien singulières aurores. Le Daimyo était en vadrouille dans la nature, en train de participer à un simulacre de ces courses interdites de Kuchiyose qui se déroulaient dans les montagnes d’Iwagakure à la nuit tombée. Les Parias, une organisation tacite se révélait au grand jour, comme pierre angulaire de l’amour et de l’amitié, ce qui n’allait pas plaire aux hautes instances de la hiérarchie du Kunai. La populace survivante allait sans nul doute demander refuge au Village Caché, ce qui serait peut être une nouvelle face sombre pour l’ancien Rokkusu qui ne serait en mesure de gérer une telle situation apocalyptique.

Tout cela était nébuleux, mais de meilleurs lendemains se présenteraient à l’horizon dans l’oronymie de la Roche.

Muramasa ne comprenait pas vraiment pourquoi ses comparses se montraient si manichéens, mais cela ne l’étonnait pas vraiment au fond.

La rubiconde demandait à Muramasa un soutien pour le don Chakratique, une arcane majeure des arts de l’Iroujutsu, ce à quoi il acquiesçait avec un air marmoréen. Concernant ces étranges particules violettes, cela était sibyllin et le Borukan ne savait pas vraiment de quoi il pouvait s’agir.

« Bien sûr. » -dit-il à sa collègue du scalpel-

La justice rendrait donc une nouvelle fois visite à Iwajuku, après une longue absence.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

06. Le Centre [Yanosa, Kisuke, Aimi, Taishi, Mura, Nozomi]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ceux qu'elle n'aurait pas du voir [Yanosa, Tsuyoshi, Taishi, Kisuke ?]
» Yanosa Gaiden - Le Centre
»  [MISSION/A/IWA] LE DESTIN DE LA TERRE | Aimi & Yugure & Mura
» [MB] Un ennemi Complexe [Taishi/Kisuke/Komorebi]
» [Calamité] Discussion et stratégie [Yanosa, Rin, Kisuke]

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Calamités :: Calamité : Yonbi
Sauter vers: