Soutenez le forum !
1234
Partagez

« Le destin des plus jeunes » PV KANON

Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Dim 8 Oct 2017 - 17:55


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Le jeune bushido s’élance et se balance, de ses pas légers, il avance, pour un pas de plus pour oublier, un pas de moins pour subsister. Et tandis que le vent se calme, que la bruine s’épaissit, de petites gouttelettes sous le ciel s’éteignent. Elles virevolte ses pupilles vers le haut, Yoshitsune semble attendre sans réellement le moindre but précis. Dans ces pas chancelants, s’y retrouve l’espoir, le doute et tout autre mélanges de sensations.

Réveillé depuis quelques secondes, les articulations encore endolories ; il constatait avec effervescence cet habitat prospère. — il pousse alors un soupir déchiré les articulations poussées au supplice et les paupières inférieures soutenues par des cernes de fatigue.

Il avait quitté les murs de son domaine sous cette loi pour se retrouver dans ce territoire et loin de sa mémoire. Il a les os qui craquent et la fatigue qui reste opaque. Le ciel qui s’esquisse de ses étoiles et lui qui observe les passants dans cet étau géant qu’est Iwa, de ces âmes qui circulent et lui qui déambule. Peau d’albâtre au rythme endiablé comme si cela lui plaisait, lui qui finit par le fixer.

Il l’avait reconnu, de ses gestes et de son visage, de son existence et lui de son errance. Il s’approche encore et encore, d’un pas de plus et moins qu’un autre, pour être à la hauteur de son hôte. D’un geste gracile, la paume se soulève, rigidité des efforts précédents qui reviennent et galopent en lui. Le bourgeon d’un sourire se glisse pour ce visage croisé.

« - Bonsoir, Compagnon. Je ne pensais croiser un autre jonin à cette heure. Surtout pas avec une telle agitation. »


Il le sait et il le voit, il ne peut pas le lui faire oublier, ni à lui ni à cet éternel. Il se balance de sa gêne légère, avant de redresser les épaules d’un air peu fier. Les billes d’orages cherchent et parcours les bâtisses, pour trouver un lieu complice.
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Dim 8 Oct 2017 - 19:30


L’Académie Hashira venait à peine d'être achevée depuis quelques jours. Ce nouveau monument représentatif de l'éducation Iwajin avait connu une inauguration comme il se devait. Cependant, les flammes de la perfidie étaient des plus brûlantes, même au cœur des plus jeunes et innocents. Les genins étaient malicieux et certains avait un esprit des plus rebelles. Instaurer un peu de discipline, à ces fauteurs de troubles était une nécessité. Ces sacripants ne respectaient pas le règlement de l'Académie. Soit, le jugement divin allait s'abattre sur eux. Bien entendu, Kanon s'était porté volontaire pour assurer la surveillance de temps à autre. Quel plaisir que de pouvoir administrer des punitions en toute impunité à ces genins joufflus. Un vrai régal.

Passant dans les couloirs, l’œil vif et sur le qui vive, il menait sa petite ronde prêt à frapper dans le lard du premier élève venu ne respectant pas à la lettre le règlement. Ces bougres commençaient malheureusement à se faire discret. Les premiers rebelles avaient été frappés du courroux s’abattant sur eux avec une main de fer, si bien que les autres se montraient plus ingénieux et discrets dans leurs agissements viciés.

C'est au détour de son chemin qu'il croisa quelqu'un qu'il ne s'attendait point à croiser.

« Konbawa. Je me suis porté volontaire sur mon temps libre pour assurer la surveillance et que tout se passe bien à l'Académie. » -surpris de voir son compatriote-

L'heure tardive marquait la fin des cours, et la tombée de la nuit était proche. L'agitation des élèves quittant les lieux pour la plupart était toujours assez effervescente. Certains étaient pressés, d'autres moins.

« L'établissement est encore récent. Tous ne respectent pas encore le règlement des lieux, malheureusement. »

Regardant le Jonin qui semblait sortir d'une sieste, vu son air encore un peu somnolent, ou bien étais-ce son visage qui manquaient d'expressions. Kanon le connaissait de vue et inversement. N'étais ce pas là l'occasion de faire connaissance ?

« Que diriez vous de m'accompagner ? Après avoir attrapé les fauteurs de trouble, un cours particulier leur est administré. » -affichant un léger rictus assez expressif-

Proposant au Nagamasa une activité des plus amusantes. Mais pour cela, fallait-il encore attraper quelques fautifs. Chose qui ne serait sans doute pas bien difficile.


_________________
« Le destin des plus jeunes » PV KANON 1511218930-kenkaneki
Merci Sora-chan!


Dernière édition par Sōryū Kanon le Sam 14 Oct 2017 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Lun 9 Oct 2017 - 1:59


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

L’ombre d’un sourire se dessine et son regard qui s’anime, devant lui, devant autrui. Il voit dans les yeux de son interlocuteur les flammes vaciller comme il n’en a pas vu dans des regards par milliers, de bienveillances. Yoshitsune lui aurait bien fait une révérence, pour lui si admiré, pour lui si fatiguant. Il a exhalé un léger soupir, à peine entendu parmi les rires d’enfants, pour mieux se protéger et rester dans le secret. Mais le jeune bushido possède une trop grande franchise, qui est nuisible et parfois risible, mais il s’en accommode, l’a admise. Il laisse l’exclamation de son compagnon se perdre dans cette pluie d’étoiles, ses yeux clos lui offrant la réponse sous son voile, qu’il détourne légèrement afin de rentrer dans ce lieu exulté. Il penche la tête sur le côté aux paroles prononcées, ne voyant pas le sens mené.

« L’académie ? Cela doit être une drôle d’institution. Nous les natifs du clan Nagamasa n’avons jamais eu la chance que de recevoir les enseignements de quelqu’un d’autre que notre père. »

Il avait accompagné ses mots par un haussement d’épaule évasif, lui-même se positionnant dans ce capharnaüm abusif. Il avait crû apercevoir l'espace d’un mièvre instant, un éclat sombre, bien vite remplacé et il ne juge là-dessus. Il se souvient alors de ces premiers combats engagés contre ses frères et un rire vient se déployé, se rappelant la danse des sabres et ses attraits. Déambulant au travers des corridors, en compagnie de son guide d’un soir Yoshitsune observe les environs. La fraîcheur et la gaieté sont d’actualité, surtout quand ils rentrent à l’abri de cette pluie étoilée.
« Avez-vous entendu les dernières nouvelles mon ami ? »


Il penche doucement la tête, lorsqu’il invite son partenaire à suivre un couloir tranquille. Poursuivant sa marche, il s’étire doucement en pensant, à la suite des événements et ce qu’il pourrait bien dire, à tout ce qu’il s’est passé ici.

« Je crois qu’ils sont passés par là. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Mar 10 Oct 2017 - 2:20


Souffle tumultueux d'une obscurité grandissante, pourtant ralentie par cette saison lumineuse. Un compagnon venait tenir compagnie au malicieux renard dans une odyssée bien étrange. Une quête demandant quelque esprit malinois. Partant d'un intérêt vicié, la raison était pourtant des plus noble. Veiller à ce que l'égarement de la jeunesse ne se perde pas dans des affres abjects. Les quatre jambes foulaient dorénavant le sol à l'unisson. Traque menée sonnante et aux aguets.

Le Nagamasa ne semblait point avoir eu une enfance des plus facile. Trahissant le poids et les attentes qui reposait dès son plus jeune age de la part du cocon familial. Cette rigoureuse éducation filiale, était pourtant dès plus communes des temps anciens, à aujourd'hui,et certainement demain. L'académie n'était qu'un bref passage, où les âmes avaient l'occasion de s'aventurer vers des moments inconnus.

" Nous autres Soryu, sommes assez traditionalistes en général. Du moins, je ne sais pas si j'ai eu la chance ou la malchance, d'avoir eu des parents voulant s'ouvrir un peu plus aux opportunités offertes dans ce vaste monde que la majorité du clan restée bien loin par delà les montagnes. "

Continuant de déambuler en ce théâtre emplie de vitalité. Centre névralgique de la génération de demain. Toujours l’œil attentif, l'oreille dressée au moindre bruissement trahissant quelque piste que ce soit.

" Les dernières nouvelles ? Je n'ai pas eu ce plaisir. " -redoublant d’intérêt aux dires évoqués-

Diantre ! Passés par là ! Ce signifiait une fourberie se profilant à l'horizon. Direction, les vestiaires. Cela ne pouvait signifier qu'une chose. Les sacripants étaient prévisibles. Les instincts les plus primitifs animaient toujours les plus noirs désirs. Commettant dès lors, bien des crimes.

Redoublant d'allure, le Kanon entra dans les vestiaires masculins, discrètement. Afin de ne pas faire montre de sa présence. Ils étaient bel et bien là, tous affairés contre la paroi. Mur qui donnait en parallèle sur le vestiaire des jeunes demoiselles. Un trou avait été sciemment préparé, et les genins joufflus et obsédés étaient à tour de rôle en train de s'y délecter. A ces heures, les innocentes se changeaient après l'entrainement. Leur corps dégoulinant de sueurs après l'effort. Il était normal de se rafraîchir et de changer pour des tenues plus fraîches et propres. Les pervers dégoulinaient à ce spectacle, non pas de sueur, mais de sang. Leurs nez étaient apparemment des plus sensibles.

S’avançant tel le justicier qu'il était, Kanon frappa ces malandrins alors qu'ils ne s'y attendaient guère. Déclarant solennellement la sentence.

" Félicitation Vous semblez volontaires pour le cours spécial. Et ce soir, vous aurez l'honneur de la présence de Nagamasa-san avec moi pour vous inculquer la discipline qui vous fait défaut! ! "

Se retournant vers le compatriote. Afin de s'assurer que cela lui paraissait une juste sentence. Ainsi que de sa volonté de participer à la tâche ardue de corriger le comportement de ces genins joufflues manquant de la moindre des corrections.

" Qu'en pensez-vous? "

Croisant les bras. Attendant la réponse, sous les regards terrifiés des quelques jeunes gens ayant fauté.

_________________
« Le destin des plus jeunes » PV KANON 1511218930-kenkaneki
Merci Sora-chan!


Dernière édition par Sōryū Kanon le Sam 14 Oct 2017 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Jeu 12 Oct 2017 - 0:23


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Yoshitsune est là tout souriant. Pourtant n'est d'ores et déjà plus son sourire qui s'efface, ombre de lui même quand il sait l'heure très grave. Il aurait aimé rencontrer ces enfants "braillards" ou "Pervers" dans d'autres circonstances... Sans doute le temps le permettrait il, une autre fois lors d'une situation plus sujette à la discussion. Mais pour le moment, une sanction était plus de mise. Telle comportement indigne pour un Iwajin était inconcevable, allant à l'encontre de ce que représentait l'essence même d'un Shinobi de la roche. Alors si tel était sa mission en ce jour, il ne permettrait jamais plus une telle promiscuité en ce village qui est sien.

C'est donc d'un pas non plus lésé mais tonnant contre le sol avec ferveur, Yoshitsune se rapproche d'un des gamins, le chopant par le col débutant ce début d'esclandre soudaine.

« Qui pensez vous que nous soyons ? Pensez-vous que le moment soit propice à la farce, bande de sales garnements ? »

Tant il scandait, tant sa prestance gonflait semblable s'accroître ; Tantôt douce complainte éphémère, désormais sulfureux récit de flammes cramoisies. Il revoyait sous ses traits inhibés s'illustrer les paroles d'un paternel peut-être strict mais en concordance avec son temps et les responsabilités que cela implique. Lui qui avait pu voir la vérité tapis dans les ténèbres comprenait de quoi il en retournait, et à vrai dire la connerie dont faisait preuve ces futurs shinobis n'était guère si dramatique qu'il tente de le faire croire. C'est plutôt de cette innocence joviale dont il est question et dont ils sont sujets.

Le problème en réalité, c'était cette lettre. Porteuse de discorde, déluge de braises démentiel. Peu étaient les hommes qui chercheraient à délier les mensonges qu’elles énoncent, des vérités absoutes. Très peu seraient ceux qui tenterait de s’interroger sur le véritable fond du problème qu’elle tente de cacher délibérément. Et en ça, subsistait le danger, un cataclysme sans précédent qui s’abattrait sur le monde shinobi et les générations à venir.

Ne faisant fi de cette situation, Yoshitsune se décida à poursuivre ses objectifs de défendre la paix ; allant même jusqu’à fonder ses espoirs dans les générations futures. C’est d’ailleurs ici que les ninjas de demain prennent une importance capitale, puisqu’ils en seront les principaux acteurs.

« Retenez-moi mon ami ou ma lame risque d'en découper un. Après tout un accident est si vite arrivé. »

Beaucoup de bluff mais en sont-ils seulement conscients ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Jeu 12 Oct 2017 - 15:15


Regards inquiets et emplies de regrets. Doublés de visages crispés et porteurs de culpabilité. Ces jeunes gens avaient fauté, ils le savaient et allaient le payer ! Les remontrances allaient pleuvoir et exemplaire correction allait être gracieusement donnée. Le Nagamasa était du même avis que le sôryû, semblant tous deux des plus remontés. C'est avec satisfaction et sentiment partagés, que le respect allait être inculqué, s'étant apparemment s'être trop dissipé. Yoshitsune commençait les hostilités, par le Kanon aux aguets, qui en profitait pour s'en délecter.

Les fautifs imploraient grâce de leurs pupilles emplies de peur, trahissant l'idée de ce qui les attendaient. Pour réponse, une fermeté à faire frémir tout coupable et dans la rédemption ils seraient liés à jamais.

« Gomèn'nassaï !!! » -implorant clémence à l'unisson, tout en se prosternant face contre sol-

Ni une, ni deux, l'un des fautifs fut pris au col par le Samouraï, venu donner l'exemple et imposer sa prestance. Le vil vermisseau était aux bord des larmes, mais continuait d'essayer de se débattre, quémandant que le maître des mortelles techniques à la lame, ferme les yeux sur le fallacieux dérapage digne d'une triste déchéance inavouable.

« Gomèn'nassaï !!! » -retentit encore au diapason-

Moult excuses et demandes de pardon. Pas un n'était prêt à assumer ses actes perfides et à reconnaître fièrement ses torts. Époque tragique d'une génération au bord du gouffre.

« Vous retenir ? Le méritent-ils ? » -levant un sourcil interogatif-

Jouant le jeu du Jonin qui avait bien raison, marquer leur esprit et les rediriger vers le droit chemin était la seule solution. Croisant les bras, affichant son regard des plus sévères, l'inquisiteur ne put qu'étayer la juste cause.

« Outre le fait qu'ils cèdent à leurs pulsions les plus sombres et ont de plus vandalisé les lieux qui ont été érigés dans l'unique but de les mener vers l'excellence, ils ont trahis la confiance de jeunes femmes. Et cela est impardonnable. » -dit-il, d'une voix gravissime-

Justice devait être faite. Mais sous huit-clos. Iwagakure connaissait déjà une situation assez épineuse. Le fait que les enseignements de l'Académie Hashira soient remis en cause, suite des fautes incombant uniquement aux Genins, était une épée de Damoclès. Éviter ce genre de scandale jetant l’opprobre sur les fondements même des Arts obscurs était une nécessité.

Soudain, l'un des genins, certainement le plus effronté, rétorqua vivement. Tentant de plaider la cause , pourtant perdue d'avance.

« D'abord on n'a rien fait de mal !!! C'est la base de nos enseignements, nous ne faisions que mettre en pratique l'espionnage ! » -tentant de se justifier-

Un autre, puis un de plus, semblèrent se rebeller, certainement inspirés par les paroles de leur compagnon d'infortune.

« Ouais ! C'est vrai !!! »

« C'est la faute aux professeurs !!! »

Kanon, n'aimant point que de vils freluquets osent remettre en question la parole de fiers et valeureux Jonin, essayant de leur inculquer le respect leur faisant défaut, lança son index en direction de l’œil hagard du chef de la rébellion. Hurlant de douleur, aveuglé par le doigt du courroux vengeur, le bougre tomba au sol en se tenant le visage. Même non crevé, il avait été piqué. Son globe le démangeait.

« N'essayez pas de jouer aux plus malins. Admettons que ce soit le cas, quand bien même, le principe est de ne pas se faire prendre. » -rétorquant, des plus énervé-

La punition devait être exemplaire et des plus marquante. Faire un exemple pour dissuader ces malandrins de recommencer à outrepasser le plus élémentaire règlement, semblait d'autant plus nécessaire.

« Une petite inspection de routine s'impose. Si vous agissez ainsi, cela ne m’étonnerais guère que vous ne cachiez d'autres méfaits. » -affichant un sourire sardonique tout en lançant un regard complice à son collègue à la lame acérée-

Passer en revue les casiers, voir si les équipements de base étaient entretenues comme il se devait, trouver d'autres méfaits pour étayer leur futur pèlerinage  rédempteur en quête de salvation. Tout cela était annonciateur de justice qui arrivait.

Les fautifs, à ces mots, trahissaient déjà de leur visage crispé, que cela allait apporter plus de crimes dont ils devraient se justifier.

_________________
« Le destin des plus jeunes » PV KANON 1511218930-kenkaneki
Merci Sora-chan!


Dernière édition par Sōryū Kanon le Sam 14 Oct 2017 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Sam 14 Oct 2017 - 1:23


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Tragédie. Déshonneur qui s'abattrait très prochainement sur le village de Iwagakure no Sato si de tels garnements devenaient un jour la devanture de cette cité que Yoshitsune porte en son cœur, rêve de voir prospérer. Il va sans dire que les propos déformés au sujet de sa patrie père lui hérisse le poil, son visage irradiant d'émotions pécheresses.

Si eux qui étaient fils d'individu de par leur statut, fils de magnat, de shinobi... Yoshitsune était lui même en âge de procréer, devenir ce père insensible à l'image du sien. Après tout l'enfant n'était il pas le vil reflet de l'éducation parentale ? Un sens très certainement. C'était là, une chose qu'il tenta de réfuter tout le long de sa modique existence et que pourtant aujourd'hui il s'efforçait d'appréhender, de prendre en compte mais pas de l'accepter.

[...]

Pour lui enfreindre le règlement de la sorte était là une première, jamais de son époque un enfant aurait su se montrer si irrespect, faire preuve d’une désapprobation si évidente à l’égard de la réglementation imposé. Sans doute, lui-même aurait-il perdu la vie sur le triste moment, s’il ne s’en était juste accorder la pensée. Alors en effet oui, il était rare pour un homme aussi intransigeant que lui compte tenu de son vécu, d'assister à tel spectacle authentique. À croire qu'une luminosité digne des films avait pris place au sein même de ce couloir, pour fustiger l’atmosphère.

Les deux jonins passaient donc les casiers au peigne fin et sans rappeler les fervents inquisiteurs de l’époque que l’investigation se poursuit lentement. Très lentement, très finement. Jusqu’à un objet pour le moyen douteux ne vienne se saisir des sens du samouraï. Rose. Soyeux.



« Bande de sale gosse.... Kanon-dono est-ce bien là ce que nous recherchions ? »

Un instant d’inattention. Et une présence vint s'enfouir dans son aura. Ses sourcils se froncèrent et sa tête s'abaissa pour croiser un mudra étonnamment familier.

“Dissimulation no Jutsu”

Une fumée surgit de nul part tandis qu’à l’exception d’un seul sans doute plus courageux, tous prirent la fuite.

À l'entente de ses mots, ses traits se moirèrent et profitant qu'il fasse volte-face, Yoshitsune se glissa à ses côtés et attrapa l'index pointé préalablement en la direction de son derrière. Il appuya sur sa phalange pour courber son doigt en arrière, jusqu'à ce que son ongle masculin effleure le dos de sa main.

« Je n'aime pas être pointé. Encore moins par un enfant tel que toi. Si tu veux éviter de te retrouver le doigt enfouis dans un bandage, tu t'excuses et ne t'avises plus de bouger. »

Un rictus acerbe surplombait son visage et jusqu'à ce que ses commissures articulent un mot, le Nagamasa fit courber son pisiforme jusqu'à l'entente glacée d'un bruissement d'os. Le samourai le relâcha promptement et croisa ses bras contre son buste, obliquant une moue faussement consternée.

«Kanon-dôno, il est temps de leur donner la léçon qu’il mérite. »

Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Sam 14 Oct 2017 - 11:52



Une inspection dans les règle de l'art pouvait prendre place. Quand on voulait trouver quelque chose, il suffisait de chercher un peu avec ingéniosité et vindicte. Nul doute qu'il ne faudrait pas longtemps avant de débusquer les méfaits de ces jeunes pouces encore bien inexpérimentées dans les arts obscurs. Premier casier, rien de particulier. Il semblait en ordre. Étonnamment même, des plus rangés. L'équipement était entretenu avec soin et même un certain zèle. Étrange, cette vision fit esquisser une grimace d'énervement de la part du Jonin inquisiteur, qui n'aimait pas particulièrement que des Genins joufflus osent chercher querelle et n'avoues pas leurs crimes.

Second casier... Stupeur ! Qu'était cette chose étrange qui semblait vivante et fixait yeux dans les yeux l'instigateur ? Un animal non identifié était en train de boulotter la tenue de rechange d'un des zigotos. Dans le doute, laisser la pauvre créature continuer son office semblait des plus juste. Cela ferait les pieds à celui qui se retrouverait avec un énorme trou dans son pantalon le lendemain. Une marche de la honte amplement méritée. Acquiesçant au rongeur des plus farceurs, Kanon referma le casier, affichant un faciès joueur. Le collègue vérifiait lui aussi les casiers. S'étant répartit l'ardue tache entre eux comme il se devait.

Interpellé par le Samurai, qui semblait avoir fait une trouvaille, qu'elle ne fut pas la surprise qui fut de taille. S’enquérant de regarder l'objet de la discorde, il s'agissait de quelque chose de soyeux et de rose. Aucun doute possible ! La preuve irréfutable.

« Sacré nom d'un Kizeru ! Qu'est ce que c'est que ça ?! » -décontenancé par la vision irréelle de l’inattendu phénomène-

Profitant de la stupeur de l'instant, ces fourbes zouaves agirent fourbement. Usant de Jutsus pour essayer de sauver leurs misérables dents, qui allaient sous peu manquer à leur mâchoire. L'un, plus valeureux, ou insensé, tenta même la célèbre technique interdite des milles années de souffrances. Impensable ! Ils étaient tous complètement irresponsables ! Heureusement, telle technique des plus archaïque était facilement déjouable.

Les autres avaient pris la poudre d'escampette. Disparaissant dans la fumée des méandres du néant. Tandis que l'un des leurs s'était sacrifié et avait été neutralisé par le Samouraï de l'éternel.

« Yare yare daze... » -soupirant, agacé quelque peu par ces freluquets- « Un comportement mal avisé... » -affichant un large sourire carnassier-

Le but de ces garnements était la fuite, à n'en point douter. C'est donc tout naturellement que le Jonin fonça à une vitesse paraissant en ce monde irréelle. Un pas si leste et agile, que même le vent ne pouvait suivre. Réapparaissant près de l'entrée de l'académie, qui incarnait donc forcément le passage de leur échapatoire. Aux aguets, il ne fut pas étonné de voir la petite bande arriver bien après.

Courant à perdre la raison, pensant qu'ils avaient réussit leur fuite. Apercevant la sortie salvatrice. Mais là, la réalité implacable vint leur faire un pied de nez. L'un d'eux fut foudroyé par le poing vengeur de la justice. Qui vint frapper de plein fouet son ventre. Déglutissant en tombant dans les pommes, l'un des criminel été tombé. 

Le Jonin barrait leur unique espoir, affichant son regard noir.

« Direction la salle de retenue ! Et pas d'entourloupes ! » -prenant une pose héroïque, sous les regards surpris et admiratifs des innocents témoins de la scène bucolique-

Ce qui allait suivre allait être des plus terrible. Mais dans l’Académie Hashira, personne ne vous entendra crier.


_________________
« Le destin des plus jeunes » PV KANON 1511218930-kenkaneki
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Mar 17 Oct 2017 - 20:16


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

L’ombre d’un foudroiement, rugit par-delà l’édifice ; un éclair de lumière et des voix retentirent soudain d’un bout à l’autre du dortoir.

Un tel comportement, comme le disait Yoshitsune paraissait indécent et quand bien même, ils débarquent vacillant, avant s’engouffrer à sa suite dans la salle de retenu.

Yoshitsune n’était plus que moire d’un sourire qui se paradait fluet d’un opaque mystère ; Comme s’il détenait des secrets dont lui seul était au courant et dont la possession le rendait infiniment supérieur au reste du monde. Il n’avait plus cet air crâneur de moquerie, mais ces prunelles vindicatives qui de son perchoir toisait la loi des hommes dont il se fichait bien des maladroites restrictions. Un homme pour qui le bon fonctionnement de l’univers reposait sur des strictes régulations auxquelles chacun devait s’astreindre, ce sourire était d’une insoutenable difformité dont la persistance à ne jamais s’effacer, l’obsédait complètement car la justice à laquelle Yoshitsune prêtait son cœur à défaut de pouvoir lui donner son bras, n’avait su en briser la résistance pour obtenir un complet repentir. Au contraire dans l’ombre de sa sentence, milles fleurs aux pétales maudits poussaient avec insolence - un pied-de-nez à son châtiment.

A l’instant présent, il ne rêvait plus que d’enfouir ses mains à même la terre, en saisir les racines puis les arracher avec force jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, que le mal soit éradiqué, que les fleurs du mal ne parsèment plus leur parfum empoisonné. Sa main se ferma en un poing et il se sentit frémir avec violence ; frappant le tableau de toute ses forces « Je ne suis pas là pour jouer. » Il aurait voulu que tout cela soit simple et qu’il ne soit agité que par un profond sens du devoir.

Il n’aurait été qu’une résolution froide et inflexible ; une machine incorruptible que jamais rien n’aurait pu dérailler de son sillage.

Mais le Nagamasa sous ce cadavre de chair, dans chacun de ses compartiments solidement délimités de son esprit, se déchirait en sévices, en impétuosités et belliqueuses velléités, toutes attisées par ses enfants. Les envies de vengeance et les hurlements de son égo meurtris, se pulvérisaient contre les désirs de droiture et volontés de désintérêts. Etouffé par son double conflit, il écumait d’une rage mal contenu et aurait souhaité s’arracher le cœur plutôt que contenir les marées que l’absence de justice soulevait. Il n’était pas assez bon marin pour braver la tempête de ses émotions ; Hélas il n’y avait pas d’autre issu et Yoshitsune avait une obstination qui lui avait toujours dicté la mort plutôt que la fuite.

« Savez-vous que la guerre est à la porte de notre village et vous êtes là en train de vous comporter en enfant… Et si vous deviez mourir demain, qu’auriez-vous accompli de vos tristes vies ? Vos lèvres ont-elles déjà ne fit-ce que rencontrer les lèvres de ces femmes que vous dévorez du regard ? Bande d’impétueux. »

Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Jeu 19 Oct 2017 - 13:47



Purgatoire incarnant effrois et souffrances infinies, la salle de retenu suscitait craintes dans tous les esprits peuplant ce labyrinthe des arts cachés. Y passer n'était jamais signe anodin.  Les malheureux n'en ressortaient jamais sans porter les stigmates de leur voyage en quête de rédemption.  Mais miséricordieusement salvatrice, cette sentence punitive savait remettre dans le droit chemin même le plus incontrôlable garnement.

Après avoir rassemblés, tant bien que mal, les fautifs, qui avaient du eux même transporter leur comparse encore évanoui. L'heure était aux sermons. Tonnant fort, le Samouraï de ces lieux frappa de son poing le tableau d'une telle hardiesse, que ce dernier faillit se briser. Ce qui réveilla le genin ronflant avec stupeur. Son courroux était palpable et inspirait terreur en ces yeux globuleux qui le fixaient  avec une nuance de détresse. Le Sōryū ne pouvait qu'approuver le Nagamasa, lui aussi tout autant révolté par ces inconscients. Ces irresponsables n'avaient même pas l'étoffe de véritables élèves. Les ombres d'une guerre se profilaient à l'horizon.  Il n'était pas temps de batifoler, mais de se forger. Se forger dans le métal de ce qui constituait la véritable essence du monde Shinobi. Fixant ces gredins dans le cristallin de leurs yeux vitreux, le regard emplie de ténèbres s’abattait sur eux. Marchant en rond comme un fauve en cage, il réfléchissait à quelle punition exemplaire aurait été judicieuse.

« Peu de chance que ces tête à claque aient déjà goûter à ce miel. » -dit-il, mettant en évidence les têtes joufflues et des plus immatures- « C'est pourquoi, si vous n'avez pas le physique, vu vos visages plus proche du simiesque que de l'humain, il  va travailler vos esprits. »

Posant sa main sur son front, se rendant à l 'évidence que c'était sans doute peine perdu d'avance, mais tentant le tout pour le tout. Pour de meilleurs lendemains, il fallait que la prochaine génération s’élève. 

« Vous n’impressionnerez les femmes qu'en étant de vaillants Shinobis, accomplissant moult exploits et suivant les règles. Et non pas en les reluquant en cachette comme de gros rats fallacieux se terrant dans l'obscurité. » -fixant ces énergumènes, lassé de telle situation-

Croisant les bras, le tortionnaire annonça la sentence.

« Premièrement, vous serez de corvée de nettoyage après les cours durant tout l'été. Ça vous apprendra. » -affichant un sourire démoniaque-

Les irresponsables devinrent blanc en entendant pareille sentence, qui ne marquait que le début d'une liste supposée des plus assassines. Devoir briquer toute l’Académie Hasira du sol au plafond tous les jours après une journée de cours intense. En cette saison synonyme de chaleur et d'amour, la pluie froide et glacée serait leur unique compagne.

Se tournant vers le Samouraï.

« Deuxièmement, Nagamasa-san ? » -demandant quelle serait la seconde sanction-

Attendant que son collègue expose une punition à la hauteur. S'attendant à quelque chose digne de son esprit noble du Bushido. Quelle surprise allait s'ajouter sur ces vils genins joufflus ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Dim 22 Oct 2017 - 16:59


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Parmi les décors de notre monde subsiste le mal. Un mal qui ronge, et détériore tout ce dont il est à portée de détruire ; cela dans des proportions si effrayantes que, la chute de shitogakure, l’exode des Inuzuka, des Nara, des Akimichi, des Hyugas, aux tremblements sismiques qui ont sévis en Hi no Kuni -désormais ruines. Les hommes se sont particulièrement interrogés sur l’existence d’un Dieu qui permet tant de souffrance. Et qui peut-être l’organise. Ces humains qui se sont un jour obstiner à croire en lui, finiront par arriver à le maudire. N’est-ce pas Rikudo-sennin ja ?

Car l’histoire, si souvent comique, soit aussi et d’abord tragique, tout le monde le sait, et personne n’en doute. Elle est tragique parce que, ces hommes sortis du néant grâce aux mécanismes habituels du hasard et de la nécessité, ils retournent sans cesse au néant par le jeu de ces mêmes mécanismes. Le monde fût créé d’un rien. D’un rien qui perce tout au long de ces vies à la fois misérables et brillantes. Et, à la fin, après vous joué avec nous comme le fait le chat avec la souris, il se jette sur les humains et les dévorent. L’histoire n’étant après tout qu’une simple parenthèse au cœur des méandres de l'éternité ; L’homme n’est qu’une minuscule parenthèse au cœur de l’histoire, elle-même composante de l'accomplissement des uns et des autres. Chacun étant cette parenthèse au cœur de la foule des hommes. Tout cela fomentant ce cortège d’exceptions qui courent vers un désastre certain, un feu de paille qui ne pense qu’à s’éteindre. Car après tout ce qui est poussière, est poussière et retourneras en poussière.

Ce monde n’est qu’une vallée de larmes, mais également une vallée de roses.
C’est également une fête, une fête délicieuse et très gaïe mais aussi sinistre que l’obscur du soir.
Comme l’indiquent avec évidence les premiers pas en dehors du rien entre surabondance et absence, l’univers est un oxymore. Raison pour laquelle quand il ne maudissent pas les hommes forgent des entités plus invraisemblable que le dieu des shinobis lui-même. Les croyances sont multiples entre ceux qui s’imaginaient avec conviction le pendant des dieux qui se disputaient entre eux, Susanoo qui ébranle la terre et la mer pour embêter Kushinadahime, sa femme volage, ou que Tsukuyomi de mauvaise humeur, à bout de patience pu simplement indifférent, laissait Amaterasu déclencher des guerres sanglantes. Apparemment insoluble, et avec ou sans Dieu, le problème du mal et de la souffrance n’en finit pas de tourmenter les hommes.

Le mal n’existe pas avant les hommes qui le maudissent. La souffrance existe avant les hommes, mais le mal n’apparaît qu’avec eux. Pendant des centaines d’années, l’univers se développe dans des tourbillons où jumeaux ennemis et complices, le hasard et la nécessité se livrent des batailles sans fin. Ni la souffrance ni le mal n’y ont la moindre place. Arrive la vie. Le mal n’est toujours pas là. Mais la souffrance déjà pointe le bout de son nez. Parce qu’il est plongé dans le temps, le monde n’en finit pas à la fois de changer, de vieillir, de se dégrader et de se renouveler. Pareil sentiment pour la guerre. Inséparable de la vie, la mort rôde déjà. Et puis, la pensée surgit. Et le mal avec elle.

Yoshitsune observe ses genins qui n’ont encore rien vécu et cela l’irradie de colère. Mais pourtant d’une gestuelle préventive, il stop Kanon-han dans son élan.

« Kanon-han, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de leur infliger plus de tracas que cela. Le monde dans lequel s’apprête a vivre ne sera que le lendemain du nôtre. A nous de les protéger et de les prémunir face à tel danger. D’ailleurs j’aimerais vous parlez et simplement à vous. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Lun 23 Oct 2017 - 5:11



Évanescent comme une silhouette se targuant de milles lames assassines, le courroux du Dragon était une Ode funeste amenant Calamité soudaine. Les paroles de l'individu, à la lame experte, sonnèrent les augures d'une remise en question personnelle. Se rendant compte inopinément, que son discours de fer, soulevait moult enjeux ne devant concerner et reposer que sur les nubiles guerriers. L'inquisiteur était sans doute allé bien trop loin. Que ce soit dans les mots employés ou encore sa sévérité, les palabres de sa vindicative justice revêtaient une face, à laquelle nulle bleusaille ne pouvait comprendre les tenants et les aboutissants.

La bande de rebelles tremblait comme feuille frémissante, à l'idée de tomber de son socle aux premières aurores annonçant l'arrivée printemps. La peur s'ancrait dans leur visage crispé par les sermons et les punitions s’abattant ostensiblement. Le discours visant à leur faire prendre connaissance, mais surtout conscience, qu'il ne fallait pas s'égarer dans les sinueux chemins pernicieux du voyeurisme et de la luxure, du moins durant leur présence à l’Académie et incombant à leurs devoirs de shinobis, était dur et froid comme la roche elle-même. Une roche pouvant briser à jamais leur frêle esprit, encore bien loin d'être aussi aiguisé que le fil d'une lame maniée par un Nagamasa.

Se rendant à l'évidence, grâce au Yoshitsune avisé, le Dragon ne put rétorquer ou poursuivre la sentence.

« Yoshitsune-san, votre sagacité vous honore. » -comprenant en partie la philosophie se cachant derrière les mots et ce coup de théatre-

Se tournant vers les garnements, qui avaient tous une lueur d'espérance naissante, bien que toujours noyée dans les flots de la peur d'être violemment châtiés séance tenante. Il finit par accorder charité, en graciant les freluquet. Du moins, pour le moment...

« Vous devriez vous inspirer de la sagesse, ainsi que de la prestance dont fait preuve Nagamasa-san. » -lança-il, en gardant une voix toujours aussi hautaine- « Vous pouvez sortir et rentrer chez vous. La punition est levée exceptionnellement. Mais que je ne vous y reprennes pas. » -annonçant l'avertissement et ses prophétiques revers-

Les genins joufflus furent soudainement soulagés, mais semblaient avoir compris la leçon. Ce n'est pas sans moult regrets emplissant leur cœur, qu'il s'excusèrent platement envers les deux jonins. Avant de sortir de la salle des supplices, afin d'arpenter le chemin en quête de rédemption. Pour sûr, plus jamais ils ne s'égareraient vers les astres des étoiles de la lubricité.

Une fois seuls, Kanon restait tout de même intrigué par le mystère entourant cette soudaine demande d'entrevue à huis-clos.

« Yoshitsune-san, je vous écoutes. » -dit-il, regardant le samouraï de l'éternel dans les yeux-

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Lun 23 Oct 2017 - 23:37


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Le coeur animé par mille et un tracas, le jeune bushido n’avait guère le temps de tergiverse en moults balivernes. Entouré d’enfants ou qui ce soit d’autre, la vérité finirait par éclore et jaillir au grand jour. Si ces diverses réflexions qui hante son esprit s’avéraient exact, il est plus que certain qu’une guerre finirait par éclater.

Prunelles orage qui fixe les ténèbres naissante de cette ville qu’il veille ; tension notoire et bercée de l'espoir de nombreuses personnes, la ville se laissait aller au calme.

Le samouraï, était là spectateur d'une pièce dont il ne connaissait pas les méandres, se laissant aller à l'observation passive des nuages qui planent. Accompagné de son compagnon de bonaventure, Yoshitsune est là se laissant aller à une réflexion des plus intimes. Ses jambes se balançant -au dessus des mortels, assis sur cette toiture ; laissant libre court à sa vision d’une beauté tranquille.

Yoshitsune observait ce spectacle aux allures de rituel avec une froide réserve. Il était plein de nervures et tendu face à cette fièvre rampante qui circule en Iwa, mais s’était paré d’une résolution que rien n’éraflerait. Ici plus que nulle part ailleurs, son calme se devait d’être gelé ; C’est ce qu’exigeait sa difficile entreprise - Celle de défaire la nébuleuse toile que selon lui le Soshikidan tissait au fil des jours sans laisser la moindre trace si ce n’est un sourire pervasif dont le secret l’obsédait.

Cette lettre maudite était les poumons de toute cette intrigue et abritait très certainement sous sa façade, des informations cruciales dont l’obtention lui permettrait de trancher les fils de ce concerto tragique qui se joue dans l’ombre. Alors il s’était promis de gratter, de ses doigts, de ses ongles, jusqu’à tant qu’il déterre d’indéniables preuves. Et tant pis pour l’alcool, lui qui n’en buvait d’ordinaire jamais, répugnant les artifices de joies et surtout les brûlures laissées par son passage : Pour bien observer, il fallait se fondre dans le décor. Mais avec la roideur de ses épaules, la rigueur de sa nuque et ses yeux glacés qu’on devinait froid d’un implacable jugement

« Dans quelques temps je serai amené à quitter le village, mon cher ami. A ce moment-là mon frère, porteur de ce sang maudit sera livré à lui-même et ses décisions les plus sombres… J’aimerais que vous l’épauliez et que vous l’empêchiez à tout prix de lancer l’assaut sur Kirigakure no Sato, Kanon-han. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Mer 25 Oct 2017 - 2:06



Les jeunes pouces s'en étaient allées, mais le mystère demeurait. Cela était une requête soulevant bien des interrogations. Le fier Nagamasa semblait vouloir passer de ces enfantillages superflus, à une importante conversation impliquant le sérieux. Comprenant que l'habile manieur à la lame acérées, tout autant que son esprit, voulait à huis-clos évoquer un sujet ne regardant point marmots. Seuls dans cette grande salle servant de purgatoire à ceux ayant fauté, la froideur des murs encadrant cette scène faisait frissonner. Ce n'était pas pour rien que celle-ci servait à la pénitence et à la rédemption.

Le Dragon arborant l'Azur croisa les bras, patientant de savoir ce que son compatriote comptait lui conter. Yoshitsune était parmi les rares personnes inspirant l'Iwajin. Cette sagesse alliant prestance, autant dans son aura d’épéiste, que dans son langage à l'érudition certaine, symbolisait ce qu'un véritable patriote de la Roche se devait d'être.

Annonçant les vérités demeurant en ses pensées, il évoqua la fameuse expédition. Devant quitter les étendues appartenant à la Roche. Laissant son frère derrière lui, du moins un bref instant. Moment qui devait inquiéter le frère aîné, se doutant que la perfidie des griffes tentant de filer la toile machiavélique qu'une guerre profitant à autrui s'étendait peu à peu. Lentement, mais sûrement, l'ombre du Nara essayait de jeter l'opprobre sur Iwagakure. Tomber dans le piège aurait été bien malavisé.

« Je comprends vos inquiétudes Yoshitsune-san. » -décroisant ses bras et portant sa main sur son front en relevant ses chevelus mèches de jais qui cachaient légèrement sa vue- « Je tacherais de veiller à ce que Chôgen-san, votre frère, ne se fourvoie pas. Déclencher une guerre en ces instants serait néfaste. De plus en sachant que tout cela est un coup monté par le Shoshikidan, à n'en point douter. » -fermant ses paupières l'espace d'une brève expiration-

Rouvrant les yeux tout en fixant le Samouraï, Kanon continua la conversation d'une voix teintés d'un échos nocturne.

« Je suis peut être mal placé pour la tâche que vous me confiez, Yoshitsune-san. Néanmoins, je ferais ce que je peux. A l'inverse, rien ne dit que Kirigakure n'est pas aussi berné de la sorte par le Shoshikidan et poussé à déclarer eux aussi à la guerre entre nos deux Villages. »

Soupirant de l'imbroglio inextricable menaçant la paix et constituant de bien austères présages.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees
Nagamasa Yoshitsune
Nagamasa Yoshitsune

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Mer 25 Oct 2017 - 8:47


☆ ☆ ☆     Rencontre avec un confrère

Tandis que les actes et les paroles de l'un et de l'autre s'imbriquent petit à petit l'un dans l'autre à l'image de pièces de puzzle méticuleusement réfléchi, la trame d'un événement plus grand qu'eux encore se dessine dans l'envers du décor. Le nature et les nuances des sujets que semblent aborder les deux hommes se chevauche jusqu'à ne plus faire qu'un aux yeux des dits concernés. Yoshitsune n'eut jamais été du genre à parler de concert de ce genre de chose cher à son cœur mais dans l'instant présent, il n'a guère traître choix que de faire confiance à cet homme qui est son compagnon. Parce que tout comme lui, il sait le village aux confins d'une guerre vile et inutile ; au porte d'une guerre qui n'apportera que tristesse et désolation, enclenchant un cycle de haine de ce fait immuable et intemporel, traversant les époques et les différentes générations.

C'est pour cette dite raison que Yoshitsune paraît apaisé à l'idée de laisser son frère aux mains d'un homme partisan de ce courant de pensée. Mais il n'en est pas moins effrayé car il connaît le tempérament hargneux et imprévisible du jeune Chogen, nouvellement ombre de l terre. Car il connaît mieux que quiconque ce sang qui s'avère être sien - tourment éternelle à celui qui est Nagamasa car lignée déchue, leur sang maudit n'a cesse de les mener sur la voie du combat. Et quand bien même ils tenteront d'oublier le sang qui a coulé, les larmes même innocentes ne serviront à rien. Car celui ci a déjà été versé et ne sera pas restitué pour autant ; et parce que les larmes n'arrangeront rien, n'est il pas préférable de passer une vie éternelle à se racheter qu'une vie à se morfondre pour des actes déjà intime avec le passé ?

Alors non, Yoshitsune s'y oppose car il ne veut pas la nouvelle génération porteuse de maux dont il est créateur. Il les veut resplendissant d'espoir, lumières éludant les abysses comme lui-même aurait voulu être.

« Pour ce qui concerne Kirigakure no Sato, je ne pense pas le Mizukage si stupide pour attenter une guerre sans nom et ternir le futur de millier d'enfants. Donc l'œuvre d'une tierce personne les manipulant dans l'ombre n'est clairement pas à éluder. »


À dire vrai, sur ces derniers mots Yoshitsune n'est pas sûr de ce qu'il agence. Lui, pourtant passé maître des mots. Mais n'est-ce pas là, l'essence même d'un second en chef de rassurer les troupes et de rassembler les cœur ? Si tel n'est pas son rôle, et bien le voilà devenu car en tant que tel, Yoshitsune n'eut pas la moindre intention d'abandonner l'idée de diffuser son courant de pensée.

« Si jamais la guerre survient, je ne vous demanderais que très peu de chose. Dans un premier temps, faites tout ce qui est en votre possible, pour en ralentir l'imminence. Et si jamais il vous est impossible d'en retarder suffisamment l'avancée pour que moi, votre allié soit de retour... Vous et le conseil, je vous demande de survivre pour me le dire, ou du moins jusqu'à ce que je puisse vous portez assistance de mon épée vengeresse. »
Revenir en haut Aller en bas
Sōryū Kanon
Sōryū Kanon

« Le destin des plus jeunes » PV KANON Empty
Jeu 26 Oct 2017 - 3:56



La teinte bleutée passa de celle rappelant l'abysse, à une coloration de jais, au fil de la discussion prenant place entre le Nagamasa et le Sōryū. Les astres commençaient à s'ériger dans la voûte céleste telles des luciole s'animant une fois la nuit venue. Il commençait à se faire tard. Les deux nobles âmes devaient être des rares à encore hanter les lieux. Écoutant attentivement les paroles du sage.

Essayant de rassurer le Dragon, que Kirigakure avait sans doute meilleur fond que le laissait pourtant sous entendre les rumeurs, l'homme plus érudit n'y parvient pourtant pas. Être un Sōryū signifiait ne pas accorder sa confiance en des suppositions ne se basant pas sûr des faits prouvés. Un pragmatisme certain s'inscrivait dans chaques cellules de son corps avec une hardiesse tenace. Cependant, il comprenait que le Nagamasa essayait d'envisager un scénario fort probable. Une intrigue cependant un peu trop candide pour se réaliser après toutes les malchances dont Iwagakure avait été victime

« Comment savoir ? Kirigakure est certainement un Village qui incarne une certaine sauvagerie. Du peu dont j'ai été témoin, les deux Kirijins semblaient pourtant avoir la tête sur les épaules. Tous ne seront pas favorables à une guerre. » -marquant légèrement une pause, avant de rajouter- « Le Shoshikidan est un ennemi commun aux trois Villages Cachés. Cela serait idiot de rentrer en guerre, je pense qu'ils seraient du même avis. » -croisant soudainement les bras- « Mais, allez savoir leur philosophie à ce propos. Le sombre voile couvrant bien trop de choses, il vaux mieux nous préparer au pire. » -concluant ce sujet-

Kanon n'aimait pas palabrer en tant normal. Les idées habitants sont esprit était un labyrinthe où parfois lui même se perdait aisément.

« Si la guerre éclate, je vous tiendrez au courant Yoshitsune-san. J'enverrais une missive à votre intention. Je dispose de certaines ressources pour vous faire parvenir aisément et rapidement l'information. » -faisant référence aux plus tentaculaires connexions et relations dont disposait son clan- « J'ai moi même, dès que j'ai vu ces affiches, demandé à l'un de mes frères, ainsi que d'autres membres de mon clan restés dans les contrées éloignées appartenant aux Sōryū traditionalistes, de venir le plus prestement possible à Iwagakure. Même si ces derniers ne prennent pas partit dans cette guerre, ils aideront à la défense du Village en cas d'attaque, du moins je vais essayer de les convaincre. Savoir ma mère risquer le moindre danger est une idée me taraudant jour et nuit, depuis que cette mascarade s'est instaurée. » -avouant son mouvement sur l'échiquier, tout à fait légitime, qu'uniquement lui et Saya connaissaient-

Il y avait toujours eu un contact entre les deux branches du clan. Ces derniers fournissaient à l'échoppe du Cœur Commerçant lui servant de couverture pour ses diverses enquêtes liées au commerce, la fameuse denrée introuvable à Iwagakure. Kanon était un homme voulant cesser la discorde entre les deux face de la même pièce. Il y parvenait petit à petit, mais le chemin demeurait long et fastidieux. 

La personne qu'il estimait sans doute le plus dans ce triste monde, était sa mère. Pourtant loin d'être touché du complexe d’œdipe, le Dragon pouvait entrer dans un courroux que nul ne soupçonnait pour la défendre. La famille était ce qui passait avant tout. Soupirant légèrement, avant de poursuivre. 

« Je ferais mon possible, Yoshitsune-san. » -lui promettant de veiller à ce que tout se déroule bien-

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon https://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

« Le destin des plus jeunes » PV KANON

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: