Soutenez le forum !
1234
Partagez

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa]

Yuki Shinichi
Yuki Shinichi

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Lun 11 Déc 2017 - 0:35
▬ Ils sont si cons que ça ?
▬ Affirmatif, plus con que con !
▬ Genre, vraiment, à ce point là ?
▬ À ce point là, oui. On a besoin de matelot. Les matelots … Ce sont pas des flèches hein. Ah et d’ailleurs, ça n’a rien à voir mais quand vous vous présenterez à eux, si on vous le demande, dites que vous avez trente quatre ans.
▬ Trente quatre ans ?! Mais pourquoi autant ?
▬ Bah oui. C’est pour pas froisser les gars. Si on leur donne votre âge, ils vont mal le prendre. Un gosse de quinze ans qui donne des cours, ça la fout mal.
▬ Et vous pouviez pas pomper mon âge de seulement trois ou quatre années de sorte à me donner dix-huit balais ? Trente quatre ans … Personne ne va croire ça.
▬ C’est compliqué, chef. Dix-huit balais, ils vont se dire qu’on a gonflé votre âge de deux ou trois années. Du coup ça fait seize ans. Et là, paf ! Vous êtes toujours un enfant pour eux. Vous comprenez ?
▬ Dans ce cas pourquoi ne pas simplement leur avoir dit que j’avais vingt ans ? Vingt ans c’est à peu près crédible, non ?
▬ Ah maintenant que vous le dites … C’est pas con votre affaire.
▬ … Dites, juste comme ça, par curiosité, c’est quoi votre poste à vous ?
▬ Je suis quartier maître, chef !
▬ Donc on est d’accord, vous êtes plus gradé qu’eux ?
▬ Affirmatif !
▬ Donc selon toute logique, vous êtes plus intelligent qu’eux ?
▬ Ah bah ça encore heureux ! Vous allez les voir, ils sont cons les gars, ahah ! De vrais pécores c’est moi qui vous le dit.
▬ Ouais, okay.

On est vraiment dans de beaux draps. La semaine commence fort. Premier jour de boulot au port. Je dois former une quinzaine de matelots à être de bons petits soldats. Ayant reçu des cours de l’amiral et de son second, les autorités compétentes ont jugés bon de me nommer professeur. Seul problème ; Je ne suis ni pédagogue ni très patient. Et mes futurs disciples sont vraisemblablement tous de véritables chèvres. Ça promet … Heureusement je ne dois pas leur apprendre à naviguer. Ils doivent juste connaître quelques bases, savoir utiliser le matériel et connaître les principales règles de sécurité à bord d’un navire de guerre.
J’arrive près de ma « classe » et salue la petite douzaine d’élèves qui me fait face. Le quartier maître n’avait pas menti : Ils ont tous l’air de sacrés pécores.

***

Six jours plus tard. Dimanche midi.
Courage. La semaine est presque terminée. Plus que quelques heures et j’aurais survécu à ma première semaine en tant qu’enseignant. Bon dieu qu’ils sont mauvais. Même moi qui ne suis pas une lumière m’estime autrement plus intelligent que ces matelots que j’ai eu à éduquer. Oh bien sûr il y a eu quelques bonnes surprises comme ce Sanzo qui fera certainement un très bon marin mais je suis moins optimiste pour ce qui est des autres.

Il est midi et je commence à avoir faim. Je quitte la salle de classe – qui n’est autre que le pont d’un navire de guerre Kirijin – et sors de mon sac un bentô. Je m’assieds près d’une planche de bois qui traînait là et face à moi se trouve une connaissance, une fille que je présume être une cousine éloignée.
▬ Salut. Tu fais quoi ici ? Hum. Tu te souviens de moi ?
Pour ma part, je me souviens d’elle mais il m’est impossible de me rappeler de son prénom.
▬ Kaori, c’est ça ?
Nope. Trompé !

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 2iz0
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Lun 11 Déc 2017 - 10:59

« Il faut recruter » qu’ils avaient dit. « Venez, ça va être amusant », selon eux. « Kaya, tu es attirante, c’est utile pour le recrutement », quel argument de poids. Enfin, c’était vrai qu’elle était plus apte à s’occuper d’une partie du recrutement que de construire le port. Et puis, elle venait de passer Chûnin, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour faire la difficile. Elle avait donc accepté de participer à ces rencontres avec divers ninjas de la région et d’ailleurs, car il fallait renforcer les forces armées de Kiri.

Le mot d’ordre était clair : le recrutement ne devait pas être trop strict, mais un minimum syndical devait être respecté. Recruter des dangers publics était tout sauf rentable. Simple. Tellement simple que la jolie blonde imaginait qu’elle allait devoir accepter tout et n’importe quoi, car pour elle ce minimum était très facilement atteignable. Mais elle ne s’attendait pas à ça, vraiment. L’être humain avait tendance à considérer que tout le monde possède les mêmes capacités que lui, son référentiel est sa propre personne. Et en général, cela amène à de grandes désillusions.

Une semaine entière en enfer, voilà ce qu’elle venait de vivre. Bien plus dangereux qu’une mission, le recrutement. Entre ceux qui ne maitrise que très aléatoirement leur chakra et qui manquent de faire bruler leur coéquipier à chaque attaque, et ceux dont l’intelligence relève de l’handicap sévère… Ce second cas de figure était encore pire, car ce n’est pas quelque chose qui se corrige ou se travaille. Et surtout, c’était imprévisible au possible, la stupidité n’ayant parfois pas de limites. Ce fut mentalement éprouvant pour la jolie Chûnin du village de Kiri.

***
Six jours plus tard. Dimanche midi aussi.

Au bord du craquage mental. Voilà dans quel état elle se trouvait. Elle avait besoin d’air frais, pur, de calme, de ne plus voir ces incompétents et ces abrutis. Surtout ces abrutis. C’est donc en voulant s’échapper de ce quotidien infernal que pouvait être les recrutements qu’elle se rendit vers le port, espérant voir autre chose, et respirer un peu l’air maritime. Armée d’un bentô assez léger, elle s’était assise sur une roche qui n’avait pas l’air trop inconfortable, et respirait cet air à plein poumons, essayant de se calmer. Habillée de façon très échancrée comme à son habitude, elle pouvait sentir cet air marin caresser son ventre à même la peau, appréciant ce moment et fermant même les yeux.

Quelques secondes plus tard, son regard bleu glacial retrouva la lumière du jour, et le paysage avait quelque peu changé. C’était ce jeune Yuki qu’elle avait déjà croisé deux ou trois fois qui s’était installé face à elle pour déjeuner visiblement. Elle ne voulait pas tellement être dérangée à vrai dire, mais il lui adressa la parole, et elle n’allait pas refuser de discuter avec quelqu’un de son clan, surtout en cette période morose.

« Bonjour. Oui, je me souviens de toi. Enfin de ton visage, pas de ton nom, ou alors je ne l’ai simplement jamais entendu. Sinon, moi c’est Kaya, et ça, tu aurais dû t’en souvenir. »

Presque vexée par cet oubli, elle n’avait pas manqué de lui faire remarquer ce dernier avec un ton un brin hautain comme elle savait si bien le faire.

« Sinon, je viens prendre l’air. Je me suis retrouvée à m’occuper d’une partie du recrutement. Le Mizukage a décidé que l’on devait renforcer notre armée. Sauf que même en étant peu regardant, c’est une véritable catastrophe… Et toi, qu’est-ce que tu fais au port ? Tu y installes une patinoire, ou tu fais quelque chose de sérieux ? »

Sous ses airs froids, la belle avait tout de même un bon sens de l’humour, et essayait de se détendre par ce biais. Elle espérait juste qu’il n’allait pas lui prendre la tête, sinon son humeur basculerait vraiment dans le rouge.


_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Yuki Shinichi
Yuki Shinichi

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Lun 11 Déc 2017 - 12:17
Mais oui bien sûr ; Kaya ! Je me disais bien que Kaori était un poil trop mélodieux pour pareille donzelle. D’après les dires de la jeune femme, j’aurais dû me souvenir de son nom. A croire qu’elle est importante ou connue au village. Un poil gêné, je me gratte le menton et réponds :
▬ Moi c’est Shinichi. Et je crois que c’est normal que tu ne me connaisses pas.
D’habitude je suis moi aussi quelqu’un de vaniteux et de prêt à tout pour me mettre en avant toutefois, curieusement, l’envie n’y est pas. A croire que ces matelots idiots ont pompé toute ma motivation et ma positivité.

J’écoute avec attention l’histoire de la Yuki et réponds à mon tour à ses questions en pointant du doigt le navire sur lequel je travaille :
▬ Tu vois ce bateau ? Tu vois les gens dessus ? Bah je leur apprends les bases de leur futur métier. Et ce n’est pas beau à voir non plus si tu veux mon avis. Je crois qu’on m’a refilé la plus grosse bande de branquignoles du pays.
Ah ça ! Jun’Ichiro et moi étions de sacrés nazes et je ne pensais pas qu’ils allaient réussir à nous battre mais je suis formel : Ils ont dépassé les limites de la connerie ! Un de mes élèves, Yujoba, est une calamité. Pire que lui, tu meurs. Et j’exagère à peine !
▬ Du coup je crois que c’est un travail sérieux même si je soupçonne qu’on m’ait refilée cette tâche histoire de me punir de je ne sais trop quoi. Enfin bon. J’imagine que c’est un mal nécessaire. Il nous faut bien des marins pour travailler au port, la maintenance et toutes ces choses-là.
Je crois que ma petite expédition à Hi no Kuni n’a pas trop plu au Kage. Il est possible que ce dernier ait insisté histoire de me filer ce rôle ingrat d’instructeur afin de me faire comprendre l’importance du travail qu’il y a à faire en interne. Quoiqu’il en soit, il faut bien que quelqu’un s’y colle. J’étais là du temps où nous avions recours à des sociétés extérieurs pour nos voyages et ce n’était pas beau à voir ça non plus. Entre les erreurs de trajets, les temps d’attente excessivement longs et les traîtres prêts à vendre des shinobis à des maîtres d’esclaves pour une poignée d’or … Kiri a bien raison de former ses propres marins et de former sa propre flotte.

▬ Mais toi, c’est si peu probant que ça ? Je veux dire … Ton travail consiste en quoi exactement ? Et à quel genre de problème as-tu eu affaire ?
Il est temps de rigoler en échangeant quelques anecdotes. Tandis que la blonde me communique ses mésaventures, j’ouvre mon panier repas et commence à manger mes boulettes de riz et mon poisson.

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 2iz0
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Lun 11 Déc 2017 - 15:47

Normal de ne pas le connaître ? Pas vraiment, ils s’étaient croisés lors de la construction du palais de la brume, et d’ailleurs la jolie blonde se souvenait très clairement de son intervention. A l’époque, il avait tenté de la ridiculiser en publique car elle jouait aux petits chefs sans jamais soulever réellement de la matière. Enfin bref, elle l’avait aussi très vite croisé lors d’une réunion avec les Yuki suite à la désertion. Ils ne s’étaient pas parlés, mais elle l’avait déjà vu, et donc elle le connaissait, en soit. Mais ce n’était pas le moment de rebondir sur ce genre de détail. Le but était de se détendre, pas de se prendre la tête avec des futilités.

Il lui montra un bateau, et son regard si particulier se tourna alors vers ce dernier, observant avec une froideur exemplaire les gens qui se trouvaient dessus. Aucun n’avait vraiment l’air en grande confiance effectivement. Mais cette impression déjà visible de loin était plus que confirmé par leur professeur du moment.

« Ah, tu penses vraiment à une punition ? S’il n’y avait personne de plus qualifiée que toi pour faire cette tâche, ce n’est peut-être que de la malchance. »

Elle soupira ensuite longuement lorsqu’il lui demande ce qui en était de son côté. Non ce n’était pas mieux, vraiment pas mieux. Elle ne se sentirait vraiment pas en sécurité si ces personnes devaient assurer la sécurité du village. A ce compte-là, autant les envoyer à Iwa, vu qu’ils acceptent tout le monde visiblement, au moins ils pourraient faire en sorte que le village de la roche s’autodétruise.

« Si ça peut te rassurer, j’ai l’impression de faire partie d’un sketch. A chaque fois que je me dis que quelque chose est impossible tant il est absurde, eh bien ça arrive. Ils ont des capacités incroyable hein, mais aucune de bien. »

Elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire, se remémorant certains de ces instants absurdes, ce qui cassait son air naturellement froid pour la rendre visiblement plus ouverte.

« Par exemple, j’ai commencé à faire des simples tests. J’ai voulu savoir s’ils avaient des connaissances quelconques sur le chakra. J’ai lancé un kunaï en direction de la branche d’un arbre où se trouvait une pomme. J’ai chargé le Kunaï de chakra avec mon affinité fûton, et j’ai fait exprès de rater la pomme. Lorsqu’il est passé à côté de la branche où se trouvait cette pomme, cette dernière est tombée car son attache avait été sectionnée via le chakra. Plutôt évident pour un ninja un tant soit peu compétant, non ? Je leur ai alors demandé pourquoi la pomme était quand même tombée, en espérant qu’ils allaient me faire un sans-faute… »

Un large sourire prenait place sur son visage, Kaya avait visiblement beaucoup de mal à se retenir de rire. Prononcer ces dernier mots était une véritable torture tant se remémorer ces paroles était drôle pour elle.

« Et lui, tout ce qu’il a trouvé à me répondre c’est « Par ce qu’elle était mure » … »

Kaya ne put se retenir de rire à la fin de cette histoire qui n’était pas une blague mais la stricte vérité.

« Je te jure j’en peux plus… Comment tu veux constituer une armée de ninja avec ça ?! Rassure-moi, c’est pire que les tiens… ? »


_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Yuki Shinichi
Yuki Shinichi

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Lun 11 Déc 2017 - 22:06
C’est vrai qu’à bien y réfléchir, il se peut que personne ne soit plus apte que moi à éduquer ces guignols. Pour cause, j’ai été à leur place et suis un des navigateurs – si ce n’est le seul navigateur - à peu près compétent de cette cité qu’est Kiri. D’ailleurs, si vous voulez mon avis, il est quand même triste de voir que le meilleur marin du pays de l’Eau a à peine quinze piges.
▬ M’ouais.
Kaya a sûrement raison. Qui sait, ce n’est peut-être pas une punition. Que c’en soit une ou non, peu importe au fond. Ce travail n’a rien de palpitant à mon sens. Je suis presque soulagé d’apprendre que la blonde n’est pas mieux servie que moi. Elle aussi doit composer avec une sacrée brochette d’ignares. À croire qu’il n’y a que ça au village. À moins que … Oui. Je crois que je viens de comprendre. Les autorités de la brume ont recruté une masse incroyable de payous venant du Pays de l’Eau pour composer avec les problèmes démographiques.

J’avale une boule de riz et écoute les dires de ma cousine éloignée. Afin de me faire palper son désarroi, la demoiselle me raconte une anecdote. Tout commence avec une pomme.
▬ …
J’esquisse un sourire. C’est fou comme tout a tendance à démarré avec une pomme. Les dires de ma cousine me rappellent des souvenirs de mon combat avec Akimitsu et de ma rencontre avec ce dernier. Malgré mes rêveries inutiles, je prête attention à l’histoire de Kaya. Une pomme, okay. Un kunai, okay. Un lancer raté, okay … Du chakra … Okay … Et là. La chute de l’histoire. Je pouffe de rire et m’étouffe.

Le riz reste coincé dans ma gorge un bon moment alors que je réalise des bruits plus comiques les uns que les autres. Je sors de mon sac une bouteille d’eau et m’empresse de boire afin de faire passer la chose.
▬ Oh bordel. Sérieusement ?
Ça y est, je pleure. Des larmes commencent à couler de mon visage alors que j’imagine la scène. Je me frotte les yeux, sèche mes larmes et réponds :
▬ Bah franchement … C’est pas mal. Mais j’ai des cas aussi. Tiens, par exemple. Deuxième jour. J’essaie de leur expliquer comment faire pour lever l’ancre, parce que mine de rien il y a une technique, des précautions à prendre, bref, une méthode à suivre … Le fait est que je demande à un des gars de s’y mettre, de faire une démo quoi. Il est parti dans la chambre du capitaine, a pris le journal de bord, une plume, a trempé la plume dans un pot d’encre, a levé sa plume et m’a regardé tout content en me demandant : « C’EST BON CHEF ! » …

▬ Le gars il a compris l’encre, le truc qui sert à écrire. Et le pire, c’est qu’attends …
Je commence à rire et ai du mal à reprendre mon souffle. Terminer cette anecdote relève de l’exploit tant me remémorer cet épisode de mon travail me fait mal au bide mais je me dois de terminer cette petite histoire :
▬ Le pire c’est que son ami d’enfance, tout aussi stupide et tout fier de son collègue a sorti : « Bien joué, gars ! »
Ça y est. Je crois qu’on m’a officiellement perdu. Dans ces conditions, il est impossible de manger sans que je m’étouffe. Je vais donc éviter de mettre quoi que ce soit dans ma bouche, sous peine de finir à l’hôpital.

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 2iz0
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 17:11

Son interlocuteur Yuki avait visiblement apprécié ce récit. Un peu trop, presque, étant donné qu’il manqua de s’étouffer avec son riz. Heureusement, il était armé d’une bouteille d’eau qui lui permit de faire passer tout cela sans accroc. Kaya, elle, n’avait pas commencé à manger, car raconter une histoire en mangeant n’était pas la chose la plus polie à faire. Il en venait même à se demander si ce qu’elle lui avait raconté était véridique, et pas amplifié ou quoi que ce soit.

« La stricte vérité… Eux seuls peuvent imaginer pire que ça comme situation, j’en serais incapable. »

Ajoute la jolie blonde, reprenant tant bien que mal son souffle en prenant des grandes respirations, essayant de se calmer. Il fallait qu’elle se retire ce moment hilarant de la tête, rien que le fait d’y penser la faisait rigoler sans qu’elle ne puisse se contrôler. Quelle bande d’abrutis, c’était absolument insensé.

Mais surtout, l’heure était à la surenchère. Shinichi décida lui aussi de raconter l’une de ses anecdotes, et aussi risqué que cela puisse être, elle décida d’entamer son repas à son tour, attrapant une petite brochette qu’elle commence à manger de façon plutôt maniérée. Elle ne voulait pas se salir, et encore moins passer pour une personne mal éduquée. Après tout, il était de son clan, il devait avoir eu de type d’éducation lui aussi. Enfin, elle semblait tout de même avoir été plus assidue de ce côté-là.

Elle gardait tout de même son attention sur le jeune shinobi face à elle, son regard bleu venant souvent chercher le sien pour lui montrer qu’elle écoutait son histoire. Tout tournait autour d’une ancre, et qu’il attendait une démonstration des talents de ses apprentis matelots. L’histoire parlait d’un d’entre eux qui prit l’initiative de montrer l’étendue de ses compétences. Et il revint avec de l’encre et une plume, visiblement très fier.
Kaya regardait alors Shinichi, ne comprenant pas toute de suite la chute de la blague, ancre, encre, le jeu de mots ne lui vint pas à l’esprit instinctivement. Elle s’attendait plus à une grosse erreur physique, puis il lui expliqua la chute. Un grand sourire se dessina alors sur son visage, et la jolie blonde mit une main devant sa bouche avant de se mettre à rire doucement.

« Ho les abrutis… »

Elle leva les yeux au ciel, comme pour montrer son mépris vis-à-vis de ces individus et de leurs capacités très limitées. Son compagnon de repas et de pose avait bien du mal à finir son histoire tant il rigolait. Kaya était un peu moins extrême dans ses réactions, mais rigolait elle aussi sans grande retenue, stoppant évidemment sa consommation de nourriture pour le moment, gardant une main sur son ventre où se dessinaient ses abdominaux lorsqu’elle riait.

« Non mais c’est pas possible, c’est un coup à faire imploser le village si on recrute ce genre de personnes. Enfin, si on devait me constituer une équipe avec eux, je refuserais à coup sûr, c’est du suicide. »

Elle prit quelques secondes pour reprendre une respiration normale, en profitant pour manger un petit peu de riz, avant de continuer.

« J’ai eu le droit à un expert autoproclamé de dissimulation. On me l’a vendu comme un véritable caméléon, aussi discret et silencieux qu’un fantôme… Déjà je l’ai vu débarqué j’ai eu mes premiers doutes. A peu près deux mètres de haut, pour, à vue d’œil, un bon 150 kilos. C’est simple, je pourrais le remarquer à 30 mètres au milieu d’un marché tant son gabarit est imposant. Déjà, je sentais venir les problèmes, alors durant un exercice je lui ai demandé de me montrer l’une de ses spécialités. J’ai fermé les yeux quelques secondes, en attendant qu’il se cache. »

A partir de là, les mots étaient difficiles à trouver tant elle avait envie de rire, une image risible de la situation gravée dans son esprit.

« Déjà, même les yeux fermés je savais où il était allé, il était aussi discret qu’un éléphant lorsqu’il marchait. Et puis, il était allé tout droit, pour brouiller les pistes… Mais le mieux… Hahaha… Quand j’ai ouvert les yeux ! J’ai cru à un Genjutsu au début ! Effectivement, je le voyais, la, droit devant, mais c’était comme si je le voyais deux fois… Il s’était caché derrière un arbre, mais il dépassait des deux côtés ! Et c’était un chêne !!! »

Cette fois, le fou rire était incontrôlable, Kaya n’arrivait plus à avoir ce petit air distingué qu’elle maintenait juste avant, et rigolait plein poumons, s’en faisant mal aux abdominaux.


_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Yuki Shinichi
Yuki Shinichi

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 19:28
Kaya pointe du doigt un détail qui a son importance ; Ces gens vont bientôt constituer la force armée de Kiri. Il est vrai que c’est inquiétant. Je m’imagine déjà, amarrant mon navire avec l’aide de ce clown qui ne sait pas ce qu’est une ancre. Une chose est certaine, jamais je ne confierai la maintenance du Fends-La-Tempête à un de ces clochard. J’arrête de rire, me gratte la tête, reprends mon air sérieux et réponds aux inquiétudes de Kaya :
▬ Je refuserais aussi. Mais je crois bien que nous n’aurons pas le choix. Et puis bon … Ce ne sont que de petites mains, pas de vrais acteurs majeurs. Enfin je crois … J’espère surtout.
Si d’aventure un de ces payous venait à devenir amiral, navigateur ou matelot supérieur, nous serions dans la panade, croyez-moi ! Il ne me semble cependant pas que cela soit au programme. Ces gens ont été recrutés pour réaliser les basses tâches. Nettoyer les ponts, maintenir le port et les navires à flots, etc. Selon toute logique, ils n’ont pas suffisamment de responsabilités pour faire couler le Port Naragasa et la flotte de la brume.

Je profite d’un moment de flottement pour me remettre à manger. Ainsi, j’avale trois boules de riz en moins de vingt secondes – sans prendre la peine de mâcher. Histoire de faire passer le tout, je bois de l’eau comme le premier des gros dégueulasse, c’est-à-dire en embrassant la bouteille. Mes manières contrastent avec celles, plus distinguées, de la jeune femme.

J’ai presque terminé mon repas et écoute la seconde histoire de Kaya. La Yuki décrit un de ses « étudiants », un pseudo expert en dissimulation trois fois trop gros et trois fois trop grand. L’homme a vraisemblablement eu mal à se cacher et ce malgré la nature avantageuse de la flore locale. « Dépasser des deux côtés d’un chêne » ; Voilà une situation bien cocasse. J’ai quelque peu du mal à comprendre la chute de blague mais finis par esquisser un sourire :
▬ Pas mal, pas mal. Là j’avoue … J’ai difficilement pire. Encore que …

J’essaie de me remémorer les différents épisodes comiques de cette semaine, et dieu sait qu’ils sont nombreux, avant de finalement reprendre :
▬ Ah peut-être que … Bon. Je suis pas sûr que ce soit pire mais c’est comique. Troisième jour, j’essaie de leur donner quelques bases en repérage. On sait jamais, ça peut leur servir. Je donne une carte et un compas à quelqu’un, en espérant qu’il puisse me guider vers un îlot voisin que je lui ai indiqué. Je lui explique rapidement comment lire. Normalement, il n’y a aucun problème, tu vois. Il me donne une direction bancale, genre « va à gauche » bon … Okay. Je lui fais comprendre que j’attends un peu plus que « gauche » ; « droite » et lui demande d’être précis, de me donner des indications en degrés. Hésitant, il sort ses mains de ses poches, se lèche le doigt et me dit : « Oh bah là comme ça je dirai qu’il fait dix. Et j’ai un cousin qui habite là-bas, il fait vingt généralement à cette époque de l’année. »
… Véridique. Par degré, cet idiot avait compris « degrés Celsius ».

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 2iz0
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Mer 13 Déc 2017 - 14:55

Cette discussion était lunaire. Ces deux ninjas se servaient de leurs anecdotes pour décompresser de leurs missions respectives qui étaient déprimantes. Leurs candidats étaient tous plus mauvais et maladroits les uns que les autres. Il n’y avait donc aucun bon élément de disponible dans la région ? Ou tous ceux la étaient déjà à Kiri, qui sait ? Peut-être aussi qu’ils faisaient parti d’une petite élite, en tant que ninjas compétents et Yuki de surcroît, et que de ce fait il s’attendaient à ce que les candidats soient à peu près à leur niveau, ce qui était loin d’être le cas.

Quoiqu’il arrive, ils passaient un bon moment de rigolade ici, et Shinichi avait encore une fois une anecdote à tomber. Cette fois ci, elle avait tout de suite compris la chute, elle l’avait même sentie venir en avance. Et encore, elle avait été surprise que ses matelots en herbe connaissent leur droite de leur gauche. Babord et tribord aurait été plus adapté d’ailleurs, enfin, il ne fallait peut-être pas trop leur en demander. Mais cette histoire des degrés, quel sketch ! D’ailleurs, Kaya n’avait pas pu se retenir de rire en entendant la fin de son histoire, se tenant le ventre tant elle rigolait.

« Holala, j’en ai mal aux abdominaux… Non mais c’est pas possible, comment ils se sont retrouvés la ?! Si ça se trouve, ce seraient des cuisiniers exceptionnels, mais pour une raison inconnue ils se sont retrouvés à tenter de faire avancer un bateau… »

Kaya profitait d’un petit instant de calme pour respirer profondément, en cherchant dans son esprit la prochaine anecdote qu’elle allait pouvoir raconter. Et, encore une fois, un moment absolument génial lui vit à l’esprit. Enfin génial, pathétique plutôt, mais c’était une nouvelle fois hilarant, selon ses souvenirs.

« J’en ai eu des experts… Entre le spécialiste du camouflage celui qui se revendiquait comme le meilleur métamorphe de la région... »

Kaya pose son bentô sur le support sur lequel elle était assise, avant de se lever et de se présenter debout face à lui, montrant son corps avec ses mains.

« Bon, tu vois à peu près à quoi je ressemble ? Mes habits ne sont pas du genre à me dissimuler plus que ça en plus. Eh bien lui, Kylo qu’il s’appelait, a décidé de me prouver sa valeur en métamorphose en faisant une reproduction de qui à ton avis ? De moi ! »

Elle pousse un long soupir et pointe son visage du doigt.

« Imagine ma tête lorsque le petit nuage de fumer se dissiper, avec cette personne face à moi, qui était sensé être ma copie conforme. Conforme oui, à mes cauchemars les plus sombres peut-être. Déjà le visage, les traits pas fins, les yeux verts, les cheveux pas de la bonne couleur… De base, c’était pas top. »

Ses mains se portent alors vers sa poitrine, et à ce moment la jolie blonde se met à rire.

« Une planche à pain. Toute plate. Et en dessous, des bourrelets ! Soit je me mens constamment, soit il avait vraiment fait n’importe quoi ! Je te jure, j’ai failli l’étrangler. Le pire dans tout ça, c’est qu’il était fier, et que même les autres aspirants ninja, pourtant aussi nuls que lui, avaient comme une certaine honte par rapport à sa technique. En fait, ils ne savaient pas trop quoi dire, et ils avaient peur que je le tue sur place, ce qui était une possibilité vu la reproduction infâme qu’il avait fait de moi. Attends, plate avec du ventre, sans rire… Les yeux verts !? Même Eiichiro aurait vu la différence !»

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Yuki Shinichi
Yuki Shinichi

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Sam 30 Déc 2017 - 22:33
De très bons cuisiniers, de très bons cuisiniers … C’est vite dit ! Je pense que Kaya sous-estime grandement la difficulté de ce métier. À moins qu’elle surestime les capacités de nos recrues. L’un dans l’autre, le résultat est le même, je doute que ces glandus soient capable de réaliser correctement un plat. En effet la cuisine nécessite de nombreuses qualités telles que la patience, la technique et la précision. Malheureusement pour eux ces gens ne sont dotés d’aucun de ces traits, en témoignent les petites histoires drôles que nous nous racontons. La dernière, celle de Kaya, est à tomber de rire. Un homme, Kylo, a essayé de prendre l’apparence de la Yuki. L’exercice n’est somme toute pas très compliqué tant le physique de la kunoichi est « unique ». Pourtant ledit individu est parvenu à se viander totalement, prenant l’apparence d’une planche à pain obèse.

Je pouffe de rire et me frotte les yeux. Des larmes perlent sur mes joues tant l’hilarité m’a gagnée. J’inspire et expire très lentement, essayant de reprendre mon souffle avant de déclarer :
▬ Fiou. Un génie ce Kylo. Un génie. Il ne faut absolument pas que je le rencontre, sans quoi je vais exploser de rir et me payer sa tête pour les cinq années à venir.
Je suis comme ça, moi. Je suis quelqu'un de bien, de sympa, toujours prêt à me moquer d'autrui. C'est dans ma nature. Cette conversation me pousse inlassablement à la moquerie et stimule mes plus bas instincts. De fait, je souffle :
▬ Il faut qu’on arrête là. D’autant qu’on va bientôt devoir reprendre. Mon dieu. Je vais avoir toutes ces images en tête maintenant. On aurait vraiment pas dû se raconter nos histoires, retourner au travail dans ces conditions ne va pas être évident.
Je termine en moins de deux mon plateau repas, bois une gorgée d’eau et me lève. La mission n’est pas terminée. Ni pour moi, ni pour Kaya malheureusement.

C’est reparti pour cinq à six heures de boulot. Je sens que cela va être fastidieux. Enseigner la navigation était bien plus simple et plus ludique dans mes songes qu’en vrai. Après m’être levé de table – en supposant qu’on puisse appeler cet endroit ainsi sachant qu’il n’y avait aucune table posée à proximité – je prends congé de Kaya et lui souhaite bonne chance. Elle en aura besoin. J’en suis certain …
▬ Je vais te laisser. Je dois retourner avec eux. Il leur reste beaaaaucoup de choses à apprendre. Beaucoup trop d’ailleurs. Je suis censé terminer la mission aujourd’hui mais je pense que je suis bon pour rester une ou deux journées de plus. Nous nous reverrons peut-être ce soir ou demain … Si j’ai la foi de venir au port après ce que je vais vivre là.
Il est possible que ces étudiants aient raison de ma patience. Celle-ci ayant déjà été bien entamée depuis le début de la semaine.

_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 2iz0
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] Empty
Mar 2 Jan 2018 - 16:47

Effectivement, croiser ce genre de génie pouvait entrainer la mort par asphyxie dû à un fou rire non contrôlable. Mais bon au final c’était lui qui avait failli mourir tant sa métamorphose était mauvaise. Représenter Kaya de la sorte était risqué, très risqué. D’ailleurs, elle se demandait comment il aurait représenté Shinichi ? Grand, brun et sérieux ? Non, c’était maintenant une évidence, il fallait qu’elle le fasse rencontrer à ses mais, quitte à ce que ça tourne un peu en dîner de cons. Ce n’était pas éthique, mais qu’est-ce que ça pourrait être drôle !

« Au contraire, moi j’aimerais bien voir d’autres métamorphoses, afin de voir un peu comment il te représenterait ! Pour le coup, le fou rire est assuré je pense. »

Elle poussa un petit soupir amusé et observa son plateau repas. La fine blonde n’avait pas mangé grand-chose, car leur discussion avait été très prenante. Mais il avait raison, elle aussi commençait à être à court de temps pour la pause de ce midi, et la dream team n’allait pas se recruter toute seule.

« Oui, effectivement, je n’ai pas vu le temps passer. Bon courage pour ne pas rigoler en voyant tes chers matelots maintenant ! »

Avec le peu de temps qu’il lui restait, elle reprit ses baguettes entre ses doigts et se mit à manger un peu de riz, mais elle savait qu’elle n’aurait pas le temps de finir. L’heure arrivait et c’est avec son repas à moitié plein qu’elle se releva juste après lui.

« Vu ce que tu m’as dit, l’apprentissage va être long en effet. Mais je pense qu’ils ont confiance en toi, en tant que chef de la formation. Ils savent que tu vas faire d’eux des grands matelots, voir des navigateurs! … De mon côté, je pense que d’un âne, on en fait pas un cheval de course. Et en parlant d’ânes, j’ai tout un troupeau à analyser et à recaler pour ma part. »

Elle se tourne alors vers la direction du centre-ville de Kiri, et fait un petit signe de la main à son confrère Yuki.

« Bon courage en tout cas. On essaye de se revoir bientôt si tu veux. »

Après tout, ils avaient leurs chances de se croiser, que ce soit ici ou au domaine Yuki.


_________________
Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Expériences et récits épiques de deux glandus [Port Naragasa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: