Soutenez le forum !
1234
Partagez

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka.

Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Jeu 14 Déc 2017 - 10:55
La lumière de la lune caressait doucement le derme de son enfant encore éveillée en cette heure tardive. Dans la petite ouverture de la cellule laissant entrevoir à peine le ciel qui surplombait Iwa, quelques étoiles et la Lune pouvaient se montrer, parfois, laissant un sentiment réconfortant a celle qui depuis seulement quelques heures était devenue résidente des geoles. De son plein gré, elle avait accepté son sort : après tout, ce n'était qu’une étape difficile mais obligatoire pour sceller son destin hors de Kiri, et loin des Kaguya de Mizu no Kuni.

Elle ne pouvait pas dormir. Il était presque minuit, et Tsukiyomi avait son temps allongée, à regarder dans le vide. Elle ne ressassait même pas, son esprit était comme vide : elle ne faisait qu’attendre, encore et encore, que ces inconnus qu’elle rejoignait se battent pour leur vie, pleurent leurs morts, et viennent enfin trancher sur son sort. Oh, elle le savait bien, le moment était mal choisi pour sa mission. S’ils étaient comme les Kirijins, la Kaguya n’avait qu’un mince espoir de survie dans ce village. Mais elle avait accepté toutes ces éventualités en s'élançant dans cette difficile entreprise que de trahir le village qu’elle avait participé à fonder.

Un soupir, une main dans ses longs cheveux de jais dans un geste machinal. Assise sur sa couche assez spartiate, elle regardait dans le vide mais au moins, elle respirait. Elle se prenait à penser à ceux qu’elle appelait amis. Ayuka, Watari … Ceux qui lui avaient accordé leur enseignement. Elle n’osait sourire mais elle était satisfaite de leur avoir donné cette chance en sacrifiant son destin. Qui sait ce qui se serait passé si quelqu’un d’autre avait ete charge de cette mission ? Quelqu’un d’inflexible, qui aurait convaincu Noah de s’en prendre aux siens et qui aurait contente Kiri en massacrant ses enfants. La jeune femme n’osait y penser. Elle fut arrachée à ses pensées par des bruits de pas dans le couloir. Qui donc venait faire un tour des geoles a cette heure ? La relève de la garde était encore toute récente, à moins que l’organisation de ce village soit vraiment particulière, cette personne devait avoir un but. Le pas etait plutot léger, témoignant d’un poids plume, néanmoins, il était decidé, témoignant d’un caractère qui ne souffrait d’aucune imprécision. Tsukiyomi soupçonnait une personne en particulier mais n’osait se laisser aller a cet espoir. Elle ne connaissait pas les Iwajins, peut-être n'était-ce qu’un habitant de ce village comme un autre.

Mais elle se montra enfin. Ses cheveux d’un blond aussi froid que les glaces qu’elle maitrisait éclairaient le regard ambre de la lunaire. Elle ne savait qu'espérer qu’elle la comprendrait mais c'était bien peu probable. A défaut, elles mettraient les choses au clair. Tout ce qu’elle souhaitait, c'était les voir survivre et se construire la ou ils le souhaitaient, comme ils le souhaitaient.

“Bonsoir, Ayuka.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi
Yuki Ayuka
Yuki Ayuka

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Jeu 14 Déc 2017 - 15:13
Elle ne pouvait guère s’éloigner de la prison. Si dehors, les cris avaient cessé et seul le sang des mots continuait de remplir doucement la terre du village, Ayuka n’avait pu se permettre de rejoindre les combats. Il ne s’agissait pas d’un ordre militaire, mais moral. En effet, en enfermant Tsukiyomi et Noah, Ayuka semblait avoir signé un contrat avec sa propre personne. Il était hors de question qu’une fois rendus et enfermés dans les geôles, la vie des deux kirijins soit menacée. Si en temps normal, Ayuka n’imaginait pas le Village de la Roche ordonner de cruelles et brutales exécutions, après cet assaut, Ayuka se doutait que la haine des iwajins serait suffisante pour faire naître en eux des envies de meurtres.

Eiichiro était parti chercher Rakka suite aux indications du clone de la manieuse de glace et elle n’avait aucune nouvelle mais étrangement… En ayant aperçu les deux ninjas qui protégeaient la petite Yuki, Ayuka n’avait pas de réelles inquiétudes concernant sa survie et il faudrait bien plus qu’une simple escouade pour mettre à mal le chef des Yuki.

Ayuka avançait dans les longs couloirs de la prison aux pierres froides des premiers baisers glacés de la saison, d’un pas décidé, rapide bien que discret. Le fourreau de son katana frôlait doucement sa jambe à chaque avancée, ses cheveux blonds battant le rythme. Ayant déjà visité Noah, il était évident que celui-ci ne se réveillerait pas de suite, la question était de savoir s’il ouvrirait les yeux dans la journée ou plus tard, Ayuka utilisant pour la première fois ses paumes de glace dans ce contexte bien particulier. Restait Tsukiyomi…

Les semaines étaient passées depuis leur départ du Village Caché de la Brume et de Mizu no Kuni en général. De longues semaines comprenant la traque, le voyage, la mer, l’intégration à Iwa, leur acceptation par le Shodaime Tsuchikage… Sans la présence de la Kaguya. On aurait pu croire que le temps refermerait les blessures, en réalité il savait uniquement remplacer les inquiétudes et tracas d’un jour par le suivant. Des semaines et le goût de la fuite de la lunaire restait ancrée dans l’esprit et le cœur de la jeune femme. Elle ne lui avait jamais souhaité adieu, quittant simplement de navire et alors qu’Ayuka apparu devant les barreaux de la cellule, c’était par une salutation qu’elles se retrouvèrent enfin seules.

Ayuka soupira légèrement, et saisit un barreau de sa main droite alors que la lumière lunaire éclairait les deux amies et anciennes partenaires. « Vous êtes les derniers kirijins présents dans l’enceinte du Village. » Autant la mettre au courant de ce que la Kaguya ne pourrait à présent découvrir que de la bouche d’un autre et non ses propres yeux. « Même si Eiichiro ne sera pas sur le bateau retournant à Mizu no Kuni, le sang a coulé et des iwajins appréciés, voire des civils ont été simplement décapités. » Ayuka savait son amie au courant des méthodes de Kiri, mais la jeune femme estimait que Tsukiyomi devait savoir que de nombreux innocents, faibles, étaient morts sous les coups et les lames de guerriers sans honneur.

Puis la blonde se laissa doucement glisser contre le mur pierre qui faisait directement face à la prisonnière. « Des morts, tous s’y attendaient mais… Même si ton clan a toujours été considéré comme sanguinaire, c’est un charnier qu’ait venu chercher Kiri, une guerre, pas Eiichiro et malheureusement pour la paix que nous avions trouvée à Iwa, la Roche va réagir. » Après ce court résumé, Ayuka soupira de nouveau, posant son crâne contre la pierre froide de la prison, repliant un genou que vint enserrer ses fines mains. Tsukiyomi devait se douter que cette nuit aurait de lourdes conséquences et peut-être même savait-elle pourquoi Kiri semblait avoir tant de haine contre Iwa. Enfin… L’heure n’était plus aux questions sur l’ambition et les rêves de gloire des plus puissants de ce monde.

D’une voix moins neutre, laissant trahir des semaines à se souvenir de cette trahison, Ayuka brisa une nouvelle fois le silence. « Tu avais peur que l’on te retienne ? C’est pour cela que tu nous as tous quittés sans un mot ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka https://www.ascentofshinobi.com/u281
Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Dim 17 Déc 2017 - 17:44
Ce qu’Ayuka énonçait ne lui donnait même pas un coup au coeur. Tsukiyomi le savait, au fond, que tout cela n’était qu’une mascarade. Elle avait même profité de la précipitation et du manque de discernement de certains pour se faire intégrer dans cette mission à Iwa, afin de sauver ce qui pouvait l’être, à savoir ses amis. Mais il était bien difficile d’admettre que malgré tout, à l’extérieur, c’était un charnier. La lunaire ne savait même pas si, laissée en liberté, elle aurait pu faire un choix entre se retourner contre Kiri, se battre ouvertement contre les siens, et attaquer des Iwajins innocents dont elle ne savait rien. Tsukiyomi était fatiguée de tout cela. De devoir toujours ménager tout le monde, les siens, les autres, au détriment d’elle-même et finir par ne jamais pouvoir assumer totalement ses décisions, ses choix, parce qu’il y avait trop de facteurs à prendre en compte. Parfois, elle avait juste envie de partir, loin, des villages et des guerres, s’enfermer dans une grotte pour ne plus jamais en sortir. Elle aurait pu le faire après son petit coup d’éclat si elle n’avait pas la responsabilité d’une vie en elle. Probablement même qu’elle l’aurait fait, envoyer paître tout le monde et se débrouiller seule, face à la vie.

« Je sais bien, Ayuka. Je connais Kiri, je connais les méthodes je suis même la première à en témoigner.» Tsukiyomi était une Kaguya. Elle savait ce que c’était que de voir les conflits se régler par le combat à mort. Elle connaissait la sauvagerie et l’absence de nuances, c’était même cela qu’elle avait fui. La lunaire s’inscrivait aux antipodes des méthodes et de la morale de son clan, un peu trop radicalement d’ailleurs. Pour ce qui était de faire face à la barbarie, elle était bien la première à pouvoir en témoigner. « Mes seuls vrais regrets, c’est d’être seule dans ce chaos, et de n’avoir pu épargner que deux vies ce soir. »

Tsukiyomi se leva de sa couche pour se mettre en plein milieu de la petite cellule qu’elle occupait, avant de s’installer en tailleur sur le sol. Elle observa Ayuka en soupirant. Cette question qu’elle lui posait était si difficile car, à peine son départ du bateau effectif, elle n’avait eu de cesse de se la poser sans avoir de vraie réponse. Mais en parler ouvertement avec son amie était peut-être une occasion de clarifier le tout. Plutôt que de tout tourner encore et encore dans son esprit. « J’avais peur, oui. Tu sais ... A la seconde où j’ai reposé le pied sur la terre ferme, j’ai su que je regretterais cette décision. Je ne suis plus moi-même depuis.» Si elle l’avait seulement vraiment été un jour. Tsukiyomi baissa les yeux un instant, poussa un nouveau soupir, avant de reprendre. « Je serais bien incapable de t’expliquer pourquoi j’ai fait ça. Le clan, le village, vous, j’étais déchirée. Je le suis encore, mais je me fais une raison. En vous laissant je me suis aliéné mes seuls amis, en trahissant Kiri pour vous je me suis aliéné mon pays.» Un constat bien ironique. Au bout du compte, Tsukiyomi était seule, par sa faute. Elle n’avait su faire de vrai choix et se retrouvait à perdre les deux. Enfin, au moins, ceux vers qui elle se tournait à présent se montreraient peut-être plus cléments que la cité qu’elle avait quittée. « Alors oui, Ayuka. J’avais peur que vous me reteniez, j’étais morte de peur à l’idée d’être la traîtresse que les Kaguya ont toujours vu en moi, de leur donner raison. Au bout du compte, je vous ai trahis vous, puis j’ai trahi Kiri, et plongé dans la gueule du loup pour un semblant de rédemption. Bien insuffisant si tu veux mon avis. Maintenant quoi ? Je n’ai fait que confirmer ce que l’on a toujours craint à mon sujet.» Ces derniers mots se brisèrent dans sa gorge nouée. La Kaguya déglutit difficilement. Comment était-ce possible de se tromper à ce point du tout au tout ? « Je suis désolée, Ayuka. Sincèrement. Je n’ai même pas les mots pour exprimer mes regrets, je m’en veux terriblement pour ma faiblesse.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi
Yuki Ayuka
Yuki Ayuka

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Ven 22 Déc 2017 - 16:17
« Tu n’aurais pas pu sauver tout le monde. » lança-t-elle d’une voix assez neutre en contemplant Tsukiyomi lui faisant à présent face, à son niveau. Au cœur d’Iwa, au milieu de l’horreur, du sang et des morts, les souvenirs ressortaient. Douloureux mais si peu lointains. Des souvenirs qui avaient affecté tous les déserteurs voire qui les avaient totalement changés. Watari n’est jamais redevenu le même depuis la traitrise de la lunaire. Ayuka avait étrangement muri. Eiichiro reprenait goût à la vie. Et les fillettes découvraient enfin un village de paix.

Ayuka soupira doucement, un soupire qui résonna sur les pierres froides aux explications de son amie, de son ancienne coéquipière et partenaire. « Mizu no Kuni n’est pas une grande perte dans ton existence. » finit-elle par déclamer en reposant son regard ambré, félin sur Tsukiyomi. « J’ai eu des hésitations avant de partir, Kiri ou ma famille ? Finalement je ne regrette pas. Si tu es toujours celle que j’ai connue, et a pas celle que le Village de Brume imagine contrôler, il en sera de même pour toi. » Les erreurs du passé ne pouvaient souvent guère être réparées puisqu’à jamais incrustés dans des cœurs d’émotion et non de raison. La rancœur demeurait cependant la Yuki ne désirait pas laisser la lunaire seule cette nuit, seule en pays étranger, encore officiellement Kirijin et donc potentiellement une femme à tuer pour de nombreux iwajins.

« Que t’ont offert les Kaguya ? De la reconnaissance ? Un honneur ? Un chef digne de ce nom ? Tu les trahis peut-être mais Iwa te donnera bien plus que ce que ta famille t’a cédé. » La manieuse de glace ne regrettait pas son choix et ne le regretterait certainement jamais. Il ne lui avait fallu que peu de temps pour ne plus se sentir kirijin mais bien habitante et soldat du Pays de la Terre. Et malgré le passif qui liait les deux jeunes femmes, la Yuki espérait que Tuskiyomi soit acceptée, jette son bandeau de prisonnière et découvre le vrai sens du mot « liberté. »

« Nous sommes tous faibles à notre manière, je dirais. Je le suis et j’espère un jour être aussi forte que les hommes autour de moi. Et Iwa m’aide à progresser, bien que Kiri ne l’a jamais fait. Tu m’avais parlé des Kaguya, de ton clan… Si jamais tu deviens une iwajins, tu pourras construire une famille à ton image. Et tu seras libre. Et si tu es déchirée… Qu’est ce qui te rattache aujourd’hui à Kiri, en cette nuit, qui t’empêche de totalement te libérer, Tsukiyomi ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka https://www.ascentofshinobi.com/u281
Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Ven 22 Déc 2017 - 20:10
Un simple soupir pour toute réponse, Tsukiyomi admettait volontiers qu’elle n’avait pas la force de sauver tout le monde. Elle savait Kiri peuplée de personnages dotés d’autant de puissance que de caractère. En réalité, la Kaguya attendait le semblant de liberté que pourrait éventuellement lui offrir son émancipation pour enfin prendre son envol et égaler voire surpasser tous ces gens qui n’avaient de cesse de la terrifier. Que ce soit son ancien senseï Eiichiro, Watari, ou même les senseï Kaguya eux-mêmes … Elle aussi, un jour, terrifierait. Et elle ferait le choix de désamorcer cette mécanique malsaine.

“ En quittant Kiri j’ai fait une croix sur l’objet de ma loyauté autant que ce qui me faisait office de famille. Le choix que je devais faire, c’était me choisir moi par dessus tout ceux qui m’ont élevée.” Quant à savoir qui elle était en dehors des exigences de Kiri … Là était bien tout le problème, elle s’était perdue dans les illusions il y avait bien longtemps. A tel point qu’elle ne savait plus qui elle était auparavant. Où était passée la nonchalante et sarcastique Tsukiyomi qui dispensait à ses cousins nombre de commentaires qu’ils ne comprenaient pas sur leur inanité ? Celle qui voulait changer les choses et imposer son identité dans le clan jusqu’à frôler la mort pour le faire ? Elle semblait disparue, avait enterré son caractère bien trempé des années auparavant pour devenir cette joueuse aux nombreux masques.

“ Les Kaguya m’ont élevée, ils m’ont offert une identité, un nom, une famille et une éducation. Renoncer à eux c’est renoncer à tout ce qui me constitue. Je veux bien croire que je pourrais me reconstruire ailleurs mais c’est un morceau de mon coeur que l’on arrache.” La lunaire releva les yeux, et arqua un sourcil. “ Comment peux-tu savoir qu’Iwa m’offrira quoi que ce soit ? Je suis une ennemie, ils n’ont rien à m’offrir sinon une mort lente.” Elle déglutit en songeant à cela. Ce n’était que justice pour le village assailli de Kirjins.

Ayuka n’imaginait sans doute pas à quel point elle tapait juste en parlant de famille. D’un mouvement imperceptible, Tsukiyomi effleura son ventre plutôt bien camouflé sous une tenue assez ample. Il n’était pas encore si gros mais elle se trahissait dans ses réflexes et les précautions qu’elle prenait. “ Une famille à mon image …” Répéta-t-elle comme en écholalie. Et si c’était cela, la liberté, donner la vie et façonner cet enfant Kaguya avec de l’amour et bien plus de compassion qu’elle n’en avait jamais reçu ? “ Tu ne crois pas si bien dire, Ayuka.” La jeune femme déglutit. Elle posa son regard d’ambre sur son amie, songeant à ce qu’elle risquait de se prendre au visage en lui annonçant son secret. Elle devait le faire. “ Je n’ai plus aucun lien avec Kiri car je sais qu’il ne me voudront que du mal. J’ai fui une situation qui aurait pu me coûter la vie tout autant que celle dans laquelle je me retrouve. Je n’en suis pas plus libre pour autant Ayuka.” Elle posa sa main sur son ventre sans se cacher cette fois, baissa les yeux, et murmura, assez fort pour qu’elle l’entende, l’annonce fatidique. “ Je suis enceinte. Et ce simple état de fait a signé mon arrêt de mort au sein de mon clan. Il n’était qu’une question de temps avant que cela se sache et que la sentence ne soit appliquée.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi
Yuki Ayuka
Yuki Ayuka

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Dim 24 Déc 2017 - 1:39
Comment pouvait-elle savoir qu’Iwa ne lapiderait pas Tsukiyomi ou que les Borukan ne lui couleraient pas de la lave en fusion sur le corps jusqu’à ce que les os de la Kaguya fondent ? « Parce qu’ils m’ont acceptée comme Iwajin. Lorsque le rouquin de Kiri est venu nous chercher, Chôgen-sama a préféré se battre et perdre un bras plutôt que nous livrer à une mort certaine. Parce que je me tiens encore face à toi et que les habitants nous accordent leur confiance alors que nous sommes la cause des assauts et des morts. »

Après tout, si Ayuka et les autres n’avaient pas déserté, le Village Caché de la Brume n’aurait certainement jamais lancé un tel assaut sur Iwa sans raison à moins que la soif de sang de l’eau soit encore plus terrifiante qu’elle ne l’était avant leur départ. Soupirant légèrement, Tsukiyomi connaissant le passé de la Yuki, elle ajouta pourtant « Si quitter nos racines nous tuait vraiment, je serais morte plus d’une fois. » Tetsu. Mizu. Tsuchi lui offrait une nouvelle vie.

Si Ayuka s’attendait à découvrit son amie, la traîtresse de son cœur mais son amie tout de même, la suite en revanche bascula un peu plus la soirée. Quand Tsukiyomi indiqua que la bretteuse de glace visait juste concernant une nouvelle famille, Ayuka fronça les sourcils. La Kaguya avait toujours eu l’art de choisir ses mots avec soin, quitte à rester aussi vague que la brume qu’elle savait si bien manier. Le regard ambré suivit la main qui s’anima et une fois sa destination trouvée, le cœur de la Yuki se serra en prenant conscience de la situation. Situation à la fois étrange mais si logique.

Déglutissant légèrement, Ayuka prit quelques secondes pour répondre. Par le passé, la Yuki avait appris le penchant… Féminins des plaisirs et désirs de son amie. Et si elle-même n’avait jamais connu charnellement la lunaire, en revanche depuis peu, elle avait conscience de la nuit qui avait existé entre Watari et Tsukiyomi. Encore aujourd’hui, elle avait du mal à imaginer comment les deux en étaient arrivés à ce point, ce point culminant d’intimité. Une révélation qui avait touché plus intérieurement la Yuki que ce qu’elle imaginait puisque la mise en évidences et en conséquences de cette nuit… Pinçait son cœur.

Enfin, faillaient-ils les blâmer ? Cela n’aurait aucun intérêt. Encore plus alors que la Yuki était elle-même perdue dans les troubles de son cœur et que l’instant ne se prêtait pas aux intérêts sentimentaux. Sans bouger mais sans être agressive, Ayuka sourit fatidiquement à sa consœur avant de lui répondre « Iwa ne te tuera pas et ne fera pas de mal à cet enfant. C’est encore… Mouvementé dehors avec les morts, les blessés et les civils terrifiés. Mais je te ferai venir un médecin pour… Ton enfant. » Cet enfant qui n’avait certainement rien demandé. Qui se retrouvait au cœur de conflits, au cœur de mille dangers, uniquement protégé par une mère certes, puissante, mais qui risquait éternellement sa vie depuis l’enfance. Sans chercher à juger l’attirance naturellement de Tsukiyomi envers les femmes, chose encore inconnue pour Ayuka, elle lui demanda qu’une voix plus discrète « Il en a eu beaucoup ? Ce Sabreur aux origines de ton clan ? Voire… Un membre de mon clan fracturé ? »

Ayuka savait que le nom de Watari finirait par sortir tôt ou tard. Mais dans son esprit, elle inspirait sincèrement que la lunaire n’est jamais rencontré à ce point leur ancien chef d’équipe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka https://www.ascentofshinobi.com/u281
Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Mer 27 Déc 2017 - 18:39



Toute optimiste pour son sort que pouvait se montrer Ayuka, Tsukiyomi n’était pas vraiment en état de l’entendre. A vrai dire, elle n’était plus optimiste sur son propre sort depuis bien longtemps et ne croirait que ce qu’elle verrait. Mais elle voyait bien son amie, présente, devant elle … Son pessimisme lui rappelait néanmoins que les circonstances étaient très différentes, et qu’elle n’était pas en position de demander quoi que ce soit et que seul le bon vouloir des dirigeants d’Iwa pèserait dans la balance.

“ J’aimerais pouvoir me montrer optimiste mais ce qui se passe dehors m’en empêche. Et je ne serais pas surprise de servir d’exemple vis à vis de tous les Kirijins, ce serait logique.” Et par dessus tout, elle ne voulait rien demander à personne, surtout pas à ses anciens amis dont la position devait être extrêmement inconfortable à l’heure actuelle. “ Je sais très bien que mes raisons semblent faibles, mais je pense aussi que Watari et toi êtes à même de comprendre au moins une partie de ce qui m’anime. Je me suis arrachée moi-même à ce qui m’a toujours tenue debout. Je sais très bien que ça devait arriver et que je n’aurais jamais dû me laisser éduquer de cette façon.” Là encore, ce n’était pas le temps de faire son analyse ni de se flageller. Elle aurait bien le temps de se découvrir si elle était amenée à survivre à tout cela.

La lunaire n’était pas naïve, elle s’attendait à ce que sa révélation soit un choc et surtout, qu’elle n’évoque aucune envie de fête chez Ayuka. Elle aurait bien gardé tout cela secret si ça n’était pas voué à devenir évident plus tard. Et la jeune femme souhaitait jouer franc-jeu avec tout le monde à présent. Finies les semi-vérités et les sous entendus, plus personne ne la surveillait comme son clan le faisait, elle devenait seule responsable de ses mots et de ses actes. C’était à double tranchant mais elle l’acceptait. “ Je ne demande rien…” Soupira-t-elle seulement à l’évocation d’un médecin. Evidemment, c’était appréciable de pouvoir prendre soin d’elle dans son état, mais à aucun moment la Kaguya n’avait envisagé cela comme un droit. Elle s’était même imaginée seule, à se débrouiller sur les routes pour s’en sortir et offrir une vie à peine décente à sa progéniture. Mais la question qui brûlait les lèvres d’Ayuka finit par sortir et là était le moment de se montrer la plus sincère possible.

“ Tu me connais Ayuka. Tu sais que je n’ai jamais eu besoin de l’expliciter auprès mais, tu connais la réponse. Non, il n’y en a pas eu beaucoup, tout cela n’est qu’un coup du destin. Le résultat d’un écart, un seul, qui ne me ressemble absolument pas et ne se produira jamais plus.” Evoquer Hanzô était tout de même assez comique compte tenu de la façon dont il s’était conduit avec elle lors de son retour du port, et le manque de tact dont il avait fait preuve lorsqu’elle avait parlé de sa grossesse. Au bout du compte, il était devenu son seul espoir de survie à Kiri si elle avait choisi d’y rester, mais ça n’était pas suffisant. “ Grands dieux, je ne sais pas ce que tu imagines de moi. Non, Ayuka, il n’y a jamais eu et il n’y aura probablement jamais d’hommes envers qui j’aurais ces sentiments. Ce qui s’est passé est encore flou dans ma tête et pour le moins surréaliste.” La Kaguya réalisa qu’elle n’avait même pas encore prononcé le nom du père. Elle posa un regard gêné sur Ayuka. Elle prononçait ces mots de façon si absolue alors qu’elle même ne se posait pas plus de questions sur ses penchants qui, de toute évidence, étaient amenés à fluctuer. C’était bien le cadet de ses soucis à cette heure. “Il n’y a eu que Watari, cette seule et unique fois, et crois bien que je le regrette à présent.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi
Yuki Ayuka
Yuki Ayuka

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Jeu 28 Déc 2017 - 2:45
D’une voix plus affirmée, plus directive, Ayuka lui répondit directement « Tu ne demandes rien, et c’est tout à ton honneur mais je me suis faites une promesse. En t’enfermant dans cette prison avec Noah, je me suis jurée de vos bonnes santés. » Elle l’avait également promis à Eiichiro cependant en cette nuit trouble, elle évitait de penser à lui. Son esprit était occupé pour s’occuper d’un cousin qui, à ses yeux, avait fait preuve d’un puissant égoïsme. Et à présent, la santé et le bien-être de la lunaire dépendait forcément de l’enfant qui grandissait en elle.

Soupirant doucement, elle souffla quelques autres évidences à son cœur « Je me sens bien à Iwa. Cependant il faudrait me tuer pour vous trancher la gorge comme l’ont fait certains Kirijins… Et sauf si tu me reprends, tu n’es plus kirijins, Tsukiyomi. » Les mots pouvaient sembler étranges voir violents pour celle qui croyait toujours qu’elle appartenait au village caché de la brume. Si les guerriers de ce village étaient capables de tuer en terre de paix, dès qu’ils apprendraient la trahison de Tsukiyomi, nul doute que la jeune femme et son enfant ne resteraient pas longtemps en vie. Et devant les explications de Tsukiyomi, l’esprit approuvait instinctivement ses dires… Car définitivement la Yuki avait du mal à imaginer son amie lunaire fricoter avec tous les hommes de Kiri. Déjà l’imaginer dans les bras de Watari était dérangeant, énervant mais particulièrement… Incroyable et impensable. Mais cela signifiait que le doute n’était pas permis. Il s’agissait bel et bien de l’enfant de Watari.

Se relevant, Ayuka s’étira doucement, le sol et le mur durs ayant le don d’engourdir les muscles. Sans lui demander son avis, Ayuka partit quelques instants et revint avec son un bras, deux autres couvertures et un petit sachet dans l’autre main. La Yuki glissa le tout à travers les barreaux. Il était évident qu’une nuit froide sans protection ne serait guère appréciable pour la mère et l’enfant et dans le petit sachet de papier, quelques bonbons ayant survécu à sa générosité envers Noah. C’était officiel, elle se retrouvait totalement dépouillée de bonbons et de sucre. Restant accroupie alors que la Kaguya pouvait approcher librement, Ayuka retrouva son regard, osant une nouvelle question « Tu regrettes cette nuit pour ce qu’elle représente ou à cause de la conséquence de celle-ci ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka https://www.ascentofshinobi.com/u281
Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Ven 29 Déc 2017 - 12:53

Il aurait été malhonnête d’insister dans un excès de bons sentiments et de modestie, aussi Tsukiyomi accepta les bons soins que lui promettait Ayuka. Dans son état, elle ne pouvait se permettre autre comportement et, qui plus est, elle avait envie de voir cela comme un premier pas vers le paradon. Un moyen de recréer ce lien qu’elle avait tant endommagé et qui lui était pourtant si vital. “ Je te remercie, sincèrement. Je sais que je ne le mérite pas, mais je saurai mon montrer méritante. ”

L’évocation de sa position vis à vis de Kiri était comme une secousse. La lunaire avait toujours parlé de Kiri comme de son rêve, de quelque chose qu’elle avait construit de ses mains, de sa priorité, mais la vérité était bel et bien que sa loyauté allait vers son clan, c’était lui qui était présent dans chaque partie de son corps. C’était lui qu’elle incarnait à chaque fois qu’elle maniait les os, qu’elle craignait à chaque faux pas, ce n’était pas Kiri. Jamais. Elle avait offert sa loyauté à un idéal mais au bout du compte, ça n’était pas lui qui avait construit son identité. “ Kirijin ... Je suis avant tout une Kaguya. C’est une identité que je ne me vois plus attacher à un village plus qu’un autre, honnêtement.” Son regard se posa sur son amie. La Kaguya n’avait même pas les mots pour exprimer sa reconnaissance et sa surprise face à sa façon d’aborder la situation. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, témoignage sincère de sa gratitude la plus profonde. Actuellement, elle était si perdue que ce peu de lumière lui était salutaire.

Alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la bouche, sans doute pour déblatérer quelque chose manquant autant de consistance et de logique qu’un peu plus tôt, elle se ravisa car Ayuka s’éloignait. A son retour, Tsukiyomi accueillit avec soulagement ce qu’elle rapportait. La perspective de dormir dans le froid ne l’enchantait guère et quand bien même ce traitement ne lui était octroyé que par la grâce de son état, elle se gardait bien d’y porter un oeil aigri.

Il ne fallut pas bien longtemps à la Yuki pour poser à nouveau une question qui fâche, sa spécialité. Elle s’étaient bien trouvées, sur ce point. Néanmoins il fallait bien admettre que la réponse à cette question était épineuse et serait sans doute encore moins claire que les précédentes. “ C’est compliqué … Je ne dirais pas que je me sens honteuse pour cette nuit-là. C’était singulier, unique, mais en elle-même je ne dirais pas que c’est une source de regret. Ma condition … évidemment elle est problématique à bien des niveaux. Cet enfant, je ne l’aurais jamais attendu ni espéré et lorsque j’ai compris que j’étais enceinte, j’ai senti que tout s’écroulait autour de moi...” Les yeux baissés, elle se tordait les doigts en réfléchissant. Elle n’avait jamais mis de mots sur ce qu’elle ressentait vis à vis de cet enfant, c’était - littéralement comme métaphoriquement - viscéral, comme sentiment. “ Evidemment que ce n’est ni le bon moment ni les bonnes circonstances. Je n’ai jamais envisagé d’avoir un enfant. Mais maintenant que j’en suis là, j’ai envie de devenir meilleure, de faire tout ce qu’il faut et en être fière, pour lui …” Elle porta sa main sur son ventre qui ne trahissait pas encore tout à fait sa condition. “ Ou elle.” Un petit sourire se dessina sur son visage. “ C’est un concours de circonstances qui a créé un chaos sans nom dans ma vie mais j'ai envie, plus que jamais, d’en tirer quelque chose de beau.”
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi
Yuki Ayuka
Yuki Ayuka

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Sam 20 Jan 2018 - 0:03
Elle pouvait la comprendre. Peut-être. En y réfléchissant. Si Ayuka s’était retrouvée dans une telle situation, le monde se serait certainement écroulé également. Eiichiro lui avait déjà demandé si elle avait quelques projets en tête, si elle désirait avoir un enfant. La réponse était évidente pour la jeune femme. Non. Paq avec la guerre approchant. Pas dans un monde où les Yuki ne possèderaient pas un clan stable et la sécurité de ne plus être déchirés. Cependant il était clair que le temps ne pouvait être remonté et qu’un nouveau Kaguya allait voir le jour au cœur d’Iwa. « Au moins il n’aura pas de problèmes de croissance. » Elle sourit, amusée de ses mots. Il était difficile d’imaginer un jeune Kaguya ayant un retard de croissance, mais encore plus, le climat d’Iwa offrait de meilleures conditions pour élever un enfant. Le soleil salvateur plutôt que les pluies diluviennes.

Dehors toujours le chaos. Au moins son amie, cette ancienne Kirijin, saurait trouver le sommeil, aussi bien protégée qu’emprisonnée dans les murs de cette solide prison. « J’ignore comment réagira Watari. Ainsi que les autres nouveaux iwajins, cependant… Tu ne crains rien. Et ton enfant également. Iwa voudra t’interroger, en savoir plus sur Kiri, j’ignore si tu as des informations à apporter à la Roche. Mais ton enfant est en sécurité. Déjà car Iwa est une terre d’accueil mais également car je ne laisserai personne te faire de mal. » Tout comme Noah. Il était à présent clair dans le cœur de la Yuki que la sureté et l’intégrité des deux nouveaux pensionnaires carcéraux étaient liées à sa conscience ainsi que son devoir.

Dans un dernier sourire, Ayuka ajouta, d’un ton sérieux, tranchant avec son expression. « Iwa a ses morts à honorer et du sang à laver. Je reviendrai à la première heure, Tsukiyomi. En attendant… Essaie de te reposer. » Et elle partit. Comme elle était arrivée, de cette démarche aérienne et discrète. Une frêle silhouette dans ce lieu de violence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka https://www.ascentofshinobi.com/u281
Kaguya Tsukiyomi
Kaguya Tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka. Empty
Dim 21 Jan 2018 - 16:03



“J’imagine, oui.” Répondit la Kaguya en souriant. Tsukiyomi n’avait pas la moindre connaissance des antécédents familiaux, mais il était évident que, chez les Kaguya, les enfants étaient rarement faibles à la naissance. Elle même, malgré ses traits particuliers et sa silhouette assez fine, était d’une robustesse insoupçonnée. Tant dans leur éducation morale que dans leurs entraînement, on apprenait aux Kaguya à ne jamais faillir, suivre une ligne de conduite sans en dévier une seule seconde, et lutter jusqu’à la mort quitte à ce que celle-ci soit d’une stupidité innommable aux yeux de certains.

“ J’aimerais le lui apprendre moi-même. Même si je doute qu’il vienne de lui même. Enfin...” La lunaire n’était même pas certaine de vouloir informer Watari de sa paternité. Plus elle songeait à tout cela, plus elle voulait gérer cet enfant seule, par égards pour lui, et en connaissance de cause d’une situation sans doute très complexe. “ J’ai bien peur de n’avoir pas grand chose à ajouter pour les aider. Mais je le ferai du mieux que je le pourrai. Je n’ai absolument rien à gagner à faire de la rétention d’information au point où j’en suis.” Elle laissa échapper comme un petit rire désabusé. Elle était déjà une traîtresse aux yeux de tous, Kiri, Iwa, ses amis et même ses pires ennemis. Au bout du compte, il n’y avait qu’à travers ce prisme qu’elle ne décevait personne et restait prévisible. C’était bien pour cela que tout le monde jouait de mystères avec elle et ne lui donnaient que peu d’informations.

“ Je te remercie pour ta gentillesse, malgré tout ça. Je ne sais comment exprimer ma gratitude. Mais je te prouverai que tu n’as pas eu tort de faire ce choix, ce soir. Et de me faire confiance à nouveau.” De bien grands mots, parler de confiance était bien ironique dans leur cas, mais c’était tout de même un acte de foi que de mettre à l’épreuve son honneur et sa position pour garder Tsukiyomi en vie. Elle le réalisait d’autant plus à présent. Alors que la Yuki annonçait son départ, la Kaguya plongea son regard dans le sien. “ Fais attention à toi, Ayuka.” Son ton était sérieux, de même que son expression, mais l’évidence était là : elle retrouvait à peine son amie et craignait de la voir mourir. Nombre d’épiphanies se produisaient pour elle depuis son départ de Kiri, mais forcé était de constater qu’elles la dirigeaient toutes vers un désir sincère de protéger ceux qu’elle aimait et son enfant à naître, au détriment même de son identité. Tandis que son amie partait, Tsukiyomi retourna sur sa couche et s’allongea lentement, regardant le plafond de longues heures avant d’enfin trouver le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Clair de lune du prisonner. | ft. Ayuka.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: