Soutenez le forum !
1234
Partagez

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa

Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Ven 9 Mar 2018 - 5:32

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x MURAMASA



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."



NOUVEAU : THÈME DU POSTE DE POLICE N°12




La monotonie des lieux l’avait acculé. Oui, il devait faire face à un sentiment d'oppression administratif. Tout ce… fade qui ressortait à chaque couloir. Les copies imparfaites de Girreberru et les protocoles de mauvais goûts avaient fini par avoir raison de lui. Ah, vraiment. Lui, qui avait soif de justice ne pouvait combattre ses bas instincts plus longtemps. Vous le saviez, je le savais, nous le savions tous : ce jour finirait par arriver. Et il est arrivé. Oui, je vous le dis comme vous pouvez me voir : il est arrivé.

***

Le poste de police n°12 est situé en plein cœur du domaine Hyûga, dans les quartiers résidentiels. C’est sans peine qu’il en avait pris le contrôle, un peu malgré lui. Le chef du poste avait perdu la vie et était même une des victimes des enquêtes précédentes. La force du nom et le manque évident d’un remplaçant pour le capitaine Murunatsuo avaient provoqué ce qui ne pouvait être éviter : le noble et lubrique Hyûga en était officieusement le dirigeant. La promotion en membre du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein) à part entière ne ferait qu’officialiser la chose. Du moins, il ferait tout pour que cela arrive. En attendant, des changements allaient avoir lieu et c’est en sa qualité d’enfant prodige et de Shihainin qu’il ferait passer des réformes locales dans le commissariat regroupant civils et shinobis. Il en avait gros, pour tout vous dire.

Il avait convoqué (ou plutôt invité) le directeur de l’Académie Hashira et aussi médecin légiste du Yamagenzo afin de traiter du sujet ensemble. Pourquoi me direz-vous ? Et bien tout simplement car il considérait ce Borukan, reconnu pour son talent sans égal pour l’Iroujutsu, comme étant lui aussi un homme habité par le bon goût. Oui, ils étaient fort cultivés. Non la connaissance n’empêchait pas quelqu’un d’être libidineux. Au contraire. Une fois que nous en savez assez sur ce monde, ses merveilles et ses innombrables magnificences, comment ne voulez-vous pas céder à toutes ses demandes, aussi tordues puissent-elle être ? Il ne comptait pas répondre à cette question, il allait affirmer son point de vue sur le sujet : il allait effectuer ce que nul autre n’avait tenté auparavant. Il entrerait une troisième fois dans la légende avec ceci, pour sûr. Son nom traverserait les siècles et les âges. Tous les pays s’arracheraient les récits de sa vie et de ses actes. Le point de non retour avait été atteint.

Seul dans son bureau, effectuant à la perfection une pose gendo dont lui seul avait le secret, il réfléchissait à tout cela. Son esprit était porté à l’ébullition, chaque idée qui apparaissait était meilleure que la première. Il devait atteindre la quintessence de son propre génie pour réussir au mieux cette réforme et décider de ce qui était meilleur. 20 centimètres ? Peut-être 15 en fin de compte ? La taille de ces mini shorts et de ces mini jupes hantait ses pensées depuis maintenant 2 heures. Les enquêtes attendraient, cette situation de crise devait être réglée au plus vite. La porte s’ouvrit finalement, l’imposant homme sombre était arrivé. Sa lettre était claire et nette, sans bavure et très précise. Il avait usé de langage implicite, que seuls les adorés du congrus pouvaient comprendre. Le poste de police n°12 allait devenir une parodie de harem avec des touches de comédie musicales. C’était simple à comprendre : il voulait uniquement des femmes sexy en uniforme pensé pour mettre en valeur chaque forme obscène et débauchée de ces dames, elles devront toutes savoir s’adonner cinq styles de danse différents et devront appeler le maître des lieux Shihainin-dono, Takumi-senpai ou Onii-san pour les plus proches. Il se réservait ce droit pour toutes les fonctionnaires sous ses ordres. Aussi il laissait le libre choix au doc’ de réformer comme il lui plairait infirmières et autres effectif lié à la médecine dans le poste de police. Tout un système allait être pensé et discuté, même si il partait sur une certaine base.

Levant les yeux vers son cher invité, il prit la parole avec un ton léger malgré sa pose majestueusement effectuée.


Bienvenue à cette réunion d’une importance capitale, Muramasa-san. Ou devrais-je plutôt vous appeler mon ami à présent ? Après tout, nous sommes sur le point de rentrer dans la légende, non ?

L’énorme bureau commençait à ressembler au salon du Hyûga. Le même luxe et le goût pour l’opulence était abusivement présent. Le mariage des couleurs parfaitement exécuté laissait penser à une divine gémination ne pouvant être pensée que par un esprit supérieur. Il avait passé plus d’un mois à penser tout cela et en était plutôt satisfait. Les sièges étaient devenu fort luxueux, des plantes exotiques étaient présentes un peu partout, le bord des fenêtres ainsi que les jointures de tout endroit étaient faits d’or et recouverts de feuilles dorées. Girreberru et Rem avaient été envoyé en stage pour apprendre à travailler en équipe et communiquer. Cela avait été fait selon la volonté du Shihainin. Il n’en restait pas moins que les plus rares variétés de café, de thé et de soda avaient envahis les meubles placés autour du bureau. On pouvait penser à un buffet huppé, or il n’en était rien. Aussi, parmi les sodas, un produit sortait de quelques expérimentations qu’il avait commencé : le PepsIwa Cola. Mais il en parlerait plus tard. Pour l’instant, il fit simplement glisser une version alpha de la réforme qu’il avait prévu à son équipier du corps policier. D’un air suspicieux, au bord des sueurs, il prit parole. Tout se devait d’être parfait.

Qu’en pensez-vous ?

[Aperçu de la Réforme]

I) Le corps administratif
  • Seules les femmes sont autorisées à faire acte de présence au nom de leur profession en ces lieux. Exception faite pour Hyûga Takumi ainsi que Borukan Muramasa.
  • Les hommes y travaillant déjà devront démissionner ou prendre rendez-vous avec les ninjas médecins du village afin d’effectuer un changement de sexe définitif.
  • Les femmes se devront d’adopter une tenue différente pour chaque jour de la semaine. Chaque forme pouvant rappeler les courbes propres à une femme sera mise en valeur par cet uniforme. Aussi, il sera très révélateur de certaines formes (en particulier séant et poitrine). Elles seront précisément définies un peu plus tard.
  • Les femmes devront se laisser pousser les cheveux jusqu’à ce qu’ils arrivent au niveau du séant. Celles n’ayant pas cette longueur devront porter des rajouts en attendant ou user d’arcanes irou afin de les faire avoir la longueur obligatoire. Il va de soi que les soins portés aux cheveux des jeunes fonctionnaires devra faire partie de leurs plus grosses priorités.
  • Les femmes mariées ne sont pas autorisées à postuler ou continuer à travailler en ces lieux. En effet, le Shihainin jugerait cela indécent et irrespectueux envers les maris bien aimés.
  • Les femmes auront trois grades différents au sein du poste de police. Le plus bas (奴隷 / Dorei ) correspondra aux nouvelles venues ainsi qu’aux potentielles récalcitrantes aux nouvelles us et coutumes du poste de police n°12. Leur rôle sera de servir le Shihainin en se chargeant du réapprovisionnement de ses boissons et de la nourriture. Aussi, elles devront apprendre à danser au même niveau que les meilleures danseuses du pays, et ce, dans cinq styles différents au moins (libre à elles cependant d’aller plus loin, le Shihainin n’en serait que comblé). Elles se chargeront aussi de recevoir les plaintes des hommes (tâche ingrate). Le suivant (愛好家 / Aikō-ka) correspond à celles ayant prouvé leur valeur aux yeux des plus haut gradées du poste de police. Elles effectuent le travail habituel d’un policier. Elles peuvent aussi avoir des relations intimes avec le Shihainin selon ce qui a pu être décidé à l’avance entre les deux partis (ici, la dite femme et le Shihainin). Leur but est de prouver leur attachement et leur amour envers le Shihainin. Le dernier rang (妾 / Mekake) correspond aux membres les plus proches du Shihainin et forment sa garde rapprochée quand il est en déplacement. Ayant percé à jour les arcanes secrètes d’une cinquantaine de danse différentes, elles sont aussi des shinobis aguerries. Certaines d’entre elles peuvent vivre chez le Shihainin même si il le souhaite. Elles s’occupent de tout ce qui est coordination entre les différents service ainsi que de la communication avec les autres unités spéciales.
  • Les Dorei appelleront le maître des lieux Shihainin-dono, les Aikō-ka l'appelleront Natori-sama. Les Mekake devront quant à elle s’adresser à lui en le nommant Onii-san.
  • Les femmes (selon leur rang) devront se relayer afin de faire montre de leurs talents de danseuses au sein du poste de police n°12. À toute heure du jour et de la nuit, il y aura des danseuses. Aussi, des compétitions seront organisées afin de savoir lesquelles seront promues et lesquelles seront rétrogradées.
  • Le licenciement ne sera possible qu’en cas de faute très grave. Le Shihainin étant miséricordieux, cela ne risque jamais d’arriver.
  • Le Shihainin se réserve le droit de changer toute règle concernant le corps administratif, et ce, à sa guise.


II) Le corps médical
  • À remplir par le médecin légiste du Yamagenzo "Borukan Muramasa".


III) Autres

_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Sam 10 Mar 2018 - 7:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Ven 9 Mar 2018 - 16:07


RP ➤  La réforme
PV ➤ Hyûga Takumi





♫♪ music box ♪♫



Une bien singulière lettre était parvenue au médecin légendaire. Naoko lui avait transmise, comme le reste du courrier, comme habituellement il était de coutume. L'intéressé voyant cette singularité se présenter en évidence, de par la finesse de la calligraphie se dessinant sur l’enveloppe constituée d’un papier raffiné, c’est tout naturellement qu’il ignora les autres et portait son attention sur cette dernière. La prenant avec un esprit légèrement songeur sur l’identité de l’expéditeur. Il n’était pas rare que le Directeur reçoivent des missives particulièrement mises en valeur, mais à un tel niveau de raffinement, les possibilités ne pouvaient se compter que sur les doigts d’une main. La princesse Yume était l’une des rares personnes qui lui envoyait des encres plus raffinées encore que celles-ci. Qui avait l’impudence d'essayer de faire de l’ombre à la Princesse du Pays de la Terre. Pensif, il ouvrit avec précaution l’écrin, extirpant alors une feuille à la qualité certaine. L’art épistolaire était quelque chose qui demandait des années de noblesse pour être raffiné à pareil niveau. L’œil expert du médecin avait cette capacité naturelle à repérer le bon grain de l’ivraie. Dépliant le parchemin, il s’enquerrait de faire lecture. Découvrant qu’il s’agissait de Takumi-san. Il lui demandait expressément de venir pour une affaire de la plus haute importance, expliquant brièvement la teneur d’une future réforme concernant le poste numéro douze des forces de l’ordre. Décidément, ce dernier le surprenait, ne manquant point du zèle faisant les meilleurs shinobis. L’invitation était de si bon goût et faite avec un protocole tenant de la cérémonie, qu’il se serait avéré impensable de refuser. Après tous, les vrais gentilshommes peuplant Iwagakure no Sato ne se comptait que sur les doigts d’une seule main. Outre son meilleur ami, ainsi que lui-même, ce Takumi pouvait très certainement se positionner en tant que troisième et ultime pilier de la noblesse et du savoir vivre.

C’est alors avec un grand intérêt pour cette affaire, que le divin pragmatique se rendit au quartier Hyûga, en direction de ce rendez vous de la plus haute importance pour le futur de la communauté Iwajine. Rares étaient ce désireux de réellement contribuer à la Roche comme il se devait. Tous ne pensant qu’a leurs bénéfices personnels et à leurs petites gloires étriquées. Savoir plus en détail ce que ces réformes allaient changer et apporter était dans son esprit.

Traversant avec plus d’entrain qu'habituellement cette antre bureaucratique, l’invité était rapidement parvenu devant la porte en question. Il toqua afin de signifier sa présence, avant d’entrer. Découvrant alors celui qui venait l’inviter aux pourparler.

“ Ohayo, Takumi-san. “ saluant le nouveau chef des forces de l’ordre- “ J’ai reçu votre missive et j’ai hâte de voir ces fameuses réformes. “

Voyant que le lieu était transformé et n’avait plus rien à voir avec l’austérité d'antan. Raffinement et bon goût venaient faire rage. Cela ne manquait pas de vivement surprendre le Directeur, mais il intériorisait sa stupéfaction. Après tout, cela était bien plus attrayant que la version précédente. Cela était juste choquant tant le lieu était habilement transformé.

“ Ami me semble de bon ton. “ -répondant à son interrogation avec une grande correction-

La feuille glissant jusqu’à choir devant le médecin, qui ne manqua pas de l’attraper afin de satisfaire sa curiosité. Parcourant les lignes avec attention, à quelques reprises il marquait de courtes pauses, jetant un regard vers le Hyûga, avant de le reposer sur le feuillet noircit de diverses informations toutes plus surprenantes et inattendue que les autres. Une fois qu’il eut terminé, il portait sa main dans sa chevelure et la ramenait avec élégance en arrière. Posant avec délicatesse la feuille sur le piédestal boisé, Muramasa réfléchit quelques instants avant de répondre au porteur de Pupilles Blanches.

“ Je ne suis pas sûr d’avoir bien saisi la substantielle moelle de ces réformes. “ -un peu perplexe, une voix calme et sereine comme le flot éternel du fil du temps- “ Cependant, je vois que vous avez prévu des réformes concernant aussi le manque évident d’une brigade d'enquête scientifique. Une brigade se complaisant dans le passé ne peut pas avancer comme il se doit et être efficace. De nos jours, les crimes sont bien plus subtils et pernicieux. Avoir une force experte dans la science afin de servir au mieux les enquêtes ne peut être que fructueux. De plus n’avoir aucune force d’intervention médicale est bien triste. Après les nombreuses attaques des plus funestes ayant endeuillées la Roche, comment cela a pu ne pas être réglé en conséquence… “

Il fit quelques pas, son regard allant au delà des horizon de la fenêtre s’ouvrant sur les vallées rocheuses et habitées.

“ Je peux vous aider concernant ces réformes pour le corps médical et scientifique, qui permettraient aux forces veillant sur nos bons et honnêtes citoyens d'atteindre de tout nouveaux horizons. Cela permettra de faire drastiquement baisser tous les crimes infâmes gangrenant la Roche. “ -regard au loin, vers l’avenir, pour de meilleurs lendemains- " Mais je me dois aussi de vous parler des réformes que vous envisagez, ayant quelques craintes concernant certains points me semblant nébuleux. " -en toute sincérité, sa voix devenant plus sérieuse- 




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Sam 10 Mar 2018 - 7:41

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x MURAMASA



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."

Annoncée dans la plus grande des indifférences, la phrase de l’oiseau de mauvais augure invitèrent les pupilles pâles à se plisser, fournissant ainsi un sourire à mi-chemin entre le cordial et le chaleureux. Voici donc comment débutaient les récits du noble policier et de l’héritier déchu, ceux qui pourraient peut-être avoir leur place parmi les innombrables chants décrivant chimériques épopées et cantilènes prodigieuses et qui n’étaient point du nombre des calembredaines antiennes qui jonchaient le Yuukan. Descendants de sang bleu, ils s’apprêtaient ainsi à œuvrer au nom du bien de tous. Probablement se permettraient-ils d’aveindre quintessence du progrès. C’en était une certitude même, encore faudrait-il qu’ils puissent oser le prétendre ainsi ?

L’énigmatique avait certes vu juste, son associé en devenir avait en vue quantité d’objectifs, comme s’il s’agissait de quorum à se procurer pour ainsi aspirer à une vie meilleure. Le médecin l’avait lui aussi, ce sentiment que les forces publiques devaient se montrer bien plus performantes, en raison du modernisme acquis par les éternelles forces du mal. Ces dernières allaient bientôt se confronter au marteau et à l’enclume de la justice, puissent-elles encore affirmer pouvoir leur faire face. Leurs décisions seraient irrévocables. Leurs choix eux, se révéleraient implacables. C’était sans crainte mais non sans impatience que la réforme commençait à se construire, précautionneusement.


Voyez en ce désir de réformer ces lieux, une volonté pareille à la votre. En effet, bien de sombres événements ont eu lieu ces derniers temps. Aussi, de nombreux autres se manifesteront afin d’assaillir la très tourmentée Iwagakure. C’est pourquoi j’ai pensé à la mise en place de départements propres à cette adresse. Aussi les suppôts des ténèbres et leur opprobre doivent trouver rudes détracteurs pour leurs vils méfaits. Vous incarnez une partie de cette force, vous comprendrez alors aisément la raison de votre présence à mes côtés en ce jour.

Ajoutant d’autres écrits aux feuilles formant ladite réforme, celui qu’on targuait du titre de Shihainin venait implicitement de proposer une honorable place au sein de son établissement, celle de prendre en charge les aspects scientifiques et le corps médical de cette partie du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein). La proposition n’était point indécente, elle se permettait même d’agréer l’homme sombre pour de bien éminentes nitescences. Ainsi, ses dires avançaient le fait que son renfort était volontaire. Soulagement ressenti pour le noble à la crinière abondante, ce dernier avait vu juste. Étant à présent certain d’avoir en sa compagnie un être raisonnable, il s’adonnait à une interrogation, non sans doute.
Soit, faites m’en part cher ami. en lui proposant de s'installer et de se délecter des habituels mais non moins succulents mets présents en abondance sur le bureau.
Initialement son projet, il ferait montre d'écoute sur ce qu’avait à dire son acolyte de tout cela, n’étant point du nombre des frappés par la malédiction de l'étroitesse d'esprit.

*ajouts effectués sur la réforme


[Aperçu de la Réforme]

INTRODUCTION

En sa qualité de responsable des lieux, le proclamé (par vous-mêmes) capitaine du poste de police n°12 Hyûga Takumi porte à cœur le respect des bonnes mœurs et de la loi. C'est pourquoi vous trouverez ci-joint ce qui tiendra lieu de réforme, annonçant moult changements au sein de l'organisation des lieux. J'ai écouté vos espoirs d'une oreille bienveillante et vos craintes avec tout autant d'attention. Voici ce qui découle de ma volonté faite après prise en compte de vos demandes. Pour toute information supplémentaire, veuillez vous référer à la partie "Informations Complémentaires" disponible en fin de document.

Hyûga Takumi, Shihainin


I) Le Département Administratif
  • Seules les femmes sont autorisées à faire acte de présence au nom de leur profession en ces lieux. Exception faite pour Hyûga Takumi ainsi que Borukan Muramasa.
  • Les hommes y travaillant déjà devront démissionner ou prendre rendez-vous avec les ninjas médecins du village afin d’effectuer un changement de sexe définitif.
  • Les femmes se devront d’adopter une tenue différente pour chaque jour de la semaine. Chaque forme pouvant rappeler les courbes propres à une femme sera mise en valeur par cet uniforme. Aussi, il sera très révélateur de certaines formes (en particulier séant et poitrine). Elles seront précisément définies un peu plus tard.
  • Les femmes devront se laisser pousser les cheveux jusqu’à ce qu’ils arrivent au niveau du séant. Celles n’ayant pas cette longueur devront porter des rajouts en attendant ou user d’arcanes irou afin de les faire avoir la longueur obligatoire. Il va de soi que les soins portés aux cheveux des jeunes fonctionnaires devra faire partie de leurs plus grosses priorités.
  • Les femmes mariées ne sont pas autorisées à postuler ou continuer à travailler en ces lieux. En effet, le Shihainin jugerait cela indécent et irrespectueux envers les maris bien aimés.
  • Les femmes auront trois grades différents au sein du poste de police. Le plus bas (奴隷 / Dorei ) correspondra aux nouvelles venues ainsi qu’aux potentielles récalcitrantes aux nouvelles us et coutumes du poste de police n°12. Leur rôle sera de servir le Shihainin en se chargeant du réapprovisionnement de ses boissons et de la nourriture. Aussi, elles devront apprendre à danser au même niveau que les meilleures danseuses du pays, et ce, dans cinq styles différents au moins (libre à elles cependant d’aller plus loin, le Shihainin n’en serait que comblé). Elles se chargeront aussi de recevoir les plaintes des hommes (tâche ingrate). Le suivant (愛好家 / Aikō-ka) correspond à celles ayant prouvé leur valeur aux yeux des plus haut gradées du poste de police. Elles effectuent le travail habituel d’un policier. Elles peuvent aussi avoir des relations intimes avec le Shihainin selon ce qui a pu être décidé à l’avance entre les deux partis (ici, la dite femme et le Shihainin). Leur but est de prouver leur attachement et leur amour envers le Shihainin. Le dernier rang (妾 / Mekake) correspond aux membres les plus proches du Shihainin et forment sa garde rapprochée quand il est en déplacement. Ayant percé à jour les arcanes secrètes d’une cinquantaine de danse différentes, elles sont aussi des shinobis aguerries. Certaines d’entre elles peuvent vivre chez le Shihainin même si il le souhaite. Elles s’occupent de tout ce qui est coordination entre les différents service ainsi que de la communication avec les autres unités spéciales.
  • Les Dorei appelleront le maître des lieux Shihainin-dono, les Aikō-ka l'appelleront Natori-sama. Les Mekake devront quant à elle s’adresser à lui en le nommant Onii-san.
  • Les femmes (selon leur rang) devront se relayer afin de faire montre de leurs talents de danseuses au sein du poste de police n°12. À toute heure du jour et de la nuit, il y aura des danseuses. Aussi, des compétitions seront organisées afin de savoir lesquelles seront promues et lesquelles seront rétrogradées.
  • Les accidents arrivent et si une femme tombe enceinte du Shihainin, elle vivra sous les frais de ce dernier au sein du domaine Hyûga. Aussi, l'enfant sera à la charge des deux parents une fois né (ne le considérant pas comme un bâtard).
  • Le licenciement ne sera possible qu’en cas de faute très grave. Le Shihainin étant miséricordieux, cela ne risque jamais d’arriver.
  • Le Shihainin se réserve le droit de changer toute règle concernant le corps administratif, et ce, à sa guise.
  • Mention spéciale : Zetsu Eiko est exempte de toutes ces règles, ayant un statut spécial au sein du corps administratif (partenaire du Shihainin).


II) Département médical
  • À remplir par le médecin légiste du Yamagenzo Borukan Muramasa.


III) Département des recherches scientifiques
  • Création du Département des recherches scientifiques, ayant à sa tête le médecin légiste du Yamagenzo Borukan Muramasa.
  • Mise en place d'un chantier de construction pour les futurs locaux de plusieurs laboratoires (fuinjutsu, iroujutsu, ninjutsu...) ainsi que d'autres lieux nécessaires au bon fonctionnement des recherches.
  • Les membres du département des recherches scientifiques seront des membres à part entière du Yamagenzo, agissant sous l'impulsion de Borukan Muramasa & Hyûga Takumi.


IV) Informations complémentaires
  • Les hommes ne seront pas congédiés mais seront envoyés en formation afin de servir dans le nouveau département (recherches scientifiques).
  • Vous en conviendrez aisément que c'est pour un soucis de quota et d'équité que seules les femmes travailleront dans le corps administratif (étant déjà en sous nombre dans le corps policier).
  • Elles devront se montrer irréprochables car elles devront être à l'image du Poste de Police n°12, une prétention divine d'atteindre la perfection.
  • Bien que la presque totalité des femmes parmi celles travaillant au sein du Poste de Police n°12 aient proposé la plupart de ce que certains jugent indécents, les récalcitrantes pourront se rediriger vers le département des recherches scientifiques (la formation de leur choix leur est offerte au même titre que les hommes).
  • Un partenariat durable entre Hyûga Takumi & le Clan Sado de Kumogakure est en cours d'achèvement. Du thé de qualité fabuleuse sera disponible tous les jours au sein de nos locaux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Sam 10 Mar 2018 - 11:29


RP ➤  La réforme
PV ➤ Hyûga Takumi





♫♪ music box ♪♫



L’entreprise du jeune Hyûga était fortement louable, même si certains points restaient obscurs aux yeux du pragmatique parangon. Mais loin de s’en offusquer, au contraire, le jeune homme, à la sagacité certaine, prenait cette affaire très au sérieux. Ce n’était pas tous les jours, qu’un Iwajin était animé d’un brûlant désir de changer les choses, d’imposer la Justice, envers et contre tous. Très attentif, le porteur des pupilles dorées était intrigué par tout cette fougue, cette hardiesse mise en ouvre afin de bouger les choses.

Il examinait les nouvelles encres qui venaient prendre forme de par son premier échange avec le Hyûga. Cela était plus envisageable, le monde n’étant peut être pas encore prêt à accepter des mesures aussi drastiques, bien que novatrices. En toute humilité, le médecin pouvait être fier de Takumi. Ce dernier semblait homme de principe et ouvert aux opinions. Choses ne faisant que dorer le blason de l’Héritier du Clan des Pupilles Blanches.

Sérieux, l’invitait enleva le manteau qu’il arborait, le posant sur le dossier d’un des sièges présents dans l’antre du progrès et de l’avenir. L’entrevue allait être longue, car beaucoup de points étaient à aborder. Se permettant de s'asseoir, Muramasa se plastronna, prenant ses aises dans le fauteuil qui était un peu trop luxueux pour un poste des forces de l’ordre.

Une amitié se dessinait sans nulle doute entre les deux interlocuteurs, il était donc inutile de poursuivre les implexes cérémonies entre eux.

“ Takumi-san, savez vous pourquoi j’ai décidé de devenir Directeur de l’Académie Hashira ? ” -marquant une légère pause, avant de poursuivre- “ Car il me peinait de voir le manque d'intérêt accordé à cet établissement. L’Académie est la base servant à l’apprentissage des futures générations. sans de profondes racines, des bases solides, comment un arbre peut résister aux tempêtes et aux tumultes de ce monde si funeste ? Il ne le peut pas. “

Posant sa main sur les feuillets en esquissant du bout des doigts les encres, le taciturne personnage poursuivis sa métaphore.

“ Bien sûr, cela ne serait pas juste de dire que c’est uniquement en ce but, mais il s'avère que c’est la raison principale m’ayant poussé à prendre en main cette institution des plus primordiales et nécessaires. Après la perfide attaque ayant endeuillé la Roche, ne pas faire quelque chose pour mieux préparer les Genins, futurs protecteurs du Village Caché, à la main funeste du Destin était impensable. “ -d’une voix placide et calme- “ J’ai du repartir de zéro et faire de nombreuses réformes, car rien n’allait. Tout comme le poste numéro douze à besoin d’être pris en main et connaître de profonds changements. Je suis heureux que quelqu’un se décide enfin à faire avancer les choses de son initiative, pour de meilleurs lendemain. Iwagakure no Sato et les Iwajins ont besoin de gens comme vous et moi défendant leurs intérêts, afin que tous soient en sécurité et n’aient plus à craindre les menaçant nuages orageux se profilant aux horizons. “

Ayant terminé de lui faire part de son opinion, en toute franchise, Muramasa regarda attentivement une fois de plus la liste de réformes. Beaucoup de travail et d’abnégation allaient être nécessaires. Tout d’abord concernant les directives administratives.

“ Je vous fais totalement confiance concernant les réformes administratives. Cela est votre projet à la base et vous être plus expert du système des forces de l'ordre que ma personne. Je suis très heureux de pouvoir y contribuer concernant le domaine médical et scientifique. “ -portant son regard vers l’interlocuteur- “ Je vois qu’une mention spéciale est présente, cela me rassure.” -restant subtil, sans insister- “ J’ai énormément d’idées concernant le médical et la science. “

Se raclant la gorge, l’avenant inquisiteur serrait dans l'instant d'une mouvance l'arrière de sa nuque de sa main, avant de commencer à évoquer ce sujet qui prendrait un temps considérable et certain.

“ Je pense que la création d’une escouade médicale spécialisée pour les situations d’urgence serait une bonne idée. Les précédentes attaques sur la Roche ont prouvé que le Village n’était pas des plus préparé en cas de querelle assassine. Beaucoup de vies auraient sans doute pu être sauvées, si une escouade médicale experte des situations d’urgences avait été constituée et sur le qui vive. Qu’en pensez-vous ? “




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mar 13 Mar 2018 - 2:14

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x MURAMASA



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Élégance oblige, l’insoupçonné volcan s’installait non sans grand confort à ses côtés. Deux places sur une vingtaine était prise. Pourquoi cela ? Seuls ces deux hommes suffisaient à faire de cette adresse, la quintessence du progrès et du développement en tout genre, et pas seulement policier. En effet, ceux qui pourtant rien ne semblait lier, étaient bien les deux seul shinobis à pouvoir coopérer et ainsi, aspirer à une meilleure Roche. Le soucis de chaque villageois était le leur. Leurs peines ? Ils les comprenaient. Quant à leurs souffrances et leurs joies, ils les partageaient. De profonds philanthropes œuvrant pour l’humanité mais pour leur maison avant tout, la grande Iwagakure.

Le pupilles pâles avait énormément évolué depuis ses classes à l’Académie. N’oubliant pas la clairvoyance du Directeur le sélectionnant et le plaçant au milieu d’autres spécimens ne lui ressemblant en nul point si ce n’était peut-être un. Ou deux. Ou trois. Chaque jour il avait appris à les connaître, chacun d’entre eux était… unique. Ce qui l’impliquait lui aussi. Quelques part, il s’était servi de l’Académie, de cette classe spéciale et des récents événements pour effectuer la plus fondamentale des introspections. Était-ce cela que les anciens appelaient “devenir un homme” ? Il n’était plus le même mais était toujours le même. Une transition pleine de contradiction, apportant changements et engagements dans le vie nouvelle du jeune homme. Pour tout cela, il se devait de le remercier. Mais pas aujourd’hui. Non. Ils avaient quelque chose de bien plus grand à réaliser.

Regardant le ténébreux dans les yeux, il ne manquait pas d’écoute envers celui qui avait toujours été de bon conseil. Il marquait le même silence que son homologue suite à sa question, cherchant réponse à sa question. Investigations ne se furent pas longues, l’intervenant continuant dans sa lancée.

Je dois vous admettre non sans une certaine joie, Muramasa-san, que nous partageons la même vision d’appréhender le soucis de remaniement d’un établissement, se voulant nitescence au cœur de l’obscurité de cet âge sombre que nous vivions. un léger sourire dessiné sur son visage, satisfait de commencer sur les mêmes bases que son interlocuteur.

Aux mots du docteur, il serra un poing sans retenue avant de se concentrer à nouveau, cette sensation d’impuissance n’avait que trop duré.

Veuillez croire en mes plus sincères motivations en ce sujet qu’est la sécurité des villageois ainsi que celui de leur crainte. Je suis profondément attaché aux devoirs de justice et d’altruisme qui me guident depuis maintenant bien des années. Tout comme vous, j’aspire en effet à chasser le temps capricieux s'abattant sur les plaines de la Roche, pour l’observer vivre sous un zénith éternel. un peu rêveur.

Tout cela était dit et ne serait ainsi plus à redire. Il écrit quelques idées qu’il a eu à propos du Département Administratif et nourri une réflexion se voulant audacieuse pour un nouveau département à venir encore.

Oui, laissez moi toute le labeur de l’administration mon ami. J’attend de voir, bien sûr, que vous puissiez tirer profit de vos talents, et ce, en un niveau que n’aviez peut-être jamais atteint. Ceci est certes une entreprise de bien commun mais tout aussi une entreprise de défis. Nous devons être les meilleurs, et encore les meilleurs parmi les meilleurs. Notre village à plus que jamais besoin de cela, vous le savez bien mieux que moi hélas. en le regardant.

Que vos idées soient légions, votre renommée ne fera point d’ombre à vos talents, j’en suis bien convaincu. notant ici et là l’avancement de la réunion.


Tout faire en même temps allait être difficile, il créer trois clones de sa propre personne et les installent sur d’autres sièges. Ils allaient noter absolument tout ce qui pouvait sortir de la bouche des penseurs. Pouvant ainsi, décharger cette tâche aux réformateurs présents. L’idée le fait réagir vivement, peut-être plus que nécessaire.

Oui, c’est escouade est définitivement notre priorité en terme de création d’équipes spéciales. Nous avons tous perdu quelqu’un durant cette attaque. Certaines personnes… repense à ses parents, le regard peiné.

Certaines personnes ne seront point oubliées, c’est aussi en leur mémoire et le respect de leur sacrifice que l’escouade médicale sera créée au plus vite. marquant une pause, suivie d’un soupire.


Il avait toujours un peu de mal mais ses problèmes étaient insignifiants en comparaison à ceux du monde, du pays et du village. Depuis quelques temps, il considérait les problèmes des autres plus importants que les siens, de même que pour sa vie. S’acharnant au travail comme un bœuf, il trouvait rarement le sommeil, surtout depuis toutes les récentes conspirations qu’il avait découvert. L’état du village était bien trop alarmant pour même passer chez lui. Sayuki était au courant et n’en disait rien, elle comprenait tout simple. Elle l’avait toujours été, peut-être était-elle trop bien pour lui après tout, lui qui passait son temps à l’inquiéter avec tout et rien. Tournant le regard vers un endroit du bureau clos, c’était l’entrée d’un studio au sein même de son bureau (qui prenait la moitié de l’étage) qu’il fixait. Il avait fait installé un peu d’équipement afin de pouvoir vivre ici, il y dormait parfois deux ou trois heures, durant les périodes creuses irrégulières. Il s’occuperait de son état de santé plus tard, le village n’attendait pas.

J’envisage de plus la création du Département d’Archéologie. Vous avez sans nul doute comme moi avez entendu parlé d’artefacts mystérieux, recelant pouvoirs et secrets ancestraux en leur sein. Ce n’est pas par avarice mais bien par soucis de la recherche et de la sécurité des Rocheuses. En effet, même avec un seul de ces trésors, nos connaissances avanceraient grandement. Aussi, beaucoup de jeunes recrues ont la soif de l’aventure et de la découverte, ce que je peux parfaitement saisir. Rien ne nourrit mieux un Homme que ses ambitions et ses rêves et je compte bien gaver les plus aventuriers d’entre eux. en avançant un sourire certain, celui qui perce le futur de sa clairvoyance.

Il ajoutait aussi divers données sur les documents éparpillés partout sur le bureau. Ayant l’habitude ce n’était pas un problème pour lui de se retrouver dans ce désordre, il retrouvait chaque feuille dont il avait besoin très rapidement. Sa vivacité d’esprit était bien meilleure que celle à l’Académie, n’hésitant pas à faire montre d’économie de temps en usant de son byakugan par moments pour s’y retrouver si jamais il ne savait plus où donner de la tête. Tous les jours, à toute heure il s’adonnait à pareils exercices. Quand il ne le faisait pas, il enquêtait. Quand il n’enquêtait pas, il s’occupait de la Senbonzakura. Quand ce n’était pas le cas, il s’occupait de disciples au sein du Yamagenzo (Ashin’in-san en particulier). Quand tout cela n’était pas à faire, il aidait à la gestion du personnel. Quand tout cela n’était pas à faire, il trouvait du temps pour s’entraîner. Il ne dormait qu’un jour sur deux, voire trois par moments. Ses promotions successives et sa réputation n’avaient pas été volés, mais à quel prix ?

Aussi, je pense que nous devrions renommer l'endroit, Poste de Police n°12 ne fait pas élégant. en écrivant.

Ne trouvez-vous pas ? souriant après avoir levé la tête vers lui.


*ajouts effectués sur la réforme


[Aperçu de la Réforme]

INTRODUCTION

En sa qualité de responsable des lieux, le proclamé (par vous-mêmes) capitaine du poste de police n°12 Hyûga Takumi porte à cœur le respect des bonnes mœurs et de la loi. C'est pourquoi vous trouverez ci-joint ce qui tiendra lieu de réforme, annonçant moult changements au sein de l'organisation des lieux. J'ai écouté vos espoirs d'une oreille bienveillante et vos craintes avec tout autant d'attention. Voici ce qui découle de ma volonté faite après prise en compte de vos demandes. Pour toute information supplémentaire, veuillez vous référer à la partie "Informations Complémentaires" disponible en fin de document.

Cpt. Hyûga Takumi, Shihainin

NOUVEAU NOM : ???

Capitaine : Hyûga Takumi; Vice-capitaine : Borukan Muramasa

I) Le Département Administratif Chef de département : Masahina Ina

Les policières du Shihainin
  • Seules les femmes sont autorisées à faire acte de présence au nom de leur profession en ces lieux. Exception faite pour Hyûga Takumi ainsi que Borukan Muramasa.
  • Les hommes y travaillant déjà devront démissionner ou prendre rendez-vous avec les ninjas médecins du village afin d’effectuer un changement de sexe définitif.
  • Les femmes se devront d’adopter une tenue différente pour chaque jour de la semaine. Chaque forme pouvant rappeler les courbes propres à une femme sera mise en valeur par cet uniforme. Aussi, il sera très révélateur de certaines formes (en particulier séant et poitrine). Elles seront précisément définies un peu plus tard.
  • Les femmes devront se laisser pousser les cheveux jusqu’à ce qu’ils arrivent au niveau du séant. Celles n’ayant pas cette longueur devront porter des rajouts en attendant ou user d’arcanes irou afin de les faire avoir la longueur obligatoire. Il va de soi que les soins portés aux cheveux des jeunes fonctionnaires devra faire partie de leurs plus grosses priorités.
  • Les femmes mariées ne sont pas autorisées à postuler ou continuer à travailler en ces lieux. En effet, le Shihainin jugerait cela indécent et irrespectueux envers les maris bien aimés.
  • Les femmes auront trois grades différents au sein du poste de police. Le plus bas (奴隷 / Dorei ) correspondra aux nouvelles venues ainsi qu’aux potentielles récalcitrantes aux nouvelles us et coutumes du poste de police n°12. Leur rôle sera de servir le Shihainin en se chargeant du réapprovisionnement de ses boissons et de la nourriture. Aussi, elles devront apprendre à danser au même niveau que les meilleures danseuses du pays, et ce, dans cinq styles différents au moins (libre à elles cependant d’aller plus loin, le Shihainin n’en serait que comblé). Elles se chargeront aussi de recevoir les plaintes des hommes (tâche ingrate). Le suivant (愛好家 / Aikō-ka) correspond à celles ayant prouvé leur valeur aux yeux des plus haut gradées du poste de police. Elles effectuent le travail habituel d’un policier. Elles peuvent aussi avoir des relations intimes avec le Shihainin selon ce qui a pu être décidé à l’avance entre les deux partis (ici, la dite femme et le Shihainin). Leur but est de prouver leur attachement et leur amour envers le Shihainin. Le dernier rang (妾 / Mekake) correspond aux membres les plus proches du Shihainin et forment sa garde rapprochée quand il est en déplacement. Ayant percé à jour les arcanes secrètes d’une cinquantaine de danse différentes, elles sont aussi des shinobis aguerries. Certaines d’entre elles peuvent vivre chez le Shihainin même si il le souhaite. Elles s’occupent de tout ce qui est coordination entre les différents service ainsi que de la communication avec les autres unités spéciales.
  • Les Dorei appelleront le maître des lieux Shihainin-dono, les Aikō-ka l'appelleront Natori-sama. Les Mekake devront quant à elle s’adresser à lui en le nommant Onii-san.
  • Les femmes (selon leur rang) devront se relayer afin de faire montre de leurs talents de danseuses au sein du poste de police n°12. À toute heure du jour et de la nuit, il y aura des danseuses. Aussi, des compétitions seront organisées afin de savoir lesquelles seront promues et lesquelles seront rétrogradées.
  • Les accidents arrivent et si une femme tombe enceinte du Shihainin, elle vivra sous les frais de ce dernier au sein du domaine Hyûga. Aussi, l'enfant sera à la charge des deux parents une fois né (ne le considérant pas comme un bâtard).
  • Le licenciement ne sera possible qu’en cas de faute très grave. Le Shihainin étant miséricordieux, cela ne risque jamais d’arriver.
  • Le Shihainin se réserve le droit de changer toute règle concernant le corps administratif, et ce, à sa guise.
  • Mention spéciale : Zetsu Eiko est exempte de toutes ces règles, ayant un statut spécial au sein du corps administratif (partenaire du Shihainin).

    Salle de commandement
  • Circuit fermé de chakra formant un sceau : une carte en 3d du village (et de ses environs) s'affiche au centre avec la localisation de chakra problème majeur ainsi que les risques de catastrophes naturelles (glissement de terrains, éboulements, séismes, cataclysme planétaires...). Aussi, l'apport régulier parmi les membre des clans Yamanaka & Hyûga permettent de localiser toute source irrégulière de chakra dans les environs (toutes les empreintes chakratiques du villages stockées dans une base de donnée à la Patriot Act).

    Les Cellules
  • Elles sont entourées d'un circuit fermé de chakra formant un sceau. Ce dernier empêche toute utilisation, importation et exportation de chakra (chakra pur compris) dans la cellule.


II) Département médical Chef de département : Borukan Muramasa
  • Création du Département médical.
  • Création d'une escouade médicale spécialisée (situation d'urgences comme attaque de village par exemple).


III) Département des recherches scientifiques Chef de département : Borukan Muramasa
  • Création du Département des recherches scientifiques.
  • Mise en place d'un chantier de construction pour les futurs locaux de plusieurs laboratoires (fuinjutsu, iroujutsu, ninjutsu...) ainsi que d'autres lieux nécessaires au bon fonctionnement des recherches.


IV) Département d'archéologie Chef de département : ???
  • Création du Département d'archéologie.
  • Les membres de ce département sont missionnés afin d'explorer le pays entier, à la recherche de trésors ancestraux & d'artefacts aux pouvoirs encore inconnus (les rouleaux sont compris dans les recherches).
  • Tout artefact retrouvé est ainsi remis au Département de recherches scientifiques, afin qu'ils l'étudient.


V) Informations complémentaires
  • Les hommes ne seront pas congédiés mais seront envoyés en formation afin de servir dans le nouveau département (recherches scientifiques).
  • Vous en conviendrez aisément que c'est pour un soucis de quota et d'équité que seules les femmes travailleront dans le corps administratif (étant déjà en sous nombre dans le corps policier).
  • Elles devront se montrer irréprochables car elles devront être à l'image du Poste de Police n°12, une prétention divine d'atteindre la perfection.
  • Bien que la presque totalité des femmes parmi celles travaillant au sein du Poste de Police n°12 aient proposé la plupart de ce que certains jugent indécents, les récalcitrantes pourront se rediriger vers le département des recherches scientifiques (la formation de leur choix leur est offerte au même titre que les hommes).
  • Un partenariat durable entre Hyûga Takumi & le Clan Sado de Kumogakure est en cours d'achèvement. Du thé de qualité fabuleuse sera disponible tous les jours au sein de nos locaux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mar 13 Mar 2018 - 12:18


RP ➤  La réforme
PV ➤ Hyûga Takumi





♫♪ music box ♪♫



Discours fort inspirant sortait de la bouche du porteur de Pupilles Blanches. Les enseignements de l’Académie Hashira avaient peut-être aidé à forger pareil parangon de vertu, dans ce monde pourtant si macabre où il était aisé de rapidement se fourvoyer. Du moins, le Directeur pensait que cela fusse le cas. Mais restant humble, toujours pragmatique, Muramasa ne pouvait faire trop hâtives conclusions. Certes, l’apprentissage ayant eu ouvrage avait forcément joué un rôle important, mais simplement mis en exergue la quintessence de la raison d’être du jeune Hyûga. Sans bases solides et réel désir altruiste déjà profondément racine de son être et de son âme, la chrysalide n’aurait pu se mouvoir en tel papillon de vertu.

Usant des arts des ombres, afin d’être plus à l’aise pour la suite de cette importante entrevue, Takumi put dès lors aisément continuer à exposer les étincelles créatrices de son esprit fugace. Réceptif à l’idée d’escouade d’intervention destinée à sauver le plus de vies possible en cas de dantesques accidents, le travailleur se surmené à la tâche. Tant de dévotion était admirable. Muramasa voyait bien toute cette détermination s’incarnant à l’orée de ce jeune Shinobi n’ayant pas froid aux yeux.

“ La création d’un département d’archéologie est une idée très intéressante. Tant de secrets, dont nous ignorons encore existence, repose dans les ruines du passé. Les artefacts mystérieux sont de bien étranges créatures, tant chimériques, mais si réelles au demeurant. Après tout, même les légendes les plus fantasmées ont toutes pour origine une source tout ce qu’il y a de plus concret. “ -affichant un sourire, sachant les régalia inimaginables pouvant exister-

Les feuilles se multipliaient , accompagnées d’encres les noircissant peu à peu. Beaucoup de zèle, ainsi que de thé pour en alimenter la flamme, se déchaînaient dans un tumulte créatif. Muramasa se permit de prendre quelques feuilles vierges, afin d’aider l'endiablé en notant ses propres idées concernant le domaine médical, où même de quelques remarques sur les réformes qui se modifiaient de plus belles au fil de la placide conversation.

“ Le nom est important, certes. Cela marque, tel l’Oiseau Vermillon, une renaissance, un nouveau souffle de vie. Je n’ai pas encore d’idée, mais selon moi, il est impératif de renommer l’endroit avec l'élégance qui en convient. “ -d’une voix solennelle et sérieuse-

Le taciturne faisait glisser sa plume encrée, afin de calligraphier et donner forme à ses pensées concernant cette passionnante affaire. Marquant une soudaine pause, il tournait la tête vers son nouvel ami, soucieux de quelque chose venant frapper aux portes de son effervescente psyché en ébullition.

“ Vous savez, lorsque j’ai postulé pour la place de Directeur de l’Académie, j’ai dû moi-même penser à de nombreuses réformes, afin de présenter un projet solide et sans faille. Beaucoup de choses n’allaient pas et demandaient de profondes modifications. Aujourd’hui, l’Académie Hashira est sans contexte un véritable Shangri-la. Cela m’a demandé beaucoup de temps et de travail, de longues semaines où je ne dormait quasiment pas. Maintenant, tout y fonctionne quasiment de lui-même. Cela me demande bien moins d’effort et de temps, car les fondations de mes réformes ont permis d’atteindre la quintessence. Je suis certain que vos réformes permettront aux forces de l’ordre d’Iwagakure, et bien plus, d’arriver à ancrer similaire Nirvana. Vous-vous souvenez de ma secrétaire je pense, Haiiro-san. Elle m’a été d’une aide précieuse pour arriver à  atteindre le diapason de l’antre de l’apprentissage. D'ailleurs, elle l’est toujours. Si j’ai un conseil à vous donner, en tant qu’ami, sachez tout simplement bien vous entourer, de personnes douées et motivées dans ce qu’elle font. Ainsi, vos rêves deviendront plus rapidement réalité. “ -voulant lui donner un conseil, bien que semblant évidence, il était peut être bon de rappeler cette vérité-

Peut-être que cela était inutile de souligner cette anecdote, mais ne pas le faire aurait put sembler manque de sincérité éhonté.

“ Dernièrement, à part ma fonction de médecin légiste pour le Yamagenzo, assez occasionnelle suivant les circonstances, je n’ai pas d’activités chronophages. Je me contente d’aider au niveau médical en m’occupant de certains patients et autres besoins requérant l’aide d’un médecin expérimenté. Ce qui n’est pas vraiment très efficace, vous en conviendrez. De ce fait, accorder du temps à un projet tel que celui dont vous me parler en ce moment même me motive. Cela sera bien plus fructueux que mon investissement au cas par cas et participera donc à assurer de meilleurs lendemains. “

Posant la plume, Muramasa porta sa main sur sa tempe, puis se fit songeur.

“ En toute sincérité, j’ai aussi quelques projets personnels. Rien en inéquation avec votre entreprise, rassurez-vous. Notamment, m’occuper de mon équipe, ce qui est actuellement ma priorité, tout en étant un réel plaisir. Tout comme continuer d’assurer la direction de l’Académie Hashira, en la poussant  toujours un peu plus vers l’excellence. “ -marquant un courte pause- “ Beaucoup de professeurs jalousent ce que j’ai accompli et ne comprennent pas qu’un homme aussi jeune soit à la tête d’une artère si importante du fonctionnement d’un village caché. Même si pourtant, j’ai déjà prouvé de par mes réformes académiques, tout le ramage dont je ne manque point, assurant ma position avec une légitimité sans faille. Ne leur en déplaise. Enfin, je m’égare, tout cela pour vous dire que je comprend les sentiments qui vous animent. Tout homme doit-être fier de ses accomplissements et défendre ceux-ci envers et contre tous. voilà pourquoi, si vous m’offrez la position de chef de département médical et scientifique, je n’en oublierais pas à qui les rênes et lauriers reviennent. De plus, je contribuerais activement à faire que ces départements soient sans bavures et portent des fruits au bénéfice commun de la Roche et de ses habitants. “ -précisant son opinion en toute franchise-

En tant qu’ami, ne pas se marcher sur les plates bandes, pour parler vulgairement, semblait avisé pour éviter toute déconvenue. Muramasa aimait faire les choses à sa manières, comme il l’avait fait concernant l’Académie Hashira. C’est donc en toute sympathie qu’il comprenait que le jeune voulant prouver son talent était désireux d’être l’unique personne en charge au demeurant. Cela n’était après tout que simple et élémentaire correction.

“ Il se peut que je sois amené, dans un futur proche, à mener quelques voyages à desseins plus personnels. Néanmoins, rien de très prolongé. Je préférais vous prévenir, afin qu’il n’y ait aucune mésentente. “ -se raclant la gorge, en terminant sa verve-

Reprenant la plume, précédemment posée sur le noble bois formant pupitre, le Directeur se remit à écrire quelques notes.

“ Vous souvenez vous de cette épidémie s’étant déclarée peu après la sournoise attaque de Kirigakure ? “ -lâchant un soupir, se souvenant tout particulièrement des faits- “ Un événement difficile à prévoir. Je ne suis pas quelqu’un aimant particulièrement les surprises, surtout lorsque cela peut engendrer de bien funestes aurores. Une zone de quarantaine sécurisée, un peu à l’écart et disposant de personnel spécialisé, serait sans doute appréciable. “ -posant à nouveau la plume, soutenant de sa main son menton, devenant pensif- “ Faire bouger les choses s'avère travail bien éprouvant. Je remarque que vous semblez avoir trouvé une personne pour vous soutenir dans la tâche. ”  -remarquant un nom apparaissant sur les encres qu’érigeait le Shinainin- “ Concernant l’aspect médical, je suis assez intransigeant sur le personnel. Avec la recrudescence de charlatan, je suis perplexe. Vous avez dû entendre parler de ces mouvements de contestation, que même le Syndicat de l'Iroujutsu ne peut contenir. Cela serait extrêmement bénéfique si nous employons du personnel qualifié et parfaitement irréprochable, diplômé comme il se doit d'être. Cela serait apprécié par le Syndicat, qui dès lors apporterait très certainement son soutien à votre entreprise. Je suis prêt à jouer l’intermédiaire avec ce dernier si nécessaire. Qu’en pensez-vous ? “

Le Syndicat de l'Iroujutsu, ou plus simplement surnommé Syndic Irou, était une institution à ne pas négliger. Codifiée et plus importante que les non initiés pouvaient soupçonner, avoir pareil soutien de la Quintessence des arts médicaux ne pouvait qu'être bénédiction.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Jeu 15 Mar 2018 - 7:06

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x MURAMASA



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."

Le compagnon à la courte chevelure de jais approuvait, pour dire pas dire qu’il se réjouissait à, l’idée que le Département d’archéologie puisse être créé. Voix de la raison, il inspirait. En effet, chaque inspiration de l’Homme prenait comme source bien des faits réels et tangibles. Bien que la créature chargée de passions avait tendance à embellir les choses, allant jusqu’à fausser une vérité établie, tout avait un fondement sûr. Oui, c’était ce qu’il en pensait. Et de toutes évidences, le sombre médecin était aussi de cet avis.

Les hommes ne manquaient pas de transmettre leurs volontés par l’encre. Les paroles s’envolent mais les écrits restent, disait-on. Cet adage avait pour but d’éviter toute négligence, prudence étant alors de mise. Probablement philanthropes de nature, ils avaient visiblement des craintes et des espoirs pour leurs semblables. Ce projet était donc d’une importance capitale.

Certes, rien ne nous différencie en ce point. Tâchons, de ce fait, de lui attribuer un nom sans pareil. Et peut-être qu’un jour, les hommes se souviendront de ce nom et l’évoqueront comme porteur d’un espoir qui ne semblait pas envisageable en ces temps sombres. L’avenir s’inspirera, à n’en point douter, de cette initiative pour de plus grand desseins encore. Du moins je l’espère. Après tout, une image forte et inébranlable est souvent accompagnée d’un titre évocateur. d’un air déterminé.

La postérité était importante. Aussi, cette manœuvre visait à donner un fort symbole, plus fort encore que celui du Yamagenzo, aux prochains shinobis et citoyens souhaitant le bien et uniquement le bien de leur cité.

L’Académie est en vérité, le paradigme de cette résolution qu’ont les bons à façonner le monde de sorte à ce que le canevas du destin ne puisse porter atteinte à nos principes et à nos valeurs. Elle est, pour moi, une source d’inspiration sûre. L’homme l’ayant remanié et ses étudiants, anciens comme nouveaux, ont en tête de phénoménales ambitions. Le constat pourrait presque y faire penser, à tort, à de l’appétence. en esquissant un doux sourire, rêveur car lui aussi concerné.

Votre conseil est des plus avisés, sachez que vos paroles trouvent oreille à l’écoute et que vos propositions rencontrent un esprit vif. d’un ton mêlant le solennel tenant du moment actuel et du respect qu’il avait pour son homologue.


Comment ne pouvait-il pas accepter ces paroles, bien que de bon sens elles se révélaient d’elles-mêmes dans le temps présent. L’investissement du shinobi semblait sincère et juste, allant jusqu’à se permettre de travailler au niveau individuel, à l’image du pupilles pâles pour chaque enquête. Chacune était différente, apportant son lot de difficultés et d’horreurs. Il devait en être de même pour les innombrables maladies de ce monde, le faisant se questionner de plus belle à son propos. Qu’allaient-ils découvrir avec toutes ces infrastructures ? Des artefacts, des découvertes médicales et des avancées scientifiques sans précédents les attendaient sur le chemin qui les mènerait à leur idéal.

Il prenait un court instant pour y penser avant de laisser temporairement ses écrits, offrant la meilleure des attentions à son interlocuteur.

Mon ami, je vous comprend. Mon équipe fait aussi parti de mes préoccupations les plus chères, Yomi étant dans cette dernière, vous en conviendrez aisément qu’elle requiert alors toute mon attention. Vos occupations principales sont primordiales au bon fonctionnement de la Roche, sachez le. L’Académie se doit de passer avant tout, œuvrant pour la futur, ne nous devons pas de tout faire pour les générations futures ? Aussi, sachez ô combien j’ai moi-même expérimenté le soucis de l’âge. Mon entrée prématurément ainsi que mes promotions successives ont elles aussi, amené leur lot de malheur. en souriant.

L’écoutant terminer, il avança une main amicale afin de l’apposer sur son épaule, affichant le même sourire que l’étudiant qu’il était, une attitude propre à lui même.

Peu importe à qui reviennent les lauriers. Votre présence m’est chère, votre participation m’est indispensable et votre confiance m’est nécessaire. Je vois que ces trois points sont remplis à souhait, je ne demanderais rien d’autre aux cieux et à la terre. Les postes vous sont attribués car vous êtes celui qui est le plus à même de fournir les meilleurs résultats, personne ne vous égale ici. en retirant noblement sa main.

P
eu désireux de gloire, le bien des autres passait avant toute autre chose. Si renommée il devait avoir après cela, soit. Il l’accepterait, elle ne pourrait que l’aider dans sa quête.

N’ayez crainte à ce propos. J’ai moi-même des destinations en tête ainsi que divers voyages à effectuer. Je comprendrais l’absence. Je vous remercie de m’en avertir ceci dit. en prenant sa tasse avant de siroter.

Les clones continuaient tandis que l’original se permettait d’allonger son temps d’écoute attentive.

Oui, qui ne s’en souviendrait point. L’idée est assurément une bonne chose pour l’avenir d’Iwagakure. avant de se tenir le menton, d’un air pensif.

Oui, c’est quelqu’un en qui j’ai une pleine confiance. Elle est de… repensant à la soumission complète de la jeune femme, ayant pour effet de lui arracher un sourire passionné.

Elle est de bon conseil et est efficace dans son travail. en souriant au doc’.

Cette idée me réjouit au plus haut point. Comment pourrais-je refuser une telle offre ? Les personnes les plus à même de parler de médecine ne feront que motiver et donner plus de force à cette adresse, c’est ma pensée la plus franche. Comme vous dites, je vous laisse vous occuper du nécessaire quant à ce sujet. Nul doute que vous saurez les convaincre mieux que quiconque. en se remettant à écrire.


Un léger silence prit la pièce d’assaut. Sa rapidité d’exécution semblait perdre en valeur, jusqu’à n’être que souvenir. Soucieux et s’étant avancé d’être son ami, il se devait de le mettre dans la confidence. C’est non sans doute sur sa propre personne et ce qu’il allait dire qu’il prenait la voix, le regard perdu dans les encres inachevées et l’air sombre.

Muramasa-san.. en se tournant vers lui.

Sachez que je n’accorde que peu de crédit à l’autorité clanique, si ce n’est aucun. J’admet volontiers que je puisse être atteint d’une paranoïa ridicule mais… Leur organisation et leurs messes basses sont un frein évident à mes yeux pour le bon développement du village. Aussi ont-ils pris l’habitude de faire passer leur intérêt avant ceux du village, de manière décomplexée. se déposant son regard sur ses écrits avant de le regarder dans les yeux.


C’est pourquoi j’ai d’ors et déjà pris l’initiative de créer un département de l’ombre, composé de très peu de personnes. Membres de leur clan, ils feront en sorte de faire passer les intérêts de leur collectivité avant ceux de leur famille. Appelons cela de l’espionnage si vous voulez… Il n’en reste pas moins que beaucoup trop d’excès ont eu lieu, comme l’enquête ayant fait de vous un membre des forces spéciales a pu nous montrer. Et cela ne m’étonnerait guère que récidive il y ait chez les autres. Je ne peux me permettre de risquer de nouveaux attentats surprises comme récemment. en posant sa tasse de thé.

Il serait cet espion au sein de son propre clan, assurant ainsi la docilité des détenteurs de l'œil blanc. Il ne lui demanderait jamais de faire de même, non pas par soucis de l’insécurité et du danger, mais plus par soucis de temps. L’éminent scientifique devait donner de son temps à la science et non aux manœuvres politiques. Il n’en serait pas moins le seul informé, ceci dit.


*ajouts effectués sur la réforme


[Aperçu de la Réforme]

INTRODUCTION

En sa qualité de responsable des lieux, le proclamé (par vous-mêmes) capitaine du poste de police n°12 Hyûga Takumi porte à cœur le respect des bonnes mœurs et de la loi. C'est pourquoi vous trouverez ci-joint ce qui tiendra lieu de réforme, annonçant moult changements au sein de l'organisation des lieux. J'ai écouté vos espoirs d'une oreille bienveillante et vos craintes avec tout autant d'attention. Voici ce qui découle de ma volonté faite après prise en compte de vos demandes. Pour toute information supplémentaire, veuillez vous référer à la partie "Informations Complémentaires" disponible en fin de document.

Cpt. Hyûga Takumi, Shihainin

NOUVEAU NOM : ???

Capitaine : Hyûga Takumi; Vice-capitaine : Borukan Muramasa

I) Le Département Administratif Chef de département :

Les policières du Shihainin
  • Seules les femmes sont autorisées à faire acte de présence au nom de leur profession en ces lieux. Exception faite pour Hyûga Takumi ainsi que Borukan Muramasa.
  • Les hommes y travaillant déjà devront démissionner ou prendre rendez-vous avec les ninjas médecins du village afin d’effectuer un changement de sexe définitif.
  • Les femmes se devront d’adopter une tenue différente pour chaque jour de la semaine. Chaque forme pouvant rappeler les courbes propres à une femme sera mise en valeur par cet uniforme. Aussi, il sera très révélateur de certaines formes (en particulier séant et poitrine). Elles seront précisément définies un peu plus tard.
  • Les femmes devront se laisser pousser les cheveux jusqu’à ce qu’ils arrivent au niveau du séant. Celles n’ayant pas cette longueur devront porter des rajouts en attendant ou user d’arcanes irou afin de les faire avoir la longueur obligatoire. Il va de soi que les soins portés aux cheveux des jeunes fonctionnaires devra faire partie de leurs plus grosses priorités.
  • Les femmes mariées ne sont pas autorisées à postuler ou continuer à travailler en ces lieux. En effet, le Shihainin jugerait cela indécent et irrespectueux envers les maris bien aimés.
  • Les femmes auront trois grades différents au sein du poste de police. Le plus bas (奴隷 / Dorei ) correspondra aux nouvelles venues ainsi qu’aux potentielles récalcitrantes aux nouvelles us et coutumes du poste de police n°12. Leur rôle sera de servir le Shihainin en se chargeant du réapprovisionnement de ses boissons et de la nourriture. Aussi, elles devront apprendre à danser au même niveau que les meilleures danseuses du pays, et ce, dans cinq styles différents au moins (libre à elles cependant d’aller plus loin, le Shihainin n’en serait que comblé). Elles se chargeront aussi de recevoir les plaintes des hommes (tâche ingrate). Le suivant (愛好家 / Aikō-ka) correspond à celles ayant prouvé leur valeur aux yeux des plus haut gradées du poste de police. Elles effectuent le travail habituel d’un policier. Elles peuvent aussi avoir des relations intimes avec le Shihainin selon ce qui a pu être décidé à l’avance entre les deux partis (ici, la dite femme et le Shihainin). Leur but est de prouver leur attachement et leur amour envers le Shihainin. Le dernier rang (妾 / Mekake) correspond aux membres les plus proches du Shihainin et forment sa garde rapprochée quand il est en déplacement. Ayant percé à jour les arcanes secrètes d’une cinquantaine de danse différentes, elles sont aussi des shinobis aguerries. Certaines d’entre elles peuvent vivre chez le Shihainin même si il le souhaite. Elles s’occupent de tout ce qui est coordination entre les différents service ainsi que de la communication avec les autres unités spéciales.
  • Les Dorei appelleront le maître des lieux Shihainin-dono, les Aikō-ka l'appelleront Natori-sama. Les Mekake devront quant à elle s’adresser à lui en le nommant Onii-san.
  • Les femmes (selon leur rang) devront se relayer afin de faire montre de leurs talents de danseuses au sein du poste de police n°12. À toute heure du jour et de la nuit, il y aura des danseuses. Aussi, des compétitions seront organisées afin de savoir lesquelles seront promues et lesquelles seront rétrogradées.
  • Les accidents arrivent et si une femme tombe enceinte du Shihainin, elle vivra sous les frais de ce dernier au sein du domaine Hyûga. Aussi, l'enfant sera à la charge des deux parents une fois né (ne le considérant pas comme un bâtard).
  • Le licenciement ne sera possible qu’en cas de faute très grave. Le Shihainin étant miséricordieux, cela ne risque jamais d’arriver.
  • Le Shihainin se réserve le droit de changer toute règle concernant le corps administratif, et ce, à sa guise.
  • Mention spéciale : Zetsu Eiko est exempte de toutes ces règles, ayant un statut spécial au sein du corps administratif (partenaire du Shihainin).

    Salle de commandement
  • Circuit fermé de chakra formant un sceau : une carte en 3d du village (et de ses environs) s'affiche au centre avec la localisation de chakra problème majeur ainsi que les risques de catastrophes naturelles (glissement de terrains, éboulements, séismes, cataclysme planétaires...). Aussi, l'apport régulier parmi les membre des clans Yamanaka & Hyûga permettent de localiser toute source irrégulière de chakra dans les environs (toutes les empreintes chakratiques du villages stockées dans une base de donnée à la Patriot Act).

    Les Cellules
  • Elles sont entourées d'un circuit fermé de chakra formant un sceau. Ce dernier empêche toute utilisation, importation et exportation de chakra (chakra pur compris) dans la cellule.


II) Département médical Chef de département : Borukan Muramasa
  • Création du Département médical.
  • Création d'une escouade médicale spécialisée (situation d'urgences comme attaque de village par exemple).
  • Préparation d'une zone de quarantaine pour les situations d'urgences (épidémies entre autres).
  • Le personnel de ce département est exclusivement composé des membres du Syndicat.


III) Département des recherches scientifiques Chef de département : Shuuchuu Chiryou
  • Création du Département des recherches scientifiques.
  • Mise en place d'un chantier de construction pour les futurs locaux de plusieurs laboratoires (fuinjutsu, iroujutsu, ninjutsu...) ainsi que d'autres lieux nécessaires au bon fonctionnement des recherches.
  • En charge de développer de nouveaux équipements pour tout le poste de police (innovants et pratiques).


IV) Département d'archéologie Chef de département : ???
  • Création du Département d'archéologie.
  • Les membres de ce département sont missionnés afin d'explorer le pays entier, à la recherche de trésors ancestraux & d'artefacts aux pouvoirs encore inconnus (les rouleaux sont compris dans les recherches).
  • Tout artefact retrouvé est ainsi remis au Département de recherches scientifiques, afin qu'ils l'étudient.


V) Département ??? Chef de département : Hyûga Takumi
  • Création du Département ???
  • Le but de ce département est d'espionner tous les clans du village, sans exception et ce à différents niveaux. Les trois clans principaux apportant un niveau d'information moyenne de par leur leur nombre supérieur. Les clan moyens et mineurs (samourais entre autres) n'apportent que des faits d'importance mineures.
  • La signature chakratique de tous les membres des grands clans est enregistrée dans une base de donnée confidentielle. À la moindre occasion, celle des membres des autres clans le sera aussi.
  • Ce département n'est connu que de deux personne : le capitaine & le vice capitaine du poste de police n°12.
  • Ses membres sont tenus au secret par un sceau implanté à l'intérieur de leur crâne qui provoquerait une détonation à la moindre confidence tentée.
  • Ce département se réserve les pleins pouvoirs en situation de crise, allant jusqu'à possiblement se donner le droit de vie ou de mort sur toute personne et ce, peu importe leur origine et leurs faits d'armes.
  • Les membres de ce département peuvent faire l'usage de méthodes peu conventionnelles pour faire parler quelqu'un (allant du simple chantage à la torture jusqu'à la mort).
  • Les membres ne se connaissent pas entre eux et n'ont même pas conscience que d'autres personnes puissent faire la même chose. Aussi, ils n'ont pas conscience de l'existence de ce département. Nourrissant une profonde admiration pour le Shihainin, ils se contentent de lui offrir leur vie pour le bien du village.


VI) Informations complémentaires
  • Les hommes ne seront pas congédiés mais seront envoyés en formation afin de servir dans le nouveau département (recherches scientifiques).
  • Vous en conviendrez aisément que c'est pour un soucis de quota et d'équité que seules les femmes travailleront dans le corps administratif (étant déjà en sous nombre dans le corps policier).
  • Elles devront se montrer irréprochables car elles devront être à l'image du Poste de Police n°12, une prétention divine d'atteindre la perfection.
  • Bien que la presque totalité des femmes parmi celles travaillant au sein du Poste de Police n°12 aient proposé la plupart de ce que certains jugent indécents, les récalcitrantes pourront se rediriger vers le département des recherches scientifiques (la formation de leur choix leur est offerte au même titre que les hommes).
  • Un partenariat durable entre Hyûga Takumi & le Clan Sado de Kumogakure est en cours d'achèvement. Du thé de qualité fabuleuse sera disponible tous les jours au sein de nos locaux.


_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Mar 20 Mar 2018 - 2:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Jeu 15 Mar 2018 - 21:35


RP ➤  La réforme
PV ➤ Hyûga Takumi





♫♪ music box ♪♫



La discussion se prolonge avec élégance, sans ombrage sur la correction employée avec habileté tenant de subtilité. Rares étaient ces instants de totale compréhension mutuelle entre deux individualités prononcées, tenant autant l’une que l’autre aux valeurs humaines et à l'excellence patriotique. Pensif, sa plume poursuit sa route, glissant sur le mutin papier tant de choses à prendre en considération, que l’épopée encrée se révélait tumultueuse odyssée. Loin d’être tâche impossible, surtout sous les doigts avisés du pragmatique taciturne. Tout ouvrage se devait d’être parachevé, une fois les prémices prenant leurs premiers traits.

Quelques souvenirs s’érigent au nom évoqué. Yomi étant une élève turbulente mais appréciée. La quintessence de l’allusion semble évidence. Une adorable jeune fille pouvant devenir très vilaine, mais ayant cette espiègle facilité à en être particulièrement touchante. Une nature joueuse qui demandait une sagacité certaine pour être pleinement appréciée. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas eu de nouvelle concernant la malicieuse. Cependant, la dévotion du Sensei aux pales pupilles la concernant ne pouvait que rassurer. Elle était entre de bonne main.

Humble, silencieux auditeur de ces réponses, il n’insiste pas plus. Inutile de se perdre en mots, lorsque évidence est criante vérité. Un sourire sincère se dessine sous les éloges. Louanges qu’il pouvait retourner au fier défenseur de la Justice, sans sourciller une seconde.

“ Je m’occuperais de convaincre le Syndicat dans ce cas. Cela nous permettra d’avoir un personnel médical efficace et qualifié. “ - posant ses yeux sur l’original-

Le sourcil s’arque en entendant parler du sectaire clanique. Il n’était pas vraiment quelqu’un pensant aux clans et autres groupes aux agissements plus que discutables. Après tout, après un passé dénué de ce genre de lien, cela ne lui était aucunement familier. Même s’il en comprenait parfaitement le sens et autres facéties de ces engeances.

“ Je comprends vos craintes. Je vous avouerais personnellement être bien loin de… En fait je porte le nom du Volcan, mais comme vous vous doutez, je n’en suis pas vraiment membre à part entière. Les plumes formant mon plumage... tiennent plus du corbeau (de mauvais augures) que de l’oiseau de feu. ”

Hésitation, les mémoires dérangeaient le conteur. Il évoque rapidement, allant simplement à la substantielle moelle composant essence de ses pensées.

“ Je suis de nature solitaire… Ce n’est pas faute d’essayer de changer, mais plus je tente de bien faire les choses… Plus ma maladresse me poursuit. Peut être une malédiction, qui sait ? “ -marquant un long silence des plus pesant- “ Tout ce qui à trait aux clans n’est pas mon fort. Néanmoins, je comprends vos inquiétudes. “ -revenant au sujet-

Un ton approbateur, une réponse silencieuse ne pouvant être laissée à interprétation. Surtout pas après avoir tout deux traversés une enquête particulièrement  épineuses. Les desseins du jeune artiste ne pouvaient être que logiques, surtout en des temps aussi troublés. L’inspiration trouve sa fin, posant la plume sur le côté, le point marquant la dernière directive concernant les idées sèche paisiblement. Pliant ses coudes, les doigts se crispent en s’unissant dans une union solennelle. L'odeur doucereuse du thé enivre l'atmosphère.

“ Eviter les crimes est le fardeau incombant aux forces de l’ordre. Prévenir des risques ne peut être que bénéfique. “ -voix sérieuse, traits de marbres- “ Concernant le Département médical, examinez je vous prie. ” -tendant les feuilles obscurcis d’une écriture nette et sans bavure- “ Bien sûr, tout le personnel médical devra répondre à des critères très strictes et pourra être relevé de ses fonctions s'il ne respecte pas les règles du Code Médical ou celles qui seront de rigueur concernant le Département Médical que je compte rédiger sous peu. Je prend inspiration sur vos réformes administratives. Le personnel y sera donc uniquement féminin et devra être uniquement dévoué au service du chef de leur département. C'est triste à dire, mais la majorité des hommes est incapable de contrôler leurs pulsions comme vous et moi. Tout le monde connait la réputation dans les Hôpitaux de ces docteurs profitant allègrement des pauvres infirmières innocentes. Cela est un fait que même le Syndicat a bien du mal à endiguer, portant opprobre sur la sainte profession de médecin. Ne parlons même pas de ces gradés, soi-disant au service du village, qui passent uniquement leur temps à harceler pernicieusement les innocentes Kunoichi en profitant de leur semblant d'autorité leur montant à la tête. ”

Beaucoup d’idées viennent compléter ce que pouvait être le futur. L’espoir en de meilleurs lendemains n’avait jamais été aussi palpable.

“ En y repensant, je devrais peut-être envisager un règlement plus en adéquation avec les cruelles vérités de ce monde... “ -songeur-

Le soleil croule sous le temps. Globe embrasé disparaissant derrière les montagnes, la journée s'achève aujourd’hui, mais prendra renouveau demain.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Narrateur
Narrateur

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mer 28 Mar 2018 - 5:42
Dans un bureau sombre, un homme examinait les registres. Un véritable bordel! Définitivement son prédécesseur n'avait pas été très assidu dans le tenu de ses livres, même un singe aurait pu faire mieux. Il tourna quelques pages avant de s'arrêter sur les dernières entrées. On y trouvait les derniers effectifs recrutés et quelques nominations récentes.

Ça nomination n'était pas encore officielle, son retour à Iwa était également passé sous silence...Mais pourtant Il était déjà au travail. Depuis longtemps, il avait pris sa retraite...mais par on ne sait quel moyen - ou promesse - le Nidaime avait été capable de le convaincre de sortir de son exil pour venir en aide au village d'Iwa. Tsss...Ce nom...Il l'avait toujours trouvé ridicule d'ailleurs, bien loin de la noblesse et de la simplicité de Rokkusu.

Quelque chose titilla son instinct alors qu'il lisait les derniers noms inscrits, quelque chose qui le fit sursauter.
"Mais c'est quoi ce bordel?!"
L'homme arracha son manteau du dossier de sa chaise, l'enfilant sur ses épaules, avant de quitter sa station avec une détermination inouïe, le regard bouillant.

***


La porte du Poste #12 sortit de ses gonds lorsque l'homme l'enfonça à grands coups de pied, causant un tumulte incroyable à l'intérieur. Plusieurs policiers se ruèrent alors vers l'entrée, pour appréhender l'intrus, avant de se figer complètement à sa vue. L'homme était des plus imposants certes, encore plus que le Tsuchikage, mais ce n'est pas ce qui les empêcha de l'arrêter, ils étaient de braves gendarmes d'Iwa après tout. Non...Ce qui les stoppa net dans leurs actions fut la vue des insignes accrochés à son manteau, des insignes qui n'avaient pas été vus dans ce poste, ni même à Iwa d'ailleurs, depuis longtemps, depuis qu'Akimoto était devenu Nidaime à dire vrai. L'homme portait accroché à son manteau les décorations réservées à un Taisho, au commandant du Yamagenzo.

Tous les policiers présents dans le halle se mirent alors au garde-à-vous sans hésiter. Il ne s'était pas encore présenté, mais les murmures de son identité commençaient déjà à planer sur l'audience. "Ayano" fut le nom prononcé par plusieurs et il se répandit tel un écho dans tout le poste de police.

"Hyûga Takumi! Où est ce gamin ?!" hurla-t-il.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mer 28 Mar 2018 - 8:35

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x Mura & Ayano


"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Le jeune homme sourit, satisfait de la réponse de son ami. Il n’y avait rien à ajouter à cela. Si il prenait la responsabilité de s’occuper du personnel médical, cela ne pouvait être que meilleur. Décidément, le futur de la Roche se dessinait telle une estampe digne des meilleurs peintres du Yuukan. Aussi, la Lame Maudite semblait partager le point de vue du jeune policier.

Vous m’en voyez soulagé. Je devais prendre le risque de vous en parler. Digne de confiance, je ne pouvais me permettre de vous laisser dans l’ignorance d’un tel dessein. semblant un peu moins préoccupé par la chose.

Il regarde son interlocuteur dans les yeux tandis qu’il se confessait sur cette malédiction. Le silence n’avait pas lieu d’être mais une réponse était-elle nécessaire pour autant ?

Ne dit-on pas que toute malédiction peut être brisée ? Peut-être serait-ce l’occasion rêvée d’y remédier, qui sait ? un fin sourire aux lèvres, fidèle au Takumi qu’il a toujours été.

Le silence calme et compréhensif suivait pour le sujet des clans. Lui-même n’était pas vraiment doué. Enfin. Il n’aurait probablement aucun mal à manipuler tous ces abrutis mais… Trop intègre pour cela, il ne se permettrait pas d’user de ruses et de bassesses. Seuls les lâches en ferait usage. Et il ne comptait point faire partie de leur nombre. Il s’étirait alors doucement mais comme il fallait la nuque en écoutant son homologue. Il saisit les encres du médecin et y dépose un regard approbateur. Enfin approbateur… Il était chef de département à présent, il avait les pleins pouvoirs quant au règlement appliqué au sein de ce dernier.

Vous avez, certes, raison. Votre détermination trouvera puissante alliée en la mienne, sachez le. en reposant les écrits devant lui.

Les dernières paroles du compagnon semblait s’accompagner d’une fatigue sans pareille pour le pupille pâles. La nuit tombait sur le village. Avec elle, de nombreux délits et crimes se permettront probablement de faire surface. Si il pouvait ne pas dormir pour chasser les criminels la nuit en plus d’enquêter sur eux la journée, il le ferait. Mais il n’était qu’un homme et devait se plier aux mêmes limites que les autres. Le sommeil aurait raison de lui si il essayait, aggravant n’importe quelle situation si il se mettait à somnambuler.

Ce n’est pas le cri du coq mais bien un vacarme sans nom qui le tira de son semblant de torpeur. Ce n’était point habituel. Tout le monde s’agitait, à l’extérieur. Après quelques instants, le nom du légendaire Borukan faisait le tour des lieux, jusqu’à arriver aux oreilles des collaborateurs. Fait impressionnant d’ailleurs : son nom était féminin. Plutôt cocasse pour l’homme “à ne pas tester” et connu comme étant probablement l’un des plus grands, si ce n’est le plus grand guerrier de son clan. Les regards s’échangèrent entre crinières de jais, quelque chose n’allait pas. L’homme récemment entré de manière fracassante se mit à hurler le nom du noble préservateur de la paix interne des environs.

Présent ? avant de doucement rire.

Blague à part, allons voir ce que cet homme a à dire. Si cela vous enchante autant que moi bien sûr. en affichant un air plutôt distrait.

Il se leva promptement de son siège et se dirigea vers la baie vitrée. D’un simple mouvement de bras, elle roula sur quelques mètres, créant une immense ouverture sur le reste des habitations des quartiers résidentiels. Il se laissa tomber en piqué puis, arrivé à hauteur de l’entrée du poste de police n°12 (placée juste en dessous de son bureau), quelques habiles impulsions semblaient le faire flotter dans les airs tandis qu’il entrait à son tour. Il se rapprochait peu à peu du sol jusqu’à ce qu’il pose bien à terre quand il se retrouva aux côtés du géant.

Shihainin-sa- interrompu par le regard impassible du jeune homme.

La scène était exemplaire, tout le monde avait arrêté de travailler pour saluer cet homme. Très sympathique. Vraiment. Sauf qu’on ne fait pas dans le sentimental au Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein). Le respect était cependant de mise, oui.

Retournez travailler, la sécurité du village en dépend. d’une voix calme.

Positionné sur la même ligne que le vieil homme, il se contente de tourner la tête en le regardant dans les yeux.

Un problème, peut-être ? sans lâcher le regard.

Il le savait, cet homme pouvait le plier en deux sans aucun problème. Mais le Shihainin avait déjà fait montre de ténacité à de nombreux moments, voire d'espièglerie comme avec le Yuki aveugle. La peur ne faisait point partie du vocabulaire quand il s’agissait de la sécurité des habitants.

Je suis curieux de savoir ce qui a pu vous laisser croire que vous pouviez troubler le calme de la Roche ainsi. Aussi, avez-vous probablement une explication quant à la porte que vous venez d’enfoncer. en sortant un sachet de thé du clan Sado de son kimono vierge de tout insigne et distinction, il n'en avait visiblement pas besoin malgré son jeune âge.

Il se mit à en humer les exquises senteurs en fermant les yeux. Il se plaça finalement devant lui, ne souhaitant pas prendre d’initiatives pour la suite. Voulait-il régler cela diplomatiquement ? Auquel cas l’intérieur suffisait. Si il souhaitait user à nouveau de violence, il le suivrait dehors afin de “s’expliquer à l’ancienne”.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mer 28 Mar 2018 - 13:53





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: La Réforme
::: PV ::: Hyûga Takumi, Borukan Ayano




♫♪ music box ♪♫



L’entrevue touchait à sa fin, tout comme le soleil fatigué de sa journée commençait péniblement à choir derrière les monts rocheux. Tout ce qui avait été pensé, dit et écrit s’avérait fort inspirant. De meilleurs lendemains se profilaient pour le Village Caché. Celui-ci en avait bien besoin, après tous les funestes événements dont il fut victime. Les nombreuses attaques, les visites surprises et autres félonies du même acabit n’avaient que trop durées.

Il se racle la gorge, sans perdre une once de sa prestance toujours arborée avec soin. Il commençait à se faire tard et le vespéral ne tarderait point à montrer le bout de son obscurité. Muramasa n’était pas homme à se coucher tôt, bien au contraire, il était un oiseau de nuit. Quelques recherches demeuraient en attentes et il comptait bien les avancer avant de rentrer chez lui. Notamment, le Projet D.R.A.G.O.N. constituait un défi particulièrement chronophage. Beaucoup de travail devait encore être fourni afin de parachever ce futur exploit scientifique qui allait indubitablement défrayer la chronique. Enfin, cela resterait une promenade de santé pour le parangon ne connaissant point la signification du mot -impossible-.

Se levant de son siège, avec une prestance inégalable, le médecin s'apprête à faire ses adieux au porteur de Pupilles Pales. Enfin, cela se serait fait si un bruit assourdissant ne se produisit pas. Muramasa ne sourcille guère, affichant toujours un calme des plus exemplaire. Il en fallait plus pour décontenancer le taciturne. Des cris semblaient aspirer à la présence du dénommé Takumi, avec une détermination certaine, à en croire le volume sonore des échos traversant l'entièreté de l’antre du Yamagenzô, si ce n’était la roche et voire même bien au-delà. Les murs n’étaient pas loin de se lézarder et les vitres d’imploser. C’est dire si l’envie de l’invité surprise que de voir le Hyûga était puissante. Ça sentait la querelle à plein nez. Takumi invita le Directeur de la prestigieuse Académie Hashira à l’accompagner afin de voir ce qu’il en retournait. Par soucis de curiosité, c’est tout naturellement que le scientifique accepta humblement cette offre.

" Pourquoi pas. "

S’envolant par les airs, sous le regard du jeune homme qui préfère emprunter une voie plus conventionnelle (à savoir les couloirs et les marches), Takumi partit s’enquérir de rencontrer son détracteur. Nonchalant, il ne pressa nullement son pas assuré, le menant vers le nébuleux personnage causant tumulte dans le sanctuaire de la justice. Empruntant l'escalier menant dans le théâtre où prenait place la péripétie, Muramasa découvrit alors l'énergumène. Immense, davantage que le Nidaime, ce dernier n’avait pas pris de gants pour rentrer dans le bâtiment. A en croire l’état de la porte renforcée qui gisait sur le sol, il n’était pas venu pour faire dans la dentelle. Le Hyûga lui faisait face, semblant assez goguenard pour ne pas s’alarmer de la situation.

L'hypothèse la plus évidente était que Takumi avait peut être pas su garder ses mains dans ses poches et peloter la gourgandine de trop. Une gourgandine appréciée du colosse. Peut être une soeur, une fille ou autre.

Nonchalamment, comme à son habitude, le pragmatique s’avance en direction des deux hurluberlus se toisant. La querelle n’avait jamais été aussi palpable. Un sourcil s’arque, lorsque les miroirs dorées aperçoivent les rutilantes décorations. Puis vient le moment où ils scrutent plus en détails le personnage mesurant une taille démesurée.

Aucun doute possible. Passionné des encres et autres récits, il ne peut s’agir que du fameux -Ayano-, une véritable légende de Rokkusu, dont les exploits sont narrés et bien connus par les plus érudits d’histoire. Pourquoi cet individu si important, dont l’illustre nom serait encore connu pour des millénaires, venait faire un scandale dans le poste du Yamagenzô. Surtout que ce héros du Pays de la Terre avait prit sa retraite après tous les exploits qu’il avait accomplit. Des exploits dignes de figurer à jamais dans le marbre.

Vif d’esprit, le Directeur se souvenait parfaitement de sa conversation avec le Nidaime. Mais cela paraissait trop disproportionné pour qu’un homme de cette trempe soit là et que comme par hasard, cela ait un rapport avec la conversation qu’ils avaient eu. Trop fabuleux, le Colosse était certainement loin d’être intéressé. Enfin, au moins, Muramasa avait le privilège de voir ce fameux personnage qui avait fait tant parler de lui, qu’il en était devenu une légende vivante. Enfin, il était surtout intéressant de voir une légende. Une légende qui serait dépassée prochainement par celle de la Lame Maudite.

Il pose sa main sur sa propre nuque, un peu intrigué, tout en regardant la scène. Son visage est de marbre. Sa voix s’érige, tenant quelques mots à l’intention du Hyûga. Muramasa ne doutait pas que son confrère connaissait le légendaire personnage ou n’avait remarqué sa dangerosité évidente, mais chercher querelle avec l’ancien ne semblait pas avisé. Le médecin connaissait un peu le porteur de Pupilles Pales et son comportement particulièrement goguenard. C’était pour tenter d’apaiser un peu la situation semblant tendu, que le Directeur allait se risquer à parler.

" Takumi-san, je ne savais pas que vous connaissiez l’un des pères fondateurs de Rokkusu. Vous ne cessez de me surprendre. "

Tactique diplomatique évidente, mais risque dangereusement élevé de se faire défenestrer soit-même. Il se tourne ensuite vers le volcan immaculé, afin de se présenter. La correction n’est-elle pas la base après tout ? Mais toujours avec une prestance savamment arborée, il se targue de faire montre de sa malice. Enfin, ce n’est pas comme s’il ne savait pas pertinemment que les volcans étaient particulièrement impulsifs. Un peu de risque ne faisait pas de mal, comme en faisait montre le Hyûga qui n’avait jamais froid aux yeux.

" Borukan Muramasa. Hajimemashite. Vous devez être Borukan... Ayano-san, n’est-il pas ? "

Demandant la confirmation de l’identité du géant, le jeune pragmatique le regardait sans sourciller. Si le fauteur de trouble avait suscité son intérêt, désormais il avait toute son attention. Quelle relation pouvait-il y avoir entre Takumi et Ayano, mais surtout, que faisait une légende dans un simple poste de police pas encore réformé en Quintessence de la Justice ?






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Narrateur
Narrateur

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Jeu 29 Mar 2018 - 3:35
Un silence lugubre s’installa dans le grand hall du poste 12. Il ne s’agissait certe pas de la plus prestigieuse station de police, mais le silence qui y régnait, ainsi que l’écho des murmures qui l’animait, aurait pu donner l’impression de se trouver dans la plus prestigieuse des cathédrales. Attendant que le jeune capitaine se présente à lui - ne doutant nullement que sa voix portante l'atteigne, peu importe l’endroit où il se trouverait dans l’établissement - Ayano inspecta la petite lignée de policiers au garde-à-vous devant lui. Le regard emplit de dédain, il soupira longuement avant de s’approcher.
"Votre veste ne respecte pas les régulations, le collet n’est pas plié au bon angle."
Il se déplaça vers le suivant.
"Votre écusson doit être porté un demi centimètre plus à la gauche."
Il ne s’arrêta pas devant les trois suivants, se contentant d’un hochement de tête dans leur direction, avant de stopper de nouveau.
"Non mais franchement! C’est quoi cette couleur de cheveux ridicule?! Sortez d’ici, immédiatement !" dit-il en haussant cette fois-ci le ton.
Avant que le Borukan ne puisse passer au suivant, un individu, le fameux Takumi, entra par la même porte que lui, ordonnant à ses hommes de retourner au travail. Quelques uns lui obéirent, mais en échange ils reçurent les foudres du regard foudroyant du Taisho. Bientôt suivit dans un deuxième homme, ce dernier adopta un comportement plus respectable à l’égard de la vieille légende.
"Vous avez bien raison. Je suis Borukan Ayano, nouveau Taisho du Yamagenzo. Et vous êtes?"
Si Takumi ne s’était pas présenté, il n’y fallut pas beaucoup pour le Taisho pour le reconnaître. Son immaturité et ses pupilles blanches le trahirent bien vite. D’un geste du bras, Ayano congédia tous les policiers présents, leur ordonnant du même coup un retour au travail. Le Colosse se tourna alors vers l’Hyûga, daignant lui porter attention pour la première fois depuis son entrée en scène.
"Vous devez êtres Hyûga Takumi, je présume? C’est bien pire que je ne le pensais…" finit-il en marmonnant.
Ayano avait bien lu dans les registres, avant son départ fulgurant de son bureau, qu’une jeune recrue - la majorité à peine atteint et de seulement quelques mois d’ancienneté - avait été affecté au titre de Capitaine d’une station. Son neveu l’avait bien prévenu de faire attention aux agissements problématique de son assistante...À peine avait-il pris fonction qu’il s’était rendu compte de ce qu’il devait gérer au quotidien. C’est la jeune Hyûga aveugle qui avait signé l’autorisation d’affectation, sans même que le Nidaime (le Taisho par intérim) ne soit mis au courant. Il devrait vraiment avoir une conversation sérieuse avec lui...Si cette situation était à l’image de son règne, son neveu était alors un véritable guignol.
"Inspection surprise, je viens évaluer votre boulot. Je veux un rapport complet sur les enquêtes en cours du Poste 12, sur vos effectifs, vos projets, vos taux de réussite, tout! Je vais passer cette station au peigne fin! À la moindre petite chose pas réglo, je vous renvoie à la maternelle! C’est compris?"
Il souffla finalement, regardant toujours Takumi dans les yeux. Ses bras étaient toujours croisés, exposant et amplifiant ses énormes bras dont les biceps devaient être aussi gros que la tête de l’Hyûga.
"Depuis trop longtemps la police d’Iwa est laissé à elle même, les chiffres sont catastrophiques. J’ai été nommé Taisho pour redresser la situation. Il est hors de question que je laisse mon bébé dépérir et être envahit par les malfrats parce qu’on a confié la police à une bande de razmoket sans expérience et que l’autre mauviette a été incapable de garder un oeil sur sa police depuis qu’il est au pouvoir."
Il vira les talons et commença à s’avancer vers l’intérieur du poste. Après quelques pas, il s’arrêta.
"Commencez par m’apporter un saké. D’accord?" dit-il ensuite sans se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Jeu 29 Mar 2018 - 4:51

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 x Mura & Taisho-"dono"


"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Hmm, nouveau Taisho du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein) ? Une très bonne nouvelle pour le village. Il ne peut s’empêcher d’afficher un léger sourire qui témoignait de tout son soulagement. Quelqu’un allait pouvoir faire entendre raison aux autorités de la Roche. Sa cousine était un véritable problème, bien qu’elle ait pu lui donner la possibilité de changer les choses. Il le savait, tout cela n’avait été que pur jeu de pseudo manipulation de sa part. Elle avait quelque chose en tête. Il ne se passe pas un jour sans qu’il ne repense à ce qu’on pouvait appeler un piston. Un déshonneur évident. Il n’avait pas pu faire autrement. Cette souillure, il y pensait chaque jour, ternissant son amour propre et frappant sa fierté sans filtre, avec exubérance. Il méritait probablement d’être hanté par de telles pensées. C’est le poing serré qu’il repense à cette félonie envers sa morale en restant tout de même souriant, ne souhaitant pas se faire remarquer. Une goutte incandescente parcouru alors sa main et entama sa chute jusqu’au sol. Une fois ce dernier touché, elle le fit fondre sans problème sur une très infime zone.

Au même moment, son nom est prononcé. C’est une grande inspiration qui le prend, comme pour replonger dans le bain, revenir à la réalité. Cette dernière eu le mérite de camoufler le bruit de la petite parcelle du sol maintenant fondue. Le Vénérable n’eut probablement pas l’occasion de remarquer la chose, ce qui n’était point le cas de la Lame Maudite. Ce qui était sûr, c’est que le principal intéressé ne semblait pas en être conscient. C’est le silence et un regard impassible que rencontra l’interrogation de son supérieur. C’était évident, oui. Il était Hyûga Takumi. Le Shihainin. L’Enfant de la Prophétie. Personne ne pouvait le lui retirer, pour sûr. Malgré son jeune âge, il avait inspiré le respect et l’autorité en cette adresse. Peut-être d’une manière différente de cet homme à l’apparence barbare. Il n’avait pas répondu au sujet de la porte, mais étant le Taisho, il se débrouillerait probablement pour régler cela lui-même. Le vieil homme s’afférait enfin aux affaires qui concernaient la Roche, s’accaparant l’attention du jeune pupilles pâles.

Comme il vous plaira, Taisho-”dono”. en détournant le regard, l’air goguenard.

Il comprenait la volonté de l’homme, il en aurait probablement fait de même. Il ne semblait point le porter dans son cœur pour le moment. Mais bon, cela devait être réciproque. Aussi, cela n’avait aucune importance dans le métier. Intègre et Efficace, tu passe. Vil et Malhonnête, par la fenêtre. Défenestrations étaient légions à Iwagakure, tout le monde pouvait en témoigner. Quelques instants après, c’est un éclair verdâtre qui se fit spectaculaire au milieu de la pièce. Un homme apparut soudainement aux côtés du jeune capitaine, incliné. Cet homme était la définition même de la méticulosité, du devoir et de la bonne manière. Cet homme… OUI ! Cet homme n'était autre que Hayai Girreberru ! Expert comptable du poste de police et l’assistant du Hyûga. Ancien tengu, c’était maintenant un mec “posé”. Sans dire un mot, il savait que son maître avait quelque chose à lui demander.

Girreberru-san, cet homme est le nouveau Taisho du Yamagenzo. Veillez à nous amener promptement et sans faute tous les rapports sur les enquêtes en cours, le détail de nos effectifs et aussi, tous nos projets pour cette adresse. N'omettez aucun dossier. d’une tirade toute faite avant de se tourner vers le géant.

C’est dans un nouvel éclair vert que l’assistant disparut. Le vieux donnait son avis sur la chose, du haut de son deux mètre dix. Peut-être trente. Allez savoir. Etrangement, il partageait exactement le même point de vue que le jeune homme qui l’observait d’un œil averti. Il avait simplement l’impression de se trouver en face de sa propre personne, au même poste donné. Seulement dans le fond, puisqu’en apparence, c’était un grossier personnage. À peine eut-il le temps de terminer sa phrase que Girreberru dit “Le congru” réapparu dans un autre éclair smaragdin. Tout était là. Il s’approchait du jeune maître quand ce dernier le regarda en souriant. Ce n’était pas lui qui devait consulter ces dossiers. Il s’inclina alors légèrement avant de se diriger vers le nouveau Taisho, le suivant comme son ombre. Ce dernier aurait ainsi, accès à tout ce qui lui plaira et ce, sans attendre.

Ayant eu la possibilité d’examiner les chiffres du Poste de Police n°12 avant mon arrivée, je ne peux que vous donner raison, Taisho-”dono”. en humant son sachet de thé avant de le ranger à l’emplacement prévu à cet effet dans son kimono.

L’homme demandait finalement de l’alcool. C’est l’ignorance du jeune policier qu’il rencontra tandis qu’il le suivait, l’air impassible. Pour lui, ils n’étaient pas dans un bar et jusqu’à preuve du contraire, il n’était point sa chèvre. Si il voulait son saké, il pouvait toujours aller le chercher lui-même. Si il avait un problème avec cela, le pupilles pâles pouvait toujours lui expliquer son point de vue une fois arrivés dans les hauts-plateaux. L’allure de ce hâbleur légendaire le débectait malgré le sens du devoir qu’ils partageaient. Mais lui-même était habité par ce trait de caractère, pouvait-il seulement s’en plaindre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Jeu 29 Mar 2018 - 16:54





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: La Réforme
::: PV ::: Hyûka Takumi | Borukan Ayano




♫♪ music box ♪♫




Début de soirée du jour fatidique | Alentour de 17h00
Poste #12 du Yamagenzô | Iwagakure no Sato



Muramasa eut rapidement confirmation de l’identité de l’énergumène qui mesurait près de deux fois la taille du Nidaime lui-même. Quand on savait quel géant l’Ombre de la Roche incarnait, on ne pouvait qu'être ébahit devant le gargantuesque gabarit du Colosse. Il s’agissait de facto d’un parent de Muramasa. Bien évidemment, le médecin allait garder ce fait pour lui. Mourir par défenestration n’était pas dans son intérêt.

Voilà qu’il demandait son identité au Directeur de l’Académie Hashira. La réponse fut simple et concise. Muramasa était un parangon ne s'offusquant guère qu’une légende ne connaisse point le célébrissime Iwajin à la tête de l’établissement formant les futures élites qui offriraient sans sourciller leur misérables vies afin de galvaniser la magnificence du Village Caché de la Roche.

" Je suis le nouveau médecin légiste. Je remplace le précédent ayant dû se résoudre à prendre une retraite anticipée. "

Le personnage était assez vindicatif et ne semblait pas là pour rigoler. A en croire la situation, il venait reprendre du service, mais surtout évaluer les résultats des forces de l'ordre Iwajines, notamment le Poste #12.

Le Hyûga ne semblait pas inquiet de la venu du Taisho, bien au contraire, il était paré à toute éventualités. Hormis une bien étrange goûte acidulée rongeant le sol, que personne hormis le fier médecin ne remarqua, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il ne savait pas que les Pupilles Pales avaient semblables capacités. Décidément, Takumi ne cessait de le surprendre. Le congru était déjà là en train de porter une pile de dossier avec une docilité certaine. La situation paraissait sous contrôle, il n’y avait aucune raison de s'inquiéter.

Enfin, le congru était les bras chargé d’une montagne de dossiers, l’empechant de servir comme il se devait le fier héros de Tsuchi no Kuni. Comprenant immédiatement la gravité de la situation, mais loin de perdre sa superbe ou son calme, le médecin avait anticipé le gravissime problème qui risquait de réveiller la Colère du Volcan Millénaire.

Muramasa dû user de sa plus terrible connaissance afin de résoudre le problème avant qu’il ne se présente. Une habileté qu’il avait peaufiné après de nombreuses années en tant qu’Iryô-nin et  scientifique. Personne ne pouvait égaler pareille maîtrise dans cet art réservé à l’Empereur des arts de la Médecine et de la Science. Noblesse Oblige.

Manquer de correction envers un ancien pouvait être bien mal avisé. Il suffit d’un simple signe de main pour qu’une assistante, arborant une tenue la mettant superbement en valeur, surgisse des ombres en apportant un plateau détenant moult rafraîchissements plus raffinés les uns que les autres..

" Goshujin-sama~ ? "

S'inclinant devant le Directeur taciturne, la demoiselle était une créature de rêve qui ne pouvait pas laisser de marbre.

" Servez un Saké au Taishô. "

" Vos désirs sont des ordres ! Goshujin-sama~ "

La plantureuse assistante déposa sur un bureau le plateau, avec une élégance n’ayant aucune égale. La plupart des membres du Yamagenzô semblaient particulièrement curieux de cette pittoresque rêverie, pour une raison inexplicable. Elle prit délicatement la bouteille de saké, puis d’un geste raffiné, versa lentement et avec sensualité l’alcool de riz dans le récipient de céramique. Un tel degré de maîtrise et de savoir faire paraissait en ce monde irréel. On pouvait voir la dévotion totale d’une assistante au service de son maître. Enfin, elle prit la coupe, puis s'avança avec respect vers le Volcan, lui tendant alors le fameux Saké en prenant une pose suggestive incarnant la quintessence de l’art de servir des personnes prestigieuses avec une abnégation admirable et méritant infinis louanges.

" Taishô-dono~
Veuillez accepter cette modeste offrande.
Il s’agit d’un nihonshu du Yuukan.
Le Junmai Daiginjō-Shu.

Il est considéré dans le Pays de la Terre comme le sommet de l'art du brassage, donnant un bouquet subtil mais aromatique, une saveur fruitée-complexe. Comme le veux les plus anciennes traditions, il est servi à froid dans un Guinomi, ou plus communément appelé -coupe en céramique- par la roturiers.

J'espère qu’il siéra à votre palais, Taishô-dono~ "

Une fois que la légende vivante prit la coupe, la jeune femme fit une révérence en s’inclinant élégamment. Montre de toute la correction et de l'humilité qu’une assistante se devait d’avoir en servant les rafraîchissement. Elle recula, tout en baissant toujours la tête, puis pris le plateau posé précédemment sur le bureau et disparut dans les ombres d’où elle était apparue.

Si le Taishô du Yamagenzô n’était pas satisfait d’avoir eu droit à ce service spécial, Muramasa ne pouvait plus rien faire.

Croisant les bras, il se contenta d’examiner avec attention la réaction de ce fameux Ayano faisant frémir l’échine de tout Shinobi ayant quelque chose à se reprocher. Les légendes étaient-elles véridiques ? À en croire la carrure imposante du personnage et son aura, cela était fort probable.






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Narrateur
Narrateur

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Mar 3 Avr 2018 - 23:06
La présence d'un médecin légiste dans l'organisation rassura momentanément le Géant. À son époque les moyens étaient bien moindres qu'aujourd'hui, les corps n'étaient pas examinés avec autant de parcimonie que maintenant et, surtout, l'Iroujutsu n'était pas un art aussi connu. Lorsque le maigrichon Borukan se présenta, Ayano acquiesça d'un geste de tête avant de reporter son attention vers sa cible aujourd'hui, le jeune Takumi.

Ce dernier ordonna à son subordonné d'aller chercher les documents demandés. L'assistant disparut alors dans un éclair vert, ce qui arracha une petite expression de surprise au Borukan. Les Hayai étaient réputés pour leur talent de messager...mais également pour leur indépendance et leur désir de liberté. Ayano se trouva donc très surpris d'être en présence d'un membre de ce clan illustre. Quelques secondes suffirent pour qu'un nouvel éclair verdâtre se manifeste et que l'homme ramène les fameux documents.

"Humm..." marmona-t-il tout en commençant à feuilleter les dossiers, toujours planté à l'entrée du poste.

Définitivement, le Taisho n'avait pas de temps à perdre. Son regard sauta immédiatement vers les dernières pages des rapports, voulant focaliser son attention sur les derniers chiffres, ceux des derniers recensements. Après tout, ce serait ces chiffres-là qui témoigneraient des efforts et du travail du jeune Hyûga.

"J'examinerai tout ça en détail plus tard..." dit-il. Il posa la paume de sa main gauche sur les documents qui disparurent aussitôt, ne laissant derrière leur passage que le tatouage maintenant scintillant dans ladite paume du Colosse. "...mais ça m'a l'air mieux que je le prévoyais. Vous n'êtes peut-être pas si incompétent que je pensais."

Quelques instants plus tard, une plantureuse assistante se présenta au Taisho pour lui donner le verre de Saké demandé. Elle se pencha légèrement vers l'avant, présentant son généreux décolleté au Borukan. Ses joues se rougirent et il bafouilla quelques instants en acceptant l'offrande. Le légiste connaissait donc la faiblesse du clan Borukan...Une faiblesse de chaire. Aussi imposants et guerroyants étaient les hommes du clan manipulateur de lave, aussi anciens et vénérables étaient-ils, rien ne leur faisait tourner la tête comme une jolie femme. Ayano trempa ses lèvres dans le délicieux nectar et les étoiles apparurent dans ses yeux. L'Enchanteresse était non seulement séduisante et plantureuse, mais également connaisseuse de Saké...Tout ce qu'il fallait pour séduire un Borukan.

"Ma chère...Quel est votre nom? Ce nectar...est délicieux, la perfection! Tout comme vous." dit-il en s'approchant d'elle. Cette femme serait sienne, il en était convaincu.

Lorsque deux policiers pénétrèrent le poste de police avec un malfrat menotté, l'homme se débattant violemment, Ayano réalisa soudainement qu'il n'était pas seul dans la pièce avec la jeune femme, et que Takumi et le légiste le regardaient toujours, il se racla la gorge avant de reprendre son sérieux.

"Humm..Oui, continuons!"

Le Borukan se lança à la conquête du Poste 12. Il pénétra finalement à l'intérieur, se faisant tout inquisiteur. Son regard ardent se posa sur tout ce qui bougeait dans la pièce, chaque policier au repos, chaque administrateur au boulot. Tout le monde semblait à la tâche, au plus grand étonnement du Taisho. Dans son angle mort, il entendit les deux policiers discuter avec l'officière d'enregistrement. Apparemment, l'homme qu'il venait d'amener de force jusqu'au poste était recherché depuis quelques mois dans une grosse affaire de vols et d'incendies criminels. Ayano afficha alors un petit sourire en coin, cette situation lui offrait une chance d'observation des compétences de l'Hyûga parfaite.

"Vous deux, occupez-vous de la paperasse et de terminer son enregistrement. Nous prenons le relais pour le reste." dit-il devant leurs regards incrédules.

Le Taisho se saisit du présumé criminel et l'entraîna vers Hyûga Takumi.

"Chargez-vous donc de son interrogatoire mon cher Capitaine. J'aimerais témoigner de vos talents et facultés. Je vous observerai depuis la pièce d'à côté." dit-il en lui remettant l'homme menotté. "Et vous, cher légiste, êtes-vous également policier ou vos affaires sont-elles uniquement médicales?"


Infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Sam 14 Avr 2018 - 10:02

La réforme x Muramasa-san


私とあなたの違いを教えてください。 レベル。 それは、月を捕まえようとしている猿の物語のようなものです。 彼がどのように戦うにせよ、彼は彼が見ている水に月の反射だけです。 だから、それは水の中に沈むだけです。 時間の経過とともに、それは流れます。

La chevelure de jais avait invoqué une bien étrange créature. Répondant au doux nom de… de… Elle était donc vêtue telle une soubrette comme on pouvait encore en voir dans certaines demeures riches. Riches et non nobles. Ces derniers avaient bien trop de raffinement pour s’abaisser à engager une personne n’ayant que peu de pudeur. Bien sûr, les déviants existaient, des déviants comme notre bon vieux pupilles pâles. Il esquissa un doux sourire à la vue du plan du maudit, pour une fois ce n’était point lui qui prenait des initiatives osées. Curieux de la tournure que pouvait connaître la situation, il restait silencieux tout en observant la scène.

Un point commun en plus avec ce vieillard, il n’était point indifférent quand il s’agissait de la chair. Était-ce vraiment étonnant de la part de ce clan de rustres ? Non, il incarnait même l’archétype du volcan d’ailleurs. Du saké et un peu de formes accompagnées d’un minois pas désagréable à contempler. Voilà ce qu’il suffisait afin de divertir un des membres fondateurs du village caché. Il espérait au moins que les deux autres avaient quelque chose à revendre à part leur force brute. Si cette situation était à l’image de la façon dont la Roche a été bâtie, ces trois personnes étaient alors de véritables guignoles. Mais cela ne devait pas être le cas, même si ces derniers devaient probablement être excentriques… à leur manière.

Une personne fut amenée par des subalternes du jeune capitaine au sein même du poste de police. Dans le même temps, celui qui s’affichait en conquérant ne put que constater que la discipline régnait malgré tout en ces lieux. Malgré son jeune âge, malgré son nom et malgré la façon dont il avait intégré les forces de polices. Enfin, on l’avait aidé à décrocher une épreuve, rien de plus. Il avait “géré comme une grand” en ce qui concernait la suite. Il avait certes commis un petit écart durant cette mission, assassinant de sang froid un des criminels alors qu’il abusait d’une jeune fille. Sombre histoire qui nous est rappelée alors. Aucun remord, aucun regret. Il n’éprouvait aucune pitié et n’en éprouverait probablement jamais pour de tels personnages. Assassin, policier. Policier, assassin… Quelle différence pour lui du moment qu’il faisait régner la justice en maître ?

Si tel est votre souhait mon cher Taisho. lancé avec un goguenardise.

Se saisissant sans peine et sans violence du principal intéressé, la longue crinière ténébreuse le dirigea vers une des pièces servant pour les interrogatoires. Silencieux, il arborait un sourire témoignant d’un certain paisible. Une habitude ? Un jeu ? Ou bien alors était-il fatigué, à en sourire, d’avoir à subir encore et encore et encore et encore des épreuves ? Décidément, rien ne lui souriait si ce n’était sa propre cousine. Du moins, personne ne lui souriait comme elle. Après tout, ils avaient tout prévu…

Ecoutez, je suis innocent, je peux le prouver. en regardant autour de lui.

Et j’en suis certain, nous sommes là pour ça après tout. Si la présomption d’innocence n’existait pas, vous seriez déjà mort… ou pire encore. en pensant au fait qu’il ferait peut-être un bon camarade de cellule pour la tarée.

L’homme ne réagit point à ces phrases, peut-être trop préoccupé par quelque chose de plus important ? Tête en l’air donc. La pièce était somme toute assez petite avec une vitre teintée sur l’un des murs qui prenait toute la longueur de ce dernier. Ceux qui se trouvaient derrière elle pouvait voir et entendre tout ce qu’il se passait à l’intérieur tandis que l’inverse n’était point possible. Ah. Ces “shinobis” et leurs “jutsus”. Un peu d'ingéniosité au milieu de tout ce bordel et ils vous créent des systèmes un peu loufoques comme cela. Loufoques mais pratiques il fallait bien dire. Il prit soin de faire s’asseoir l’homme alors qu’il feuilletait un dossier qui parlait de sa personne. Le blabla habituel : un mec chelou, des vols et des incendies. Un thug tout droit sorti des sombres quartiers d’Iwajuku comme on pouvait en faire des dizaines sans forcer. L’interrogatoire classique ne marchait jamais, ou alors les policiers terminaient avec un mélange superflu de bonnes et de mauvaises informations, ce qu’il comptait bien évidemment éviter.

Dites-moi tout. en s’asseyant à côté de lui et non face à lui.

Et bien… un peu surpris par l’initiative.

Voyez-vous, je n’ai rien à voir dans cette histoire. en regardant le Hyûga dans les yeux.

Un léger silence se fit maître dans la pièce avant que le jeune homme prenne à son tour la parole.

Je vous crois. en acquiesçant les dires de l’homme en hochant de la tête.

Ah bon ?? en déposant ses mains sur la table, abasourdi.

Bien sûr, vous méritez bien mieux que ces traitements, veuillez m’en excuser d’ailleurs. en se relevant doucement.

Vous m’en voyez ra- interrompu.

Une main s’était imposée souveraine derrière le crâne de l’homme, la poussant violemment en avant jusqu’à ce qu’elle rencontre la table devant eux. C’est sans peine que la tête du criminel traversa cette dernière, le laissant à terre et avec pour seule compagnon l’incompréhension.

Mais que faites-vous ?!? en essayant de se relever.

Le jeune prince, comme l’appelaient les servants du domaine du temps de ses parents, se baissa délicatement vers son interlocuteur en ayant un peu forcé sur ses pupilles, affichant ainsi tout le superbe du dojutsu une fois activé. C’est dans les yeux qu’il fixait maintenant cet inconnu qui n’avait point fait montre de beaucoup de coopération. Du moins jusqu'ici. Il posa doucement sa main droite sur la nuque du criminel devenu victime. Victime car au poste de police, les méchants finissait par devenir gentils. Toujours.

Comment vous appelez-vous déjà ? en souriant doucement.

S.Suzuki Sakon.. en balbutiant.

Le léger rire guilleret du jeune capitaine retentit tel une mélodie au sein de la pièce avant qu’il ne s’arrête pianissimo.

Tu me prends pour un castor ? en lui mettant quelques petites baffes sur la joue, comme s'il parlait à une pute.

Je n- interrompu.

Écoutes. Avec ces yeux, je peux savoir si tu mens. Je peux savoir qui tu es. Je peux savoir quels types de jutsu tu utilises en analysant ton chakra. En forçant un peu, je peux voir à travers toutes les matières existantes. En forçant un peu plus, je peux aussi te dire si ta femme te trompe avec ton frère ou ton père. Nous autres les Hyûga, nous sommes réputés pour avoir un sang-froid à toute épreuve, contrairement aux Borukan. Étonnant de me voir te maltraiter ainsi, non ?

C’est que je- interrompu à nouveau.

Que nenni mon ami, que nenni. suivi d’un doux rire méphistophallique.

Il soupira doucement avant de reprendre.

Il se trouve que tu viens de me mentir, que je sais quelles techniques, très pitoyables d’ailleurs, tu utilises. D’après ce que je sais, ce n’est point avec ton frère ou ton père mais bien avec ton meilleur ami qu’elle te trompe actuellement… avant de s’arrêter pour se concentrer légèrement.

Mes excuses, c’est avec son meilleur ami en fait. Bref, passons. Tout ça pour te dire que je n’ai pas de temps à perdre avec ton petit jeu. Vous autres ne vous rendez toujours pas compte que nous sommes dans un état militaire et que personne n’a de droit. En clair, je peux te garder ici à vie et faire de toi un cobaye pour des expériences toutes plus tordues les unes que les autres. Ça tombe bien, je suis à la recherche d’un goûteur pour ma nouvelle création… arborant un air fort maléfique.

Il sortit alors une petite bouteille du PepsIwa Cola, boisson encore en période de pré-alpha de son cru. Il ouvrit alors son contenu pour le faire sentir à l’homme qui ne savait plus où donner de la tête. En effet, les informations allaient trop vite pour un con comme lui. Aussi était-il fort choqué de voir que c’était le policier qui lui en donnait et non lui. Mais la stratégie semblait fonctionner. Plutôt bien même. Après tout, n’était-il point le Shihainin du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein) ? Pour sûr, oui. Les senteurs se dégageant du contenant aurait pu donner des hauts de cœur si elle avait été affreuse, immonde. Là… Nous avions atteint un tout autre niveau. La conscience de l’homme avait été frappée, peut-être même démolie. Toute sa vision du monde venait de changer. Il se remémorait alors tous les moments forts de sa vie, en tâchant de se rappeler des prières aux divinités qu’on lui avait appris à l’école, avant qu’il ne devienne véritablement mauvais. C’est une légère larme à l'œil qui sortit alors des iris du petit délinquant de la Roche. Pourquoi ? Pourquoi lui ???

Une gorgée pour le Shihainin… en approchant la bouteille des lèvres de l’homme.

Non!! pitié… en se débattant.

Pas de ça entre nous! en sortant un entonnoir de nulle part avant d’immobiliser l’homme et de placer l’outil dans sa bouche.

Aeg AOiu Dig- interrompu.

Cul sec... en le regardant tendrement dans les yeux.

Le liquide coulait à flot à travers la gorge du pauvre homme. Le visage de ce dernier affichait le désespoir, l’appel à l’aide… Quelque chose y ressemblant du moins. La bouteille vidée de tout contenu, le corps du criminel répondait à peine, traumatisé. Il semblait quand même pouvoir parler, en commençant à lâcher quelques informations utiles sur l’affaire en cours.

Nous n’avons point terminé l’ami. en se levant.

J.J.. S’il vous plaît… haletant après avoir retiré l’entonnoir.

J’en ai encore une petite vingtaine dans mon bureau, je reviens tout de suite. Tu bouges pas hein ? Si jamais tu veux parler de tout ça, des policiers seront là pour entendre ce que tu as à dire l’ami, je reviens à tout de suite. en partant, l’air satisfait.

Tandis qu’il sortait, deux policiers entraient peu après dans la pièce. Le jeune capitaine rejoignit le nouveau taisho de la police avec un air calme et paisible. Observant la scène depuis l’autre côté de la vitre, il ne put que constater que l’homme était en train de tout avouer. Dévasté, un des subordonnés du Hyûga lui avait même ramené un café et une couverture afin de le consoler. Une épreuve terrible, voilà ce qu’il venait de vivre. Un autre avantage apporté par cette finalité était qu’il allait devoir être pris en charge par un hôpital psychiatrique et non par la prison, encore des frais épargnés pour le Yamagenzo. Quel homme ce Takumi. C’est silencieux et sans commentaire qu’il rejoignit le géant dans cette pièce, attendant le verdict. Quoi qu’il pouvait en dire, il avait fait parler l’homme. Seulement, était-ce vraiment ce qu’il avait voulu ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa Empty
Dim 15 Avr 2018 - 12:23





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: La Réforme
::: PV ::: Hyûka Takumi | Borukan Ayano




♫♪ music box ♪♫




Début de soirée du jour fatidique | Alentour de 17h15
Poste #12 du Yamagenzô | Iwagakure no Sato


La réponse à l’offrande est nébuleuse. Est-ce-que le divin nectar saurait satisfaire les attentes raffinées d’une légende vivante ou pas ? Là reposait le mystère. À en croire la réaction du Borukan, ses espérances il s'avère plus que satisfait. Acceptant modestement le présent, mais surtout la vue plongeante fort bien placée. Muramasa reste perplexe, ne s’attendant pas à ce que cela stimule autant le personnage (s’avérant fort pernicieux pour le coup). 

L’assistante toisa le malotru du regard, fort incommodé par ces yeux pernicieux la reluquant outrageusement et sans vergogne. Elle n’était point une gourgandine prête à céder à des avances fallacieuses. Elle exprima son mécontentement à travers un soupir de lassitude. A chaque fois c’était pareil, dès qu’elle apparaissait afin de simplement servir des rafraîchissement, elle devenait la proie dans les yeux des prédateurs en perdition. Bien qu’outrée, elle resta tout de même courtoise, afin de ne pas faire provoquer de malencontreuse situation.

" Mina. Hajimemashite... Je suis ravie que cette offrande vous plaise, Taisho-dono~ "

Profitant de la diversion offerte par le Borukan s’apercevant qu’il n’était point seul, elle se retira discrètement. Voilà qu’un forcené entrait en scène, sous bonne escorte. La justice ne dormait jamais.

Le médecin restait un peu perplexe, regardant le volcanique se faire inquisiteur à l’affût. Finalement il sauta sur l’occasion pour tester les deux jeunes gens, demandant précision sur le rôle de la Lame Maudite concernant ses activités pour le poste numéro douze. Bien sûr, le géant voulait surtout tester le Hyûga en charge et non le médecin ne faisant que quelques autopsies en cas de besoin.

" Mes affaires sont principalement médicales. Il m’arrive d’apporter mon expertise et mon aide sur quelques enquêtes. Je suppose que ce serait plutôt consultant, que réellement policier. "

Croisant les bras, il regarde dans les yeux le Borukan qui le dévisage avec ses prunelles hargneuses de querelle.

“ Je vais venir avec vous, si vous n’y voyez pas d’inconvénients. ”

Muramasa sortit une fiole de sa poche, puis la donna au Pupille Pâle sans préciser de quoi il s’agissait. Après tout, la justice n’avait pas besoin de mots pour parler. On pouvait la ressentir, la humer, afin de trouver l’illumination.

“ Cela pourra vous aider. “ -affichant amicalement un sourire sardonique du plus bel effet-

Le médecin accompagna Ayano dans la pièce, afin d’examiner l’interrogatoire, mais surtout cerner ce mystérieux Borukan qui était trop nébuleux pour être innocent de goguenardise. 

Appréciant le spectacle offert par le miroir de la vérité, Muramasa restait silencieux. Regardant de temps en temps les réaction de l’individu qui ne perdait pas une miette du spectacle.

Lorsque Takumi eu terminé le passage à tabac du criminel, Muramasa se permit une remarque.

“ La fiole que j’ai fournie à Takumi-san contient une substance qui peut être fortement utile dans le cadre d’interrogatoires. “ -faisant référence à l’objet qu’il avait confié au policier-

Il s’agissait d’un sérum de vérité qu’il avait confié au cas où le forcené ne voulait pas avouer ses crimes. Laissant le loisir à Takumi-san de l’utiliser en cas de nécessité. Bien sûr, cela serait à double tranchant, car le bougre allait chanter au et fort ses secrets les plus inavouables, dès lors que les premiers apparaîtraient. Des mystères qu’il valait peut-être mieux ne pas connaître.






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

LA REFORME DU POSTE DE POLICE N°12 | Muramasa

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: