Soutenez le forum !
1234
Partagez

Amie d'enfance [Kurai Aimi]

Aburame Kaede
Aburame Kaede

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Sam 5 Mai 2018 - 18:11
Une fois la lettre ouverte, il est possible d’y voir de nombreux mots écrits rapidement, presque illisibles, des phrases raturés, quelques dessins en coin de page gribouillés avec nervosité, d’autres ratures, toujours plus de mots illisibles, des tâches d’encre et peut-être même une larme ou deux.

[Les quatre premières lignes sont illisibles, sauf quelques mots. Aimi. Aijiro. Hi. Désolée. Pour le reste, l’écriture est trop pressée et les ratures trop épaisses pour bien en saisir le terme.]

Je ne sais pas par où commencer ! Ça fait trois fois que je recommence. Je me demande même si je ne devrais pas changer de papier, tant qu’à y être…

Bonjour ancienne meilleure belle-soeur !
(J’espère que tu recevras cette lettre)

Je sais que cela fait un petit moment que l’on ne s’est pas parlé. Depuis mon départ précipité de Hi en réalité. Je pense que tu comprendras pourquoi j’ai voulu quitté le pays du feu. Y rester aurait été trop dangereux. Mais je ne peux pas vraiment en écrire plus. Imagine si cette lettre tombe entre de mauvaises mains ? Mais bref, là n’est pas la raison de ma lettre.

J’ai entendu parlé de la chute du Soshikidan. Tout comme… Des derniers événements, à la capitale. À défaut de pouvoir revenir maintenant je me demandais si tu pouvais… M’éclairer, un peu, sur la situation actuelle. Je suis inquiète. Vraiment même. Les Aburame vont bien ? Je devrais peut-être aussi écrire à ma mère, je pense que ça lui ferait du bien, d’avoir de mes nouvelles. Mais peu importe, je m’emporte, comme à mon habitude tu me diras. Je voulais aussi m’assurer que toi, tu allais bien. Il paraît que ce fut horrible.

Et je sais ce que tu vas me dire, que je devrais te rendre visite. Qu’avec la chute du Soshikidan, je ne risque plus rien. Par contre, la situation est plus compliquée que cela. En fuyant, ils ont insisté que je me rende à Kumo, parce qu’un autre Aburame s’y trouvait. Et désormais kumojin…

Tu vois qu’il m’est difficile de me rendre à Hi ? Je ne peux même pas sortir du village !

Comment tu vas ? Ta famille se porte bien ? …
Tes parents ne m’en veulent pas trop ? Je comprendrais, si c’est le cas…
Mais si jamais, embrasse-les de ma part. Ils me manquent, eux aussi…

En espérant avoir de tes nouvelles

De l’ancienne meilleure belle-soeur !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede
Kurai Aimi
Kurai Aimi

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Sam 5 Mai 2018 - 18:56

Une missive s'était perdue au milieu d'un tas d'autres depuis quelques jours déjà. Aimi recevait souvent du courrier, beaucoup même, des demandes pour qu'elle se rende à des chevets de personnes souffrantes. Le fait qu'elle soigne gratuitement et efficacement se répandait de plus en plus. D'une part, c’était satisfaisant de se savoir utile... De l'autre, difficile de ne pas pouvoir aider tout le monde. En plus d'être sans le sou toute l'année. Ce soir-là, avant de dormir, Aimi s'était juré de se mettre à jour sur son courrier avant de dormir. Elle mettait un point d'honneur à toutes les lire et y répondre, favorablement ou non malheureusement. Un exercice difficile, moralement et physiquement. La toute première de la pile portait le cachet d'envoi du pays de la foudre. La Kurai n'avait pas le souvenir de connaître quelqu'un là bas, ni même l'idiotie de croire qu'elle y était connue. Alors sa curiosité fut bien grande en l'ouvrant, mais le choc en la lisant le fut bien plus encore...

Elle s'y était reprise à plusieurs fois, sur plusieurs feuilles pour la rendre propre, l'écriture de la Kurai était fluide et aérée, une habitude appliquée pour aider à la compréhension de ses patients...


Ma chère Kaede,

Parfois je t'ai imaginée comme étant disparue de ce monde après tout ce temps passé sans aucune de tes nouvelles. Je suis aussi heureuse que tu te portes bien dans ton nouveau refuge, que fâchée que tu sois partie sans rien me dire, mettant autant de temps à me rassurer. Mais je peux comprendre tes précautions, probablement que j'aurais agis de la même façon pour couvrir mes arrières. La surprise de ta missive m'a grandement emplie de joie, j'espère que notre correspondance ne s'arrêtera pas là, faute de pouvoir encore se voir en chair et en os. Tu sais ce que je pense des villages cachés, mais si ton choix te semble judicieux... Fais attention à toi. Les parents vont bien, la vie à la ferme est toujours aussi dure, d'autant plus qu'ils vieillissent, je suis restée vivre avec eux d'une part parce que je suis toujours fauchée (rien de nouveau pas vrai ) et de l'autre parce que toutes les perturbations du pays font qu'ils survivent à peine déjà, alors embaucher de l'aide...
Je suis toujours médecin dans notre village natal, quand je ne joue pas à la fermière bien sûr. Maman parle souvent de toi et de lui... Comment tu le rendais heureux, comme ça la console qu’au moins tu étais là quand... Papa est fidèle à lui même, il refuse d'en entendre un seul mot, de lui et tout ce qui s'en rapporte. Ça leur ferait plaisir si tu nous rendais visite un jour.

Quant à Hi... Tu as plutôt bien résumé. Actuellement des choses se préparent pour oeuvrer pour le bien de nos compatriotes, mais je ne peux pas t'en dire plus sur le papier. Pour être franche, je n'ai plus vu ta famille depuis un moment, hormis ton cousin avec qui je suis toujours en affaires et qui tient toujours son exploitation de miel et de fleurs. Je suis sûrement sa meilleure cliente ! Il m'a toujours dit que tout le monde se portait bien quand je lui posais la question, c'est là la seule chose que je peux te rapporter sur le sujet.

Concernant la tragédie de la capitale, qu'en dire de plus ? Tu comprendras bien que je ne porte pas dans mon coeur ton village pour son implication, tout comme Iwa. Vu leur animosité, il est peu probable que je puisse te rendre visite dans tes montagnes... Ce qui est fort dommage. Peut-être un jour trouverons-nous un bon compromis... Mais au-delà de ça, je suis quelqu'un étant devenu très occupé. Tu sais déjà à l'époque quelle idiote célèbre j'étais pour mes soins gratuits non... Cela n'a pas changé ! Et avec ses temps troubles, la demande est en hausse et malheureusement je ne peux satisfaire tout le monde. J'aimerais tellement que tu sois là... Les choses étaient plus faciles avec ton sourire et ton éternel optimisme. Un jour peut-être...

Tu trouveras un étrange dessin à l'arrière de cette lettre, il s'agit d'un sceau de stockage, si tu insuffles un peu de chakra dedans, il libérera quelques babioles que je t'ai envoyées pour te rappeler un peu le pays.

Portes toi bien et sois prudente ma petite soeur adorée, et n'oublie pas de m'écrire encore pour donner de tes nouvelles !

Aimi.


Le papier était embaumé de la même odeur qui collait à Aimi, une de pommade médicinale ou truc dans le genre, vu qu'elle passait sa vie dans l'atelier d'où elle l'avait écrite. Dans le sceau, du tabac de Hi no kuni, une bonne bouteille d'alcool, quelques bonbons et autres spécialités locales, dont les traditionnelles des Abaurame, mais aussi un vêtement, des grigris typiques et cosmétiques des dames du pays du feu... Aimi avait dû se contenir, son sceau n'avait pas pu supporter tout ce qu'elle voulait lui envoyer...

_________________
 Amie d'enfance [Kurai Aimi] Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee
Aburame Kaede
Aburame Kaede

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Sam 5 Mai 2018 - 22:12
Toujours aussi honnête vis-à-vis de ses sentiments, elle avait pleuré, beaucoup même, en lisant la lettre de celle qui fut autrefois sa meilleure amie et sa belle-soeur. Une véritable famille pour elle. Elle aurait aimé pouvoir partir et se rendre chez elle, cette maison qui était la sienne aussi. La serrer dans ses bras. Pleurer avec elle. Elles n’avaient jamais réellement parler, depuis la mort d’un homme important à leur vie. Cependant, leur situation actuelle, la sienne, surtout, l’empêchait de faire de tel chose. Elle prit donc place à même le sol de son appartement, crayon à la main, tentant d’y écrire quelque chose qui saurait véhiculer la façon dont elle se sentait.

J’aimerais bien m’excuser, mais je pense que tu me connais assez pour savoir qu’elles ne seront pas sincère. J’ai tenté de rester, vraiment, en mémoire d’Aijiro. Je me disais que c’était tout ce que je pouvais faire, tenter de porter cette ambition qu’il avait, sa vision du monde. Mais tu sais… Sa vision du monde n’était pas la mienne. Et avec tout ce qu’il s’est passé… J’ai eu des remords. Je l’ai suivi, comme je l’aurais suivi jusqu’au bout du monde et je ne lui en veux pas, jamais. C’était ma décision, que de le suivre. Mais, sans lui… Je n’avais plus de raison de rester. Tout ce sang, ces horreurs… Ce n’est pas moi.
Je suis partie sans rien dire, je le sens. Je n’aurais pas dû, et je le sais d’autant plus, notamment dû aux circonstances. Mais tu sais, et je m’étais fait la promesse de ne jamais me sentir ainsi…

Je m’en veux, Aimi. Je m’en veux, tu ne sais même pas à quel point. Je m’en veux tellement, de ce combat, de mon inattention. Si je n’avais pas été distraite, il n’aurait pas eu besoin de me sauver. Il ne se serait pas mis entre moi et l’autre fille. Il… Je le sais, que le passé ne peut être changé. Tu me connais, moi et mes idées stupides, à jamais me soucier des conséquences, vivant au jour le jour sans me soucier de rien. Tu le sais, comment je suis, tu me connais tellement, depuis le temps. Mais ça. Cette fraction de seconde… J’aimerais pouvoir avoir la chance d’y revenir. Une fraction de seconde. Une seule. Éviter qu’il se prenne le coup fatal en exigeant ma fuite…
Ça me fait tellement mal et il me manque tellement, Aimi…

Et je suis d’autant plus désolée de t’infliger ça au travers de lettre alors que, clairement, tu as besoin de mon positivisme à toute épreuve. Si ça peut te consoler, dans ce que tu fais pour le bien d’une population qui a clairement besoin de toi, tu n’auras qu’à activer le sceau au dos de cette lettre. Ce n’est pas grand chose, mais moi aussi, j’ai pensé à toi.

Parlant de mon cousin, il y a un Aburame ici, à Kumo. Il est parti il y a une dizaine d’années, et n’a plus contacter le clan. Il est assez sympa. Ennuyeux aussi. Du moins, vraiment différent de moi. C’est à se demander si l’on vient vraiment du même endroit… J’ai rencontré des gens sympas ici. C’est assez… Particulier, je t’avouerais. Une partie de moi a envie de leur en vouloir, pour ce qu’ils ont fait à Hi, mais ce serait hypocrite, vu tout ce que j’ai déjà fait contre eux. Sans compter que, tu sais… Pour la plupart, ils suivent des ordres, comme je l’ai déjà fait, pendant longtemps. Et ils ne sont pas méchants. Pas foncièrement. Certes plus… Agressifs que d’autres, si je peux dire ça comme ça. Mais… En vivant avec eux, j’apprends à les connaître, les personnes derrière les shinobis et c’est… Différents.
Mais loin de moi l’idée de te faire changer d’idée. J’avais juste envie de te partager un peu comment ça se passait, depuis que j’étais ici.

Tu me manques.

Kae.

Dans le sceau derrière la lettre, une importante somme d’argent s’y trouvait. Un faible remerciement qu’avait trouvé nécessaire la jeune Aburame, tant pour celle qui fut sa grande soeur, sa meilleure amie, qu’elle connaissait depuis toute jeune, que pour les parents de cette dernière, un couple qu’elle aimait de tout son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede
Kurai Aimi
Kurai Aimi

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Sam 5 Mai 2018 - 23:36
Qu'elle avait été sa surprise en découvrant une nouvelle missive si rapidement. Sa joie se transformait en mélancolie et les vers de la lettre lui volaient quelques larmes, compréhensifs. Mais le sourire illuminait bien vite à nouveau son sourire, comme sa belle soeur avait toujours su le faire. Toujours sa bonne humeur même dans les pires moments, c'était là tout le charme de la femme qu'avait aimé son pessimiste de petit frère. Devant la somme d'argent, Aimi se sentait un peu gênée, devrait-elle accepter ? Ce n'était pas comme si la peste lui donnerait le choix. Sacré Kaede. Puis elle en avait bien besoin d'un petit coup de main, Aimi ne pouvait pas se permettre de la faire fière avec la liste de patients qu'elle traînait derrière elle... Après avoir repris son calme et partagé les nouvelles avec ses parents, elle pouvait lui répondre enfin.

Mais quelle petite peste ! Tu n'as pas changé, ça fait plaisir ! Par contre tu n'aurais pas dû envoyer autant d'argent, économise plutôt pour venir nous voir, mais j'apprécie ton aide malgré tout, je vais pouvoir remettre à jour mon stock du dispensaire... Voilà que ma donatrice est kumojins, qui aurait cru ça ? Pas moi en tout cas si on me l'avait dit ah ah !

Tu ne dois pas te torturer avec ce qui s'est passé, tu étais pour Aijiro toute sa vie, je ne pense pas qu'il aurait survécu à ta perte de toute façon en toute sincérité, même si ça me coûte d'avoir à le reconnaitre. Aucune de nous n'aurait dû se forcer à suivre ses idéaux nous paraissant flous juste par affection envers celui qui les prêchait... Mais ce qui est fait est fait. Quelque part, tu es la seule avec qui j'ai un jour parlé de ça, peut-être qu'on en a besoin autant l'une que l'autre de vider cette frustration, ce poids au fond de notre coeur... Je pense souvent à lui, tous les jours en fait. Ce que sa vie aurait pu être s'il était resté avec nous à la ferme, mais j'ai pale figure à prétendre que cela aurait été la meilleure solution, ayant moi-même quittée la maison très tôt pour rejoindre l'Académie. C'est mieux de penser qu'il est dans un monde meilleur désormais, et nous observe depuis sa place, raison de plus pour faire de notre mieux et vivre heureuse tu ne penses pas ?

Tant mieux si tu te plais dans ton village, j'ai moi-même vécu une expérience de courte durée dans un village caché, mais c'était plus une infiltration qu'autre chose... Au final Glouba m'a lâché, tu te souviens du Dindon qui parle ? Papa et Maman me prenaient pour une folle, Aijiro se moquait de moi, tu as été la seule à me croire. Je me souviens encore de sa tête quand il est venu me demander de l'aide et l'a rencontré : "Oh ! Il existe pour vrai !!!" Typique de lui. C'est pour lui que j'ai joué les kunoishis dévouées, avant de craquer et rentrer. Puis ses histoires de grades, des morveux pouvaient me donner des ordres, un comble ! Tu dois connaitre ça, j'imagine.

Je ne veux pas juger ton village d'accueil, mais vu le massacre, je vais rester sur mes réserves, tu as raison sur un point, cela n'est pas très juste étant donné qu'il ne s'agit que des actions d'une poignée d'entre eux. Mais n'étaient-ils pas censés être les plus représentants ? J'aimerais croire qu'il existe encore dans ce monde des solutions pacifiques aux conflits, la violence et la haine n'engendrent que ça en retour. J'espère qu'ils ne te corrompront pas trop. Mais dis-moi du coup, à quoi ressemble la vie au pays de la foudre. Tu ne peux pas sortir du village ? Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries, t'as signé pour un aller simple pour la prison ou quoi ? Enfin... ça me fait penser que j'ai ni lu mon contrat ni écouté les termes de mon embauche... Bof, quelle importance. Ici la vie est toujours un peu la même.

Quant à ton cousin plus sage ma chère Kaede, sache que les gens "normaux" sont toujours plus calmes et posés et ennuyeux que toi, c'est normal ! Dis-lui de te ramener au pays à l'occasion tient ! Je t'ai envoyé quelques gâteaux et autres bonbons, si tu es toujours aussi gourmande...

A bientôt, porte toi bien ! Aimi.

_________________
 Amie d'enfance [Kurai Aimi] Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee
Aburame Kaede
Aburame Kaede

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Dim 6 Mai 2018 - 0:05
Il n’y a pas un jour où je ne pense pas à lui… Et pourtant, tu sais, j’ai fait mon deuil. Je me suis promis que je n’arrêterais pas de vivre, malgré le poids et la douleur. Ce serait stupide, autrement. Il ne s’est pas sacrifié pour que je passe le reste de ma vie à me morfondre. Je profite donc de tous les jours supplémentaires qui me sont accordés, ceux que je peux encore vivre… Grâce à lui. Je vis pour lui. Pour moi, certes, mais aussi pour lui. Pour nous deux. Une vie qu’on a pas pu avoir ensemble. Tu sais c’est quoi le pire ? Je suis sûre qu’il t’en a parlé, cet abruti… Peu de temps avant… Bref. Peu de temps avant tout ce qui a suivi, le con m’a demandé en mariage. Tu sais déjà que j’ai dis oui, même si je l’ai insulté. Parce qu’il est con. Parce que ce n’était définitivement pas le moment. Puis parce que… Parce que bon ! Je suis sûre que tu peux me comprendre, de toute façon. Mais tout ça pour dire… J’ai continué de vivre. Je fais que ça, vivre. Il n’y a plus que ça qui compte. Autant son sacrifice m’est toujours douloureux… Autant je ne peux pas me permettre qu’il l’ait fait en vain.

Parler de lui de façon aussi vraie lui faisait toujours du mal. Évoqué sa présence dans sa vie, l’importance qu’il avait eu, sa mort abrupte, elle y arrivait. Mais là, d’étaler tous ses sentiments ainsi, sur une feuille de papier… Elle ne pouvait que pleurer, encore et encore. Son deuil était fait, mais il lui manquait. Comme lui manquait Aimi. Cette famille qui avait été la sienne. Les Kurai.

Quant au pays de la foudre, c’est un peu plus compliqué. Il y a des grades, qui, de ce que j’ai compris, dépende de la confiance qu’a le village en toi, mais de ta puissance aussi. Et tu le sais aussi bien que moi que j’ai toujours été terrible, définitivement pas de quoi rendre les Aburame fier quoi. Et bon, je viens d’arriver, je suis d’Hi, donc bon, me voilà genin, le plus bas rang. Ce qui signifie que je ne suis pas permise hors du village, seule du moins. Mais avec un supérieur je pourrais, par exemple. Alors t’as pas tort, je pourrais embêter l’autre Aburame pour aller faire un tour à Hi, éventuellement. Il m’a parlé vouloir y retourner, à un moment ou un autre, renouer avec la famille… Je suis sûre ils seraient contents, j’ai pu parler avec sa mère avant de repartir à mon tour.

Tu veux rire ? Mon sensei… Attend, attend, tu sais comment ça fonctionne ? Les genins sont souvent mis en équipe de deux sous la supervision d’un sensei, un plus haut gradé, plus puissant aussi, là pour les aider à se développer. Donc bon, bref, mon sensei, celui qui doit m’aider à progresser, est plus jeune que moi. Ça m’a fait marrer quand j’ai réalisé ça. Mais il est sympa. On s’entend pas très bien, du moins, on a des points de vue différents qui créent des frictions, mais je pense que ça va aller, avec le temps. Puis tu sais, je suis aussi de la police. Pour, stagiaire. Et sous surveillance aussi. J’ai peut-être fait exploser la moitié d’un bâtiment. PEUT-ÊTRE. Ça n’a pas plu au chef de la police. Mais je pense que je lui ai tapé dans l’oeil… Je dis ça je dis rien hein, puis bon, faut dire que je l’ai provoqué un peu aussi. Va savoir pourquoi les clins d’oeil sont toujours aussi efficaces sur les hommes…

À ce moment-ci de la lettre, ses larmes s’étaient calmées, laissant place à un doux sourire, même que son rire se fit entendre. Cela lui faisait tellement du bien de s’adresser à la Kurai, même si ce n’était que par lettre. Une amie d’enfance chère à son coeur, une personne qui savait tout d’elle, de A à Z, ou presque, pour l’avoir vécu à ses côtés. Certes s’était-elle trouvée un moment à l’Académie, mais elles avaient aussi beaucoup échangé à ce moment-là. Après tout, elle était la soeur de l’homme qu’avait éperdument aimé l’Aburame.

Et Glouba a fait QUOI ?! J’espère que tu l’as fait rôtir, l’emplumé ! Que tu lui as arraché les ailes une à une pour lui faire payer sa trahison. Que tu l’as vidé pour mieux le faire cuire sur une flamme. Que… Bref, tu vois l’idée. Un vrai abruti. Tu mérites clairement mieux que cela, j’espère que tu le sais !

Envoie toujours plus de bonbons et de gâteaux. Tu sais que j’en ai jamais assez. Si tu veux, je peux même t’envoyer quelques trucs d’ici. Des spécialités du pays de la foudre.

Elle avait déposé sa lettre pour sortir de son appartement. Elle lui demandait sans réellement lui demander, allant faire quelques courses avant de revenir, scellant au dos de la lettre quelques spécialités kumojin. À voir si elle saurait apprécier.

Tu vas voir, ils sont pas trop mal à ce niveau-là, les kumojins.

J’espère que tu as commencé à charger, ne serait-ce qu’un peu, tes clients ? J’comprends que c’est bien d’aider, mais tu sais, tu as aussi besoin d’équipements, de produits et autres et ça, c’est pas gratuit… Toujours un peu nunuche, hein ?

S’il te plait ne me tape pas.

Kae.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede
Kurai Aimi
Kurai Aimi

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Dim 6 Mai 2018 - 0:40
Aimi déposait la nouvelle lettre arrivée aujourd'hui. Un lourd besoin de pleurer devant l'émotion. Est-ce qu'il lui avait dit ? Évidemment, il l'avait même soulé avec ça, tanné pour qu'elle l'aide à choisir, tanné pour qu'elle trouve une place pour la cérémonie surprise de leur mariage. Il avait l'air si heureux, avant de lui demander et plus encore quand elle avait dit oui. Maman était tombée dans les vappes, Papa avait ri bruyamment de joie, avant de se moquer que le cadet serait marié avant sa fille ainée. Ils étaient tous si heureux ensemble, le destin était bien cruel...

Penses-tu... ça a pris des jours à trouver la bague de ses rêves. J'étais tellement jalouse de toi, j'aurais aimé un homme aussi attentionné et aimant que mon petit frère... À la place j'avais... Bref, inutile de reparler lui. J'imagine toujours que le prochain homme qui te fera sa demande aurait intérêt à particulièrement bien assurer. J'espère vraiment que ce jour-là arrivera.

Mais d'un autre côté, elle l'appréhendait aussi de voir celui qui "prendrait" la place de son frère, bien que cela ne soit pas vraiment le cas, mais elle les avait vu chahuter, se chercher et se découvrir. Cette fille était tout le moteur de la vie de son petit frère, Aimi n'aurait jamais cru qu'on pouvait aimer à ce point-là, elle imaginait que c'était exceptionnel et dons d'autant plus injustes quand cela se perdait...


Bonne idée, tu devrais lui proposer, d'ailleurs quel est son nom ? À force de traîner avec toi j'en ai rencontré tellement de tes cousins ! Puis ça me rassurerait si tu faisais la route accompagnée.


La suite lui donnait un facepalm littéralement, sa main glissait son visage avant de lui donner une furieuse envie de rire. Cette fille irrécupérable alors... Cela ne l'étonnait même pas le pire.

Je ne sais pas à quoi réagir en premier... Tu as explosé un bâtiment de police où tu es la stagiaire... Toi dans la police ?!!! Ou alors le fait que tu trouves le moyen pour allumer ton boss à l'occasion pour t'en sortir. Oh je te connais jeune fille ! Tu as abusé de tes charmes encore ! Il te plait au moins j'espère ? Sinon c'est un peu plat. Quant à ton équipe, j'ai cru comprendre le fonctionnement, mais je n'y ai jamais été affecté, on m'a exploité à l'hôpital comme je te disais précédemment. Mais comment ça sous surveillance ? Tu as tellement enchainé les informations pour noyer le poisson. Bien ton genre ça ! Je veux pas même essayer de comprendre comment tu peux être sous surveillance, stagiaire et brise un bâtiment en même temps. Incroyable ah ah !

Quant à Glouba... Tu sais bien que je l'adorais trop pour lui faire du mal, mais il a choisi de pactiser avec un Iwajins... Et... enfin bref. Je ne peux pas vraiment lui en vouloir, je n’étais pas le top niveau en matière de partenaire, mais j'aurais aimé au moins qu'il me le dise ! Assez parler de l'emplumé ! Promis je t'enverrais plein de cochonneries pour faire enfler tes fesses. Même si garce tu n'as jamais pris un gramme... Explique-moi l'astuce j'ai l'air d'une vache à lait !

Et non, mes clients n’ont pas plus changé que mes méthodes... Nunuche ou Neuneu au choix, oui je sais, mais je n'y arrive pas ! J'ai toujours qu'ils ne viennent pas me voir parce qu'ils n'ont pas d'argent et qu'ils en meurent comme ... Tu sais qui. Je ne pense pas que ce genre de don doit être payant. Traite-moi d'idiote si tu veux, mais faute de vivre riche, je fais des heureux. Pour l'équipement, je fais des contrats pour des gens "aisés", tu sais le genre qui n’ont pas besoin, mais font des caprices pour paraitre plus jeune, soigner la calvitie ce genre de trucs de charlatans... Oui je sais ! Mais c'est ce qui fait vivre mon dispensaire et on sait toutes deux que ma fierté est morte à la naissance ! Blague à part, tu me manques énormément, je me faisais moins abuser quand tu étais là. Au moins je me tiens loin des gars et toutes relations, un problème en moins !

Merci pour les délices, ils se débrouillent bien effectivement ! Je t'ai renvoyé tes sucreries préférées, Papa et maman ont adoré les tiennes. Maman demande des graines de fleurs de ton nouveau pays pour ses jardinières. Elle te fait passer des graines d'ici (tu la connais). Oh eh, j'ai un disciple !!!!

À bientôt ! Aimi

_________________
 Amie d'enfance [Kurai Aimi] Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee
Aburame Kaede
Aburame Kaede

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Lun 7 Mai 2018 - 16:59
Son coeur s’était serré lorsqu’elle avait lu la lettre. Elle espérait que le prochain homme soit à la hauteur de son petit frère… Était-elle d’accord avec le fait qu’elle ne s’empêche pas de rencontrer d’autres personnes ? Elle-même le savait, que nul ne pourrait jamais le remplacer, qu’une partie de son coeur lui était éternellement dédié. Parce que jamais elle ne serait en mesure de cesser de l’aimer. Or, elle était convaincue que ce n’était pas parce qu’elle avait toujours des sentiments vis-à-vis de lui qu’elle ne pourrait pas apprendre à aimer à nouveau, auprès de quelqu’un d’autre.

Mes grosses fesses te remercient du traitement que tu leurs imposes ! Après, le secret pour ne pas prendre un gramme en s’empiffrant, je pense que c’est d’être jolie, tout simplement. À croire que tu n’as pas eu cette chance-là à la naissance ! Même Aijiro pouvait manger tout ce qu’il voulait… Après je dis ça je dis rien hein !

Pour le nom du cousin, c’est secret ! Pas que je ne veuille pas t’en parler, mais je doute sincèrement tu le connaisses, il a quitté le clan il y a dix, onze ans peut-être même. Et bon, je t’aime bien, mais t’imagine si le village considère cela comme de la trahison parce que j’ai fait sortir de l’information à l’interne alors que je suis en communication avec une Hijin ? J’ai déjà assez d’emmerde, je vais essayer de pas en ajouter sur mon cas. Et oui, bon, c’était pas un bâtiment de la police, mais c’était tout près. Assez pour que le capitaine le remarque justement. Tu aurais dû voir la tête qu’il faisait ! Je pense qu’il était quand même un peu impressionné par contre. Après tout, lorsque j’ai été recruté, c’était pour mes capacités offensives. Ah, mais j’y pense, tu as pas vu les nouvelles conneries que je peux faire… Quand on se reverra, je te montrerai si ça te dit. C’est assez classe quand même !

Concernant le capitaine, oui, il est pas mal. Il est grand (vraiment très grand), bien bâti, musclé, une belle gueule aussi. Mais j’en suis au stade de tester son caractère, voir quelle genre de personne il est, parce que tu sais que j’aime ça ! Je ne suis pas une chieuse pour rien, tu devrais le savoir depuis le temps… Parlant de mec, j’en ai rencontré un peu spécial, ici. Le genre de mec que tu aimerais bien, en plus. Puis, honnêtement… Il me fait un peu penser à Aijiro, c’est bizarre. Il a aucun jugement, très ouvert, assez sympathique aussi, quelqu’un de très taquin en plus. On se charrie bien, c’est marrant. Et il connaît toute l’histoire. Les vraies raisons de pourquoi j’ai suivi Aijito, où on est allé. C’est le seul en qui j’ai réussi à avoir aussi confiance au village, et ce, en si peu de temps, vu tout ce que cette histoire implique. Puis, tu sais, contrairement à 99% des mecs, les insectes ne l’ont pas dégoûté, au contraire, il m’a genre posé mille et une questions, ça aussi c’était marrant. Il s’appelle Raizen. Je sais pas trop quoi te dire sur son compte, si ce n’est qu’il est… Marrant, voilà.

Et d’où tu te tiens loin des mecs ?! C’est INACCEPTABLE. IN-AC-CE-PTA-BLE. Et dire que je suis si loin ! Être là, je m’assurerais qu’ils soient tous à tes pieds… Alalala… Faut que ça change ma belle ! Tu as quoi, vingt-cinq ans ? Tes parents doivent s’arracher les cheveux de la tête en broyant du noir, craignant que tu ne leur feras jamais de petits-enfants ! Les pauvres, pensent un peu à eux ! Descend aussi un peu tes standards, je suis sûre que tu fais ta difficile ! Quand j’étais là, tu rencontrais tes mecs, tu te faisais moins abuser et je réglais tes ennuis à coup de poing. Puis après Aijiro prenait soin de moi. Tu te souviens comment il refusait que tu me touches ? Cet imbécile…

Wohhhhh, un disciple ? Tu peux pas finir ta lettre sur ça ! Je veux TOUT-TOUT-TOUT savoir. TOUT. J’espère que tu m’entends gueuler de là où je suis.

Kae (impatiente d’avoir ta réponse !)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede
Kurai Aimi
Kurai Aimi

Amie d'enfance [Kurai Aimi] Empty
Mar 8 Mai 2018 - 22:19


Hey ! Mes grosses fesses te zut 'spce de merdeuse !

Ça lui était venu du tact au tact en lisant, tellement marquant que c'était la première chose qu'elle avait écrire après avoir fait une moue mécontente, puis rit en penser que c'était vrai, encore que depuis qu'elle était irou et consommer une quantité déraisonnable de chakra, manger comme une ogresse ne l'engraissait plus comme avant.

Essaie d'être sage et mignonne pour changer, ça te changera de profiter d'être jolie pour faire tout ce que tu veux, irrécupérable ! Loin de moi l'idée de t'attirer des ennuies dans ton nouveau chez-toi, tu as raison, je n'ai pas besoin d'avoir tous les détails, surtout si je ne le connaissais pas. J'ai hâte de voir tes nouvelles capacités, tes bébêtes me manquent un peu. Et pour tout t'avouer, je ne suis plus vraiment non plus la novice que tu as connue. Enfin, peut-être aurons-nous l'occasion d'échanger à ce propos, mais ce n'est pas le plus important !

Je vois que le capitaine a tous tes critères de sélection, mais ça reste ton supérieur... Mêler travail et jeux ne devrait pas te gêner te connaissant. Fais attention quand même à pas trop jouer avec lui, il est évident qu'il a davantage les moyens de représailles que toi. Prudence !


Quand le moment de la lecture c'était porté sur la ressemblance avec son frère, Aimi s'était posé plusieurs questions, est-ce que Kaede lui en parlait parce qu'elle s'y intéressait à cause de ça ou alors c'était simplement de son caractère qui collait à merveille avec elle qu'elle lui en faisait part. Kaede était bien placé pour savoir qu'Aimi avait un cercle de proches très restreint. Ses parents, son frère et elle à l'époque. Ensuite était arrivée Momohime dans sa vie, mais Aimi était toujours resté en retrait et réservée avec tous, hormis son petit frère qui lisait dedans comme un livre ouvert... Il lui manquait.

Un gars qui ressemble à mon frère ? Intéressant, mais dommage qu'il s'agisse d'un Kumojins. J'espère qu'il mérite la confiance que tu lui as donnée, d'ailleurs parlant de nouvelles connaissances, il y a quelques jours après tes lettres, j'ai été engagé par un gars bizarre, celui qui a pactisé avec le dindon. Mon job est de soigner et aider des Hijins, donc ça va. Il promet un bon salaire, mais j'ai du mal à l'apprécier, sa blonde encore plus, elle est ... caractérielle ! Je pense qu'elle me déteste en plus, ça n'a pas eu l'air de lui faire plaisir que son gars m'engage, après avec un coureur de jupons pareil, je peux comprendre qu'elle soit frustrée dans sa vie... Du coup j'ai comme de nouveaux protagonistes dans ma vie. Dont mon disciple qui encore un gamin, mais qui a un potentiel incroyable en iroujutsu, il est déjà meilleur que moi.

Pour le cas des petits enfants, c'est ton job ça non ? Je passe mon tour ! Et le dernier que tu m'avais poussé à aller voir blabla... Il était irréprochable tant que t'étais là c'est vrai. En même temps ta réputation de folle en à calmer terrifier plus d'un... Mais quelques mois après que tu sois partie... Il s'est tiré avec mes économies et une autre fille. Nop, je pense que je vais payer les services d'un pro une fois riche.... Oui madame, j'ai l'intention de le devenir un jour ! (Je peux toujours rêver! ah ah.)

Oui mon propre frère était contre moi, comment oublier ça ? Après c'était de bonne guerre, j'étais toujours de ton côté contre lui aussi... Un lien tu crois ? Alala, je vais travailler à la capitale, ma lettre arrivera plus vite je l'expédierais depuis là, mais ma prochaine réponse pourrait être plus longue selon le moment où je rentre... Peut-être je t'en enverrais d'autre si ça s'étend trop de jours, ne te choque pas de ne pas avoir de réponses directes, je lirais sûrement tes missives plus tard. J'aurais tellement de choses à te dire, des choses qu'on ne peut pas poser sur un papier... Applique-toi et sois sage, d'expérience, je sais que dès que tu es chûnin tu peux sortir de ton village facilement. Une bonne motivation non ? Tu parlais d'une team d'ailleurs, ça se passe toujours bien ? Et ton capitaine de police ne t'a pas encore viré ? Oh mon dieu, ne me dit pas que tu l'as déjà séduit si ?

N'oublie pas que je t'adore Kaede, sois raisonnable pour changer !
Aimi.

_________________
 Amie d'enfance [Kurai Aimi] Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Amie d'enfance [Kurai Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Courrier et presse :: Lettres
Sauter vers: