Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi]

Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Dim 20 Mai 2018 - 12:08
Cela faisait une bonne semaine, une semaine en passant entre autres par le second jour qui est connu, ou plutôt la nuit, pour être la plus terrible. Non seulement cela, mais en plus, la tension d'apprendre ou non s'ils sont mal formés ou malades, le fait qu'ils auraient pu finalement mourir à tout instant et de ne pas être chez soi. Un nombre incroyable de raisons pour lequel j'aurais pu être infect et je ne me suis pas gênée à certains moments. Mais quand tu es jeune mère, tu peux être la plus abominable des pourritures, les gens laissent tous passer en utilisant des excuses diverses... Jusqu'à un certain point, point que je n'ai pas franchi et même pas approché en fait. Pas que ma famille soit particulièrement coulante, quoi que si, mais que j'ai pas était aussi horrible que je l'imagine.

Ainsi, Takumi est accueilli par mes deux parents, pas que ce soit LA rencontre classique et polie avec la famille pour... Enfin vous voyez. Mais ils sont là pour me voir et me soutenir aussi. Mon père Katô approche Takumi avec un sourire avenant et radieux. Les récents évènements lui on fait perdre dix ans sur le visage, même si celui-ci est facilement identifiable et qu'il ne fait rien pour le masquer. Une fois à son niveau, il lui met une main sur l'épaule le regard empli d'un certain respect et de gratitude. Ce n'est pas comme s'il avait sauvé sa fille et ses deux petit-enfants hein ?

"Merci pour tout, vous resterez a jamais un ami de la famille et un invité de marque."

Ma mère elle, est plus expansive, plus moi en fait. Maeda est... Maeda. En fait, c'est difficile de croire que c'est ma mère tant je lui ressemble. En fait, c'est même ridiculement proche, autant j'avais fait un pas vers elle en modifiant un peu mon visage quand une reconstruction à était nécessaire, autant elle a fait le suivant de la même manière et en utilisant les mêmes arts médicaux. C'est littéralement moi avec dix ans de plus, on dirait une simple trentenaire, car oui, elle triche beaucoup. On pourrait presque dire que c'est comme si moi et ma mère on avait fusionnées puis s'étaient séparé en deux sœurs jumelles, même si l'une des deux est plus âgée bien que ce soit subtil contrairement à ce qui devrait être le cas.

Du coup, elle saute au cou de Takumi, en larme, elle aussi consciente de tout ce qu'elle lui doit et ne cachant pas un seul instant son attachement pour lui. Elle est avenante et entreprenante au point de lui décocher un baiser, sans plus qu'un contact entre leurs lèvres bien entendu. Puis le laisse respirer un peu métaphoriquement en allant se coller à son mari, s'agglutiner même.

"C'est bien dommage, un si beau et merveilleux jeune homme. Enfin, ce qui est fait... Merci pour tout."

Bien que les paroles porte à confusion, son sourire éblouissant ne raidit pas un seul instant, elle l'aime beaucoup et ne le cache pas... Pas de manière romantique hein ? Plus comme un adorable et fort petit-frère, ou un fils éventuellement.

Finalement, je sors, ne pouvant pas tenir les deux petits dans mes bras sans avoir peur de leur faire du mal, je suis accompagnée par une paire de clones. Je fais un sourire doux à Takumi, laissant mes copies tenir les petits, elle ne le lâche pas du regard avec ce même sourire ce qui pourrait presque être étrange et malsain... Je vais y réfléchir. Kurokame sur mon épaule salue bien bas Hyûga-sama bien sûr. Comprenant qu'ils sont de trop mes parents s'avancent pour retourner au domaine, ils ne feront que nous précéder ou me précéder suivant les évènements à venir.

Je m'approche de lui, mets mes mains sur ses bras et me retiens visiblement de l'embrasser. À ce moment-là, je ressens un pincement au cœur et une lueur de gêne, de tristesse se dégage sur mon visage. Il a été clair, je ne peux pas aller contre sa volonté et je n'en ai pas envie.

"Merci pour tout, tu te doutes qu'il va falloir que l'on parle Onii... Takumi-san ?"

Je me contente d'un baiser sur sa joue.

"J'ai été particulièrement égoïste et immature, la grossesse tardive n'excuse pas tout..."

J'observe le sol l'air ailleurs, tenant mon poignet avec mon autre main en me mordant la lèvre inférieure... Mes yeux menaçants a tout moment de porter un flot incessant que je ne saurais contrôler.

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Dim 20 Mai 2018 - 17:16

Il s’est passé bien une semaine depuis l’accouchement de Chiryou. Il a d’ailleurs été la voir durant sa convalescence, son repos fort mérité, à l’hôpital. Certaines choses ont été mises au clair et c’est même mieux ainsi à présent. Sur le chemin de la demeure des Shuuchuu, Takumi se remémore les récents événements et le malaise qui a été créé suite à tout cela. Il espère que rien d'ambigu n’arrivera cette fois même si… Hé bien… Le Hyûga rend visite à la kunoichi qui lui a proposé bien des choses et qui a plutôt le contact très très trèèèèès facile. La journée pourrait se montrer longue et difficile en fonction de ce qui pourrait arriver. Avant de se faire accueillir, il prend un léger instant afin de soupirer, de profiter de l’air et le l’ambiance paisible qui règne dehors. Takumi ne connaît pas la famille de la médecin mais ce n’est pas celle-ci qui pourra poser problème. Enfin… Pense t-il.

Le comportement du père est reçu avec un sourire assez modeste et plutôt bienveillant, il n’a fait que ce qu’il devait faire à ce moment là. Rien de plus. Enfin, si, un peu de “plus” mais cela se passerait bien de détails.

C’est trop d’honneur, je vous remercie Katô-san.

Celui de la mère en revanche laisse place à un sourire légèrement plus chaleureux. Il s'accommode aux lieux et vient de parler à Katô, c’est normal, présume t-il du moins. Cependant, le baiser volé laisse affiché un air un peu étonné et surpris, comme lorsque que ce fut la fille de cette femme qui fit la même chose. Telle mère, telle fille visiblement. Même physique, à peu de choses près, même façon d’agir ? La journée commence bien.


Quand elle prend de la distance, Takumi aperçoit Chiryou avec des enfants. Le trio va bien ensemble (si on exclut les clones, évidemment). En même temps, que peut-il bien y avoir de plus harmonieux qu’une mère et son enfant au même endroit, ici leur foyer ? Elle semble avoir repris des couleurs et du répit, ce qui soulage le Hyûga. Les parents s’en vont et il se contente de la regarder alors qu’elle vient placer ses mains sur lui. Takumi-san ? Voilà qui est bien singulier comme appellation tout à coup. Soit. Le seconde baiser de la journée, le dernier espère t-il, c’est la conversation qui peut commencer.

Parler ? Oui, je me doute bien comme tu dis. Égoïste et immature..? Ne l’ai-je pas moi-même été, Chiryou ?

Il tourne son regard vers les jumeaux puis sourit doucement.

Ils ont l’air de parfaitement bien se porter. Et toi aussi d’ailleurs, tu m’as l’air moins fatiguée, moins usée. J'en suis ravi.

Un soulagement assuré. Tout va pour le mieux, du moins en apparence. Peut-être qu’un problème est survenu entre temps même si il ne le souhaite définitivement point. Une mauvaise nouvelle serait malvenue mais il agirait en conséquence, comme à son habitude.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Dim 20 Mai 2018 - 19:02
Ainsi, mon cher Takumi est chez moi... Ce n'est ni rare ni la première fois. En fiat, la seule chose qui rend cela spécial est le contexte actuel. On est donc dans la demeure principale de la famille, c'est un terme plus proche de la réalité que clans. Car, même si on est la depuis les origines d'Iwa, nos terres son relativement modeste pour une famille, enfin quand même très important au vu de notre importance en fait. Mais, c'est un autre sujet, premiers arrivés, premier servi dira ont.

En tout cas, il est certain qu'il est apprécié par les miens, surtout mes parents et apprendre qu'il m'ait appris de manière catégorique qu'il n'y aurait rien entre nous leur à fait un petit pincement au coeur... Cela avant que ma mère me sermonne à sa manière et que l'on discute malgré mon état de choses bien particulières. En tout cas, voir ce qu'il répond à ce que je dis est tellement digne et habituel que je pourrais presque en rire. Ah ! Takumi, tu ne changes tellement pas, mais c'est aussi ça que j'aime en toi.

On est donc dans cette demeure, cette grande pièce à vivre et après un dernier salue, mes parents vont voir ailleurs s'ils y sont... Oui ils ont d'autres choses à faire aussi. Quoi par exemple ? La bureaucratie, comptable, et tout le tralala. Il est aussi temps que je récupère mes petits monstres. Même si mes clones restent là, je suis au milieu avec eux, les prenant dans mes bras un long instant, puis quand ils le demandent en leur donnant le sein sans crier gare. Oh ça va ! Il est grand et c'est un geste naturel, je ne vais pas me cacher. Je garde un air doux, les gardant auprès de celle qui les aiment le plus au monde et pour cause et une fois tout ceci fait. Je laisse les clones les emmener dans leurs chambres et suis le tout. Est-ce qu'ils vont supporter leurs chambres ? C'est une excellente question. Il ya déjà des doudous portant mon odeur en plus de berceaux .

Je les regarde alors, tellement petit, tellement fragile, tellement adorable. Ils n'ont pas l'air si éveiller, en même temps vu qu'ils semblent être partie pour être de bon retardataire et s'ils ont mon sang, alors comme dans la famille ils feront leurs bêtises en douce ou pas du tout.

Apparemment, ils semblent calmes, pourtant le changement est ce qui perturbe le plus les petits, cela me rassure. Un environnement sain, une famille pour les aimer et les protéger. Ils n'ont pas à se plaindre, enfin j'imagine. On revient quand même dans la pièce à vivre, laissant les petits dans les bras de mes clones...

"Je n'aime pas être aussi "loin" d'eux... Mais je n'ai que deux bras et c'est trop dur de me les retirer quand je les portent..."

Je dis ça comme pour me dédouaner... Puis finalement j'ai une idée, je vais quand même prendre mon chérie d'amour de Kaoru Kanon... Je vous mets au défi de ne pas gagatiser devant vos enfants, vous tout premiers en prime... Bref, et je m'installe à côté de Takumi, me colle contre lui et le lui fais prendre en traitre héhéhé... Oui c'est mesquin, mais il n'au pas l'occasion avant longtemps d'avoir ce genre de moment.

Et le pire, c'est qu'il ne pleure même pas... Je le regarde d'un air légèrement frustré et boudeur.

"Sale traitre ! Moi tu tes époumonés et je suis ta mère !"

Avant d'aller lui faire un gros bisou, à mon enfant hein ? En le caressant et le gratouillant... Mais pas trop, il est encore tout petit et tout fragile, pas tant que ça, mais dans l'esprit d'une mère ils sont forcement beaucoup plus frêle que dans la réalité. Du coup, il a le petit dans le bras et moi, je suis assise sur ses genoux, rien n’a faire ! Si j'étais timide, ça se saurait n'est-ce pas ? D'ailleurs, on ne fera pas de jaloux, dés qu'il aura eus un certain celui-ci dans ses bras, c'est au tour d'Hikari-choux pendant que je récupère mon petit homme contre moi...

Je me rends compte que... On a tellement l'air d'être une famille. J'observe le placement de ses bras, son assurance, sa douceur et tous ces petits détails... S'il fallait encore le prouver...

"Tu feras un bon père."

Il n'y a pas la moindre hésitation et pour cause. Mais, cela arrive très vite avec un soupir... Qui précède un air gêné... Bas... Mes clones viennent prendre les petits, je me rends compte moi-même que si tout ceci est merveilleux, c'est un rêve stupide et forcé.

"Tout ceci est malsain tu t'en rends compte hein ? Oui... Elle voudra aussi des enfants, elle voudra que celui qu'elle aime n'ait d'yeux que pour elle et c'est normal, ne vois qu'elle et plus tard vos propres..."

Il y a un déclic, je le regard, essayant de retenir mes larmes qui bientôt couleront certainement puis... Je me raidis, les clones emportent les petits dans la chambre et je me lève de sur ses genoux. Je le regarde droit dans les yeux, d'un air pensif, perdu, finalement le flot ne coulera pas.

"Tu sais quoi Ta... Oni... Bref ! Tu sais quoi ? Je me suis rendu compte d'une chose. J'ai dit que j'ai été égoïste et immature, c'est vrai, mais j'ai surtout étais lâche."

Je soupire, me mord la lèvre, puis quand j'entends la porte du fond se fermer continue. Même si au fond, je n'ai pas une voix forte et que je ne m'emporte pas, je ne peux m'empêcher d'avoir peur d'effrayer mes petits anges. Qui dorment et cela ne va pas être rare, ils semblent être comme moi... Du genre à ce qu'on soit forcés de les réveiller pour les faire manger et à passer une nuit sans un pleur à terme ce qui est plus effrayant qu'un ou deux bébés très énergiques. Raison pour laquelle il n'est pas question que j'aille vivre seule en fait.

Enfin, pour en revenir à nos moutons...

"J'ai joué franc jeu, celons les règles et avec honnêteté, je crois que c'est le cas ? Qu'est-ce que j'ai obtenu au final ? Je suis une mère célibataire, tous ceux et celles que j'ai aimés d'une manière où d'une autre, hors famille, sont soit mort, déserteur, disparu ou un mélange de tout cela à la fois ou d'une partie... J'en arrive à éviter notre Kage de peur que l'histoire ne se répète encore, comme une malédiction. Il y a une seule exception à tout ça, c'est toi."

S'il tente de se relever, je le repousse, je me fais très... Autoritaire ? Très, mais surtout, j'ai un regard particulièrement lascif, mais qui reste étrangement doux, plus emplie d'amour que de désir.

"Alors, je suis sincèrement désolé Taku-Pôn, mais je vais être très très vilaine."

Mon obi se desserre, ma tenue tombe au sol sans cérémonie, on peut rapidement voir que ma mère n'est pas la seule à tricher puisqu'il n'y a plus la moindre trace de ce qui m'est arrivé, comme si j'étais une fraiche fleur prête à être cueilli... Je me mets sur lui, mon souffle chaud contre son cou et finalement... Rien de plus, je me contente de me blottir contre lui la où un assaut plus passionné pouvait être plus probable.

"Je suis belle et bien lâche..."

Pour donner une image de la situation actuelle, c'est comme si Takumi était avec une torche au milieu d'une poudrière... Le moindre faux pas et ça lui sautera à la figure et ça, c'est moi.

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 21 Mai 2018 - 5:29

Durant l’allaitement, le shinobi pur détourne doucement le regard. Non pas que la vue serait désagréable mais plutôt qu’il respecte bien trop son interlocutrice pour s’adonner à un voyeurisme de bas étage. Il n’y a rien d’honorable là-dedans, pour sûr. Les nouveaux-nés sont alors emmenés là où est leur place : dans un lit. Après tout, ils ont surtout besoin de repos. Il ne sait que trop peu de chose sur les bambins, comment s’en occuper entre autres. Cependant, Takumi ne doute point de lui et de sa capacité à s’adapter. Il l’a démontré depuis bien longtemps, son improvisation est bonne.

C’est normal, ce sont tes enfants après tout.

Le premier enfant est pris, Kaoru Kanon de nom. L’enfant est calme et n’est point agité. Aucun cri, aucune pleur. Il est déposé dans ses bras mais n’y voit aucun inconvénient. Après tout, il a bien décidé de les adopter et de s’en occuper comme s’ils étaient les siens. Observant les traits de l’enfant, il ne peut que contempler l’oeuvre de la création du divin. Le miracle de la vie face à lui, c’est sans conteste quelque chose de magnifique et d’inimitable. Le Hyûga sourit simplement quand il entend Chiryou se plaindre à son enfant. Il faut croire que ses bras sont plus confortables ? Ou que sa présence est plus appréciable que celle de sa mère ? Ou autre chose encore ? Au tour d’Hikari et c’est le même manège qui suit. Cela n’est pas déplaisant, au contraire. Les petits êtres apportent une certaine douceur et rendent la situation encore plus paisible. Peut-être est-ce ce dont il a toujours eu besoin finalement, une famille ? Allez savoir.

Un bon père ? Je ne sais pas ce que c’est d’être un bon père Chiryou.

La voix est calme et c’est la petite fille qu’il observe tandis qu’il sourit tendrement. Les enfants sont une arme redoutable et certains comptent probablement les utiliser sans parcimonie et pour de bien sombres desseins, ce qui semble être ici le cas de la kunoichi visiblement en chaleur. La blonde commence à évoquer le cas d’une certaine femme, elle doit probablement parler de la fleuriste. Il doit avouer que rien n’a eu lieu entre eux jusque là mais elle semble se poser de plus en plus de fois dans ses songes. Les murmures ont raison de lui et de son coeur une fois la nuit tombée, c’est bien elle qui l’intéresse et point une autre. Et ce, bien que Chiryou soit… Et bien… Vous voyez.

Les enfants emportés ne risquent point de revenir de sitôt, à moins que celle qui en est à la charge ne soit décidée à déranger leur sommeil, ce qu’il ne tolérerait pas bien longtemps. Sortant son kiseru et commençant à se délecter des saveurs de ce dernier, il converse avec la jeune femme.

Malsain, et à qui la faute Chiryou ? Ne tentes-tu point constamment de toujours tourner la chose ainsi ?

Mais quelques instants plus tard, c’est une toute autre attitude qu’affiche la médecin.

Calmes toi, respires un peu. Arrêtes de t’enfoncer... ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Mais le flot de paroles ne semble point s’arrêter et la discussion semble aller dans une direction qui jouera en sa défaveur. Éteignant puis rangeant son kiseru en l’écoutant, il répond finalement à tout ce qu’elle vient de dire.

Une exception ? Je ne suis pas invincible, le bras qui me manque témoigne pour moi. Et si je meurs, je déserte ou disparaît ? À ce jour, je suis probablement le shinobi de ce village qui a le plus à craindre à ce niveau. Et que crois-tu que j’obtiens à jouer franc jeu ? Pourquoi penses-tu que je fais passer le bonheur des autres avant le mien ?

Le regard de la blonde veut tout dire. C’est simple et comme diraient les rustres Borukan : elle veut passer à la casserole. C’est dans son plus simple appareil qu’elle se présente à lui et vient le coller. Ce n’est certes pas la première fois que ce genre de comportement a lieu avec la médecin. Seulement, rien de si… précipité, extrême et malconvenu? n’a eu lieu auparavant. Il faut être pragmatique et résister aux tentations posées devant lui, telles des offrandes d’une valeur pas vraiment estimables. Un mouvement de doigt fait apparaître une brise qui soulève le vêtement de la jeune femme et vient le poser sur les épaules de celle à qui il appartient.

Pas aujourd’hui Chiryou. Pas tout court. Tu as parlé d’Elle et tu as deux enfants d’un homme dont tu ne connais rien à cause des mêmes désirs. Ne penses-tu pas que cela est suffisant ?

Takumi soupire alors doucement avant de reprendre en la regardant dans les yeux.

Je suis rentré au village et recherche le repos. Cela fait à peine un peu plus d’une semaine et voilà que tu me prends de court ainsi. Est-ce réellement la meilleure façon de faire les choses ? Je ne le dirais qu’une fois : rhabille toi Chiryou.

Ceci sonne clairement comme un ordre qui serait avisé de suivre. Après tout, il reste un Hyûga et rien n’a jamais égalé leur folie mais aussi leur façon bien à eux de “faire les choses”. Cela est de notoriété dorénavant avec l’histoire de Sanadare et le cousin de cette dernière incarne celui qui les chasse. Et il n’est jamais bon de jouer avec le démon qui chasse ses semblables et se nourrit de leur supplice. Pour son propre supplice ou un désir salvateur, qu’importe. Toujours est-il qu’il le fait. Si les mots ne suffisent plus, il se devra de passer à l'acte. Takumi a laissé passé bien des choses, c'est peut-être aujourd'hui qu'il devra faire montre d'une autre facette de sa personne.




_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Lun 21 Mai 2018 - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 21 Mai 2018 - 10:38
...Mais pour un homme qui voyage facilement dans l'obscurité, il suffit alors d'éteindre la torche et de sortir paisiblement.

Sans un mot, je me raidis... Ce n'ait pas ce que je voulais, encore une fois j'aurais été stupide jusqu'au bout. J'aurais pu simplement serrer les dents et au moins garder un ami, un peu de lumière dans le pays de la roche, mais... Je suis aussi une humaine, mon avidité me perdra et ma perdu. Je n'arrive même pas a pleuré, pas que j'ai peur qu'il m'attaque, mais en fait...

Au fond de moi je meurs d'envie qu'il le fasse ?

Je tremble un petit instant à cette pensée morbide, pour l'évacuer de mon corps comme une saleté avec un frisson d'horreur, avant de remettre mes vêtements, des gestes lents pour ne pas les faire tombés et que cela soit perçu comme une provocation. Je suis déjà allé trop loin, je ne peux pas me permettre de faire ce genre d'erreur. Au final, je me douter certainement que c'était mort, j'ai voulu me rattraper à une étincelle sordide et avilissante, une branche pourrie, mais la vérité c'est que...

"C'était évident que tu refuserais et c'est pour ce genre de chose que..."

Je me retiens bien de le dire, il ne faut pas. Il y a Elle, sa Fleuriste, son vrai amour. J'ai déjà joué trop longtemps la gourgandine pour ce moment, a jamais même. La lâche essaye de rassembler le peu de courage qui lui reste, inspire et finalement en le regarde dans les yeux ou presque.

"Parce que je suis comme je suis... Autant faire court... Adieu Onii-chan."

Si je ne quitte pas sa vie, je vais la lui pourrir, la corrompre, tel le fruit gâté dans le panier. Il a besoin de repos, il a besoin d'être loin du genre de problème que je pourrais lui créer... Il a besoin d'Etsuko.

Je me tourne, je ne peux plus le voir, marche lentement, fébrilement pour m'éloigner de lui. Observant les décorations pour essayer d'occuper mon esprit l'instant dont j'ai besoin pour quitter la pièce... Une poupée de porcelaine... Pourquoi souris-tu ? Es-tu heureuse bloquée dans ton immobilisme à prendre la poussière et regarder les autres vivre à tout jamais ? Sans aucune raison, de manière totalement gratuite, je la pousse pour qu'elle tombe et se brise... Je me concentre sur le bruit en sachant que l'isolation est assez bonne pour que ça ne perturbe pas les petits. Fuir ses pensées, sortir de cette pièce, Fuir... C'est mieux pour lui, pour Elle, pour eux, pour tous...

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 21 Mai 2018 - 20:13

La jeune femme affiche un air bien plus que dépité et doit probablement avoir des pensées noires. Takumi ne cherche pas spécialement à savoir ce qui peut bien se passer dans la tête de son interlocutrice. Il observe simplement le blonde remettre ses vêtements, prenant son temps pour cela. Probablement est-elle trop déçue et que son moral en est ainsi grandement affecté ? Nébuleux. Bien qu’il a montré un côté un peu plus sombre et autoritaire, il n’en reste pas moins humain et donc, est sensible aux problèmes de chacun. Pour l’instant, il ne la voit que comme une femme qui a envie de son corps et rien d’autre. Peut-être que bien des choses peuvent changer selon ce que chacun a à se dire. À commencer par son début de déprime, s’exprimant ainsi sur la chose du mieux qu’elle peut.


Elle se lève après avoir brièvement parlé d’adieux, quelque chose comme cela. Le Hyûga soupire doucement tandis qu’elle fait tomber cette poupée de porcelaine. La voilà qui s’adonne maintenant à un non sens, le chamboulement a dû être certain. Partir ? Pourquoi partir ? Rien n’est réglé et la fuite ne ferait qu’accentuer son côté lâche et pourrait aggraver la situation. Cela n’est point bénéfique pour leurs relations, pour personne. Ni elle, ni lui, ni pour les enfants. Portant à nouveau son kiseru en bouche, il faut dorénavant calmer la situation et tenter de se contenir.

Chiryou, reviens.

Evidemment, le ton n’a que peu changé et peut encore paraître comme étant une directive ou quelque chose de similaire. Il est toujours un peu remonté, c’est normal. Seulement, Chiryou restera toujours Chiryou. Et puis, si ils doivent éduquer des enfants ensemble, tout cela n’a pas lieu d’être. Jusqu’à preuve du contraire, il ne lui a pas précisé qu’il souhaite la voir disparaître de sa vue ou qu’il ne l’apprécie pas. Loin de là.

Viens t’asseoir et parlons entre adultes, entre parents. en tapotant l’espace à côté de lui pour qu’elle vienne s’asseoir. J’espère que tu peux comprendre que ce n’est simplement pas un comportement à avoir. Je souhaite mieux pour toi, pour tes enfants.

Il espère qu’elle se ressaisisse, même si elle prend du temps pour cela. Peut-être que beaucoup voudraient la laisser sombrer dans la dépression, la laissant crouler sous la tâche de mère et kunoichi et bien d’autres choses encore. Cela est la solution des faibles, ceux qui ne font preuve d’aucune grandeur d’âme. Or, c’est ce à quoi il aspire véritablement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 21 Mai 2018 - 22:55
J'étais sur le seuil de la porte, prête à quitter cette pièce et disparaitre. Mais cela ne semble pas être son cas, il ne me laissera pas partir. Parce que je suis lâche, je l'écoute, me raccrochant au moindre instant avec lui alors que pourtant je sais pertinemment que tout est fini, non, en fait, il n'y a juste jamais rien eu. Mais une pensée me fait encore plus mal que toutes les autres... Il a fallu que ce soit moi qui la mette dans la conversation, il n'en parle pas. Il fait comme si tout cela n'était qu'entre nous, j'aimerai tellement que ce soit le cas... Mais le principal problème de tout ceci, c'est que justement...

Un ton las, je l'observe le visage neutre et le regard morne. Me mordant la lèvre pour une raison obscure, enfin qui doit l'être pour lui.

"Vous êtes en couple Hyûga-san, vous devriez arrêter de prendre des décisions sur des sujets aussi sensibles sans au minimum consulter votre moitié au préalable."

Qu'il ai Etsuko ne veut pas dire qu'il a un boulet au pied, qu'il vivra enchainé ce serait ridicule surtout au vu des missions à venir et celle qu'il sait déjà être la sienne. Mais n'importe qui d'un minimum responsable consulterait sa moitié et s'assurerait de son consentement avant de vouloir prendre des mesures aussi lourdes de sens et de conséquences.

"Il serait inconvenant que vous adoptiez les enfants d'une autre femme, alors que vous entretenez une relation. Elle souffrirait certainement d'une situation aussi ambiguë et pernicieuse. Même si elle vous a dit le contraire, ce don je doute sincèrement, vous avez pensé à son ressenti ? Voir l'homme qu'elle aime éduquer et aimer les petits d'une autre ? Perdre du temps qui pourrait lui revenir ou servir à votre propre repos à tenir des responsabilités qui ne vous incombent aucunement ?"

Une goutte... deux gouttes... Je serre tellement le poing, je me fais tellement violence que je me suis ouvert la paume... Rien que je ne saurais réparer avec mes talents même si le sol ne va pas trop aimer ce fluide vital qui le macule.

"Vous m'avez repoussé, je comprends et accepte vos raisons. C'est entièrement ma faute si je me suis fait abuser par des chimères créées et entretenu par mon seul esprit malade... "

J'ai beau essayer de rester digne, sans expression pour ne pas le manipuler, j'ai tellement peur d'être encore ce monstre qui joue sur ses sentiments... Mais sans m'en rendre compte, à force de serrer les poings et de me mordre la lèvre, je suis en sang... C'est malin... Des filets pas du tout subtils coulent de mes mains et de part et d'autre de mon menton.

"Laissez-moi faire le deuil de notre... de ma... de... de..."

Je déglutis, j'essaye de finir ma phrase, mais rien n'y fait. Le fait de partir de plus en plus droit vers une anémie n'aide pas, j'ai l'impression que ma gorge est terriblement sèche, comme si mon corps pompait toute l'eau possible dans mon corps pour alimenter mes yeux... Me laissant partir sur un début de crise de larmes alors que je me mets à tousser. La conne, j'ai réussi à avaler de travers c'était bien le moment... épuisée mentalement et physiquement, je tombe à genoux, les mains ensanglantées sur le visage pour cacher mes yeux laissant couler des larmes teintées de rouge et du sang fluidifié par les larmes le long de mon visage crispé par la douleur et toussant comme une malade au milieu de mes sanglots. De cette crise de pleurs teintés de rouge et en cœur entre râles rauques et une respiration étouffée par le chouinage et la toux violente.

Tu as gagné Chyryou, c'est une magnifique dernière et belle image à montrer à un homme c'est sûr... Bon au moins il va peut-être comprendre et partir cette fois-ci.

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Jeu 24 Mai 2018 - 9:01

La blonde ne part finalement pas et, sans se faire prier, continue la discussion. En couple ? Quelle surprise ! lui-même ne le savait pas. C’est qu’il aurait aimé être au courant, le bougre. Et qui est l’heureuse élue ? La kunoichi avait l’embarras du choix pour cela, allez simplement savoir qui avait-elle désigné pour cela. Probablement parlait-elle d’Etsuko, la jeune fleuriste ? C’est plus ou moins la seule femme avec qui il entretient une certaine relation si on met de côté Ina & son interlocutrice. La tirade de la femme devant lui se veut pleine de sens mais ne se repose cependant point sur des bases solides. Elle pleure mais c’est bien Takumi qui se lève et se tient debout face à elle.

En couple ? Mais que me racontes-tu là Chiryou ? Quant à mon repos, je ne saurais le trouver avant de pouvoir contenter tout le monde. Je ne fermerais pas l’oeil tant que tu ne seras pas satisfaite de ta situation, saches le.

Quel gentil garçon ! le Hyûga a clairement envie d’aider, ça crève les yeux. Mais son comportement étrange mêlant attitude passive et humour un peu foireux font bien souvent que soit on le prend pour quelqu’un de bien trop menaçant et froid, soit pour un guignol qui ne prend rien au sérieux. Dans un cas comme dans l’autre, cela ne reflète point la vérité sur l’individu qui regarde présentement la médecin, visiblement en proie à une souffrance bien spécifique. Au sol, elle lui semble complètement attaquée par le plus gros non-sens de sa vie. Qu’à cela ne tienne, les mystères sont faits pour être résolus. Après s’être baissé afin d’arriver à sa hauteur, il s’exprime en posant une main sur la tête de la jeune femme.

Pour commencer, essuies moi tout cela, ce n’est pas très élégant Chiryou.

Nettoyant les larmes et le sang sur son visage à l’aide de la serviette propre qu’il se trimbale h24, il continu sur sa lancée.

Ensuite, tutoies moi. Quelles chimères ? Tu es simplement une femme et je suis un homme, il arrive à tout le monde d’avoir un coup de chaud une fois de temps en temps, il ne faut pas en faire tout un plat.

Après avoir essuyé ce qui fait défaut au visage de la blonde, il se relève doucement avant de retourner s’asseoir. Visiblement, il n’a pas l’air plus préoccupé que ça. Cela lui passera probablement, elle doit être trop fatiguée et pète un plomb pour pas grand chose. Ce n’est pas qu’il n’aurait point voulu s’amuser avec elle mais actuellement il n’a clairement pas la tête pour ces choses là. Takumi est venu lui rendre une petite visite, certes, mais il a aussi comme volonté de veiller sur les deux petits chenapans qu’elle lui avait proposé d’adopter il y a de cela une semaine environ.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Jeu 24 Mai 2018 - 12:35
"Takumi tu... Je..."

Takumi... Tu es tellement... Je suis tellement prise de cours que je commence à rire, mes nerfs ne tiennent plus et c'est tellement gênant et ridicule que je ne sais pas comment réagir... Alors c'est ainsi... Bon, par contre je continue à tousser et le fait de rire à gorge déployée fait que je finis au sol à me tenir les côtés et les larmes aux yeux pour une tout autre raison. Ça en est au point qu'un des clones vient ouvrir la porte, fait un chuuuut et repart l'air courroucé. Résultat, j'explose encore plus de rires, mais avec une main devant la bouche. Il me faudra plusieurs longues minutes pour m'en remettre.

Je suis maintenant installé confortablement, entre-temps j'ai utilisé mes soins pour éviter de me vider de mon sang et me suis nettoyée. Je me change dans la grande pièce, pour la forme, j'utilise un paravent.

"Je suis certaine que tu es retournée ou au mieux tu fermes les yeux... N'est-ce pas ? Tu n'es pas drôle, tu sais ?"

Je dis ça avec une pointe de sarcasme et un certain d'humour, c'est typiquement lui d'agir ainsi n'est-ce pas ? Mais dans le fond j'aimerais qu'il regarde l'ombre qui se forme sur le fin rempart entre nous et se fasse des idées... Mais ce n'est pas son genre, c'est aussi pour cela que je peux me changer sans rien risquer et ça serait le cas même si je ne ressentais rien pour lui.

Cela aura mis du temps, mais je suis de nouveau fraiche et disponible, puisque monsieur est incapable d'abandonner ce qui est autant un avantage qu'un défaut, j'imagine que je ne peux pas simplement le supplier de me laisser en paix n'est-ce pas ? De toute évidence, je suis maintenant calmé, au moins en apparence en tout cas. Je tapote la place juste à côté de moi avec un sourire doux, je ne le regarde plus de manière si... Offensante ? La réalité est que j'ai arrêter de vouloir me vendre comme un morceau de viande, j'avais oublié un instant à qui j'avais affaire.

"Tu es le seul qui a encore la patience de me supporter."

Je lui prend le bras, colle ma joue sur mon épaule et m'assure que j'ai bien mis mes vêtements, qu'il n'y ai pas de provocation érotique, ce n'est ni le moment, ni mon envie. Décidément cette grossesse aura mis à mal mes hormones, mon esprit n'avait pas besoin de ça pour être dérangé de base, de toute évidence c'est la goutte d'eau.

"Puisque tu as eu la gentillesse de clarifier ce malentendu qui me rongeai, même si rien ne prouve su'il ne deviendra pas vrai à l'avenir... Je vais faire de même."

Je viens lui prendre la main, il me faut un long instant pour y arriver, mais je le regarde de nouveau dans les yeux. Même moi il m'arrive de ressentir de la gêne et après la crise qu'il vient de se coltiner c'est le minimum quand même.

"Je ne suis proche d'aucun homme comme je le suis avec toi. J'ai été jusqu'a porté une tenu qui frôle l'indécence juste pour que tu me regardes, que tu me remarques... Même si j'avoue avoir trouvé ça amusant avec le recul. Je t'ai demandé d'être le père de mes enfants, ce n'est pas par... Je recommence à tourner autour du pot n'est-ce pas ? Oui je le fais..."

Je ne sais pas trop quoi faire, mais j'en ai assez d'être lâche, j'en ai assez de jouer l'adolescente stupide qui attend en espérant que le garçon qu'elle observe finisse par la remarquer... J'ai envie de lui montrer, mon cœur bat à tout rompre et presque par réflexe je lui mets la main dessus. En d'autres termes, la poitrine, bravo Chichi c'est un échec total dans ta tentative de ne surtout pas le provoquer...

"Pardon... J'y peux rien si mon coeur se trouve là... Tu remarqueras que j'ai fait l'effort de mettre la main sur le tissu et non la peau directement..."

La touche d'humour potache prendra ou non en tout cas j'ai lâché tout de suite sa main pour faire pâte blanche qu'il la laisse ou non c'est à son entière discrétion, même si on se doute du résultat... Bref, cette plaisanterie de mauvais goût, c'est un réflexe conditionné et il sait pertinemment de quoi il en retourne il fait la même ! Enfin pour la partie second degré, le côté vaseux c'est ma touche personnelle. Bon, je commence un exercice de respiration, il va bien falloir que je me lance... Je... Je...

"Je... Je t'aime o... Takumi !"

Oh la sotte ! J'ai failli dire Onii-chan... Non mais quelle conne ! Vite, une touche d'humour stupide et avec un fond de coquin, cerveau je compte sur toi !

"Là, c'est le moment ou d'habitude je saute à tes lèvres... Mais je vais arrêter d'être aussi égoïste et le faire sans m'assurer que tu en as envie..."

C'est bon, ça manque de croustillant, mais je valide. Je me sens tellement libérée, comme si un poids immense m'était retiré du cœur et des épaules. Au moins, c'est fait, il ne répondra pas forcément positivement, mais l'ambiguïté est levée. C'est maintenant qu'il va se rendre compte qu'il va avoir bien du mal à contenter tout le monde... Mais ça, c'est son problème même si ça me désole d'en être la cause.

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 28 Mai 2018 - 5:51

Un balbutiement ? Que cherche t-elle à dire ? Rien, probablement. Parfois, il est bien mieux de laisser libre court à l’instinct et bien souvent ce dernier fait faire au corps des choses bien curieuses. Du moins, je n’ai aucune autre explication à apporter au rire qui la prend soudainement. Ce dernier m’interrompt d’ailleurs alors que je prend plaisir à savourer les nuances et les teintes des agréments disposés au sein de mon kiseru. Son comportement ne va pas en s’améliorant visiblement car c’est le sol qu’elle rencontre. Quelle étrangeté, les femmes resteront un véritable mystère pour moi. Quelques instants plus tard, elle se change et prend parole, ses mots me font d’ailleurs doucement sourire.

On ne peut rien te cacher Chiryou.

Bien évidemment, je ne cherche pas à zieuter ses galbes et les courbes propres à une femme telle qu’elle. Bien que les formes peuvent me faire tourner la tête à tout instant, je reste concentré et ce, du mieux que je peux. L’invitation lancée, je l’accepte avec un doux sourire. On peut lui reprocher d’être un peu… extrême par moment mais c’est bien une versatilité singulière dont elle fait présentement preuve. Les hormones, une fois de plus ? Je ne saurais vous dire, je me contente simplement de m’installer à ses côtés.

Ah, c’est que je suis probablement le seul qui tient encore à toi alors. avant de doucement rire.

Ce n’est pas dit méchamment, elle ne le prendra pas mal. Enfin… j’espère. Si la jeune femme décide de venir se coller contre moi, je ne cherche point à la repousser. Pour l’instant, tout m’a l’air fortement tolérable. Après tout, elle se contente de profiter de la chaleur d’un corps et rien de plus. Loin de vouloir faire de moi un gigolo, c’est un peu de tendresse que je lui offre, je pense. Visiblement, elle a quelque chose à me dire. Tant mieux car en ce moment, je suis plus du genre à discutailler qu’à vouloir couper en deux ceux que je croise. Adossé confortablement, je lui laisse dire tout ce qu’elle a à partager et raconter.

Ce n’est rien, continues je t’en pries.

Un peu de politesse dans ce monde de brute, que demander de plus ? J’apprécie effectivement l’effort de ne pas poser directement ma main sur sa peau, surtout si l’endroit se montre être aussi… révélateur que celui-ci. Qu’à cela ne tienne, je me contente de lui sourire en retour et de me servir du bras libéré pour la ramener délicatement contre moi. Après tout, il faut bien la mettre en confiance afin de la faire parler. M’enfin, vous me direz, la psychologie féminine et moi… Les mots sont donc lâchés peu après et c’est bien un vide qui me submerge sans crier gare. De l’amour ? Je… Je ne sais pas réellement quoi répondre à ça. Je suis obligé d’admettre qu’elle a trouvé le parfait moment pour me retourner le cerveau. Venu dans le but de veiller sur les deux futures terreurs et leur mère, je suis tombé dans un traquenard malsain puis me voilà face à elle, m’avouant ses sentiments après avoir bataillé pour. Ce qui est sûr, c’est que l’on ne s’ennuie point avec elle mais aussi que rien n’est jamais simple. Du moins, c’est ainsi que je le perçois. Me sauter aux lèvres, elle en serait capable la bougresse !

Je… Chiryou, je ne pense pas être en mesure de te rendre l’amour que tu me portes.

Pas pour l’instant du moins. Ne l’ayant pas forcément considéré comme une petite soeur ou un possible coup d’un soir, je voyais en elle ni plus ni moins qu’un médecin un peu déluré mais fidèle au village. Non, qu’est-ce que je raconte ? Je voyais, enfin je vois encore… Simplement ma Chiryou, ni plus ni moins. Cela ne s’explique pas vraiment, je présume. Loin de ne point vouloir son bonheur, je ne désire pas non plus la voir trouver chaussure à son pied sans mon consentement. CA, c’est de l’égoïsme. J’ai vraiment envie de ne pas penser cela mais mon corps me rappelle à la dure réalité des choses, me frappant doucement à la poitrine ou titillant mesquinement ma matière grise lorsque je l’imagine avec un autre homme. De la jalousie ? Je ne pense pas. De la possessivité ? Rien n’est moins sûr, en fait. J’essaye cependant de chasser cet étrange sentiment et lui répond sans trop tarder en posant doucement mes lèvres sur son front. À défaut de pouvoir la leurrer avec un baiser sans lui porter d’amour, je tente de lui montrer un protecteur bienfaisant en ma personne. Il est vrai que je ne désire que le bien des autres, dont le sien. Nul doute que la combler sera chose difficile mais le défi est relevé.

Contentes toi des choses simples et qui parlent d’elles-même, je préfère la délicatesse aux gestes brusques personnellement. en souriant.

Je ne sais pas ce que je raconte, je suis en totale improvisation. Mais bon, advienne que pourra comme on dit.

Tiens, parles moi des deux dormeurs veux-tu ? Ils sont très calmes si j’ai bien compris.

Changer de sujet peut être un bon moyen de chasser le malaise qui a pu s’installer au sein de la conscience de la blonde si jamais malaise il y a à présent. Je suis bien sûr curieux d’en savoir plus sur cet amour et la raison qui fait qu’elle ressente cela à mon égard, seulement… Oui, le bien des autres avant le mien, comme toujours.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Lun 28 Mai 2018 - 15:33
Il est probablement le seul qui tient encore à moi... Si on exclut ma famille, tu as tout à fait raison...Je me contente de le serrer plus fort, même si cette pensée me fait assez mal, il ne le dit pas à dessein, s'il le faisait il ne serait pas lui-même on va dire. Il m'offre tellement de douceur, de délicatesse, je suis au chaud et bercé par sa chaleur et le battement de son cœur si calme.

Il est temps, temps de le lui dire et je l'ai fait. Prenant un élan d'humour maladroit pour me sauver juste après, mais ce qui est fait est fait. Sa réponse, un jour il apprendra à dire des choses suffisamment tranchées, son besoin de ménager la chèvre et le chou rend ses paroles bien trop diplomate et pas assez claire. Pourtant je n'arrive pas à en lui vouloir, il a tellement raison de le faire que ça en est presque ridicule.

Une bise sur le front, il change de sujet... Bien tenter mon beau, mon tendre... Mais la je ne suis pas d'humeur à me laisser berner, même si cela rendait ce moment plus agréable et mon longuement déstabilisant. Maintenant que je me suis enfin forcé à t'avouer ce que j'ai sur le coeur, je ne peux pas me permettre de faire machine arrière. Sinon, qui sais quand ou si j'arriverai un jour à le faire de nouveau ? En fait surement, mais trop tard.

"Bien essayé... "

Je viens déposer un baiser sur sa joue, en lui caressant lentement le bras puis le torse... Par-dessus son kimono hein ?! Même si je serais curieuse de pouvoir mesurer son rythme cardiaque... Non en fait je meurs surtout d'envie de poser ma joue contre son torse nu, si chaud, si doux, si accueillant et d'être bercé par son cœur. Bref ! Enfin, j'ai beau avoir dit ça, une mère peut-être réellement refuser de... Et c'est qui la tricheuse hein ?!

"Des petits monstres qui ne se réveillent pas de la nuit et inquiètent leurs mamans. Pas un bruit s'ils ont le moindre problème, je dois m'assurer moi-même de leurs besoins et parfois j'ai tellement peur qu'ils... Que je me réveille juste pour vérifier qu'ils respirent encore. C'est horriblement angoissant..."

Cette pensée me fait tellement peur, qu'ils ont en permanence des clones avec eux maintenant, j'en perds le sommeil et l'appétit, inutile de dire que sans tricher avec du ninjutsu mon état serait assez pathétique et ferait même pitié. Mais je dois être forte pour eux, pour moi, pour nous. J'ai voulu les garder.

"Ils n'ont pas demandé à venir au monde... C'est à moi d'être forte, d'être vigilant, de les aimer, les protéger et de les entourer du cocon d'amour qu'ils méritent..."

J'ai tellement l'impression de me plaindre ou de demander à me faire plaindre... D'être une femme dira les plus mauvaises langues. Je vais m'assurer tout de suite d'éviter un malentendu, je connais un peu le loustic à force.

"Petit court de psychologie rapide : Un homme exprime généralement un problème dans le but d'obtenir de l'aide ou une réponse immédiate ou non, une femme plus généralement c'est dans un processus d'extériorisation et de dialogue. En version courte, si une jeune femme exprime un souci, cela ne veut pas forcément dire qu'elle souhaite que tu le règles, mais plus qu'elle souhaite que tu la soutiennes pour s'en remettre... Je te dis ça pour tes petites sœurs chéries et tout même si comme toujours il y a des exceptions et des nuances."

J'ai l'air crédible et maligne à lui dire ça d'un ton presque professionnel au milieu de ma propre séance de pleure et de révélation tien. Déformation professionnelle, chasser le naturel et il revient au galop. Quoi que je préfère encore ça au fait d'aller jouer un peu trop loin avec les limites de sa patience en question de sensualité et de rapprochement physique en fait. Bon, revenant en au sujet précédent.

"Toi aussi tu triches, parler de ses enfants à une mère c'est une technique déloyale... Mais c'est de bonne guerre et ça prouve encore une fois que tu es un bon père... "

Remarquon comme j'ai utilisé le présent et non le futur... Ou toute autre forme qui serait plus appropriée. Ah ! Moi qui pensais lui dire que s'il ne me choisissait pas il n'aurait pas de rapprochement avec les petits... Ce serait bête et méchant. Ils méritent un homme comme Takumi comme figure paternelle, il est tout ce dont je pourrais rêver pour eux et ses qualités compensent à mes yeux ses défauts. Enfin soit...

"Il faudrait que je soi relativement stupide ou aveugle et sourde pour ne pas t'aimer... Tu as encore la patience de me supporter malgré ce que je suis et les problèmes que je t'apporte. Je t'ai fait une crise qui mériterait un rappel à l'ordre brutal, pourtant tu n'es jamais allé plus loin que les menaces... Tu m'accueilles encore à bras ouverts, d'une main tendre, douce et compatissante en sachant pertinemment que je pourrais en profiter... Tu me fais même confiance malgré le fait que tu es tombé dans un piège ! Pas prémédité... Mais tout de même... Tu es une personne avec un sens de l'honneur poussé, sans laisser celle-ci aveugler tes valeurs et ta droiture... Tu es prêt à t'oublier et à te sacrifier, à partir au bout du monde pour défendre ce en quoi tu crois et même si tu ne te l'avoues pas, ceux que tu aimes."

Je n'ai pas la moindre gêne à dire cela, je ne pense pas que je n’en aurai plus jamais à exprimer ce que je pense de lui... Pas plus que j'en ai à lui caresser la joue avec la paume de ma main et à le regarder droit dans les yeux, le regard brillant d'une lueur intense, comme enflammé d'un amour intense et d'une admiration légèrement trop pousse à son propre goût j'imagine.

"C'est le moment où tu va trouver un contre argument à chacune de mes phrases par modestie et me dire que tu n'es pas certain de pouvoir t'occuper d'une femme, surtout à cause de tes obligations, n'est-ce pas ? Premièrement, l'amour, ça ne se contrôle pas, je t'aime point. Deuxièmement, je suis consciente du fait que tu as aussi des défauts, j'en ai aussi comme tout le monde. Personne n’est parfait, mais tes qualités et mon amour font largement pencher la balance en ta faveur que tu l'acceptes ou non. Troisièmement, si tu n'avais pas d'obligations, de travail, alors tu ne serais pas le Takumi que j'admire, adore, aime tout simplement."

Je me retiens tellement de l'embrasser que j'en ai les muscles crispés et qui tremblent, je lorgne régulièrement sur ses lèvres en transpirant... Autant dire que c'est un gros effort de volonté, mais je dois le faire, non, j'en ai envie... Si je le contrains, alors j'ai perdu, je dois accepter le fait qu'un amour ou des sentiments à sens unique ne feraient que le blesser davantage et moi aussi. Mais c'est quand même dur !

"Je suis aussi une Kunoichi, j'aurais aussi mes devoirs et mes obligations... Tu n'as pas à être présent à chaque instant, je ne souhaite pas plus que cela obnubiler tes pensées ou tes sentiments. Tu es beau et merveilleux dans ta liberté... "

La volonté finie par l'emporté sur le sang chaud et l'impulsion, j'arrive à rester concentrer sur ses yeux, l'envie fait place à la tendresse, mes muscles se détente et mes pensées se clarifie. J'ai agi en boulet qui le retenait, je ne veux pas qu'il soi un oiseau en cage, juste qu'il se rende compte qu'il y aura toujours un nichoir chaud et accueillant pour l'accueillir quand il le souhaitera.

"Ce n'est pas un contrat, je ne vais pas te mettre une laisse au cou... En plus ça ne t'irait pas du tout. Ce que je te propose, c'est de fonder un foyer où tu pourras revenir quand tu le souhaiteras, quand tu en auras envie ou besoin pour te ressourcer. Ce ne sera pas une contrainte et jamais je ne m'énerverai simplement parce que tu ne passes pas ton temps libre avec nous. Une famille pour t'accueillir, te rendre la tendresse et la chaleur que tu offres si généreusement à tous. Je te demande juste de m'aimer, au moins un peu, a aucun moment j'ai exigée d'être la seule et unique."

Bon, on ne change pas une équipe qui perd... Il faudra toujours que j'archive à coller une notion ambiguë et malsaine dans tout ce que je fais ma parole... Si je n'étais pas trop occupé à retenir mon souffle pour attendre sa réponse, je me mettrais une gifle. Je viens tout de même de lui dire joyeusement que je suis tout a fait prête et capable d'accepter le libertinage ou la polygamie tant qu'il m'aime au final... Accepter les miettes ? Ce serait stupide de penser ça, Takumi n'accepterait jamais de ne donner que des résidus de sentiments à une élue, comme pour tout il s'assurerait de répartir équitablement en débit du bon sens et de sa propre santé mentale et physique. À bien y réfléchir, en fait non c'est très bien comme ça. OUI j'accepte de ne pas être seule, OUI ça m'irait tant qu'il me soutient, me donne un peu de son temps et s'occupe de ses enfants... Présents et à venir. Quitte à faire une bêtise, autant assumer jusqu'au bout...

"Tu as très bien compris... J'accepterai sans sourciller le libertinage ou la polygamie si c'est ton choix et parce que c'est aussi le mien, pas par obligation. Je ne compte ni mettre ton cœur, ni ton corps en cage, tes seules limites seront celles que tu t'imposeras et soyons lucide, tu finiras par le faire, tant que ce sera de ton initiative et les assumes, ça sera bon. Tans qu'on y est, des suggestions ? Des questions ? Autre chose... Je n'attends ni ne demande de réponses immédiates, évidemment si tu mets trop de temps à réfléchir ça serait problématique, mais ce n'est pas une question de minutes ni d'heures."

Je remet ma main au niveau de son cœur, jouant avec le rebord de son vêtement, puis avec un petit regard implorant lui indique mon envie des plus forte de déplacer le pan de tissus et placer mon visage contre son cœur directement... Sans tentative déplacée évidemment.

"Je peux ?"

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Jeu 31 Mai 2018 - 13:10

Visiblement, ça ne passe pas vraiment mais qu’à cela ne tienne, j’aurais au moins essayé. J’espère simplement qu’elle n’espère pas un rapprochement plus accentué que celui-ci, peut-être ai-je mal agis ? Décidément, je ne suis pas doué. Mais qu’importe, il faut aller de l’avant et c’est bien ce que je compte faire, c’est ce que j’ai toujours fait de toutes manières. Des monstres silencieux, voici ce que représentent les jumeaux. Petit sourire au coin des lèvres, je ne peux m'empêcher de doucement soupirer. Les bonnes femmes trouvent toujours un moyen de s’inquiéter, c’est quand même fou.

Tu t’inquiètes pour très peu Chiryou. Et puis, tu n’es pas la seule à veiller sur eux. Malgré tout, je peux comprendre tes craintes. Enfin, je crois…

Avoir un enfant dans le ventre durant près d’une année et devoir s’en occuper par la suite, je ne ressentirais jamais cela, c’est sûr. Mais je pense pouvoir être apte à saisir la nature de ses peurs vis-à-vis de ses petits. Après tout, je suis un défenseur de la Roche. Je ne verrais jamais les choses de la même manière qu’elle, du moins pas exactement. Il y aura cependant toujours des nuances entre ce que nous pourrons ressentir, ce n’est pas un secret. J’écoute d’une seule oreille son discours sur la psychologie, je n’ai jamais été assidu pour ce genre de choses. Si j’ai bien saisi, elle veut simplement de l’aide. Si ce n’est pas ça, ma situation ne fera que s’empirer mais bon, suis-je réellement à ça près ? Je ne pense pas non.

Un bon père ? Mais je ne m’en suis pas encore occupé. Ou alors je ne suis pas au courant !

C’est vrai quoi, j’ai à peine tenu ses enfants dans les bras. Enfin, je les ai aidé à sortir aussi et j’ai veillé à leur bien-être. Mais ça, n’importe qui l’aurait fait à ma place, non ? La suite ne m’incommode pas mais si ce qu’elle dit est bien vrai, je n’ai pas grand chose à ajouter. Elle a assez bien résumé la situation je pense. L’exubérance gravée dans son regard quand elle vient déposer sa main est criante. Elle me bombarde d’arguments qui se valent tous, je me dois de l’avouer et de le reconnaître. Beau et merveilleux dans ma liberté ? C’est plaisant à entendre. Mais attendez, n’essaierait-elle pas de m’acheter en flattant mon ego ? Que la réponse soit positive ou négative, cela fonctionne. Je ne suis qu’un homme et j’ai mes faiblesses, mes vices. Comme tout le monde.

T’aimer, au moins un peu ? Tu l’as dit toi-même, l’amour ne se contrôle pas. Aussi, fonder un foyer ? Si je ne ressens rien, je n’en ai pas envie Chiryou. Cela ne serait bénéfique pour aucun de nous deux, ça me semble évident.

Sa dernière phrase m’interpelle et je plisse un sourcil, un peu circonspect face à l’annonce et la proposition qu’elle me fait présentement. Une étrangeté à laquelle je ne peux que m’intéresser. Du moins, ce serait le cas si je n’avais pas grandi depuis ma vie au poste de police n°12. Je tâcherais simplement d’être le plus juste possible, peu importe la situation dans laquelle je pourrais me fourrer, y compris cette histoire de… polygamie.

Je suis dans l’obligation de refuser ta proposition, pour l’instant du moins. Non pas que tout cela soit précipité… Enfin, si ça l’est. Au-delà de tout ça, je te l’ai dis précédemment et en m’appuyant sur tes propres propos : les sentiments ne se commandent pas et je n’ai rien à t’offrir de ce côté.

Évidemment, pour elle comme pour moi, je ne désire pas faire la langue de bois ici. Reporter une interrogation ou un problème ne les résout jamais. Peut-être est-ce ce que je suis présentement en train d’accomplir, sans le savoir… Une énième invitation lancée, que répondre si ce n’est par la voie de modération ?

Je pense qu’il faut que nous fassions preuve de... parcimonie en ce qui concerne les contacts physiques. À vrai dire, je ne souhaite pas te blesser et ce, d’une quelconque manière. Aussi bien moralement que physiquement. C’est pour cela que je ne peux accéder à tes requêtes, j’espère que tu le comprend Chiryou.

Autant jouer la carte de la sincérité complète, je ne suis pas très bon calculateur en amour et suis même un idiot fini. Maintenant, à voir comment cela va continuer. Peut-être ai-je dit un mot de travers et que le sens de mes phrases serait mal pris, auquel cas me voilà bien dans un bourbier certain !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Shuuchuu Chiryou
Shuuchuu Chiryou

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] Empty
Jeu 31 Mai 2018 - 13:59
"On n'est jamais au courant avant que cela ne nous tombe dessus."

Enfin soit, c'est une phase dérisoire par rapport à tout ce qui arrive. Du début à la fin, j'ai été stupide. Il a beau jouer les médiateurs et plaider haut et fort qu'il ne sait pas ce qui arrive, c'est de plus en plus évident et c'est juste moi qui me rends plus aveugle que je ne le suis. Il plaide encore et toujours la même chose, mais au final la réponse est toute simple : c'est impossible. Il a beau avoir dit qu'il n'est pas avec Elle, cela semble à bien réfléchir la meilleure réponse au problème donnée. Quel homme normalement constitué repousserait aussi longtemps une personne soi-disant pour son bien, si ce n'est parce qu'il en aime une autre ?

Etsuko a déjà gagné son coeur, continuer de jouer les innocents et nier l'évidence en devient risible et indigne de lui, c'est moi qui le force à se tourner en ridicule ce qui me fait encore plus mal... Il nous aurait évité bien des problèmes s'il avait eu la décence d'au moins le dire clairement au début. J'aurais eu mal, mais moins que de le voir jouer avec moi comme un chat joue avec une souris... Le pire c'est qu'il ne se rend même pas compte lui-même qu'il joue avec mon coeur et mes sentiments en essayant de ménager la chèvre et le chou. Un refus et une cassure net auraient été préférables, il continue d'utiliser des paroles mielleuses et de sous-entendre inconsciemment qu'il y a encore de l'espoir...

Mais je me rends à l'évidence...

Il n'y en a aucun et cette vaste mascarade ne fait que me détruire de plus en plus, chacune de ses phrases est comme un coup de plus alors que je suis déjà à terre. Puisqu'il ne peut se décider, il va être temps qu'un des deux parties clos le débat avant que ça n'aille trop loin, je suis déjà pathétique et détruite, je ne vois pas trop comment je pourrais aller plus bas, mais si j'ai appris une chose de la vie, c'est que ça peux toujours être pire... Il vient de me le rappeler de la plus cruelle manière possible.

"Tu as raison, je vais aller me reposer et laisser mes petits à mes parents. Un peu de temps pour moi, ça me remettra les idées en place..."

Si je lui dis directement ce que j'en pense, il va s'accrocher encore plus tant que la fin ne sera pas satisfaisante à son goût et je suis lasse de tenter de construire des fondations branlantes qu'il broie immédiatement derrière en boucle... Je suis fatiguée, tellement fatiguée... Mes muscles se relâchent comme tout mon corps en fait. Maintenant que je ne lutte plus je ne fais même plus semblant de rien, encore moins d'allers bien.

Je lâche prise, mon esprit s'embourbe, se laisse emporter au fond du gouffre. Je n'ai plus la force de lutter, alors je laisse le courant de mes émotions m'emporter vers la douce entropie.

"Merci pour tout... Portez vous bien"

Je ne vais même pas jusqu'à ma chambre, je me contente de m'endormir sur place... Au point où j'en suis ici ou ailleurs. Quand il se sera lassé, il partira, lui aussi a besoin de repos et sa fleuriste reviendra hanter son esprit à un moment donné ou un autre le faisant aller voir ailleurs s'il y est.

Tu ne t'en rendras pas compte, mais c'est certainement la dernière fois qu'on se voit... C'est mieux pour toi, pour ELLE, pour nous... Pour tous.

Adieux, soit heureux.

_________________
Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi] WQ9AV
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 https://www.ascentofshinobi.com/u573

Le calme après la tempête. [PV : Hyûga Takumi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: