Soutenez le forum !
1234
Partagez

[C/Libre] Racines

Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Sam 9 Juin 2018 - 18:08
Planque, trou à rats, lieu de rencontre un peu douteux (pouvant donner naissance à des organisations tout aussi douteuses) à la limite… Mais l’Arbre-Monde avait un peu plus qu’une lugubre taverne creusée à l’intérieur d’un tronc titanesque à offrir. Effectivement, à l’étage se trouvaient quelques chambres de fortune, et encore au-dessus – ou même, en dessous – devaient encore se trouver d’autres choses… C’était dans l’une des chambres que séjournait le dernier trio de Seichi restant sur place. Et la raison de leur présence n’était pas anodine ; le prince les avait chargés d’une mission : s’approprier les lieux et en faire une machine à sous et à informations.

Car, si cette affaire marchait si bien, c’était surtout grâce à l’emplacement de cette merveille de la nature et à son imposante présence. De fait, au centre du Grand Continent, dominant la forêt qui jonche la capitale, c’était un lieu immanquable pour les voyageurs qui affluaient habituellement en masse dans le coin.

Au crépuscule, dans la chambre volontairement inéclairée, la suite des évènements se profilait. Shima était assis sur un vieux coffre, juste en face du mur. Mur auquel était adossée Katsuko, mains et jambes ligotées, évidemment. Mais, même si c’était tout comme, ils n’étaient pas que deux dans la pièce : Shinoishi s’affairait dans son coin. Il frottait la lame de sa dague avec un tissu propre pour la nettoyer, gardant toujours un œil sur la petite teigne en face de lui.

« Planifier la mort de cet homme dans son propre établissement… c’est assez cocasse, tout de même. »

Oui, bon, il s’emportait un peu, bien sûr. Simplement, c’était plus amusant pour lui de tuer que de convaincre. Grâce à leur informatrice qui n’était autre qu’une serveuse de l’établissement, ils avaient appris que le patron n’était pas loin du tout… juste au-dessus, précisément. Enfin… juste… c’était quand même la cime d’un – si ce n’était le plus grand arbre de la forêt. Quoi qu’il en soit, il leur manquait tout de même une information : comment se rendre là-haut ?

S’il y avait un ascenseur ou un escalier, il était très bien caché. Ce qui ne leur laissait qu’une solution possible.

« J’imagine que nous n’aurons pas le choix… Qu’est-ce que c’est agaçant… »
Soupire-t-il avant de se lever après avoir enfilé ses sandales.

Il ouvrit le coffre dans lequel se trouvaient plusieurs bourses ; celles remplies de pièces et de bijoux qu’il avait ramenées de Kaze no Kuni. Ses mains les caressèrent, les tâtèrent comme celles de la michetonneuse essayaient de tâter celles de Kadachi. Au fond, il n’était pas si différent d’elle ; l’argent primait sur tout, à la différence près que Shima avait d’autres moyens que ses charmes pour se remplir les poches…

« Quel gâchis… Ne pourrions-nous pas régler ça plus simplement et rapidement… à ma façon ? »
Il jouait avec sa dague dans sa main en se tournant vers l’Ameko, un sourire sadique aux lèvres.

Quant à la captive, elle n’avait certainement pas son mot à dire, il n’avait donc à lui adresser aucune parole autre qu’un ordre. Même s’il ne la perdait pas du coin de l’œil ; on n’était jamais assez prudent avec ce petit cauchemar sur pattes.


Dernière édition par Asaara Shima le Jeu 5 Juil 2018 - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[C/Libre] Racines Empty
Lun 2 Juil 2018 - 0:48
Katsuko attendait dans son coin qu'on daigne la détâcher. Elle souffrait un peu, dans une position peu agréable qui ne la laissait pas vraiment se reposer. Elle s'était faite avoir comme une débutante, incapable de réagir en découvrant que Shima n'était pas seul là où elle pensait le trouver. Et voilà qu'elle se trouvait à nouveau à sa merci. C'était rageant, mais elle se contenait. Elle devait patienter, faire la mission qui semblait leur avoir été donnée. Peut-être que cela permettrait sa libération, qu'elle retrouve sa liberté. Enfin, c'était plus un rêve qu'autre chose actuellement puisque le jeune homme parlait à son collègue sans montrer le moindre intérêt envers sa prisonnière.

L'Asaara montrait clairement un mépris pour elle qui n'avait d'égal que son égo incommensurable. C'était navrant. Alors qu'elle se faisait cette réflexion, Shinoishi, l'autre homme du groupe, fut appeler. Il sortit de la pièce en coup de vent après avoir dit qu'il revenait, laissant le duo kazejin en tête à tête. Elle releva la tête vers son geôlier, un air un peu amusé sur le visage.

« Bon... On dirait que notre bon prince lui a trouvé une autre occupation, alors, je peux être libérée et on discute autour d'une table sur la manière que tu proposes pour qu'on règle ce problème ? Comme des gens civilisés quoi. Ou tu tiens absolument à me garder dans cette posture pendant toute la mission ? »

Elle se trémoussa un peu, essayant de montrer son ennui, alors que la porte se rouvrit, laissant apparaître un Shinoishi qui regarda quelques secondes Katsuko puis Shima de ses yeux vides, derrière son masque, avant de se décider à parler.

« Je ne vais pas pouvoir vous aider, le prince m'a donné un autre but. Je te laisse t'occuper d'elle, Venus. J'y vais. »

Sans plus de cérémonie, l'homme aux cheveux courts se retourna et ressortit, les laissant encore une fois en tête à tête. Neiko regarda à nouveau Shima, un peu amusée.

« Donc ? On fait quoi ? On se lance ? Tu es d'avis d'y aller en douceur ou non ? Si on y va avec ta méthode qui, je ne doute pas, sera efficace, on ferait mieux d'aller vérifier s'il a des héritiers auparavant, non ? Histoire d'éviter une embrouille avec la seigneurie. On peut toujours s'en servir comme appuis pour faire céder notre bon aubergiste si jamais il refuse de nous vendre l'auberge. Enfin, après, je te laisse voir ce que tu veux faire. Après tout, mon avis ne semble pas trop te préoccuper. »

Elle avait un petit sourire amusé, regardant Shima, attendant son verdict.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Jeu 5 Juil 2018 - 22:42
La lumière rudimentaire constituée d’une simple bougie allumée mêlée au bruit du bois grinçant donnait un air malsain à la pièce lugubre. Plus malsain, même, qu’il ne l’était déjà avec la jeune femme ligotée dans un coin et la discrétion indiscernable de Shinoishi dans l’autre. Si discret, même, qu’il disparut mystérieusement. Soit, qui avait besoin de son aide, de toute façon ? Bon, c’était plutôt un loup solitaire, alors peut-être préparait-il son propre plan dans son coin.

Shima soupira. Parce que, mine de rien, se retrouver seul, c’est se retrouver seul avec la captive. Celle qui l’insupportait, qui osait encore le pousser à bout et se jouer de lui malgré sa condition. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle savait bien qu’il ne pouvait pas s’amuser d’elle comme il l’entendait. Quelle frustration…

La voyant se trémousser comme les serveuses de cet endroit et surtout faire du bruit, il n’eut d’autre choix que de la détacher. Cependant, si ce n’était pas par un assaut physique, c’était par un regard qui en disait long qu’il fit comprendre à la goule qu’elle n’avait pas intérêt à profiter de la situation. S’il la libérait, c’était parce qu’on lui obligeait, pas par pitié ou quoi que ce soit. Bien au contraire même, il l’aurait bien laissée croupir là.

Vénus leva un sourcil en l’entendant exposer ses idées comme si elle avait son mot à dire.
Un rire léger et étouffé lui échappa.

« Des… héritiers ? Haha… Quelle naïveté. »

Et, alors que leur conversion s’allongeait, des bruits de pas se firent entendre dans les escaliers. Aussitôt, le blond porta sa main sur la bouche de Neiko pour la faire taire. Ainsi, ils attendirent dans l’obscurité que les bruits se rapprochent : des rires, des mots doux et d’autres… moins doux.

« Viens par là, que je te retourne comme une vulgaire chienne, toi aussi. »

Plaisanta-t-il (ou pas ??) en imitant la conversation impromptu qui s’offrait à eux derrière la porte pour lui arracher son sourire sûrement amusé des mots osés que s’échangeait le couple en approche. Il l’attrapa par le bras et vint la coller au mur derrière la porte, lui faisant comprendre avec sa dague qu’il posa sur ses lèvres qu’elle devait rester là sans faire de bruit. Quant à lui, il se rassit sur le coffre avec légèreté, léger rictus aux lèvres.

Si elle n’avait pas idée de ce qui était en train de se passer, ce n’était pas le cas de Shima qui attendait patiemment une chose : que la porte s’ouvre.

Et c’est exactement ce qui arriva ; lorsqu’une main féminine tourna la poignée et se présenta à la porte, la voix de l’homme qui lui déposait de passionnés baisers dans le cou s’éleva :

« Q-Qu’est-ce que ?! Ah… Ahah… petite cachottière, tu ne m’avais pas dis que c’était un plan à trois… »

La demoiselle entra habillée en tenue de soubrette et vint se placer à côté de l’Asaara, ce qui ne manqua pas de charmer les yeux de celui-ci, avant qu’ils ne viennent se porter sur le jeune homme.

« Bon travail, Nanami. Malheureusement mon ami, il y aura changement de programme ce soir… Neiko-chan, ferme-moi cette porte, nous avons un invité de marque… le digne héritier de Monsieur Kobawashi. »

Le jeune homme perdit son sourire pervers, lui qui s’était fait entraîné par la séduisante serveuse jusqu’ici : il s’était fait berner. S’infiltrer et se faire des informateurs ici avait été si simple… Enfin, rien d’étonnant pour quelqu’un comme le prince.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[C/Libre] Racines Empty
Lun 9 Juil 2018 - 11:26
Katsuko regardait Shima de son air narquois habituel quand elle était satisfaite et qu'elle se sentait en état de se moquer de son camarade de discussion. Ce dernier ne semblait d'ailleurs pas apprécier être en tête à tête avec elle, les paroles de la demoiselle semblant lui déplaire tout particulièrement. Elle ne comptait pas le pousser à bout cette fois-ci cependant, même si découvrir les limites de son geôlier aurait été intéressant. Ils avaient une mission à mener à bien, et rien ne saurait perturber plus longtemps Neiko et la faire rater cette énième mission. Après tout, si elle avait survécu jusque là, c'était bien grâce à son efficacité sans faille pour mener ses missions et autres ordres à bien.

Alors qu'elle venait de terminer sa question, elle vit Shima lui faire un air un peu amusé. Il semblait savoir quelque chose qu'elle ignorait encore, riant même un peu. S'il ne partageait pas ses informations, alors à quoi servait la présence de la jeune vampirette ?.. Elle soupira un peu, attendant donc qu'il se décide à les lui offrir. Si cela ne venait pas de lui, alors rien de ceci ne serait utile et n'aiderait à avancer dans le bon sens. Celui qui les mènerait à la possession de la taverne. Du moins c'est ce qu'elle se disait, maintenant qu'il l'avait libéré de ses entraves. Des bruits de pas se firent finalement entendre suivis d'échanges plutôt directs et on ne peut plus clairs entre un homme et une femme, voix de la femme qu'elle reconnu comme étant celle de la serveuse.

À ce moment là, Shima l'attrapa d'un seul coup et lui fit une remarque qui déplu fortement à la jeune femme. Alors qu'elle allait lui répondre avec férocité, ce dernier lui posa une dague sur les lèvres. Un contact froid mais assez clair dans l'intention, elle devait se taire. Se mordant la lèvre jusqu'à le sang visqueux coule dans sa bouche, elle se força à garder le silence. Encore une fois, elle n'était pas en position de force. Il s'écarta alors, se mettant face à la porte. Qu'est-ce qu'il voulait au juste ?! Elle venait à peine de se poser la question qu'elle vit la poignée de la porte tournée et le couple se murmurant des monamour pénétra dans la pièce. Katsuko resta alors silencieuse tandis que le jeune homme perdait son sourire en entendant les paroles de Shima.

Silencieuse, toujours dans l'ombre, Katsuko n'avait pas fait le moindre bruit, pas même un souffle. Elle poussa alors la porte à l'ordre de son "supérieur hiérarchique" actuel, un peu ennuyée. C'était donc ça son plan, utiliser une des putes qui faisaient les serveuses ici pour attirer l'homme. Car oui, c'était bien comme cela que le jeune demoiselle aux cheveux roses voyait cette Nanami debout à côté de l'Asaara, une pute prête à tout pour un peu d'argent, y compris attirer un homme dans un piège qui pouvait éventuellement lui coûter la vie.

Fermant la porte donc, Neiko resta devant cette dernière, s'y adossant les mains derrière le dos. Elle soupira alors un peu, attendant la suite. Elle n'avait pas autorité, n'était qu'une exécutrice sur ce plan. En gros, elle n'avait pas grande importance ni rôle à jouer, elle devait juste s'assurer qu'il ne s'enfuit pas. À vrai dire, la chose était simple, et c'est bien cela qui ennuyait Katsuko. Quitte à ce qu'on la fasse travailler, qu'au moins on lui donne quelque chose d'intéressant, qui met en jeu ses capacités. Pas une blague de ce genre.

« Sois mignon, monsieur l'héritier. J'ai pas envie de perdre plus de temps que nécessaire. Je compte sur toi pour que tout se passe bien et que je n'ai pas à utiliser des jouets que tu n'apprécierais pas. »

Elle se tut alors, attendant que Shima fasse son discours et décide comment il allait s'y prendre exactement, lui préparant le terrain en mettant l'ambiance au clair dès le début.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Mer 11 Juil 2018 - 14:37
« Na… Nanami-san ?! »

Le jeune homme regardait sa “conquête” du soir avec un air incompréhensif. Évidemment, il ne comprenait pas encore dans quel piège il était tombé. Comment aurait-il pu se douter qu’une des jolies serveuses de l’établissement de son père qu’il fréquentait – l’établissement, et les jolies serveuses (son père beaucoup moins) – régulièrement pouvait le mener ainsi en bateau ?

La demoiselle se dandinait aux côtés de Shima attirait évidemment le regard, mais, malgré la proximité de cette pu… euh, beauté diabolique, le charmantissime Vénus n’y toucherait pas. Elle appartenait au prince, question de principe. Depuis que la porte s’était refermée dans l’ombre d’un troisième acteur à cette scénette, l’héritier se faisait dessus : son corps et sa voix tremblaient.

« Pas de panique l’ami, si tu fais tout comme je te le demande, personne ne sera blessé. »

Malgré ces paroles rassurantes, le jeune homme prit peur en voyant Shima se lever puis s’approcher de lui. La poule mouillée tenta donc de prendre la poudre d’escampette en rebroussant chemin vers la porte, mais c’était sans compter sur Katsuko qui gardait celle-ci ; à la vue de son visage terrifiant et de ses dents de vampire, il sursauta à nouveau et se figea.

« Voyons… Tu ne vas tout de même pas nous faire faux bond ? Ce ne sera pas long, après tout, n’étais-tu pas prêt à donner une heure de ton temps à cette femme… ? »

Par dessus son épaule, il passait sa dague sous son cou en lui susurrant ces menaces, attrapant en même temps ses poignets de sa main libre afin que Nanami qui s’était saisie des cordes de Katsuko vienne les lui ligoter. Il pleurait. C’était un pisseux, un fils à papa incapable de se porter par lui-même généralement accompagné de gardes du corps – sauf pour séduire – ce qui en faisait une cible extrêmement aisée.

« Bien, Nanami, tu peux disposer. »

La jeune femme quitta la… Non, le bras de l’Asaara la retint.

« Rends. »

Grinçant des dents d’abord, puis souriant pour on-ne-sait quelle raison, la brune sortit une bourse de son soutien-gorge et la rendit à son propriétaire avant de partir sous le regard à la fois meurtrier et amusé de Shima.

Attrapant son nouveau captif et otage par la peau du cou, Shima le traîna jusqu’à la fenêtre qu’il ouvrit. Dehors, dans la pénombre, deux nuages de sable flottaient dans les airs. Vénus installa son otage à qui il avait bandé la bouche afin qu’il arrête de gémir sur l’un et prit place sur l’autre.

« Ah, au fait, j’espère que tu sais marcher sur les murs. »

Demanda-t-il à sa coéquipière (très) temporaire, avant que les deux plateformes ne prennent de la hauteur.

Infos:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[C/Libre] Racines Empty
Ven 13 Juil 2018 - 14:19
Katsuko gardait un silence total. Elle avait mit l'homme en garde, c'était maintenant à Shima de faire le travail. Si elle l'ouvrait un peu trop, elle risquait de faire foirer la mission, et ça, plus qu'une rancoeur de Shima à son égard, ça la dégoutait. Rater une mission. Quel genre de sous-homme fallait-il être pour parvenir à rater une mission donnée ? Une race qui ne méritait pas de vivre en tous cas. C'était bien là le domaine sur lequel Neiko était intraitable. La victoire ou la mort étaient les seules échappatoires d'une mission à mener à bien. La défaite n'était pas permise. Elle n'était pas envisageable. Pas même imaginable. Elle commençait une mission, elle la réussissait. Et ceux pour qui ce n'était pas le cas ne méritaient que la mort.

Impassible, elle attendit donc que Shima ordonne à Nanami de les quitter après lui avoir fait rendre la bourse de Vénus. Elle était déjà payée pour son travail mais cette garce en voulait plus, hein ? Qu'importe à la vampirette, elle n'avait plus le moindre ryo, son coffret ayant été confisqué par l'Asaara à leur arrivée quelques jours plus tôt. Ce ne serait pas elle qui se ferait voler.

Elle regarda son acolyte se saisir de leur captif et se mit à sortir de la chambre par la fenêtre, utilisant des plateformes de sable qui lui permirent de grimper. Cet enfoiré n'en avait même pas fait pour elle ? Quel connard... Elle soupira puis fit quelques mudras. Ses ongles se couvrirent alors de sang, s'allongeant grandement pour former des griffes tandis que deux pointes de sang vinrent coiffer la pointe de ses pieds. Ainsi équipée, elle put sortir de la pièce par le même endroit et se mit à grimper, plantant griffes et pointes dans l'arbre pour l'escalader avec une certaine dextérité. Les chats étaient de grands athlètes, y compris en escalade, Neiko ne faisait pas exception.

Avec son agilité naturelle, sa légèreté et son énergie, la jeune femme n'eut aucun mal à rester au même niveau que l'Asaara pendant un moment, mais fini par prendre un léger retard lorsqu'ils dépassèrent le troisième quart de la hauteur totale de l'arbre. Ils approchaient, et finalement, le bureau en question apparut dans leur champ de vision, entre les branches du feuillus immense. Accélérant un peu pour la dernière ligne droite afin de ne pas avoir de retard, la demoiselle se plaça juste derrière Shima après s'être rétablie sur la petite plateforme d'entrée de la cabanette à la force de ses bras seulement. Se remettant debout et s'époussetant à côté de l'homme qui était monté sans le moindre effort, elle régulait sa respiration pour donner une impression de parfaite maîtrise. Elle ne voulait pas qu'il voit qu'elle était fatiguée après cette dure montée. Elle ne voulait pas lui offrir ce plaisir. Elle ne le lui donnerait pas.

« Alors, Vénus ? On entre en douceur ou d'une manière plus agréable ? »4

Elle le regardait avec un petit sourire amusé, attendant la permission pour défoncer la porte en éclatant les gonds d'un seul coup de katana rapide et précis, la méthode la moins fatiguante pour un résultat net mais fracassant. Si toutefois il lui refusait ce plaisir, elle le laisserait faire comme bon lui semble, auquel cas elle n'aurait pas à utiliser son chiton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Sam 14 Juil 2018 - 15:04
Bien qu’il ait – en toute conscience – laissé Katsuko se démerder pour grimper l’arbre, Shima l’avait attendue à la cime. Leur entrée était un élément important de la mission après tout, ils ne pouvaient pas se permettre une arrivée chaotique ou trop hostile pour quiconque se trouvant dans ce bureau. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Shima n’était pas surpris d’avoir vu la vampirette grimper de la plus bestiale des façons en laissant quelques traces dans le tronc.

« Eh bien, ce n’est pas exactement ce à quoi je m’attendais en parlant de “marcher sur les murs”, mais ça ne m’étonne pas plus que ça. »

À vrai dire, il savait très bien que l’on n’apprenait pas ce genre de techniques au Colisée, il était né à Kaze lui aussi, après tout.

Il lui tournait le dos pour faire face à la porte, mais avait une ouïe assez fine pour remarquer qu’elle ne haletait pas. Une vraie bête. Tant mieux, puisqu’il n’avait aucune certitude sur ce qui les attendaient ensuite.

« Non, un peu de classe, pour une fois, voyons… Bellone. »

Bien que l’idée de défoncer la porte à coup de pied le fit sourire, il savait qu’il valait mieux faire preuve de calme et de bon sens afin d’exécuter le plan dans les meilleures conditions – sans faire de scène, c’est-à-dire. C’est ainsi avec tact et dextérité que Vénus tourna délicatement la poignée.

L’intérieur n’était pas aussi fourni que ça, c’était plutôt dans l’esprit des lieux : un espace peu dénaturé par les luxueuses moquettes et les canapés en velours. Bref, tout ce bois décrépit n’était clairement pas au goût de Shima. Même le bureau était fade, le seul petit extra reposait en ces blasons sur des bannières accrochées au mur, les mêmes qu’on retrouvait au bar et un peu partout dans l’Arbre-Monde ; ils représentaient un aigle stylisé.

Au fond de la pièce, derrière le bureau, se trouvait leur homme. Cependant, un détail n’échappa pas non plus au luxueux Asaara : la tenue de Monsieur Kobawashi. Leur homme s’avérait être plus étrange que prévu ; il ne portait ni costume professionnel ni costume traditionnel mais ni plus ni moins qu’un kimono de plumes. Sa… robe de chambre ?

Même si ça ne lui faisait pas plaisir de devoir coopérer avec celle pour qui il avait autant de dédain et d’insupport, il dû se résigner à adresser un regard sérieux de confiance à Katsuko pour qu’elle garde l’otage aux yeux bandés.

« Bonsoir… je suppose ? »

Shima s’avança, tout à fait certain de s’adresser au bon tenant de ces lieux. Néanmoins, quelque chose n’échappa au fin regard du machiavélique personnage : Kobawashi-san était prêt. À une heure si impromptue, ils auraient dû le surprendre, mais ça n’était pas le cas… Se pourrait-il qu’il soit été au courant et se soit donc préparé ? Mais comment…

Quoi qu’il en soit, pas de quoi décontenancer Vénus non plus, le blond lança une bourse de monnaie à son hôte.

« Nous vous achetons cet établissement. Ne faites pas attention à ce qu’il y a derrière et nous en resterons là. »

Tout simplement, sans plus de cérémonie. Pourquoi s’embêter ? La bourse qu’il avait tout de même eu du mal à lâcher contenait une très belle somme après tout. Une stratégie marketing assez peu tournée vers la négociation, pour l’instant du moins.

Mais… entre ses mots se profilait aussi une menace… L’homme serait-il un peu trop curieux ?

_________________

[C/Libre] Racines XbyWp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[C/Libre] Racines Empty
Ven 27 Juil 2018 - 2:25
Visiblement, Shima était d'avis d'y aller à la manière douce, souriant malgré tout. Il ouvrit la porte calmement et prit les devants, lui laissant l'otage entre les mains. Katsuko soupira et resta un peu en retrait. Elle le regarda faire sa proposition à l'homme en robe de nuit qui ne semblait pas très coopératif. Cela la démangeait petit à petit, elle avait envie de le tuer. De l'égorger, là, tout de suite. De boire son sang et de se ravitailler en force vitale sur lui. Mais pour l'instant, elle attendait.

L'homme face à eux attendit, silencieux. Il sortit un kunai et le lança sur la bourse, l'ouvrant et laissant son contenu s'éparpiller sur la table. Il avait un air énervé, n'appréciant visiblement pas la menace. Quoi. Deux criminels venaient, kidnappaient son fils et pensaient pouvoir s'en tirer en lui donnant une si petite somme ? C'était hors de question. Innimaginable. Pour l'homme, l'affaire était déjà pliée, il allait les tuer. Faisant quelques mudras, deux larges ailes sombres apparurent dans son dos et il les projetta en avant, entammant directement les hostilités. Les plumes qui se détachèrent étaient tranchantes mais Katsuko eut le temps de réagir, habituée à être rapide avec le temps.

Les voyant partir droit sur eux, elle se plia en deux, frappa d'un violent coup de pied dans les genoux de l'homme à côté d'elle pour le forcer à s'agenouiller, puis elle fonça sur son adversaire, bondissant par dessus le bureau dont il s'était écarté tout en créant d'autres mudras pour arriver juste face à lui, katana de sang à la main. Il ne voulait pas parler, soit. Il mourrait donc et ce serait son héritier qui se chargerait de la paperasse. Au diable ce vieux con qui se croyait malin, sa lame lui ferait comprendre ce qu'il ne voulait voir, son temps à la tête de cette auberge était révolu.

« Rend-toi, c'est ta dernière chance de survie ! Après ça, je te bute ! »

Elle était en garde, prête à attaquer, attendant la réaction de Shima. Elle tendait l'oreille, ne sachant pas trop s'il comptait effectivement tuer la cible ou s'il voulait lui parler, mais l'homme en question n'avait pas vraiment adopté la réaction la plus propice aux échanges pacifiques.

« Vous venez me voir avec de l'argent pour me soutirer mon bien après avoir prit en otage mon fils pour que j'accepte ? Vous pensiez un seul instant que cette bourse sauverait votre vie ? Je vais vous remettre à votre place, vous allez comprendre pourquoi JE dirige cette taverne et pourquoi ce n'est personne d'autre que moi qui la possède ! »

En l'entendant, Katsuko eu un petit rictus amusé. Il serait rapidement fixé et remit à sa place, dès que Shima lui aurait permit de lui trancher la tête.

HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Mar 31 Juil 2018 - 2:45
Et oui, le propriétaire de l’établissement était un volatile. Il se racontait même que, dans son nid au sommet de l’arbre, il gardait précieusement ses œufs. À cette rumeur-là, Shima n’avait pas la réponse. Pourvu qu’il ne tombe pas sur une mauvaise surprise lorsqu’il se sera emparé des lieux… Pour en revenir à sa « nature » de volatile ; oui, mais pas n’importe lequel. Un rapace, que c’était. Rapace avec une vision d’aigle qui lui avait permis de prédire l’arrivée de ces gêneurs.

Rapace, avec de grandes ailes et des griffes acérées…

CLING CLING CLING CLING CLING. Les pièces rebondirent sur le sol. Shima baissa la tête pour les regarder calmement, jouant à pile ou face avec celles-ci. Majorité de piles : l’homme meurt. Majorité de faces… il meurt aussi.

Il avait entendu tout ce qu’il avait à entendre de la bouche de cet homme. Rien ne pourrait plus changer la suite des évènements, pas même ce déploiement d’ailes et de plumes tranchantes dont le sable de l’Asaara fit aisément l’amortisseur, permettant une esquive plus simple à Katsuko et à « l’otage » – que l’homme-rapace n’allait pas hésiter à blesser.

Alors que son bouclier de sable hérissé des plumes du piaf bipède tombait en lambeaux sur le sol, Shima constata sans bouger la prise d’initiative de Katsuko, de quoi afficher un petit rictus au coin de ses lèvres. Elle était rapide, cette fois-ci, bien plus qu’autrefois… C’était drôle, d’un côté ; si elle aurait fait preuve d’autant de volonté et d’agilité à l’époque, elle ne serait pas là aujourd’hui… au service d’un homme qu’elle ne connaît que trop peu.

Ou alors était-ce fait exprès ? Avait-elle délibérément choisi ce destin ce jour-là, dans le désert de Kaze no Kuni ? Est-ce que ça lui plaisait, peut-être, d’ailleurs ? De curieuses questions qui accentuèrent le sourire malicieux du blond, mais il ne voudrait surtout pas savoir, non. Ça gâcherait bien trop de choses…

« Ça suffit comme ça, Neiko. Arrête de torturer cette pauvre bête… »

L’homme menacé par l’arme de la sanglante soupira, puis sourit malicieusement, comme pour cacher son soulagement à sa tortionnaire.
« Ah… enfin, vous faites preuve de bon s…
Finis-en. Plume-le. »

Le regard froid et agacé de Shima se posa durement sur le pitoyable faciès de Monsieur Kobawashi. Il ne supplia point, au moins, il avait ça d’honneur. Quant à Katsuko (connue comme Neiko), elle pourrait se défouler en éventrant, égorgeant, et même buvant, selon son bon vouloir. Une situation pas si dérangeante, puisqu’ils avaient avec eux l’héritier de cet homme…

S’il avait bien des facultés et de l’expérience, Monsieur Kobawashi restait un frêle aspirant shinobi incapable de se battre. Au sommet de l’Arbre-Monde, il s’était toujours cru en sécurité. Mais il venait d’apprendre à ses dépends que, malheureusement, la fuite n’est qu’une solution temporaire…

« Père !! »

La lavette qui s’était faite maîtrisée par Katsuko tenta de se relever pour rejoindre rapidement le corps inerte de son paternel, mais fut stoppé par un impitoyable crochet de Shima qui le retint ensuite à terre en écrasant sa tête contre le sol ; le pauvre semblant d’homme n’eut que ses yeux pour pleurer.

« Bon, fin du spectacle pour moi. Je vais te laisser t’occuper de ton nouveau jouet… »

Ne voulant pas plus savoir et encore moins voir la vampire se sustenter de tout le sang à sa portée dans ce bureau désormais souillé, Shima s’apprêtait à le quitter.

« Inutile de préciser qu’il doit rester vivant. »
Ajouta-t-il en adressant un regard sévère à la jeune femme.

Avant de sortir, il attrapa la veste de l’héritier qu’il dû déchirer tant le pleurnichard n’avait aucune honte à laisser son corps retourner à l’état de fœtus. Dedans, il récupéra un paquet de cigares puis jeta son portefeuille par terre.

Spoiler:


Dernière édition par Asaara Shima le Mar 31 Juil 2018 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

[C/Libre] Racines Empty
Mar 31 Juil 2018 - 14:00
« Ça suffit comme ça, Neiko. Finis-en. »

Ces courtes phrases de Shima furent accueillies avec un sourire fou de la jeune femme, ses yeux brillant d'une lueur sadique. Cependant, il ne s'agissait pas là de faire traîner la chose, il s'agissait d'être efficace. Et plutôt propre sans quoi la collaboration du fils serait plus complexe à obtenir, et ce n'était pas souhaitable. La katana de la demoiselle de sang se mit en mouvement, faisant une première feinte tout en se gorgeant de sang pour le véritable coup, allongeant et affutant la lame de l'arme sanguine pour trancher net la tête de Monsieur Kobawashi qui n'eut que le temps de regarder avec une expression d'horreur celle qui s'était mise en mouvement bien trop vite pour lui. La décapitation était nette, la tueuse était experte, elle avait visiblement beaucoup d'exécutions à son actif.

Elle se tourna vers le fils qui gémissait lamentablement et lui fit un doux sourire, un de ceux qui traumatisent à vie lorsqu'ils sont faits dans de telles situations. Elle s'approcha du jeune homme affalé au sol, main tendue vers le cadavre, sautillant un peu, amusée par la situation. Il pleurnichait lamentablement pour le plus grand plaisir de la folle.

[C/Libre] Racines Images?q=tbn:ANd9GcSkC3a8WKtWW_7-rqu5L3eeUekdidsfYrplndCB7DtQ0DG5b7s2

« Je vais te laisser t’occuper de ton nouveau jouet… Inutile de préciser qu’il doit rester vivant.
- Oui oui, c'est bon, soit tranquille, je le tuerai pas. Et il pourra toujours signer le contrat. Hein que tu pourras signer le contrat ? »

Se penchant sur le jeune homme en proie aux larmes et à la terreur, elle lui tapota la tête, katana toujours en main avant de le planter lame dans le sol à quelques centimètres du visage de son jouet, lui coupant au passage quelques cheveux et lui faisant une éraflure sur le visage.

« J'ai prévenu ton papa, tu m'as entendue. Je ne plaisante pas moi, quand il s'agit d'affaires importantes. Et comme il n'a pas voulu écouter, j'ai dû le punir. Je vais devoir te punir toi aussi ?.. »

Elle s'accroupit devant lui, lui faisant toujours le même sourire, les joues un peu rougies par l'excitation suite au sang qui se répendait doucement dans la pièce, son odeur lui titillant les narines et la faisant frissoner de plaisir. Elle lui prit le visage entre ses mains, lui relevant la tête pour plonger ses yeux dans ceux de sa faible victime.

« Dis... Tu m'écoutes quand je te parle ?..
- Pitié ! Pitié ! Me tuez pas pitié ! »

Katsuko soupira puis se répéta, patiemment, détachant un peu plus ses mots pour être bien certaine qu'il comprenne.

« Diis... Tu... M'écoutes... Quand... Je... Te... Parle ?.. »

La vermine prostrée au sol se mit à pleurer et hocha la tête, une flaque d'un autre liquide se répendant sous lui, au niveau de son entrejambe. Étonnant qu'il ait tenu jusque là, enfin bon...

« Voilà, je préfère ça. Bien. On va y aller étape par étape. La première, ça va être de me dire si tu es d'accord ou pas avec ce que je vais dire. Tu hoches la tête positivement ou négativement, selon ce que tu penses, d'accord ? J'ai bien dit penser. Ça se fait avec son cerveau, pas avec son coeur. Sinon on finit la tête coupée. D'accord ? »

Le jeune homme la regardait toujours avec ce désespoir dans les yeux. C'en était fini de lui, il le savait. Jamais cette tarée ne le laisserait partir en vie, il en était certain.

« Tout doux tout doux, je ne t'ai pas encore tué. Réponds moi si tu as bien compris. »

Hochement positif.

« Paaarfait ! Je vois qu'on se comprend. »

Elle lui reposa la tête sur le sol, lui caressant un peu les cheveux.

« Donc, première allégation, ton père était stupide, il n'a pas réfléchit avec son cerveau mais avec son coeur, et on ne peut pas négocier avec ceux qui réfléchissent avec leur coeur. Enfin, on peut aussi dire qu'ils ne réfléchissent pas... D'accord ? »

Positif à nouveau, mais désormais le faiblard pleurait toutes les larmes de son corps, des soubresauts agitant son corps.

« Bien. Le bon choix aurait donc été de nous laisser l'auberge, pas vrai ? Nous on voulait juste le bâtiment, vous au fond, on s'en fiche. Une fois que ça c'est à nous, on a pas besoin de vous faire du mal, on voulait même vous donner de l'argent pour vous l'acheter... Mais maintenant, on ne va plus vous donner d'argent. Tu comprends pourquoi, hein ? »
Premier hochement positif, second négatif.

« Tu ne comprend pas... D'accord... Bon, pour faire simple, ton père nous a attaqué. Il n'aurait pas dû, c'était une grave erreur. Il en est mort, et du coup, l'argent, vous pouvez, enfin... Tu peux l'oublier. Remarque... Je me suis un peu renseigné avant de venir, je n'allais pas laisser Vénus tout faire... Ta mère et ta petite soeur... Elles sont jolies... J'aurais presque envie de vous laisser une petite pièce pour partir. Pas de bol, j'ai pas d'argent, l'autre enfoiré qui était avec moi m'a tout prit. Bref, trêves de bavardages, revenons à notre sujet. Tu n'auras pas d'argent pour les raisons que je viens de t'expliquer. Allégation suivante, tu vas signer le contrat que je vais te présenter sans faire de soucis, d'accord ? »

Hochement négatif, larmes aux yeux.

« Tu es stupide toi aussi ? Tu veux mourir ? »

Hochement négatif, encore une fois.

« Explique alors... Pourquoi non ?
- Si... Si on a... Rien... On va... Mourir de faim... »

Katsuko soupira et s'assit sur son postérieur, devant le jeune homme. En effet, il avait réfléchit avec son cerveau. Elle n'allait pas le lui reprocher. Pensive, elle s'étira un peu, baillant. L'odeur du sang l'excitait de plus en plus, il fallait qu'elle se calme, mais elle n'avait pas le droit de faire trop de mal à ce débile et ne pouvait pas non plus se satisfaire du sang de son père puisque le spectacle aurait tué ce qu'il reste des neuronnes du fils à papa. Elle devait clôturer cette petite discussion rapidement.

« Bien. Je vais essayer de négocier une bourse de mille ryos pour ta mère, ta petite soeur et toi en échange de l'auberge. Ça te va ? C'est plutôt une belle somme mille ryos. J'estime être très généreuse. »

Hochement positif, les larmes ne s'arrêtent toujours pas.

« Bien... Ne bouge pas, je reviens avec le contrat. »

Se relevant, Neiko s'installa au bureau de l'homme mort puis attrapa une plume et un parchemin ainsi qu'un encrier avant de se mettre à écrire avec une calligraphie démontrant une éducation de haut niveau, la dextérité avec laquelle elle était faite concurrençant les meilleurs moines copistes. Elle écrivit ainsi un document assez succint, demandant son prénom au passage à l'héritier en question.

Contrat:

« Bien. Signe là. »

Hochement négatif, pour le plus grand déplaisir de la vampirette. Celle-ci se crispa un air furieux dans le regard, ses muscles se tendant.

« Quoi encore ?
- Le... L'argent...
- Tu l'auras quand tu auras signé, c'est écrit sur le contrat abruti, tu sais pas lire ou quoi ?!
- Si si ! Désolé désolé ! Je... Je signe...
- Tu me réponds encore une fois mal et je vais m'occuper de ta soeur. Je elle à quinze ans c'est ça ? C'est jeune mais j'avais quatorze ans quand mon père m'a donné à un enculé pour ma première fois. Alors ce ne sera pas pire. Signe et tout se passera comme prévu, rechigne et je vais la voir, je tue ta mère et je joue avec ta soeur, j'en fais mon esclave et elle ne sortira plus jamais de ce foutu établissement. À toi de choisir, et souviens-toi, avec ton cerveau, pas avec ton coeur. »

Le sourire de la folle avait totalement disparu, elle brûlait désormais de haine face à sa proie qui paniqua et attrapa sans plus un mot la plume pour signer le contrat, pleurant faiblement. Lui reprenant rapidement le papier des mains, la jeune femme le relut une dernière fois, vérifiant qu'elle n'avait rien oublié, puis le rangea dans un rouleau de protection qu'elle attacha à sa ceinture.

Elle retourna sur le bureau, ouvrant la bourse que Shima avait laissée là. Elle en sortit les mille ryôs promis et les posa sur le meuble le temps de le fouiller et d'y trouver une autre bourse vide, y mettant les pièces en question avant de les balancer devant le jeune homme.

« Voilà ton argent. Maintenant on va te descendre tranquillement alors ne bouge pas sinon ce sera plus pénible. »

Rattachant totalement l'homme pour ne pas qu'il bouge, la vampirette prit les deux bourses et redescendit jusqu'à leur chambre, se refaisant des griffes et des pointes aux pieds, l'homme sur le dos. Elle était petite et il la déséquilibrait totalement, mais la jeune femme était bien plus forte qu'il n'y paraissait, et elle parvint malgré tout à le ramener sain et sauf jusque dans la petite chambre. Elle l'attacha alors au lit, l'ayant baillonné pour qu'aucun cri ne passe en plus de son saucissonage en règle, avant de se rediriger vers la fenêtre.

« Reste sage, Vénus va revenir, il décidera de comment on te libère. Évite de lui parler de la bourse, dit lui juste que je suis en haut avec le contrat si jamais il t'interroge, je lui expliquerais moi-même pour l'argent sinon il risquerait de te buter. Ce serait dommage non ? Il faudrait que quelqu'un s'occupe alors de ta mère et de ta soeur. »

Un petit sourire sarcastique aux lèvres, la folle ressortit, laissant l'héritier pleurer dans son lit, incapable du moindre mouvement. Elle remonta à nouveau avec la même bestialité, reprennant difficilement son souffle une fois en haut. Décidément, cette montée était ridiculement longue et éreintante... Elle espérait qu'elle n'aurait pas à la refaire trop souvent. Elle se mit dès lors à fouiller entièrement le bureau puis, au bout d'un moment, voyant qu'elle ne trouvait rien d'intéressant pour elle, seulement des papiers de comptes et de gestion qu'elle entassa sur le bureau, loin du sang et autre, elle se pencha sur le cadavre encore frais de celui qu'elle avait décapité, avec un sourire qui ne démentissait pas le plaisir qu'elle avait à finalement pouvoir se restaurer.

« Enfin... À table... Depuis le temps que je me retiens... »

S'installant en tailleur, la vampire se mit à se sustenter dans un carnage peu ragoûtant pour quiconque la surprendrait en plein cours, frémissante de plaisir en sentant le liquide chaud lui couler dans la gorge et la chaire fondre dans sa bouche. Lorsqu'elle eut finit, elle s'étira de nouveau puis fit quelques mudras pour rassembler les restes qu'elle compressa avant de les mettre dans un sac. Voilà qui devrait permettre de se débarasser de tout ça sans trop de problèmes...

Elle resta alors dans le bureau, finissant de le nettoyer et commençant à feuilleter les différents relevés de comte et de gestions, s'assurant que tout était bon pour la passation. Elle y trouva également le testament écrit qui confirmait que s'il lui arrivait malheur, l'auberge irait au fils, mentionnant également une petite maison plus au sud. Il faudrait qu'elle voit cela avec Shima lorsqu'il reviendrait, mais pour l'instant, elle patientait, l'attendant en fouillant les registres et vérifier leur tenue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Shima
Asaara Shima

[C/Libre] Racines Empty
Mer 1 Aoû 2018 - 18:33
En sortant, Shima s’était d’abord arrêté un instant sur la plateforme d’entrée du bureau pour prendre une pause. Depuis là-haut, il appréciait la vue tout en fumant un cigare de qualité – il appréciait bien évidemment toujours tout ce que la richesse avait à lui offrir. Ensuite, il s’était remis à la tâche ; récupérer le matériel nécessaire à l’opération de rénovation et la main d’œuvre pour l’installer.

Dans sa tête, il ne doutait pas un seul instant que Katsuko parviendrait à soutirer tout ce dont ils avaient besoin au jeune homme. Il savait qu’elle avait une âme de tortionnaire en elle, tout au fond d’elle. Ainsi donc, Shima se rendit jusqu’à l’usine proche de là. À son arrivée, une réunion d’hommes était déjà sur le point de se terminer. Non, il ne s’agissait pas d’un syndicat ouvrier ou autre groupuscule énigmatique.

« Je vois que tout est déjà prêt. Vous êtes rapides, Yukio a bien fait de vous recruter. »

Face à lui, les gros bras qui avaient chargés d’énormes palettes sursautèrent à l’écoute de ce prénom terrifique.

« Yu… Yukio-san ? Pou… Pourquoi lui ? Euh ! Je veux dire, il n’est pas là, hein ? hein ?! »

Tous tremblaient derrière celui qui avait pris la parole. Bizarre, Shima ne sentait pas de courant d’air froid pourtant… Oh, ça devait être parce qu’il était d’un pays chaud et donc insensible au froid. Il fronça les sourcils.

Évidemment, il ne discutait pas souvent avec Yukio et ne savait donc pas d’où ces hommes venaient. Ce dernier était allé les chercher dans une bourgade du pays, d’anciens criminels ils passèrent à larbins de Kadachi.

« Où c’est qu’c’est le tronc d’arbre là ?? »

La voix qui venait de derrière se rapprocha pour se présenter devant Shima. Il baissa les yeux, pour la regarder. Elle était très petite, mais surtout très vieille.

« J’vais vous faire une déco traditionnelle moi, ça sera tout sympa vous verrez. »

L’Asaara leva un sourcil. Sous son nez se tenait son parfait opposé : une vieille dame toute gentille qui proposait vigoureusement son aide. Ou alors, elle l’imposait. À débattre. Bien sûr, tout ça, il se le disait car une fois de plus il n’avait pas demandé à Yukio comment s’était passé son petit voyage. Au fond, qu’en avait-il à faire ?

Ainsi, guidé par Shima qui ne porta sûrement pas un carton, le groupe fut mené jusqu’à ce qui serait jusqu’à aujourd’hui connu comme la taverne de l’Arbre-Monde. Il enfonça la porte, puis tout le monde entra en posant le matériel et le mobilier à l’entrée. Lorsque la lumière pénétra, les ivrognes dont les bourses faisaient la fortune de Monsieur Kobawashi s’excitèrent.

« Battez-moi ces chiens. »

Ainsi, la scène prit des allures de baston à la sortie d’un bar le soir, avec une mêlée générale à laquelle même la vieille dame prenait part. Déjà assis au bar et se servant en boissons alors que le serveur s’était déjà fait éjecter, Shima se détendait devant un spectacle fort divertissant. Lorsque l’un des corps ivres percuta le pied des escaliers qui menaient à l’étage, c’est avec un sourire prononcé malgré la surprise que l’Asaara jugeait l’homme que ça venait de faire chuter.

« Encore en vie ? Et même pas amoché… Personne ne pourra croire à ce que tu pourras raconter. Je suis impressionné. »

Le frêle homme tremblant encore de peur vint jusqu’à Shima à quatre pattes, lui racontant à la lettre ce que Katsuko lui avait demandé de raconter.

« A… Alors… Je peux partir maintenant ?! »
Supplia-t-il.

Shima sourit malicieusement, puis, agitant son verre de vin, demanda.
« Mais… ne t’as-t-elle pas attaché ? »

L’homme, se rendant compte de son erreur – s’être détaché des liens trop larges que sa tortionnaire lui avaient faits, ouvrit grand les yeux, prit de peur et voulant se faire prendre en pitié.

« Enfin… J’imagine qu’elle devait être excitée à l’idée de… non, rien, laisse tomber. »
L’image sordide ne lui plaisait pas non plus, les pratiques de son coéquipier étaient dégoûtantes.

« Si tout est en ordre comme tu dis, je ne vois pas de raison de la déranger tout de suite. Viens, assis-toi donc et prends un verre, je suis sûr qu’elle s’amuse beaucoup toute seule avec ton père. »

Malgré son invitation généreuse, le jeune homme ne semblait pas réceptif ; il prit la fuite, terrorisé.

« YAHH !! »

Un corps projeté par le pied de la vieille dame vola à travers le bar, venant rentrer dans le jeune homme en fuite pour le stopper. Suite à ça, la grand-mère se frotta bruyamment les mains, comme pour justifier d’un travail rudement mené.

« Joli jeu de jambes, pour une vieille de votre…
YAHH !! »


» Suite
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima https://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

[C/Libre] Racines

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les racines 出身
» Reconnaître ses racines
» Connaître ses racines
» À la recherche de ses racines [SOLO]
» La Voie du Marionnettiste - Racines

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: