Soutenez le forum !
1234
Partagez

Deus Ex Machina ✗ Chapitre I Verset V | SOLO

Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Deus Ex Machina ✗ Chapitre I Verset V | SOLO Empty
Ven 6 Juil 2018 - 19:28

♫♪ Boite à Musique ♪♫
Magna Insomnia


Une journée plus chargée que les autres - depuis fort longtemps - se déroule, mais une fois que celle-si sera terminée, l’accalmie perdurera un long moment avant une nouvelle tempête se dessinant dans l'inconnu des horizons. Le médecin peut se targuer d'être quelqu'un de prévoyant, ayant prévu pléthores de coups d'avances face aux affres du destin, hormis quelques-uns, mais d'une somme toute relative importance. Parangon se devant de faire silencieusement rage, de tout son être, jusqu'au plus profond de son âme. Nonobstant des moult obstacles pernicieux et funestes, il fut, il est et il sera ; le médecin qui vaincra tous les maux se présentant face à lui. La touche finale arrive à grand pas, avant de pouvoir enfin vivre l'odyssée qui se cache dans les abîmes de ce monde. Aucune ancre ne viendra ralentir le vaisseau qui ne demande qu'à accomplir le périlleux voyage tenant de l'impensable. Il ne manque rien, pas même l'équipage dévoué, où bien les aurores marquant le commencement. La majordome dévouée est de marbre - comme à son habitude -, tandis que l'azurée sœur spirituelle arbore les ténèbres qui lui vont si bien, alors que la secrétaire au regard sournois porte la perplexité sur sa mine audacieuse. Une réunion qui ne manque pas de piquant, si on connait les personnages se dessinant sur la fresque qui s'ancre en l'orée diurne de ce palais. Les rafraîchissements d'usage trônent ostensiblement sur la table - épicentre placide de la rencontre qui tient place dans l'antre-, alors que la parole est prise par la secrétaire.
« Tout est en place. Tous les élèves seront soumis aux camps d’entraînements estivaux. (sirotant déjà une gorgée de son breuvage, alors qu'elle venait à peine de terminer sa phrase) »
« D'une pierre, deux coups... si ce n'est davantage. Cela fera d'eux de vrais guerriers, ce qui ne leur fera pas de mal (dit-il, en acquiesçant). »
« Alors, qu'elle est donc cette affaire si importante ? (déposant le verre sur le piédestal, semblant emprunte de curiosité quant aux mystères nimbant leurs tacites sourires dans les abîmes insondables) »
Le médecin passe un rapide regard sur la trinité, avant d'annoncer la raison les ayant tous amenés à se réunir présentement.
« Runa-san et vous, serez en charge du projet spécial. Naoko-san et moi-même avons une autre affaire à traiter, néanmoins cela devrait être rapide. Une patiente présentant un... des circonstances particulières. »
« Eh bien, pour venir te tirer du projet, cela doit être quelque chose (s’exclame la gothique, en passant sa main dans sa cascade de jais, tout en croisant les jambes nonchalamment en signe de tacite désapprobation). »
L'illustre laisse un soupir traverser ses lèvres, avant de se redresser impérialement, en ignorant la remarque déplacée, tenant presque que d'oser audacieusement gourmander haut et fort. Pourquoi fallait-il toujours qu'on en vienne à remettre ses paroles mûrement réfléchies en doute ? Le parangon avait beau essayer de comprendre ces folies, il n'arrivait point à toucher du doigt la réponse à ces fieffées goguenarderies éhontées.
« Vous pouvez disposer, laissez-nous. »
Les deux véhémentes ne se font point prier pour quitter la scène. Une occasion qu'elles sauraient parfaitement mettre à profit et ne pas gâcher, comme pouvait s'y attendre leur hôte. Une fois seuls, la servante et le maître pouvaient aborder - sereinement et dans le plus grand calme - le sujet les intéressants tous deux.
« Amano-sama a raison, vous êtes bien étrange dernièrement. Quelque chose ne va pas ? »
« Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. N'es-tu pas heureuse ? Cela fait si longtemps que tu ne m'as pas accompagné. »
Interloquée, la jeune femme laisse transparaître les signes que cela est loin de la laisser de marbre, mais ne peut esclaffer convenablement toute l’allégresse qui s'anime en elle. Elle toussote prestement, portant sa main masquée d'un gant immaculé devant son menton et sa bouche.
« Ne me faites pas évoquer ce genre d'évidence, Muramasa-sama. »
Un léger rire transparaît, quant à cette réponse teintée de nitescences éblouissantes et pures comme la rosée du matin, que cela en est presque aveuglant.
« Tu es vraiment la seule sur qui je peux me reposer. Allons-y, je pense que nous allons bien nous amuser. »
La dualité des deux personnages, qui se complètent à l'orée d'une harmonie tenant de l'ataraxie, lève l'ancre et prend le départ vers une aventure palpitante. L'épopée commence aussi simplement, sans même faire montre du moindre signe annonciateur de sa grandiloquente impétuosité.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Deus Ex Machina ✗ Chapitre I Verset V | SOLO Empty
Ven 6 Juil 2018 - 21:18

♫♪ Boite à Musique ♪♫
Magna Insomnia


La porte s'ouvre, laissant entrer les visiteurs de ces lieux somptueux où la rencontre est attendue, bien que non acceptée avec joie, pour ne pas dire le contraire. Les véhémences résonnent dans l'antre, rebondissant sur les murs de l'antre, carillonnant d'un hymne évanescent. Des bruissements étranges s'érigent dans le sillage de ces clochettes chantant le râle rédempteur amenant la juste rétribution de celui ayant osé fauter. La gardienne - guide de ces murs inconnus - ne semble pas rassurée, mais préserve le peu de superbe dont elle dispose en invitant le duo à la suivre et à s'installer à leurs aises dans le salon richement décoré.
« Oujo-sama va vous recevoir. Elle est... occupée pour le moment. »
« Nous comprenons (laissant un fin sourire se dessiner sur son visage, préservant la sacrale correction de bon ton nécessaire et des plus élémentaires en ces occasions pour le moins cocasses). »
Un air plus perplexe vient se dessiner sur les traits de l'accompagnatrice, restant stoïque, bien que désabusée par l'invraisemblable situation qui se déroule dans un calme ne manquant d'écorcher la raison même.
« Puis-je vous offrir des rafraîchissements ? »
« Avec plaisir. matcha pour elle, kōhī pour ma part. »
La servante s'exécute, alors que les convives patientent paisiblement. Elle revient rapidement avec les mets, puis les pose délicatement - la main tremblotante et peu rassurée - sur la table basse. Les battements se font plus violents, se rapprochant d'un firmament atteignant la frénésie courroucée.
« Puis-je ? (montrant ostensiblement l'encensoir qu'il désire embraser) »
La gourgandine en tenue de soubrette acquiesce, semblant toujours aussi perturbée par ces démons sonores incessants faisant rage dans les ombres. Le médecin profite de l'occasion offerte pour s'enivrer de son poison préféré, ainsi que du nectar sans étoiles. Naoko se montre plus stoïque, mais gourmande, adoptant la mouvance de se risquer à tremper ses lèvres dans l'eau parfumée, puis de croquer la friandise accompagnant son offrande comme il se devait. Décidément, les riches gens s'adonnaient à des pratiques pour le moins originales, mais cela les regardaient et était bien légitime.
« Est ce votre Maîtresse qui a choisi la décoration ? (dit-il, expirant son souffle brumeux, qui se perd lui-même dans les limbes) »
Droite comme un tronc d'arbre, mais menaçant de choir à tout instant, elle hoche la tête en signe d'approbation, afin de répondre positivement quant à l’hypothèse émise par l'érudit à l’œil perçant et avisé.
« Une jeune femme dont l'expertise concernant l'art n'a pas attendu le nombre des années. »
Pour sûr, il y avait quelque chose de surprenant dans ce théâtre - en omettant la musique y prenant place -, et cela, le médecin, tout comme sa majordome, l'avait immédiatement ressenti. Après une bonne demi-heure, complainte et vindicte finirent par laisser place au silence. La servante, s'excuse platement, signifiant qu'elle allait voir où en était leur hôte. Disparaissant dans les couloirs, d'un pas assez hésitants. Les deux complices se regardent un court instant, ne disant mot. Soudain, un cri strident s'élève, marqué d’effroi. La voix de l’aimable craintive, ayant accueillis les intrépides aventuriers, est stridente. Que venait-elle de découvrir de si terrifiant, pouvant expliquer un hurlement si crissant que les verreries peuplant le sanctuaire en risqueraient de se briser à jamais ?



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Deus Ex Machina ✗ Chapitre I Verset V | SOLO Empty
Dim 22 Juil 2018 - 16:17

♫♪ Boite à Musique ♪♫
Magna Insomnia


Nonobstant de la situation pour le moins cocasse, le médecin reste professionnel. Il poursuit l'aventure sans aucunement s'offusquer des invraisemblables péripéties qui se présentent face à lui. Aucun tumulte ne parvient à ruiner le marbre que ses traits revêtent (et poursuivent), tout comme ceux de son accompagnatrice demeurant insensible. La scène est aussi claire qu’un ciel d’une teinte estivale, dégagée du moindre nuage pouvant obscurcir la vérité. Le vieux serviteur subit de manière cinglante, mais justifiée, sa félonie dévoilée. Prévisible, l’étoffe lacérée se mêle au vermillon de la peau lacéré et de la chair meurtrie. La servante est horrifiée de cette violence s’érigeant devant ses yeux innocents, bien que ses oreilles (comme son intuition) furent implicitement averties. Le gredin à la barbe grisonnante gît totalement désarticulé sur le sol de marbre glacé, agonisant et baignant misérablement dans son sang. Néanmoins, l’ensanglanté cherche toujours la rédemption. À ses côtés, une femme tient le fouet, l’air dur, mais à la fois extrêmement désabusée.
« OUJOOO-SAMA !!! SUMIMASEN ! »
Un violent coup vient s’abattre sur le lard de sa victime, afin de faire cesser ces jérémiades... Ou peut être en exulter la saveur.
« Sale chien ! Tu oses trahir Oujo-sama et lui demander pardon ?! »
Quelques coups de fouet viennent marquer un peu plus la gravité des péchés de l’impudent personnage, qui finit par tourner de l’oeil et tomber dans les pommes. La sadique soupire longuement, désabusée par si peu de conviction quant à subir le juste châtiment octroyé.
« Pfff ! Nous n’en avons pas fini. Loin de là... »
Tandis que la servante reste médusée, la tortionnaire enroule légèrement l’appendice de cuir, puis se frotte le poignet du bras qu’elle venait de vivement solliciter afin d’administrer la juste rétribution. Une pause ne devait pas être de refus, sans compter que des visiteurs attendaient.
« Vous devez être le Médecin. Excusez de l'accueil, mais celui étant censé s’en charger est légèrement indisposé pour le moment. »
Muramasa répond avec élégance, gardant une parfaite correction, bien qu’effectivement la visite aurait pu démarrer sous de meilleures auspices.
« Lui-même. »
Peu cordiale, l’implexe personne, semblant en charge d’activités… assez spéciale,, se tourne nonchalamment vers la soubrette toujours tétanisée et lui demande de s’occuper du majordome qui souille le sol de marbre de son sang.
« Kumiko, occupes toi de Yūto-san. Qu’il soit prêt au plus vite, dès que j’en aurais terminé avec nos invités, je dois poursuivre sa punition. »
La servante se redresse péniblement, assez craintive de ne pas obéir à la lettre aux directives, puis s’incline respectueusement et avec abnégation en répondant d’une voix fébrile.
« Bi… Bien, Yuzuriha-san. »
Un silence angoissant règne dans les lieux, chronométré par les tic et tac d'une vieille horloge et les bruits de pas. Le médecin reste observateur, laissant les découvertes s’ériger d’elles-mêmes. Jeux de regards, verve de non-dits, pléthores de convenances.
« Nous devons discuter, suivez-moi. »
Le charmant bourreau dépose la lanière encore ruisselante de larmes sanguines, afin d'enfiler en ces instants le costume de guide ou plutôt d'hôte de remplacement. Sa voix est aussi sérieuse que son visage un peu sévère, mais l'invitation est acceptée de manière plus chaleureuse que l’accueil prenant forme. Un dédale où la lumière est absente, restant cachée, mais surement désireuse que d'être trouvée et de pouvoir enfin briller.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

Deus Ex Machina ✗ Chapitre I Verset V | SOLO

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: