Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La voleuse de Bonbon - Etsuko

Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 0:38

La voleuse de Bonbon - Etsuko Mokou_fujiwara_by_poisonfrost-d3a1706
Devant la boutique de la fleuriste, je prenais un instant de réflexion, serrant contre moi le paquet que j’avais apporté pour l’occasion. De ce que j'étais en train de faire ou plutôt que j'allais faire. Je me souvenais de ce qu’elle m’avait dit au manoir du Hyuga, avant que je le détruise, je me demandais si elle était déjà au courant ? Ils avaient l'air plutôt proches étrangement, cela m'agaçait plus que je le voudrais, je n’allais pas permettre d’ouvertures, aucune et elle était un potentiel problème. 'fin facon de parler, rien d'insurmontable. Regardant les fleurs qui bordaient la boutique et ses extérieurs je grimaçais… Avalant les pilules préparées par Chichi-sensei qui étaient censé m'empêcher de succomber à l’allergie, espérons que ça marche cela serait fâcheux de casser encore un bâtiment dans Iwa.... Je pénétrais à l'intérieur me dirigeant directement vers elle, j’avais déjà repéré son chakra pour savoir qu’elle était là, autant dire qu’elle n’y échapperait pas.

_” Bonjour Etsuko-chan.”

Comme une torpille téléguidée, un fantôme sortie de nulle part, je m'étais placée devant elle, sourire, mais un regard perçant. Elle savait que je savais, nous savions, c'était inévitable. Ma tête se penchait sur le côté, j’avais l’air innocente, pas vrai, d’ailleurs j'étais venue l’aider, même lui offrir un cadeau pour être exact. Déroulant l’emballage, je lui dévoilais alors un kimono, pas n’importe lequel, celui que je lui tendais…

_” Je suis venue d’apporter un cadeau de réconfort. “

Sans crier gare, je le déployais pour venir lui déposer sur les épaules, il l’englobait si bien, j'étais presque certaine d'exaucer quelque part un de ses rêves. La voila presque au creux des bras du Hyuga, presque, elle n'aurait jamais plus.

_” Tu le reconnais ? C’est celui de Taku’, il a encore son odeur, je te le garantie je lui ai enlevé moi-même il y a peu. Pour les porter maintenant de façon assez régulière quand il se débarrasse de mes vêtements prématurément, cet impatient, ils sont confortables. tu ne trouves pas ?...”

Sourire entendu, j'étais dure ?

_” Je me suis dit, je te prends Takumi, je t'offre son kimono... Il pourra te réconforter en souvenir le soir si tu veux. Il te plait ? “

Le ton était donné, j’avais prévenu qu’il n’y aurait aucun débordement, aucun, mieux valait prévenir que guérir, même si pour le coup… Enfin bref, ce n'était pas mon truc la modération, ni même la diplomatie. Qu’Iwa se le tiendra pour dit, je serais impitoyable avec les ennemi-es sur mon chemin et celui du Hyuga en passant. Maintenant qu’il était lié a moi, tout qui le touchait de près ou de loin me concerner, c'était mon devoir de le protéger aussi en tant que future épouse aussi et je comptais bien être parfaite sur tous les points dans cette tâche. Désolée Etsuko, mais tu étais la première sur la liste, celle qui ferait surement office d’exemple.

@Naari Etsuko
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Naari Etsuko
Naari Etsuko

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 1:05
Etsuko s'était endormie sur le gros fauteuil posé au milieu de la boutique, face à la porte. Elle était entourée de fleurs, la seule chose qui avait pu la calmer dans ses pleurs. Elle était épuisée, souhaiter se réveiller de ce cauchemar. Puis là, alors qu'elle se reposait enfin, les joues encore rougies malgré le sommeil dans lequel elle s'était réfugiée, la demoiselle se releva en sursaut lorsque la porte s'ouvrit. Ses parents n'étaient pas encore rentrés du festival, et elle, de toute façon, ne s'y présenterait plus. Elle n'avait donc pas fermé à clef pour leur permettre de venir se reposer une fois la journée terminée, mais c'était une autre personne qui était venu pousser la porte. Quelqu'un qu'elle avait cru aimable au début, à la limite amusante, mais qui dévoilait maintenant son visage de harpie, de manipulatrice perverse et cruelle.

Sans un mot, la jeune fleuriste se releva en voyant la Chokoku s'approcher d'elle, la fixant dans les yeux. Elle n'avait pas de larmes puisqu'elle venait de se réveiller, mais ses yeux étaient encore rouges. Elle serrait les poings et les dents, ne laissant rien passer. La douce jeune femme se retenait, écoutant sans un mot la garce qui était venue lui faire plus de mal que celui qui avait déjà été fait. Soit. Restait maintenant à voir jusqu'où elle irait. Elle avait un paquet dans les mains que la Naari observa quelques instants, toujours sans faire signe d'une quelconque réaction. Elle attendait. Elle se concentrait. Si elle la tuait comme son coeur le lui criait de le faire, elle mourrait à sa suite. Cette garce n'en valait pas la peine. Elle voulait devenir forte depuis longtemps, l'occasion lui était offerte. Celle de ne pas donner son plaisir à cette princesse qui n'avait visiblement pour seul atour que celui de son rang.

La demoiselle aux yeux émeraude regarda la perverse donc dans le silence. Un kimono de Takumi. Mais cette fille de rien n'avait donc aucune limite ? Elle ne savait pas être décente ? Elle en venait presque à plaindre celui qu'elle aimait. Il devrait subir ça pendant toute sa vie. Sauf si elle l'éliminait... Dans un sens, si elle la tuait et mourrait ensuite, c'était un beau sacrifice non ? Celui qui offrirait la liberté à l'élu de son coeur, quand bien même elle ne pouvait l'exprimer. Elle ferma alors les yeux, puis fit quelques muddras. Un trait de feu jaillit alors de ses mains pour aller directement sur le kimono qui était posé sur ses épaules.

Brûlant ainsi en quelques secondes le vêtement qui emporta avec lui sa longue chevelure pour ne lui laisser qu'une coupe bien plus courte et volante, les pointes encore rougies par le feu qui les avaient dévorés en partie, elle rouvrit les yeux face à la Chokoku.

« La dignité ne semble pas faire partie de tes atouts. Je te plains, car pour une princesse, cela te coûtera beaucoup. J'espère que tu pourras t'étouffer dans tes draps de velour, même si j'en doute. Mais ne viens plus me parler. Je n'ai rien à te dire et si je devais te revoir, ce serait la dernière chose que tes yeux verraient. N'y vois aucune menace, c'est un simple avertissement. Je ne voudrais pas que Takumi se voit obligé de trimbaler une aveugle, tu es déjà bien assez stupide pour ne pas contrôler ton pouvoir, alors si en plus tu n'avais pas la vision... Je plains aussi ta famille. Leur honte doit être immense d'avoir une fille comme toi. Maintenant, si tu le permets, j'aimerai me reposer. Adieu. »

Sur ces mots, la demoiselle enchaîna de nouveaux mudras, créant une fleur immense entre elles qui, par sa taille et sa tête, repoussa sans aucun mal la Chôkoku jusqu'à l'extérieur du magasin, qu'elle le souhaite ou non. Après ceci, Etsuko referma la porte à clef et se retourna sans ajouter un mot, montant à l'étage de la petite maison pour aller s'allonger dans son lit. Elle posa son bras sur son front et laissa les larmes couler sans que le moindre sanglot ne vienne les accompagner. Pleurs de désespoir, elle savait que son rêve était fini. Restait maintenant à affronter la cruelle réalité.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 2:10
Simplement j’avais relevé un sourcil en voyant le kimono de mon fiancé partir en fumée, voilà qui n’allait pas lui faire très plaisir, que je ne puisse jamais lui rendre je veux dire. Au moins, l’effet désiré était au rendez-vous, sa réaction ne s'était pas fait attendre. Comment il pouvait s'intéresser à ça ? Je le pensais plus raffiné. Dignité ? C'était elle qui était en train de pleurer non… Étrange personnage.

_"En satin…” Du velour en été idiote ? “ Tu es kunoichi de ce village, t’es sûre ?” De pouvoir faire tes caprices comme ça, pas me parler, pas travailler avec moi ta collègue ? “Tu ne devrais pas faire des promesses que tu ne tiendras pas, ça fait perdre en crédibilité.” Rien que ça, mes yeux, d’un côté, comme ça je pourrais mettre un Byakugan, mais ce n'était pas le sujet.

Par contre les Chokoku, non, je ne te permettrais pas. D’un côté je venais la chercher chez elle,normal qu’elle soit fâchée, mais insulter leur éducation en mettant en doute le choix de leur héritière comme ça… Sa fleur sort maintenant, heureusement, les pilules de Chichi-sensei faisaient leur effet,sinon un éternuement et ça serait un feu d’artifice en intérieur, pas du joli. La bougresse fuyait en me chassant de chez elle me menaçant d’une fleur ? Si je reculais, c’était pour éviter que la chose ne tache mes vêtements de princesse comme elle me définissait si bien, un compliment surprenant, je voulais qu’elle me déteste. Perplexe alors, toujours ce sourire mesquin, je la voyais fermer à clef, tu crois vraiment ça utile et fuir pleurer dans ses draps comme une enfant. Et c'était une kunoichi de la roche ? Mâchoire crispée, dents se serrant et c'était de ce genre de donzelle qu’il s’entourait pour batifoler, à quoi s’attendait elle en tournant autour d’un spécimen de son rang ? Bon certes, le Hyuga aussi était coupable de l’avoir fourbe, mais j’avais été courtoise-question de point de vue et polie, bien que très moqueuse et provocatrice. Les faits étaient la, même pas reconnaissante que je lui rende le service. Je toquais une fois… Deux fois… Trois fois. Personne ne me fermait la porte au nez, elle croyait quoi ?

_” Comme tu voudras.”

Je reculais vers la rue, attrapant un caillou a jeté vers les hauteurs, sensorialité aidant à la suivre a la trace, cette émotion, je visais sa fenêtre pour l’inciter à faire à revenir, franchement, qu’elle tente de me gifler j’aurais compris, mais qu’elle part pleurer après un pathétique blblabla qu'après coup je résumerais a un sifflement sans sens dans mon esprit… Inacceptable d'être concurrence et comparer de quelque façon que ce soit avec une faible comme ça. Une bille fusait de ma bouche a la pensée, mais cela n’avait rien d’un coup de tête, comme une balle, elle transperçait la vitre pour s’inviter dans la boutique et exploser. Dégât assuré…

Ca suffisait les niania, viens voir ce qui fait la fierté des Chokoku, déjà je ne mets pas à pleurer à peine chiffonnée.

_” Tu me fatigues à baver comme ça sur mon fiancé. Aucune colonne, exaspérante. Allez ca suffit, viens ici ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Naari Etsuko
Naari Etsuko

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 2:26
Alors qu'elle montait pour se reposer, elle entendit un bris de verre suivit d'une explosion. Se retournant, Etsuko sentit un petit dégagement d'air repousser ses cheveux désormais courts en arrière. Jetant un oeil alors, elle découvrit la boutique de ses parents, celle qui l'avait vu grandir dans un état déplorable. Toutes les fleurs étaient détruites, éparpillées, et les meubles étaient abimés, le fauteuil bien amoché. Elle avait fait l'action de trop. Tant pis pour elle.

Redescendant rapidement, Etsuko s'approcha de la Chôkoku rapidement. Elle commença des mudras avant même de sortir de chez elle, accumulant ainsi de l'énergie. Elle ouvrit la porte, arrivant ainsi proche de la Chokoku qui se croyait tout permit du haut de son rang social, mais elle ignorait visiblement qu'elle avait fait la dernière erreur de sa courte vie. Terminant ses mudras, la Naari relâcha l'énorme boule de katon directement vers les pieds de la gamine qui venait de détruire son antre de paix, explosant ainsi et couvrant le sol de feu sur presque toute la rue.

Ses yeux étaient désormais brillants, des larmes se formant aux coins de ses yeux. Elle savait, en l'attaquant, qu'elle allait mourir. On ne la laisserait pas s'en tirer comme ça, mais le pas était désormais fait, elle ne laisserait pas cette pseudo femme blesser celui qu'elle aimait ou lui infliger un traitement qu'il ne méritait pas. Elle serait éliminée ce soir même comme le déchet qu'elle était, une créature qui n'avait visiblement de cesse que de nuire à autrui pour son propre et simple plaisir. Quelqu'un indigne de son rang.

Etsuko ne s'était cependant pas arrêtée dans ses mudras, déployant désormais une myriade de pétales qui apparaissaient les uns après les autres en très grand nombre au dessus de leurs têtes, des pétales durs, tranchants, aux abords plus coupants que la meilleure des lames forgées à Tetsu no Kuni. Quelques instants plus tard, ils s'abattirent ainsi sur la zone, ne laissant aucune échappatoire à quiconque était assez fou pour se jeter sous eux ou y rester. Kunai à la ceinture, elle savait quoi faire si jamais son ennemie désormais mortelle tombait au sol suite à ces deux attaques puissantes.

Elle n'avait pas prononcé un mot et n'en dirait plus un, désormais, l'heure était au sang, et lui seul laverait les erreurs de la Chôkoku qui se pensait tout permis. La prison ou la mort attendait Etsuko, mais ce n'était désormais plus important. La folle aurait ce qu'elle était venue chercher : sa propre mort.

Résumé:
 

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 3:47
Le traceur sensoriel indiquait du mouvement, bien, enfin elle se décidait à prendre un peu le taureau par les cornes, je me tenais prête à la réceptionner quand elle arrivait à sa porte, personnellement j’aurais déjà bondi par ma fenêtre pour lui arracher les yeux, mais a chacune son sens de la retenue, c'était honorable aussi… je crois. La suite était sans attendre, la femme bouillonnait en son sein et étrangement tout à coup, elle paraissait plus intéressante, particulièrement quand une boule de katon quittait le devant du bâtiment a la suite des premiers pas de cette dernière. Mon sourire s'étirait, une katon aussi ? Cela promettait d'être intéressant, par chance, j’avais une défense assez véloce pour limiter les dégâts bien que la technique semblait démontrer une certaine concentration de chakra. La senso c'était un peu à double tranchant, ça vous donnait quelques assurances de position, ect… Mais ça pouvait vous faire paniquer par la réalité des valeurs des puissances.. Enfin bref, elle n’avait plus grand intérêt et j'étais trop téméraire pour me soucier de ce genre de choses ou des conséquences. Le mur se dressait entre la boule de feu et moi, j'étais pourtant déjà prête à un nouveau départ plutôt. Attendre que les choses se fassent, ce n'était pas mon genre. Le katon se percutait contre le mur argileux qui explosait, à cela aucune surprise et c'était le moment de sa destruction de toute façon que je guettais avec minutie, une association aux entraînements du domaine, pour partir en trombe dans une charge véloce sur ma cible qui n’avait pas daigné changer de place. Arrangeant.

Cependant, il n’avait pas su me préserver du déversement des flammes qui léchaient alors le terrain, embrassant mon vêtement alors que je les traversais déjà lancés dans mon élan de charge, autant dire que la contre-attaque se voulait particulièrement véloce, permettant de parcourir d’ordinaire même de grande distance en peu de temps à peine pour laisser un adversaire agir, alors imaginez l’effet a cette distance la. De plus étrangement ou ironie, je disposais du manteau katon de sa propre technique pour gâcher sa vue et donc mon déplacement vers elle. Sans appel, à sa portée je crachais des sembons du fond de ma gorge en visant ses yeux pour les crever, ayant eu pour but de les crever comme pour faire raisonner la menace précédemment donner. Au milieu de mon habit carbonise, le sang se répandait entachant le tissu, ma chair, le sol et elle, durant ma charge, ses pétales ne m’avaient pas épargné malgré la vitesse de déplacement qui avait joué pour ou contre ma faveur, allez savoir… Pour être franche, je ne m'étais pas aperçue qu’elle les avait lancés. Qu'à ce moment que la douleur me parcourait faisant serrer les dents, combien même, j’étais l'héritière des Chokoku, mes mains n’aspiraient qu'à se resserrer sur sa tête qu’elles avaient eu pour objectif d’attraper pour la châtier, resserrant leurs griffes parce que le corps souffrait sans nul doute. Pas assez pour me tuer cela dit...

Le choix des yeux en cible n'était pas anodin.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 6:13

Un homme titube et s’enfonce au sein du coeur commerçant de la Roche. Son allure parle pour lui-même : il a probablement un peu trop bu. Aussi, il ne fait aucun doute quant à sa provenance ou les activités qu’il a dû faire peu de temps avant cela, de nombreuses marques de rouge à lèvre et autres fioritures féminines jonchent sa peau. D'ailleurs, cette serviette volée à Tetsu no Kuni est fièrement brandie sur son crâne d'abruti.

Ainsi, alors qu’il compte bien terminer sa soirée chez lui - au domaine Nagamasa - avec peut-être son paternel ou bien une toute autre personne de ce même clan, du moment qu’il puisse échanger de manière un peu trop euphorique tout en ayant un échange au sabre exaltant. Seulement, non loin d’ici, une explosion retentit et c’est une voix féminine qu’il entend. Pris par la folie de la soirée qu’il vient de passer, les paroles de la jeune femme lui paraissent bien trop mélodieuses pour qu’il daigne passer à côté de l’occasion de s’en occuper. À peine déboule t-il dans la rue où se trouve ladite femme, c’est un véritable champ de bataille improvisé sur lequel il tombe. “Non mais c’est quoi ce foutoir…” ; Il ne voit pas encore flou mais doit plisser des yeux pour voir qui est concerné par cette histoire. Ah ! non vraiment. Sa fiancée et Etsuko, il imagine difficilement la scène qui a pu les mener à cela. Cela ne change rien à ce qu’il se doit de faire. Les policiers étant trop lents pour se ramener, il se doit de remplir la sale besogne lui-même.

Après quelques mudras rapidement exécutés, il créer trois clones puis deux de ces derniers usent d’arcanes venteuses afin de mettre un terme à cette idiotie sans nom. Deux kunoichis d’Iwagakure se combattant ainsi - telles des sauvages -, où sommes-nous ? Oui, il est vrai que les femmes iwajins ont une certaine réputation : leur caractère est des plus… volcaniques ? Peu importe, tandis que les flammes proches des deux hystériques s’éteignent et que ces deux dernières sont soumises à une pression de haut rang, Takumi approche du duo qui vient de détruire une partie de la rue et sans aucun doute blesser des civils - les autorités compétentes s’occuperont d’eux. Le Hyûga sort alors son kiseru, attendant que ces deux prétendantes au sang bleu shinobi tombent dans les pommes par manque d’oxygène.

...


***


Côté Diao :

Au réveil de Diao, cette dernière ne pourra que remarquer qu’elle se trouve dans une pièce servant aux interrogatoires de la Police d’Iwa. Un fuin d’urgence lui a été posé sur la nuque - l’empêchant d’user de son chakra jusqu’à ce qu’il soit enlevé - et il va de soi que la seule porte de sortie est verrouillée de l’extérieur. Tirant sur son outil de fumette favori, il recrache doucement la fumée sur le visage de l’albinos. Lui debout devant elle tandis qu’elle est assise, libre de ses mouvements ceci dit, la petite tête explosive pourra remarquer - une fois de plus - qu’elle porte le kimono de son fiancé. Il faut dire qu’il ne souhaite pas réellement que d’autres personnes puissent apercevoir son corps dénudé et il a dû faire dans l’urgence. Cependant, contrairement à l’autre fois, il portait toujours un yukata léger sous l’habit qu’il a enfilé à cette déviante. Le samurai en devenir l’observe puis la toise du regard.

Que vais-je faire de toi ?

Puis il use de fuuton afin de ramener la deuxième chaise présente dans la pièce afin de s’asseoir à côté d’elle, de se mettre à sa hauteur. Devant eux, la table où ne jonche pas (encore) les feuilles de cette nébuleuse affaire est vierge de toute fioriture si ce n’est du thé Sado en provenance du pays de la Foudre (à croire que Takumi en a constamment sur lu) et deux petites tasses dans lesquelles verser ce doux breuvage. Malgré les circonstances, il sait tout de même faire preuve de bonté envers elle. D’ailleurs, en arrivant au poste, le jônin a usé de son influence afin que les tenant du lieu se taisent sur l’affaire et parlent - en premier lieu - d’un attentat perpétré par des Chôkokû (faisant écho à l’histoire sur les meurtres visant les Hyûga, afin de brouiller un minimum les réelles pistes de cette affaire). La chose pourra certainement donner à réfléchir à celle qui a le sang chaud alors que son clan se verra une nouvelle fois affabulé d’une chose bien atroce.

Parles.

Son ton se veut neutre, c’est devant lui qu’il regarde en attendant ce qu’a à dire la genin.

***


Côté Etsuko :

Même chose pour la jeune fleuriste, même disposition, même sceau. Un clone de Takumi se tient ici, à ses côtés. Ils se trouvent dans une pièce à l’autre bout du poste de police, de cette manière, plus aucun problème ne devrait survenir. Déçu du comportement de cette femme qu’il pensait maître en self control, le shinobi ne daigne point lui adresser un regard. Le bordel de ces deux-là coûteront cher à la Roche et probablement encore plus aux victimes et aux tenants de commerces aux alentours de la fleuristerie.

Parles.

Tout comme avec Diao, il regarde face à lui et patiente en attendant que la vérité lui soit avouée.

***


Côté police :

Les deux derniers clones de Takumi s’affairent à gérer cette histoire au mieux. Le but ? Faire en sorte que les informations données par les civils lui soient en premier lieu amenées. Si le chef de ce poste de police souhaite dire quelque chose, c’est au regard vide du Nagamasa qu’il aura à faire. Et il est évident que sa réputation n’est plus à refaire : certes, il aime courir après les femmes - et donc les problèmes - mais son manque de patience et son intolérance n’ont pas encore rencontré d’égal depuis qu’il a poussé son premier soupir à sa naissance. Et cela ne risque pas de changer de sitôt, il devient alors évident que cet homme (ou cette femme) se sente obligé de rester à l’écart de cela, laissant ainsi la chevelure de jais gérer la chose comme il l’entend.



Informations:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 7:06
Le monde s’était arrêté et revenait doucement à la vie pour moi. Mon corps ne me faisait plus mal et je n’étreignais plus rien, portant ma main dans mes souvenirs… Mes épaules étaient lourdes, en baissant le nez, ce kimono n'était pas à moi, mais avant même de l’entendre ou le voir, je savais avec qui j'étais. La flemme et ou étain passe cette avortonne ? Il lui avait sauvé la mise ? Mon regard sur lui se faisait sévère, j’avais sous-estimé l’ampleur, j’aurais dû la faire exploser direct dans sa chambre plutôt que la convier, cette excessive dans un échange houleux. L’odeur de la fumée augmentait la frustration, était de la colère ? En tout cas la mâchoire se crispait et ça se verrait, fiancée de bas étage.

Que faire de moi ? J’en aurais autant a dire en tirant sur le pan du vêtement qu’il m’avait mis, tâché de traces de catins l’ayant trop rapproché. Pas de commentaires, simplement je glissais le kimono hors de mes épaules le laissant glisser sur mon dos. Il me faisait gentiment chier dès les premiers instants du réveil, en parlant poliment. S’il avait de quoi palier a mon saut d’humeur en sous du kimono pour avouer, je m’en foutais pas mal, lui en revanche… J’apprenais vite et bien. Mes bras se croisaient devant ma poitrine, sourcil relevé. J’avais pris soin de lui montrer le problème avec son vêtement de remplacement.

_” … Je ne mettrais pas un vêtement souillé par une autre.“

Mon regard le quittait pour la table, bien du thé.

_ “ Où t’etais ? Et en plus, tu viens me montrer que tu batifolais ? Et puis non content, tu viens interférer dans le recadrage d’une de tes maîtresses encore ! Et en sa faveur en plus. Je t’avais averti, les autres subiront le même sort. Quel fatiguant, tu prendras le pli de grès ou de force. “


Si j’avais simplement voulu, lui dire a la base, j'étais plus en train de lui aboyer dessus. Pour le reste, que dire… Il m’avait tellement enrage encore, que je voulais juste me plaindre de la tentative d’assassinat de cette gueuse. Cela aurait un bon moyen de m’en débarrasser, mais a la place… je prenais le thé pour boire, de nouveau silencieux, les yeux fermés et une veine colérique sur le front parfaitement visible je laissais le silence planait. Il allait de soi, que les jérémiades d’une héritière pussent toujours la sauver de tout ou presque, qu’est ce que je risquais ? Une sévère correction au domaine. Qu’est ce que j'étais venu chercher en venant la voir l’écoeurer à l'idée de rêvasser de cet idiot… Mais que je l’avais provoqué ou non, ne changeait rien à l’affaire que c'était un attentat sur l'héritière d’un clan majeur. Le match était inégal des le début et tout ça, c’était sa faute a lui. Et j’avais besoin d’elle pour faire un exemple, un bon compromis.

_”Mais je suppose que c'était de “l’incident” que tu voulais parler ?” Petite gorgée et mon air le plus condescendant possible. “ Cela m’a énervé de vous apercevoir, alors je suis venue détruire sa boutique pour la punir, j’ai oublié que j'étais allergique aux fleurs, tu te souviens comme chez toi, ça a dégénéré en étant en contact avec quand j’ai fait exploser la boutique, mes excès se sont répandus dans la rue. J’assumerais la responsabilité, mais elle méritait son sort.” Nouvelle gorgée, je lui mettais ? Pas tout à fait, suivait bien le choix des mots, après c’était a l’interprétation et je m’assurerais qu’il en ferait la bonne. “ Aussi simple que ça. ”

Si seulement. Princesse hein ? Tss.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 9:10

Ah, rien d’étonnant. La situation ne lui plaît guère et il faut dire qu’elle ne me sied pas non plus. Au moins, nous sommes deux comme ça. Et je l’observe tandis qu’elle retire le vêtement que j’ai daigné lui passer. Ca commence, jamais contente de ce qu’on lui donne. C’est quelque chose qu’il va absolument devoir travailler, les compromis étant visiblement trop difficiles à encaisser pour elle. C’est compréhensible, j’ai tendance à abuser par moment. Mais elle a raison, au moins nous sommes tous les deux à l’aise comme cela. Ce sera plus pratique pour se détendre.

Comme tu voudras. - de toutes façons, elle a aussi un yukata léger en dessous de ce qu’elle vient d’enlever ; où j’étais ? - Quelque part. - petit sourire puis soupire - Une de mes maîtresses ? Encore ? - petit air étonné - Tu m’en apprends une bonne là. Etsuko est loin d’être cela, juste un simple flirt datant d’avant notre rencontre, rien de plus. - un avertissement ? de grès ou de force ? haha ; je lui attrape son menton et ses joues à l’aide de ma main non prise par le kiseru puis lui souris - Et tu comptes t’y prendre comment ?

De la curiosité me prend, c’est sûr. Mais il est certain qu’elle a vite compris saisir mon attention celle-là. Non pas que ses formes ne m’intéressent point - elles sont plutôt bien mises en valeur par le yukata (non mouillé), je me dois de rester concentré sur ma tâche. C’est-à-dire : l’interroger. C’est qu’il ne faudrait pas qu’elle arrive à inverser les rôles non plus, cela serait fort cocasse mais ne m’étonnerait pas plus que cela. M’enfin, je vais faire de mon mieux hein. Bon, je ne vais pas mentir. Bien que je m’amuse à la taquiner et la charrier une fois de temps en temps, le silence qui pèse avant ses prochaines paroles sont un peu dérangeantes. D’ailleurs, je dépose par moment mon regard sur son visage pour tâter le terrain, elle n’a vraiment pas l’air satisfaite et c’est normal après tout. Je me rappelle à peine que c’est une Chôkokû, ce qui me fait rappeler à mon bureau au poste 12 qui a sauté à l’aide de techniques bien faibles mais tout de même impressionnantes. Il faut que je pense à sauver ma peau avant tout. Tentons un peu la démocratie pour une fois, ça ne me fera pas de mal. Elle non plus d’ailleurs je présume.

L’incident ? - je dépose mon kiseru sur ma chaise, encore allumé puis me place derrière elle - Voyons, voyons, j’étais simplement venu clarifier certaines choses comme le fait que nous étions fiancés à présent. - mains posées sur sa nuque (j'apprend vite et bien aussi ; pas de blessure, ça m’arrange), je démarre un nouveau massage (ne jugez pas, elle vient de faire péter une boutique pour que dalle, vous feriez quoi à ma place ??) - C’est compréhensible. - d’une voix satisfaite, il faut croire que j’aime beaucoup sa sauvagerie - Personnellement, je n’ai aucun problème à ce que tu fasses disparaître celles que tu ne supportes pas. Seulement la prochaine fois, fais ça en dehors du village ou même bien plus loin. En somme, sois discrète. Tu peux au moins faire ça, non ?

Conciliant ? Non, je lui dis la vérité.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Naari Etsuko
Naari Etsuko

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 10:01
Etsuko ne disait pas un mot. Maintenant, elle était là pour tuer la peste. Elle venait de relâcher l'une après l'autre deux techniques très puissantes parmi celles qu'elle connaissait pour "tester"... Non, tuer sa cible. Si jamais cette dernière survivait, elle aviserait en fonction. Mais alors qu'elle venait d'envoyer le commencement du déluge de pétales tranchants, une technique particulièrement blessante qui n'avait cependant pas tendance à tuer les gens sur le coup, plus à les blesser très sérieusement en les lacérant de toute part voire de leur faire des hémorragies, elle remarqua que la peste préparait quelque chose en fonçant vers elle. Se mettant alors en garde à mains nues, ne préparant pas encore de nouvelle technique, elle se préparait à réceptionner la garce qu'elle allait achever ensuite. Elle n'avait pas encore prit son kunai, elle le conservait à sa taille pour pouvoir l'achever lorsque la kamikaze serait hors d'état de nuire. Elle ne combattait pas assez bien directement avec pour se permettre de prendre des risques de ce genre.

Mais la peste ne lui donne pas de coup à proprement parler ni d'attaque à courte distance, non. Elle vient lui attraper à tête à deux mains, se recevant alors un coup de poing en plein ventre de la main droite d'Etsuko - pas très puissant, elle n'a pas réellement appris à attaquer pour le moment - et son bras gauche vint très rapidement se placer devant son visage en voyant que c'était la cible souhaitée par la Chokoku. Deux senbons vinrent alors s'y planter, le troisième allant directement sans que celle-ci ne semble sourciller. Dans sa haine totale, sa rage qui avait dépassé depuis maintenant un petit moment l'esprit rationnel et doux de la fleuriste de Kisetsu no Hana, cette dernière ne ressentait plus vraiment la douleur, ne s'en préoccupait plus. Elle pouvait bien mourir, il fallait qu'elle tue cette fille. Qu'importe les conséquences, qu'importe son état physique, elle devait mourir.

Reprenant ainsi un peu de distance avec son ennemie désormais mortelle grâce à son coup de poing, la Naari recommença à faire des mudras mais fut stoppée nettre par une grande pression venteuse qui la plaqua rapidement au sol. Les trois senbons s'enfoncèrent un peu plus profondément dans sa chaire, écrasés tout comme elle par la pression et les larges plaques désormais chaudes de roc que composaient le sol pavé de la rue commerçante. L'oxygène vint rapidement à manquer, Etsuko perdant alors connaissance.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La demoiselle aux yeux émeraude reprit doucement connaissance, dans une petite pièce qu'elle ne connaissait pas. Elle était assise sur une chaise et grimaça un peu au réveil, portant la main gauche à sa joue droite, une douleur étant encore un peu présente, l'autre à son bras gauche qui avait encaissé sans broncher les deux senbons. Elle entendit alors la voix de celui qu'elle désirait le moins voir de tout le village à ce moment, Takumi, qu'elle n'avait pas encore remarqué. Elle sursauta légèrement puis sentit ses yeux se remplir de larme qu'elle contrôla en se mordant fortement la lèvre à l'intérieur de sa bouche. Elle baissa alors les yeux. Il lui avait simplement dit de parler. Donc c'était lui qui était venu sauver Diao. Après s'être fiancé à elle, il était venu la sauver lorsque cette dernière était venue la torturer jusqu'à chez elle et avait détruit la boutique qui représentait sa vie... La cruauté de ce duo n'avait pas de limite aux yeux de la jeune femme.

« ... Vous comptez me torturer encore longtemps ?.. J'ai accepté, je vous ai laissés, et vous venez jusqu'à chez moi pour tout détruire et me narguer, puis quand je craque, vous me prenez sur le fait pour mieux m'enfermer ?.. Elle a réussi... Pars je t'en prie... Laisse moi juste aller en prison et y mourir, je n'ai plus Kisetsu no Hana, j'ai offensé tous les habitants de la rue et je leur ai causé de grave dommages parce qu'elle a su me rendre folle... Je ne suis plus digne de ce village... Je ne l'ai jamais été, vous me l'avevz bien fait comprendre... Envoie moi en prison et vis avec elle, vous avez gagné, votre plan était magnifique... Laisse moi... Je ne veux plus te voir puisque je n'en ai pas le droit... Arrête de t'imposer comme ça... J'ai mal... Bien plus que tu ne sembles le comprendre. »

Etsuko se tut, croisant les bras sur la table pour y cacher son visage, ses cheveux désormais courts retombant autour de son visage. Elle sentait les larmes revenir, elle avait mal, elle avait honte, elle voulait juste disparaître, se faire oublier, que tout s'arrête, ou alors... Qu'elle se réveille de ce cauchemar qui ne semblait plus vouloir cesser de la chahuter.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 10:45

Comme il fallait s’en douter, elle semble être au plus mal. Est-ce vraiment étonnant ? Non, pas vraiment. J’entend ce qu’elle dit, je comprend son ressenti. Comment ne pas hurler à l’injustice dans son cas ? Seulement, elle donne un jugement lourd en accusations bien trop vite à mon goût. Cela peut vite commencer à m’agacer mais je vais tâcher de rester pédagogue et professionnel jusqu’au bout. Je ne suis pas ici en “qualité” de Takumi mais bel et bien shinobi de la Roche. Ni plus, ni moins. Un concept que beaucoup n’arrivent point à cerner dans le coin récemment, au vu de leur façon de vivre et de se comporter.

Crois ce que tu veux mais ne m’accuses de rien. Je passais par là après une soirée bien trop arrosée à Iwajuku, rien de plus. - oui, vous vous êtes fait calmer par un homme bourré - En ce qui concerne la prison et la mort, il faudra se référer à la personne qui vous jugera. Oui car je suis aussi en train de l’interroger, tu ne sembles pas être “prise au piège” en fin de compte. Pour ce qui est des villageois, oui tu les as probablement offensé mais pour cela encore faudrait-il que je sache ce que chacune d’entre vous a bien pu faire. Je présume que l’explosion est d’elle mais les flammes ? - je sais d’expérience que l’autre folle partage l’affinité brûlante - Je vivrais sans aucun doute avec elle jusqu’à ce que l’un d’entre nous deux ne meurt, c’est un fait. - un soupire pas trop marqué - Et bien ne me regardes plus mais parles moi plutôt de votre altercation.

Je porte alors mon kiseru au bout de mes lèvres, laisse planer un léger moment de silence puis laisse les agrumes de ce dernier me susurrer aux poumons que l’heure est bientôt venue pour moi de quitter le monde des éveillés pour aller rejoindre celui des dormeurs. De toutes évidences, je commence à fatiguer mais qu’à cela ne tienne, je remplirais mon devoir jusqu’au bout.

On ne dirait pas mais je suis là uniquement pour récupérer des informations et vous aider. Vous aider à “peut-être” réduire la gravité de vos actes et la débilité avec laquelle vous avez sûrement dû agir toutes les deux. - de la fumée est recrachée devant moi - Donc parles.

Qu’elle arrête de se morfondre deux secondes et dise ce qu’elle a à dire. Elle aura tout le temps de pleurer dans les geôles ou six pieds sous terre. D’ailleurs, heureusement que c’est moi qui suit intervenu car si ç’eut été une autre personne, il y a aurait de grandes chances pour que ni l’une ni l’autre ne puisse témoigner de la chose aujourd’hui. Ce qui est bien censé prouver ma bonne volonté. M’enfin, voyons ce que cela donne.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Naari Etsuko
Naari Etsuko

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 11:27
Etsuko restait immobile, écoutant le jeune homme. Pourquoi devait-il être là ? Pourquoi était-il intervenu ? Elles auraient réglé leurs comptes une fois pour toute, elles seraient mortes, fin de l'histoire. Elle n'aurait manqué à personne... Elle n'était pas de haut rang, pas particulièrement puissante quand bien même elle était capable d'une certaine dévastation lorsqu'elle était si furieuse...

« ... Désolée... J'ai tiré des conclusions... Trop vite... C'est moi qui ait envoyé le katon, puis les pétales... Elle n'est certainement pas capable d'une telle attaque... Elle est venue pour me torturer mentalement, me provoquer, me faire souffrir et elle y est parvenue... J'ai voulu éviter de lui faire du mal, refermer derrière elle et remonter pour aller m'allonger... puis... L'explosion... Elle a détruit Kisetsu no Hana... J'ai perdu tout contrôle et je n'avais plus qu'envie de la tuer... Je l'aurai fait si tu n'étais pas intervenu... »

Elle restait immobile mais parlait à travers les larmes, contenant ses sanglots. Elle ne voulait plus pleurer devant lui. Pourquoi est-ce que ça devait encore être lui ? Pourquoi pas quelqu'un d'autre, n'importe qui, même s'il la tuait instantannément, ce serait tellement moins douloureux... Elle qui était sur le point de rentrer au Yamagenzo, voilà qu'elle s'était détruit cette possibilité qui aurait pu lui changer les idées...

« Même s'ils décident que la mort n'est pas la solution appropriée, le résultat sera le même... Elle a réussi à détruire ma crédibilité en me rendant ainsi folle... Surtout pour ça... Pour toi... Déjà qu'elle était faible... »

Le sang coulait lentement dans sa bouche, de sa propre morsure. Elle était parvenu au sang, et le liquide qui emplissait sa bouche lui donnait petit à petit envie de vomir. Elle se haïssait d'avoir été si faible, d'avoir craqué si vite... Elle aurait simplement dû la maîtriser... Elle en était capable... Elle en était certaine, après avoir vu ses quelques techniques, l'autre ne faisait pas le poids en combat... Mais elle était l'héritière des Chokoku et la fiancée du fils du kage... Et elle serait lavée de tout crime par un jeu habile, tandis qu'Etsuko prendrait la sentance du débordement pour les deux. C'était... "normal"... Habituel plutôt, prévisible... Plus personne n'oserait s'approcher d'une fille aussi violente qu'elle... Elle qui avait pourtant l'habitude d'être toujours la plus douce possible, aussi douce que le nécessitait les fleurs...

« Pour le déroulé exact, elle est arrivée alors que je m'étais endormie dans la boutique, elle m'a apporté un de tes kimonos et a cherché à me blesser par ses paroles, puis je l'ai repoussée avec une fleur géante après avoir brûlé le vêtement. Quand je suis remontée après avoir fermé à clef, alors que j'étais encore dans l'escalier, j'ai entedu la vitrine se briser puis j'ai senti le souffle de l'explosion qui a détruit la boutique. Et je suis ensuite descendue, j'ai ouvert la porte et j'ai envoyé une boule de feu sur elle avant de lui faire retomber mes pétales sur la tête... Elle a tenu bon puis m'a foncé dessus, m'a craché quelque chose a la figure, je me suis protégé avec mon bras et je crois que c'est à ce moment que tu es arrivé, alors que je venais de la repousser... Et que tu nous as fait perdre connaissance... »

Voilà, tout était clair, tout était dit, il avait toutes les informations en main et pouvait les transmettre pour qu'elle reçoive son châtiment.

« Laisse-moi maintenant, je t'en prie... Je t'en supplie, je n'ai rien d'autre à t'offrir comme information... J'ai perdu tout ce qu'il me restait en envoyant ce kâton, je le sais maintenant... Mais je n'ai pas été capable de réfléchir en voyant l'état de la fleuristerie... Après ce qu'il s'est passé... Ce que tu m'as appris... Je n'étais plus... Capable d'encaisser ça... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 13:02
Je soupirais longuement, quelle tristesse, Iwa allait décidément essuyer plus de dégât que je ne l’aurais cru. Mes paupières plissaient, je le fixais avec de la suite dans les idées, au moins il verrait que je ne plaisantais pas. À la longue peut être que…

_”Encore un bout d”iwa qui va partir en fumée quand j’aurais mis la main dessus… C’est ça que tu veux ? ” Mais, il ne serait ce qu’il était s’il ne jouait pas au plus malin comme le parfait imbécile qui était. Il était faible aux tentations, la preuve les traces sur sa peau, ses vêtements et cette idiote lui auraient décroché la lune pour peu qu’il ait su la travailler un peu, aucune ouverture on avait dit. “Bien, rajoutons à la liste que les flirts sont interdits aussi.”

Voilà que sa main gênait pour me sustenter de mon thé, mauvais choix, surtout pendant les humeurs d’une Chokoku, je ne pouvais pas user de chakra-j’avais vérifié, mais je n'étais pas inoffensive. En plus il savait la fourberie sans faille de sa fiancée pour l’avoir tâté de près déjà. Simplement la tout de suite, il n’y avait pas que mes chats a fouetté, alors simplement je tirais sur son bras pour faire rapprocher son visage de plus près. Damne l’odeur, il coucherait dehors si on vivait ensemble, mais pour l’heure simplement un sourire malin avant de souffler sur son petit nez pour agiter ses cheveux. Ce n'était pas agace, plus taquine, j’aurais pu aussi bien l’embrasser pour le faire taire, s’il n’avait pas bu autant. Enfin bref, c'était le moment de lui apprendre que les attentions et l’affection n'enlevaient rien aux possibles sanctions. Ironique, c'était moi la prévenue ici qui glissais deux doigts sur sa joue avant d’y mettre une pichenette de bout de doigt.

_” Imagine que l'hystérie de ta fiancée finisse par la blesser ou pire. Que va dire ton père des états dans lesquels tu me mets a la longue…? Hum ? ”

Un massage s’en suivait, il était définitivement trop docile, soit trop saoul, pour réfléchir, soit conscient d’un tort quelque chose ou alors il négociait. La pensée me faisait lever les yeux au ciel.

_”Envoie un courrier la prochaine fois ou prouve à quel point j’ai tort de m’emporter, la confiance c’est une fleur capricieuse et fragile de floraison et de résistance, tu sais.”

Et me caresser dans le sens du poil me suffirait pas, même ce qu’il disait et faisait été plaisant.

_” Après que j’ai fait exploser le bâtiment qui te soule, j’appliquerais ton sage conseil. À moins que tu te décides à parler ? ”

Non toujours pas hein ?

_”Oh damne Takumi-san, tu vois bien le sans pitié qui peut s’abattre sur une fleuriste si douce et innocente, tu ne veux pas que l'épisode se reproduise pas vrai ? Puis au fond tu l’aimes bien, on pourrait faire en sorte qu’elle ne soit pas inquiétée. Un coup de sang d’une princesse de clan pourrie gâtée ça prend quoi ? Quelques coups de bâtons sur les doigts… Mais une quelconque qui perd son sang-froid comme ça.” J’haussais les épaules qu’il massait. “ À partir de maintenant en public, joue les parfaits amoureux, c’est un marche honnête non ? Et ça évite les problèmes a tout le monde. Après tout, j’ai déjà détruit ton manoir sans fracas.” Je penchais la tête, la nuque il savait que j’aimais bien ça.

_________________
La voleuse de Bonbon - Etsuko R4qz
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 13:57

Côté Etsuko :

Enfin, elle s’explique. Des excuses - brèves - puis le récit commence. Je sens bien que les événements sont assez récents pour qu’elle puisse m’en parler avec une certitude avérée mais son esprit, lui, n’est pas des plus concentrés. Forcément, elle n’arrive pas à bien reformer les choses comme elles doivent l’être après tout ce qu’il s’est passé. Peiné pour elle ? Oui je le suis.

Passons à autre chose... - pour les excuses - Je comprend le raisonnement derrière, cela a tout de même été une erreur. Deux kunoichis d’un même village, vous devriez vous considérer comme des soeurs et ne surtout pas vous chamailler pour un simple homme. Tu devrais te concentrer sur ton objectif, ta tâche à accomplir.

Oui, cela peut vachement paraître comme étant une vaste blague quand c’est moi qui le dit mais je pense être toutefois l'un des mieux placés pour en parler. Car je peux à présent me poser en observateur des erreurs dont j’étais l’instigateur auparavant. De ce même genre d’absurdités - non pas de romance mais bien de futilités semblables -, je m’étais par le passé affabuler. Mais bon, il faut bien passer par là afin d’évoluer et devenir meilleur. Tomber, se relever et comprendre le pourquoi du comment de la chute afin d’anticiper la prochaine. Une chose que tout être humain normalement constitué se doit d’avoir développer. Mais nous sommes jeunes. Jeunes, beaux et bêtes. C’est après des mirages que nous courrons et c’est cette réalité que nous fuyons. Mais dès que nous atteignons ces illusions dont nous nous bercions jusque là, le monde autour de nous vient nous arracher à nos rêves les plus fabuleux pour nous montrer la triste vision de cet univers : le Yuukan va mal et les créatures y vivant avec. C’est de l’avant qu’il faut aller mais non pas vers le faux mais bel et bien le vrai. Un défi de taille que, je l’espère, nous saurons - ou essaierons - tous relever.

Et que penses-tu de sa crédibilité ? Publiquement, ça ira car les gens se tairont. Mais les membres de son clan eux… Crois moi, cela risque de ne pas être facile à vivre pour elle. Certains te détesteront ou te dénieront mais beaucoup te prendront en pitié. Elle, ne restera que la pourrie gâtée que tout le monde choie et rien d’autre. - un court instant - À vrai dire, je ne sais pas qui est la plus à plaindre. Tu peux très bien prendre plus cher qu’elle mais toi… Toi tu restes libre. Libre de tes décisions, de tes choix, de vivre la vie que tu désires avoir. - je me tourne vers elle - À chacun ses difficultés et ses épreuves, Etsuko.

Le liquide vital coule de ses lèvres puis je sens bien qu’elle est à deux doigts de craquer. Comment suis-je censé réagir ? Je suis bien souvent antipathique ou alors j’ignore bien trop souvent la souffrance des autres afin qu’elle ne se répercute pas sur moi. Lâche ? Peut-être. Prudent ? Oui. Faible ? Sûrement pas. Je ne compte pas tomber à cause des erreurs des autres, c’est une certitude.

Je vois… - après l’avoir écouté témoigner ; je dépose une main sur sa petite tête après ses ultimes paroles - Pleures autant que tu veux mais remets toi vite à sourire, il faut bien soigner ton image après tout. Si tu ne peux vaincre un noble par les gestes bruts, joues de manipulation s’il le faut. - je frotte doucement ses cheveux afin de les mettre en bataille puis je soupire - Merci pour ta coopération. - je me dirige vers la porte de sortie puis quand elle s’ouvre, je me tourne vers elle et lui adresse un dernier sourire - Finalement, ça te va bien les cheveux courts.

***


Côté Diao :

Elle a véritablement envie de jouer les sanguines ce soir. En même temps, ce n’est pas si étonnant vu le semblant de dérouillée qu’elle vient de prendre. Bien sûr, je garderais ces paroles pour moi. Non pas par peur ou par crainte mais bien car je commence à avoir mal au crâne. Les conneries des deux idiotes m’ont bien casser la tête et je présume que l’albinos n’en est qu’à ses débuts pour ce soir. Tu ne vas pas me désoler bien longtemps, c’est moi qui te le dis.

Je crois que tu n’as pas très bien saisi, c’était le dernier auquel tu t’attaquais Diao. Je serais beaucoup moins clément la prochaine fois, héritière d’un clan majeur ou non. Ton rang ne te sauvera pas éternellement, saches le. - un soupire - C'est compris, j'arrêterais les flirts.

Un souffle envoyé sur mon visage puis je lâche un sourire à mi-chemin entre le “ça m’amuse” et le “tu me fais chier” qui est sorti. Je me permet simplement de l’observer tandis qu’elle envoie sa petite pichenette. Si c’est ce qu’il lui faut pour avoir son petit bonheur dans cette pièce, son cachot temporaire, soit.

Tu devrais plutôt faire attention à tes paroles et surtout quand tu mentionnes mon père dans tes manigances. - les veines sur mes tempes ressortent doucement - Ne daignes pas t’en servir d’une quelconque manière, il n’est l’objet de personne et surtout pas de celle qui se devra de porter ses petits-enfants. - un petit rire suffisant - Fais en sorte de pouvoir rester à ta place, nous parlerons ensuite du fait de te laisser en vie.

Je n’aurais évidemment aucun scrupule à m’en débarasser bien qu’elle ne s’en rende pas forcément compte. En temps normal, je ne serais pas aussi… direct ? L’alcool aidant, je vais bien plus souvent à l’essentiel en état d'ébriété.

J’ai réellement besoin de ta confiance ? Ce n’est pas comme si nous devions construire quoi que ce soit, c’est une simple pièce de théâtre que nous devons jouer devant les autres. La seule chose que nous avons à faire est de retenir nos répliques et les gestes répétés des centaines de fois (durant notre enfance, éducation de la haute). - je détourne le regard avec un sourire bien moqueur malgré moi - Je ne me souviens plus du nom de l’établissement, il y avait juste beaucoup d’alcool, de la musique un peu douteuse et une présence féminine bien trop… présente justement.

Je ne mens pas, dur de se rappeler du lieu exact ou du nom de l’enseigne alors que j’ai passé ma soirée à faire des concours d’alcool. Aussi, je n’ai pas cherché à toucher la moindre femme. Seulement, dans ce genre de rassemblements, les baisers volés sont nombreux et bien souvent, on ne remarque pas quand cela est effectué, surtout avec le sake.

Qui t’as dit que je l’aimais bien ? Je croyais avoir parlé d’un simple flirt. - en massant un peu plus méticuleusement ses épaules - Je suis adepte de la justice, tout simplement. Tant pis si tu prends moins qu’elle, elle se doit tout de même d’assumer ses actes. Comment grandir sinon ? À moins que tu ais une meilleure idée à me proposer ? Te sentirais-tu d’humeur altruiste aujourd’hui ? Pas d’hypocrisie avec moi. - allez savoir si ce que je dis est vrai, peut-être mettrais-je la faute sur le dos de son clan, son frère et son oncle étant deux êtres qui me débectent... - Je suis plutôt d’accord. - une main sur cette nuque puis une autre qui descend lentement le long de son dos pour finalement revenir devant et remonter sur sa poitrine - D’ailleurs, je n’ai toujours pas eu réparation concernant mon manoir.

Fourbe, un peu alcoolisé et probablement plus vraiment maître de mes moyens, je reste - je pense - fidèle à moi-même. Comme quoi, il n’y a pas beaucoup de différences entre le Takumi à moitié ivre et celui en pleine forme. Un signe qui devrait m’avertir que je devrais passer à des alcools bien plus forts ou alors de calmer un peu sur la bibine.



Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Hyûga C. Diao
Hyûga C. Diao

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 15:05
_” Quelles manigances ? Ne penses-tu pas qu’un jour il viendra chercher des explications ? Quelle naïveté, tu voiles ta face. Qui est la source du problème de ce soir d’âpres toi… Moi ? Elle ?... Toi …?”

Je souriais en accentuant le dernier mot. C'était une chose d'obéir aux obligations, d’assurer le standing, une autre de le faire en courbant l'échine et se laissant ridiculiser. Probablement que je n’avais pas voulu hériter et le clan et rattraper les bavures de mon frère, j’aurais eu la flemme de m’occuper de ses passes temps, mais la vie l’avait voulu autrement. On crachait sur mon dos pour tout et rien, autant de pas donner de la crédibilité et de la valeur aux denigrations préjudiciable. Le Hyuga se plaçait en prince sur la table de roi, loin d’un privilège, une chance ou un avantage, il était un véritable poids mort. D’abord le contentieux qui liaient nos clans, ne nous mentons pas, dont j’avais à assumer la soumission familiale du côté Chokoku en épousant un fil Hyuga, comme il le signifiait si durement, je serais la mère de Hyuga, aucun d’eux ne prendrait ma suite au sein du clan qui m’avait vu naître, j’allais changer de famille on allait voler ma succession qu’on ne laissait que fictive, parce que ça faisait beau sur la pays et en définitive pour l'image de cet insolent. Échec mat chez les explosifs. Alors de quel rang au parler au juste quand je ne devenais plus que la “”” de…

À cet instant j’avais même réalisé alors qu’il ne le soupçonnait même pas. Ma tête se secouait doucement, des enfants, il n’en aurait pas, de moi en tout cas,mais nul besoin de l'en informer pour l'heure. Et si je souriais quand même a ce moment la, c'était que le bougre sous-estime la résistance que pouvait avoir une mauvaise herbe, parce que c'était ce que j'étais à la base, avant d'être vendu une première fois a cette famille de fous. Et je ne parlais pas de la sienne. Pas de relever sur ma vie ou le reste, il aimait les mots, je préférais les actes, il fallait être docile pour le jour ou la goutte de trop, ma bille ferait exploser sa tête. Au final, même longueur d’onde, sauf que j’avais des éléments qui lui échappaient encore.

_” Cette discussion n’est pas faite pour un jour enivre d’alcool. Crois-moi bien que je te dis que je préfère les actes aux mots.”

Qu’il abusait donc si ça lui faisait plaisir, de toute il ferait bien pire un jour ou l’autre sans que mon avis ne soit sur la balance comme tout le reste, il ne fallait pas être sensible pour hériter d’un clan, le prix était infiniment plus lourd que personne ne pourrait l’imaginer. À commencer par la dignité et la fierté, elles n'étaient que facette, comme notre entête, notre tolérance ou ce mariage de pacotille. Juste un mal a supporté jusqu'à prendre la tête de mon clan pour de vrai.

_”Ne confond pas l’altruisme et le poids de la responsabilité d’un rang. Sans ça, j’aurais détruit tes mains d’insolent dès le premier abus. Tu parles de justice, dommage qu’elle n’existe pas pour nous-(attention au sens). Cette fille ne fait que subir l'excentricité de deux héritiers, tu n’es pas d’accord ? Épargnons la seule de nous qui est la victime de cette farce. Parce qu’elle t’aime vraiment pour ce que ça vaut. Preuve de la comédie que tu lui as jouée, appelons ça de la compassion de ma part parce que tu n’es pas capable de jouer le jeu d’apparence que l’on nous a appris, regarde, je sais etre la fiancée passionnée moi..”

La jouer au moins, mais bon, au moins il me divertissait pas mal, les nobles et leurs jeux cruels que voulez-vous.

-”Je vois, monsieur est impatient, je peux réparer et quémander de bien d'excessivité, reste a voir à quel point ta conciliation est à la hauteur de la mienne. Innocente la fille pour commencer, ensuite tu prendras tes dus. Je doute qu’elle veuille nourrir encore un quelconque espoir.”

Battement de cils pour souligner le ridicule en posant ma tête sur mon épaule. Chez nous les créatures dociles pouvaient aussi vous arracher le coeur froidement l'année suivante, et les impétueux coupaient des têtes des soirs d’hiver pour chasser l’ennui. Mieux valait ne pas être proche de gens comme nous pour vivre heureux et longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done https://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470
Nagamasa H. Takumi
Nagamasa H. Takumi

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 16:08

Ah, l’alcool. À quel point puis-je chérir ce doux breuvage, apte à réchauffer les coeur les plus froid et à rendre gai les hommes et les femmes les plus frigides. Mon mal de crâne fait que je l’écoute à moitié. À part un bourdonnement et quelques mots glanés ici et là, je ne tiens pas compte de tout ce qui est dit. Je me contente simplement de forcer un peu sur ma tempe avec une de mes mains puis de sourire difficilement.

Ce n’est un secret pour personne, je suis bel et bien un problème.

Gloire à celui qui éteindra la dernière étincelle de mon existence. En attendant, je ne peux qu’attendre de devenir un meilleur homme ou alors d’être tué sur le champ de bataille - la vie au village ne me réussissant sous aucun point, je ne suis définitivement pas fait pour rester tranquillement ici sans avoir rien à faire. J’aurais réellement tout tenté - maladroitement la plupart du temps - d’avoir un semblant de vie sociale au sein de la Roche. Et tout débute de la mauvaise manière, ma façon de faire les choses est catastrophique et mes décisions - dictées et guidées par la colère et des coups de tête pas toujours réfléchis - toutes mauvaises me mènent inéluctablement à une perte que je ne saurais probablement jamais combler. Celle de véritables ami(e)s, d’une femme aimante, d’une descendance digne de ce nom. Je ne suis bon qu’à courir après les titres, les exploits, les trophées.

Et dire qu’il a fallu attendre que je sois ivre et seul en train d’abuser de ma fiancée pour m’en rendre compte : je ne serais jamais un villageois. Je me voilais la face tout ce temps, ce village n’a rien à m’offrir. C’est définitif, je pourrais tout lui donner… Je n’aurais en retour qu’une certaine forme de rejet - que je comprend parfaitement - mais aussi une haine ainsi qu’une crainte/peur venant d’autres. Les plus idiots me prendront pour modèle au même titre que que ces légendes dont on nous bassine les récits. Mais ce qu’oublient la plèbe, les enfants et les adultes simples d’esprits, c’est que chaque personne a ses zones d’ombre. (Mal)heureusement, je n’ai jamais refoulé les miennes. Je ne les ai d’ailleurs jamais caché au grand public, je crois. Et pourtant, je continue à les regarder, eux.

Tous plus décérébrés les uns que les autres, seuls ceux ayant un semblant d’intelligence et de bon sens comme cette jeune femme qui me parle actuellement ou encore le sandaime voient cette part obscure de l’être abject que je dois sans aucun doute représenter à leurs yeux. Et puis là vient encore une dichotomie : ceux qui veulent extraire cette part des ténèbres de ma personne récolteront sans aucun doute un être de lumière exceptionnel, mais pour cela, ils devront sans aucun doute passer par des difficultés bien éprouvantes ; ceux qui veulent pointer du doigt la chose parlent tout simplement de moi comme d’un sang-coeur, être pur de mauvaises intentions, complètement égoïste et n’ayant aucun considération pour autrui, nul doute que ces derniers ne trouveront qu’un ennemi sur leur chemin et c’est bel et bien la mort qui attend l’un de nous - eux ou moi.

Eh bien fais et tais toi donc.

Je deviens irritable, c’est quelque chose d’évident. Même un enfant le verrait, c’en est sans aucun doute consternant. Mais pour l’heure, ai-je quelque chose à dire sur cela ou en ai-je même quelque chose à faire ? Cela fait bien longtemps que je ne compte plus les erreurs et les pertes, je ne suis plus à ça près. Désespéré ? Non. Réaliste ? Peut-être pas non plus. Disons que je ne suis pas optimiste, ça c’est une certitude. Quelque part, je pense aussi que ce village et ses habitants me dépriment profondément. Ils n’ont aucune connaissance des arts de la guerre, de la perte au combat. Ils jouent les effarouchés, osent verser une larme ou laisser exprimer leur rage pour une chose ou une autre alors que de l’autre côté de nos murailles, de braves shinobis meurent chaque jour dans le plus grand des secrets. N’ont-ils aucune retenue ni honte ? Je ne peux probablement pas leur en vouloir, il leur manque l’expérience de la mort, celle de tenir au fil de sa lame une vie, puis deux, puis trois, puis…

Notre justice est différente des autres, voilà tout. - elle subit ? oui, mais pas que de notre caprice - Certainement mais cela ne change à rien ses erreurs. - ma lucidité commence à toucher à sa fin et cela peut se remarquer ; frottant doucement mes yeux, je passe à la suite - Tu t’opposes à bien trop têtu (ou idiot), laisses tomber. - je ne suis pas en état de prendre une décision raisonnable de toutes manières - Ce jeu d’apparence ? Viens me casser la tête avec cela une autre fois je te prie.

Les mains jouent et le chakra se déverse au sein de son système chakratique sans fermer le moindre de ses tenketsus, j’écoute ses ultimes paroles. Impatient ? L’on ne peut donc plus quémander le bien qui nous revient de droit lorsque nous sommes lésés - je ne parlais évidemment pas de sexe mais bel et bien de service à rendre. Passer un marché avec elle alors que je suis en état d’ébriété ? Quel idiot oserait faire cela ? Je me lève simplement en enlevant “délicatement” mes mains puis me contente de rire de manière légère, ce son qui sera la seule réponse à sa proposition.

Côté police :

Le clone de Takumi qui a recueilli le témoignage d’Etsuko part faire son rapport au Taicho (le maître du secteur, ce dernier pouvant être le nord, le sud, l’est ou l’ouest) après avoir croisé les témoignages des différents et possibles témoins en tout genre non loin du lieu de l’affrontement. L’impartialité - en terme de preuves apportées - sera imposée à l’homme qui devra juger de l’affaire. Avec cela une note comprenant le nom du Hyûga et une note pour celui qui devra prendre la décision : Takumi est le seul et unique responsable de cette affaire, s’étant joué de deux demoiselles au coeur pur et les ayant trompé toutes les deux suite à l’usage de genjutsu tout en étant en état d’ébriété. Il ne tiendra qu’à lui de se faire rempart pour la justice et rapporter cela au Kage lui-même ou alors le juger de suite. Toujours est-il que cela pourrait être une prise de risque pour lui : le jônin étant du nombre de ceux qui n’oublient pas, il s’occupera du cas de celui qui tentera de le faire tomber. Il en est ainsi et en sera probablement toujours ainsi.



Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine https://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 https://www.ascentofshinobi.com/u508
Naari Etsuko
Naari Etsuko

La voleuse de Bonbon - Etsuko Empty
Mar 17 Juil 2018 - 19:17
Etsuko restait immobile, ne voulant plus bouger. Elle endurait sa propre erreur, s'en voulait considérablement. Elle souhaitait cependant toujours que cette Chokoku disparaisse, qu'elle meurt dans les pires souffrances possibles, cette pourrie gâtée qui avait déjà celui qu'elle aimait et qui se croyait maline à venir la provoquer et la torturer... Elle avait même détruit la fleuristerie, plus de vingt ans détruits comme ça, sans la moindre raison mis à part lui faire du mal.

Mais Takumi n'avait pas fini et il continuait de lui parler. Comme des soeurs ? Se chamailler pour un seul homme ?.. Elle avait compris qu'elle avait perdu en entendant les mots de la bouche de celui qu'elle aimait. Ce n'était pas quelque chose de négociable, de modifiable. C'était les faits et elle était absolument impuissante. Son seul espoir résidait désormais dans la mort de celle qui lui avait volé l'élu de son coeur. Enfin... Pour elle. Puisque du discours du jeune homme, cela semblait véritablement à sens unique. Il prenait le parti de Diao sans sourciller devant elle. Il la plaignait même. Donc cette garce serait mal vue par son clan et sa réputation en pâtirait ? Mais elle était tout de même venu l'attaquer chez elle pour une bataille qu'elle avait déjà gagné, c'était normal qu'elle ait aussi des répercussion ! Encore heureux ! Mais elle savait très bien que quoi qu'il en dise, ces répercussions là seraient minimes.

« Libre mais seule... »

Elle avait murmuré, les larmes commençant à couler à nouveau sur ses joues. Elle l'entendit alors approcher et se redressa, bloquant d'un geste de la main celle de Takumi. Elle ne voulait plus qu'il la touche. Qu'il ne fasse plus semblant. Il s'était déjà assez amusé et si elle le laissait faire, elle pourrait se laisser aller à espérer de nouveau, et c'était inconcevable. Impossible. Elle ne comptait pas sombrer plus encore.

« Je t'en supplie, laisse moi... Tu t'es assez amusé non ?.. Les belles paroles n'engagent que ceux qui les croient, et tu n'en fais pas parti, j'ai compris... Les histoires de rang, j'ai vu ce que ça a donné... J'ai été assez stupide pour m'imaginer des choses alors que je savais déjà que c'était sans espoirs, ne viens pas m'humilier plus encore je t'en prie... Et pour les sourires... Tout comme pour moi... Oublie les et oublie que j'existe... Je ferai de même de mon côté pour que cela ne se reproduise jamais... »

Elle reposa alors sa tête sur ses bras et garda finalement le silence, attendant simplement que Takumi parte et que son jugement soit rendu. Elle eut un idée soudaine en entendant la porte s'ouvrir, reprenant alors la parole.

« La seule chose que j'aimerais savoir, c'est si j'ai fait des blessés... Je... J'irais leur présenter mes excuses et les soigner dès que possible s'il y en a... Je ne veux pas les laisser payer plus pour mon erreur stupide... »

Elle avait relevé la tête quelques instants, les joues couvertes de larmes, avant de la laisser retomber sur ses avant-bras dès qu'elle eût fini de parler. Maintenant, elle attendrait la décision du Taicho pour savoir quelle sanction elle encourrait, prête à payer le prix de ses actes, espérant simplement avoir le droit de dire adieu à ses parents si les autorités choisissaient qu'elle devait mourir...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563

La voleuse de Bonbon - Etsuko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: