Soutenez le forum !
1234
Partagez

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi

Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mar 17 Juil 2018 - 14:30
Astreinte
L'iwashukusai, une fête qui anime tout Iwa et qui s'est vue débuté par plusieurs annonces. Mon aîné qui devient ainsi officiellement le nouveau Tsuchikage à la place de Borukan Akimoto. J'aurais pu être ravie par cette idée... Oh oui, s'il s'était agit là de Shigure et non pas de Yoshitsune. Si il n'était pas le meurtrier de Hideyoshi, notre père. Tout comme j'aurais pu aussi être contente pour lui, si je ne me doutais pas déjà qu'il allait profiter de cette nouvelle position pour me garder cloîtrée dans le village. D'ailleurs, depuis mon retour de Kaze suite à une mission proposée durant son absence de la roche, j'avais fait en sorte de me tenir assez loin de lui pour éviter une nouvelle gifle de sa part à cause de mon initiative de partir en mission loin de la sûreté du village. Néanmoins, j'ose espérer qu'il ne va pas me mettre des bâtons dans les roues pour suivre la voie que j'ai choisies parce que sinon, cela deviendrait plus que rapidement très problématique entre nous. Déjà que j'ai plus d'une raison de le hair, j'ose escompte qu'il n'en rajoutera pas une... Mais à voir avec le temps et là, il faudrait que je pense à profiter un peu des festivités et ainsi me fondre dans la foule pour faire comme tout le monde.

Sauf que je suis incapable de cela. Car je réalise maintenant que je ne connais que très peu de monde dans le village, hormis mon senseï, Borukan Muramasa que je ne suis plus désireuse de voir à cause de la faiblesse qu'il a provoqué en moi et en mes croyances. Il m'a sans le vouloir éloigné de la voie du bushido et pour cela je ne puis le pardonner tout comme je ne puis me le pardonner à moi-même. Une telle faiblesse, on ne m'y reprendra plus et je compte redoubler encore plus d'ardeur maintenant dans mes entraînements et dans ma vie pour ne plus m'en écarter une nouvelle fois. Être samouraï est un choix de vie et non pas une chose que l'on peut oublier de temps à autre comme un métier, une profession. Non, suivre la voie du bushido se fait du début à la fin et chaque incartade est une preuve de faiblesse. Je ne peux plus me permettre cela !

Restant ainsi dans mon coin, j'observe les civils et autre ninja faire la fête. La petite fille qui veut une peluche, une demoiselle qui se fait charmer une nouvelle fois par son compagnon alors qu'il lui offre ce qu'il vient de gagner à l'une des activités de la soirée. L'ambiance est là, mais j'ai un peu du mal à m'y mettre. Je ne suis pas habituée à cela. A l'académie du pays du rempart, il n'y avait pas ce genre de manifestation. Je me doute bien qu'en compagne de Muramasa-san j'aurais passé une agréable soirée... Si je n'avais pas tout foutu en l'air bien entendu...

Prenant alors une longue respiration alors que j'offre quelque ryos contre un verre d'une boisson à peine alcoolisée, je change enfin un peu de localisation, marchand dans la foule à la recherche peut-être d'un visage connu, d'un cousin par exemple, mais je réalise assez rapidement, que je suis bien la seule à ne pas avoir quelqu'un avec moi. Je pourrais aller voir Yoshitsune ou bien même Takumi, mais avec les nouvelles les liants, je me doute bien qu'ils doivent être assez occupés et entouré à cet instant... L'ennui.

Continuant donc de marcher en silence et en sirotant mon verre, laissant mon regard traîner ça et là, je finis par vous apercevoir et me dire qu'en réalité, c'est peut-être la meilleure solution pour occuper ma soirée de façon utile.

Je m'approche alors de vous en terminant rapidement mon verre. "Je peux prendre la relève si vous le désirez." Soufflais-je alors doucement, en inclinant légèrement la tête en guise de salutation et probablement même en demande silencieuse pour que vous acceptiez ma proposition.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mar 17 Juil 2018 - 17:50
Le temps que mon entretien avec Yoshitsune arrive et que je sois définitivement intégré aux forces de police du Yamagenzo, sans pour autant me donner l'équipement ou le grade que cela incombait, l'on m'avait assigné la tâche de la surveillance pour une soirée dans les rues commerçantes d'Iwa. L'ordre était primordial, car sans le couvre-feu et avec l'affluence combinés à l’alcool, les échauffourées pouvaient vite monter plus que de raison en tension.

Même si ce travail n'avait rien de prestigieux, je le prenais à cœur, car cela faisait aussi partie du travail de protection des civils qui comptaient bien plus pour moi que les shinobis. N'ayant pas d'équipement, je portais ma tenue habituelle avec le sabre à la ceinture, ce qui était suffisant pour montrer que j'étais bien un shinobi de surveillance dans le quartier. Élégant et sobre, c'était des hauteurs que je me trouvais le mieux pour veiller sur la sécurité des fêtards, qui se tenaient relativement bien je dois dire.

Cela grouillait en bas de moi, debout et droit sur le sommet d'un immeuble. Mais rien d'alarmant à l'horizon. Je ne cherchais pas spécialement à être discret, bien au contraire, car savoir qu'un shinobi surveillait pouvait à cela seul suffire à calmer les esprits et interdire les mauvaises intentions. Aussi, n'hésitais-je pas à me montrer d'en haut, veillant comme un faucon sur son perchoir avec ma crinière blanche et mon visage reconnaissable entre mille qui plus est, on me remarquait rapidement. J'étais d'humeur simple, ni enjoué, ni triste, plutôt j'étais en train de me complaire dans une glaciale neutralité, l'oeil vif et hagard sur les femmes et les hommes qui de là où je me trouvais étaient à peine plus que des fourmis. Cette mission ne servait qu'à m'occuper le temps que mon dossier soit validé je le savais. Déjà qu'en tant que genin il était exceptionnel d'intégrer les forces de police, je n'allais pas en plus me plaindre de l'attente. Comme qui, toutes mes machinations avaient finit par payer.

Personnellement je n'avais qu'une hâte, pouvoir passer au vif de mes projets, et ne plus être relégué aux besognes de secondes zones. L'élan dont j'avais joui depuis mon incorporation dans les troupes d'Iwa fut fulgurant ; élève de Kage, Yamagenzo, rapprochement de Yumehime, et pourtant ce n'était toujours pas assez rapide pour moi. Je voulais avoir la validation de ma mission de chasse en dehors du pays et cela le plus tôt possible, plutôt que de croupir ici en espérant que l'on me donne la bonne mission qui me permettrait de me faire remarquer. Et puis, trainer trop longtemps ici risquait de me conduire fatalement à comploter contre Takumi. Nous avions toujours ce contentieux et quoique cela avait tendance à déjà se calmer, j'éprouvais encore une singulière envie de l'égorger. Il fallait donc que je m'éloigne de lui avant que mes instincts sanglants ne finissent par me dominer.

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Oxrm

Un peu plus tard dans la soirée, je fus finalement interpellé par une shinobi. Je tournais la tête sur le côté vers elle, pour savoir de quoi il en retournait, et tombais sur une énième charmante jeune femme au physique avantageux, mais toujours loin d'égaler la splendeur de la princesse. Rien qu'à sa tenue, je pouvais deviner qu'elle était une samouraï. Encore une... Entre les Hyûga, les Nagamasa, les Chokoku et les Borukan, quelle place finalement restait-il aux petites familles comme la mienne ? J'avais décidément hâte de voir l'unification des utilisateurs du Mokuton. Mais bref, je digresse. Me retournant complètement, je lui offrais un regard lumineux et solaire pour l’accueillir finalement d'un timbre aussi mélodieux qu'innocent. Une voix frêle et androgyne résonnait ainsi comme autant de preuves de ma sainteté.
-C'est fort aimable de votre part, mais personne ne m'a parlé d'une relève. Si vous le souhaitez vous pouvez veiller avec moi en revanche cela ne me dérange pas. Un peu de compagnie me fera passer le temps plus vite, vu qu'ils sont assez calmes en bas. Je suis Sainan Gi. Tenshi, et vous, quel est votre nom ?

La main sur le pommeau du sabre, je me tenais élégamment droit, lui offrant une posture digne et gracieuse, équivalente à celle d'un noble qui ne craignait pas d'être considéré comme tel et malgré sachant se trouver humble, car à peine avais-je fini de parler que je lui offrais à nouveau un sourire lumineux et une œillade franche.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mer 18 Juil 2018 - 13:38
Astreinte
Hélas pour moi, vous n'acceptez pas ma requête. Pourtant, j'aurais imaginé que tout Iwajin en mission de surveillance ce soir aurait apprécié cette offre. Mais, il semblerait que vous soyez l'exception qui confirme la règle chose qui m'ennuie fortement. Néanmoins, j'écoute vos dires et d'un simple hochement vertical de la tête, je vous confirme que j'accepte votre proposition qui n'est autre que de vous tenir compagnie. Après tout, n'est-ce pas ce que je cherchais également ? Mon frère étant trop sollicité et ne connaissant que trop peu de monde malgré les quelques mois passé dans le village, je n'ai pas réellement d'amis à retrouver ce soir. Ou peut-être que je n'en ai pas réellement l'envie après tout ce qu'il vient de se passer et la décision que j'ai prise ? Peut-être ai-je ce besoin de prendre du recule pendant quelque temps afin de réfléchir à mon implication et des choix à faire à l'avenir afin de ne pas revivre une expérience similaire à celle avec Borukan-san ? C'est en effet une possibilité. "En effet, ce n'est pas un ordre qui vient d'en haut, mais tout e monde devrait avoir le loisir de s'amuser et pour ma part, ne connaissant encore que très peu de personnes, je n'ai pas réellement le loisir de profiter comme il se doit de ce festival, alors je trouve normale d'échanger ma place avec une personne qui pourrait avoir bien plus d'intérêt et surtout d’interaction que moi pour les festivités."

Vous ayant entendu vous présenter et solliciter également mon identité, je réponds fini par reprendre la parole après quelque seconde suite à ma petite proposition concernant votre relève. Je prends d'ailleurs le temps de répondre également à votre sourire. "C'est un plaisir de vous rencontrer Sainan-san. Je me nomme pour ma part Nagamasa Mikazuki." Et comme toujours j'allais être associé à l'un de mes frères, Chôgen, le premier Tsuchikage ou bien tout simplement à Yoshitsune, l'ombre de la terre ayant commencé son règne en cette soirée d'été et pour laquelle vous avez montrer votre talent inné pour l'art du Mokuton. "Je dois vous avouez que j'ai apprécier votre démonstration tout à l'heure. Vos arbres sont magnifique." Complimentais-je alors pour éviter de me rendre une remarque sur ma possibilité parenté avec mon aîné. J'avoue n'avoir nullement envie de converser à son sujet et ce même si tout le monde semble prompt à cela à cause de son nouveau titre. Il le mérite,j'en suis certaine, après tout, de ce que j'ai pu voir depuis mon arrivée, il a toujours œuvré pour le bien du village et sa puissance ne semble pas réellement avoir d'égal à mon plus grand damne.

"Êtes-vous néanmoins certain de ne pas préférer être en bas plutôt qu'ici ?" Ne puis-je m'empêcher d'insister au risque de peut-être vous faire avoir des doutes quand à ma motivation. Après tout, l'un comme l'autre on se connait pas, alors il pourrait bien s'agir d'un piège de ma part, j'aurais très bien pu vous mentir sur mon identité.Tout comme de votre côté, vous pouvez vous imaginez qu'il s'agit là d'un test concernant votre désire d'affiliation au Yamagenzo, chose que bien entendu, j'ignore n'étant point en lien avec eux, sauf en cas de nécessité. Enfin, dans tout les cas, il est assez facile de s'imaginer des choses à mon sujet à cause de mon petite répétition afin de quérir le pseudo-tranquilité lié à cette fonction de surveillance de ce soir et probablement même de la nuit complète. Car oui, je vous propose une chose, mais j'ignore en réalité pour combien de temps vous en avez encore avec ce poste. Si cela se trouve vous finissez votre service dans quelques minutes ou bien dans quelques heures... Bien que la première possibilité me semble assez stupide étant donné que la soirée n'a pas débuté il y a tant de temps que cela. A moins, bien entend, que je n'ai pas vu le temps défilé à force de réfléchir et observer au final, le fonctionnement de ce début de festival.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mer 18 Juil 2018 - 14:17
Gardienne de ses réserves j'apprenais son nom qui s'accompagnait d'un délicat sourire. Charmante jeune femme que je fixais le temps qu'elle me parlait, droit dans les yeux et d'une grande franchise. Comme toujours, première rencontre et les iris bleutés de mon regard scintillant perçaient sans se faire désirer la chaire et l'âme de la personne que je rencontrais pour la première fois, en passant par le fond de ses pupilles. Le visage aimable et l'œil symbolisant le désir d'un rêveur à moitié dans ses songes, je contemplais son faciès à la même mesure que les oreilles captaient le son de sa voix ; avec intérêt. Nagamasa, donc une samouraï comme je le pensais. Du clan et de la famille de maître.

Déjà, quand silencieusement je lui offrais un regard et un sourire chaleureux, elle se demandait comment je ne pouvais pas préférer descendre permis les civils et apprécier les festivités avec eux. Outre qu'une mission était une mission, mes raisons n'étaient pas si éloignées des siennes. Présent à Iwa depuis si peu de temps, avec pouvais-je partager ce moment de joie ? Tournant le visage et le regard vers le bas, je perdais mon sourire pour n'avoir plus qu'a offrir une glaciale neutralité, aussi glaciale que le timbre de voix qui suivait.
-Je ne suis Iwajin que depuis un mois. Et la seule amie que j'ai vient d'être mariée de force à un Hyûga sur ordre du nouveau Tsuchikage. Donc je n'ai pas vraiment qui que ce soit ce soit pour partager un bon moment. Elle doit avoir à faire je suppose.

Sachant quelles raisons politiques et logiques amenaient cet événement je ne pouvais contre juger cela. Et pourtant, j'avais toujours tellement de mal à avaler cette pilule. Mon sensei était vraiment comme moi, prêt à tout.
-Je suis donc très bien ici. Concluais-je en retrouvant, lentement mais sûrement, mon sourire.

Je le retournais sur elle avec étonnement quand elle me parlait de l'arbre que j'avais fait poussé. J'aurai pensé qu'elle me parlerait plutôt de Yoshitsune. Que l'on me reconnaisse était déjà flatteur, mais il l'était encore plus de recevoir enfin compliment pour cela. J'en redevenais aussi tendre qu'innocent tant cela me fit plaisir, et inclinais la tête vers elle en signe de gratitude.
-Vous êtres la première à le reconnaître et m'en parler. Votre compliment me touche, mais j'espère parvenir à faire encore bien plus pour ce village. (Et qu'il fera encore plus pour moi accessoirement)

Pour que le village serve mes ambitions je devais servir les ambitions du village. Une réalité à laquelle je m'étais déjà sousttrais, même au point d'accepter que l'on vende ma seule amie comme une marchandise pour raison d'état.
Préservant sur moi toute l'apparence virginale et lumineuse qui le caractérisait souvent, je continuais de lui répondre paisiblement.
-Je suis vraiment bien ici. Mais puisque vous semblez vouloir rester, autant prendre à boire.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Ven 20 Juil 2018 - 16:22
Astreinte
"Vous ne semblez pas ravi par ce mariage. Est-ce la cas ?" J'ai posé la question un peu trop rapidement peut-être. Je n'ai pas réellement prit le temps de réfléchir avant de vous la poser néanmoins, elle permet de poursuivre un peu la conversation et éviter que l'on se retrouve tout deux dans un silence morne. Un silence pesant et qui se montrera probablement désagréable à cause de nos expressions faciales à tout les deux. Vous vous montrer froid et moi, j'arbore une neutralité agaçante. C'est ainsi, depuis bien des années, je ne montre que très peu de mes sentiments et ce même si j'avoue avoir fait quelque écart dernièrement à cause de Muramasa et de cette relation plus qu'étrange que nous avons eux jusqu'il y a peu. Un style de relation que je ne veux plus avoir, parce que cela est trop compliqué et contraignant.

Vous observant alors, je tente néanmoins de percer un peu cette carapace de froideur que vous arborer sans cesse, espérant comprendre pourquoi ce mariage arrangé peu bien vous ennuyer. Il est vrai qu'un arrangement de la sorte peut être assez contraignant pour les deux partis, mais vous n'êtes point dans cette futur union. En quoi cela peut-il vous déranger à ce point ?

Néanmoins, vous retrouver le sourire en m'exprimant votre plaisir d'être ici, à faire la sécurité plutôt qu'en contre bas à profiter d'un magnifique bain de foule. Un ennui pour moi, car je me doute bien qu'à un moment ou un autre, je me ferais chasser de cet endroit. Ma compagnie peut empêcher le bien de votre surveillance et en cas d'intervention forcé, je me retrouverais l'air con toute seule à attendre que peut-être vous reveniez ici, sans en être sûre.

Laissant alors échappé un petit compliment à votre attention, vous ne manquez pas d'en être surpris et de réagir assez rapidement. Inclinant un peu la tête, l'air de dire qu'il s'agit de quelque chose de tout à fait normal, je reste silencieuse le temps de vous laisser vous exprimer à ce sujet. Le désir de plus, d'aller plus loin pour le village. Un but noble que l'on partage en théorie tous ici. "Il s'agit là d'un bon début, donc en persévérant, je suis certaine que vous pourrez aller très loin." Confiance en vous ? Non, simple parole d'encouragement, bien qu'encore une fois, je fais preuve d'une certaine naïveté, mais avoir vécu recluse à l'académie du pays du rempart ne m'aide pas à ne pas l'être.

"Et je suppose que dés lors, c'est à moi de faire le service et d'aller chercher dans la première échoppe les boissons ?" Questionnais-je doucement en souriant, pour montrer que cela ne me dérangeait pas le moins du monde. C'était en soi une façon détourner pour vous demander ce que vous voulez boire. Je n'ai jamais aimé faire dans la simplicité, alors espérons pour vous que vous arriverez à décoder mes dires.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Dim 22 Juil 2018 - 11:22
Nouvelle rencontre, qui a pour le moment un arrière-gout de déjà, mais la jeune femme est agréable de compagnie, et semble dans sa réserve chercher à donner une bonne image d'elle-même. Un plus à considérer au milieu du zoo que compose la majorité des shinobis, moi inclus. Elle est aimable et souriante, quoi qu'elle s'ose à des questions que je ne voulais pas satisfaire, parce que cela ne la regardait pas tellement. Difficilement je me livre, alors ce n'était pas au bout de quelques minutes que j'allais lui dévoiler ma vie comme sur un plateau. Cela n'avait rien d'un genre en soi c'était seulement et couramment humain.

Je tentais, en passant d'elle aux passants parce que je ne devais pas oublier la mission, de lui être aussi agréable qu'elle tentait de me l'être. Une chose que naturellement je savais fort bien réaliser. Le visage aimable et l'apparence tout à fait digne, je lui signifiais sans les mots que sa présence m'était appréciable. Restant mesuré, maintenant qu'en perçant de mes yeux son regard, je trouvais suffisamment de corps pour me faire une idée, je lui glissais un beau sourire quand elle m'encourageait dans mon ambition. Pas dupe, je flairais bien qu'il s'agissait plus de politesse que d'un réel encouragement, mais j'en appréciais toute de même la saveur. Après tout rien ne l'y obligeait et c'était un effort méritoire. J'y répondais d'ailleurs, avec la même teneur que l'on pouvait trouver le dessin de mon sourire.
-Aller loin ? Je ne vais qu'au bout des choses, l'infinie est une quête sans fin, mais que l'on jouit toujours de rechercher. Merci pour vos paroles, n'étant personne vous ne pouvez vraiment savoir si je vaux ce que je dis, mais elles sont tout de même agréables.

C'était dit voluptueusement, mélodieusement, mais le verbe annonçait clairement une vérité froide, que la flatterie et les faux-semblants ne m'atteignaient que rarement, et quoique je fus arrogant, mes principes me faisaient garder une grande réserve d'humilité et de mesure pour mon ego. Un excès de confiance m'habitait réellement, et transpirait de moi à tout instant, l'on disait que derrière cette beauté surnaturelle, mon regard exprimait le dédain, comme s'il annonçait que je m’apprêtais à violer l'âme de celui/ ou celle que j'observais. Il y avait du vrai, tous des outils, tous des objets, pas de sentiment, rien que des avantages à tirer et des inconvénients à comble, sauf quelques très rares personnes, qui avait le privilège de mon affection, mais ils avaient tous pour la plupart, sus frapper précisément où il fallait pour y parvenir.

Elle avait raison, quand elle disait que c'était elle qui devait aller chercher le ravitaillement si on pouvait l'appeler comme ça. Je n'allais tout de même pas quitter mon poste comme ça pour aller chercher de la boisson. Sur le moment j'en riais légèrement, peut-être le ton qu'elle employait, ou la mise en dérision instinctive du propos qui me traversait l'esprit. Je lui répondais donc aimablement, presque taquin plutôt.
-C'est préférable en effet, mais vous savez, je ne vais pas bouger de là je vous attendrais. J'ai un faible pour le rhum personnellement. Du bon rhum.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Jeu 26 Juil 2018 - 14:44
Astreinte
Vous évitez ma question, me laissant ainsi le loisir d'imaginer mille et une raison à cela, néanmoins, je ne le fais guère, ne voyant pas l'utilité à cela et après tout, il ne s'agissait là que d'un sujet de conversation. Ce mariage arrangé pour moi, ne change rien, alors je ne m'en inquiète pas davantage et le place dans une banalité des plus absolue, un peu comme si on venait à parler du ciel bleu et du temps clément que nous avons. Il ne fait pas trop chaud à cette heure avancée, ni même trop froid. Une température idéale pour une soirée comme celle de l'iwashukusai. Un temps de pluie aurait été bien plus contraignant et surtout saccageur pour les différentes activités organisées.

Je me permets alors un petit encouragement à votre attention, mais vous ne manquez point de toupet dans votre réponse. Offusquée, je pourrais l'être quand vous me dites que je ne suis personne. Il est vrai que je n'ai point d'acte aussi notable que mon aîné, mais je n'en reste pas moins une personne issus d'un clan importante, la soeur du premier Tsuchikage et également de l'actuelle en place, tout en étant également la nièce du shogun du pays du fer. Alors oui, je pourrais m'offusquer d'être mit au rang d'un manant, mais malheureusement pour vous, je ne suis pas le genre de personne à agir de la sorte et à profiter de son rang et ou de sa réputation. Trop humble paraît-il. Je ne dis d'ailleurs rien, non pas par agacement, simplement parce que je ne vois pas quoi dire exactement. Shigure a ma place, il aurait probablement rit ou provoqué le malapris, mais pour ma part, je me contente d'un petit hochement de tête au final, pour une sorte de second encouragement silencieux. Acceptant ses paroles telles quelles sont et ce même si elles auraient pu me froisser si je n'avais pas été de ceux qui ne vivent pas avec l'importances que les autres leurs donnent.

Vous proposant alors de partir en quête de boisson, je vous écoute alors rire et accepter ma proposition ainsi que me donner le nom d'un alcool. "Il me semble qu'en service, l'alcool n'est pas autorisé." Lançais-je alors, un questionnement à voix haute, non pas pour vous réprimander ou vous dires que vous faites mal votre travail, juste que j'avais ouïe dire cela, mais peut-être que mes sources sont erronées ou bien tout simplement plus d'actualités ? J'attends votre réponse au final, avant de me mettre en quête des rafraîchissement, sait-on jamais que vous auriez changer votre envie à cause de mes paroles un peu naïve.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Ven 27 Juil 2018 - 6:19
Je riais de bon cœur quand elle me répondait, il faut dire qu'elle n'avait pas tout à fait tort et que pour le coup elle ne perdait pas le nord. Comme quoi, il existait des shinobis extrêmement droits, mêmes encore de nos jours, et riant, j'en appréciais d'autant plus sa personnalité, parce que le strict possède en lui un charme d’inaccessibilité qui ne peut que séduire ma nature possessive. Elle me détendait assez finalement, et il en résultait que ma légèreté n'en fut que beaucoup moins feinte.

Avant de lui répondre, quand enfin, je cessais de rire, je lui renvoyais alors un regard beaucoup plus taquin et séducteur, un automatisme aujourd'hui, car séduire était mon essence et mon arme la plus décisive. Ce regard posé sur elle n'avait heureusement rien de licencieux ou de libidineux, il traduisait l'appréciation honnête que j'éprouvais devant sa retenue et sa gentillesse. Ensuite je retournais mon regard sur la foule en bas de nous, me demandant si elle n'avait pas un peu raison, me grattant la tête et hésitant quelques instants, je me disais qu'un seul verre ne me réduirait pas au point de ne pouvoir plus assumer ma tâche.
-Un verre ne me conduira pas à l'ivresse. J'assumerais toujours mon travail derrière. Et si vous penseriez que j'essaye de faire tomber des barrières en vous faisant voir, ne craignez rien, je n'agis ainsi que si j'ai quelque chose à y gagner.

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi L7ry

Une plaisanterie annoncée dans le ton, qui n'en était en réalité pas franchement une, car si elle n'avait rien à craindre de moi, ce que je venais de dire était pourtant parfaitement vraie. Ils étaient rares ceux que je ne considérais pas que comme des outils pour réaliser mes propres ambitions, mais cette rencontre n'était pas pour les affaires, c'était seulement pour passer le temps. Si elle m'était agréable de prime abord, il n'y avait pas de mal à en profiter après tout. Alors, après cette petite plaisanterie, pour la mettre plus à l'aise et lui signifier que je voulais bien prendre en considération ce qu'elle disait j'ajoutais avec autant d'amusements.
-Si tu tiens à ce que l'on reste totalement sobre, alors au moins assieds-toi, que l'on discute un peu. Je suis tout nouveau ici, mais je peux avoir un peu de conversation quand je veux. Concluais-je sur un beau sourire.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Ven 27 Juil 2018 - 12:14
Astreinte
Avais-je dit quelque chose de drôle pour que vous riez de la sorte ? Il ne me semblait pourtant pas. Mais peut-être est-ce à cause de ma phrase qui date d'une autre époque ? Les moeurs ont-ils changé à ce point que l'on n'interdis plus au ninja de garde de s'abreuver de nectar divin ? L'insouciance est donc à ce point de mise malgré les carnages passés de seulement quelque lunes ? Je vous observe donc, incrédule face à votre hilarité soudaine, attendant une quelconque explication de votre part qui ne vient point. Du moins pas en tant que tel.

Continuant de vous observer alors que vos mirettes se posent maintenant sur la foule en contre-bas, vous me répondez, justifiant tant bien que mal votre choix pour le conserver et je me contente simplement d'acquiescer pour vous faire comprendre, d'un geste silencieux et que probablement vous ne voyez pas, que je comprends votre demande et l'accepte tout simplement. "Je vais donc nous chercher cela." Soufflais-je doucement après votre sourire et votre regard dans ma direction.

Quittant ainsi le toit temporairement, je m'en vais quémander un verre de Rhum pour vous et une boisson bien moins alcoolisée pour moi, un nectar plus doux et léger, plus féminin diront certains. Qu'ils jugent donc. Après tout, je n'ai jamais dit que je vous suivrais dans votre consommation d'alcool et c'est pour cela que je n'ai point prit la peine de réagir plus que cela à votre remarque justificatrice concernant vos possibles noirs desseins à mon encontre. Naïveté, quand tu nous tiens dans tes bras...

C'est ainsi après plusieurs minutes que je m'en viens vous retrouver, un verre dans chaque main. Tendant le premier verre vers vous, j'incline un peu la tête. "J'accepte néanmoins, la proposition de s'asseoir, même si je ne suis pas certaine que cela soit la position la plus alerte pour vous, mais non ne diront rien à personne." Soufflais-je doucement pour vous faire comprendre que je ne comptais pas le balancer quand à sa consommation d'alcool et son léger manque d'investissement à cet instant en proposant ainsi un petit écart de position contrairement à la probable règle qui doit existé dans le Yamagenzo concernant l'état d'alerte de tout membre de la police en fonction.

M'installant donc sur le bord du toit, les jambes dans le vides, mon verre en main, je laisse mon regard glisser sur la foule."Au final, on est un peu dans la même situation, il me semble. Chacun de nous viens d'arriver et n'a pas encore tisser beaucoup de lien, et ce malgré le temps déjà passé dans ce village." Soufflais-je doucement, non pas comme un reproche pour vous ou pour ma propre personne, juste comme l’énonciation d'un fait, mais surtout un moyen d'entamer à nouveau la conversation que j'avais écourter à cause de mon départ pour aller quérir les boissons.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Ven 27 Juil 2018 - 12:51
Bien aimable demoiselle qui accédait à ma requête et se tapait l'aller-retour rien que pour m'apporter un verre et le sien. Décidément... Je la gratifiais d'un "merci" tout à fait neutre, mais le regard qui l'accompagnait était beaucoup plus tendre. Je connaissais plus d'une personne, qui à cette demande auraient simplement répondu "tu as deux jambes, va le chercher toi-même". Mais elle faisait l'effort, et bien qu'il n'était pas grand-chose en lui-même, il était respectable et elle ne semblait pas me juger de vouloir m'octroyer un petit verre de rhum en pleine mission.

L'indolence et l'insensibilité que je percevais chez elle me percutaient comme une rafale d'émotions qu'elle contiendrait comme autant de déférence et de volonté de distance. Une bien étrange façon de faire, comme si elle cherchait à avoir des relations, mais sans risquer de s'investir pour ne pas avoir à couper plus tard un lien trop douloureux. C'était quelque chose qui avait un puissant écho en moi je dois dire, quoique je ne lui montre rien, pour le moment, de ce que je pensais, pour accueillir mon verre et la laisser prendre paisiblement place à mes côtés. Ce n'est que lorsqu'elle prenait place, son propre verre à la main, que je lui trouvais une grâce plus réelle et un tantinet d'humour. Elle promettait de ne pas me dénoncer pour cette petite incartade, mon dieu si elle savait jusqu'où je pouvais aller... Il ne valait mieux pas lui en parler.

Faisant à mon tour quelques pas jusqu'au bord de l'immeuble, je me tins droit et dignement à côté d'elle, pour observer la foule pendant que je pourrais apprécier ma boisson alcoolisée favorite. Mais avant de glisser mes lèvres sur le verre, je devais écouter une curieuse phrase, qui elle aussi, sonnait étrangement commune à mon oreille. Ainsi le point commun qui nous permettait de nous rencontrer, était la profonde solitude au milieu d'un village pourtant si peuplé. Je laissais passer un profond et langoureux soupire quand elle terminait, il exprimait en quelque sorte "allons, ne soyons pas si triste, la nuit est belle". Et lui lançait un nouveau sourire plus compassionnel que les précédents tandis que je lui répondais.
-J'étais un indépendant avant. Un sans village, sans patrie. Ici je trouve quelque chose de plus motivant que le mercenariat, même si dans le fond j'en suis toujours un. Tous les liens qui plus est ne sont pas bon à prendre, nous les shinobis, nous devrions normalement être capable de les trancher tous, sans état d'âme. Mais je comprends que cela puisse être difficile pour certains.

Seulement alors, je goûtais le verre, et je grimaçais... Ce n'était pas du rhum et d'ailleurs, je ne savais pas ce que c'était, mais ce n'était certainement pas alcoolisé, du moins je ne sentais rien. J'abaissais sur le côté de mon visage un regard inquisiteur sur la demoiselle. Elle m'avait joué un petit tour la coquine... Puis prenant cela finalement plutôt légèrement, je concluais....
-Au moins j'hydrate...

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Sam 28 Juil 2018 - 5:05
Astreinte
Votre soupire parvint jusqu'à mes oreilles et je relève un peu la tête vers vous. Je vous observe alors et laisse entendre un petit rire. "Un tel soupire... On dirait un appel aux mauvais esprits." Plaisantais-je doucement, mais certain ont tendance à croire que ça. Que chaque soupire que l'on pousse est un appel vers l'au-delà pour invité des ondes sombre à venir nous rejoindre. Une croyance qui pourrait faire frissonner les plus sensible et les plus crédule. Mais vous ne semblez pas en être un et je me doute bien que le but de votre esprit n'était nullement cela.

Vous prenez d'ailleurs la parole pour donner votre vision de cela, allez même jusqu'à me parler de votre histoire de façon bien sommaire néanmoins, mais pour une personne qui n'était pas désireuse de se livrer juste avant sur le sujet du mariage arrangé, vous semblez parler un peu plus librement. Je ne fais d'ailleurs aucun commentaire sur cela, vous laissant poursuivre votre prise de parole et acquiescer au final à celle-ci, parce qu'il y a des liens qu'il vaut mieux éviter, qui nous rende faible et nous éloigne de notre quête personnelle. J'en ai payé les frais dernièrement et je regrette réellement, espérant maintenant, ne plus laisser cela se reproduire une seconde fois.

J'arque un sourcil à votre remarque concernant votre verre avant de baisser le regard sur le mien, ne comprenant pas trop votre réplique alors que j'ai bien prit ce que vous vouliez. Un verre de rhum. Pourquoi dire que vous hydratez? La conversation est-elle ennuyeuse à ce point à vos yeux que le plus important est de boire ? Ou alors peut-être n'est-ce pas un bon rhum ? C'est une possibilité également, si vos papilles sont habitués à un rhum à maturation et que là, il s'agit du premier prix, le goût ne sera aucunement le même. Enfin, je crois...

Portant alors mon propre verre à mes lèvres pour en boire une gorgée, je manque alors de m'étouffer à cause du goût de celle-ci. Je me mets alors à toussoter pour tenter de reprendre ma respiration et calmer un peu la sensation brûlante dû à l'alcool que je viens d'ingirgoté malgré moi.

Maintenant, je comprends votre réplique.
Maintenant, je me sens réellement stupide, alors que malgré moi, des larmes ont pris naissance à la pointe de mes yeux à cause de mes toussotements.

Sans dire un mot, je tends mon verre dans votre direction. Je suis persuadé qu'il n'y a pas besoin de palabres pour que vous compreniez ce qu'il vient de se passer et j'en suis réellement confuse. Une erreur stupide que je n'aurais point du commettre et qui me laisse réellement un goût d'amertume dans la bouche.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Sam 28 Juil 2018 - 14:30
Sa petite phrase, un trait d'esprit, qui signifiait la mort d'une idée, qui imposait un silence d'or à mes lèvres, qui n'invoquait pas plus d'esprit que mon soupir. Si je savais invoquer les esprits, je serais un shinobi extrêmement différent, et j'aurai beaucoup de gens à qui parler. Voici qu'abaissant le regard tristement, en évoquant les esprits, elle faisait jaillir e moi le poids du deuil de ceux que je voudrais ne plus jamais être appelé ainsi. Je ne lui en tenais aucune rigueur, et préservais sur mon visage, en abaissant le regard mélancolique sur la foule, un sourire figé de circonstance. Et voici que ma réflexion sur Dieu filait dans mes pensées. Puissamment, subtilement, sans que je tentasse de les retenir. Dieu ? Les esprits sont-ils avec lui ou ailleurs ? Dieu... La nature a des perfections pour montrer qu'elle est l'image de Dieu, et des défauts pour montrer qu'elle n'en est que l'image, nous shinobis qu'étions-nous ? Une image ? Ou la perfection ? Dieu était une idée trop vaste pour beaucoup de gens, que les dogmes cherchaient à réduire pour la rendre accessible au commun, alors qu'ils ne firent jamais que la pervertir et l'assujettir à des mœurs politiques et morales. Dieu centre de tout et sans bord, renvoyait une idée d'infinie que l'Homme ne savait qu’effleurer.

Un trait d'esprit chez une femme était bien souvent la marque d'un manque de cœur. Ainsi je pressentais qu'elle avait refermé le sien, peut-être consciemment pour une raison que j'ignorais, et cela expliquait pourquoi je peinais tellement et percer le fond de son âme. Ils étaient si nombreux ceux de notre condition, condamnés à porter les poids de traumatismes que le commun des mortels ne supporteraient pas. Parce que nous naissions avec des pouvoirs fabuleux, il semblait que le destin nous le fasse payer à la hauteur de Notre Grandeur. Soldat et guerrier destiné dès la naissance, il était de notre devoir de savoir prendre l'horreur et la guerre avec philosophie et sagesse, même si la plupart d'entre nous n'y parviennent pas.

Sans la regarder, et continuant de fixer la foule, je lui répondais simplement, presque indifféremment en fait, non par manque de respect, mais parce que l'espace de ce petit instant, mimer la sainteté et la puissance de la joie m'était trop difficile.
-Je ne crois pas que les esprits répondent à un soupire. S'ils le pouvaient, ce ne serait sans doute pas toujours pour faire des éloges aux vivants.

C'est là qu'elle buvait, et grimaçait. Je comprenais immédiatement qu'elle n'avait pas fait exprès d'échanger les verres. Et par la même occasion qu'elle n'était pas habituée aux alcools forts. Je laissais m'échapper un rire attendrit, sans rancune alors que j'acceptais volontiers d'échanger nos verres. Sans attendre je savourais une gorgée de mon nectar alcoolisé préféré, bon Dieu, ce petit péché véniel pouvait très bien m'adoucir à ce point. Et c'est seulement alors, que je lui ajoutais une remarque mélodieusement.
-Tu n'es pas la première de ce village que je vois débecté par un alcool fort. C'est une moeurs d'Iwa que de ne pas trouver de femme qui savent apprécier ce genre de boisson ? Ou je n'ai juste pas de chance ? Concluais-je sur un ton plus taquin.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Dim 29 Juil 2018 - 12:03
Astreinte
Plus que l'enfant d'un quelconque traumatisme comment on peut en entendre et en voir chez plus d'une personne, je suis une fille de samourai, élevée dans la voie du Bushido, un chemin conduisant à l'acceptation de la mort avant l'acceptation de la vie. Une philosophie propre à elle-même que les non initiés peuvent avoir du mal à comprendre et surtout à en saisir la nuance. Car il n'est pas simplement question de savoir manier un katana, mais bien plus, car l'arme n'est que le prolongement du bras et de l'esprit. La lame ne peut être forte et habile que si l'esprit l'est tout autant. Plus qu'une pratique, le bushido est en réalité un art qu'il fait savoir comprendre et saisir chose que même plus d'un Tetsujins sont incapable de faire. Il suffit de voir les actions des membres du soi-disant fier clan Hoshino au fil de ses derniers mois. Actes suprême de trahison, manquement à l'honneur. Enfin, je m'égare dans mes pensées qui sont bien que trop peu utile à cet instant.

"L'éloge ou la critique ne tient qu'à celui qui l'a lance." Murmurais-je tout simplement. Une remarque marquant bien que je suis de celle qui ne prête pas réellement attention aux mots et au maux que les autres peuvent bien m'adresser quand il s'agit de flatteries réelles ou bien de viles félonies. Je ne vis point au gré des murmures à mon encontre et ce même si je devrais y faire bien plus attention à cause du nom que je porte et de la signification qu'il est sensé avoir. Nagamasa... Un nom plus qu'important ici comme à Tetsu. Un nom qu'il est parfois difficile de porter et que je ne tais point, l'acceptant de tout son long et de toute sa signification. Je suis fille de Tetsu, samourai en herbe, adepte du bushido et loyale kunoichi à ce village et les terres d'origine de mon clan. Ainsi est ma vision du moi et ce à quoi je tends, cherchant à parfaire cette image de sorte que les rumeurs ne me sont guère importantes car elles ne devraient que raconter cela. Je ne me permets point d'écart, chaque acte, paroles et gestes sont assumés... Ou presque, à cause de cette période nébuleuse en compagnie de Muramasa-san... Un écart qui a que trop duré et que je comptes faire oublier à tous et toutes même si peu en avait conscience.

Sirotant mon verre, je m'étouffe soudainement quand à l'agressivité de ce breuvage. Toussant alors comme une forcenée, je vous tends votre verre tout en tentant de reprendre une certaine contenance et faire passer cette sensation de brûlure dans ma gorge. C'est d'ailleurs là que vous vous permettez un petit commentaire, peut-être un peu sexiste et auquel je réponds en prime abord par un simple sourire, attrapant mon verre pour me désaltéré et faire passer le goût du rhum.

"Qu'est-il le plus important sur un champs de bataille ? Savoir se battre ou bien savoir boire ?" Vous questionnais-je alors, regardant le verre entre mes mains. "Vous avez parler de savoir prendre ou non les relations qui sont important. Il en est de même avec les actes et les habitudes. Est-ce bien utile que d'être capable de tenir un alcool fort alors qu'il est plus aisé de parler et parlementé autour de boisson plus légère ?" Je lève alors le regard vers vous, légèrement inquisitrice, ne voyant pour ma part aucune importance à cela hormis la possibilité d'escroqué plus facilement la personne ne face de nous en la rendant ivre comme un cochon ?



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Lun 30 Juil 2018 - 1:04
Les mots ne nous atteignent que si nous y accordons de l'importance c'est vrai, car à la différence des coups, ils ne sont pas palpables, l'âme non plus, néanmoins elle sent et les mots ont un sens. Moi qui suis un arrogant à souhait, je sais combien il est difficile parfois de faire la part des choses, d'avoir le recul nécessaire pour conserver sa sagesse et sa tempérance. Les immondices verbales existent, avec quelques lignes on peut faire le procès d'un homme, avec quelques mots on peut tuer un homme.

Elle disait, me répondant, que les mots n'avaient finalement d'importance que pour celui qui les dit, mais la sensibilité de chacun étant différente, je savais que par un mot, nous pouvions obtenir de nombreux effets, mêmes sur ceux qu'on appelait "les insensibles". Les mots et les éloges pouvaient séduire une femme, et les critiques nous créer des ennemis. Je ne connaissais pas beaucoup de shinobis, qui en revenant du pays des morts, n'auraient pas quelques critiques à formuler, et nous les vivants, qui sommes nombreux à donner le dernier coup de faux, nous aurions à affronter leur regard sans toujours savoir que répondre à leur haine je crois.

Toutes ces idées, paradoxalement, ne me faisaient pas tomber en déprime, pas même la réponse de la demoiselle. J'étais accoutumé à la mort, et la force des mots ne m'atteignait que difficilement, autrement dit, il fallait savoir exactement ou taper pour parvenir à me toucher avec un mot. Pour le savoir il fallait me connaître, et très très peu de gens pouvaient se targuer de me connaître suffisamment pour parvenir à me blesser par des mots. Elle aussi suggérait être ainsi, quelque peu en dehors du monde et inatteignable, inaccessible, peut-être même, insensible. J'espérais pour elle qu'elle ne l'était pas complètement, qu'elle pouvait sentir, aimer, entendre, au moins un minimum et sur sa décision, comme je le faisais moi-même car un cœur insensible est incapable de sentir les plus grandes jouissances de la vie. Cela est d'ailleurs très triste de le comprendre et de le vivre. Je m'étais battu longtemps pour ma part, afin de conserver la sensibilité de l'innocence et pas seulement en apparence, battu contre moi-même bien plus que contre d'autres. Qui a connu la solitude auprès d'êtres aimés, la supporte aisément au milieu du monde insensible. Qu'il semble facile de vivre seul dans la foule végétale, couché sur cette terre dont nous n'attendons ni n'espérons rien ! Ce n'est pas de ces charmilles ni de ces coteaux endormis que venait ma tristesse adolescente, mais des êtres que j'y évoquais et de ce qu'alors j'y voyais, avec obstination, le décor de l'amour heureux. Mais là.. encore une fois je divague, je digresse...

Elle me répondait ensuite sur ma remarque, et je sentais aisément, d'ailleurs cela me fit sourire, qu'elle n'avait que moyennement appréciait la boutade. Sans doute l'humour un peu gras ne passait pas avec les samouraïs, ou je m'étais montré un peu trop dur. Qui sait ? Elle avait du mal à se dérider en tout cas, et quoiqu'elle restait très aimable et attrayante, très clairement le mécontentement passait à l'aulne de son timbre et de son verbe jusqu'à me sauter aux oreilles. Je ne pouvais d'ailleurs retenir un sourire en coin, que j'accompagnai d'un œil taquin sur elle, en coin lui aussi.
  • -Les braves hommes ne demandent pas congé la veille de batailles. Souvent, ils boivent avant, pour se donner le courage de batailler. Ce qu'il y a de plus important c'est de ne rien se refuser tant que l'on vit. La bataille vient assez tôt, déjà celle de la vie, contre soi, mais aussi celle de la guerre, surtout pour nous les shinobis. Ce qui est important le voilà, vivre... Et si je peux me prendre un bon verre pour soulager quelques maux, faire plaisir à mes papilles, ou à mon coeur en le partageant avec quelqu'un, je ne m'en priverais, parce que comme vous le rappelez si bien sans le faire exprès, pour nous shinobi, il n'y a peut-être pas "de demain" et c'est pourquoi nous nous entraînons si durement... M'enfin je divague, laissez, je me montre un peu insolent là.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Sam 4 Aoû 2018 - 16:38
Astreinte
Silencieuse, je vous écoute alors que vous me donner un avis différent du mien. L'on pourrait partir dans un petit débat à ce sujet, mais votre envie semble tout autre quand vous me dites de simplement laisser tomber, que vous divaguer. Est-ce là, déjà les effets de l'alcool dont vous venez de prendre une gorge ? Nullement, ayant malencontreusement bu une gorgée, je peux affirmer que la cause est tout autre. L'ennui ? La peur que tout cela aboutisse à une discussion plus que stérile si aucun de nous n'accepte de changer de position ou le point de vue de l'autre. Personnellement, je peux parfaitement comprendre votre vision des choses, mais elle est bien loin de l'éducation que j'ai eu, ou plutôt le style de vie que je m'impose.

"Permettez moi de poursuivre, car je ne vois point d'insolence dans vos propos. Juste un avis divergent du mien et que je peux parfaitement comprendre." Je relève alors un peu la tête pour poser mes iris sur vous et vous adresser un léger sourire avant de prendre à nouveau la parole doucement et sans attendre votre aval. Après tout, ne sommes nous pas là pour discuter et profiter de la soirée ? Il serait alors fort mal venu de votre part que de me dire de ne point vous répondre et m'inviterait donc à quitter ce toit et à vous laisser en seul compagnie des étoiles parcement la voûte céleste en cette nuit plus que calme et claire.

C'est ainsi que je reprends la parole d'une voix posée. "Pour se donner du courage ou bien pour fuir la triste réalité. Je ne conçois pas réellement qu'il puisse s'agir d'un moyen de se donner du courage, plutôt un moyen d'oublier et de s'abandonner à quelque chose de pas forcément rentable." Un avis tranché, voilà ce que j'exprime là, néanmoins, je ne montre aucune animosité ou autre, parce qu'après tout, il ne s'agit là que de ma façon de penser et vous êtes totalement en droit d'en avoir une toute autre.

"Alors peut-on réellement dire que l'on vit quand on sait que l'alcool agit sur nous comme un poison, nous faisant agir comme des abrutis et sans aucune considération, ni respect quand il imbibe notre sang et nos vêtements ? Vivre n'est-il pas de profiter de chaque instant consciemment et non pas sous l'effet d'une quelconque substances ?" Une question marquant une nouvelle fois ma naïveté, mais suis-je réellement fautive de cela ayant vécu trop longtemps dans ma bulle ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Dim 5 Aoû 2018 - 5:54
Elle savait déjà un peu mieux me prendre si j'osais dire, car elle savait lancer une conversation et éveillant mon intérêt sans avoir outrageante ou de me faire me sentir écraser. Un talent de samouraï bien éduqué sans doute. Ce qu'elle disait ne m'empêchait pas de boire une autre gorgée et de l'apprécier à sa juste valeur. Je ne croyais pas qu'une chose en ce monde puisse exister sans raison, l'alcool en faisant partie, j'aimais à en profiter et quoi qu'elle avait l'argument tranchant, elle ne saurait je pense me convaincre du contraire.

Un jeu de regard débutait, le mien croisant le sien de temps à autre, où nous cherchions, entre deux silences, à capter les traits de nos faciès pour y déceler des expressivités plus parlante que nos mots. J'abaissais la tête quand elle parlait de fuir la réalité. Il y avait du vrai en cela, à n'en pas douter. Je n'étais pas le seul à le faire, et quoi que les verres que je m'accordais au mois étaient trop peu nombreux pour que l'on désigna alcoolique, il m'arrivait tout de même de trouver refuge dans la boisson. Je ne crois pas, si ce n'était que ponctuellement, que l'on pouvait blâmer quelqu'un de faire cela. Tout le monde à sa façon de gérer ses maux, sa pression, d'évacuer d'une façon ou d'une autre le trop-plein qu'il sent en lui. Pour certains c'est le sexe, pour d'autres l'alcool, pour d'autres encore la bataille elle-même. Notre volonté n'étant jamais neutre, elle est secrètement complice des faiblesses qu'elle ne combat pas. Souriant sur elle, sans complètement tourner mon visage sur beauté froide, je me rappelais à son discours quelle recherche animait une grande partie de mon âme. Une vertu suprême, être en quelque sorte l'idéal de l'homme, pour parvenir à lui servir d'exemple, le plus juste des exemples. La vertu parfaite détache l'homme de lui-même, et fait qu'il ne se lasse point de supporter la faiblesse des autres. Plus on est loin du vice, plus on est patient et tranquille pour s'appliquer à le guérir. Hélas, et heureusement, par sagesse sans doute, j'en avais bien conscience, l'imagination grossit souvent les difficultés, elle fait croire les choses plus irréparables qu'elles ne sont, et notre faiblesse plus incurable qu'elle n'est en réalité, je pouvais donc espérer y parvenir, en acceptant d'abord en moi-même ce vide à combler, et les faiblesses dont je souffrais.

J'aurais pu m'écrouler mille fois, d'avoir maintenant 17 ans, et de ne toujours pas avoir cette vertu, cette dignité princière, au-delà de l'apparence que je renvoie. Je m'efforçais de croire qu'à force de faire semblant, un jour je n'aurai plus à faire semblant, et boire un verre, ne servais surtout qu'au plaisir des papilles et à calmer de trop grandes ardeurs. Mais depuis Iwa, grâce à Diao, j'avais découvert autre chose de salvateur, de puissamment efficace pour obtenir cette vertu royale que je quêtais incessamment. S'il y a courage à supporter la douleur, il y a faiblesse à lui rendre les armes, et à se tenir courbée sous son joug. Il vaut mieux l'épancher sur un cœur ami dont la parole sera pour elle un baume tempérant. Ce cœur s'appelait Diao, et tant que je lui vouais de la considération, je mettais une distance de crainte de l’entraîner dans un bas-fond. Ainsi était l'ironie de ma vie, et ce à quoi me conduisait par pensée, une aussi simple conversation que celle-ci.

Je laissais enfin échapper un langoureux soupire, accompagné d'un petit gémissement qui sonnait presque féminin. Légèrement, je lui répondais, aussi succinctement que je savais le faire, mais à ma voix, résonnait toujours la quiétude, malgré le doute qu'elle savait, peut-être sans en avoir eu conscience, me faire ressentir.
  • -S'abandonner est rentable. La modération et l'équilibre sont les véritables nécessités de la vertu. S'interdire l'alcool... L'herbe s'interdit-elle le soleil ? Profiter de chaque instant de la vie, n'est-il pas plutôt d'en apprécier tous les plaisirs, tous, pourvu que l'on sache quand ils deviennent non plus le plaisir, mais le but. Ne soyons pas trop prompt à juger les hommes ivres d'alcool, de gloire ou de plaisir, l'être humain est l'être du désir, lui interdire de vouloir la paix intérieure, d'une façon ou d'une autre, c'est le déshumaniser justement. Si nous nous interdisons des plaisirs comme des ascètes, nous finirons frustrés, et la violence qui en découlera n'en sera que plus élevée. Comprends-tu ? Samouraï, que la discipline n'est pas d'avoir une fermeture, mais le sens de la modération ?

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Lun 13 Aoû 2018 - 12:33
Astreinte
Tentez-vous là de me donner une leçon quand à savoir comment être quelqu'un de discipliné ? Je voue ma vie à cela, à suivre la voie du bushido et dés lors, à ne pas succomber à la faiblesse que peuvent provoquer le désir d'alcool, d'argent ou les plaisirs charnels. Je ne puis me permettre de m'éloigner à nouveau de cette voie que j'ai choisie et vos semblent comment désireux de me pousser à cela. Oh non, je ne me considère point comme vertueuse ou comme un modèle de quelque chose que vous pourriez imaginer, mais je ne puis considérer vos mots tels qu'ils sont.

"Je pense qu'à partir du moment où l'on considère que l'on doit se modérer sur quelque chose qui n'est de base, pas naturel pour l'homme, cela implique un éloignement de la discipline, alors non, je ne cautionnes pas votre points de vue. Pour l'homme il est naturel d'avoir un désir de reproduction, pas de plaisir charnelle à tue-tête au point de payer des femmes pour cela par exemple. Pour l'homme, il est nécessaire de boire pour se rafraîchir et s'hydrater, pas pour oublier ou chercher du courage. Il s'agit là de désir purement égoïste que vous tenter de faire passer pour quelque chose de tout à fait normal pour tout un chacun, mais pourquoi interdisons nous l'alcool aux enfants s'il est naturel d'en boire ? Pourquoi une infante, ne peut avoir d'amant ? Vous me parlez de choses naturelles, mais qui ne le sont qu'à partir d'un certain âge et dans une certaine vie ne voyez-vous pas ? Dés lors, pouvez-vous réellement concevoir qu'il s'agisse là de choses naturelles comme vous dites et pas juste un moyen de fuir des responsabilités ou une réalité qui ne nous plait guère ? Il est bien plus facile de fuir que de s'affirmer et donc d'affronter le mal qui nous tient, nous guettes ?" Et tout en parlant, je me suis relevée, comme pour tenter de donner plus de puissance à mes mots alors que je continue pourtant de vous faire entendre une voix plus que calme, ne laissant transpercer aucun mécontentement ou autre sentiment pouvant prouvé que je ne suis pas du même avis. Je me contente juste de vous donner mes arguments d'une voix placide, mais pas morne pour autant.

Penchant alors un peu la tête pour vous regarder, je me permets de reprendre la parole pour réagir à votre petite conclusion. "La discipline, n'est en rien une fermeture, en effet, mais beaucoup confonde cela. La discipline c'est une façon de rythmé sa vie et la fermeture d'esprit ne tient qu'à l'individu en lui-même. La tolérance et l'ouverture d'esprit peuvent tout aussi bien être des traits d'une personne pourtant discipliné. Il ne faut pas croire que rigueur est synonyme d'étroit d'esprit." Un petit regard en coin, je suis curieuse de la réaction que vous pourriez avoir à cet instant. Après tout, je vous montre bien que pour quelqu'un de très discipliné je peux avoir une conversation assez large et que même si je n'affectionne pas l'alcool, en aucun cas, je n'interdis à d'autre d'en boire. Je suis maître de ma vie, pas de celles des autres et j'estime que tout un chacun est prompt à faire ses choix et surtout, les assumer.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 15:38
Elle avait beaucoup de choses à me répondre la samuraï. Le sujet l'inspirait il fallait croire, et bien qu'elle y mît toutes les formes adéquates, elle me tenait tête sans faillir, allant jusqu'à e dresser pour donner plus de poids à son verbe et de hauteur à son éloquence. Comme un coup plat d'une épée, les arguments se suivaient, péremptoire et assurée, je la laissais déblatérer inlassablement ce qu'elle pouvait me renvoyer de contradiction à ma vision des choses. L'oeil en coin, parfois le sourire tout autant en coin, mon visage s'abaissait légèrement, comme si je lui répondais par avance à ce défi verbal qu'elle me jetait. Aurais-je dû avoir réellement à faire de cette conversation ? De ce que cette femme inconnue d'hier avait à penser . Pas vraiment, pourtant, j'y trouvais de l'intérêt, car lorsqu'on me résistait, toujours cela éveillait chez moi l'envie plus grande encore d'avoir une emprise.

Sa passion en venant d'ailleurs presque à déborder d'elle, sans qu'elle ne sût le contrôler, et cela ne fit qu'accentuer le sourire que je lui laissais voir, tandis qu'une petite brise fit battre ma chevelure argentée sur le visage. Mon silence était ainsi de respect et d'honneur, car si elle y mettait autant de coeur, je ne pouvais par dignité et hauteur princière qu'écouter sincèrement son propos. C'était là, la récompense de l'effort du coeur qu'elle me faisait. C'était quand elle se dressait, en faisant de grands efforts pour conserver à la voix le respect que j'attendais, que je la trouvais encore plus savoureuse, pour ne pas dire, enfin, réellement séduisante. Devant moi, comme j'ai coutume de dire, on ne s'agenouille pas, on se dresse, comme l'exige la place qu'est réservée à l'homme. Lorsque l'on me qualifiait d'arrogant, de frimeur, de dandin, ou d'égocentrique, toujours on oubliait que la hauteur que je prenais n'était jamais pour écraser, mais élever autrui au contraire. J'étais l'oiseau qui prenant dans les serres emmenait vers les cieux, car je refusais de marcher sur des tas de cadavres pour atteindre le septentrion que je chérissais. Ainsi passant par mon regard fixé sans gêne dans le sien, coulait comme de l'eau pure la tendresse, la douceur et la compassion, pour une femme qui ne démordait pas de ses passions et de ses convictions. Opposés nous étions, mais par l'opposition, les hommes évoluaient et j'aimais grandement cela.

La stature angélique et royale qui faisait mon trait de caractère le plus flagrant ne se sentait que d'autant flatté par la sagesse dont elle parvenait à rendre l'image. Elle m'aurait pour peu presque convaincu. Presque... Certainement que ma fierté m'empêchait de scinder ma volonté pour acquiescer totalement à son propos, mais je n'en éprouvais pas moins durant un court instant, sinon doute, au moins l'envie d'une réflexion plus profonde sur les raisons du plaisir, du désir, et de leur assouvissement. Là, ne savait-elle pas qu'elle avait accompli quelque chose de bien rare, car j'étais coutumier d'avoir sans cesse raison, hors cette fois-ci bien entendu.

Voluptueusement, quand elle terminait et se tenait debout, ferme et élancée à côté de moi, je lui répondais ans omettre de lui offrir la saveur d'un instant suave et langoureux. Exercice de tonalité et de verbe dans lequel je passais maître à force de séduction. J'avais cependant cette fois moins de difficulté à jouer ce jeu, car elle commençait enfin à m'intéresser réellement, pas seulement pour passer le temps. Je passais un côté de mes cheveux derrière une oreille et faisais luire mon regard bleu sur elle, parce que c'était ainsi que j'avais l'habitude de déstabiliser mes interlocuteurs. Bien incertain que cela fonctionnait sur elle, qui se murait derrière je ne savais quelle carapace émotionnelle, comme si ressentir était devenue une tare qu'il lui fallait absolument guérir, alors que le ressenti était pourtant sans doute l'une des choses qui faisaient le plus de nous des êtres humains.
  • -L'ivresse est une folie volontaire. Nous sommes toujours responsables des verres que l'on vide dans notre gosier. J'entends bien ce que vous dites, réellement, et sachant que le désir n'a jamais fait la preuve de l'existence de l'objet du désir, je n'oublie jamais non plus qu'il n'y a que deux manières de se délivrer de son désir : en y renonçant ou bien en le réalisant. Vous choisissez la voie du renoncement, moi je choisis la voie de la réalisation et pourtant, paradoxalement, nous connaîtrons tous les deux le manque. Je le connais déjà.


En bas de nous justement, il semblait qu'un homme donnait raison à la demoiselle. Car à la sortie d'un bar, une engueulade débutait, dont l'un des protagonistes était manifestement ivre et provoquait, sans que je ne comprenne pourquoi encore, un autre jeune homme. Une jeune fille entre les deux hommes tentait de s'interposer. Cela n'en venait pas encore au sang, mais le ton montait fortement, et devant le spectacle je soupirais...
  • -Je vais devoir travailler finalement ce soir...

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 16:14
Astreinte
Charmeur, voilà tel que je vous vois. Vous tentez de jouer de vos regards et autres mimiques pour tenter de me faire faillir, mais malheureusement, vous n'y arriverez pas. Je ne suis point du genre à succomber à un charme éphémère. Profitez donc de votre physique avantageux tant qu'il est là, car le temps un jour y fera des ravages ou bien simplement la guerre et dés lors, vous ne pourrez plus vous pavanez tel un paon faire de ses plumes.

Silencieuse, je soutiens vos regards, ne me laissant guère défaillir à votre gestuelle que je pourrais presque qualifiée d’efféminée. N'est-ce donc pas un tic de demoiselle que de mettre les cheveux en arrière pour tenter de charmer ? Je l'eu cru, l'ayant bien trop de fois observé à l'académie du pays du rempart, néanmoins, face à vous, alors que vous me faites cadeau de cette gestuelle assez symbolique, je reste perplexe.

Ecoutant vos mots qui viennent alors encore une fois faire opposition aux miens alors que vous attestez m'avoir entendu. Nul besoin de préciser cela, après tout, nous sommes dans un débat et la finalité ne peut pas forcément être un accord des deux partis. Mon but n'étant pas réellement là, je me contente simplement de donner mon point de vue et ma vision des choses en les défendant, car forcement, je ne peux pas rester de marbre quand j'entends que la discipline est synonyme de fermeture d'esprit pour vous, alors qu'il s'agit juste d'une rigueur à suivre quelque chose.

"Dans un cas, le manque est moindre. On ne peut manquer de quelque chose que l'on ne connait pas. L'on sera peut-être submerger par le remord de ne pas avoir tenté, mais on ne sera aucunement obnibulé par le goût de l'alcool par exemple. Il est dés lors plus facile de résister à quelque chose que l'on ne connait pas qu'à quelque chose que l'on sait apprécier." Argumentais-je une nouvelle fois avant de voir le débat être réduit à néant par des esclaffes plus bas.

Baissant mon regard, j'observe placidement la scène qui se joue et acquiesce à vos mots. "Ne tardez pas trop, sait on jamais que ça serait la demoiselle qui se prenne un mauvais coup. Et si vous avez besoin d'aide, vous savez où me trouver." Une information qui pourrait être utile, si jamais vous aviez du mal à contenir les deux hommes en pleine joutes verbales à cet instant.

Je m'avance alors un peu plus vers le bord du toi, pour observer au mieux la situation et avoir le loisir de contempler votre intervention une fois que vous vous mettrez en mouvement. "Ah." Lançais-je alors pour vous interpellez. "Je peux garder votre verre si vous le voulez." Parce qu'il serait mal venu de votre part que de tenter d'arrêter un ivrogne avec un verre en main, cela serait un peu comme l'hôpital qui se fout de la charité... Puis si un civil vous sans scrupule balance à votre responsable qu'il vous à vu avec un verre d'alcool en main, je doute fortement de votre avancé au sein de la police de la roche. Et en même temps, je me dis que votre verre ne doit pas encore être terminé et que vous n'êtes nullement désireux de le gâcher en l'abandonnant quelque part. N'avez-vous pas fait tout un speech sur votre affection pour l'alcool ? Bien que vous êtes encore bien loin de l'homme en contre-bas. Fort heureusement pour moi.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Sainan Gi. Tenshi
Sainan Gi. Tenshi

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mer 15 Aoû 2018 - 6:30
Aimable encore la demoiselle, qui se proposait de tenir mon verre durant le temps que je devrais agir. Un sourire de ma part suivait, et je lui tendis le contenant sans autre forme de politesse, sinon au moins un "merci" qui accompagnait le geste. Je n'étais pas spécialement plein d'entrain à l'idée de calmer une simple querelle comme il n'y en a tellement, mais puisque c'était mon travail ce soir paraît-il, je ne pouvais me soustraire à la tâche que l'on m'incombait.
Le verre pris dans sa main, avant de m'élancer, je ne retins pas un sourire étrange, comme si ce qui se produisait devant nous, était en quelque sorte le moyen que le hasard avait trouvé pour lui donner tant raison que je ne pouvais me contraindre de penser le contraire. C'était cependant bien mal me connaître si la vie cherchait par là à me soumettre à une idée qui n'était pas la mienne. Montant jusqu'au tout bord de l'immeuble et me tenant bien droit, je lui répondais ainsi tout aussi voluptueusement que précédemment, même si elle était imperméable à mon charme, je restais en effet l'homme que j'étais quoique mes interlocuteurs aient à me renvoyer.
  • -Au moins, que vous pouviez avoir raison et moi tort, à ce que je vois je peux confirmer, que l'ivresse rend franc et sincère.


Je fis un pas dans le vide, et me laissais tomber de l'immeuble pour atterrir gracieusement sur le sol. Une main retenant le pommeau de la rapière pour la surélever, que le fourreau de celle-ci ne heurte pas le sol quand je posais un genou sur celui-ci lorsque je l'atteignais. Me redressant calmement, je me trouvais désormais à quelques mètres de la querelle qui avait débuté. Deux hommes donc, qui se parlaient sans s'écouter, parce qu'ils se parlaient en même temps jusqu'à n'y rien comprendre et que même pour moi démêler les raisons de la querelle devenait impossible. Entre eux une jeune demoiselle qui tentait, en hurlant plus fort de temporiser la dispute, voire de les séparer. Une affaire pour le moins classique comme on en trouve tellement aux sorties de bar. Je faisais quelques pas vers eux, sans pour le moment me soucier de ce qu'ils se racontaient en réalité. Peut-être qu'en temps normal j'aurai eu la patience de jouer les arbitres, mais il me tardait de retrouver la samouraï, aussi je préférais simplement gagner du temps. Paradoxalement je ne me pressais pas plus que cela non plus, tant qu'ils ne restaient qu'à des mots, pour moi il n'y avait pas d'urgence.

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi B5p9

Avant que je ne parvienne à eux, l'un des hommes, visiblement le plus aviné, dressa le poing pour frapper l'autre. C'est le moment que j'attendais pour avoir le droit d'agir avec un peu plus de brutalité. Le but n'était pas de le blesser bien sûr, mais de le contenir, alors les mudras que je faisais ne firent jaillir le bois de sous ses pieds que pour l'y emprisonner. Pauvre civil, ivre en plus, il ne comprenait pas ce qui se passait... Quelques regards étonnés se tournaient sur moi, particulièrement ceux de l'homme qui allait être frappé et de la jeune femme. Ceux-là ne risquaient rien tant qu'ils se tiendraient tranquilles. C'est seulement alors, que je me présentais, assez calmement, pour ne pas dire royalement...
  • -Je suis du Yamagenzo, Sainan Gi — Tenshi en charge de l'ordre durant les festivités. Je ne peux pas permettre de violence en pleine rue.

  • -C'est ce fou là ! Me hurlait la demoiselle. Il a voulu se battre avec mon copain uniquement parce que je voulais pas danser avec lui !


En réalité, je voyais sur la demoiselle et son ami que l'ivresse était tout aussi importante, mais ils se contrôlaient simplement beaucoup mieux que l'autre, qui malgré sa position, beuglait comme un goret contre moi... À croire que même face à l'évidence il y'en a encore pour tenir tête à l'impossible, cela me rappelait d'ailleurs quelqu'un... Ha oui. Moi.
  • -Libérez-moi tout de suite ! Libérez-moi je vous dit ! Vous allez voir ce que vous allez voir !!

  • -Salut alcool, adieu raison. Répondais-je plus à moi-même qu'autre chose d'abord... Heureusement tous les jours d'ivresse ont leur lendemain.


Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 7a5x

Arborant à cette foule de gens trop curieux et aux premiers concernés une stature paisible et angélique, déjà je me trouvais intérieurement embarrassé de devoir peut-être envoyer cet homme en cellule de dégrisement. Il me fallait une autre solution, pour l'empêcher de nuire et lui donner en même temps une leçon. La demoiselle et le jeune homme tentèrent de m'expliquer le déroulement de l'affaire, qu'ils ne comptaient pas faire de problèmes, et que ce n'était qu'une affaire de mœurs et d'échauffement libidineux, je ne pouvais offrir qu'une œillade compatissante qu'aucun verbe ne suivrait. La solution me vint finalement, une solution relativement simple. Je décidais de passer à une sorte d'emprisonnement différent. Refaisant quelques mudras, je formais une prison de bois semblable à un tout petit dôme, aussi grand qu'une cellule, pour celui que j'avais déjà emprisonné. S'il voulait brailler, et bien fort bien lui fasse, il serait ainsi l'attraction de la rue, et je pourrais le surveiller encore des hauteurs jusqu'à ce qu'il décuve.
  • -Et voici la nouvelle attraction de ce quartier. Un animal en cage qui hurle et qui bave. Vous tous, si vous ne savez quand il faut s'arrêter, regardez, contemplez, ce qui vous attend et à quoi vous pourriez ressembler. En espérant que la démonstration réfrène les mauvaises ardeurs.


Je n'en attendais pas plus, laissant l’énergumène hurler tout seul dans sa prison de bois, posée à même le trottoir à côté du bar, où les passants, les couples et les groupes d'amis, avaient à loisir de rire de sa situation, tandis que le couple pouvait s'en retourner vaquer à son flirt. Ainsi, j'espérais que l'ivresse, ne servant plus d'exemple, ferait peur à chacun de ces hommes et de ces femmes. Je pouvais donc remonter vers le toit, pour reprendre mon propre verre que j'estimais dûment mérité. Une demoiselle fort charmante et agréable m'y attendait en plus, et il serait inconvenant pour un prince, de faire attentre une dame.

_________________
Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi 48620_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi Empty
Mer 15 Aoû 2018 - 11:28
Astreinte
Me saisissant de votre verre, je vous laisse dés lors quitter notre perchoir pour que vous puissiez aller vous perdre dans la foule en bas afin de régler ce petit soucis. Vous observant donc rester dans l'inaction pour l'instant alors que le conflit va en crescendo pour le bon plaisir de vile curieux, je ne peux réprimer un soupire. Etant pour l'heure seule à être ainsi perchée, je peux me permettre de laisser entendre un tel son. Bien qu'il ne faut pas croire que je suis du genre à laisser tomber mes bonnes manières quand je suis seule, juste que la scène qui se déroule devant moi est plus qu'ennuyante.

C'est d'ailleurs à cet instant que vous vous décidez à passer à l'action, évitant que cela ne tourne réellement en bagarre même si vous avez laisser celle-ci pointé le bout de son nez avec le poing serré de l'ivrogne. Ne manquant ainsi rien de la scène, je finis par simplement m'installer, à nouveau, sur le bord du toit, les pieds pendant dans le vide. Marquant assez bien la hauteur de la bâtisse sur laquelle je me trouve.

Je fronce alors les sourcils quand vous changez soudainement les règles du scénario pourtant pré établi dans ma tête, en bas. Aucun départ pour le poste de police pour le mettre en cellule ? Je vous regarde incrédule alors que vous scandez maintenant une sanction pour l'homme, le faisant devenir le clown de la soirée. Je ne peux réprimer une remarque de dégoût face à ce choix de votre part. Un choix bien loin d'être noble. Un choix marqué d'une cruauté vile et déplacée...

Je me lève alors, en ayant assez vu alors que vous venez me rejoindre à nouveau. Vous observant durant de longue seconde, je finis par faire mine de vous tendre votre verre avant de finalement le renverser, le vidant entre nous, laissant ainsi l'alcool restant couler sur les tuiles du toit et finalement ternir le sol en contre-bas. "Si l'alcool peut rendre sincère, il peut également rendre méchant, néanmoins, certains hommes n'ont pas besoin de cela pour agir sans scrupules et nuire à ceux qui sont dans un état de faiblesse." Une remarque cinglante. Mon envie de discuter avec vous s'est envolée, à l'instant même où vous avez fait de l'homme un pitre aux yeux de tous. "Pensez-vous qu'un abus d'alcool fasse que cet homme mérite de devenir le sujet de moquerie de tout un chacun ? Pensez-vous réellement que demain, tout cela sera oublier ? Il va devenir la cible de moqueries de plus d'une personne et de certains enfant. J'espère pour vous qu'il n'est pas un esprit faible, sinon...." Sinon, je laisse ma phrase en suspens, pour que vous pensez et réalisez vous même l'ampleur que cela peut prendre. Devenir le sujet de rumeur, de moquerie, subir les brimades des enfants du quartier à cause d'une action fait sous l'alcool, peut aisément pousser un esprit faible à commettre l'irréparable... Je m'enflamme peut-être, mais je ne puis m'empêcher de ne pas tolérer un tel acte d'une personne supposée représentée l'autorité. "Sur ce, je vous laisse, je n'ai point l'envie de discuter davantage avec une homme qui profite de la faiblesse d'autrui." Soufflais-je doucement mais de façon néanmoins tranchante avant de disposer de votre personne et bondir sur un autre toit pour quitter les lieux.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Iwashukusai : Astreinte ᵜᴥ Tenshi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: