Soutenez le forum !
1234
Partagez

La force de l'esprit

Yuki Rakka
Yuki Rakka

La force de l'esprit Empty
Mer 25 Juil 2018 - 18:52
Iwashukusai de l'été 202

Pour une fois, Rakka était sortie de chez elle, mais pas question de se mêler aux festivités. L’agitation l’effrayait sans qu’elle eut le courage de l’avouer et elle évitait autant que possible les animations les plus attirantes. Non, pas de théâtre ou de jeux pour elle, la fillette traînait plutôt près de comerçants plus calmes, adaptés à des loisirs portés sur le travail de l’esprit.

Patiemment, elle déambulait, ne fuyant pas le soleil qui caressait sa peau, mais évitant soigneusement les passants qui pouvaient n’était-ce que la frôler. Cela fit rire un homme qui la héla et lui demanda ce qu’elle venait faire ici dans un rire travaillé par des années de négoce. L’enfant bouda et passa son chemin, se faisant oublier à l’ombre et s’engageant en des ruelles qu’elle connaissait moins.

Heureuse surprise, l’air était frais ici et, en avançant dans l’allée, une odeur caractéristique lui chatouilla le nez : une odeur humide, chargée de poussière, de temps, l’odeur des papiers et cuirs luttant sagement pour protéger leurs trésors. Rakka posa ses yeux sur l’échope, sur ses articles. Là, vainqueurs des ans, des livres par centaines s’entassaient. La Yuki s’en approcha, salua le marchand et retint un hoquet de surprise. C’était un aveugle, un vieil homme aux yeux voilés comme ceux d’Atsuji. Sa réaction fit tousser son gardien, un homme à la trentaine bien sonnée et aux muscles couturés dont le rôle auprès de l’individu n’était pas bien difficile à deviner.

La fillette baissa sagement les yeux et commença à détailler les ouvrages. Elle en choisit un, le caressa, l’observa et l’ouvrit doucement. Le cuir grommela un peu, comme un homme tiré de son sommeil, mais l’odeur lui rappelait cette enfance choyée sur l’île Haha, ses leçons avec sa mère, avec Atsuji, plus tard avec son père… Dans un réflexe innocent, elle commença à lire le contenu de la page ouverte au hasard, mais buta sur un mot qu’elle ne connaissait pas.

Elle releva la tête, cherchant naturellement assistance. Le marchand aveugle ne lui serait pas d’un grand secours, son molosse apprivoisé non plus… Son regard se tourna de l’autre côté et tomba sur un adolescent tout aussi occupé que sa personne précédemment.

“Monsieur ? interpela-t-elle doucement. Je vous prie de bien vouloir m’excuser.

Elle lui tendit le livre et pointa avec attention les lignes lui posant problème.

-Sauriez-vous comment se lit ce mot-ci, s’il vous plaît ?”

_________________
La force de l'esprit 1569154701-rakka-signature-3
Like how a single word can make a heart open
Autres signatures:
 


Dernière édition par Yuki Rakka le Jeu 26 Juil 2018 - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka
Konran Tenzin
Konran Tenzin

La force de l'esprit Empty
Jeu 26 Juil 2018 - 1:13
Le festival avait commencé et les rues étaient perpétuellement en fêtes. Les gens sortaient de chez eux, le coeur en joie, et profitaient des festivités pour se réunir ou alors pour s'adonner à leur boisson favorites. L'alcool sans nul doute. Pour ma part, je n'étais pas un grand buveur d'alcool, et bien des choses me traversaient l'esprit à l'heure actuelle. Je n'étais pas vraiment d'humeur à profiter de la joie qui parcourait le village. Au lieu de cela, mes pensées déjà bruyantes avaient besoin d'un endroit calme et de quelque chose pour les contenir, les diriger. Toute cette agitation n'était pas bonne pour moi. Mais je savais exactement ce que je devais faire pour cela. Après avoir passé quelques heures à méditer sur le toit de mon appartement en compagnie de Sorina, je l'avais laissé à la maison et était parti à la recherche de cette source d'apaisement. Moi qui passait mes journées à penser à mon amélioration en tant que ninja, j'avais ces derniers temps négligé l'entraînement de mon esprit au profit de l'entraînement de mon corps. Il était temps d'y remédier.

Empruntant les rues commerçantes, je me dirigeai vers une petite bibliothèque que je connaissais bien. L'air était frais et la brise me faisait comme d'habitude une caresse apaisante. Lorsque j'arrivai à l'endroit souhaité, je saluai les deux hommes à l'entrée et me plongeai dans l'odeur réconfortante des vieux livres. Choisissant quelques livres au hasard, je m'éloignai un peu de l'entrée avant de me plonger dans la lecture que j'avais choisie. Les minutes et les heures défilèrent sans même que je me rende compte, me plongeant dans les écrits tous plus instructifs les uns que les autres. J'étais si concentré que je ne remarquai pas la présence d'une jeune fille. Ce n'est que lorsqu'elle se rapprocha de moi pour me demander la signification d'un mot que je levai ma tête surpris. La jeune fille devait avoir l'âge de Sorina, et c'est avec le sourire que je m'empressai de venir à son aide. Mais alors que je m'apprêtais à retourner à ma lecture, je détaillai un peu plus la demoiselle. Une kunoichi vraisemblablement, jeune et aux yeux singulièrement oranges. Je croyais la reconnaître un peu...il allait sans dire que son nom avait fait parler de lui.

-Ne serais-tu pas la jeune Yuki ? Voici donc deux immigrés dans une bibliothèque ? plaisantai-je.

Je faisais bien évidemment référence à ses origines de Kiri, et mes origines de Kaze no uni. Je refermai alors mes livres et me rapprochai à nouveau de la petite, l'invitant à s'asseoir avec moi. Je ne savais pas très bien quoi faire, et bien que j'avais recherché le calme de la solitude en venant ici, la présence de la kunoichi ne me dérangeait nullement au contraire. Quelque chose dans sa présence m'était familier, et j'étais pourtant sur de ne l'avoir jamais rencontré. Serait-ce une amie d'une vie antérieure ? Haha, l'heure n'était pas aux rêveries. Lui souriant doucement mais sincèrement, je repris la parole.

-Tu veux lire avec moi ? Je vois que toi aussi tu n'es pas très enthousiaste face au festival en ce jour, je me trompe ?

J'étais curieux de savoir ce que la jeune Yuki faisait ici. Il avait été dit qu'après des évènements tragiques dont nous avions tous connaissances, cette dernière était très peu sortie de chez elle. Mais peut-être avait-elle besoin d'aérer son esprit, comme tout un chacun.

-Par ailleurs, je suis Tenzin, fis-je avec un sourire entendu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Yuki Rakka
Yuki Rakka

La force de l'esprit Empty
Mar 31 Juil 2018 - 0:55
Leur échange aurait pu s’arrêter là et Rakka s’était apprêtée à reprendre sa lecture, mais l’adolescent s’était mis à l’observer avec un drôle d’air. Se faire détailler ainsi n’était pas commun et la petite Yuki tira de cette expérience une sorte de gêne qui lui fit monter le rose aux joues. Que voulait-il à la fin ? On eut dit qu’il la connaissait d’un autre temps, d’un autre lieu, mais la fillette était certaine de ne jamais l’avoir rencontré.

“C’est bien cela, crut-elle devoir répondre avec une certaine appréhension quand il mit le doigt sur ce qu’il cherchait.

Ainsi, lui aussi avait été adopté par Iwa ? Il se montrait sympathique, mais Rakka se dévissait le coup pour maintenir un contact occulaire respectable et cela commençait à lui faire mal. Le shinobi aux cheveux bleus l’invita à lire avec lui et la petite kunoichi pencha la tête sur le côté, incrédule. Lire était une activité solitaire, non ? Et puis, le marchand n’allait pas être content si les deux jeunes gens lisaient ses ouvrages au lieu de les acheter. Pour le moment, son chien de garde ne semblait pas se préoccuper d’eux. Ni l’un, ni l’autre n’avait l’air de crève-la-faim et cette assurance devait sûrement jouer en leur faveur.

-Ce n’est pas ça, hésita-t-elle après s’être rapprochée de lui suite à son invitation. Je suis arrivée à Iwa pendant les festivités de l’an passé, j’éprouve quelques difficultés à me mêler à tout ça aujourd’hui, avoua l’enfant qui glissa sur ses genoux pour reprendre sa lecture.

L’adolescent se présenta et son prénom fit sourire l’ex-kirijin.

-Comme le fils du dernier maître de l’air ? demanda-t-elle en faisant référence à la série de romans Avatar.

Ce n’était pas une lecture courante pour une enfant de son âge, mais elle les avait dévorés et l’idée de voir cet homme aux cheveux bleus comparé au trop sage Tenzin de ses livres l’amusait quelque peu.

-Je m’appelle Rakka, accorda-t-elle de manière plus sereine. Ravie de faire ta connaissance.

Ses yeux retombèrent sur les inscriptions abandonnées au temps et la fillette reprit la parole sans discontinuer de son activité.

-Tu as dit que nous étions deux immigrés, rappela-t-elle sur le ton de la conversation. D’où viens-tu, Tenzin ?”

_________________
La force de l'esprit 1569154701-rakka-signature-3
Like how a single word can make a heart open
Autres signatures:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka
Konran Tenzin
Konran Tenzin

La force de l'esprit Empty
Mar 31 Juil 2018 - 10:32
La jeune Yuki était déjà prête à retourner à sa lecture alors que je la regardais avec un brin d'insistance. Ses joues commencèrent à rosir sous mon regard, signe évident de sa jeune et je crus bon de justifier et d'expliquer ce regard insistant en lui demandant si elle était bien celle que je croyais. Mais outre ce fait, outre le fait qu'elle était maintenant une kunoichi de la Roche bien connue parmi ses semblables, c'était un tout autre sentiment de reconnaissance qui me frappait. Comme un sentiment de déjà-vu. N'arrivant pas à mettre une raison sur cette impression je décidai de laisser tomber tandis que la petite de la Glace confirmait mon assertion. Et alors que je lui proposais de lire avec moi, la jeune fille aux yeux orangés posa un regard incrédule sur moi, et après quelques secondes se tourna vers l'entrée. Je me demandai alors ce qui l'étonnait le plus. La proposition de lecture avec moi, ou alors le fait qu'on reste lire au sein de la bibliothèque. Je rigolai doucement au vu de son expression avant de lui expliquer.

-Nous ne sommes pas forcément obligés de lire la même chose, mais c'est parfois plus convivial de lire en compagnie de quelqu'un. Et ne t'inquiète pas pour les deux bonhommes à l'entrée, ils ont déjà surement oublié qu'on était à l'intérieur.

Elle m'expliqua ensuite d'une voix hésitante la raison pour laquelle elle n'était pas dehors comme la plus part des citoyens d'Iwa en train de profiter du festival. Et c'était tout à fait compréhensible. Il y a un an, à la même période, elle et sa famille débarquait de Kiri où ils avaient vécu pour venir s'installer ici, et non pas sous les meilleurs hospices. J'avais en effet un peu entendu parler de l'histoire sans pour autant m'y attarder. Faisant comprendre par un regard et un vague acquiescement mon empathie pour son manque d'engouement envers ces festivités, je ne posai pas plus de questions que cela à celle qui m'accompagnait dans ma solitude en ces temps ironiquement solidaires. Mais alors que j'avais tout de même décidé de me présenter avant d'arrêter de l'importuner, mon prénom sembla faire sourire l'Iwajin. Le fils du dernier maître de l'air ?! Haha ! Je ne pus empêcher ce petit rire de franchir mes lèvres. J'avais en effet lu cette saga, et j'avais trouvé assez ironique que l'unique fils du dernier maître de l'air porte mon nom. Ou alors que moi je portais le sien. Mes parents avaient-ils oublié de m'expliquer leur référence littéraire pour le choix de mon prénom ?

-Je me suis en effet posé la question à plusieurs reprises. D'ailleurs ça tomberait à pic au vu de mon affinité.

Concentrant une quantité minime de chakra dans le creux de ma main, je la relâchai pour créer une très légère brise en direction du visage de la jeune fille en souriant autant avec mes yeux que mes lèvres. Quelques pages de nos livres respectifs se tournèrent, mais je ne perturbai pas la quiétude du lieu en provocant une catastrophe, bien heureusement. Il aurait été difficile après cela de passer inaperçu.

-C'était un grand maître de l'air, alors je serai sûrement un grand utilisateur du vent. Mais bien heureusement pour moi, mon crâne n'est pas aussi propre et allongé que le sien, terminai-je avec un clin d'oeil.

Rakka était donc son prénom à cette jeune fille. Un prénom qui inconsciemment me faisait autant penser à une entité bienveillante et le tranchant de la glace. J'acquiesçai une nouvelle fois avec un sourire aux lèvres, et alors que nous retournions tous les deux à notre lecture, elle continua cette discussion sans transition aucune. Et bien que cela venait sur le ton de la conversation, sa question sur mes origines me coûta quelques secondes de silence et de réflexion avant de répondre. Pour une quelconque raison, et surement par habitude, je m'attachais à faire attention à mes réponses en ce qui concernait d'où je venais et sur ma famille.

-Je viens du Pays du Vent, Kaze no Kuni, fis-je avec un petit sourire. Cela voulait-il dire que j'étais un fils du Vent comme Tenzin ? Haha, petit clin d'oeil à nouveau à cette référence peu commune. Je ne suis arrivé qu'il y a quelques années...J'ai dû partir assez précipitamment et j'ai, disons, atterri jusqu'ici, terminai-je avec un visage impassible tandis que mes yeux reflétaient une certaine nostalgie.

Je ne tenais pas vraiment à m'épiloguer sur le sujet. J'avais erré pendant plusieurs années avant de finalement m'installé au Pays de la Terre dans ce village caché. Je n'aurais jamais pu survivre dans le désert et à travers les rues sans la particularité qui faisait de moi celui que j'étais, et j'évitais ce sujet pour éviter d'avoir à en parler. Me rappelant la nostalgie que j'éprouvais pour mon pays, je continuai sur le ton de la conversation.

-Kiri te manque parfois ?

Ce n'était pas une question piège, il n'y avait aucune intention derrière cette interrogation, juste la nostalgie de deux immigrés de gré ou de force.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Yuki Rakka
Yuki Rakka

La force de l'esprit Empty
Ven 3 Aoû 2018 - 16:17
Rakka écoutait Tenzin. Trouver quelqu’un possédant la même culture qu’elle était assez rare et leur ressemblance l’amusait presque. Presque, oui. L’adolescent souffla sur la gamine sa brise fuuton et celle-ci contracta les mâchoires en se rappelant les derniers utilisateurs de ce type qu’elle avait rencontrés. Il continuait son explication, sa rêverie, mais Rakka faisait mine de l’écouter d’une oreille, les yeux baissés sur un écrit dont elle ne distinguait plus les caractères.

“Mon père est mort à Kaze no kuni, déclara Rakka en refermant son livre.

Sans rien ajouter de plus et jetant sciemment un froid dans la conversation, elle inspira et souffla lentement pour réveiller l’art qui sommeillait en elle. Bientôt, l’air sentit sa température chuter et la genin porta ses mains à sa bouche pour expirer au creux de ses paumes le doux nuage de condensation qu’on ne voyait fleurir qu’en hiver. De la neige pris forme, elle la modela jusqu’à en faire une sphère ronde et lisse, brillante et glacée.

-Non, Kiri ne me manque pas, poursuivit l’enfant qui achevait son oeuvre.

La sphère cristalline reposait dans sa main qu’elle tenait un peu éloignée pour laisser Tenzin profiter de la chose. Grosse comme le poing de son compagnon, la boule de neige scintillait quelque peu tandis que Rakka la contemplait d’un air songeur.

-Je pense que tu comprends pourquoi mon clan se nomme ainsi ? demanda-t-elle sans vraiment l’interroger. À Kiri, l’air est si humide que la moindre tentative de douceur se transforme en construction dangereuse.

Pour illustrer ses propos, elle concentra son chakra dans la boule neigeuse qui se déforma, se concentra pour ne devenir qu’une masse glaciale et transparente, aux bords aussi abruptes qu’irréguliers.

-L’art et la finesse n’ont pas leur place dans cette cité, continua la fillette qui commença à caresser l’étrange forme. Le danger y est constant, les amis, faussement fiables.

Sa main caressait le caillot de glace, le couvrant à nouveau de cette couche neigeuse et magnifique.

-Kiri est à l’image de l’art de mon clan, argua finalement Rakka en présentant à nouveau la sphère neigeuse à Tenzin. Parfait en apparence, mais d’une dureté implacable à l’intérieur.

Elle observa encore quelques secondes la sphère et se tourna pour la lancer contre le mur en face de l’échoppe. La neige éclata, mais le coeur de glace avait marqué la pierre d’un éclat avant de retomber lamentablement au sol. Oui, le Hyoton du clan Yuki était semblable à l’élan de Kiri : beaucoup de chair à canon en première ligne, un combattant central en seconde, pour finalement laisser une trace sanglante et indélébile dans l’Histoire.

-Devrais-je ressentir ce manque envers une terre qui ne m’a jamais soutenue ? Qui ne partage pas ma façon de voir le monde shinobi ?

Elle n’avait que dix ans lorsque son père l’avait emmenée à Iwa sans lui demander son avis et elle n’avait que sept ans lorsqu’on lui avait dit qu’elle serait une genin kirijin.

-Aujourd’hui, je suis une iwajin et c’est là la seule chose qui compte… N’es-tu pas de cet avis ?”

_________________
La force de l'esprit 1569154701-rakka-signature-3
Like how a single word can make a heart open
Autres signatures:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka
Konran Tenzin
Konran Tenzin

La force de l'esprit Empty
Sam 4 Aoû 2018 - 18:55
C'était d'une manière assez rêveuse que j'avais continuer à blablater, ne remarquant étonnamment pas la contracture dans la mâchoire de la jeune fille. D'ordinaire observateur, j'avais laissé passer là une occasion de me taire et de demander à la Yuki si tout allait bien. Alors qu'elle faisait encore mine de lire, elle lâcha quelques mots d'une froideur sans précédent, refermant alors brutalement le livre qu'elle avait commencé. Son père était donc mort dans mon pays qui m'avait vu naître. Levant les yeux au ciel, quelques brides oniriques ne tardèrent pas à traverser mon esprit. Parmi ceux qu'on avait accueilli en provenance de Kiri se trouvait en effet un shinobi qui était mort à Kaze. Un shinobi à la puissance reconnue de tous, dont la mort avait surpris plus d'un dans le désert du pays du Vent. Yuki Eiichiro. J'avais entendu parler du bougre, et de sa chute anticipée, mais j'avais été loin de m'imaginer que c'était le père de la gamine qui se trouvait devant mes yeux. Je comprenais mieux pourquoi elle avait réagi aussi froidement. Plissant les yeux, je faillis m'excuser, mais en réalité à quoi cela servirait-il ? Les blessures étaient déjà là, et je n'étais pas celui qui les avais ouverte. Pourrais-je y faire quelque chose ? Peut-être...Mais rien n'était sûr pour autant, et je venais de la rencontrer.

Mais alors que je laissais le froid s'installer entre nous tandis que je réfléchissais à tout ça, je sentis la température de la pièce commencer à chuter. Et cette fois ça n'avait absolument rien de métaphorique. Tournant vivement la tête vers la jeune fille, je la vis souffler entre ses mains et créer une magnifique boule de glace cristalline. Cette glace était d'une pureté et d'une beauté exquise, et je ne pus m'empêcher de garder les yeux fixés sur la création de Rakka. Je ne perdis pas une miette de ce qu'elle disait, mais mon attention était aussi bien attirée par la boule. Si je comprenais pourquoi leur clan s'appelait ainsi ? Bien évidemment. Yuki, la neige, était un élément d'une blancheur pure, que beaucoup appréciait par sa beauté même si peu adulaient le froid qui l'accompagnait. Elle me raconta alors les raisons pour lesquelles elle n'aimait pas son pays natal, illustrant de manière plus précise avec la glace ce que ses mots démontraient déjà parfaitement. Et alors qu'elle continuait, je ne pus que sourire à sa dernière phrase. Elle avait raison, aujourd'hui nous étions des Iwajins. Peu importe là où nous étions nés, le bandeau que nous portions était celui de ce village.

-En effet tu as bien raison. Nous sommes des Iwajin, et c'est tout ce qui compte à présent.

De leur côté, le gardien à moitié aveugle et son garde du corps s'agitèrent un peu, se demandant si il était en train de grêler à Iwa. Mais le ciel était dégagé et pas une once de mauvais temps semblait poindre à l'horizon. Alors forcément, je ne pouvais qu'imaginer leur air perplexe devant la glace qui avait frappé le mur en face de l'échoppe. Regardant quelques secondes les morceaux de glace qui commençaient déjà à fondre dehors, je penchai la tête sur le côté.

-Je ne dirais pas pour autant que votre art est comparable à Kiri, dépourvu d'art et de finesse. Même si je peux en comprendre les points de comparaisons. Mais votre art est délicat, et empreint d'une beauté certes mortelle mais naturelle.

Faisant une pause de quelques secondes avant de reprendre, je refermai à mon tour mon livre pour me perdre dans mes pensées.

-J'ai aussi perdu mes parents à Kaze no Kuni. Je ne sais pas si ils sont morts ou pas, mais j'en suis parti. J'ai ensuite erré à travers les pays et les villages, et je me suis arrêté ici, à Iwa. Ce que j'ai entendu sur Kiri ne m'a pas donné envie, et c'est Iwa qui m'a le plus conquis. Mais les gens ne sont pas intrinsèquement liés à un pays, et peut-être un jour quelqu'un changera tout ça.

Puis revenant sur une parole qu'avait prononcé Rakka, j'étais un peu curieux. Que voulait-elle dire que son pays ne la soutenait pas dans sa vision en tant que shinobi ? Quelle était donc sa vision ? Si j'étais devenu un shinobi, c'était majoritairement pour devenir plus fort et pouvoir venir en secours à mes parents où qu'ils soient. Iwa m'avait naturellement plu, mais j'étais curieux de savoir ce que les autres shinobis pensaient de notre condition et du monde extérieur. Surtout des jeunes pousses comme Rakka et Hayate. Quelque part, ils se ressemblaient dans leur rébellion face à l'ordre pré-établi. Mais dans un autre ils étaient si différents.

-Mais cela m'intrigue, quelle est donc cette vision que ton village ne soutenait pas, Rakka-chan -si je puis t'appeler ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Yuki Rakka
Yuki Rakka

La force de l'esprit Empty
Mer 15 Aoû 2018 - 23:14
“Cela ne te regarde pas, répondit la fillette en plantant ses ambres dans les saphirs de Tenzin.

Elle avait réagit plus froidement qu’elle l’avait voulu et regretta immédiatement cet emportement.

-Je te prie de m’excuser, je ne voulais pas…

Elle l’avait écouté, il s’était ouvert en partie et elle…

-Tout ce qui concerne Kiri attise les tension ici et mes avis n’intéressent personne, je suis trop jeune.

L’enfant avait ramené ses genoux contre sa poitrine.

-Pour l’instant, ma vision n’est que le reflet de celle de ceux ayant comptés pour moi.

Rakka soupira en regardant devant elle et posa sa tête sur ses genoux. Minuscule ainsi, sa propre chaleur lui suffisait à se détendre tandis que son esprit mélancolique transposait à la petite échoppe les pics et autres faces rocheuse de son pays d’origine.

-Un jour, j’espère pouvoir comprendre par moi-même ce qu’il en est, comparer aussi les différents villages avec mes propres armes, rêva-t-elle un peu. Tu as eu de la chance quelque part, Tenzin, tu as choisi cet endroit en connaissance de causes, ce n’est pas un luxe très commun.

Reportant son regard sur lui, elle ajouta d’autres mots encore.

-Je suis désolée pour tes parents, glissa-t-elle sincèrement.

Elle savait ce qu’il pouvait ressentir et elle trouvait enfin un écho à sa propre peine chez quelqu’un.

-Si, un jour, je me rends à Kaze, pour retrouver les derniers souvenirs de mon père ou poursuivre ma quête de connaissance, voudrais-tu y aller avec moi ?”

La question avait été formulée sérieusement, murmuré comme une promesse, avec toute la détermination dont une petite fille était capable.

_________________
La force de l'esprit 1569154701-rakka-signature-3
Like how a single word can make a heart open
Autres signatures:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka
Konran Tenzin
Konran Tenzin

La force de l'esprit Empty
Jeu 16 Aoû 2018 - 12:47
La réponse de la jeune kunoichi fut aussi aiguisée que son regard qui me transperça, me faisant comprendre que ce n'était pas un sujet qu'elle souhaitait aborder. Elle se reprit assez rapidement et s'excusa de s'être emportée, m'expliquant rapidement les raisons pour lesquelles elle avait agi ainsi. Je souris doucement, ne lui en tenant pas rigueur pour un sous, et acquiesçai lentement. Je comprenais sa réticence à parler de son village natal ici, étant donné le passif du village de la Roche avec celui du Brouillard. Cependant je n'étais pas aussi fermé que la plus part des habitants d'Iwa, certainement parce que ce village n'était que mon foyer d'adoption. Je ne partageais surement pas les mêmes liens avec lui que les autres natifs. Cela ne voulait pas dire pour autant que je ne tenais pas à ce village et que je ne le défendrais pas au prix de ma vie, loin de là. Je pris alors le temps d'écouter patiemment Rakka et souris de nouveau, tristement cette fois. De la chance hein ? Cette idée me semblait si étrange, et pourtant je pouvais comprendre la raison qui la poussait à avancer ces mots. Elle, contrairement à moi, n'avait pas choisi Iwa d'elle-même.

-Ne t'excuse pas, il n'y a pas lieu d'être. J'espère que tu auras en effet la possibilité de juger par toi même le monde qui t'entoure, t'en faire une idée avec tes propres expériences. C'est tout le mal que je te souhaite, lui dis-je avec un sourire sincère et plein de bonne volonté.

Les excuses qu'elle m'avait avancé et la réponse que je lui avais donné, ce n'était pas seulement pour moi. Cette souffrance, elle la portait aussi, et ces mots nous étaient adressés à tous les deux. Nous ne pouvions qu'espérer faire mieux les prochaines fois. Mais alors que je partais dans des souvenirs nostalgiques du temps que j'avais passé avec mes parents, la jeune Iwajin prit à nouveau la parole, exposant une demande qui attira toute mon attention. Mes yeux s'écarquillèrent très légèrement, et je la scrutai pour savoir si elle était vraiment sérieuse. Mais dans le ton déterminé de sa voix, et sur son visage où brillait cette même volonté, je sentais qu'il n'y avait aucune once de plaisanterie dans les paroles qu'elle venait de prononcer. Retourner à Kaze...chercher des indices...autant pour elle que pour moi. Mon poing se serra sur la table, et avec un air grave et tout à fait sérieux, je hochai la tête.

-Je t'accompagnerai, fis-je d'un ton solennel.

Il était cependant clair que ça n'allait pas être tout de suite. Nous ne pouvions même pas sortir du village sans être escorté par des ninjas plus expérimentés. Sans compter le fait de pouvoir se protéger nous-même des possibles dangers que nous encourrons sur la route de ce pays qui semblait renfermer des dangers imprévisibles. Regardant ma main, serrant et desserrant mon poing consécutivement, je pris à nouveau la parole.

-Mais pour cela, il nous faudra devenir plus forts, beaucoup plus forts. Et plus informés aussi. Nous rechercherons la trace et les souvenirs de nos parents, et j'ai encore beaucoup de choses à apprendre sur ma famille...Ça nous bénéficiera à tous les niveaux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Yuki Rakka
Yuki Rakka

La force de l'esprit Empty
Mer 22 Aoû 2018 - 16:59
Rakka regarda Tenzin de haut en bas. Avait-il l’air fort ? Non. Mais son expérience avec les utilisateurs de fûton ne jouait pas en sa défaveur, peut-être même la dépassait-il ? Il était plus âgé, plus grand, certainement que oui. Pourtant, il partageait son incertitude avec une demoiselle à peine pubère et son nom avant aujourd’hui ne lui avait rien dit. Cet état de fait le plaçait dans la classe débutante des forces shinobi, malgré son âge.

“Tu sais, s’il faut savoir d’où l’on vient pour comprendre où l’on va, il ne me faudra peut-être pas aller qu’à Kaze. Que penses-tu le plus difficile : se rendre au Pays du vent ou au Pays de la Mer ? questionna-t-elle sur un sourire sincère. Actuellement, je ne crois pas que ce soit la force qui nous fasse défaut, plutôt une autorisation de sortie de territoire…

Se plongeant un instant dans ses réflexions, la fillette observa son compagnon d’infortune. Peut-être seraient-ils amis plus tard, pour l’heure, qu’il soit son allié lui suffisait amplement.

-Tant que l’un de nous ne sera pas chûnin, nous ne pourrons pas quitter le village sans chaperon. Seras-tu capable d’attendre que je le devienne ? interrogea avec une innocence diablement feinte l’enfant lui coulant un regard en coin.

Elle se redressa et lissa les plis de ses vêtements, ignorant sciemment la réaction ou le regard de Tenzin face à sa pique, mais son sourire était sincère quand elle se redressa et lui tendit la main.

-Peut-être devrions-nous nous promettre cela plus officiellement, Tenzin.”

_________________
La force de l'esprit 1569154701-rakka-signature-3
Like how a single word can make a heart open
Autres signatures:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka
Konran Tenzin
Konran Tenzin

La force de l'esprit Empty
Jeu 23 Aoû 2018 - 13:16
Rakka me dévisage de haut en bas, comme si elle me jugeait, et je la regardai d'un air un brin amusé pendant cela. Est-ce qu'elle était en train de me jauger ? Cela ne dura cependant qu'une seconde avant qu'elle ne reprenne la parole. Avec une phrase qui avait du sens et que j'avais entendu assez souvent. Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient. Et bien que pour moi, enfant de Kaze no Kuni, ces deux choses revenaient strictement au même. En retournant à Kaze, je revenais sur mon passé, et cela me permettrait par la suite d'en savoir plus sur ce que je voulais faire par la suite : retrouver mes parents. Qui eux aussi étaient certainement à Kaze no Kuni. Mais pour la jeune guerrière Iwajin, savoir d'où on vient signifiait le Pays de la Mer. Et si je ne m'abusais, pour atteindre Umi no Kuni, il fallait passer par le Pays de l'Eau. Et là où elle voulait aller, c'était au Pays du Vent. C'était clair que son parcours était loin d'être aussi évident que le mien. Mais il était évident qu'il serait bien plus difficile pour des Iwajins de passer par Mizu no Kuni -aussi brièvement soit-il- plutôt que se rendre à Kaze no Kuni. Et comme elle l'avais si bien souligné, nous avions besoin d'une autorisation de sortie que nous n'obtiendrions pas en étant genin. En tout cas, pas sans être accompagné, ce qui pouvait ne pas correspondre exactement à notre planning.

-Et pour avoir cette autorisation de sortie, il faut que nous progressions dans la hiérarchie...Et il me semble assez évident que pour des shinobis d'Iwa, aller au Pays de la Mer représente un bien plus grand challenge que le Pays du Vent, rétorquai-je avec un clin d'oeil.

Et il semblait que la Yuki ait pensé exactement à la même chose que moi. Tant que l'un de nous n'était pas chunin, nous ne pourrions pas sortir du village tous les deux. Mais la phrase qu'elle prononça par la suite, sous ses faux airs d'innocence et son regard en coin, il n'était pas difficile d'imaginer que c'était une pique qu'elle venait de me lancer. Et bien qu'elle était jeune, je ne me targuai pas de la sous-estimer. Je sentais qu'elle avait un potentiel certain. Mais je ne voulais pas non plus me retrouver à la traîne. Lui souriant d'un air malicieux, je pris à mon tour la parole avec une réplique tout aussi mesquine. Ce n'était pas dans mon habitude de rentrer dans ces provocations inoffensives, mais l'envie de la taquiner me démangeait.

-Ça m'embêterait de devoir chaperonner une enfant lors de mon voyage, alors essaie de passer chunin avant moi, dis-je d'un ton taquin.

Suite à cela, elle se redressa avec un sourire sincère, lissa ses vêtements, et me tendis sa main. A nouveau, un sourire sincère étira bien plus mes yeux que mes lèvres, mais l'émotion était bien présente sur mon visage. Elle voulait sceller notre promesse d'une manière plus officielle, et c'était tout à son honneur. Une fois fait, nous aurons du pain sur la planche afin de réaliser nos objectifs. Je me levai à mon tour en hochant la tête, et plaçai ma main dans la sienne pour la serrer doucement. Et d'un air solennel, je déclamai ces quelques mots.

-Moi, Konran Tenzin, Fils du Vent et shinobi de la Roche, fais le serment de t'aider, Yuki Rakka, dans ta quête, ainsi que d'atteindre nos objectifs respectifs.

Et sur ce, je patientai quelques temps avant d'hochai à nouveau la tête et de me diriger vers la sortie de la bibliothèque. L'envie de lire m'étais à présent passé, et je désirais retourner dans un coin où je pourrais m'entraîner et méditer sur la journée qui venait de se passer et la rencontre fort intéressante que je venais de faire. Mais avant de disparaître, je me retournai à moitié vers la shinobi utilisant la glace. Il fallait tout de même qu'elle le sache.

-Et au fait, je suis un assimilateur fûton. A bientôt je l'espère.

D'un bond, je pris de la hauteur, quittant la blibliothèque. Depuis que j'avais livré ce "secret" à mon équipe, je n'avais plus autant de mal à l'admettre. Et si elle se mettait en tête de voyager avec moi, elle devait au moins savoir -ou s'imaginer- ce que je pouvais faire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702

La force de l'esprit

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: