Soutenez le forum !
1234
Partagez

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa}

Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Sam 28 Juil 2018 - 16:28
La jeune femme aux yeux émeraude était inquiète. Depuis quelques jours, des objets disparaissaient de chez elle. Certes, il lui arrivait de perdre des choses ça et là entre la maison, la boutique et la serre, mais cette fois-ci, ils demeuraient introuvables et elle n'avait pas la moindre idée d'où ils passaient. Que ce soit une brosse à cheveux, un petit collier auquel elle tenait, un pot de fleurs qui traînait dans sa chambre depuis un temps indéfini ou même un oreiller, elle voyait disparaître presque quotidiennement un objet, se demandant quel genre de voleur pouvait bien silloner le quartier.

Alors qu'elle commençait à être peu rassurée, elle décida de mener une petite enquête de voisinnage après en avoir discuté avec ses parents qui eux, n'avaient rien entendu ni remarqué. Commençant donc par leur tout nouveau voisin, la maison la plus proche de la leur, elle alla faire un tour comme ce dernier le leur avait proposé une dizaine de jours plus tôt. C'était un pharmacien d'une trentaine d'année, souriant et agréable. Il n'était pas vraiment grand ni beau mais il respirait de cette gentillesse que seules les personnes au grand coeur pouvaient avoir.

Profitant d'une pause où la clientèle n'était pas présente à la fleuristerie, laissant son père s'occuper des éventuels retardataires puisque l'heure de pointe était passée, elle alla visiter cette pharmacie qu'elle n'avait pas encore eu le temps de découvrir. Cela lui donnerait en même temps l'occasion de refaire son stock de plantes médicinales qui allaient de pair avec les fleurs qu'elle cultivait en famille, d'une pierre deux coups.

Etsuko rentra donc dans la boutique qui jouxtait la leur, saluant l'homme affairé dans son arrière-boutique. Elle fit un sourire un peu triste, encore un peu gênée à l'idée de parler aux voisins après l'incident qu'elle avait provoqué.

« Bonjour Geko-san ! »

Elle commença à regarder les différents plants proposés tandis que l'homme arrivait, visiblement un peu étonné de la voir. Il sortait de la pièce privée avec un peu de mal, visiblement encombrée par des cartons et sacs en tout genre. Un nouvel arrivage sans doute, et il n'avait pas eu le temps de tout ranger.

« Oh, Etsuko-chan, mais que fais-tu là ? Je ne pensais pas que tu aurais... Le temps de venir si tôt ! Tu as besoin de quoi ? Je peux t'aider ?
- Je regarde un peu ce que vous avez en plante médicinale, mais je ne vois pas d'hysope ni de camomille romaine, vous n'en avez plus ? »

L'homme sembla réfléchir un peu avant de lui répondre.

« Je vais voir si j'en ai derrière, j'ai eu pas mal d'arrivages tout à l'heure, j'étais en plein rangement, j'espère que tu ne m'en voudras pas pour l'attente...
- Aucun problème, rassurez-vous. Tout va bien. Je ne suis pas pressée. Enfin tout va bien... Je... Vous pourriez peut-être m'aider... Est-ce que vous avez eu des objets qui ont disparu chez vous ?.. J'ai perdu plusieurs choses dont certaines auxquelles je tenais et je n'arrive pas à remettre la main dessus alors que je fais toujours les mêmes parcours... Ou vous n'auriez pas vu quelqu'un s'infiltrer chez moi ?..
- Un voleur ?.. Non, non je n'ai rien vu... »

L'homme s'affaira alors dans son arrière boutique, semblant préparer quelque chose. Il le mit de côté puis continua ses recherches dans ses cartons.

« C'est peu rassurant ce que tu me dis là, Etsuko-chan. Ah... Je n'arrive pas à attraper la boite d'hysope, tu peux venir m'aider s'il te plait ? Il faut tenir quelques cartons sinon tout va tomber et se mélanger... Pour ton histoire de voleur... Tu es sûre ? Je n'ai vu personne et je n'ai rien perdu personnellement.
- Je le pense oui, j'ai perdu vraiment pas mal de choses. Enfin, je vais continuer de faire le tour du voisinnage, peut-être auront-ils vu quelque chose qui nous a échapper. Le recul leur donne une meilleure vision d'ensemble après tout. »

Etsuko s'enfonça alors dans l'arrière-boutique, laissant la boutique à nouveau vide de clients, et rejoint l'homme. Elle chercha alors du regard la boite en question lorsque soudainement un bras la ceintura, la plaquant contre un autre corps dans son dos, une main tenant du coton se plaquant sur son nez et sa bouche. Après une quinzaine de secondes de lutte, la jeune femme perdit conscience, le chloroforme faisant effet...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Lorsque la Naari se réveilla tant bien que mal, elle était attachée solidement à une chaise, un baillon sur la bouche. Dans la peinombre d'une cave, elle peinait à retrouver conscience et vue, n'apercevant que quelques formes d'ombre. Quelques minutes plus tard, elle commença à essayer de se débattre et à faire du bruit pour se libérer, en vain.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Dim 29 Juil 2018 - 10:31














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




Le festival de la Roche était sans conteste l’événement le plus attendu, que ce soit aux yeux du Village Caché en lui même, ou au delà des quatre coins du Yuukan sauvage. Nulle autre ne pouvait se targuer d'en égaler les parures ; la foule en liesse à l'orée d'un ciel de feu ne connaissant point repos, même à l'apogée du vespéral. Tous ces commerçants se rassemblant afin d'offrir les plus inescomptables activités -ou plutôt se remplir les poches abondamment de ryos-, donnaient une atmosphère des plus frénétiques et endiablées. Certains n'hésitaient même point à venir s'installer dans le Village Caché afin de profiter pleinement du Shangri-La.

La journée était ensoleillée et propice à se laisser bercer par la vague de folie s'ancrant dans le Sanctuaire Commerçant. Muramasa profitait de son rare jour de repos pour parcourir le dédale redécoré de pléthores de nouveautés. Ayant entendu parler d'un pharmacien avait ouvert ses portes, ses pas l'amenèrent tout naturellement au bastion des remèdes. Après tout, en tant que médecin, il était nécessaire d'avoir de bonnes relations avec les gens du même secteur d'activité, ou partageant plutôt une sorte de lien dans le même domaine. Arrivant devant la bâtisse, le parangon ne se fit point prier et entra prestement dans l'échoppe qui proposait tout ce qu'un pharmacien pouvait se targuer d’offrir à la clientèle. L'endroit était plutôt pas mal, assez bien rangé, le lieu donnait une bonne impression. Cependant, il n'y avait personne derrière le comptoir. S’avançant vers le comptoir, Muramasa appuya sur la cloche afin de faire montre de sa présence, croisant ensuite les bras en affichant un air sérieux dénotant que cela était vraiment peu professionnel que de ne point être accueilli en cet antre comme il se devrait. Apparemment, le gérant des lieux manquait de correction (et de bon sens) pour laisser ainsi son petit commerce sans quelqu'un pour accueillir les clients (ou surveiller la marchandise). Au bout d'un moment, un personnage apparu depuis l'arrière boutique. L'air hagard et l’œil vitreux, le freluquet était habillé d'une blouse de pharmacien... à moitié débraillé et suant à grosse goutte. Il semblait assez angoissé, ce qui était assez surprenant.

« Ha... Hajimemashite ! Excusez-moi, j'étais en train de déplacer des cartons. » -s'approchant de manière hésitante avant de poser sa main tremblotante sur le comptoir- « Que puis-je faire pour vous ? » -affichant un sourire assez inquiétant-

Muramasa marqua un silence, l'air intrigué, avant de répondre à l'étrange individu.

« Ohayo... C'est une bien belle pharmacie que vous avez là. » -dit-il, en fixant l'hurluberlu- « Vous permettez que je jette un œil à vos produits ? »

« Faites donc, cher client, eh eh. »

Plusieurs personnes commencent à entrer dans le commerce, afin de regarder les étagères richement garnies ou demander des conseils en faisantla queue, tandis que le directeur réfléchit un moment avant de poser une question assez étrange.

« Vous avez eu un arrivage de nouveaux produit ? »

« Absolument pas, absolument pas. Juste les stocks. Tout ce qu'il y a de plus basique. »

Des bruits étranges commencent à faire échos. Ainsi que des grattements frénétiques, semblant venir de l'arrière boutique. Le trentenaire à la mine patraque fait un sursaut en se retournant, avant de bégayer quelques mots.

« Ah! Je... je suis obligé d'enfermer ma chienne à la cave, sinon elle fait des bêtises et fait peur aux clients. Ne faites pas attention. Ah ah ah... » -riant nerveusement, en se mettant à suer à grosses gouttes-

La Cliente s'offusquait d'entendre ça, choquée par le comportement irresponsable du pharmacien.

« Oh ! C'est un scandale» -levant les épaules, véhémente- « Un chien est une créature vivante. Vous aimeriez être enfermés à la cave toute la journée ? »

Muramasa ne pouvait que rejoindre cet avis des plus avisés.

« Elle n'a pas tort, mon brave. » -acquiesçant-

« Je suis de la protection des animaux. Allez tout de suite la libérer ou j’appelle le Yamagenzo ! Je veux voir la pauvre bête. Vous êtes un monstre ! Que dirait les Inuzuka ?! Vous devriez avoir honte de vous, Môsieur ! »

Le teint du fautif devint blafard, ce qui était tout naturel. Il baissa les yeux vers le sol, honteux

« Je... Je vais aller la chercher. Attendez moi, j'en ai pour un instant. » -acquiesçant-

Le coupable alla dans l'arrière boutique, semblant vraiment nerveux, mais quoi de plus naturel. Muramasa était intrigué, mais il croisait des tarés à tous les coins de rue. La jeune femme commençait alors à converser avec le fier Iwajin.

« Non mais vous avez vu ça ? » -soupirant-

« Effectivement. Ne pas savoir dresser correctement une chienne est triste. » -affichant un visage sérieux et solennel-





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Dim 29 Juil 2018 - 11:32
Encore un peu groggy par le chloroforme, Etsuko mit un certain temps avant d'émerger de son sommeil forcé. Elle avait mal à la tête, tout résonnait, n'arrivait pas à prendre de repères. Elle était dans une pièce si sombre qu'elle n'y voyait pas à plus de deux mètres, le temps que ses yeux s'habituent au manque de lumière.

L'air de la pièce où elle se trouvait était humide, frais. Elle sentit un léger frisson la parcourir alors qu'elle reprenait ses esprits, découvrant alors que tout mouvement lui était impossible. Baissant les yeux, elle se rendit compte qu'elle était attachée. Elle força un peu sur ses liens, rien à faire. Elle força un peu plus, rien du tout. Elle n'était pas assez forte, les liens étaient trop serrés, la position inconfortable empêchant d'avoir le moindre espace de levier. Elle était coincée, incapable de se défaire.

Lorsqu'elle voulu appeler à l'aide, son cri s'étouffa dans son baillon, ce qui lui permit de découvrir qu'elle en avait un, ce que son état de semi-conscience lui avait caché jusque là. Bien fixé, elle avait du mal à le faire glisser. Elle se mit alors à bouger frénétiquement sur sa chaise, désormais en proie à la panique, criant de toutes ses forces malgré le baillon. Elle essayait aussi de le décaler, sans succès pour le moment.

Alors qu'elle commençait à se réveiller et à s'habituer à la noiceur de la pièce, elle découvrit que ses bras avaient été mis à nus et que sa tenue était à moitié défaite, non sans une certaine peur. Elle avait cependant encore ses sous-vêtements, seule chose qui parvenait à ne pas la faire pleurer. Elle n'était pas encore sans la moindre défense. Elle découvrit également que face à elle, un autel trônait sur lequel était posé une photo d'elle, ce qui la fit paniquer encore plus. Continuant de se débattre avec de plus en plus la peur au ventre, elle finit par réussir à décaler un tout petit peu son baillon et en profita pour hurler.

« À L'AIDE !!! AU SECOURS !!! PITIÉ SAUVEZ-MOIII !!! »

N'ayant pas de réponse dans les secondes qui suivirent, elle commença à paniquer plus encore, effrayée, des larmes commençant à couler de ses yeux. Qu'avait-elle fait pour mériter ça ?.. C'était à cause de l'incident ?.. Une vengeance tordue pour la faire craquer, la faire souffrir ? Qu'est-ce qu'il voulait ?.. Elle ne comprenait rien, affolée, terrifiée, continuant de hurler de toutes ses forces pour que quelqu'un vienne la sauver.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Dim 29 Juil 2018 - 18:29














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)


    

Cela commençait à faire un moment que le pharmacien était parti dans l’arrière-boutique. La file d’attente commençait à prendre une envergure assez conséquente, les clients ne cessant de s’agglutiner au fil des longues minutes qui s’écoulèrent. Tout cela était étrange et Muramasa commençait à s'impatienter. Pourquoi fallait-il toujours qu’il tombe sur des énergumènes particulièrement louche. En jetant un rapide coup d’œil en direction de l’antre, tout ce qu’il pouvait voir était un couloir nimbé de ténèbres et une porte entrouverte. Aucun signe de vie ne venant apporter la moindre évidence quant à la présence d’un goguenard commerçant en train de s’occuper de sortir sa chienne afin de la présenter à la dame se préoccupant de la cause animale. Avait-il pris la fuite pour si peu ? Abandonner son commerce et son lieu de villégiature semblait excessif.

L’Iwajine leva les bras au ciel, excédée, en maugréant.

« Mais que fabrique cet irresponsable ?. » -s’écriant,les yeux injectés de sens-

Effectivement, le temps était long et il ne fallait pas toute la journée pour aller chercher une chienne à la cave, à moins qu’une autre dimension devait être traverser pour s’y rendre et revenir. Soudain, une faible voix commençait à résonner au lointain, à moitié étouffée par les entrailles rocheuses.

« Vous… vous avez entendu ? » -affichant un visage inquiet-

Le fier directeur plissa les yeux, ayant parfaitement remarqué la voix suppliant au lointain.

« Vous… vous pensez que cette pharmacie est... hantée ? » -dit-elle, inquiète et la voix teintée de peur-

« Ou bien la chienne en question ne s'avère pas de la famille des canidés. » -d’une voix grave-

Sautant par-dessus le comptoir avec une agilité semblant défier toutes les lois de la physique, le médecin se réceptionna avec une prestance inouïe, avant de s’engouffrer dans les ténèbres avec la vélocité du zéphyr. Laissant la gourgandine adoratrice d’animaux médusée par tant de classe à l’état brut, l’explorateur découvrir la pièce cachée aux regards de la clientèle. La voix larmoyante et suppliante venait de sous ses pieds. Il ne fut point difficile de repérer l’accès à la cave, disposé dans l’un des coins de la pièce. L’ouvrant prestement, Muramasa descendit et découvrit la fameuse chienne que le propriétaire avait emprisonnée. Il s’agissait en réalité d’une jeune femme. Il était nullement étonnant que le bougre ne soit pas revenu avec elle, préférant prendre la poudre d’escampette (et à raison). La tenue de la victime était à moitié déchiré (voire de nombreuses choses, mais il était tôt pour s'avancer sur la question), il était donc aisé de comprendre les motivations du sombre personnage, qui devait aimer violenter les jeunes innocentes dans sa cave à la tombée de la nuit. Cela était peut être faux, car l'ahuris semblait trop anxieux pour avoir l'habitude de cette activité nocturne. Peut être ses débuts ou un coup d'essai, mais cela était surprenant.

Usant de la puissance primordiale héritée des arts obscurs, le Jonin de la Roche brisa avec une aisance déconcertante les liens retenant solidement attachée la demoiselle sur une chaise. Décidément, certains usaient des arcanes interdites à des fins étranges. Certainement un pervers se livrant à de noirs desseins. Avec la pénombre hantant les lieux, il était bien difficile de reconnaître la fleuriste rencontrée jadis.

« ... »





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Dim 29 Juil 2018 - 20:44
Etsuko s'époumonait, continuait de se débattre, effrayée. Ses yeux s'habituaient progressivement au noir. Elle put discerner peu à peu la photo, puis ce qui l'entourait. Sa brosse à cheveux, des vêtements qu'elle ne portait plus, des livres qui auraient dû être dans sa bibliothèque, des fleurs qui avaient disparu de sa chambre et qu'elle avait cru jetées par sa mère, fleurs désormais fânées, bien évidemment.

Plus le temps passait, plus ce qu'elle découvrait lui faisait peur, lui donnant la force de continuer de hurler à l'aide. Elle avait monstrueusement peur, elle était sans défense et n'avait aucune idée d'où elle se trouvait. Une cave, d'accord, mais qui lui disait qu'elle était sous le bâtiment du pharmacien ? Ce fou l'avait peut-être déjà transportée ailleurs, là où personne ne l'entendrait. Elle avait froid, un courant d'air s'insinuant dans sa tenue débraillée à moitié déchirée. Elle tremblait, ses oreilles sifflant sous ses propres cris de désespoir.

Soudain, elle entendit la porte s'ouvrir. Ne voyant pas qui c'était, n'entendant aucune voix rassurante, elle eut une nouvelle peur qui la saisit. C'était lui. Non... Non... NON !!

« NON PITIÉ RELACHEZ MOI JE VOUS EN PRIE ! J'OUBLIERAI TOUT, JE NE DIRAIS RIEN, PITIE RELACHEZ MOI JE VOUS EN PRIE !! »

Elle ne put continuer ses suppliques, des larmes et des sanglots de terreur l'en empêchant, jusqu'à ce que la silhouette soit suffisamment proche pour qu'elle se rende compte que ce n'était pas Geko-san. Continuant de pleurer, mais cette fois, d'espoir, elle retint un peu ses sanglots.

« Détachez-moi, je vous en supplie... Il est fou... Je veux sortir... J'ai froid... Pitié... »

Lorsque finalement elle sentit les liens tomber au sol et la relâcher, elle se jeta presque dans les bras de son sauveur, pleurant, encore sous le choc. Elle avait peur et tremblait encore même si elle se savait sauve. Il lui fallut plusieurs minutes pour se calmer avant de se redresser et de sécher ses larmes faiblement, se détachant de l'homme.

« E... Excusez-moi... Je... J'ai cru que... que... J'ai eu si peur... Il... Il y a des objets... à moi... Un peu partout... Je comprend pas... Pourquoi ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Lun 30 Juil 2018 - 12:39














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




La captive semblait dans une grande détresse, ce qui était assez logique vu la situation dans laquelle elle se trouvait. Une fois libérée, elle s'élança vers son sauveur, tremblant comme une feuille. Muramasa examinait la tanière du monstre, qui était décorée d’une singulière façon. Des affaires de femme un peu partout, des objets étranges disposés de manière surprenante, une sorte d’autel de très mauvais goût. La cave était bien loin de ce à quoi on pouvait s’attendre de ce genre de commerce. Le pharmacien s’avérait donc un de ces tarés ayant des passes temps assez pernicieux.

Après un court instant, la jeune femme semblait se calmer un peu, tentant même d’expliquer la situation et ce qui lui était arrivé. Muramasa avait une impression de déjà-vu, comme s’il connaissait la demoiselle. Sa voix était familière, tout comme son visage. Il semblait s’agir de cette petite fleuriste qui avait aidé aux soins de l’héritier du Feu, mais elle semblait différente. En regardant un peu mieux, il s’agissait pourtant bel et bien d’elle. La fleur avait bien poussée, pouvant désormais se targuer d’une poitrine bien plus opulente qu’auparavant, doublé d’un séant lui aussi bien plus généreux à en croire la largeur de ses hanches. C’était difficile de bien examiner ces changements assez surprenants à l’orée de la pénombre berçant l’endroit, mais cela ne faisait aucun doute. La simple lueur des bougies s’érigeant sur l'hôtel donnait une atmosphère sinistre, éclairant de vacillements malicieux les ombres.

« Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité. » -la rassurant-

Sortant de l’un de ses sceaux de Fuinjutsu une couverture de survie (pratique), il la tendit à la Naari qui disait avoir froid. Avec sa tenue déchirée et en lambeau, exposant ses poumons outrageusement, cela n’était point étonnant. Montrant une pile de vêtement féminin trônant sur une des étagères (certainement ceux de la débraillée, Muramasa l’invitait à essayer de trouver et à prendre une tenue afin de se changer.

« Il y a peut être quelque chose pour vous couvrir là bas. » -dit-il, pointant du regard la direction évoquée-

Le Directeur était assez perplexe. Le fou furieux devait déjà être loin, il ne servait donc à rien de tenter de le poursuivre, surtout avec le festival battant son plein, le retrouver allait être cocasse. Cependant, il devait bien y avoir des pistes ou des indices à exploiter afin d'interpréter quel serait son plan. Le freluquet était en cavale et n’avait pas trente-six solutions.

« Le pharmacien s’est enfui. Apparemment il vous a agressée… et en croire cet étrange autel, il lui manquait une case. Vous ne vous souvenez de rien, Etsuko-san ? »





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Lun 30 Juil 2018 - 13:35
Enfin un peu calmée, rassurée de savoir que ce n'était pas son dernier jour en vie, la jeune femme se décolla de son sauveur, pouvant alors enfin le voir. Elle ne le reconnu pas immédiatement mais, assez rapidement, grâce au timbre de sa voix en partie, elle finit par reconnaître celui avec qui elle avait sortit l'héritier d'Hi no Kuni du coma à l'aide d'une préparation infusée de chakra doton et de fleurs médicinales. Elle hocha la tête lorsqu'il ouvrit la bouche, lui indiquant qu'elle était en sécurité, encore un peu tremblante de peur.

Elle mit sur ses épaules la couverture de survie amenée par l'homme, le remerciant encore une fois, puis regarda la direction indiquée en s'essuyant un peu les yeux pour chasser les larmes qui troublaient sa vision. Il lui désignait une pile de ses vêtements, propres, repassés, bien rangés. Elle s'en approcha lentement, ayant peur de quelque chose qu'elle ignorait. Allait-il y avoir un piège ? Une réaction de quelque chose ? Geko-san qui allait l'attaquer ?.. Elle en devenait paranoïaque, détestant ce lieu, voulant le quitter au plus vite. Elle finit par y trouver une veste qu'elle enfila en tremblottant, se frottant ensuite les bras de ses mains de haut en bas, les serrant contre sa poitrine pour trouver un peu plus de chaleur.

« Merci... On peut... Sortir ?.. Je... Prendre l'air... Un peu... »

Elle se mordait la lèvre inférieure, ne voulant pour rien au monde rester un instant de plus à cet endroit. Elle fit cependant l'effort de se remémorer tout ce qu'elle pouvait à propos de cet homme nouvellement arrivé à Iwa.

« Geko-san est arrivé il y a... Quelques semaines... Pour être installé pour l'Iwashukusai... Il est venu chez nous pour nous proposer de venir faire un tour à sa boutique... Se présentant comme le nouveau voisin... Il était gentil, ne montrait rien de bizarre... Mais je me suis mit à remarquer des disparitions d'objets depuis quelques jours... Que je n'avais pas forcément vu auparavant... Et j'ai voulu aller faire une enquête chez les voisins, savoir s'ils avaient vu quelque chose ou s'il leur arrivait la même chose... Et quand j'ai demandé à Geko-san s'il avait vu quelque chose... Il m'a demandé de l'aider pour un carton et juste après... Je me suis endormie... Il m'a plaqué quelque chose sur la bouche et le nez... J'ai pu que respirer et je me suis vite endormie... Du chloroforme je crois... Et après... Je me suis réveillée là... Et j'ai commencé à paniquer... J'ai réussi à enlever mon baillon pour crier mais c'est tout... Je ne l'ai pas vu... »

Elle tremblait encore un peu, évitant de regarder autour d'elle pour ne pas voir l'installation de ses affaires par le taré, se concentrant juste sur le Borukan.

« Vous... Vous pensez qu'on va pouvoir le rattraper ?.. Il ne faut pas... Qu'il recommence avec quelqu'un d'autre... »

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Lun 30 Juil 2018 - 16:18














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




La Naari était encore toute tremblante, alors que la situation était sous contrôle et que le vil pervers s’était enfui (la queue entre les jambes) sous la panique qui s’insufflait dans son esprit dérangé. La situation avait dérapé inexorablement, son emprise qu’il avait sur celle-ci glissant de ses gros doigts boudinés. Les raisons de pareil scénario semblaient évidentes
Il allait s'apprêter à abuser, jusqu’à ce que mort s’en suive, sa prisonnière, puis à se débarrasser discrètement du corps et des preuves du délit. Le saligaud attendrait une autre proie bien joufflues (aux bons endroits) et appétissante, afin de recommencer. Décidément, la fleuriste amatrice du milieu médical n’avait pas eu de chance. Cela n’était peut être pas si étonnant, avec sa poussée de croissance vertigineuse. Décidément, boire trop de lait pouvait présenter des dangers pour la gente féminine loin d’être escomptés.

Semblant paranoïaque, comme si le détraqué attendait en se tapissant dans les ombres pour lui sauter dessus, la jeune femme trouva une veste qu’elle se dépêcha fébrilement d’enfiler. Elle voulait quitter la salle incarnant torture pour son âme meurtrie, chose des plus naturelles. Montrant une impatience profonde en mordillant de l’ivoire de ses dents dans sa propre chair rosée, la demoiselle avait hâte de sentir la caresse du vent sur sa joue, ou peut être était ce la présence du parangon en face d’elle qui la déstabilisait - chose des plus légitimes -.

« Bien sûr, sortons prendre l’air. » -invitant la Kunoichi à monter le petit escalier débouchant dans l’arrière boutique-

Muramasa écouta attentivement l’histoire fleurie de ronces aux épines acérées d’amertume et de regrets. Tout cela était vraiment horrible et démontrait que le Yuukan était sombre et emplie de terreurs.

Elle se mordait la lèvre inférieure, ne voulant pour rien au monde rester un instant de plus à cet endroit. Elle fit cependant l'effort de se remémorer tout ce qu'elle pouvait à propos de cet homme nouvellement arrivé à Iwa.

« Geko-san… un nom plus qu’étrange. Très certainement un fétichiste et détraqué. Il a dû craquer lorsque l’objet de ses fantasmes est venu s'exposer sous son nez, seul, dans sa tanière. » -dit-il, pensif- « Heureusement que des clients sont arrivés, ce qui l’a empêché de se livrer à ses pulsions. Vous êtes chanceuse Etsuko-san… Enfin, en un sens, je présume. »

Aidant la demoiselle à sortir par la trappe, le médecin l’amène en direction de l’échoppe où la protectrice de la cause animale affiche des yeux ronds comme des soucoupes.

« À l’heure actuelle, il doit être loin. Le mieux serait de faire passer son signalement aux forces de l’ordre. Nous pourrions en parallèle essayer de le retrouver, mais cela ne serait pas trop dur avec ce qu’il vous a fait ? »

« Alors ? Où est-il ? Et la chienne ? Vous avez trouvé la chienne ? » -demanda l’Iwajine-

Muramasa marqua un léger silence, car la situation en était pour le moins cocasse. Il fallait expliquer l'erreur et peut être demander à cette bonne et honnête citoyenne de se charger de prévenir le poste le plus proche, tandis que les fiers Shinobis s'occuperaient de commencer la traque de l'ignoble individu.





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Lun 30 Juil 2018 - 17:33
Encore fébrile même une fois sortie de la cave de ses pires cauchemars, Etsuko prit un moment pour respirer avant de se décider à faire un pas hors de l'arrière-boutique. Il lui fallait un certain temps d'adaptation, veste et couverture de survie sur le dos, avant de refaire face à la populace qui s'était amassée dans la boutique. Elle hocha un peu la tête aux paroles de Muramasa, se laissant guider et rassurer petit à petit par ses paroles, retrouvant le contrôle de son corps, cessant doucement de trembler.

« Il avait l'air si gentil... Je n'aurais jamais cru... Qu'il était... comme ça... Je... Je n'ai jamais eu... Aussi peur que lorsque je me suis réveillée... Toute seule dans ce... cet endroit... Pourquoi il a fait ça... Il m'en voulait, vous croyez ?.. Je... C'est à cause de l'incident ?.. Il n'a pourtant pas été touché... »

Elle suivit alors le Borukan qui se décida à retourner vers la civilisation, la guidant vers la lumière. Elle dut alors plisser un peu les yeux pour ne pas être totalement aveuglée, habituée à la pénombre qui régnait en dessous d'eux. Elle continuait de se réchauffer un peu en se frottant faiblement les bras, resserrant un peu la couverture par dessus la veste enfilée à la va-vite. Elle regarda la femme aux yeux grand ouverts qui leur parlait de chienne. Elle était folle elle aussi ? De quoi est-ce qu'elle parlait ?

« Il n'y avait pas de chienne... En bas... Il s'est enfui... Vous devriez tous partir... Je pense... Le magasin est fermé... Allez voir les autres pharmaciens, celui-là ne rouvrira pas... »

Elle soupira un peu, restant près de son sauveur pour le moment, cherchant toujours à se réchauffer. Ce n'était désormais plus la froideur de la cave mais la sensation désagréable d'avoir été ainsi séquestrée sans qu'elle ne comprenne pourquoi il en était venu à ça. L'objet de ses fantasmes ?.. Mais quel être tordu pourrait décider de faire ça à une jeune femme qu'il ne connaissait que depuis une quinzaine de jours ? Elle n'était nullement intéressée, et à vrai dire, il n'avait pas cherché à savoir si elle était d'accord... Mais ce qui était sûr, c'est que le Borukan avait raison. Dans son malheur, elle avait eu beaucoup de chance. Si jamais ils n'avaient pas été là où si le fou avait choisi de redescendre pour la remettre K.O., ils n'auraient jamais su qu'elle était là et elle n'aurait pas vécu très longtemps après...Et cette prise de conscience n'était pas là pour la rassurer, puisqu'il avait réussi à prendre la fuite et qu'il se vengerait probablement sur la prochaine fille à son goût. Et cette fois-ci, il prendrait peut-être moins son temps. Ils devaient faire vite.

« Nous... Nous ne devrions pas traîner... Il faut le poursuivre... Trouver des indices pour l'endroit de sa fuite et le prendre en chasse, ou alors simplement le poursuivre directement... Byakko-san pourrait nous y aider... C'est mon Kuchiyose et il se débrouille plutôt bien... Pour traquer les gens... Il nous aiderait à le retrouver rapidement... Suffisamment pour ne pas qu'il puisse faire de mal à quelqu'un d'autre... »

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Mar 31 Juil 2018 - 17:00














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




Les clients, tous plus intrigués les uns que les autres, se retournaient en direction de la jeune femme chaudement emmitouflée dans la couverture, doublée d’une veste. Celle-ci était encore déboussolée par ce qu’elle venait de traverser. Ses joues rougies et encore humides par les larmes de sa détresse ayant perlée à foison, Etsuko faisait peine à voir. La miraculée cherchait les raison ayant poussé le vil Pharmacien à l'agresser sauvagement, évoquant même un accident des plus nébuleux. Muramasa voyait bien que la fleuriste était encore en état de choc, c’est pourquoi il tentait d’être rassurant.

« Il s’agit juste d’un détraqué, n’allez pas chercher plus loin. Cela aurait très bien pu être vous comme une autre. La blouse ne fait pas le pharmacien après tout. »

Profitant de l’opportunité de la présence de la dame soucieuse des animaux, le Parangon expliqua la situation assez prestement à cette dernière, lui demandant un service.

« Le pharmacien a en réalité agressé cette jeune femme, l’enfermant à la cave. Il a prit la fuite. »

Les yeux écarquillés et levant les bras en tenant son visage, choquée par cette révélation, l’Iwajine n’en croyait pas ses oreilles.

« Mais c’est affreux. Pauvre petite. Cela ne m’étonne guère, il avait l’air louche !. »

« Pourriez vous prévenir le poste des forces de l’ordre le plus proche de la situation ? Leur demander de redoubler de vigilance au niveau des portes, vérifier les identités et de faire attention aux personnes ayant l’activité de pharmacien, afin de ne pas laisser sortir du village ce malandrin . »

La femme acquiesça, comprenant parfaitement la situation. Elle salua le bel étalon, puis la victime encore patraque, avant de sortir de l’échoppe afin d’accomplir sa mission. Une bonne et honnête citoyenne, pour sûr !

« Vous avez raison. » -dit-il, la regardant- « Vous êtes certaine que vous êtes en état pour ce genre de quête, après ce que vous venez de traverser ? » -demandant, songeur-

Il n’y avait pas de temps à perdre. Etsuko était après tout une Kunoichi, même si elle paraissait assez déboussolée, elle devait servir la Roche, quitte à ce que mort s’en suive.

Heureusement, la demoiselle disposait d’un Kuchiyose pouvant servir dans ce genre de situation. Il suffisait de trouver un objet appartenant au freluquet et portant de son odeur, afin de le pister et de le faire payer pour ses déviances.

« Trouvons un objet portant l’odeur du fuyard. Je suppose que votre Byakko-san a un bon odorat. » -supposant, aux vues du nom empreint de moult légendes, qu’il devait s’agir d’un félidé-





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Mer 1 Aoû 2018 - 11:27
Au fur et à mesure des paroles de Muramasa, Etsuko se sentait un peu mieux. Il l'aidait à retrouver pieds, patient avec elle malgré son état peu stable suite au choc. Elle se détachait progressivement de lui, regagnant doucement sa contenance et retrouvant ses repères maintenant qu'elle pouvait de nouveau respirer. Réfléchir. C'était donc un fou qui l'avait séquestrée, ok, mais maintenant ? Comment agir ? Elle était une jeune recrue de la police, elle devait faire ses preuves. Elle écoutait vaguement ce que disait l'iryounin, hocha un peu la tête, encore pensive. Oui, il avait raison, en premier lieu, prévenir les autorités.

Ensuite... Ensuite, chercher des preuves sur place. Elle tourna légèrement la tête vers l'entrée de la cave mais un haut-le-coeur l'arrêta net. C'était un peu tôt peut-être... La peur était encore trop présente. Elle ne voulait pas vraiment revoir l'autel qui tournait encore dans sa tête. Dans ce cas... Il ne restait plus que la poursuite. Ne pas lui laisser le temps de recommencer.

Elle réfléchit alors et parvint à la même conclusion que l'homme qui se tenait à côté d'elle, il leur fallait quelque chose avec son odeur. son tigre blanc n'aurait aucun problème à le retrouver à partir de la, il pourrait le traquer à grande vitesse et le rattraper avant qu'il ait le temps de faire plus de mal.

« Oui... Il faut trouver quelque chose... Je vais voir... En haut... Il y aura peut-être quelque chose dans sa maison... Je... Je peux pas redescendre... »

Elle garda la couverture sur les épaules, l'objet la rassurant un peu, puis elle se dirigea vers les escaliers montant. Elle poussa une porte, atterissant dans une maison très simple, épurée. Peu de mobilier, pas de décoration aux murs, aussi faut-il dire qu'il n'était là que depuis peu de temps. Enfin, jusqu'à ce qu'elle pousse la porte de sa chambre qui la figea.

Comment avait-il trouvé autant d'affaires à elle sans qu'elle ne s'en rende compte. Elle voyait avec horreur des murs couverts de sa photo, parfois griffonés avec rage, d'autre fois entourés de coeur, à chaque fois les photos étaient clairement volées, depuis la rue ou depuis une hauteur. Elle remarqua aussi une lunette pointée directement vers sa chambre, ce qui lui permettait de tout voir. Il y avait des photos d'elle en sous-vêtements, parfois même où elle était en train de les enlever. Se retenant de vomir le temps d'aller jusqu'au lit, elle attrapa l'oreiller et sortit en vitesse de la chambre en pleurant. Il fallait brûler cette maison, c'était la seule alternative raisonnable, la seule chose qui pourrait la purifier. Enfin c'est ce qu'elle voulait désormais au plus profond de son coeur, mais un feu en plein centre du village... Elle connaissait les risques et n'en dit rien, se contentant de filer directement en bas de la maisonnée, rentrant au passage dans le Borukan venu sans doute suite à son cri de détresse, sortant en coup de vent. Elle commença dès lors à invoquer son Kuchiyose sans plus réfléchir, le tigre blanc qui apparut faisant alors près de six mètres de long pour deux mètres cinquante de haut au garrot. Elle se blottit dès lors dans son cou pour pleurer en lui tendant l'oreiller.

« Byakko-san, je t'en prie, aide-nous... Nous devons retrouver un criminel... Avant qu'il ne fasse du mal à quelqu'un d'autre... Il y a... Son odeur... Sur ce coussin... Retrouve le je t'en supplie...
- Ne t'en fais pas Etsuko, tout va bien. Je suis là pour t'aider. Nous emmenons aussi cet humain, c'est cela ? Bien. Montez. Je vous amène à lui, il n'a pas eu le temps d'aller très loin, je sens encore son odeur suffisamment forte pour ce que soit lui directement et non pas son passage. »

La Naari avait donné le coussin au tigreblanc immense, puis celui-ci l'avait un peu reniflé avant de relever la tête, laissant Etsuko se blottir dans le pelage doux de son poitrail. Il attendit quelques instants qu'elle se calme puis se baissa, offrant aux deux humains la possibilité de monter sur son dos.

« Dès que vous êtes prêts, l'un comme l'autre, nous pouvons y aller. »

La demoiselle aux yeux émeraude emplis de larme se frotta un peu les yeux puis grimpa sur le dos de la créature, s'accrochant à ses poils et se blottissant contre lui pour mieux tenir pendant le voyage qui serait cependant assez tranquille en pleine rue emplie par le festival. Le tigre passerait plus comme une attraction pour des raisons évidentes de discrétion, mais cela ne l'empêcherait pas de les amener jusqu'au nouveau repaire que c'était trouvé le malfrat.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Mer 1 Aoû 2018 - 17:25














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)


Il fallait trouver quelque chose afin de pister l’individu, chose assez logique. La Kunoichi désabusée tourna la tête en direction de l’arrière boutique, se rappelant de la cave et de ce qu’elle y avait vécu. Elle allait très certainement éviter ce genre de lieu un bon moment, avec le traumatisme qui devait s’être ancré au plus profond d’elle. Muramasa en était conscient, c’est pourquoi il se chargerait d’explorer ces abysses à son instar. Elle proposa d’elle-même de se charger de l’étage supérieur, qui devait très certainement servir de logis au détraqué. Acquiesçant à la proposition, le médecin lui répondit prestement.en fermant la porte de l’échoppe derrière le dernier client qui soupirait longuement de la fermeture des lieux, soucieux de ne point pouvoir acquérir ce pourquoi il avait fait le déplacement.

« Je vais m’en charger. » -dit-il, avec une voix solennelle-

Se frottant la tempe, le parangon se dirigea alors vers la cave, tandis que la fleuriste allait en direction de l’étage du haut. Il ne devrait pas y avoir de soucis la concernant. Après tout elle s’était faite avoir par surprise, mais elle n’en demeurait pas moins une Kunoichi de la Roche. Il était peu probable que dans l’espace servant au commerce, il y ait des biens personnels pouvant servir à retrouver le fugitif. Il y avait certainement une blouse de rechange dans l’arrière-boutique, mais elle serait certainement lavée et repassée, donc de facto inutile. Pénétrant une fois de plus dans le sanctuaire du malade mental, Muramasa examina ce qui se trouvait dans la pénombre, difficilement visible d’un premier coup d’œil. Une pile de vêtement des plus équivoques soigneusement empilée, divers objets des plus louches utilisés en général par la gent féminine, des plantes mortes et desséchées à cause des ténèbres nimbant l’atmosphère… Tout cela devait être des possessions de sa victime. En quelque jour, il avait déjà amassé un sacré butin. Examinant ce qui se trouvait dans un coin, recouvert d’une bâche, Muramasa fit une découverte des plus macabres. Produits d’embaumement, substances ésotériques tenant de l’alchimie et moult matériels servant dans les morgues, dans une quantité trop abondante pour être qu’un passe-temps. Le manant voulait très certainement empailler la fleuriste après en avoir terminé avec elle, mais tout cela était bien trop pour une seule jeune femme. Le terrible secret devait être que ce charlatan fournissait certaines personnes se vouant aux arts les plus occultes. Il n’y avait rien d’utilisable dans tout ce bordel de mauvais goût, la quasi-totalité des objets appartenant à la Naari. Après avoir refait surface, puis s’être dirigée vers le tumulte cacophonique, la jeune femme qui courait comme une possédée heurta l’épaule du Jonin, continuant sa route sans s'arrêter en pleurant comme si les Yokai la poursuivaient pour la dévorer vivante. Elle sortit, puis se mit à faire des papouilles à un énorme tigre blanc qu’elle invoqua dans la foulée. Muramasa se dirigea vers la sortie, tout comme elle, croisant les bras en affichant un air perplexe. Décidément, les demoiselles étaient dures à suivre. Apparemment elle avait trouvé un coussin, ce qui allait permettre de retrouver rapidement le goguenard trafiquant de produits illicites. Apparemment le tigre était futé comme un renard, invitant les deux vaillants défenseurs de la justice à grimper sur son dos. Laissant monter la Naari, le médecin afficha un sourire, avant de rétorquer qu’il ne lui serait pas difficile de suivre la bête. Monter à deux sur l’animal pouvait s’avérer dangereux. Non pas que le Jonin ne faisait pas confiance au Byakko pour poursuivre la traque sans se planter dans l’une des échoppes parsemant le cœur commerçant de toute part, mais il valait mieux agir de manière avisée. Deux personnes allait l’alourdir -surtout avec le corps musclé et imposant du médecin, sans compter que cela pouvait le déséquilibrer et provoquer un accident pas piqué des hannetons. Après tout, Muramasa était tout à fait en mesure de se déplacer avec malice avec une vélocité digne du zéphyr.

« Je préfère vous suivre. Avec les rues bondées, cela sera plus prudent. » -dit-il, fièrement-

Pendant ce temps, à l’autre bout du cœur commerçant, le vil pharmacien se terrait dans les ruelles sombres et opiniâtres d’Iwajuku, surnommés le quartier de la déchéance, mais aussi de la décadence. Ses yeux emplis de vice et son souffle haletant, il venait de repérer une femme de petite vertu isolée, marchant dans les entrailles de ce lieu de perdition. Très certainement une professionnelle ou une serveuse d’un bar assez louche, à en croire sa tenue court vêtue, rentrant chez elle. Cette dernière avait une forte ressemblance - à s’y méprendre- avec la fleuriste dont il semblait obsédé. Affichant un sourire sardonique et les yeux exorbités, le sacripant commençait à la suivre, grommelant comme des psalmodies le prénom de sa première victime de manière frénétique. Il avait peut-être trouvée une remplaçante pour ses noirs desseins et ses pulsions interdites.

Le Yuukan était sombre et emplit de terreurs, mais bien moins qu’Iwajuku...



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Jeu 2 Aoû 2018 - 1:40
Blottie sur son tigre blanc géant, Etsuko cachait son visage dans ses poils, des larmes coulant innarrêtablement de honte et de détresse. Elle s'était retrouvée nue ou presque sous les yeux de cet homme quasimment depuis son arrivée, il avait des photographies d'elle totalement nue ou en sous-vêtements qui le prouvait. Il en avait profité amplement, préparant son sale coup jusqu'à l'enfermer dans sa cave alors qu'elle ne se doutait de rien. Si jamais Muramasa ne l'avait pas entendu... Si elle y était allé plus tard, à la fermeture du magasin... Si elle y était allée aux premières lueurs de l'aube... Elle aurait pu terminer dans un état inommable..

Tâchant d'arrêter de penser à ces horreurs, la jeune femme finit par se relever, essuyant ses yeux d'un revers de la main, puis elle regarda les rues défiler, les gens observer l'immense félin, partagés entre fascination, étonnement et une pointe de peur qu'elle décelait chez quelqu'un, peur souvent calmée lorsqu'ils remarquaient la jeune femme assise sur la croupe du monstre. Byakko-san était silencieux, concentré sur sa traque qui semblait immobile puisqu'il ne changeait à aucun moment de chemin, ne déviait pas de sa route. Ils continuèrent ainsi pendant un bon quart d'heure avant d'avoir terminé de traverser le quartier le plus encombré, après quoi le tigre accélera légèrement la cadence pour arriver plus vite au lieu.

« J'ai un mauvais pressentiment...
- Il n'a pas bougé depuis tout à l'heure. Pour quelqu'un en fuite, il est bien calme. Il doit préparer quelque chose, ou l'avoir déjà fait. »

Etsuko hocha un peu la tête, s'essuyant une seconde fois les yeux avant de finir de se redresser, jetant un oeil à Muramasa à leurs côtés.

« Byakko-san, nous devrions accélérer un peu je pense, tu peux réussir sans mettre personne en danger ? J'ai... Je n'aime pas ça...
- Compris Etsuko, je vais faire de mon mieux pour aller au plus vite là-bas. Ce n'est plus très loin. On y sera dans une minute. »

La minute en question parut exceptionnellement longue à la jeune femme qui regardait partout autour d'elle, désormais sur ses gardes, une main proche d'un kunai qui était à sa ceinture. Une arme de base mais qui avait montré plus d'une fois son utilité primordiale.

« J'ai un mauvais pressentiment... »

Arrivant sur place, Etsuko bondit au sol alors que le tigre géant commençait à se baisser, serrant son kunai dans son poing avant de le relâcher. Non, ce n'était pas la bonne solution. Il devait payer de ces crimes, le tuer ne reviendrait qu'à l'en absoudre. Elle rentra dans la maison, laissant Byakko-san monter la garde et surveiller que le pharmacien ne prenait pas ses jambes à son cou une seconde fois. Pénétrant en coup de vent dans la maison, la jeune femme entendit des cris et des bruits de lutte, visiblement, il avait trouvé une autre proie et ne perdait pas son temps. La Naari se mit alors à courir vers l'origine des cris, ouvrant la porte d'un seul coup.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Jeu 2 Aoû 2018 - 22:43














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




La traque prenait place sans plus tarder à travers le dédale rocheux illuminé de mille et un feux d’artifices exultant la liesse. La Naari chevauchait son félin géant, pleurant encore du calvaire ce qu’elle avait subi dans la cave du détraqué. Il y avait des jours où la malchance se montrait espiègle, néanmoins il fallait endurer ces funestes tragédies afin de trouver de meilleurs lendemains. La petite fleuriste (plus vraiment petite avec des formes aussi indécentes) s’en était plutôt bien tirée et la chance avait changé une destinée risquant d’être particulièrement sordide, si ce n’est mortifère. Le pharmacien ne comptait certainement pas faire une partie de Go en tout bien, tout honneur avec son invitée. Le tigre blanc avançait d’un pas décidé et assuré, semblant concentré sur la piste du fuyard dont il semblait humer à merveille la piste encore toute chaude.

Pendant ce temps, à l’autre bout du Cœur-Commerçant, le pharmacien semblait perdre les pédales. Il avait fait l’erreur monumentale de céder à ses pulsions et à exprimer son cœur. Sa tentative de se rapprocher de la fleuriste coûtait cher pour sa carrière encore immaculée de commerçant respectable. Les Forces de l’Ordre devaient même déjà être à la recherche de l'infâme criminel qui ne pourrait plus s’échapper ou se refaire une réputation. Il allait très certainement finir en cabane et devenir lui-même le jouet des autres détenus peu scrupuleux sur la viande disponible. Après tout, comme le disait si bien les paroles avisées d’un vieux sage isolé sur le haut d’une montagne, “Un trou est un trou”.



Geko-san étant dans une grande détresse, le cœur meurtri de n’avoir point pu profiter de toutes les fleurs que la Kunoichi pouvait se targuer de lui offrir (de gré ou de force...). Tombant dans la démence, il convulsait, tout frénétique, en répétant le même prénom encore et encore, tandis que la tentation se dandinait à quelques mètres en cette ravissante demoiselle pouvant tenir le rôle de son idole. Tirailler entre se faire discret pour un moment ou bien à s’adonner corps et âme à un dernier coup grandiloquent avant de se faire attraper, le pharmacien forcené finit par craquer. Fondant sur sa proie au moment où celle-ci commençait à insérer la clef dans la serrure d’une porte lui faisant face.



Muramasa en compagnie d’Etsuko et de son gros chat poursuivaient leur quête. Les craintes étaient nombreuses et il fallait absolument mettre hors d’état de nuire le pervers, avant qu’une autre demoiselle ne fasse les frais de ses agissements fallacieux. Arrivant finalement à Iwajuku, cela ne sentait pas très bon. L’allure s’accéléra, les justiciers craignant alors le pire. Muramasa savait que ce genre d'énergumène n’avait plus rien à perdre, ce qui ne faisait que rendre la situation plus épineuse.

« Il n’a plus rien à perdre, ce qui le rend d’autant plus dangereux. » -dit-il, acquiesçant en affichant un visage de marbre-

Apparemment, le manant avait pris refuge dans l’un de ces petits appartements utilisés par les filles de petites vertus et autres truands du quartier le plus chaud de la Roche. Ce n’était pas surprenant, mais il était fort probable que le lieu était occupé. Le tigre indiquait la porte, certain que le sacripant était derrière. Soudain, un cri strident l’espace d’un instant résonna depuis l’antre. Une voix de gourgandine qui sans équivoque était en train de pousser un râle de terreur (ou bien de plaisir fallacieux, mais douloureux).



Derrière la porte, le pharmacien était en train de vaquer à ses affaires, une grande lame à la main. La demoiselle ne semblait pas consentante à se laisser faire par son agresseur s'étant invité chez elle sans invitation. Etsuko se précipita sans attendre, découvrant l'horrible spectacle se déroulant alors. Dans son obsession cathartique, le tortionnaire, tourné le dos à l'entrée, ne s'était pas rendu compte de l'arrivée de la justicière sur son blanc destrier.





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Jeu 2 Aoû 2018 - 23:22
En poussant la porte, la jeune femme découvrit avec horreur la scène. Le pharmacien était devenu totalement fou, il avait pénétré dans la maison d'une femme qui n'avait pour simple crime que celui d'avoir les cheveux courts et noirs comme ceux d'Etsuko ainsi qu'une poitrine et un fessier d'un volume similaire à ceux de la Naari. Voyant que le fou allait la trucider sans l'ombre d'un doute dans sa folie ignoble, la kunoichi lui fonça directement dans le dos avec toute sa force pour tenter de le destabiliser et de le prendre par surprise, dégainant un kunai par la même occasion.

Profitant du choc de son épaule contre le dos de Geko-san, ce qui le destabilisa, elle lui planta en hurlant de toutes ses forces son kunai dans la main qui tenait son arme, lui sectionnant ainsi les tendons, ce qui fit choir faiblement sa lame sur le sol, passant à quelques centimètres de la gorge de la pauvre otage qui elle non plus, n'avait rien demandé face à ce fou furieux. Le fournisseur d'objets nécromantiques lâcha alors sa proie et tomba directement nez à nez avec l'objet de ses fantasmes alors qu'il cherchait à faire face à son aggresseur. Son visage se déforma alors et il donna une claque monumentale à la demoiselle qui ne savait plus vraiment quoi faire, ayant agit d'instinct pour sauver celle qui était allée se réfugier plus loin dans un coin de la pièce.

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! »

Alors que la fleuriste tombait au sol, le malade mental se jeta sur elle et commença à essayer d'arracher ses vêtements sous les coups de désespoir d'Etsuko. Il avait posé sa main blessée sur sa poitrine, profitant de ses seins tout en la maintenant au sol avec son poids, forçant l'ouverture de la veste de l'autre main. La jeune kunoichi se défendit alors de toutes ses forces, se débattant comme une furie, envoyant plusieurs fois avec violence son genoux dans l'entrejambe du pervers, lui enchaînant également quelques coups de poings dans les tempes jusqu'à le faire vasciller, mais il tenait bon. Pendant toute la lutte, il continuait de crier inlassablement le nom de la jeune femme qu'il maltraitait à nouveau, totalement pris dans sa folie.

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! »

Finalement, un coup mieux placé que les autres le fit taire puis chûter sur le côté, et d'un geste rapide, la femme sortit les menottes qui restaient maintenant toujours dans son sac et attacha les deux mains du vicelard dans son dos, de force grâce à son état de semi-conscience suite aux coups répétés. Elle pleurait à moitié mais ne s'arrêta qu'une fois l'homme suffisamment entravé dans ses mouvements, se relevant alors en essuyant ses yeux. Elle se rhabilla un peu, refermant la veste de son mieux sur sa poitrine à nouveau partiellement dévoilée. Essouflée, apeurée à nouveau quant bien même la menace était désormais maîtrisée, elle se dirigea doucement vers l'autre victime, lui posant une main faible sur l'épaule, des larmes aux yeux.

« C'est fini... C'est fini... Ça va aller... C'est fini... Il est hors d'état de nuire... C'est fini... Ça va aller... »

La demoiselle aux yeux émeraude se répéta ainsi plusieurs fois, pour rassurer la jeune fille mais aussi pour se certifier à elle-même que le cauchemar était fini, la prenant un peu dans ses bras et la laissant pleurer, se calmer un peu de cette aventure pour le moins traumatisante. Lorsqu'elles se furent toutes les deux calmées, Etsuko se détâcha d'elle puis lui tendit la main, l'invitant à se relever avec elle.

« Nous l'avons maîtrisé, mais nous aurions besoin que vous veniez avec nous au poste de police... Pour témoiner et s'assurer que ce fou furieux ne ressorte jamais des geôles d'Iwa... Vous acceptez de venir avec moi pour cela ?.. Je suis désolée qu'il s'en soit prit à vous... C'était... Moi... Qu'il visait... »

Presque aussi affolée que l'inconnue face à elle, la jeune recrue du poste n°6 tâcha de la rassurer au mieux tandis que la seconde victime hochait la tête, compréhensive. Oui, elle allait témoigner, ce fou ne s'approcherait plus d'elle et plus de quiconque à vrai dire... Se retournant alors vers Muramasa, Etsuko hocha un peu la tête en sa direction.

« On peut aller directement au poste, ou nous devons faire autre chose auparavant, selon vous ?.. »

Etsuko ne se souvenait plus bien du nom du Borukan, mais ce qu'elle savait toujours, c'est qu'il était son supérieur hiérarchique et que quand bien même elle ne pensait pas qu'il faisait partit de la police, il saurait certainement quoi faire dans un cas de crise comme celui-ci, plus expérimenté qu'elle à n'en pas douter.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Ven 3 Aoû 2018 - 19:34














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




Le pharmacien affiche un sourire sardonique, se délectant à déraison de la succulente saveur du frisson en train de lui parcourir l’échine. L'idée de finalement commettre l’irréparable semblait lui plaire. Sans doute un rêve de toujours, que de plonger sa lame assassine dans une chair tendre et juteuse. Ce n’était point celle escompté, mais ce dernier ferait bon gré mal gré quand bien même. Etsuko intervient sans crier gare, comme l’éclair qui tourbillonne à l’orée d’ une nuit de pleine lune, se ruant sur Geko-san afin qu’il ne s’adonne au mal. Dans la chaleur de l’été, un crime était toujours puni. Le détraqué - amateur de demoiselles aux cheveux tirant vers le jais -, allait le comprendre. Du moins, delà aurait pu être le cas s’il n’avait point sombré dans l'aliénation la plus totale. La querelle était violence et faisait rage, sous le regard apeuré de la gourgandine adoptant une position démontrant la prostration dans un coin, en se cachant les yeux comme elle le pouvait.

Tout ce tapage et ces hurlements scandant haut et fort le prénom de la fleuriste ne fit qu’alerter le voisinage. Pendant qu’Etsuko s’occupait de vaillamment secourir l’innocente, en endurant les assauts délurés du pervers tentant d’arracher ses vêtements déjà dans un piteux état afin de profiter des courbes hantant la moindre de ses pensées fallacieuses, Muramasa s’occupait des inopportuns commençant à se rameuter afin de profiter du spectacle de la rixe se déroulant alors.

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! [...] »

Muramasa aurait préféré que la fleuriste n’agisse pas sous le coup d’une impulsion, car ils étaient à Iwajuku et non pas dans les quartiers tranquille où un semblant de paix et d’ordre pouvait contenir les esprits les plus chaotiques. Il allait certainement prendre son temps et jouer avec sa prisonnière, contrairement à ce que pouvait penser la Naari. Peut-être que cette indolence était due au profond traumatisme qu’elle avait traversé.

Muramasa savait que la Kunoichi parviendrait à s’en sortir et à sauver la demoiselle en détresse, c’est pourquoi il préférait s’occuper d’un problème tout aussi épineux. L’endroit était le repaire de mafieux employant des demoiselles de petite vertu. Voilà qu’une de leur meilleure gagneuse venait de se faire agresser en plein cœur de leur territoire.

« [...] ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! [...] »

Les cris du malandrin en rut ne cessaient de donner l’alerte, alors que des dizaines de loubards commençaient à sortir de toutes les directions, cavalant tels des possédés en brandissant diverses armes de fortune comme gourdin et boken.

Le parangon soupirait, tandis qu’Etsuko se faisant violenter à l’intérieur de la petite chambre digne d’une bonniche.

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! [...] »

Une aisance au combat, tenant de la magnificence, ne laissait passer aucun de ces vils freluquets. Le parangon frappait afin de mettre un à un au tapis ces assaillants. Une véritable horde digne d’un Tsunami venait se briser sur le défenseur de la Roche, qui faisait particulièrement attention de ne pas tuer sur le coup ces vils faquins. On pouvait entendre les corps choir sur le sol, les os se briser, ainsi que les hurlements de douleurs des victimes d’une défense à oser prétendre passer. Balayette, manchette et autres attaques pleuvant dans une danse démoniaque.

Quelques minutes tout au plus suffirent, tandis que les râles incessants du pharmacien s’étaient calmés. Ajustant sa parure, le médecin faisait alors face à une mer de corps recouvrant le sol, amassés et gesticulant tout en se plaignant de leurs blessures les faisant souffrir. Quelques os brisés n'avaient jamais tué personne, non ?

« Yare yare daze... »

Muramasa se dirigea vers la pièce où Etsuko était rentrée précipitamment. Elle ne s’était même pas rendue compte de la situation en dehors de ces quatre murs peinturlurés par les affres du temps.

« On va emmener la demoiselle avec nous au poste le plus proche, le sixième si je ne m’abuse, histoire d’étoffer les preuves. Votre simple témoignage suffirait pour l’enfermer à jamais dans un asile, Etsuko-san. » -remarquant qu’elle avait été une fois de plus sauvagement violentée elle-même, le Jonin ne releva pas, par correction, qu’une partie opulente de l'un de ses poumons s’exhibait totalement à l’air libre- « Après tant de mésaventures, si vous avez besoin de consulter pour un suivi psychologique. » -tendant solennellement une carte aux fines calligraphies qu'il venait de sortir de l'une de ses poches, avant de trouver de bon ton de venir la glisser dans tenue de la demoiselle devenus de véritables haillons.

Geko-san avait bien profité de cette journée, ayant profité de deux jeunes femmes et d’une cavale palpitante. Néanmoins, toutes les bonnes choses avaient une fin.

« J’oubliais. Il faudrait prévenir l’hôpital de dépêcher quelques secours médicaux sur les lieux. » -dit-il, esquissant un fin sourire-





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Naari Etsuko
Naari Etsuko

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Lun 6 Aoû 2018 - 17:23
Etsuko s'était débattue comme une diablesse, affollée par ce fou horrible qui ne cessait de répéter son nom en hurlant dans une symphonie psychotique où toute forme de rationnalité avait disparut. Elle se redressa tant bien que mal une fois le fou furieux hors d'état de nuire, ayant prit quelques instants pour reprendre sa respiration et essuyer ses larmes, allant s'occuper de la pauvre jeune femme qui n'avait rien demandé et qui avait commit comme seul crime celui d'avoir des cheveux de jais courts.

« Tout va bien aller, suivez-vous au poste, nous allons prendre votre témoignage et je donnerai le mien aussi, que l'on puisse enfermer à jamais ce malade mental... »

Elle regarda Muramasa se rapprocher d'elle en lui tendant une carte. Elle la prit pour lui faire plaisir mais fronça un peu les sourcils, étonnée quand à ce qu'il désirait en lui donnant ça. Un suivi psychologique ? Elle n'en avait pas besoin. Les temps étaient dûrs, mais ils l'étaient pour beaucoup de monde, et même si elle ne pouvait cesser de s'en vouloir par rapport à ce qu'elle avait fait, c'était bien là sa dernière préoccupation que d'aller voir quelqu'un pour être mieux dans son esprit. Des choses plus urgentes étaient à faire, elle y accorderait donc priorité.

« Allons-y donc... Prenez cette carte, elle vous sera peut-être utile. »

En aidant la jeune femme à se relever, elle se rendit compte en rougissant que sa poitrine était à nouveau en partie exhibée. Elle la rajusta rapidement en soupirant puis prit la demoiselle de petite vertue par la main, l'emmenant avec elle vers le poste. Elle alla voir un des passants qui s'était arrêté devant le massacre fait par Muramasa, lui souriant un peu.

« Bonjour, excusez-momi, vous pourriez prévenir l'hôpital que des médecins sont demandés ici-même ? Mon collègue a du faire comprendre de manière assez directe à ces hommes qu'ils ne pouvaient pas venir participer à l'arrestation du criminel qu'il surveille, pouvez-vous vous en charger, je vous prie ? »

Le passant en question hocha la tête, plutôt fasciné par l'état des assaillants qui étaient bien plus mal en point que le jônin de la roche qui s'en était assez bien sorti sans trop de peine apparemment. La demoiselle aux yeux émeraude ne releva cependant pas, ayant donné la petite carte à celle qui en aurait probablement plus besoin qu'elle. Après tout, elle était une kunoichi, une ninja du village d'Iwa. Elle ne pouvait céder même si la terreur et la détresse s'étaient emparées d'elle. Elle pouvait finalement se raisonner pour aller faire son rapport et laisser la jeune femme faire son interrogatoire puis éventuellement ensuite, selon son bon vouloir, aller participer au programme étrange du jônin médecin. Si jamais Etsuko changeait d'avis, elle estimait très bien pouvoir le retrouver à l'hôpital, elle saurait s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa} Empty
Mar 7 Aoû 2018 - 16:09














-Iwa Shukusai-


::: RP ::: Tournant Inattendu
::: PV ::: Naari Etsuko

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Aki (秋)




Une affaire rondement menée. Le détraqué était finalement hors d’état de nuire une bonne fois pour toutes, du moins cela semblait être le cas. De plus, ses perfides et vils desseins - dernier chant de ce cygne bien disgracieux - avaient été déjoués avec succès, sauvant ainsi une pauvre demoiselle, qui ne faisait que travailler et gagner honnêtement sa vie, d’un destin bien funeste.

Apparemment, la fleuriste n’était pas prête à accepter la proposition, en tout bien tout honneur, du médecin, alors que cela lui aurait sans aucun doute était plus que bénéfique après avoir traversé tant d’épreuves traumatisantes. Même les Kunoichi les plus sauvages et sanglantes étaient avant tout des demoiselles avec un Kokoro de jeune fille. Muramasa respectait le choix de la Naari, car cela ne concernait qu’elle et elle seule. Le parangon se contenta de sortir une cigarette de sa poche et de l’allumer, regardant silencieusement Etsuko aider la victime encore traumatisée et larmoyante. Offrant la magnifique carte de visite à la pauvre qui en avait surement davantage besoin qu’elle. Un sens du sacrifice admirable en un sens.

« Je vais rester sur les lieux, au cas où. » -dit-il, tirant une bouffée de son poison brumeux préféré- « Vous savez où me trouver en cas de besoin, Etsuko-san. »

La douzaine de loubards étaient en train de se tortiller au sol, poussant la complainte de la douleur les taraudant. S’attaquer à ces vils personnages de la pègre était quelque chose d’impensable, du moins pour les non-initiés aux arts obscurs. Bien sûr, celui en charge des lieux ne perdit pas de temps pour apparaître. Un homme bedonnant et aux habits des plus extravagants arrivait sur les lieux, accompagné de moult saltimbanques semblant peu recommandables.

« Ma qué ?! » -s'esclaffant, le vulgaire personnage regardait en cherchant la raison de ce remue ménage- « Lé gang du dragoné dé Jade ?! Uné attaque !? »

Les querelles à l’orée d’Iwajuku étaient légion, opposant violemment sinueusement les groupes les plus dangereux pour le contrôle des quartiers chaud et des affaires en découlant.

« Une simple affaire. » -expirant le nuage évanescent-

« Ma ! C’est toi qui a fait ça à mes hommes !? Hey ! Ma meilleure gagneuse ! »

L’un des gardes du corps (bedonnant et grassouillet) s'avança vers son maître afin de lui faire remarquer quelque chose.

« Don ! Calmez-vous! Il s’agit du… du Directeur de cette Académie ! » -murmurant à voix basse-

« Ma qué !? Lé célèbre Directeur !? Ici !? » -dit-il, les yeux ronds comme des soucoupes- « Ma qué !? »

Muramasa croisa les bras, fixant les drôles d’énergumènes lui faisant face.

« Je vais vous expliquer, un détraqué que nous recherchions s’est réfugié dans votre territoire et comptait agresser votre… amie. Nous avons dû agir et la sauver, mais vos hommes se sont montrés hostiles à nos bonnes intentions. »

« Ma qué !? Qué bande d’incapablés ! Yé suis lé Don. Ma fille est votre fan numéro uno. Elle parlé sans cesse dé vous. » -affichant un sourire jusqu’aux lèvres- « C’est uné grandé honneur dé vous rencontrer en personné ! Allons boire un verré dans mon club, vous êtes mon invité ! »

« Pourquoi pas. » -affichant un fin sourire-

Malgré la noirceur d'Iwajuku, tout finissait fort bien. Etsuko avait arrêté le détraqué et Muramasa s'était occupé d'arranger la situation qui aurait pu s'envenimer. Cependant, la chute de Geko-san n'était peut-être pas appréciée de tous. Les nécromants avaient perdus un fournisseur, mais aussi peut-être un ami.





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa

Tournant inattendu {PV. B. Muramasa}

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: