Soutenez le forum !
1234
Partagez

Iris des prémices [Muramasa]

Yamanaka Eriomi
Yamanaka Eriomi

Iris des prémices [Muramasa] Empty
Jeu 2 Aoû 2018 - 22:57
De nombreux médecins avaient déjà franchi les portes du grand domaine des Yamanaka de la Roche. Certains réputés, d’autres moins. Tous repartis avec quelques pièces comme remerciements mais guère plus. Dans les couloirs silencieux, le maître des lieux arpentait les longs couloirs recouverts de boiseries laquées. Un pas décidé et rapide marquait le rythme de sa marche, les servantes se décalant sur son passage. L’homme n’était plus d’un âge fougueux, mais ce n’était guère un secret qu’il maîtrisait sa famille autant que ses capacités si particulières, d’une main de maître.

L’homme se plaça au centre de la grande cours centrale, attendant, droit et mains dans son dos. Sur son front trônait son bandeau shinobi d’Iwagakure et sur sa blouse, était incrusté par de légers fils d’or, l’emblème des Yamanaka. Les ordres de la veille avait été très clairs : le domaine se devait d’être plus que présentable et le moindre faux pas serait sévèrement sanctionné.

Les fontaines avaient été purgées, les sols et murs, brossés, cirés avec soin. Tout était parfait. Tout devait être parfait. Quand la silhouette tant attendue apparut devant les grandes portes de la demeure, l’homme s’inclina avec soin devant le si réputé médecin.

“Bienvenue, Muramasa-san et merci d’avoir répondu à mon appel. Yamanaka Jiko, chef du clan Yamanaka d’Iwa.”


Un appel lancé quelques jours auparavant après de longues journées de réflexion. Tout devait être parfait.

“Veuillez me suivre.”

Se retournant, l’homme guida le médecin par de nombreux couloirs, passant dans des pièces toutes plus somptueuses les unes que les autres jusque dans un petit salon privé. Jiko s’assit en tailleur face à une somptueuse table dressée pour deux hommes devant s’entretenir dans une discrétion et un sérieux nécessaire. D’un geste fin, le maître de famille invita le fier médecin à prendre place et fit signe aux servante d’apporter le thé traditionnel des forêts entourant sa grande bâtisse.

“Comme déjà exposé dans ma missive à votre égard, j’aimerais faire appel à vos services, Muramasa-san. De nombreux médecins ont défilé entre ses murs mais tous sont repartis en ne laissant que tristesse, déceptions, et simples herbes médicinales.”


Ses mains se portèrent jusqu’à la fine coupe dorée remplie devant lui, la guidant jusqu’à ses lèvres et laissant planer quelques secondes de pur silence. Le clinquement de la porcelaine marqua la fin de celui-ci.

“Votre réputation vous précède, Muramasa-san. C’est pourquoi je place tous mes espoirs en vos arts médicaux. Le cas semble délicat, si vous en aveniez à l’accepter, vous combleriez le père que je suis. Prêt à vous offrir son trésor le plus précieux et secret.”

Sur ces quelques mots, le silence devint roi à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Iris des prémices [Muramasa] Empty
Ven 3 Aoû 2018 - 0:41

♫♪ Boite à Musique ♪♫
Magna Insomnia




La saison estivale s'ancre profondément dans la Roche. Or, le monarque offre toujours les nuances les plus vaporeuses, malgré le brasier incandescent qui ne cesse d'apporter pléthores de sentiments insondables, mais aussi de passions inattendues dans son sillage de feu. Une chaleur lancinante qui menace de brûler la peau, les os, mais aussi les esprits. Le sempiternel globe diurne n'attend point son apogée, le zénith, pour revêtir son manteau le plus rouge. Tortionnaire, mais aussi bon samaritain.

Les histoires s’écrivent parfois à la lumière du jour, mais aussi très souvent sous l'obscurité de la nuit.

Muramasa avait pour habitude d'être contacté de manière privée pour ses talents de médecin par les plus nobles familles, ainsi que les clans les plus influents. Pléthores de requêtes, nécessitant la plus grande discrétion, venaient choir entre ses doigts experts en la matière. Les mains les plus proches des Kami tout puissants, pouvant créer d'incroyables miracles, autant que faire s'abattre la destruction.

Les damnés, les cas désespérés et les malades voués à rencontrer inéluctablement le trépas. Tous pouvaient être sauvés de part son talent sans faille. Le seul homme pouvait toiser les Shinigami et les renvoyer dans les ténèbres sans que ces derniers puissent se targuer d'avoir obtenu leur tribut. Muramasa. Une lame pouvant trancher Dieux et Démons, quels qu'ils soient.

Une missive se démarquant des autres, soigneusement scellée d'un cachet de cire. L'emblème du clan Yamanaka se lit dans le relief savamment formé. Un sang discret, n'ayant point à rougir face aux plus influents de ceux pouvant être trouvés dans le Yuukan tout entier. Habituellement, un genre se targuant toujours de disposer de leur propre médecin personnel dont l'érudition était prouvée jusqu'au bout des ongles. Sans doute une mode prenant origine des Daimyo et des nobles les mieux nantis, qui appréciaient toujours de disposer d'une emprise sur les gardiens de leurs secrets. Des secrets profondément enfouis et cachés sous l’or. Un or pouvant acheter le silence, garder les lèvres scellées dans un profond mutisme, faire naître une fidélité sans faille (si ce n'est avec davantage de ce métal rare et précieux). Il était assez surprenant de recevoir une demande de la sorte, si ce n'était complètement déconcertant.

Le parangon était intrigué, ce qui ne l’empêchait pas de porter un réel intérêt quant à la raison amenant à cette lettre finement calligraphiée. Des encres un peu trop belles pour ne pas éveiller la curiosité, mais aussi quelques doutes. Pourquoi faire appel à lui en particulier, alors qu'Iwagakure étant l'épicentre de ce que la médecine avait de meilleur à offrir ?

Nonobstant de l'invraisemblable situation soulevée à son esprit d'une sagacité plus que parfaite, le pragmatique s’était préparé d'une manière prouvant qu'il prenait l'entrevue le plus sérieusement du monde. Pourtant, la perfection ne pouvait être décuplée davantage.

Faire montre de correction, de sérieux et de malice. Impérial, le serpent arbore les écailles les plus élégantes et vespérales. Une prestance épurée et sobre, incarnant la quintessence. Se présentant au domaine, à l’heure mentionnée par l'alliance de l'encre et du papier, il porte la nuit, toute nimbée de jais, mettant en valeur son regard mordoré. Il s'agissait de la première fois qu’il allait pénétrer le sanctuaire appartenant au clan Yamanaka, il fallait donc faire bonne impression.

On pouvait apprécier l’ordre et la sérénité émanant des lieux. Les gardes et les servant semblaient préparés comme si la visite d'un Daimyo prenait place, rendant l'atmosphère étrange et irréelle. Au milieu de la somptueuse cour qui se dessinait un peu plus à chaque pas, semblant, un homme patientait en se plastronnant fièrement. Certainement le maître des lieux venu accueillir en personne son invité. Une grande marque de respect qui était oubliée depuis la nuit des temps, attention qui ne serait pas oubliée.

Le regard aux reflets métalliques buvait avec appétence le décor qui s'offrait à lui, sans se montrer impressionné. Rejoignant son hôte sans perdre de temps inutile, le médecin s’incline légèrement en réponse à l'accueil, préservant le marbre de ses traits dénués de la moindre expression.

« Hajimemashite. » -dit-il, avec une voix évanescente, mais solennelle-

Silencieux par nature, surtout avec les inconnus, le Jonin ne savait pas pourquoi le maître du clan faisait tant de cérémonies pour la visite d'un médecin (le meilleur soit-il). Néanmoins, il appréciait l'attention et le respect des traditions (même cachant les pires desseins pouvant exister), surtout en ces temps si troubles et teintés de décadence.

Le guide parcourt les entrailles de la luxueuse demeure, plongeant au plus profond de celle-ci. Une antre digne des nobles aux veines les plus céruléennes ou même des hommes les plus riches. Habitué au faste, le médecin ne se montre pas impressionné, reconnaissant tout de même, sans mot dire, l’expertise incontestable des Yamanaka pour les belles choses. Après s’être installés dans un salon permettant secrets et tranquillité, le thé de circonstance est offert. Après un tel accueil, il était impensable de refuser. Conscient de l'étiquette, Muramasa accepta tacitement ce que d'habitude il refusait, ou du moins éviter de boire. Ne voulant offusquer le Yamanaka, ni manquer de correction, le Borukan porta le lac cristallin à ses lèvres, puis pris une gorgée, avant de reposer la coupe encore fumante d’un arôme fruité particulièrement envoûtant.

« Je comprends. C’est un honneur que vous fassiez appel à moi. » -portant ses yeux sur le thé lui faisant face, étant songeur un court instant-

Le trésor le plus précieux et secret d’un clan aussi important ? Une offre alléchante que personne n’aurait pu refuser, surtout lorsque on est certain d’être en mesure de réaliser la demande tenant très certainement d’une simple promenade de santé. Quelques indices résonnent à travers les mots de l'interlocuteur, mais la teneur de la récompense reste mystérieuse. L’homme doit avoir une fille se trouvant dans une situation funeste. Son état étant si grave que nul médecin ne peut résoudre le problème, si ce n'est le parangon. Laissant le mutisme perler de longues secondes, paraissant éternité, Muramasa porte sa main sur son front, avant de poursuivre la conversation.

« Vous aviez ma curiosité. Maintenant, vous avez mon intérêt. »

Confirmant une volonté d'en apprendre davantage quant à l'état de ce mystérieux patient dont il devait s'occuper, Muramasa prit une seconde gorgée du breuvage aux brûlantes saveurs estivales. Pinailler pour ne rien dire ne servait à rien, si ce n'est effilocher le temps. Autant ne pas en perdre, non ?

« J'accepte. Il s'agirait d'un manque de correction de ma part que de demander de plus amples informations sur ce trésor, étant surement à la hauteur de mes attentes pour que vous l'évoquiez de la sorte. N'en venez pas à le regretter, car un dragon ne laisse jamais échapper de l'étreinte de ses griffes, le moindre trésor qu'il a acquis. Il en va de même pour moi. »

Une récompense inconnue, qui ne tarderait pas à être découverte.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

Iris des prémices [Muramasa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: