Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La tradition non conventionnelle [Mika]

Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Sam 4 Aoû 2018 - 21:57


Venant d’arriver en plein milieu du village, Raizen ne pouvait s’empêcher de regarder un peu partout. En réalité, il était assez impressionné par l’infrastructure complètement différente du village d’Iwa. Tout était simplement différent. Que ce soit l’architecture des bâtiments, le style vestimentaire des gens et même l’ambiance. Par chance, ce n’était pas très dépaysant sachant qu’il retrouvait quelques aspects similaires à sa contrée natale, Kaze. Passant ainsi du désert à la roche, l’aspect de certains éléments n’était pas trop dépaysant. Au contraire, il trouvait le tout même assez branché.

-Il y a beaucoup moins de métal ici, ça, c’est certain...

Étirant un rictus à cette blague que lui seul risquait de comprendra, il pris une bonne minute pour se dire qu’il comprenait mieux pourquoi Hisao ne voulait pas devenir enseignant à la base. Mener une équipe impliquait possiblement plus de responsabilité ce qui l’empêchait d’avoir de très longs séjours dans ce lieu assez intéressant à découvrir. Malgré tout, il était trop tôt pour sauter aux conclusions. Pour le moment, il avait une belle idée préconçue du village, mais il ne pourrait finaliser son avis qu’au moment où il prendrait le soin d’examiner le village et ses habitants en profondeur.

Avant toute chose, il devait déjà savoir dans quel endroit il allait résider pour les prochains jours. Les représentants d’Iwa l’avaient amené devant ce qui ressemblait visiblement à un gigantesque domaine qui était beaucoup trop imposant pour ne pas piquer son attention. Malgré tout, il préférait attendre la personne qui devait le faire visiter et l’accueillir dans ce fameux domaine.

Ainsi, Raizen du haut de son mètre 91, semblait petit à côté de cet énorme dojo dans lequel il n’envisageait aucunement se promener seul. L’idée de s’y perdre ne l’intéressait pas vraiment surtout que le tout semblait presque aussi grand qu’Iwa lui-même. Bon, c’était quelque peu exagéré, mais c’était suffisamment clair pour illustrer le fait qu’il préférait qu’on l’accueille. Ne connaissant pas encore les coutumes et les mœurs, il préférait se positionner de manière à analyser avant d’agir comme lui seul savait le faire.

-Il y a quelqu’un ?

Dit-il en venant cogner à l’entrée du domaine.

-Raizen Meikyû de Kumo...

Patientant, il passa légèrement sa main dans sa chevelure en se demandant s’il allait devoir se courber en présence de la personne qui comptait l’accueillir. Dès lors, il commença à réfléchir en se disant qu’entrer par effraction aurait pu être une bonne idée s’il était dans son propre village. Mais bon, la dernière fois que c'était arrivée, il avait fini par se faire attacher et empoisonné...


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Dim 5 Aoû 2018 - 9:45
La tradition non conventionnelle
Si la précédente absence du village de mon aîné avait été assez ennuyeuse pour moi, car il y avait également Muramasa en sa compagnie, cette fois-ci, m'étant éloigné du médecin, il était bien plus aisé pour moi de m'entraîner et surtout de ne pas me focaliser sur l'absence de ses personnes ayant quitté temporairement le territoire de la terre pour vaquer à des projets plus ou moins obscur.

Reprenant ainsi mon entraînement depuis plusieurs jours de façon plus qu'intensive et ce malgré les festivités dans le village, je suis désireuse de récupérer le temps perdu à des batifolage inutiles et puérils avec ce homme qui au final n'a d'attrayant que son savoir et pourtant, j'ai fait la demande pour ne plus être dans son équipe. La fuite des sentiments ? Non, la réalité qui m'est revenu en pleine face et qui m'a bien fait comprendre que je m'éloignais de mon idéal. Nul personnes ne devraient pouvoir influer sur moi comme il a pu le faire et je regrette amèrement cet égarement aussi bref fut-il.

De mon Bokken, je martèle de coup rapide et précis le mannequin en face de moi, cherchant à faire dans la finesse et non pas agir comme une brute en mettant trop de force, au risque de voir le sabre en bois éclater sous la répétition des chocs où suite à un choc trop violent, comme j'ai déjà eu le loisir de voir à l'académie du rempart par des autres élèves.

"Mikazuki-sama, le kumojin qui a contacté Nagamasa-dono s'approche du domaine." M'informa alors l'un des servants de la demeure. Épongeant alors du revers de la main mon front, tout en me tournant vers lui. "Bien, dites aux autres que je m'occupe de l'accueillir." Soufflais-je doucement en déposant mon Bokken à son emplacement pour quitter le tatami.

J'aurais escompté que vous n'arriviez pas en plein milieu de mon entrainement, mais rien ne se passe jamais comme je le désire. C'est donc en réajustant mon kimono d'entraînement que je me dirige vers les portes du domaine, où déjà, vous vous tenez en demandant s'il y a quelqu'un.

Avant même de vous ouvrir, je prends la peine de refaire ma queue de cheval, afin d'éviter d'avoir réellement l'air d'avoir eu mon entraînement interrompu. Je ne voudrais pas que vous soyez malaisé à cause de ça, et ce même si quelque trace de sueur reste présente. Ne pourrions-nous pas simplement accusé la température bien trop chaude en cette saison estivale de cela ?

En silence, la porte s'ouvre alors devant vous, me laissant apparaître à vos yeux d'étranger. "Bonjour Meikyû-sama. Nous vous attendions." Soufflais-je doucement en inclinant légèrement la tête. "Je me nomme Nagamasa Mikazuki, je suis la jeune soeur du Sandaime qui s'excuse d'ailleurs, de ne point pouvoir vous accueillir lui-même." Politesse, bien trop de formalité alors que je doute réellement que mon aîné aurait eu le temps de vous accueillir, après tout, vous venez simplement en visite et vous n'êtes pas, il me semble, l'une des grandes pompes de Kumo, alors avec ses nouvelles responsabilités, même s'il aurait été présent dans le village, je doute qu'il aurait prit la peine de vous accueillir autrement que de façon vite fait.

M'écartant doucement, je vous invite à entré.

Au moins, je dois reconnaître à Yoshitsune-san, qu'il a quand même prit le temps de prévenir de l'arriver de celui-ci pour ne pas que nous soyons prit au dépourvu. Un échange temporaire, bien qu'en contre partit, il ne me semble pas qu'un iwajin soit partit au pays de la foudre, mais peut-être que je ne sais pas tout du haut de mon simple rang de chûnin et non, être la soeur du Tsuchikage n'aide aucunement à avoir plus d'informations. "Je vous en prie, entrée, la route depuis votre village à dû être longue."


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Dim 5 Aoû 2018 - 16:09


Alors que Raizen attendait depuis un bon moment, c’est une femme à la chevelure aussi pâle que la neige qui lui ouvrit la porte vers les prochaines semaines. L’accueillant au sein du dojo, son premier réflexe fut de la fixer dans les yeux avant de remarquer la présence de quelques traces de sueurs sur son front. Étirant un léger sourire, il pensa qu’elle venait de sortir de la douche, mais son accoutrement n’était pas une robe de chambre banale. Au contraire, elle semblait être en tenue d’entrainement ce dont il ne pouvait être certain. Or, s’il y avait bien des éléments dont il pouvait être certain, c’était les suivants :

-Je suis ravi de faire votre connaissance Mikazuki-san...

Dès lors il s’arrêta un moment, arborant un rictus qui se faisait de plus en plus insistant alors qu’il entrait calmement au sein de la résidence qui comptait l’accueillir pendant les prochaines semaines voire plus.

-C’est un honneur pour moi d’être accueilli dans le dôme Nagamasa, je dois l’admettre. Sinon, la route n’a pas été longue, mais je suppose que c’est aussi parce que j’aime voyager.

Observant les alentours alors qu’il réalisait l’amplitude du lieu dans lequel il était, le jeune Meikyû avait toutefois quelques éléments qu’il voulait rectifier maintenant avant qu’il n’oublie. Il ne savait pas si ça allait lui donner une mauvaise première impression de lui, mais il préférait rester vrai à sa personne.

-Est-ce que le Sandaime est vraiment du genre à vouloir connaître tous les membres de la population ? Entre vous et moi, je doute que le Sandaime aurait réellement pris le temps de venir me saluer. Il doit avoir des chats beaucoup plus importants à fouetter, je suppose.

Enlevant son sac à dos qui trainait sur son épaule, il changea sa prise alors qu’il s’attendait à ce qu’elle lui fasse visiter. Certes, Raizen n’était pas passé par 4 chemins, mais il préférait mettre à l’écart les règles de politesse dès le début. S’il devait se faire un allié au sein de la maison Nagamasa, il commencerait avec la personne l’ayant accueilli. La considérant indirectement comme une référence en cas de besoin, il avait aussi la chance tout comme la malchance qu’elle soit la sœur du Sandaime. Même si la règle générale disait qu’il devrait faire redoubler d’attention par rapport à sa manière de correspondre avec celle-ci, il préférait simplement se laisser guider par sa personnalité. Après tout, il ne servait à rien de tout calculer sachant qu’il ne savait pas comment fonctionnaient les Iwajins. Tout était une question de tests...

-Mais bon, vous pouvez m’appeler Raizen si ça ne vous dérange pas...

À Kaze, Meikyû-Sama aurait eu pour effet de se faire retourner tout le monde. Une partie se serait retournée puisqu’ils font partie du clan tandis que l’autre aurait simplement été curieuse de voir les membres de ce clan prestigieux et important de Kaze.

-...Mikazuki-san. D’ailleurs, je suppose que vous comptiez me faire visiter ou est-ce que je devrais commencer par changer mon accoutrement ?

Répétant cette appellation qui était tout à fait contraire à ce qu’elle venait de lui dire, il espérait qu’elle ne soit pas offusquée par ses manières. Après tout, il ne savait pas encore à quel point les Nagamasa étaient à cheval sur les règlements. S’il s’était fait gronder par le passé pour n’avoir pas cogné à la porte du chef de la police, peut-être serait-il en mesure d’étirer certaines rougeurs d’incompréhension chez cette femme aux traits délicats. Portant une attention particulière à celle-ci, il était soudainement en quête d’expressions annonciatrices de son caractère afin de se faire une idée du personnage. Certaines choses ne changeaient jamais et son désir de comprendre les gens ne faisait que se renforcer de jour en jour. Il parlait beaucoup, certes, mais ce n'était pour lui qu'une manière de distinguer plusieurs réactions chez les gens qu'ils ne connaissaient pas.


_________________
La tradition non conventionnelle [Mika] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 7 Aoû 2018 - 18:25
La tradition non conventionnelle
Mikazuki-san... Je ne peux m'empêcher de tiquer un peu et également de froncer les sourcils alors que vous vous permettez dors et déjà cette familiarité avec moi. Nous n'avons pas élevé les cochons ensemble, alors je ne vois pas d'où vous vous permettez dés notre première rencontre que de m'appeler par mon prénom, bien que vous usiez quand même d'une marque de respect, il n'en est pas moins que nous ne somme pas assez proche ou simplement intime pour que vous vous permettiez cela. Néanmoins, désireuse de faire bonne figure, je ne me permets pas de faire une remarque pour l'instant. Après tout, j'ai eu le loisir de constater avec Sendai Ryo que reprocher cela sans tact et trop rapidement peut mener au conflit. Alors, je me permets d'attendre un peu, attendant de cerner un peu votre personnalité et surtout votre tempérament pour trouver la façon la plus idéale qui soit, pour me permettre de vous faire cette remarque.

Ecoutant dés lors vos nouvelles paroles, j'esquisse alors un faible sourire avant de prendre la parole doucement. "Je suis ravie d'apprendre que celui-ci s'est passé s'en encombre." Après tout, il est facile de tomber sur des brigands qui tentent de nous dépouiller et de nous faire la misère pour un oui ou un non qu'ils n'auraient guère appréciés.

"Mon frère dés sa nomination à prit le temps de rencontrer tout les ninja de la roche, alors je pense pouvoir répondre que oui, il s'intéresse réellement à tout un chacun dans notre village et s'il n'était pas en déplacement actuellement, il serait venu de lui-même." Lançais-je alors faisant preuve de conviction à votre égard en tenant ses propos alors que je n'en étais nullement certaine, mais en même temps, celui-ci ayant avoir l'attention de tous, il n'aurait pas été surprenant qu'il le fasse pour se faire un allier en plus. Et vu sa position actuel un allier est toujours le bienvenu je pense.

Vous observant jouer avec votre sac que je suppose être lourd, je m'apprête à vous inviter à me suivre pour vous conduire jusqu'à l'une des chambres disponibles pour vous débarrasser de ce qui vous encombre avant de faire le tour du propriétaire comme il convient. Néanmoins, je me stoppe en entendant votre demande. Relevant dés lors mon regard vers vous pour croiser le votre et le soutenir. "Je ne me permettrais pas cette familiarité avant d'apprendre à vous connaître. Je suis navrée, mais pour l'heure, vous resterez Meikyu-san pour moi." Est-ce là, ma façon de vous faire comprendre que je n'apprécie pas forcément que vous m'appeliez déjà par mon prénom, oui, mais de façon bien plus douce que lors de ma discussion avec le Sendai, mais dans tout les cas, ça casse ou ça passe. Vous pourriez vous sentir insulter par exemple par ma phrase. Néanmoins, j'ai tenté de prendre des gants pour y aller en douceur cette fois-ci.

Une nouvelle question fusent de vos lèvres. "Je comptais vous montrez votre chambre afin que vous puissiez déposer votre sac qui semble vous encombrez. Je peux vous faire visiter ensuite, à moins que vous soyez désireux de vous relaxer en premier lieu dans un bain et en reprenant un peu de force autour d'un repas, car même si la route à été facile, elle n'en reste pas moins longue entre nos deux villages." Attentionnée, prompt à être la bonne petite femme au foyer, un bon accueil voilà ce que je tente réellement de faire à cet instant, et j'avoue ne pas savoir si je me débrouille réellement bien ou non à cela... Peut-être que si j'avais eu le modèle d'une mère, je ne douterais pas à cet instant, mais hélas, ça n'a pas été le cas.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mer 8 Aoû 2018 - 3:12


À première vue, Raizen s’attendait plus ou moins à une réaction ou à un quelconque signe trahissant une surprise liée à la manière dont il s’était adressé à elle. Or, elle vint surprendre ses premières prémisses, préférant aborder un sujet beaucoup plus calme pour lentement en venir au sujet de la familiarité. Longeant le début de la conversation en réitérant son lien de sang avec le chef du village, celle-ci prenait le temps de lui fournir des informations clés. Le fait de prendre le temps de rencontrer chaque citoyen un à un était un fardeau assez important pour n’importe quel type de personne. Grand comme petit, ce geste témoignait d’une certaine proximité avec la population. Certainement digne d’un geste politique, il était trop tôt pour qu’il puisse le juger sachant qu’il y avait plus pertinent sur le feu. Après une entrée en matière en douceur, elle piqua suffisamment son attention pour lui faire un reproche indirect sur sa manière de l’adresser. Aussi polie fût-elle, ses paroles n’en restaient pas moins sérieuses, chose qu’elle soulevait de ses iris pâles. Puis, se trahissant indirectement, elle s’excusa de ne pas partager les mêmes principes que lui en compagnie d’étrangers. Était-ce un signe de politesse trop raffinée ou parce qu’elle avait filtré le fond de sa pensée ? À l’heure actuelle, il ne saurait dire. Pourtant, un léger rictus s’était affiché lors de cette courte collision entre leurs regards, comme quoi il acquiesçait son tort.

Aux yeux d’autrui, son attitude première paraissait comme une erreur. Cependant, pour le Meikyû, il n’y avait pour erreur que le manque de tentative. Provoquant moins de regret que l’inaction, il savait pertinemment qu’il valait mieux apprendre d’une erreur que de se contenter d’une inaction. Après tout, peut-être aurait-il libéré du fardeau de conserver de bonnes apparences si elle y était forcée par pur principe. Bien que ce n’était pas le cas, il devait avouer que c’était tout de même mieux que sa rencontre avec le fameux garde aux traits de fers. Ses traits étaient beaucoup plus délicats et appréciables à regarder aussi.

-Vous avez raison concernant la route. Je dois admettre qu’elle a été si longue que j’en ai oublié peut-être oublié certaines normes surtout que j'ai l'impression que les appellations du genre sont importantes à Iwa.

Faisant indirectement référence à son manque de convention, il ne s’excusait pas. Se contentant de suivre le pas en ayant un léger sourire en coin, il laissait planer un mystère quant à son comportement précédent. Répondre qu’il était complètement désolé serait nier le fait qu’à la base, il était contre ce genre de barrières. Cela ne voulait toutefois pas dire qu’il ne les respectait pas. Au contraire, elles existaient pourdes raisons précises comme le fait que certains préféraient s’y cacher.

-Mais bon, je tâcherais de vous retourner la pareille, Nagamasa-san. En attendant, lorsque vous serez à l'aise, n'hésitez aucunement à faire référence à mon vrai nom.

La simple idée de nommer quelqu’un par un nom aussi impersonnel était aussi triste que de se faire appeler de la sorte. Malgré tout, l’image de tous ses cousins se retournant en entendant leur nom de clan avec un point d’interrogation sur la tête était tout de même comique.

-Je suppose que ce serait plus intéressant de me faire visiter et d’ensuite aller me reposer. Sinon, je risque de m’endormir avant même d’avoir visité et ce serait dommage de manquer cette opportunité.

Lui souriant, il préférait laisser la détente pour la fin. Au risque d’être trop confortable dans l’eau pour vouloir faire quoi que ce soit, il était mieux de s’occuper de l’introduction au début. Comme on dit, le meilleur pour la fin.

-Par contre, je serais curieux de savoir comment vous faites lorsqu’il y a plusieurs Nagamasa et que quelqu’un ne veut parler qu’à une seule personne parmi vous.

Étant curieux, il tentait de masquer un sourire qui attendait avec impatience la réponse à cette question relativement impertinente. Or, dans l'impertinence se cachait parfois plus.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Dim 12 Aoû 2018 - 21:54
La tradition non conventionnelle
Surprise, voilà comment je suis par vos propos. Bien souvent, j'ai eu le loisir de me faire remarquer par ma politesse bien trop présente et trop grande. A tel point que j'ai parfois l'impression de vivre dans un monde à part des autres, car ne suis-je pas l'une des rares à ne pas appeler par le prénom directement une autre personne ? Peut-être que je devrais apprendre à ne plus être aussi stricte à ce sujet alors que tout le monde semble si peu enclin à de tel politesse d'usage ? "D'autres Iwajins vous ont fait des remarques ?" Ne puis-je alors m'empêcher de vous questionner, curieuse de savoir qui pourrait, tout comme moi, avoir une aussi haute opinion des politesses et surtout les utiliser encore ? Néanmoins je ne peux qu'être satisfaite de votre réaction face à mes propos alors que vous remettez d'emblée de la distance entre nous en m'appelant par mon nom de famille, une chose que j'affectionne déjà un peu plus. Le respect et la proximité sont deux choses qui se méritent et surtout prennent du temps. Appeler une personne directement par son prénom est, je trouve un manque de respect total. Enfin, je ne vais point m'énerver pour cela encore une fois, étant donné que malheureusement pour moi, vous n'êtes point le seul à manque de savoir vivre. Bien que les Iwajins faisant cela, je ne les héberges pas, chose qui n'est pas votre cas à vous, un étranger du pays. "Je vous en serais gré. Néanmoins, je ne vous promets point de vous appelez un jour par votre prénom, à moins que votre séjour ne dur dans le temps, je doute réellement que ce jour arrive." Aveu comme quoi, il est difficile d'avoir ma confiance ou plutôt que je ne laisse pas les gens m'approcher trop facilement... Après tout, qui ici, à Iwa peut se targuer d'être proche de moi hormis les membres de ma famille ? Que trop peu de gens et ce malgré le nombre qui se permettent de m'appeler par mon prénom...

Vous proposant alors plusieurs possibilités quand à l'heure à venir, je ne peux réprimer un petit sourire quand à vos propos. "Si vous venez à vous endormir à cause du bain ou du repas, la visite ne serait que remise à plus tard. Le sommeil est une chose que nous ne devons pas négligée. Après tout, si je vous montrer la demeure et qu'à cause de la fatigue, vous ne retenez que la moitié, cela serait tout aussi ennuyant." Vous informais-je, sans pour autant tenter de dire que vous êtes stupide au point de ne pas pouvoir retenir les différents chemins, mais la fatigue, quand on l'a subit, surtout après un tel voyage, peu nous rentre plus faible et altérer notre mémoire... Chose que j'espère ne pas être votre cas bien entendu. "Néanmoins, j'accepte votre choix quel qu’il soit au final." Je vous observe donc, attendant de savoir si mon argument à favoriser votre changement d'avis ou si vous restez dans l'idée de visiter maintenant et vous reposez ensuite. D'une certaine façon, à visiter en premier, on pourra faire une halte dans les cuisines afin d'informer les cuisiniers de votre présence et de vos désirs pour le repas de ce soir, qui dés lors, sera préparé pendant le reste de la visite et votre passage à la salle d'eau.

J'incline la tête ensuite à votre question incrédule par celle-ci. "Simplement par la façon dont on prononce le nom et le respect que l'on y marque. Mon frère a droit au -dono alors que moi, juste le -san ou encore quelque fois le -sama et puis, on n'interpelle pas mon aîné comme on m'interpelle moi ou l'un de mes cousins. Mon frère vous marquerez le respect dû à son rang de chef de clan et de Tsuchikage, mon cousin Jotaro, il n'y aura aucune marque de respect, limite si vous le sifflez, il sera ravi, enfin, si vous êtes une femme, et dans mon cas, il y aura une marque de respect minime mais toujours présente, une certaine réserve étant donné qu'on me reproche trop souvent d'être protocolaire." Peut-être suis-je un peu trop vache envers mon cousin, mais je ne peux m'empêcher de soupirer face à tout l'irrespect dont il fait preuve, dés lors, n'est-il pas normal que je puisse le rabaisser de la sorte en parole ?

Posant alors à nouveau mes iris dans les vôtres, je me permets alors à mon tour de vous poser une question. "A Kumo, quels sont les usages protocolaires car à votre question, je me doute bien que l'usage du nom de famille ne doit être que peut fait ?"



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Dim 12 Aoû 2018 - 23:33

La difficulté à cerner quelqu’un n’était pas quelque chose de commun pour le Meikyû. Il arrivait généralement à se faire une bonne idée des gens. Malgré tout, celle-ci ne lui laissait aucune ouverture ou faille sur lesquelles il pouvait être porté à conclure certaines facettes de sa personne. Cependant, il commençait à en apprendre davantage sur le personnage. Caprice ou simple désir de réussite, il n’aimait pas forcément le fait que ses moindres conclusions venaient de ce qu’elle osait lui donner et non du contraire. Si on veut, Raizen préférait les défis bidirectionnels, chose qui semblait indirectement devenir à l’ordre du jour.

Étirant un sourire lorsqu’elle fit mention qu’elle n’aurait possiblement pas l’opportunité de l’appeler par son prénom un jour ou l’autre, il devait avouer l’avoir sous-estimé. Sa capacité à se fermer et à éloigner les gens était impressionnante. Étant initiatrice d’une bulle, Nagamasa Mikazuki semblait mettre beaucoup d’énergie à garder cette partie, mais aussi à éloigner les gens de celle-ci. Avait-elle quelque chose à cacher ou détestait-elle les individus de manière générale ? Peut-être était-elle comme le garde qui l’avait accueilli, un homme ne semblait pas apprécier la présence d’individus ?

Au final, Raizen avait plus de questions que de réponses et cela lui plaisait. N’aimant pas les situations faciles, sa curiosité aurait de quoi travailler au cours de son séjour à Iwa. Si tout n’était pas clair comme de l’eau de roche, ce n’était pas pour autant que ses mystères étaient aussi solides que la roche.

Puis, alors qu’il s’apprêtait à se positionner sur le plan de la journée, quelque chose provoqua un léger fou rire. Alors qu’elle expliquait l’importance des appellations, une teinte de couleur dérivant de la dualité entre le blanc et le noir émergea de leur discussion. C’était le premier signe de couleur qu’il voyait en elle.

-Quelque chose me dit que vous ne portez pas vraiment votre cousin Jotaro dans votre cœur.

Affichant un léger sourire qui énonçait qu’il était content d’avoir possiblement mis la main sur le premier signe de couleur, il adoucit toutefois la situation afin d’éviter qu’elle se referme sur elle-même.

-Les Meikyûs forment un grand clan, donc je comprends tout à fait ce que c’est de ne pas forcément être en accord avec tout ce qu’ils représentent. Après tout, on ne peut pas avoir de la place pour tout le monde dans nos émotions positives.

Décidant de partir sous un vent nouveau, l’impression qu’une brise caressait sa chevelure était devenue réalité alors que le courant d’air froid du début s’était calmé. Soufflant d’un vent nouveau, il commençait lentement à trouver de quoi s’accrocher.

-À Kumo, c’est différent je dirais. Les gens sont très souvent familiers et ne se préoccupent pas vraiment des appellations. Les gens ne semblent pas forcément apprécier être appelé par leur nom de famille tout simplement, car ça créer une trop grande distance et qu’il y a un manque de personnalisation à leur goût.

À travers son parcours à Kumo, rares avaient été ceux ayant imposé des règles aussi strictes que Mikazuki Nagamasa. Malgré tout, il la comprenait puisqu’à Kaze, la situation était relativement similaire.

-Si on veut, les gens préfèrent opter pour le juste milieu en y allant par le prénom combiné d’une marque de respect tout comme je l’ai fait au début.

Se privant d’un rictus explicite, il préféra conserver cette défense de son comportement sans pour autant appuyer dessus. Certaines choses valaient la peine d’être prises en conscience seule.

-Même si le temps est relatif, je tiens à souligner, il n’y a aucun mal à être trop protocolaire tant que cela n’aliène aucunement la personne que vous êtes réellement.

Sur ses paroles, ses yeux croisèrent distraitement les siens de manière à lui laisser réfléchir sur ses paroles lourdes de sens. Passant de mots légers à leurs antipodes, il tentait indirectement de véhiculer ses questions sans pour autant trop les forcer.

-Parfois, vous arrive-t-il d’avoir l’impression de ne pas pouvoir réellement vous exprimer ou faire tout ce dont vous voudriez dû à vos propres normes ?

Mettant l’accent sur la possession de ses normes, le Meikyû tentait de confirmer si elles provenaient d’une source externe comme son clan ou d’elle. En fonction de leur provenance, il serait plus apte à cerner celle qui semblait se révéler comme une personne plus intéressante qu’il ne l’aurait cru au départ. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’il rencontrait quelqu’un se rapprochant de son antipode.

-Sinon, on peut faire un mélange des deux idées et s’installer pour manger tout en discutant... visiter à travers la discussion n’est pas un problème.

Toujours souriant, un mystère était lisible sur ses traits mystérieux, mais entrainant. Pour une raison inconnue, Raizen générait un magnétisme qu’il manifestait dès que l’objet de sa curiosité était piqué, d’où la soudaine proposition.

-Pour mon sac, ce n’est pas un problème.

Utilisant une de ses techniques en fuinjutsu, il dévoila une de ses mains et scella l’objet. De ce fait, il dévoila aussi les quelques tatouages qu’il avait sur sa main...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Lun 13 Aoû 2018 - 21:16
La tradition non conventionnelle
Un fou rire de votre part ? Je me demande bien ce qui peut être l'origine de cette esclaffe soudaine de votre part. Posant mes iris sur vous, mon regard se veut inquisiteur alors que vous continuer de rire pour finalement me donner la réponse à cette question que je n'ai guère prit la peine de formuler. La remarque sur mon cousin ? Je penche un peu la tête. "Il ne s'agit nullement de cela. Je l'apprécie, je vous marquais juste un trait de caractère que vous aurez probablement le loisir de constater durant votre séjour si vous le rencontrez et passez du temps en sa compagnie." Vous informais-je alors placidement, vous marquant bien votre erreur de jugement quand à l'appréciation que j'ai de mon cousin. Laisser entendre une critique sur quelqu'un ne veut aucunement dire que l'on ne l'aime pas et m'estimant tolérante, j'estime pouvoir affirmer ne pas détester ce cousin. Après tout, la seule et unique personne que je déteste, vous ne vous en doutez pas. Il faut dire qu'à vivre à ses côtés en permanence me force à terrer au plus profond de moi mon animosité à son égard et surtout mon désir de vengeance... Surtout maintenant où je suis pieds et poings liés, obligé de lui obéir et de mettre ma lame à son service si je suis désireuse de poursuivre sur la voie pour laquelle je suis initiée depuis mon plus jeune âge.

Je pourrais soupirer. Mais cela serait me trahir, alors je ne le fais point. Changeant plutôt le sujet de notre conversation pour vous questionner sur votre contrée d'origine ou presque, car le nom Meikyû est associé au pays du vent, d'après ce que j'ai apprit à l'académie, mais il est tout à faire possible que vous soyez né là-bas après tout, je suis une Nagamasa né à la roche et non pas au pays du fer... Le nom ne signifie pas forcément notre lieux de naissance.

Écoutant alors d'une oreille attentive vos propos, je suis assez surprise par ce manque de manière dans la contrée de Kumo. Un séjour pour moi serait dés lors pénible là-bas... Je pourrais penser qu'il s'agit de rustre et de sauvage, néanmoins, j'ose espéré quand même une certaine civilité, après tout, vous me montrer bien que les kumojins en sont capable et je me fais une obligation à ne pas juger sans savoir et voir alors je vais éviter tout jugement hâtif comme je m'apprêtais à le faire. On ne gagne jamais rien à juger sans savoir, hormis des soucis et une obligation à se remettre en question ensuite. Alors autant prendre les devants et simplement retenir ce qui est dit et juger plus tard, quand on a un conglomérat plus dense d'information, mais surtout la possibilité de vérifier ou non les dires.

Vous poursuivez alors, pour tenter visiblement de me reprendre sur mes manières et ma discipline. Je vous écoute alors, laissant votre question franchir vos lèvres alors que vous vous montrer d'une certaine façon, un peu trop intrusif et dans le jugement, si je puis me permettre. Je relève alors le regard vers vous, plongeant mon regard dans le vôtre. "Aucunement. Je dis ce que j'ai à dire et je fais ce que j'ai à faire. Tout peut être dit de différentes façon tout comme il existe plusieurs moyen d'arriver à un but. Peut-être que pour vous, ma façon d'agir ne doit pas être facile, mais pour moi, elle est naturelle." Argumentais-je doucement en soutenant votre regard longuement, essayant de vous faire comprendre que ce n'est pas parce qu'on est poli, courtois ou bien à cheval sur les règles et autres politesses qu'ils nous est impossible de remettre une personne à sa place ou encore de faire preuve de mauvais caractère où autres. Néanmoins, je pense pouvoir comprendre ce que vous voulez dire, après tout, parfois, je me dois de réfléchir pour savoir comment formuler correctement quelque chose, un peu comme tout à l'heure quand à l'usage de mon prénom par vos soins alors que l'on ne se voit que pour la première fois.

"Peut-être faut-il laissé le temps de faire l'office aussi. Sinon, je vous risquez de vous retrouver juste devant une corbeille de fruit. Si vous êtes désireux d'un plat chaud, on peut passer en cuisine, communiquer vos envies et visiter sur le temps de la préparation. Qu'en pensez-vous ? Je pourrais bien entendu vous tenir compagnie pendant votre repas pour vous parler des lieux incontournable d'Iwa par exemple." Une autre proposition, un jour, on arriverait à trouver quoi faire et on arrêterait de parler au lieu d'agir parce que si j'avais déjà commencé la visite là, on en serait déjà probablement pas loin de la moitié voir de la fin ?

Arquant ensuite un sourcil face à votre technique de fuinjutsu, je ne comprends pas pourquoi vous n'avez pas voyager avec votre sac scellé au lieu de le porter, cela aurait été bien plus simple pour vous et surtout, aurait diminuer le risque d'attirer des brigands. "J'avoue avoir beaucoup entendu parlé des Meikyû et de leurs liens avec le fuinjutsu, mais jusqu'alors, je n'avais pas réellement eu le loisir de converser avec un membre de ce prestigieux clan. J'avoue que je serais ravie de voir vos capacités à l'oeuvre, si bien entendu, cela ne vous dérange point. Ma demande tombe un peu comme un cheveux sur la soupe, mais vous venez d’attiser ma curiosité avec vos fuinjutsus." En effet, pour moi, il ne s'agissait que de marque de sceau sur votre main et non pas tout simplement de tatouage, à vous de me corriger, si l'envie vous en prend bien entendu.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 4:02


Alors que Raizen retenait intérieurement un rire à l’idée de devoir rencontrer toute la famille, une violente brise froide envahit la conversation. Toujours plus tranchante et dérangeante, celle-ci traversait tous ses membres tandis que ses oreilles se saisissaient des moindres mots qu’elle pouvait prononcer. Capturant ainsi les variantes de dureté, il tentait de déchiffrer le poids qu’elle pouvait mettre sur certains mots et certaines expressions. Se faisant ainsi bercer par cet hymne glacial, son visage figé sur le moment se libéra tranquillement de la basse température qui lui était imposée afin de se transformer en rictus. Figés dans le temps, ses iris se contentaient de poser un regard intéressé vers cette femme qui n’avait vraiment aucune gêne. Lui faisant penser à sa propre personne, elle était totalement l’antipode de plusieurs principes qu’il avait. Représentant la collision entre la totalité de sa personne et son opposé, elle n’hésitait aucunement à le remettre à sa place sans pour autant en briser la distance. Au contraire, elle parvenait à garder cette distance avec beaucoup trop d’aise pour ne pas être habituée.

Était-elle réellement ainsi ou s’était-elle entrainée à être ainsi ? De nouveau, il était assailli de questions qui ne visaient aucunement la contrée de Iwa. Pourtant, il avait l’impression que les deux n’étaient pas forcément déconnectés l’un de l’autre. Y avait-il des réponses dans son passé ? Qui sait. Le Meikyû était tout de même curieux d’en découvrir davantage d’autant plus qu’il avait finalement trouvé non pas un, mais deux points sur lesquels il pouvait apprendre à la connaître. Le premier était son intérêt pour le fuinjutsu, fait qu’elle venait explicitement d’exprimer. Pourtant, aussi latent soit-il, le temps semblait faire partie intégrante de ses paroles. Semblant vivre dans le futur plutôt que dans le présent, peut-être se projetait-elle trop souvent. Du moins, c’était possiblement un premier reproche qu’il comptait lui faire lorsqu’en viendrait le temps. Pour le moment, le kumojin se contentait de faire ce qu’il faisait de mieux, sourire, réfléchir et découvrir.

-J’admets qu’apprendre que je vais rencontrer tous les Nagamasa aussi tôt est aussi flatteur que le compliment que vous venez tout juste de faire.

Souriant, il avait presque envie de murmurer une blague sourde. Malgré tout, il se retint de faire cela. Au contraire, il n’hésita aucunement de faire cette blague à haute voix... sans aucune gêne.

-Il y a de cela quelques décennies, je suppose que nos deux clans prestigieux auraient probablement forcé un mariage.

N’ayant pas du tout été discret, il s’était contenté d’énoncer le tout en sachant pertinemment que sa blague risquait de ne pas faire l’unanimité. Pourtant, lui accordant un bref regard, il s’était contenté de faire comme s’il venait de dire une phrase banale, préférant ne pas accorder d’importance à ce qui n’en valait pas la peine.

-Mais comme tout clan, le prestige vient avec un prix, celui du secret.

Soudainement, son sourire s’accentuait de plus en plus tandis qu’il en arrivait lentement là où il voulait vraiment en venir.

-Dans le fuinjutsu, il y a deux types d’utilisateurs, ceux qui libèrent et ceux qui scellent. Si l’on veut, il y avait plus de gens ouvert aux scellements ce qui a préservé le secret, mais aussi créé un prestige...

Inspiré par la manière originale dont il expliquait indirectement l’histoire de son clan, il changea la tournure.

-Mais bon, si vous êtes curieuse d’en apprendre davantage, il me ferait plaisir de vous parler en de plus amples détails et même vous montrer quelques trucs que nous savons faire. Ce serait aussi intéressant pour moi de découvrir les Nagamasa si ça m'aidera à mieux vous comprendre.

Freinant soudainement sa phrase après avoir suscité un intérêt possible chez celle-ci, il provoqua une rupture dans son discours.

-Par contre, j’ai une condition.

Laissant le mystère planer alors que son doigt s’était élevé pour former le chiffre unique, il précisa sa condition :

-Ma seule condition est que vous réfléchissiez à cette question : Si vous maitrisiez le fuinjutsu, seriez-vous du genre à vouloir sceller ou libérer et pourquoi ?

Utilisant cette demande comme une manière aisée pour lui de dépeindre sa personnalité, il se demandait comment elle interprèterait cette question. Il y avait une infinité de réponses possibles et il était toujours dans son intérêt de découvrir différentes manières de voir les choses.

-En attendant, je pense qu’une solution intéressante serait de visiter et de vous faire confiance en essayant votre plat préféré.

Optant pour un changement de température, il tentait de voir de quelle manière elle allait aborder cette brise qui était beaucoup plus brusque, mais moins froide. N’étant ni chaud, ni froid, ce vent nouveau n’attendait que d’être coloré par une réaction quelconque pour influencer le reste de la situation.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 11:44
La tradition non conventionnelle
Je suis surprise par votre présemption à cet instant précis. Fronçant un peu les sourcils à votre compréhension erronés de mes mots. "Je n'ai nullement dit que vous les rencontriez de si tôt, mais à séjourner dans le domaine, il est en effet, fort probable que vous les croisiez au détour d'un couloir." Précisais-je, parce que je n'allais pas m'amuser à faire une sorte de réunion de famille afin que vous puissiez les rencontrer tous. Cela serait pure folie et surtout, une belle perte de temps, car personne n'aurait rien à gagner de cela, ni eux, ni vous, ni moi. Moi, cela me ferait plutôt me prendre des reproches, car n'étant pas chef du clan, je n'ai aucune autorisation à quémander pour la forme une réunion telle que sous-entendu.

Néanmoins, j'avoue qu'une nouvelle fois, vous me surprenez par vos mots, une petite boutade qui pourtant, ne pourrait ne plus en être une dans certaine condition. J'esquisse un léger sourire, en plongeant mon regard dans le vôtre. "Sachant que mon aîné à marié son fils de la sorte, ne venez pas lui proposer une telle idée, sinon, vous risquez de vous retrouver marié plus vite que vous ne l'auriez escompté." Une petite mise en garde pour votre personne, afin que vous ne teniez pas de propos comme ceux-ci devant mon frère, le chef du clan et faisant autorité sur moi, à défaut de mon paternel mort par sa faute. "Mais peut-être que cela vous plairait ?" Ne puis-je m'empêcher de vous questionner, pur provocation pour avoir eu une telle pensée. Est-ce là, l'aveu d'un intérêt pour ma personne ou bien, êtes-vous vieux jeu et avez-vous en permanence des pensées archaïques ? Dans un cas comme d'un l'autre, vous n'en resteriez pas moins un curieux personnage.

Et tandis que j'ai eu la brillance idée de vous faire une remarque sur le fuinjutsu, vous me parlez maintenant, comme à une ignare dans ce domaine. Il est vrai que contrairement à nous je resterais toujours une novice si bien entendu, je voulais développer cette capacité, néanmoins, je préfère me concentrer sur d'autres, qui me sont bien plus utiles. Vous écoutant donc, j'arque un sourcils suspicieuse alors que vous lever le doigts et me formuler votre question.

Détournant alors la tête et me mettant ensuite en marche pour gagner les cuisines alors que vous venez de faire votre choix, je pourrais rester silencieuse, ou bien vous dire le menu qui vous attendra, mais je ne fais ni l'un ni l'autre. "Comme je vous l'ai dit, j'ai étudié à l'académie. Je connais la théorie sur le fuinjutsu, alors il n'est nullement nécessaire de me faire un topos sur le scellement et la libération. Je suis plutôt intéressée par vos sceaux spécifiques, car il s'agit là de votre spécialité, vous devez donc avoir des sceaux bien à vous, comme nous, samouraï avons nos propres techniques de maniement des armes. Je doute que vous ayez un véritable intérêt à ce que je vous montre une coupe transversale que tout un chacun peu faire par exemple." Tournant alors légèrement la tête pour vous regarder en coin, je pénètre ensuite dans la cuisine où les employés de maisons vaques à leurs occupations.

"Pouvez-vous préparez pour dans une quinzaine de minutes deux soupes Miso, des Takoyaki avec de l'Udon et des Dorayaki s'il vous plait." Un ordre pourtant marqué de politesse et cassant un peu avec la dureté dont devrait normalement faire preuve un habitant de maison face à l'un des serviteurs à son service. Quittant alors la pièce où au final, je n'avais fait que pointé le bout de mon nez, je me tourne vers vous, ignorant si vous avez oui ou non entendu la commande que je venais de passer en cuisine.

"Je doute avoir besoin de vous le dire, mais il s'agit là de la cuisine..." Lançais-je pour commencer la visite...




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 14:06

Raizen avait le mérite d’avoir pu changer la voie de la conversation. Tandis que sa première intervention se fit presque aussi froidement que les précédentes, une chaleur semblait s’emparer de l’instant suivant pour venir perturber la constante présente. Représentant implicement la collision entre deux opposés, celle-ci vint ajouter une remarque légèrement taquine qui attira l’attention du Meikyû. Ne pouvant s’empêcher d’étirer un sourire à cette idée, il comptait la relancer sur son sujet lorsqu’elle le devança. Ne le surprenant pas une, mais bien consécutivement, le mince rictus qui se lisait sur son visage s’accentua doucement tandis qu’elle passait au front.

De manière générale, il y avait divers types de personnes et Mikazuki faisait partie de celle dont il avait du mal à classer. La considérant comme quelqu’un de replier sur elle-même aux premiers abords, peut-être était-elle plus repliée sur ses normes que sa propre personne. Après tout, ses principes criaient une chose tandis que ses actes pouvaient porter à confusion. C’était un signe qu’il y avait bel et bien quelque chose d’intéressant à découvrir sous ce masque Nagamasa, celui lié à son éducation, mais aussi aux normes qu’elle s’était imposées.

-Qui sait vraiment ? Quelqu’un m’a un jour dit qu’il faut peut-être laisser le temps faire l’office aussi...

Se contentant de sourire suite à cette marque, ses iris s’étaient pourtant plongés dans les siens, l’espace d’un court instant. Ignorant totalement l’épisode sur le fuinjutsu pour le moment, il préférait laisser parler son regard plutôt que ses lèvres. Après tout, elle avait piqué son attention et sa curiosité. Bien que sa curiosité n’était pas facile à susciter, son attention elle, l’était. Ainsi, la moindre des choses était de lui montrer qu’elle s’était mérité une attention quelque peu particulière du nouvel arrivant. Or, malgré son impatience à satisfaire sa curiosité, il ne comptait pas pour autant se jeter dans la gueule du loup sans avoir pris le temps d’apprécier de ce mystère.

-L’engagement n’est que la finalité d’un magnétisme déjà présent, ni plus ni moins. Donc, les mariages forcés ne font pas partie de mes intérêts comme vous avez probablement remarqué ma distance avec ce genre de tradition forcé, mais en soi, la finalité dans les bonnes circonstances n’est pas une mauvaise chose.

Préférant souligner ce point, il se demandait indirectement ce qu’elle pensait des mariages arrangés. Elle qui était versée et noyée dans les normes depuis un bon moment, lui arrivait-elle de dévier du cadre ?

-Sinon, pour le fuinjutsu, je pense m’être mal exprimé. Je ne doutais aucunement de vos compétences dans la base de celle-ci.

Cette erreur venait fort possiblement du fait qu’il était indirectement devenu le référent en terme de Fuinjutsu dans son village. Étant forcé d’enseigner les bases à bien des gens, son approche pédagogique avait possiblement été de trop.

-En réalité, je cherchais plutôt à savoir comment de votre côté vous utilisez ou utiliseriez le fuinjutsu même s’il est fait pour des cas uniques.

Tournant sa question de manière différente, elle avait bel et bien esquivé à merveille sa tentative de la cerner. Or, tout ce jeu de découverte qui se faisait malgré elle ne faisait que devenir plus intéressant. L’avait-elle remarqué ? Qui sait. Après tout, le Kumojin n’avait rien à cacher ; ni sa curiosité, ni ses principes.

-Ensuite, la finalité est pertinente, mais c’est plus le mécanisme qui est intéressant, ça aide à comprendre et expliquer les résultats si on veut.

Justifiant son désir d’en apprendre davantage sur la manière possible dont elle utilisait ou comptait utiliser le fuinjutsu, il observa la cuisine d’un œil discret avant de faire un léger hochement de tête en guise de preuve concrète qu’il avait pris le temps d’observer le lieu.

Puis, laissant un léger silence planer, il coupa complètement le fil de la conversation avant de revenir à la charge avec une taquinerie. Se demandant comment elle allait réagir, il ne pouvait s’empêcher d’élargir un nouveau sourire.

-C’est comme le mariage. Au final, être marié peut-être une bonne chose, mais la manière dont l’union se fait et ce qui est construit avant est plus important à mon avis... à moins que vous soyez totalement en faveur des mariages arrangés...

De manière in extremis, son cerveau avait pensé à une manière de connecter sa taquinerie à ce qu’il tentait d’exprimer. L’ivresse qui se traduisait à travers ses pensées les unes plus intéressantes que les autres était un bon signe pour la suite des choses...


_________________
La tradition non conventionnelle [Mika] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 14 Aoû 2018 - 20:47
La tradition non conventionnelle
"Le temps n'ai qu'une notion quand on sait que l'on juge facilement les gens aux premiers regards. Vous pouvez aisément me dire non, je ne m'offusquerais pas pour autant vous savez." Je ne cherche nulle flatterie, juste à pousser le petit jeu que vous avez initié à son maximum pour le retourner contre vous, au risque de me retrouver éclaboussée par la même occasion. Mais ne dit-on pas qu'il faut parfois savoir prendre des risques ? Nous sommes un peu dans ce genre de situation, où osé est quelque chose qu'il faut faire pour ne pas simplement resté dans une conversation monotone et qui pourrait dés lors vous sembler ennuyeuse. Il m'a été demandé de vous faire bon accueil, alors je doute que l'on apprécie savoir que je vous ai rendu la visite pénible à cause de mes manières et mon attitude peu engageante à la conversation... Car oui, je sais que par exemple, la fiancée de mon aînée aurait été bien plus apte que moi à remplir cette tâche et l'aurait rendu plus agréable. Je n'ai jamais prétendu être une bonne maîtresse de maison, même si je tends quand même à l'être un minimum et que dés lors, je tente de faire fis des maladresses que je pourrais faire avec vous afin de ne vous froisser. Fort heureusement pour moi, vous semblez être le genre d'homme à ne pas prendre la mouche pour trop peu. Si vous étiez un homme comme Sendai Ryo, il est fort possible que vous auriez déjà claqué la porte pour trouver un autre endroit où séjourner. Je vous remercie donc sans le dire d'être un homme ouvert d'esprit et tolérant avec moi.

"Il est souvent arrivé que le mariage forcé conduise au final à une véritable famille, bien plus solide que ceux ayant vécu l'attirance comme vous dites. L'obligation est parfois bien plus durable que les sentiments amoureux." Une réponse simple, mais manquant réellement de sentiments en quelque sorte. Peut-être ne devrais-je pas cracher sur l'amour de la sorte, mais n'est-ce pas cela qui rend stupide et faible ? Qui nous éloigne de nos buts personnel pour tenter de suivre et voir l'autre ? N'ai-je pas commis de telles choses avec le directeur de l'académie, au point de négliger mes entraînements personnel afin de passer de pur moment de frivolité à ses côtés ?

Je ne puis alors m'empêcher de me mordiller l'intérieur de la joue, preuve d'un certain agacement, bien que cela étant toujours bien plus discret qu'un soupire qui aurait franchit mes lèvres.

Poursuivant sur le sujet du fuinjutsu, je vous écoute alors, tandis que vous cherchez réellement à savoir quel style de fuinjutsu j'utiliserais en priorité. Je me permets de prendre quelque seconde pour réfléchir, le tout en vous guidant dans les couloirs jusqu'à la cuisine afin de pouvoir passer la commande. "Vous l'avez dit vous-même, l'usage du fuinjutsu est varié et en même temps, unique, dés lors, je ne pourrais rester juste sur du stockage ou de la libération. J'opterais davantages pour les deux afin de me rendre plus efficaces et ne pas me cantonner à une seule possibilité. Mais puisque vous me poser la question, je suppose que vous,vous en avez choisit un comme préférence non ? Peut-être le stockage ?" Je vous retourne la question, si vous insistez autant dessus, c'est que cela vous tient à coeur je suppose et que vous êtes désireux de parler de cela, alors je vous en offre la possibilité là, bien que je me permets de prendre quelque minute pour passer la commande en cuisine afin de pouvoir commencer correctement la visite.

Vous faisant alors de nouveau face, je vous observe alors que je viens de vous annoncer le fait le plus surprenant du monde, on vient de passer dans la cuisine et ça, vous ne vous en seriez pas douté, j'en suis certaine. Trève de plaisanterie maintenant, redevenons sérieux car vous ne connaîtrez pas les lieux si je ne me bouge pas, alors, en avant.

Marchant dés lors dans l'un des couloirs en vous indiquant les pièces dont vous aurez probablement besoin en même temps pour faire avancer la visite. "Je pense plutôt qu'il faut de tout pour contenter tout le monde. Certains sans mariage arrangé ne serait pas capable d'avoir un vie de couple, d'autre en revanche n'on pas besoin de ça. Je n'ai pas d'avis sur le mariage arrangé comme vous semblez le croire. N'étant pas touché personnellement, je ne vois pas l'intérêt que de condamner ou non cela. Si un jour mon frère m'annonce qu'il m'a fiancé à quelqu'un, j'y réfléchirais probablement, mais pour l'heure, je n'en vois aucunement l'intérêt."




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mer 15 Aoû 2018 - 5:56

Continuant d’écouter ce qu’elle avait à dire alors qu’elle piquait de plus en plus son attention, le Meikyû fut surpris d’une telle variation dans son approche. Jamais il ne se serait attendu à ce qu’elle tente indirectement de le piéger à son propre jeu, fait qu’il marqua à travers un silence beaucoup trop prononcé pour ne pas être interprété. Au contraire, il se contentait de l’observer, tantôt concentré, tantôt intrigué. À la base, celle qui semblait totalement fermée semblait faire preuve d’ouverture dans la fermeture, chose qui était excessivement curieuse sachant que Raizen prêchait l’inverse. Selon lui, en s’ouvrant sur d’autres expériences, il était possible d’apprendre beaucoup. Or, elle révélait indirectement que se réprimer de certains faits pouvait aussi avoir du positif ce qui n’était pas totalement faux étant donné qu’il était toujours à l’ordre du jour.

Malgré tous les éléments qu’elle venait d’énoncer, quelque chose continuait de piquer sa curiosité. Étrangement, même si l’équation qu’elle venait d’étayer faisait suffisamment de sens pour le rendre pensif, A + B ne faisait pas totalement AB dans sa tête. Quelque chose clochait et il n’arrivait pas à mettre la main dessus. Ainsi, il se contenta d’écouter ce qu’elle avait à dire. Comme une personne faisant ses premiers pas dans une réflexion profonde, le meikyû peinait à se redresser de cette soudaine remise en question. Angoissé par l’inconnu tout en étant pourtant excité à l’idée d’apprendre d’autrui, son regard s’était élevé vers celle-ci d’un oeil nouveau. On aurait presque dit qu’il reconsidérait tout, fait qui le suivit jusqu’à ce que sa propre question lui revienne de nouveau au visage.

Normalement, il était celui qui ramenait la stratégie adverse de manière à opposer les autres à leurs propres philosophies. Pourtant, dans le cas suivant, c’était l’inverse, fait qui n’arrivait que rarement.

-En réalité, je voyais plutôt la situation de manière plus ou moins fatale dans le sens que je préférais stocker dans l’unique but de mieux libérer plus tard. Par contre, je dois admettre que la fatalité n’est pas vraiment une option et qu’il y a du positif dans les deux sens tout comme il y a du négatif.

Se permettant d’agréer à ses dires, il osait donner à César ce qui revenait à César. C’était une des qualités du Meikyû, celle de n’avoir aucune gêne à dire qu’il s’était trompé. Malgré tout, il avait une explication derrière tout cela qu’il souhaitait apporter à ce débat soudain qui jaillissait entre les deux individus.

-Vous l’avez possiblement remarqué, mais je suis très ouvert sur le monde et sur les nouveautés, d’où mon allusion indirecte à l’usage du fuinjutsu. Si on veut, c’est un peu une manière de décrire les grandes lignes des utilisateurs.

Aussi étrange soit-il, dans son ouverture, il avait fait preuve de fermeture en niant la présence de la fermeture. Avait-il eu tort ? Pas vraiment puisque c’était plus compliqué que cela.

-Je suppose qu’avoir le choix est toujours agréable au niveau du mariage arrangé, mais pour revenir à ce que vous avez dit précédemment, la seule conclusion que j’ai pu mener sur ma première impression est que vous êtes différente de moi.

Sortant d’une transe invisible, le Meikyû revenait de ses profondes et complexes pensées pour venir s’installer dans la réalité et le concret.

-Et c’est quelque chose qui vaut la peine d’être découvert.

Puis, marquant une brève pause, il continua :

-En plus, ce n’est pas comme si je déteste avoir tort... en espérant que ça répond à votre question.

Laissant un délicat sourire flirter sur ses lèvres tandis qu’ils continuaient tous de marcher, il laissait un silence s’installer de manière à créer une séparation entre ses paroles et ce qu’il comptait lui demander.

-Mais si vous dites qu’il est facile de juger les gens aux premiers regards, j’aimerais bien savoir ce qui ressort du vôtre...

Marquant un intérêt clair vers cette lentille différente qu’était celle de Mikazuki Nagamasa, le Meikyû fronçait légèrement les sourcils, tandis qu’il laissait sa curiosité l’emporter dans un courant nouveau. N’adoptant aucune couleur ou émotion particulière, la suite était mystère, tant pour lui que ses intentions.

- Au final, je me dis que le mariage arrangé est positif puisqu’il permet de créer un lien sans pourtant s’engager ce qui est assez sécuritaire pour les deux partis qui apprennent à se connaître et se respecter dans le plus beau des monde.

Marquant une nouvelle pause, il leva son regard vers celle-ci avant de regarder autour de lui pour contempler l’environnement.

-Avez-vous déjà aimé Mikazuki Nagamasa?

Créant une rupture totale dans son discours, Raizen était passé de la réflexion à la finalité. En bref, au lieu d’exprimer le fait qu’il y avait un charme dans cette insécurité et dans ce dynamisme que procuraient les émotions, il préféra y aller droit au but. Si on veut, c’était l’appel de son cerveau à des réponses qui l’intriguait soudainement. En réalité, Raizen avait beau être en pleine visite qu’il ne retiendrait possiblement rien de son environnement. Même s’il ne comptait pas le manifester ouvertement, il était plutôt curieux de découvrir ce choc culturel de pensée entre deux individus aux antipodes.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mer 15 Aoû 2018 - 15:30
La tradition non conventionnelle
Un silence qui prend place trop vite, trop facilement. Ai-je donc réussi si facilement à vous faire vous remettre en question ? Mon but n'était point de vous clouer le bec, alors il serait fort agréable de votre part de reprendre la parole, sinon, la visite risque réellement d'être pénible et ce même si pour l'heure ce silence est plus que significatif. Car si maintenant, il a un sens, s'il perdure, il n'en deviendra que lourd et pesant et voilà bien une chose que j'aimerais éviter.

Cependant, ce n'est pas moi qui brise le silence, mais bel et bien vous en revenant sur le sujet initiale du fuinjutsu. Je vous écoute alors, répondre à ma question de façon bien plus complexe qu'un simple aveu concernant votre préférence pour le stockage. Bien que je ne sois pas si sûre de cette affirmation. Vos propos me semble un peu chaotique, pas précis sur ce point et la seule conclusion que j peux en tirer, c'est ma propre interprétation qui, au final, est plus que probablement erronée.

Réfléchissant alors à votre nouvelle palabre, je ne peux réprimer au final un petit sourire. "Je vous rends donc la tâche difficile en ne vous donnant aucunement une réponse précise." Ne puis-je m'empêcher de dire, un brin amusée par la situation avant de poursuivre pour tenter de comprendre votre raisonnement à ce sujet. "Je suppose que si ma réponse avait été le stockage, vous m'aurez défini comme une personne ayant du mal à aller vers les autres, préférant garder ses réserves et inversement pour la libération ou bien est-ce que je me trompe ?"

et puis le sujet revient encore sur le mariage... A force, on va finir par se perdre dans notre propre conversation même si on arrive à faire des parallèles entre le fuinjutsu et cette histoire de mariage arrangé. Vous écoutant toujours, je continue de marcher à vos côtés afin de poursuivre la visite, après les quelques pièces communes, je vous montre les lieux plus accès pour les entraînements. Je suis d'ailleurs surprise par vos mots et les quelques compliments qui s'y trouvent, si bien entendu, ils en sont. Pour ma part, j'ai envie d’interpréter cela de la sorte et non pas comme le fait que vous pouvez potentiellement me trouver comme quelqu'un d'étrange et bizarre.

Vous regardant en coin, je ne perds rien de votre léger sourire, lourd de sens à mes yeux. Mauvaise interprétation, naiveté à cause de roman à l'eau de rose lu ? Je pourrais presque rougir de votre attitude, mais j'ai bien plus de contenance que cela, alors, je me contente simplement d'hocher un peu la tête, en signe d'écoute toute simple et ce malgré vos mots assez agréable à mes oreilles.

Néanmoins cela ne dure car la conversation redevient plus sérieuse, et vous me questionner quand au jugement et poussant une énième porte pour vous faire découvrir une nouvelle pièce, je prends doucement la parole. "Je m'évertue à justement ne pas juger une personne trop vite. Je n'aime pas cela, alors je m'abstiens de le faire et attend de découvrir la personne telle qu'elle est réellement sans tenir compte de ce que l'on peut me dire sur elle ou à cause d'une mauvaise impression donnée. Sinon, il me serait fort aisé de ne pas vous apprécier pour le manque de respect que vous avez eu au début en m'appelant directement par mon prénom dés que je me suis présenter. Je suis de ceux qui pense qu'un acte ne désigne pas forcément une personne." Encore une fois, je vous donne probablement du fil à retordre pour m'analyser, si vous chercher toujours à faire cela.

Pénétrant alors dans la pièce. "C'est un peu comme ici, on pourrait juger facilement cette pièce comme étant sombre et peut accueillante, pourtant, quand le soleil passe par la fenêtre, elle change du tout au tout, devenant bien plus attrayante et chaude." Une image à mes paroles, à ma façon d'agir, voilà ce que je cherche à vous donner, mais l'exemple n'est peut-être pas le meilleur que j'aurais pu trouver, mais comme on dit, on fait avec ce que l'on a sous la main.

Et alors que je m'apprêtais à sortir de la pièce, je me fige à votre dernière question. Car si je n'avais rien trouvé à dire et donc trop peu réagit à votre conclusion sur le mariage arrangé, là, il en est tout autre. Une question bien personnelle tombant comme un cheveux sur la soupe et qui me dérange plus qu'autre chose. J'évite dés lors votre regard et passe à côté de vous, non désireuse de parler de ma seule pseudo-histoire d'amour que j'ai finalement fait avorté par faiblesse. "Je pense que le repas sera bientôt prêt et il faut encore que je vous montre votre chambre et votre salle d'eau." Soufflais-je alors, me fermant clairement à cette question et changeant de sujet de façon plus que drastique. J'aurais très bien pu vous dire que cela ne vous regardait pas, mais cela aurait poussé à poursuivre le sujet et j'aurais probablement risquer de vous froisser, bien que là, je peux vous avoir offensée...


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Jeu 16 Aoû 2018 - 2:34


Plus elle répondait et plus le sourire du Meikyû s’étirait. Allant de la manière dont elle avait cerné les prémisses de ses pensées avec aises à la manière dont elle arrivait à penser sur une longueur d’onde similaire à la sienne, il ne pouvait nier le fait qu’elle le comprenait indirectement. Faisant preuve de beaucoup plus d’ouverture qu’il ne l’aurait cru aux premiers abords, celle qui pourtant affichait de nombreux signes opposés aux siens partageait dès lors certaines facettes de sa personne.

Ce qu’elle apportait était véridique et prouvé. Après tout, si lui-même l’avait jugé dès leur première interaction, le tout aurait été d’une tristesse puisqu’il aurait perdu l’intérêt qu’il avait actuellement envers sa vision. Ayant eu toutes les raisons de se replier sur sa propre personne dès la première remarque, ne pas avoir laissé son orgueil ou sa fierté prendre le dessus venait de se transformer en fil d’histoire intéressant. S’éloignant totalement du concept de fil rouge, un nombre innombrable de possibilités s’offrait devant lui tandis qu’elle le surprenait de paroles toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Telle une pente fatale inversée, plus ses lippes s’ouvraient et plus sa vision semblait pertinente à découvrir. Montant ainsi en intérêt, son visage ne faisait que se délecter de ses paroles, signe pertinent qu’il appréciait cet échange de philosophie. Tel un jouvenceau lisant un roman, Raizen s’amusait à découvrir quelqu’un qui était totalement différent de lui tout en lui ressemblant indirectement. Or, tout cela s’arrêta de manière brusque lorsqu’elle fit mention du souper. Ainsi, la pente s’inversa, devenant soudainement fatale alors qu’il était ramené à la dure réalité qu’était sa première impression : elle était plus ou moins refermée sur elle-même.

-Je comprends, ne vous en faites pas.

Appréciant le geste d’avoir laissé le silence lui répondre plutôt qu’une réponse assez salée, l’expert en fuinjutsu savait pertinemment qu’il y avait parfois des sujets sur lesquels il ne fallait pas s’aventurer. De ce fait, il préférait laisser cela au futur, le temps qu’elle décide peut-être un jour de partager ce fait.

-Mais bon, je dois avouer que je ne m’attendais pas à avoir une telle conversation le ventre vide après un long voyage.

Prenant le temps d’admirer la pièce qu’elle venait de lui faire visiter, le shinobi était ingénieux. Comprenant les indices non verbaux, il savait quand insister et quand lâcher prise, ce qu’il faisait à merveille. Après tout, bien que curieux, en aucun cas il ne s’était mérité le droit d’élucider un tel mystère. Autrement, le tout aurait possiblement été décevant. Si certaines choses avaient leur valeur à travers le fait qu’elles étaient méconnues, d’autres arrivaient à lier cet aspect à une valeur réelle et unique. C’était notamment le cas de ce silence qui pouvait présager du bien comme du mal.

-Je serais d’ailleurs d’avis, si jamais ça vous intéresse de partager ce repas avec vous, mais je comprendrais que vous ayez d’autres choses à faire après cette visite.

Étant clair dans ses propos, Raizen témoignait son appréciation pour le personnage. N’ayant aucunement crainte de révéler ses couleurs, elle avait obtenu suffisamment son respect pour qu’il comprenne qu’il devait respecter son temps. Or, quelle était réellement la teinte de ses couleurs ?

-D’ailleurs, vous accueillez généralement tous les invités de cette manière ?

Retombant dans un rythme beaucoup moins accéléré de discussion, il préférait calmer le rythme afin d’avoir un flot de conversation beaucoup plus équilibré et moins rapide. L’ayant peut-être brusqué à travers sa dernière question, il ne voyait aucunement la nécessité de forcer le rythme. Après tout, son séjour à Iwa risquait possiblement de durer.


_________________
La tradition non conventionnelle [Mika] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mar 21 Aoû 2018 - 11:08
La tradition non conventionnelle
Peut-être ai-je un peu trop mal réagit à votre question... Mais il y a des affres personnelles dont je n'aime pas parler. Une erreur que j'ai commise en me laissant m'épprendre du directeur de l'académie, et même avec mon aîné, je n'aime guère en parler. Honteuse de ce manque de discipline dont j'ai fait preuve en compagnie de cet homme. Ces viles paroles, ses actes sournoisement empli de tendresse et d'attention à mon égard, mon fait perdre de vue l'essentielle et je refuse réellement que quelque chose de similaire m'arrive à nouveau. Tomber en amour, ce n'est pas pour moi. Alors, oui, je préfère éviter ce sujet et parler de mon ancien chef d'équipe et une chose que je ne veux pas faire. Je ne lui en veux pas, après tout, lui aussi semblait être tombé dans ce piège, néanmoins, je ne puis le toléré à nouveau dans ma vie, de peur de me montrer à nouveau faible. Dés lors, est-ce que je puis dire que j'étais amoureuse de lui ? Ou que je le suis sans parler au passé ? J'ose espéré que non, néanmoins, le doute plane un peu trop à mon sens... Après tout, avant lui, je ne m'étais jamais laissé approché par une personne de cette façon... Etait-ce réellement de l'amour ou bien de la curiosité ? Une simple complicité trop grande causé par nos goûts communs pour la littérature par exemple ? Après tout, si j'étais amoureuse de lui, je n'aurais pas su, du jour au lendemain dire stop, j'aurais cherché à retourné vers lui ? J'en sais rien. C'est compliqué. Au final, la seule chose sûre que je sais, c'est que je suis bien mieux sans lui près de moi.

A vos mots, j’acquiesce d'un petit mouvement de tête. Un merci silencieux face à votre compréhension. Vous pourriez insister, m'insulter même alors que je vous ai envoyé baladé d'une certaine façon, mais vous ne faites rien de tout cela et je vous en suis gré. La remarque qui suit alors, probablement pour détendre un peu l'atmosphère et surtout changer le sujet de notre conversation, me laisse un peu perplexe. Dois-je vous présenter mes excuses d'avoir ainsi sollicité votre réflexion alors que la fatigue doit être bien présente ou rire doucement sans rien dire en retour, vous laissant simplement voir que j'apprécie votre capacité à savoir discuter malgré la fatigue ? Quelle est la meilleure réaction ? Quelle est celle que vous attendez de moi ? Je vous observe en coin un instant avant de finalement me décidé à parler. "Nous pourrions en avoir d'autre une fois que vous vous serez reposé, peut-être que dés lors, celle-ci vous apparaîtra assez simple." Soufflais-je doucement dans un demi-sourire, laissant prévoir que je pourrais encore vous faire réfléchir, mais surtout que l'on pourrait partir dans des conversations bien plus compliqués.

Poursuivant la visite, marchant dans les couloirs pour vous conduire à votre chambre, je tourne la tête vers vous à votre demande concernant le repas et souris doucement. "Je me suis permise dés le début de demander à ce qu'ils préparent le tout en double afin de profiter de cette pause que vous m'avez fait prendre pour manger." Parce que sinon, on va encore me reprocher de ne pas manger assez, alors autant profiter de ça. Néanmoins, je ne vous dit pas tout cela, vous n'avez pas besoin de savoir tout les détails sur ma vie et le fait qu'elle soit plus que chaotique au niveau de l'organisation depuis un moment...

Arrivant devant une porte, je la fais glisser doucement et me tourne vers vous. "Voici votre chambre." Lançais-je doucement en vous laissant le loisir de rentrer et de visiter celle-ci sans pour autant moi, pénétrer dedans.

Vous regardant alors que votre question tombe, je prends le temps de réfléchir un instant. "Non, ce n'est pas obligatoirement nous qui accueillant les étranger. Le dernier à être venu est aller au domaine des Hyûgas sous la surveillance de l'un des membres de la police par exemple. Cela dépend de la façon dont la personne arrive, je suppose." Je taisais qu'en réalité, la personne à qui je faisais référence était Gôten, le kirijin venu à la roche avec mon autre frère Shigure, qui lui, a prit la tangente en devant accompagné mon oncle à Hi. Moi qui escomptait pouvoir passer du temps en sa compagnie et rattraper le temps perdu, je n'ai pu que constater encore une fois son manque de sérieux... Ou bien, peut-être est-ce la faute à Yoshitsune s'il n'est pas revenu ? Car même si je joue les naîve, je ne suis pas stupide au point de ne pas avoir remarqué les différents existant entre ses deux là...

"Votre chambre vous convient ?" Questionnais-je doucement avant de vous indiquer une porte un peu plus loin dans le couloir. "Là, c'est la salle d'eau la plus proche, vous pouvez y avoir un libre accès bien entendu." Précisais-je pour faire comprendre que vous pouviez y aller à tout heure. Une remarque faite à cause de mon temps passé à l'académie, où l'accès au douche était assez réglementer afin que tout le monde puisse y aller.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Mer 22 Aoû 2018 - 12:31

Alors qu’elle avait tué la conversation d’un froid perturbant, voilà qu’elle revenait à la charge avec une toute nouvelle humeur qui était plus qu’appréciable. La remerciant d’un délicat sourire, il était apparent que le Meikyû était content de savoir qu’elle ne semblait pas forcément lui tenir rigueur d’avoir abordé un sujet aussi sensible. Après tout, entrer dans ce genre de détails pouvait très bien renouer d’anciens souvenirs parfois dévastateurs. L’absence de souvenirs à ce sujet n’était pas mieux. Bien souvent, les gens complexaient par manque d’expérience ou simplement parce qu’ils auraient aimé vivre ce genre d’histoire. Malheureusement, il n’était pas donné à tout le monde de vivre cette possibilité, fait qui ne reposait pas uniquement sur la patience, mais bien sur des facteurs incontrôlables.

Ayant lui-même vécu des péripéties assez intéressantes, il savait pertinemment qu’aimer était bien plus important qu’une courte nouvelle entre deux individus. Bien plus complexe et long, le roman que pouvaient écrire deux personnes amoureuses était souvent suffisamment intéressant pour que les gens s’y intéressent. Or, comme tout chose, la série de roman pouvait durer jusqu’à la mort des auteurs ou jusqu’à ce que ceux-ci décident de mettre un terme à l’histoire alors qu’elle est encore bonne. Certains allaient même jusqu’à pousser leur chance un peu trop loin, fait qui finissait par détruire les aspects positifs qu’ils avaient construits à travers le temps.

-Merci...

Observant sa chambre d’un rapide coup d’œil, il n’y avait rien de vraiment extravagant au point qu’il s’y attarde. Outre défaire son sceau pour y laisser ses objets personnels, il ne fit rien de bien intéressant. Au contraire, ce qui l’intéressait était au fond du couloir, la salle d’eau. À la base, il prévoyait manger pour ensuite aller prendre un bain et se reposer. Pourtant, il se demandait si la coutume n’était peut-être pas inversée. Après tout, de nombreux peuples allaient en sens inverse des Kumojin, préférant arriver à table propre après un bain relaxant. Dans son cas, il aurait très bien pu proposer un bain avant de manger après un si long chemin. Pourtant, il savait pertinemment qu’il aimait apprécier un long bain plutôt qu’un bain rapide dans le but d’aller manger peu après.

-Est-ce que les Iwajin mangent généralement avant d’aller prendre un bain ou faites-vous plutôt l’inverse ?

Ignorant le fait que les Hyuga accueillaient parfois les invités, il se concentra sur un sujet plus immédiat et pertinent. À travers son séjour, il aurait amplement le temps de poser des questions sur ce peuple différent.

-Je pensais manger en votre compagnie avant de prendre un bain, mais il est peut-être plus dans vos coutumes de vous purifier avant d’aller à table.

Lui laissant carte blanche, le Meikyû se retourna alors qu’elle était proche de l’entrée pour lui faire face.

-Je préfère suivre les coutumes Iwajin puisque tant qu’à être en terre étrangère, aussi bien faire comme si c’était chez soi et adopter les coutumes locales.

Faisant preuve d’ouverture d’esprit, le kumojin montrait spontanément sa bonne volonté à vouloir découvrir cette culture différente. Il mettait d’ailleurs beaucoup de confiance en son hôte qui jusqu’à présent agissait au-delà d’un rôle d’hôte lambda.

-Jusqu’à présent, vous m’avez accueilli d’une manière dont je ne peux me plaindre, donc je vous fais confiance concernant cette décision.

La fixant tandis qu’il était curieux de savoir si son intuition était bonne, l’utilisateur de Fuinjutsu était curieux de connaître la suite des choses. Le commentaire sur son accueil allait peut-être la surprendre compte tenu des nombreux froids qu’ils avaient partagés en si peu de temps. Or, rien n’était chaud ou froid. Le mélange des deux était justement ce qui était pertinent et intéressant, surtout pour quelqu’un qui aimait lire et découvrir les particularités des ambiguïtés.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Jeu 23 Aoû 2018 - 14:57
La tradition non conventionnelle
Alors que vous me remercier je me contente d’incliner un peu la tête en avant en guise de réponse, nulle besoin de murmure un de rien en agissant de la sorte et cela reste, en mon sens, plus poli. De rien, c’est moche, c’est d’une certaine façon vulgaire, vous nous dites merci, mais pour rien, j’ai rien fait, c’est comme si en réalité, il n’y avait pas besoin de dire merci. Du moins, pour ma part, c’est ainsi que je le vois.

Vous laissant donc explorer votre chambre et puis la salle d’eau la plus proche, je reste à vos côtés silencieuse, attendant vos réclamations ou autres palabres. C’est là que vous me questionnez quand au rituel de la douche et du repas, savoir dans quel ordre on fait cela. Je vous regarde, un peu surprise par cette question, je ne vous réponds pas directement et dés lors vous la reformuler encore d’une autre façon, cherchant à préciser de cette façon votre pensée et le pourquoi vous la poser.

Je vous laisse entendre un léger rire, un peu amusée que vous vous inquiétez à ce point de vous fondre dans la masse iwajin.”Je vous avoue que je n’ai jamais cherché à savoir cela. Pour ma part c’est en fonction du repas et de mon état. Il est convenu que l’on ne va pas se mettre à table couvert de boue ou si c’est un repas important sans s’apprêter avant.” J’incline alors un peu la tête. “Néanmoins, dans cette situation, je pense que pour vous le mieux est en effet de manger pour vous prélasser ensuite, même si vous n’êtes pas forcément de toute première fraîcheur… Il en est de même pour moi en réalité, étant donné que j’étais en plein entraînement avant votre arrivée.” Une confidence que vous deviez pourtant avoir remarqué à cause de ma tenue et de l’état dans lequel j’étais à votre arrivée dans la demeure. “Néanmoins, si vous désirez partir dans la formalité, il faudra repousser encore un peu le repas pour qu’on puisse tous deux profiter des bienfait d’une douche.” Je sourit alors doucement, vous laissant prendre votre décision tandis que vous me complimenter. Je détourne alors un peu le regard, malaisé d’être remercié pour cet accueil pourtant pas si bien que cela, ma tenue n’étant pas correcte, mon attitude ne fut pas irréprochable de tout le long, alors je reste juste silencieuse, le regard détourné marquant ainsi une certaine gêne à cela.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Sam 25 Aoû 2018 - 21:31

Voyant un sourire nouveau naître sur le visage de son hôte suivi d’un comportement légèrement timide, Raizen étira un délicat sourire avant de venir déposer sa main sur l’épaule de celle-ci avec une lenteur suffisante pour qu’elle décide si elle voulait éviter ce geste ou pas. Son but était de déposer sa main afin de la rassurer et de calmer ce léger signe de timidité.

-Je pense que ça nous ferait du bien de manger avant tout...

Puis, tandis qu’il semblait n’avoir rien à ajouter, il sortit de sa chambre en se tournant légèrement en direction de la cuisine.

-Disons que je ne suis pas la personne qui est la plus formelle comme vous avez pu le remarquer.

Terminant cette remarque sur un clin d’œil bien placé, le Meikyû commençait légèrement à prendre son aise et à apprécier de plus en plus Mikazuki Nagamasa. Si on veut, bien qu’elle eût été froide au début, elle semblait montrer quelques signes de couleurs et de vie ce qui tombait un peu plus dans les cordes du Kumojin. Comme à chaque rencontre, il y avait toujours un certain décalage avant de voir les vraies couleurs des personnes. Pourtant, c’était ce moment qu’il appréciait le plus, l’instant où il ouvrait un livre vierge et trouvait finalement après plusieurs recherches des indices permettant d’y découvrir un récit quelconque.

-De toute façon, je suppose qu’il y a des repas plus importants, donc nous aurons le temps de porter nos apparats les plus beaux.

Tournant légèrement sa tête en commençant à marcher, il se demandait pourquoi elle ne le suivait pas avant de se rendre compte qu’il se dirigeait dans la mauvaise direction.

-Ah, ce sont les bains qui sont par là hein...

Passant sa main dans sa chevelure, il joua légèrement avec son cuir chevelu avant d’échapper un léger sourire de gêne, comme quoi ça pouvait arriver à tout le monde.


_________________
La tradition non conventionnelle [Mika] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nagamasa Mikazuki
Nagamasa Mikazuki

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Dim 26 Aoû 2018 - 4:58
La tradition non conventionnelle
Aucun mouvement de recule, je ne vous fuis pas alors que vous approcher votre main de moi, venant la poser doucement sur mon épaule dans un geste qui se veut visiblement rassurant. Relevant alors un peu le regard vers vous, je vous observe alors que vous affirmez maintenant vouloir manger sans au préalable être passé à la salle d’eau. Ainsi, vous ne me faites pas mentir aux employés de maisons à qui j’avais donné un délai assez court en ne pensant qu’à faire la visite avant de nous mettre à table. Un passage par les bains auraient conduit à repousser encore le repas et dès lors, me faire aller voir les employés de maison pour les prévenirs de retarder un peu le tout, à la dernière minute. Chose inconvenable n’est-il pas ? Alors vous me sauver de cela, et silencieusement, je vous en suis gré. J’accepte dès lors votre proposition d’un signe de tête, nul besoin de mots pour accepter cela.

Vous laissant le passage pour sortir de la pièce, je me décale un peu dans le couloir alors que vous prenez à nouveau la parole, vous montrant une nouvelle fois assez familier avec moi, bien qu’il s’agit là peut-être d’une attitude qui se veut plus amical qu’irrespectueuse ? Je ne sais pas trop. Je vous observe alors, ne sachant pas comment réagir et ce malgré votre clin d’oeil laissant voir un début d’un désir de complicité de votre part à mon égard. Du moins, c’est ainsi que je le perçois. Ainsi, je ne dis rien, une nouvelle fois. Me contentant de vous suivre du regard pour prendre la mauvaise direction sans bouger.

Je ne puis m’empêcher de rire un peu à cela, alors que vous le réaliser de vous même. “Peut-être qu’au final, vous êtes désireux de vous montrer sous votre plus beau jour pour un simple repas.” Tentais-je de plaisanter un peu alors que je vous invite à me suivre à nouveau, afin que vous ne finissiez pas dans une salle d’entraînement en cherchant la cuisine. “Il vous faudra quelque temps pour vous faire aux lieux je pense, mais ça viendra assez rapidement.” Poursuivis-je pour vous trouver des excuses et éviter que vous soyez mal à l’aise à cause de votre petite erreur de direction à cet instant .

Franchissant la porte de la salle adjacente à la cuisine, celle où nous allons manger, laissant la cuisine aux employés, nous avons le loisir de voir sur la table deux couverts dressés. Prenant place à mon emplacement habituelle, je vous laisse vous installer en face de moi. “J’espère que le repas vous plaira étant donné que vous m’avez laissé le choix sans me donner les ingrédients que vous pourriez ne pas aimer... “ J’avoue ne pas avoir penser à cela avant, peut-être aurais-je du vous demander s’il y avait quelque chose que vous ne mangiez pas par exemple… Bien que pour le début, la soupe Miso, il me semble que tout le monde en mange. Mais peut-être êtes vous l’exception qui confirme la règle… Chose que je n’espère pas !


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 https://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards https://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La tradition non conventionnelle [Mika] Empty
Lun 27 Aoû 2018 - 5:25

Si elle savait à quel point il paraissait bien dans ses fidèles apparats, elle comprendrait fort probablement mieux la raison pour laquelle il les aimait. Malgré tout, il était tout de même surpris de la voir s’esclaffer avec un tantinet plus de vigueur que d’habitude. Si on veut, le tout était assez drôle sachant qu’elle tentait indirectement de le réconforter à ce sujet. Mais bon, elle avait tout de même raison. Après tout, ce n’était pas comme si elle venait tout juste de lui montrer...

Bref, tous deux se dirigèrent vers la cuisine, lieu qui les attendait tandis qu’elle l’invitait à s’asseoir. Prenant ainsi place, le Meikyû ne put s’empêcher de sourire alors qu’il était assis directement en face d’elle. Si on veut, sachant pertinemment qu’elle était du genre très formel, il n’avait qu’une seule idée en tête : tenter d’étirer un peu de rougeur à ses joues de couleur neige. C’était un peu un plaisir personnel qu’il tentait d’obtenir en étirant une réaction nouvelle auprès de cette femme qu’il appréciait bien pour une première rencontre.

-Merci, mais les dames d’abord.

Commençant à faire preuve d’hospitalité en la laissant prendre place avant lui, il s’assied à la suite alors qu’il respectait cette première norme. Or, ce signe de respect ne faisait que voiler ce avec quoi il risquait possiblement de créer un peu de turbulence au niveau des joues de celle-ci.

-Si je portais vraiment mes habits pour les grandes occasions, sous un beau jour, on aurait presque pu dire que nous étions tous les deux dans un tête-à-tête.

Malaisant? Fort possible, mais Raizen ne semblait pas montrer un signe quelconque d’importance, ce qui réduisait la propension à interpréter cette situation de 10 000 manières différentes.

-Mais ne vous en faites pas, je ne suis pas difficile en terme d’ingrédients. Si on veut, je sais profiter et savourer les différents arômes et j’ai la chance de ne pas avoir un palet capricieux. D’ailleurs, bon appétit.

Lui faisant un sourire visant clairement à lui montrer qu’elle n’avait pas à s’inquiéter. Pour le début, une simple miso s’était présenté devant lui, soupe qu’il savoura après avoir remercié la personne chargée de leur amener la nourriture.

-Je ne suis pas le plus grand fanatique des premières impressions, mais je laisse généralement mon intuition m’aider dans plusieurs situations et le fait de vous avoir fait confiance est une manière de confirmer que mon intuition est encore bonne.

Démêlant les nombreuses saveurs, le Meikyû avait commencé à manger sans même se demander s’il y avait peut-être une coutume quelconque à suivre avant d’entamer un repas. S’étant contenté d’un simple bon appétit, peut-être que le tout était mal vu à iwa. Mais bon, il ne servait strictement à rien de chercher les normes et les règles partout. Déjà que Raizen était un rebelle de nature, il ne s’en faisait aucunement tandis qu’il appréciait silencieusement cette entrée. Malgré tout, il gardait un contact visuel avec Mikazuki afin de lire la moindre variation d’émotions dans son visage. S’il se fiait à cette entrée, le reste du souper risquait d’être agréable.

-Le goût est différent de ce qui est fait à Kumo, mais j'aime bien la différence. Par contre, en fonction de mon séjour, il y aurait moyen que je vous retourne la pareil et vous cuisine une version différente du bouillon à la Kumojin si cela vous tente.


_________________
La tradition non conventionnelle [Mika] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

La tradition non conventionnelle [Mika]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: