Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Renouveau [Solo]

Byakuren Yume
Byakuren Yume

Renouveau [Solo] Empty
Sam 29 Sep 2018 - 10:56
Renouveau
Solo

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.

Les regards se croisent, se taisent. Les gardes voient les affaires se plier, les bagages gonfler. Ils garderaient la tête haute jusqu’au dernier aller simple. Leur ultime escorte prendrait fin au sein d’Iwa, qu’ils en soient soulagés ou accablés. Eux habitués à suivre des règles strictes étaient aujourd’hui en droit de choisir. Si leur attention était sincère, ils resteraient peut-être non loin, avec toute la discrétion dont ils savaient faire preuve. Mais tu n’en croyais rien. Pourquoi choisiraient-ils de continuer ce labeur qui leur avait été imposé depuis toujours.

Le cortège démarre ; on masque ton visage d’une capuche. Il n’y a nulle exagération politique, juste des soldats entourant une jeune fille. La course est brève, elle rejoint les rues Iwajines en quelques minutes seulement.

Ta nouvelle demeure est une des multiples possessions des Byakuren. Soignée mais plus humble ; il fallait savoir ranger sa prépondérance au sein d’un villages aux milles extrêmes. Si votre richesse était étalée ; votre noblesse perdrait de sa candeur. Vos biens les plus luxuriants étaient tous cachés à l’abri des regards indélicats.

Les affaires sont déposées, une unique servante suivra ta route ; acte de volontariat ou de folie ? Elle s’était désignée d’elle-même et personne n’avait semblé vouloir s’opposer à sa motivation. Son âge avancé faisait d’elle une oreille attentive et de bon conseil, même si tu ne savais pas encore comment évoluerait ton caractère à partir de ce jour.

Les gardes s’égarent ; vous voilà seules, laissées à vous-même. Tout semble irréel, moqueur. Comme une farce qui menaçait de s’arrêter à tout instant. Toi, la fille emprisonnée dans sa tour depuis 18 ans, te voilà enfin libre et solitaire, comme ton cœur l’avait toujours espéré. Tu songes à Kyôshirô, à son parti pris qui avait ouvert toutes les serrures te liant au sommet du pays.
Héritière de sang, de nom. Mais plus la proie de leur poids. On t’autorisait un redémarrage, une remise à zéro. Il ne manquait plus que la carte tant recherchée de l’anonymat. Une force et une faiblesse, mais essentiel à ton développement personnel.

Cette idée qui avait germé plusieurs mois auparavant prenait désormais tout son sens ; Il fallait que l’on oublie ton visage de princesse marbrée et que l’on apprenne à connaître la sans visage ; sans les jugements d’antan.

Tes vêtements volent, l’impatience guette. Une cloche sonne, ton précieux invité est enfin là. Hanae – la servante – ouvre la porte et invite l’individu à la suivre comme cela avait été prévu. Tu l’attendais en seiza autour d’une table basse où les couverts étaient déjà dressés pour servir le thé.

L’homme se penche aussi humblement que son dos arqué par les âges lui permet.

- Princesse

Ton buste retourne le salut.

- Avez-vous pu faire ce qui avait été demandé ?
- Bien sûr, voici, Princesse, votre dû. J’espère qu’il sera à la hauteur de vos attentes.

Le vieillard sort un paquet enveloppé d’un papier de soie qu’il fait glisser le long de la table, en évitant judicieusement les tasses de porcelaine. Tes doigts prennent la relève, découvrent le trésor sans hésiter. Ton index dessine et suit les courbes de la trouvaille. L’objet est sculpté d’un bois sombre, presque volcanique, puis regravé par endroits pour lui donner une symbolique imperceptible.

- De l’ébène de première qualité, d’où la teinte encrée.

Ta paume se perd alors dans ce qui contourne par endroits la boiserie ; une fourrure argentée qui rivalisait presque avec ta propre crinière. Une toison aussi douce que les plus précieuses des confections.

- On m’a raconté que ce loup blanc est venu se laisser mourir aux portes d’Iwa. Comme la bête qui cherche la fin, l’arche qui la mènera aux cieux.

Dernière caresse. Quel animal décidait lui-même de sa mort ?
Ton visage se relève, convaincu.

- C’est parfait, merci.

Le vieil homme, comme gêné d’être remercié pour son travail, se plie de moitié. Il comprend que son rôle ici est terminé et quitte la pièce avec une fierté muette. Tu te retrouves seule face à l’œuvre, encore incomplète. Tes paumes viennent recouvrir les deux trous qui faisaient état de cet inachèvement. Elles glissent alors qu’une délicate lumière s’y fond. Comme en un coup de manche d’une princesse qui dépoussière ses mystères ; le vide est comblé de deux cristaux azurés. Leur nouvel éclat scindait la lumière en reflets multiples.

Le masque vient se poser sur ton visage. Un visage disparaît ; un autre naît.

Renouveau [Solo] P2XkX0v


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

Renouveau [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: