Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Coeur ouvert [Masami]
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 9:37 par Jiki Masami

» Suzuri Hoshimi [en cours]
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 8:39 par Suzuri Hoshimi

» Medic Incoming | K.Ishin ♣
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 4:50 par Meikyû Raizen

» Mort, vie, renaissance [Sharrkan]
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 4:37 par Sharrkan

» Asaara A.
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 2:52 par Asaara Aduichi

» Entraînement entre Sabreurs (Miyuki)
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 2:35 par Naragasa Otsuge

» Un anniversaire pas comme les autres - PV
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 1:13 par Oterashi Yanosa

» A l'attention du Seigneur de l'Eau
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 1:05 par Nobuatsu Saji

» Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ! | Haise
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 0:52 par Kao Kan

» Lettre au Mizukage
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] EmptyAujourd'hui à 0:23 par Nobuatsu Saji

Partagez

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Sam 6 Oct 2018 - 22:45
Kiri, année 203 – Hiver

Akane réfléchissait, assise devant sa table basse. Elle avait emménagé dans cet appartement il y avait à peine quelques jours. Délaissant le logement temporaire dans lequel elle avait vécu plusieurs mois. Construit à la va-vite pour y accueillir les réfugiés, il n'avait pas été prévu pour l'hiver et il avait commencé à faire vraiment froid à l'intérieur. Les familles avaient été relogées au fur et à mesure des semaines, mais pour sa part elle avait attendu d'avoir effectué quelques missions afin d'avoir l'argent nécessaire pour partir.

Et elle avait trouvé son bonheur en cherchant un peu. L’appartement disposait d'une entrée, où l'on pouvait enlever ses chaussures afin d’accéder aux autres pièces. On arrivait ensuite dans le salon cuisine contenant peu de meubles : une table basse en plein milieu, un buffet sur le mur de gauche et un divan en face de celui-ci. À droite de l'entrée se trouvait la chambre, contenant un lit, une commode ainsi qu'un râtelier d'armes. De l'autre côté du buffet une porte donnait sur la salle d'eau. La cuisine était séparée du salon par un petit muret servant aussi à y déjeuner. La métamorphe n'avait jamais eu autant d'espace pour elle seule.

Et c'était aussi la première fois qu'elle se retrouvait seule et en sécurité. Elle avait beau aller s'entraîner tous les matins, elle tournait en rond le reste de la journée lorsqu'elle n'avait pas de mission à faire. Elle n'avait plus de sœur ni de voisine de chambre avec qui discuter. Plus de mercenaires à éviter pour rester en vie. Elle était complètement seule avec ses pensées pour la première fois de sa vie. Alors elle réfléchissait depuis plusieurs jours. Elle ressassait, et repensait sans cesse à ce que Tatsuzô leur avait fait, à sa sœur et à elle. Il les avait recueillies pour les utiliser. Leur faisant effectuer ses basses besognes tout en leur promettant de bien s'occuper d'elles. Ils les avait entraînées à tuer, obéir, et ne plus rien ressentir. Puis quand elles avaient commencé à douter de lui, à se demander si tout cela était normal, il n'avait pas hésité à se débarrasser de l'une d'entre elles.

Il ne pouvait pas s'en sortir comme ça. Il avait tué sa sœur. Profité d'elles alors qu'elles n'étaient que deux orphelines perdues. Il l'avait poursuivie pendant presque trois ans pour l'éliminer car elle était soudain devenue un obstacle, après plus de quinze ans à son service. Il aurait pu la laisser s'enfuir, mais il l'avait faite poursuivre. Elle en savait trop. Sur lui, sur ses magouilles. Maintenant qu'elle était en sécurité, qu'elle avait bien réfléchit à tout ça, Akane savait qu'il était temps d'agir. Il était temps de rebondir et de mettre à profit tout ce qu'elle savait sur lui. Elle allait tout faire pour lui mettre des bâtons dans les roues, le faire tomber à son tour. Le traîner dans la boue jusqu'à ce qu'il s'y noie et lui faire payer tout ce qu'il avait fait.

Alors elle se leva, et laissa sur sa table les deux saï qu'elle y avait posés. C'était ses armes fétiches et il le savait très bien. Elle cacha le bandeau de Kiri dans un sceau, et remonta le tissu sur son nez afin de camoufler son visage. Il la croyait morte, et il fallait qu'il le croie encore. Elle sortit alors en jetant un dernier regard aux armes posées sur la table. Sans elles, elle avait l'impression de sortir nue. Certes, elle en portait d'autres dans différentes lanières de cuir, mais ce n'était pas pareil. Elle ferma la porte pour se diriger vers un quartier bien particulier de Kiri.

Elle savait très bien où elle se rendait. Akane connaissait beaucoup de contacts de son père. Lors de sa fuite, quasiment tous ceux qu'elle avait contactés l'avaient balancée à Tatsuzô. Il avait dû donner des ordres bien particuliers. Ainsi que la récompense qui allait avec. Mais là c'était différent. Il était le seul qu'elle connaissait dans le village shinobi. Elle n'avait pas intérêt à tout faire échouer. Sinon il saurait que non seulement elle était encore en vie, mais en plus elle était désormais au service de Kiri et cherchait à le faire tomber. Il redoublerait alors de vigilance. La métamorphe entra dans une armurerie et fit mine d'observer les différents katanas exposés en vitrine. Elle allait devoir être prudente, et avait décidé dans un premier temps d'observer les faits et gestes du marchand.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 7 Oct 2018 - 1:18
La douleur est encore vive. Alors qu’il se perce la peau avec l’aiguille, Saji essaie de recoudre sa plaie avec concentration. La chambre de son appartement est silencieuse, relativement exigüe et n’est composée que de deux pièces : à savoir sa chambre dans laquelle il a à peine la place pour effectuer ses séances physiques du matin, et la salle d’eau qui est également petite. Clairement, il recherche moins le confort que la sécurité, mais en vérité il n’a pas tellement de goût en matière esthétique. Pour lui, tant que l’appartement remplit sa fonction, à savoir celle de le permettre de dormir sous un toit et survivre, il n’a pas d’autres conditions. Il se contente du minimum. Une ampoule accrochée au plafond remplit la salle de sa lumière artificielle, et Saji essaie de se repositionner de façon à ne pas cacher sa plaie avec son ombre. Assis sur son lit simple composé d’un simple drap, il est adossé à son mur, les mains toujours en train de suturer la plaie au niveau de son abdomen, dont la longueur fait environ trois pouces. Il grince des dents tout en frottant le dos de sa tête contre le mur à cause de la douleur puis reprend l’opération. Des gouttes de sueur perlent sur son visage. Après quelques tours de suture, il attrape un kunai sur sa table et coupe le fil qui est de trop. La plaie est refermée. Il se tourne vers le miroir et regarde les autres blessures reçues à l’entraînement, des cicatrices parcourant son torse comme un souvenir des événements de son passé. Il se remémore encore ces journées interminables à manier le sabre sous la tutelle de son maître de kenjutsu dans le Pays de la Foudre, une époque où lui et son frère étaient encore jeunes et pleins d’espoir quant à leurs destinées. Il soupire à l’idée de devoir affronter son frère dans un combat à mort, car il sait à quel point il peut être têtu et obstiné à défendre ses idées. Sur cette dernière pensée pour son frère, il va se doucher et s’équiper pour la route.

Il prend son shôzoku noir et l’enfile, tire le masque noir qui couvre intégralement son visage. Il se regarde dans le miroir, tout en accrochant sa ceinture d’armes ninja autour de son torse, puis fait un nœud pour que son fourreau de katana reste solidement attaché. Il le dégaine très lentement et fixe sa lame de très près, laissant les rayons de lumière se refléter sur elle sous différents angles. Il est comme envoûté par elle. Il se sent tellement connecté à son sabre que des fois il a l’impression que celui-ci est vivant et veut lui parler. On dit généralement qu’un bretteur arrivé à un niveau élevé de maîtrise finit par « ne faire qu’un avec sa lame ». Evidemment à prendre au sens figuré, comme le forgeron serait proche de son marteau, ou le pêcheur de sa canne. Mais vraiment, Saji a parfois l’impression que son sabre s’ajuste parfaitement aux mouvements qu’il souhaite exécuter. Un peu trop même. Peut-être est-ce normal après tout. Peut-être qu’il commence à devenir trop vigilant, voire paranoïaque. Il se secoue alors la tête comme pour se réveiller et arrêter de perdre du temps dans des réflexions inutiles et chronophages. Il n’a pas de temps à perdre aujourd’hui, il doit reprendre les recherches pour retrouver son frère qui est toujours en fuite suite à l’assassinat de leur maître. Il en a fait des cauchemars. Il veut y mettre un terme, une bonne fois pour toutes. Même s’il ne sait toujours pas le choix qu’il fera : tuer son frère, ou l’épargner. Il sait que dans tous les cas il ne se laissera pas faire, il sait qu’il ne rentrera jamais à la maison. Son frère ne connaît que le combat, que la violence, que le pouvoir. Il fera ce choix le moment venu, mais pour l’instant, il faut déjà le retrouver.

Il descend les escaliers de son bâtiment, les yeux fixés sur le bout de papier dans sa main. C’est la seule information qu’il possède pouvant mener sur les traces d’Ashikage. Son fil d’Ariane. Heureusement, des témoins dans le restaurant d’à côté étaient encore là pour qu’il puisse les interroger et leur demander les tenants et aboutissants de l’altercation entre son frère et l’homme soûl qui avait eu le malheur de le rencontrer. Son frère aurait mis l’autre à terre avant de le rouer de coups de poings, avant de s’enfuir pour éviter toute répercussion. Saji reconnaît bien là son caractère impulsif et incontrôlable. La description de l’individu semble correspondre en tous cas : un homme d’environ 1,90 mètres habillé d’un uniforme ninja blanc neige et équipé d’un katana. Les chances qu’il s’agisse de lui sont pour le moins élevées. C’est donc avec espoir que Saji vérifie que l’adresse sur le papier corresponde bien à l’endroit où il se trouve. Il est arrivé.

Avant d’entrer dans l’armurerie, il se tourne, sentant comme une présence qui l’observe dans l’obscurité. Il reste dans cette position pendant quelques secondes, les yeux fixés sur les points en hauteur où pourrait se cacher l’éventuel danger. Mais rien. Et pourtant. La rue est calme, peut-être un peu trop. On voit une ou deux personnes traîner dans les parages, mais à part cela, l’activité dans ce quartier du village de Kiri lui semble beaucoup plus faible que dans celui qu’il a l’habitude de fréquenter, surtout qu’il habite près du centre. Sur ces doutes, il pousse la porte qui grince légèrement, attestant plus ou moins de l’ancienneté de l’endroit. Une cloche sonne à son entrée mais l’intérieur semble vide de gens. La première chose qui attire son œil est la couleur rouge de la tenue d’une jeune femme dans le coin du magasin, en train de regarder les armes devant elle. A la vue de sa tenue proche du corps et de sa forme physique, il comprend qu’elle est probablement une shinobi, même s’il pouvait déjà le deviner en la voyant à l’intérieur d’un magasin d’armes. Alors qu’il la regarde pendant un temps, elle ne semble pas le remarquer ou du moins elle ne lui prête pas attention. Il se tourne alors et fait mine d’inspecter les shurikens et fûma shurikens accrochés aux murs sur le côté opposé, tout en se rapprochant du marchand qui a les coudes posés sur le comptoir. Saji pose un bout de papier devant lui.

Saji a écrit:
« Bonjour. Je ne suis pas ici pour acheter une arme mais pour autre chose. »

L’expression du visage du marchand change au quart de tour, trahissant sa double identité. Il fait oui de la tête comme pour montrer à son interlocuteur qu’il comprend la nature de sa requête puis lui fait signe de l’accompagner derrière le comptoir. Saji jette un coup d’œil derrière lui, se demandant si la cliente suspecte ce qui est en train de se passer. Le marchand se met alors à l’interpeller pour l’assurer qu’il allait montrer des pièces uniques dans la réserve et qu’il allait revenir.

Marchand: « Ne bougez pas ! Je montre juste à ce client quelques armes de collection. »

Les deux hommes disparaissent à l’arrière de la boutique, à travers une porte couverte d’un rideau rouge. Saji commence à suivre l’homme à travers un couloir et la seule porte au bout de celle-ci ouvre sur une petite salle où sont entreposés des cartons d’armes en tous genres. Une table et deux chaises en bois sont placées au milieu de cette petite salle de stockage très encombrée par les cartons. Le lieu est poussiéreux et dégage une odeur de reliques, mélangé à un parfum d’assaisonnement de ramen, probablement parce que le propriétaire vient ici pour manger quand il n’est pas au comptoir. Le marchand fait signe à Saji de s’asseoir sur la chaise en face, le shinobi s’exécute tout en gardant l’œil vigilant. Il parcourt la salle du regard, essaie d’explorer les angles desquels pourrait venir une menace. Il ne sait pas s’il doit lui faire confiance, surtout que ce genre de rencontre en duplicité ne lui inspire jamais la plus grande sécurité. Soudain, il voit deux bras venir de derrière lui alors qu’il est assis, les mains tenant un fil noir reviennent rapidement vers sa gorge. Un piège ! Saji se lève et recule pour pousser son assaillant contre le mur, lui donne un coup au nez avec l’arrière de sa tête, et écrase son pied, avant de l’assommer d’un coup à la nuque. Il se retourne pour voir le marchand le menacer de son épée. S’ensuit alors un affrontement entre les deux sabreurs à l'arrière de la boutique. Pendant ce temps, à l'avant de la boutique, un groupe de trois hommes vêtus d’un long manteau pénètrent à l'intérieur et se découvrent pour révéler des armes à la ceinture, il se préparent à attaquer la kunoichi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 7 Oct 2018 - 15:09
Un homme était entré dans la boutique après elle. Akane lui jeta un simple coup d’œil, comme si elle était une cliente curieuse. Il portait une tenue complète de shinobi, cachant même ses yeux. Elle reporta rapidement son attention sur les armes devant elle. En réalité, certaines étaient de très bonne qualité et il se pourrait qu'elle dépense vraiment de l'argent ici un jour. Enfin, si il n'y avait aucun risque d'être associée à la pègre du coin.

Le client s'approcha du marchand. Elle n'entendit et ne vit pas ce qu'il fit, mais ils partirent dans la réserve. Elle hocha la tête en signe d'acquiescement lorsque le contact de son père lui demanda de ne pas bouger. Ça ne risquait pas, il était son seul moyen de remonter jusqu'à lui. Que lui avait donc dit le shinobi pour pouvoir aller à l'arrière ? Il s'agissait même plutôt d'un signe, puisqu'elle était presque certaine de ne pas l'avoir entendu. La phrase qu'elle connaissait n'était donc plus valide ? Le mot de passe de reconnaissance avait-il changé ? Si c'était le cas, elle ne connaissait pas le nouveau et n'avait plus qu'à espionner le marchand et son « client ». Mais elle n'eut pas le temps de s'y rendre car un groupe d'hommes entra dans la boutique.

Pour leur part, ils n'avaient pas des têtes à venir acheter des armes. Ils en portaient déjà à leurs ceintures et la menaçaient avec. Super ! Elle n'avait rien fait pour mériter ça, pourtant. Avait-elle été reconnue ? Elle avait prit toutes les précautions nécessaires pourtant... Ou peut-être qu'elle avait été repérée dès son arrivée à Kiri, et avaient attendu qu'elle se présente ici pour lui régler son compte. Elle s'était crue en sécurité ici, et elle n'avait même pas donné de faux prénom ! Quelle imbécile ! Bien que son père ne connaisse pas son véritable nom de famille, son prénom et sa description suffisaient à la faire reconnaître. Elle n'avait vraiment pas assuré sur ce coup là...

Mais elle n'avait pas vraiment le temps d'y réfléchir maintenant. L'un des trois hommes se jeta sur elle, et elle attrapa un katana posé derrière elle pour parer son attaque. Puis elle s'appuya sur une seule jambe pour le repousser violemment de l'autre. Il tomba dans une vitrine derrière lui, qui se cassa dans un tintement de verre brisé. Le second arrivait déjà et elle eut à peine le temps de se mettre en posture de défense. Ils échangèrent quelques coups, faisant tinter leurs lames. Le troisième lança une salve de shurikens, qu'elle esquiva en se baissant au sol. Dans la continuité de son geste, elle effectua un demi cercle pour faucher de sa jambe l'homme armé devant elle. Il chuta sur celui qui se relevait, le faisant tomber sur les morceaux de verre.

Le dernier homme avait courut vers elle durant le temps qu'elle effectue son mouvement. Il l’attrapa par les cheveux pour la relever. Il ne mit pas de lame sous sa gorge comme elle s'y attendait, mais la souleva de toutes ses forces pour l'envoyer s'écraser contre le comptoir. Elle gémit sous le choc et mit quelques secondes à se reprendre. Elle se releva quand même, tout comme les autres. Ils se faisaient de nouveau face, à trois contre une. Même s'ils étaient plutôt deux au vu de l'état d'un d'entre eux dont des morceaux de verre étaient encore plantés dans le dos. Ils s'avançaient dangereusement et elle chercha du regard une seconde arme à saisir pour se défendre. C'est là qu'elle vit le mot. Il n'y avait pas de mot de passe, pas de phrase type pour signifier qu'ils étaient du même côté. Juste quelques mots pour signifier qu'il savait ce qu'ils faisaient, et ils avaient dû mal le prendre. Comme elle était entrée quelques minutes avant lui, ils avaient dû croire qu'ils étaient ensemble. Peut-être qu'elle n'était pas découverte. Pas encore... Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir.


- « La neige rouge couvrira tout le pays. »

Ils s'arrêtèrent brusquement, avant de se regarder. L'un d'entre eux fit un signe de tête à celui qui était blessé, lui indiquant d'aller dans la réserve. Les deux autres restèrent avec elle pour la surveiller, mais ne s'avancèrent plus. Ils attendaient maintenant les ordres pour savoir ce qu'ils devaient faire. La jeune femme, adossée au comptoir, concentra ses sens pour essayer de savoir ce qu'il se passait de l'autre côté. Ses yeux ne lâchaient pas les deux mercenaires du regard.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 7 Oct 2018 - 16:25
Les lames s’entrechoquent à l’arrière-boutique, faisant voler des étincelles orangées dans l’air à chaque contact du métal contre le métal. Saji et le marchand sont concentrés dans leur duel, bien décidés à faire mordre la poussière à leur vis-à-vis. Que se passe-t-il ? Le marchand et cet homme qu’il vient d’assommer seraient donc des éclaireurs en ligue avec son frère pour éliminer toute personne cherchant à connaître sa position ? Il s’agit du moins du scénario le plus probable et sans réfléchir davantage, il revient à la charge avec un coup de sabre horizontal que bloque son adversaire. Saji enchaîne avec de multiples coups de sabre qui se terminent dans le décor, laissant des entailles sur les murs suite aux esquives du marchand. Ce dernier démontre une certaine aisance dans le maniement du sabre, il faut le reconnaître. Les deux hommes sont au coude à coude, mais ils commencent par entendre des cris et des bruits de verre provenant de l’avant de la boutique. Il ne comprend vraiment pas ce qu’il se passe, et maintenant il se contente de réagir par réflexe d’auto-défense. Aucun des deux ne se laisse distraire par les sons venant de la pièce d’à côté, trop concentrés sur la cible d’en face. Son adversaire montre davantage d’agressivité dans ses assauts, faisant pression sur Saji qui recule de plus en plus contre le mur en essayant de parer chaque attaque. Finalement son dos touche le mur et son adversaire essaie de l’achever avec un coup d’estoc. Aussitôt Saji se baisse juste à temps et donne un violent coup de genou à l’estomac qui fait reculer sa victime. Le marchand désormais acculé, il se tient le ventre tout en brandissant son arme, mais il arrive à peine à tenir debout, tellement il est plié par la douleur. Marchant dans sa direction, Saji attrape la poignée de son adversaire, le désarme et l’assomme d’un coup de poing. Enfin, le combat est terminé et il examine les deux hommes inconscients au sol, tandis qu’il entend des bruits de pas venir dans sa direction.

L’homme qui arrive devant la porte respire difficilement, comme s’il venait de sortir d’une bagarre. Il porte des petits bouts de verre au niveau de l’avant-bras au milieu desquels coulent des filets de sang. Il se fige au moment de voir les deux hommes au sol puis fixe du regard le ninja vêtu de noir. Ce dernier reste immobile, surpris par l’état de son interlocuteur qui vient d’apparaître. Il semble attendre de voir ce que l’autre lui dit avant d’effectuer le moindre mouvement, néanmoins prêt à contre-attaquer si la moindre hostilité se manifeste. Il lève les mains devant lui, la paume en avant, montrant qu’il ne cherche pas la confrontation. L’homme blessé brandit son épée devant lui faisant signe à l’intrus de ne pas bouger, puis ouvre la conversation, ou plutôt le monologue.

??? : « Vous ! Pas de mouvement brusque ! Ou je vous découpe ! Que faites-vous ici ? Que leur avez-vous fait ? »

Il n’a en effet aucune raison de croire que les intentions de Saji sont bonnes et qu’il n’est pas en train d’essayer de le duper en faisant mine de ne pas être agressif. Il est d’autant plus suspect qu’on ne peut percevoir aucune expression de son visage et qu’il reste absolument muet malgré les questions de son interlocuteur qui le tient en otage. Il se met à reculer doucement au fond de la salle, toujours en restant face à l’homme qui tient la pointe de l’épée vers lui. Cela permet donc à celui-ci de se rapprocher des corps de ses camarades inconscients, tourner leur paume vers le haut et poser ses trois doigts au niveau de leur poignet. Ils respirent encore, ils sont juste inconscients. Cependant, cela ne change en rien les faits, Saji les a attaqué, il est donc déjà coupable, mais son attitude désormais passive et pacifique est pour le moins étrange. Au fond il sait qu’il est innocent et qu’il a agi pour se défendre de façon légitime, mais l’autre ne le sait pas. Il faut donc qu’il s’explique. Il sort donc un carnet de sa sacoche et commence à écrire dessus, à la grande stupeur de l’homme en face de lui qui ne comprend pas. Une fois le message terminé, il tend un bout de papier déchiré que l’autre lit avec méfiance.

Saji a écrit:
« Je suis ici pour une information sur quelqu’un que vous connaissez peut-être. Vos amis m’ont attaqué. Je me suis défendu.»

??? : « Comment ça ? »

Celui-ci commence à comprendre pourquoi le ninja mystérieux s’est fait attaquer, probablement parce qu’il n’avait pas le mot code nécessaire pour assurer de son identité. Et au vu de son attitude, il n’est ni un espion ni un investigateur, car il aurait probablement déjà attaqué pour essayer de le neutraliser, d’autant plus qu’il semble suffisamment fort pour défaire deux hommes à la fois en combat rapproché. Il cherche donc vraiment à obtenir une information de leur part. Sur ce malentendu résolu, l’homme range son épée et fait signe à Saji de rester ici. Il crie à ses camarades de l’autre pièce de le rejoindre accompagnés de la kunoichi, afin qu’il explique la situation à tout le monde et désamorce les tensions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 7 Oct 2018 - 23:02
Toujours adossée au comptoir, la kunoichi écoutait ce qu'il se passait plus loin. Dans la pièce qu'elle ne voyait pas mais entendait. Elle comprit que l'homme passé à l'arrière avait réussi à neutraliser les autres hommes. Les autres ? Il devait y en avoir au moins un autre caché dans l'arrière boutique. Il avait été plus efficace qu'elle. Il devait être plus doué. Ou bien il n'avait pas eu à se battre à un contre trois... Dans la boutique où elle se trouvait, personne n'était entré et heureusement. Comment aurait-on pu réagir en voyant une vitrine brisée, des morceaux de verre et du sang à terre ? On s'était battus ici et on le devinait en un seul coup d’œil.

L'homme blessé se mit à crier et Akane sursauta. Non pas de peur, mais car ça lui fit mal aux tympans. Elle avait mit ses sens en alerte pour écouter les chuchotements mais ne s'était pas attendue à ce que quelqu'un hurle. La douleur fut vive mais passa rapidement. Elle fut escortée par un des deux hommes dans l'arrière boutique. L'autre resta dans le magasin, et ferma la porte avant de tourner la pancarte vers « fermé ». C'était plus prudent même si l'horaire de fermeture restait louche. Le magasin serait nettoyé plus tard.

La lycanthrope fut emmenée dans un couloir, puis elle arriva bientôt dans une pièce emplie de cartons. Elle put y voir deux hommes à terre, visiblement assommés. Leur torse se soulevaient, donc ils respiraient encore. Un seul était debout, celui qui était entièrement vêtu de noir. Il ne bougeait pas et semblait simplement attendre la suite des événements. Tout comme elle, donc. Elle se mit elle aussi debout, contre un mur, à droite de la porte. Celui qui était blessé respirait difficilement, il semblait avoir mal. Il se pencha vers le marchand et le fit asseoir sur une chaise, avec l'aide d'un des deux autres. Avant de s'asseoir lui-même sur la seconde, tout en faisant attention de ne pas appuyer son dos contre le dossier. Le dernier arrivant restait lui aussi debout, devant la porte. Pour la bloquer et ne laisser personne sortir. Les deux malfaiteurs à côté de la table se regardèrent, ne sachant visiblement que faire.

Puis leurs regards allèrent des deux shinobis au marchand assommé. Ils n'étaient que des hommes de main et sans maître, ils n'avaient pas l'air de savoir comment agir. Akane resta silencieuse, ne voulant pas prendre le risque de faire quoi que ce soit qui joue en sa défaveur. Puis le plus proche du marchand le secoua légèrement pour tenter de le réveiller. Avant d'aller chercher de l'eau pour lui verser dessus, voyant que ça ne marchait pas. Puis, comme ça ne marchait toujours pas, il hésita et lui donna une claque. Cette fois le marchand gémit légèrement, avant de cligner des yeux. Il prit quelques secondes pour se reprendre et se mit rapidement debout pour se positionner face à Saji.


- « Vous ne l'avez pas maîtrisé ? »

Il parcourut la pièce du regard pour chercher son arme, qu'il prit en main. Ce faisant, il vit aussi Akane et reprit :

- « Qu'est-ce qu'elle fait là ? »

L'homme blessé tenta de se justifier, d'une voix de plus en plus faible.

- « Il n'est pas venu nous attaquer. »
- « Et elle connaît le mot de passe. »


Ajouta celui qui avait réveillé le marchand. Celui-ci massa son crâne douloureux, en tentant de comprendre la situation. Voyant que les deux shinobis n'avaient pas l'air de vouloir l'attaquer, il ordonna à un de ses employés :

- « La prochaine fois que tu me gifles, je te coupe la main. Maintenant va l'aider, avant que je l'achève. »

Il désigna l'homme qui était quasiment affalé sur la table, avant de reporter son attention sur Saji.

- « Qu'est-ce que vous voulez ? »

Sa voix indiquait qu'il avait intérêt à ne pas lui faire perdre son temps pour rien.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 8 Oct 2018 - 1:20
Tous les regards se tournent alors vers le shinobi au shôzoku noir qui jusqu’ici n’avait pas bougé d’un pouce afin de ne pas faire dégénérer la situation une seconde fois. En réalité il n’a pas l’habitude d’être dans des situations aussi critiques où l’enjeu est aussi grand. Quand il s’agit d’aller faire ses emplettes ou d’aller au Grand Dojo, personne ne fait attention à lui ou lui parle à peine, il suit sa propre routine tranquillement. Mais ici et maintenant, sa vie se trouve menacée par un homme qui le presse de s’expliquer sur la raison de sa venue. Saji n’est pas obligé de révéler la raison de sa venue à toutes les personnes présentes, car il peut tout simplement montrer son message à une personne sans que les autres le voient. Doucement, il met la main dans sa sacoche. Immédiatement l’homme de main debout met la main sur le pommeau de son épée en réaction à ce geste apparemment hostile. Le marchand s’apprête à se lever mais l’homme blessé lui pose la main sur l’épaule pour l’apaiser.

Saji est surpris par cette interpellation soudaine et lui fait signe de se calmer d’une main, tandis que l’autre main sort un carnet dont certaines pages sont apparemment déchirées. A la vue du carnet, la tension redescend. Il prend quelques secondes pour griffonner un message et le fait glisser sur la table sous les yeux du marchand qui a l’air interloqué par ce geste absurde ; il ne comprend pas pourquoi l’homme en noir ne parle pas et se contente de lui filer une note. Remarquant sa surprise, l’homme qui a déjà eu l’occasion d’échanger avec Saji intervient pour expliquer à son employeur.

Homme blessé : *tousse* « Il semblerait qu’il soit muet. »

Marchand : « Quoi ?! D’où tu me tires ça ? »

« Ne me posez pas la question à moi, j’en sais rien moi. Je suis pas un expert sur les muets. »

« Et comment il est censé s’expliquer ? hein ? »

« Bah… il y a cette note là, regardez. »

Le marchand se décide à lire discrètement la note à l’abri du regard des autres.

Saji a écrit:
« Je recherche un homme. Nobuatsu Ashikage. Uniforme blanc. Katana. On m’a dit que vous le connaissiez. »

Le marchand lève les yeux vers Saji qui attend sa réponse.

« Bon, il y a peut-être eu un malentendu en effet… On parlera du prix plus tard, ok ? »

Il se retourne et jette un regard vers la kunoichi en rouge adossée contre le mur et qui était silencieuse jusque là.

« Hum désolé pour euh… l’altercation. Ils ont attaqué sans réfléchir. En fait on recherche une femme en rouge aussi… et elle correspond presque exactement à votre description. »

Sans détailler davantage, il se gratte la tête comme pour contenir sa gêne et enfin il termine.

« Bon, sinon… On m’a dit que vous aviez le mot de passe. Vous êtes là pour quoi vous? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 8 Oct 2018 - 22:45
Akane observait la scène sans bouger ni faire aucun bruit. Rester dans l'ombre, c'était son truc et elle savait faire. On apprenait beaucoup de choses en se faisant oublier. L'autre shinobi présent semblait vouloir quelque chose du marchand, lui aussi. Mais elle ne put pas savoir quoi car il n'émit aucun son, du moins avec sa bouche. Il sortit un carnet pour tendre un mot au contact. Akane n'était pas vraiment sûre que le marchand soit vraiment son contact : l'homme qu'elle avait blessé prenait beaucoup trop la parole et effectuait trop de gestes pour n'être qu'un simple homme de main. Ou peut-être étaient-ils partenaires, et dans ce cas aucun des deux hommes n'avait d'emprise sur l'autre.

Elle ne sut pas ce qu'il lui demanda sur le papier, mais le marchand lui indiqua qu'ils parleraient du prix plus tard. Donc, il lui avait demandé une faveur. Puis ce fut à son tour d'expliquer sa présence. Mais quelque chose la chiffonnait. Une femme répondant à sa description, hein ? Il n'y avait que deux possibilités : Tatsuzô ne croyait pas à sa mort, ou bien une femme lui ressemblait et était recherchée. Mais étant du genre prudente, Akane pencha pour la première option. Ce qui signifiait que le marchand était bien en contact avec son père, mais qu'il y avait peu de chances pour qu'elle puisse lui faire confiance.


* C'est le bordel ! Il va falloir assurer ! *

Que dire alors ? Et que demander ? Pouvait-elle faire confiance à cet homme ? Ils attendaient tous qu'elle réponde, alors elle le fit.

- « Je suis là pour des informations. »
- « Mais encore ? »


Elle regarda son interlocuteur droit dans les yeux avant de reprendre :

- « Qui me dit que je peux vous faire confiance ? Que vous n'irez pas prévenir la personne sur qui je veux des informations, dès que j'aurais quitté cette pièce ? »
- « Je ne ferais jamais une chose pareille ! Il en va de ma réputation ! »
- « Donc, vous le trahirez lui, en me disant ce que je veux savoir ? »


L'homme parut tout à coup moins sûr de lui, mais continua :

- « Ça dépend de qui il s'agit et de ce que vous voulez savoir. Et de combien vous êtes prête à payer. »
- « D'accord. Donc si je vous dis que je veux tout savoir des prochains faits et gestes d'une personne, et que je me montre persuasive, vous me les direz ? Sans en faire part à cette personne ? »
- « Là encore, ça dépend de qui il s'agit.. »
- « Et s'il s'agit d'une personne dont vous refusez de me parler ? Aura t-elle vent de cette conversation ? »


Sa confiance dégringolait en flèche.

- « Je ne peux pas vous le dire tant que je ne saurais pas de qui il s'agit. »
- « Donc il y a des personnes avec qui vous travaillez si étroitement que vous refusez de donner des informations ? »


L'homme commença à s'agiter, mal à l'aise :

- « C'est possible. Oui... »

Celui qui était blessé intervint pour aider son camarade. Sa voix était faible mais ferme :

- « Dites-nous ce que vous voulez savoir et sur qui, ou déguerpissez. »

Akane hocha la tête. Il était temps de leur dire, maintenant qu'elle les avait déstabilisés et obtenu en partie ce qu'elle voulait. Elle se tourna alors vers le shinobi entièrement vêtu de noir qui avait malgré lui assisté à la conversation :

- « Puis-je me servir de votre carnet ? Pardonnez-moi mais je ne vous connais pas et ne fais pas affaire avec vous. »

Il n'avait pas besoin de savoir de qui elle parlait. Elle aussi voulait garder une partie de sa conversation secrète. Cet homme avait peut-être simplement trouvé comment être encore plus discret, et faisait semblant d'avoir un handicap pour exploiter cette idée. Ça avait tout de même des bons côtés finalement, d'être muet.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 9 Oct 2018 - 9:26
Alors que l’attention du marchand se détourne et se focalise sur la mystérieuse kunoichi adossée près de la porte, Saji s’inspecte pour vérifier s’il a été blessé quelque part, ou si une blessure ancienne s’est rouverte à cause du combat. Il repense à la plaie qu’il vient de recoudre plus tôt dans la journée. En se concentrant, il peut sentir une chaleur et un liquide couler au niveau de l’abdomen, avec un picotement douloureux qui lui fait comprendre que c’est bien le cas. Il aurait dû être plus prudent, cela lui apprendra. S’il doit se battre de nouveau, il risque d’être en grande difficulté mais il ne voit pas de raison pourquoi ces personnes désormais moins hostiles chercheraient à le duper. Pendant ce temps-là, le contact demande à l’autre ce qu’elle souhaite savoir mais cette dernière se montre peu coopérative, et même de plus en plus méfiante. Elle lui assène des questions comme elle le rouerait de coups, on comprend assez facilement qu’elle prend le dessus dans la conversation. Elle parvient à lui faire baisser sa garder à chaque réplique, le désarmant de toute possibilité de répondre autrement que dans la direction qu’elle souhaite le faire prendre. Elle dirige la conversation avec une telle aisance que Saji en reste coi… même si c’est presque toujours le cas. Façon de dire qu’il est réellement impressionné par le verbe de la jeune femme, lui qui en a toujours manqué. La conversation se poursuit et apparemment la situation devient de plus en plus tendue, si bien que l’homme blessé doit intervenir pour y couper court. Il donne un ultimatum à la jeune femme, laquelle acquiesce de la tête et se met à se rapprocher du shinobi au shôzoku noir… pour lui demander son carnet. Elle s’adresse à lui pour la première fois, en expliquant qu’elle ne le connaît pas et ne fait pas affaire avec lui, et que par conséquent elle n’a pas de raison de partager son information avec lui. Naturellement, Saji comprend ses raisons. Il fait oui de la tête et sort à nouveau le carnet de sa sacoche. Cette fois les hommes de main ne réagissent pas, comprenant qu’il ne sort pas d’arme cette fois non plus.

La main tenant le carnet est tendue en direction de la femme. Il a une couverture rouge sang et un crayon se trouve entre deux pages, ouvrant légèrement le carnet sur une double page où l’on peut remarquer que de nombreuses pages ont été déchirées. Sur la page de gauche, Saji a commencé à écrire des notes sur les pistes menant à son frère à Kiri. Certains mots sont soulignés, d’autres entourés. On peut notamment remarquer « Tatsuzô » au milieu de la page, avec d’autres noms de personnes d’intérêt apparemment connectées à quelqu’un qui semble être frère du ninja muet, du nom d’ « Ashikage ». Si la kunoichi se décide à quitter la double page et lire les pages précédentes, elle verrait d’autres listes de noms et de lieux entourés ou soulignés. Il s’agit de pistes qu’il a rencontrés lors de ses recherches peu fructueuses dans le Pays de l’Eau, avant même qu’il n’intègre le village shinobi de Kiri. Cette fois, il sent qu’il se rapproche de plus en plus de son frère Ashikage même s’il semble tout faire pour couvrir ses traces à chaque déplacement. Il peut continuer à courir mais il finira par le retrouver. Il peut corrompre tous les hommes qu’il souhaite, mais rien ne l’empêchera de rendre justice à son maître. Quel type de justice il ne sait pas. Mais dans tous les cas il doit répondre de ses actes. Si seulement la kunoichi choisit de lire le reste, c’est-à-dire les toutes premières pages du carnet, elle verrait une succession de réflexions personnelles et philosophiques sur les guerres shinobis et la voie du sabre. Des mots comme « Morale », « Orgueil » ou « Responsabilité » ressortent assez fréquemment lorsque l’on balaye rapidement les paragraphes du regard. Dans l’ensemble, les pages sont légèrement froissées, certaines légèrement tâchées par de la terre voire du sang. On peut facilement deviner que le carnet a beaucoup servi et que son utilisateur a connu nombre de péripéties.

Une véritable mine d’informations s’ouvre à elle, mais le temps est compté, les regards sont posés sur elle tandis qu’elle reçoit le carnet ouvert sur la double page. Elle ne soupçonne pas encore ce qu’il peut contenir mais que décidera-t-elle de faire lorsqu’elle écrira son message ?Et comment réagiront les autres?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 9 Oct 2018 - 22:33
Le muet accepta sa demande sans broncher. Il chercha son carnet dans sa sacoche, et Akane tendit la main pour le prendre. Mais à peine eût-elle posé les doigts dessus, qu'elle se rendit compte qu'il n'était pas qu'un simple carnet permettant de dialoguer avec les autres. C'était un objet chargé d'histoire. Il était usé et semblait faire partie de la vie de l'homme depuis longtemps. Elle caressa la couverture du bout des doigts comme s'il s'agissait d'un objet précieux, pour tenter de connaître l'âge du cuir rouge. Puis elle prit délicatement l'objet des mains de son propriétaire, en levant les yeux vers lui.

- « Merci. »

Sa voix n'avait plus le même ton que lorsqu'elle s'était adressée à lui plus tôt, et encore moins quand elle avait parlé au marchand. Son regard redescendit vers l'objet et elle l'ouvrit à la page où se situait le crayon. Et le ninja muet n'eut certainement aucun mal à lire la surprise sur le visage de la jeune femme. Là où elle s'attendait à trouver des pages blanches, elle vit des notes. Des mots, des annotations. Ça ressemblait à des résultats de recherches. Pourquoi l’homme ne lui avait-il pas ouvert son livre à une page vierge ? Elle ne lui avait pas fait confiance et avait refusé de dire des choses devant lui. Alors que pour sa part il lui montrait une partie de sa vie ! Elle releva les yeux vers lui, intriguée. Le questionnant du regard. N'avait-il rien à cacher ? Ou lui faisait-il confiance pour ne rien divulguer de ce qu'elle verrait ?

Elle reporta son attention vers l'objet. Elle ne voulait pas forcément être indiscrète, mais elle lut presque malgré elle certains mots. En posant les yeux sur les lignes, elle les lisait également. Deux mots en particulier retinrent son attention. L'un qui ne lui disait rien, et l'autre... Fit passer sa surprise en colère.


- « Tatsuyô. »

Elle entendit les hommes déglutir derrière elle, alors qu'elle avait soufflé un unique mot. Akane releva les yeux vers l'homme qui lui faisait face et lui tendit son carnet. Elle ne l'avait tenu que quelques secondes dans les mains et n'y avait même pas écrit, mais cela avait suffit. Pour comprendre qu'ils étaient du même côté, et qu'elle n'avait pas besoin de lui cacher le nom de l'homme qu'elle recherchait. Elle se retourna alors vers les autres, et annonça plus fort le nom :

- « Tatsuyô. C'est de lui dont je veux des informations. »

La métamorphe avança vers eux, comme le ferait un prédateur avec sa proie. Doucement, silencieusement, mais d'un pas assuré.

- « Quel est son prochain coup ? Avec qui ? Que manigance-t-il en ce moment ? »
- « Non ! On ne peut pas ! »


Elle s'arrêta net. L'homme blessé ne parlait pas mais il était plus pâle qu'il y avait quelques minutes. Même celui qui montait la garde devant la porte semblait avoir peur.

- « Et pourquoi ça ? »
- « Parce qu'il nous tuerait ! Ou pire encore ! »
- « Mais il n'est pas obligé de savoir que vous me donnez ces informations, n'est-ce pas ? »


Ils se regardèrent, avant de reprendre :

« On ne peut pas ! Vous ne le connaissez pas ! »
- « Vous refusez donc de donner des informations sur lui ? »
- « Oui, désolés. »
- « Parce que vous travaillez avec lui. »
- « Ce n'est pas ce que j'ai dit... »


Elle y était. Elle prit une grande inspiration avant de continuer.

- « Si, vous l'avez dit. Vous avez dit tout à l'heure que les personnes dont vous refusez de donner des informations sont celles avec qui vous travailliez. Je vous ai posé la question, et vous m'avez dit oui. »

Il la regardèrent sans rien dire. Elle n'aimait pas ça. Elle n'aimait pas dialoguer, elle n'aimait encore moins avoir ce genre de dialogue. Ce n'était pas son truc. Elle préférait largement rester dans l'ombre et observer, analyser la situation. Sans y participer. Mais si elle voulait avoir ce qu'elle désirait, la kunoichi n'avait pas vraiment le choix.

- « Donc, vous travaillez avec lui, et refusez de me donner les informations dont j'ai besoin. Dans ce cas, je crois que les autorités de Kiri seraient ravies d'apprendre vos activités et le nom de votre collaborateur. »

Le marchand se mit debout face à elle, il tremblait de tous ses membres. De peur ou de colère ? Elle n'aurait pas su le dire.

- « Vous ne comprenez pas ! Vous ne comprenez pas de quoi il est capable ! »
- « Vous refusez toujours de m'aider ? Je me suis pourtant montrée persuasive... »
- « Arrêtez ça ! Il est dangereux, il est capable de tout ! Il a même tué ses propres filles ! »
- « Je sais ! »


Elle avait haussé la voix, pleine de colère. En voyant l'expression apeurée du marchand, et surtout devant son propre état, elle recula de quelques pas. Les poings serrés, elle se tut, laissant retomber la pression. Il était son seul contact, et elle ne devait pas s'emporter contre lui.

* Doucement, doucement. Calme toi ! *

Elle devait se calmer ou ça allait dégénérer. Elle avait déjà eu ses aveux, c'était une très bonne chose. Il ne restait plus qu'à le persuader. Mais d'abord, elle devait reprendre le contrôle sur ses émotions.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mer 10 Oct 2018 - 19:06
Alors que la jeune femme pose les yeux sur le contenu du carnet ses yeux semblent se fixer sur une certaine partie ou un certain mot de la page de gauche. Son visage se trouvant juste devant lui, il se trouve dans la meilleure position pour suivre son regard dont il découvre la couleur bleutée. Des yeux d’un bleu tellement foncé qu’il les croyait bruns jusqu’à maintenant. Il l’entend ensuite mentionner un nom à voix haute si bien que les autres l’entendent : « Tatsuzô ». Le visage de la femme se crispe, ses yeux désormais marqués par la colère. Soudain son regard se lève pour croiser celui de Saji lequel manque de sursauter. Sa main s’ouvre toute seule lorsque la femme lui pose directement le carnet dans les mains, elle lui tourne le dos pour faire face aux autres. Ces derniers semblent quelque peu mal à l’aise après l’annonce du nom de « Tatsuzô ». Elle s’avance doucement vers eux en continuant de leur faire pression avec ses accusations, afin de soutirer les informations dont elle a besoin. Sa façon de parler est relativement dominante et pousserait n’importe qui à céder. Et pourtant ils restent convaincus que l’homme qu’ils sont en train de protéger est le plus dangereux. Ses questions sont incisives et mettent le marchand dans une impasse. Il avoue enfin qu’il a une relation de travail avec cet homme qu’elle a mentionné mais qu’il ne peut pas communiquer davantage d’informations à son sujet, apparemment parce qu’il a peur des représailles.

Ne comprenant pas complètement ce qu’il se passe, Saji se dit toutefois que si la situation explose de nouveau, il ne pourra pas se battre avec la même forme physique que tout à l’heure. La douleur à l’abdomen devient de plus en plus importante et il essaie de le cacher en restant de marbre, cependant il ne peut se retenir de garder une main sur la plaie. Il ouvre alors son carnet et se met à écrire quelque chose pendant que la scène se déroule devant ses yeux. La femme devient de plus en plus inquisitrice dans ses propos. Elle les accuse de travailler pour ce « Tatsuzô » qui d’après le marchand aurait même tué « ses propres filles » ce à quoi la kunoichi répond « Je sais ». Cette dernière exclamation plonge la salle dans un silence extrêmement tendu. Elle semble prête à leur sauter à la gorge. Sa respiration s’accélère et elle serre des poings. Il est temps d’intervenir.

Il fait quelques pas en avant et pose sa main sur l’épaule de la kunoichi afin de l’apaiser. Ces hommes ont l’air véritablement effrayés par cet individu qu’elle cherche et rien ne semble changer cela. Malgré ses multiples tentatives ils n’ont toujours pas craché le morceau, autant trouver une alternative plutôt que de les brutaliser davantage. Il tend un papier déchiré avec quelques empreintes rouges de sang à la kunoichi.

Saji a écrit:
« J’ai des raisons de croire que votre Tatsuzô a un lien avec mon frère. Nous ne les convaincrons pas de nous donner une information directe sur lui, mais si nous passons par quelqu’un qui lui est lié nous pourrions trouver une piste alternative. »

Il marche devant elle pour se rapprocher du marchand effrayé à qui il tend un deuxième papier.

Saji a écrit:
« Pointez-moi dans la direction de mon frère, avec votre prix. »

« Vous payez d’abord. Et vous aurez l’info. »

Saji marque un temps pour écrire sa réponse.

Saji a écrit:
« Soit vous me répondez ici et maintenant, soit je laisse madame ici présente vous dire ce qu’elle en pense. »

Le marchand dirige timidement ses yeux vers la kunoichi avant de revenir sur Saji.

« Ok ok. Mais vous me devrez un « service » en échange. »

Saji effectue un mouvement de tourniquet avec la main pour faire signe de développer.

« Quel genre de service ? Et bien il s’agit de « convaincre » un homme de me laisser tranquille avec ma dette que je lui dois. »

Voyant que son interlocuteur fait non du doigt, le marchand le rassure. Il esquisse un sourire malicieux qu’il n’osait pas afficher en face de la kunoichi.

« Ho ho ne vous inquiétez pas, je ne vous demande pas de le tuer… juste de faire passer le message. Vous comprenez ? Je sais où vous habitez et je vous enverrai un message avec ses coordonnées. »

Saji acquiesce de la tête. Il n’est pas sûr dans quelle type d’affaire il s’est fourré, mais qu’importe, sa quête est plus importante. Pour ce qui est d’effacer la dette, il espère trouver un moyen diplomatique avec le créancier. De toute façon, il ne s’agit pas du problème actuel, c’est à voir plus tard. Là maintenant, il a besoin de la fameuse information pour retrouver son frère.

« Quant à votre frère… hum voyons… je connais une source qui connaît un gars qui a entendu d’un autre gars qu’il avait croisé votre frère. C’est tout ce que je peux vous dire. Je peux vous dire où se trouve ma source et de fil en aiguille, vous n'aurez plus qu'à retrouver le contact direct hehe... ça devrait aller non? »

C'est la seule piste dont il dispose, il n'a pas vraiment le choix. C'est le dernier fil qui lui permet de rester sur les traces de son frère. Saji pense tout d'un coup à quelque chose et note encore un message sur son carnet.

Saji a écrit:
« Et l’information est récente ? »

« Oui, elle date d’hier. »

Saji semble hésitant, presque méfiant, ce que remarque son interlocuteur.

« Bon vous savez quoi? Je vous laisse retrouver ce contact direct qui aurait croisé votre frère, et une fois que c'est fait vous vous occuperez de ma dette d'accord? »

Malgré la pauvreté de l’information, cela reste peut-être leur seule piste pour retrouver et son frère Ashikage, et ce fameux Tatsuzô. Mais en quoi ils sont liés, cela il l’ignore encore, mais ses recherches lui ont seulement permis de savoir qu’il a le bras long et qu’il contrôle un réseau. Un réseau dont son frère aurait fait partie ou du moins avec lequel il a été en contact à un moment donné. Peut-être que cette femme pourra le renseigner à ce sujet une fois qu’ils seront sortis d’ici. Saji serre la main au marchand qui lui donne une note contenant les coordonnées de sa source. Il s'apprête à sortir quand il s'arrête pour se retourner vers l'inconnue à qui il fait signe de le suivre de la tête. Une fois à l'avant de la boutique, il s'arrête au comptoir pour lui écrire quelque chose.

Saji a écrit:
« Désolé de vous avoir emboîté le pas, mais je pense ne pas m'être présenté. Mon nom est Nobuatsu Saji. Et comme vous l'avez compris, je recherche quelqu'un, tout comme vous. Pouvez-vous m'en dire plus sur votre... homme?»



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Jeu 11 Oct 2018 - 15:54
Akane s'était tue pour ne pas empirer les choses et tenter de se calmer. Elle ne voulait pas faire dégénérer la situation. Elle qui était la plupart du temps calme et discrète, ne se reconnaissait plus. Cela la touchait de bien trop près. Alors elle contrôlait son souffle afin de faire retomber la tension qui avait fait crisper tous ses muscles. Elle n'arrivait à rien de cette façon, et cela l'énervait d'autant plus. Elle avait fait tout ce qu'elle pouvait, mené la conversation à la façon de son père et pourtant, cela ne servait à rien ! Et ils étaient le seul lien qu'elle lui connaissait à Kiri...

L'homme derrière elle - qu'elle avait quasiment oublié durant son « interrogatoire » - posa la main sur son épaule. Cela la fit sursauter, et elle se maudit une nouvelle fois de se laisser si facilement submerger par les émotions. Elle en avait oublié toute prudence, laissant dans son dos un inconnu. Et elle s'était laissée surprendre. S'il avait voulu la tuer, il aurait certainement pu réussir son coup. Et merde ! Mais il n'était pas hostile, et il lui tendit un papier avec quelques mots. La première chose qu'elle vit furent des taches de sang. Elle posa un doigt dessus : il était encore humide. L'homme était blessé, et elle n'avait même songé qu'il puisse l'être. En temps normal, elle n'en aurait rien eu à faire, mais il était apparemment son allié sur ce coup-là. Elle prit alors conscience que son propre dos la faisait souffrir. Avoir été projetée contre un comptoir laissait apparemment quelques marques... Elle lança un coup d’œil à l'homme qu'elle avait elle même fait tomber dans les morceaux de verre. Il n'avait toujours pas eu le temps de les enlever et était très pâle. Mais lui non plus ne disait rien.

Ils avaient tous envie que cet entretien se termine. Alors pourquoi ne crachaient-ils pas le morceau ? Elle se posait la question mais savait pertinemment la réponse. Quand elle travaillait pour lui, elle n'avait jamais vraiment fait attention à la peur qu'il inspirait. Et elle avait contribué à lui faire cette réputation, à répandre cette terreur. La kunoichi lut le papier et hocha la tête. Bien, elle le laisserait prendre le relais. Elle plia la note et la rangea précieusement sous le tissu protégeant son poignet. Et comme s'ils jouaient au bon et au mauvais shinobi, il s'adressa à son tour au contact.

Akane croisa les bras sous sa poitrine, observant avec attention tout ce qui se déroulait devant elle. Le marchand lui jeta un bref coup d’œil. Elle ne parvenait pas vraiment à savoir ce qu'il se disait car il lui manquait la moitié de la conversation. Mais de ce qu'elle comprenait, et au vu de ce qu'il lui avait écrit, il essayait d'avoir des informations sur son propre frère. Ce qui les mèneraient tous les deux à son père à elle. L'homme d'affaires semblait avoir retrouvé ses repères et il proposa à son allié du moment d'effectuer un service pour lui. Elle fronça les sourcils, surtout quand il ajouta qu'il « savait où il habitait ». Elle prit ça pour des menaces. Mais le shinobi eut l'air d’acquiescer et ne pas s'en inquiéter. Elle était très prudente, presque paranoïaque, mais lui sur le coup lui semblait assez... Naïf. Savait-il dans quoi il s'embarquait ?

Il avait cependant quelques appréhensions car le marchand lui offrit de vérifier l'information avant de rembourser sa dette. Pour mieux l'appâter, certainement. Mais l'homme masqué ne releva pas. Lui aussi devait être désespéré et prêt à tout pour retrouver sa famille. Ils se serrèrent la main pour conclure le marché et le shinobi sortit, tout en lui adressant un signe discret pour lui dire de le suivre. Elle se tourna vers le contact et lui parla d'une voix froide :


- « Si vous voulez que la neige reste blanche, nous ne sommes jamais venus ici. Nous aussi savons où vous habitez... »

C'était clairement une menace et il perdit de nouveau les couleurs qu'il avait reprises lors de sa dernière conversation. Elle venait à la fois de lui rappeler qu'elle était dans la partie en connaissant le mot de passe, et qu'il n'avait pas intérêt à signaler à ses autres contacts qu'ils étaient venus poser des questions. Et elle avait très bien compris ses propres menaces envers le muet... De plus, il était un petit joueur dans cette cour : il avait demandé à un inconnu de calmer un plus gros à qui il devait de l'argent. Peut-être une autre personne à interroger...

Elle retrouva l'homme masqué dans la boutique. Il lui tendit de nouveau un papier avec quelques mots. Il se posait des questions et elle disposait de quelques réponses. Elle hocha la tête pour lui signifier qu'elle y répondrait, mais pas pour le moment.


- « Pas ici. »

Akane tapota une de ses propres oreilles, pour montrer qu'on pourrait les entendre. Ils n'étaient pas dans un endroit sûr. Elle fit un geste vers la porte, l'invitant à lui montrer lui chemin. S'il connaissait un endroit où ils pourraient parler tranquillement, ce serait très bien. Mais pour le moment ils devaient sortir d'ici. Elle n'avait pas l'intention de devoir se battre de nouveau. elle ne savait pas si la boutique était surveillée, mais elle était restée fermée un peu trop longtemps pour ne pas attirer l'intention.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Jeu 11 Oct 2018 - 18:34
Maintenant qu’ils sont sortis, le shinobi muet et la kunoichi ont un peu de temps pour débriefer sur ce qu’il vient de se passer. Ils viennent de sortir d’une situation assez délicate qui a demandé beaucoup d’effort. Tout aurait pu arriver, le meilleur mais surtout le pire. Il aurait suffi d’un propos mal placé ou d’un geste de trop, et la conversation aurait pu se terminer en bagarre générale, ne profitant à personne et en pénalisant tout le monde par la même occasion. Ils peuvent s’avérer heureux ou du moins se satisfaire d’avoir réussi à s’entraider sans à avoir à se parler. La kunoichi jouant le rôle du mauvais policier tandis que le muet jouait celui du gentil. Un parfait tandem qui a réussi à convaincre le marchand à les laisser partir avec une information précieuse en poche. Alors que Saji se présente à l’intérieur de la boutique, la mystérieuse jeune femme lui fait signe de sortir et lui signale avec le doigt qu’on pourrait les entendre à cette distance. Elle a raison. Il reprend donc la marche, suivi de son nouvel allié et pousse la porte du magasin qui grince comme lorsqu’il est entré, puis la clochette résonne également, signalant à leurs hôtes qu’ils quittent les lieux. Les voilà maintenant devant le bâtiment, les rues sont presque désertées comme lorsqu’il est entré. La brume hivernale commence à couvrir le village, il devient très difficile de voir au loin. La présence qu’il ressentait lorsqu’il est arrivé a aussi disparu, il s’agissait probablement de ces hommes de main à l’intérieur qui faisaient le guet. Alors que Saji se tient encore la main à l’abdomen pour essayer de contenir le saignement, il regarde à gauche puis à droite tout en réfléchissant à un endroit où ils pourraient se rendre afin de pouvoir parler tranquillement. Ils ont besoin d’un lieu discret, où personne ne s’inquiéterait de voir deux ninjas armés jusqu’aux dents dont un qui en train de se vider de son sang. De petites gouttes rouges commencent à couler au sol derrière lui. Il a besoin de trouver un repaire et vite car il commence à voir un peu flou. Son appartement serait idéal pour discuter à l’abri des regards mais il vit dans le quartier central, celui où se trouve l’Académie dont la construction est en cours. Dans ce cas il ne voit pas d’autre solution… Il faut continuer à marcher presque aveuglément dans ce quartier qu’il ne connaît pas pour trouver ce qu’ils cherchent.

Quelques minutes plus tard, alors que Saji marche légèrement devant la kunoichi, il se retourne pour vérifier qu’elle est toujours là. C’est le cas. Mais ses pas sont très légers… presque félins. S’il n’était pas au courant qu’il était accompagné, il n’aurait jamais soupçonné sa présence. Ou peut-être s’agit seulement d’une impression… et ce serait l’effet de son imagination en train de céder à la douleur. Ils continuent d’avancer et de passer devant des boutiques peu fréquentées. Quelques passants par-ci par-là longent les commerces sur les côtés, en contemplant les produits en vitrine, tandis que le tandem marche en plein milieu de l’allée. Saji a semble-t-il perdu de sa vigilance. Enfin, dix minutes après avoir quitté la boutique d’armes, une taverne se profile à l’horizon. Les fenêtres laissent passer une lumière dorée signalant l’espoir d’un abri chaud et de regards moins curieux que s’ils s’étaient avancés davantage au centre du village. Ils s’approchent doucement. Avant d’entrer il jette un coup d’œil par la fenêtre pour voir si personne de louche n’est en train de prendre sa pause ici, comme un chuunin ou un jounin. Non, tout semble sûr. Il sait que les gens ici ne semblent pas vraiment surpris par les petites disputes ou échauffourées dans la rue, du moins pas dans ce quartier qui a conservé un noyau d’avant les mesures contre la criminalité du village de Kiri. Leur tolérance vis-à-vis des choses anormales ici est… plus élevée. Avant d’entrer, Saji vérifie sa main maintenant toute rouge puisqu’elle a tenu la plaie tout ce temps. Mais il semblerait que le saignement se soit arrêté, ou du moins que le sang a coagulé en cours de route. Depuis quand, il n’est pas sûr. Il est en tous cas soulagé de ne pas avoir à tâcher le parquet une fois à l’intérieur, ce qui aurait fortement irrité le gérant et attiré des regards indiscrets. Il espère seulement qu’il n’a pas laissé trop de traces depuis qu’ils se sont déplacés et que personne ne pensera à les suivre pour quelconque raison, car si les personnes de ce quartier sont moins sensibles à l’anormalité, cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont les mieux intentionnées. Bien au contraire.

Saji pousse finalement la porte en bois. Il sent déjà quelques regards fuser dans leur direction alors qu’ils viennent à peine d’entrer à l’intérieur. Ils sont sûrement curieux de savoir pourquoi un ninja complètement vêtu de noir et une kunoichi au rouge peu discret viennent de poser pied dans cette taverne peu fréquentée. Mais très vite les curieux tournent leur regard ailleurs, trop occupés à vider leur verre d’alcool ou à discuter d’affaires plus importantes avec leur vis-à-vis. Saji fait signe au gérant qui les aperçoit qu’il cherche une table pour deux, non pas pour un rendez-vous galant mais pour un débriefing rapide, et le temps qu’ils puissent récupérer et décider des prochaines étapes. Le gérant vient pour recevoir ses invités à la tenue étrange et leur propose une table dans un coin près de la fenêtre. Saji lui fait signe que non. Trop exposé. Puis il aperçoit une table contre le mur, à une certaine distance du reste des clients. Parfait. Ils s’assoient et il commence déjà à écrire un mot à la femme dont il ne connaît toujours pas le nom, elle semble en tous cas très réservée. Ce qui n’est pas sans rappeler… lui-même.

Saji a écrit:
« Attendez-moi ici je reviens. »

Saji se lève puis disparaît derrière la porte des toilettes communes. Il remonte une partie de son uniforme pour vérifier l’étendue des dégâts. La plaie est en effet rouverte et ce n’est pas très joli à voir. Heureusement il porte dans sa sacoche un bandage de secours qu’il utilise alors pour entourer son abdomen et essayer de contenir le saignement. Cela fonctionne pour le moment, il espère juste que celui-ci pourra tenir pendant la suite de leur investigation et que les contacts qu’ils vont interroger ne seront pas… difficiles. Il se lave les mains à l'eau froide pour nettoyer le sang séché. Son uniforme noir cache déjà bien les traces rouges ce qui est pratique. Il se rhabille et retourne voir la kunoichi à leur table quelques minutes plus tard comme si de rien n’était. Un fois assis, il commence à écrire un message pour ouvrir la conversation.

Saji a écrit:
« Maintenant que nous ne risquons pas d'être écoutés... Permettez-moi de me présenter, Nobuatsu Saji. Je suis l’un des Sept Sabreurs de Kiri… même si le clan n’a plus vraiment d’existence étant donné que nous sommes relativement dispersés et que ses membres ne cessent d’être substitués. Que diriez-vous que nous reprenions notre partage d’informations, à commencer par ce Tatsuzô. Vous n’êtes pas obligé de me dire pourquoi vous le recherchez, ni ce qui vous lie à lui mais juste ce que vous savez de lui. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Sam 13 Oct 2018 - 16:32
L' homme comprit son geste et passa devant. Akane prit soin d'éviter les morceaux de verre et sortit à son tour. La fraîcheur de l'hiver la saisit, mais malgré cela elle se sentit mieux qu'à l'intérieur. Elle avait moins l’impression d'étouffer. L'homme était juste dehors et elle le rejoignit. Il parut hésiter quelques secondes avant de se mettre en mouvement. Arrivée il y avait peu, la jeune femme ne connaissait pas encore assez le village pour savoir où se trouvaient les endroits sûrs. Même si techniquement dans un village shinobi ils auraient dû se trouver à l'abri... Elle le laissa donc les conduire et ouvrir la marche.

Et alors qu'il se mit en route, elle remarqua quelques gouttes de sang au sol, à l'endroit où il se situait quelques secondes auparavant. Il était vrai qu'il se tenait le flanc et lui avait tendu un morceau de papier ensanglanté. Allait-il bien ? La métamorphe masqua les taches en frottant le sol du pied, déplaçant le sable. Elle marcha quelques pas derrière lui, non pas pour le regarder marcher – bien que ce qu'elle voyait parfaitement moulé dans le vêtement noir était plutôt intéressant -, mais pour effacer leurs traces. Elle restait cependant à portée, car ne connaissant pas la gravité de ses blessures et craignait qu'il ne tourne de l’œil. Bientôt les gouttes s'espacèrent et elle put se rapprocher de lui. Ils s'étaient éloignés du contact et elle n'avait senti personne les suivre. Il n'était plus nécessaire d'être aussi tendue.

Il les amena finalement dans une taverne, où il gagna plusieurs points dans son estime en choisissant une table d'où ils verraient le reste de la salle. Et le temps qu'il s'éloigne - probablement pour soigner sa blessure – elle s'installa, le dos contre le mur. Ce qui lui permettait de balayer la pièce d'un seul regard. Quant il revint, elle avait ôté le tissu camouflant une partie de son visage. De nouveau, il écrivit quelques mots qu'elle parcourut des yeux. Une chance qu'elle sache lire... La conversation aurait été compliquée sinon. Il lui demandait de partager ses informations, sans expliquer ce qui la liait à l'homme recherché. Il gagna encore quelques points. Elle hocha la tête, et détourna les yeux du papier pour les poser sur lui.


- « Je suis Yasei Akane. »

Autant commencer par le début. Pour sa part, il s'était présenté deux fois et avait fait preuve de patience.

- « Quant à lui... C'est un homme dangereux. Il a une sombre réputation, comme vous avez pu le voir. C'est un homme d'affaires qui s'est créé un empire sur le dos des plus faibles, et a des contacts dans tout le pays. Il n'hésite pas à manipuler les gens pour arriver à ses fins, et arrive toujours par obtenir ce qu'il convoite. Peu importe par quels moyens. »

Elle prenait bien soin de ne pas prononcer son nom. Son regard se détourna de l'homme pour parcourir la salle.

- « La boutique où nous étions est le seul contact que je lui connaisse à Kiri. Je suis étonnée de voir que le mot de passe fonctionne encore après plusieurs années. »

Était-ce un piège ? Personne ne les regardait dans la salle. Elle ne vit pas non plus de nouvel arrivant. Elle regarda donc de nouveau son interlocuteur. Mais il était difficile de discuter avec quelqu'un dont on ne voyait pas les yeux.

- « Je sais où est son repaire. Mais c'est bien trop dangereux. Il faut d'abord l'affaiblir, démanteler son réseau. L'empêcher d'obtenir les informations dont il a besoin. Le ruiner. Et ensuite seulement je pourrais écraser cette pourriture. »

Akane s'arrêta quelques secondes, sentant qu'elle s'emportait de nouveau. Puis elle reprit d'une voix redevenue calme :

- « Que vous a dit le contact ? Et pourquoi pensez-vous qu'il y aurait un lien avec votre frère ? »

Elle ne lui demandait pas d'informations personnelles, mais cherchait plutôt à savoir ce qui les reliait ensemble.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Sam 13 Oct 2018 - 23:27

Une fois assis à table, Saji remarque que l’inconnue a retiré le masque en tissu rouge qui cachait la moitié inférieure de son visage, révélant les contours de sa mâchoire carrée qui en réalité complète et complimente un ensemble légèrement masculin mais harmonieux. Les mèches de sa chevelure noire corbeau se déposent sur sa peau parfaitement – et étonnamment – bien entretenue pour une kunoichi à la personnalité aussi « sauvage ». Après avoir constaté sa démonstration de colère lors de l’interrogation du marchand, qui était pour le moins effrayante, il se sent nettement plus à l’aise désormais. Comme s’il s’adressait désormais à un individu, un être humain, de chair et de sang, plutôt qu’à une autre de ces personnes peu fréquentables rencontrées pendant la traque de son frère. En lui montrant son visage, elle lui dit implicitement qu’elle lui fait confiance et cela lui fait certainement plaisir. Il aurait aimé lui aussi montrer son propre visage à la femme, mais il s’est juré de rester dans l’ombre pour qu’on s’attache moins à lui et pour qu’il n’implique personne dans sa dangereuse mission. Certes, il en a souffert dans ses relations avec les autres – et surtout avec la gente féminine, mais cela n’a pas changé grand-chose puisqu’on le reniait déjà en raison de sa condition de muet.

Retour à la réalité. Saji se met à écrire un mot pour se présenter à l’inconnue. Il est inutile de cacher son identité avec un allié, il souhaite lui faire confiance et il aimerait qu’elle lui fasse confiance aussi. Il ne sait pas tellement pourquoi. Peut-être le charme félin qui se dégage de la mystérieuse kunoichi, son comportement distant qui lui donne envie d’en savoir plus, ou bien seulement parce qu’il veut jouer la carte de la transparence afin que tous deux puissent travailler dans une relation de confiance mutuelle ? Il ne sait pas vraiment, mais son instinct lui dit qu’elle est une personne qui sait ce qu’elle fait, il a d’ailleurs été témoin de sa capacité à interroger et extraire des informations dans la boutique d’armes. Il est fort probable qu’elle soit expérimentée dans les arts de l’infiltration et de la recherche d’information, mais encore cela n’est qu’une hypothèse. Il n’ose pas lui demander davantage pour confirmer ses idées, et préfère écouter attentivement ce qu’elle sait au sujet de Tatsuzô.

Alors qu’Akane parle de l’homme en question, elle fixe Saji de ses yeux bleus très foncés qui gagnent en éclat avec l’émotion. De l’émotion ? De la haine ? Du dégoût ? Saji se doute que ce regard ne lui est pas destiné, même s’il ne peut s’empêcher de ressentir des frissons. Son impression se confirme à mesure qu’elle s’étale sur la description du personnage, son ton est presque empreint de haine voire d’indifférence. Mais il ne saurait dire. Il n’est pas vraiment un expert dans l’analyse gestuelle. Il semblerait que ce Tatsuzô soit un magnat dans le monde des affaires mais qui cache un réseau criminel dans le pays de l’Eau. Il se souvient alors de la peur du marchand rencontré tout à l’heure. Un homme si influent et redoutée qu’on n’oserait pas révéler d’information sur lui ne peut être que très dangereux. Elle mentionne ensuite le « mot de passe » dont Saji n’a jamais entendu parler, et encore moins du contact qu’il a réussi à approcher dans la taverne. Peut-être celui-ci l’avait-il oublié ou n’était juste pas du tout au courant de la procédure, lui vendant une information incomplète qui aurait pu lui coûter la vie. Il relit le papier sur lequel se trouve l’information.

Contact a écrit:
« Boutique d’armes dans le quartier nord-est de Kiri. Venir seul à exactement 10h du matin. »

Il soupire… et puis pourquoi « exactement à 10h du matin » ? Il se dit encore qu’il a eu de la chance qu’Akane soit venue ce jour-même et à ce moment-même. Est-ce un signe du destin ? Ou bien… Attendez. Saji tourne son regard pour balayer la salle et vérifier que personne ne les observe. Bon sang ! Pourquoi ne s’en est-il pas rendu compte plus tôt ? Leur rencontre est beaucoup trop opportune. Même s’il serait facile de se dire que le hasard fait bien les choses, quelque chose le tracasse, et ce quelque chose est la très faible probabilité que deux personnes, à la recherche de deux hommes apparemment liés, puissent se retrouver au même endroit et au même moment ! Un frisson s’empare de tout le corps de Saji, comme s’il se sentait manipulé à la façon d’une pièce sur un échiquier, comme si chacun de ses mouvements était parfaitement calculé par quelqu’un. Il préfère garder cela pour lui pour le moment mais il se doute que la kunoichi a ses soupçons. Serait-ce un coup de ce « Tatsuzô » ? Elle dit aussi que le mot de passe est resté inchangé après plusieurs années… peut-être parce qu’il voulait s’assurer qu’elle obtienne l’information ? Et peut-être qu’il connaissait aussi la façon de travailler d’Akane, il savait qu’il viendrait à la boutique à cette heure-ci ? A 10h ? Et le marchand était-il aussi dans le coup ? Pourtant il n’a pas l’air au courant… En tous cas, c’est beaucoup trop gros pour qu’il ne s’agisse que d’une simple coïncidence. Faut-il qu’il en parle à son complice ? Il reste muet. Il ne veut seulement pas créer de panique chez son interlocuteur. Et surtout, s’ils continuent à agir de façon naturelle et moins suspicieuse, il sera plus facile de surprendre la personne qui essaie de les manipuler.

Akane continue à détourner son regard pour surveiller la salle dans laquelle ils se trouvent. Peut-être se doute-t-elle de quelque chose après tout. Ou s’agit-il seulement d’un comportement habituel et spontané de sa part ? Elle lui communique son plan d’abattre sa cible en démantelant son réseau morceau par morceau afin qu’il s’écroule. Il semblerait qu’attaquer directement la source soit trop dangereux, probablement a-t-elle déjà essayé. Ou bien elle fait cela par vengeance personnelle et qu’elle souhaite le voir souffrir avant de tomber… Il n’ose pas demander ses raisons encore une fois sentant qu’il s’agit de quelque chose de personnel. Son impression se confirme lorsqu’elle qualifie Tatsuzô de « pourriture » avec un certain énervement.

Saji a écrit:
« Mon contact n’est pas celui qui m’a dit que Tatsuzô était lié avec mon frère. Il m’a seulement donné un rendez-vous précis à 10h à la boutique d’armes aujourd’hui. L’information qui connecte mon frère à votre Tatsuzô, c’est une lettre que j’ai subtilisée après avoir infiltré un repaire de contrebande, alors que je menais mon enquête dans le Pays de l’Eau. Elle date d’il y a deux ans et proposait une offre de vente d’armes au chef de contrebande dont j'ai oublié le nom. Elle informait qu’un certain N.A. et un K.S. devaient venir dans son bureau pour récupérer le paiement. Et la lettre était au nom d’un certain T. »


Il marque un temps puis reprend.

Saji a écrit:
« Vous vous en doutez, N.A. correspond à mon frère Nobuatsu Ashikage et quant à T. j’étais tombé sur son nom à plusieurs reprises dans mes recherches mais voir leurs noms dans les mêmes documents à plusieurs reprises dans des lieux différents, cela a commencé à m’intriguer. J’ai entendu parler de Tatsuzô de réputation mais je n’ai jamais pu confirmer qu’il s’agissait bien de T. »

Il réfléchit et se remet à écrire.

Saji a écrit:
« Et maintenant que vous me décrivez cet homme comme un homme d’affaires peu recommandable et qui a le bras long même dans les lieux les plus obscurs, j’ai la certitude que nous sommes sur la même piste. Maintenant, peut-être pourrez-vous faire un meilleur usage de cette information que moi… »

Il parle de l’information du marchand sur le premier de la série de contacts. Il sort un autre papier de sa sacoche et le dépose. On peut reconnaître celui que le marchand lui a confié et qui leur permettrait de retrouver le premier contact A qui mènerait au contact B lequel connaît le contact C qui a « croisé » son frère Nobuatsu Ashikage.

Le Marchand a écrit:
« Tojo Botan. Quartier de l’Est, maison 4F. Dites-lui que le Marchand vous envoie pour recevoir un livre sur la méthode de calligraphie du clan Suzuri. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 14 Oct 2018 - 21:17
De nouveau, l'homme muet écrivit quelques phrases sur son carnet. Elle se fit la réflexion qu'à ce rythme il devait certainement souvent en changer. Mais il n'avait pas vraiment le choix s'il voulait communiquer... Elle se pencha alors vers les mots qu'il lui montrait et lut attentivement. Cet Ashikage dont elle avait vu le nom dans le carnet aux côtés de Tatsuzô était donc son frère, celui qu'il recherchait. Elle lut silencieusement, notant certaines informations dans un coin de sa tête. L'homme qui lui faisait face était assez doué pour infiltrer un repaire faisant de la contrebande.

Les informations qu'il détenait dataient d'il y a deux ans. Les siennes d'il y avait trois ans. Ils allaient devoir se mettre à la recherche de choses plus fraîches. Il avait cependant découvert que les deux noms étaient liés, et ce à plusieurs reprises. Elle en conclut que si le shinobi muet avait trouvé leurs deux noms à plusieurs reprises, ça ne signifiait rien de bon pour son frère. Soit cet Ashikage se lançait dans les affaires et avait besoin d'un bienfaiteur, soit il était un mercenaire régulier de son père. Cette collaboration n'était pas ponctuelle, et cela datait d'il y avait quelques années. Elle fronça les sourcils en réfléchissant. Si Saji ne trouvait pas d'informations plus récentes concernant son frère, on pourrait en déduire qu'il n'avait finalement pas convenu, ou avait essayé de se défaire de ses obligations. Dans les deux cas, la conclusion était la même...

Mais il était inutile d'en parler au principal concerné pour le moment. Il y avait encore des chances pour que son frère soit toujours en vie. Peut-être était-il simplement devenu plus discret. Il sortit un bout de papier de sa sacoche, dont l'écriture était différente. De nouveau, elle lut silencieusement les quelques mots inscrits. Il s'agissait de l'information donnée par le marchand qu'ils venaient de rencontrer.


- « Cet endroit ne me dit rien. »

Évidemment, en trois ans, Tatsuzô avait prit la précaution de se faire de nouveaux contacts qu'elle ne connaissait pas. Elle repoussa le papier vers lui, le laissant le ramasser. Et s'adossa de nouveau à la chaise pour soulager son dos douloureux. Elle tenta de rassembler mentalement les informations dont ils disposaient. Tatsuzô était un homme d'affaires dangereux qui avait collaboré à plusieurs reprises avec Nobuatsu Ashikage, il y avait de cela environ deux années. Saji était remonté d'un repaire de contrebande jusqu'au seul contact de Tatsuzô à Kiri qu'elle connaissait. Et désormais ils devaient se rendre ailleurs afin de remonter cette piste. Tout ça lui semblait cohérent. Cependant, elle cherchait à affaiblir son père. Et Saji lui, cherchait à retrouver son frère. Or si le frère travaillait pour le père, il risquait d'y avoir conflit d'intérêt... Et ça ne l'enchantait pas beaucoup.

Elle prit une profonde inspiration et laissa de nouveau son regard balayer la salle. Puis parut se souvenir de quelque chose, et se tourna vers le carnet resté ouvert. Elle chercha la phrase et pointa du doigt vers « K.S .». Ils n'étaient pas que deux hommes, un troisième était dans la partie. Qui était-ce ? Elle réfléchit, cherchant dans sa mémoire quelqu'un qui pourrait correspondre à ces initiales. Mais elle fini par secouer la tête de droite à gauche en soupirant. Ça ne lui disait rien non plus. Quelqu'un approcha dans leur direction et elle ferma le carnet avant qu'il ne puisse y lire quoi que ce soit, puis se tourna vers lui.


- « M'sieur dame. Vous prendrez quoi ? »
- « Je n'ai pas faim. »
- « Vous pouvez pas rester sans consommer. »
- « Dans ce cas, je vais prendre un thé. N'importe lequel, pourvu qu'il soit bon. »
- « D'accord. Et pour monsieur ? »


Akane se renfonça de nouveau dans sa chaise. Elle avait l'impression de ne servir à rien et ça ne lui plaisait pas. Ils allaient devoir se rendre à l'aveugle à l'endroit indiqué. Et aller possiblement dans un piège. Mais cette fois-ci, ils avaient un avantage : ils étaient deux. Et pourraient peut-être s'appuyer là dessus pour jouer la carte de la prudence.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Dim 14 Oct 2018 - 23:00
Akane confie au sabreur muet qu’elle n’en sait pas plus que lui sur leur prochaine destination et le nom de leur contact donné par le Marchand. Dommage. Pourtant l’adresse et les informations fournies ne présentent pas de piège a priori. Il ne voit pas encore de raison pour laquelle la rencontre peut être dangereuse, mais il vaut mieux rester sur ses gardes plutôt que d’y aller la fleur au fusil et s’attendre à une simple visite de courtoisie.

« D’accord. Et pour monsieur ? »


Saji pointe Akane du doigt après qu’elle ait commandé le thé puis lève deux doigts. Le serveur semble un peu surpris par la gestuelle silencieuse mais comprend ce qu’il veut dire.

« Très bien deux verres de thé ! »

Il se retire vers le comptoir après avoir noté la commande. Pendant ce temps Saji semble penseur, il semble réfléchir, alors qu’en vérité il n’y a pas grand-chose d’autre à planifier pour la suite à part rencontrer Toko Botan. Qui est-il ? Ils n’en savent rien. Il regarde la fenêtre à travers laquelle on ne peut voir que la brume qui s’épaissit. Il espère que celle-ci va se disperser à mesure qu’ils progresseront dans le village. Un silence un peu gênant s’installe avant que le serveur ne revienne avec les deux tasses de thé. Saji relève la moitié inférieure de son masque de tissu noir, laissant apparaître sa bouche, il commence à siroter tranquillement son thé. Tous deux se mettent à boire dans un silence total tandis que les clients entrent et sortent de la taverne. Le point positif, c’est que personne ne semble leur prêter attention même s’ils sont isolés du reste des gens dans la salle. Quelques coups d’œil pour surveiller les autres clients de temps en temps, un petit massage au poignet pour soulager sa main qui a beaucoup écrit depuis quelques minutes… et ils sont partis. Après ce long intermède, Saji regarde Akane finir son thé pour qu’ils puissent partir voir leur homme. Ils se lèvent, quittent la table. Il dépose quelques ryôs sur le comptoir et fait un signe de la main au gérant qui le salue en retour.

A l’extérieur, la rue est aussi calme qu’il y a trente minutes. Saji regarde à gauche puis à droite, Akane le suit en silence comme lorsqu’ils sont arrivés. Tous deux marchent en direction du quartier de l’est sans dire mot depuis tout à l’heure. Après tout, un muet et une taciturne, cela ne donne pas les conversations les plus palpitantes. Quelques minutes plus tard, les voilà arrivés à destination, au quartier de l’Est. On voit tout de suite la différence par rapport au quartier dont ils viennent de sortir. Les passants sont plus nombreux, les commerces plus animés, la brume plus dispersée. On y retrouve davantage de joie de vivre et moins la morosité ambiante du quartier précédent. Saji reste devant afin d’identifier la fameuse maison 4F où habite le contact. Ils doivent maintenant traverser une ruelle étroite et relativement sombre, laquelle est relativement à l’écart du centre du quartier, ce qui n’est pas pour les rassurer. Le bruit de la foule s’évanouit à mesure qu’ils progressent dans la ruelle. Encore une fois il se sent observé, il se retourne alors brusquement pour regarder sur les toits mais il y a trop de brume pour y voir quoi que ce soit. Il reprend alors la marche comme si de rien n’était.

Enfin, ils arrivent à la première maison, la maison 4F où se trouve Tojo Botan. Les fenêtres laissent passer la lumière artificielle de l’intérieur, car même en plein jour il y a besoin d’éclairage à cause du ciel couvert de Kiri. Des silhouettes, pas seulement une, circulent à travers les fenêtres. Certaines grandes, certaines petites. Saji se tourne vers la kunoichi en lui montrant la maison de la main, lui faisant signe pour identifier les silhouettes. Il a le sentiment qu’elle est meilleure que lui dans le domaine de l’infiltration et de la récupération d’informations. Il la laisse donc vérifier qui s’y trouve et reste en retrait. Ils ont besoin de savoir s’il y a des hommes armés ou suspects.

Une fois revenue, il écoute Akane sur le nombre de personnes présentes qu’elle lui communique. Très bien. Maintenant qu’ils savent qui s’y trouve, il temporise, puis fait signe de le suivre. Ils marchent vers la porte principale pour frapper à la porte et rencontrer le contact.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 15 Oct 2018 - 10:48
Saji commanda la même chose qu'elle, et lorsque leurs deux thés leur furent servis, elle huma la tasse. Elle ne sentit rien de particulier si ce n'était l'odeur du thé. Akane trempa alors ses lèvres et goûta une partie du liquide. Là encore, elle ne sentit rien qui ne soit pas la boisson commandée. Alors elle le but tranquillement, rassurée. Ce n'était pas le meilleur thé du monde, mais ce n'était pas le plus mauvais non plus. Et puis ça l'aurait étonnée de trouver de la bonne qualité ici. Elle jeta un coup d’œil à Saji, par curiosité. Elle fut surprise de constater qu'il n'avait pas ôté son masque, mais seulement relevé une partie.

Pendant qu'ils buvaient leur boisson en silence, elle voulut proposer à son allié du jour de reporter la visite. Non pas pour elle, mais pour lui. Elle n'avait pas oublié comme il se tenait le flanc pour venir ici, ainsi que le sang qu'il avait perdu. Mais cela aurait été malvenu. Tant qu'il n'en parlerait pas, elle n'y ferait pas allusion. Alors elle se tut et profita simplement du fait de boire un thé en compagnie de quelqu'un. Même si elle n'avait aucune idée de l'attitude qu'elle était censée adopter. Devait-elle faire la conversation ? Continuer à se taire ? Dans le doute, elle garda le silence. Et quand ils finirent, elle emboîta le pas à l'homme masqué, posant à son tour quelques pièces sur le comptoir.

Une fois dehors, elle fut saisie par le froid. La kunoichi remit son masque en place et marcha silencieusement derrière Saji, le laissant la guider dans les rues. La brume ne la gênait pas pour le suivre. En revanche, elle avait une sensation désagréable. Comme si on l'observait. Elle mit ses sens en alerte car elle ne voyait rien aux alentours. Et elle devina plus qu'elle n'entendit des bruits de pas allant au même rythme qu'eux. À en juger par le bruit, ils étaient au moins deux. Mais ils étaient doués et elle ne réussit pas à confirmer ses soupçons.

Alors qu'ils arrivaient près de la maison, elle partit en éclaireur, sur la demande de Saji. C'était effectivement dans ses cordes. Longeant les murs, se mouvant dans l'ombre, elle s'approcha à pas de velours de la maison. Près de la première fenêtre, elle n'y jeta pas un coup d’œil. Quelqu'un risquait de la voir. Elle écouta par contre patiemment, le plus proche possible de la vitre. Puis elle disparut derrière la maison pour faire de même partout. Une fois derrière, elle sentit de nouveau les présences. Quelqu'un l'observait. Elle leva les yeux et vit deux silhouettes attendant dans une ruelle, plusieurs mètres plus loin. Elle se mit sur ses gardes, mais l'une des deux formes lui fit signe d'approcher. Elle s’éloigna alors de la maison et avança en prenant toutes ses précautions, un kunai dans la main. Une fois à leur hauteur, elle fut surprise en voyant les bandeaux shinobi sur eux.


- « Vous jouez à quoi les genins ? On surveille ceux là depuis un moment, faites pas tout foirer ! »

Ainsi donc Kiri était déjà sur le coup. Après tout, c'était dans le village... Le second lui expliqua qu'ils avaient pour mission de surveiller toutes les allées et venues de cette maison depuis plusieurs semaines. Et que s'ils entraient, ils seraient suspectés de vouloir comploter contre Kiri. Elle les observa alors longuement, les jugeant pour savoir si elle pouvait leur faire confiance ou non. Mais elle les avait écoutés parler, et elle n'avait pas senti leur cœur s'accélérer. Ils ne mentaient pas. Elle leur expliqua alors qu'elle-même cherchait des informations pour coincer Tatsuzô, et que Saji était à la recherche de son frère disparu. Ils l'écoutèrent et lui donnèrent toutes les informations dont elle avait besoin pour entrer : le nombre de personnes à l'intérieur et s'ils étaient armés. Cela correspondait à ce qu'elle avait pu observer. Ils s'entendirent donc sur le fait qu'elle et Saji entreraient discuter avec le contact, pour obtenir ce dont ils avaient besoin. Et qu'ensuite les autorités prendraient les choses en mains.

Elle les laissa donc pour donner son compte rendu à l'homme muet, en omettant le fait qu'elle avait discuté avec des shinobis de Kiri. Elle ne voulait pas lui cacher des choses, au contraire. Ils devaient se faire confiance pour travailler ensemble. Mais ils étaient trop près de la maison et on pourrait les entendre. Ou plutôt l'entendre, elle. Akane frappa donc à la porte, tendis que Saji attendait à ses côtés. Elle aurait préféré le laisser prendre la parole, mais il ne le pouvait pas, donc elle n'avait pas vraiment le choix. Elle doutait fortement qu'on lui laisserait gentiment le temps de sortir quelque chose de sa sacoche sans savoir de quoi il s'agissait. Un homme ouvrit, et à son allure et sa carrure elle comprit tout de suite qu'il ne s'agissait pas d'un homme d'affaires. Il ne dit rien et attendit simplement. Mais son regard froid et suspicieux indiquait qu'elle avait intérêt à s'expliquer rapidement.


- « On nous envoie chercher un livre sur la méthode de calligraphie du clan Suzuri. »

Il s'effaça et les laissa passer. Akane entra, suivie de Saji, et la porte se ferma derrière eux. Elle attendit que l'homme de main passe devant pour leur montrer le chemin, mais il se posta debout devant la porte. Alors elle marcha dans le couloir, jusqu'à ce qu'une voix parvienne à leurs oreilles.

- « Par là, je vous prie. »

Elle suivit donc la direction indiquée, et arriva dans une grande pièce richement décorée. Un homme attendait, confortablement installée dans un fauteuil. Il désigna le divan en face de lui d'un large geste. Entre les deux se trouvait une table basse, sur laquelle on pouvait voir que l'homme avait été dérangé durant qu'il prenait un café.

- « Installez-vous. »

Akane ne sut pas vraiment s'il s'agissait d'un ordre ou d'une invitation, mais les hommes – et femmes - de main postés dans tous les coins de la pièce et à ses côtés lui passèrent l'envie de protester. Elle jeta simplement un coup d’œil à Saji pour observer sa réaction, et prit place sur le divan de cuir qu'on lui indiquait.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 15 Oct 2018 - 12:24
Sans dire un mot, Saji reste dans l’ombre de son partenaire, étant donné quand dans ce genre de situation il ne peut pas faire grand-chose. Chercher à communiquer avec ses mots écrits risquerait de rendre la situation plus confuse, ils n’ont besoin que d’une personne pour discuter ici, et cette personne devrait être Akane. Cette dernière commence donc par frapper à la porte. Quelques secondes passent avant qu’on entende des bruits de pas s’approcher. La porte s’ouvre. Un homme chauve et un peu trapu vêtu d’un kimono, d’un hakama noir et d’un sabre les regarde avec suspicion, ses yeux passent de la kunoichi au sabreur. Un court silence s’installe où le chauve fixe Akane des yeux, comme s’il attendait quelque chose de sa part. Finalement, Akane énonce le mot de passe au portier. Celui-ci ne semble pas réagir au départ, ce qui les fait un peu douter. Mais finalement il s’écarte pour les laisser passer. Au moment où les deux traversent la porte, l’homme de main remarque le sabre accroché à la ceinture du sabreur mais ne réagit pas, se contentant de le fixer des yeux comme s’il s’agissait de quelque chose d’intriguant, sans plus. Pourtant, contrairement à ce que Saji s’attendait, ils ne sont ni fouillés ni désarmés. Soit le propriétaire de cette maison est tellement confiant qu’il accepte que ses visiteurs portent des armes, soit il est tout simplement insouciant. Le shinobi muet préfère pencher pour la première option et reste sur ses gardes tandis qu’Akane ouvre la marche à l’intérieur. Ils se sentent plus rassurés avec une arme à la main, mais peut-être qu’ils veulent leur donner ce sentiment de sécurité afin que paradoxalement ils baissent leur garde ?

Akane semble attendre que le chauve les conduise à son maître mais il ne bouge pas de son poste, et leur offre seulement un regard froid. Ils se mettent alors à avancer. Ils entendent aussitôt la porte se refermer derrière eux en douceur et avec un léger grincement. Un autre homme aux cheveux courts noirs, habillé exactement comme son collègue qui garde la porte, s’approche des deux visiteurs. Il leur demande de le suivre. Akane commence à le suivre, tandis que Saji attend quelques secondes pour regarder autour de lui. Ne remarquant rien de particulier, il quitte l’entrée pour rejoindre son partenaire, une main tenant fermement la ceinture et non loin du pommeau de son sabre. Il n’y a rien de plus inquiétant que de ne pas savoir si le lieu est hostile ou amical, c’est même plus inquiétant que de savoir que le lieu est effectivement dangereux, car au moins ils seraient avertis. Ils sont dans le doute, et pourtant ils avancent plus loin dans la gueule du loup.

Les voilà maintenant dans une large pièce – probablement le salon – qui se démarque de la pièce d’entrée par un mobilier relativement luxueux. Rien qui dépasse, tout est propre et bien rangé. Plus loin dans la salle, un homme est installé au fond de son fauteuil, un verre de café dans la main. Près de lui, une table basse, et de l’autre côté de la table basse se trouve un divan en cuir. On aurait presque dit qu’il attendait les visiteurs, déjà assis sur son fauteuil, sauf qu’apparemment ils viennent de l’interrompre pendant sa pause-café, donc non. Alors qu’il remarque les deux shinobis, il ne semble pas du tout surpris, peut-être parce qu’il a l’habitude que des gens entrent sans prévenir. Dès qu’il les voit, il leur demande d’une voix calme de s’installer. Il n’y a qu’un divan, donc il s’adresse probablement à Akane qui avance déjà pour le rejoindre. Saji qui est en retrait comprend que le maître de la maison le prend pour un simple garde du corps de la dame en raison du sabre qu’il porte à la ceinture. Il croise les bras et reste près du seuil de la porte tandis qu’il regarde sa partenaire s’éloigner de lui pour s’assoir sur le divan. En restant à l’écart et non au centre de la pièce, il peut balayer plus facilement du regard l’ensemble de la pièce sans devoir tourner sa tête de façon suspicieuse pour observer les gardes postés aux quatre coins de la salle. Il est là pour assurer leurs arrières.

« Bienvenue dans mon humble demeure mademoiselle. C’est la première fois que nous faisons connaissance donc laissez-moi me présenter. Tojo Botan mais ça vous le savez sûrement déjà. Vous venez malheureusement un peu tard, le déjeuner vient à peine d’être servi, car autrement je vous aurais proposé quelque chose. »

Il marque un temps et prend un air légèrement plus grave.

« Mais vous n'êtes probablement pas là pour écouter des mondanités. Mon garde vous a laissé entrer car vous connaissez un certain mot de passe n’est-ce pas ? Ce n’est pas tout le monde que j’autorise à entrer aussi facilement et sans m’avertir au préalable. »

Il regarde Akane puis se tourne vers Saji, avant de revenir sur la kunoichi. Son ton n’est pas énervé ni impatient, mais indifférent, presque trop calme.

« Je suppose que vous avez une bonne raison pour être venue ici ? Que me veut le Marchand hum ? M’apporte-t-il déjà ce que je lui ai demandé ? Cela fait un certain moment que j’attends vous savez. Ou bien est-ce pour un autre motif que vous voulez me parler… »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 15 Oct 2018 - 20:00
Akane n'avait pas l'habitude d'opérer en duo. Elle avait quasiment toujours effectué ses contrats seule. Et jamais il ne s'agissait de discuter. Saji était resté derrière, et elle était mal à l'aise de devoir gérer la discussion. Elle aurait bien aimé être à sa place et rester en renfort, mais... De plus ses saï qui étaient habituellement dans son dos lui manquaient terriblement. Elle avait l'impression d'être nue sans ses armes. Certes, elle avait bien quelques kunai mais c'était différent. Qu'est-ce qu'il lui avait prit de venir désarmée ? Mais bon, à la place, elle avait une arme en chair et en os, peut-être y gagnait-elle au change.

Elle prit alors la même attitude que celle de son père. Celle qu'elle lui avait vue prendre lorsqu'il marchandait, et qu'elle restait debout derrière lui, avec sa sœur. Elle s'adossa au divan et croisa les jambes, l'air parfaitement détendue. Alors qu'elle ne l'était pas du tout. Elle laissait son interlocuteur faire la discussion, se contentant de le regarder. De ne pas le lâcher les yeux. Le plus dur allait être de garder son calme. Mais ce serait plus facile que pour le précédent, puisque cela la touchait de moins près. Elle l'écouta patiemment, avant de prendre la parole à son tour.


- « En effet, nous ne sommes pas là pour jouer les vulgaires livreurs. L'ombre rouge vient vous proposer un marché. »
- « Quel genre de marché ? Et je n'ai jamais entendu ce nom. »
- « Pas encore. Mais ça viendra vite, je peux vous l'assurer. »


La métamorphe avait inventé ce pseudonyme à l'instant. Elle ne pouvait pas refaire l'erreur de donner son véritable nom. L'homme attendait, l’œil vif de curiosité.

- « Une information contre une information. »
- « Ça me paraît convenable. »
- « Ça l'est. Nous avons besoin de contacter quelqu'un mais nous ne savons actuellement pas où il se trouve. En échange, nous vous proposons de vous donner l'adresse d'un des entrepôts de Tatsuzô. »


Il eut l'air surpris, puis sourit, l'air satisfait.

- « Vraiment ? Et comment je pourrais être certain de votre information ? »
- « Et comment pourrais-je être certaine de la vôtre ? »


Elle lui sourit à cette phrase. Le même faux sourire qu'elle avait tendu au premier marchand. Même avec son masque, le marchand pouvait le deviner. Il se mit à rire, avant de reprendre son calme. Ils se jaugèrent du regard, chacun scrutant le visage de l'autre dans l'espoir d'y trouver une quelconque trace de mensonge ou d'autre chose. Mais aucun des deux ne vit quoi que ce soit.

- « Vous avez raison. Nous ne pouvons pas vérifier la véracité de nos propos, que ce soit l'un comme l'autre. »
- « C'est exact. Mais nous avons une réputation à tenir, n'est-ce pas ? »


Il hocha gravement la tête. La réputation était quelque chose à prendre en compte, dans le monde des affaires. Elle tenta de contrôler le son de sa voix pour qu'il reste toujours aussi neutre.

- « Dans ce cas, pouvons-nous conclure notre marché ? »
- « Dites-moi qui vous recherchez, et je vous dirais ce que je sais sur cette personne. »
- « L'ombre rouge recherche Nobuatsu Ashikage. Nous savons de source sûre que vous avez des informations le concernant. »


Et elle attendit sa réponse, en croisant ses jambes dans l'autre sens. Elle cherchait à donner l'idée qu'elle était plutôt à l'aise, mais son cœur battait la chamade. Si elle faisait tout foirer, il n'y aurait pas de seconde chance. Ni pour elle, ni pour celui qui jouait les gardes du corps dans son dos...

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 15 Oct 2018 - 21:26
Immobile tel une statue devant la porte, Saji est comme stupéfait par la performance de son partenaire qui est pourtant de nature plutôt réservée – du moins d’après ce qu’il a pu constater lorsqu’ils ont pris un verre à la taverne. Elle commence à parler d’ « ombre rouge » qui souhaiterait lui « proposer un marché », puis elle propose à leur contact de lui livrer « l’adresse d’un des entrepôts de Tatsuzô » Il commence à avoir des doutes sur la confiance qu’elle lui a effectivement accordé : mais de quoi parle-t-elle ? Lui a-t-elle tout dit sur ce qu’elle savait ? Ou cachait-elle intentionnellement des informations ? Des questions trottent dans sa tête alors que la discussion se déroule devant ses yeux. Les bras toujours croisés contre le corps, sa main se contracte davantage sous la pression du moment. Si elle lui a effectivement dit tout sur ce qu’elle savait de Tatsuzô, alors elle serait en train de bluffer ! Elle ne manque pas d’audace, et surtout dans un face-à-face aussi décisif. Il n’aurait certainement pas approché l’échange de la même façon, mais il n’a pas la parole donc il n’a pas tellement son mot à dire. Quant à lui, il aurait pris moins de risque de peur de compromettre leurs chances. En revanche, il faut reconnaître qu’elle n’a pas froid aux yeux et jusqu’à maintenant, elle reste impassible, elle ne révèle pas sa main. Saji commence à lancer des regards à gauche et à droite sans que personne ne puisse le remarquer étant donné que ses yeux sont cachés par le bandeau métallique. Les hommes de main de Botan sont au nombre de six : deux juste derrière son fauteuil, et un à chaque coin de la pièce. Leurs chances de s’en sortir de façon non-pacifique sont très minces. Peut-être qu’une bombe fumigène… non, il y a encore le garde à la porte qui bloque leur seul moyen de sortie. A moins que… Il balaie la salle du regard pour identifier deux fenêtres. Il ne saurait dire si elles sont verrouillées ou pas. Mais il s’agit de verre donc un coup sec devrait suffire…

Akane mentionne le nom de son frère « Nobuatsu Ashikage », ce qui attire immédiatement l’attention de Saji qui tourne sa tête vers elle. C’est l’instant de vérité.

« Oh vraiment ? J’imagine que c’est le Marchand qui vous en a parlé ? Oui c’est vrai je sais quelque chose. Etant donné que vous êtes dure en affaires, je vais donner l’information en premier. »

Il marque un temps, fixant la kunoichi droit dans les yeux.

« Tetsuzô et moi ne sommes pas vraiment en très bons termes ces derniers temps. Disons que son empire piétine légèrement sur mes plates-bandes et je n’apprécie pas du tout. Donc tout ce qui peut nuire à Tetsuzô, me rapporte beaucoup à moi. Et pour ma part, je n’ai pas à le craindre, si je ne vous livre pas directement vers lui, mais vous donne seulement une piste.
»

Il se tourne vers Saji avant de revenir sur Akane.

« J’ai le sentiment que nos intérêts convergent. Donc je vous donne l’information, ici et maintenant, mais vous aussi j’attends de vous que vous me communiquiez l’adresse de l’entrepôt. »

Il regarde l’un de ses hommes au fond de la salle et lui fait signe d’approcher.

« Mon garde a aperçu une personne suspecte hier soir. Au départ, il n’était pas sûr, mais il a réussi à identifier un homme qui serait en fait un collaborateur de Tetsuzô. Il traînait dans la ruelle d’où vous êtes probablement arrivé, puis il est reparti. Il a été vu à plusieurs reprises entre le Quartier du Nord – où vit le Marchand – et notre quartier qui n’est autre que le Quartier de l’Est. »

Une fois que le garde se trouve à côté de lui, Botan lui demande :

« Dis-leur comment il s’appelle. »

Le garde acquiesce.

« Il s’agit de Kusatsu Sanzô. Il a travaillé à plusieurs reprises pour lui. Il rôde dans les parages. On pense qu’il est là pour surveiller nos activités pour le compte de Tetsuzô. »

Saji a un déclic. C'est bien lui. Il croise le regard avec Akane avec une légère inclination de la tête pour s'assurer qu'ils ont compris la même chose puis tourne le pouce vers la sortie pour lui indiquer qu’’ils doivent partir immédiatement. Ils ne doivent pas perdre davantage de temps et retrouver cet homme qui est leur seul lien, non seulement avec Nobuatsu Ashikage, mais aussi Tetsuzô.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Lun 15 Oct 2018 - 22:28
Elle sentit Saji réagir au nom de son frère, et espéra que son interlocuteur pourra répondre à sa question. Il confirme qu'il sait quelque chose, et ce qu'il dit ensuite ne l'étonne pas vraiment. Effectivement, Tatsuzô devait faire de l'ombre à beaucoup de monde. Et donner des informations pouvant lui nuire à des concurrents ne la dérangeait pas le moins du monde, au contraire. Il lui rappela leur accord, et indiquant qu'il commencerait le premier.

- « Cela va de soi. »

Bien sûr qu'elle lui donnerait l'information, puisqu'elle le lui avait dit. En revanche, qu'il ait le temps de s'en servir ou de vérifier qu'elle soit encore valable, c'était autre chose... Il leur indiqua donc ce qu'il savait, puis appela le garde qui avait visiblement surveillé le marchand. Le nom ne lui disait rien, mais ses initiales en revanche... C'étaient celles que Saji avait découvertes. Elle lui lança un coup d’œil. Ils étaient sur la bonne piste. Il lui fit un signe pour dire qu'il était temps de sortir. Elle hocha la tête pour confirmer.

- « Merci d'avoir rempli votre part de marché. À moi de remplir la mienne. »

L'homme souriait, se réjouissant d'avance à tous les objets de valeur qu'il allait pouvoir voler à son concurrent.

- « Il possède un entrepôt sur l'île sud-est de Mizu no kuni, Asosan. À une vingtaine de kilomètres à l'ouest, après le port situé face à l'île principale. De l'extérieur, c'est une petite maison perchée sur une falaise. Mais elle possède un grand sous-sol. Un très grand sous-sol. »

Le sourire de l'homme s'était encore élargit.

- « Tout ça m'a l'air bien trop précis pour que vous l'inventiez. Merci d'avoir rempli la vôtre. »

Il se leva et elle en fit de même. Elle serra fermement mais sans montrer sa force la main tendue de l'homme. Puis il hocha la tête vers Saji pour le saluer à son tour. Avant de désigner le couloir menant à l'extérieur d'un large signe de la main. Akane regarda Saji avant de se diriger vers la sortie. Elle espérait qu'il ne se tenait pas trop loin d'elle, car au cas où Botan se déciderait de ne pas les laisser sortir, elle devrait se défendre avec un kunai... Mais il n'en fit rien, et l'homme de garde devant la porte les laissa passer, avant de refermer derrière eux.

Une fois dehors, elle poussa un soupir de soulagement, et fit signe à Saji de s'éloigner de la maison. L'air frais faisait du bien et elle baissa son masque pour pouvoir respirer de nouveau normalement. Une fois qu'ils furent éloignés, elle se tourna vers lui pour lui parler à voix basse, toujours en marchant.


- « Je n'ai pas pu vous le dire plus tôt mais cet homme était surveillé par des shinobis de Kiri. Ils étaient visiblement en mission et devaient agir à notre départ. »

Quoiqu'il en soit, ce n'était plus leur problème désormais. Mais il lui semblait nécessaire d'en informer son coéquipier du jour.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 16 Oct 2018 - 14:23
Ils l’ont fait. Ils ont trouvé l’identité de ce fameux K. S. qui n’est en réalité que Kusatsu Sanzô, un mercenaire de Tetsuzô et un partenaire d’Ashikage. Il s’agit maintenant de le retrouver, et la seule information qu’ils aient, c’est qu’il circule entre les quartiers du Nord et de l’Est, pour surveiller les activités du Marchand et de Botan. Saji et Akane sortent indemnes de la maison. Alors qu’il s’apprête à ouvrir la marche, son partenaire le retient pour lui confier une information concernant des shinobis de Kiri qui auraient pour objectif de surveiller le domicile de Botan. Mais ils n’ont pas à se préoccuper de cela, leur objectif est à présent loin d’ici. Cependant, Saji apprécie le partage d’information et regrette d’avoir douté de l’honnêteté d’Akane lorsqu’elle a commencé à échanger avec Botan. Il ne fera certainement pas la même erreur à l’avenir. Il acquiesce silencieusement et fait signe à la kunoichi qu’il faut y aller. Au moment où ils se retournent vers la ruelle, on peut apercevoir deux ombres perchées sur les toits. Presque imperceptibles à travers la brume, on devine qu’il s’agit des shinobis de Kiri qui doivent maintenant intervenir. Les deux genins pressent le pas pour éviter d’être impliqués dans l’altercation. Ils traversent désormais la ruelle étroite comme ils sont arrivés, le bruit de la foule gagne en intensité alors qu’ils s’approchent. Le centre du Quartier de l’Est est dominé par une place de marché avec plusieurs stands marchands sur les côtés, des étals essentiellement composés de denrées alimentaires et d’objets décoratifs. Saji porte le regard vers la place de marché puis se tourne vers la route menant au Quartier du Nord, ne sachant pas vraiment où aller. Il se retourne vers son partenaire, et lui fait signe de garder l’œil ouvert. Leur cible pourrait se manifester n’importe où et n’importe quand. Son regard survole alors les toits. Si quelqu’un cherche à les espionner, le mieux est de le faire en hauteur. Et maintenant qu’ils sont conscients que quelqu’un est effectivement en train de traquer leurs mouvements, le moindre signe peut leur permettre de détecter la présence de Sanzô. Saji demande à Akane si elle remarque quelque chose, puis ils continuent, cette fois en direction du Quartier du Nord d’où ils sont venus la première fois.

Ils marchent en silence, légèrement frustrés par leur incapacité à mettre la main sur Sanzô. Sûrement est-il plus expérimenté qu’eux en matière de dissimulation. Il a dû utiliser un jutsu de dissimulation pour cacher sa présence. Alors que cela fait quelques minutes qu’ils marchent dans la brume, sur une rue vide de gens, Saji et Akane petit à petit sentent que quelque chose ne tourne pas rond… Une chose en particulier tracasse Saji depuis tout à l’heure car le chemin qu’ils empruntent et qu’ils ont déjà emprunté tout à l’heure, est désormais déserté. Il fait signe à sa partenaire derrière lui de s’arrêter. Alors que la brume devant eux commence à se dissiper, une forme commence à se dessiner… puis une silhouette d’un homme. Il ne peut pas le laisser s’échapper. Il ne sait pas avec certitude s'il s'agit de lui mais il a le sentiment que c'est leur homme: Sanzô. Il a les réponses, enfin… Après une année de recherches infructueuses. Quelqu’un qui a directement eu des échanges et qui a même travaillé avec son frère. Dans ces moments où la vérité est à portée de main… Où une piste se révèle après une année de difficultés, à courir après une chimère… La raison laisse place à l’émotion. Saji se met à foncer en direction de l’individu sans réfléchir ou consulter Akane. Il la laisse derrière, sans vraiment savoir si elle le suit ou pas.

L’ombre réagit en s’enfuyant à gauche, à travers une ruelle sombre perpendiculaire à la rue sur laquelle ils se trouvent actuellement. L’ombre s’enfonce donc entre les deux bâtiments, suivie de près par le sabreur muet qui dégaine déjà son katana. Après quelques mètres, la personne qu’il poursuit finit par trébucher et tombe sur le ventre. Quelle chance ! Saji se place au-dessus de lui, tire son épaule afin de voir son visage, tandis que l’autre main tient le katana, prêt à le menacer… pour lui faire dire tout ce qu’il sait. Mais la personne au sol se retourne et montre son visage apeuré.

« Ne me tuez pas s’il vous plaît ! P… P… Pitié ! »

Il s’agit d’un jeune homme lambda habillé en tenue civile, il n’a pas d’arme sur lui. Saji s’est apparemment trompé de personne, emporté par son élan. Bon sang ! Que lui est-il arrivé ? Cela ne lui ressemble pas d’être aussi irréfléchi… Il range son katana dans son fourreau. Il se relève et tend la main vers le civil tout en baissant la tête d’un air désolé. Il ne peut pas laisser les émotions prendre le dessus. Autrement il n'est pas mieux que son frère. Un être impulsif et complètement instable. Le civil accepte la main avec hésitation et se remet debout, tremblant encore suite à cette agression. A peine Saji se retourne pour quitter la ruelle et retrouver Akane, il entend un « Poof ! » juste derrière lui. Un Henge no jutsu. Un ninja doué en technique de dissimulation. Il n'y a plus de doute, il s'agit bien de Sanzô. Il aurait dû s'en douter. Mais il est trop tard. Il n’a pas le temps de réagir. Une main vient par derrière, pour tenir une lame de kunaï juste en-dessous de son cou.

« Les mains en l’air. Pas de mouvement brusque. Ou je t'égorge.»

Saji reste immobile et lève doucement les mains en l’air, laissant l’autre le désarmer. L’inconnu semble prendre le temps de vérifier les armes en sa possession. Il détache le katana de la ceinture et le jette au sol. Il décroche aussi la sacoche contenant le carnet et ses armes ninjas.

« Bon. Maintenant, dis-moi tout ce que tu sais sur le Marchand et Botan. »

Le problème dans cette situation, c’est que même s’il le voulait, il ne pourrait pas dire quoi que ce soit. Et s’il tentait de bouger pour expliquer sa condition de muet, l’agresseur ne le laisserait même pas le temps de faire des signes. Il le prendrait très mal, et réagirait immédiatement en l’égorgeant sur place. En résumé, le voilà dans une impasse. Une situation dont il ne peut se dépêtrer seul. Il jette son regard droit devant lui, en direction de la rue où Akane est censée se trouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 16 Oct 2018 - 19:01
Ils étaient enfin sortis et pouvaient maintenant se concentrer sur la suite. Sur cet homme qui leur donnerait des informations sur un frère et un père. Leur seule piste. Son compagnon de route semblait soudainement plus... Pressé. Elle aussi avait hâte d'arriver à son but. Mais il valait mieux rester sur la défensive. Ils étaient désormais là à arpenter les rues dans l'espoir de croiser un potentiel homme louche. Car oui elle avait oublié de demander à quoi cet homme ressemblait... Mais son coéquipier ne semblait pas s'en préoccuper et gardait l’œil ouvert. Au moins ne lui tenait-il pas rigueur de n'avoir effectué sa tâche qu'à moitié. Pour sa part, elle s'en voulait d'avoir été si négligente. Elle avait eu tellement hâte de sortir de là qu'elle en avait oublié de demander une description physique de l'homme. Ils avaient cependant un nom, et peut-être que cela suffirait à les conduire à lui. Peut-être.

Alors ils se mirent à le chercher à l'aveugle. Et c'était le cas de le dire, vu la brume qui recouvrait la rue. Mais ils ne virent rien qui ne puisse ressembler à cette description. En fait, c'était eux qui avaient l'air louche, à parcourir les rues ainsi. Deux shinobis masqués aux aguets qui semblaient chercher quelque chose, ça ne pouvait faire qu'attirer l'attention. Et c'est ce qui arriva. Bientôt quelqu'un se présenta comme une fleur devant eux, seul. C'était plus que louche. Akane mit une nouvelle fois ses sens à contribution. Et lorsque la silhouette disparut, elle n'eut pas le temps de dire à Saji qu'il s'agissait probablement d'un piège. Il semblait être sorti du calme constant dans lequel il était plongé depuis le départ. Et se mit à courir à sa suite.

Pour sa part, elle prit le chemin des toits, et pendant que Saji courait après la silhouette, elle sonda les environs. L'homme était peut-être accompagné. Elle sentit bien quelques personnes mais il s'agissait de civils, au vu du faible chakra qu'ils dégageaient. Celui qui était visiblement Sanzô semblait être seul. Soit il les sous-estimait, soit il était sûr de ses propres capacités. Elle se dirigea vers eux, et arriva juste à temps pour voir son coéquipier tourner les talons et tomber dans le piège. Un kunai sous la gorge, il se faisait désarmer. Alors avec toutes les précautions possibles, et du plus silencieusement qu'elle le pût, elle se sauta sur le toit voisin. De là, elle se dirigea vers les deux hommes, et atterrit en souplesse derrière eux. Et à son tour, elle pointa un kunai sous la gorge d'un homme.


- « Les mains en l'air. Pas de mouvements brusques, ou je vous égorge. »

Il eut un petit rire et elle appuya plus fort la lame, perçant presque sa peau. Il était hors de question qu'elle le laisse faire du mal à son coéquipier, et il dût le comprendre. Cette fois, il leva les mains et elle lui ôta son kunai, avant de le jeter à terre. Puis elle demanda à Saji de le fouiller. Une fois toutes les armes à terre, elle desserra son emprise pour lui permettre de parler. Mais plaqua une de ses mains dans son dos avec son bras libre, pour ne pas qu'il s'échappe.

- « Dites-nous tout ce que vous savez sur Nobuatsu Ashikage. Et sur les prochaines opérations de Tatsuzô. »

Mais il ne dit rien, et donna un gros coup de tête en arrière. Un gémissement de douleur se fit entendre mais elle ne lâcha pas pour autant. Au contraire, elle lui serra le bras plus fort, et lui arracha un cri de douleur à son tour.

- « Parle ! »

Cette fois, il lui mit un coup de coude dans les côtes de son bras libre, assez puissant pour lui couper le souffle. Ce qui lui donna quelques secondes pour se dégager. Il se jeta au sol pour récupérer ses armes et leur jeta une salve de kunai. Akane les arrêta avec celui qu'elle tenait dans la main. L'homme en profita pour se mettre à courir en direction du port.

- « Non ! »

Et elle s'élança à sa poursuite, tachant de ne pas le perdre des yeux. Il était leur seul contact, et elle ne le laisserait pas s'échapper ! Insufflant du chakra dans ses jambes, elle accéléra pour le rattraper. Elle lui lança une salve de kunais à son tour, et il en esquiva quelques uns, mais l'un d'entre eux se planta dans son bras gauche. De toute la force de ses jambes, elle prit une impulsion sur le sol et sauta au devant de lui. Surpris, il failli lui rentrer dedans, mais fit demi-tour pour se remettre à courir dans l'autre sens, en direction de Saji.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 16 Oct 2018 - 21:45
Impossible. Il s’est fait avoir comme un débutant, comme une mouche dans une toile d’araignée. Son imprudence risque de lui coûter très cher. Saji regarde droit devant lui avec espoir que sa coéquipière l’ait suivi dans sa course poursuite. Mais quelques secondes passent… et personne n’apparaît au bout de la ruelle qui donne sur la rue. Alors que tout espoir semble perdu, il entend une voix très familière derrière lui. Il s’agit d’Akane. Elle imite Sanzô en lui disant de lever les mains en l’air, ce qu’il fait tout de suite sans hésiter à cause de la pression de la lame sur sa gorge. Il aurait pu menacer d’égorger Saji en appuyant davantage mais il s’agit sûrement de l’effet de surprise et le manque de temps pour réfléchir ou douter. On entend ensuite un kunaï tomber au sol, probablement celui de l’assaillant. Elle a réussi à l’avoir. Il se retourne pour voir Sanzô face à lui. Il porte un masque gris ninja couvrant tout le visage et un kimono vert à manches courtes. Il croise le regard de Saji avec un air méprisant, probablement énervé d’avoir été pris à son propre jeu. En réponse à la demande de sa partenaire, Saji commence à fouiller Sanzô au niveau des poches de son pantalon, puis la sacoche. Rien d’extraordinaire à part un papier plié. Mais il à peine le temps de le consulter que déjà le mercenaire grogne lorsqu’Akane le soumet à une clé de bras pour l’immobiliser. Elle l’interroge aussitôt sur Nobuatsu Ashikage et Tatsuzô mais il ne dit mot. Au lieu de répondre, il se met tout de suite à répliquer avec un coup de tête au visage de la kunoichi qui résiste et arrive pourtant à le garder sous son contrôle. Elle tord son bras pour le forcer à cracher le morceau, mais il ne dit toujours rien. Son instinct bestial prend le dessus et il se défend comme un chien enragé. Il met un violent coup de coude dans les côtes d’Akane qui le lâche aussitôt.

Il s’est libéré ! Sanzô pousse Saji avant qu’il puisse réagir, le déséquilibrant un instant, puis ramasse ses kunais au sol. Il profite qu’Akane récupère du coup qu’il lui a infligé pour lui passer à côté d’elle et courir à toute vitesse. Il couvre sa fuite en lançant une salve de kunais qu’elle arrête avec son propre kunai. Mais elle ne se laisse pas faire. La kunoichi se ressaisit et court après lui en lançant à son tour sa propre salve. Le mercenaire parvient à en esquiver quelques-uns mais se prend un projectile au bras gauche, laissant déjà traîner quelques gouttelettes de sang derrière lui. Par la force de la volonté, elle effectue un saut incroyable lui permettant de passer devant Sanzô, lequel n’a d’autre choix que de faire demi-tour et courir vers Saji.
Le sabreur muet ramasse donc son fourreau qu’il accroche à la ceinture, et attache sa sacoche également. Il sort une poignée de shurikens qu’il décoche devant lui. Le mercenaire parvient à bloquer et esquiver certains des projectiles qui arrivent vers lui mais s’en prend un à l’épaule. Il grince des dents mais sans arrêter sa course pour autant. Ne bougeant pas de sa position, Saji saisit la poignée du katana et dégaine immédiatement, avec une garde basse, lame pointée vers le bas. Il se prépare à l’impact qui va suivre.

Premier contact. Les lames s’entrechoquent avec violence laissant partir des étincelles dans l’air. Les contacts se répètent, tous deux enchaînent les coups à n’en plus finir. Malgré l’avantage de la portée du katana sur le kunaï, Saji ne parvient pas à prendre l’avantage sur son adversaire qui semble avoir beaucoup de maîtrise au corps-à-corps, en plus d’être un expert en dissimulation. Mais la fatigue commence à se ressentir, et Sanzô qui est déjà blessé au bras et à l’épaule perd de plus en plus en efficacité. Pour ce qui est de son adversaire, sa plaie au niveau de l’abdomen semble s’ouvrir davantage. Argh ! C’est dans un dernier effort que Saji assène un puissant coup de taille horizontal sur la lame de l'adversaire qui est projeté en arrière. Le mercenaire se réceptionne avec difficulté puis se relève pour revenir à la charge avec un coup d’estoc au niveau de la main qui lui fait lâcher son arme. Désarmé, Saji esquive de justesse les coups suivants, sort un kunai de sa sacoche pour essayer de bloquer, mais l’arme est très vite dégagée par un coup de pied qui le désarme de nouveau. Reculant encore et encore pour esquiver les coups de kunaï, le sabreur sans sabre est désormais en position de difficulté, tandis que Sanzô jette son kunaï et ramasse le sabre derrière lui pour s'en servir contre son propriétaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Empty
Mar 16 Oct 2018 - 23:21
Saji semblait avoir eu le temps de récupérer ses affaires. Il se préparait à combattre à son tour. Akane lui avait rabattu sa proie et il lui suffisait de la cueillir. Même si « suffisait » n'était pas vraiment le bon mot concernant Sanzô. Il agissait seul car il n'avait tout simplement pas besoin de quelqu'un à ses côtés. Il n’essaya même pas de bifurquer alors qu'il fonçait vers Saji, au contraire. Après avoir fui – pour probablement essayer de les amener dans un second piège – il les affrontait désormais directement.

La métamorphe arriva derrière lui, et s'arrêta de courir pour les regarder. Les deux hommes se battaient à force égale. Elle observait leurs mouvements, cherchant une ouverture pour blesser l'homme qu'ils recherchaient sans pour autant toucher son partenaire. Une main sur son ventre douloureux, l'autre tenant un kunai, ses yeux suivaient attentivement le rythme des combattants. Saji fini par asséner un joli coup à son adversaire, qui riposta à son tour après s'être relevé. Le sabreur perdit son avantage et se retrouva désarmé. Sanzô, devenu bien trop confiant à son goût, se baissa pour ramasser l'arme de son adversaire. Voilà son ouverture ! Akane se mit à courir vers Sanzô, pour apparaître sur son flanc. Là, elle lui donna un violent coup de pied dans le ventre pendant qu'il était encore baissé. Elle ne serait pas la seule à avoir mal à cet endroit.

- « Cette arme appartient déjà à quelqu'un ! »

Saji ne lui avait-il pas dit qu'il faisait partie des sabreurs de Kiri ? Il lui semblait qu'ils possédaient chacun un sabre spécial, avec des capacités particulières. Elle n'avait aucune idée des capacités possédées par ce sabre, mais elle n'avait pas vraiment envie de l'apprendre quand il était dans les mains de l'ennemi. Celui-ci se releva à temps pour voir venir le coup d'après. Il se protégea le visage de ses avant- bras. Le premier poing occupé, Akane frappa cette fois-ci avec son kunai, visant clairement pour blesser. Il était bien trop dangereux pour qu'ils se contentent de se défendre contre lui. Ils devaient le neutraliser. Quitte à l'emmener ailleurs pour l'interroger. Il esquiva d'un bond en arrière.

Ils coururent chacun l'un sur l'autre, cherchant à se blesser mutuellement de leurs poings et de leurs pieds. À la seule différence qu'elle avait encore une arme en main, mais pas lui. Il paraît ses coups avec adresse, cherchait lui aussi à lui faire mal en retour. Elle parvint à lui faire une estafilade sur le torse, et il répondit avec un coup de pied dans sa main, lui faisant lâcher son arme. Ils s'échangèrent coups de poings et de pieds sur le même rythme. Jusqu'à ce qu'il réussisse à lui donner un coup de poing au visage, l'envoyant violemment à terre. Au sol, elle tendit le bras vers le sabre non pas pour l'utiliser, mais pour le faire glisser jusqu'à son propriétaire. Puis se releva d'un bond pour faire de nouveau face à l'homme.

Il l'attaqua de nouveau et prit le dessus car elle venait de se relever et n'était pas encore sur ses gardes. Elle encaissa quelques coups avant de lui bloquer le poing de sa main. Elle voulut le frapper de l'autre, mais il la bloqua aussi. Ils jaugèrent leurs forces, chacun essayant de faire céder l'autre. Il semblait surpris qu'une femme réussisse à le contrer, aucun ne bougeait d'un pouce. Et elle fit appel à toute la force surhumaine de sa panthère pour lui tordre l'un de ses mains. Elle craqua et il se mit à hurler.


- « Saji ! »

La métamorphe fit un bond en arrière, laissant son coéquipier prendre la suite. Elle lui avait à son tour offert une ouverture, et pour sa part elle commençait à fatiguer. De plus, son visage et son ventre lui faisaient trop mal pour qu'elle puisse continuer longtemps sur ce rythme.

_________________
Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227

Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: