Soutenez le forum !
1234
Partagez

Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio]

Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio] Empty
Mar 6 Nov 2018 - 23:36
Un cri s’élève au milieu du port de Naragasa. Un homme bronzé au turban blanc et aux manches retroussées signale à ses confrères qu’un navire aux couleurs du Pays de la Foudre est sur le point d’approcher. Ceux-ci tournent la tête en direction de l’horizon. Malgré la brume, on peut distinguer une silhouette d’un bateau avec un mât de couleur jaune. Les employés du quai se déplacent le long du port et passent à côté des pêcheurs qui tirent leur filet de pêche. Amarrés au port, des navires marchands sont peu à peu vidés de leur contenu, des caisses de marchandises en tous genres : des dattes du Pays du Sable, des fruits secs du Pays de la Roche, ou encore de la coutellerie Metaru du Pays de la Foudre. Des négociants de Kiri s’approchent déjà pour s’enquérir de la qualité des produits, tandis que des agents de douane viennent vérifier que la marchandise est aux normes et que les droits sont bien payés. L’un d’entre eux acquiesce et fait signe de passer tandis qu’un autre commence à poser des questions au capitaine du bateau marchand. Des marins travaillant pour le marchand déchargent le navire caisse après caisse. L’activité suit son cours sur le port… Le bateau de passagers vu précédemment s’approche de plus en plus, et on peut déjà distinguer des silhouettes se dessiner sur le pont. Des personnes curieuses cherchent à observer le quai d’où ils sont. Ils se projettent déjà dans ce qu’ils vont faire dans le pays : certains sont pleins de rêves tandis que d’autres fuient la misère.

Des hommes au turban bleu marine s’attroupent sur le ponton. Un des hommes sur le bateau au mât jaune commence à faire un nœud avec son amarre et la lance en direction d’une aussière. Le nœud se ferme autour de l’aussière, il tire pour être sûr qu’il tient bien. Il attache ensuite l’autre extrémité, celle qui lui fait face, à l’une des quilles du bateau. Ce dernier avance lentement près du bord de la plateforme, jusqu’à ce placer de façon presque parfaitement parallèle au ponton. Les passagers sont déjà près du bord du pont, prêts à débarquer. Un employé de quai porte une large planche de bois qu’il place au-dessus de l’espace entre le ponton et le pont du bateau. Aussitôt, les passagers commencent à descendre en file, le pont du bateau se vide et le groupe commence à se disperser sur le quai, se mêlant au reste de la population déjà présente.

Ce matin, Saji est chargé par Kiri de surveiller l’activité du port. Son regard guette tous les protagonistes du quai qui défilent devant lui, tous plus pressés les uns que les autres. Il voit le navire marchand qui vient d’accoster redéployer son mât et retirer ses amarres pour rentrer au pays. Le négociant semble satisfait des caisses de produits qu’il a importé. Le regard du sabreur muet balaie désormais la masse de nouveaux arrivants du Pays de la Foudre. Des employés de quai s’occupent de les orienter en direction du contrôle d’identité. Les nouveaux visages défilent un à un devant Saji, tandis qu’il essaie de détecte tout comportement suspect ou tout profil qui pourrait correspondre à la liste d’indésirables qui lui a été confiée. Non, pas de problème… tout est ok. Saji fait signe à l’un des marins venus du bateau de passagers de s’approcher et de lui faire l’inventaire de son cargo, si jamais il compte en décharger une partie ou tout le contenu. Pendant quelques minutes il écoute et écrit sur son carnet, notant tous les détails. Saji acquiesce à chaque phrase. Bon, il a tout. Le rapport est fait. Il tourne le dos pour rentrer chez lui quand soudain la voix d’un jeune homme l’interpelle depuis la foule. Pourquoi a-t-il le sentiment de reconnaître cette voix ? Il se tourne pour faire face à la personne. Ces cheveux bleus. Ce visage d’ange. Il n’y a aucun doute.

Yukio ? Le jeune homme ne semble pas le reconnaître de prime abord et lui demande de décliner son identité. Drôle de question venant de la part d’une personne qui aurait pu être un simple étranger. Mais non. Ils ne sont pas étrangers. Bien au contraire. Ils se connaissent bien. Saji le reconnaît. Mais son neveu ne le reconnaît pas étant donné qu’il ne l’a jamais vu dans son uniforme noir. Surtout avec un masque sur la tête. Saji le retire et se dévoile, ne laissant aucun doute qu’il s’agit bel et bien de son oncle devant lui. Sans réfléchir, il s’approche de Yukio, le sourire aux lèvres et la main tenant son masque. Il le prend dans ses bras tellement il est heureux de le voir.

Il se met à écrire un mot pour demander la raison de sa venue ici. A-t-il décidé de le rejoindre à Kiri seulement pour une visite de famille ou a-t-il d’autres projets en tête ?


Saji a écrit:
« Yukio, comme c’est un bonheur de te voir ici. Cela fait près d’un an que nous nous sommes quittés. Comment va ta mère ? Pourquoi n’es-tu pas à ses côtés ? Ne me dis pas que quelque chose lui est arrivée ? Que viens-tu faire ici ? Tu aurais pu envoyer une lettre si tu souhaitais me contacter. »


Des flashs lui reviennent en mémoire, des images qui lui rappellent la nuit fatidique où Mitsuko a été grièvement blessée au point d’être alitée dans un hôpital. Depuis qu’il a quitté le Pays de la Foudre pour partir à la poursuite de son frère meurtrier Ashikage, il a arrêté de penser à elle… Tellement il s’est senti coupable de ne pas l’avoir protégé, il ne pouvait plus dormir la nuit. De façon inconsciente, elle avait disparu de sa mémoire. Mais en revoyant son fils, un apprenti sabreur plein de promesses, les souvenirs de sa soeur refont surface et les larmes bordent désormais ses yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Nobuatsu Yukio
Nobuatsu Yukio

Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio] Empty
Sam 10 Nov 2018 - 11:44

Retrouvailles au port





Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio] Tumblr_mwcfctecnl1r922azo1_500



    Nous revenions d'un long périple, l'équipage et moi. J'étais exténué malgré avoir dormi tout le reste du voyage. Il me manquait un bon lit douillet. Mais malgré tout, je me dirigeais vers une journée assez rempli encore une fois. Comme raconté précédemment, un des marins a voulu que je rencontre une autre personne qui était sabreur. Il expliqua la situation à l'autre sabreur au port en racontant mes exploits et comme par magie, d'autres événements sont arrivés.

    D'ailleurs, lorsque j'ai vu ce sabreur, je ne pus le reconnaître de prime abord, un homme dans un uniforme noir et une expression assez peu enjouée. Et cet homme retira son masque laissant place à un visage que je reconnaissais, celui de mon oncle Saji. Il me prit donc dans ses bras instinctivement. La chaleur corporelle, c'est vraiment quelque chose que je n'avais plus l'habitude d'avoir durant ce voyage. Cela fait du bien à l'esprit. Après son étreinte, il me regarda et commença à écrire. J'avais oublié qu'il ne pouvait s'exprimer à travers le langage. J'ai donc attendu qu'il me donne son calepin. Il me parlait des conditions dans lesquels j'étais venu ici. Et c'est vrai que c'était dur à expliquer mais je pris le temps de le faire.

    ► Maman, elle va de mieux en mieux. Elle est à la maison et c'est une amie à moi qui s'en occupe, parce qu'elle voulait que je vive ma vie. Elle voulait aussi que tu t'occupes de moi puisque je veux être un ninja comme toi. C'est pour cela qu'elle m'a envoyé ici pour te retrouver. J'espère ne pas trop te déranger en tout cas. Un marin a voulu que je te vois, mais ... ça veut dire que tu es... Sabreur c'est ça? Cela veut dire que tu as un sabre ! Et que tu sais très bien t'en servir. Est-ce que tu peux me raconter comment tu as fait pour être Sabreur à Kiri alors que tu venais pas de Kiri? On m'a dit aussi que je pouvais devenir Sabreur comme toi. Tu penses que c'est possible? Et comment il faut faire?

    Je l'ai mitraillé de questions et au fur et à mesure, il écrivait les réponses sur son calepin. Il semblait heureux de pouvoir me répondre et d'ailleurs, moi aussi, j'étais heureux de le faire. Nous avons alors passer toute l'après-midi dans le port, lui devait surveiller les bateaux, et moi, je rattrapais le temps perdu avec lui. C'était vachement bien. Maman avait raison de dire que je m'entendrais bien avec lui. Nous étions sous un soleil magnifique à regarder le port et à surveiller les importations. La journée passa sacrément vite et le soleil prit un congé mérité. Saji avait fini son service. Je lui demanda de me faire visiter la ville le soir. Les lumières dans Kiri étaient sublimes malgré un épais brouillard. Et lorsque l'on commença à marcher en direction des lumières, je lui posa une question assez intime et assez discrète:


    ► Maman dit que tonton Ashikage n'est pas un mauvais homme. Qu'est-ce que tu en penses? Parce que moi, je suis perdu. Il a failli tuer Maman et toi aussi il t'a fait du mal. Il a fait d'horribles choses. Alors pourquoi Maman le soutient toujours? Et pourquoi elle ne cesse de le défendre? Je suis vraiment triste à cause de ça, car au fond d'elle, elle aussi, elle est profondément triste même si elle veut pas en parler avec moi. Est-ce que tu peux m'aider à comprendre, s'il te plaît?

    J'étais bouleversé pour avoir posé cette question, mais il fallait que je demande ces choses-là, car c'était dans un coin de mon cœur, j'espère qu'il ne sera pas trop en colère de ma question. Le silence pesa, le crayon faisait de grands traits, j'attendais avec une certaine peur de la réponse de mon oncle.

Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio] Empty
Sam 10 Nov 2018 - 21:26
Une personne qu’il n’aurait jamais cru revoir de sitôt, un proche qu’il ne pouvait rencontrer que rarement dans le passé car sa sœur Mitsuko refusait que son fils soit impliqué dans la rivalité fraternelle de Saji et Ashikage. Et elle avait raison. Une image de sa sœur alitée revient à la mémoire de Saji, comme si ces retrouvailles avec son neveu, comme si plonger ses yeux dans ceux de Yukio l’avait renvoyé plus d’un an en arrière. Il souffre, se rappelant à quel point il se sentait coupable de ne pas avoir empêché que tout cela n’arrive. Et coupable, il se sent toujours. Tout lui revient. Les images lui reviennent par succession rapide, si bien qu’il en a le vertige. Il semble absent un moment, puis revient à la réalité, au milieu des paroles de Yukio qui commence à lui parler de la raison pour laquelle il est venu le rencontrer. Il apprend que Mitsuko est en train de se rétablir, tant mieux. Une bonne nouvelle qui réchauffe le cœur d’un petit frère inquiet. Apparemment, son fils a trouvé quelqu’un pour le remplacer à son chevet, de façon à ce qu’il ne soit pas obligé à rester immobilisé comme sa mère. Il est jeune et pleine de fougue. Forcément il doit vivre sa vie, vivre des aventures à la mesure de ses ambitions. Et c’est pourquoi il est ici à Kiri.

Mitsuko, que n’auras-tu de cesse de me surprendre… Saji retrouve le bleu des yeux se sa sœur, mais aussi cette fraîcheur et cette innocence… Elle peut être fière d’avoir un fils aussi bon et talentueux. Mais tout cela n’est-il pas précipité ? Il ne comprend pas ce que sa sœur a en tête en demandant à son fils de suivre son oncle jusqu’au bout du monde pour le rejoindre seul en voyageant à travers les mers. Il aurait pu lui arriver quelque chose. Même s’il sait déjà que Yukio est un bon bretteur pour son âge, nombreuses sont les menaces dehors, dans le monde d’aujourd’hui. Mais sa mère se faisait du souci pour son fils, ou peut-être… Se faisait-elle davantage de souci pour son frère Saji. Elle vit en quelque sorte à travers Yukio. En envoyant son fils elle aurait aussi le sentiment de revoir son frère. Un raisonnement absurde quand on ne connaît pas Mitsuko, mais tout à fait logique quand on sait à quel point elle est attentionnée pour ses frères.

Certes, Saji est heureux de retrouver son neveu après une longue séparation, mais est-il vraiment judicieux qu’il reste ici ? Dans ce village de Kiri, connu pour être le moins hospitalier des trois grands villages shinobis ? Certains quartiers ne sont pas très sûrs, même avec l’intervention conjointe des trois clans pour nettoyer les rues de la criminalité. Mais aussi, la confrérie des Sabreurs n’accueille pas facilement les nouveaux candidats, tout prétendant doit passer deux épreuves difficiles afin d’être reconnu comme un pair. Il s’agit après tout d’un clan qui existe depuis la fondation du village de la Brume, et les Sabreurs sont des personnes reconnues dans le monde entier. Et enfin, Ashikage n’est pas très loin, son ombre plan à chacun de ses pas. Il sent qu’il se rapproche de sa trace, et il ne veut pas que son neveu connaisse le même sort que sa mère. Il ne pourrait se le permettre, sûrement, Saji ne survivrait pas à un autre traumatisme de cette envergure. Les questions de Yukio s’enchaînent à une telle vitesse, que Saji n’arrive pas à toutes les retenir et se contente de lui offrir une réponse mitigée afin de calmer son excitation incontrôlée. Il est jeune, il a besoin que quelqu’un fasse grandir la jeune pousse dans le bon sens. L’oncle recadre donc son neveu d’entrée de jeu, il n’y peut rien, il veut le protéger de peur qu’il ne lui arrive quelque chose. Il écrit un long message pendant que Yukio a bientôt fini de le submerger de mots.

Saji a écrit:
« Yukio, comme je me réjouis de te revoir. Comme ta mère tu es plein d’excitation et curieux de découvrir le monde et affronter ses dangers. Mais je te préviens que le village de Kiri et le pays de Mizu sont loin d’être aussi beaux et paisibles que tout ce que tu as connu à présent. Au contraire, les personnes louches ne manquent pas ici. Tu devras apprendre à te méfier et à rester sur tes gardes. Fais le pour moi d’accord ? Et oui je suis Sabreur, on pourra en reparler plus tard, mais pas maintenant. Allons. »

Tous les deux profitent de l’après-midi pour se poser tranquillement dans le port. Saji doit terminer sa surveillance du quai et contrôler les flux d’immigrants et de marchandises. Mais la journée semble plus calme que prévu, il peut donc en profiter pour rattraper le temps perdu avec son neveu. Revoir ce dernier a véritablement égayé sa journée. Le soleil monte haut dans le ciel, au-dessus d’un paysage légèrement neigeux, éclairant les visages détendus de Saji et de Yukio (même si on ne peut pas le voir pour le cas du premier). La journée se termine, il est temps de rentrer. Son neveu lui demande de lui faire une visite de la ville pendant la soirée. Ce qui ne manque pas de glacer le sang de Saji qui sait très bien que Kiri le jour n’a rien à voir avec Kiri la nuit. La morosité du jour laisse place à la dépravation et à l’alcool la nuit. Peut-être est-ce mieux que Yukio soit prévenu à ce sujet. Il pourrait être surpris de constater par lui-même les ivrognes sortir des bars ou les hippies pervers courir tout nu dans les rues. Sur le chemin vers le restaurant le plus calme que connaisse Saji, Yukio décide de mettre le sujet d’Ashikage sur la table. Ce qui ne manque pas de déstabiliser son oncle. Car parler de ce dernier ramène des souvenirs indésirables, qu’elles soient de la nuit du meurtre ou bien avant, quand il se comportait comme un frère jaloux et antipathique. Yukio pose une très bonne question cependant, il s’interroge légitimement sur la raison pour laquelle sa mère s’efforce de défendre Ashikage malgré son comportement et son crime. Pour être honnête, Saji lui-même n’en est pas sûr, il suppose que cela vient naturellement de la personnalité de sa grande sœur qui s’inquiète toujours pour ses frères, comme une maman le ferait pour ses fils. Avant de donner sa réponse, Saji prend une profonde inspiration en réfléchissant précisément aux mots qu’il va choisir d’écrire sur son carnet.

Saji a écrit:
« Ton autre oncle n’est pas mauvais par nature. C’est ce que je crois. Il a seulement emprunté le mauvais chemin, le chemin le plus facile qui ne demande aucun sacrifice de soi, aucune contrainte. Et ta mère croit toujours dans la possibilité qu’il nous rejoigne un jour de l’autre côté. Son espoir, il est partagé. Je pense qu’il pourra se repentir un jour. »

La pointe de son crayon tremble à la surface du papier. Ce n’était pas facile pour Saji de s’exprimer ainsi sur son frère Ashikage, surtout auprès d’une âme aussi innocente et bonne que Yukio. Il se refuse à l’impliquer dans sa quête, il hésite aussi à l’intégrer chez les Sabreurs… Non, tout cela est trop précipité. Il doit réfléchir. Il trouvera sûrement des activités dans lesquelles son neveu pourra s’épanouir. Dommage que l’Académie ninja ne soit pas encore ouverte. Autrement il aurait pu l’y inscrire. Il se gratte la tête, se demandant ce qu’il peut faire pour occuper Yukio pendant son séjour à Kiri, tandis que tous les deux s’éloignent au loin dans la rue, sous le manteau de la nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779

Retrouvailles au port [PV Nobuatsu Yukio]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: