Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Le rouge et le noir | Raizen
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 19:22 par Chiwa Aimi

» Retour à la réalité
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 19:19 par Shinrin Hanzo

» 野心 Raviver la flamme
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 18:46 par Kogami Akira

» Réflexion [Aimi]
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 18:17 par Chiwa Aimi

» LES CHÂTIMENTS DE SA-SARDINE [Mission B]
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 18:11 par Kogami Akira

» Expérimentation et chapeau blanc [PV : Raizen]
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 17:31 par Sendai Anzu

» [Mission B] Protéger les blondinnets [Pv : Osore Kara]
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 17:25 par Osore Kara

» [Mission B] L'école de la paume de fer
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 17:20 par Kogami Akira

» La grandeur d'une Nation
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 17:01 par Uzumaki Gozen

» [Mission B] Incendie à Girigiri
Sonner l'alerte (libre) EmptyAujourd'hui à 16:39 par Shinrin Funka

Partagez

Sonner l'alerte (libre)

Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mar 20 Nov 2018 - 20:28
Le voyage de retour depuis le fameux Pays Oublié a baigné dans une atmosphère étrange… Shyko reste très silencieux, toujours impacté par les décisions de Madoka. Le chef du clan Kaguya va devoir se ressaisir vite car le village aura besoin de lui. Mais le Kaguya n’est pas inhumain pour autant, il comprend parfaitement les sentiments que son ancien maître éprouve. Il a quand même communiqué au chûnin aux cheveux verts ce qu’il sait et ce qu’il soupçonne concernant ce fameux dieu de l’eau et le lien potentiel de ce dernier avec des prisonniers détenus dans la Prison Oubliée. C’est donc à lui de faire le nécessaire pour mobiliser le village. Malgré l’insistance de l’envoyé du seigneur pour garder le silence sur ce qui entoure Wasure no Kuni, Wutu-Fuku révèlera ce qu’il sait au grand public, du moins Kiri. De toute manière, la vérité va éclater sous la plume d’Ohana, la rédactrice du kunaï enchaîné. Et les shinobis de la brume doivent savoir ce qu’ils vont affronter.

Le chûnin pose à peine le pied au sol qu’il alpague les premiers gardes qu’il croise.

-Sonnez l’alerte immédiatement, Kiri risque de se faire attaquer. Faites passer le mot. Réunissez tous les shinobis disponibles sur la grande place tout en gardant une garde aux points stratégiques du village, et informez le Godaime.

Un ordre qui ne peut qu’être exécuté, venant d’un chûnin accompagné par l’un des chefs d’un clan très important de Kiri. Le traumatisme de l’attaque récente subie par le village est encore dans les mémoires… Au loin, des sirènes commencent à sonner. Wutu-Fuku court vers le point de ralliement. Pas le temps pour un discours en bonne et due forme, il se contente donc d’empiler des caisses pour pouvoir surplomber la place, alors que les premiers ninjas commencent à arriver. Bientôt, c’est une grande partie de l’effectif du village de la brume qui est réunie. Certains ninjas présents reconnaissent Wutu-Fuku comme celui qui a tenu une réunion concernant la future Caserne du village il y a peu, aussi le silence s’installe-t-il sans problèmes puisque le Kaguya a déjà démontré sa capacité à tenir une foule. Il attend un peu, jusqu’à ce que la place soit noire de monde. Il prend la parole d’une voix forte une fois qu’il estime avoir assez de monde autour de lui.

-Kirijins ! Kaguya Shyko, Datalia Madoka et moi-même avons été mobilisés ce jour-ci pour nous rendre sur une île perdue entre notre archipel et le grand continent. Une île secrète, cachée au reste du monde par les seigneurs des grandes nations ninja. Un pays découvert il y a plus de deux siècles, protégé par des conditions météorologiques et géologiques. La population locale fut massacrée, et les grands seigneurs décidèrent, d’un commun accord, d’y construire une prison secrète sur laquelle ils enfermeraient les éléments gênants de leurs nations. Criminels, mais aussi opposants et d’autres personnes qui n’avaient pour tort que de savoir les mauvaises choses… Une entente secrète et accessible à chaque nation qui décidait d’investir afin d’assurer sa gestion. Un secret si bien gardé que même le Mizukage n’en savait rien. Nous ne savions pas. Nous avons été mobilisés à l’aveugle, sans informations, pour arrêter une personne bien décidée à révéler ce secret au reste du monde… comme les ninjas des autres villages cachés. Nous n’étions pas seuls. Il y avait avec nous des Kumojins et des Iwajins. Avec le même objectif.

Il balaye l’assemblée du regard tout en reprenant son souffle.

-Notre mission était de réduire au silence cette menace afin de garder le statu quo. Dans un sens, nous avons échoués, puisque je suis devant vous, révélant ces informations confidentielles… de toute manière elles seront disponibles très vite puisque la journaliste a pu s’échapper. Sachez que toute interruption de ces révélations aurait été impossible. Car l’homme au chapeau s’en est mêlé. C’est lui et ses hommes qui ont planifié la destruction de cette prison pour faire déferler les prisonniers sur le monde shinobi. Dès ce moment, nous avons fait ce que le village préconisait en cas de rencontre avec l’ennemi public numéro un. La collecte d’informations. Tenter quoi que ce soit aurait mis en péril notre retour, et donc l’information de Kiri sur ces événements… Certains ont tenté leur chance, notamment l’actuel Tsuchikage, présent dans la « délégation » d’Iwa. Qui n’a rien pu faire contre l’homme au chapeau. J’ai juste eu le temps le voir trancher le bras de l’ombre de la roche… et d’utiliser le Kinton et le Mokuton… en plus de ses capacités « connues ».

Il parle pendant longtemps, mais il y a beaucoup de choses à dire.

-Attendez-vous donc à voir venir sur Kiri des évadés de cette prison. Parmi eux, bien sûr, de simples civils… mais aussi des criminels si dangereux qu’ils ont été effacés de l’histoire. Si je révèle ceci malgré le secret, c’est car vous devez savoir. Vous avez le droit de savoir ce qui va arriver sur nos côtes et ce que vous allez affronter. Je refuse que Kiri subisse à nouveau un carnage pour préserver un secret honteux. Maintenant...

Il descend de son promontoire improvisé.

-J’ai quelque chose à vérifier.

HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Kōshin no Keisuke
Kōshin no Keisuke

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mar 20 Nov 2018 - 21:30
Alors que tu étais dans ton laboratoire afin de fignoler sa construction, tu etendait du grabuge autour de toi. Enfin pour être au dessus de toi car ton laboratoire était bel et bien installé sous le village de la Brume avec des accès sécurisés. Quelque chose était bel et bien en train de se tramer dans le village de la Brume et c'était de ton devoir de remonter afin de vérifier la situation. Rangeant l'échantillon de bois que tu avais récupéré dans le pays du Bois tu décidais de monter a la surface et prenant soin de fermer l'entrée de ton laboratoire ainsi que le reste des Locaux des spectres que tu avais aménagé.

Choisissant la sortie qui te permettra d'avoir une plus grande vision du village, tu te positionais sur un toi afin d'avoir une vision globale et repérer rapidement les nouveaux arrivants qui avaient captés toutes l'attention.
Tu te déplacais rapidement en leur direction et reconnu rapidement les deux membrés du clan Kaguya. Tu avais eu vent qu'ils avaient été missionné par le seigneur du pays de l'eau en compagnie de Madoka. Cependant tu pouvais voir quelle n'était pas là du tout, certainement occupé à faire n'importe quoi.

Arrivé sur place tu écoutais attentivement le discours de celui qui avait déjà montré ses capacités orales. La situation était vraiment très grave, un pays complet avais été mis en quarantaine avec une gigantesque prison pour éloigner les ennemis du gouvernements. Une telle information qui avait réussi a être caché depuis presque 200 ans. L'homme au chapeau qui semblait être incontestablement l'etre le plus puissant qui pouvait exister sur ce continent semblait avoir orchestré toute cette histoire. Le danger était là, mais ce n'était certainement pas tout car le Kaguya semblait avoir quelque chose " a vérifié" . T'approchant de lui après qu'il soit descendu de l'estrade tu posa ta main sur son épaule.

" C'est une bonne idée de prévenir les gens cependant tu aurais peut être mieux fait de garder ton sang froid et prévenir directement les autorités afin de ne pas inquiéter tout le monde enfin bon ce n'est rien ! Par contre j'aimerais te voir pour que tu m'explique absolument tout ce que tu a appris là bas. Rejoins moi devant le Palais de la Brume ce soir s'il te plaît."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3777-kyuuseichi-keisuke-terminee
Yuki Kuzan
Yuki Kuzan

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mar 20 Nov 2018 - 21:42
Une nouvelle brochette, un nouveau restaurant. Comme à mon habitude, quand j'ai rien à faire, je mange et je raconte des histoires bidons pour gratter un peu plus d'exp. Par exemple ici, je déguste tranquillement des brochettes de boeufs, de poulet ou encore de poisson accompagnés de leurs petits légumes et de leurs sauces.

Jé déguste et me régale. Shino, le chef, décide de me sortir la tête de l'assiette en me parant d'un autre sujet intéressant.

« Kuzan ! Tu as vu ? Kaya est de retour du tournoi de Kaze ! »

Comme si je ne le savais pas ...

« Tu crois quoi ? J'attendais ça avec impatience. Depuis qu'elle est partie je ne suis plus le même homme ... Elle m'a manqué ...
Mais elle n'est même pas ta femme, elle ne t'a vue que deux ou trois fois et si ça se trouve, elle ne se rappelle même plus de toi !
Chuuut. N'en dis pas plus. Ta jalousie fait pitier. »

Terminant alors mon plat, je règle l'addition et me dégotte une sucette en guise de dessert. Mais alors que les boutades fusent entre nous deux, les hauts parleurs parsemés dans la ville se mettent à hurler. Des hauts parleurs oui, mais les seuls présents au sein de Kiri, les seuls qui nous informent d'une menace importante. Ce signal, fort et strident; tous les kirijins le connaissent. Et il nous demande de rejoindre la grande place centrale du village pour un rassemblement.

Mes yeux fixent le Nord, là où les oiseaux semblent fuir le plus loin possible. Les rues se vident et laisse le village sans vie, avant que tous les habitants se retrouve sur la place. Sur les lieux du rassemblement, un homme se tient devant nous tous; Kaguya Wutu-Fuku. Mon sensei. Mon maitre d'équipe.

Prenant de la voix, il nous explique alors la situation qui est plus qu'urgente à voir son regard aussi sérieux qu'il ne l'a jamais été. Mon sang se glace alors à l'annonce des détails de sa présence devant nous, de la raison du son d'alerte. Une mission floue ayant mal tourné et révélant le plus grand secret du monde, caché par les hauts représentants des nations. Même les Kage n'étaient au courant d'un tel secret. Un pays oublié, un prison contenant les plus grands criminels du Yuukan et un homme au chapeau m'étant à mal le monde. Mes souvenirs de guerre refont surface, laissant une goutte de sueur couleur le long de ma tempe.

Malgré un nombre incalculable d'information, je comprends vite que les prisonniers de ce pays, désormais libres, ne tarderont pas à déferler au sein du Yuukan afin de piller, violer et massacrer les peuples du monde. Notre peuple. Mizu no Kuni.

Nous sommes donc en guerre ? C'est à croire que oui; cela recommence.

Mais un détail m'échappe. Au début, la mission a été effectuée par Wutu-Fuku, Shyko ainsi que Madoka. Malheureusement, la petite aux cheveux d'argent manque à l'appel. Est-elle morte ? A t-elle déserter, elle qui me semblait malgré nos quelques rencontres, un poil déséquilibré ? Ca pourrait lui correspondre, mais je ne la connais pas assez pour juger ses actions. Même si en cas de désertion, elle nous confirme une trahison inévitable.

Mon senpai va devoir nous donner des réponses et vite ...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4312-yuki-kuzan-finish
Chikara Meiyo
Chikara Meiyo

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mar 20 Nov 2018 - 22:42
« Sonner l'alerte »





Calme. Dénué de toute perturbations. Tel était l'état actuel du dojo des sabreurs où méditait Meiyo. Ce silence assourdissant le faisait entrer dans une sorte de trans indescriptible. C'était une sensation de sérénité agréable et presque même addictive. Cette paix vola en éclat lorsque les cloches sonnant l'alerte sonnèrent en trombe. Ce genre d'exercice n'était pas rare depuis l'attaque sur le village. Il tentant tant bien que mal que resté concentrer malgré le vacarme, en vain. Il soupira longuement avant de se relever. A la longue ces manœuvres de rassemblement lui couraient sur le haricot mais il fallait s'y plier. Il se dirigea naturellement vers la sortie et suivit la foule qui semblait plutôt agité comparé aux exercices habituels. Peut-être était-ce réellement une alerte. Le sabreur plongea dans le bain de foule et suivit le mouvement pour se rendre sur la grande place du village.

Comme pour la réunion concernant la future caserne de Kiri, l'honorable Wutu-Fuku se dressait face à la foule qui prenait de l'ampleur minutes en minutes. Il entama un discours n'était pas des plus encourageant. En effet le chûnin semblait clairement dire que le village était une nouvelle fois menacé par des criminelles. Cette situation tombait plutôt mal. Kiri se relevait à peine de son attaque et voilà qu'elle était de nouveau menacée. Foutu homme au chapeau. Ce cancer ne cessera donc jamais de pourrir ce monde ? Il serra son poing. Cette fois il allait être là pour défendre son village. A la fin de son discours qui mina le moral de beaucoup de personne, le Kaguya descendit…

C'est tout ? Pas de directives, pas de frappes préventives envisagées. Rien ? Certes il n'était que chûnin et non Mizukage mais après ce qu'il venait de voir peut-être serait-ce judicieux d'établir un plan d'action et ne pas se retrouver le bec dans l'eau le moment venu. Meiyo bouillonnait à l'intérieur mais ne dit rien. Bien que le village ne se porte pas très bien, le guillotinage a peut-être le vent en poupe malgré tout. Il resta silencieux quelques instants avant de prendre la parole pour galvaniser la foule qui comptait désormais beaucoup de visages fermés.

"Vous avez tous entendu ?! Allez mes frères, du nerf !... Nous sommes encore tous meurtris par les récents événements mais il est hors de question de se laisser abattre ! Nous allons combattre l'ennemis. Ensemble. Unis !"

Il était dévoué corps et âme à Kiri. Rien n'y personne ne pourrait faire faiblir son allégeance. Personne ne portera atteinte au village.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3942-chikara-meiyo-finished https://www.ascentofshinobi.com/u617
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mer 21 Nov 2018 - 11:03
Pour qui sonne le glas ? Interrompu en pleine séance de méditation, Saji ouvre un œil puis l’autre. Il se lève de sa position en tailleur et se dépoussière les jambes. Il ramasse son sabre, il voit des apprentis sabreur sortir avec précipitation du dojo pour rejoindre la place centrale. Il semblerait que l’heure soit grave. N’ayant intégré le village qu’après l’attaque des Nuke-nins, le son qui retentit désormais dans les rues ne lui est pas du tout familier, mais peut-être qu’il allait devoir s’y habituer. Un des disciples épéistes accourt vers le Sabreur pour l’informer de la situation : cette alarme est là pour signaler que le village est en danger d’attaque imminente. Il est impératif que tous les shinobis en garnison répondent à l’appel. Les habitants ont appris à craindre ce tintement de la cloche, ils ont redouté ce moment après la précédente attaque. L’air serein de Saji laisse alors place à regard inquiet. Il acquiesce et remercie le jeune épéiste qui le salue et sort de l’enceinte du dojo. Qui aurait cru que l’heure de défendre Kiri vienne aussi tôt ? Il tire la lame de son sabre, la regarde d’un air songeur. Tout ce temps passé à s’entraîner et à philosopher sur son désir de protéger les innocents, il est temps de passer de la parole à l’acte. Il range sa lame d’un coup sec. Il marche d’un pas rapide à travers le couloir qui mène au Grand Hall, il croise son camarade Meiyo qui sort par la grande porte sans se précipiter. Saji prend son temps afin de veiller à ce que tous les apprentis sabreurs quittent le dojo et que le Gardien puisse fermer les portes derrière. Ils vont devoir interrompre prématurément la séance d’entraînement d’aujourd’hui afin de se plier à l’urgence de l’appel. Le sabreur muet est l’avant dernier à quitter le bâtiment, suivi par le Gardien, qui hoche la tête pour lui dire bonjour. Tous les deux marchent en direction de la grande place, à travers l’artère principale du village. Déjà, on remarque une nuée humaine se mêler à la cohorte des habitants qui ont déjà répondu présent. Au milieu de la foule, un homme debout sur une pile de caisse en bois. Saji le reconnaît. Cette chevelure au vent, ce kimono blanc ouvert laissant entrevoir des pectoraux secs et saillants. On ne le présente plus, l’animateur de la réunion pour le projet de caserne dans le quartier Kaguya, le bras droit direct du chef de son clan. Un des gradés les plus actifs du moment, qui cherche à faire bouger les choses afin de préparer le village aux épreuves qui l’attendent, et surtout qui s’est montré très disponible pour les genins, à un moment où l’absence de gradés était devenue problématique. Il n’a jamais cessé de croire en la grandeur du village de Kiri même quand ils étaient au plus bas… Surtout quand ils étaient au plus bas. Il n’a jamais quitté son poste. Plus qu’un visionnaire, pour Saji, il s’agit surtout de son mentor. Son demi-maître éternel. Wutu-Fuku. Il sait que malgré ce qui s’est passé sur l’île d’Asosan, il lui doit beaucoup, et il ne le remerciera jamais assez pour cela.

Parmi les derniers à arriver sur les lieux, Saji joue des coudes pour arriver dans un radius suffisamment proche, de façon à écouter ce que dit le Kaguya. Heureusement, il ne semble pas être trop en retard, le discours n’a pas encore commencé et le brouhaha expectatif s’élève à mesure que la place se remplit. Il le voit balayer l’audience du regard, prendre une grande inspiration et entamer son discours. La première partie concerne leur mission à trois sur une « île perdue » qui aurait servi de prison pour tous les éléments perturbateurs des daimyos des trois nations, qui se sont mis d’accord pour financer et partager l’établissement afin d’y enfermer tous les criminels et indésirables (notamment politiques). Dans la deuxième partie du discours, l'orateur raconte comment les shinobis de Kiri mais aussi ceux des autres villages se sont rendus là-bas, apprenant le secret de la bouche de l’homme au chapeau. Toutefois ils n’ont pas pu empêcher que la vérité éclate au grand jour. Ils ont préféré jouer la carte de la sécurité et ont pris la fuite pour informer leurs villages respectifs du danger qui allait les menacer très bientôt. Saji est d’accord avec la décision de Wutu-Fuku. Si l’homme au chapeau est aussi puissant qu’on le décrit, alors ils ont bien fait de privilégier la fuite pour sauvegarder les informations, de façon à informer le village de la Brume. Néanmoins, c’est la première fois qu’il entend parler de cet « ennemi public numéro un ». Mais ce n’est pas le premier de leurs problèmes à présent, le Kaguya avertit ses confrères et consœurs kirijins que la prison a été ébranlée et que des criminels ont été relâchés sur le Grand Continent, avec le ferme désir de faire payer leur incarcération aux trois grandes nations.

Saji ressent la tension. L’ennemi sera bientôt à leurs portes, mais il s’est préparé à cela. Alors pourquoi semble-t-il nerveux ? Un mélange subtil d’enthousiasme, de patriotisme et de peur. Peur pour les dommages que cette vague de prisonniers pourrait causer sur le monde. Le rôle que joueront les shinobis dans cette situation de crise aura un impact direct sur l’influence qu’ils auront pour les années qui viennent. Des pays fragilisés, des populations agressées… Plus que jamais, il est important de se mobiliser pour secourir les petits villages les plus en marge du territoire, les premiers qui risquent de subir le courroux des hordes du Pays Oublié. Alors qu’en arrière-plan, son senseï interpelle le Kaguya et son camarade Sabreur harangue la foule pour les préparer au combat, Saji étouffe peu à peu le bruit de son environnement en se plongeant dans ses pensées. La foule se disperse peu à peu, il reste debout, immobile. Le regard perdu dans le ciel, les yeux remplis d’espoir. Il est inquiet de ce qui risque d’arriver à sa famille à Kaminari no kuni : sont-ils au courant ? Sont-ils en sécurité ? Son père et sa sœur doivent être avertis au plus vite. Pour autant, si son cœur est au Pays de la Foudre, son sabre est au service du Pays de l’Eau. Sa rencontre avec la fille aux cheveux argentés lui a donné l’occasion de constater les injustices causées à certains villages oubliés de l’archipel. Depuis, il a été nourri par le doute, et il se demande s’il fait bien de défendre une Kiri au passé aussi sombre. Mais il a appris à pardonner, comme il l’a fait avec une certaine kunoichi, comme il l’a fait avec son meilleur ami. Maintenant, ils doivent se rassembler, apprendre de leurs erreurs, mettre de côté leurs différences, et se battre sous la même bannière. Pour Kiri, pour Mizu, pour le monde libre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mer 21 Nov 2018 - 14:56
Confortablement installée dans son canapé, la métamorphe lisait le livre que lui avait conseillé Ito : « Les fleurs du feu ». C'était un roman qui racontait l'histoire d'une jeune fille ayant fondé une communauté basée sur l'harmonie avec la nature. Autant dire qu'elle parcourait les lignes avec passion. À sa propre vitesse, certes. Et lorsqu'il y avait un mot qu'elle ne connaissait pas, elle le cherchait dans le dictionnaire qu'elle avait également emprunté à la bibliothèque. Sans en avoir l'air, elle avait fait de gros progrès en lecture depuis qu'elle avait emprunté tout ces livres.

Elle n'en oubliait cependant pas l’entraînement, qu'elle faisait le matin. L'après midi était d'avantage consacré à la détente. Durant ces moment de calme de mi- journée qu'elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de savourer avant d'arriver à Kiri. Le village lui avait offert la sécurité, mais bien plus encore. Il lui permettait de commencer à s'épanouir, à s'ouvrir aux autres. À leur faire confiance. De découvrir certains petits plaisirs qu'elle ne connaissait pas jusque là. En arrivant au village, elle avait cru quitter une prison pour se jeter dans une autre. Mais avec le temps, et la patience des habitants, cette idée s'effritait petit à petit. Elle voyait de moins en moins les hauts murs encadrant la ville, se concentrant d'avantage sur ce qu'il y avait à l'intérieur.

Un bruit la tira de sa lecture. Un son strident, destiné à alerter toute la ville. Elle délaissa alors son livre pour se ruer sur ses saï, qu'elle rangea dans leurs fourreaux. Avant de quitter précipitamment son appartement. Elle connaissait ce genre d'alerte pour en avoir déjà entendues lorsqu'elle était chez son père, pour avertir les mercenaires qu'ils étaient attaqués ou pour un simple exercice. Et visiblement les Kirijins la connaissaient aussi, puisqu'ils semblaient tous sortir de chez eux avec un air inquiet, voire apeuré.

La métamorphe suivit le gros des habitants vers la place principale, mais ne s'y rendit pas pour autant : il y avait trop de monde. Inutile d'étouffer là dedans, ça n'aiderait personne qu'elle se mette à paniquer. Elle resta cependant assez proche pour pouvoir entendre ce qu'il se disait en tendant l'oreille. Ou plutôt en faisant appel à ses sens félins. La place fut rapidement noire de monde, la précédente attaque étant toujours encore bien présente dans les esprits. Le silence se fit malgré la présence de quasiment tout le village. C'était assez impressionnant de voir que quelqu'un puisse avoir l'attention de toute une foule de cette façon.

Ce quelqu'un n'était autre que Wutu-Fuku, le chûnin qu'elle avait déjà entendu prendre la parole à la caserne, et qui l'avait accompagnée sur Asosan sans même savoir pourquoi ni ce qui l'y attendait. Elle écouta avec attention ce qu'il avait à dire. Il s'agissait d'une île sur laquelle il s'était rendu avec Madoka et Shyko. Elle ne voyait pas la fée argentée, allait-elle bien ? Où était-elle ? Mais le Kaguya parlait de quelque chose d'important et elle n'eut guère le temps de s'en préoccuper d'avantage pour le moment. Là-bas, ils avaient apprit un secret bien gardé : l'île servait en fait de prison pour y enfermer les criminels les plus dangereux mais aussi les personnes gênantes. Akane soupira malgré elle : ce genre de magouilles ne l'étonnait qu'à peine. Elle savait depuis longtemps que la manipulation était bien plus importante que la force brute. Combien de fois son père l'avait envoyée voler un document important ? Intercepter une lettre entre concurrents ? Les informations tenues cachées et l'argent étaient ce qui dirigeaient vraiment le monde. Dans une guerre le gagnant était celui en sachant le plus sur l'autre. C'était bien pour ça qu'elle traquait son père tout en cachant le fait qu'elle toujours en vie. Pour avoir une longueur d'avance.

Mais là il ne s’agissait plus d'une affaire personnelle. Des dizaines et dizaines de prisonniers potentiellement dangereux avaient été libérés de cette prison. Et ils allaient se déverser dans tout le Yuukan, Kiri y compris. Le village qui l'avait accueillie et lui avait ouvert les bras lorsqu'elle en avait eu besoin, alors qu'il venait d'être attaqué. Celui qui lui avait dit qu'elle avait trouvé une nouvelle famille, lorsqu'elle avait donné toutes les informations concernant son père. Le moment était venu de rendre la pareille, c'était à son tour de prouver qu'on pouvait lui faire confiance. Alors avant que toute la foule ne commence à se disperser et à la submerger, elle partit de la place. Non pas pour se diriger chez elle, mais vers le terrain d’entraînement.

La farouche panthère solitaire avait de nouveau une famille à protéger.

_________________
Sonner l'alerte (libre) Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Kaguya Shyko
Kaguya Shyko

Sonner l'alerte (libre) Empty
Mer 21 Nov 2018 - 18:19
Shyko avait beaucoup de mal a décolérer. Il avait vraiment la haine pour ce qu'il s'était passé sur le pays oublié. Ça pouvait se comprendre en même temps, a bien des égards, il avait été trahi par l'une des personnes pour qui il avait passé le plus de temps ces derniers mois.

Une chose était désormais sûre, vu que Madoka avait voulu faire sa grande et déserter dans sa crise d'adolescente démente, elle serait désormais traitée comme tout autre criminelle et si le verdâtre la recroisait un jour, il agirait en conséquences. Il avait été bien indulgent avec elle mais c'était fini. Il avait bien retenu la leçon ce coup-ci.

Enfin bref, de toute façon, ce n'était pas la préoccupation première pour le moment. Même si c'était dur de se recentrer, il fallait régler en priorité le cas de l'homme au chapeau et la harde de criminels d'état qui s'étaient échappés de la prison oublié.

D'une manière assez peu étonnante, Wutu-Fuku avait prit les devant, se plaçant sur une estrade afin de faire une allocution publique qui semblait avoir fait son petit effet. Son discours était convaincant, mais il y avait des trucs qu'il semblait avoir oublié. C'est donc ainsi que, prenant son courage à deux mains et essayant de retenir sa colère, le chef du clan Kaguya allait s'exprimer sur tout ça.

"- Il faut savoir également que l'homme au chapeau à été aidé dans ses desseins par notre ancien Daymiô, Raonaka Ao. Nous avons également à déplorer la désertion de Datalia Madoka. Elle a préféré rejoindre l'ennemi et c'est donc en criminelle qu'elle devra être traitée. Je vous demande donc à tous de prendre tout ça très au sérieux. Nous ne savons pas si l'homme au chapeau à encore des alliés cachés dans sa manche, soyez attentifs et surtout préparez-vous à ce que nous subissions une attaque imminente. Que vous soyez Chef d'équipe ou genin, tout le monde se doit de faire de son mieux en ces temps de crise. L'avenir du village en dépend. "

Après ces quelques mots, le manieur d'os allait saluer son auditoire puis reprendre la direction de son bureau. Il fallait qu'il prévoit les manœuvres que son clan pourrait faire pour aider au mieux le village. Il était temps de donner aux clan de guerriers un peu d'action.


HRP:
 


_________________
Sonner l'alerte (libre) IYb0oeog
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Sonner l'alerte (libre)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: