Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Trauma [Chiaki]

Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Mar 11 Déc 2018 - 5:18
Les jours en tant que policiers s’écoulaient de plus en plus lentement tandis qu’il perdait peu à peu le peu de plaisir qu’il avait dans ce poste qui était en tout point une couverte. En effet, infiltrer la police était la première option qui lui avait traversé l’esprit afin de gravir les échelons. De ce fait, il se rendait utile tout en étant un shinobi à temps plein. Pourtant, bientôt, il ne verrait plus aucun avantage à cette situation qui ressemblait en tout point au statu quo. Si avoir accès au livre de Kumo pour lire les facultés des nombreux clans recensés faisait partie des prochaines étapes, le fait d’être chunin l’empêchait d’atteindre cet objectif assez simple. Ce n’était pas la seule zone de frustration. Ayant été attiré et sollicité sur un projet surnommé le Projet X, celui-ci avait rapidement été abandonné par manque d’effectif suite à la mutation de certains membres.

En bref, il ne se passait rien dans le village, du moins rien qui puisse l’intéresser. C’est d’ailleurs pour cette même raison que l’idée d’Hayashi no Kuni était survenu. Or, entre temps, il devait s’occuper, chose qu’il avait réussi à faire en épluchant certains dossiers recensant des informations importantes. L’un des seuls avantages dont il bénéficiait dans la police était l’accès aux informations. Étant en mesure de centraliser de nombreuses informations, il en apprenait toujours plus sur l’état du village.

Si on veut, c’était une belle manière de meubler le chemin futur qu’il voulait. Après tout, rester policier était une perte de talent, des efforts aucunement optimisés pour quelqu’un ayant son profil. C’est donc pour cette raison qu’il prenait le temps d’éplucher le plus d’information possible. Bien souvent, il était en mesure de compléter certains faits ce qui ne faisait que renforcer l’état des dossiers tandis que d’autres dossiers le laissaient sur sa faim, curieux de découvrir les éléments manquants.

Celui qu’il tenait entre les mains était un autre exemple. Or, il était beaucoup plus intrigant. Ayant récemment corrélé que de nombreuses alertes avaient eu lieu un peu partout autour de Kumo, Raizen ne pouvait s’empêcher de se laisser influencer par sa curiosité. Il semblait aussi que les principaux membres de Kumo ayant été dépêché avaient subi d’importants dégâts. C’était un signe assez important qui pouvait indirectement illustrer un problème plus important. Kumo était la capitale scientifique, lieu d’excellence pour les découvertes et les percées dans divers domaines. Pourtant, ayant accès à une quantité phénoménale d’information, l’unité chargée de cette portion semblait absente, voire même quasi inexistante.

Dans un contexte comme celui-ci, ils avaient tous intérêt à avoir un point où l’information était relayée et recueillie. Après tout, dans ce monde, s’il y avait bien une arme plus destructrice que le pouvoir, c’était bien le savoir puisqu’il donnait les moyens au pouvoir de devenir indestructible.

Bref, cette conversation attendrait. Pour le moment, il avait un dossier beaucoup plus intrigant, notamment la rencontre qu’il s’apprêtait à faire. Devant la demeure d’une certaine Chiaki, semblait-il qu’elle avait été relâchée des soins intensifs depuis déjà quelque temps. En convalescence à son domicile, il n’Avait aucune information sur l’état dans lequel il allait la trouver. En fonction des circonstances, il aviserait, mais pour le moment, il lui fallait déjà faire les premiers pas.

Cognant non pas une, mais à trois reprises, il fit un pas arrière en attendant de voir si quelqu’un viendrait le répondre.

-Raizen Meikyû, policier et chunin de Kumo. J’aimerais prendre de vos nouvelles et discuter un peu avec vous si vous le permettez.

Introduction brève et simple. Il doutait fortement qu’elle le connaisse, mais c’était important qu’elle sache l’autorité supérieure dans laquelle il faisait partie. Après tout, ceci allait lui permettre d’être rassuré ce qui maximisait ses chances d’avoir une réponse ou une parcelle de sa confiance.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Mar 11 Déc 2018 - 17:52

Trauma.

Aujourd’hui est un jour où il ne se passe rien. Chiaki est interdite de travailler à l’hôpital pour encore une semaine et il en va de même pour l’institut. Elle ne peut pas s’absenter après les heures d’internat, ni s’absenter tout court sans raison. La vie de ninja est la seule chose qui lui permette de s’aérer l’esprit, mais aujourd’hui il n’y a rien à faire. Alors, concrètement, la chirurgienne se livre à une activité qu’elle n’a pas faite depuis longtemps : la lecture. Chiaki adore les livres de médecine en général, mais aussi et surtout les livres sur la chimie. Son nouveau travail à l’institut consiste à travailler sur des médicaments, de nouvelles drogues qui n’auraient pas encore été mises au point. Quoi de mieux, pour ça, que de se renseigner sur les divers composants chimiques et ce qu’ils font ? Après tout, pour pouvoir les mêler les uns aux autres, ne faut-il pas savoir ce qu’ils font, à l’origine ?

Chiaki épluche, tourne les pages, prend des notes. Elle décide de faire une pause au bout d’un certain temps passé sur la même page, avec plusieurs composants qui ont retenu son attention. Il est temps d’aller se faire du thé ! Il n’y a personne à la maison, c’est une bonne chose. Elle peut traîner dans la maison sans rien faire, les cheveux noués dans un chignon complètement désordonné, avec des mèches qui retombent le long de son visage. Son t-shirt bleu trop large retombe jusqu’au bas de ses fesses et ses jambes sont recouvertes d’un pantalon en coton collant, qui lui laisse toute liberté de mouvements mais n’est absolument pas adapté à la tenue d’une chirurgienne. Mais, aujourd’hui, Chiaki est une scientifique typique, qui traîne dans sa maison avec des gros chaussons en laine ! Ce n’est pas si mal.

Trois coups retentissent contre la porte, chose qui l’étonne. La Genin embarque sa tasse avec elle, puis se dirige jusqu’à la porte. Une odeur de jasmin traîne derrière elle et l’accompagne. Elle ouvre. Un jeune homme inconnu. Meikyû Raizen. Apparemment il est policier et Chûnin de Kumo. Aucune idée de son identité, jamais vu, jamais entendu parler. Chiaki penche doucement la tête et arque un sourcil. Que lui veut-il ? Que fait-il ici ? Pourtant, malgré toutes les questions qui lui viennent, son premier réflexe est de reculer et l’inviter à entrer.
« Bonjour ! Je suis Sentetsu Chiaki. Entrez, je vous en prie ! »
Un large sourire étire ses lèvres. La police n’a rien à lui faire de mal, en réalité. Alors, pourquoi paniquer ? Il n’y a pas de raisons ! La seule chose qui pourrait l’amener ici concerne ce que Chiaki a vécu pendant la rencontre avec les prisonniers. Après tout, personne n’est venu lui en toucher un mot depuis que c’est arrivé. Cela dit, Reiko était présente sur les lieux avec eux, alors elle ne comprend pas tellement ce qu’il lui veut. Chiaki ferme doucement la porte et invite Raizen à s’installer sur un des larges fauteuils du salon. Elle dépose sa tasse sur la table.
« Vous voulez du thé ? Je viens de le faire. »
Elle réfléchit un instant, puis réalise quelque chose. Un petit détail. Simple détail. Sa tenue. Chiaki est un vrai sac à patates, quand on regarde bien. Et elle se présente ainsi devant un policier qui, en plus d’être policier, lui est supérieur dans la hiérarchie ninja. Elle rougit brusquement.
« Excusez-moi pour la tenue ! Je reviens tout de suite ! »
La brune disparaît un instant et revient, habillée d’une robe blanche plutôt simple et légère, qui améliore déjà son image. Elle défait les baguettes qui maintenaient son chignon, puis s’installe face à Raizen, une jambe croisée sur la deuxième.
« Bien. Pardonnez ces quelques contretemps. Que puis-je faire pour vous, monsieur Meikyû ? »
Le vif du sujet. Crever l’abcès et aller droit au but. Pour savoir, sans tourner autour du pot et ne pas se retrouver dans le doute. Il n’est pas venu là pour la regarder droit dans le blanc des yeux pendant plusieurs heures, alors … Autant aller au bout des choses directement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Jeu 13 Déc 2018 - 5:35

Ce fut sans surprise qu’il fut accueilli par la principale concernée. Voyant clairement qu’elle était en plein rétablissement suite à l’incident dû à son accoutrement, le Meikyû ne pouvait réellement lui en tenir rigueur. Après tout, une convalescence impliquait du repos. De ce fait, en aucun cas elle n’avait besoin d’être présentée de la même manière qu’elle le serait pour accomplir son devoir de Shinobi. Ainsi, il eut une légère gêne lorsqu’elle fit mention du fait qu’elle n’était pas dans un accoutrement approprié. Tentant tant bien que de mal de la dissuader, il fut toutefois trop lent.

-Tout d’abord merci de m’accueillir et de m’avoir proposé un thé. Je ne voudrais pas vous faire faire d’efforts futiles. Je tiens à préciser qu’il n’était pas nécessaire de vous changer. Vous ne vous attendiez probablement pas à une visite quelconque et vous êtes en convalescence ce qui implique forcément que vous devriez être en tenu décontracté et vous reposer.

Voyant toutefois qu’elle n’avait pas forcément revêtu des habits très formels et qu’elle semblait demeurer confortable dans ce nouvel accoutrement, il ne préféra pas s’y attarder.

-Je vous le dis d’avance, je suis certes policier, mais la raison de ma venue exclut légèrement le cadre dans lequel je travaille. Donc, à tout moment, vous avez le droit de m’interrompre ou de répondre à mes questions. D’ailleurs, vous pouvez m’appeler Raizen tout simplement.

Lui offrant cette possibilité alors qu’il était assis sur le canapé, il prit une bonne respiration avant de regarder à droite puis à gauche. Ce logement était assez intéressant même et avait tout pour catégoriser quelqu’un de lambda. Pourtant, elle avait vécu des événements traumatisants qui pouvaient aisément changer une vie. Dans le but de rendre la sécurité du village plus intéressante, il se devait d’avoir de l’information pertinente pour savoir où il y avait eu une faille stratégique quelconque.

-J’aimerais que vous me racontiez les derniers événements que vous avez vécus. J’ai pu lire le résumé de la situation, mais je n’ai pas l’impression qu’il reflète l’étendue de ce que vous avez vécu. Ensuite, je comprendrais si jamais vous ne préférez pas y repenser ou si ces souvenirs sont trop douloureux pour que vous pigiez dedans ou les partagiez à un inconnu. Malgré tout, cela m’aiderait énormément dans l’accomplissement d’un projet, mais surtout pour éviter que d’autres genin se retrouvent dans des situations similaires.

Il était franc et n’hésitait aucunement à prendre son rôle à cœur. Voir un genin se retrouver face à une telle menace faisait partie des possibilités de la vie, mais aurait pu être évité. Que le chef du village soit présent ou non, il y avait des failles en terme de communication au sein de Kumo ou plutôt un système d’alerte et de détection qui n’était pas du tout mis en place.


_________________
Trauma [Chiaki] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Sam 15 Déc 2018 - 14:09

Trauma.

Droit dans ses bottes, très poli. Le dénommé Raizen fait une très bonne impression à Chiaki. Il fait preuve d’une très grande empathie envers la Genin, en appuyant sur les nécessités qu’impliquent son état. Un sourire étire doucement ses lèvres, pendant qu’elle laisse ses prunelles vagabonder sur son supérieur hiérarchique. Elle ne l’avait jamais rencontré, mais même dans ces circonstances il ne la met pas mal à l’aise, bien loin de là. Beaucoup auraient pu s’imaginer un terrible interrogatoire, avec une froideur et une mise à distance de rigueur, impliquée par sa position dans la société mais aussi les différences qui les séparent sur cette échelle. Pourtant, non. Il brise la glace en précisant que ses fonctions ne sont pas vraiment représentées dans les questions qu’il vient lui poser. Chiaki hoche doucement la tête. Elle comprend et, évidemment, n’aura aucune hésitation à intervenir si cela lui semble logique et pertinent.

Il inspire, examine. Puis il se lance. Dans ses paroles, Chiaki perçoit clairement l’âme du policier. Cette présence, cette réalité. La façon de parler, d’instaurer une forme d’ambiance propice au dialogue. La prévention, aussi. Si c’est trop douloureux, ne pas le mentionner, mais, quand même, il aimerait bien qu’elle le fasse. La mimique sur le visage de la brune ne se modifie pas, au contraire, elle s’affirme. Il est intéressant. Il a l’air très gentil et, dans un autre contexte, ils se seraient probablement bien entendus. Enfin, qui sait, peut-être s’entendront-ils bien de toute façon ? Chiaki hausse doucement les épaules.
« Ne vous en faîtes pas, même si c’est traumatisant, il faut bien y faire face … C’est la réalité, après tout. »
Une réalité amère, dure, qui fait perdre foi en cette humanité dans laquelle ils vivent. Il y a des monstres partout, la chirurgienne ne le sait que trop bien, pourtant être face à l’une d’entre elles, une vraie de vraie, c’est … Particulier. Chiaki soupire doucement. Il faut des monstres pour faire les héros. Elle bascule la tête en arrière et réfléchit, les yeux fermés. Que s’est-il passé, ce jour-là ?

Le ménage se fait dans sa tête, jusqu’à ce qu’elle revienne à ses souvenirs. Comment tout a commencé, comment cela a basculé … Nouvelle inspiration, puis la brune baisse la tête, ce qui la remet face à Raizen. Ses prunelles émeraudes plongent dans celles de Raizen.
« Il y a d’abord eu un message d’alerte, un petit bout de parchemin sur lequel on pouvait lire ‘Meurtrier’. Nous avons dû nous rendre sur place, un village mis à feu et à sang, avec plusieurs silhouettes qu’on ne pouvait pas distinguer. Ça sentait le feu, le sang, la mort. Je suis souvent au contact de l’odeur de sang, vu que je suis chirurgienne, mais là … C’était complètement différent. J’ai fait équipe avec Metaru Reiko, notre Raikage, ainsi que Sendai Yahiko, un jeune Chûnin et toute une autre troupe de ninjas. »
Chiaki marque une légère pause. Yahiko, la fameuse surprise du moment, celui qui apparaît dans les ténèbres et inonde le monde de sa lumière. Une personne tellement aux antipodes de ce que sa patiente, Sendai Anzu, lui avait dit. Ça, Raizen n’a pas besoin de le savoir. Elle reprend.
« Au bout de quelques instants, nous avons vu une première personne apparaître. Un homme masqué, avec une longue cape. De ce que j’ai pu voir, il est nécromancien et il maîtrise aussi les techniques à base d’insectes. Reiko a décidé de s’en charger, pendant que nous nous occuperions des civils pour en sauver autant que possible. Ce fut sans compter sur la deuxième silhouette, une blonde qui est venue nous combattre. »
La brune penche la tête un instant. Cette femme leur a donné leurs noms. Elle leur a dit qui ils étaient. Chiaki balaye sa mémoire. Plus loin. Les détails, les détails … Plus loin … Ah !
« Nala, elle s’appelait Nala. Et le type avec elle … Netsuku. Ils étaient deux, ne nous ont pas vraiment donné la raison de leur présence, à part que nous devions collaborer avec eux, pour vaincre un ennemi commun. »
Un rictus se manifeste sur son visage. Pas amusée, la Chiaki. Ou alors, si, totalement. Elle ne sait pas trop.
« Yahiko a décidé que nous ne nous laisserions pas berner par ses beaux discours et a ordonné l’attaque contre elle. Je me souviens alors que tout a très vite basculé. Nous avons essuyé de nombreuses offensives, mais nous avons surtout dû encaisser énormément de coups d’une puissance incroyable. Je n’avais jamais vu une telle force. Je pense que, si j’avais été seule, je n’aurais pas survécu. Yahiko m’a été d’un très grand soutien. »
De la bienveillance passe sur son visage et disparaît tout aussi vite, avant qu’elle ne reprenne la parole.
« Je me souviens que tous les ninjas autour de nous, qui nous accompagnaient, ont fini par périr sous la violence de ses assauts. Je me souviens aussi qu’elle nous a lancés de terribles éclairs, dont un qui a fini par nous mettre hors-course. Cela dit, quand nous nous sommes réveillés à l’hôpital, nous avons appris que Nala avait péri pendant notre rencontre, suite à nos assauts. Par contre, nul ne sait où se trouve Netsuku. »
Chiaki se mord la lèvre. C’est une réalité inesquivable, terrible. Une réalité qui laisse planer un énorme danger sur leur village.
« Le problème, c’est que ce Netsuku nous a vus à l’œuvre. Il a vu de quoi notre Raikage est capable et il a fui. Il représente une véritable menace pour Kumo à l’heure qu’il est. Nul ne sait où il se trouve, ni s’il reviendra. S’il revient, il est presque certain qu’il ne sera pas seul. … Il faudra être prêts à lui faire face une nouvelle fois. Cette fois, cela dit, il faudra s’assurer de le mettre hors d’état de nuire. »
Une grande détermination apparaît dans les prunelles émeraudes jusque-là assombries par son récit. Une force nouvelle éclot petit à petit au fond de son être. Qu’il revienne. Kumo l’attend.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 19 Déc 2018 - 5:13

Écoutant attentivement le récit, Raizen avait un travail multiple. Il devait non seulement suivre le fil d’émotion de celle-ci pour savoir quand compatir et dans quel état d’esprit elle se trouvait. Or, il devait aussi suivre l’histoire et comprendre les moindres points saillants nécessitant une attention particulière. Par chance, elle semblait dans un assez bon état pour avoir une histoire claire et linéaire dans laquelle son comportement trahissait les différents degrés d’importance.

Ayant même été capable d’illustrer les sources possibles de danger postmission, Raizen pouvait bel et bien dire qu’elle était un ninja solide. Il était fort probable que son métier l’ait aidé à avoir plus de sang-froid et résister de manière plus intense à la pression mentale. Autrement, elle aurait fort probablement été plus traumatisée par les événements.

Préférant ne pas la surestimer, il prit le temps de clarifier la situation.

-Je tiens tout d’abord à m’excuser personnellement de ne pas avoir été présent lors de cet événement. Je pense encore que la police aurait dû être impliqué, mais par souci de réactivité et dû à la présence de Reiko, vous avez été les premiers mis sur le cas. Malgré mes excuses, rien ne t’empêchera d’oublier ce que tu as vu, mais je tiens à mentionner que tu as fait preuve de beaucoup de courage et surtout de résilience pour être en mesure de me communiquer ce genre d’information.

Souriant, il tenait à remercier sa ténacité :

-Ce sont de bonnes qualités de shinobis qui te permettront d’être quelqu’un sur qui les gens comptent. Par contre, il est important de prendre le temps de te rétablir globalement sur la situation et sur ce que tu as vu. Personne n’est jamais préparé à voir de tels cas. J’ai connu la même chose à Kaze lors du déluge provoqué par le Dieu du Désert. Après un peu de temps, ça va mieux, mais il est important de le consacrer à soi. C’est comme après une opération, le repos fait la totalité de la guérison.

Cessant ainsi les recommandations personnelles, il préféra changer son fusil d’épaule vers ce qui l’importait le plus. Certes, son état psychologique restait sa priorité, mais s’il pouvait avoir des renseignements pour mieux prévenir le futur, ce ne serait que positif. Après tout, une partie de sa guérison totale demeurait éventuellement dans l’arrestation future de Netsuku.

-Par rapport à Netsuku, je comprends que ce soit inquiétant sachant qu’il rôde toujours, mais nous comptons nous assurer qu’il soit appréhendé. Certes, il a des informations sur nous, mais notre Kage n’est pas le seul point fort du village. Au contraire, il y a de nombreuses personnes à craindre à Kumo. Par contre, pour pouvoir avoir un plan d’action, il faudrait que tu puisses me donner le plus d’information sur ce fameux Netsuku. Que ce soit sa personnalité, ses capacités ou autre, le plus d’information tu auras, le mieux ce sera. Ensuite, je te promets de ne plus rien te demander.

C’était assez direct, mais vrai. En aucun cas il ne se serait attendu à un résumé aussi complet. Ainsi, le temps était optimisé autant pour lui que pour elle puisqu’ils allaient pouvoir discuter de sujets plus joyeux après.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Lun 24 Déc 2018 - 13:49

Trauma.

Des compliments. Chiaki rougit. Son supérieur hiérarchique vante ainsi ses compétences, c’est … C’est un très grand réconfort, une très grande douceur. Un sourire éclot sur son visage, lui redonne des couleurs. Tout ce qu’il dit est d’une justesse presque terrifiante. La violence perçue, ces souvenirs qui la hantent toujours, toutes ces choses sont particulièrement douloureuses. Pourtant elle ne peut pas se permettre de faiblir. Se laisser aller, perdre pied, ce serait faire honte à ceux qui ont péri durant cette bataille. La chirurgienne porte sur ses épaules le poids de toutes ces vies, de tous ceux qui se sont battus et y ont laissé leur être et leur âme. Néanmoins …
« Merci beaucoup … »
Elle ne peut s’empêcher de montrer à quel point ce que Raizen lui dit la touche. Sa force mentale a été mise à l’épreuve, sa capacité à supporter tout ça a été explosée, mais ça revient. Son courage, sa témérité, toutes ces choses mises à mal, détruites, se reforment petit à petit. Tout ira mieux. En théorie. Il faudra y travailler, probablement très dur, mais tout ira mieux. Chiaki regarde son supérieur avec un air interrogatif. Le Dieu du Désert ? Ces légendes inconnues à la chirurgienne … Il les a vécues alors ? Ce ne sont pas juste des récits ? Cette question reste néanmoins en suspens, car Raizen enchaîne. Il revient sur Netsuku.

Sa façon de s’exprimer, de dire les choses simplement et d’aller droit au but rassure Chiaki. Certes, cela peut faire peur, mais … Au contraire. Son honnêteté permet à la petite brune de savoir précisément où elle va. Il n’y a pas de non-dits, pas de silence inutile, pas de malaise. Il dit les choses, c’est tout. Pour la chirurgienne, c’est un énorme avantage. Elle se contente de suivre ce qui lui est dit et d’avancer avec. Il n’y a pas que Reiko qui est menaçante à Kumo, il y a aussi bien d’autres gens capables de les mettre à mal. Il n’y a pas que Reiko. Il y a beaucoup d’autres personnes dont il faut se méfier, qui cachent un potentiel redoutable. Son esprit vagabonde jusqu’à Yahiko, qui s’est montré aussi puissant que très bon leader pendant cette rencontre. Son sourire revient. Oui, Kumo est à l’abri. Tout ira bien.
« Je vous crois. Nous ne sommes pas démunis sans Reiko. C’est notre Raikage mais nous avons bien des éléments qui peuvent faire pencher la balance. »
Elle penche la tête, puis réfléchit. Netsuku, Netsuku … Que faisait-il ? De quoi était-il capable ? Quelles capacités ? À quoi ressemblait-il ? Chiaki ferme les yeux, visualise. Oui … Oui, c’était ça. Elle ouvre les yeux et les dépose sur Raizen.
« Je dirais … une silhouette de taille moyenne. Il ne disait que ‘Tuer.’, comme si c’était la seule chose qu’il était capable de formuler. Il portait une très longue cape noire, avec un masque blanc sur lequel se trouvaient des dessins rouges. Nous n’avons pas vu son visage, ni autre chose que sa voix. Je sais qu’il s’est battu contre Reiko à l’aide d’insectes et de cadavres. Mon clone a explosé quand il a lancé une puissante tornade sur notre Raikage. Je crois … »
La chirurgienne inspire profondément et ses prunelles se ferment une nouvelle fois. Quoi d’autre ? Elle balaie les souvenirs qui lui surviennent, fait le tri … Mais il n’y a plus rien.
« Oui, c’est tout ce dont je me souviens. »
Son sourire revient. Raizen lui a dit quelque chose d’intéressant quelques instants plus tôt : il ne lui demandera plus rien par la suite. Vraiment ? Chiaki hausse doucement les épaules.
« Ne vous en faîtes pas pour moi, d’ailleurs. Si vous avez d’autres questions à ce sujet, vous pouvez me les poser. Je ne sais pas si je vous serais d’une grande utilité maintenant que je vous ai dit ce dont je me souviens, mais on ne sait jamais. Enfin, si vous avez d’autres questions, totalement hors de ce sujet, vous pouvez aussi les poser, cela ne me pose aucun problème. »
Faire un pas. Un petit pas vers l’autre. En espérant que quelque chose se passe. N’importe quoi, d’ailleurs. Tant que quelque chose a lieu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Lun 24 Déc 2018 - 23:00

Telle une machine d’analyse, son cerveau s’activant récoltait la moindre information qu’elle pouvait lui fournir pour remplir ses fiches mentales. Pour cet opposant, il y avait un emplacement bien particulier dans lequel il ne négligerait aucune information. Après tout, Raizen était connu pour son intelligence avant d’être connu pour quoi que ce soit d’autre. C’était sa force, mais pas son seul bon côté. En effet, le Meikyû avait plus d’un tour dans son sac. Comme ses sceaux cachaient de nombreux secrets, il avait aussi de nombreuses facettes qui devaient être découvertes.

Nécromancie, aburame et fuuton. C’était un profil assez intéressant et dévastateur. D’une manière ou d’une autre, ce n’étaient pas forcément des éléments inconnus pour Raizen. Entre Shoran, Kaede et de nombreux opposants qu’il avait pu affronter par le passé, il savait pertinemment que cet opposant pouvait être dangereux. Or, il n’était pas imbattable, surtout s’il était préparé de manière adéquate. Certes, il allait possiblement devoir développer quelques techniques pour pouvoir être totalement immunisé contre cet opposant, mais il allait arriver préparé.

-Sache que ton aide m’est précieuse autant maintenant qu’après. Je dois avouer que tu m’as donné le plus grand lot d’information maintenant. J’en sais davantage sur le profil de personne que nous cherchons. Ça me permettra de rendre la défense de Kumo beaucoup plus vigilante sur ce genre de profils, mais aussi de partir à la recherche de cet énergumène.

Souriant à Chiaki pour la rassurer, il vint tranquillement déposer sa main sur la sienne afin de la rassurer. En profitant pour y poser un sceau de Kai, il poursuivit sur sa lancée.

-Je n’ai pas d’autres questions pour le moment, tu as très bien répondu à toutes mes questions. Par contre, si jamais tu veux m’aider, je suppose que je peux compter sur toi pour revenir et récupérer en force.

Lui souriant lentement, ce qu’il faisait rarement, le membre de la police aimait ce qu’elle dégageait. Elle était un mélange d’apaisement et de légèreté. Ce genre de personne n’était pas forcément imposant. Or, dans une position de prise d’otage, elle représentait la candidate idéale. Les gens l’ayant ciblé savaient ce qu’ils faisaient et il était important qu’elle puisse se défendre contre le moindre opposant.

-Je t’ai d’ailleurs fait part d’un petit cadeau. C’est un sceau de Kai qui te permettra de te sortir d’illusions. Il ne fonctionne qu’une fois et tout ce dont tu auras besoin ce sera de visualiser le sceau et l’activer grâce à ton chakra. Qui sait, ça te sera possiblement utile dans un futur lointain.

Haussant les épaules alors qu’il avait terminé de lui poser un sceau, il poursuivit :

-Est-ce qu’il y a quoi que ce soit que je peux faire pour t’aider ? Ça peut être n’importe quoi.


_________________
Trauma [Chiaki] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Mar 25 Déc 2018 - 19:15

Trauma.

Gentil. Une gentillesse inhabituelle pour un membre de la police. Ceci dit, n’étant pas véritablement en fonction, peut-on véritablement parler d’un policier ? D’une personne qui vient pour une véritable interrogation ? Non, pas forcément. Pas vraiment. Chiaki hoche doucement la tête quand il lui explique qu’elle a été très utile. Ses informations permettront de rendre la sécurité de Kumo plus attentive au profil d’un personnage comme Netsuku. En bref, la chirurgienne est une survivante, mais aussi un facteur de protection pour le village, dans un futur plus ou moins proche. Proche ? Personne n’est dupe … Ce Netsuku reviendra tôt ou tard … Probablement pas seul, d’ailleurs, vu qu’il n’était déjà pas seul la première fois. C’est une menace qu’on ne peut pas oublier, qui a déjà bien trop prouvé son degré de dangerosité.

La main de Raizen posée sur la sienne fait d’abord courir un frisson le long de son échine. Le contact avec les gens, quand il n’est pas initié par elle, lui fait toujours un drôle d’effet. Un sourire maladroit, gêné, étire ses lèvres, accompagné de quelques rougeurs sur ses joues. La pression redescend lorsqu’il lui parle. Il instille en elle une nouvelle sensation, plus forte, plus brutale, bien moins douce. Le sourire timide laisse place à une mimique presque sadique.
« Oh, oui. Comptez sur moi, quand vous voulez. »
Une forme de promesse, mais pas une promesse surprenante. Le désir de Chiaki d’en découdre avec Netsuku n’est pas nouveau, au contraire. Une folle envie de violence brûle en son être, un besoin de se venger, de lui tomber dessus et lui faire bouffer le sol. Une haine terrible, qui sommeille, enterrée sous la nécessité de prendre soin de soi pour ne pas mourir. Le sourire de Raizen fait éclore le sien une nouvelle fois, le modifie pour le rendre plus doux. Ce jeune homme est d’une douceur presque perturbante.

Un sceau de Kai. Il lui a déposé un sceau de Kai sur la main, qui s’active en le visualisant et en y insufflant du chakra. Chiaki hoche doucement la tête, montrant qu’elle a bien compris ce qu’il lui a dit. Un sceau de Kai … Ça n’a l’air de rien, pourtant, cela peut avoir tellement d’importance. Une façon pour lui de protéger un être qui s’est déjà bien trop exposé au danger. Les joues de la chirurgienne se couvrent une nouvelle fois de rouge. Elle récupère lentement sa main, doucement, avant de poser la deuxième dessus.
« Merci beaucoup, Raizen … »
Les deux mains reviennent à leur place initiale, sur la table. Un sourire délicat étire désormais les lèvres de la brune. Ce qu’il peut faire pour l’aider ? Rien de plus simple …
« Pour m’aider … Eh bien … Tout à l’heure, vous avez mentionné que vous aviez vécu une situation similaire à la mienne, il y a un certain temps … Je ne voudrais pas paraître indiscrète, mais j’aimerais que vous me racontiez cette histoire. Ce que vous avez vécu et comment vous vous en êtes tiré. Je veux dire, comment vous avez fait pour vous remettre entièrement, psychologiquement. »
Les prunelles émeraudes qui, jusque-là, venaient directement chercher celles de Raizen, se sont enfuies. Elles sont dans le vague, couvertes d’un voile sombre. Les blessures ne sont pas tout à fait fermées, elles sont là, simplement dissimulées sous de grands sourires et une forte dose de courage. Mais les voilà, là, au bord. Elles existent. Chiaki inspire profondément et repose ses yeux verts sur le policier, en tentant tant bien que mal de chasser les ténèbres qui la menacent.
« J’espère ne pas être trop indiscrète, cela dit. Désolée si je le suis … »
Un sourire revient sur son visage. Au départ forcé, il trouve un aspect plus naturel à mesure que la brune regarde Raizen. Une forme de réconfort émane de sa personne, la fait se sentir … à l’aise. En sécurité. Comme si tout allait bien, sur le coup. Qu’il la protégera si quelque chose tourne mal. Une forme d’instinct. Le sourire s’affirme.
« Je suis chirurgienne, après tout ! J’aime tout savoir ! »
Détendre l’atmosphère ou se détendre elle-même ? Peut-être un peu des deux, au final.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Mar 25 Déc 2018 - 19:54

Voir tant de gêne n’était pas forcément quelque chose dont il était accoutumé. Généralement, le Meikyû maitrisait le dialogue de manière à insurger ceux qui lui faisaient face ou pour convaincre, rarement pour réconforter. Toutefois, il devait avouer que c’était le genre de situation qui ressortait une autre facette de sa personne. Raizen n’était pas seulement intelligent tactiquement. Au contraire, il apprenait de plus en plus à développer le côté émotionnel de sa personne, lui permettant ainsi de mieux comprendre les autres et de savoir sur quels types de sentiments il pouvait jouer.

Manipulateur en temps stratégique, mais bonne épaule en temps de tristesse, cette faculté faisait de lui un atout à ne pas négliger. En plus de lui donner un sentiment d’accomplissement, le fait de passer du temps ainsi avec les Kumojins lui permettait de mieux porter leur voix. Bien souvent, l’information partait du haut vers le bas. Certes, même si les besoins visaient souvent le bas de l’échelle, la vision du haut n’était pas toujours la bonne. Si tout était une question de perception, il fallait prendre le temps d’observer une situation sur plusieurs angles pour en cumuler une vraie vision. Bien que difficile et fastidieux, c’était un mal nécessaire que bien peu de gens prenaient le temps de faire, ce qui expliquait les écarts de satisfaction dans la société.

En parallèle, il avait le choix d’expliquer son récit de différentes manières. Toutefois, il trouvait cela plus juste de lui expliquer tous les angles de la situation l’ayant affecté en espérant qu’elle puisse y trouver un angle commun, quelque chose à quoi s’accrocher pour être plus motivée.

-Disons que je me suis retrouvé en plein milieu d’un coup d’État avec un kumojin et un iwajin. Dans la grotte vers laquelle nous nous sommes dirigé pour protéger un groupe d’habitant de Kaze, nous nous sommes frottés à quelqu’un d’excessivement dangereux comme Netsuku. Sur le coup, je dois t’avouer que j’étais fort probablement le moins expérimenté du groupe et j’ai commis la première erreur. En soi, nous ne nous connaissions pas ou peu, ce qui nous a empêchés d’être en parfaite synchronisation. Or, notre adversaire n’était pas du genre à faire de cadeau. Si on veut, ce n’était pas le genre d’adversaire qui pardonnait ce genre d’erreurs. Ainsi, nous avons failli y passer et nous n’avons pas pu l’empêcher de briser le sceau qui retenait le Dieu du Désert.

Prenant une grande respiration alors qu’il venait lentement déposer sa main sur l’épaule de celle-ci pour s’assurer de ne pas l’effrayer, il poursuivit son récit :

-On en entend souvent parler dans les légendes, mais le voir en personne est complètement différent, surtout lorsque nous étions tous sous le bord du précipice. Sur le coup, nous avons eu l’impression de voir la mort en personne. C’est d’ailleurs un peu plus tard qu’un de nous trois y est passé en se faisant balayé violemment par une attaque en provenance du démon comme si ce n’était qu’une partie de plaisir pour lui.

Le moment important était enfin arrivé. C’était le moment où il faisait le lien de son histoire avec celle de Chiaki.

-Sur le coup, même si ce n’était pas concret, en voyant une telle bête, je me suis plus ou moins senti prisonnier de mon propre sort, incapable de visualiser une manière de m’en sortir. Comment allions-nous détruire une bête qui détenait plus de 10 fois notre puissance à elle seule ?

Plus son histoire avançait et plus il tournait la manière dont il voulait qu’elle la perçoive. Le but premier de ce récit n’était pas qu’elle sympathise avec lui, mais bien qu’elle comprenne comment il s’en était sorti.

-Par chance ou plutôt sous l’adrénaline, j’ai réalisé que le sceau n’était que partiellement rompu. Ça m’a donc permis de réagir et de motiver les autres par rapport à nos chances jusqu’à ce que nous réussissions finalement à le sceller.

Ayant un léger sourire de satisfaction, il baissa le regard un court moment avant de le plonger dans celui de Chiaki :

-En réalité, nous y serions tous passés et la morale que j’ai retenue de ce combat est que je devais me préparer à toutes les éventualités pour éviter cette situation. Même si ça m’a pris du temps pour me remettre du décès que j’avais observé, j’ai canalisé la majorité de mon rétablissement en des moyens pour prévenir que cela arrive une nouvelle fois.

Lui faisant part de sa propre réalité, il n’hésitait toutefois pas à nuancer ses propos.

-Ce que j’ai fait n’est pas forcément une réalité absolue tout comme ce n’est pas forcément ce que tout le monde doit faire. Par contre, je dois avouer que tout mon style de combat a été influencé et optimisé pour pouvoir contrer cette personne que nous avons affrontée et qui a failli nous tuer. Elle court encore d’ailleurs, comme Netsuku. Elle représente aussi un danger aussi important, mais ce n’est pas pour autant que cela me fait peur sachant que je suis prêt à l’affronter.

Soudain, son regard se transforma, laissant place à une flamme silencieuse qui était drôlement bien alimentée. Au lieu d’être une colère sombre ou noire, c’était plutôt une aura raffinée imposante, mais fine qui s’échappait de ses iris.

-Donc si j’ai un conseil à te faire, c’est de surtout t’assurer de te reposer pour pouvoir mieux canaliser tes efforts dans des méthodes ou techniques pour avoir une réponse a ce à ce genre de situations. Dis toi aussi que même quand tu ne vois pas d’opportunité qu’il ne suffit que de la créer. Ensuite, ne pense pas uniquement à cela, mais ça devrait être suffisant pour t’orienter.

Faire preuve de ruse était excessivement important. Or, ceci ne s’enseignait pas. Tout ce qu’il pouvait faire était de lui donner des pistes.

-Tu es chirurgienne comme tu l’as dit. Or, en tant qu’Eisei-nin, s’il y a bien un truc que tu connais mieux que quiconque, c’est bien le corps humain. Ton pouvoir va au-delà de ta capacité à guérir. Ça commence surtout et avant tout dans ta capacité à comprendre les mécanismes et pouvoir visualiser tout cela. La résultante est possiblement plus visible, mais la réflexion te permettra de mieux la canaliser. Par exemple, tu pourrais apprendre à faire le mort temporairement pour perdre toute crédibilité en tant qu’otage. Combiné à de la ruse, ça peut être intéressant, mais bon... ce n’est qu’une idée parmi tant d’autres.

Passant soudainement sa main dans sa propre chevelure, il réalisait qu’il avait possiblement trop parlé.

-Au final, souviens-toi toujours que dans une situation comme celle-ci, tu es fort probablement la personne le plus enclin à être utile et prendre de bonnes décisions si tu restes calme et analyse toute tes issues de secours.


_________________
Trauma [Chiaki] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 0:25

Trauma.

L’herbe est toujours plus verte ailleurs. Toute sa vie, Chiaki a entendu ce dicton. Toute sa vie, elle l’a remis en question. Elle n’a jamais été capable de le contredire pour de vrai jusqu’à maintenant. La situation de Raizen n’est absolument pas meilleure que la sienne, la chirurgienne s’en rend compte au fur et à mesure de son histoire. Un Dieu, un vrai. Pas une histoire qu’on raconte aux enfants pour leur faire peur avant d’aller dormir, non. Une vraie menace. Celle qui manque d’arracher une vie, puis deux, puis des dizaines, voire des centaines si on ne l’arrête pas. Raizen l’a vécue. Il y était. Il a participé à son apparition mais aussi à sa fin.

La main déposée sur son épaule lui arrache un nouveau frisson, que la brune réprime tant bien que mal. Ses joues s’empourprent de nouveau. Les contacts comme celui-ci sont très perturbants pour elle. Inattendus. Il lui faut toujours un temps d’adaptation. Pour autant, Chiaki ne repousse pas la main qui la touche, elle la laisse et se concentre sur son récit. Son histoire est si difficile à entendre, mais elle a été bien plus difficile à vivre. La chirurgienne se sent presque chanceuse, désormais.

Le parallèle avec sa propre histoire lui tombe sur les épaules comme une force invisible. Une force lourde, pesante, écrasante. Une force qui ne la fait pas ployer grâce à la faible pression exercée par Raizen. Ses prunelles se mêlent volontiers aux siennes, tandis qu’un sourire étire ses lèvres. C’est vrai, ça. Comment faire face à une puissance plusieurs fois supérieure à la sienne ? Comment rivaliser ? Et c’est là … C’est là que tout un chacun devient utile. Que toutes les histoires, toutes les pensées, toutes les expériences se mêlent en une seule et permettent à un groupe de survivre.

Chiaki hoche doucement la tête. Son histoire n’est pas absolue, ses pensées ne sont pas absolues non plus. Rien ne l’est, après tout, sauf peut-être la science. Mais ce point de vue, cette expérience … La chirurgienne les voit comme un énorme tremplin. Une excellente façon de se reprendre, de suivre sa voie. Se préparer pour la prochaine fois, être prête à tout, être capable de tout voir venir.

Chiaki inspire profondément. Sa main se dépose maladroitement sur celle de Raizen. Son sourire s’affirme petit à petit. Elle penche la tête du côté opposé où le contact a lieu.
« Je comprends mieux pourquoi vous êtes si haut dans notre hiérarchie, Raizen … »
Une forme d’admiration passe dans ses yeux, modifie légèrement son visage. Il est, à l’instar de Sazuka, une personne qui inspire un profond respect à Chiaki. Elle ne sait pas trop comment le dire, comment le percevoir, mais … Oui, il est vraiment incroyable.
« Vous faîtes un atout de taille pour le village, Kumo a de la chance de vous avoir. »
Ses prunelles fuient les siennes, l’espace d’un instant. Une absence presque totale de contact, à l’exception des deux mains posées l’une sur l’autre sur son épaule. Elle revient à la charge après une inspiration.
« Merci, pour votre histoire. Je … Je pense que je comprends ce que vous voulez dire. Je ne sais pas si je serai capable de faire exactement comme vous le dîtes, mais … Mais je suis capable de garder mon calme. »
La main de Chiaki finit par glisser pour se remettre sur ses genoux.
« Les situations de crises sont plus communes qu’on ne le pense en chirurgie. Des opérations qui se déroulent mal, un produit mal injecté, un mensonge de la part du patient, une donnée manquante … Nous devons être capables de rester parfaitement calmes en toutes circonstances. De là à faire la morte, ceci dit ? »
Une nouvelle fois, la brune penche la tête sur le côté.
« Êtes vous sûr que contre une personne très expérimentée, c’est possible ? Et, surtout … Est-ce que ce n’est pas prendre un risque que de jouer sur la surprise à ce niveau ? Est-ce que je ne risque pas de me mettre en danger, ou de mettre tous ceux qui pourraient m’accompagner dans le pétrin ? »
Elle baisse les yeux, incapable de maintenir le regard avec ce qu’elle va dire.
« Je pense … Je pense que, si un jour, ma vie est mise en danger et que la supprimer permet d’en sauver d’autres … Je pense que je me sacrifierais. »
Ses mains, sur ses genoux, exercent petit à petit une pression qui froisse sa robe. Des tremblements débutent dans le bout de ses doigts et remontent progressivement dans ses mains.
« Je travaille pour sauver la vie des autres, que serais-je si j’étais incapable de prendre la mienne pour préserver la leur ? »
Instrument des vies humaines, de toutes les vies humaines, sauf de la sienne. Ses prunelles ne parviennent plus à remonter jusqu’aux yeux de Raizen. Chiaki est mal à l’aise. Une réalité terrifiante qui éclate, là, face à un homme comme lui, dans la continuité de ce qui lui est arrivé. La réalité du médecin, au-delà de la femme qui porte cette vie.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 1:03

Son récit qui à la base devait servir d’inspiration avait eu l’effet pervers de provoquer une admiration à son égard, chose qu’il ne pouvait lui reprocher. Or, il devait admettre avoir eu un léger rire lorsqu’elle fit mention du fait qu’elle comprenait pourquoi il était aussi haut dans la hiérarchie. Sur le coup, il songea au fait qu’il avait été longtemps préservé au stade de chunin par manque d’affinité avec les décideurs du village. Du moins, c’est ce qu’il pensait sachant qu’il avait fallu qu’il gagne le tournoi pour être promu à ce stade. Après tout, ce serait excessivement étrange qu’un membre représente le village dans un tournoi, le gagne et demeure chunin n’est-ce pas ?

Dans tous les cas, il ne s’en plaignait pas, se contentant de tracer son chemin là où ça en valait la peine. Après tout, attendre la reconnaissance du village pour l’aider à croître n’était pas vraiment quelque chose lui ressemblant. La reconnaissance viendrait tôt ou tard s’il s’assurait de faire en sorte de l’imposer, voilà tout.

Or, pendant qu’il réfléchissait, il ne s’attendait pas à une telle tournure. En la voyant plus ou moins paniquer, il ne put s’empêcher de prendre une grande respiration avant de tendre sa main pour caresser son visage. Il vint ensuite poser ses mains sur les siennes afin de l’aider à se calmer. S’il maitrisait la glace, il l’aurait utilisé pour l’aider à se détendre. Or, ce n’était pas possible.

-Je dirais plutôt que tu représentes un atout de taille pour le village. Il te suffit juste que de savoir comment et ce n’est pas forcément en te sacrifiant que tu le feras. Au contraire, je pense que le village a besoin de toi, donc enlève ce genre d’idées de ta tête. Au contraire, tu es aussi précieuse que moi pour ce village. Tu représentes la relève d’Eisei-Nin.

Lui offrant un nouveau sourire alors qu’il espérait avoir calmé l’état de choc dans lequel elle était, le Meikyû poursuivit :

-Le fait de pouvoir te comporter calmement même en temps de crise et t’adapter quand il y a des variables inconnues qui entrent soudainement en jeu est quelque chose que toi seul et les autres Eisei-Nin pouvez faire.

Levant la tête vers le plafond, il prit une grande respiration

-Te tuer n’est pas ce que je voulais dire. Ceci ne devrait jamais faire partie de tes options puisque tu es plus utile vivante que morte. Par contre, tu peux très bien arrêter temporairement l’utilisation de tes signes vitaux pour prétendre être décédés sans forcément l’être par exemple. Tu connais mieux le corps que moi, mais de ce que j’ai vu en passant beaucoup de temps avec Sazuka, vos compétences sont assez puissantes et précises, comme toute chose, il ne suffit que de l’utiliser de la bonne manière, donc détend toi et évite de te poser ce genre de questions. Jusqu’à ce que tu aies la maturité de comprendre la valeur de ta vie, celle-ci est à proscrire lors de tous tes choix et décisions, autrement tu ne penses pas clairement.

C’était son message et la moindre des choses qu’il pouvait faire tandis qu’il tenait ses mains de manière à lui faire prendre conscience qu’elle n’était pas seule et que ce genre de décision hâtive ou pensée était à proscrire.


_________________
Trauma [Chiaki] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 2:16

Trauma.

Une main sur sa joue. Cette fois, le stress et la surprise l’empêchent de réprimer le frisson qui traverse l’intégralité de son dos et la fait trembler pendant un instant. Ses yeux se ferment instinctivement au contact. C’est … C’est étrange, mais pas désagréable. Leurs quatre mains se retrouvent par la suite les unes sur les autres, pendant que Raizen travaille à sortir Chiaki de sa torpeur. Des phrases qui font mouche sans problème. Un supérieur hiérarchique qui sort de l’échelle sociale pour se mettre à la hauteur des plus jeunes, de ceux qui n’ont pas eu le temps de grimper. Il quitte cette situation et se met dans une situation plus humaine, qui le plonge au contact direct de ces autres personnes, si basses dans la société. Chiaki ne bouge plus. Ses tremblements se dissipent peu à peu. Elle déglutit. Une telle faiblesse ? Qu’en est-il du héros qui a aidé à assassiner une grande menace pour Kumo ?

Les prunelles émeraudes remontent progressivement jusqu’aux yeux de Raizen, pour s’y poser doucement, timidement. Son sourire capte son attention et la fait rougir davantage. Tous ces compliments, toutes ces choses dites qui passeraient pour de la flatterie dans n’importe quelle autre situation mais qui, cette fois, fonctionnent mieux que n’importe quel remède.

Sa dernière tirade semble plus … Paternelle ? Protectrice, en tout cas. Elle soulève des réalités auxquelles Chiaki n’avait plus pensé, des réalités qui écrasent ce désir de donner sa vie pour celle des autres. Est-ce que cet enseignement sera plus fort que celui qu’on lui a transmis toute sa vie, une fois en situation ? Rien n’est sûr, mais la brune ne doit surtout pas l’oublier. C’est important. Le répéter, comme un nouveau mantra. L’utiliser pour effacer tout le reste. Effacer cet enseignement aux limites de la stupidité qui consiste à se sacrifier pour les autres. Donner une vie revient à ne plus pouvoir s’en servir. Au fond, se suicider, sur le coup, ce sera peut-être rendre service – et ce n’est pas sûr – mais, à long terme … ce sera juste créer une âme de plus à pleurer. Un être perdu pour des raisons qui ne seront pas forcément héroïques.

Chiaki se saisit des mains de Raizen. Elle opine du chef et ne détourne absolument pas le regard.
« Oui. Vous avez raison. Un médecin est toujours plus utile vivant que mort. Une fois mort il ne peut plus sauver personne. »
La brune secoue doucement la tête et reprend la parole, après une profonde inspiration.
« Je dois désapprendre ce que j’ai appris, pour apprendre de nouvelles choses. Apprendre que ma vie n’est pas un jouet, que je ne peux pas la donner parce que ça en sauvera d’autres. De toutes façons, ça n’en sauvera peut-être même pas. »
Ses mains serrent doucement celles de son supérieur hiérarchique, sans trop forcer pour ne pas créer de pression inutile ou désagréable. Un nom dans son discours a capté son attention. Sazuka. Aaaah, Sazuka. Un sourire apaisé revient sur le visage de Chiaki.
« Je pense que nous pouvons effectivement manipuler nos signes vitaux pour mimer la mort. Ce doit être un peu compliqué à mettre en place, mais avec un peu de chakra et une grande maîtrise de soi … Oui, c’est faisable. »
Elle hausse doucement les épaules. La précision, la puissance, la minutie …
« Comme vous l’avez dit, nous autres médecins sommes … Précis. Et puissants. En tant que chirurgienne, je pense être encore plus précise que mes comparses et cela se ressent sur mon style de combat. Un style plus … coupant, je dirais. Notre connaissance du corps humain nous permet bien des choses, comme savoir quand quelqu’un ment, par exemple. Sazuka, quant à elle, est un très grand modèle pour moi. J’ai travaillé avec elle plusieurs fois, notamment à cause de mon poste à l’hôpital, ce qui nous a permis de beaucoup échanger. J’ai beaucoup à apprendre d’elle … »
Chiaki s’arrête, baisse les yeux, puis les relève. Un sourire amusé étire ses lèvres.
« Enfin, on dirait que j’ai beaucoup à apprendre de beaucoup d’entre vous ! La route est longue et semée d’embûches, mais … Mais on dirait que ça ira. Enfin. J’ai bon espoir. »
La brune serre un peu plus les mains de Raizen, avant de les relâcher, les joues rougies.
« Merci encore. Pour vos conseils, pour votre histoire. Je ne pensais pas qu’un tel interrogatoire m’apporterait autant de réponses à mes questions que vous aux vôtres. »
Une bonne collaboration, en somme. Très très bonne.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 2:40

Voyant cette fois-ci de nouvelles couleurs refaire surface, il était heureux de la voir reprendre de ses moyens. Il n’était jamais vraiment agréable de voir quelqu’un dans une situation de détresse, mais l’essentiel n’était pas la situation, mais bien la reprise. Ainsi, elle reprenait tranquillement contrôle de ses moyens, réapprenant à se faire confiance. Comme après une chute, elle réaffirmait ses apprentissages, tâtant le terrain peu à peu jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment confortable pour être en situation totale de contrôle. C’était de cette manière qu’on reprenait de l’aplomb et qu’on arrivait bien souvent à émerger d’une situation difficile.

-C’est déjà un regard plus vif et vivant.

Lui offrant un délicat sourire, le Meikyû repensa à Sazuka avant de froncer légèrement les sourcils. Une blague allait venir :

-Tu as raison, nous apprenons tous les uns des autres. La preuve, c’est que je suis le professeur de Sazuka en fuinjutsu.

Ricanant subtilement en songeant à la réaction de Sazuka par rapport à cette phrase, le Meikyû ne pouvait s’empêcher d’être fier de sa taquinerie. Or, il comptait tout de même rectifier le tir. Après tout, Sazuka et lui s’étaient entraidés et leur relation était tout sauf unidirectionnelle.

-Et en échange, elle m’a appris bien des choses sur mes capacités et on partage quotidiennement des informations sur des sujets qui nous captivent respectivement tout comme aujourd’hui tu m’as donné des informations sur un assaillant alors que je t’ai offert une vision différente des choses.

Se levant en caressant légèrement sa propre chevelure, il termina sur cette parole :

-Ça prouve que la hiérarchie ne veut rien dire et qu’il faut un mouvement d’apprentissage bidirectionnel. Sans quoi, ce n’est pas aussi efficace que ça devrait l’être.

Prenant dès lors le chemin de la sortie, il ouvrit légèrement la porte avant de s’arrêter.

-Si jamais il y a quoi que ce soit, n’hésite pas à venir nous voir. Que ce soit Sazuka, moi ou même Yahiko, tu es et resteras entre de bonnes mains. J’ai hâte de voir de quelle manière tu traceras ton propre chemin.


_________________
Trauma [Chiaki] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Trauma [Chiaki] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 17:57

Trauma.

Le héros silencieux, qui vit sa vie dans son petit coin et sauve des êtres, toujours dans son silence. Il a vu Chiaki tomber, faiblir, puis il l’a aidée à remonter la pente. Il est celui que personne n’attend, auquel personne ne s’attend non plus, pourtant une fois qu’on l’a croisé, il prend une toute nouvelle importance et laisse un souvenir indélébile dans les mémoires. La petite brune lui sourit, un sourire sincère qui vient du plus profond de son être. Kumo a besoin de personnes comme Raizen. Bien plus qu’on ne le pense.

La mimique de Chiaki passe de la douceur à l’amusement lorsqu’il mentionne sa supérieure. Alors, comme ça, elle a aussi un professeur ? Même les plus forts ont besoin d’apprendre d’autres personnes. On ne se construit pas héros seul. Raizen semble lui enseigner cette leçon de la manière la plus efficace qui soit. Sans la brusquer, tranquillement, simplement. Ce qui intéresse encore plus la chirurgienne, ce sont toutes les histoires qu’il a à raconter. Même avec Sazuka. Même avec … elle-même, aujourd’hui. Un apprentissage bidirectionnel. Un apprentissage qui ne peut se faire seul. Chiaki hoche doucement la tête. Il a raison. Il va falloir apprendre de cette façon, grandir. Ne plus compter sur soi et soi seule, mais aussi sur les autres. Et arrêter de mettre sa vie en jeu pour rien.

La brune se redresse doucement et le suit jusqu’à la porte. Elle opine du chef face à ses recommandations, un sourire sur les lèvres.
« Merci, Raizen. Je n’oublierai pas, c’est promis. »
Quant à sa dernière remarque … Chiaki hausse doucement les épaules.
« Eh bien, moi aussi ! J’ai hâte de vous revoir, ne serait-ce que pour constater votre évolution et la mienne. »
La chirurgienne s’incline respectueusement et raccompagne Raizen pour de bon. Quelle rencontre intéressante, tout de même. Ce jeune homme, policier, qui lui pose des questions sur son vécu et … au final, lui raconte le sien, lui sort la tête de l’eau. C’est assez incroyable.
« Merci encore, Raizen. Au plaisir de vous croiser à nouveau, dans de meilleures circonstances, je l’espère ! »
L’espoir … Encore et toujours cet espoir, celui qui ne meurt jamais. Puisse-t-il être suffisant pour la sortir de ses prochains mauvais pas, de ses futures mauvaises expériences.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883

Trauma [Chiaki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: