Soutenez le forum !
1234
Partagez

Perception

Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Perception Empty
Jeu 20 Déc 2018 - 4:15

Ayant remarqué de nombreux éléments assez particuliers depuis qu’il était arivé à Hayashi, plus rien ne le surprenait. Que ce soit les animaux sauvages ou autre, il ne prenait plus le temps de visualiser le moindre danger qu’il pouvait rencontrer. Au contraire, il n’était que mieux préparé s’il ne s’attendait à rien. Le tout lui permettait d’être constamment vigilent tout en ayant pour réflexe premier d’utiliser son instinct de survie pour se défendre.

Sazuka venait d’avoir l’idée du siècle en se séparant. Mais bon, il ne pouvait la blâmer pour la totalité de son état d’esprit actuel. Au contraire, il avait besoin de temps pour réfléchir et faire ce qu’il avait de mieux.

Malgré tout, la paix ne semblait pas être quelque chose qui allait lui être prodigué de si tôt. Alors que le soleil venait de faire place à la mince luminosité générée par la lune, le Meikyû réalsiait que cette forêt était beaucoup plus intimidante la nuit. Pour les yeux les moins habitués, il était facile pour son imagination de jouer des tours. Dans ce genre de contexte, il arrivait à plusieurs personnes de voir des ombres se former et se mouvoir alors que ce n’était qu’un savant mélange de lumière et d’ombre. L’esprit voyait bien souvent ce qu’il désirait voir et ce , même lorsqu’il ne désirait pas le voir.

Si on veut, c’était un savant-mélange entre deux phénomènes assez éclectiques qui entraient en collision les uns contre les autres. Or, dans l’éclectisme se trouvait souvent des nuances intéressantes à examiner.

Parlant d’imagination, depuis quelques minutes déjà, il avait l’impression d’être épié, comme s’il était suivi par un regard furtif mais incisif. La sensation d’être suivie commençait à le prendre d’Assaut, si bien que tous ses sens étaient en alerte. Plus il marchait et plus il se rendait compte que son corps s’emballait, signe que tous les facteurs de dangers étaient réunis pour certains sens. Se basant principalement sur son ressenti, on aurait dit qu’à tout moment, une aura meurtrière voulait s’en prendre à lui. Pourtant, rien ne se produisait.

Tournant sur lui-même, il ne capta aucun indice liée à une présence quelconque. C’est à ce moment précis qu’il décida de prendre une grande respiration. Il ne servait à rien de paniquer pour rien et ce n’était pas dans son habitude. Au contraire, il vallait mieux se recentrer pour pouvoir utiliser des techniques de détection.

C’est d’ailleurs ce qu’il fit en effectuant quelques mudras. Tentant ensuite de détecter la moindre présence pour pouvoir la suivre à la trace, il cru, pendant un court moment capter une présence, mais celle-ci disparut aussi rapidement qu’elle était apparue.

Pivotant sur lui-même, il fronça les sourcils, sondant avec persistance l’endroit vers lequel il avait détecté la parcelle de chakra. Or, il n’y avait rien, du moins rien qu’il n’avait pu constater précédemment. À force de se concentrer, la nuit était devenue une bonne amie et il croyait avoir détecté quelque chose.

-Que me veux-tu ?

Dès lors, une lueur dorée apparut de nulle part dans la pénombre, dévoilant ainsi un grand corbeau aussi sombre que la nuit. Déployant ses grandes ailes , le Meikyû se demandait comment il avait pu manquer un tel énergumène. Étant beaucoup plus gros que les bêtes auxquels il était accoutumé, celle-ci pivota sur elle-même et tourbillonna dans les airs avant de venir se poser devant lui.

-Je devrais te retourner la même question.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Perception Empty
Jeu 20 Déc 2018 - 4:36

Dès lors, tous les sens du Meikyû s’activèrent, signe pertinent qu’il était sur ses gardes et sur la défensive. Ce n’était pas la première fois qu’il rencontrait un animal apte à parler, mais c’était bel et bien la première fois qu’il le voyait dans ce genre de circonstances. C’était arrivé trop souvent à Hayashi, à commencer par le précédent ratel qui s’était révélé une bête assez intéressante et intelligente. Malgré tout, ce corbeau n’avait rien de bien amical. Au contraire, le Meikyû avait un mauvais pressentiment ce qui lui laissait un sourire au visage.

-C’est toi qui m’épiais à mon souvenir, donc je suppose que je devrais te retourner la même question, mais nous risquons de tourner en rond.

Un long silence plana avant que la bête détourne son regard.

-Les gens remarquent rarement ma présence, mais ils la sentent. Généralement, il est rare qu’un humain ne finisse pas intimider au point de fuir pour une raison inconnue ou autre. Puis, généralement, ils ont la conception des corbeaux comme étant de petites créatures. Pourtant, tu ne sembles pas vraiment craindre ma grandeur.

Soupirant, le Meikyû passa sa main dans sa chevelure avant de constater qu’il était maintenant prisonnier d’un interrogatoire. Or, au moment où il comptait couper la conversation, il fut devancé :

-Mais bon, ça t’a tout de même pris 3 nuits avant de réellement remarquer ma présence.

Léger croassement. Était-ce un rire ?

Dans tous les cas, le Meikyû ne pouvait s’empêcher de froncer les sourcils, signe pertinent de méfiance. Quelque chose lui disait que cette rencontre risquait d’être intéressante. Malgré tout, il restait sur la défensive. Après tout, il était en territoire inconnu et ce genre d’événements ne lui arrivaient pas souvent.

-Généralement tu n’es pas aussi silencieux avec Sazuka.

Ne pouvant s’empêcher un léger rire, il devait avouer que cet oiseau avait de la répartie. Ainsi plana un long silence entre les deux énergumènes qui se toisaient légèrement. C’était une forme d’approbation indirecte, comme quoi leurs personnalités étaient compatibles pour ce genre d’arguments.

-Je dois juste avouer que je ne m’attendais pas à un tel comportement venant d’un corbeau. Vous êtes généralement connu comme étant des créatures à mauvais présage, fourbe et en quête des belles choses brillantes. Qu’est qui me dit que je peux te faire confiance et surtout pourquoi m’observes-tu réellement ? As-tu un rôle au sein d’Hayashi ?

L’observant, l’énergumène demeura silencieux, traitant fort probablement sa question. Puis, d’un seul coup lâcha une puissante salve de plume dans sa direction. Sur le coup, le Meikyû s’activa et créa une barrière à l’aide d’un tourbillon de vent. Essuyant ainsi aisément l’attaque, lorsque le tout fut dispersé, il fut confronté à une réalité, la créature avait disparu.

D’un seul coup, alors qu’il se demandait où elle était partie, il tourna la tête de droite à gauche, tentant de percevoir d’où la créature viendrait avant d’entendre une voix assez dispersée.

-Tu ne me sembles pas être un individu dégageant la meilleure aura, pourtant cela ne fait pas forcément de toi un individu sans cœur. J’imagine que c’est la même chose de notre côté. Fourbe ? Tout dépend de quel œil une situation est réellement perçue et ce qui brille à nos yeux n’est qu’un mythe puisque les choses ne brillent pas de la manière dont vous le pensez.

Entendant soudainement un rire ressemblant tout à fait à un rire humain, le Meikyû comprenait que cette créature avait un mode opératoire similaire à lui. Ce duel ou plutôt, cette mascarade n’avait rien de physique. Au contraire, pour une raison qui lui était encore inconnue, il se faisait tester sur l’aspect psychologique de sa personne, une collision entre deux créatures qui pensaient au-delà de leur zone respective. Dès lors, il ferma les yeux, se concentrant sur ses sens. Concentrant son énergie sur tout ce qu’il pouvait percevoir, il comprenait où la créature voulait en venir. C’est d’ailleurs à ce moment précis qu’il put détecter la présence de l’énergumène ailé.

-Tu comprends mieux ce que je veux dire maintenant.

Alors que le Meikyû s’était tourné pour se positionner en direction de la créature sombre, celle-ci reconnaissait bel et bien les capacités de l’être humain.

-Essayes-tu de me dire que vous êtes attiré par des types de chakra différents ?

Court silence, puis une réponse assez brève.

-Effectivement.

Comprenant mieux dans quelle direction se dirigeait le dialogue, Raizen eut un léger sourire, tentant ainsi de se positionner différemment.

-Qu’est que mon chakra dit sur ma personne pour que je me fasse suivre depuis 3 jours.

Changeant de position en tournant sur lui-même l’oiseau se positionna cette fois-ci devant le Meikyû, plongeant aisément ses yeux dans ceux du jeune homme.

-Ta présence en soi n’est pas oppressante, mais c’est justement le fait qu’elle soit aussi subtile qui te rend aussi dangereux puisqu’au-delà de cette perception se cachent bien souvent des surprises que peu réussissent à percevoir. Ensuite, mon but n’est pas de te jeter des fleurs, simplement de spécifier que ta présence ne nous laisse pas indifférents à Hayashi. Si nous sommes bien souvent considérés comme les porteurs de mauvaises nouvelles, nous savons rencontrer l’arrivée de vents apportant un changement, aussi positif que négatif.

Raclant sa gorge, il devait avouer que cette interprétation n’était pas mauvaise. Or, il se demandait sur quoi se basait cette analyse. Après tout, en 3 jours, même en épiant ses conversations, cette créature n’aurait pu en apprendre autant sur sa personne. Quelque chose clochait et il ne ravait pas à savoir quoi.

-Je ne doute aucunement de votre intelligence, mais je doute que m’observer 3 jours vous ait donné autant d’information.

Levant soudainement une aile avant de faire dos au Meikyû, la suite ne tarda pas à venir.

-Tu es un individu suffisamment intelligent pour commencer à comprendre les bénéfices de la sensorialité. Toutefois, il y a des choses que tu ne pourras jamais percevoir alors que c’est notre spécialité.

Laissé légèrement sur sa faim, le Meikyû ne comprenait pas où il voulait en venir jusqu’à ce que d’un seul coup, il ressente une pâte sur son épaule. Tournant subitement la tête à sa gauche, il fut sous le choc d’apercevoir la géante patte du corbeau posé avec tant d’aise sur lui. Comment s’était-il déplacé aussi rapidement, mais surtout, pourquoi ne l’avait-il vu venir avant ?

-Tu sais autant que moi qu’il y a des choses qu’il ne sert à rien de questionner avec la tête. Il y a certaines choses qu’il faut vivre. Si jamais tu veux comprendre de quoi je parle, je peux très bien t’ouvrir le monde sous une tout autre perception et vision des choses. Simplement, je ne peux te garantir que tu en reviendras sain d’esprit.

Prenant une brève respiration, il n’avait aucun intérêt outre sa curiosité d’écouter un tel énergumène. Certes, ce n’était pas non plus sa mission, mais depuis la disparition de Sazuka, il se cherchait légèrement au point de n’y voir aucun inconvénient. Le monde de la sensorialité était une nouvelle expérience qu’il avait entamée en se dirigeant vers Hayashi. Or, jamais il n’aurait cru avoir une initiation aussi trempée que celle qu’il allait prochainement vivre. Le fuinjutsu était un grand art, mais mêler son intelligence à la sensorialité pouvait être une arme importante surtout pour un être aussi intelligent. Certes, il ne savait pas vraiment quels étaient les dangers impliqués, mais il n’était pas du genre à avoir froid aux yeux.

-Tu connais déjà ma réponse si tu es si intelligent que tu l’entends.

Sous ce pic non subtil, un violent croassement résonna dans la totalité de la forêt tandis qu’il venait de s’évaporer dans une dimension différente.


_________________
Perception J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Perception Empty
Jeu 20 Déc 2018 - 4:57

Étant dans le noir total, il n’arrivait plus à détecter quoi que ce soit à l’œil nu. Jamais il n’avait ressenti cette sensation. Perdu et ne sachant pas où se positionner, chaque microgeste lui donnait le vertige, comme s’il anticipait indirectement le fait de tomber dans un piège. Comprenant ainsi que c’était possiblement un test de sensorialité, il concentra son chakra de manière à détecter les éléments autour de lui, puis rien si ce n’était de minces parcelles de chakra apparaissant et disparaissant presque aussi rapidement qu’elles n’apparaissait. C’était le noir total, l’oubli et la perte de vision absolue.

-Et alors ?

Rien, ses paroles s’étaient étouffées dans un vide assez déplaisant. Où était-il vraiment ?

Pendant un long moment, de nombreuses réflexions traversèrent son esprit tandis qu’il cherchait une explication logique à ce qu’il vivait. La perte de la vue dans laquelle il se trouvait n’était qu’artificielle. Il ne pouvait être devenu aveugle du jour au lendemain, ça, il le savait. Puis, d’une manière ou d’une autre, il savait que la sensorialité était en jeu. Le message était-il qu’il devait développer ses facultés sensorielles pour pouvoir percevoir cette nouvelle dimension dans laquelle il était ? Qui sait. Dès lors, il s’assena, regroupant ses sens pour méditer le plus possible. C’est après plusieurs heures de méditation qu’il eut finalement un premier signe d’encouragement. Résonant dans sa tête comme si c’était sa propre voix, il put entendre :

-Bien, tout peut finalement commencer.

Entrant soudainement en transe avec sa propre personne, il revoyait soudainement des épisodes marquants de sa vie sous un angle totalement différent. Comme un spectateur ou plutôt un observateur, il observait défiler les plus grands événements de manière différente. Allant de son enfance à son adolescence, il put en voir de toute les couleurs, lui faisant même vivre des événements douloureux. Pourtant, il se refusait de revivre les sentiments qui lui traversaient l’esprit. Au contraire, il analysait et percevait son comportement, les réactions d’autrui et constatait que c’était bien différent de ce qu’il avait pu voir et comprendre par le passé. Durant tout ce précipice, tout semblait perdre de son sens. Ce qui était clair ne l’était plus tout en l’étant parfois. Cet épisode était confus et allait drôlement lentement comme rapidement. On aurait dit que les notions initiales n’existaient plus, comme si son monde et ce qu’il connaissait s’écroulaient d’un seul coup. Puis, comme si ce n’était pas assez, tout recommença, cette fois-ci d’une perception totalement différente. Le bouleversant a des degrés différents, ce cirque recommença un nombre incalculable de fois, le laissant constamment dans un combat interne avec lui-même. Tiraillé entre ce qu’il devait comprendre et ce qu’il percevait, il se rendait compte de tous les possibilités et angles sous lesquels une situation ou plutôt sa vie pouvait être perçue jusqu’à ce qu’il sorte finalement sortir de sa transe.

En sueur, il cherchait désespérément son souffle ou la moindre chose à laquelle s’accrocher. Pourtant, rien autour de lui n’était visible. Or, cette fois-ci, ses sens s’affolaient beaucoup plus qu’à la fois précédente, le positionnant ainsi dans une situation inconfortable. Son corps était en mauvaise posture, signe comme quoi il était en danger. S’il ne faisait rien, il s’attendait au pire.

Dès lors, il abandonna totalement ses réflexes passés pour utiliser son chakra dans sa quasi-totalité afin d’amplifier ses sens. Combiné à l’urgence du moment, c’est à ce moment précis que l’univers autour de lui commença à se dessiner. Se retrouvant attaché à un arbre, tête vers le bas, il apercevait soudainement une forêt dans laquelle se contentaient de planer de nombreux oiseaux sombres. Pendant ce temps, il y en avait aussi une multitude qui se contentait de l’observer.

Ce fut toutefois suffisant pour qu’il comprenne qu’il n’avait qu’à relâcher le chakra à ses jambes pour rétablir sa condition normale, chose qu’il fit avec aise.

-Un des premiers réflexes lors d’une perte de sens est de s’accrocher aux certitudes, c’est pour cette raison que tu n’as pas bougé et que ton chakra s'est concentré sur tes jambes...


_________________
Perception J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Perception Empty
Ven 21 Déc 2018 - 4:41

Faisant rapidement la connexion, Raizen comprenait un peu mieux l’exercice qu’il venait de vivre. C’était forcément assez intéressant, surtout qu’il s’était plus ou moins fait dominer mentalement sur le moment, n’ayant pas réalisé que ses propres réflexes contribuaient à sa perte. Comme quoi, ses moindres gestes avaient plus ou moins été anticipés par l’énergumène intelligent qui l’avait amené dans ce mystérieux territoire inconnu.

La suite des choses fut tout aussi intéressante. Prenant le temps de discuter de tous les éléments importants, la suite déboucha sur une conclusion assez positive pour le Meikyû.

-Si cela te chante, tu pourrais rester parmi nous le temps de développer tes facultés de sensorialité.

Cette proposition se transforma en plusieurs jours durant lesquels il apprit à délaisser ses pensées pour concentrer son chakra sur des choses qu’il avait rarement faites par le passé. La méditation était certes quelque chose de curateur. Pourtant, il ne l’avait jamais vraiment fait en délaissant totalement ses pensées pour se concentrer sur ses sens. Parfois, il fallait prendre le temps de vider son esprit pour ressentir, fait qu’il mit du temps à apprendre. Malgré tout, cette visite en territoire inconnu fut assez formatrice, suffisamment pour qu’il voie les prémisses d’un monde de possibilité intéressante.

En développant ses facultés sensorielles, il développait d’autres types d’intelligences qui lui permettraient d’amplifier ses facultés cognitives.

Bref, cette expérience avait été enrichissante du début jusqu’à la fin.

Après plusieurs jours, l’heure du départ fut sonnée :

-Merci encore une fois de votre hospitalité. J’ai du mal à comprendre d’où cet intérêt soudain est venu, mais votre présence m’a grandement aidé.

Marquant une pause, le corbeau laissa un long silence planer, semblant réfléchir à sa réponse.

-Que tu le veuilles ou non, tu n’es ni un héros ni un ennemi. Au final, tu n’as rien d’important, pour le moment. Nous sommes juste des bêtes curieuses et nous avons juste hâte de voir ce que la suite donnera. Comme dit, le monde est petit et nous finirons par nous croiser.

Y songeant depuis déjà quelques jours, le Meikyû tira légèrement sa manche , la déchirant d’un geste assez bref :

-J’apprécie le fait d’avoir des spectateurs, mais je pense qu’à travers tout cela, il y a bien des choses auxquels je n’ai pas encore de réponse. Par contre, ça ne m’empêche pas de comprendre que t’avoir dans mon parcours risque d’être intéressant. Ma vision actuelle est brève, mais il y a de nombreux chemins à suivre dont je ne verrais pas tous les sens. Est-ce que cela veut dire que je vais tourner bien ou mal ? Je n’en ai aucune idée. Par contre, je suis presque certain que derrière cette curiosité se cache un désir plus important d’aider. J’espère un jour pouvoir te retourner la faveur et pour cela, il y a un moyen assez intéressant d’officialiser le tout.

D’un seul coup, plusieurs corbeaux se réunirent, observant tous le Meikyû d’un œil attentionné. Ils savaient tous respectivement ce qu’il se passait. Du regard, on pouvait voir une consultation auprès de chacun des membres de cette famille. Puis, après un long silence, un corbeau apporta un gigantesque rouleau qu’il posa au sol.

-Le reste de la famille accepte que j’entre en relation avec toi. Par contre, il ne faudra pas croire que ce sera une relation unidirectionnelle. Le principe de dette est intéressant, mais souviens-toi qu’il est préférable de ne rien devoir à un corbeau, tu finirais dépouiller.

Croyant presque percevoir un sourire sous ce bec, le Meikyû entailla sa main avant d’y écrire son nom d’un bref geste.

-Donc, partons de cette permission de t’accompagner comme un retour à 0 pour nous deux. Maintenant, disparais.

Puis d’un seul coup, plus rien. Il était de nouveau de retour dans la forêt initiale dans laquelle il avait préalablement rencontré le corbeau. Cet événement s’était-il réellement produit ou avait-il halluciné tout cela à cause des champignons du midi ? Tant de mystères. Pourtant, le nouveau symbole qui s’était glissé parmi ses tatouages était une preuve concrète qu’il était maintenant accompagné.

Quelle était sa prochaine ligne directrice et qu’allait-il représenter ? Il ne le savait guère. Or, il pouvait compter sur cet oiseau pour le consulter et l’aider dans ses péripéties futures...

C’était le second acte du messager et du porteur de message, celui du fils après celui du père.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Perception

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: