Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ]

Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Jeu 20 Déc 2018 - 21:49
Les manières se sont pour les gens civilisésft. Yaoguaï Genkū


Le soleil matinal n'avait pas encore cédé sa place, le village était toujours partiellement endormi même si les commerçants commençaient à ouvrir leurs échoppes. Cela ne faisait même pas vingt-quatre heures que j'étais à iwagakure que déjà je ressentais le manque de mon véritable chez moi. Tout m'était étranger, les gens, l'architecture, la nourriture, les habits des locaux, rien ne ressemblait à ce que je connaissais.

Je me baladais tranquillement dans le quartier résidentiel, j'avais pu trouver la veille une chambre où dormir, n'ayant aucun bagage sur moi – uniquement mon sabre ; je pouvais me contenter du minimum vital. Quelques passants me dévisageaient, sans doute n'appréciaient-ils pas mon sens de la mode. Le crâne que je portais comme une coiffe royale était du plus bel effet à Yoagakure, mais ici cela semblait un acte barbare, comme si je sacralisais la mort elle-même. Jamais je n'arriverai à comprendre ces individus nos différences étaient bien trop profondes. Néanmoins, j'avais fait un effort en laissant dans mon nouveau chez moi mon sabre, pour montrer que la fille avec le crâne était une pacifiste et non une sauvageonne réclamant uniquement du sang.
« Bonjour petit chat. » Disais-je en voyant un félin noir allongé sur un rebord de muret.
À peine avais-je approché ma main pour caresser l'animal, la bête se rebiffait et tentait de me donner un coup de griffe avec sa patte. Même les animaux ici étaient capricieux et différents de ce que l'on pouvait trouver au pays du Bois. D'habitude, je n'avais pas ce problème avec cette race, mais à croire que tout ce qui était étranger à Yaogakure ne me convenaient pas. Je continuais donc ma route n'ayant pas véritablement de but, j'errais plus qu'autre chose. Ma traversée dans le quartier résidentiel m'avait conduit dans une zone que je ne connaissais pas.
« Incroyable, une autre sauvage ! Ça ne m’étonnerait même pas qu’elle vienne du même pays que celui qui habite dans le coin. » Je fixais l’homme qui venait de prononcer ces paroles avec un air furieux.
« De quoi parlez-vous ? De quel autre sauvage faites-vous référence ? » Disais-je de façon inquisitrice.
« Un jeune Genin, il habite dans ce bâtiment. » Le doigt de l’inconnu pointait sur une architecture typique du village caché de la Terre.
Sans un mot, je suivais la direction de ce sauvage moderne qui s’était permis de me juger uniquement sur mon aspect visuel. Le bâtiment comportait plusieurs fenêtres, ce qui signifiait qu’il y avait plusieurs individus vivant ici. L’inconnu avait piqué ma curiosité, j’avais envie de savoir si l’homologue que l’on me prêtait à l’instant était une véritable connaissance ou bien un inconnu qui ne rentrait pas dans les mœurs du pays qui l’avait accueilli.
Après une recherche approfondit et surtout sans logique, j’avais jeté mon dévolu sur l’un des appartements. Mon instinct me disait que c’était le bon que le sauvageon devait vivre ici. Si ce n’était pas le cas, j’espérais que la personne ne le prendrait pas trop mal s’il me découvrait dans son nid.

Je pénétrais par la fenêtre, et j'arrivais dans une pièce sans lumière. Il n'y avait personne apparemment, je décidais donc de m'asseoir sur une chaise et d'attendre qu'elle revienne, évidemment je n'avais aucune garantie si cette dernière était sur un proche retour ou non.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Ven 21 Déc 2018 - 1:22
Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] LvAveRC
« higher when i’m heavy »






La nuit avait été longue pour le jeune prodige, passée essentiellement à faire le tour d’Iwagakure no Satô pour en repérer les zones les plus propices où s’établir. Non pas qu’il comptait déménager mais il lui fallait bien un endroit sûr et loin de la population lambda pour la reprise de ses expériences. S’il sortait d’entre les murs de la cité pour établir ledit endroit, ses allers-retours auraient vite fait de dévoiler l’illégalité de ses ambitions. De cette escapade sous l’oeil bienveillant de Tsukiyomi, il n’avait malheureusement trouvé que deux lieux potentiels, dont un dans la face de la montagne. Bien décidé à se renseigner plus longuement grâce à Senkû ou aux archives, il s’accorda une pause et alla dormir deux ou trois heures dans son chez-soi. Et quel chez lui ; une pittoresque chambre d’une vingtaine de mètres pourvue d’un confort spartiate. Un lit sans sommier, une table et quelques chaises.

C’est à la rencontre de cette aisance sommaire qu’il pénétra dans le large bâtiment aux multiples appartement jusqu’au sien. Devant la porte, ses doigts fins allèrent jusqu’à la poignée et il s’arrêta avant de rentrer en contact avec cette dernière. Il en avait eu l’impression en montant les marches ; mettant cela sur le compte de la fatigue mais c’était sûr désormais. Un chakra familier se tenait à l’intérieur de la pièce. Malaxant son chakra si il se trompait sur l’appartenance de l’énergie spirituelle, l’éphèbe ouvrit la porte et put constater la présence de Sae, fille cadette de Dokaï. Sa première réaction fut de lever un sourcil ; Genkû n’était pas homme à s’étendre en retrouvailles larmoyantes. Il ferma la l’entrée puis se retourna vers elle et s’avança jusqu’à être à quelques mètres.

Konbanwa. Tu attends ici depuis longtemps? ” Voilà qui était bien curieux, vu l’aversion du chef du clan patriarcal et sa tendance à surprotéger Hayashi et ses proches. Curieux de savoir ce qu’elle avait à dire et content de retrouver un visage familier, il posa à son tour son fessier sur une des chaises et un coude sur la table. “ Toi aussi, on t’a envoyée à Iwagakure ?








_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 https://www.ascentofshinobi.com/u509
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Sam 22 Déc 2018 - 19:02
Les manières se sont pour les gens civilisésft. Yaoguaï Genkū


Assise sur une chaise de fortune, je patientais tranquillement jusqu’à ce que le propriétaire regagne son domicile.
La porte grinçait et une silhouette rentrait dans l’appartement, je relevais légèrement la tête pour observer qui allait être ce mystérieux inconnu que l’on décrivait comme un sauvage lui aussi, évidemment si je ne m’étais pas trompée de domicile au préalable.

Un sourire se dessinait sur mon visage quand j'entendais l'individu m'adresser la parole. Première bonne nouvelle je n'avais pas fait d'erreur sur le local puisque le sauvage en question séjournait bien ici, la deuxième bonne nouvelle était que cet homme mystère dénué de tout savoir-vivre était l'une de mes connaissances, et quelle connaissance, mon petit cousin germain Genkū !
Je n'avais pas été maligne, le neveu de mon père avait quitté Yaogakure trois semaines auparavant pour rejoindre la cité du pays de la Terre, j'aurai dû me douter que le sauvage dont faisait référence le civil que j'avais croisé plus tôt n'était autre que le fils cadet de mon oncle.
« Ravie de te voir. Aucune idée du temps que je suis ici, mais pas longtemps. » Lui disais-je aimablement pendant qu'il s'asseyait sur l'une des chaises vides de la pièce.
Hier j'étais accueillie par Senkū, et aujourd'hui je tombais sur Genkū, j'étais plus qu'heureuse que de retrouver ces deux visages familiers même si l'ainé était parti de nos terres ancestrales depuis plusieurs années.
Les deux frères étaient différents, le plus jeune avait une vision des choses plus proche de la mienne, nous avions certains points en commun sur le futur et l'évolution de notre clan. Étant l'unique enfant de mon père et donc n'ayant pas de frères de sang, je considérais les deux Yaoguaï comme mes frères même si au final ils n'étaient que mes cousins germains. Je poussais un petit rire en entendant la question de Genkū.

Jamais mon père ne m’aurait envoyé à Iwagakure no Satô, Dokaï aurait certainement préféré perdre l’un de ses bras plutôt que de voir sa fille unique partir vivre dans l’une des trois monstruosités qu’étaient les villages shinobis.
« Non je suis partie de mon plein gré. La direction du clan me reviendra à la mort de mon père, je dois m'instruire sur nos voisins qui sont des menaces d'un tout autre niveau. Si on ne veut pas périr des mains des shinobis, il faut connaître leurs méthodes, que leurs secrets deviennent les nôtres, et à ce moment-là nous survivrons et nous pourrons prospérer. » Il était inutile de cacher mes intentions au jeune garçon, le même sang coulait dans nos veines et j’avais confiance en lui.
Je regardais paisiblement le jeune sauvageon, pour le moment la fatigue de mes trois derniers jours ne m'avait toujours pas gagné à mon grand bonheur, j'étais boostée par l'adrénaline, et par la soif de connaissance qui me tendait les bras.
Mes yeux se baladaient dans la demeure de Genkū, elle manquait clairement d'une touche végétale et naturelle. Mais bon, à croire qu'il était difficile de faire prospérer une quelconque plante dans ce maudit pays.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Mer 9 Jan 2019 - 21:55
Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] LvAveRC
« higher when i’m heavy »






Je suis curieux de voir sa réaction quand il va l’apprendre. ” D’un rire franc, il plaça sa main à plat contre le bois taillé de la table, le titan tatoué n’ayant d’habitude rien d’aimable ; son héritière bien-aimée en apprentissage chez son pire ennemi ayant de quoi le mettre dans ses pires colères. Il ne faisait pas bon d’être Yaojin dans ces moments-là, étant donc une des rares fois qu’il fut heureux d’être à Iwagakure no Satô.

Je me vois mal dire le contraire, c’est ces mêmes raisons qui m’ont poussé à venir faire de même, poussé par mon père. Cependant, si Senkû ne l’avait pas exigé, je pense que je serais rentré. ” Le Genin laissa sa tête balancer en arrière comme si ce qui allait suivre le fatiguait déjà, comme un fardeau écrasant sa colonne vertébrale. Après une courte inspiration, il se pencha vers la porteuse du crâne. “ Tu te souviens de nos discussions ? De comment nous imaginions cette vie de shinobi ? ” Le blond s’approcha encore un peu plus de la Hayashijine avec un mépris nouveau brûlant dans le fond de ses iris noir corbeau. “ C’est encore bien pire. Même Senkû semble changé par ces territoires. Des chiens au service d’autorités qu’ils ne comprennent pas. Espérons que tu resteras la même, Sae-chan.

Il n’y avait rien de pire pour un Yaoguaï que d’être l’ombre de lui-même ; un sang-pur gaijin. C’était au prix de cette lutte intérieure qu’elle pourrait espérer prendre le relais de son père ; un long chemin où elle pouvait se perdre elle-même ou périr pour une cause qui n’était même pas la sienne.

Enfin. Que dis-tu de ‘ça’ jusque-là ? ” Sincèrement intéressé par l’avis de sa cousine, il pointa du doigt une étagère où trônaient toutes sortes de mets ramenés de Hayashi, de la viande séchée aux autres denrées transportables.







_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 https://www.ascentofshinobi.com/u509
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Ven 11 Jan 2019 - 0:36
Les manières se sont pour les gens civilisésft. Yaoguaï Genkū


Les yeux posés sur le jeune blond, je souriais en le voyant rire. Il était tout l'opposé de son frère, néanmoins la même force l'habitait, si la paire était réunie en combat ceux qui devaient leur faire face avaient intérêt à bien se préparer puisque le combat tournerait en faveur des neveux de mon paternel.
Genkû partageait la vision que je lui avais dépeinte à l'instant, nous les rejetons Yaoguaï avions les mêmes idéaux à l'instar de nos géniteurs.
« Senkû a fait son nid ici. C’est un homme important apparemment. Si les Sauvages des bois peuvent avoir des responsabilités au sein de cette ville où va le monde ? » C’était à mon tour de rire.
Une certaine mélancolie me gagnait quand le blondinet me demandait si je me souvenais de nos discussions passées au sujet des Shinobis. La forêt était le lieu qui nous servait de décor dans nos rêves utopiques de changement. Aujourd'hui, nous étions tous les deux-là assis à une table entre quatre murs avec un plafond loin de notre si chère et bien aimé nature. Comme quoi les choses pouvaient arriver bien plus vite que l'on pouvait le croire ou l'imaginer. Si quelques années auparavant on m'avait dit que je serais dans cette situation, j'aurai ri à gorge déployée.
« On ne l’imaginait pas derrière ces épais remparts. En tout cas même dans cette vie, je serais là pour toi mon petit Genkû. » Disais-je avec affection.
Je voyais mon cousin se rapprocher de moi, ses yeux d'un noir puissant et perçant m'observaient avec une flamme que je n'avais encore jamais vue auparavant. Qu'allait-il m'annoncer à l'instant ? Les oreilles grandes ouvertes, j'étais toute ouïe.
L'adolescent évoquait une nouvelle fois son ainé, m'annonçant que ce dernier avait changé à cause de la cité de la Terre, ce village avait un pouvoir sur les gens, il les transformait ou plutôt les modelaient à son image. Il s'agissait de ce pouvoir qui m'intriguait et qui avait fait que je me retrouve aujourd'hui à postuler pour l'armée ninja du pays où il y avait plus de roches que d'herbes. Je voulais tout apprendre de cette armée composée d'hommes et de femmes, mais aussi de la politique locale si différente de ce que je connaissais avec les rites claniques.
« Il faudrait un sacré évènement pour que je change. Dokaï m'a élevé dans la plus pure tradition du clan même en ayant le mauvais sexe. »
Mon paternel se moquait que je sois une femme, il me voyait comme un homme, m'avait dressé comme un homme, m'avait obligé de penser comme les mâles, heureusement que l'Ancienne avait été présente pour m'apprendre tout ce que je devais savoir sur le beau sexe.
« Ce que j’en dis, voyons Genkû c’est une horreur. Néanmoins, les convictions doivent être mises dans un coin si je souhaite m’élever vers un niveau tout autre, jamais atteint par un ou une Yaoguaï. » La malice parcourait mes iris émeraudes. « Et toi, es-tu ici pour obtenir un savoir te permettant de vaincre mon père ? »
Tous les Yaoguaï se rêvaient de vaincre celui qui avait hérité du titre d'homme le plus fort, mais le cadet de mon oncle était sans conteste celui qui le désirait le plus dans son chair.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Sam 12 Jan 2019 - 20:26

Totem animal




Voilà une question qu’il faudra poser aux vieux chamans, pour les mêmes réponses alarmantes qu’on entend depuis trop longtemps. ” Sa cousine avait un il-ne-savait-quoi que les deux frères Yaoguaï ne partageait pas. Peut-être son court séjour et le long de son aîné les avaient-ils rendus moins naïfs ; ou peut-être était-ce dans la nature pessimiste de Genkû de voir dans le Yûkan un large navire naviguant vers une banquise de chair et de fer.

Je te retourne la certitude, itoko. ” Le sang était sacré, et tant que Dokaï était le chef de l’entité clanique des Bois Sauvages, il se devait de protéger sa relative par tous les moyens ; bien que leur passé commun l’y pousse sans quelconque sens du devoir ou obligation.

Je vais paraître étrange mais j’ai l’impression que cet endroit stimule le destin pour que ce genre d’événements arrivent. ” Peu à peu, ses traits juvéniles s’ornèrent d’une véhémence mature et il perdit de son entrain de chérubin pour paraître l’homme adulte qu’il était vraiment, sous ce masque forgé pour la vie Iwajin.

À l’allégation de Sae, un sourire carnassier naquit sur son faciès matifié et tané par le soleil. Il s’approcha de quelques centimètres et lâcha à voix basse mais grave et tonnante, comme excité par un futur hypothétique. “ Qui te dis que ce n’est pas déjà le cas et que ledit savoir n’est pas en ma possession ? ” Il relâcha un peu de pression et passa sa main dans la crinière féline et dorée qui ornait son crâne.

Je ne peux sacrifier les miennes trop longtemps, quelle que soit la raison. Je suis comme ça, faut croire. ” Il haussa les épaules et tapota du bout de son index le crâne animal, véritable relique pour les siens.

Lui aussi avait eu son lot d’épreuves, même en tant que fils d’un homme qui n’était pas l’égal de Dokaï. Et comme elle, il avait tout à prouver. Mais Iwagakure no Satô agissait comme une chappe de plomb ; il n’y avait appris que les secrets du Yukan et les réponses à ses questions profondes restaient à Hayashi no Kuni, comme si elles y avaient toujours été.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 https://www.ascentofshinobi.com/u509
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Sam 19 Jan 2019 - 17:33
Les manières se sont pour les gens civilisésft. Yaoguaï Genkū


Le jeune homme avait sans doute raison, l'atmosphère de cette cité était différente de celle de notre contrée natale, même si pour le moment je sentais davantage la puanteur de la civilisation que le Destin en pleine stimulation. Genkû plein de malice s'approchait encore un petit peu plus de moi, nos visages n'étaient séparés plus que par quelques centimètres.
En entendant ses paroles, je ne pouvais pas m'empêcher de reculer tout en rigolant. Le savoir était déjà en sa possession alors qu'il n'était arrivé dans ce village militaire que quelques semaines auparavant ? Son frère, lui avait mis plusieurs années et il était même possible que je n'y arrivais pas en disposant du même temps que l'ainé de mon oncle, alors le benjamin bluffait certainement, à moins que ?
« Peut-être que Père devrait se méfier plus de toi que de ton frère. » Lui disais-je en passant moi aussi ma main dans ma longue crinière émeraude.
Mon géniteur craignait l'ainé de son sang fraternel, le titre de Guerrier de 1000 ans l'avait conforté dans cette crainte, mais un frère pouvait en cacher un autre. L'ancienne, la plus vieille de nos chamanes et l'unique femme crainte de tous les mortels de Yaogakure refusait de lire l'avenir à son chef afin de ne pas contrarier le Destin, car l'homme sentait que sa vie serait prise par l'un des enfants du bois, mais lequel ? Il avait déjà stoppé mon éducation concernant les Portes Célestes en prétextant que je n'étais pas prête, même si je connaissais la véritable raison. En m'empêchant d'atteindre le pouvoir suprême de notre famille, il ne créait pas un rival supplémentaire pouvant prétendre au Trône de Bois.
En venant à Iwagakure no sato, je réparais cette injustice et le jour où je me sentirais suffisamment prête, je serais assisse sur ce trône, mais surtout la première femme Yaoguaï à diriger.

L'adolescent se montrait différent, il ne partageait pas la même opinion que moi. Le jeune shinobi était incapable d'enterrer ses convictions même si cela n'était que provisoire à mon instar. Je pouvais le comprendre mieux que personne, d'une certaine façon je me dégoûtais à agir de la sorte, car cela n'était pas dans mon éducation, néanmoins je connaissais le goût du sacrifice. Les dernières paroles de ma mère raisonnaient encore dans mes oreilles même si cet évènement avait eu lieu une décennie auparavant, j'avais l'impression que c'était hier.
« Je ne vois que trop bien ce que tu veux dire. » Je marquais un petit temps d’arrêt avant de reprendre. « Que pouvons-nous faire si tu as un peu de temps libre devant toi mon petit Genkû ? »
Je m'étirais légèrement, les chaises de ce pays ne me convenaient pas du tout puisque je n'étais pas à l'aise dessus, les assisses du pays du Bois avaient la préférence de mon dos. Je ne quittais pas du regard le benjamin de mon oncle. Je le laissais choisir de la suite de notre rencontre, après tout il avait peut-être des choses à faire, ce qui n'était pas mon cas puisque je me remettais juste de mon entraînement de la veille avec son frère, Senkû.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Mer 23 Jan 2019 - 3:56




SAME BLOOD



À ses dires, il ne put retenir un léger rictus certes plein d’assurance mais aussi d’arrogance, péché qui incrustait son âme depuis qu’il avait été capable des prouesses qu’on lui connaissait. Non pas aveugle il n’avait cependant plus de crainte éprouvée envers son oncle, patriarche et monstre de puissance. Tapotant de l’index un sulfureux requiem qui ornerait les possibles funérailles de l’être cher de Sae, il répondit en soufflant.

« Peut-être. S’il ne le fait pas, ça ne sera qu’une carte de plus dans ma main. » L’air étrangement et étonnement froid, il se dérida bien assez vite.

Elle s’enquerra alors d’une activité, ce qui ne déplut pas à Genkû qui ne se voyait de toute façon pas fossiliser là comme un ancien à discuter des pourquoi et du comment ; il se leva alors pour s’approcher d’un vieux parchemin qu’il effleura du regard.

« Je te proposerai bien de tester tes capacités mais visiblement, aniki s’est déjà occupé de la tâche. » Difficile à déceler pour l’humain ou le ninja lambda, son corps semblait avoir été mis à rude épreuve récemment ; il n’était alors pas difficile de comprendre que Senkû avait eu la faveur du temps pour voir ce que donnait la dernière fournée Yaoguaï livrée à Iwagakure no Satô.

Il aurait lui-même apprécié d’éprouver le jeune corps de sa comparse par les assauts répétés de ces mêmes luttes communes à leur peuple mais le Raitei se contenta de hausser le sourcil, interrogatif.

« J'ai tout le temps qu’il faut. Qu’est-ce que tu aimerais voir de ce ‘beau’ pays, Sae ? Peut-être les quelques marchands des nôtres établis ici ? Je t’apprendrais bien la Huitième, malheureusement je l’ai oublié. » Un sourire amer berça ses traits. Lui, qui n’avait été éprouvé à ce rite clanique.


« Tu es l'invitée, alors parle. J’essaierais de te contenter. Ça t’habitueras à tes futures fonctions. » L'air moqueur, il passa à côté d’elle pour se diriger à côté de la porte.








_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 https://www.ascentofshinobi.com/u509
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ] Empty
Sam 2 Fév 2019 - 14:27

Les manières se sont pour les gens civilisés


Le jeune homme se voyait sans doute devant la carcasse inerte de celui qui était considéré comme l'homme le plus fort du Pays du Bois. Les rêves étaient faits pour être rêvés et non devenir la réalité, nul ne pourrait vaincre mon père, sa force et sa cruauté étaient d'un tout autre niveau qu'aucun Yaoguaï n'arrivera à atteindre. J'en étais persuadée.
Le cadet de mon oncle avait remarqué la fatigue musculaire de mon corps et il savait même qui était le responsable. Je souriais à cette évidence. À peine étais-je arrivée dans cette cité aux épaisses murailles, que j'avais déjà croisé le fer avec celui qui avait hérité du titre de Guerrier de 1000 ans. Néanmoins, j'aurai bien aimé pouvoir me jauger par rapport à mon interlocuteur, mais cela ne servirait à rien, mon état m'empêchait de pratiquer toute activité physique.

Bien qu'un combat ou toute autre chose similaire ne fût pas à l'ordre du jour, le jeune sauvageon me proposait de me faire la visite des marchands locaux. Cette idée me convenait, le frère ainé du trublion m'avait expliqué que ce dernier était à la tête des marchands de notre pays plus précisément de ceux qui venaient de nos terres natales. Cela serait intéressant d'aller à leur rencontre en compagnie de Genkû. Certes, hier je les avais furtivement rencontré, mais aujourd'hui je pouvais réparer cela en consacrant davantage de mon temps, mais aussi d'apprendre deux-trois petites choses sur le fonctionnement de la cité marchande répondant au doux nom d'Iwagakure no Kuni.

« Très bien, j’accepte ta proposition pour aller voir les nôtres qui commercent avec ces animaux qui se disent haut et fort, civilisé. L'échange de biens et services doit avoir une part importante dans cette ville puante et peu ragoutante. » Disais-je au jeune homme tout en me levant.

En étant debout, je me faisais craquer le dos ainsi que les épaules, le fait d'être restée assisse quelques instants m'avait engourdi.
Comme je ne connaissais pas encore bien le village, je laissais Genkû prendre les devants et me conduire là où nous devions aller, c'était-à-dire au cœur commerçant de la cité militaire. J'avais une certaine appréhension de me balader dans les ruelles et rues de la ville, voir toute cette architecture me faisait hérisser les légers duvets de poils qui subsistaient sur mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878

Les manières se sont pour les gens civilisés — [YAOGUAÏ GENKŪ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: