Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Bushido Naval et Tentacule Abyssal | Solo
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 15:21 par Hakurei Suijin

» Monsieur ! La bataille !!! [team 4]
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:53 par Hyûga Tsuyoshi

» Seconde peau [PRIVATE].
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:51 par Metaru Mairu

» 14h12 - La bagarre
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:40 par Shinrin Hanzo

» 08. Demandes diverses
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:36 par Hyûga Tsuyoshi

» [Unité de recherche] L'obole d'un temps révolu
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:24 par Shinrin Hanzo

» 08. Autres demandes techniques
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 14:11 par Chôkoku Tomoe

» [Teikoku] L'Encyclopédie du Soldat
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 13:19 par Shinrin Funka

» 21h13 - Le festival du riz
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 12:41 par Inuzuka Ayuu

»  Seirei Inja
Solitude [Libre] EmptyAujourd'hui à 11:58 par Seirei Inja

Partagez

Solitude [Libre]

Seikatsu
Seikatsu

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 0:11
Je fus libéré de prison il y a maintenant quelques semaines. Pour autant, le chef de mon clan m’avait mis sous haute surveillance. Constamment, deux hommes de main étaient proches de moi afin de garder un œil sur moi. Au moindres faux pas, ils me tueraient sans que je ne puisse rien faire. Ils en avaient – pour l’instant – les moyens mais je travaillerais dur pour les surpasser.

Assis dans l’herbe humide de mon village, à deux pas d’un marécage boueux et peu accueillant, j’observais les environs. J’étais donc un membre du clan Kaguya. Est-ce pour cela que je fus emprisonné par des personnes malintentionnées ? Celles-ci comptaient-elles mettre à profit mon pouvoir pour mener une guerre ? Espéraient-ils utiliser mes gênes pour les incorporer dans leur armée ? Je n’en savais rien. Le seul indice à l’heure actuelle, était des traces de piqures sur mes bras qui étaient en train de se volatiliser petit à petit ; le pouvoir de cicatrisation du clan de toute évidence.

Amenant mes mains face à moi, je les regardais avec attention. En me concentrant, le bout de mes doigts s’ouvrait laissant entrevoir mes phalanges. J’avais appris à les projeter telles des balles et je réussissais à faire pas mal de dégât grâce à cela. Les roches – qui étaient mes cibles jusqu’à présent – ne pouvaient résister à l’impact. C’était bon signe. J’avais encore un peu de mal à viser juste, mais dans la majorité des cas je touchais l’objectif.

D’ailleurs, en voyant cela, l’un des sbires du chef de clan se rapprocha de moi et mis sa main sur mon épaule. Ce n’était aucunement un signe amical. Il me mettait en garde sous l’œil attentif de son partenaire. Que pouvais-je faire ? Rien. Aussi, j’annulais tout. Tant pis, je m’entraînerais au seul endroit où il m’est autorisé : le camp d’entraînement Kaguya.

J’étais encore bien trop surveillé et pas encore libre de faire ce que je voulais. C’était le deal pour ne plus subir le traitement aux geôles. Je l’avais accepté. C’était ainsi que je me levais tandis que mes éventuels bourreaux firent un pas en arrière afin de me laisser suffisamment d’espace. D’un geste du visage pour les remercier, je commençais à marcher. Je comptais me diriger au centre ville… En faisant quelques arrêts par ci par là…

D’ailleurs, peut-être devrais-je penser à me sociabiliser un peu ? Sans espoir, je m’arrêtais et parlai d’une voix suffisamment forte qui résonna en écho dans ce vieux marécage pourri…


« Il y a quelqu’un ?! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 13:35
Le fantôme de Kiri ? Encore une histoire à dormir debout. Décidément, les enfants ont une imagination débordante, peut-être à force de consommer des contes la nuit avant de dormir, ou d’être mis en garde par leurs parents qui veulent les empêcher de faire des bêtises. « Si tu n’es pas sage, la fantôme de Kiri viendra te manger tout cru ! » Qui est-il ? Certains disent qu’il s’agit d’un soldat tombé au combat ayant fait une promesse à sa femme et à son fils, de rentrer sain sauf. N’ayant pas pu tenir sa promesse, il erre encore sur ce champ de bataille où se sont opposés les shinobis de la Brume et le Collectif, allié à Seichi. Une âme brisée comme les Marécages auxquelles elle est condamnée.

Au milieu de ce terrain sinistre et désolé marche un homme en shôzoku noir, équipé d’un katana dans le dos. L’oreille attentive, il s’avance dans l’obscurité. Nullement rassuré sur le fait qu’on lui ait confié cette patrouille dans cet endroit où la visibilité est réduite, et où l'embuscade est facilitée, il s’avance avec inquiétude, regarde derrière lui un genin qu’il accepté de prendre sous sa responsabilité, et lui fait un hochement de tête pour que s'assurer que tout va bien de son côté. En tant que chuunin, il a fait le choix d’ouvrir la marche afin d’être le premier à entrer en contact avec un éventuel ennemi.

Un silence de mort règne ici. Saji baisse son regard, tâche de ne pas embourber ses chaussures sur la surface humide sur laquelle il est en train de marcher. Il se retourne pour signaler à son coéquipier d’en faire de même et regarder où il met les pieds. Une simple patrouille, se dit-il, qui n’est même pas certaine d’aboutir à une rencontre. Voilà quelques minutes qu’ils marchent et rien à l’horizon.

Soudain, une voix fait écho et brise la paix des marécages. En composant un mudrâ, Saji parvient à localiser l’origine du bruit, et se déplace avec prudence en direction de l’individu égaré. Au loin, la silhouette d’un homme torse nu se dessine, étrange vision au milieu de ce paysage déserté au point de se demander s’il s’agit du fameux fantôme de Kiri dont on entend tant parler.

Et surtout drôle d’endroit pour s’arrêter… A-t-il fait tout ce chemin à pied ? De quel village vient-il ? Méfiant, l’homme masqué lui fait signe de ne pas faire un seul pas de plus et tout en gardant une main sur la poignée de son sabre, prêt à dégainer en cas de danger. Il sort alors son bandeau de Kiri pour lui montrer qu’il travaille pour le village caché, que l’inconnu cherche peut-être à retrouver.

Il prend le risque de s’approcher, lentement. Il écrit un message sur son calepin, en déchire une page qu’il tend à l’étranger.

Saji a écrit:
« Bonjour. Merci de décliner votre identité et la raison de votre venue. Vous êtes en territoire kirijin. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Seikatsu
Seikatsu

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 13:56
Un papier tenu dans les mains d’un individu dont j’ignorais l’identité – mais qui prit la peine de répondre à mon appel. Je n’étais pas réellement méfiant à son égard : j’avais toujours deux chiens de garde avec moi. S’il m’arrivait la moindre chose, la Police de Kiri serait rapidement au courant et viendrait – en tout cas je peux le penser – à mon secours. Ma main vint donc saisir ce bout de papier sur lequel j’ai pu apercevoir le contenu.

Une étrange impression de déjà vu : il me demanda de décliner mon identité tout en ayant mis la main sur le manche de ce qui semblait être un sabre. La dernière fois qu’une rencontre comme celle-ci eut lieu, je venais de me faire jeter dans la boue, récupérer par un Kirijin que j’ai voulu agresser… Malheureusement j’avais sombré dans l’inconscience, et je m’étais réveillé dans les geôles où j’ai passé la majorité de mon temps depuis ma liberté… Je soupirai en jetant le papier au sol. Je me retournai vers mes chiens de garde tout en leur adressant la parole.


« Nan mais vous le croyez ça ?! C’est un coup à retourner d’où je viens ! »

Les surveillants me regardèrent d’un air interrogateur. Je continuai de les regarder aussi… Aucune réaction… Pas un sourire, pas un clignement de yeux, ni même une trace de respiration. Mon bras se plia de moitié laissant la paume de ma main viser le ciel tandis que mes yeux s’écarquillaient.

« Vous ne comprenez pas ?! » Dis-je malgré l’évidence. « Et puis merde. Continuez de jouer aux chiens de garde… »

Je me retournais donc vers l’inconnu. Je fermai les yeux tout en lui faisant un signe de laisser tomber. L’une de mes mains se dirigea vers l’une de mes poches où je pus sortir un cigare que j’amenais à mes lèvres. D’un claquement de doigt, une flamme jaillit au dessus de mon pouce, et j’allumai ce dernier en inspirant une bouffée.

« C’est bien la seule chose qui me permet de garder mon calme. » J’expirais la fumée de ma bouche tout en continuant de parler à cet inconnu. « Inutile d’être hostile envers moi. Si je lève la main, les deux gaillards derrière moi vont déjà me tomber dessus. »

Je chiffonnais le bout de papier que je laissais tomber à terre. J’inspirais une énième bouffée de ce cigare que j’avais déjà terminé. Coinçant celui-ci entre mes doigts, je l’envoyais dans le marécage d’un rapide coup d’index. Puis j’allais répondre à mon interlocuteur.

« On m’a appelé Seikatsu. Je suis de Kiri depuis mon réveil. C’est tout ce que je peux te dire à mon sujet. Je n’en sais malheureusement pas plus… » Je levai mon bras pour le pointer du doigt. « Et toi, qui es-tu ? Pourquoi tu m’as écrit ce petit mot ? Tu es trop timide pour m’adresser la parole ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 15:48
L’individu face à lui avait tellement retenu son attention qu’il n’avait pas remarqué les deux hommes à ses côtés, deux hommes dont l’apparence ne lui revient guère. Il fait donc preuve d’encore plus de prudence en empoignant le manche de son katana avec davantage de fermeté, craignant qu’il ne s’agisse là que d’une manœuvre pour le piéger. Pourquoi se fait-il escorter de la sorte ? Est-il quelqu’un d’important ? Ou alors une sorte de prisonnier ? Pourtant nulles menottes au niveau de ses poignets.

En recevant le papier, l’homme interrogé s’exclame face à l’affront qu’on vient de lui faire en demandant son identité. Il s’adresse aux hommes qui l’accompagnent mais ceux-ci ne réagissant pas, il les traite de « chiens de garde » confirmant alors l’hypothèse selon laquelle ces deux-là n’ont pour seul rôle que de le surveiller, pour le protéger ? Ou pour veiller à ce qu’il ne fasse de mal à personne ? Si celui-ci est sous surveillance, c’est qu’il est important, ou représente un danger. Saji n’ayant pas connaissance d’une telle personne dans ses dossiers, se contente d’écouter pour se faire une idée du profil de l’homme qu’il essaie d’identifier.

Faisant naître une flammèche au frottement de ses doigts, lui donnant un air cool il faut l’avouer, il allume son cigare et se met à fumer, temporisant la réponse qu’il s’apprête à donner au chuunin lequel commence à perdre patience face au spectacle de l’étranger. Expirant la fumée de sa bouche, l’inconnu tente de rassurer Saji en lui disant qu’il est inutile de se montrer hostile envers lui, et que ses deux compagnons de voyage sont bien là pour le tenir en laisse, et non le protéger.

Pourquoi a-t-il besoin qu’on le surveille? L’homme masqué le dévisage, le regarde de haut en bas. Rien d’anormal a priori. Devrait-il annoncer l’arrivée de cet individu suspect auprès de la Kenpei ? Il se présente enfin, sous le nom de Seikatsu.

Saji a écrit:
« Pour votre gouverne, je suis muet, c’est pourquoi je suis contraint de m’exprimer ainsi. Mon nom est Nobuatsu Saji, chuunin de Kiri. On m’a demandé de patrouiller les Marécages Brisés. Et vu que nous sommes en état d’alerte, comprenez que toute précaution est bonne à prendre.»

Celui-ci se revendique d’origine kirijine et pourtant il refuse d’en dire plus, comme si le chuunin pouvait se contenter d’une réponse aussi insuffisante.

Saji a écrit:
« Vous n’avez pas répondu à ma question. Comment se fait-il que vous ne sachiez plus ? Suis-je censé croire que vous avez perdu la mémoire comme par miracle maintenant que je vous interroge sur la raison de votre venue ? Demandez à l’un de vos « chiens de garde » peut-être ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Seikatsu
Seikatsu

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 16:55
Il était donc muet. Voilà quelque chose de peu banal d’autant plus qu’il était cagoulé de la tête au pied. Quel étrange individu qui m’intriguait et me fascinait. Nous étions, de toute évidence, très différents, pourtant je sentais au fond de moi que nous étions pareil. Je le contemplais avec admiration. Être muet et s’hisser au rang de Ninja est une prouesse que j’estimais. Je prenais plaisir à « discuter » avec lui malgré la fraîcheur de ce marécage et l’ambiance quelque peu… hostile.

En tout cas, il se montrait intéressé par moi et voulait en savoir plus. Comment pouvais-je lui expliquer simplement qu’il ne m’était pas possible de lui en dire davantage ? Bien. J’allais donc lui raconter les choses depuis le début, et nous verrons ensemble s’il me croit. Je n’ai aucune intention de lui mentir de toute façon. Et en plus, je ne pouvais pas avec ses deux boulets derrière moi. J’inspirais profondément et vint saisir mon menton avec mes doigts. Les yeux au ciel je commençais à réfléchir par où commencer…


« Je me suis réveillé dans une cuve d’eau dans laquelle je flottais… Des tuyaux me permettaient de respirer. J’étais inconscient à la base, mais je me suis réveillé. Je voyais flou. J’étais faible. Puis ils ont décidés de me foudroyer littéralement. Suite à cela je suis tombé inconscient à nouveau. Je sentais qu’ils étaient en train de me sortir de là, mais je ne savais pas pourquoi ni où ils comptaient m’emmener… »

Je pris une pause tandis qu’un long frisson parcouru mon corps. J’avais froid à l’idée de devoir repenser à toute cette histoire. Pour autant, je commençais à trembler d’excitation à l’idée de retrouver mes bourreaux et les étriper avec soin. Mes poings se fermèrent, mes yeux devinrent presque rouge tandis qu’une légère émanation de chakra s’échappait de mon corps. Soudain, les gardes vinrent me saisir par les bras, et m’immobilisait. C’était déjà trop pour eux ce genre de petit… écart.

« Ca va, ça va ! » Leurs dis-je tout en calmant mes ardeurs. Ils me libérèrent et je regardais mon interlocuteur, spectateur. « C’est une histoire assez noire. Je ne pensais pas devoir la raconter à nouveau. Je l’ai déjà conté aux forces de Kiri à de nombreuses reprises. Ce n’est pas facile pour moi… »

Je me laissais tomber au sol afin de me mettre assis : une position plus confortable. C’est alors que je continuai mon histoire en tentant de refouler mes émotions au plus profond de moi.

« Où en étais-je ? … Ah oui ! Ils m’ont donc emmené ici, aux marécages et m’ont lancés dedans… Nu. J’ai été trouvé par un Kirijin que j’ai pensé être un ennemi. J’ai voulu l’attaquer et en découvrant ma capacité, je me suis évanoui. Il m’a emmené dans les geôles où je fus enfermé et interrogé nuit et jour… » J’inspirais un grand coup en guise de soulagement. « Par chance, quelqu’un a cru à mon histoire et m’a libéré sous réserve d’être sous haute surveillance quelques semaines. »

Je n’ai aucune envie de faire du mal à ce village. Il est celui qui m’a accueilli : certes d’une façon peut recommandable, mais c’est ainsi qu’on se créer l’expérience. Mon objectif étant de retrouver mes bourreaux, et de devenir Mizukage dans le but de démanteler tout cela !

« C’est une prouesse d’être Ninja en souffrant de mutisme. Je suis curieux d’en savoir plus sur ta carrière jusqu’à maintenant. Es-tu Genin ? Chûnin ? » Je m’arrêtai et soupirai légèrement. « Je doute que tu puisses être Chûnin ou plus. En étant muet, c’est quand même un handicap non négligeable hein ? »

Oups… Je pense que là j’ai été trop loin… Nous verrons bien sa réaction…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Solitude [Libre] Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 19:28
Maintenant que le chuunin avait accédé à la demande de Seikatsu et s’était présenté, Saji commençait à s’impatienter, puisque son interlocuteur au contraire ne semblait pas enclin à lui répondre sur le motif de sa visite, prétextant une soi-disant perte de mémoire. Pourtant, le sabreur muet est de ceux qui sont relativement ouverts d’esprit, prêts à accepter les occurrences les plus rares. Un homme sous surveillance, ayant perdu la mémoire, accompagné de deux gardes, au milieu des Marécages Brisés. Quoi de plus suspect ?

Attentif, le muet écoute l’histoire de son interlocuteur, une histoire qui a intérêt à être crédible si jamais il veut que le chuunin le laisse passer jusqu’à Kiri. Hors de question de laisser un homme potentiellement dangereux en liberté. Peut-être serait-il préférable de s’adresser directement aux gardes, qui vraisemblablement partagent le même mutisme que Saji, à la différence qu’eux se taisent surtout par peur de divulguer des informations plutôt que par handicap.

Il n’est pas né de la dernière pluie, l’homme masqué se doute bien que quelque chose ne va pas et que ces hommes cachent quelque chose que leur « prisonnier » ignore. De plus en plus suspect. D’après Seikatsu, il se serait réveillé dans une cuve d’eau, attaché à des tuyaux pour l’aider à respirer. Il parle ensuite d’être électrocuté, puis de tomber inconscient. Des souvenirs qui pourraient être liés à une scène de torture pour lui faire parler. Peut-être a-t-il tout oublié sous l’effet de la torture qui aurait causé des lésions cérébrales si vives qu’il en aurait perdu la mémoire ?

D’après lui, la Kenpei est déjà au courant de sa sombre histoire. Il évoque le fait qu’ils l’ont laissé tout nu dans les Marécages, sans vêtement ni mémoire. Comme par instinct de préservation, il s’est jeté comme un animal sur un Kirijin qu’il croyait hostile. Mais ce n’est qu’au moment où il a découvert sa « capacité » qu’il est tombé inconscient, remis dans sa cage pour être cette fois envoyé dans les Geôles afin d’être interrogé sur l’origine du pouvoir qu’il a manifesté.

Heureusement, il a réussi à tricoter une histoire suffisamment cohérente pour que ses tortionnaires le laissent partir. Saji reste perplexe. Une histoire vague, très vague. Cela ne dit toujours pas quel est l’objectif de Seikatsu, pourquoi on l’amène ici. Un pouvoir a-t-il dit ? Possible que sa venue soit liée à cette capacité sur laquelle il a été interrogé.

Saji a écrit:
« Je vous ai dit que j’étais chuunin et je ne pense guère que mon handicap ait quelque rapport positif ou négatif avec la confiance que le village m’a accordé. Ce n’est qu’après de nombreux services rendus à la communauté que l’on a fini par m’accepter, malgré mes origines étrangères qui plus est. Mon cœur et ma lame sont au service de Kiri. »

L’homme masqué se tourne vers les deux gardes, qui ne semblent pas vouloir intervenir dans leur échange. Saji se résout donc à continuer avec son interlocuteur initial en lui écrivant un autre message.

Saji a écrit:
« Pourquoi êtes-vous sous haute surveillance ? Cela a-t-il quelque chose à voir avec votre « capacité » que vous avez employé avant de perdre connaissance ? Puis-je connaître les noms de ces deux hommes qui vous accompagnent ? »

Des questions, beaucoup de questions. Reste à savoir si le mystérieux Seiketsu acceptera de se plier à l’interrogatoire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Seikatsu
Seikatsu

Solitude [Libre] Empty
Dim 30 Déc 2018 - 0:21
« Je suis sous haute surveillance afin de faire mes preuves. De toute évidence, on ne me fait pas confiance. Il n’est pas bon d’être amnésique à ce que je vois. »

Effectivement, mon amnésie m’apportait pas mal de problème. Pourtant, je ne voulais qu’une chose : recouvrer la mémoire. Et j’étais prêt à beaucoup de chose pour la retrouver… Quoi qu’il en soit, si je voulais éviter de repartir dans les geôles, j’allais devoir répondre à cet énergumène muet… Il souhaitait connaître mes capacités, mais je n’avais aucune envie de lui en parler… Et ça : il ne pouvait me forcer. Je ne lui dirais pas un traître mot concernant ces fameuses capacités. Après tout, je ne le connaissais pas et nous n’étions pas assez intimes pour se confier de la sorte.

« Si cette mise à l’épreuve est dûe à cette fameuse capacité, je ne saurais le dire. J’imagine que oui. »

Vint ensuite une question concernant mes chiens de garde. Je me retournai vers eux afin de les observer. Leur regard noir se posa sur moi et ils tentèrent de m’intimider. Cela ne marchait pas. Je savais qu’ils n’allaient absolument rien me faire tant que je me tenais à carreau. C’était l’objectif. Être un Shinobi modèle jusqu’à pouvoir être libre de mes mouvements ! Le sous objectif que je devais atteindre, était de devenir Chûnin. Déjà là, je pourrais avoir une marge de manœuvre plus conséquente qu’en étant un simple Genin sous estimé de tous.

« Ces deux hommes derrière moi, je ne les connais pas. On me les a assignés de force pendant un laps de temps indéterminé. » Je souriais tandis que je repris. « Tu peux toujours essayé de leur parler… Ils ne répondent généralement pas. Ils sont conçus pour me surveiller, et tant qu’ils sont en mission, on n’obtiendra rien d’eux… »

J’avais dans les mains une poignée de paperasse qu’il m’avait donnée en guise de conversation. Je les déchirais tous les uns après les autres, laissant les miettes tomber à terre et s’imprégner de l’eau du marécage. Une fois les mains vide, je passais une main dans mes cheveux tandis que je me relevai pour faire à nouveau face à mon interlocuteur.

« Je te sens un tantinet… hostile envers moi. Je sens une certaine méfiance. » Les bras le long du corps, je lui montrai que je ne représentais aucun danger : ni pour lui, ni pour Kiri. « Vois-tu ? Je suis inoffensif et j’ai une loyauté sans égal envers ce village. » Je montrais mes chiens de garde en plaçant mon pouce juste à côté de mon visage. « Et ces deux gaillards derrière moi ne sont qu’un moyen de prouver que je ne suis pas un danger pour autrui. »

Je tapotais mon pantalon pour retirer le peu de boue qui s’y était accroché. Je voulais trouver un moyen d’amadouer ce muet pour qu’il me fasse confiance, une bonne fois pour toute. Mais comment faire lorsque l’on voit qu’il est du genre méfiant, et qu’il ne baisse aucunement sa garde…

« C’est un chouette sabre que tu as là. » Dis-je tentant d’amadouer la bête. « Je manie moi-même assez bien ce genre d’arme… Bien qu’il soit d’une toute autre… matière. »

La paume de ma main s’ouvrait d’une façon un peu gore tandis qu’un os sortit de l’orifice. Je le saisis à pleine main et le mis à l’horizontale devant mon interlocuteur.

« Voilà ma capacité. » Je soupirai un coup en fermant les yeux. « Je décide de te la montrer pour te prouver ma bonne foi. « Conclus-je en espérant que cette fois-ci, ce soit la bonne !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Solitude [Libre] Empty
Dim 30 Déc 2018 - 18:06
Aussi mystérieux l’un que l’autre, l’un par son apparence et son mutisme, l’autre par son passé suspicieusement effacé et son origine inconnue, les deux hommes s’échangent des mots, tantôt à l’écrit, tantôt à l’oral, en résulte alors une conversation peu banale. Les questions du garde muet se succèdent, soulignant sa défiance vis-à-vis des anecdotes pour le moins floues qui lui ont été racontées. Une narration plutôt éloquente certes, mais qui manque encore de concret pour que le chuunin consente à laisser passer un individu aussi douteux, flanqué de gardes à l’allure encore plus sombre.

Plus ces trois individus prendront du temps à tout lui avouer, plus ils lui paraîtront suspects. Quel secret cherchent-ils à garder pour se montrer aussi difficiles face à sa question ? Qui est pourtant simple et directe ? Qu’ils soient de Kiri ou pas, il se peut qu’ils manigancent quelque chose qui puisse exiger un rapport direct à la Kenpei, ce sont eux après tout qui ont interrogé ce Seikatsu quand il avait été appréhendé et emmené dans les Geôles. Saji, lui, ne sait pas comment trancher étant donné qu’il n’a pas l’un de ces policiers à ses côtés pour en témoigner. Il peut seulement croire ou refuser l’explication qui lui est offerte.

Il prétend maintenant ne pas connaître les deux hommes qui le surveillent et qui refusent a priori de répondre à ses questions comme ils ont refusé de répondre à celles de Saji. Ce dernier s’interroge sur le protocole à adopter au cas où ils n’obtempèreraient pas. Déchirant les papiers donnés par le muet et qui se sont accumulés dans sa main, il se recoiffe en relevant la méfiance de son interlocuteur. Il prétend être inoffensif et loyal envers le village de Kiri, et que ses deux chiens de garde sont là pour garantir qu’il ne devienne pas dangereux.

C’est justement cela qui inquiète le chuunin, qui a certes déjà vu des personnes dangereuses être acceptées à Kiri, comme une certaine fille aux cheveux argentées. Celle-ci avait pour autant adopté une attitude bienveillante à son égard, ce qui a changé son regard sur la nature violente du personnage, en comprenant mieux son histoire. Cette fille, ainsi qu’une kunoichi qu’il a rencontré lors de ses aventures, et qui tente de refouler son passé de criminelle, et cherche à se repentir de ses fautes pour mieux s’intégrer à la société. C’est en analysant davantage le pourquoi de leur comportement que Saji a pu mieux les pardonner.

Qu’en sera-t-il de ce prisonnier ? Les deux gaillards qui l’accompagnent ne daignent même pas dire le moindre mot sur le motif de leur visite, révélant par leur silence l’importance de la mission qui leur a été confiée. Voyant que sa rhétorique n’a pas eu raison de la vigilance de son vis-à-vis, l’homme au torse poilu change de sujet en portant son attention sur le sabre que porte le sabreur muet. Une transition qui amène Seikatsu à dévoiler une lame d’os sortant de sa main. Un Kaguya. Pourtant ce n’est pas quelque chose de nouveau à Kiri. Pourquoi tout ce mystère autour de sa capacité ? Le chuunin se rapproche et lui écrit un message qu'il donne, à la façon d'un laisser-passer.

Saji a écrit:
« Vous ne m’inspirez pas confiance, ni vous ni vos deux compères. Mais puisque vous êtes Kaguya, je suppose que cela ne relève plus de mon autorité mais celle des confrères de votre clan qui s’occuperont de votre cas. Votre nom n’étant pas mentionné dans le Bingo Book, votre bandeau de Kiri prouve votre appartenance au village. »

Par précaution, il avertira la Kenpei de la venue de cet étrange personnage, et en profiter pour se renseigner sur le dossier de ce Seikatsu, si du moins il en existe un. Saji fait alors un mouvement de tête sur le côté pour signaler qu’ils peuvent passer. Tout en gardant sa main sur le manche de son katana, l’œil fixé sur la lame d’os tenue par le Kaguya.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779

Solitude [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: