Soutenez le forum !
1234
Partagez

Souvenirs brûlants [Gabushi]

Bakuhatsu H. Kyôshirô
Bakuhatsu H. Kyôshirô

Souvenirs brûlants [Gabushi] Empty
Lun 31 Déc 2018 - 17:04
« Toujours avec ton arc ? »

En se retournant, Ashikaga Gabushi pourrait voir son Kage avec un léger rictus. Comment l’avait-il trouvée, elle qui se restaurait ce midi dans un des restaurants du village comme des centaines et centaines d’autres Iwajins ? En réalité, c’était un pur coup de chance. Si le Tsuchikage avait bien entendu l’adresse du domicile de chacun de ses soldats et des civils qu’il protégeait, c’était sans succès qu’il avait frappé à la porte de la Genin. Et ce fut en sortant, s’apprêtant à retourner à d’autres occupations qu’il put voir, par hasard, les traits de la jeune femme dans ce restaurant.

« La même chose, s’il vous plaît.
Tout de suite… euh, Tsuchikage ! s’exclama fébrilement le chef cuisinier. »

L’Ombre de la Terre s’était sur la place libre à côté de l’Ashikaga. Il l’avait cherchée pour pouvoir discuter avec elle, notamment parce qu’elle était la dernière de l’équipe de Wasure no Kuni qu’il n’avait pas revue depuis. Et puis, ce n’était pas tout.

Il jeta un nouveau regard à l’arc que la jeune femme avait pris même pour déjeuner.

« Lorsque j’étais le chef d’armée du Daimyô, j’ai vu beaucoup d’archers. Mais je suis terrible dans ce domaine, pourtant, j’ai essayé ! Mais les shinobis qui combattent avec ce type d’arme sont rares. Où as-tu appris à en faire ? »

Le chef posa alors le plat encore chaud face au Tsuchikage. C’était effectivement la même chose que ce que Gabushi avait pris. Après avoir soufflé sur l’ensemble pour tenter d’atténuer la température de la nourriture servie, le Borgne en prit une bouchée… et manqua de se brûler. Il souffla puis soupira.

Ce fut de l’intérieur de son vêtement qu’il tira une édition du Kunaï Émoussé qu’il plaça à côté de la jeune Genin.

« Tu l’as lu ? Et surtout… est-ce que ça va ? »

Il voulut reprendre un peu de son plat mais ce dernier était encore tout chaud, sûrement trop. Tout comme les souvenirs brûlants de la Prison Inavouée et de tout ce qui s’était passé à Wasure no Kuni…
Revenir en haut Aller en bas
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Souvenirs brûlants [Gabushi] Empty
Mer 2 Jan 2019 - 17:49

Une journée ordinaire qui s'était débutée sur les préparations à l'entraînement quotidien et l'entraînement en lui-même mais qui allait tourner étrangement exceptionnel au repas du midi. Elle ne se doutait pas un seul instant qu'elle allait rencontrer le Tsuchikage en dehors du cadre d'une mission. Qui pouvait prédire ce genre d'évènement ? Certainement pas la jeune Ashikaga, qui fut plus que surprise de retrouver l'illustre personnage accoudé au même restaurant qu'elle.
Confuse en premier lieu, elle décida de hiérarchiser ses actions devant un coup de pression aussi soudain. Il avait posé une question pour engager la conversation, il fallait répondre.

- Eh... Oui, toujours Tsuchikage-sama. Dit-elle en se levant rapidement pour s'incliner respectueusement devant lui. Peut-être était-ce une rencontre officieuse et naturel que voulait l'ombre, mais c'était mal connaître Gabushi s'il pensait échapper aux salutations dignes de son rang. Elle était comme ça, peut être plus ouverte après avoir établi une véritable relation et un certain degré de complicité. Comme elle avait réussie à atteindre avec Tenzin, Hisa ou Kami peut-être. Mais sinon, c'était le rang et la grandeur de la famille qui primait sur l'individu. Elle était simple genin et fille de la roture des profondeurs du pays de la terre, il était membre d'une grande famille shinobi et l'homme le plus important du pays. Si ses envies de signifier son respect pour ces titres et héritages pouvaient paraître ridicules pour certains, cela avait énormément de valeur et d'importance à ses yeux.

La conversation débuta après avoir commandé, d'une manière inattendue qu'elle n'avait certainement pas prévue. C'était effectivement une rencontre fortuite et il semblait juste la reconnaître de l'excursion au pays oublié. Elle souffla intérieurement, sentant la tension dans sa nuque revenir à un niveau raisonnable, sans pour autant se détendre. Comme beaucoup de shinobi qu'elle avait rencontré depuis son incursion dans cet univers étrange, il trouvait curieux le port de l'arc et demandait d'où cela lui venait. La jeune fille sentit ses joues s'enflammer en cherchant une réponse convenable et digne sur ses origines.


- Ma mère est sensei de Kyujutsu dans notre petit village et j'en fais depuis toute petite. C'est un art ancestral qui sert aussi bien à la guerre qu'à la chasse, alors des petits dojo qui passe dans l'héritage de famille existent éparpillés dans les pays. Elle fit une pause, visiblement hésitante sur ses prochaines paroles. Rien de grandiose, donc. Lâcha-t-elle à voix plus basse.

C'était même un art qui, bien qu'ancestral, perdait de sa superbe avec le temps. Les shinobi avaient changé beaucoup de chose et plus que sa quête personnel de connaissance, c'était peut-être aussi pour réactualiser l'art qu'elle chérissait tant, qu'elle se trouvait en ce moment même au village. Car elle ne doutait pas que le temps venu, elle serait sensei à son tour de Kyujutsu pour passer l'héritage que sa mère lui a donné gracieusement pendant ses jeunes années.

Le tsuchikage se brûla sur son repas trop chaud qui venait d'être apporté, ce qui arracha un sourire à la jeune fille tendue malgré sa retenue naturelle qui tournait à plein régime. Elle avait déjà été en compagnie de Kyôshirô pour Wasure et ils avaient traversé ensemble la mer. Mais elle ne le connaissait pas dans ces petits moments de la vie quotidienne et il était finalement quelqu'un de normal. Ce qui ne retirait rien de la superbe de ses titres, au contraire pour l'Ashikaga.


- Je... vais bien. Dit-elle en acquiesçant légérement. Je comprends bien que Wasure no Kuni était un évènement important. Mais il me dépasse sur bien des points et je préfère placer ma confiance dans des personnes comme vous, qui voient le tableau de plus loin avec une vision moins profane que la mienne. Je sais que des horreurs se sont passé sur cette île et qu'il y a des responsables à trouver. Qu'ils soient anciens ou récents, peu importe, nous avons du travail sur le sujet. Expliqua-t-elle avec calme en prenant le temps de la réflexion.

Le silence s'installa un moment, le temps de la faire hésiter à rajouter quelque chose à ses dires. Elle n'aurait pas d'autre occasion de parler au Tsuchikage de ce qui la perturbait vraiment. Elle allait mieux maintenant, grâce aux sollicitudes de ses camarades. Presque une deuxième famille maintenant qu'elle était intégré dans le village pour de bon. Mais des doutes subsistaient toujours et surtout, des craintes.

- Mais l'article à propos de... de Tetsu no Kuni m'a rappelé des souvenirs sombres. Elle s'arrêta pour déglutir difficilement, sentant ses joues s'embraser de plus belle sous son aveu. Peut-être était-elle en train d'outre-passer les demandes du Tsuchikage ? Peut-être qu'il prendrait mal le fait qu'elle remette cette histoire-là sur la table.

Lui seul pouvait confirmer ou dissiper ses doutes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Bakuhatsu H. Kyôshirô
Bakuhatsu H. Kyôshirô

Souvenirs brûlants [Gabushi] Empty
Mer 9 Jan 2019 - 13:04
« C’est justement le fait d’accomplir de grandes choses avec quelque-chose de simple qui peut être grandiose. »

Car le Tsuchikage avait bien senti une certaine banalité que la jeune kunoichi avait voulu exprimer en racontant l’histoire de son Kyûjutsu. Et étant un homme extrêmement simple, le Quatrième ne pouvait que pousser ses prochains à rester terre à terre, sans chercher ni le spectacle ni un quelconque côté fantasque aux techniques ou arts qu’ils développaient. D’ailleurs, il voyait également l’éducation comme le premier pilier de cette philosophie : à l’heure où beaucoup cherchaient à rentrer dans le moule des arts ninjas de base, lui pensait qu’il fallait plutôt encourager chacun à s’appuyer sur son identité et ses différences. A quoi bon chercher à être bon partout plutôt que d’être excellent quelque-part ? Si Gabushi poursuivait sur la voie de l’arc, sa flèche ne serait-elle pas plus vive que n’importe quel outil projeté par un shinobi lambda ?

La seule raison permanente et indiscutable qui faisait que l’art du Kyûjutsu se perdait depuis des décennies, c’était sans doute parce que les shinobis ne pouvaient simplement porter chacun un arc. Les kunaïs et shurikens eux, étaient bien plus simples à glisser dans une pochette ou un habit. Et pourtant…

« Tu as raison, il y a des responsables à trouver. La justice doit s’appliquer à tous, qu’ils soient puissants ou non. Mais en tant qu’Iwajins, nous ne devons jamais oublier que notre priorité est la protection de notre pays et de ses habitants. »

Son repas était déjà plus tiède. Il en prit une bouchée avant de poursuivre, regardant droit devant lui comme pour souligner la gravité de ce qui pourrait suivre.

« Si effectivement des dizaines de prisonniers se sont échappés et qu’ils comptent attaquer nos terres, ce sont eux que nous devrons arrêter. »

Concernant Wasure no Kuni, il y avait trois choses qui inquiétaient véritablement l’Ombre de la Roche. La première, c’était forcément le vote qui aurait bientôt lieu à propos du Daimyô le Lotus Blanc, Byakuren Masato. Il était presque un père spirituel pour celui qui l’avait servi pendant plus de quinze ans et qui en était devenu le chef de son armée avant d’être nommé à la tête d’Iwa. La seconde, c’était la possibilité que parmi les prisonniers qui déferleraient sur le monde ninja, il y en ait eu qui aient été innocents, ou torturés sans véritable raison autre que politiques. Tous n’étaient sûrement pas des criminels et si le Bakuhatsu avait pleine confiance pour que jamais le Daimyô n’ait enfermé injustement des gens dans la Prison Inavouée, ce n’était sans doute pas le cas pour tous les Seigneurs. Que faire si un prisonnier innocent étranger venait à Tsuchi no Kuni ?

Quant à la troisième…

« J’ai une autre question et je préfère te la poser plutôt que de me fier à mes rapports. Quels sont tes véritables pouvoirs, Gabushi ? »

Cette fois, l’œil de Kyôshirô s’était posé sur la jeune Ashikaga, avec une bienveillance qui n’entachait pas l’importance de sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

Souvenirs brûlants [Gabushi] Empty
Jeu 10 Jan 2019 - 18:06
Sa remarque eut le don de surprendre l'archère, c'était peut-être la première fois que quelqu'un la rassura sur son choix d'utiliser un arc. "Choix" était d'ailleurs une mauvaise utilisation du mot, elle était douée pour ça et on l'avait entraîné depuis petite à toucher une cible avec une flèche. C'était bien trop tard pour changer de direction maintenant, mais le fait que le Tsuchikage approuvait sa persévérance était un grand honneur pour Gabushi, qui ne pouvait s'empêcher de rougir quelque peu devant ce qu'elle prit pour un compliment, même si ce n'en était pas directement un.

Elle avait encore une fois visé juste, le Yondaime lui donnant raison à propos de Wasure no kuni. Des gens devaient répondre de leurs actes, mais il ajouta aussi quelque chose qui paraissait étrange au première abord pour l'Ashikaga. Le village et ses membres étaient la priorité des shinobi Iwajins, au moins elle était fixée sur les convictions de l'ombre de la roche et elle en fut rassuré, ils ne pouvaient pas être plus en accord à ce sujet.

- C'est ce que j'ai compris en revenant de Tetsu no kuni après plusieurs méditations sur le sujet. L'académie ne prépare pas à ce qu'il y a au-delà des frontières du pays. Dit-elle avec un petit sourire de tristesse au coin des lèvres. Ce que j'y ai vu a défini mon but en tant que kunoichi Iwajin. Le village doit survivre, peut importe le prix. Nous arrêterons les prisonniers aux portes. Ajouta-t-elle soudainement avec un regain d'assurance et le regard droit, signifiant sa conviction avec vigueur au Yondaime.

Elle en avait presque oublié son propre repas qui commençait à refroidir, elle se remit à la tâche tout en réfléchissant avec soin à la question du Tsuchikage. Il ne voulait pas se pencher sur ses rapports pour poser la question directement, alors que l'information était probablement dedans. Elle avait rejoint le village sans se cacher aux autorités d'Iwa justement pour comprendre et maîtriser ses capacités avant de modifier sensiblement ses priorités après le pays du fer.

- Je suis une assimilatrice d'après Tenzin-kun et Etsuko-sensei, je sais juste que j'ai une maîtrise peu commune du vent depuis petite. Je dois avouer ne pas tout comprendre, mais j'essaie de dompter ces aptitudes un peu tous les jours. Dit-elle le regard fuyant, visiblement en train de chercher ses mots. Sans oublier mon entraînement au Kyujutsu, évidemment. Rajouta-t-elle avec pour la première fois depuis le début de la conversation, un large sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Souvenirs brûlants [Gabushi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: