Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko]

Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] Empty
Sam 12 Jan 2019 - 20:36

Sans erreur

Capitale d'Hayashi

Raizen, Kenshin, Tsukiko





Ce fut donc un peu plus tard dans la journée que j’étais retournée à l’entrée du village, à quelques mètres. Là où j’avais donné rendez-vous aux trois Kumojins, sans pour autant leur préciser d’heure. Je ne fus donc pas surprise de voir un peu plus d’une heure s’écouler avant de les voir arriver un à un. Heureusement l’entrevue avec la plus haute autorité du pays n’était pas prévue pour « maintenant », et nous avions donc encore pas mal de temps pour peaufiner quelques détails. Je n’étais pas experte en diplomatie et n’était sans doute pas la plus qualifiée pour prendre la parole devant un Daimyo. J’avais étrangement, depuis Wasure, certains à priori vis-à-vis de ces derniers. Déjà que l’opinion que je m’étais forgée des « Grands de ce Monde » au fil des dernières années n’était pas vraiment… glorieuse…

Mais cela ne m’empêchait pas pour autant de vouloir que les choses soient faites dans les « règles », par les bonnes personnes, justement. Je savais que Raizen avait un attrait particulier pour tout ce qui était de discourir ; Kenshin de par sa noblesse évidente savait comment se tenir dans les « hautes sphères » et Tsukiko… Et bien… elle était en quelques sortes la preuve, si l’on put dire, de la bonne foi de Kaminari. Certes notre objectif est assez clair et très loin d’être pernicieux, mais ce que nous en ferions en cas de réussite n’avait pas spécialement pour but de renforcer la position « militaire » de Kaminari. J’y voyais, personnellement, un atout indéniable pour tout ce qui touchait à la recherche et par extension au « bien être » des populations civiles.

Parce que, même si je n’avais rien à faire de mon prochain ; je n’étais pas dupe. Dans un pays, la paix de la nation passait avant tout par la paix des citoyens. Leur confort. Des notions et aspirations que j’avais appris à comprendre avec le temps passé à Kumo, et Kaminari. Beaucoup pouvait affirmer que je n’étais plus tout à fait la même personne qu’à mon arrivée, j’avais indubitablement changé. Tout au moins dans la forme. Parce que dans le fond, bien dissimulé sous des sourires chaleureux et un calme à –quasi- toute épreuve, je demeurais « Sazuka ».

-Bien, contente de voir que vous ne vous êtes pas perdus. Souris-je en les observant, pensant à Yamiko. Effectivement, cette ville était grande, assez dansément peuplée d’une majorité d’Hayashijin par lesquels nous faisions un peu tâche, il fallait le dire ; et être pris à partie ou encore se perdre était tout à fait possible… Mais, les observant, je ne vis aucune blessure, rien qui pouvait laisser penser que l’un d’entre eux s’était retrouvé en fâcheuse posture. Je suppose que vous savez, chacun, pourquoi vous avez été assignés à cette mission ? Demandais-je sans vraiment attendre de réponse, avant de reprendre.

-Raizen s’est toujours occupé de la diplmoatie, de prés ou de loin ; toi Kenshin tu es habitué je suppose à ce genre de… rencontre, et sinon au moins… tu sais te comporter en public… Rigolais-je avant de m’adresser à Mlle Sasayaki. Et toi… Tu es là pour apporter ta vision « civile » à ce qui sera proposé durant cet entretien. Je n’avais pas dit « humaine » volontairement. Parce que, jusqu’à preuve du contraire, les shinobi étaient aussi humains que les « civils » ; si ce n’était qu’un ninja n’était en fait qu’un militaire obéissant à la voie martiale. Vous êtes tous bien mieux qualifiés que moi, et que notre Raïkage pour mener ces négociations… Affirmais-je sans avoir à trop complexer.

Bien sûr, je n’attendais non plus aucune remarque quant à la Metaru. Chacun savait qui elle était, quel était son caractère. Mais sur ce coup-ci elle avait placé toute sa confiance dans ce groupe que nous avions constitué sans même faire mention, en cas d’un échec impossible de toute manière, d’une solution plus radicale. Sans doute le temps passé à mes côtés, nos discussions ; lui avaient-ils donné à réfléchir, ouvrant sa perception des relations dans notre monde… Elle aussi avait compris que les actions, et exactions de Hi no Kuni n’étaient simplement pas possibles !

-Alors, comment allez-vous procéder ? Leur demandais finalement, en observant autour de nous, alors que nous marchions tranquillement dans une rue adjacente…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] Empty
Dim 13 Jan 2019 - 0:31

Rejoignant le point de rencontre, Sazuka voulait avoir une discussion avec tous les membres impliqués dans la négociation avant le départ. C’était une bonne idée compte tenu du fait qu’ils avaient tous besoin de se regrouper avant d’être prêts pour une rencontre ayant autant d’envergure.

Ainsi, après un trajet qui s’était fait sans trop d’embûche ou de difficulté, ils furent tous en mesure de se rejoindre au point de rencontre donné. Étrangement, Sazuka semblait de meilleure humeur que d’habitude, se permettant de faire une ou deux blagues. Se contentant de masquer son fou rire, le Meikyû observa patiemment chaque personne réunie. Parlant de l’évident, Sazuka rappela à chaque personne pourquoi ils avaient été choisis pour cette mission assez capitale. Si on veut, Raizen avait sa propre vision de leur trio, comme quoi chaque personne avait son utilité ou plutôt sa spécialisation à commencer par Kenshin et Tsukiko. Au-delà de tout ce qui avait été mentionné, Kenshin représentait la conscience et le contrôle. Il représentait aussi la stabilité, chose qui était excessivement importante lorsqu’il y avait une tentative de négociation, surtout lorsqu’ils ne savaient pas en totalité à quel type de profil ils avaient affaire. Ensuite, se joignait à eux Tsukiko qui représentait en tout point l’humanisme. Ce n’était pas que les shinobis n’étaient pas humains. Loin de là, simplement, un civil était une belle représentation que le village ne valorisait pas uniquement les shinobis et que Kumo était bien plus que ça tout comme Hayashi. Puis finalement, il se considérait non pas comme le cerveau de cette mission diplomatique, mais plutôt comme la témérité ou plutôt comme la flexibilité de pouvoir s’adapter en fonction de l’interlocuteur. Ce n’était pas sa première mission diplomatique et Raizen était... Raizen.

-Comme Sazuka l’a dit, nous sommes tous les meilleurs pour cette mission lorsque nous sommes mis ensemble.

Prenant le point de rétablir ce fait, il transposa aussi son discours vers le plus important :

-De mon côté, si je prends le temps de regarder la mission dans la globalité, vu que le but est d’établir une relation avec Hayashi qui jusqu’à preuve du contraire n’a aucun partenaire, je comptais y aller de manière très exploratoire en prenant le temps de poser des questions pour connaître leur situation. En voyant leurs problématiques tout comme les circonstances dans lesquelles ils sont, je pense que ça nous aidera à nous positionner. Si jamais il y a une hésitation quelconque à aborder ce genre de sujets, il faudra qu’on y aille avec ce en quoi Kumo peut les aider, mais ceci risque d’être beaucoup moins intéressant pour nous.

Poursuivant, il amplifia ses paroles :

-Ensuite, il faudra juste s’assurer dès le début de voir s’il y a des appréhensions envers Kumo et Kaminari. Je pense que ça risque de nous aider à nous positionner. Il faudra aussi, d’une manière ou d’une autre pouvoir lui tirer les vers du nez sur les points bloquant s’il y a lieu pour s’assurer de les toucher et de partir sur un partenariat aux bases saines et transparentes. Comme dit, nous ne sommes pas parfaits, mais ce n’est pas pour autant que nous ne sommes pas complémentaires... surtout dans un contexte où la protection de tout le continent est présentement remise en question.

Aussi simple qu’une salutation, Raizen venait de passer à travers la majorité des choses qui lui traversaient l’esprit. Il était toutefois excité de voir ce que les autres allaient ressortir.


_________________
Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] Empty
Dim 13 Jan 2019 - 19:44
La radio… L’utiliser ne m’est même pas venu à l’esprit tant il est étrange et nouveau d’avoir un appareil de ce genre pour soi. Finalement, une telle expérience n’est pas si mauvaisen cela m’a appris une chose importante.
Ainsi nous continuons notre route jusqu’à arriver en bordure de la cité, où Raizen, Tsukiko et moi-même devions retrouver Sazuka dans quelques heures. Je comprends le pourquoi de cette invitation quand j’apprends le sujet de la mission qu’il nous a été confié : aller à la rencontre du Daimyo pour négocier un accord qui servira de fondation à notre future relation. Une mission de la plus grande importance, un honneur que de me la voir ainsi confiée. Je ne manque en effet pas d’expérience dans le domaine, tant j’ai pu négocier des contrats pour le clan ou gérer différentes affaires dont ma famille était responsable. Raizen est également un choix tout naturel tant sa réputation le précède. Si mes souvenirs sont bons, il a brillé de par ses actions au pays du vent, ce qui lui a valu le titre honorifique de héros du pays du vent. Tsukiko enfin… Mmh… Pourquoi avoir choisi une telle femme ? Anzu m’aurait paru un choix plus logique… peut-être pour montrer que nous avons également dans nos rangs des civils ? Mais qu’en est-il du Daimyo ? Est-ce un civil ou un shinobi ? Quelque soit la réponse, il s’agit là d’un coup de poker. En fonction de son caractère, cela peut tant paraître pour un geste que pour une faiblesse. Mais Sazuka tout comme Raizen ont tous deux déjà eu l’opportunité de faire sa rencontre, de ce que je sais. Ainsi ses raisons doivent être toutes justifiées. Tsukiko est sans aucun doute un choix pleinement réfléchi qui sera une force dans nos négociations, j’ai toute confiance en Sazuka.

Quelques heures plus tard, après avoir visité et trainé dans le village pour découvrir ce nouveau monde, me voilà de retour au point de rendez-vous. Là, Sazuka et Raizen sont déjà présents. Je les salue puis nous attendons que Tsukiko ne fasse sont apparition avant que de commencer la réunion. Sazuka commence par une petite blague, comme elle a l’habitude d’en faire quand elle vient nous voir aux ateliers de conceptions, puis continue sur la raison qui l’a poussé à nous choisir. Aucune surprise en ce qui concerne les arguments en ma faveur et en celle de Raizen. Ceux en faveur de Tsukiko sont quant à eux très intéressant. Ainsi son « humanité » ou plutôt son incapacité à maîtriser le chakra sont la clé qui, je l’espère également, fera la différence. Nous verrons bien assez tôt.

Raizen commence par expliquer la manière dont il souhaite procéder en détaillant sa vision et l’attitude à adopter. Une attitude bienveillante, amicale, visant à instaurer une relation de confiance et de partenaire avec nous, sans pour autant mettre de côtés les jeux et enjeux de la politique et des négociations. Une attitude juste. Une attitude éclairée. L’information est reine : grâce à elle nous pourrons faire pencher la balance en notre faveur et montrer au Daimyo qu’il aura plus à gagner en nouant des relations avec nous qu’en restant seul, isolé, comme il l’a toujours fait jusqu’à maintenant. Pour-sûr ce sera une tâche complexe, cela m’étonnerait fort que nous soyons les premiers à essayer… ce qui signifie que d’autres s’y sont potentiellement déjà cassés les dents. Raizen enchaîne sur l’importance de trouver ce en quoi nous pourrons leur être utile afin de tisser notre argumentation. Nourrir un besoin. Voilà un aspect de cet homme que j’ignorais totalement. Ma première impression fut… sans aucun doute mauvaise. Elle était très mauvaise même. Je n’ai pas pour habitude que l’on me refuse quoi que ce soit. Il s’agit sans aucun doute d’un comportement bien prétentieux que le mien, mais plus qu’une volonté, c’est une habitude. Quand on est noble, on prend l’habitude que les portes s’ouvrent devant nous. Une habitude que j’ai saisie quand je me suis heurté aux murs de l’armée. Certes les relations sont utiles, mais le mérite l’est tout autant. Il semble en réalité être un homme plus complexe que cette simple apparence froide et nonchalante que j’avais vu lors de notre première et unique rencontre.


« Tous les points que vient de mettre Raizen en évidence sont pertinents. L’information est reine, celui qui la possèdera aura les cartes en sa faveur pour décider de l’issu de la négociation. Bien que les affaires diverges quelques peu de la politique, l’information reste au cœur de tout. »

Il s’agit bien trop souvent d’une vérité cachée, que les gens qui ne sont pas de notre milieu ou habituées à négocier ignorent…

« Il est important de tisser une relation d’égal à égal, de ne pas arriver avec notre puissance Kumojin. De ne pas montrer nos muscles mais notre volonté de nouer avec eux une relation gagnante-gagnante. Pour cela il est donc important de ne pas trop les pousser dans leurs retranchements et donc de ne pas leur « tirer les vers du nez » ou tout du moins de pas trop insister et s’imposer à cette fin. Je pense comprendre ce que vous voulez dire par là Raizen, mais je préfère m’en assurer et dire ainsi ce que j’en pense. Passé ce petit détail, je suis et ait toujours été pour une relation équilibrée entre nos deux pays. Je compte donc suivre la voie que vous avez déjà tous deux ouvertes pour la suivre et continuer à la paver. »

Nous nous battons tous pour le même objectif, pour un but plus grand que notre propre personne. La hiérarchie militaire m’imposerait de me taire dans une situation normale, mais avec ces personnes et dans cette situation, il est de mon devoir de mettre en évidence tout ce qui me semble important.

« Comme vous l’avez mentionné madame, je suis habitué aux négociations mais également à ce milieu. Je n’ai jamais conversé avec un Daimyo, mais j’ai déjà conversé et négocier avec des seigneurs de seconds rangs ou des nobles de tout type. »

Père en cela m’a bien formé. J’ai certes un gros retard en ce qu’il s’agit de la maîtrise des arts ninjas, mais je possède une expérience précieuse dans un domaine tel que celui-là.

« En cela j’aimerai vous demandez de nous dire tout ce que vous savez sur ce pays, ses dirigeants, sa culture… Car toutes ces choses pourront, à Tsukiko et à moi-même, nous être fort utile afin de nous préparer au mieux à la rencontre à venir. J’y pense aussi, n’oubliez pas que nous avons les radios pour communiquer à longue distance. Loin de moi l’idée de vous prendre pour des sots, mais j’ai moi-même fait l’erreur de ne pas en faire usage lors de l’escapade de Yamiko.»

Information:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sasayaki Tsukiko
Sasayaki Tsukiko

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] Empty
Lun 14 Jan 2019 - 18:32
De peur de vexer Yamiko, la jeune femme transporta la lourde lance jusqu'au village (*). Mais une fois au beau milieu de la cité, l'arme ne lui sembla plus nécessaire, notamment parce qu'elle envoyait un signal hostile aux habitants qu'elle croiserait. Tsukiko la Belliqueuse n'était que pure fiction et n'existerait jamais. Lui vint alors l'idée de détourner le cadeau de la Mataru en un présent pour les autorités locales, aussi le petit bout de femme traina son pieu d'acier jusqu'au point de rendez-vous, fixé par Sazuka. Et sur les derniers mètres, un sillon se grava derrière elle, avant que l'arme ne chute lourdement au sol.

La mission était claire et l'objet de la venue de Tsukiko se muait peu à peu en un quelque chose de plus tangible, de concret. L'heure fatidique où elle pourrait justifier de sa présence aux yeux des plus défiants approchait.

Le noble devança ses interrogations, connaître l'écosystème social d'Hayashi représenterait un atout fondamental dans ces négociations. Mais la rigueur dont il faisait preuve ne serait pas suffisant.

-"Je rejoins Kenshin-san quant à la position centrale de l'information. J'y ajouterais toutefois un bémol : une fois en présence des officiels, utiliser nos oreillettes et faire des messes basses seraient perçues, à juste titre, comme une profonde marque d'irrespect." Tsukiko releva non sans difficulté la lance de fer qu'elle venait d'apporter. "Nous sommes des invités, et ... comme... tout... invité... qui se... respecte..." Souffla-t-elle dans l'effort, "...nous devons apporter un présent. Il m'a fallut un peu de temps avant de trouver quel cadeau représenterait au mieux l'essence même de notre village, sans transformer notre discours et nos requêtes en une agression déguisée..." Non, il ne s'agissait pas de cette arme, mais d'un plus petit objet qui en serait extrait.

-"Kenshin-san, est-il possible de modeler une partie de ce métal en un objet stylisé, selon ce modèle ?" Elle lui tendit alors un bout de papier où y était dessinée, à la bonne échelle, une clef d'une dizaine de centimètre, brossé par quelques arabesques qui remontaient du paneton jusqu'à l'embase, et s'achevaient en son anneau en quatre formes bien distinctes. Quatre traits propres à Kumogakure et l'ayant forgée : ses trois clans ninja plus son peuple. "Cette clef modélise en quelque sorte un laissez-passer pour la grande Bibliothèque de Kumo et représente, par ce biais, la plus grande richesse que nous ayons : notre savoir. Offrir cela au Daimyô reviendrait à leur conférer, à lui et tout son peuple, un droit d'accès permanent à ce savoir, sans aucune forme de condition."

Il fallait rester humble et proposer quelque chose ayant une portée équivalente à ce qu'ils demanderaient au Seigneur des lieux. "Et si vous me le permettez, j'aimerais être celle qui remettra ce cadeau au Daiymô." Conclut-elle. Son esprit construisait déjà l'argumentaire accompagnant l'offrande, quelques mots simples, dénués de tout artifice. De la sincérité, voilà l'arme dont elle userait.


(*)Cf post de Yamiko à ce lien


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko] Empty
Lun 14 Jan 2019 - 20:34



Les idées exposées me semblaient bonnes, pour autant que j’en sache quelque chose en terme de diplomatie. Tout ceci restait malgré tout très théorique, connaître notre potentiel futur partenaire était un plus et à vrai dire il n’y avait tant de choses que ça à savoir sur Hayashi, si ce n’était les dangers qui rôdaient dans ses épaisses forêts. Evidemment, il y avait beaucoup de mystères à percer, très probablement ; mais concernant les Hayashijin eux-mêmes… Outre qu’ils vivaient en autarcie et semblaient parfaitement s’en satisfaire. Mais cette vie « recluse » n’était pas non plus synonyme d’animosité. Qu’avais-je donc à préciser de plus que ce qui avait été dit lors de la réunion de l’assemblée ?

Enfin, je les laissais exposer chacun leur approche de cette rencontre, ce qu’ils devaient faire et dire jusqu’à ce que Tuskiko soumette l’idée d’offrir un présent. Sans être rompue à l’exercice de la cour aux puissants, je me doutais que « faire un cadeau » pouvait favoriser les échanges et symboliser nos intentions qui étaient, et restaient avant tout, et uniquement ; pacifiques. J’y vais d’ailleurs penser de mon côté, j’avais compris à force qu’offrir des choses même ridicules pouvaient faire plaisir, souvent. J’acquiesçais à leurs propos avec une mimique, courbant légèrement les lèvres et plissant les yeux…

-Hum… pas mal. Dis-je avec cette mimique avant de retrouver un visage plus « normal ». Très bonnes idées ! D’ailleurs, dans cette optique… Continuais-je en fouillant dans mon sac dont je sortis un parchemin que je tendis au Meikyû. Tu donneras ça au Daimyo. Ajoutais-je en lâchant le rouleau dans la main du Kumojin. C’est un rouleau permettant l’apprentissage d’une technique secrète liée à la manipulation du bois. Précisais-je, sans dire évidemment d’où il venait. Pour moi, me séparer de cet « objet » était tout aussi… symbolique que le reste. Et tu as raison Tsukiko ; vous donnerez donc vos oreillettes au Seigneur, désactivée bien sûr.. Dis-je en posant le regard sur le Metaru.

Avec tout ceci nous avions déjà une bonne base pour prouver notre sympathie à l’égard de leur nation, et pas uniquement notre intérêt pour leurs ressources. Et, bien sûr, les trois missionnés devraient faire en sorte que cela ne soit pas perçu comme une tentative de corruption. Nous n’étions pas non plus là pour les « acheter ».

-Il n’y a rien de plus à savoir sur Hayashi que ce que nous avons déjà évoqué, lors de la réunion de l’Assemblée, à Kumo. Nous n’avons pas eu le temps de faire le tour du pays pour en étudier les coutumes et autres us. Sans doute Raizen aurait-il pu le faire, mais j’étais tout comme pour la diplomatie loin d’être la plus… réceptive pour ce genre de travail. Tout ce qui ne touchait pas à l’anatomie, dans le fond, m’était égal. Tsukiko s’en était sans doute déjà aperçue lors de notre deuxième rencontre. Enfin… Ils ne sont pas ouverts aux étrangers, leur « montrer » qu’ils ont plus à gagner qu’à perdre ne sera pas évident. C’était un euphémisme. Lors de notre première venue à Hayashi, il nous avait fallu discuter longuement avec la Garde-frontière avant de fouler leurs terres….

-Ils ne sont pas hostiles à notre présence, voilà tout ce que je peux vous dire. Mais se méfient de nous, évidemment. Comme je m’étais longtemps méfiée des Kumojin à mon arrivée, comme de tout autre étranger et encore actuellement. Attendez-vous à ce qu'il vous rétorque qu'ils n'ont simplement pas besoin de nous, ou de notre technologie. Qu'ils vivent très bien ainsi. Continuais-je d'expliquer. Cela dit... fis-je, pensive... Avec Wasure... et l'Homme au chapeau... Hayashi n'est pas plus à l'abri qu'un autre pays... Ce n'est qu'une question de temps...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Sans erreur [Raizen, Kenshin, Tsukiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: