Soutenez le forum !
1234
Partagez

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique

Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Mar 15 Jan 2019 - 3:40
Spoiler:
 


Quelques jours après leur arrivée à la capitale d'Hayashi...

Après une conversation assez intense en compagnie de Kenshin, Sazuka et Tsukiko, le Meikyû avait pu comprendre et voir à quel point chacun des membres réunis était plus que pertinent. Ils avaient tous une manière de se comporter, qui était assez différente. C’était aussi un bon signe et une belle représentation de l’éclectisme qui peuplait Kumo. Après tout, ils représentaient tous des facettes différentes de leur village. Encore une fois, Kenshin représentait la royauté, mais aussi la stabilité. Ayant beaucoup d’expérience dans ce genre de rencontre, sa présence serait fortement utile tandis que Tsukiko représentait le côté humain, mais très nouvellement l’imprévisible. Celle-ci semblait toujours avoir plus d’un tour dans son sac, ce que le Meikyû commençait de plus en plus apprécier. Comme on dit, les choses les plus simples pour elle étaient des nouveautés pour les shinobis qui étaient surpris par son ingéniosité de jour en jour. Or, que valait-elle réellement sur le terrain ? Cette question demeurait quelque chose qu’ils devaient observer.

Ainsi, ils s’étaient tous rejoints, habillés de manière assez différente, mais représentative de Kumo. Restant tout de même en tenue légère, ils avaient tous évité les fioritures, du moins pour Raizen. Après tout, à son souvenir, le Meikyû savait pertinemment que le fameux Seigneur n’était pas quelqu’un vivant dans l’excès. De sa perception, il avait pu y voir quelqu’un d’assez simple si ce n’était de quelqu’un de plutôt détaché. N’ayant parlé qu’au début, il n’avait rien dit, s’étant contenté d’observer, comme s’il ne se sentait pas vraiment concerné par de nombreux débats qu’ils entretenaient lors de la réunion des seigneurs. En bref, le Charpentier était un personnage assez imprévisible, mais qui piquait plus que vivement la curiosité du Meikyû.

Une fois sur place, le Jonin se retourna vers ses deux compagnons avant de regarder de droite à gauche. Par précaution, il prit une grande respiration avant d’arborer un air qui lui ressemblait plus. Léger rictus en coin, il attendait au lieu de rendez-vous en attente de l’approbation respective de ses compagnons pour procéder officiellement à leur arrivée.

-Bonjour, la délégation de Kumo est présente pour rencontrer le Charpentier.

Ces paroles ne devaient aucunement sonner comme des découvertes sachant qu’ils étaient tous attendus. Il ne fallait qu’attendre que l’accueil se fasse pour que tous les enjeux se mettent en branle. Depuis le début, peu d’obstacles s’étaient présentés sur le chemin. Semblait-il que Raizen avait été le seul membre de la réunion présent ayant eu comme intérêt de porter son attention sur les gens silencieux ? Or, Raizen n’osait pas s’accorder cette satisfaction sachant qu’à tout moment il pouvait être surpris. Après tout, chaque village avait un objectif respectif et si certains n’y avaient pas pensé, c’était peut-être parce qu’ils n’avaient pas de bonnes intentions. Bien que les cartes étaient brouillées pour la situation mondiale avec l’arrivée des fanatiques, les pièces sur le jeu d’échecs allaient finir par prendre des formes concrètes. Dans tous les cas, leur présence en ce jour était loin d’être hostile.

Dès lors, ils attendaient d’être réceptionnés par l’accueil à l’entrée du fameux palais du Charpentier.

De maintenant jusqu’à la fin de la rencontre, rien ne devait déranger la radio des Kumojins. Après tout, ils avaient pris soin de n’utiliser la radio à ce moment précis qu’en cas d’urgence. Après tout, n’importe quel événement pouvant influencer les négociations devait être pris en considération, comme quoi le moment présent pouvait très bien jouer dans une discussion. À titre d’exemple, les affiches récentes sur les recherches menées sur deux fugitifs représentaient clairement un exemple concret de l’importance du court terme au même terme que le long

@Metaru Kenshin - @Sasayaki Tsukiko
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Mar 15 Jan 2019 - 23:36
La discussion avec Sazuka et le reste du groupe se poursuivit pendant quelques dizaines de minutes avant que nous ne nous mettions en route vers le palais du Daimyo. Sous la proposition de Tsukiko, j’avais forgée une clé, convenant à sa description, afin que nous puissions la remettre en gage de présent à notre hôte. Il est en effet important de ne pas venir les mains vides, voir même étonnant que le village ne nous ait pas confié un objet ou symbole de valeur que nous aurions leur donner en signe d’amitié. Voilà chose faite.

Vêtu d’une tenue élégante mais simple – ne gênant en rien mes mouvements dans les combats sans paraître négligée – je suis les pas de Raizen qui nous mène jusqu’à notre point de rendez-vous. Au final nous n’avons pu obtenir que peu – voir aucune – réponse de sa part ou de celle de Sazuka sur le Daimyo, ce qui ne nous facilitera pas la tâche. Nous devrons tous être très prudents sur les manières que nous emploierons, tant nos mots que nos gestes, afin de ne pas vexer ou déranger inutilement notre interlocuteur. Ou peut-être nos interlocuteurs ? Il serait tout naturel que le Daimyo soit accompagné de ses conseiller pour discuter avec nous du traiter que nous nous apprêtons à lui proposer. Ce serait même un gage de sagesse de sa part, tant il peut être risqué de négocier seul. Rares sont ceux qui peuvent prétendre pouvoir négocier ainsi, tant c’est un art difficile à maîtriser. Les maîtres en la matière sont bien moins nombreux que l’on voudrait nous le faire croire… Moi-même, avec toute l’expérience que j’ai pu accumuler dans le domaine, je ne prétends pas, ne serait-ce qu’un peu, en être un. J’aurai beau me poser toutes les questions possibles, nous n’aurons ces réponses que lorsque les pourparlers auront commencé. En attendant, je ne peux que rester patient et me concentrer sur nos objectifs.

Arrivé sur place, nous rencontrons une personne au lieu de rendez-vous. Raizen présente l’objet de notre venu et nous attendons, dans un silence presque troublant, que l’on vienne nous chercher. Le silence est une arme précieuse, permettant de déstabiliser son interlocuteur ou d’imposer le respect, une puissance, un rapport de force. Qui maîtrise les silences maîtrise le cours de la conversation. Ainsi est-ce un moyen de nous faire perdre nos moyens ? Raizen n’a pas l’air perturbé par cela. Pour ma part, j’y suis habitué. Bien que cela me dérange légèrement, je n’en fais rien paraître, comme à mon habitude, et laisse mon esprit vagabonder à des futilités afin de l’occuper. Qu’en est-il pour Tsukiko ?

_________________
[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sasayaki Tsukiko
Sasayaki Tsukiko

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Mer 16 Jan 2019 - 19:49
N'ayant pas les moyens d'offrir à sa garde robe la variété d'une mode en perpétuelle évolution, Tsukiko portait des vêtements rustiques lavés de l'avant-veille -elle était pauvre, mais certainement pas une souillon-, un chandail en lin tressé, bien trop long et trop large pour sa frêle carrure, ainsi qu'un pantalon ajusté et sombre. Quelques mèches de cheveux aventureux brisaient la cohésion d'un chignon perché au sommet de son crâne, pour s'élançaient çà et là autour de son visage, sans autre cohérence que celle dictée par la discorde.

Elle progressait avec son groupe, perdue dans le silence gêné commun aux premières fois, où les esprits s'abandonnaient à l'observation et la répétition. Derrière son minois timide, les grands yeux de la civile s'abreuvaient de détail et progressaient de découverte en découverte. Le silence... fruit délectable qu'aucune oreillette, préalablement désactivée, ne saurait flétrir en cet instant de contemplation. Les essences des bois de la bâtisse imprégnaient les lieux d'une diversité remarquable, et leurs fils respectifs, tout aussi chaotique que la chevelure de la jeune femme, brisaient toute prétention d'opulence au profit d'une beauté épurée. Tout ici respirait la simplicité de l'essentiel. Rien n'était en trop, sinon peut être eux trois.

Sans réussir à se l'expliquer, elle s'approcha de l'une des paroi pour y laisser glisser sa paume. La rugosité du bois construisait dans son imaginaire l'histoire de l'arbre centenaire, un vieillard aux mille cicatrices s'étant sacrifié pour protéger ces êtres de la forêt et leur offrir un abris où chacun pouvait y trouver place. Ces lieux, comme le reste d'Hayashi, transpiraient l'authenticité. Sensible à ces détails, Tsukiko éprouva l'humilité qu'elle jugeait devoir à l'endroit, dans un silence solennel.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303
Mokkô
Mokkô

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Sam 16 Fév 2019 - 17:10
« Rencontrer le Charpentier ? Vous continuez d’agir et de parler comme si vous décidiez de tout, même sur nos terres. »

Cette voix, bien que rauque, n’était pas celle du Seigneur de Hayashi no Kuni. En effet, il s’agissait « simplement » d’un de ses gardes personnels qui avait accueilli l’arrivée de la délégation des Nuages aux portes du Palais Seigneurial. Un homme d’une stature solide, dont les quelques cicatrices venaient altérer un visage trentenaire et une tête aussi ronde que chauve. Le garde dévisageait les Kumojins et que ce fût dans son regard ou dans son ton, aucune amicalité ne se dégageait de lui.

« Si ça ne tenait qu’à moi, on vous aurait déjà exclu…
Allons, allons, mon bon ami. »

Derrière les deux gardes, une voix plus grave et pourtant rondelette s’était frayé un chemin jusqu’aux Kumojins. S’ils ne purent pas voir de qui il s’agissait, ils n’eurent qu’à attendre quelques secondes pour tout comprendre. Mokkô, qui était bien moins grand que ses gardes, s’était finalement montré. Et tandis qu’il se caressait son épaisse barbe grisâtre, ses yeux découvrirent les visages de Meikyû Raizen et de Metaru Kenshin.

« Excusez la manière brutale dont mon ami vous a parlé. Néanmoins, il a raison sur un point : je ne vois pas pourquoi je devrais accepter de vous rencontrer… »

Le garde esquissa alors un sourire, forcément provocateur et dirigé vers les Kumojins. De son côté, le Charpentier découvrait le troisième visage Kumojin : celui de la jeune et charmante Sasayaki Tsukiko.

« MAIS VOUS ÊTES QUAND MÊME LES BIENVENUE ! »

Le vieux Mokkô ne détachait alors plus son regard des yeux de la kunoichi.

« Qu’on serve à boire et à manger à cette pauvre demoiselle qui a dû faire un long voyage pour venir jusqu’ici !
Eh le vieux, on devrait peut-être servir les deux autres… demanda un garde, embarrassé.
Ahem… Oui, oui ! Qu’on les serve tous, oui voilà, c’est ce que je voulais dire ! »

D’un geste de la main, le Seigneur du Bois invita les Kumojins à les suivre dans son palais. Ces derniers sauraient alors se rendre compte que le bâtiment ne serait pas moins modeste à l’intérieur qu’à l’extérieur. Pour cause : le Charpentier était sans doute l’homme qui faisait le moins « Seigneur » de tous ses comparses.

Mais Daimyô en apparence ou pas, c’était bien vers Tsukiko qu’il s’était directement intéressé. Allez savoir pourquoi…

« Alors, dites-moi mademoiselle. Pourquoi vouliez-vous me rencontrer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sasayaki Tsukiko
Sasayaki Tsukiko

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Dim 17 Fév 2019 - 20:30
-"Pour un partage !" Illuminée par deux billes grandes ouvertes, la douce voix de Tsukiko traversa la pièce jusqu'à l'hôte, dont elle avait noté l'intérêt qui lui portait. La civile tenta alors de s'approcher un peu plus de lui, mais un verre et une assiette d'entremets ne vinrent se loger dans chacune de ses mains, l'arrêtant à mi-chemin. Délicate attention, douce surprise remerciée d'un hochement de tête pudique. "Permettez-moi de lever mon verre à la première rumeur qui se vérifie, celle d'un Seigneur du peuple et d'un bon vivant." D'aucuns riraient de ce détail, arguant de sa futilité, mais pas Tsukiko, pas un enfant sans don, l'un des nombreux qui cherchaient sa place dans cet ère borné par le chakra des Puissants.

Mais pour l'heure, elle cherchait surtout une place où poser son assiette. Ses yeux balayèrent la pièce rapidement avant d'apercevoir un coin de table aux pieds finement sculptés. Après quelques foulées en direction du meuble, la jeune femme y délaissa son plat le temps de récupérer le présent pour les Hayashijin : une clé forgée sur sa demande, et la présenta au garde qui tenta de les exclure quelques instants plus tôt. Son geste était risqué, certains pouvant y lire du mépris pour le Charpentier, mais il n'en fut rien, il s'agissait là d'un jeu, tout au plus, qu'elle instaurait avec celui qui la dévisageait ainsi que d'une vérité quant à la nature même de ce cadeau.

-"Je suis Sasayaki Tsukiko, jeune femme des Nuages, civile de la Foudre..." Elle se présentait au garde, plongeant son regard dans le sien, malgré la différence de taille, de carrure et, indéniablement, de puissance. "...et, invitée en ce lieu je ne décide que d'une seule chose : vous offrir cette clé forgée par l'Histoire de mon village." "Mon village", ces mots sonnaient d'une importance toute particulière, une preuve, une fierté à s'approprier l'endroit où elle vivait, un optimisme à s'y sentir concerner.

Bras tendus, tête baissée, Tsukiko présentait humblement le présent au garde. La clé d'une dizaine de centimètres, fabriquée dans un métal mat et solide, dessinait des arabesques de son paneton jusqu'à l'anneau où se joignaient les trois clans fondateurs et le peuple civils. "Qu'elle soit notre reconnaissance pour ne pas nous avoir exclu de vos terres. Cette clé, brodée des quatre aurores de Kumo, symbolise l'accès sans condition à la Bibliothèque de notre village, au Savoir que les natifs et voyageurs y ont partagés et continueront de le faire. Dès cet instant, ses portes vous sont ouvertes, à vous dont la fonction même vous oblige en toute légitimité à la méfiance. À Kezurikuzu-san, la vieille tisserande qui m'a chaleureusement accueillit le temps d'un repas, hier. Ou à votre seigneur, Mokkô-dono." Brillant d'une douce lueur, ses yeux sautèrent alors en direction de l'intéressé. "Pour qui, mes camarades Raizen-san et Kenshin-san ont également un présent, plus matériel." Elle quitta le garde pour retrouver la compagnie de son assiette et en engloutir le contenu, terrible ogresse déguisée sous ces traits frêles et inoffensifs.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Lun 18 Fév 2019 - 0:07

Être accueilli en territoire étranger de cette manière était assez désagréable surtout qu’ils avaient été avertis de leur venue. Toutefois, il était possible que la lettre ne se soit jamais rendue. Soupirant lentement intérieurement, il voyait déjà que les gardes comme le Charpentier ne semblaient pas les plus grands fanatiques des étrangers. Sauvé par la cloche, Tsukiko avait eu un effet si instantané que même les plus grandes techniques de camouflage n’auraient pu masquer l’intérêt qu’il avait pour la jeune civile Kumojin. Sur le coup, Raizen les suivit, saluant le garde qui l’avait légèrement brusqué d’un petit sourire. C’était tout ce qu’il pouvait faire pour le moment sans nuire aux négociations avant même qu’elles soient commencées.

De sa courte analyse, le Charpentier lui donnait une image assez précise. Il était quelqu’un de familier qui ne se souciait aucunement des formalités et qui aimaient les femmes. Le tout risquait ainsi d’être assez intéressant étant donné qu’il allait devoir négocier en territoire inconnu. Or, tout pouvait arriver dans cet instant. Au moment où il avait accordé plus de pouvoir à Tsukiko qu’à lui, Raizen savait qu’il devait se faire patient. Ainsi, il attendait lentement son opportunité de devenir crédible par l’introduction de Tsukiko qui ne tarda aucunement.

Faisant ce qu’elle savait faire de mieux, elle laissa son charisme naturel envahir la pièce. S’attaquant indirectement aux appréhensions du premier garde, elle venait d’agir de manière assez intéressante. Voyant beaucoup d’intérêt dans le fait de démanteler plus ou moins la personne ayant le plus d’appréhension à leur égard, le Meikyû ne put s’empêcher d’étirer un léger sourire. Certes, il était risqué d’offrir un tel cadeau possédant un tel savoir sans forcément rien y gagner en retour. Malgré tout, ceux-ci leur avaient laissé l’occasion de pénétrer sur leur terre une première fois sans rien demander en échange. Ainsi, ce n’était que la moindre des choses.

-Merci Tsukiko et merci à tous de cet accueil.

Léger sourire aux lèvres, le Meikyû déposa calmement son plat sur la table afin de prendre la parole. Même s’il aurait préféré remettre son présent à un moment plus loin dans la conversation, en guise de bonne volonté, le fait d’avoir été introduit de la sorte le forçait indirectement à présenter son présent dès le début. Ce n’était pas grave sachant que la résultante allait être la même. Au contraire, c’était possiblement mieux sachant qu’il ne le verrait pas plus tard comme étant quelque chose servant uniquement à le convaincre.

-C’est un plaisir pour moi de vous revoir Mokkô-dono. Ensuite, il est fort possible que vous ne vous souveniez pas de moi même si nous avons partagé une assemblée lors de la rencontre des Daimyo. Il faut dire qu’il y a eu tellement de sujets abordés que ce serait normal haha.

Ricanant légèrement en s’approchant calmement du principal concerné, du haut de mon mètre 91, le Jonin de Kumo entra soudainement dans sa zone de confort. Il savait très bien qu’il ne se souviendrait pas de lui, après tout, il était né avec le mauvais genre pour qu’il marque l’esprit du Daimyo.

-Nous avons d’ailleurs pensé à vous lorsqu’on nous a montré ce rouleau. En voyant ce rouleau, notre directrice du pôle scientifique de Kumo nous l’a confié afin de vous l’offrir sachant qu’il vous sera probablement plus utile qu’à nous.

Lui tendant un rouleau comportant une technique de haut niveau liée au Mokuton, il remerciait intérieurement Sazuka de lui avoir offert un tel cadeau. C’était vraiment idéal et parfait pour la mission sachant qu’ils pourraient possiblement en faire un meilleur usage qu’eux. Puis, pour s’assurer de briser l’écart qui existait entre les deux hommes, il utilisa sa seconde main pour venir appuyer son geste d’un délicat touché afin de venir augmenter la bonne volonté cachée derrière ce geste.



-Sinon comment ça se passe du côté de Hayashi ces derniers temps ? J’ai cru comprendre qu’il y avait eu une alerte concernant deux personnes suspectes ? Quelques villageois en parlaient plus tôt dans la journée d’hier.

C’était un moyen d’entamer la conversation sur des faits divers afin d’en savoir davantage. Puisque l'information était clé, c'était ainsi qu'il préférait orienter ses pions.




Dernière édition par Meikyû Raizen le Sam 23 Fév 2019 - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Lun 18 Fév 2019 - 22:19
Le premier accueil et on ne peut… froid, voir agressif. Rien d’étonnant jusque-là. Après tout, ces gens-là n’aiment pas les étrangers. Nous sommes tous ce qu’ils détestent : non Hayashijin, d’une grande puissance étrangère, d’un pays développé… Enfin, très différent du leur. Tout ce qui leur est inconnu. Tout ce qui les effraie. Quoi qu’ils en disent d’ailleurs, quoi qu’ils en pensent, sans connaissance de cause, ce serait mon premier jugement. Mais en ce lieu, en cet instant, le jugement n’a pas sa place. Seule l’analyse, la patience et l’objectif sont de valeurs. Nous devons parvenir à obtenir un traité, coûte que coûte.

Le Daimyo fait aussitôt son entrée, tout aussi marquée que son garde. Mais son ton et son attitude changent soudainement quand il aperçoit Tsukiko. D’un vieux singe aigri il se change en chat ronronnant. Est-ce donc là le Daimyo d’Hayashi ? Un de ces nombreux hommes dont la faiblesse évidente, les femmes, parviennent à détourner le regard ? Non, certainement pas, sinon le pays ne serait pas ainsi. Tout du moins je l’espère. Derrières ces apparences – grotesques – peuvent se tramer milles et une choses. Rien de tout cela ne paraît dans ma personne, stoïque, impassible. Je suis le mouvement, me mettant en recule par rapport à mes deux comparses, attendant que mon heure n’arrive, qu’une opportunité se présente. Je ne représente certainement guère d’intérêt pour lui, tout du moins pas en apparence. Je suis même le genre d’homme qu’il risque de ne pas apprécier : pointilleux sur les manières, sorti du moule des nobles. Quoi que seulement en apparence.

Nous arrivons dans une salle, de toute évidence un salon d’invité, quoi que très sobre et loin de ce que l’on pourrait s’attendre au palais du Daimyo d’un Pays. Un homme qui ne s’attache pas à la richesse, qui n’est pas dans l’ostentatoire… voilà qui me plaît. Tsukiko profite de ses talents et des effets qu’ils ont sur ces hommes-ci pour présenter notre « cadeau » et nous introduire comme il se doit. Raizen prend le pas et leur donne à son tour le parchemin que nous avait confié la Directrice afin de l’offrir au Daimyo. Un symbole et une arme, à voir les effets qu’ils auront sur cet homme. Raizen ayant terminé son discours, c’est donc à moi de me présenter, quoi que je ne compte pas m’attarder plus que nécessaire. En dépit des apparences, je n’aime pas perdre du temps en fioritures inutiles.


« Bonjour Monseigneur, je suis Metaru Kenshin, Chûnin du village de Kumo et membre du clan Metaru. C’est un honneur de faire votre connaissance, la vôtre ainsi que celles de tous ceux ici présents. »

Se montrer humble, que ce soit envers un Daimyo tout comme ses gardes est, selon moi, un geste qui pourra faire pencher la balance en ma faveur. En la faveur de notre groupe, de notre mission. Non pas par obligation, mais par sincère conviction. Qui que nous soyons, nous restons tous des hommes. Nous méritons tous le respect. Ainsi, je prends l’assiette qui m’a été donné et commence à goutter les mets qui nous sont présentés, à la fois différent et similaire à ceux que nous pourrions retrouver chez nous.

_________________
[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Mokkô
Mokkô

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Mar 5 Mar 2019 - 15:53
Les festivités avaient commencé. Si Hayashi no Kuni avait une flore et une faune particulières, le repas qui était offert aux invités Kumojins se basait quand même sur des plats communs. Peut-être était-ce une façon d’affirmer ou de rappeler que le Bois n’était pas une nation forcément différente en tous points. En réalité, et c’était presque connu de tous, le Pays du Bois n’avait de singulier que la distance diplomatique qu’elle se donnait vis-à-vis de ses voisins. Être autorisés à manger à la table du Seigneur Mokkô était, en soi, quelque-chose d’inédit.

Le Charpentier qui n’avait d’yeux que pour la jeune Tsukiko et pour son assiette. Mais ce n’était pour le coup rien d’une surprise lorsque l’on connaissait le caractère décalé du dirigeant du Bois. Alors, on pouvait se poser la question de savoir comment un pays aussi secret avait pu se tenir protégé des convoitises pendant des années.

« L’Appel international ? Ah mais oui, tu es l’Héros de Kaze venu assister l’un de tes comparses ! Merci pour ton présent, mais je ne puis accepter ce rouleau, votre bienveillance est déjà suffisante. Mais dis-moi… »

Il se détourna de Meikyû Raizen pour plonger son regard vers la dénommée Sasayaki Tsukiko sans même tenter de le cacher.

Malheureusement pour lui, il fut dérangé par la présentation de l’autre homme de Kumo : Metaru Kenshin. La politesse lui revint alors en tête, ou du moins c’était ce qui semblait s’être passé. Il regarda le Chûnin avec un ricanement presque gêné.

« Oh un Metaru ? C’est un honneur partagé, jeune Kenshin, haha ! »

Nouveau regard vers la jeune kunoichi des Nuages. Mais encore une fois, quelque-chose l’empêcha de réengager la conversation avec elle. Cette fois, c’était l’un de ses gardes, qui était apparu derrière lui pour lui murmurer des paroles que lui seul pouvait capter. L’espace d’un instant, l’air amusé voire simplet du Charpentier disparut. Mais il redevint rapidement « lui-même ».

« Bien ! Tu as raison, Héros de Kaze, nous avons émis une sorte de contrat pour arrêter deux criminels mais c’est une histoire passée. Veuillez m’excuser… »

Il se leva mais alors que l’on aurait pu croire à ce qu’il se retire définitivement, il s’arrêta à hauteur de la jeune Tsukiko, vers qui il tendit sa petite mais forte main.

« Chère Tsukiko, souhaitez-vous que je vous fasse visiter les quartiers de ce modeste palais ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sasayaki Tsukiko
Sasayaki Tsukiko

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Mar 5 Mar 2019 - 21:08
La proposition du seigneur figea la civile au milieu de sa bouchée. Le suivre ? Mais ... et les négociations ? L'hésitation se dissipa d'elle-même alors que leur regard se croisèrent. Bref échange suffisamment expressif pour leur épargner mille mots, comme un décor disparaissant pour ne laisser qu'eux, seuls, face à face, les responsabilités de l'un et la mission de l'autre s'estompant derrière une étonnante découverte humaine et chaleureuse.

Leur aparté s'auréola d'un intérêt partagé, d'une sympathie réciproque, avant que le naturel de Tsukiko ne vienne encrasser le tableau d'une bouchée non déglutie.

-"Che cherait avec choie !" Le morceau mastiqué s'éclipsa au fin fond d'un estomac infini, pour laisser s'échapper un "avec plaisir, Mokkô-dono" gêné mais sincère. La mission ou la visite... pourquoi les opposer, lorsque l'esprit de la jeune femme y voyait une occasion de concilier les deux ?

Elle lui saisit le gros bras de ses deux mains pour profiter, seule, des confidences qu'il lui ferait. Petite avare à la tignasse ébouriffée, raisonnablement opportuniste pour saisir cette proposition comme unique voie de négociation, elle le suivit, le regard curieux, un sourire espiègle illuminant son visage et l'attention portée sur ce seigneur d'un autre monde.

Au bout de quelques pas, sans même se retourner vers ses compagnons, la jeune civile questionna Mokkô d'une curiosité bien personnelle.

-"Qu'est-ce qui a bien pu pousser un homme aussi agréable et sympathique que vous à l'isolement et au secret ?" La référence ne souffrait d'aucune naïveté et portait, naturellement, sur le pays tout entier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Sam 9 Mar 2019 - 15:11
Analysant calmement la situation, il n’était pas surpris de se rendre compte que Mokko le reconnaissait. Au contraire, il était un des seuls à avoir pris la parole en dehors des daimyos. Puis, même s’il lui arrivait souvent de faire des monologues, Raizen marquait toujours l’esprit des gens à l’aide de ses longs discours. C’était plus ou moins sa marque de fabrique et ce qui lui permettait d’étayer le fond de sa pensée. Même si entendre le mot Héros de Kaze l’ennuyait légèrement, il ne dit rien, préférant se concentrer sur le comportement du Charpentier. Analysant clairement le personnage, le conformisme ne semblait pas du tout faire partie de ses priorités ni de sa manière d’être. Au contraire, il était très distant de tout ce qui s’approchait de proche ou de loin aux normes. Lui rappelant un peu une facette de sa personne, le Meikyû ne pouvait se détendre. Étrangement, tous ses membres étaient tendus, comme s’il avait un mauvais pressentiment. Vint ensuite un moment durant lequel un des gardes vint entamer une discussion secrète avec le charpentier. Sur le coup, le Meikyû regretta son impuissance et son incapacité à amplifier ses sens. La capacité à éteindre un sens faisait partie de ses objectifs. Or, il n’avait aucunement planifié les amplifier pour percevoir certaines paroles. Tentant du mieux qu’il le pouvait d’observer la situation pour lire sur les lèvres du garde, l’expression du charpentier se transforma soudainement, faisant ainsi disparaître son plaisir. Comptait-il soudainement prendre les choses au sérieux et qu’est, qui était assez important, pour qu’il en perde le sourire ?

Raizen avait tant de questions et bien peu de réponses. Au moment où il songea à la possibilité de le prendre de court, il se fit devancer par Mokkô qui invita la jeune femme à le suivre. Sentant son rythme cardiaque s’accélérer, le Meikyû ne sut comment réagir. Il faisait face à un arbitrage qui venait de le surprendre. Si Tsukiko avait été une Shinobi, il n’aurait eu aucun problème à ce qu’elle y aille. Or, ce n’était pas le cas, ce qui augmentait de manière assez drastique les risques. Calculant ainsi la situation, Tsukiko prit les devants, acceptant les risques que comportaient une telle mission. Le plus étrange dans cette situation était fort probablement son optimisme. Raizen la savait futée, beaucoup plus qu’elle ne le projetait. Ainsi, elle devait forcément être au courant des dangers possibles... Pourtant, elle y allait avec confiance et même expertise. Lâchant un délicat soupir, il déposa sa main sur l’épaule de Kenshin avant de lui apporter l’apaisement qu’il aurait apprécié recevoir. Amenant ensuite la main à son oreille pour lui faire comprendre qu’ils portaient tous des oreillettes, ils savaient pertinemment qu’elle saurait faire appel à eux en cas de danger. Puis, peu importe de quelle manière il retournait la situation, l’hostilité ne semblait pas être à l’œuvre dans cette situation. Malgré tout, il allait reprendre contrôle de la situation.

-Eh bien, certains sont chanceux et vous aurez tout le temps du monde pour visiter les lieux en compagnie de Tsukiko si vous voulez. Par contre avant de partir Mokko, j’aimerais qu’on puisse terminer la courte discussion que nous avons entamé surtout que la soirée ne fait que commencer.

Souriant alors qu’il s’adressait au charpentier, il tentait de voir comment celui-ci allait réagir. Or, au même moment, le chakra du Jonin s’était déclenché pour se concentrer sur l’empreinte chakratique du Charpentier.

-Je ne veux pas prétendre à me mêler de ce qui ne me concerne pas, mais ce que votre garde vous a partagé ne vous a pas vraiment fait plaisir et s’il y a bien une chose que je sais, c’est qu’il est toujours mieux de n’avoir rien dans l’esprit lorsqu’on veut profiter d’un moment.

Ne le quittant pas du regard, il tentait malgré lui de s’opposer indirectement à ce qu’ils quittent maintenant. C’était une situation risquée puisqu’il risquait sa légitimité en plus de pouvoir être perçu comme une entrave, mais c’était le seul moyen de faire comprendre à Tsukiko, qu’au-delà de la confiance qu’il avait pour elle se situait quelques objectifs dont il n’était pas forcément certain qu’elle puisse totalement réaliser.

-Ensuite, on peut toujours discuter en vous accompagnant, nous sommes flexibles par rapport à ce point sachant que nous avons beaucoup d’interrogation et surtout d’idées à vous faire part. Mais avant toute chose, vous pouvez m'appeler Raizen.

Tapotant avec de plus en plus d’intensité sur l’épaule de Kenshin, le Meikyû tentait d’alléger la rigidité de son compagnon. Autrement, l’inquiétude et sa personnalité naturelle risquaient de les amener à leurs pertes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Lun 11 Mar 2019 - 10:48
Un honneur partagé ? Une gêne partagée plutôt. Mais qu’importe, les apparences avant tout. Contrairement à lui, je ne compte pas montrer le moindre signe de ce que je peux penser ou avoir envie. Seul l’objectif compte : réussir notre négociation. Mais alors que l’homme tend à nouveau à porter son attention à Tsukiko, son garde vient l’interrompre d’une information murmurée à l’oreille. Information qu’il convient donc de garder secrète. Information qui pourrait tout autant nous être utile qu’inutile, si on peut qualifier l’information d’inutile. Tout est bon à prendre… Reste à savoir comment s’en servir. Cela concernerait-il les deux hommes suspects dont Raizen vient de faire mention ? Des rumeurs propagées par les villageois, qui parlent de membre du groupe Fanatique… Mais peut-on y croire ? Que ces hommes existent et soient bel et bien présent, oui. Qu’ils fassent partie des fanatiques… Cela reste encore à prouver. De nos jours, le mot de ce groupe est sur toutes les lèvres. Ils hantent nos rêves et nourrissent à ceux qui aspirent à un monde différent, à un changement. Un symbole qui va au-delà de ses quelques membres, comme le voulait l’homme au chapeau. D’un acte finement orchestré, avec un public pour l’observé, est naquit un vent de renouveau, une idéologie… Des plus dangereuses. Mais tout, dans ce qui est dit est pensé, n’est pas mauvais. Je pense aussi que certaines choses doivent changer dans notre monde, que certaines personnes n’ont plus leurs places, que certaines méthodes et manières de faire n’ont plus lieu d’exister… Mais comment cela peut-il changer, quand ceux qui gouvernent sont à l’origine de ces méthodes ? Comment aspirer à la paix lorsque l’on est dirigé par une cheffe aussi violente ? Impossible.

Le seigneur indique qu’un contrat avait été émis pour arrêter les deux criminels dont nous avons entendu parler… Un contrat auquel il conviendra de s’intéresser… Mais à l’heure actuel, c’est à Tsukiko que le Seigneur s’intéresse, à qui il propose une visite de ses quartiers… En personne. Sa proposition nous met de fait de côté, tant elle tend à nous écarter de ce qui pourrait potentiellement se trouver être des conversations décisives. Pour sûr, l’homme ne ressemble pas à ses homologues. Loin des convenances, loin de tout carcan… Unique. Ce qui le rend encore plus insaisissable. Tsukiko saisit cette occasion s’en tarder et se saisit du bras du Daimyo, en faisant ainsi son guide. La jeune femme est sans aucun doute concernée par notre objectif, mais dispose-t-elle des facultés nécessaires ? Du talent nécessaire pour se faire ? A travers son… métier, elle doit être habitué aux négociations… mais il s’agit là d’un tout autre type de négociation. Même si au fond, cela reste la même chose : obtenir ce que l’on chercher à obtenir.

Que puis-je faire ? Dois-je intervenir ? Les arrêter ? Non, pas directement, cela serait mal-vu. Doit-on tout miser sur Tsukiko ? Les risques sont bien trop importants pour tout parier ainsi. Stoïque, j’observe la situation. Raizen place sa main sur mon épaule et commence à me la taper, tout d’abord d’un geste purement amical, puis un peu plus puissamment. Que veut-il ? Rusé, il demande à mettre un point final à notre conversation avant de passer à autre chose et lui propose une alternative : discuter en l’accompagnant. Il ne faut non pas obliger notre interlocuteur à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire, mais plutôt le convaincre de l’intérêt du contraire. Je dois répondre, m’adapter, l’aider. Mon épaule, droite, raide, se détend pour laisser paraître une autre apparence que je n’ai pas souvent l’habitude de revêtir. Mais elle s’impose. Baisser ma garde, m’ouvrir à la situation.


« En tant que scientifique et membre de l’institut, j’ai également des propositions à vous faire qui, je l’espère, éveillerons votre intérêt. »

Un coup poker, éveiller son intérêt. Des propositions ? Je n’en ai aucune. Mais je vais devoir en trouver, vite. Tout ce qui peut attirer son attention est bon à prendre. Tout cela dissimulé derrière un visage souriant, une attitude ouverte, une main tendue vers cette homme qui n’a que d’yeux pour cette femme.

« Ces propositions visent surtout à servir les intérêts de votre peuple et par conséquent les votre. Mais avant toute choses, j’aurai moi aussi des interrogations auxquels j’ai besoin de réponses. »

_________________
[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sasayaki Tsukiko
Sasayaki Tsukiko

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Lun 11 Mar 2019 - 20:19
Les remarques pertinentes de ses deux camarades les arrêtèrent dans leur sortie. Tsukiko se rapprocha alors un peu plus de Mokkô pour reconnaître sur le ton de la confidence, l'importance de leur rencontre.

-"Si vous accompagner signifie refuser le dialogue avec mes amis, alors l'urgence de la situation m'impose de repousser notre tête à tête à plus tard, mon Seigneur." Sa voix se fit plus grave tandis qu'elle laissait échapper le bras de son hôte et se figeait au milieu de la pièce, abattue par le poids de l'âpre vérité, bien trop lourde pour ses petites épaules.

-"Notre maison brûle. Ne détournez pas la regard, je vous en prie." La supplique d'une peine profondément ancrée dans le cœur et le corps de la jeune femme s'accompagna d'une lueur de tristesse difficilement dissimulable, comme l'éclat d'une histoire faite de lambeaux de vie brillant derrière ses grandes lunettes. La civile avait souffert des guerres passées, et la quiétude offerte par le village de Kumo ne sonnait qu'un sursis provisoire pour quiconque s'y voyait en sécurité. Seule la folie ou la cécité pousserait quelqu'un à penser le contraire, restait alors à déterminer, pour la jeune femme, à quelle catégorie d'homme appartenait le Charpentier. Aveugle frivole ou allié éclairé ?

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303
Mokkô
Mokkô

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Ven 22 Mar 2019 - 19:42
La jeune et adorable Sasayaki Tsukiko ne tarda pas à accepter la proposition du Seigneur. Si ce dernier semblait toujours aussi amusé et rondelet séducteur, il éprouvait une grande satisfaction à voir sa demande validée. Mais comme si le destin s’apprêtait à lui mettre des bâtons dans les roues, qu’importe ce qu’il avait prévu, les autres Kumojins s’interposèrent plus ou moins directement.

Meikyû Raizen voulait en savoir plus, et refusait que la discussion qui l’intéressait ne soit gênée par un quelconque changement de plan. Que ce fût là une esquisse de plan pour éviter de voir Tsukiko partir seule ou la démonstration des intérêts Kumojins qui passeraient avant tout, ce n’était pas ce qui dérangeait le plus Mokkô.

Metaru Kenshin avait les mêmes besoins, vraisemblablement, puisqu’il avait aussi fait part des propositions qu’il aimerait partager. Mais il était peut-être même allé encore plus loin que son comparse, allant jusqu’à assurer que ce serait pour le « bien du peuple Hayashijin ».

L’air de Mokkô changea du tout au tour. Son sourire et son amicalité presque enfantine laissa place à un regard noir. Pour les Kumojins qui le voyaient déjà depuis un petit moment maintenant – et encore plus pour des gens comme Raizen qui l’avaient déjà rencontré avant – il était clair que le Seigneur du Bois venait de changer, comme s’il révélait sa nature véritable.

« Je suis navré de vous entendre me dire ça. »

La clé auparavant acceptée fut immédiatement rendue à Tsukiko – d’ailleurs le Charpentier lui adressa un regard qui l’espace d’un instant sembla véritablement désolé.

« Je vous demanderai de partir, Kumojins, que ce soit de ce palais comme de notre pays. Nous ne sommes pas encore prêts à nous entendre, il semblerait. »

L’atmosphère avait changé, les gardes et bon nombre d’autres personnes présentes dans le palais avaient aussi changé d’expression. C’était comme si d’un seul coup, l’amicalité presque naïve des Hayashijins avaient laissé place à quelque-chose de froid et sévère.

Mokkô aurait aimé prévenir la jeune Sasayaki, elle qui semblait pure et libérée de toute entrave hiérarchique. Mais encore une fois, les gradés de Kumo comme n’importe quelle instance politique en ce bas-monde avaient prouvé que leurs shinobis ne seraient se tenir…

… pour la guerre à venir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique Empty
Sam 23 Mar 2019 - 19:09

Nul besoin de sensorialité pour capter le changement soudain qui venait de s’opérer. Qu’est qui avait vraiment irrité le Charpentier ? Si ses paroles semblaient l’avoir déçu légèrement, ce n’est que suite aux paroles de Kenshin que tout changea subitement. Était-ce à propos de sa dernière phrase ? Fort possible. Sachant que le Charpentier entretenait une relation isolée et que les autres Seigneurs n’avaient jamais réellement pu établir de partenariat, il était fort possible qu’il déteste les intrusions que ce soit dans la forme ou dans le fond.

Ainsi, une aura sombre s’éleva d’un seul coup tandis que le Daimyo les invitait à partir, eux et tous les Kumojins qui étaient présentement sur le territoire. Sur le coup, si plusieurs avaient été effrayés par le changement soudain d’attitude, Raizen se contenta de soutenir son regard. Laissant une aura assez similaire copier celle du Charpentier, il se projeta sur une longueur d’onde similaire à celui-ci. Ne se laissant aucunement faire dans cette situation, il soutenait fièrement cette frustration qui était dirigée à leur égard dans le but de se protéger de quelconques remords ou sentiments mal placés.

Puis, gardant un rictus pour lui-même, il ferma les yeux pendant quelques secondes avant d’échapper un court soupir. Cette situation était assez frustrante, surtout qu’ils avaient mis beaucoup de temps et d’énergie dans cette négociation. Or, il venait aujourd’hui d’échouer sa première mission diplomatique. C’était assez difficile à accepter compte tenu du fait que tout s’était joué sur le non conventionnel. Malgré tout, il en repartait avec des informations assez importantes. La première lui permettait de comprendre comment le Daimyo avait préservé son territoire des invasions hiérarchiques. La seconde était une vision plus réelle du personnage qu’il était. La troisième était la possibilité qu’ils aient un jour une discussion. Après tout, s’il venait de fermer le dialogue pour le moment, il ne l’avait pas éternellement fermé. Puis finalement, il savait maintenant comment approcher la situation si une autre occasion se présentait.

-Dans ce cas, je vous remercie de votre temps et de cette réception. Je comprends vos paroles et j’en suis navré. Les kumojins quitteront votre territoire dans les délais les plus brefs. Il nous faudra juste du temps pour préparer notre départ.

Dégageant soudainement une nonchalance qui était typique de sa personne, il savait pertinemment que les fioritures n’avaient plus leurs places. Au contraire, il était temps de jouer cartes sur table.

-Sur ce, à la prochaine, et cette fois-ci, j’espère qu’on s’entendra.

Ainsi, Raizen observa une dernière fois le Charpentier. Ne souriant pas pour ne pas augmenter l’agressivité des serviteurs, il se contenta d’un regard suffisamment communicatif pour véhiculer sa pensée. Il était assez triste de voir que la discussion s’était arrêtée aussi tôt, mais le tout faisait partie des aléas de la vie.
Pour rassurer ses équipiers, il porta ses mains derrière le dos de chacun d’entre eux pour qu’ils le suivent, chose qu’il fit en menant la troupe vers la sortie. Sachant qu’ils allaient recevoir beaucoup d’animosité pendant leur sortie, il préférait être en tête de ligne pour alléger un peu les sentiments que Kenshin et Tsukiko devaient ressentir. Il espérait aussi que son ton calme et compréhensif saurait les apaiser dans cette frustration et déception qui restait omniprésente.

Mokkô, Daimyo D’Hayashi et homme aux multiples facettes. À lire la dualité entre sa personnalité, les mystères qu’il pouvait cacher devenaient soudainement infinis et malheureusement, il allait devoir prévenir les Kumojins du retour au bercail qui était imminent.


_________________
[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

[A/Officielle/Kumo] Conquête Diplomatico-scientifique

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: