Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Paix sylvestre ∞ Aditya

Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mar 15 Jan 2019 - 19:56
Jour de pause. Il y en avait de moins en moins dans la vie perturbée de Ren, mais il ne s’en plaignait guère – cela donnait à chacun une nouvelle saveur qu’il se faisait un plaisir de déguster. S’il arrivait à ménager du temps de pause dans l’ouragan de ses jours, il y avait ce petit quelque chose de particulier à avoir une journée entière où l’on pouvait se résoudre à être oisif… Dommage que cela soit une notion qui échappait totalement à la vision du monde du brun qui, fort de ses envies et motivations, préférait continuer de progresser, se contentant juste de diminuer quelque peu la cadence. Et de toutes les choses qu’il pouvait faire, aujourd’hui en particulier il avait choisi la plus tendre de ces dernières.

Perdu dans les livres pour apprendre l’Iroujutsu, il sentait sa propre mémoire lui faire défaut devant le trop plein d’informations théoriques et l’absence d’application pratique – il ricana intérieurement à cette remarque, il y a quelques semaines encore c’est le contraire qui l’aurait dérangé. C’est pourquoi, afin de changer un peu, il avait commencé à étudier les plantes médicinales ainsi que les médecines naturelles : il lui semblait inconcevable d’arrêter son apprentissage de l’art médical à la médecine ninja pure, il voulait vision plus large, plus globale. Certes, les médecines naturelles étaient probablement le dernier pan de la médecine qu’il pensait étudier, mais il avait trouvé quelque chose de distrayant, ludique même, dans ces dernières.

C’était pour cette raison qu’aujourd’hui, plutôt que s’entraîner ou lire encore, il traversait Kiri en long et large – toujours vigilant si le moindre trouble devait se manifester à lui. Sur son trajet, tous les parcs et petits coins de verdure de la ville où il se ressourçait calmement dans la verdure d’un côté, laissait ses insectes se nourrir d’autre chose que de chakra d’un autre et enfin il s’amusait à chercher et reconnaître les différents végétaux pouvant servir à des soins, usant d’un petit calepin avec ses propres notes comme contrôle. Il avait déjà fait le tour des jardins Aburame, retrouvant là-bas essentiellement des fleurs particulièrement aromatiques pour leurs abeilles, ainsi que celles qui servaient à créer des onguents réputés bon pour l’entretien de la peau. Onguents que tante Hanaki-médecin inventait, laissant la lourde tâche de les produire et de les vendre à son époux qui n’avait, pour le moins, pas son mot à dire dans ce couple. Comme dans tous les couples Aburame, soupira intérieurement le genin.

C’était dans un parc un peu reculé du village, trainé en partie par les quelques insectes qu’il utilisait comme guide, qu’il trouva son bonheur. A l’abri des regards, dans une semi-pénombre, la végétation semblait maîtresse des lieux, probablement entretenus une fois par an… Et encore. Sourire aux lèvres, il entra pour assouvir sa curiosité personnelle, tombant malgré lui nez à nez avec quelqu’un. D’un regard discret, il étudia l’homme en face de lui et la probabilité que ce dernier le dérange dans ce qu’il voulait faire – car il n’y avait aucun secret.

Bonjour…

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 16 Jan 2019 - 1:35


Paix sylvestre
ft. Aburame Ren

nota bene: l'ost représente l'ambiance du rp ou l'état d'esprit d'aditya lors de ce post

______Bien que l’astre solaire se dressait encore fier dans le ciel à travers la brume éternelle de Kiri, la brise légère qui animait les feuillages était comme un murmure à chacun de la fraicheur de la nuit à venir. A cette heure de la journée, le village était en ébullition, comme toujours. Les enfants jouaient – et hurlaient – tandis que les adultes comméraient ou s’attelaient à la préparation de leurs échoppes. Les shinobis, eux, se fondaient avec simplicité dans la foule mouvante. Pour eux aussi, l’emploi du temps de la journée était plutôt chargé. Depuis la libération de tous les prisonniers de Wasure, un sentiment de crainte habitait chacun d’entre eux, de peur que leurs anciens démons ne se retournent contre eux. Les seniors, quant à eux, profitaient des derniers jours d’accalmie avant que les moissons de l’été et sa chaleur étouffante ne les empêche de profiter de l’air extérieur.

______Aditya, lui, s’était retranché en amont du village, dans une zone où s’entremêlaient la civilisation et la nature sauvage de l’archipel, où le calme était encore maître des lieux – avec Raikou-an, c'était l'un de ses endroits favoris. Après tout, il avait d’ores et déjà rempli ses obligations auprès et celles auprès du temple du village – bien qu’elles ne soient pas officielles, il prenait à cœur son entretien autant sur la propreté que sur l’accueil de quelques civils en quête de paix intérieur. Honnêtement, il se demandait parfois à quoi tout cela le menait. Il n’avait jamais particulièrement prêté de crédit aux déités du monde dans lequel il vivait, mais l’énergie qui émanait des sanctuaires shinto était d’un repos incroyable. A chaque fois qu’il y pénétrait, il se sentait régénéré, comme s’il y était véritablement à sa place. Quant à ses devoirs de ninjas, ils étaient

______Enfin, tout ça n’était qu’une impression.

______Il fronça les sourcils en entendant des pas s’approcher de lui. D’ordinaire, peu de personnes s’aventuraient dans cette partie du village, après tout, il n’y avait ni commerce ni auberge, et si l’on retirait ces deux options, la grande majorité du village n’y porteraient aucun intérêt. Cependant, il maintint ses yeux clos. Cela faisait bien longtemps que les bruits de la vie quotidienne n’étaient plus capables de déranger sa méditation ; il était rôdé à cet exercice depuis son enfance, et hormis l’impact positif qu’elle pouvait avoir sur la fluctuation de son chakra, c’était avant tout quelque chose qu’il appréciait particulièrement.

______Oublier le monde extérieur et ses vanités étaient, réellement, appréciable. C’était pour cela que la plupart du temps, il préférait être seul. Les conversations frivoles, en plus d’être d’un ennui palpable, étaient pour lui profondément inutiles. Et malheureusement pour lui, presque tous les hommes qui peuplaient ce monde n'étaient pas capables de mieux.

______Alors imaginez bien que lorsqu’il entendit une voix s’adresser à lui, en pleine méditation, il ne pouvait que s’attendre au pire.

______Malgré tout, il ouvrit un œil et découvrit face à lui un jeune homme qui, selon ses estimations, devait très certainement avoir le même âge que lui. Cependant, le fait qu’autant d’insectes lui tournent autour ne pouvaient dire que deux choses ; soit il n’avait pas connaissance de ce que la plupart des villageois appelaient « bains », soit il était l’un de ces Shinobis à avoir déserté le pays du Feu pour rejoindre les autres nations. Et étant donné que l’odeur de ces lieux demeurait délicieusement boisée, il en conclu que la seconde était plus probable. Dans un soupir, il se redressa d’un appui léger sur l’herbe encore fraîche.

____________« C’est bien rare de voir quelqu’un s’aventurer par ici. »

______Après avoir passé sa main sur sa toge pour en retirer les feuilles et herbes tenaces qui s’étaient entichées du tissu rougeoyant, il déclina un regard vers son homologue.

____________« Puis-je te venir en aide d’une quelconque manière ? », lui demanda-t-il en faisant son possible pour que sa voix ne trahisse pas son agacement, chose qu’il avait visiblement réussi à faire sans encombre. Après tout, peut-être qu’il faisait partie de ces rares personnes auxquelles la vie avait fait le cadeau d’être intéressantes.


_________________

_




Dernière édition par Aditya le Mar 29 Jan 2019 - 18:15, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 16 Jan 2019 - 18:12
Un homme, un peu plus jeune que lui peut-être, Ren ne savait dire. De sa posture, de ses yeux fermés, du calme travaillant doucement son visage… Il devait être en pleine méditation et, immédiatement, il s’en voulu de l’avoir interrompu. Si ce n’était pas un art dans lequel il était versé, le brun comprenait le besoin de se ressourcer d’une façon ou d’une autre dans ce monde en ébullition. Lui avait ses livres et ses lectures, ainsi que l’entraînement physique et les soirées oisives dans son jardin à respirer sereinement les effluves des dizaines de plantes présentent dans ce dernier. S’il voulu se retirer rapidement en maugréant quelques excuses, force était de constater que l’autre était déjà en train de se relever. Inspirant calmement pour se donner un peu de posture, Ren jaugea l’espace d’un instant l’animosité dont le méditant faisait preuve, constant sans réelle surprise qu’il n’y en avait aucune. Bien sûr que non. Les agressifs et colériques n’avaient pas la patience pour méditer – c’était comme essayer de faire faire cet exercice à Keitei.

Je… Désolé. Je ne voulais pas déranger.

D’un geste plus sec qu’escompté, il claqua des doigts et immédiatement les quelques insectes autour de lui s’envolèrent sous ses habits, retournant à leur foyer charnel. De jour en jour, il se cachant de moins en moins d’être un Aburame, suivant le conseil de ses parents à la lettre. Non, ce n’était pas évident et sa mère avait bien pris garde de le prévenir. Mais ça venait, tout doucement et simplement. Tout au plus, il devait avouer que c’était naturel pour lui de se servir de ses insectes, et qu’il devait apprendre à faire fi du regard qu’y portait le monde. Qu’ils acceptent ou non, ce n’était plus son problème et, si un hargneux s’estimait de l’attaquer… Il était capable de répondre en conséquence.

Je traverse Kiri à la recherche des rares espaces verts de la ville pour en étudier la végétation, et quelque chose dans celui-ci semblait attirer mes insectes avec ardeur, aussi me suis-je permis de…

Il secoua doucement la tête. Il était vrai que les endroits où la nature était maîtresse étaient rares à Kiri, accompagné tout au plus de quelques parcs où c’était l’homme qui contrôlait la plante. Tout comme c’était le cas dans les jardins Aburame, ajouta-t-il mentalement.

Je ne pensais pas trouver quelqu’un ici, et encore moins absorbé par une méditation qu’il me viendrait de perturber. Si vous souhaitez terminer en paix, je repasserai.

Son visage n’affichait que pragmatisme – le moment d’une prière pouvait s’effacer dans la journée tandis que les plantes, elles, demeureraient. Du moins espérait-il que le méditant ne décide pas de, brutalement, ravager l’entièreté de l’espace à coups de pieds pour exercer une sorte de vengeance qui ne lui siérait clairement pas au teint. Les bras le long du corps, Ren attendit une quelconque réponse afin de savoir s’il devait envoyer ses insectes chercher un nouvel endroit… En prenant garde à envoyer un scout lui dire si ce dernier était occupé.


_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 16 Jan 2019 - 19:38
______En voyant son expression gênée, et la manière dont il balbutiait chacune de ses réponses, Aditya comprit qu'il était visiblement tout aussi surpris que lui d'avoir rencontré quelqu'un ici. Mais sa surprise redoubla lorsqu'il vit que les insectes qui l'entouraient étaient attirés vers lui comme un aimant lorsqu'il claqua des doigts. Son hypothèse se confirmait ; il était véritablement l'un de ces shinobis maniant les insectes comme une arme. Il se flagella mentalement pour sa propre ignorance en réalisant qu'il ne se souvenait pas du nom du clan affilié à cette pratique. Il tâcherait de régler ce problème en se renseignant plus tard dans la journée.

____________« Je ne suis pas encore assez imbu de moi-même pour revendiquer qu'un endroit aussi sauvage que celui-ci m'appartient. Tes insectes et toi y sont les bienvenus comme n'importe qui. »

______Il se surprit lui-même à s'entendre parler de la sorte. Mais finalement, pourquoi pas ? Ce jeune homme avait visiblement tout autant besoin de tranquillité que lui, et sa mâtiné s'étant si bien déroulée, il ne trouvait pas la force d'être condescendant dans ses propos. Il n'avait visiblement pas cherché à mal, ainsi lui rendrait-il sa politesse. Il ne dit rien cependant par rapport à sa méditation ; certes, il l'avait coupé. Certes, cela lui tapait légèrement sur le système, mais comme il venait de le dire cet endroit était ouvert à tous, et il était en partie coupable pour s'être installé ici. Son irritation était plus dirigée envers lui qu'envers ce jeune homme, au final.

____________« Après tout, ce serait bien dommage qu'une terre comme celle-ci, encore sauvage, soit donnée à qui que ce soit. », murmura-t-il plus pour lui-même que pour faire état de conversation. Mais avant qu'il ne s'en rendre compte ses pensées avaient déjà dépassées la barrière de ses lèvres ; tant pis. « Cependant je crains de ne pas connaître les besoins de tes insectes, aussi ne pourrais-je pas t'aider plus que cela. »

______Il soupira intérieurement. Bien sûr que si, qu'il pouvait l'aider, il suffisait juste de demander, d'être un tant soi peu sociable. Il fronça les sourcils un bref moment comme en conflit de lui-même avant de lâcher dans un soupir ; « Mais je suis assez familier avec les différents types de plantes qui habitent ces contrées, j'ai eu tout le loisir de les observer. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Mar 29 Jan 2019 - 18:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 16 Jan 2019 - 22:22
Il afficha un sourire amical devant la réponse de l’inconnu, amusé de voir quelqu’un parler de façon aussi solennelle, bien qu’il ne sache qu’ils étaient plusieurs à Kiri – Sabaru ou lui-même puissent en être exemples. Il n’avait rien contre cela, il ne put s’empêcher du clin d’œil accordé à ses insectes dans la remarque et, surtout, cette si délicate et sensuelle indifférence qu’il affectionnait comme la plus rares des denrées… Certainement car elle l’était devant cette question. Était-ce dû à la méditation ou à une acceptation plus globale de l’étrangeté des shinobis semblable à celle de Ren – c’était là une question qu’il nota dans son esprit, bien qu’il jugeait maladroit de pousser la discussion sur de telles convictions lors d’une première rencontre.

Si ce n’était qu’un murmure qui ne lui était pas destiné, Ren ne parvint guère à s’empêcher d’entendre ne serait-ce que quelques mots, assez pour reconstituer une phrase. Presque instinctivement, son corps répondit en caressant délicatement un brin de verdure se trouvant non loin de sa hauteur – et quant à la seconde remarque, douce et tellement humaine, concernant ses insectes, il haussa juste doucement les épaules. Ils avaient son corps pour se nourrir, ce n’était pas là la raison de sa venue. Savoir, cependant, que le méditait pouvait être d’une aide dans ses recherches… C’était là une information intéressante. L’Aburame n’était pas du genre à jalousement conserver son savoir et ses questions, hormis les secrets du clan qu’on lui a si soigneusement inculqués. Converser avec quelqu’un de capable s’avérait généralement un enrichissement important, en plus d’un agréable passe-temps. Il hocha doucement la tête avant de libérer, d’un geste las, quelques insectes.

C’est pour me servir de guide qu’ils sont là, ils n’ont guère besoin de se nourrir de plantes. C’est… Une sorte de passion chez eux, que j’avoue exploiter pour mes recherches.

Tandis que, librement, sa fraction d’essaim passait de plante en plante pour les vérifier, les chercher – à l’instar de prédateur devant une proie – Ren pénétra plus profondément le havre de verdure, estimant qu’il avait la bénédiction du précédent. Rapidement, son regard toisa les diverses plantes présentent ici.

Je suis à la recherche de plantes médicinales, pour ma pratique propre ainsi que les jardins de mon clan, à la recherche éternelle de nouvelles espèces à cultiver. Sauriez-vous peut-être si certaines poussent ici ?

Il se priva de sortir son carnet détaillant les diverses plantes qu’il voulait observer ou trouver – il n’était pas certain même que toutes se trouvent à Kiri mais, si la discussion allait bon train, il pourrait peut-être se renseigner. Avec le volume croissant de livres qu’il avait à lire, récupérer des informations en dehors de ceux-ci ressemblait à une profonde inspiration d’air frais au milieu du smog.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 0:17
______Son geste – la brève caresse au brin d'herbe – n'avait pas échappé à Aditya. C'était niais, vraiment. Mais qu'importe, ça ne le dérangeait pas. C'était plutôt touchant, en fait. Et visiblement, son intérêt pour la faune et la flore n'avait aucun lien avec ses talents de ninja ; il se demandait bien d'où ça pouvait lui venir, alors. Pas que ce soit exceptionnel en soi, mais disons que la plupart des habitants considéraient l'herbe sous leur pied uniquement quand ils avaient l'occasion de l'écraser sous leurs semelles de bois, ou quand mêlée à la pluie, elle tâchait leurs vêtements. Les fleurs, elles, étaient arrachées sans vergogne en cadeau – c'était bien ironique, d'ailleurs, d'offrir un cadavre. Aditya avait toujours trouvé ça particulièrement dérangeant ; pour lui, la beauté d'une fleur ou d'une plante grandissait de jour en jour et demeurerait éphémère tant qu'elle n'était pas arrachée. Vouloir s'accaparer cette beauté, finalement, c'était désirer qu'elle s'efface, afin de ne pas chambouler le monde.

______Il secoua légèrement la tête, perdu dans ses pensées. S'il continuait comme ça, on n'en finirait pas. Une passion, hein ? Apparemment, ces insectes et lui semblaient avoir au moins quelque chose en commun.

____________« Tout dépend de ce que tu cherches. » Il glissa un bref regard vers lui, avisant son expression. « Evidemment, cela te sera plus facile de trouver des plantes aquatiques, mais quelques plantes terrestres ont encore tout leur intérêt. », il croisa ses bras sur son torse, visiblement en pleine réflexion. Les yeux légèrement plissés, il observait les alentours, visiblement à la recherche de quelque chose en particulier. Et puis, pendant un bref instant, ses yeux s'illuminèrent ; il avait trouvé. Il délia ses bras et lui tourna le dos un bref moment, s'éloignant de quelque peu avant de s'arrêter face à un petit bosquet, à un peine un mètre du jeune Aburame.

____________« L'anis vert, par exemple. Lorsqu'elle est utilisée par voie interne, elle est, entre autres, antibactérienne. Mais elle est aussi antispasmodique et d'une grande aide contre la toux, quelle que soit son intensité. »

______Il se tut, un moment. Il parlait trop, beaucoup trop. Pourtant, ça n'était pas dans ses habitudes, mais c'était un sujet qui l'intéressait réellement. D'ordinaire, les choses qui avaient pour lui un intérêt certain étaient ennuyantes ou inutiles aux yeux des autres ; pourtant, en ayant vécu dans un village entouré par la nature, connaître les plantes qui pouvaient vous sauver la vie ou l'abréger était un prérequis indispensable. Il espérait tout de même que son engouement était passé sous silence auprès de son homologue, apparemment, c'était le cas. Aditya se rassura ; son expression neutre qui lui avait bien souvent valu des critiques au même titre que sa franchise était parfois d'un secours singulier.

____________« Elle est facilement reconnaissable à ses feuilles légèrement dentelées et à ses fleurs blanches en ombrelles. Ses tiges sont relativement longues, elles arrivent à hauteur de genoux. », souligna-t-il d'une voix plus posée, déclinant un léger geste du menton vers sa droite. « Il y en a une juste ici. Cependant, je ne sais pas si c'est le genre de plante que tu recherches. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Mar 29 Jan 2019 - 18:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 14:20
Il hocha la tête à la remarque de l’autre kirijin. C’était toute la complexité de la tâche qu’il s’était donné, justement – il cherchait tout sans chercher quoi que ce soit en particulier. Il y avait là beaucoup d’un exercice, d’une évaluation et d’un ajustement de sa culture propre et appliquée par le biais de connaissances livresques, tout ces dernières semaines lui prouvant que la réalité était bien loin de ce qu’en montraient les livres… Il secoua doucement la tête, regardant le méditant chercher des yeux et, lorsqu’il lui énonça une plante se trouvant dans l’espace vert, le brun suivi du regard, écoutant attentivement les explications données. Comme il l’espérait, l’inconnu était cultivé dans l’art des plantes – était-ce le fruit d’une éducation particulière ou bien celui de la méditation ? Toujours est-il que c’était là source de richesses intellectuelles dont Ren ne voulait pas se passer.

Il y avait, dans la description donnée de la plante, quelque chose de particulier, étrange presque. Malgré le côté livresque qui tentait de s’imposer, l’Aburame avait l’impression de ressentir une once de… Il ne savait pas mettre les mots justes dessus. C’était proche de la façon dont il parlait de ses insectes, et tellement éloigné à la fois. Son interlocuteur devait certainement avoir un rapport intime avec la végétation – soit-il amateur extrême de jardinage ou dévot de la nature, méditant et priant au nom de cette dernière. Ren ne pouvait juger et se concentra d’autant plus sur les quelques descriptions données, s’approchant finalement de la plante afin de l’observer de plus près – prenant garde à ne la toucher qu’avec les yeux.

Sans grande surprise, il s’agissait bien d’Anis vert – une plante qui, si elle n’était pas des plus rares, était absente des jardins Aburame. L’antibactérien à l’ingestion n’était pas un des principes que recherchait son oncle dans ses onguents et comme ce dernier avait – pour une fois – son mot à dire quant à la composition de ses médicaments… Absorbé par ses réflexions, il sorti mécaniquement son carnet et nota la présence de cette plante ici, retrouvant cette dernière dans la liste de ses notes. Ce n’est qu’en rangeant le carnet qu’il remarqua ce qu’il venait de faire, se tournant vers le méditant.

Désolé je… Comme je l’ai dit, je cherche à agrandir la gamme de plantes médicinales dans le jardin familial mais je ne peux guère me vanter d’avoir la main verte. J’ai noté quelques plantes à essayer de retrouver à Kiri afin d’en signaler la localisation à un membre du clan qui s’y connaît plus que moi.

Il haussa doucement les épaules, comme pour marquer son désarroi devant ses « talents » avec les plantes. Si elles étaient plantées et qu’il suffisait de les arroser et d’en prendre soin… Il pouvait se targuer d’y arriver, même si dans d’autres mains elles s’épanouiraient plus. Planter ou replanter quelque chose était un exercice auquel il ne prenait même pas le risque de s’attaquer, prévoyant le désastre.

Je dois même avouer que j’ai préparé mes notes sur la base d’un livre médical uniquement, je n’ai pas même la certitude que les conditions environnementales permettent à toutes de pousser à Mizu.

Essuyant de ses mains les restes de terre et de suc de plante qui demeuraient depuis le précédent espace vert, il tendit une main vers l’inconnu, lui adressant un sourire chaleureux.

Aburame Ren.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 20:39
______Aditya remarqua du coin de l’œil le petit carnet qu'il avait sorti, dont la couverture immaculée témoignait du soin et de l'attention qu'il lui apportait. Néanmoins, il décida de lui laisser un semblant d'intimité, puisqu'il était visiblement happé par sa prise de note. Il ferma les yeux quelques temps, humant les effluves boisés des arbres qui les entouraient comme un cocon protecteur. Malgré l'odeur âcre mais pourtant si singulière qui émanait des mangroves à quelques mètres de là, il parvenait à la percevoir distinctement. Il expira finalement, ré-ouvrant à peine ses paupières. Le spectacle qui s'offrit à lui, celui d'une myriade d'insectes – ainsi que de petits animaux par endroit – se cachant dans des boutons de fleurs et arpentant les striures des bois anciens avec la ferveur d'un aventurier à l'heure de sa première exploration était profondément agréable ; contempler la nature à l'état sauvage lui coupait le souffle à chaque fois. Cela n'arrivait que rarement, lorsque la faune était assez en confiance pour ne pas considérer la présence humaine comme une menace.

______Ce profond sentiment de quiétude fit naître un sourire sur ses lèvres, chose tout aussi rare que la scène qui se déroulait sous ses yeux. Cependant, il s'effaça bien vite, ramené à la réalité par la voix de l'Aburame. Il cligna des yeux plusieurs fois, comme pour se forcer à s'arracher à sa rêverie. Il n'entendit que la fin de sa phrase, mêlée à quelques brides de mots, mais ce fut assez pour qu'il comprenne qu'il cherchait des plantes à des fins médicinales pour son clan.

____________« Ne t'excuse pas pour ça. Cependant... »

______Il soupira, tentant de comprendre autant qu'il le pouvait la gêne qu'il pouvait ressentir à cette idée – à défaut d'en avoir fait l'expérience, Aditya était pourvu d'une imagination certaine et n'avait aucun problème à se mettre à la place des autres, quand il le voulait. Autrement dit, ça n'arrivait pas souvent. Et puis d'un coup, il se raidit, coupé dans ses pensées à la vue d'une main qu'on lui tendait. Son regard oscilla entre sa paume et les yeux rougeoyants de son interlocuteur, quelque peu surpris. Aburame Ren, hein ? D'un côté, il était satisfait d'avoir pu palier à son ignorance sur le nom de ce fameux clan plus tôt que prévu.

______Un sourire espiègle se dessina à la commissure de ses lèvre ; il l'aimait bien. D'un geste ferme sans être brusque, il prit cette main tendue dans la sienne, légèrement plus rugueuse, scellant leur échange.

____________« Aditya. »

______Il rompit leur poignée de main après quelques secondes, n'étant pas vraiment à l'aise lorsqu'il s'agissait d'être tactile avec de simples connaissances en dehors des formalités d'usage. A la place, il pointa du doigt – sans paraître accusateur – l'endroit où il avait soigneusement dissimulé son carnet. S'il pouvait en parcourir les pages, il était indéniable qu'il saurait reconnaître du premier coup d’œil les plantes qui attisaient tant la curiosité du jeune homme.

____________« Et bien, Ren, je crains de ne pas avoir encore développés des qualités de devin, aussi, si tu me disais quelles plantes tu cherches, je pourrais t'aider. », il déclina un geste du menton vers le petit carnet qu'il venait de ranger – ou plutôt de cacher comme un enfant prit la main dans le sac.

______Malgré tout, il ne se faisait pas pressant. Il était sûrement l'un des mieux placés pour comprendre à quel point cultiver son jardin secret pouvait être indispensable, lui-même n'appréciant pas lorsque quelqu'un se montrait insistant ; il préférait se révéler au compte goutte, à son propre rythme. Néanmoins, il voyait bien que l'Aburame était tiraillé. Rechercher des plantes précises sans savoir les reconnaître le menait indubitablement à devoir partager un peu de son jardin. Heureusement, Aditya était quelqu'un de très compréhensif, aussi s'exprima-t-il sur un ton de voix retranscrivant son état d'esprit : il ne le forçait en rien.

____________« Puis-je ? », demanda-t-il presque sur le ton de la confidence, relevant pour la première fois son regard perçant dans les yeux de l'Aburame.

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Mar 29 Jan 2019 - 18:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mar 22 Jan 2019 - 20:35
Ren adressa un sourire au dénommé Aditya lorsque ce dernier lui retourna sa poignée de main, heureux de voir qu’il avait, comme il l’espérait, trouvé un partenaire de discussion possédant connaissance dans le domaine des plantes. Comme on pouvait s’en douter, la verdure n’était pas maîtresse à Kiri, aussi les gens s’intéressant à cette dernière semblaient de plus en plus éparses et rares – combien même sa famille échappait à cette règle, insectes et plantes formant un harmonieux mélange dans les confins des jardins Aburame. Ren lui-même ne se targuait en aucun cas d’être expert en la matière, même s’il savait différencier les végétaux présents dans les jardins familiaux – il ne faisait que découvrir et apprendre les autres, se contentant de celles qui servent la médecine… Dans un premier temps tout au moins. Aussi, ne pouvait-il qu’être heureux d’avoir trouvé Aditya, et plus encore lorsque ce dernier lui proposa de regarder son petit carnet.

Sans même prendre la peine de répondre, l’Aburame feuilleta rapidement toutes les pages de son carnet afin de retrouver s’il y avait, dans ce dernier, quoique ce soit qui relève du privé – constant qu’à part la très importante liste des fleurs et plantes se trouvant dans la réserve végétale des manieurs d’insectes il n’y avait rien. Et s’il savait que certaines de ces plantes étaient rares, au moins dans la région, car importée de Hi à l’époque où ils sont arrivés à Mizu… Il n’y avait rien qui trahisse un quelconque secret de fabrication, leur miel étant étiqueté aux fleurs qui composent ses arômes et leurs autres produits végétaux indiquant clairement leurs ingrédients. Ancrant son regard dans celui de l’autre homme, Ren hocha la tête et lui passa, précieusement, le carnet.

C’est… Un peu désordonné, désolé. Ce carnet était initialement juste la liste de ce que nous avions chez nous, puis j’ai rajouté au fur et à mesure sans prendre la peine de classer.

Son oncle, d’ailleurs, lui avait déjà fait la remarque en tombant sur le carnet qu’il mélangeait les familles et les variétés de plantes comme personne d’autre, ce à quoi il avait répondu qu’au final, ce carnet n’était qu’un brouillon et que lorsque le jour viendrait où il aurait besoin d’une version au propre, il fera le nécessaire pour que tout soit bien ordonné. Pour la descendance rajouta-t-il mécaniquement dans sa tête, une vague de froid désagréable dévorant doucement son corps. Il secoua doucement la tête comme pour se libérer au plus vite de cette idée.

Je vais faire un petit tour de l’endroit, en attendant que tu prennes le temps qui te sera nécessaire avec le carnet.

Et sans réellement attendre de réponse, il s’approcha d’une plante puis d’une autre avant de commencer à suivre ses insectes dans l’espoir de voir le parfum qui les enivrait tant. Quelque part, il se disait que si Aditya le voulait… Il avait le droit de lui faire visiter les jardin du clan.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 23 Jan 2019 - 13:55
______Aditya l'observa parcourir son carnet des yeux avec amusement, remarquant de nombreux croquis de plantes différentes lorsque les pages se dévoilaient sous ses yeux, quoi que bien trop rapidement pour qu'il ne les distingue réellement. Il réceptionna le carnet dans un geste délicat, murmurant un léger « merci » à l'encontre de Ren. Il l'écouta attentivement, parcourant des yeux les diverses notes et schéma. Il fut agréablement surpris par l'écriture de son comparse, à la fois précise et légère. Bien que son classement était clairement à déplorer – pour ne souligner que cela, des plantes aquatiques étaient décrites en plein milieu de plantes terrestres ou fruitières, ce qui rendait la chose difficile à suivre –, les détails qu'il apportait à chacune de ses représentations était particulièrement appréciable. Il releva un coup d’œil vers lui, remarquant l'imperceptible hochement de tête. Visiblement, quelque chose le perturbait, mais il ne se risqua pas à lui demander. Après tout, il avait sûrement besoin d'être un peu seul, étant donné qu'il avait fusé – presque fuit, comme par honte pour ne pas avoir à répondre de commentaires sur son carnet – vers un endroit plus éloigné. Il le suivit simplement du regard sans rien dire avant de se replonger dans l'étude du fameux carnet.

______Chaque page était dédiée à une plante en particulier, toujours agencée de la même manière ; le croquis se trouvait au centre, tandis que la localisation où il l'avait observé la première fois – du moins, c'est ce qu'il supposait, vu que les autres endroits étaient écrits d'une autre manière, parfois plus appuyée ou légère – était inscrite en haut de la page. Quelques flèches éparses désignaient ce à quoi elle pouvait servir – gastronomie, onguents et autres utilités. Il fut surpris de voir que beaucoup d'entre elles avaient été observées dans ce qu'il avait appelé le « jardin Aburame ». Evidemment, venant de maîtres des insectes, cela semblait aller de soi qu'ils disposent d'un grand espace où ils pourraient stocker plusieurs plans de fleurs ou de plantes. Il fronça les sourcils, portant sa main à son front en passant une énième page, qui décrivait une plante dont le genre était en totale contradiction avec celle qui la précédait. Il se fit la réflexion qu'un jour, il aiderait Ren à organiser tout cela, s'il était d'accord.

______Il jeta un coup d’œil à ce dernier, qui s'appliquait tant bien que mal à éviter son regard qu'à s'inquiéter des besoins de ses insectes qui le menaient par le bout du nez d'un plant à un autre. Il se rapprocha de quelques pas, observant tantôt le jeune homme, tantôt le carnet.

____________« Le moins qu'on puisse dire c'est que tu as le soucis du détail. Sauf pour la classification, c'est un véritable chantier. », souligna-t-il, sa voix transcrivant son indifférence habituelle sans pour autant sonner comme une critique, mais plutôt comme un constat. « J'ai vu que certaines des plantes que tu avais noté avaient besoin d'un milieu ensoleillé pour s'épanouir, comme le laurier rose. Malheureusement je ne pense pas que la météo de Kiri le permette. Et puis, après tout, elle est principalement utilisée comme poison, je ne pense pas que ce soit vraiment ce que tu recherches. », il feuilleta encore quelques secondes le carnet avant de le refermer dans un bruit significatif, ses doigts pressant la reliure en cuir avec douceur.

____________« Mais je crois avoir aperçu des calendules et de la consoude quelque part. La première, même si l'on en dit qu'elle éclot avec le soleil, supporte facilement les froids les plus intenses et est un très bon cicatrisant ; elle est aussi, entre autre, utile contre les morsures de serpent ou les piqûres d'insectes. Pour les jeunes Aburame qui ont du mal à s'entraîner, je suppose que ça pourrait les aider, bien que je ne connaisse pas les détails d'apprentissage de ton clan, je peux me tromper. Pour la consoude, je pense qu'elle répondra principalement à toutes tes attentes puisqu'elle diminue la douleur, les inflammations et aide à régénérer les tissus. A l'époque, c'est ce qu'on utilisait principalement pour soigner les blessures, dans mon village. Elle est facile à repérer, avec ses longues feuilles charnues et ses quelques fleurs en cloche. Et... »

______Il ouvrit de nouveau le carnet, cherchant une page précise avant de poursuivre.

____________« Oui, voilà. J'ai vu que tu avais plusieurs recettes de miel. Au cas où, la consoude est riche en nectar – néanmoins il faut savoir le trouver, entre les deux pellicules de la feuille. Tu pourras sûrement l'utiliser pour ça aussi. »

______Aditya avisa un regard vers l'Aburame qui lui tournait toujours le dos, un peu soucieux. Il craignit alors d'avoir trop parlé.

_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Dim 3 Fév 2019 - 0:37
Ren se sentait un peu coupable - Aditya lisant son carnet pour l’aider, lui avait suivi ses insectes pour découvrir que, plus qu’à l’utilité, c’était à l’esthétisme et à l’odeur qu’ils s’intéressaient aux plantes. Naturellement. S’il détaillait les plantes, beaucoup n’avaient à sa connaissance aucune utilité sinon servir de décoration et, les quelques rares fois où il se permit d’humeur leurs arômes, il avait l’impression de prendre une réelle pause dans sa journée. Ce qui n’aurait, bien sûr, rien de mauvais sinon quelqu’un travaillant à sa place. L’Aburame, lorsque le blond signala avoir terminé, n’était pas même capable de dire combien de temps s’était écoulé, l’odeur des plantes étant presque aussi enivrante pour lui que pour ses insectes, bien que d’une autre façon.

Se redressant maladroitement, il adressa un sourire amical au nouveau rencontré, se grattant la tête d’un air gêné lorsque ce dernier remarqua l’absence de classification. Au moins, si c’était le seul défaut qu’il jugeait utile de remonter, il n’apprenait rien de nouveau au brun. Quant au reste des explications, il les écouta sagement et silencieusement, buvant presque de façon ostentatoire les mots du blond qui semblait en connaître un grand rayon. Quelque part, Ren nota que son interlocuteur n’était pas de Kiri, gardant l’information dans un coin de la tête. Quand la - sans connotation péjorative - tirade du blond toucha à sa fin, le brun bascula tout le poids de son corps sur la jambe gauche, laissant la droite se plier légèrement tandis qu’il semblait réfléchir quelques brefs instants.

Il faudra que je vois pour cette histoire d’onguent avec mon oncle, il en produit beaucoup et je n’ai pas vu cette plante dans nos jardins. Réserve personnelle ou ignore-t-il qu’elle pousse ici… Ou alors je suis passé à côté sans la reconnaitre.

S’il maugréait plus qu’il ne parlait, il n’en était pas moins que toutes les paroles qu’il prononçait étaient à destination du blond, et son regard perdu dans les prunelles d’Aditya ne pouvait pas faire croire le contraire.

Cette plante-ci ne pousse pas à Kiri, je note. Quand à cette dernière... Je pense qu’elle serait un ajout très intéressant chez nous, une nouvelle variété de miel fera plaisir à tout le monde, et je pense qu’ils devraient trouver ce dernier sans problème.

Il claqua des doigts et, immédiatement, ses insectes retournèrent sous ses habits puis dans leur foyer de chaire.

Merci de ton aide précieuse, je vais m’empresser de le noter. Promis, un jour je ferai quelque chose au propre lorsque j’aurais la formation médicale et clanique nécessaire, mais visiblement aujourd’hui n’est pas ce jour. Est-ce indiscret de te demander d’où te viennent toutes tes connaissances ? Je les trouve impressionnantes !

Il haussa doucement les épaules, tantôt par dépit tantôt par béatitude. Il n’était pas triste de ne pas en être à ce stade. Parfois, chercher à tant progresser s’avérait si jouissif qu’il avait peur d’un jour arriver sur un plateau où il stagnerait - ou pire, à un plafond qu’il ne pourrait franchir. Mais actuellement, il était dans la fougue des jeunes adultes, ceux motivés et déterminés à agir, à progresser… Et il avait de la ressource à revendre.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Dim 3 Fév 2019 - 2:57
______Il se rapprocha du jeune homme en déclinant un sourire poli, lui remettant son carnet entre les mains qu’il effleurait du bout des doigts. Il avait cru comprendre que cet objet, bien que simple, avait beaucoup d’importance pour l’Aburame. Il ne se serait pas permis le garder plus longtemps. Le blond croisa ses bras sur son torse, appréciant l’engouement que Ren démontrait envers l’étude des plantes, bien qu’il se le soit répété plusieurs fois, c’était une singularité particulière qui la rendait d’autant plus agréable. Il lui glissa un regard espiègle avant de répondre à sa question.

____________« Cela ne fait que quelques semaines que je suis à Kiri, mais auparavant… avant que j’ai à voyager… D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours vécu à Hayashi, le pays du bois. Comme nous n’avions pas des avancées médicales comme celles que l’on peut trouver ici, notre seul recours était d’utiliser ce que nous avions de plus proche ; les plantes. Ça m’a plus ou moins apprit tout ce que je sais aujourd’hui. »

______Aditya observa un moment les traits de son comparse, l’air de s’être perdu dans ses pensées l’espace d’un instant. Il lui ressemblait, un un sens. Ce comportement chaleureux et accueillant qui ne semblait se laisser arrêter par aucune tempête, et surtout, profondément communicatif… Si bien que lorsqu’il était lui-même autour de personnes dans leur genre, il devenait plus ouvert, avenant, loquace. Certes, il ne perdait pas cette franchise qui lui avait valu tant de tares, mais elle était nettement plus nuancée. C’était peut-être pour cette raison qu’il l’appréciait aussi tôt après leur rencontre. Quelque part, il devait certainement lui rappeler ce quelqu’un qu’il n’avait plus revu depuis bien longtemps – qu'il ne pourrait plus revoir.

______Il secoua la tête imperceptiblement, comme pour chasser ses pensées qui le ramenaient inlassablement au passé. S’il avait décidé de voyager de nouveau… ça n’était pas pour que son corps se dissocie de son esprit, l’un à Hayashi, l’autre à Kiri. Parfois, oublier était bien plus facile que d'affronter des démons tenaces. Son regard quitta le visage du brun pour vagabonder au-dessus de la faune, semblant revenir à lui.

____________« La manière dont tu évoque les jardins de ton clan… elle démontre bien à quel point tu peux y être attaché. Je n’ai connu qu’une nature sauvage comme celle-ci auparavant, jamais de manière ordonnée comme elle pourrait l’être là-bas. », souligna-t-il d’un air à la lisère entre entre le rêve et la curiosité.

______Et puis une idée lui vint à l’esprit lorsqu'il évoquait par lui-même les jardins Aburame, remplis de végétations diverses. Après tout, pourquoi pas ? Ils avaient utilisé une technique similaire à l’époque, pour faire pousser des plantes qui ne survivaient pas à tous les hivers et qui leurs manquaient cruellement pour traiter des maladies ou des blessures ; leurs stocks, bien souvent, ne suffisaient pas, surtout lorsque les plus adultes téméraires confrontaient leurs forces à l’intelligence d’un cerf. Il glissa un coup d’œil en coin vers Ren, alors qu’il lui proposait le résultat de ses réflexions.

____________« Tu n’as jamais à en utiliser une partie pour toi ? Une sorte de serre… Cela pourrait te permettre d’y élever certaines variétés avec des besoins incompatibles avec la météo actuelle. »


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Lun 4 Fév 2019 - 17:34
Ren récupéra soigneusement le carnet qui lui était rendu, pianotant contre lui avec ses doigts dans un geste qui relevait plus du réflexe que de ce qui était voulu – il ne perdit pour autant pas la moindre bribe des mots d’Aditya. Ainsi, il était Hayashijin… Ren n’avait aucun souvenir d’être allé dans ce pays durant ces quelques années qui le séparaient de Mizu, il était bien trop jeune. Pour autant, il lui semblait naïf de croire qu’aucun des membres de son clan ne soit allé visiter ce dernier pays – une question qu’il garda précieusement dans son esprit afin de la poser à l’occasion. Toujours était-il que la description de la progression de la médecine végétale du pays vendait, en quelques sortes, une sorte de rêve doux : de combien de sagesses pourrait-il s’abreuver en ces lieux ?

Il hocha la tête aux remarques du blond, jaloux quelque part de ces connaissances qui n’étaient pas les siennes – heureux cependant de se dire qu’elles pouvaient l’être. Il ne restait qu’à espérer qu’il n’y avait guère de grand secret derrière cette science à Hayashi no kuni. Provenant d’un clan qui érigeait presque culte et temples au secret, c’était presque un automatisme de chez lui que de s’interroger sur ce qui pouvait et ce qui ne pouvait pas. Il adressa un sourire à Aditya.

Les « jardins » est un grand mot que j’utilise… Les quelques Aburame à Kiri vivent dans une impasse, et la majorité des jardins de cette dernière a été mise en commun afin de créer une réserve naturelle pour nos besoins et nos commerces.

Un vivarium pour les insectes propres, un piège pour les insectes extérieurs, une source de miel et plantes médicinales… La liste se déclinait à l’infini, mais elle était celle d’une frontière tracée. N’importe qui pouvait accéder au jardin, à condition qu’un Aburame l’y invite en déposant un insecte qui signale l’allégeance amicale de l’arrivant. Ceux qui ont essayé sans… Il était interdit de parler de ce qui leur était arrivé.

Je peux t’inviter à les visiter si tu le désires.

Il avait les mêmes droits sur ces jardins que les autres, même si sa maison propre ne faisait pas partie – encore – de l’édifice. Il devait l’enrichir, le cultiver afin qu’il devienne digne d’être rattaché, bien que ce ne soit aucunement une obligation.

Et l’idée de serres est… Intéressante.

Ils avaient besoin d’espace pour le vivarium et leurs plantes – la superficie des jardins commençait à se montrer limitante. Créer un écosystème différent permettrait d’augmenter la diversité et la survie de l’espèce. Il hésita un instant – jamais ils n’auraient l’espace de…

J’ai presque fait le tour du village, les endroits où la végétation est reine sont rares… Plus que des serres personnelles, pourquoi ne pas créer en une gigantesque qui profite au village entier ? Nous pourrions tenir ici une idée des plus justes et utiles pour Kiri…

Les Aburame contribueraient sans hésiter, il connaissait assez sa mère et sa tante pour en être certain, même s’ils imposeraient quelques conditions concernant la vie entomologique des lieux. Il n’y avait que besoin de trouver d’autres participants à ce projet qu’il avait, en l’espace de quelques instants, fait également sien.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Lun 4 Fév 2019 - 20:40
______Une impasse ? Vraiment, cela ne devait pas être facile pour le clan de subsister aux besoins de ses membres avec une réserve aussi petite. De ce qu’il savait à propos de l’exode majeur des clans de Hi… Certains y avaient été plus contrains que poussés par un espoir de renouveau. Il n’osait pas imaginer la taille des « jardins » originaux, au pays du feu. Cela devait vraiment être impressionnant. Il déclina un sourire, premièrement poli, à la proposition de l’Aburame, le regard vers le sol.

____________« J’en serai ravi, si ça ne pose aucun problème aux autres membres de ton clan. Je ne voudrais pas que cela te retombe dessus après coup à cause de ma curiosité. », son regard revint sur son comparse, lorsqu’il prononça ces mots.

______Qui aurait cru que de cette entrevue imprévue découlerait un projet d’une plus grande ampleur, celui de créer une réserve pour l’ensemble du village ? Ren avait visiblement le cœur sur la main ; il aurait pu se contenter de créer une serre pour son clan uniquement, comme il l’avait proposé à l’origine, mais au lieu de cela il souhaitait en faire profiter à d’autres. Aditya ne pouvait que saluer ce genre de comportements.

____________« C’est un ajout honorable. Je suis sûr que cela sera d’une grande aide pour l’hôpital et d’autres échoppes. »

______Mais la question principale restait « où ? ». La parcelle de terre sur laquelle ils se tenaient tout deux pourrait faire l’affaire, sur le plan théorique. L’espace était assez grand et encore immaculé de toute empreinte humaine, si bien que l’on pourrait le façonner parfaitement selon ce que l’on souhaitait en faire. Mais comme il l’avait fait remarquer au début de leur échange, c’était un coin éloigné du centre du village et la route d’ici à l’hôpital – et sûrement aux quartiers du clan de son comparse – serait bien longue. Peut-être n’était-il pas si approprié ; si l’on se retrouvait à court de matières premières, le temps précieux passé à traverser le village aurait pu servir à d’autres besoins, tandis que les personnes parties en quête de ces plantes auraient pu apporter une aide supplémentaire. En ces temps encore remués par l’ancienne politique du Mizukage, la guerre était loin d’être endiguée. Des batailles subsistaient encore, et s’ils ébauchaient l’idée d’aider ce genre d’instances, ça n’était pas pour leur mettre une épine supplémentaire dans le pied. Il leur faudrait envisager une autre option – d’un côté, cela rassura Aditya. Il aimait cet endroit, précisément pour sa quiétude et son éloignement. Pas qu’il ne s’en serait pas séparé pour le bien commun, non, il n’aurait pas hésité. Simplement… le fait qu’ils ne soit pas éligible avait ses bons côtés.

______Quant au parc du village, il était principalement utilisé par la nouvelle génération encore trop jeune pour être enrôlée. Les enfants s’amusaient à réinventer un monde avec leur imagination et à jouer, profitant un moment de quiétude dans la journée. Leur retirer ce besoin, même pour un but plus grand qu’eux-mêmes… quelque part Aditya s’en sentirait coupable. Ils avaient besoin de se dépenser. Et puis, après-tout, le petit parc était déjà aménagé dans ce but. Cela serait une perte de temps et d’énergie que de désinstaller l’ensemble pour reconstruire par-dessus.

______Et d’un seul coup, le jeune homme tiqua, son poing frappant sa paume avec délicatesse. Il se retourna vers Ren qu’il avait dû abandonner pendant ses divagations mentales. Ça pourrait faire l’affaire.

____________« Il y a un terrain vague, entre le centre du village et la bibliothèque, peut-être… à quelques minutes de marche de cette dernière, dix, tout au plus. Il est assez proche du quartier commerçant mais aussi de l’hôpital. Il me semble qu’il avait été envisagé pour être utilisé dans la création du complexe académique, mais l’idée a été abandonnée au profit d’un autre, plus symbolique – l’endroit était auparavant détruit s’il me semble. Les instances l’avaient justement gardé libre pour ce projet, mais désormais il est laissé à la dérive. », il esquissa un petit sourire, avisant le brun d’un regard pétillant. « Qu’est-ce que tu en pense ? »

______Néanmoins, il sembla se raviser, un moment, les sourcils froncés. Quelque chose l’intriguait, une faille dans leur création. Aussi en fit-il part au brun.

____________« Mais… Partager le terrain dédié à vos insectes avec d’autres personnes, cela ne laisserait il pas la porte dérobée à laisser vos secrets ouverts à tous ? Je ne connais pas les détails de votre art, dis-moi si je me trompe. »

______Mais malgré le point noir qu’il venait d’évoquer, son regard demeurait toujours aussi significatif, bien qu’il se soit voilé par une légère teinte de doute. Il ne doutait pas que la réponse de l’Aburame les dissiperait, que ce soit dans le bon ou le mauvais sens. Après tout… S’il l’avait proposé de lui-même, ça ne poserait pas de soucis. Mais il voulait être certain de ne pas aller à l’encontre de lois qui lui étaient inconnues.



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mar 5 Fév 2019 - 22:45
Ren adressa un sourire chaleureux à Aditya. Il avait les droits d’inviter dans le jardin, et ce comme bon lui semblait. S’il estimait devoir faire preuve d’une certaine parcimonie à l’égard de la chose, rien ne lui interdisait même d’organiser la soirée de la décennie dans ces derniers. Après tout, il était l’homme Aburame le plus âgé de sa génération, ce qui en faisait l’héritier, du moins ici à Kiri. Ce n’était pas une chose dont il se targuait particulièrement, loin de là même – c’était extrêmement rare que ce soit un homme qui occupe sa place. L’organisation matriarcale de sa famille laissait aisément à supposer qu’une femme succèderait à une femme à la tête de leur petit embryon Aburame, mais il n’y avait aucune règle écrite à ce sujet. Les hommes finissaient souvent morts plus jeunes mais c’était avant l’ère des villages shinobis. Parfois, Ren se demandait s’il était le premier d’une génération patriarcale – avec toute la parcimonie possible placée dans ce terme – ou s’il n’était qu’une déception qui n’avait pas réussie à mourir avant que son heure soit. Balayant d’un revers mental ces interrogations, il continua d’écouter le blond qui semblait avancer aussi vite que lui en ce qui concernait le projet, et commençait même à émettre limites et réserves sur ce dernier.

Tu es le bienvenue au moins pour une première visite, j’ai les mêmes droits à inviter que les autres de mon clan. De plus, je ne serai pas étonné que tu parviennes à nous donner un conseil ou deux sur nos plantes.

Le léger sourire en coin qui fendit ses lèvres à la fin de sa phrase avant l’effet psychologique d’un clin d’œil placé pile au bon moment – ou du moins Ren l’espérait-il.

Il me semble comprendre de quel lieu tu parles – environ au moins. Je vais tâcher d’y passer pour le voir et prendre, éventuellement, quelques mesures. Je verrai aussi avec une carte de la ville si d’autres idées me viennent à l’esprit. Il faudrait aussi faire un inventaire des plantes que l’on pourrait y cultiver… J’imagine que si elles nécessitent des conditions climatiques trop différentes, il sera compliquer de les faire cohabiter ?

Entre deux, le projet commençait presque à prendre forme, il était presque palpable – et ce malgré la raison qui s’obstinait à lui rappeler qu’il y avait des démarches administratives, une supervision à trouver, un temps de construction et bien d’autres choses encore qui retardaient doucement la création du lieu. Qu’importe, il se laisserait porter par la fougue de sa jeunesse.

C’est gentil de s’inquiéter pour mon clan. Il est vrai que nous vouons un culte du secret autour de nos insectes, mais je pense que nous saurons faire la part des choses lorsqu’il s’agit de la survie de l’espèce. Force est aussi de constater que nos petites créatures sont plus que capable de se défendre… Et elles pourraient être une alternative plus saine à n’importe quel insecticide ! Mais cela voudrait dire des recherches supplémentaires sur les interactions entre faune et flore afin de préserver ce qui pourrait être bénéfique… Visiblement, il y a beaucoup de variables auxquelles il faudra penser et qu’il faudra évaluer avant d’en arriver à des serres…

Il hésita un instant, toisant sans animosité le blond.

Qu’en dis-tu, alors ? Partenaires ?

Il avait une partie des connaissances, Aditya l’autre. A deux, ils étaient probablement le meilleur binôme qui puisse être.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Paix sylvestre ∞ Aditya Empty
Mer 6 Fév 2019 - 18:57
______Aditya leva un sourcil surpris à l’encontre du brun après son clin d’œil. Néanmoins il y répondit avec un rire discret, relevant son regard vers l’Aburame. Il afficha de nouveau cet air solennel, indifférent que l’on lui connaissait si bien pour répondre à la question qu’il lui posait.

____________« La température d’une serre doit être stable, dans l’idéal. Trop de changements de leur seraient néfastes. Cependant… personne n’a dit qu’il ne pourrait y en avoir qu’une. », laissa-t-il entendre avec un pointe de mystère.

______Il était fermement convaincu que tous deux savaient exactement ce qui les attendaient ; permissions, paperasses – échec, peut-être. Mais pour l’instant… Aditya voulait simplement profiter de ce moment d’accalmie, ce moment où l’occasion de faire quelque chose de bénéfique pour les autres se profilait, où il pouvait la frôler du bout des doigts. Peut-être que grâce à cela, le travail des médecins n'en seraient que plus facile. Peut-être que les Aburame, eux, pourraient y retrouver un peu de ce qu'ils avaient perdu au Pays du Feu ; un endroit qui serait réellement à eux où ils n'auraient pas à faire de concession sur leur héritage.

______Ça n’avait jamais été son genre, non pas de ne pas venir en aide aux autres – c’était une chose courante dans les temples, et il était loin de rechigner à la tâche – mais plutôt de se mêler des affaires qui ne le concernaient pas, qui n’étaient pas les siennes. Il avait toujours été profondément observateur, silencieux. Il tâchait de ne délaisser personne, cependant, ça n’était pas pour autant qu’il réclamait que l’on sache que ses actions soient de son fait. Il préférait rester dans l’ombre, parfois. Mais visiblement, quelqu’un ou quelque chose avait décidé de le pousser hors de sa zone de confort en lui permettant de rencontrer Ren. Décidément… Ces deux-là avaient beaucoup en commun.

______Son regard se posa sur le sol, un bref moment alors qu’il pesait le pour et le contre, constatant des choses à faire et à venir. Il tâcherait de recenser les espèces capables de pousser en ces lieux, même avec un faible apport en chaleur. C'était le moins qu'il puisse faire. D'après le brun, les insectes seraient d'une aide précieuse, peut-être même des membres à part entière de ce minime écosystème. Et même s'ils ne se nourrissaient que de chakra comme il lui avait confié plus tôt, il ne se doutait pas que ces petites bêtes savaient montrer les crocs. Ce clan ne s'était pas fondé sa réputation simplement en vendant du miel, mais grâce à leurs atouts ninjas. Quant à ce que le jeune homme avait soufflé plus tôt... « Partenaires » ?

____________« Sans aucun doute. », glissa-t-il avec un sourire.

______Aditya trépidait d'impatience à l'idée de visiter ces jardins, de découvrir une culture, un espace qui lui était encore inconnu ; plus encore, de mener ce projet à bien. Et vu le regard que lui lançât Ren, il ne doutait pas non plus de sa détermination. Il serait curieux de voir comment il s'y prendrait.


TERMINÉ.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Paix sylvestre ∞ Aditya

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: