Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Hokazuka Kasaku – Terminée
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 5:21 par Hokazuka Kasaku

» Histoire du passé [Okiko]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 5:19 par Sakkaku Haise

» Examen de Kiri & Debriefing [Post-Exam]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 5:11 par Meikyû Raizen

» L'Échiquier [Kaya]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 4:43 par Meikyû Raizen

» Débat sans négociations | Raizen
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 4:32 par Meikyû Raizen

» Checkmate | Mayumi
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 4:24 par Meikyû Raizen

» L'Ombre de la Foudre [Raizen]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 4:13 par Meikyû Raizen

» [Convocation] - Kumo [M. Mairu]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 3:54 par Meikyû Raizen

» En voilà une rencontre ! [PV Raizen]
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 3:46 par Meikyû Raizen

» Reconstruction (PV Nara Aizen)
Philosophie | Aditya EmptyAujourd'hui à 1:49 par Gozan Arukisa

Partagez

Philosophie | Aditya

Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Ven 18 Jan 2019 - 6:46
Le soleil brillait fortement au sommet de la voute céleste, en ce jour. Après un entraînement assez calme dans la matinée, notre assimilateur avait jugé bon de se rendre à Raikou-an, une maison de thé non loin du port et assez proche de la tour du Mizukage. C’était un endroit où l’esprit mais surtout la culture du Zen était, soit disant, particulièrement prononcé. Notre apprenti ne pouvait rêvé d’une meilleur occasion pour se laisser distraire, lui qui avait baigné et avait été éduquer selon certains préceptes de la Voie s’y rapprochant énormément.

Au bout de plusieurs minutes de marche, notre candide était face à la petite chaumière tandis qu’une hôtesse l’accueilli avec une certaine bienveillance non dissimulée au travers de la salle d’accueil, puis après certaines modalités au niveau de l’estrade trônant au sein de la cour. Il était visiblement le seul client pour le moment... Cet endroit était magnifique, il lui rappelait moult souvenirs d’un passé bien lointain, lors de ses nombreux apprentissages tel la cérémonie du thé ou l’apprentissage de la poésie et bien d’autre encore ! L’hôtesse c’était complètement volatilisé.

Ichiryû se leva légèrement, croisant ses bras derrière son dos tandis que son katana se mouvait légèrement au gré de ses pas au sein de la petite cour. Les jardins étaient tous parfaitement taillé, au millimètre près. Son regard se baladait au fur et a mesure de la découverte ou plutôt redécouverte de l’écosystème qui l’entourait. Peut être que dans sa quête, il tombera sur d’autres Tetsujine et ceux malgré le fait qu’il était dans l’un des coins les plus reculés géographiquement parlant du Yuukan.

Son regard revint finalement au niveau de l’estrade, l’hôtesse était de retour tandis que la porte menant vers le salon d’accueil venait de s’ouvrir. Un autre acteur venait d’entrer en scène. Un sourire se dessina sur son visage avant qu’il ne décide de revenir à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Ven 18 Jan 2019 - 18:44


Philosophie
ft. Hyôsa Ichiryû

nota bene: l'ost représente l'ambiance du rp ou l'état d'esprit d'aditya lors de ce post

______Alors que la porte de Raikou-an s’ouvrait, elle dévoilait avec elle la silhouette d’Aditya, portant son uniforme ninja – un simple haut de kimono couplé à son pantalon d'uniforme. Visiblement, l’après-midi avait été bien remplie de son côté, avec un énième entraînement au maniement de sa nature de chakra pour le moins atypique. Ses doigts fins s’attardèrent un moment sur les lignes de bois striant la porte avant de se plonger dans sa poche, cherchant avec une ardeur contenue sa bourse de ryos. La voix de l'hôtesse le fit sortir de sa rêverie l'espace d'un instant, alors qu'il lui adressait une brève salutation. Un simple coup d’œil à travers la pièce lui permit de constater que l'endroit était encore désert à cette heure-ci, chose étonnante étant donné la réputation du salon de thé. Il supposa qu'étant donné que la plupart des shinobis et kunoichi étaient soit en entrainement, soit en mission, la foule commencerait à s’agglutiner d'ici quelques dizaines de minutes, si ce n'est heures. Et honnêtement, il n'allait pas s'en plaindre. Un salon de thé zen l'était bien plus lorsqu'aucun de ses clients n'avait la gentillesse d'hurler comme un charretier – chose malgré tout courante lorsque celui-ci état bondé.

____________« Merci. », glissa-t-il comme un soupir à l'hôtesse alors qu'elle lui servait un plateau contenant une petite théirère et un verre recouvert d'une couche épaisse d'osier vert.

______Ça n'est qu'en s'approchant de son endroit favori – une parcelle de l'estrade de bois proche d'un renfoncement du mur où étaient disposés des coussins traditionnels, donnant l'impression d'être à l'écart du reste de l'établissement – qu'il vit un autre client à quelques pas. Il n'en fit pas cas ; après tout, s'il ne l'avait pas remarqué plus tôt, c'est qu'il ne risquait pas de perturber sa quiétude. Il s'asseya sur l'un des coussins, les jambes repliées en tailleurs, tandis que le plateau glissait avec aisance à ses côtés, poussé par le bout de son index sur les lames de bois. Il rempli sa tasse avec un geste entretenu par l'habitude, l'eau bouillante déversant une légère vapeur dans l'air. Finalement tenue entre ses doigts, le pourtour en osier vert lui prodiguait une source de chaleur agréable sans qu'il ne se brûle au contact comme cela aurait pu être le cas. Bercé par le son des carillons et de l'eau s'écoulant du jardin zen, une seule pensée traversa l'esprit d'Aditya ; vraiment, ce salon de thé était une bénédiction.


_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 27 Jan 2019 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Ven 18 Jan 2019 - 21:37
Son regard se posa sur le nouvelle homme qui c’était assis, non loin de lui. Sa tenue laisser assez facilement comprendre son lien avec Kiri, La Grande. Cet individu libérait une certaine impression de sérénité, un calme plat dans un monde où la paix régner en maître. C’était du moins le ressentis que notre jeune assimilateur pouvait retranscrire. Son comportement lui rappeler étonnamment les samouraïs et autres Tetsujines adepte de la méditation tout en ayant un lien très étroit avec la spiritualité qu’offrait certains préceptes de la vie. Intrigué, il voulait en savoir plus à son sujet. C’est sans plus attendre qu’il décidera de rejoindre Aditya, une tasse de thé encore fumante dans la main.

— Enchanté, Hyôsa Ichiryû. Je m’excuse par avance de vous dérangez dans un tel lieu, d’autant plus quand on connait sa fonction.

S’installant tout simplement face à son compatriote, notre assimilateur, avenant, ne tardera pas a débuter le dialogue entre eux deux. Pouvoir partager sa philosophie, la Voie ou encore appeler Bushido, était un passe temps auquel il aimait beaucoup s’adonner. Pouvoir instruire, d’une quelconque manière, l’autre était toujours interessant, cela allait bien évidement dans les deux sens, l’apprenti aimait toujours découvrir de nouvelles cultures ou préceptes.

— Vous aussi vous êtes amateur de plénitude ainsi que de méditation, je me trompe ?

La porte s’ouvrit après quelques minutes laissant s’engouffrer plusieurs autres personnes inconnus de l’Hyôsa.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Ven 18 Jan 2019 - 22:46
______Il déclina un regard vers l'homme qui se posait face à lui, les yeux légèrement plissés. Il ne lui répondit que très brièvement, se contentant pour le moment d'épier ses faits et gestes. Il m'a l'air d'être du type bavard. Entre quelques mots sans sens, il perçu néanmoins son nom. Hyôsa ? N'était-ce pas ainsi que l'on nommait l'un des deux clans maniant le Hyôton, à Kiri ? Il avait bien fait de se renseigner sur le patrimoine du pays de l'eau ; sa senseï, du clan opposé, avait sous-entendu que ce serait un pas nécessaire à son apprentissage. Et force est de constater qu'elle avait eu raison. Son travail assidu lui avait entre autres, apprit la principale différence entre Hyôsa et Yuki : les Hyôsa étaient des assimilateurs. Cependant, il se demandait encore ce qui avait pu l'amener à lui – l'avait-il déjà vu quelque part ? Il ne lui semblait pas, pourtant.

____________« Aditya. », glissa-t-il sur un ton neutre avant de boire quelques gorgées de thé, le liquide brûlant réchauffant agréablement sa gorge en ces temps froids. Bien que le printemps ait commencé depuis quelques semaines, les vestiges de l'hiver étaient encore bien établis ; seule la chaleur écrasante de l'été pourrait changer la donne.

______Il tendit cependant l'oreille, supposant qu'il n'en avait pas terminé. Et visiblement, il avait eu raison.

____________« En effet. C'est monnaie courante, au temple Seidou, d'autant plus que c'est particulièrement agréable de se ressourcer en soi-même plutôt que dans des choses matérielles. »

______ll avisa un regard vers son nouveau interlocuteur – décidément, depuis qu'il s'était engagé dans l'art ninja, il avait pu remarquer à quel point les Kirijins pouvaient être sociables. Pas que ça le dérange – en fait, d'un côté, si ; son côté introverti ressortait parfois, mais seulement avec les personnes qu'il ne jugeait pas dignes d'intérêt or ça n'était pas le cas ici présent. Du moins, à ce qui lui paraissait.

____________« Cela ne ferait pas de mal que cette pratique se diversifie, qui sait, peut-être que certains expérimenteraient pour la première fois une réflexion intelligente. » Il prit une légère pause avant de poursuivre. « Mais j'imagine que vous connaissez déjà ce sentiment. » ; si le Hyôsa avait employé le mot « aussi » dans sa question de plus tôt, c'est qu'il était définitivement concerné par ses propres propos. Et cela le rassura, d'un côté. Peut-être que cette discussion impromptue avait plus à lui apporter qu'il ne le pensait.

______Son regard se déposa sur l'épée qui tintait dans son dos à chacun de ses mouvements – difficile de ne pas la remarquer. Vu l'état de la lame, elle était soit d'une très bonne confection, soit très bien entretenue par son porteur. Ce détail singulier attira son attention.

____________« Cependant je n'aurais jamais pensé qu'un homme privilégiant l'art de l'épée aurait à redire sur ce sujet. C'est, en tout cas, une lame singulière que vous avez là. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 27 Jan 2019 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Sam 19 Jan 2019 - 7:53
Notre jeune héros écouta avec attention les paroles du sage prénommé Aditya, ils étaient tout les deux, pour le moment, sur la même longueur d’onde ; une vision bien spirituelle d’un monde en constante expansion. L’Hyôsa n’avait rien à redire à ce sujet, son comparse avait parfaitement raison, l’Homme avait mit de côté la pratique de la méditation au profit d’entraînements qui n’apportaient pas forcement les résultats escomptés. L’âme se doit, toujours, d’être en symbiose avec le corps et vis-versa, sinon la machine devient bien vite défectueuse...

L’Hyôsa avait noté que l’érudit provenait d’un temple. Nul doute qu’il serait capable de le guider vers le sentier harmonieux qu’était la méditation. Découvrir le point de vue d’une personne pratiquant de tels préceptes sans pour autant être lui même un samouraï était fascinant. Aditya saura sans aucun doute le guider et lui permettre d’acquérir la sagesse nécessaire pour embrasser la méditation sous sa forme la plus pure et ainsi pouvoir atteindre le rang de ses maitres spirituels, les samouraïs.

— Tout ceux-ci est fort intéressant. Comme vous avez pu déjà le deviner, je suis moi même un adepte de tels pratiques. Cela est monnaie courante dans mon pays d’origine, Tetsu no Kuni. Tout homme se veut adepte de cette philosophie même si certaines bifurque quelques peux les unes des autres.

Dans la psyché de notre jeune homme, on pouvait apprendre tout, de la part de tout le monde. Nul grief ne devrait être fait à l’enfant qui voudrait jouer le rôle d’éducateur face à un guerrier ou un sage émérite. La situation n’était pas exactement pareil dans ce cas, mais elle s’y rapprochait fortement. Aditya semblait bien renseigner sur ce sujet, il était peut être même maître en la matière. Nul doute que notre candide écoutera avec attention ses paroles, après tout, cela l’aidera intrinsèquement à devenir ce qu’il était réellement, un samouraï.

Notre Hyôsa n’attendra pas plus longtemps avant de bondir sur l’occasion qui apparaissait, pour son plus grand bonheur.

— En parlant de cela, peut être, pourriez vous sûrement me guider ? J’ose espérer atteindre, un jour, la méditation, sous sa forme la plus pure, dans l’optique de me rapprocher de mes congénères Tetsujine. Vous pourriez sans doute me conseillez ou tout simplement m’expliquer votre façon de faire afin de comprendre nos différences et de les assimiler pour progresser dans ce long sentier qu’est la vie.

À défaut de voir sa vision de la méditation bouleverser à jamais, il s’en sortira peut être avec de nouvelles connaissances et c’était cela qui lui importait le plus. Suite au regard du sage, notre jeune assimilateur ôtera son arme de la ceinture afin de la poser sur ses genoux tout en dégainant très légèrement la lame. Les armoiries de deux clans très connus dans le Yuukan pouvait ainsi être aisément reconnaissable, celles des Nagamasa ainsi que les Hyôsa.

— On ne peut rien vous cachez. Le Bushido tant dans ses vertus, que son code morale, accapare une place importante sur la spiritualité. Bien plus, à mes yeux, que l’apprentissage du maniement du katana. Bon nombre d’érudits parmi les miens ont traiter de ce sujet, d’où découlent désormais un nombre conséquent de maximes et de préceptes. Ce serait un plaisir d’échanger avec vous à ce sujet.

Ichiryû ne ratait, jamais, aucune occasion de pouvoir parler de la Voie, le Bushido qui prônaient ces fameuses vertus dont tout hommes devraient prendre exemple. Ce fameux code morale ayant façonner les plus grands. Étant un sujet qu’il maniait sur le bout des doigts l’élève pourra devenir le maître tandis que l’enseignant pourra revêtir le rôle de l’enseigné.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Sam 19 Jan 2019 - 15:10
______Aditya ne put retenir un sourire, le visage baissé vers la lame. Cela ne le dérangeait pas de partager son expérience, au contraire, il s'en sentait assez flatté. En tant que simple être humain, il pouvait bien en éclairer un autre.

____________« Le Bushido, dites-vous ? J'aimerai bien en apprendre plus sur cela si ça ne vous dérange pas, je n'ai pas encore eu le loisir de rencontrer de samouraïs dans mes voyages. Mais vous attendez sûrement que je vous réponde avant cela. »

______Il jeta un coup d’œil au Hyôsa en buvant une énième gorgée de son thé. Il reposa le verre sur le plateau, dans un tintement significatif avant de poursuivre :

____________« Et bien, il n'y a rien de plus simple. Mais l'efficacité se trouve dans la simplicité me diriez-vous : la première étape consiste à la préparation à laquelle l'on s'adonne avant de commencer notre première méditation. Je n'ai pas eu le loisir d'en faire l'expérience puisque je n'ai rejoint Kiri qu'il n'y a quelques semaines – j'ai commencé à méditer dès l'enfance, dans mon pays natal. Cependant, j'ai pu observer l'initiation des jeunes élèves des moines. »

______Aditya déroula ses jambes de sa précédente position. Le bout de son pied vint faire glisser l'un de ses geta vers l'avant, et alors qu'il recommença l'exercice sur la seconde, toutes deux tombèrent au sol dans l'herbe fraîche. Il se redressa ensuite, laissant ses pieds nus fouler le sol ; il avait toujours apprécié cela, d'avoir une connexion directe avec la terre et la nature. Son regard se perdit dans la contemplation du jardin zen alors qu'il se remémorait les souvenirs de son arrivée.

____________« L'un des prérequis est de comprendre que le corps ne fait qu'un avec l'esprit. La méditation n'est pas seulement un travail sur soi par la pensée mais une domination du corps. Quoi que, le mot « domination » est mal choisi. Il s'agit plutôt d'un voyage où, à force de mieux comprendre son corps et son esprit, l'on devient plus que cela – plus que ce que le monde tend à vouloir nous définir. Chacun d'entre nous est fait de chair, et la méditation, puisqu'elle convoque notre être dans son entièreté, doit être actif lui aussi. Ce travail que l'on fait en amont est tout aussi, si ce n'est plus, important que l'acte de méditer en lui-même. », il se retourna finalement face à l'homme, l'éclat de ses yeux bleus rencontrant ceux du samouraï. « Cependant je me dois de vous contredire sur un point. La méditation n'est pas une forme pure, mais un outil qui vous mènera à une... sorte de paix intérieure. Si vous souhaitez vraiment en devenir un adepte, c'est vous-même que vous devrez maîtriser. Cet exercice ne vous permettra que de mieux y parvenir. Comme tout outil, il se retrouve inutile si le manieur n'en est pas conscient. Mais vous avez dû connaître un sentiment similaire votre lame ; sans maîtrise, elle n'est pas plus dangereuse qu'un couteau. C'est la même chose pour la méditation. »

______Son regard se perdit de nouveau, seulement une dizaine de secondes, dans les divers recoins du jardin zen. Après quelques instants, il pointa la position d'Ichiryû avec le bout de ses doigts, la paume légèrement relevée vers le ciel. Il arborait un sourire rassurant, bien que discret.

____________« Si je ne vous ai pas perdu avec mes explications, je vous invite à prendre une position qui vous est confortable pour méditer. Les deux jambes croisées, seulement une ou aucune, du moment que vos mains se posent sur vos genoux et que vous n'avez aucun problème à la maintenir pendant plusieurs minutes. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 27 Jan 2019 - 12:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Dim 20 Jan 2019 - 7:26
Aditya était l’un de ces hommes sage doué de perspicacité mais surtout d’une sagacité sans limite. Nul besoin de revenir sur ces mots. Il avait parfaitement expliquer la situation qui pouvait être considérer comme "donnant-donnant". Le pieux lui expliquera comment il intègre la méditation ainsi que les éventuelles différences entre la retraite spirituelle des moines de celle des samouraïs. Puis s’en suivra un débat entre deux passionnés de préceptes philosophiques prônant un contrôle total de l’âme, de l’esprit et du corps. Leur discussion venait tout juste de débuté qu’il était déjà aux anges.

La vision du monde d’Aditya l’aidera sans aucun doute à gravir les échelons pour atteindre le saint graal ; une maîtrise parfaite de son esprit et de son corps pour enfin pouvoir prétendre à la caste des samouraïs.

Notre assimilateur écoutera avec une certaine attention non dissimulée. Ces paroles étaient lourdes de sens et démontrer une totale maitrise d’un sujet qui semblait lui être important. Tout comme Ichiryû est le Bushido, finalement. Notre jeune apprenti n’osa pas interférer dans le discours de l’érudit. Son savoir était si important que de simple mot, sans réel intérêt ne ferait qu’entacher cette leçon. Les deux hommes bien que disposant tout deux d’une perception du monde différente partageaient une nuée de point commun. Une sorte de doppelgänger bouddhiste à défaut d’être un soldat du Fer.

Le cours continuait de plus belle, tandis que notre élève suivait avec attention chacune des paroles, chacun des mouvements. La méditation que prônait Aditya ressemblait étonnement à celle qu’invitait le Bushido. La méditation était un outil servant une cause supérieur. Notre apprenti c’était mal exprimer mais le maître ne passa pas outre et décida de le corriger. Voila l’une des raisons pour laquelle Ichiryû appréciait le sage.

— Le Bushido invite aussi à cet outil ingénieux et formidable qu’est la méditation. Je suis agréablement surpris de savoir que moine et samouraï ne sont finalement que la même facette d’une même pièce, concernant ce sujet en tout cas. C’est toujours un plaisir que de redécouvrir un fait sous un oeil nouveau.

Sans plus attendre et suivant les directives du moine, notre assimilateur viendra s’asseoir dans une position qu’il prenait le plus clair de son temps quand il méditait pendant de longues heures. Le samouraï se relèvera avant de s’asseoir quelque secondes plus tard à même l’herbe, ses jambes c’étaient plier afin de faire en sorte que son postérieur repose sur ses talons tandis que ses mains venaient très délicatement effleuré ses propres genoux avant de se poser dessus. Son regard c’était clos, bien qu’à l’aise dans le vagabondage spirituel, cette fois-ci, il suivra en choeur son camarade.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Lun 21 Jan 2019 - 11:11
______Aditya laissa un sourire réservé se dessiner sur ses lèvres, alors qu'il rabaissa sa main le long de son corps. Cela faisait réellement plaisir de voir quelqu'un aussi féru de méditation qu'il ne pouvait l'être ; bien qu'il se fût fait à la compagnie des moines du temple Seidou, ces derniers, lorsqu'ils n'étaient pas happés par leurs obligations religieuses, avait bien eut de temps pour discuter profondément sur le sujet. Sauf l'un d'eux, peut-être, avec qui il avait tissé plus de lien – il faut dire qu'étant donné que tous deux se levaient aux aurores, leurs horaires de méditation étaient relativement similaires. Coupant néanmoins ses pensées pour accorder tout son temps au Tetsujin, il s’assied en face de lui.

____________« Le point central de la méditation comme nous l’enseignent les moines est le contrôle de sa propre respiration – c’est en cela que le corps travaille lui aussi à l’exercice. Un fois que vous en êtes conscient, il vous faudra percevoir l’air dans votre corps, sa circulation, du moment où vous l’inspirez jusqu’à ce qu’elle rejoigne vos poumons. Cela peut être assez compliqué au premier abord, mais rien qu’avec une connaissance modeste, je n’ai vu aucun élève manquer à sa compréhension. »

______Aditya disposa ses jambes en tailleurs, conformément à la position du lotus qu’il affectionnait le plus souvent. Ses mains se reposèrent lâchement sur ses genoux, les épaules étrangement détendues. Il jeta un coup d’œil à sa tasse de thé, plus en hauteur. Etant donné la légère vapeur qui s’en échappait, elle était encore assez chaude pour être bue. Qu’importe, après tout. Il inspira plusieurs fois, au début. Puis ses respirations se firent plus espacées, mais également plus profonde.

____________« Une fois que l’on est arrivé à ce stade, l'intérêt principal est de charger cette inspiration des souffrances que l'on ressent, de tout ce qui peut empoisonner notre vision du monde. De fait lorsque l'on la rejette, c'est en un sens ces souffrances que l'on extériorise. Cela nous aide à garder la tête froide. Cependant, s'atteler à des souffrances trop enfouies en nous dès le début n'est pas quelque chose que je conseillerai. Vous risqueriez de vous y noyer avant de pouvoir l'atteindre. C'est un travail de longue haleine, mais au fil du temps, la méditation apaise vraiment l'esprit. La vie est plus facile à supporter. », il lâcha la dernière phrase dans un murmure, le regard perdu sur la tige de bambou s'élevant et s'abaissant au rythme du courant.

______Il se reprit quelques instants, décidant que l'occasion était parfaite pour mettre en place ses propres conseils. Pendant plusieurs minutes, le silence emplit l'air, jusqu'à ce qu'il ré-ouvre les yeux sur la silhouette d'Ichiryû.

____________« Mais assez parlé de cela. Dites-moi tout sur la voie que vous appelez Bushido. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 27 Jan 2019 - 12:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Mar 22 Jan 2019 - 5:28
Ichiryû se laissait peu à peu avaler par son être. Son seul lien avec le monde extérieur sera la voix du moine qui venait le bercé tandis que les méandres de son âme prenait de plus en plus de place. Le concept de respiration était présent, même parmi les samouraïs mais il n’était pas poussé à ce paroxysme. C’était un bon poing à connaître mais plus interessant à maîtriser parfaitement.

Notre héros ne répondit pas, il était bien trop concentré à mettre en pratique les conseils du vertueux Adorya, d’autant plus qu’il ne voulait toujours pas briser ce lien avec le monde extérieur sinon il connaissait par avance ses futures réactions, il se fera submerger. Dans sa psyché, les échos du funeste passé venaient peu à peu à prendre en ampleur... La respiration sera sa meilleur réponse pour ce fléau d’outre-tombe. Il fallait ressentir... Devenir l’air. Ne faire finalement plus qu’un avec cette essence primaire et s’en servir pour recracher le mauvais résidant en sa propre personne. Rester calme et paisible en toute circonstances.

Les sons n’atteignaient désormais plus Ichiryû. La respiration venait prendre le rôle de la bouteille jetée à la mer mais... C’était presque sans effet désormais. Il était seul dans l’abime, face à ses propres péchés, ceux qu’il tentait de terré, ceux qui venaient alimenter sa haine grandissante du Shogun. Le sang gicla, les scènes qui l’avait traumatisé se répétaient dans sa tête ce qui se répercuta dans le « monde réel » en un léger froncement de sourcil. Contre toute attente, il continua son expédition, cette retraite spirituelle, à la recherche de la plénitude ultime. Il était face à sa propre personne dans son palais mental.

Les cauchemars du passé ne cessaient de venir s’enquérir de l’assimilateur. C’était de plus en plus dur pour lui de combattre cette partie enfouie de lui mais sa volonté de fer ne désemplit pas. Bien au contraire ! Il voulait touché le fond pour comprendre et connaître les chaînes qui l’entouraient/retenaient et ainsi pouvoir enfin s’en débarrasser. Devenir samouraï entrainait moult sacrifice. Une de plus ou de moins n’était rien pour lui...

Au plus bas de l’abîme - qui se voulait être son plus haut seuil de souffrance - se trouvait un trône de glace majestueux, une silhouette était d’ailleurs assise et le regardait anormalement. Diverses illusions cauchemardesque venaient l’assaillit, toutes plus psychédéliques les une que les autres. Tandis que son esprit était sur le point de se briser, une lumière jaillit, illuminant les environs. La respiration était indéniablement l’élément clef de toute méditation sérieuse, il avait en quelque sorte réussit à purgé une partie de ses vieux démons... Non ce n’était pas lui, mais bien son père ou plutôt ses nombreux enseignement qui venaient en quelques sorte de l’épauler dans cette rude épreuve. Les flots intarissable de la sagesse des anciens venaient se répandre en lui dans l’optique de noyer et d’emporter pour le moment de reste des cauchemars et autres souffrances. Certaines maximes lui revint à l’esprit.

"L'esprit paisible est comme l'eau calme réfléchissant l'éclat de lune. Videz l'esprit et vous réaliserez l'esprit paisible."

"Ne pas emprunter la force d'un autre, ni ne s'essayer à sa propre force; couper les pensées passées et futures, et ne pas vivre dans l'esprit de tous les jours...alors la Grande Voie est devant vos yeux."

"Soyez maître de l'esprit plutôt que maîtrisé par l'esprit."

Son regard s’ouvrit, c’était comme s’il avait passé plusieurs heures voir journée loin de tout. Son front était emplit de sueur en raison de la difficulté... Mais son sourire, immense et sincère venait illuminé ce même visage. Sa rencontre avec Aditya n’était pas fortuite et l’avait fait grandement mûrir, en très peu de temps.

— Merci.

Simple mais aucun moment n’aura suffit pour exprimer sa satisfaction sur le moment. Tout n’était pas encore terminé, il devra - plus tard - se replonger dans son esprit pour éradiquer le fardeau.

— Le Bushido est un code morale voir philosophique que tout samouraï se doit de respecter afin de préserver son honneur. Aussi appeler la Voie, on la décompose assez souvent en sept vertus bien distincte - bien qu’il y en est bien plus encore. Rectitude, Courage, Compassion, Respect, Sincérité, Honneur et enfin Loyauté. Le Bushido englobe aussi bon nombre d’arts telle la peinture, la poésie ou encore l’art du Kenjutsu. Bien que cela puisse paraitre étrange, le samouraï se concentre bien plus sur son esprit que sur son arme. Son objectif est de rendre cet esprit aussi tranchant que sa lame tout en dépassant les limites biologique auquel son arme ou son corps sont sujet. Ainsi, ce n’est pas le corps qui domine comme dans bon nombre de domaine. Je sais que cela puisse paraitre légèrement flou, alors n’hésitez pas à posez vos questions afin en savoir plus. Je me ferais une joie de vous rendre l’appareil.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Mer 23 Jan 2019 - 11:33
______Bien qu'extérieur au voyage que parcourait le Hyôsa au sein de son esprit, le regard imperceptible d'Aditya remarquait tout de même quelques manifestations au cours des minutes qui s'écoulèrent dans un silence agréable, bien loin d'être pesant. Un sourcil froncé, puis un large sourire. Vraisemblablement, son partenaire de méditation était arrivé à dépasser une première difficulté qui restait inconnue à ses yeux – il ne pouvait que s'en féliciter, Ichhiryû semblait bien plus serein que lors de leur premier échange plus tôt dans l'après-midi. Lorsqu'il vit ses paupières se soulever de nouveau, il comprit que son cheminement mental venait de prendre fin.

____________« Merci. »
____________« Je vous en prie. », murmura-t-il presque imperceptiblement pour ne pas flouer ce sentiment de plénitude qui emplissait tout à chacun lorsqu'il sortait de méditation. Les sentiments étaient toujours difficiles à exprimer, à ce moment-là, le temps que l'on revienne à la réalité et que l'on réalise de nouveau que nous étions dotés d'un corps ; si ce merci bien simple pouvait paraître à d'autre sec ou impersonnel, il savait par expérience que les choses pouvaient bien plus intense en réalité.

______D'un geste silencieux, il se releva vers son ancienne place, délaissant la fraîcheur de l'herbe pour retrouver l'accalmie d'un savoureux verre de thé. Alors qu'il remplissait de nouveau le sien d'une eau plus chaude, il se permit de s'emparer également de celui du samouraï et de lui tendre, par pure politesse. En se réinstallant en position assise, il écoutait avec attention les explications sur le Bushido. Totalement étranger à ce concept qui habitait chaque homme dont l'intérêt était polarisé et amplifié par l'honneur et le fer, ces précieuses informations ne pouvaient que lui apporter un savoir nouveau.

______Ainsi dont, le Bushido se formait autour de sept vertus principale. Une première interrogation germa dans l'esprit d'Aditya, mais il doté d'assez de politesse pour laisser son comparse terminer ; peut-être répondrait-il de lui-même dans les minutes à suivre. Comme toute école de vie, il nota que la peinture et divers arts nécessitant une certaine rigueur étaient de mise – d'un côté, cela lui parut même étonnement logique. La peinture requérait une certaine dextérité pour guider le pinceau de manière précise : chaque mouvement aléatoire pourrait ruiner une pièce maîtresse. En cela, elle faisait un parfait enseignement pour le maniement à l'épée. Apprendre à être toujours conscient, en alerte, et à manier une chose que l'on tient dans sa main précisément, comme une extension de son propre corps. Quant à la poésie, elle était sans aucun doute un entrainement pour l'esprit. Choisir ses mots avec soin était en effet un prérequis pour chaque personne aspirant à être bon orateur, mais plus encore, elle permettait de réaliser pleinement ce que l'on souhaitait réellement dire, sans détour ni fioriture – la poésie a toujours été bien plus belle lorsque ses vers venaient du cœur.

______Il patienta jusqu'à ce qu'il ait terminé sa tirade, prenant quelques secondes pour mettre ses idées en place, aidé d'une gorgée de thé.

____________« La manière dont vous l'abordez est un gage certain de l'importance que vous lui vouez. Quant à son organisation, j'en suis impressionné ; la poésie pour l'esprit, la peinture pour la lame, et le kenjutsu mêlant les deux enseignements. Mais quelque chose m'intrigue, depuis le début de vos explications. Ces vertus qui composent un samouraï, qu'arrive-t-il s'il y faillit ? La seule chose que je connaissais auparavant de cet ordre fut leur réputation d'être des hommes profondément honorables, ainsi je ne doute pas que chacun respecte ces préceptes avec attention. Cependant, je sais également qu'aucune société n'a pas eu la chance de voir un vers se glisser dans la pomme, ainsi je suppose que vous avez déjà observé un comportement contraire. »

______Il prit une brève pause avant de continuer. Il y avait quelque chose qui l'intéressait particulièrement.

____________« Si ça n'est pas un secret que vous devez gardé au sein de votre ordre, pourriez-vous m'instruire sur le voyage que l'on entreprend pour devenir samouraï ? J'ai bien souvent vu qu'une société ou un ordre se jugeait par la manière dont l'on enseignait aux jeunes qui la composaient. Et quelque chose me dit que celle du Bushido est plus que singulière. »

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 27 Jan 2019 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 23:16
Le nirvana venait en quelque sorte d’être atteint pour notre jeune érudit et son mentor de la journée ne lui tint pas rigueur pour son manque d’expression évident suite à ce rite initiatique. L’exorcisme avait fait germé un sentiment de bien fait inouïe dans son corps. C’est ensuite tout naturellement qu’il suivit Aditya qui s’en allait reprendre sa place initiale, autour d’un bon verre de the bien fumant tandis que les badauds s’agglutinaient peu a peu dans le jardin zen. La tête de notre héros vint incliner une seconde fois en remerciement pour l’irrigation de l’eau bouillante dans son verre.

Ce fut au tour de l’Hyôsa de ce taire pour écouter avec intérêt les propos de son camarade. Son intérêt pour les samouraïs était louable et ses questions étaient d’une pertinence rare.

— Votre réflexion est très interessante et je ne saurai être un disciple de cette voie si je ne vous disait pas toute la vérité. Même parmi les hommes les plus pieux qui ont put fouler le sol de leurs pas, il y a toujours eut ce fameux vers, comme vous avez pu le remarquer sans doute déjà. Les samouraïs n’échappent en rien à cette loi naturelle immuable. Traiter ce genre de cas est complexe et peut résulter en d’innombrable cas de figure en fonction du degré de la faute... Tout d’abord, il faut noter que l’honneur pour un samouraï est bien plus important que la vie ou la mort, pour nous, il est préférable de mourir en chien ou en une personne qui n’a rien accomplit de sa vie mais qui a su préserver son honneur qu’en homme opulent ou en un héros légendaire qui aurait troqué cet honneur contre un vil prix. Une fois que le déshonneur a empiété sur le samouraï, il ne lui reste plus qu’un choix : le seppuku qui consiste à se suicider pour se racheter et s’encourir de cet honneur perdu. Il existe pourtant d’autre cas de figure, un samouraï perdant son Seigneur ou Shogun a plusieurs choix à sa disposition. Le seppuku pour accompagner son Seigneur s’il s’avère que ce dernier soit légitime. Devenir un rōnin ou plus concrètement un samouraï sans maître et enfin, abdiquer et devenir le vassal du nouveau maître. Beaucoup de samouraïs, une fois devenu ronin, troque à vile prix leur honneur et ne ce seppuku pourtant pas... Bien entendu tout rōnin n’a pas forcement son perdu honneur...

Sa réponse pouvait sûrement paraitre quelque peu désordonné pour le sage, mais Ichiryû était en quelque sorte obligé de broder la vérité entre elle - sans y ajouter un quelconque mensonge - afin que sa réponse paraisse « compréhensible ». Tout les hommes ne sont pas capable de comprendre pourquoi l’honneur et si important pour eux et certains même osent mettre cela sur le compte d’un égocentrisme surdimensionner... Un mensonge éhonté bien entendu.

— Aussi étrange que cela puisse paraitre et ceux malgré la difficulté inhérente d’atteindre cette caste, il n’est pas difficile de devenir un samouraï, selon mon regard bien entendu. Le samouraï se doit d’être un homme juste et sans peur, les vertus du Bushido ne doivent faire qu’un avec son être et son être ne doit faire qu’un avec ces vertus. Son esprit doit être aussi tranchant qu’une lame quand il le faut et aussi malléable que le roseaux si la situation s’y prête. Ce n’est qu’une fois cette mentalité et vision du monde atteinte que l’usage ou plutôt l’apprentissage de la lame débute. Il faut bien entendu être un maître sans égale dans sa façon de manier son prolongement, le katana, mais ce n’est pas le plus important. Ainsi, l’homme bon entraînant dans son sillage paix et compassion autour de lui sera toujours attirer avec une facilité étonnante par ces vertus hautement humaine... Tandis que l’homme mauvais, n’entraînant que haine et colère dans son cheminement sera toujours rejeter par ces mêmes vertus et ainsi, ne pourra jamais être réellement un samouraï. Vous seriez peut être intéresser par l’idée de devenir vous même un samouraï ..?

Buvant une simple gorgée de son thé, notre assimilateur était à l’écoute des éventuelles autres questions du moine.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Sam 26 Jan 2019 - 12:48
____________« Je vois. Là où pour la plupart des hommes cherchent la reconnaissance et la renommée, les samouraïs n'en ont que faire et n'ont d'yeux que pour leur honneur. Même si se donner la mort paraît un peu extrême pour quelqu'un d'extérieur comme moi, je conçois tout à fait que pour une culture ce soit le seul moyen d'expier ses péchés ; certains disent que le plus grand d'entre eux est de naître, aussi semble-t-il tout aussi équivoque de la reprendre pour se purifier. »

______Il délaissa un petit sourire en entendant la question de son comparse.

____________« Même si c’est un noble chemin, je crains de ne pas le suivre. J’ai déjà trouvé une partie de la paix que je recherche en donnant une nouvelle vie aux vestiges du passé – tels que les statues du temple Seidou, principale raison de ma présence auprès des moines – et dans la méditation. J’espère que la voie ninja m’apportera ce qu’il me manque. »

______Il but une autre gorgée de son thé, prenant le temps de réfléchir aux dernières informations précieuses qu’Ichiryû lui avait confié. Il se félicitait du fait que le Bushido privilégie en premier lieu un état d’esprit sain avant de mettre une arme entre les mains de ses disciples ; en cela, bon nombre de divergences devaient d’ores et déjà être évitées. Néanmoins, ce qui le surpris réellement fût que le statut de samouraï n’était pas à proprement parlé délivré par qui que ce soit ; c’était quelque chose qui s’obtenait à force de dur labeur et de dignité. Ceux souhaitant le devenir mais n’ayant ni les capacités morales ou psychologique pour embrasser pleinement les vertus de cet ordre ne pouvaient se vanter d’être un samouraï ; ils n’en étaient que leur reflet, informe et décadent.

______Puis il repensa à ses explications sur le statut d’un samouraï ayant perdu son seigneur ; être un rônin. Etant donné l’attachement singulier qu’il ressentait à travers ces mots entre Shogun et samouraï, il se doutait qu’aucun maître de la lame ne briserait volontairement son vœu d’allégeance si certains n’hésitaient pas à se donner la mort pour lui. A moins qu’il ne soit plus de ce monde ou qu’il y ait une divergence d’idéaux entre eux, le samouraï suivait son Shogun comme son ombre. Son regard glissa vers son comparse, quelque peu intrigué. Il n’avait pas connaissance de tel seigneur à Mizu no Kuni, encore moins dans le village de Kiri ; ainsi, qu’est-ce qui avait bien pu amener le Hyôsa à Kiri, si ce n’est les attaches de son clan ?

____________« Devrais-je en déduire qu’étant donné l’absence de Shogun en ces lieux, vous êtes vous-mêmes un rônin ? », déclara-t-il à voix basse, conscient qu’à tout moment cette question pouvait se révéler extrêmement personnelle.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Lun 28 Jan 2019 - 0:35
Ichiryû écoutait les propos de son confrère qui était tinté du voile de la clairvoyance. Le savant savait manié les mots - tout en les comprenant - à la perfection. Il n’était pas de ceux s’insurgent d’un comportement ou d’une culture totalement différente a la sienne mais plutôt l’homme liant la fraternité à la raison. Un simple hochement de tête du coté du l’assimilateur vint corroborer les propos de l’érudit.

— Je vois, le principale est de trouver la voie du destin menant a la paix intérieure, nul doute que la votre est déjà toute tracée.

La question fatidique fut poser. Bien que cela ne l’enchantait jamais - que de parlé de ce pan de son passé - notre assimilateur n’avait point de choses à cachées, d’autant plus qu’Aditya pouvait être une oreille voir un guide pour lui.

— Il y a eu un coup d’État, il y a quelques mois maintenant. Taira Fugaku, actuel Shogun, a tué l’ancien Shogun, Nagamasa Nobuhide. Certains samouraïs se sont soulever face à la mort de leur Seigneur, ce fut le cas pour mes parents et compagnons d’armes qui perdirent tous la vie pour leur acte emplit d’honneur pour les uns et de félonie pour les autres. Si je suis ici, c’est pour une raison toute particulière. Mon père, à sa mort, ma fait prêter serment au sujet de trois points. Me réfugier ici, venger mes frères et soeurs tomber au combat et enfin assurer la bonne guidée des miens en devenant le prochain chef Hyôsa.

Ichiryû vint apporter son thé au niveau de ses lèvres avant de boire une légère gorgée.

— Et vous, qu’est ce qui vous a fait quitter votre temple pour devenir une ombre de la Brume ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100
Aditya
Aditya

Philosophie | Aditya Empty
Lun 28 Jan 2019 - 9:42
______Aditya glissa un coup d’œil vers son comparse, les yeux plissés. Visiblement, il avait touché une corde sensible. Néanmoins, son regard se fit compatissant et il écouta avec attention les confidences du Hyôsa, conscient qu’évoquer ce genre de choses n’était jamais à prendre à la légère. La perte de son seigneur et de sa famille fût éprouvante pour lui, étant donné le ton avec lequel il en parlait.

____________« Même si je n’ai jamais eu connaissance de ce lien qui unit les membres d’une famille, j’ai cependant moi aussi eut à essuyer la perte d’un être cher. Bien que je ne me permettrais en aucun cas de réduire votre peine à une autre, sachez que je la comprends. Navré d’avoir convoqué ces souvenirs. Cependant je suis persuadé que vous serez un chef de clan juste. », il souligna ce dernier point d'une voix posée qui démontrait que ça n'était pas une flatterie hypocrite ; Adtiya le pensait.

______Un silence s'installa entre les deux hommes, loin d'être pesant malgré le sujet qui venait d'être abordé, jusqu'à ce qu'Ichiryû ne prenne la parole.

____________« Et vous, qu’est ce qui vous a fait quitter votre temple pour devenir une ombre de la Brume ? »

______Aditya prit un moment pour décider de la manière dont il lui fallait aborder la question.

____________« S'il est vrai que je vous ai dit qu'il y avait un temple à Hayashi, malheureusement il n'était pas occupé par des moines ni utilisé pour les fêtes qui animaient mon village. », il fit une petite pause, se remémorant quelques souvenirs. « Je quittais à peine l'enfance lorsque j'ai commencé à vouloir arpenter le monde et découvrir ses mystères, mes pas m’emmenant tantôt dans le désert chaud de Kaze, tantôt dans les profonds canyons du pays de la Terre. Après plusieurs années passées à sillonner de nouvelles contrées, je suis retourné dans mon village quelques temps. Mais ayant toujours soif de découvertes, je me suis alors rendu à Mizu. Kiri m'avait séduite par son espoir de paix, contrairement aux autres nations qui privilégiaient la guerre. »

______Son regard se perdit un moment dans l'horizon, alors qu'un sourire fin se dessinait sur ses lèvres. Ces réminiscences lui étaient indubitablement précieuses.

____________« Les moines m'ont ensuite accueillis, et ce fut ainsi que je me retrouvât de nouveau dans cette atmosphère mystérieuse qui me plaisait tant chez les temples, celle du temple Seidou étant particulièrement séduisante. », il but une gorgée de thé, reposant le verre vide à côté de la théière en terre cuite. « D'ailleurs, en parlant de cela... », il se redressa d'un appuis sur son genoux, observant l'entrée. « Je crains de manquer à mes devoirs envers eux si je reste plus longtemps ici. Ce fut néanmoins un véritable plaisir de discuter avec vous, Ichiryû. »

______Il lui adressa un sourire à la fois poli et empli de gratitude, le saluant brièvement en se penchant en avant.

____________« Si la chance nous sourit, peut-être que nous nous recroiserons de nouveau ici ou lors d'une mission commune. »

______Après ces quelques mots, il se retira, laissant derrière lui la simple fumée de la théière comme souvenir de sa présence en ses lieux.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyôsa Ichiryû
Hyôsa Ichiryû

Philosophie | Aditya Empty
Lun 28 Jan 2019 - 20:18
— Vos mots me touche, je vous en remercie. Sachez cependant qu’il n’y a point de mal à réveiller de tels souvenirs. Nous avons tous un passé, rester focaliser dessus n’entraîne que la fuite d’un futur... Et je compte bien forger un futur digne de vos éloges.

Grâce à la sagesse infinie dont avait fait part son comparse, Aditya, notre énergumène c’était rapproché une fois de plus en direction d’un savoir qu’il espérait entièrement embrassé de par ses connaissances... C’était en quelque sorte un petit pas pour le sage mais un pas de géant pour l’Hyôsa.

— Je me dois de vous rendre l’appareil. Vous qui m’avez enseigner une partie de la méditation que j’ignorais j’aimerais vous rendre l’appareil sous la forme d’un entraînement. Cela ne pourrai qu’être bénéfique pour nous deux.

C’était en quelque sorte une façon de forger des liens bien plus solides entre les deux vertueux.

— Cela semble une histoire bien interessante, j’ose espérer pouvoir en savoir plus... Un jour !

Ichiryû laissera ainsi Aditya quitter le salon se thé, tandis que lui restera assis à réfléchir, pendant de longues minutes... Avant de s’en aller à son tour, l’entraînement n’était jamais fini.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Philosophie | Aditya

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: