Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[LIBRE/C] Sûreté portuaire

Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Ven 18 Jan 2019 - 14:51


LIBRE/C Sûreté portuaire
ft. Yasei Reikan & Mamoru Hōno

nota bene: l'ost représente l'ambiance du rp ou l'état d'esprit d'aditya lors de ce post

______Il observa un moment l'onde claire qui caressait la surface de l'eau ; elle était si limpide qu'il pouvait y déceler son reflet dans tous les détails. Ses cernes témoignaient des longues heures qu'il avait passer à étudier ces derniers jours, alors que le soleil avait déjà pris sa retraite dans le ciel. Il aspergea de nouveau son visage, laissant ses paumes traîner sur ses joues alors que quelques gouttes se faufilaient entre ses doigts. Et puis il soupira, lourdement. Son regard divagua sur la missive trônant le meuble en bois près de son lit. La déchirure subtile sur le côté de l’enveloppe, seule preuve de sa lecture passée, lui rappelait à quel point ce jour était important. Cela faisait bien longtemps qu'il attendait sa première mission. Mais une seule question tournait en boucle dans son esprit depuis le moment où il avait ouvert les yeux ; était-il seulement prêt ? Comment pouvait-il savoir qu'il serait à la hauteur ? Il n'avait pas pour habitude de douter de lui – il avait toujours su être prêt par le passé –, seulement, tout cela était nouveau pour lui. Que ce soit le fait de tisser des liens de camaraderie avec de parfaits inconnus, de devoir mettre sa vie entre leurs mains le temps d'une mission et d'avoir en échange la responsabilité d'assurer leurs arrière ou même le fait de se battre pour une nation pour laquelle il n'éprouvait – pour l'instant – aucun sentiment de patriotisme, toutes ces choses le poussaient à réagir de manière aussi étrange ; il était perdu. Si Reikan avait su apaiser une partie de ses doutes lors de leur dernier entrainement commun, leur rémanence continuait de le hanter.

______D'un geste marqué par la frustration à l'idée d'envisager sa propre incompétence, il épongea les dernières gouttes qui roulaient sur les traits de son visage. Passer un peu d'eau froide sur son visage l'avait toujours aidé à garder les idées claires. Mais visiblement, rien n'y faisait. Pour la première fois depuis bien longtemps, il n'arrivait pas se débarrasser de cette boule qui lui tiraillait le ventre. Bercé par le son des carillons du temple, il se retrancha dans la grande salle où patientaient son uniforme ninja. Qu'importe ses doutes et ses craintes, s'il ne se préparait pas, tout cela n'aura servi à rien.

[...]


______Ses pas écrasèrent l'herbe encore trempée par la rosée du matin alors qu'il détaillait les alentours du port Naragasa. À sa grande surprise, le lieu de rendez-vous demeurait désert. ...Évidemment. Après tout, il était en avance. Mais il ne s’inquiétait pas ; la lettre soulignait spécifiquement qu'ils devraient rejoindre le port comme un seul homme, aucune raison de penser qu'ils s'y seraient rendus de leur propre chef. Ils ne devraient pas tarder. Aditya fouilla ses poches pendant quelques secondes, attrapant la fameuse enveloppe entre ses doigts. Il déplia le papier avec une lenteur maladive – maudit froid. Ses yeux parcoururent de nouveau l'intitulé de la mission ; il voulait s'assurer de n'oublier aucun détail pour cette première responsabilité que l'on lui confiait. S'il avait d'abord eu des doutes sur sa décision – celle de rejoindre l'ordre shinobi –, ils s'étaient bien vite dissipés en voyant la missive. Il s'était senti utile, pour la première fois depuis qu'il avait débuté son apprentissage. D'après le résumé de la mission et ses objectifs principaux, elle n'était pas dangereuse en elle-même. Les vagues de migrations étaient monnaies courantes depuis ces dernières années ; que ce soit en suite à l'incident du Pays du Feu ou à cause de la crainte qu'inspirait la fuite des prisonniers de Wasure no Kuni, les villages cachés avaient toujours su les réguler de manière juste et surtout, profondément humaine. Et désormais, c'était son tour d'endosser cette responsabilité : chaque choix qu'il ferait, chaque parole qu'il prononcerait, au même titre que ses comparses, pourrait déterminer l'avenir de familles qui n'avaient pas d'autres alternatives que de rejoindre un pays sûr, où ils pourraient voir leur enfant grandir et s'épanouir et laisser leurs soucis derrière eux. C'était là, la difficulté principale ; savoir délirer le vrai du faux, la vérité du mensonge. S'ils laissaient passer un élément suspect au sein du village, ça n'était pas seulement leur vie qui serait en jeu, mais celle de chacun des habitants et des futurs arrivants qui verraient en Kiri un idéal de prospérité. Ce qu'il craignait, au fond, c'est d'avoir cette responsabilité sur les épaules, et de se voir échouer. Il laissa s'échapper un long soupir, et avec lui, tentait d'oublier l'appréhension qui lui tiraillait la poitrine.

______Il froissa le papier entre ses doigts, cachant bien vite ses mains rougies par le froid dans ses poches. Le silence qui s'écrasait sur les lieux, seulement entrecoupés par les bruits de la nature, le fit fermer les yeux quelques secondes pour apprécier la caresse de l'air frais sur ses joues laissées à nu. Son souffle s'élevait dans les airs au rythme de ses respirations, sous la forme légère d'une vapeur blanche. Il n'avait plus qu'à attendre les deux autres membres : s'il connaissait déjà Reikan, il espérait que ce fameux « Mamoru » serait à la hauteur de ses attentes – c'est-à-dire, sérieux et professionnel. Et alors qu'il perdait son regard dans l'horizon, il pouvait sentir la brume qui l'entourait s'épaissir ; tout se passerait bien.

______Du moins, c'est ce qu'il espérait au plus profond de lui.



Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Ven 18 Jan 2019 - 17:25
Tôt dans la matinée, Reikan pris connaissance effective de sa nouvelle mission. Il restait peu de temps à cette dernière pour terminer ses étirements du matin, avant de devoir préparer son départ pour le Port Naragasa. Loin d'appréhender ce nouvel obstacle qui s'imposait à elle, la jeune femme était bien décidée à satisfaire les ordres de ses supérieurs, pour enfin prouver ce qu'elle valait. Main forte... ils vont en avoir une sacrée, de main forte. De plus, l'altruisme et le dévouement à autrui imprégnaient tout deux son caractère, et ce depuis sa plus tendre enfance. Reikan était une femme qui avait le cœur sur la main, et c'est pour cette raison qu'elle n'avait aucune inquiétude quant à l'objet de la mission. Rien ne pouvait plus la satisfaire que de voir d'honnêtes innocents lui sourire, après qu'elle leur ait porté soutien. Et puis, ce n'est pas comme si elle était, elle aussi, le fruit de l'épisode d'immigration de masse que traversait Mizu no Kuni. De nature compréhensive, elle se sentait irrémédiablement concernée par la protection de ces familles, qui n'étaient qu'en quête de stabilité. Bien que cet exode, provoqué par le fléau des prisonniers de Wasure no Kuni, puisse permettre à d'honorables personnes d'accéder aux terres de l'Eau, force était de constater que le monde n'était pas tout rose. En tant que pays abritant l'un des trois villages cachés, Mizu no Kuni attirait la convoitise de certains esprits malveillants. La description de cette mission, qui lui avait été soumis par une lettre, obligeait Reikan à saisir l'importance du filtrage qui était opéré à l'unique entrée du Port Naragasa.
[invisible_edit]
Après avoir constaté la météo matinale en guettant par sa fenêtre, elle avait bien évidemment opté pour l'efficacité côté tenue, avec une combinaison noire près du corps, ses sandales et ses épaulières. J'imagine qu'il n'y a nullement besoin de plus. Munie de son bandeau qui pendait à son cou, de sa sacoche accrochée à sa cuisse et de son avis de mission, elle fut fin prête. Ni une ni deux, Reikan s'extirpa de son antre - ou plutôt, ce qui lui servait d'appartement - pour accéder aux toits, afin de ne pas subir les ralentissements provoqués par les habitants dans les rues - décidément, les citadins de Kiri étaient bien lève-tôt. La jeune tigresse entreprit la direction du Port Naragasa, zone côtière très prisée pour sa modernité et sa commercialité. Non seulement à travers l'énoncé de la mission, mais aussi par le biais de ses dernières balades exploratrices dans le village, Reikan avait déjà pris ses marques. Elle avait bel et bien conscience de l'attractivité de la plateforme portuaire, qui était le socle de marchandage le plus conséquent du territoire.

***

Peu avant son arrivée sur les lieux d'embarcations, Reikan pris soin de descendre des charpentes pour se fondre dans la masse immigrante et marchande. Il y avait de tout en provenance du pélagos sur les étals de pêche: poissons, algues... même les crustacés n'avaient pu échapper aux pêcheurs aguerris de Mizu no Kuni. Une foulée rapide et furtive permis à Reikan d'accéder au point de rencontre en un rien de temps, après avoir pris connaissance de la quasi-totalité des lieux. Elle s'avança jusqu'au bord d'un petit ponton, épargné par l'activité surabondante qui avait envahit le secteur depuis le retour des navires de voyage et des chalutiers, où elle avait perçu la silhouette atypique d'Aditya.

« Oï, Aditya. Pas trop stressé? D'ailleurs... où est le troisième membre? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 17 Déc 2019 - 20:48, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Ven 18 Jan 2019 - 21:19
« Aider les douaniers. » Qui avait eu l’idée de me donner une telle mission ? Avais-je une tête de passeur moi ? Si je devais m’occuper des migrants, les premiers que je ferai passer ce seront les criminels et les bandits des pays voisins histoire de rehausser un peu le taux de criminalité à Kiri qui était dernièrement pas mal en baisse.

« Pff.. »

Je ne comprenais vraiment pas pourquoi on m’avait coltiné à ce travail. Ce que je voulais moi, c’était de l’action, du combat, du sang ! Pas des missions de sauvetage en mer ! Qu’est-j’en avais bien à faire des migrants qui mourraient sur l’eau ? Ils avaient qu’à apprendre à nager — surtout que j’étais tout aussi inefficace qu’eux dans l’eau..

Enfin, je n’avais pas le choix. J’allais devoir la faire cette mission aussi barbante soit-elle. L’autorité du village était absolue et je ne voulais pas d’ennui avec ça, surtout que j’en avais déjà pas mal.. Nonchaleusement, je chiffonnai l’ordre de mission et je le jetai dans un coin de la ruelle là où je trouvais. Puis sans plus tarder, je pris le chemin vers le lieu de rendez-vous.

J’arrivai au port avec tout juste une petite dizaine de minutes de retard. C’était déjà un record pour moi, première fois que j’arrivais aussi tôt ! Je dirais même que j’avais quelques minutes d’avance par rapport à mon habitude.. Enfin bref.

Je pouvais reconnaître au loin les silhouettes de mes deux partenaires. En effet, on m’avait collé deux autres copains avec qui jouer aux héros justiciers des migrants. Intérieurement, je lâchai un énième soupire.

Les mains dans les poches, le dos légèrement avachi, je m’avançai sans précipitation vers le duo qui semblait n’attendre plus que moi. À leur hauteur, j’effectuai un léger sourire avant d’enchaîner avec une rapide salutation.

« Yo ! Mamoru Honō, enchanté ! Amusons-nous bien ~ Héhé ! »

Oui, c’était bien moi, « l’autre » « le troisième » «  le restant » bref ! On m’appelait bien trop souvent ainsi, je commençais à m’habituer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Sam 19 Jan 2019 - 15:11
______Et voilà. Aditya le sentait. S'il était autant stressé, c'est qu'il ne pouvait avoir qu'une explication ; quelque chose allait capoter. Et visiblement le karma avait un humour à part vu qu'il venait de lui prouver qu'il avait eu raison de s’inquiéter. Dix minutes de retard. Rien que de voir sa frimousse s'avancer vers le ponton sur lequel ils se trouvaient depuis une vingtaine de minutes, à quelques mètres de là, suffisait à l'énerver ; son sourcil qui tressautait en était la preuve flagrante. Il lâcha quelques mots soufflés à Reikan, teintés d'agacement.

____________« C'est exactement à cause de ce genre de choses que je suis stressé. », dit-il en désignant l'arrivant d'un signe du menton.

______Lorsqu'il les salua d'une voix enjouée et avec cet air simplet qui lui collait à la peau, Aditya comprit que la chose allait être plus compliquée que prévue. Les mouvements intempestifs de son sourcil s'étaient visiblement calmés, et il n'avait clairement pas le temps pour une leçon de morale de si bon matin. Néanmoins, il ne put se retenir de glisser une réplique sur son retard.

____________« Ravi de voir que certains d'entre nous prennent déjà leurs aises. », lâcha-t-il d'un ton acerbe et sarcastique. « Aditya. En route. »

______Il fit volteface, ne s'attardant pas pour se présenter auprès du nouveau venu. Après tout, ils n'étaient pas là pour faire ami-ami mais pour patrouiller. Il commença à marcher en direction du cœur du port, emboîtant le pas à Reikan. A peine eut-il dépassé le ponton que l'ambiance marchande se faisait ressentir ; de nombreux pêcheurs s'étaient retranchés près des docks pour y échanger leurs poissons frais ou les vendre aux nouveaux arrivants qui étaient bien souvent en manque de vivre après la longue traversée qu'ils venaient d'essuyer. De l'autre côté, on y discernait facilement les grands navires d'où descendait une marée humaine sans forme ni visage. Certains d'entre eux avaient la peau basanée – provenant sûrement des alentours de Kumô – tandis que d'autres étaient vêtus pour braver les plus grands froids – des Tetsujins ? – ou bien plus modestes. Il espérait qu'aucun prisonnier de Wasure no Kuni n'avait réussi à parvenir jusqu'ici, étant donné la proximité du pays avec l'archipel. De toute façon, il n'aurait eu aucun moyen de les reconnaître.

______Pris dans ses pensées, il sursauta en entendant une voix forte sur le côté qui semblait les appeler.

______« OHÉ ! VOUS AUTRES AVEC LES BANDEAUX DE KIRI ! »

______Aditya plissa les yeux, discernant une plaque du même acabit sur le tissu noué dans sa nuque qui recouvrait une partie de son crâne, s'arrêtant au-dessus des oreilles. Il devait faire partie de l'équipe envoyée sur place il y a quelques jours.

______« C'est donc vous l'aide que nous avait promis le Mizukage ? Vous arrivez à pic, deux navires viennent d'accoster. Ramenez-vous un peu par là qu'on vous mette au jus. Au passage, moi c'est Teikiatsu. Voici Inabikari et Kyûrû – il porte bien son nom, il est aussi indomptable que le courant. Ravi de vous rencontrer. »

____________« Plaisir partagé. », dit-il en fixant chacune des personnes qu'il présentait. La seule femme de leur groupe, Inabikari, semblait peu commode. Était-ce simplement voulu qu'ils portent tous le nom d’événements naturels ?

______« Du coup, tout ce que vous avez à savoir, c'est que... »

Spoiler:
 

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Sam 19 Jan 2019 - 20:07
Par tous les dieux. Ce fut la première pensée qui vint à l'esprit de Reikan, lorsqu'elle fut en mesure de constater l'animosité qui planait entre ses deux coéquipiers de mission. En même temps, il fallait dire que Mamoru avait clairement tiré sur la corde. Non seulement il était en retard, mais en plus, il en était fier. Elle qui connaissait bien le tempérament d'Aditya, elle se doutait déjà que ces deux-là n'allaient pas pouvoir se sacquer... et elle allait être au milieu. Et Reikan détestait être au milieu de ce genre de choses. Bien qu'elle était parfaitement capable de garder son calme, il ne fallait pas la chercher, et encore moins la trouver - à moins qu'on ne veuille finir décapité par un éventail de griffes aiguisées. Ses doutes furent confirmés, dès lors qu'Aditya se confia discrètement à elle.
[invisible_edit]
Décidant de ne pas interférer entre les deux - pour l'instant -, elle préféra tout bonnement la guérison à la prévention trop intrusive. La mission s'annonçait doublement périlleuse, mais elle ne baissait pas les bras pour autant. Pour couper court à tout rapport de force conséquent, elle décida d'ouvrir la marche vers la place principale du Port Naragasa, où une foule tempétueuse les attendait - presque de pied ferme. Décidément, les instructions de la mission s'avéraient d'une grande utilité et disaient vrai: il y avait de tout, sur cette côte bondée. Des marchands, des civils, des pêcheurs, des marins, des nouveaux arrivants... même les chats errants s'étaient regroupés près des stocks, en vue de quémander les invendus. En cette période très affluente, le Port Naragasa regorgeait presque de tous les types de navires pouvant exister, allant du chalutier jusqu'aux navires migrants, en passant par les bateaux de plaisance.

À mi-chemin, le trio fut interpellé par un autre, composé d'aînés. Ces derniers étaient censés diriger les apprentis ninjas dans leurs tâches, afin qu'ils remplissent leur mission d'assistance et de filtrage. Une fois les présentations faites, Reikan écouta attentivement les instructions plus affinées, données sur place par Teikiatsu.

« Du coup, tout ce que vous avez à savoir, c'est que vous allez combler notre manque d'effectif. Les arrestations sont monnaie courante par ici, alors vous n'avez pas le droit à l'erreur. Chaque bandit qui passe au travers des mailles du filet signifie qu'il y aura des morts, et vous en serez les principaux responsables... alors tâchez de redoubler de vigilance. »

Au cours de la discussion, Reikan reluqua de la tête aux pieds le trio de douaniers, avant d'attarder son attention sur les divers flux de personnes, et plus particulièrement celui des migrants. Intérieurement, elle priait pour que le froid qui s'était installé entre Aditya et Mamoru ne vienne pas tout faire capoter.

« Nous ne sommes qu'en début de matinée, et comme vous pouvez le constater, il y a déjà surabondance. Je vous laisse imaginer ce qui vous attend... passons. Cette mission de filtrage consiste à tamiser chaque artère du Port Naragasa, susceptible de mener au centre-ville de Kiri. Les plus petites d'entre-elles sont déjà assurées par nos camarades, mais les plus grosses tendent à poser difficulté, à cause des mouvements de foule. Ainsi, chacun d'entre vous aura une zone bien précise à gérer. »

Le principal orateur de ce trio pris un temps de pause, pour sortir ses propres papiers d'identité et illustrer ses propos.

« Bien entendu, il vous faudra contrôler l'identité des migrants, ou toute personne qui aurait un comportement anormal à votre goût. Ensuite... »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 17 Déc 2019 - 20:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Sam 19 Jan 2019 - 22:24
Autrement dit, on allait juste servir de mains d’œuvres parce que l’équipe sur place était incapable d’effectuer son propre travail. Il était inutile de se voiler la face et d’essayer de dire les consignes le plus joliment possible, nous étions ce que nous étions : des pions. Lâchant un soupire, je croisai les bras derrière la tête et je me mis à siffloter un petit air de marin tout en suivant derrière le groupe.

J’écoutais les consignes d’une oreille distraite. C’était juste ridiculement long à n’en plus finir. Déjà, ils avaient tous les trois des noms ridicules — bon, je ne pouvais pas dire grand chose parce que mon propre nom était aussi un petit peu ridicule sur ce plan. Mais les poster tous les trois ensemble les rendait encore plus ridicules ! Étaient-ils dame météo ?

Ensuite, écouter tout un discours sur l’importance de notre responsabilité était juste ennuyant. Comme si on pouvait tenir quelques genins responsables des meurtres au sein du village.. C’était clairement une mélodie chantée pour nous motiver à faire de notre mieux. Qu’est-ce que j’en avais à faire de la population ? C’était déjà bien que je ne sois pas tenu pour responsable direct de leur mort.. Ahem.

Au final, toutes ces formalités n’étaient que pour l’image histoire que les villageois nous soutiennent, nous encouragent et surtout.. Nous payent. Enfin, pas nous, mais ceux qui étaient au dessus de nous. Ce qu'ils voulaient réellement c’était éliminer les taupes pour éviter que des informations confidentielles du village fuites vers les factions ennemies.

« Aaaaaah lala.. » Murmurais-je à moi-même.

Et notre guide touristique — ou presque, continuait.

« Vous agirez en fonction de leur nationalité. Si ce sont des non Mizujins, vous devrez les envoyer aux douaniers et au Kanchi Taipu. Nous gèrerons leur entrée. Si ce sont des Mizujins, vous pourrez vérifier vous-même leurs papiers, leur identité et leurs bagages avant de pouvoir les laisser entrer. Les civils et les commerçants peuvent entrer sans souci au village, mais les autres devront remplir questionnaires et formulaires avant de pouvoir passer la porte d'entrée. C'est très important, je compte sur vous pour n’en laisser passer aucun !

Et si vous voyez des comportement agressifs ou des conflits éclater — ne sait on jamais dans ces endroits bondés de foule, n’hésitez pas à intervenir ! Il en est même de votre de devoir en tant que shinobi : vous devez rétablir l’ordre et sans aucune violence. Vous devez utiliser votre prestance pour vous faire entendre, c’est ainsi que vous saurez prouver votre valeur !
 »

Intérieurement, je repensais à mes deux partenaires. Ils avaient l'air droooooit ! La jeune fille ne prononça pas un mot depuis mon arrivée et le jeune homme ne fit que pointer mon retard du doigt. S’ils restaient aussi crispés, ils allaient vite se fatiguer.. Le stress n’était pas bon pour la santé, il fallait savoir se relaxer et prendre ses aises — comme moi !

Je n’aimais pas les gens aussi sérieux. Où allais-je trouver du divertissement avec de pareils partenaires ? Mais soudain, une brillante idée me traversa l’esprit. Je me remémorai les paroles du jônin que j'avais écouté à moitié. Je me tournai brusquement vers lui.

« Vous avez parlé de distribution des zones… Chacun de nous aura donc une zone bien précise à gérer ? Mais alors.. ça veut dire que l'on sera tous les trois séparés ? » Ha Ha !


Dernière édition par Mamoru Honō le Dim 20 Jan 2019 - 21:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Dim 20 Jan 2019 - 15:00
______Pour la première fois, celui que l'on avait présenté sous le nom de Kyûrû s'exprima. Il adressa un regard lourd de sens au Genin qui demandait des précisions.

____________« Faudrait écouter p'tit gars. On vous a dit que les points de contrôles majeurs avaient besoin d'aide, or ils sont tous sur la façade nord à quelques mètres d'ici. En tout, il y en a trois à couvrir : c'est pour cela que chacun d'entre vous sera sous la tutelle de l'un de nous trois pour vous observer et vous apprendre comment faire au début. Le but c'est qu'à la fin de votre mission, vous ayez comprit la manœuvre et que les prochains douaniers n'aient pas à vous l'enseigner si l'on a encore besoin de votre aide. Le point positif, c'est que chacun des points de contrôle est assez éloigné des deux autres pour que l'on puisse remarquer les fuyards qui essayeraient de passer outre, mais tout de même assez proches pour que les membres de l'équipe puissent s'y rendre facilement si un problème survient. D'ailleurs... », dit-il en posant sa main lourde et rugueuse sur l'épaule de Mamoru. « Toi tu viens avec moi au point de passage nord – c’est celui de droite. »

______D'une oreille attentive, Aditya prenait en compte chacune des étapes et conseils que leur prodiguaient leur trio d'aînés. Alors qu’il observait Mamoru se faire emmener par le colosse du groupe, le deuxième homme qui constituait le trio avait déjà commencé une brève discussion avec Reikan avant que cette dernière ne lui emboite le pas vers le point de passage central. C’est donc tout naturellement qu’il se retourna vers Inabikari qui, les mains sur les hanches, semblait attendre qu’il ne se décide à bouger. Aditya glissa un dernier regard à ses coéquipiers – et avec eux, aux trois files qui se dessinaient à la sortie des chalutiers et bateaux de plaisance – avant de suivre le chemin que dessinait les pas de la jeune femme. Visiblement, ils étaient affectés au point de passage sud. Elle échangea une brève poignée de main avec un autre shinobi présent sur les lieux et prit place à sa suite, de l’autre côté de la frontière.

____________« Met toi en face de moi. Ah et, tiens. Tu vas en avoir besoin. », dit-elle en lui tendant un petit carnet qu’il réceptionna avec gratitude. Ils avaient vraiment pensé à tout. « J’ai recensé là-dedans les questions basiques que l’on doit poser à chacune des personnes que l’on recevait. Je les ai déjà mémorisées, donc tu peux le prendre. Essaye de retenir certaines d’entre elles – identité, âge, destination, raisons, provenance. Tu ne vas t'occuper que des arrivants provenant du pays de l'eau, je prends les étrangers. Si l’un d’entre eux te semble suspect, tu n’as qu’à nous le faire signe ; dans ce point de passage, le nom de code est « accalmie ». Glisse-le dans une de tes phrases si tu sens que quelqu’un est mal intentionné. Evidemment, le code reste entre nous joli cœur. »

______Prit dans ses pensées alors qu’il parcourait les quelques lignes qui parcouraient le carnet, il releva un regard surpris vers Inabikari. « Joli cœur ? ». Il resta pendant quelques instants à la fixer, tout penaud, avant qu’elle ne délaisse un petit rire. Après une brève tape sur l’épaule, elle se détourna vers la première personne qui venait à son encontre. …Est-ce qu’il venait de se faire draguer ? Il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps qu’un vieillard rejoins sa propre file. Le véritable travail commençait.

____________« Bonjour. », il jeta un coup d’œil au carnet avant de le reposer dans l'une de ses poches. Il allait se fier à son instinct. Parfois, faire abstraction des règles étaient le meilleur moyen de les respecter. « Votre nom ? »

____________« Hasegawa Juichiro. », répondit-il d'une voix grave, marquée par le temps. Aditya avisa un œil au bagage qu'il portait sur son dos.

____________« Très bien, Hasegawa-san. Qu'est-ce qui vous amène à Kirigakure ? », il se tourna vers l'arrière en le voyant désigner du menton la zone qui se trouvait au-delà de la frontière.

____________« Je viens voir mon petit fils. C'est pas une lumière vous savez... Mais c'est un brave p'tit gars. Il mérite qu'on fasse de la route pour lui. Sa mère est décédée il n'y a pas longtemps et même si elle et moi ne partagions pas le même sang, elle mérite qu'on lui rende honneur. »

______Aditya plissa les yeux, l'observant en détail. Il lui semblait sincère.

____________« J'en déduis que vous ne venez pas d'ici ? »

______Le vieillard laissa un rire franc passer ses lèvres avant de plonger son regard fatigué dans les yeux bleus d'Aditya.

____________« Oh non. Vous savez, c'est pas tous les jours qu'on prend la peine de traverser Ame pour se retrouver dans un archipel où la pluie se substitue à la brume. Sans vouloir vous offenser, c'est assez fade par ici. La chaleur de Kaze est bien plus accueillante. » Aditya émit un petit sourire. Il n'avait pas vraiment tort.

____________« Vous devez être bien dépaysé. Puisque vous n'êtes pas originaire du pays de l'eau, je vous renvoie auprès de ma partenaire, juste ici. »

____________« Tout ce que vous voudrez jeune homme. »

______Quelques secondes plus tard, Hasegawa se rendit auprès d'Inabikari après qu'Aditya lui ait indiqué le chemin à suivre de l'index. Le vieillard remit à la jeune femme un bout de papier où étaient notées son identité, destination et provenance. Aditya jeta un coup d’œil vers sa partenaire afin de s'assurer qu'il n'y avait rien d'inquiétant – c'était sûrement inutile, elle savait ce qu'elle faisait. Il réitéra l'opération avec une femme qui, dès qu'elle était arrivée face à lui, s'était présentée comme Mizujin. Étant donné qu'elle entrait dans son champ d'action, il pouvait vérifier ses papiers par lui-même.

____________« Tout est en ordre. Bienvenue à Kiri. », dit-il de son ton solennel habituel en lui rendant son laisser passer.

______La femme lui rendit un sourire avant de rejoindre un homme dont la candeur de la jeunesse se lisait dans chacun des traits de son visage. Il ne put pas les observer plus longtemps qu'Inabikari lui susurra quelques mots.

____________« Pas mal pour une première fois. Mais tu sais, un peu plus de considération ne ferai pas de mal. », glissa-t-elle avec un clin d’œil.

____________« J'y penserai. »

______Il réprima un sourire, se retournant vers le nouvel arrivant.

[...]

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Dim 20 Jan 2019 - 16:55
La jolie brune semblait prendre au sérieux chacune des remarques faites par le meneur d'équipe, du nom de Teikiatsu, au sujet de l'importance de cette mission. Il fallait dire qu'il n'y avait rien de mieux à faire que de l'écouter, entre Mamoru qui s'en faisait qu'à sa tête et Aditya qui était aussi silencieux qu'elle. Et puis, il était de son devoir de shinobi de suivre les ordres de ses supérieurs au pied de la lettre. Quant à Mamoru, elle décida de l'ignorer tout simplement, jusqu'à ce que Teikatsu plonge son regard dans le sien. Reikan avait déjà saisi, elle allait faire équipe avec lui. Ce dernier lui fit signe de le suivre, se mettant d'ores et déjà en route.
[invisible_edit]
Pendant tout le chemin, Teikiatsu fut muet comme une tombe. Reikan, qui elle s'attendait à quelques explications pour la diriger dans sa prochaine tâche, fut quant à elle plutôt déçue de la tournure de la situation. Elle pu en déduire de son caractère une intransigeance et une rigidité toutes deux aussi étonnantes que repoussantes. Était-ce parce qu'il avait estimé que Reikan était suffisamment débrouillarde et qu'apporter des précisions était une perte de temps, ou bien était-ce parce qu'il était tout simplement désinvolte? Bien que perdue, Reikan restait de marbre, par peur de le déranger. Il fallait dire que les gardes-frontières n'avaient pas la meilleure des vies, puisqu'une tonne de responsabilités pesait sur leurs épaules. De plus, former des apprentis ninjas à des tâches aussi répétitives devait être très certainement lassant.

Une fois arrivés au principal poste de la ligne centrale de contrôle, un échange de regard entre la novice et Teikiatsu eut lieu, toujours dans un silence écrasant. Ce dernier pénétra la tente de contrôle pour en ressortir quelques secondes après, avant de plaquer contre le buste de Reikan un porte-bloc et une feuille. Quand bien même elle fut surprise, elle le saisit aussitôt pour suivre les instructions y étant inscrites. Il ne lui fallut qu'une petite minute pour s'imprégner de l'ensemble des informations, avant de se faire emporter par l'engrenage intense des contrôles. Son travail pratique débutait, alors que Teikiatsu ne lui avait pas encore adressé le moindre mot. À quoi joue-t-il? Est-il vraiment en train de me tester? Reikan n'eut point le temps de laisser s'évader un soupir, se postant déjà face à Teikiatsu, en périphérie de la ligne de migrants qui l'attendait. Tout en faisant son propre travail d'interrogation des nouveaux venus lui étant réservés, son supérieur l'observait avec une attention toute particulière, alors qu'elle entrait en action.

Un premier duo s'imposa devant elle, composé d'une femme et - sûrement - son enfant. Lourdement vêtus de la tête aux pieds, ils présentaient d'importants signes de fatigue sur leur visage. La traversée a dû les exténuer, après tout. Reikan, loin d'être déstabilisée par le regard pesant de Teikiatsu, entama le contrôle sans perdre plus de temps.

« Bonjour, votre laissez-passer, je vous prie.
B-Bonjour... tout de suite. »

La femme, d'un âge plutôt mûr, lâcha la main innocente celle de son petit garçon. Même si ces deux-là avaient l'air mal en point, Reikan restait sur ses gardes, pendant que la mère fouillait ses poches, à la recherche de ses papiers d'identité. Une fois trouvés, elle les lui tendit d'une main tremblotante et ridée, non pas par le temps, mais sûrement par le surmenage. Reikan les attrapa pour les inspecter de plus près, avant de froncer un sourcil, toujours sous l'observation assurée de son supérieur, qui travaillait lui aussi en amont.

« Vous venez de l'île Kaiba, c'est bien ça? Comment s'est passé votre voyage?
En effet, nous avons fait un long chemin jusqu'ici, afin de rejoindre mon mari. Concernant le voyage... »

La mère prit un temps de pause, toussant bruyamment, bien qu'elle eut tenté de réfréner cette réaction en dissimulant sa bouche. À cet instant, Reikan pu remarquer que le cou et les mains de la femme étaient dans un piteux état, présentant des signes de nécrose très marquées. Immédiatement, Reikan releva les yeux vers son supérieur, qui ne la lâchait pas du regard. Que dois-je faire? Tout est en ordre, je ne peux pas... la renvoyer, tout de même? Si elle y retourne, elle va y rester. Face au regard péniblement encombrant de Teikiatsu, la jeune kunoichi passa à autre chose, espérant qu'il n'avait pas vu ce qu'elle avait vu.

« Passons. Vos papiers personnels sont en ordre, mais il me faudrait aussi celui du bambin.
...Oui, je vous donne ceux-ci de suite. »

Essayant de gagner du temps pour préserver ces deux-là, Reikan attendit patiemment - bien qu'une file interminable l'attendait -, que la femme lui sorte les papiers du mioche. Elle lança des regards discrets vers le poste-arrière, afin de desceller parmi toutes ces têtes celle d'un ninja médecin compétent. Je doute que s'il soit au courant de l'état de cette femme, Teikiatsu ne la laisse passer sans encombres. Il emploiera à coup sûr une quelconque raison sanitaire pour engager leur retour. Je suis persuadée qu'elle et son enfant sont inoffensifs, et puis leurs papiers sont officiels. La femme, qui toussait dans des intervalles de plus en plus court, était loin de faciliter la tâche à Reikan, sur laquelle la plupart des regards étaient déjà braqués.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 17 Déc 2019 - 20:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Lun 21 Jan 2019 - 0:02
J’affichais une tête explosif d’ahuri. Ça ressemblait à une mauvaise blague.. Pourtant, cela semblait être bien vrai.

Notre trio se sépara en trois groupes.

On était tous sous la tutelle de l’un des membres de l’équipe sur place et on devait effectuer la mission sous leurs directives. Ce n’était pas vraiment ce qui avait été précisé. Quelque part c’était un peu stupide. On était supposé venir les aider et faciliter leur tâche mais au final, on leur faisait perdre du temps à tout nous expliquer et à nous surveiller.

De plus, demander quelques informations à un individu n’était pas vraiment une tâche bien compliquée, surtout que j’avais quand même une vingtaine d’années et que ce n’était pas la première fois que j’effectuais ce genre de travail. Il n’avait pas besoin de m’expliquer tout jusqu’au dernier détail, ce n’était pas comme si j’allais devenir futur douanier..

J’espérais même au fond de moi que c’était la dernière fois que j’allais effectuer cette besogne. C’était triste pour un shinobi, anciennement bandit de renommée, qui espérait vivre dans l’action et le combat de finir sa vie douanier. De plus, avais-je une tête de gentil douanier ? Enfin bref. Ça restait ma mission et j’étais obligé de la faire..

C’était blasant. J’avais abandonné toute idée de m’amuser, surtout avec ce colosse à côté de moi qui me lâchait pas d’une semelle et qui était trop méfiant pour rien à mon goût. …Ou était-ce juste un test comme on aimait en faire aux genins ? Quoiqu’il en soit, il était encombrant.

Intérieurement, je lâchai un soupire. J’avais fini par me laisser convaincre par ma raison qui me disait de terminer vite fait bien fait cette mission et d’éviter toute source d’ennuis.. Ce n’était pas si terrible que ça ! Enfin.. À peine arrivais-je sur les lieux, je vis apparaître une foule énorme de migrants qui attendait pour passer la porte d’entrée du village..

« Oy oy ! C’est un cauchemars.. haha.. »

Ce n’était pas supposé être une mission de rang C ? J’allais avoir une phobie des missions de bas rang ! Je commençais à comprendre pourquoi mon partenaire avait des cernes immenses sous les yeux. Depuis ce point de vue, la besogne d’enseigner à un novice les règles du douanier était effectivement plus relaxant que s’occuper des migrants..

« Bon.. Etant donné que je suis en mission, il est entièrement de mon droit et même de mon « devoir » d’entreprendre des initiatives, pas vrai ? Dés l’instant que j’effectue mon job comme il faut… » Dis-je à l’egard de mon tuteur.

Faisons les choses à ma manière. Je m’avançai de quelques pas, puis posant mon pied sur la table, je pris une graaaaande inspiration, avant de crier haut et fort d’une voix menaçante :

« VOTRE ATTENTION BANDE DE BOUSSEUX #Yami Quand vous viendrez devant moi, vous me donnerez votre identité, là d’où vous venez et pourquoi vous venez ! Trente mots max ! Vous m’épargnerez TOUTE parole inutile, compris !? Le premier qui bafouille ou qui me fait chier refait la file d’attente ! »

Et hop ! Comme ça, j’allais pouvoir en finir vite fais bien fais et en aucun j’allais contre les instructions de mon tuteur : à savoir contrôler leur identité. S’ils voulaient voir un gars poli et tout gentil, fallait pas m’engager !

Je m’installai sur la chaise disposée juste devant la file de migrants, je croisai les jambes et je choppai un stylo, prêt à noter — de mon écriture gracieeeeeeuse, avec le minimum de mots toutes leur infos à la con. Grâce à ma figure menaçante, ils se tenaient tous à peu près à carreau. Le premier que je voyais s’agiter un peu trop dans la file, je le mitraillais d’un regard noir et il se calmait tout de suite ! Sinon je le décapitais. — Enfin, je n’allais pas le faire, c’était juste des menaces, mais j’en avais tellement envie qu’elles paraissaient réelles..
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Lun 21 Jan 2019 - 20:13
______Les heures s’écoulèrent, et avec elles désemplissait la masse informe et humaine qui peuplait le port de Naragasa. Les bateaux avaient arrêté d’affluer lorsque le soleil de midi était parvenu à percer la brume environnante, gratifiant de ses rayons les efforts des shinobis. Cependant comme toute chose précieuse, cette accalmie n’avait pas duré longtemps. Adtya observait sa partenaire du coin de l’œil, profondément impressionné par sa capacité à endurer les conditions climatiques et la fatigue – après tout, lorsqu’ils étaient arrivés aux aurores, son groupe était déjà présents sur les lieux ; avaient-ils ne serait-ce que dormi cette nuit ? Il ne saurait le dire, tant sa bonne humeur couvrait les signes de laisser aller que l’on pourrait remarquer chez quelqu’un d’autre.

____________« Bon retour à Kiri. », dit-il en rendant ses papiers à un couple de ninjas, de retour d’une mission en dehors du pays de l’eau. Ils le remercièrent d’un franc sourire avant de dépasser la frontière.

______Mais ce qui le surprenait le plus, c’est la précision et la cohésion avec laquelle chacune des équipes, bien que demeurant indépendante les unes des autres, pouvait faire front comme un seul homme lorsqu’un problème survenait. En un sens, cela le rassurait ; si chacune des équipes de douaniers agissait de la sorte, ça n’était pas si étonnant que Kiri soit l’un des seuls villages cachés destiné à prospérer. Cette manière de se dévouer corps et âme à sa patrie forçait le respect. Il avait toujours considéré chaque terre qu’il avait découvert, y compris son village natal, comme un simple attachement géographique, une information importante. Mais jamais comme quelque chose à défendre, quelque chose qui vaudrait le coup. Quelque chose qui lui serait cher à son cœur. Son village, l’un des nombreux que cachait Hayashi, lui avait fait un temps ressentir ce genre de sentiment. Mais à l’époque, une âme n’avait pas encore quitté ce monde. Depuis ce jour, ce village n’était plus qu’à ses yeux des bâtisses disposées les unes à côté des autres, un lieu où il pourrait se nourrir, se loger. Mais toute l’affection qu’il lui portait, toute la chaleur qui en émanait avait disparu.

______Peut-être qu'un jour il ressentirait de nouveau cette sensation.

____________« Il y a un problème ? »

______Aditya releva les yeux vers la jeune femme qui lui faisait face. Il en avait presque oublié qu'il tenait ses papiers entre ses doigts fins. Bafouillant une excuse quelconque, il relu brièvement ses coordonnées. Rien à signaler.

____________« Non non, tout est en ordre. L'auberge que vous cherchez est à l'entrée nord du village de Kiri, vous la trouverez facilement grâce à son écriteau. »

______Elle le remercia en souriant, redressant son sac en toile sur son épaule. Alors qu'il s'apprêtait à contrôler un nouvel arrivant, il entendit la voix claire d'Inabikari l'appeler.

____________« Eh, joli cœur, tu voudrais pas me rendre un service ? J'étais censée commencer mon tour de patrouille avec les autres dans le marché aux poissons il y a une demi-heure mais j'ai été prise par le temps. Tes amis et toi pourriez nous sauver la mise juste pour cette fois ? »

______Aditya avisa un regard vers ses comparses.

____________« On s'en occupe. »

____________« Merci. »

______Aditya entama sa marche vers le poste de contrôle central, où Reikan semblait recevoir le même debrief de la part de Teikiatsu.

Spoiler:
 


_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Lun 21 Jan 2019 - 21:47
Se sentant impuissante face à cette scène qui normalement, ne devait pas être de son ressort, Reikan prit la décision d'ignorer sans détour le regard persistant de son supérieur, Teikiatsu. La migrante réussit finalement à dégoter le laissez-passer de son enfant, que Reikan s'empressa de saisir pour en vérifier la validité. Soulagée, elle fit immédiatement signe à l'un des ninjas médecins qu'elle avait pu apercevoir entre temps. Avant même que Teikiatsu eut quitté son poste pour se diriger en sa direction, Reikan expliqua la situation à sa collègue, devant le duo de migrants.
[invisible_edit]
« Un problème?
Cette Kirijin et son enfant ont été identifiés et tout est en ordre. Veuillez examiner l'état de cette mère en détresse, et l'emmener à l'hôpital s'il le faut. »

Reikan prit les devants, alors que la femme migrante, qui pensait être passée inaperçue, lui adressa un regard plein de gratitude. Elle lui céda un faible sourire, bien que son expression reste stricte.

« Suivez-moi, je vous prie. Nous allons vous examiner et vous soigner, si cela s'avère nécessaire.
Merci infiniment... »

La pauvre femme au regard insistant marqua un temps de pause volontaire, juste à côté de Reikan, dévisageant l'espiègle tigresse.

« Yasei Reikan.
...Merci, Reikan. »

L'iryônin, attendant de pied ferme la mère et son petit, leur intima de la suivre jusqu'à la tente vouée aux examens médicaux temporaires. Tenant toujours son porte-bloc entre ses mains, Reikan les regarda partir, satisfaite d'avoir prit un risque qui en valait finalement la peine. Ce sentiment se prolongea jusqu'à l'arrivée de Teikiatsu face à elle, dont le visage était déformé par sa rigidité caractérielle. Elle le fixa droit dans les yeux, comme déterminée à lui tenir tête s'il osait la réprimander. Il finit par ouvrir la bouche afin de lui accorder une parole, pour la première fois depuis le début de la mission.

« Je ne t'en pensais pas capable, mais tu as fais du bon travail. Désolé d'avoir été aussi froid, mais il fallait bien que je rajoute un peu de piment dans cette tâche bien trop aisée à mon goût. Repose ton porte-bloc dans la tente et suis-moi. Nous allons patrouiller dans tout le secteur, maintenant que les effectifs de contrôle sont remplis.
...Ce n'est rien. Je vous suis. »

Teikiatsu lui concéda un sourire enfantin et gêné, passant une main derrière sa propre nuque en guise d'excuse. Quant à Reikan, elle pénétra la tente de contrôle pour y déposer son porte-bloc, avant d'en ressortir pour emboiter le pas à son supérieur, qui l'attendait face à une foule filtrée. Vraisemblablement, il leur fallait attendre qu'Aditya, Honō et leurs supérieurs les rejoignent. De fait, la jeune kunoichi était déjà prête pour l'opération suivante, qui était de patrouiller dans le marché portuaire.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 17 Déc 2019 - 20:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Lun 21 Jan 2019 - 23:26
« Toi alors ! On n’t’a jamais appris les bonnes manières ?! » S’exclama le colosse, ahuri de ma méthode, qui était à deux doigts de m’empoigner par le col.

« Eh bien.. Tout dépend de ce que vous appelez « bonnes manières » . Pour moi, les bonnes manières sont celles qui permettent d’effectuer le travail le plus efficacement possible ! Et il me semble que c’est ce que je fais actuellement : collecter les identités des passants et vérifier leurs papiers. »

Il ne pouvait pas me contredire..

Il reprit sa place sur sa chaise et moi sur la mienne.

Une fiche. Deux fiches. Trois fiches. J’enchaînais les documents les uns après les autres à une vitesse fulgurante. L’efficacité de ma méthode faisait que mon tuteur ne pouvait rien dire.

Certes, il y avait quelques inconvénients. Si on comparaît le côté nord aux deux autres points de passage là où se trouvaient mes deux partenaires, on pouvait apercevoir une atmosphère beaucoup plus rude flotter dans l’air.

La foule me regardait avec des yeux inquiets et n’osait pas parler par peur de se faire renvoyer au bout de la file, mais n’était-ce pas mieux ainsi ? Ils faisaient tout ce que je leur demandais et ne causait aucun grabuge. Je ferais presque un bon passeur !

On n’était pas une entrée pour touristes, on avait pas besoin d’être accueillant ou chaleureux, il nous fallait juste vérifier leur identité et mieux valait être rude face à de probables imposteurs. Hé hé..

« Au suivant ! »

Un jeune homme avec un chapeau de paille arriva face à moi avec derrière lui une grosse charrette bien chargée. Je jetai un rapide coup d’œil au contenu et je m’apprêtais à le laisser entrer. Cependant, en ouvrant ses sacs, je sentis comme une drôle d’odeur venir me chatouiller les narines. C’était une odeur relativement faible voir quasiment imperceptible, mais c’était une odeur qui m’était familière. Pour avoir passé du temps dans le trafic de drogues et d’armes, aucun trafiquant ne pouvait espérer me tromper.

« Ichigo Gotenmaru. Pays des rizières. Je suis commerçant de riz.. Voici mes papiers.. »

« Vos riz dégagent une sale odeur, mh ? Vous les aurez pas laissé périmer dans un coin pendant un petit millénaire ? Le village n’accepte pas les produits périmés et les déchets, enfin sii vous voyez ce que je veux dire ! » Je rapprochai mon visage du sien, « Je vous laisse le choix : retournez au bout de la file ou..  »

Le jeune homme compris rapidement où je voulais en venir. Je vis son visage pâlir instantanément. Je me retournai pour lancer un regard à mon partenaire Kyûrû avant d’afficher un large sourire montrant toutes mes dents tout en effectuant un signe de victoire avec mes doigts. Ce dernier, voyant le jeune homme devant moi s’apprêter à remballer sa cargaison de riz, comprit immédiatement la situation et intervint de justesse pour rattraper le suspect.

«  Toi alors.. ! Apprends à être plus discret et plus clair ! Tu aurais pu le laisser filer et ça aurait été une grave faute ! Il aurait retenté ailleurs et..

– Mais vous avez compris, donc tout va bien ! De tout façon.. Si vous ne seriez pas intervenu, je l’aurais fais moi-même ~ »

Il lâcha un soupire d’un air exaspéré. Hé hé ! Aucun trafiquant ne pouvait m’échapper. J’étais moi-même ancien roi des trafiquant, ha ha !

« C’est bon, tu as fais du bon travail.. Va aider les autres à patrouiller le marché aux poissons. Te laisser continuer ici va m’épuiser à te surveiller et toi à être sous mon regard permanent..»

« Mais noooon ! Vous devriez me faire un plus confiance ! Si vous en êtes un incapable, que puis-je faire ? On m’a tout de même envoyé ici pour que je puisse vous aider ! Je suis très content d’être votre source d’attention ! Enfin.. Si vous voulez tant que cela que j’aille au marché à poissons, je ne dit pas non ! »

Me dégourdir un peu les pattes, voilà ce qu’il me manquait. J’affichai un léger sourire avant de prendre le chemin en direction du marché aux poissons. Je vis là-bas mes deux partenaires de missions accompagnés de l’un des trois tuteurs.

« Ohéééé ! Prêt pour la patrooooouille du marché de poissons ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Mer 23 Jan 2019 - 21:45
______Aditya ne dit rien, se contentant de suivre son aîné en emboîtant le pas de Reikan, le regard divaguant à l'horizon vers le marché de poisson dont ils seraient bientôt en charge. Son sourcil tressauta de lui-même en entendant la voix de Mamoru qui hurlait – littéralement – depuis le point de contrôle nord. Ils eurent bientôt fait de regrouper tous les membres de l’équipe et de se diriger vers la prochaine étape, alors que Teikiatsu leur confiait les directives.

____________« Je vais être franc avec vous les jeunes, ce qu’on attend pour ce remplacement c’est principalement que vous arpentiez le marché au poisson pour voir si une activité illégale s’y trame. Que ça soit un échange de produits illicites, d’armes ou de faux papiers et même prostitution, n’importe quoi qui ne respecte pas les lois en vigueur de Kiri. Cependant, interdiction de faire usage de la force. On s’en occupera, de ça. Votre rôle est préventif. »

______En somme, ils devaient patrouiller pour repérer un comportement suspect, et leur faire savoir si violence il y avait. Une fois qu'Aditya eut compris ce qu'il attendait d'eux, il se mit en marche, Teikiatsu s'arrêtant à mi chemin pour pouvoir reprendre son poste au point de contrôle central au plus vite.

______Au premier coup d’œil, il remarqua l'agencement singulier du marché : la quasi totalité des stands était divisée en deux colonnes se faisant face, soit pressée contre les faces extérieures de caisses de bois soit à proximité de la mer. Si la grande majorité d'entre eux vendait des produits frais – poissons, mollusques, crabes, langoustes – d'autres privilégiaient les grillades et préparations culinaires basée sur des denrées maritimes. Il se retourna l'espace d'un instant vers ses partenaires, ayant mémorisé la disposition des échoppes.

____________« On devrait peut-être se séparer pour couvrir une plus grande distance. On se préviendra mutuellement si quelque chose survient. », proposa-t-il sur un ton détaché. Après tout, n'importe quelle stratégie lui allait ; il savait s'adapter.

______En attendant qu'ils se décident sur la question, Aditya s'engouffra dans une des nombreuses ramifications formées par les caissons remplis de glace qui, à l'odeur, contenaient sûrement d'autres poiscailles.

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Mer 23 Jan 2019 - 22:50
Se hâtant pour se retrouver en compagnie de ses camarades de mission, Reikan se stoppa net face à Teikiatsu, afin de prendre en compte chacune de ses instructions quant à la surveillance des étals. Après s'être débarrassée de la phase théorique, elle déclina le visage vers l'une des principales artères du marché.
[invisible_edit]
« Je me charge de celle-ci. »

Suite à la proposition d'Aditya, Reikan ne put qu’acquiescer en délimitant sa propre zone de surveillance. Elle fit demi-tour pour gagner une allée marchande en amont, s'enfonçant dans l'essaim de marchandises et de marchandeurs. La jeune femme fit face à sa principale appréhension, qui était celle de se sentir opprimée, parmi cette foule hétérogène qui ne cessait de se mouvoir, animée par les ventes et les achats. La ruelle était si blindée qu'il était difficile pour Reikan de s'y faufiler, l'obligeant à marcher en crabe pour se frayer un passage.

Dans cette halle à marée monstrueuse, trône des échanges économiques à Kiri, on pouvait trouver de tout. Ce boulevard d'achalandage regorgeait de poissons, de fruits de mer et d'autres produits que la Mer pouvait offrir aux pêcheurs. Les plus friands de ces produits ne pouvaient que s'y sentir chez eux, au vu de la variété des expositions poissonnières. Cette mission de patrouille locale pouvait certainement donner à l'appétit à bon nombre de recrues, puisque le soleil était à son zénith. Pour sa part, la faim avait décidément d'abandonner Reikan, qui était fixée à remplir sa remplir sa besogne. Sur son chemin, l'apprentie ninja croissait toutes sortes de visage. Des vieux abîmés par le temps, des jeunes encore marqués par l'innocence, des sévères animés par l'espoir de trouver une bonne affaire... Reikan essayait tant bien que mal de discerner les émotions proliférant autour d'elle, dans cette ruelle à la fois si grande et si étouffante. Son ouïe était loin d'être ménagée, à l'article de la surdité, avec les propositions meuglées des commerçants, qui tentaient désespérément d'attirer le plus de clientèle à leur stand.

Bien enfoncée dans la rue commerçante, Reikan s'abandonna près d'une échoppe, presque plombée par l'amas d'acheteurs et de vendeurs. Elle se focalisa sur la présence d'un protubérance en bois du stand, qui pouvait faire office de perchoir. Un échafaudage. Parfait pour surveiller le lieu d'achat et de vente dans son intégralité... en plus, je suis prête de la zone de patrouille de Mamoru Ni une ni une deux, Reikan y grimpa aisément, avant de balayer d'un regard pointilleux l'entièreté de sa portion de surveillance. Aux aguets, son attention fut retenue par la présence d'un duo masculin au coin du mercantile, qui se présentait un peu trop en retrait à son goût. Ils semblaient être en plein échange de papiers douteux, reclus dans la pénombre d'un stand, à l'abri des regards. Toutefois, elle se rendit compte qu'il était beaucoup trop loin pour elle. Le temps que je m'y rende, un accident peut vite arriver dans ma zone de surveillance. Mamoru, qu'est-ce que tu fiches, bon sang?

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 17 Déc 2019 - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 19:04
Pourquoi me sentais-je particulièrement visé quand il avait dit "sans violence" ?

C’était pas très logique n’empêche. Si l’objectif était d’arrêter tous les criminels, ne devrait-on pas au contraire employer tous les moyens possibles et nécessaires pour le faire ? D’autant plus que s’il s’agissait de simples criminels sans chakra, on avait l’avantage.

Enfin, je n’allais rien dire car je n’avais pas envie d’avoir des ennuis. Je m’étais résigné à effectuer la mission correctement, alors j'allais m'y tenir. Et puis en soit, je m’en fichais un peu que des malfrats ou des trafiquants passent sous nos nez, étant donné que j’étais moi-même un ancien brigand.

Lorsque Teikiatsu disparut, Aditya proposa que nous nous séparions en trois pour la surveillance du vieux marché, ce qui m’avait l’air d’être une très bonne idée. Un peu de solitude et de liberté de mouvements, ce n’était pas plus mal.

« Well.. À toute’ dans ce cas ! Et me dérangez pas pendant ma ronde.. »

Je me tournai dos à eux, j’effectuai un léger mouvement de la main à mes deux acolytes avant de disparaître dans une autre allée du marché.

Je ne savais pas comment on pouvait aimer ce paysage et cet environnement. Ça empestait l’odeur de poiscaille. Les routes étaient dégueulasses. Et le monde s’affaissait en masse. Je ne comprenais pas cet intérêt pour les poissons, surtout que ce n’était pas l’aliment le plus appétissant.. Enfin, chacun ses passions.

Cependant, alors que j’avançai d’un air nonchalant dans les ruelles du port, je me fis tirer de mes pensées par la présence de deux hommes au coin de la rue qui semblaient parlotter de choses fort intéressantes..

Silencieusement, je me faufilai derrière eux et je penchai ma tête juste au dessus de leurs papiers pour lire ce qu’il y avait d’écrit.

« Mh.. « Trafic illicite d’armes, transférés en caisses parmi les livraisons de poissons.  ».. Intéressant !»

Brusquement ils se retournèrent vers moi avec des yeux à la fois surpris et menaçants.

« T’es qui toi ? Qu’est-ce tu fais là ? »

« Mh.. J’suis douanier, j’viens simplement vérifier vos papiers et ils ne m’ont pas l’air d’être très en règles, mh..? Néanmoins.. J’accepte un pot de vin. Si vous me payez cinquante pour-cent de la recette, j’accepte de fermer les yeux et de vous laisser passer. » Fis-je avec un sourire.

« Parce que tu penses que l’on va te croire ? J’sais qui t’es mais t’as fais une grosse erreur en foutant ton nez là où tu n’aurais pas dû. » Répliqua-t-il tout en commençant à se craquer les doigts. « Et puis cinquante pour-cent.. T’as fumé ou quoi ? Tu crois sincèrement que l’on va te filer cinquante pour-cent ? »

« Et pourtant, c’est bas prix ! Enfin, c’est vous qui l’aurez voulu..  »

Il tenta de m’asséner un coup de poing. J’effectuai un pas en arrière pour esquiver avec souplesse. Puis le second tenta de me sauter à la gorge. Je me changeai partiellement en flamme pour l’éviter avec la même aisance qu’avec le premier. Puis, ne leur laissant à peine le temps de comprendre mon tour de magie, j’enchaînai avec une paire de claque pour chacun d’entre eux.

« Ah oui, « Violence interdite » — règle bien chiante d’ailleurs. »

Il était temps d’appeler les renforts avant que je ne finisse par m’emporter. Je pris une grande inspiration, puis… Je criai très fort, suffisamment fort, pour les personnes à l’ouïe pointue dans le voisinage puisse m’entendre.

« OHÉÉÉ LES RENFOOOOOOORTS ! »

À ces mots, les deux criminels prirent instantanément peur. Ils tentèrent de s’enfuir, mais c’était une tentative futile, ils étaient juste sous mon nez. Je fis un croche pied, ou plus exactement je donnai un coup de pied dans leur tibia, pour les faire tomber par terre.

« Oy oy ! Estimez-vous heureux,  « violence non autorisée ». Sinon je me serais fais un plaisir de vous fighter.. Mais bon »
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Aditya
Aditya

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Ven 25 Jan 2019 - 18:36
______Alors qu’Aditya patrouillait de son côté près des échoppes, il fut alerté par le cri de Mamoru appelant des renforts ; en quelques secondes à peine il accourut près de lui, seulement pour le découvrir en train de mettre deux bandits à terre en leur frappant dans le tibia. Sentant une veine pulser sur sa tempe, il s’approcha de ce dernier, agrippant son haut entre ses doigts.

____________« C’est quoi que tu comprends pas dans « pas de violence » ? », cracha-t-il à son encontre avant de le relâcher brusquement contre le caisson de bois le plus proche. Heureusement pour lui, Aditya n’avait pas été présent lorsqu’il eut proposé un pot de vin aux deux brigands. « Rend-toi utile et relève l’un des deux. »

______Aditya agrippa par le bras l’un des deux hommes qui tenta de le frapper au visage en relevant son coude à son arrière. Pris par surprise, Aditya recula son visage en arrière, apposant sa paume sur son bras avec assez de force pour le mettre en position de clef de bras, l’autre main sur le coté de sa nuque. Il jeta un coup d’œil vers son « comparse », constatant que malgré quelques rechignements et grommellements qu’il ne put distinguer, il appliquait ses conseils... Seulement pour le laisser s'enfuir quelques secondes plus tard. Reikan arriva bientôt près d’eux, elle aussi alertée par l’appel du brun et ramenant avec elle le fuyard. Après un court debrief de Mamoru pour expliquer la situation, le trio se rendit auprès de Teikiatsu, conformément à ses instructions. Pendant tout le long de leur trajet – qui ne dura que quelques minutes –, Mamoru tenta de se justifier de cette même voix nasillarde qui exaspérait tant le blond. Cependant, il devait le lui reconnaître ; bien que de son point de vue cela parût comme de la violence, il ne les avait pas, à proprement parlé, blessés, ni handicapés. C’était une réaction sur le vif, pour les empêcher de fuir. Teikiatsu fut du même avis que le jeune homme, passant l’éponge pour cette fois en remerciant les trois genins pour leur travail accompli tout au long de cette journée. Si le soleil commençait à décliner aux frontières de Kiri, Aditya était parfaitement conscient que leur travail n’était pas terminé. Néanmoins, le deuxième tour de patrouille se passa sans encombre, pour le bien de tous, malgré la pénombre qui s’étendait sur le port. Après avoir reçu les remerciements des deux autres douaniers – Kyûrû et Inabikari –, ils prirent le chemin du retour vers le village, comprenant que les objectifs de leur mission avaient été parfaitement remplis.

______Décidant de prendre de l’avance sur la rédaction de leur rapport pendant que ses deux comparses s’étaient partiellement endormis dans leurs lits respectifs à l'intérieur de l'auberge de fortune qu'ils avaient déniché, Aditya agrippa son calepin ainsi qu’un pinceau, commençant à retracer leur parcours depuis leur rencontre sur le pont du village…




____________Rapport de mission : Rang C

______________Lieu : Port Nagarasa
______________Objectif principal : Assister les douaniers


______Comme attendu de la part de l'équipe, nous nous sommes tout d'abord retrouvé sur le pont du village menant vers le port. Après un peu plus d'une heure de marche, nous avons été présentés à l'escouade de douaniers présents sur place : Teikiatsu, Inabikaru et Kyûrû, prenant respectivement la responsabilité des postes de contrôles central, sud et nord. Ces derniers ont tantôt fait d'expliquer à Yasei Reikan, Mamoru Hono et moi-même les directives à appliquer tout au long des identifications des migrants. Conformément à nos objectifs, nous nous sommes contentés des ressortissants Mizujins, laissant à nos comparses du Kanchi Taipu contrôler les étrangers. [...]






_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 1 Fév 2019 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Ven 25 Jan 2019 - 22:40
Face à la rue mercantile et depuis son point de vue surhaussé, la jolie brune remarqua la scène se dérouler au bout de sa zone de surveillance. Elle balaya d'un bref regard son secteur, pour s'assurer qu'aucune autre agitation ne pointait son nez. Ni une ni deux, elle s'empressa de descendre de sa plate-forme en hauteur, rejoignant la foule pour la traverser, à pas vifs. Lorsqu'elle eut ouïe de l'appel aux renforts de Mamoru, Reikan accéléra le pas tout en prenant soin de ne bousculer personne. Une multitude de silhouettes défilait sous ses yeux, au fur et à mesure de son avancée dans ce bétail humain.

Finalement, sa cadence fut ralentie à l'instant où son chemin croisa celui d'un des deux brigands, qui avait vraisemblablement entrepris de prendre la fuite, en abandonnant son comparse. La kunoichi était prête à l'intercepter, s'immobilisant face à lui de sorte à lui couper la route. Dans l'espoir de changer la donne - et d'aggraver son cas de plus belle -, le sagouin sortit un couteau des plis de ses vêtements. Comme si cela allait changer quelque chose à ton pauvre cas. Reikan écarta faiblement les genoux, afin de prendre ses appuis sur les pavés, attendant de pied ferme son opposant. Le malheureux, prenant de haut notre chère tigresse, se rua tête la première vers elle, pensant avoir la moindre chance de s'en sortir. Pleine de confiance, la jeune femme attendit le dernier moment pour le saisir par le bras, laissant passer son arme blanche près de ses côtes. Un simple clignement des yeux ne put suffire à l'homme pour se rendre compte de l'agilité et de la rapidité de Reikan, qui s'affaira d'ores et déjà à ramener son bras à son dos, pour le lui tordre. Affligé de douleur de son bras, le sacripant abandonna son coutelas par terre. Dépourvu de corde pour le ligoter, elle arracha un bout de son pantalon pour lier les mains du malhonnête, afin de le calmer. Cette partie du marché était devenue presque muette, à cause de l'action qui venait de s'y produire.

Après l'arrestation, Reikan releva le malandrin de force, avant de lui sommer d'avancer sans répliquer. Ce dernier se plia à ses ordres, décidément acculé. Ils quittèrent le centre de la rue marchande, laissant la foule remplir le vide qu'ils avaient créé lors de l'interception. Rapido-presto, elle ramena l'appréhendé vers ses comparses, pour réunir les deux gredins. J'espère que Mamoru n'a pas réagit à chaud... Elle accorda un regard aux deux blonds, après avoir reluquer du coin de l’œil la joue rouge du brigand, qu'il avait lui-même arrêté.

Peu importe, la mission semblait avoir été menée à bien. Elle salua les supérieurs en inclinant l'échine, avant de reprendre la route en direction du village. Le trio d'apprentis ninjas fit une halte dans une auberge au cours de leur retour, afin de rédiger respectivement leur part du rapport de mission.

[...] C'est avec brio que nous avons assisté les douaniers dans leur mission d'identification des migrants et de gestion des flux. Bien que certains obstacles se soient mis sur notre route, la surabondance migratoire a été maniée sans la moindre débâcle. Au vu du soutien que nous avons apportés aux effectifs sur le terrain, il nous a été assigné la tâche de patrouiller dans le marché aux poissons. Comme prévu, nous nous sommes répartis les principales zones d'activités pour élargir la zone de surveillance. [...]

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Imai Nobume
Imai Nobume

[LIBRE/C] Sûreté portuaire Empty
Sam 26 Jan 2019 - 0:17
Et c’était moi le violent ? — Ahem..

En réalité, je m’étais beaucoup retenu. Si ça n’en tenait qu’à moi, je me serai déjà livré dans un combat déchaîné. Mais puisqu’il s’agissait d’un ordre de mission et que je me devais obéir, j’avais retenu toute ma puissance. Je n’avais rien cassé, rien détruit, tout était incroyablement intacte.

Mes quelques gifles ne furent pas plus violentes qu’une simple fessée ou peut-être un petit peu plus fort mais pas plus.. Et le coup dans le tibia était relativement doux et peut-être même un peu trop doux s’ils avaient réussi à se relever aussi vite.

J’avais bien envie d’y retourner pour leur en redonner un deuxième plus fort, mais j’allais éviter avec l’arrivée des renforts déchaînés. C’était amusant. Ils avaient tous les deux répondu à mon appel en un rien de temps. Comme quoi, crier était la manière la plus simple de les faire venir.

Quelques instants plus tard, Teikiatsu nous rejoignit à son tour. Il semblait attendre de ma part plusieurs explications, même si pour ma part, je n’en n’avais qu’une seule :

« J’ai vu deux suspects passer et je les ai neutralisés en attendant les renforts. »

Dans une autre situation, peut-être aurait-on considéré cet acte comme de l’insouciance ? Toutefois, ce n’était pas le cas. Les cibles d’aujourd’hui ne maîtrisaient pas le chakra, pas de quoi en faire tout un plat. Ce fut une raison qui entra également en ma faveur pour que Teikiatsu passe l’éponge.

Il restait plus qu'un rapport à la con que je rédigeai vite fait bien fait ~


[...] Nous avons choppé là-bas deux imbéciles qui trafiquaient pour des armes ou je ne sais quoi. Nous les avons neutralisés les doigts dans le nez en attendant les renforts et à leur arrivée, nous les leur avons refilés. Après ça, nous sommes allés nous promener pour la deuxième fois au marché d'la poiscaille..ect bref, mission finie.

Mamoru Honô

Fin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

[LIBRE/C] Sûreté portuaire

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: