Soutenez le forum !
1234
Partagez

A la rencontre de Tsuchigumo

Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

A la rencontre de Tsuchigumo Empty
Dim 20 Jan 2019 - 18:13




A la rencontre de Tsuchigumo
Hayashi no kuni pays du bois

Et tandis que l’aurore qui se déploie de ses longs doigts au travers les dunes de terre, au travers la jungle luxuriante, le monde reprend ses couleurs. La fraîcheur qui apaise les lieux disparaissant petit à petit et laisse place à l'ardeur de cet astre solaire. La nuit, les grands vents déferlent et soulèvent des bourrasques boueuse, rendant difficile toute marche tandis que le jour, la chaleur ardente des ergs épuise tout homme qui s'y aventure. C'est principalement pour ces raisons que le pays du Bois fût rarement en proie aux attaques des autres pays si ce n’est la dernière. La plupart de ses conflits, étaient externes, avec les innombrables envahisseur des grandes Nations. Les natifs du bois avait un avantage certain dans ces contrées tropicales. D'une part il savait s'y repérer aisément et d'autres part, il s'était habitué au climat chaleureux et ce depuis sa plus tendre adolescence. Une armée peu importante mais des shinobis combattant tous les jours, la nature désertique de leur nation.

Vêtu du plus simplement qui soit et d'une couleur rouge, un turban uni ornait la tête du jeune homme. L'étoffe autour de ses mèches ébènes chuta sur ses épaules, dévoilant un faciès haletant. Toutes les astuces étaient judicieuses pour ne pas subir un rayonnement trop important. Cela faisait trois jours que nos protagoniste pistaient une créature chimérique se nourrissant de cadavres humains. Si des talents de senseurs auraient été utiles dans ce genre de situation, dans la présente situation il suffisait simplement de suivre la trace des corps mutilés, déchiquetés dont il ne restait parfois que les os.

« Il semblerait que la bête ne soit plus très loin Wagyu. » souffle t-il

Ainsi aux prémices d'une immensité aqueuse, la chevelure du jeune gardien d’Hayashi se souleve au rythme de la respiration des bourrasques ardentes. Son visage, lacéré par l'aquilon incandescent. Cette atmosphère est aux antipodes de l’habituel embrun qui étreint les nations où le jeune Honma avait bien pu résidé. Celui-ci referme son sombre haori sur sa chair blême, éludant la ferveur solaire. Il avait traversé les mers, et même il avait traversé les sinueuses afforestations d’Hayashi no Kuni pour déshabiller les mânes du passé et glaner les gemmes ancestrales enfouies dans le limon de Rokkusu. Enfin tout ça pour dire qu’ils furent calcinés vifs au cœur des steppes. Et qu’après avoir braver les vagues tumultueuses, les sylves oppressantes et le reg igné pour recueillir ce vestige antédiluvien. Aux abords de cet horizon caustique, l’éphèbe déplia ses bras pour étreindre le panorama. Ses jambes étaient engourdies par le fouet des zéphyrs, ses prunelles mordorés rosies par les grains volants... Quel plaisir avait trouvé la bestiole à souhaiter s’installer dans ces terres ? s’interrogea l’homme. Le descendant Washi s'élança depuis la lande pour atterrir dans les poumons de l'erg.

« Que fais-tu ? Dépêche-toi donc, Wagyu. » légèrement agacé
Dans tous les petits villages où ils se rendent, la même rengaine lui est servie. Une tête féroce munie de mandibules et d’une multitude de yeux, un corps gigantesque et des jambes velues d’un loup. La bête a fait de brefs passages dans les petits villages, emportant avec elle des dizaines de victimes. Une chimère des plus affreuses.




@Nabemono Wagyū
Revenir en haut Aller en bas
Nabemono Wagyū
Nabemono Wagyū

A la rencontre de Tsuchigumo Empty
Mer 23 Jan 2019 - 10:43


Humanoïde •X• Créature

Sous les climats ressemblants, le duo avait entrepris une énième aventure ensemble. Un climat chaleureux, mais qui pouvait nous glacer le sang... tel se trouvait être le ressenti du lutin. Il n'était pas ici par hasard et encore moins en ignorant. La quête pour trouver une créature déchiqueteuse d'homme lui faisait un froid dans le dos terrible et pour une fois, il n'était pas tout à fait enjoué à l'idée de se retrouver face à une telle chose. L'aventure, c'était bien là que se trouvait sa passion et ses meilleurs moments... et pourtant. Cette fois-ci, il aurait bien posé un " RTT ".

A la traversée d'une jungle à la densité sans pareille, le climat qui s'y trouvait tropical rendait cette avancée difficile et éprouvant, moralement et physiquement. Car, après plusieurs jours de voyage et de villages visités, les indices étaient toujours les mêmes. Il suffisait au binôme, de suivre les corps déchirés des défunts, dont la vie fut enlevée par une créature sanguinaire aux yeux effrayants. La première question pour le gladiateur était de savoir dans un premier temps, comment combattre ce genre de chose ? Et comment la retrouver ? Plus le temps passait et puis semblait-il que cette " chose " fît de plus en plus de victimes. Et en tant qu'Hayashijine, cela déplaisait fortement au mentor et à son élève de savoir qu'une pareille chose était en liberté.

Une traînée odorante de sang se rependait dans l'air au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient d'elle. Mais, il ne fallait certainement pas se reposer sur ses lauriers, car " Tsuchigumo " n'était plus très loin. Les longs fils souples et résistants, que l'on pouvait apercevoir sur quelques arbres, témoignaient d'un marquage de territoire... le groupe était avertis : Ils entraient en terrain contesté.

J'arrive ! J'arrive, Honma-sensei ! Criait-il en courant vers son mentor pour le rattraper. Dîtes sensei... Rappelez-moi déjà c'est quoi cette " bestiole " ? Tentait-il de se rassurer, en tenant fermement un insecticide dans sa main.

Dans ses pensées les plus folles, Wagyû voyait la mort. Dans ses pensées les plus pures, il se demandait ce qu'il allait bien pouvoir préparer comme plat, pour se ravitailler après un combat triomphant contre la bête. D'ailleurs, pensait-il soudainement, est-ce que l'araignée ça se cuisine ? C'est une manière assez particulière de se le demandait, mais peut-être que cela pouvait avoir le goût du poulet ? Quoi qu'il en soit, il réfléchissait à son repas tandis que la sauvagerie se rapprochait de plus en plus... preuve qu'une fois de plus, il lui en fallait peu pour évacuer son stress : la marque des grands champions !

Il fait alors signe à son maître de s'arrêter. Sans dire un mot de plus, il regardait au loin, ses yeux cachaient sous son capuchon. Il reniflait légèrement l'atmosphère, avant de faire un second signe à son mentor, tout en se rapprochant très légèrement de lui, pour murmurer ses intentions.

▬ Maître ! Il pointait alors l'horizon, écarté de quelques mètres. Regardez...

Au loin, des squelettes étaient pris dans des toiles d'araignée immense, entre plusieurs arbres. Il était tout à fait évident que le binôme, se rapprochait dangereusement du nid de l'araignée et qu'il fallait désormais rester très concentré et prêt à toutes les possibilités. Et pour une fois, Wagyuu eu une idée plutôt avantageuse : Il comptait laisser son bouclier dans son dos, préférant surveillé ses arrières pour se défendre d'une bête hostile, plutôt que de se protéger de ce qu'il voit.

_________________
A la rencontre de Tsuchigumo 1547415804-tsukimono-gang
G A K I ○ T S U K I
Revenir en haut Aller en bas
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

A la rencontre de Tsuchigumo Empty
Lun 28 Jan 2019 - 12:30




A la rencontre de Tsuchigumo
Hayashi no kuni pays du bois

Par-delà le paysage solitaire et retiré, alors que l'hélianthe au-dessus de tout répand sa chaleur oppressante, des serpents, lézards et scorpions se dissimulent dans le sablon. Ils attendaient patiemment qu'une proie s'offre à eux. C'était là leur seul moyen de se nourrir. Les temps sont difficiles, mêmes pour ces pauvres petites bêtes. Assuré de posséder quatre fois plus de réflexes que ces derniers, c’est avec charisme que la gardien d’Hayashi ne s'en souciait aucunement. Avec un soupir, il passa à côté comme s'il n'en était rien – se délectant de la fièvre fielleuse qui sinue chez son partenaire. Sa concentration était focalisée sur la chimère dont il percevait encore les empreintes. Elle s'était stationnée non loin pour la nuit et s'était remise en route, il y a de cela quelques heures. Quelques jours de plus allaient suffire à la débusquer. Le guerrier ne s'attarda pas davantage sur le chakra de la chimère, car il savait pertinemment où cela menait et son pas se fit de plus en plus hâtif.

« Chi-me-ra ! Chimèra. Wagyu-kun. Nous avons été missionné pour terrasser la bête. » dit-il en soupirant


Pour quelqu'un d'externe au pays du bois, la zone équatoriale se ressemblait. Pour quelqu'un de cette nation, chaque recoin du désert, différait de l'un à l'autre. Les roches également ne se composait pas de la même manière et sa couleur changeait au Sud ou au nord. Et ne parlons pas même des créatures rencontrées. Ce paysage aride était très diversifié et ne pas à prendre à la légère. À un moment, une légère brise de vent se souleva au loin et en tout bon connaisseur, le jeune sauvage se drapa dans sa toge avant de s'enfuir dans une dune proche. Une brise ne reste jamais dérisoire là où rien ne peut l'empêcher de se développer. En un rien de temps, ce qui semblait insignifiant devint rapidement une gigantesque tourmente qui ravagea tout sur son passage. Le sable tournoyait en quantité astronomique, les bestioles frêles se faisaient emporter comme des brindilles et la pauvre flore se déracinait comme on arrache de mauvaises herbes. Honma et Wagyu, terré assez profondément, eurent la chance de ne pas se faire emporter et ne sortirent du sol que lorsque le démon venteux eut passé.

« Allons-y. » plein de convictions
Comme un nombre sans cesse croissant, les Hayashijins, font face à la mort un nombre incalculable fois. C'est ce qui fait un atout principal à ses vigoureux guerriers en temps de guerre : la mort est partout, il faut vivre avec. La route s'avérait encore longue, tandis que des gouttes de sueurs perlaient sur le front du jeune homme. Ses yeux encore en état observait avec attentions les allées sinueuses entre les dunes comme si des titans allaient en jaillir.
Après une dernière inspiration qui lui sembla durer une éternité, il glissa hors de la surface pour retourner s'enfoncer vers la masse informe et terreuse mélangée à la mélasse, touchant le sol du bout des pieds tandis qu'il voguait au gré d'un zéphyr allant dans son sens vers sa source d'inspiration du moment.

Ils pénètrent alors l'édifice qui leur fait face, quittant l'éclat solaire pour s'imprégner de l'ombrage. Pas un seul son. Ils en profitent pour s'effondrer, l'échine contre la brique. Celui-ci plongea une main dans son sac à la quête d'une gourde et la porta à ses lèvres sèches pour faire serpenter le fluide transi dans son œsophage. Son torse se soulevait et s'abaissait au rythme de ses soupirs. L'atmosphère extérieure était franchement asphyxiante... Des minutes s’étendirent avant que le jeune homme reprenne sa spéléologie dans les viscères du somptueux palais. Les apports solaires aux travers des portes permettaient d'assurer une nitescence naturelle et une vision adéquate. L'architecture séculaire était splendide si seulement suffisait le terme. Cela n’était en rien ce qu’avait imaginé le cadet de la fratrie, aucune poussière qui virevoltait, par le limon tassé sur d'antiques vasques ; simplement des muraux ornés de quelques peintures valant leur pesant d’or. C’était là le vestige d'une époque d'or, que rien n’émietta pas même les guerres et les hommes.

Leurs silhouettes s'esquissaient sur les cloisons et se reflétaient dans la propreté des lieux.
« Tiens-toi sur tes gardes Wagyu, nul ne sait les pièges qui peuvent se trouver ici. » quelque peu méfiant




@Nabemono Wagyū
Revenir en haut Aller en bas

A la rencontre de Tsuchigumo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: