Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'Art de rien

Suzuri Shisei
Suzuri Shisei

L'Art de rien Empty
Mar 29 Jan 2019 - 19:20
Suite de Psychopathes contre psychopathes
----------------

"Las d'être incompris, un jour, le rien se mit en fuite."

Les repas fades se succédaient durant la convalescence de Shisei, dont chaque nouvelle bouchée insipide lui arquait les lèvres de dégoût. L'ennui d'une attente sans fin, suite à son retour de l'Enfer des montagnes du Nord, écorchait bien plus le trentenaire que ne le fit le fouet enflammé de feu Shimpei. Et si l'horreur des visions de corps décharnés et des visages figés dans la tourmente n'hantaient plus ses songes -à jamais indifférents aux morts anonymes-, la malice d'une souffrance physique enlaçait sa chair d'une lente torture. La pénombre de la nuit envahit la pièce alors qu'il sombrait à nouveau dans l'immatériel de sa conscience.

Il se revit gamin, perdu au milieu du clan, l'odeur de la roche mouillée imprégnant ses vêtements et l'humidité glaciale d'un hiver pluvieux accrochée à ses os. Epoque noire des guerres de clans où chacun rêvait d'expansion au détriment de ses voisins. Il se revit mimer le regard sévère de ses ainés, porté sur un inconnu enchaîné à qui l'on avait ôté tout vêtement, un prisonnier n'ayant pas toujours été un ennemi mais qui fauta, une fois de trop, d'une lame plantée dans un allié. Sa peau d'albâtre était noircie de leur magie Suzurijin, et il hurlait sa haine d'une défaite évidente tandis qu'il se voyait souillé de sceaux interdisant un pouvoir trop inquiétant.

Le gamin qu'il fut revivait la scène, il revivait ce travail d'orfèvre des anciens du clan, qui, consciencieusement, enclenchaient les verrous les uns après les autres, sans obstacle ni réelle résistance. Et il n'oublierait jamais la haine qu'aboyait ce meurtrier, une haine qui devint détresse, une détresse qui se mua en supplique et une supplique qui s'étouffa dans la soumission de la bête apprivoisée.

Etait-ce un souvenir ou l'allégorie onirique d'une crainte pour soi-même ? La mémoire jouait des tours et la réalité d'un jour se grimait bien souvent d'un imaginaire attirant le lendemain. La présence de Wo-sempai à cette réunion cabalistique offrit à la vérité un argument supplémentaire et renvoya l'esprit du trentenaire sur d'autres souvenirs.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628 https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Suzuri Shisei
Suzuri Shisei

L'Art de rien Empty
Mar 5 Fév 2019 - 21:48
"Tout aurait pu être tout autre chose et aurait eu tout autant de sens."

Instant sépia virant à l'ocre alors que ses poings s'enfonçait dans un crâne craquelé de toute part. Une haine pure auréolait Shisei, alors âgé d'une vingtaine d'année, tandis qu'il explosait ce visage de toute sa rage. Sa mémoire lui rapporta cette violence sans aucun contexte ni autre précision, sinon celle de deux silhouettes qui émergeaient de l'obscurité, un cadavre et son bourreau couvert de sang jusqu'à la taille, une scène d'horreur accompagnée par l'odeur tiède de la mort et le bruit lourd des coups portés, toujours un peu plus profondément dans cet amas de chair battue.

Il se souvint alors d'un nom. Rei. Trois lettres maudites d'un enfant banni. Trois lettres d'une courte identité à l'image d'une vie tronquée. Puis il y eut ce mot, "voleur", répété avec rage par les anciens, et sonnant comme la sentence définitive qui devait lui être rendue. Mais l'objet du délit sembla à jamais perdu dans le dédale qu'était sa mémoire, au détail près d'un rouleau tâché du sang de la dépouille, parchemin interdit et mystérieux jalousement gardé par le clan.

Comment put-il s'enfoncer aussi rapidement dans ce cauchemar ? Quel aveu lui avait été donné, quelle marque lui fut apposée, pour l'obliger à pareille atrocité ? Une démence latente grandissait en Shisei, tapie dans l'ombre de ses actes déraisonnés, de son jugement trouble et de la disparition graduelle des références qui construisit son éthique.

Son intellect le fuyait comme un gosse apeuré par le monstre qu'il voyait. Un ogre d'encre qui, depuis plus d'une quinzaine d'années, œuvrait pour un Mal estimé comme admirable, pour des chefs considérés comme respectueux. Il glissait vers les abysses, emportant malgré lui l'amour d'une famille et produisant l'enfer qu'il pensait combattre jusqu'alors.

Éveillé dans cette pièce d'hôpital, il prit conscience du démon qu'il devenait pour les ennemis qu'un tiers lui désignerait. Et il l'accepta. Maudit. Damné. Sauvage. Sans âme. Il embrassait chacune de ces conditions, jusqu'à ce que la Mort ne le renvoie d'où elle le sortit. Jusqu'à ce que ce monde ne s'essouffle de sa présence et ne l'efface de sa surface.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628 https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Suzuri Shisei
Suzuri Shisei

L'Art de rien Empty
Ven 22 Fév 2019 - 23:07
"Peu importe qui vous êtes vraiment, ce qui compte, ce sont les histoires et les légendes."

Shisei tira sur les différents tubes et sondes qui parcouraient son corps pour s'extirper de cet enfer interminable. Mais une fois debout, l'air frais de la pièce s'engouffra dans l'ouverture d'une blouse sans arrière. Nu, sous ce simple tissu, le trentenaire chancelait dans les couloirs calmes de l'hôpital, à la recherche d'une chambre en particulier. Les portes se succédaient dans l'imprécision d'une vision floutée par la fatigue et les drogues, jusqu'à l'apparition du chiffre recherché. Alors il poussa d'une main hésitante la porte marquée d'un 402 et s'engouffra jusqu'au lit où un vieillard en fin de vie y sommeillait.

Immobile dans la pénombre, figé en une absence troublante qui semblait le rapprocher de ses fantômes, Shisei revivait un acte passé sans en avoir pleinement conscience. Il se sentait investi d'une nouvelle mission ne souffrant d'aucun papier officiel, guidé par un ordre oral, d'un nom donné et d'un lieu pour l'y faucher. Pion docile, agent efficace qui ne posait jamais trop de question, le tatoué œuvrait pour le clan comme pour le village, et des tréfonds de cette obéissance aveugle hurlaient toutes ses victimes.

D'un mouvement étonnamment fluide, le Suzuri enveloppa son bras d'encre, laissant ses tatouages se regrouper autour de sa main pour en allonger la forme. Cette tentacule noire et meurtrière, faucheuse sadique, s'enfonça alors dans la bouche du patient pour en noyer les poumons. L'écarquillement d'une douleur atroce accompagna les gesticulations et gargarismes d'une lutte vaine, puis vint le silence d'un acte irréversible. La douceur de la nuit reprenait possession des lieux, tandis qu'une silhouette traversa l'embrasure de la porte. Passant la tête dans le couloir, Shisei reconnut ce même vieillard qu'il venait d'étouffer à l'instant. Mais seuls des draps pliés et tâchés d'encre s'empilaient sur le matelas sans patient.

Troublé par ce tour de passe-passe incompréhensible, le trentenaire prit en chasse sa proie, sa tentacule ancrée au bras, ignorant qu'il pistait un fantôme mort de ses mains depuis deux décennies. Son esprit ravageait se jouait-il de lui ? Mémoire farceuse qui portait jusqu'à ses yeux les souvenirs d'êtres assassinés. Ou bien était-ce toute la réalité d'une folie qui se matérialisait devant lui ? Combien de temps poursuivrait-il cette solitude nocturne avant qu'un membre du personnel ne stoppe sa traque de l'immatériel au sein de l'hôpital ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628 https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

L'Art de rien

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: