Soutenez le forum !
1234
Partagez

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 4 Fév 2019 - 19:16
www

Les préparations de cette soirée avaient été semées d’embûches. Cela remonta à quelques minutes après que Sesshū sortit de la chambre d’hôpital de son amie métamorphe. L’adrénaline retombant comme un soufflet, il put constater l’ampleur de son geste. Pour la prochaine lune, il devait organiser un dîner au but incertain, avec pour seule requête l’interdiction d’utiliser du lait ou du tofu. Sur quel pied allait-il danser ? Sur le gauche, avec des yeux doux et des phrases mielleuses ? Sur le droit, tel le partenaire de combat qu’il lui avait proposé d’être ? Les yeux greffés au plafond de sa propre geôle de convalescence, il médita sur l'avenir de sa malédiction.

L’augure n’était certes pas un vieux garçon, mais il y avait des problèmes qu’il préférait résoudre lors d’un Agni Kai. Ses longues années passées au côté de son maître l’avaient, d’une façon, éloigné des trousses de la gent féminine. Ses conquêtes éphémères ne s’imposaient jamais face à son effroyable emploi du temps, et celui-ci ne s’était pas arrangé avec le temps. Toutes passaient à la trappe – à défaut de suffisamment compter pour l’augure. Les nombreux projets du maître du Shikotsumyaku, dont la majorité furent liés aux arcanes de son clan, ne cédaient aucune place à une ambition de dernière minute. Jusqu’à l'apparition de la déesse dans la machine nommée Reikan.

Sesshū avait pu se recueillir auprès de la sépulture de feu Kaguya Hiroko afin de lui faire part de son dilemme épineux. Tout opposait les deux âmes, excepté leur appartenance opportune au village de Kiri. L’un désirait y consacrer son entière existence, et la moindre fibre de son corps pour l’élaboration d’un havre de paix hermétique ; l’autre rêvait de pâturages libres aux reliefs mirifiques, nourrie par son admiration des paysages traversés. Comment avancer des pions sur cet échiquier miné ? Sesshū connaissait déjà la réponse, gravée en son for intérieur, souvenir d’une leçon tirée du répertoire de son maître.

La clé de la réussite est le sacrifice – l’abnégation.
Vouloir capturer des fantômes au filet revient à brasser de l’air.


Vint alors le jour J – une poignée de minutes avant l’arrivée de la féline. Toute la soirée avait été planifiée par la suite de ses pérégrinations. Sesshū avait confirmé l’invitation de son amie chez lui, mais s’acharna du mieux qu’il put à épousseter les derniers vestiges de son ambiguïté. Ils n’allaient pas dîner en tête à tête, mais côte à côte, face au brasero central de sa demeure. Une table avait été dépêchée pour l’occasion – ses pieds trouvant sa place dans quatre orifices prévus sur le sol. Deux chaises, finement ouvragées d’ivoirerie, attendaient le séant des deux compagnons. Et au bout du couloir de braises, un nécessaire de cuisine occupait les deux bras et cinq sens du Kaguya.

Après tout, la métamorphe pouvait débarquer d’une minute à l’autre.


_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 4 Fév 2019 - 21:27
[invisible_edit]


Roupiller, chérir son corps et son esprit tout deux meurtris, et penser au monde extérieur qui n'attendait qu'elle... Voilà à quoi se résumait la convalescence de la féline, du premier jusqu'au dernier jour de son analepsie. Le retour encore si lointain à toute cette immensité enchanteresse, qui épouvantait bien souvent les plus faibles, venait la hanter jusque dans son sommeil. Le jour de sa sortie fut synonyme de délivrance pour la jolie brune, qui avait finit par exécrer la vue offerte par sa fenêtre de chambre. Contre toute attente, ce n'était pas la solitude qui l'avait dévoré pendant toutes ces nuits, mais bien la punition que son corps lui infligeait, en la clouant à ce maudit lit.

Finalement, Sesshū avait été son seul visiteur pendant cette courte parenthèse dans sa vie de kunoichi. Son frère, qui n'avait quant à lui pas abandonner la voie nomade, ni même son vénéré père qui avait pris congé de sa fille, n'avaient daigné lui rendre visite. Toutefois, cela ne l'attristait pas - du moins, pas en apparence. Son rétablissement ne l'avait que davantage réconforter dans sa décision. Tout bien considéré, le chemin si tumultueux qu'elle avait emprunté, semé de futures embûches et d'un potentiel risque d'y perdre la vie, lui convenait. Depuis tant de mois déjà, elle avait écarté l'option de facilité qui lui avait été prêtée. Porter sur le monde un regard sans haine, voici le credo qu'elle avait embrassé depuis la mort de sa défunte mère - et qu'elle souhaitait déjà enlacer depuis sa plus tendre enfance.

En définitive, cet épisode de repos n'avait fait qu'éclore la fleur de sa détermination à vouloir apaiser les cœurs les plus endurcis. Mettre un terme à ce tsunami de haine, qui balayait déjà depuis bien trop longtemps les esprits les plus bienfaisants, pour les plonger dans la fosse océanique des vices et de la rancœur, était devenu une obsession. Bien que difficile à atteindre, c'était le but qu'elle s'était fixé. Qu'elle y parvienne avec ou sans l'utilisation de la violence, Reikan était irrévocablement convaincue qu'elle ne pouvait rester les bras croisés face à ce spectacle décadent. Sa vie, témoignage des malheurs qui ravageaient le monde, ne pouvait le lui permettre. C'est sur cette pensée parachevée qu'elle quitta sa robe de chambre hospitalière, son lit et ses perfusions, se jurant de ne plus jamais faillir à sa tâche pour ne plus avoir à y remettre les pieds.

***

Bien que ce fut le jour de leurs retrouvailles amicales, la féline n'avait pas fait faux bond à son quotidien. Le jour s'apprêtait à épouser la nuit, alors que Reikan venait à peine de terminer son entraînement journalier de remise en forme. Le soleil périssait au fil des minutes, pour laisser place à une lune ballonnée, d'un blanc pur et éclatant. Sous cette lune naissante, une douche s'imposa à la métamorphe, non pas seulement pour la laver de sa diaphorèse temporaire, mais bien de la fureur intempestive qu'elle avait éprouvé au cours de son exaltation athlétique.

Après sa dépense corporelle et son hydrothérapie, sa première action fut de se dévisager dans le miroir. La meurtrissure de son duel avec l'augure avait de nouveau laissé place à ses éphélides naturelles, source de complexe chez certains. Il était temps qu'elle me lâche la griffe. La jeune femme mi-humaine mi-tigresse n'éprouvait aucune critique vis-à-vis de son propre physique, tant péjorative que méliorative. Elle était tout bonnement indifférente, bien que consciente qu'elle ait été gâtée par la nature. Toutefois, à certains moments, elle estimait que cette enveloppe charnelle constituait plus une entrave qu'autre chose.

Enfiler une de ses tenues traditionnelles la rappela à l'ordre. Un ensemble de haut et de bas tout deux ramifiés de façon orientale, s'accordant parfaitement pour ne former qu'un seul habit, digne des traditions les plus ancestrales au sein de son clan. À la fois simple et élégant, elle y rajouta ses épaulières fétiches, sans d'ailleurs ne jamais de séparer de ses boucles d'oreilles en pierre de lune. Elle était fin prête, à un détail près. Sans hésitation, elle passa sa dextre dans sa longue chevelure d'ébène, retirant ainsi le morceau en pelure d'écorce qui obstruait leur liberté. Elle les détacha complètement, optant pour un faste bestial, ne prenant même pas la peine de replacer ses quelques mèches rebelles. Tout ceci pour un dîner, suis-je complètement sotte ou bien totalement désorientée? Qu'importe, elle n'avait rien à craindre d'un ami. Il était temps de lever le camp, ce qu'elle fit sur-le-champ.

Elle jeta son dévolu sur la route la plus courte menant au domaine Kaguya, sans emprunter la voie des airs, afin de ne pas arriver trop en avance. Il ne lui fallut que quelques minutes pour atteindre son objectif. Une fois devant la porte de l'augure, ses fins doigts vinrent gambader sur le bois de sa porte, avant de dégager un tapement, pour annoncer sa venue.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 4 Fév 2019 - 22:54
www

Lorsque la métamorphe se présenta à la porte du Kaguya, celui-ci essayait – avec toute la bonne volonté du monde – de se dépêtrer d’une situation pour le moins… complexe. Si son don inné n’avait pas été le Shikotsumyaku, mais le contrôle du chakra pur des fameux Anciens, par exemple, il aurait pu de vêtir d’une paire de manches supplémentaires et ainsi évité la catastrophe. Mais avec une louche imposante dans la main, le couvercle en plomb de son fait-tout dans l’autre, et les yeux happés par l’arrivée de son amie, il ne put rattraper la chute du plat ayant mijoté des heures sur les braises rougissantes. Ni empêcher ces même braises d’agresser sa tenue jusqu’alors immaculée.

La surprise venait d'arracher un râle aigu de douleur à Sesshū – malgré lui.

J’arrive, j’arrive ! Une… une seconde !

L’augure épousseta sa tunique afin d’y détacher les quelques tâches incandescentes, affamées. Hélas, il ne fit qu’étaler la cendre sur ses atours d’albâtre – couleur caractéristique de l’ivoire et de son clan. Devant le fait accompli, Sesshū pesta d’une myriade de noms d’oiseaux puis, s’empêchant de respirer, les lèvres pincées, les yeux écarquillés, invoqua des années de méditation pour retrouver son calme.

Comme il l’avait dit à son amie : cette soirée allait être marquée d’une pierre blanche.

Sesshū corrigea son tumulte du mieux qu’il put en évitant de le regarder en face. Alors il redressa ses épaules, ses esprits recouvrés, et se dirigea vers la porte d’un pas assuré. Qu’importe si la moitié de son labeur culinaire irriguait maintenant le bois de son plancher ; il y avait une femme, là derrière, qu’il désirait saluer depuis l’avoir quittée.

Ainsi, il leva le rideau de cette pièce de théâtre grandeur nature.

Une belle moue étirée sur le visage.

Bonsoir, Rei. Tu tombes bien, j’avais justement fini de préparer à manger !

Il s’écarta pour laisser sa compagne entrer – la main sur la poignée pour refermer derrière elle. Sa grimace se confirma sur son visage. Les sourcils haussés, les narines dilatées, un rictus convenu placardé sur les lèvres, Sesshū essayait de rester entier.

J’ai juste un peu de nettoyage à faire. Un chouïa. Assis-toi donc, tu veux ?

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mar 5 Fév 2019 - 0:41
[invisible_edit]


Impatience. C'était le mot parfait qui décrivait l'état d'esprit dans lequel était plongée la bête, qui commençait d'ailleurs à avoir un petit creux. Les secondes défilèrent, avant qu'elle n'eut ouïe d'un cri plutôt aigu, depuis l'intérieur de l'antre osseuse. Un de ses sourcils ténébreux tressauta, traduisant son étonnement. L'espace d'un instant, elle porta attention à la façade de la maison pour s'assurer qu'elle n'avait pas réitéré la même erreur qu'à sa première venue au domaine. Nul doute, c'est bien chez lu-... Ses doutes s'estompèrent, dès lors qu'elle entendit la voix de l'augure derrière la porte, qui annonçait sa venue avec un air... précipité. Bien que rassurée de ne pas avoir fait fausse route dans la nuit quant à l'adresse, la métamorphe patienta sur le seuil de l'entrée, roulant des yeux dans diverses directions comme pour s'occuper. Dans l'attente, elle s'imaginait déjà quel bon repas Sesshū avait bien pu lui concocter, sans toutefois aller jusqu'à en fantasmer pour ne pas surenchérir une éventuelle déception culinaire. Ma foi, il a du pot, je ne suis pas difficile de ce côté là.

Enfin, cette satanée porte daigna laisser une ouverture sur l'intérieur de la demeure, sous l'agencement de la paluche osseuse. Reikan releva ses prunelles sur son ami. Par pur respect, elle ne dévisagea pour l'instant ni son minois, ni son accoutrement, courbant même l'échine pour le saluer, avant de redresser la tête. Les yeux plongés dans les siens, elle se contenta d'esquisser un sourire serein, comme à son habitude.

« Bonsoir, Sesshū. »

Ce rictus satisfait ne put que s'amplifier, à l'annonce du repas. La féline retira ses sandales pour les poser délicatement avant la marche d'entrée, et ensuite venir fouler le plancher de son hôte suite à son invitation. Ses longs cheveux sombres valdinguèrent au gré de ses mouvements, alors qu'elle s'avançait d'un pas plutôt confiant vers le centre de la pièce. Le regard levé au plafond, aux murs, finit par descendre en cascade sur les sculptures d'ivoire et les parures de bêtes qui servaient de décor. L'ambiance chatoyante du lieu la rassurait quelque peu, bien que son psychique n'était jamais en paix, continuellement tourmenté par l'appel de l'extérieur. Reikan ne s'était manifestement jamais habituée à être enfermée entre quatre murs, sentiment qu'elle essaya tant bien que mal de ne pas extérioriser face à l'augure, pour ne pas le mettre mal à l'aise.

Comme il lui avait intimé de le faire, la féline s'en alla poser son arrière-train contre l'un des deux futons réservés au dîner amical. Elle était assise en tailleur, le dos parfaitement droit, la pointe de sa chevelure venant finalement caresser les lattes du parterre. Bien silencieuse, la métamorphe n'osa pas dire un mot, après le retrait de l'augure. Du moins, jusqu'à ce qu'un gargouillement monstrueux, digne d'un fauve affamé depuis des semaines, vint ébranler la taciturnité environnante. De peur qu'il ait entendu cette terreur, la métamorphe apposa une main sur le sol pour se pencher sur le côté, et se rassurer comme elle le put, en lui proposant son aide.

« Tu n'aurais pas besoin d'aide, par hasard? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mar 5 Fév 2019 - 17:24
www

Bien que la salle de vie manquait de meubles, elle ne parut pas vide pour autant. Et pour cause, les braises du long brasero central éclairaient la pièce en un scintillement de lueurs jaune-orangées, dansantes, festives. Les ombres léchaient parfois la décoration exotique, de breloques et d’ivoirerie, ainsi que les fourrures sublimant le bois du plancher et des murs. Tandis que la chaleur apaisait le corps, l’atmosphère, elle, apaisait l’âme.

Sesshū s’arma d’un linge de maison pour éponger son débâcle de tantôt. Il saisit une coupe d’un coffre fourre-tout et y jeta tous les morceaux de viande, de légume et de champignon pataugeant sur le sol dans une épaisse sauce marron-âtre.

Ne t’en fais pas, c’est trois fois rien. Et puis, j’ai fini.

Le Kaguya réserva le tout dans un seau, qu’il éloigna de la vue de sa consœur. Plongeant ses mains dans un bac d’eau puisée plus tôt dans la journée – dont il s’était servi pour improviser son plat –, il se nettoya les doigts et les sécha avec une étoffe à proximité.

Tu dois avoir une faim de tigre.

Sesshū brandit enfin un premier bol, dans lequel il déversa le fameux ragoût mystère – fait avec amour, naturellement –, puis un second, avant de les déposer sur la table basse installée près du feu. En guise de touche finale, deux verres, deux cuillers en argent – ustensiles étranges selon les mœurs de l’archipel –, et une bouteille d’alcool de datte importée du Kaze no Kuni. Après tout, le port Naragasa permettait aux Kirijins de voyager aux quatre coins de Yuukan. Et ce fut sur place, la veille, qu’il avait demandé conseil à des experts de la gastronomie pour convenir d’un plat atypique.

Je te laisse nous servir à boire ? Je vais changer de tenue. Je crains de ne pas être… présentable. Maudite soit cette maladresse. Ça n'est pas censé m'arriver.

L’augure s’excusa, puis se dirigea vers le rideau en bout de pièce, duquel l’on pouvait devenir, à travers son embrasure, l’armature d’un lit. Il abandonna très vite sa tunique souillée pour une longue chemise en lin, aux fibres intrinsèquement transparentes, mais confortables. Enfin vêtu, il rejoignit la métamorphe – écartant les bras pour lui dévoiler ses atours modestes à la lueur des braises rougissantes.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mar 5 Fév 2019 - 22:47
[invisible_edit]


Après avoir eu la réponse à sa question, la métamorphe se contenta de remettre son dos droit, tandis que les fins doigts de sa dextre vinrent abandonner le plancher sur lequel elle s'était appuyée. Ses pupilles céruléennes se permirent une petite balade visuelle sur les braises incandescentes, qui reposaient au fond de la cheminée. Rien n'échappait à sa vue de prédatrice, pas même l'argenterie disposée sur la table. Elle vint empoigner la cuiller lui étant destinée, pour tâter du bout des ongles sa sculpture métallique et zieuter son propre reflet dans la partie creuse. J'ignorais qu'il détenait des ustensiles si... exclusifs? Plutôt dubitative, Reikan avait, l'espace d'un instant, presque perçu un fantôme du passé. De par sa connaissance effective du monde, par-delà les frontières maritimes, elle put parfaitement reconnaître la moulure fortunée du couvert. Décidément, il est plein de surprises. D'un air perplexe, la féline reposa ce dernier à sa place, avant que l'augure ne lui rappelle la douleur qui nouait son estomac, tant il désirait être rempli.

Une faim de tigre. Ce fût la meilleure pensée qui avait pu venir à l'esprit de Sesshū, pour définir l'appétit qui la rongeait. Ses paumes s'imposèrent sur chacun de ses genoux, afin de trouver une place adéquate et respectable.

« C'est le cas de le dire. »

Pour éviter une quelconque offense, la métamorphe adopta presque un ton dérisoire. L'ardeur de son appétit fut petit à petit amadouée, à l'instant même où le Kaguya mit la table. Bien que Reikan avait toujours plus eu l'habitude d'être accueillie que l'inverse, cela n'excusait en rien le fait qu'elle puisse laisser son hôte faire toutes les tâches. Sa gêne fut d'autant plus grande lorsque l'augure tint à tout faire de lui-même, sans accepter son aide. Toutefois, cela n'empêcha pas la jeune femme de l'aider à disposer les verres et les bols blindés de ragoût sur la table basse. Lorsqu'il lui confia le service de la boisson, elle ne put qu'esquisser un faible sourire taquin.

« Seuls les dieux sont exempts de ce genre de faux pas, alors tu es pardonné. Je me charge du reste. »

Lui adressant un bref regard pour le regarder s'éclipser derrière ce mystérieux rideau, la jolie brune détourna son attention sur la bouteille... d'alcool. Elle plissa les paupières pour décrypter les inscriptions sur son étiquette, avant de hausser un de ses sourcils. Originaire du Kaze no Kuni, Reikan ne connaissait que trop bien cette liqueur. Elle n'avait jamais goûté à la gnôle, pas même une gorgée. À ses yeux, cette habitude que les hommes avaient de s'arroser d'un tel combustible, ne semblait avoir aucun intérêt, si ce n'était s'abandonner aux bras méconnus de l'ivresse. D'un air indifférent, elle prit soin de remplir le verre de son ami, puis le sien... en prenant la peine de n'en saturer que le fond, par pure politesse. Enfin, elle reposa la bouteille au centre de la table.

Avant le retour de l'augure, la féline se permit de renifler discrètement les effluves du mets, pour essayer de distinguer les odeurs des différents ingrédients surprises qui le composaient.
.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mer 6 Fév 2019 - 12:30
www

L’augure s’installa enfin à leur table. Ayant terminé toutes les tâches de dernière minute l’ayant incombé, il laissa échapper un bref soupir de soulagement, et combla le vide laissé par un sourire béat qu’il garda à ad vitam – du moins, jusqu’à la fin de la soirée.

Les narines de Reikan avaient déjà commencé à déguster le plat improvisé de Sesshū. Un ragoût, mijoté pendant des heures, dans lequel baignait des carrés de bœuf, parmi une pléthore de rondelles de carottes, et de champignons locaux – cuits au préalable dans le gras d’épais morceaux de lard. Même si le Kaguya revendiquait sa politique isolationniste, et son amour pour les siens – et donc, par extension, pour les Kirijins – celui-ci gardait un œil sur le monde extérieur. Ce plat était né de son ouverture de culture. Et il fallait au moins ça pour essayer de faire voyager une enfante du monde.

Voici un plat traditionnel de l’archipel de Mizu : le bœuf bourguignon.

Puis, après avoir maintenu du mieux qu’il put le sérieux factice de son visard, Sesshū dévoila enfin ses cartes sur la table.

Je plaisante. L’océan borde notre pays ; ainsi, nous avons accès à tous les ports du continent, notamment ceux de Hi no Kuni. Tu vas sans doute me dire que je radote, à parler toujours de mon maître, mais rendons-lui hommage. Il est celui m'ayant fait goûter ce plat, découvert plus jeune lors de son pèlerinage. Nous avions faim – mais pas de poulpe grillé ni de nouilles noyées. Et c’est là qu’il eut cette idée.

Le maître du Shikotsumyaku saisit son verre d’alcool de datte et le porta à ses narines, pour renifler son nectar. De par ses multiples routes maritimes, le port Naragasa rendait un grand service aux Kirijins amateurs d’exotisme.

J’espère que je lui rendrais honneur. J’étais toujours le musicien de notre partition culinaire – jamais le chef d’orchestre. Mais voyons le bon côté des choses : cela m’a permit de me souvenir des étapes de préparation.

Sesshū offrit la liqueur à ses papilles affamées. Il ferma brièvement les yeux, et sourit. Malgré les imprévus, la soirée était vite repartit sur les rails de la bonne humeur.

Ça me fait plaisir de t’avoir à mes côtés, Rei.

Au quotidien, le Kaguya s’évertuait à abriter sa solitude d’âme derrière un apparat stoïque, mais la présence de la métamorphe perçait cette armure comme si elle n’en était rien. Un remord de dernière minute vint frapper sa conscience : pourquoi n'avait-il pas installé les sièges face à face ? La vie était courte. Autant qu'il essaye d'en profiter.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mer 6 Fév 2019 - 17:08
[invisible_edit]


Toute l'attention de la métamorphe fut portée sur la pitance de son bol. Sa vue et son odorat s'éveillèrent afin de deviner le goût et la texture de chaque composant de ce plat mijoté avec patience. La mine de Reikan témoigna d'un engouement assuré, du fait que le repas s'était révélé être un plat équilibré, balançant raisonnablement entre les produits de la terre et ceux de la chair. Mais l'harmonie même de ce dernier ne pouvait que résider dans sa sauce liante, qui réunissait les arômes de tous les agréments. La senteur de ce bouquet gustatif vint affrioler ses cavités nasales, presque à en faire frissonner de plaisir ses papilles gustatives, qui n'attendaient qu'une seule chose. Néanmoins, la nature bienséante de la féline retenait élégamment cet instinct carnassier, afin de temporiser la présentation du plat, par son confectionneur.

La surprise vint asperger la réflexion gustative de Reikan, lorsque Sesshū lui annonça la localité du plat. Pendant qu'il retint son sérieux, le regard incrédule de la jeune femme jongla entre sa part de ragoût et le visage de son hôte. Ses doutes se gommèrent dès qu'il lui fit part de sa plaisanterie. La position du Mizu no Kuni est vraiment idéale pour les échanges, aussi bien culturels que commerciaux. Tout en l'écoutant parler, la métamorphe songea aux propriétés qu'entretenait son ami. Comment lui en vouloir pour le fait qu'il souhaite y demeurer jusqu'à la fin de sa vie? Vraisemblablement, le Kaguya arrivait à faire changer d'avis la féline qui exécrait au plus haut point son mode de vie. Elle parvint à saisir l'attachement que tous ces gens, dont Sesshū, fomentaient vis-à-vis de leur foyer. Toutefois... elle était loin d'y adhérer en profondeur, s'excluant encore et toujours de cette pratique. Pour son propre futur, impossible d'envisager une seule seconde une définitive implantation.

L'éloge de l'augure fait à son maître balaya les songeries de la métamorphe. Elle qui n'avait jamais eu l'occasion d'entretenir une telle relation d'autorité, elle s’efforça d'entrevoir le lien qui unissait le Kaguya à son modèle. Vis-à-vis de la féline, le seul qui était potentiellement en mesure d'incarner ce rôle, était son père. Un maître n'est-il pas tenu d'accompagner son élève jusqu'au bout de son apprentissage? Cette question introspective, qui la concernait tout autant que Sesshū, vint hanter une partie de son esprit, avant qu'elle ne la mette de côté.

La métamorphe étendit son emprise sur sa cuiller, pour la déposer à l'horizontale sur les bords de son bol. Ses douces paumes vinrent à se lier l'une à l'autre devant son buste, avant qu'elle ne penche l'échine vers l'avant en guise de remerciements, pour ce repas qui allait très certainement ravir sa faim de tigre. Le principal de sa pensée alla à l'inspirateur du Kaguya, mais aussi droit au bœuf qui nageait dans son récipient. Merci pour nous avoir laisser le vestige de ton corps et pour avoir permit à Sesshū de concocter ce sublime repas. En redressant la tête, ses yeux évincèrent les gestes de son ami, qui était déjà en train de s'abreuver de son nectar enivrant.

Entre temps, elle se permit d'empoigner le manche de son couvert, prête à déguster ce qui lui avait été servi. Elle tiqua à l'entente de sa remarque, avant de crayonner sur sa frimousse un sourire éthéré.

« C'est un sentiment partagé. Je ne regrette pas de m'être rendue au Raikou-an ce jour-là. »

Sans peut-être mesurer l'importance équivoque de ses mots, sûrement en raison de sa naïveté profonde, Reikan ne put répondre que par la sincérité. Elle était loin de s'interroger sur la nature de cette attache qu'elle était en train de façonner avec l'augure, l'estimant purement amicale. Par la suite, elle retourna la tête vers sa part du plat de subsistance, avant de plonger sa cuiller dans l'assemblage harmonieux - culinairement parlant. Sans se désaltérer au préalable, elle apporta une première bouchée à ses lèvres, savourant l'artifice de saveurs qui vint caresser ses papilles gustatives carnassières.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 7 Fév 2019 - 12:24
www

D’une grâce folle, Sesshū retira une branche de thym de sa bouche à moitié pleine – qu’il essaya de garder close du mieux qu’il put pour ne pas dégoûter sa consœur.

Le cuisinier en herbe avait donc oublié une étape… et peut-être d’autres encore. Avait-il bien pensé à laver les champignons ? Oui, bien sûr. Il les avait même cuits – cette variété ne pouvant être mangée crue. Avait-il pensé à éplucher correctement les carottes ? Évidemment. Et les pelures avaient été alors distribuées aux élevages de Kiri pour ne rien gaspiller. L’augure se remémora ainsi les étapes de préparation de son plan à la recherche d’une faille, d’une erreur, d’un énième obstacle se mettant sur son chemin pour l’empêcher de profiter pleinement du moment.

À moins que le Kaguya ne cherchait une excuse pour rester loin du danger ?

Bien que spontanée, sa dernière phrase lui paraissait maintenant déplacée, osée. Mais les retours positifs de sa compagne, tant oraux que corporels, le poussait à persévérer. Une chanson inaudible berçait les sens de l’augure. Une douce fréquence enivrante. Un sifflement mélodieux. Ce sort occulte qui liait sa personne à l’ombre de son invitée. Devant ce gouffre de possibilités, les jambes ballantes dans le vide, Sesshū perdit tout repère. Il hésitait entre élan et fuite ; risque et garantie. Était-ce trop tôt pour s’approcher du soleil ? Et depuis quand craignait-il autant la fonte de ses ailes de cire ?

Son cœur lui offrit la réponse – et il se maudit de l’avoir entendue.

J’aimerais un jour suivre les pas de mon maître. Quitter l’archipel, rejoindre le continent, et le parcourir de long en large. D’abord le temple de moines de Hi no Kuni. Ensuite les monts glacés du Pays du Fer..., dit-il en souriant à sa muse, fier de sa référence au Raikou-an. … puis je rapporterais enfin le meilleur de ce que recèle le monde à Kiri. Cela pourrait prendre des années. Peut-être n’aurais-je pas la force d’esprit de rentrer auprès des miens. Mais je sais que la réponse n’est pas ici. Notre clan vient d’ailleurs. C’est certain. Comment des arcanes à ce point liées à la nature pourraient émerger de cet amas d'ilots ? Un jour, je tournerais la tête, et poserais mes yeux sur un arbre-monde gigantesque, tout d'os vêtu, où seront gravés les noms de mes ancêtres.

Une constellation d'étoiles illumina le regard du Kaguya. Et celui-ci croisa Reikan.

Tu dois sûrement me trouver pathétique. Mais que veux-tu, je suis optimiste.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 7 Fév 2019 - 23:04
[invisible_edit]


Sa concentration, sur la multitude d'arômes qui était en train de balayer ses sens, vint absorber toute l'attention de la métamorphe sur son plat. À tel point qu'elle n'eut pas remarqué l'embarras qu'exploitait l'augure, en se détachant d'une branche de thym qui s'était glissé entre ses crocs. Par chance, ou bien par simple inadvertance de la part de son hôte, Reikan n'eut pas la poisse d'être confrontée à cette gêne, sa part étant exempt de tout brin aromatique. Néanmoins, cela ne voulait pas dire que son plat était insipide. Bien au contraire, les saveurs étaient au rendez-vous, et cela ne pouvait que ravir l'estomac de la métamorphe, qui vint même à fermer les yeux lors de sa première bouchée.

Cette petite parenthèse culinaire vint bercer sa poche digestive, alors qu'un agréable sentiment de satisfaction remontait le long de sa colonne vertébrale, pour enfin lui procurer un plaisir psychique. Cet automatisme, similaire à une réaction chimique cérébrale, commun à tout un chacun, transcenda la jeune femme. Nul être humain normalement constitué ne pouvait résister à cette béatitude, ressentie au moment où l'estomac venait à se remplir, après un long moment de solitude. La dégustation fut si appréciée que les jambes de la féline furent prises d'une paresthésie temporaire, qui la suppliait de ne plus quitter cette table. De toute évidence, Reikan était gangrenée par la gourmandise, ou plutôt par l'habitude de bien se nourrir. Ainsi, ce repas ne put que la satisfaire, puisqu'elle était en surplus consciente du temps et du travail que cela avait pu demander à l'augure.

Après quelques coups de cuiller et un temps passé dans l'obscurité, la métamorphe rouvrit les paupières. De suite, son regard miroitant fut aspiré par les braises dansantes de la cheminée. Cette rêvasserie fut avortée à l'instant même où Sesshū s'élança sur la route de l'inconnu. Ses paroles, qui se rapprochaient de la philosophie tumultueuse de la féline, eurent fini par la sortir de sa torpeur incandescente, pour qu'elle plonge son regard dans celui de l'enfant de l'os. Ses yeux s'écarquillèrent un tantinet, au fur et à mesure de son monologue. Séduite par ses propos, Reikan vit défiler dans son esprit les innombrables paysages qu'il mentionnait. Elle tendit l'oreille du début à la fin, avant que ses joues rosées ne viennent trahir son émoi.

La féline détourna instantanément les yeux à l'opposé de l'augure, essayant de réduire à néant sa réaction incomprise en la refoulant tout bonnement. Elle se permit d'écarter un peu son minois sur le côté, pour fixer autre chose. Tout, sauf Sesshū. Est-il au moins ne serait-ce qu'un peu conscient de tous les sacrifices que cela sous-entends?

« Bien au contraire, je trouve cette approche... intéressante. Néanmoins, seul l'avenir pourra nous dire si tu y restes fidèle. »

Après avoir chassé ses démons, qui avaient profité de ce moment de faiblesse pour revenir l'infester de l'intérieur, Reikan retourna le visage vers son bol, quasi-vide.

« C'est un pari risqué de s'engager sur une telle voie. Si je l'ai choisis, c'est en partie pour la simple et bonne raison qu'aucun foyer n'aura à être torturé dans l'attente de mon potentiel retour, ni même n'appréhendera mon éventuelle... mort. »

Même si ses paroles étaient susceptibles d'attiser la peine de son hôte, les traits du visage de la métamorphe ne pouvaient que témoigner d'une profonde détermination, et d'un sérieux sans failles.

« Depuis bien longtemps, je me suis faite à l'idée que ma vie était vouée à étouffer la haine dans le cœur des hommes, et je compte bien faire de mes griffes la lame incarnée de la justice. Aucun promis, ni même aucune descendance n'a à subir ce genre de destin, auquel je suis enchaînée. »

Un silence vint marquer la fin de sa phrase, alors qu'elle avait baissé le regard vers le reste de son repas. Toutefois, il ne fut que de très courte durée, puisque tronçonné par un gargouillis provenant de son ventre. Manifestement, ce soir-là, Reikan était affamée.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Ven 8 Fév 2019 - 11:09
www

D’un simple coup d’œil sur le bol de son amie, Sesshū remarqua que celui-ci était vide – surpris par la vitesse à laquelle la féline avait dévoré son repas. Si l’expression habituelle liait la faim à l’appétit des loups, celui de l’animal-totem de la femme en devenait aussitôt une variante. Prévenant, l’augure s’excusa en se levant de table et, sans demander l’autorisation à son invitée, emprunta son auge pour y servir une seconde fournée. D’après ses mœurs hédonistes, héritées de son clan et d’ailleurs, une assiette ne devait jamais être vide en fin de repas – ce geste trahissant une quantité insuffisante de nourriture proposée. À l’inverse, s’il y restait encore un fond, cela voulait dire que l’invité était rassasié à n’en plus pouvoir déglutir.

Sesshū revint ainsi avec un bol de ragoût fumant pour sa compagne, tandis qu’il se remit en traque de son propre plat, vidé seulement de moitié.

J’entends ce que tu dis, Rei. Mais ne penses-tu pas qu’il serait plus facile d’arriver au bout de tes rêves en concentrant tes efforts sur une vaste population ? Disons… celle de Kiri ? soumit-il d’un rictus malicieux au coin des lèvres. Nous ne pouvons pas sauver Yuukan d’un claquement de doigts. D’aucuns disent que l’être humain est sauvage par nature ; et c’est la fraternité, la famille, l’unité, qui le rendent bon. Un grand moine a un jour dit à mon maître : quand nous contemplons l’abîme, l’abîme nous contemple en retour. N’as-tu pas peur de devenir cette même boule de haine que tu souhaites combattre ? Il te faut… des soutiens. Non – des ancres. Ne vois pas un amant comme une faiblesse – mais comme un moteur n’ayant d’yeux que pour ton épanouissement. Encore une fois, je suis optimiste. Mais la mort n’est pas l’échéance de notre parcours – seulement la transmission d’un flambeau attisé durant toute une vie. Et si tu t’enchaînes au seul vœu de justice… alors…

Qui prendra la relève une fois ton souffle coupé ?

L’augure ne put terminer sa phrase. Embourbé dans sa rhétorique, il avait oublié toute l’ampleur de ses mots, et n’avait ouvert les yeux qu’au dernier moment. Pourtant, cette vérité, sa vérité, le collait à la peau. Ayant grandi dans cet incroyable terreau, chaleureux, fraternel, comment pouvait-il en être autrement ? Ce n’était plus un problème de cœur – bien qu’il avouait à lui-même être enclin à devenir le dit amant du témoignage. Plutôt un problème de but existentiel, et de méthode pour arriver à ses fins. Hélas, le Kaguya ne pouvait rien dire de plus. Ce n’était pas sa vie. Ce n’étaient pas ses choix. Il avait convoité la place d’un confident sans être sûr de la mériter.

Mais le maître du Shikotsumyaku n’enterra pas sa tête dans le sol pour autant.

Je comprends toutefois ton point de vue. Et je le respecte. Ne pas laisser de veufs et d’orphelins dans son sillage ôte une épine de haine dans le pied de Yuukan.

Sesshū s’interdit de brusquer son amie. Il se voulut poli, et respectueux de ses choix. L’étoffe d’un compagnon urbain. Sage. Inoffensif. Mais en réalité, toutes les fibres de son corps se liguaient contre lui pour qu’il réagisse – et commande la métamorphe de rester.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Ven 8 Fév 2019 - 22:32
[invisible_edit]


En silence, la métamorphe se laissa resservir une seconde portion du sublime ragoût par l'augure, loin d'être contre cette démarche chaleureuse et accueillante. Elle tendit l'oreille pour écouter point par point la rétorque de Sesshū au sujet de ses dires précédents, qui s'avéraient après-coup plutôt crus. Toutefois, pas un seul mot, pas une seule lettre... n'était pas sortie droit du cœur de la féline. Cette foi en son but, si honorable, venait à être menacée par le discours du Kaguya, qui essayait tant bien que mal d'argumenter en sa faveur.

Comme on dit, il brossait la tigresse dans le sens du poil, et cela ne la laissait pas indifférente. Quand bien sa détermination ne pouvait laisser quiconque sur son chemin la défausser de son obstination pour la justice, elle parvint à méditer sur la dialectique des idées typées sédentaires de l'enfant de l'os. Il est vrai qu'envisager une telle tâche peut s'avérer effrayant, au vu de la quantité d'abominations et d'horreurs qui se profilent à l'horizon... Son regard bleu roi plongea tout droit dans sa nouvelle part de ragoût, évinçant le bœuf qui s'y noyait d'un œil intraitable. Un fil de fumée, émanant directement de son bol dorénavant rempli, vint caresser ses joues et susciter ses désirs olfactif et gustatif. Mais est-ce une raison suffisante pour mettre de côté tous les malheurs qui ravagent l'humanité par-delà les mers?

Dans sa réflexion, Reikan souleva à contre-cœur une forme d'égoïsme qui grignotait l'âme de l'augure. Si la solution était de se terrer dans une enceinte de murailles osseuses, ce serait bien trop aisé. Et puis, s'il fallait qu'elle apparaisse comme une bête sauvage au regard de son ami, cela lui importait peu. Quant au sujet de cette boule de haine, la féline ne la connaissait que trop bien. Elle avait déjà eu affaire à elle dans la passé, mais était parvenue à la vaincre. Et si la métamorphe avait réussi cet exploit, cela signifiait à ses yeux qu'elle était capable de réitérer cette réaction autant de fois possibles, autant de fois qu'il le fallait pour propager le bien, à l'image d'un linge qui resterait indéfiniment blanc, en absorbant les tâches obscures qui viendraient l'éprouver. Elle n'eut aucune réponse certaine quant à la question du soutien, puisqu'il lui était inenvisageable de demander un si gros dévouement à quelqu'un. L'indomptable ne pouvait compter que sur elle-même, et elle avait la ferme intention de ne pas changer cette habitude. Cependant... il lui fallait avouer qu'être en compagnie de l'augure ne la laissait pas de marbre, et que se faire des amis n'était finalement pas une embûche sur son parcours tumultueux. Au contraire, cette pratique humaine paraissait plutôt bénéfique, ce qui la fit rejoindre le camp de Sesshū sur ce point. Pour autant...

« Sache que rien ne pourra me détourner de ma route. S'il s'avère que tu as raison, alors il sera trop tard pour que je puisse revenir sur mes pas au moment fatidique. »

Elle palpa de ses fins doigts gracieux les côtés de son bol, afin de se réchauffer, comme pour se rassurer de sa décision. Reikan se surprit à imaginer son futur si son ami acceptait d'être ce pilier, dont elle avait tant besoin selon lui. Mais sa fierté vint l'attraper à la gorge, afin de la nouer et lui complexifier la tâche d'extériorisation de sa demande, qui paraissait bien trop conséquente. Cette idée vint la démanger, mais elle se refusait à la transmettre à l'augure, voulant lui épargner le nuage de malheurs qui menaçait de son ombre la destinée de la féline. Ses yeux fuyaient toujours les siens, se réfugiant dans son plat, qui n'attendait qu'elle.

« Je t'apprécie, Sesshū. Mais je ne peux pas pardonner ce que l'humanité est en train de faire et continuera de faire si personne ne s'interpose. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 9 Fév 2019 - 17:51
www

C’est tout ce que je voulais entendre.

Sa réponse – comme le fait qu’elle tenait à lui.

Mais Sesshū ne s’étendit pas sur l’innocence de sa phrase. À la place, envoûté par les effluves de cette ambiguïté, il enchaîna sur l’initiative la plus osée de sa rencontre avec Reikan. Une douce main se posa sur l’épaule de la métamorphe, tandis que l’augure raffermit subrepticement sa prise, complice… ou intime, peut-être.

Si tu as résisté à ma rhétorique, c’est que tu es prête à embrasser ta cause de tout ton saoul. Ton but est noble, et mérite d’être suivi. Pour que les nations de Yuukan puissent vivre en paix, heureuses de cécité, il faut que de braves âmes gardent les yeux ouverts.

Et ceux du Kaguya n’étaient ni clos, ni lâche. L’homme contemplait sa muse, béat, et pourtant sobre. Ce fut comme s'il avait trouvé une grotte sous-marine après une trop longue nage en apnée. Sa lutte intestine cédait sa place à l’accalmie. Il foulait du pied un terrain d’entente idyllique, où leur histoire aurait pu et dû se terminer.

Sa main abandonna son perchoir pour se laisser glisser. Après avoir caressé le tigre blanc dans le sens du poil au figuré, Sesshū s’évertuait à le faire au sens propre.

Je suis ravi de t’avoir rencontré. Même si mes racines me lient à l’archipel, je te vouerai une admiration éternelle pour le sacrifice que tu souhaites accomplir. J’espère de tout cœur que nos voies s’entremêleront en bien des chemins.

Le Kaguya effleura de sa main libre celle de la métamorphe, jusqu’à ce que leurs doigts se chevauchent, l’un à la suite l’autre, comme pour illustrer ses paroles.

Mes portes te seront toujours ouvertes, Rei. Et dans dix, vingt, trente ans, lorsque j’aurai mérité les hautes responsabilités du village, je ferai tout en mon possible pour t’aider dans ta quête. La tienne, comme celle des soutiens que tu trouveras en route. Mais ne reste pas seule, je t’en prie. Les démons se nourrissent des cœurs solitaires.

Sesshū détacha son amie de l’emprise qu’il lui avait imposé malgré elle. Peut-être avait-il été trop loin. Mais rien de ce qu’il fît n’avait dérangé son sens de la tempérance.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 9 Fév 2019 - 20:32
[invisible_edit]


L'augure ne put qu'arracher un sourire serein à la féline. Pour autant, elle ne s'attendait pas à l'étroite approche qu'il était en train de nourrir. Une boule d'angoisse vint encorder son estomac, pourtant si affamé. Sa faim fut coupée de façon instantanée, alors qu'elle peinait à relever son regard azuréen sur Sesshū. Il était là, à côté d'elle, en train de s'aventurer de manière hasardeuse dans une relation évasive, sur laquelle Reikan était incapable de mettre un mot pour la rendre moins équivoque.

La métamorphe, qui en avait bavé jusque-là, trouvait pour la première fois depuis fort longtemps une sorte de réconfort, d'apaisement profond. Sa méfiance fut pourfendue par l'audace de l'enfant de l'os, contre qui elle ne pouvait plus se protéger. Recluse dans ses retranchements, elle tendit l'oreille pour ne pas perdre une miette des dires de son ami. Une admiration éternelle... Elle n'en souhaitait pas autant, mais cela venait caresser davantage son ego, qui avait bien besoin d'être soutenu, au vu du chemin qu'elle avait décidé d'emprunter.

Ses pupilles, plongées dans celles du Kaguya, peinaient à miroiter. Effervescence de l'instant présent ou bien simple extériorisation de ses émotions éperdument refoulées, nul ne put savoir ce qui vint la déboussoler à ce moment précis. Ce ressentis ne fut que d'autant plus poignant, lorsque l'augure déposa sa paume sur le dos de sa dextre. Si son corps s'interdisait de s'alarmer sur son choix, une partie de son âme, elle, voulait s'abandonner à la facilité. Au moment où Sesshū opta pour le retrait, l'indomptable féline attrapa son poignet avec ses doigts, retournant sa paume vers le plafond, dans un geste aussi assuré que délicat.

« Je ne suis et ne serai jamais seule, Sesshū. »

Du moins, pas tant que tu seras là pour croire en moi. Cette phrase vint marquer la réelle solitude qu'éprouvait la féline dans sa quête pharamineuse. Les mots sortaient enfin de sa gorge, alors qu'elle était en train de rabattre sa sénestre au bas de son cou. D'un revers de ses fins doigts gracieux, elle parvint à se détacher d'une corde rougeâtre, dissimulée sous son haut. En l'extirpant à l'air libre, elle dévoila la dague de cristal, accrochée à la cordelette rougeoyante.

« Je t'en fais cadeau. Elle est faite en pierre de lune et incarne une sorte de talisman protecteur qui se transmet de générations en générations au sein de ma famille, auquel je voue un profond attachement. »

Pour la toute première fois, Reikan se détachait de l'une de ses traditions claniques. Elle fit passer sa foi en l'humain avant l'une de ses règles héréditaires. L'héritage éthéré, d'un bleu si profond qu'il en paraissait presque fantomatique, trônait au creux de la main de son ami. C'était une dague de cristal à l'allure primitive, dont la solidité et la finesse ne pouvaient que témoigner d'une pureté mystique sans égale. Elle constituait un modèle unique dans le Yuukan, et Sesshū en était désormais l'heureux propriétaire.

« Quand je serai loin de ces marécages embrumés... elle ne pourra que te rappeler mon nom. Peu importe ce qui m'arrive à l'avenir, garde-la en guise de souvenir de moi, sans ne jamais oublier notre promesse. »

Reikan prit congé de la main manipulatrice d'os, avant d'arborer un sourire comblé, à tel point qu'il en paraissait béni par les dieux. Elle se permit de fermer les yeux pour accentuer cet attrait bienheureux. Elle m'aurait peut-être plus portée chance qu'à toi... mais soit. Je doute que mon parcours ne laisse une chance à la chance elle-même de se profiler dans mon ombre pour m'épargner du maléfice qui ronge ce monde.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mer 3 Juil 2019 - 18:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 11 Fév 2019 - 19:57
www

L’attention de Feffhū s’enfuit dans les reflets de la dague de cristal. Les douces paroles de la métamorphe bercaient son âme comme autant d’effluves envoûtants. L’avait-elle choisi comme l’âme sœur qu’elle ne pourrait jamais avoir ? Le Kaguya eut un pincement de cœur. Non pas de douleur, mais d’excès d’euphorie. Lorsqu’il referma sa main sur la pierre de lune, d’une quiétude proche de l’ataraxie, il se jura de veiller sur elle comme sur la prunelle de ses yeux – et ce jusqu’au retour de sa… moitié ?

Je…

Sa langue pendue n’avait pas survécu à la confession de la tigresse. Il aurait voulu la gratifier au plus vite de mille remerciements – mais aurait-ce été une réponse suffisante pour la main qu’elle venait de tendre à leur idylle ? Les mots gravitèrent dans la tête de l’augure, formant tantôt des ébauches d’initiatives caduques, tantôt des idées qu’il tua aussitôt dans l’œuf. Rien n’était assez noble, solennel, marquant, précieux, pour offrir à sa compagne. Rien de ce qu’il possédait ne suffisait pour garantir l’équilibre de leur échange. La jeune femme l’avait emporté sur le flegme de Sesshū.

Et en guise de trophée, elle avait revendiqué son cœur.

Leur histoire avait crevé le ciel à toute vitesse, et l’inévitable chute se profilait déjà à l’horizon. Le Kaguya contempla les ornements de Reikan comme s'il n'allait plus jamais les voir, condamné par le sadisme du destin. Ses yeux peignirent une fresque de détails uniques – ancres de la réalité. Le léger ride lorsqu’elle souriait. La constellation d’étoiles sous ses billes azurées. La forme si particulière de son nez. Ses lèvres…

L’enfant de l’os déglutit le trop-plein d’affection qui lui tiraillait la gorge. Encore un peu, et elle eût dégorgé par l’une des voies les plus équivoques : les yeux.

Nous ne serons jamais seuls.

Sesshū se rapprocha... et offrit ses lèvres à la tempe de son amie. Si son verbe pouvait s'émousser à l'approche de la tempête, ses gestes, eux, restaient fidèles à l'augure. Comme il le serait à jamais. Le temps d'une rencontre, d'un duel, d'un repas, le maître du Shikotsumyaku avait trouvé un second foyer. Celui qui ancre un être au monde, et vers lequel on retourne après avoir traversé les océans. Un cinquième point cardinal ; la direction que vise la boussole d’un cœur haletant. L'endroit où l'on souhaite reposer en paix, pour des siècles et des siècles.

Il n’y aura pas un jour sans que je le porte. Il n’y aura pas un jour sans que je me recueille auprès de toi. Aie l’habitude d’entendre ton oreille siffler, car tu seras la confidente de tous mes exploits. Ensemble, nous changerons le monde.

Tandis que la tension de la scène s’étirait à en risquer la rupture, l’augure vibra soudain d’un léger rire. Une perche bienvenue parmi le tumulte de ses sentiments, qui allégea le cœur de Sesshū et lui rendit son souffle. Tout s’était passé très vite. Trop vite. La gravité s’était interrompue pendant un instant et, projeté en apesanteur, le Kaguya s’était retrouvé incapable de poser le pied à terre. Il lui fallait maintenant aérer la pièce. Ventiler leurs cœurs. Soulager leurs âmes. Pour ne pas se morfondre sur la fatalité de leur relation, mais profiter du moindre moment consacré à leur épanouissement mutuel.

Je me sens bête. J'ai eu une idée similaire, plus tôt, avant ton arrivée. Un modeste cadeau. Mais... ça n’est rien d’aussi puissant que le tien. Oh, je sais. J'ai besoin d'un contexte. D'une mise en scène. Ferme les yeux, je te prie. Et ne triche pas.

Aussitôt dit, l’augure se leva de son siège, sans faire de bruit – du moins il essaya – pour se diriger vers l’un de ses nombreux coffres au contenu mystère. La métamorphe put tout de même entendre un capot se lever ; puis se rabattre dans la foulée.

La raison de ce stratagème ? Convoquer la surprise de Reikan lorsqu'elle eût posé ses yeux sur l'anneau de tresse en ivoire, qu'il allait lui présenter dans une seconde.

Tu peux ouvrir les yeux, maintenant.

Le Kaguya s'était de nouveau installé aux côtés de son amie, un sourire enfantin sur les lèvres. Et au creux de sa paume ouverte, un fragment de son corps et de son âme.

Cela mérite-t-il une place dans ta collection ?

Le ton était léger. Plaisantin. Mais Sesshū s'interdit de conclure cette sublime soirée sur une note maussade. Pouvait-il laisser cette image immuable de lui à son amie ?

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 11 Fév 2019 - 22:56
[invisible_edit]


La dague de cristal perdit en intensité, à l'instant même où elle quitta la délicate main de l'indomptable bête. Néanmoins, une lueur, semblable à celle des dernières braises de la cheminée, persistait en son fond. Le présent était entouré d'un profond mystère, intimement lié à la vie de la féline. De la pointe de ses cheveux jusqu'aux parures qui l'habillaient, Reikan était décidément un être baignant dans l'ésotérisme, qu'il fallait méticuleusement étudier et travailler pour espérer en obtenir le moindre intérêt. À elle seule, l'âme nomade incarnait une sorte d'énigme à part entière, que seule une poignée de personnes dans le Yuukan pouvait décrypter. Se pouvait-il que l'augure puisse en faire partie? Il était encore trop tôt pour le dire, mais pas pour agir en conséquence, ce que fit aussitôt l'auguste pour la remercier.

Il...? Le point de départ de sa phrase n'eut trouvé de suite. Ébahie par la sensation soudaine des lèvres de Sesshū sur sa tempe, la tigresse rouvrit démesurément les paupières. Quelque peu prise au dépourvu, elle ne savait plus où se mettre, comme si ses repères lui avaient été dérobés sans qu'elle ne puisse rien faire. La queue de la féline était comme coupée, et elle ne savait plus sur quel pied danser, ni même comment danser. Ce rapprochement sibyllin ne put que souffler les dernières cendres douteuses qui empoussiéraient le cœur de la métamorphe. Cet apaisement amical vint la conforter dans sa dernière décision, par laquelle elle avait livré l'un de ses plus précieux ornements. Son épatement prit fin lorsqu'il brisa cette attache corporelle qui les avait uni l'espace de quelques secondes, avant de dégoupiller un rire et d'extérioriser sa promesse. Dans ce cas, je te la confie sans inquiétude.

« J'espère bien que tu vas la porter tous les jours. »

L'ambiance palpable fut adoucie par sa réaction, qui ne put que redonner le sourire à la jolie brune. Un rictus taquin se crayonna au coin de ses lèvres charnues, alors même que l'augure reprenait le fil de la discussion. Un modeste cadeau...? L'air taquin dans lequel s'était noyé son faciès fut balayé, ce dernier arborant désormais une apparence aussi sereine qu'embarrassée.

« Une mise en scène...? Eh bien, bon, bah... très bien. »

À la limite d'adopter l'attitude d'une enfant pressé de découvrir sa surprise, la tigresse prit son mal en patience après avoir bafouillé, tout en essayant de garder une certaine prestance. S'il me fait une mauvaise farce... Reikan prit sur elle et sa nature méfiante à en crever, acceptant la requête de l'augure. Les yeux clos, elle tendit une oreille prédatrice au moindre déplacement de l'enfant de l'os, s'attardant sur les grincements du plancher. Puis, vint ce bruit familier de l'un des coffres, qu'elle avait auparavant déjà entendu. Que peut-il bien fabriquer?

Rongée par une certaine appréhension, Reikan attendit le feu vert de son hôte pour retrouver la vue, après un moment passé dans l'obscurité de son psychique, à se demander ce qui l'attendait. Ses yeux perçants, emplis de malice, vinrent caresser l'anneau d'ivoire. Subjuguée par le détail de l'entrelacement osseux, elle jongla du regard entre la création et son créateur. J'ignorais qu'un membre du clan Kaguya pouvait être doué d'une subtilité aussi profonde... Après avoir demandé l'accord de l'augure pour s'approprier le chef-d’œuvre ostéogène lui étant destiné, la métamorphe vint observer de plus près la bague, avant de regarder d'un œil d'esthète son ami, à travers le cercle qu'elle représentait. Elle esquissa un sourire plutôt enfantin, avant d'enfiler l'anneau à son auriculaire, où il ne pouvait la gêner ni dans ses écritures, ni dans ses entraînements. Elle le contempla d'un air satisfait pendant quelques secondes, en mettant sa dextre à plat dans le vide, avant de redonner de l'attention à son concepteur.

« Je crois que pour me l'enlever, celui-là, il faudra bien m'arracher une patte. »

Finalement, elle esquissa un sourire plutôt enfantin, dévoilant sans pudeur ses blanches canines inaccoutumées. Quand bien même la différence de valeur entre les deux présents était objectivement conséquente, Reikan n'en prit pas compte. Si l'augure avait prit soin de façonner cette petite merveille avec la labeur de sa carcasse osseuse, c'était un argument bien plus que suffisant aux yeux de la vagabonde. Et cela ne put qu'assouvir sa satisfaction, jusqu'à faire disparaître tout regret de son détachement avec la dague de cristal.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mer 13 Fév 2019 - 9:24
www

L’augure souleva doucement la cordelette écarlate retenant l’offrande pour l’enfiler autour de son cou. Ses reflets mystiques contrastaient avec les fibres transparents de sa chemise de lin, pâle, blanche, si bien qu’on n’y voyait plus que le collier. Sesshū baissa les yeux vers la dague, et sourit au vide, tandis que ses doigts épousaient les contours du cristal. Une partie de lui n’en revenait toujours pas. De par son idéal, son attention, sa personnalité, il avait sû mériter l’amitié de Reikan. Comment pourrait résister ses frères et sœurs du clan lorsqu’il leur soumettra l’idée de leur forêt osseuse ?

Replongeant ses yeux dans ceux de la tigresse sous couverture, il laissa ces derniers scander mille remerciements. Dans cette atmosphère parfaite, il semblait plus raisonnable de ne dire mot, pour ne pas amenuir la charge émotionnelle de leur échange passé. Le fantôme de leurs sourires niais hantait encore la demeure, et l’augure voulut qu’ils y restent à jamais. Hélas, vint le moment où le silence s’allongea d’une seconde de trop, un début de malaise se profilant loin à l’horizon. Les deux amis, amants, âmes sœurs, moitiés, ne pouvaient se regarder en chien de faillance ad vitam aeternam. L’un des d’eux devait embrayer sur une suite productive. Ainsi, Sesshū se permit de sortir de leur bulle d’intimité, son visage irradié par l’affection de la métamorphe. Il souleva son assiette presque vide, et attendit la réaction de Reikan afin de récupérer, ou non, la sienne.

Je n’ai pas prévu de note sucrée pour la fin du repas. Mais si le cœur t’en dit, nous pouvons toujours trouver la compagnie de la lune, sur le toit de cet humble havre culinaire. Il a l'air de faire bon. Et je m'en veux de t'avoir cloîtrée aussi longtemps.

Le Kaguya tendit sa main vers la jeune femme pour l'inviter, et l'aider, à se relever. Sa prise se voulut douce ; mais toutefois assez ferme pour que la tigresse pût se hisser grâce à elle. Sesshū se complaisait dans la tournure qu'avait pris leur relation, et il s'interdisait de la faire évoluer d'une manière ou d'une autre. L'amour platonique était un royaume qu'il avait appris très tôt à assimiler, mais très tard à en profiter pleinement.

Si mademoiselle veut bien me suivre. Nos trônes attendent nos séants.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Mer 13 Fév 2019 - 20:15
[invisible_edit]


Reikan glissa son regard furtif sur la dague de cristal, comme pour lui dire au revoir. De ses yeux, elle cajola une dernière fois sa surface exaltante, qui trônait désormais en reine sur le torse de l'augure. À l'inverse d'un simple ornement traditionnel, l'aspect contemplatif du collier attrayait à la spiritualité et à l'irrationnel. Aussi mystique pouvait-il paraître, le pendentif affûté semblait renfermer un profond mystère. Mais nul, hormis sa propriétaire de droit, ne savait si cela relevait de la fascination et de l'occultisme de l'héritage, ou bien de l'énigme même dans laquelle baignait l'indomptable bête. De manière irrévocable, Sesshū avait pu deviner que cette dague était intimement liée à la vie de la féline, d'une quelconque façon. Toutefois, il était encore trop tôt pour que le Kaguya s'en assure personnellement. Bien trop tôt.

Son attention fut absorbée par l'enfant de l'os pendant de longues secondes, durant lesquelles le silence de la scène fut ponctuellement fracturé par les crépitements de la cheminée. Cette ambiance, qui fonçait droit vers le mur de l'embarras, fut avortée par la nouvelle invitation de l'hôte. En guise de réponse, la métamorphe, enjouée à l'idée de se dégourdir les jambes, ne put que sourire en lui remettant son bol vide et en l'aidant à débarrasser la table basse.

« Ce n'est pas grave, j'ai vu pire comme confinement. »

Ses yeux de myosotis se déposèrent sur la main que lui tendait l'augure, hésitant l'espace d'une seconde avant de s'en emparer. Ses doigts se refermèrent délicatement sur sa poigne, avant qu'elle n'ordonne à ses membres inférieurs de s'activer. Cela lui permit de se redresser d'une élégante traite pour se remettre sur ses jambes, alors que ses longs cheveux relâchés quittèrent le plancher. Sa dextre revint jusqu'à elle, tournant aussitôt la tête en direction de ses chaussures, avant de s'atteler à aller les remettre.

En emboitant le pas de Sesshū, Reikan prit soin de jeter un œil aux braises de loin avant de refermer la porte de la demeure derrière elle. Une fois dehors, le constat fut indéniable: il avait plu pendant leur dîner, mais la giboulée qui orchestrait l'extérieur s'était quelque peu calmée. La féline n'attendit pas une seconde de plus pour remonter sa sénestre sur une poutre de bois trempée, qui dépassait de la façade. Voyons voir si les nuages à l'origine de cette pluie sont encore d'actualité. Ses pieds quittèrent en toute discrétion les pavés du perron, alors qu'elle se hissait sur le toit avec grâce, pouvant être certaine que l'augure allait la suivre. Ni une, ni deux, elle se redressa sur la charpente, avançant pas à pas sur les tuiles, jusqu'à atteindre la carcasse glissante de la toiture.

Loin d'être gauche, elle prit le temps et le risque de se poster au bord du toit, avant de relever la tête. Le ciel avait beau être dégagé - à sa grande surprise -, il n'en restait pas moins... brumeux. Elle était un peu déçue, mais parvint aisément à nuancer ce ressenti, et surtout à ne pas le montrer à Sesshū. Les étoiles assez fortes pour se détacher de la voûte céleste se comptaient sur les doigts d'une main, mais cela suffisait amplement à l'aventurière. Elle délaissa presque un soupir, dans l'espoir de reprendre une bouffée d'air frais plus oxygénée, plus... libre. Une légère brise nocturne, annonciatrice de la saison chaude, vint enflammer les cendres de son esprit, à l'image d'un phœnix qui s'empressait de renaître. Sa longue chevelure fut transportée par cet alizé, tandis que son regard se planta dans l'éther. Ce dernier avait beau être pauvre en astres, il avait la qualité d'être encore pur, puisque épargné par les flammes de la belligérance.

« Excuse-moi d'avoir pu penser que le futur ciel de la forêt des os paraissait si fade, au premier abord. C'est que... j'ai été un peu trop gâtée par les voyages. Finalement, ce n'est pas si désagréable. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 14 Fév 2019 - 8:06
www

L’augure emboita le pas de sa tendre amie jusqu’à la cîme de sa demeure. D’une grâce sans pareille, ils escaladèrent ainsi la parois, d’un bond de félin, et s’installèrent sur le toit pentu afin d’admirer le ciel. Hélas, en cette heure tardive, le firmament avait déjà tiré sa couverture nuageuse, et semblait dormir à étoiles fermées. Sesshū profita de l’air frais pour revigorer son corps et aérer son esprit ; puis, après une longue expiration, porta un œil neuf sur le monde qui l’entourait. En effet, il y avait sans doute des paysages bien plus idylliques sur le continent, à l’instar des monts glacés de Tetsu no Kuni, mais le domaine était son foyer. Les souvenirs du Kaguya sublimaient ainsi l’endroit. Qu’importe s’il se mettait en tête de sillonner les mers afin d’assouvir l’appétit d’horizons de ses yeux marrons, son âme serait toujours ancrée au pays.

Le piètre ciel de ce domaine n’aurait jamais pu prétendre à ton aval sans une ancre pour t’y raccrocher. Un foyer ne peut survivre sans compagnie.

Si les mots de l’augure purent paraître obscurs, le message celé derrière était limpide. Sesshū accueillait Reikan comme l’une des siens ; et l’invitait à considérer le domaine Kaguya, et son humble demeure, comme un point de chute intemporel. Il porta alors ses doigts sur le dos de la main de sa consœur, et vint trouver les contours de son anneau.

De mon énergie vitale infusée dans ce bijou, je t’accompagnerai n’importe où, des profonds abîmes de la mer, aux sommets par-delà les nuages. Chaque clairière, grotte, plaine, endroit où tu allumeras le foyer d’un feu, deviendra aussitôt le tien. Il te suffira de méditer pour y trouver mon image, comme je le ferai pour retrouver ton aura.

L’augure voulut que le moment persiste à jamais. D’une certaine façon, ses pensées occultaient le départ fatal de sa muse pour ne pas s’en retrouver peinées. Contre toute attente, coupant l’herbe sous le pied de la philosophie de Sesshū, seul le moment présent comptait ; celui où la présence de la métamorphe prévalait sur toutes les responsabilités.

À l’instar du cœur du Kaguya, le ciel s’allégea de son manteau cotonneux, si bien que la lune se montrait enfin sous son plus simple appareil. L’augure y accrocha son regard, et y perdit son attention. Ses instincts d’être humain, sauvage par nature, étaient apaisés.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Ven 15 Fév 2019 - 0:07
[invisible_edit]


Un foyer. Sortant tout droit de la bouche de l'augure, ce mot transplanta l'esprit de la métamorphe, à l'image d'un coup de couteau mortel, visant directement le cœur. Cette notion sédentaire lui était totalement étrangère, et elle avait décidé de continuer à lui tourner le dos, bien qu'une partie d'elle l'avait fait à contre-cœur. Fatalement, nul ne pouvait nier l'apport émotionnel puissant et les bénéfices que pouvait rapporter un chez-soi. Quand bien même cette idée était quelque peu altérée par la philosophie nomade de sa famille, il était de toute évidence que la beauté du bercail n'avait pas laissé indifférente la féline. Ou peut-être était-ce autre chose, qui l'avait séduite depuis peu?

La réflexion dans laquelle elle s'était plongée s'envola finalement, au moment même où Sesshū déposa ses doigts sur le dos de sa dextre, dorénavant habillée de l'anneau qu'il venait de lui offrir. Une nouvelle fois, Reikan se confronta à la nature de cette offrande, jusqu'à trouver un certain apaisement en elle. Il était vrai qu'en portant constamment le bijou osseux du Kaguya, elle ne pouvait qu'emporter sa présence avec elle, et ce n'importe où. Dans ce sens, les dires de l'augure ne purent que rassurer l'indomptable bête, qui semblait appréhender ce moment fatidique. Son départ était une source de sentiments hétérogènes, mêlant la confiance à l'inquiétude, et même la peur au courage. Pour autant, elle avait fait son choix et comptait s'y tenir, bien trop fière pour revenir sur ses pas et bien trop altruiste pour laisser derrière elle le malheur qui hantait le Yuukan. De toute manière, peu importe la décision qu'elle avait pu prendre, elle était irrémédiablement revenue à la même solution. Fuir ou se cloître ne servait à rien, et ne faisait que repousser continuellement le problème au lendemain. Et puis, la solitude du voyage seyait à merveille à la jolie brune, mettant davantage l'accent sur le mystère qui entourait sa propre vie.

Elle attarda un regard serein à l'anneau immaculé trônant sur l'un de ses fins doigts, avant de zieuter du coin de l’œil Sesshū, qui lui, contemplait la lune. Ses pupilles investigatrices effleurèrent les traits de son visage, de ses sourcils jusqu'à la forme carrée de sa mâchoire. L'importance du voyage aux yeux de la féline fut bousculée par l'intérêt si équivoque qu'elle commençait à porter à l'augure. Et si une partie de son âme mûre voulait creuser cette ambiguïté, une autre redoutait cette approche inconnue et hâtive. Ainsi, elle se contenta elle aussi de détourner le regard vers la rondeur de l'astre lunaire, afin d'y puiser la force pour parler.

« ...Je te remercie du plus profond de mon cœur, Sesshū. J'espère que... »

Le menton relevé vers le ciel, la féline essaya tant bien que mal de ne pas faillir sous le poids de ses émotions. Sa gorge se noua par deux fois, lui rendant difficile l'extériorisation de ses pensées. Si plus que tout, elle souhaitait lui ouvrir son cœur, sa raison profonde vint la tacler dans son élan. L'idéal et le vrai n'avaient rien à faire ensemble, et Reikan ne pouvait se permettre de se noyer dans un bonheur sédentaire falsifié. Comme elle ne pouvait demander à l'augure de tout laisser pour elle. Il fallait à tout prix qu'elle le préserve de tout ceci, et qu'elle soit l'unique sacrifice de son obstination. Inhabituel, le ton factice et vibrant de Reikan fut la seule chose qui pouvait alerter son ami de l'amertume qu'elle éprouvait, lorsqu'elle dégoisa la fin de sa phrase, le poing droit fermé.

« ...quand je reviendrai, tu auras édifié cette forêt des os à laquelle tu tiens tant, et que tu auras trouvé au sein de ton foyer la plus fidèle des compagnies. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Ven 15 Fév 2019 - 19:57
www

Sesshū confirma sa prise sur le poing fermé de son amie. En proie au dilemme, une partie de lui voulut exaucer le vœu de ne plus jamais lâcher sa dextre, mais de l’emmener aux quatre coins du monde, si bien que toutes les âmes de Yuukan ne pût les différencier l’un de l’autre. Hélas, les maux qui le tiraillaient de l’intérieur étaient légitimes. Emboiter les pas de la tigresse revenait à sacrifier ses propres sacrifices – une entreprise contre-productive dont il n’avait pas le luxe d’embrasser. Il n’en deviendrait qu’autrui. Fade. Vide. Et à l’instar de sa consœur qu’il ne pouvait obliger à rester, elle-même ne pouvait l’obliger à partir. Quel avenir pour ces deux âmes sœurs, alors ?

La réponse était froide, mais réaliste : aucun.

Le cœur du Kaguya se serra. L’épine qui s’y était logée pénétra davantage la parois. Une boule compacte, près du diaphragme, empêchait l’augure de respirer convenablement. Ses pensées devinrent haletantes. Son avenir, incertain. Alors qu’il avait entrevu un destin prospère, qu’importait la distance le séparant de sa muse, l’épreuve lui semblait maintenant insurmontable. Une vie à chasser le spectre de son amante. Une existence à espérer son retour fatidique, sans la moindre garantie gravée dans le marbre. Seulement de l’espoir. Du béguin. De l’amour. Des sentiments que tant de frères abhorraient pour mieux se consacrer sur le besoin de la chair. Sesshū était-il seulement prêt à museler cette part d’humanité ? Certainement. Pour Reikan, il était prêt à bien des folies.

L’augure greffa ses pupilles à la lune sans ne jamais la quitter. Il s’interdit de cligner des yeux au point de les irriter. Si une larme daignait poindre, elle eût été convoquée par cette étrange lubie, et non sa détresse inavouée – pouvait-il alors se défendre. Mais les mots de Reikan achevèrent à jamais son flegme de façade. Ce timbre vibrant, dans lequel se cachait ce que les deux amis n’osaient s'avouer, noua la gorge sèche du Kaguya. Ils s’appréciaient mutuellement. Peut-être plus. Mais leurs chemins entraient en conflit.

Les doigts de Sesshū hurlèrent leur angoisse en broyant ceux de la métamorphe. Ce que les mots ne pouvaient transmettre, le corps s'appliquait à faire deviner. Et le message ne put gagner en transparence lorsque le Kaguya détacha son attention de la robe argentée du satellite pour fuir son embarras, la nuque avachie, le regard bien bas, à des années lumières de la complicité qu’il devait offrit à son invitée. Que se passait-il sur ce maudit toit pentu ? Dans quelle illusion avait-il été plongé, qui le tourmentait à ce point ?

Je ne veux pas trouver d'autre compagnie que la tienne.

Finalement, la centaine de révolutions autour de sa langue avaient suffi pour autoriser ces mots lourds de sens à sortir. Son pouce caressa la douce épiderme de la métamorphe ; ses bronches s'emplirent de certitude afin de traverser le gouffre devant lui.

Sois mienne. Nous trouverons notre voie.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Ven 15 Fév 2019 - 23:30
[invisible_edit]


Essayant tant bien que mal de trouver un réconfort artificiel et éphémère dans l'unique satellite naturel de la planète, la féline se retint de ravaler sa salive. Pendant ces longues secondes de silence, ses pensées contradictoires vinrent à déchirer toute forme de réflexion sensée en elle. Une boule d'angoisse s'était formé en son sein. Elle regrettait d'ores et déjà ses propos, à l'instant même où elle les avait prononcé. Si seulement.... Intérieurement, Reikan pesta le maléfice qui la corrodait à feu et à sang. Toutefois, elle s'affairait à peser le pour et le contre, pour finalement arriver à une conclusion plus que raisonnable, portée par un but honorable. Bien que ce but était tout à fait noble à l'égard de l'augure, qu'elle souhaitait écarter de tout danger, il l'était bien moins pour la métamorphe, qui s’immisçait dans une claustration émotionnelle sans nom. Un mal pour un bien. Pour son bien.

Une chaleureuse brise printanière vint la réconforter, caressant sa longue et douce chevelure d'ébène. Mais ce regain de certitude fût aussitôt altéré par la poigne de Sesshū, qui s'amplifiait soudainement sur sa dextre emprisonnée. À quoi peut-il donc bien penser? Sous cette pression cuisante, les fins doigts de Reikan se recroquevillèrent sur eux-mêmes, totalement englobés par ceux de son ami. Ses yeux se détachèrent de leur seule spectatrice astrale, pour zieuter du côté l'affaissement du visage de l'augure, qui allait jusqu'à courber l'échine. Puis il ouvrit la bouche, pour prononcer les mots qui allaient incarner un point de non-retour, un tournant fatidique dans leur relation.

Être sienne? Son souffle se coupa, époumonée par l'annonce du Kaguya. La métamorphe écarquilla les paupières, comme si un fantôme venait tout juste de la saluer. Elle redressa son visage vers celui de l'enfant de l'os, tandis que ses yeux miroitants peinaient à rester ouverts, tant elle n'y croyait pas. Éperonnée en plein cœur par ce courant d'air de sincérité et d'affection, les joues de Reikan se peignèrent d'une teinte rosée. Par pur réflexe, elle détourna le regard sur le côté, pour ne pas finir dévorée par celui de Sesshū. Sa voix frémissante, qui traduisait non seulement son émoi mais aussi sa peur de se jeter dans l'inconnu, parvint enfin à sortir de sa gorge entravée par l'attendrissement du moment. Je voudrais bien, mais...

« Je ne veux pas te rendre malheureux, Sesshū. Je ne peux pas supporter l'idée que mon obstination ne coûte une seule de tes larmes. »

Sa dextre internée dans celle de l'augure se mit à trembloter, alors qu'un rictus chagriné était en train de se former au coin de ses lèvres charnues. L'indomptable bête se refusait tout bonnement le droit à l'amour. Elle n'en avait jamais personnellement fait l'expérience, mais cette idée de s'attacher aussi intimement à quelqu'un l'effrayait au plus haut point. Pourtant, Reikan ne retira pas sa main de celle de l'augure, tenant à entretenir cette accroche rassurante, sans laquelle elle était prête à tomber à genoux, tant le paradoxe qui rongeait sa vie épuisait son esprit. Ou bien n'était-elle tout simplement pas prête à s'engager sur cette voie passionnelle?

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 16 Fév 2019 - 0:11
www

Le temps parut se figer autour de Sesshū. Mais ce n’était pas une larme qui profita du moment pour couler sur sa joue. Au contraire. Seul un sourire vint lever ses deux pommettes. Les trois coups de marteau, tonitruants, avaient condamné l’histoire des deux amis avant même qu’elle ne put commencer, jugée coupable de leur futur malheur mutuel. La tigresse lui enfila des froides menottes ; l’augure l’enferma au plus profond de son âme. Tout ceci n’était qu’une sotte idée. Une vague envie humaine. Un caprice adolescent. Bien davantage se jouait sur la table où les Kirijin avait rompu le pain. Un avenir idyllique. La paix dans tout le Yuukan. Pouvaient-ils se permettre de passer devant ceux qu’ils avaient juré de protéger ? Avant même d’apposer des mots sur ses sentiments, Sesshū avait déjà encaissé la réponse.

Des larmes, il y en aura toujours. Mais…

L’augure recouva rapidement ses esprits pour ne pas perdre la face. Leur relation ne pouvait pâtir de ce malheureux déboire. Son amie méritait mieux que ça. Alors, il sourit. Sourit du mieux qu’il put. Et le Kaguya ne dut chercher bien loin pour trouver la force nécessaire pour le faire. Car il le pensait véritablement. Un amour est éphémère ; une amitié, elle, est éternelle. Et pour rien au monde il ne voulait la perdre.

Mais ce seront des larmes de joie.

Leur wagon avait tourné au bon moment et évité l’impasse. Bien des binômes auraient foncé droit dans le mur après une telle sortie de rails.

Je m’excuse de t’avoir forcé la main. J’espère ne pas avoir abîmé ce que nous avons tissé ensemble. Je m’en voudrais de te perdre. Tu es une personne sublime.

Bien que le physique de la métamorphe n’avait rien à envier au scintillement des lointaines constellations, Sesshū n’avait cure que du crédo s’étant manifesté dans ses propos. Peu de Reikan peuplait le monde, et seule une poignée d’entre elles allaient au bout de leurs idées vertueuses. Peut-être parce que des Sesshū, si bien intentionnés furent-ils, essayaient de leur mettre des bâtons dans les roues.

Tu iras loin dans la vie. Sois fidèle à ce que tu es.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 16 Fév 2019 - 2:51
[invisible_edit]


Le regret s'imprima dans l'esprit de la féline, en l'espace de quelques secondes. À l'image d'une gangrène incurable, chaque cellule de son psychique fut contaminée par cette maladie, qu'on appelait l'amour. Face à cela, Reikan était désarmée, contraint d'accepter la dure réalité. Sur le coup, elle vint jusqu'à maudire la fatalité qu'elle s'infligeait, pensant aux innombrables personnes qui auraient préféré opter pour la facilité, à sa place.

Si ce sont des larmes de joie, alors pleure autant que le souhaites. Le rictus consterné qui peignait son visage s'émiettait à l'entente de ses dires rassurants. Celui-ci fut peu à peu remplacé par l'once d'un sourire quiet, alors que les paupières inférieures de la jolie brune s'étaient embarrassées d'une vague larmoyante. Il était vrai, Sesshū lui avait formellement forcé la main, puisqu'il continuait de la tenir fermement entre la sienne. Néanmoins, sur le plan émotionnel, elle ne s'était pas réellement sentie forcée. Sa dextre se referma en poing sous les doigts du Kaguya. Pour rajouter une couche à cet enchevêtrement, elle y déposa la paume de sa sénestre pour tirer l'augure vers elle. Tout ceci, afin de s'élever sur la pointe de ses pieds, et de remonter son visage vers le sien. Les yeux clos, ses lèvres charnues vinrent embrasser avec une profonde délicatesse son front, dans une moue consolatrice. Son souffle chaud vint épouser la peau de l'enfant de l'os, rafraîchie par la brise nocturne. L'instant peina à durer, alors que Reikan fronçait les sourcils pour ne pas se méprendre, et ainsi balayer l'amertume qui régnait en son sein.

Enfin, ses talons regagnèrent les tuiles glissantes de la charpente, après qu'elle ait rompu cet attachement. Elle releva les fins doigts de sa sénestre contre la joue droite de Sesshū, pour y coller sa paume en s'alliant à sa forme masculine.

« N'oses jamais douter de notre amitié. Je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait, mais sache une chose, Kaguya Sesshū. Tu es le seul homme du Yuukan à détenir la dague de cristal de Yasei Reikan. »

Une petite goutte larmoyante, qui venait à peine de naître au coin d'une de ses paupières, fut immédiatement emportée par la brise continuelle du lieu. Le visage de Reikan se peignit d'un sourire ravissant, laissant un doute quant à l'évolution de leurs rapports. Une amitié pure et dure était certes née, mais la féline n'avait pas fermé la porte à un éventuel dérapage, quand bien même elle avait ralentie la vitesse de ce navire passionnel. Une déviation relationnelle aussi précipitée n'aurait pu qu'altérer leur amitié déjà si solide. Elle opta alors pour la langueur et la patience. Qui sait, peut-être était-ce pour conserver le meilleur rapport possible avec Sesshū? Si la finalité de leur lien pouvait paraître avérée, la métamorphe tenait à ne pas se précipiter. De cette façon, elle ne fit que retarder l'échéance d'une potentielle union.

« Et tu peux dormir sur tes deux oreilles, tu ne me perdras pas. Jamais. Il est de toute évidence que je ne compte pas décamper du village avant un bon moment. Du moins... pas avant d'avoir réussi à te battre. »

Pour le coup, Reikan avait beau avoir adopté un air taquin, elle n'en était pas moins franche. Si auparavant elle ne s'était pas fixée un point de puissance suffisant à atteindre pour pouvoir s'élancer contre le monde entier, c'était chose faite.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 2 Juin 2019 - 2:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 16 Fév 2019 - 15:11
www

Le défi de la métamorphe résonna en écho dans le cœur de l’augure. Ainsi, elle venait de signer le serment tacite de ne pas quitter le village avant de pouvoir vaincre sa moitié. Les clauses du contrat scandées à haute voix, l’avenir de leur relation détenait enfin un piédestal pour éviter de se perdre dans les abysses de la contingence. Toutefois, même si l’enfant de l’os voulait repousser à jamais l’échéance du départ de son amie, il s’interdit de la retenir éternellement dans l’enceinte du village. Un jour, de force ou de gré, il allait devoir poser un genou à terre devant la tigresse blanche. Sesshū espéra seulement que son alter ego futur n’allait pas brandir un bijou de fiançailles après tant d’épreuves traversées ensemble. Du moins, une moitié de lui l'espérait.

Tu penses vraiment pouvoir me battre ?

L’élan de complicité se faufila sur les lèvres de l’augure. Son visage irradia d’innocence, d'espoir. Sa main aventureuse, jusqu’alors prise en étau par celles de Reikan, gagna soudain le renfort de sa jumelle. Cette alliance de paumes et de doigts concrétisa leur marché oral par un geste symbolique – une poignée de mains intime.

Je m’assurerai de ne jamais retenir mes coups. Ainsi, tu deviendras le meilleur de toi-même. Une kunoichi légendaire. Une candidate potentielle pour le titre d'Ombre. Nos vœux de retrouvailles n’auront ainsi aucune excuse pour ne pas s’exaucer.

La voix du Kaguya, pourtant chaleureuse, dissimulait un foyer bien plus ardent. Au fin fond de son timbre, des braises infernales attisaient sa soif du combat. Sesshū n’allait pas prendre cette promesse à la légère. Il se plierait en quatre pour faire souffrir sa partenaire. Lui tendre la main. Annihiler sa garde. Panser ses plaies. Lui faire mordre la poussière. L’emmener sur un piédestal. Provoquer son inconscience. Affûter ses griffes.

Encore et encore, jusqu'à ce que l'élève ait vaincu le maître.

Nous allons passer beaucoup de soirées ensemble.

_________________

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969

Dîner en côte à côte | Ft. Yasei Reikan

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: