Soutenez le forum !
1234
Partagez

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū

Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Ven 8 Fév 2019 - 21:40
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

Comme chaque soir, le déchaîné rentrait chez lui à pied, sans se presser. Le soleil caressait d'ores et déjà l'horizon au loin, et les lumières du village s'allumaient les unes après les autres. La côte qui menait au Nord-est qu'il empruntait pour rentrer chez lui depuis les terrains vagues surplombait le village d'une poignée de mètres, lui permettant d'avoir un visuel panoramique sur la quasi entièreté de la ville en se positionnant correctement. C'est d'ailleurs ce qu'il fit ce jour-là, recherchant un petit point élevé pour s'isoler un peu, comme il avait coutume de le faire depuis qu'il avait rencontré Reikan au port Naragasa. Une poignée de bonds suffit à l'amener à sa destination, la toiture d'une modeste maison aux rideaux tirés.

Au vu de l'heure, il pouvait se permettre d'y traîner quelques minutes sans risquer de faire attendre sa mère, qui avait comme chaque soir préparé le repas. La science culinaire n'était pas le fort du roi sans couronne, qui ne s'aventurait d'ailleurs derrière les fourneaux que lorsqu'il était seul et était au bord de la famine. Les plats qu'il concoctait restaient d'une simplicité décevante, tant il craignait de s'empoisonner avec ses piètres connaissances. La réminiscence de ses frasques de terreur des cuisines lui tira un soupir excédé, suivi d'un sourire résigné.

Un sursaut le tira subitement de ses pensées, tandis qu'une main gantée se déposait sur son épaule. En moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire, le déchaîné avait tiré de sa pochette 3 senbons qu'il empoigna pour essayer de planter l'assaillant silencieux par pur réflexe. D'un geste expert et sans fioriture, l'homme avait dévié sa main d'un atemi sec au poignet, qui lui fit lâcher ses aiguilles. Immobile, il ne dégageait aucune animosité. Bien que masqué, il arborait pourtant le symbole de la Brume, ce qui finit par détendre Sabaru.

« Nō Sabaru, pas la peine de t'agiter de la sorte. Je suis envoyé par l'administration et le Grand Dojo pour te confier une mission. Les bénéfices que tu es supposé empocher en guise de récompense seront reversés aux Sabreurs pour commencer à éponger ta dette.
Je... je comprends, oui. De quoi s'agit-il ?
— Le poulpe orange. Tu dois le retrouver. Rends-toi au restaurant Takotako, ton coéquipier devrait t'y rejoindre assez vite. »

L'officier, visiblement pressé, s'éclipsa ensuite sans plus d'indications. Ça y est, mes dettes me rattrapent... et me voilà condamné à travailler gratuitement. Tant pis, je l'aurai bien cherché, l'épée de Damoclès a fini par me tomber dessus. Il se leva avec peu de conviction après avoir récupéré ses projectiles, puis s'élança dans le vide sur ces pensées moroses pour rejoindre le quartier Ouest — proche de Naragasa — où le restaurant était établi.

***

Une poignée de minutes lui suffit pour couvrir la distance qui le séparait du lieu en question, par la voie des airs. La façade du bâtiment était illuminée de partout par des lampions, et une énorme enseigne en forme de poulpe souriant surplombait la porte. Tout était aux couleurs du céphalopode, qui semblait être leur vénérée mascotte. Personne ne l'attendait, alors il prit la liberté d'entrer sans frapper, à la recherche d'un responsable pouvant lui expliquer ce qu'il s'est passé dans son humble établissement.

Le silence de mort qui pesait à l'intérieur eut son petit effet sur le déchaîné. Pas un client à table, dans l'exigu restaurant. Pas la moindre âme qui vive, d'ailleurs, puisqu'il n'y avait aucun cuistot derrière les fourneaux, aucun serveur guettant l'arrivée de la providentielle clientèle. Profitant de la solitude et du silence pour observer calmement, Sabaru s'attarda sur ce qui pouvait ressortir du décor... et il ne lui fallut pas bien longtemps. Un énorme aquarium décoré trônait le long du mur à droite de la porte, et rien n'y barbotait. Juste au-dessus trônait une peinture richement encadrée, avec le portrait d'un poulpe orange déposé sur un siège somptueux, finement ouvragé, et affublé d'une toque de cuistot. Une sorte de tension étrange s'éprit de Sabaru, comme s'il avait mis le pied dans le lieu de culte d'une quelconque secte et qu'il n'y avait pas sa place. Il se décida donc à ressortir, attendant qu'un responsable se montre... peut-être.

À peine eut-il posé le pied à l'extérieur qu'il perçut des bruits de pas. Ses prunelles se dardèrent vers la direction que ses sens lui dictait, pour apercevoir un parfait inconnu. Il ne l'avait jamais croisé, mais il semblait se diriger lui-aussi vers l'établissement déserté. Le calcul fut vite fait, au vu de l'absence totale de clients.

« Si tu as toi aussi été envoyé pour enquêter sur le poulpe orangé de Takotako, pas la peine d'entrer si tu cherches le propriétaire. Il n'y a personne, là-dedans. »

La recherche s'avérait d'autant plus corsée qu'il n'y avait même pas de personnes aptes à le renseigner. Il devrait enquêter sans aucune base ; ainsi, il espérait que l'homme à la chevelure immaculée qui s'était montré serait le fameux coéquipier. Autant il apprécierait bien un peu d'aide, autant la présence d'un autre malheureux l'aiderait à oublier qu'il travaillait ce soir pour les beaux yeux de l'Ombre, ou du moins pour amoindrir son contentieux avec le Grand Dojo.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Sam 9 Fév 2019 - 14:33
www

Tombé au mauvais endroit au mauvais moment. Ce fut tout ce que le maître du Shikotsumyaku put conclure de cette inoffensive escarmouche. Des milliers d’âmes vivaient au sein du village caché par la Brume ; et pourtant, le Destin avait joué sur les fils de sa marionnette pour la mettre sur la route de Yamanaka Shaka et de Hyôsa Ichiryû, dans l’enceinte du Grand Dojo. L’assimilateur de glace n’eut alors qu’à profiter de ce parfait contexte pour proposer un entraînement à ses confrères. Fier de son éducation Kaguya, l’augure accepta volontiers ; et se retrouva ainsi entre les feux de deux shinobis bien trop zélés. Lorsque les autorités débarquèrent sur le lieu « du crime » afin de faire régner l’ordre, la dissimulation terrestre de Sesshū ne suffit à les berner. Pris la main dans le sac, responsable – au même titre que ses pairs – des modestes dégâts causés à l’établissement, il reçut un avertissement oral. Puis un autre, écrit, une lune plus tard, lui commandant d’offrir bénévolement ses services au Palais de la Brume pour pallier à ses méfaits. Bien qu’il était innocent, n’ayant à proprement parler abîmé la moindre planche de bois, sa conscience lui dicta d’assumer ses responsabilités. Après tout, sans sa présence ni ses réflexes implacables, ses compagnons eurent pu atténuer leurs efforts.

Un soir, tandis que le Kaguya s’exerçait aux arcanes de son clan au domaine parmi les siens, un officier apparut sur le terrain d’entraînement. Sesshū comprit aussitôt la raison de son arrivée. Après de brèves salutations, l’apparition dévoila l’ordre de mission du genin : retrouver la mascotte disparue du restaurant Takotako – le fameux poulpe orange.

* * *

Sesshū se dépêcha de rejoindre le lieu du crime. L’augure n’avait aucune information sur l’identité de son partenaire de mission, mais celui-ci semblait déjà l’attendre sur place. Bondissant de toit en toit, il coupa à travers la ville, à vol d’oiseau, jusqu’à pouvoir mirer la devanture du restaurant, à l'horizon. Le Kaguya n’avait jamais mis les pieds à l’intérieur du bâtiment. La seule chose qu’il connaissait des services du Takotako était, justement, le poulpe orange que ses supérieurs lui avait enquit de retrouver.

Soudain, une silhouette le héla. Son compagnon de circonstance, lui sembla-t-il. Peut-être aussi perdu que lui, sinon plus, le partenaire mystère synthétisa ses premières observations. La terrible nouvelle tomba ainsi sur le crâne de l’augure : les rats avaient quitté le navire. Ni mascotte, ni propriétaire, ni serveur, ni client. Seulement le silence. Avaient-ils tous décidé de partir à la recherche de leur animal disparu ? Une telle battue n’était pas indiquée sur l’ordre de mission. Ni leur disparition. Et pourtant...

Y a-t-il le moindre signe d’activité à l’intérieur ? de vie ? de débâcle ? Ont-ils fui un quelconque danger en plein service ? Celui-ci a-t-il au moins eu lieu ?

Tant de questions, mais aucune présentation. La politesse de Sesshū monta soudain aux créneaux. L’augure s'obligea à se ressaisir, et courba l’échine pour saluer son prochain.

Kaguya Sesshū. Désolé. J’aimerais clore l’affaire au plus vite...

Le maître du Shikotsumyaku se rapprocha du seuil du Takotako. La double-vue étant un muscle à travailler, à défaut d'être un don inné, bien trop peu de shinobi lui accordait une place dans leur programme d'exercices. Sesshū partit ainsi du principe que son partenaire ne la possédait pas. Se concentrant sur le restaurant et l'éventuel sous-sol qu'il possédait, il traqua la moindre signature chakratique susceptible d'être lue. Par chance, sa pelle de senseur toucha un objet dur – qu'il espéra être un coffre plein de réponses.


Il y a quelque chose en-dessous. Il doit y avoir une cave, une trappe, un passage.

_________________

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Dim 10 Fév 2019 - 0:16
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

Le duo d'ahuris, envoyés là sans préparation ni briefing. Ils ne se connaissaient pas, pataugeaient dans l'inconnu ensemble, bon gré mal gré. S'il perdit une poignée de précieuses secondes de son temps à observer le nouvel arrivant, Sabaru fut vite ramené auprès des vivants lorsqu'il se mit à décocher sa première rafale de questions, concernant l'état de l'établissement et l'absence de forme de vie apparente.

« Le lieu n'est pas rangé, mais pas dérangé non plus. On dirait juste que les gens sont partis de leur plein gré. »

Il s'interrompit lorsque le dénommé Sesshū se présenta, pressé de se débarrasser de leur ingrate tâche. Ainsi, toi aussi tu as des choses à te reprocher...

« Nō Sabaru, c'est pareil pour moi. Concernant le service, il a dû avoir lieu ce matin tout au mieux, au vu des quelques couverts sales restés près du comptoir. Depuis, plus aucun client. La disparition de ce Takotako les a vraiment mis au fond. »

Alors qu'il faisait son petit rapport, le Kaguya faisait sa petite affaire de sensoriel privilégié. Il ne lui avait fallu que quelques instants pour voir ce que l'oeil parfaitement humain — l'omniprésence, tout comme l'omniscience, était en bonne voie d'apprentissage ; du moins, pensait-il — de Sabaru n'avait su percevoir. Une présence sous terre, dans une sorte de cave. N'émettant pas le moindre commentaire quant à la technique fort utile de son coéquipier de l'occasion, il retourna dans le restaurant en fronçant les sourcils. Il se mit à longer les murs et à vérifier en cuisine si la fameuse trappe n'était pas tout simplement exposée. C'eût été trop facile, fallait-il croire — un peu de piment pour cette mission bénévole était le bienvenu —, que d'avoir droit à une porte et à un escalier. Qu'est-ce qui se cache, là-dessous ? Pourquoi ça se cache, d'ailleurs ?

Bonne question.

S'il n'avait pas de techniques sensorielle pour s'aider, le roi sans couronne comptait sur son flair de fin limier (tout est relatif). À tâtons, il furetait sous les tables à la recherche d'une ouverture dans le plancher similaire à celle de l'autre restaurant, où il avait découvert le club de combat de coqs. Rien. Excédé, il s'approcha de Sesshū pour voir comment il s'en sortait de son côté.

Force était de constater que la sensorialité n'était pas des plus utile pour déceler les passages secrets.

« Qu'ont-ils à cacher, pour camoufler leur cave de la sorte ? Je me demande même si c'est légal de se créer un terrier de la sorte, à l'insu des forces de la Bru-... uhm. Enfin. Peut-être est-ce parce que je n'ai eu pour briefing que « retrouver le poulpe orange », aussi... »

En expirant, il émit un sifflement à mi-chemin entre la colère et la résignation. Il s'appuya contre le tableau de Takotako, déposant par mégarde sa main gauche sur sa tentacule relevée, donnant l'illusion qu'il lui en tapait 5. Vacillant, il manqua de tomber alors que sa main repoussait un pan du tableau qui n'était autre qu'une plaque de pression, découpée pour épouser la forme du tentacule du poulpe star. L'aquarium se mit à coulisser vers l'arrière sans crier gare, dévoilant des escaliers et un petit écriteau cloué au mur.

[CUISINE DES CÉPHALOPODES / NE PAS AMENER TAKOTAKO LE MAGNIFIQUE ICI.]

Coi, il se figea. Sa mine perplexe illustrait la cohue qui s'emparait de ses pensées. Cuisine des céphalopodes ? Avaient-ils mangé leur mascotte ?

Un sanglot vint de l'étage du dessous, clairement perceptible maintenant que la trappe était ouverte. Curieux, le déchaîné descendit quelques marches, dans l'obscurité ambiante. Au fond de la pièce escamotée, un cuistot tâché de sang pleurnichait, esseulé et éclairé par une petite lumière carrée qui devait provenir des cuisines juste au-dessus.

« Tout... tout est de ma faute... »

Si l'enquête avançait, le mystère restait entier — il s'épaississait, même. Les deux inspecteurs bénévoles étaient aux premières loges de la déchéance humaine.



_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Mer 13 Fév 2019 - 8:04
www

Fiers de leur trouvaille, les enquêteurs descendirent dans les limbes de la cave secrète, traversant un épais tunnel d’obscurité, mais guidés par une lumière au loin. Sous elle, un homme à toque se lamentait, en plein point de fuite de cet étrange tableau. Si le Kaguya devinait qu’il officiait en tant que cuisinier au sein du Takotako, il avait cependant du mal à comprendre la raison de sa présence.

Le puits de lumière, perçant depuis une lucarne menant sur le rez-de-chaussée, éclairait faiblement le cagibit. Sesshū y promena son regard et finit par discerner des caisses, des tonneaux, des étagères à bouteilles – en somme, des provisions inhérentes à tout restaurant. Mais pourquoi étaient-elles celées, alors ?

Monsieur.

La voix de l’augure happa la conscience du cuisinier des remords dans lesquels il était plongé. Il leva alors les yeux vers les deux enquêteurs, bouche bée ; mais ne laissa toutefois échapper aucun hoquet de surprise. Le Kaguya jaugea que ses larmes lui étouffaient la gorge au point de le museler. Arriverait-il à reprendre raison ?

Le genin sauta à pieds joints dans l'affaire. Le suspect devait se mettre à parler – et vite. Sesshū pleurait déjà son précieux temps gaspillé à chasser des ombres.

Que s’est-il passé ?
— C’est…

Ses mains jointes enfermaient quelque chose – mais quoi ? Le cuistot avançait dans le vide sur un mince fil tendu, la présence des deux shinobi remplaçant son balancier.

— … Tako… Il s’est fait kidnapper…
Nous sommes justement là pour enquêter sur sa disparition.
— Je n'ai pas voulu lui faire de mal, je vous le jure...
Le moindre petit détail servira à l'enquête. Relevez le menton ; et respirez. Le regret ne va pas ramener votre ami à la maison. Quand l'avez-vous vu pour la dernière fois ?
— Hier soir… Il était encore dans son aquarium quand je suis partit... et j'étais l'un des derniers à quitter le restaurant... Comme d’habitude, après le deuxième service de la soirée, nous avons bu un coup tous ensemble, pour bien terminer la journée. Et puis…

Le cuisinier dévoila enfin ses paumes ; ainsi que le tentacule singulièrement orange qui y trônait. L’homme explosa aussitôt en sanglots. La vue de ce membre amputé lui rappelait tous les bons souvenirs liant son âme à ce restaurant. Les pleurs du toqué ne pouvaient mentir – il éprouvait une tristesse profonde pour son compagnon disparu.

— … et puis, au matin, il n’était plus là…
Quelqu’un vous a-t-il laissé une note ?
— Non… Mais je pense savoir pourquoi ils s’en sont pris à Tako… tout est de ma faute… Ils me prennent pour cible, j’en suis certain…
« Ils » ?
— … Mes anciens employeurs. Ils ont mal pris mon départ… Mais je ne pouvais pas rester sous leur joug plus longtemps que nécessaire… L’ambiance était nocive. Alors, je suis partit… et faute de personnel compétent, j’ai lu qu’ils… avaient fait faillite.

Sesshū se retourna vers son partenaire de circonstance. Cette première piste avait l’air alléchante – peut-être trop. Avait-il d’autres réponses à arracher au suspect toqué ? Sinon, leur route était toute tracée. Ne restait plus qu'à connaître le nom des dits employeurs, et/ou celui de l'établissement déchu.

_________________

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Jeu 14 Fév 2019 - 17:48
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

La délégation des tâches s'était faite d'un commun accord, lorsqu'ils pénétrèrent dans l'étrange cellier du restaurant Takotako. Sesshū entama l'interrogatoire, ce qui permit indirectement au déchaîné de faire le tour du propriétaire.

Longeant les murs, il s'intéressa de plus près à l'utilité de la pièce camouflée. Pourquoi était-elle cachée sous l'aquarium ? Que signifiait exactement cet écriteau, « Cuisine des céphalopodes » ?

Les ressources entreposées n'avaient rien d'extraordinaire. Du matériel de cuisine sommaire, en quantité à peine réduite en comparaison avec les exemplaires de l'étage du dessus. Une seconde cuisine ? Alors qu'il passait la pièce au peigne fin, Sabaru gardait une oreille attentive aux récits du cuistot larmoyant, soutirés par l'habile Kaguya. Pour une fois, il n'aurait pas à se soucier du travail abattu par son collègue, puisque celui-ci semblait compétent. Du coin de l'oeil, il entrevit le tentacule orangé entre les mains de l'homme abattu. Il était décidément de plus en plus suspect.

Après son petit tour, sans trop fouiller dans ce qui semblait être des caisses de vivres, le roi sans couronne s'approcha du cuistot avachi contre le sol, adossé à sa cuisinière. Dans un premier temps, il s'appuya contre le meuble, afin d'observer la pièce où donnait la lucarne — la cuisine, comme prévu. Un espèce de monte-charge était raccroché, permettant vraisemblablement de hisser des plats. Mais là encore : pourquoi cuisiner en sous-sol, puis faire parvenir les plats aux cuisines ?

Puis, les connexions se firent. La cuisine des céphalopodes était séparée de l'étage parce qu'on y préparait... des céphalopodes. Les cousins de la mascotte, Takotako ; il était l'image de cette enseigne qui basait son succès sur des plats à base de poulpe, calamars et autres confrères de la victime orangée.

« Me feriez-vous le plaisir de m'expliquer ce que vous faites avec ce... ce membre de Takotako, maintenant ?
Je... non...
Parlez. On ne nous a pas spécifié que l'usage de la violence était prohibé. Le sauvetage de Takotako est une priorité. »

Pour dire vrai, il était toujours déconseillé — voire même prohibé — de rudoyer les civils. Mais l'homme ne le savait probablement pas, et la surenchère sur l'importance de la mission ne lui semblerait pas exagérée. Il vénérait ce petit être visqueux, après tout.

« C'est tout ce qu'ils ont laissé, dans l'aquarium... Ils n'exigent même pas de rançon, savez-vous ?! Ils prennent plaisir à se venger au travers du pauvre Takotako ! Ils voulaient me faire culpabiliser, pour leur faillite... vous sav-...
Nous avons bien compris. Où est le reste du personnel ?
Ils... Le patron s'est évanoui, sous le choc... et son fils a attrapé son couteau puis est sorti en trombe... Les autres ont conduit le chef chez lui.
Le fils a-t-il dit quelque chose en partant ?
Il n'a jamais été très futé, ce Fuga... il bavait de rage, rien d'intelligible n'a quitté ses lèvres. En tout cas, il n'a pas dû passer inaperçu, armé et enragé comme ça dans les rues...
Oui. Restez donc prostré ici. Nous nous occupons de tout. »

S'il était aussi sec et cassant ce soir-là, c'était probablement parce qu'il voulait mettre fin à ce simulacre d'enquête au plus vite. Les difficultés qui s'amoncelaient entre lui et le poulpe fluorescent étaient toutes plus absurdes qu'inextricables. Il réfléchirait à deux fois avant d'endommager un bien public, désormais, si le prix a payer était un jeu de piste d'une soirée avec le sauvetage d'une mascotte visqueuse à la clé.

Un simple regard suffit pour remettre les enquêteurs malgré eux d'accord. La suite avait le mérite d'être claire : il fallait retracer la route du dénommé Fuga, d'une manière ou d'une autre. Autant il était plus que possible qu'il n'avait aucune information concluante, autant il représentait un danger et ne pouvait vagabonder dans la Brume, vengeur. Avec un peu de chance, sa bave mousseuse était restée au sol et les guiderait — ce qui était probablement impossible. Il fallait bien se rassurer d'une manière ou d'une autre. Cette affaire n'avait rien d'orthodoxe, de toute manière.



_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Ven 15 Fév 2019 - 16:20
www

Le temps de demander leur route – ou plutôt, le nom et l'adresse du restaurant où avait autrefois officié le toqué –, les deux enquêteurs reprirent la route. Leur nouvel objectif : retrouver la trace de Fuga, le fils du patron du restaurant Takotako, dont l'augure craignait déjà le tempérament impétueux. Sesshū pensa à l’assimilateur de feu, Mamoru Honō, et se demanda si son collègue le connaissait aussi. Vu le penchant du garçon pour les troubles, il y avait un monde où chaque Kirijin l’avait déjà malheureusement croisé.

Ainsi, les deux genin disposaient de deux pistes à suivre. Mais tandis que Fuga pouvait être n’importe où, l’ancienne localisation du restaurant, elle, était toujours inscrite dans les archives du village, à l’instar des noms des potentiels responsables de la capture du poulpe orangé. Le Kaguya s’accrocha à cette perche tendue pour ne pas nager dans le miasme de cette absence d’indices concrets, à défaut de ne rien faire.

Maîtrisez-vous une technique de clonage ? Retrouver ce « Fuga » risque d’être laborieux. Nous devrions forcer la main du destin. Aussi, je vous propose de nous intéresser aux ex-employeurs du cuisinier. Peut-être son intuition est-elle correcte.

Le maître du Shikotsumyaku posa un pied à l’extérieur du restaurant ; et composa aussitôt le signe incantatoire de la Chèvre pour faire apparaître trois copies conformes de lui à ses côtés. L’homme maîtrisait la technique à la perfection. Et pour cause, il s’en servait quotidiennement afin de pallier à la surcharge de son emploi du temps.


Que l’un de vous aille demander conseil aux archives de Kiri. Les deux autres se sépareront sur les toits pour trouver l’enragé. Empêchez sa stupidité d'agir.

Les trois doppelgänger dodelinèrent de la tête avant de prendre la poudre d'escampette – suivis, ou non, de ceux du collègue de Sesshū. Un début de plan se profilait ainsi, doucement. Ne restait plus qu’à en récolter les fruits. Qui sait sur quoi les deux enquêteurs allaient tomber ? Attendant les nouvelles de ses clones d'ombre, économisant son chakra pour agir lorsque la situation l'exigera, le Kaguya se permit de réfléchir à la situation. Et de demander l'avis de son compère, pris malgré lui dans le tumulte.

Crois-tu à l'hypothèse du règlement de comptes ? Le cuisinier me paraissait honnête, mais ses employeurs auraient dû se douter que nous allions remonter la piste jusqu'à eux.

_________________

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Sam 16 Fév 2019 - 11:03
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

En quittant le restaurant, laissant au pleurnichard la liberté de se noyer dans sa morve seul, le déchaîné médita sur ce qui pouvait bien l'attendre pour la suite de la mission. Si quelque chose était clair, c'était bien que rien ne l'était vraiment. Kidnapper un poulpe pour se venger, tomber inconscient en découvrant la disparition de sa mascotte... Sabaru avait très certainement mis le pied dans un tout autre monde. Entre son quotidien, ses soucis, et la réalité des énergumènes travaillant chez Takotako, il n'y avait décidément aucun rapport.

Tirant le roi sans couronne de ses réflexions ne menant nulle part, le Kaguya l'interrogea quant à sa maîtrise de la technique de clonage. Comme pour illustrer son propos, il fit apparaître ses propres clones, très vite suivis des trois autres de Sabaru, qu'il convoqua à son tour à l'aide d'un unique signe incantatoire.


« J'ai l'impression de ne plus utiliser que cette technique, depuis quelques temps. »

Sa remarque, empreinte de lassitude, n'était pourtant pas exagérée. Sa technique de clonage lui avait servi tellement de fois, depuis son entrée en service. Il évitait de s'entraîner en l'utilisant cependant, ou de l'employer pour des missions où la classe était à éviter. Si l'un d'entre eux venait à être attaqué, les dégâts collatéraux lui vaudraient probablement une nouvelle mission de sauvetage de poulpe. Hors de question.

Le groupe de clones suivit les instructions de Sesshū, les trois copies du déchaîné se joignant aux deux restantes pour ratisser le quartier à la recherche de forcené Fuga. Ils savaient qu'ils n'étaient supposés qu'intervenir, ainsi il n'y aurait aucun risque que l'un d'eux se laisse attaquer et n'explose. Enfin, le risque zéro n'existait pas. Le déchaîné aimait à croire que ses copies sauraient faire montre de son talent, si cela viendrait à déraper. Ne m'attirez pas plus de problèmes, s'il vous plaît.

Les clones s'occupant du sale boulot, les deux êtres de chair et surtout d'os se retrouvèrent seuls, avec plus ou moins rien à faire, si ce n'est attendre et réfléchir à la probable tournure des événements. Sans surprise, Sesshū prit la parole, fidèle à l'impression de professionnalisme qu'il avait donnée — et qui plaisait bien à Sabaru, qui en avait assez de se retrouver dans les ennuis à cause de coéquipiers peu impliqués.

« Le témoignage est sincère, on ne peut pas lui enlever cela. Quant aux motivations et aux risques pris par les ravisseurs qu'il nous désigne, ils peuvent sembler... pour le moins saugrenus. Mais si j'ai appris quelque chose, en tant que shinobi, c'est qu'il arrive bien souvent que l'on surestime le raisonnement du lambda. Peut-être se disaient-ils qu'il n'y aurait pas de shinobis sur leurs talons ? Espéraient-ils s'en tirer en cachant leur méfait ? On ne peut pas totalement écarter cette piste, ni la considérer comme la seule possible. »

Sur ce constat, il se replongea dans le silence. Si comme il le pensait, cette piste ne menait à rien, ils se retrouveraient à nouveau dans le vide. La simple pensée de cette éventualité le fit se renfrogner encore plus.

***

Il fallut quelques dizaines de minutes au clone du Kaguya pour revenir de son expédition au Palais de la Brume. Avec son retour vinrent les coordonnées de l'ancien établissement des employeurs du cuistot, quelques pâtés de maison plus loin. Il n'y avait toujours aucun signe des clones partis à la recherche de Fuga, et leur départ pour l'enseigne ayant mis la clé sous la porte ne saurait souffrir d'une attente supplémentaire. Prévoyant, le déchaîné se munit de son calepin, duquel il arracha une page. Il y inscrit quelques mots, des instructions pour les clones, puis placarda le papier au battant du restaurant en y enfonçant deux senbons sèchement.

« On peut y aller. Les clones nous rejoindront là-bas, alors ne perdons pas plus de temps. »

Le sauvetage de ce poulpe prenait une allure d'enquête de longue haleine, aux multiples possibilités, et cela ne plaisait pas à Sabaru. Contrairement aux héros des livres qu'il lisait, il ne comptait pas laisser au temps le loisir de brouiller les pistes.

Faites que ce soit concluant...



_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Sam 16 Fév 2019 - 21:16
www

Il y avait un avantage à maitriser une technique de clonage non-élémentaire : la possibilité de pouvoir dissiper ses clones sans faire exploser une maison dans le procédé. Ainsi, dès que le doppelgänger de Sesshū acquit les informations nécessaires à la suite de l’enquête, il tira sa révérence à son homologue Raiton et se suicida. Le Kaguya originel reçut instantanément les souvenirs de son double, qu'il partagea avec son collègue.

Je te suis.

Ensemble, les deux enquêteurs se dirigèrent vers l’adresse de l’ancien restaurant du toqué. Selon les archives du village, l’établissement avait fait faillite il y a quelques mois – et cela coïncidait avec le témoignage du cuisinier. Le maître du Shikotsumyaku doutait ce qu’il allait pouvoir trouver sur place, mais c’était là leur seule piste en attendant le résultat de la battue de leurs homologues fragiles.

Et en parlant d’eux, au même moment, ces derniers venaient de faire une découverte intéressante : celle du corps inerte de Fuga dans une sombre ruelle de Kiri, non loin de la zone des deux restaurants. Aussitôt, l’un des deux clones d’ombre de Sesshū disparut en fumée pour transmettre la nouvelle à leur alter ego originel – tandis que le dernier survivant s’affairait à surveiller les lieux en compagnie des trois boules de foudre. S’il y avait le moindre danger, les gardes du corps instables allaient le neutraliser.

Nō Sabaru. Nos clones ont retrouvé Fuga.

L’augure dévia de leur route et escalada la façade d’un bâtiment pour grimper sur les toits, comptant sur la réactivité de son confrère shinobi pour lui emboiter le pas. Par chance, Sesshū connaissait Kiri comme sa poche. Il n’eut aucun mal à retrouver son chemin.

Notre homme a des marques de ventouse sur son cou, annonça l’augure en sautant de toit en toit. Takotako ne doit pas être loin. Hâtons-nous de les rejoindre.

En à peine deux minutes, les enquêteurs arrivèrent à destination. Leurs quatre clones les attendaient de pieds fermes – la dépouille inconsciente de Fuga au centre de leur formation. Le faux Sesshū s’était accroupi à hauteur de l’endormi, une oreille près de ses voies respiratoires, un index et un majeur posés sur sa jugulaire.

Apercevant l’originel débarquer, le dernier double s’éclipsa.

Sa vie n’est pas en danger, reprit l’augure sans accroc, avant de pointer du doigt les marques sur l’épiderme de l’éphèbe. L’étau se resserre. Mais qu'a-t-il pu se passer ?

Une question se posait toutefois. Comment diable le poulpe orangé avait su étrangler un être humain ? Ou était-ce des marques de lutte pour fuir l’emprise de Fuga ? Bien que les deux enquêteurs eussent fait un pas de plus dans l’enquête, celle-ci reculait de deux.

_________________

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Dim 17 Fév 2019 - 17:59
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la situation prenait un tournant des plus imprévisibles. Les clones n'eurent pas à chercher longtemps, après leur départ pour le restaurant ayant fait faillite ; si bien qu'ils n'y arrivèrent même pas, revirant directement en apprenant ce qu'il était arrivé à Fuga.

Il était inconscient lorsqu'ils arrivèrent, ce qui expliquait qu'ils abandonnent aussi vite leur recherche du bâtiment abandonné. S'il n'était de prime abord pas totalement ravi de ce changement de programme, motivé par le Kaguya, il s'était ravisé en voyant les traces de ventouse de ses propres yeux. Elles faisaient la taille de celles du tentacule amputé de Takotako, ainsi aucun doute ne subsistât.

« Pourquoi diable aurait-il étranglé l'un de ses... propriétaires ? »

Le terme sonnait faux. Depuis quand un poulpe était un animal de compagnie ?

De quelques signes de mains, succincts et très certainement codés, le déchaîné ordonna à ses trois clones encore présents diverses tâches. L'avantage d'avoir des clones, comprenant totalement les intentions puisqu'ils étaient « la même personne », c'était bien de pouvoir communiquer vite et sans avoir à faire retenir des signes à une tierce personne. Ainsi, l'un des trois se saisit de Fuga, avant de bondir rapidement vers le Nord-Est — l'hôpital général. Les deux autres se dispatchèrent rapidement, dans des directions différentes, reprenant la chasse aux indices.

« Nous voilà bien avancés. Il a été étranglé par Takotako, ce qui ne peut signifier qu'une chose... il ne veut pas rentrer. »

Regardant autour de lui, le déchaîné se situa, ayant lui aussi une connaissance étendue du village caché. Ils s'étaient rapprochés de la côte. La côte ? Se pourrait-il que...

« Il est possible qu'il soit en train de tenter une fugue. Takotako va probablement essayer de rejoindre l'océan, pour prendre la tangente. Même si c'est triste pour lui, notre mission stipule que nous devons le retrouver, et je n'ai pas très envie de discuter les ordres vu le contexte dans lequel on me les a attribués. »

Sans perdre une seconde de plus, le déchaîné s'élança dans les rues, fusant vers les abords du port Naragasa, probablement suivi de près par le Kaguya. Les clones, eux quadrillaient les alentours entre les restaurants ; il était peu probable qu'ils trouvent quoi que ce soit, mais la possibilité n'était pas nulle.



_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Mar 19 Fév 2019 - 19:14
www

Une idée émergea sur la langue du partenaire de Sesshū : la rebellion du poulpe orangé contre ses maîtres. Et si les deux enquêteurs faisaient fausse route depuis le départ – à l’instar des autorités leur ayant légué la mission – et que cet enlèvement officiel n’était rien d’autre qu’une tentative de fuite ? De telles marques de ventouse sur la peau de Fuga incriminaient l’animal. Quoi qu’il en soit, les genin devaient creuser la vérité pour découvrir le fin mot de l’affaire ; et c’est ainsi qu’ils se dirigèrent droit vers le port Naragasa, accès principal à la mer, synonyme de liberté pour la pieuvre à la teinte étrange.

Fusant de toit en toit, les shinobi traversèrent la ville en un temps record, comme ils en avaient l’habitude. Lorsque les voiles des navires amarrés aux quais furent visibles, Sesshū prit l’initiative de grimper sur la charpente d’un entrepôt afin de gagner en hauteur. Grâce à ce perchoir, sa vue ne fut occultée par aucun décor ; il promena alors son son regard tout autour de lui à la recherche de leur proie, jusqu’à ce que…

Je l’ai trouvé ! beugla-t-il à son partenaire en désignant une direction de l’index. Il se tient sur les épaules d’un homme, près du phare.

Le maître du Shikotsumyaku sauta du toit de la bâtisse pour rejoindre la terre ferme, et se dirigea au pas de course vers le binôme atypique afin de sauver le garçon des stratagèmes du poulpe… ou alors faisait-il partie de cette étrange combine ? L’augure redouta soudain le pire. Si le Kaguya apprenait que l’animal était doué de capacités sensorielles capables de manipuler l’esprit humain, il l’accepterait sans broncher.

Voyant débarquer les agents secrets en mission, la marionnette de Takotako gesticula dans tous les sens, les mains en avant, semblant tirer ses origines d'un art martial méconnu mais assurément dangereux. Ou alors il ne savait pas ce qu'il faisait, et que son corps agissait malgré lui pour crier sa panique. Le poulpe, lui, ne bougea pas d'un tentacule. Ses sourcils froncés, particulièrement humains – pour un céphalopode –, semblèrent sonder l’âme de l’augure. Takotako était-il le preneur d'otage ou la victime ?

— N’AVANCEZ PAS D’UN PAS DE PLUS, TUEURS D’ENFANTS !
Hein ?

Malgré toute la retenue et les manières du Kaguya, seule cette réaction élémentaire, mais pourtant si équivoque, eut l’audace de répondre à la folie de l’homme. L'être à la voix suraiguë mentionnait-il les cuisiniers du restaurant où officiait le toqué ? Jouant de provocation, sous-estimant le potentiel martial de son adversaire au sang chaud, Sesshū avança d’un pas. Il n'y avait pas une seconde de plus à gaspiller pour cette « mission ».

Ne soyez pas stupide. Rendez-nous la pieuvre, et tout ira bien.
— JAMAIS JE NE CONDAMNERAIS SON ÂME AU TRÉPAS ! TAKOTAKO MÉRITE D'ÊTRE LIBRE, VOGUANT DANS LE VASTE OCÉAN À SE NOURRIR DE... de crustacés ? et de mollusques, je crois ? ... euh... oui ça doit être ça... À SE NOURRIR, DONC ! ET NON D'ÊTRE LE TÉMOIN DU MASSACRE SANGLANT DE SES PAIRS !
S'il vous plaît, nous n'avons pas que ça à faire. Déjà que cette histoire d'enlèvement de poulpe est dérisoire, alors s'il faut essayer de tenir une conversation avec un esprit fou...
— UN ESPRIT FOU ! VOUS ÊTES LES FOUS D'INFLIGER TANT DE SUPPLICES À CETTE NOBLE RACE DE CÉPHALOPODES ! LA MER EST SI PROCHE ! LEUR ENTITÉ SUPRÊME VIENDRA VENGER SA PROGÉNITURE ! PH'NGLUI MGLW'NAFH CTHULHU R'LYEH WGAH'NAGL FHTAGN ! LA CONDAMNATION ÉTERNELLE !
Je te laisse la main, Nō Sabaru. C'est au-dessus de mes moyens...

_________________

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū 1200px-Aries.svg
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8088-kiri-equipe-01-onkochishin-lecon-du-passe-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū Empty
Ven 22 Fév 2019 - 16:29
Tragédie d'égérie
ft. Kaguya Sesshū

Le temps de mettre fin à cette vaste mascarade était enfin arrivé. Le potentiel ravisseur du céphalopode avait été coincé, juste avant de commettre l'irréparable et de libérer le précieux poulpe qui faisait la fierté du restaurant. Hystérique, il s'était agité dès l'arrivée des deux shinobis, visiblement conscient de sa responsabilité et du poids de ses actes.

Malheureusement pour lui, le déchaîné n'était pas du genre à écouter les complaintes des plus faibles.

« Je ne vous le dirai pas deux fois. Posez cette créature, agenouillez-vous, et mettez vos mains en évidence.
— NON ! JAMAIS JE NE CÉDERAI AU PATRIARCAT ET À LA PSEUDO-JUSTICE OPPRESSIVE DE CE VILLAGE D'ESCLAVAGISTES D'ANIMAUX !
Bien. Vous le regretterez. »

Dans un tel cas de figure, il souriait ; le roi sans couronne se fendait d'un large sourire au présage funeste. Son expression fit blêmir le kidnappeur de poulpes, celui qui disait les protéger — mais qui, entre temps, s'amusait à les mutiler. Si les faits ne faisaient aucun sens, l'homme n'avait pas nié, et était donc coupable. On ne lui avait pas demandé de faire la lumière sur l'affaire, juste de « ramener le poulpe orange ».

Mais pourquoi souriait-il ? C'était très simple. L'avantage d'avoir affaire à un illuminé agité, c'est qu'il criait assez fort pour lui épargner d'avoir à appeler ses clones lui-même.

Dans la seconde, deux copies du déchaîné surgirent autour de l'homme, arrivant depuis les airs. Un crochet du droit lui percuta la mâchoire, tandis que l'autre clone se saisissait de Takotako pour le capturer, ni plus ni moins. Avant que le fou ne commette une bêtise, l'un des deux clones braqua sa paume vers lui, le visage mué du même sourire mesquin que l'original. Une étincelle jaillit du creux de la main de la copie, puis un puissant courant électrique en jaillit pour frapper à bout portant le malheureux. Ainsi foudroyé, il était incapable de se débattre — et il devait aussi avoir un peu mal.

Le poulpe captif ne s'opposa même pas au malheur de son pseudo-protecteur. Une expression quasi-humaine de dépit et d'exaspération ; voilà quelle fut sa seule réaction. Il n'essaya même pas d'étrangler le clone qui le retenait, comme il l'avait fait à Fuga. Sans doute avait-il peur d'avoir droit au même traitement de choc que l'hystérique adorateur de la fameuse divinité abyssale tentaculaire.

***

Sur le chemin du retour, le trio composé du Kaguya, du Nō et du poulpe ne rencontra aucun accroc. La bête semblait déçue de devoir retourner dans son aquarium, mais se contenta de gesticuler calmement dans les bras du déchaîné, qui s'était dévoué pour la porter au vu de son manteau imperméable. Lorsqu'ils entrèrent dans le restaurant, ils eurent la surprise d'y trouver tout le personnel, dont Fuga qui portait un corset et qui eut un mouvement de recul en voyant son tortionnaire orangé de retour. Le cuistot avait passé le mot qu'une équipe de shinobis avait été mise sur l'affaire, ce qui avait non seulement donné un regain de confiance au reste du personnel qui était rentré chez lui, mais qui avait aussi ranimé miraculeusement le patron de son coma.

L'aquarium du grand poulpe avait disparu, ou du moins il avait été remplacé. Au lieu de trôner dans un coin de la pièce, il avait désormais droit à un énorme bassin en plein centre du restaurant, où l'attendait visiblement un — ou une, au vu de sa soudaine tentative de bondir sur la vitre du contenant — congénère. Il y fut replacé, et le duo de genins fut dûment remercié.

S'ils n'empochèrent pas d'argent à l'issue de leur mission-éclair, ils eurent toutefois droit à une flopée de tickets de réduction. Au moins, ils ne repartiraient pas les mains vides.


Fin du RP


Technique utilisée:
 




_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are https://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi https://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Tragédie d'égérie — ft. Kaguya Sesshū

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: