Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo]

Hyûga Toph
Hyûga Toph

S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo] Empty
Lun 11 Fév 2019 - 21:34
Toph marchait d'un pas décidé en direction non pas de sa propre maison, mais d'une salle d'audience proche. Son Byakugan était activé et elle ne perdait pas miette de ce qu'il s'y disait - raison pour laquelle elle hâtait son pas, ce qui faisait entrechoquer les fourreaux de son daisho. Car après tout, il était rare que son Père se mette à tenter de lui retirer son titre de représentante du clan.

Oh, quel doux avantage de pouvoir lire sur les lèvres avec son doujutsu.

Elle ouvrit la porte coulissante et surprit quelques uns des anciens qui n'avaient pas activé leur don clanique. Ce n'était pas le cas de son Père, bien entendu. Plusieurs membres du clan étaient ici représentés. Il s'agissait surtout d'élément conservateurs. Des traditionalistes. Elle dit avec un sourire tout en entrant dans la pièce.

On a commencé cette audience sans moi, je vois.

Son père se tourna vers elle tout en maintenant sa position agenouillée - cette expertise des traditions jusqu'au bout des cheveux était toujours aussi remarquable qu'inutile. Il savait qu'elle savait. Il ignorait comment, car il n'avait jamais pris la peine de prendre conseil auprès de sa fille. Non, il pensait peut-être qu'elle avait trouvé le moyen d'entendre avec ses yeux. Après tout, il lui attribuait de nombreuses hérésies. Une de plus, ou une de moins...

Il éleva la voix, signe s'il en fallait un qu'il était contrarié.

Il suffit fille, tu n'as point place ici, et tu mérites encore moins ta place de représentante du clan. Tu t'éloignes de toutes nos traditions et de toutes nos règles. Tu te moques de nos techniques, tu ris de nos katas et arts ancestrales. Tu salis notre juken de ton Jishin, et tu oses venir à nous en portant le daisho. Et je ne suis pas le seul à être de cet avis. Si tu avais la moindre once de rationalité, tu t'excuserais de cette intrusion et tu entamerai un an dans un couvent pour réfléchir aux réalités de ta noblesse et de ta naissance.

C'est tout ?

La répartie de Toph avait été rapide, cinglante. Elle esquissa un sourire devant son père. Comparé au Shogun il avait l'air bien inoffensif. Elle avait pris beaucoup de recul ces derniers mois, et elle le voyait comme il était au plus profond de lui. Un politicien d'intrigue, mais pas un général et encore moins un père.

Elle laissa un petit silence s'installer, mais pas trop long - car cela aurait été une invitation trop grande. Elle toisa son paternel. Il était temps pour elle de poser ses couilles métaphoriques sur la table.

Je rejette ces accusations.

Sa main droite tomba distraitement sur le manche de son katana. Elle respira profondément pour cacher son léger stress de la situation. Elle s'y était préparé. Elle savait que son père risquait de la renier à un moment ou à une autre. Il était temps de lui montrer qu'elle n'était pas qu'une guerrière.

Je rejette également votre éducation, votre vision de notre clan. Vous êtes aveuglé par le pouvoir, vous vous reposez sur vos lauriers - ou plutôt, sur ceux de nos ancêtres. La vérité, c'est qu'aucun Hyûga n'a véritablement fait avancer notre clan depuis des siècles. Nous répétons inlassablement les mêmes katas, et les mêmes techniques. La véritable folie, c'est de réitérer encore et encore et d'attendre à ce que le résultat final change. Soyons honnêtes et analysons la réalité. Nos traditions nous étouffent, et l'air de nos dojos est rance. Vous incarnez les raisons qui font que notre clan est une mare d'eau stagnante, Père.

Cela, c'était pour ses accusations à elle. Elle sentit l'air de la pièce disparaitre. Tous étaient choqué de ce qu'elle disait-là sans platitude.

Je rejette ces accusations, parce que l'école Jishin est un renouveau et une poche d'oxygène pour tous. Je ne rejette pas les traditions, mais je rejette qu'on s'y arrête et qu'on ne les remettent pas en doute. Je rejette qu'on ne s'intéresse pas aux autres arts, et je trouve encore plus stupide qu'on n'essaie pas de faire MIEUX. Oui, j'utilise le doton, et j'ai appris de nos frères et soeurs Nagamasa, cela ne fait pas de moi une des leurs pour autant. Mais ma vision est double, et ma ligne d'horizon décuplée. Je suis Hyûga, je suis représentante, et je suis bien plus. Je suis le futur et la graine qui fera de nous tous un clan encore plus redouté et respecté.

Toph avait entrepris une grande réforme de son école Jishin et désormais, elle comptait au nombre de dix les arcanes de Jishin. Dix types de techniques complètement nouvelles dans le répertoire de son clan. Qui pouvait prétendre avoir fait autant dans toute l'histoire du clan ? Il fut un temps, un de ses cousins avait arrêté un meurtrier qui s'attaquaient aux membres de sa famille. C'était bien beau, mais qu'était-ce comparé à toutes les possibilités qu'elle offrait à ses élèves ?

Qu'était-ce face à sa maitrise des projections qu'elle apprenait à tous ? De ses techniques alliant le doton qui faisait des Hyûgas des véritables maitres de la gravité inversé. De son armure qui n'empêchait pas le Jishin. De son démon du Hakke, qui rendait la moindre de leur technique une arme aussi impitoyable que mortelle. De ses paumes du Hakkes qui avaient été révolutionnées en utilisant n'importe quel membre. De son kenjutsu qui pouvait lui aussi fermer des tenketsus.

Elle se détourna de son père pour contempler les gens présents. Sa réputation de guerrière n'était plus à faire - elle avait été loin au tournoi de Kaze, avait été finaliste du tournoi des genins. La réputation de la petite Toph dépassait les frontières de son clan et de leur demeure. Oui, elle se devait de les convaincre à leur tour, si elle voulait un jour les diriger.

Elle leva l'index.

Notre noblesse nous oblige une chose : l'excellence. Rien de moins. C'est cela aussi, l'école Jishin. Je veux montrer que ce dogme est la vision à suivre pour le futur du clan tout entier.

Et par la même, elle annonça à mots voilés son ambition - diriger son propre clan. Ce n'était pas encore une déclaration nette - mais envers son père, elle se devait de déclarer la guerre et de porter le premier assaut.

Je rejette vos accusations, Père, et je rejette votre éducation. Je fais le serment de ne plus utiliser mes poings, car c'est la seule chose que vous m'ayez jamais vraiment appris et cette apprentissage ne vaut rien. J'utiliserais les armes en conjonction avec nos dons, tout ce que j'ai appris par moi-même à la force de ma volonté et de ma persévérance. Regardez-moi, frères, soeurs et anciens. Je vais vous montrer comment le clan peut se relever de sa médiocrité. Ensemble.

Et ce n'était que le début du chemin...

_________________
S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Hyûga Toph
Hyûga Toph

S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo] Empty
Dim 17 Fév 2019 - 14:06
Père, je vous lance un duel officiel. Demain après le repas de midi, au dojo Jishin. Je vous montrerai l'efficacité de ma voie. Quiconque le désire peut y assister.

Petite sotte. Je ne retiendrai pas ma main, cette fois-ci. Tu mérites toute la punition que tu recevras.

C'est ce que nous verrons, Père.

Tout était dit. Le duel avait été officiel et publique pour tout Hyûga. Si Toph avait une réputation qui dépassait les frontières, elle ne se battait pas avec des arts traditionnels, contrairement à son paternel. Ce dernier était un traditionaliste des arts Hyûga, même si ce n'était pas le meilleur combattant du clan. Un duel entre père et fille.

-------------
Lui. Elle. Un duel à venir.

Eux, les spectateurs. Les curieux. Les ambitieux et les pleutres. Les partisans, aussi, de l'un comme de l'autre.

Il n'est nul besoin de préambule. Commençons.

Le père de Toph, Keisuke Hyûga, activa son Byakugan, tandis que Toph invoqua le démon du Hakke. Elle fut entourée d'une sphère d'énergie bleuté, et elle commença à enchainer des getsuga tensho surpuissants sur son père. Au début, il se contentait de les esquiver. Mais rapidement, la cadence et la dangerosité des projectiles fit qu'il lança un kaiten.

Exactement comme Toph l'avait prévu.

La paume du Hakke terrestre le toucha en plein fouet. Il fut projeté au plafond par un impact venant du sol contre lequel le kaiten ne protégeait pas, et fut cueilli au vol par un rocher doton. Dans ce premier échange à distance, Toph avait marqué les premiers points. Son père n'avait pas eu le temps de s'approcher d'elle, elle l'avait acculé avec des frappes qu'il ne pouvait ignorer, et enchainé avec une technique dont il ne pouvait se défendre.

Un silence de mort accompagna sa chute au sol. L'audience ne pouvait qu'admettre la supériorité de l'école Jishin sur l'école traditionaliste Hyûga. Du moins à distance. Toph ne souriait pas. Elle était sur ses gardes. Aussi, quand Keisuke surgit en face d'elle suite à sa charge, elle réussit à esquiver in-extrémis son juken qui visait ses tenketsus. Elle trancha - il contra la lame en la repoussant sur le côté et fit une paume du Hakke avec son autre main.

Le mouvement était téléphoné - surtout aux yeux de Toph qui avait développée maintes paumes du Hakke plus complexes que celle-là. La puissance était grande par contre. Toph dut faire un kaiten - ce qu'elle regretta aussitôt. Son père en profita pour entourer ses membres de vent. Sa vitesse était devenue exceptionnellement plus élevée. Il frappa le kaiten d'une paume du Hakke, et la technique fut brisée.

Toph avait été protégée, heureusement. Ce n'était pas un contre puissant. Elle frappa le sol. Cette fois-ci,Keisuke était à l'affut, mais son Byakugan ne voyait rien. Surpris, il se fit soulever par la sixième arcane Jishin dans les airs. Et Toph porta un coup de kenjutsu - particulier, puis que la projection de son père ne fut d'aucune aide contre le coup. Sous une centaine de Byakugan, Toph traversa une de leur défense comme si elle n'avait purement jamais existé.

C'était un art samourai méconnu. Dans les mains de Toph ? Cela devenait terriblement dangereux. Elle entailla le torse de son père, une ligne rouge se dessina sur lui tandis qu'il tombait au sol. La chunin eut l'impression de trancher son propre corps, car porter la main ainsi sur son père n'avait pas été un acte sans conséquence pour sa psyché.

Même s'il avait su la particularité de cette technique, qu'aurait-il pu faire ? Une fois dans les airs, les esquives étaient impossibles, et le futon aurait donné le même résultat. En théorie, cela aurait pu briser un kaiten également. Il tenta de se relever alors que Toph rengaina son arme.

Inutile d'aller plus loin, Père. Admettez votre défaite.

Soit. Ton art dégénéré est fort. Lâchez moi !

Keisuke pesta contre les membres de la branche secondaire qui s'étaient empressés d'aller l'aider. Il se relever seul, et s'en alla la tête haute. Le reste de ses cousins présents gardèrent le silence. Certains hochèrent de la tête, acceptant la démonstration. Ce n'était pas la première de l'école Jishin. Mais celle-ci... avait été plus brutale. Voir un conflit entre un père et sa fille ne faisait pas plaisir à tout le monde, mais au moins une chose était certaine. L'art de Toph était polyvalent. Si son père n'était pas le meilleur dueliste du clan, il avait sa petite réputation. Toph avait renforcé se faisant sa faction. Elle se leva et quitta aussi le dojo, avant de s'effondrer dans la pièce d'à côté.

La dépense de chakra avait été importante. Elle avait maintenue les apparences, mais elle avait presque perdu. Elle se traina jusque dans son lit d'appoint et sombra dans un sommeil profond. Une étape de plus.

_________________
S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

S'imposer au clan, s'opposer au Père [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: