Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Iwa/Tsuchi] Le Vote

Byakuren Masato
Byakuren Masato

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Dim 24 Fév 2019 - 13:16
Cela faisait plus d’une semaine que des affiches avaient étés déposées un peu partout dans le village, créant un mouvement d’un nouveau genre ; Voilà qu’un appel au vote avait été lancé. Les civils en seuls juges du pouvoir de l’homme le plus puissant du pays ; Byakuren Masato. L’article du Kunai Emoussé avait fragilisé l’emprise de sa renommée ainsi que de sa légitimité. Pourtant, le Roi avançait serein devant ses sujets. Il avait été surpris que sa fille et le Kage l’approchent avec une idée qui avait germé en lui depuis déjà bien des années. La prison de Wasure était sa Némésis, la hantise de tout Seigneur : La parfaite illustration de ce que les abus féodaux pouvaient faire germer. Ce qui était au départ une prison politique était devenue aujourd’hui le poids de son sang. Son secret révélé impliquait une réaction : Le vote public. La seule chose qui pouvait évincer toute forme de rébellion avant même que celle-ci ne soit envisagée.

Masato avait la certitude qu’avouer ses déshonneurs était l’unique solution pour garder sa notoriété. Jamais il n’avait eu à remettre en cause ainsi son pouvoir, mais il était presque soulagé d’avoir à le faire. Parce que la rédemption lui offrirait enfin la possibilité de laisser partir le chagrin obscur qui était lié à ce Pays maudit.

Une légère brise fait rentrer la chaleur externe jusqu’à la pièce ou trônait le Byakuren. Il s’était levé calmement, avait fixé l’ouverture et la lumière qui en sortait… Et s’était tout simplement avancé. Le balcon seigneurial avait été redécoré d’un rouge sombre. Le carmin sanguin qui faisait échos aux affiches et aux lettres envoyées aux habitants de Tsuchi. Ceux qui n’avaient pu se déplacer avaient envoyés leurs réponses collectées par villages grâce aux faucons messagers.

Le reste se trouvait en contre-bas, sur une place immense bordée des roches Iwajines. La foule et leurs regards. Civils et shinobis. Mains armées ou nues. Enfants et parents. Ils avaient tous la nuque vrillée vers les cieux ; Vers leur représentant divin, celui qui devait aujourd’hui les consoler.

« Peuple de Tsuchi, votre Seigneur, Byakuren Masato, va prendre la parole ! »

Annoncé comme un prince, en réalité roi vieillissant ; Le nommé s’avance et s’approche au plus près du balcon. Son visage est empreint de sévérité. Il n’aime pas parler en public car il est le porte-parole des mauvaises nouvelles. Il laisse le bon et le victorieux aux autres, comme toujours.

« … il y a plus de deux siècles, les grands pays du monde et leurs pouvoirs de l'époque ont ouvert des pourparlers à propos d'une grande île. Cette île, aussi grande qu'un pays, n'est présente sur aucune carte. Pour cause Wasure no Kuni, le Pays Oublié, fut caché au grand public depuis cet accord secret.

Avantage stratégique et opportunité d'y mener les expériences et emprisonnements les plus secrets, les grands pays qui nous gouvernent sont tombés d'accord pour se partager dans le plus grand secret ce pays alors découvert. Ils y ont chassé ensemble les tribus s'y étant établies et y ont enfermés leurs prisonniers les plus embarrassants ou dangereux là-bas.
»

L’article du Kunai Emoussé se replie dans les mains épaisses du Seigneur. Il fixe alors l’assemblée sans pour autant privatiser son regard.

« Voilà les faits qui nous rassemblent aujourd’hui. Des faits que je ne nierai point, ils sont la partie ombragée de l’héritage Byakuren, un passé que je ne peux réfuter ni effacer. Il y a eu à Wasure l’emprisonnement symbolique de certaines vertus que je proclamais en vos noms.

Aujourd’hui, ces vertus sont à nouveaux libres ; mais dans leur isolement, de part toutes ces années, elles ne peuvent être seules rescapées des chaînes du mutisme. Face à la liberté politique, il y aura des volontés totalitaires, face au pacifisme, il y aura soif de conquête, face à la paix, il y aura des acteurs de guerre.

Le sang Byakuren a été coupable d’avoir jadis cédé aux ambitions impures. Mais la répercussion de ces choix aura une culpabilité bien plus cruelle et amère lorsqu’elle aura agi. J’aspire à croire que l’on peut encore transformer un cercle vicieux en un cercle vertueux, ensemble…

Mais aujourd’hui, par devoir d’équité et par preuve de foi, j’accède à une demande que personne n’ose évoquer : Vous pourrez choisir, de votre voix, le chemin que j’arpenterais demain.
»

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Toph
Hyûga Toph

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Dim 24 Fév 2019 - 13:28
Toph était la première à monter sur l'estrade, un parchemin à la main. Elle avait été mise au courant de ce vote arrivant, par le jeu des politiques. Les clans majeurs savaient. Les Chokoku, les Borukan et, enfin, les Hyûgas. Elle avait ses responsabilités. Toph était en effet la représentante officiel des Hyûgas. Elle en avait discuté avec son clan, en privé. Si certaines avaient été secoués par l'annonce, il n'avait pas fallu moult discussions pour parvenir à un consensus au sein du clan. Un des clans majeurs de Tsuchi.

Et c'était en tant que représentante de ce clan que Toph prenait la parole devant la foule. Cela semblait justifié de par leur historique. De plus, la princesse Hyûga était connue, elle était réputée. Peut-être même qu'elle allait diriger le clan Hyûga dans le futur. Une telle figure allait peut-être influencer les foules. Elle ne fit pas de long discours.

Les Hyûgas respectent Masato et honorent autant son honnêteté que sa bienveillance. Admettre ses fautes n'est pas la voix de la facilité, mais c'est la bonne voix. La justesse du futur ne peut que racheter les erreurs du passé. Prenons la voix de la Justice. Notre clan tout entier est derrière vous, Masato-sama.

Toph pivota, s'inclina devant le représentant de tout le pays en périle, puis remis son parchemin sur lequel était inscrit un grand "OUI". Puis elle se retira, et surveilla la scène. Il n'était pas exclus que des gens en profitent pour tenter de déstabiliser le pays. Toph les en empêcherait, bien sûr. Ses doigts pianotaient sur la garde de son sabre.
Spoiler:
 

_________________
[Iwa/Tsuchi] Le Vote Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Dim 24 Fév 2019 - 13:43
Un jour de vote. Tsuyoshi était appelé à aller aux urnes. Ironie du calendrier, le gars derrière le clavier qui manipule le Hyûga tel une marionnette lui aussi était allé voter quelques heures avant pour participer à l’élection de son futur dirigeant. Ce gars derrière le clavier probablement était aussi joué –qui sait ? par quelqu’un en dehors du cercle de son existence qui possiblement était également aller voter dans un monde de dieux soyons fous ! Pour en revenir au rp, c’était donc un jour de vote. Iwa et même Tsuchi avaient été parcourues peu avant pas de frémissantes nouvelles concernant un pays oublé : Wasure no Kuni. Un pays oublié et un scandale. Un scandale auquel aurait été lié le Daimyô. Une sombre affaire de prisonnier et d’hommes que l’on enferme sans raison –ou avec ça dépend du climat du contexte etc. Mais au-delà de ces questions aux yeux du Hyûga sans réelles importances d’autres s’accumulaient. Celles de devoir renouveler sa confiance au Daimyô par un vote. Tsuyoshi, tout Chuunin qu’il était ayant dépassé les 25 ans, en avait vu au cours de sa vie des vertes et des pas mûres. A ces yeux celle-ci était un comble. Le Daimyô, pour on ne sait quelle raison, s’en remettait au jugement du peuple afin de se faire pardonner ses « fautes » et tenter de les redresser. Le Hyûga avait beau tourner la chose sous tous les angles, il ne comprenait guère quel était le réel problème.

D’un côté on avait un Daimyô, un roi, un empereur, un demi-dieu vis-à-vis de son peuple, élu de père en fils depuis on ne sait quand qui venait demander au peuple à qui il n’avait jamais demandé le moindre avis, son avis. De l’autre côté ce même Daimyô s’en voulait et mourrait probablement de remord à cause de cette histoire de gens torturés et de prisonniers dangereux enfermés nowhere et oubliés there. Honnêtement… Quel shinobi digne de ce nom pouvait réellement s’intéresser à cela ? Lorsque l’on parle d’intérêt, on précise : en tenir grief au Daimyô ? A part quelques opposants cachés à qui il donne du pouvoir par le simple fait de proposer un vote pour ou contre la continuité de son pouvoir. Les ninjas étaient des soldats. De pareilles questions ne devaient pas leur être posées. Quant aux civils, ils étaient à un tel niveau de méconnaissance des tenants et aboutissants de la majeure partie des affaires politiques surtout internationales qu’il était tout simplement contre indiqué de leur demander leur avis.

La chose avait été discutée en long et en large par le Conseil Hyûga et Tsuyoshi n'avait pas hésité à dévoiler le fond de sa pensée tout en précisant que naturellement il fallait que le clan vote massivement pour le maintien du Daimyô. En espérant que chacun suive ce qui avait été décidé en commun, Tsuyoshi sortit de chez lui sa destination en tête.

*Une débilité sans nom tout ça. En réalité dès l’instant où il pose la question, il n’est plus digne de diriger. De plus il se désacralise et se décrédibilise. Néanmoins en tant que ninja d’Iwa et de Tshuchi, quel intérêt ai-je à voir ce dirigeant s’en aller ? Fusse t-il incompétent ?*

Et c’est donc en pensant de la sorte et avec un désintérêt important, que Tsuyoshi se rendit au lieu de vote et vota le plus naturellement du monde. Il ne faisait que son devoir d’iwajin.
Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


[Iwa/Tsuchi] Le Vote 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Dim 24 Fév 2019 - 14:22
Senkû m’avait expliqué malgré notre courte période conjointe à la cité militaire du pays de la Terre, les rudiments de la politique. Et ce système était révoltant, comment les hommes et les femmes pouvaient accepter une telle pratique ? Je ne comprenais pas, comme un fils pouvait prétendre à un trône sans se battre pour montrer qu’il méritait cet honneur. Jamais à Yaogakure une telle façon d’agir ne se déroulerait. Je partageais donc les convictions du Guerrier de 1000 ans, même si j’étais au village que depuis très peu de temps, j’allais prendre à cœur mon rôle de citoyenne est allée voter. D’une certaine manière ce n’était pas moi qui allais déposer ce bulletin dans cette urne, mais l’ainé de mon oncle, banni par ce village.

D’un pas lent, je me dirigeais vers l’endroit où l’on devait déposer son parchemin avec sa réponse. Il y avait marqué « non » sur ce dernier. Cet homme qui trônait du haut de son perchoir, nous regardant comme si nous lui étions inférieurs devaient partir. Son gracieux fessier devant goûter à la dureté du sol, de celle de la vie, qu’il dise au revoir à son statut de monarque et qu’il embrasse celui de simple homme. Les Yaoguaï étaient des barbares, des sauvages adeptes de rituels plus mystérieux les uns que les autres, néanmoins ils avaient une vertu, tous les hommes et toutes les femmes étaient égaux, même le chef de clan n’était pas supérieur, bien au contraire il était le bouclier et l’épée à la fois.

En déposant mon vote, je faisais un mouvement avec mes bras pour former une croix pour les Tsuchijines cela ne voulait strictement rien dire, mais pas pour un sauvageon, ce geste avait une connotation bien particulière. Peut-être que je l’apprendrais à certains iwajines si je jugeais ces derniers digne d’en apprendre davantage sur mes origines claniques, les us et coutumes qui rythmaient ma vie par-delà les épais feuillages des arbres éternelles du pays du Bois. Je retournais donc à ma place parmi la foule, attendant que ce moment se passe et que l’on puisse retourner à nos occupations. Même si tu n’étais plus là Senkû, ta volonté m’habite, je continuerai là où tu t’es arrêté, maintenant je commence à comprendre pourquoi tu t’es attaché à ce village, il y a une certaine beauté que je lui reconnais et qui donne envie de le protéger.
VOTE:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Lun 25 Fév 2019 - 11:45
Tellement de bons souvenirs … En dépit d’une certaine distance professionnelle envers la scène politique, cette ambiance cérémonial inspirait chez l’artisan émérite une fascination admirative et un goût de nostalgie irrémédiable. L’immensité de la foule, les détails d’une organisation digne d’une fresque onirique, la splendeur des tenues traditionnelles propres à chaque clan. Il y avait dans ce décors une évocation majestueuse qui procurait à l’homme l’espoir d’un statut plus élevé que sa propre condition d’animal, une sorte de magie lui permettant d’échapper à la réalité. Le temps passé dans ces invitations procédurales poussaient à en savourer les qualités, surtout lorsque celles-ci s’avéraient gratuites.

Abuto profita du passage de chaque représentant et ninja pour se faire une idée sur le village caché de la Roche. Son implication au sein de cette institution paraissait un peu trop récente pour avoir un partie pris concret au de ce vote, du moins en tant que Ninja. En effet, ce dernier résidait là davantage par son statut de commerçant et héritier d’une grande entreprise que de soldat. En ce sens, les intérêts de sa participation concernait davantage les rapports financier et économiques entre lui et le seigneur du pays, sans oublier la faveur accordé par rapport à la crise traversé par les siens avec la disparition de son paternel.

Ce fut d’ailleurs lors de son tour de passage que l’on pu remarquer ce statut, de par une tenue spéciale qui couvrait ses bras, le Shinobi ayant l’habitude de traîner torse nue le reste du temps. Deux morceaux d’armures d’une couleur argenté étonnement pures ornaient ses épaules jusqu’aux mains en des imbrications de plaques de qualités, telle une armure de chevalier. Ces pièces n’étaient pas destinés au combat, bien trop imposantes d’apparences, mais constituaient plutôt le symbole de son métier et sa société, fabriquant d’armure à travers le monde, pour ceux capables de l’identifier.

D’ailleurs, l’homme à la chevelure d'ébène n’était pas seul. Un de ses collaborateurs aux allures de nobles siégeait à ses côtés lors de sa monté sur l’estrade, vêtue d’une tenue cérémonial bien moins tribale que celui de son compère. La différence entre les deux semblait notable, le guerrier figurant presque de garde du corps pour l’autre, bien que les deux fussent à l’origine de cette participation suite aux lettres reçues quelques jours auparavant. Prêt de l’urne de vote, les deux silhouettes s’inclinèrent respectueusement devant le seigneur de ces terres, avec une aura d’aisance et de tranquillité particulières comparé à beaucoup d’autres shinobi en ces lieux, avant de reprendre leurs positions.

« Seigneur Byakuren, vous avez tout notre soutien, tant sur le plan économique que financier. »

La stature imposante d’Abuto couvrit celle de l’urne avant d’y déposer le bulletin, l’issue annoncée fermement et clairement auprès des hautes instances afin d’identifier et appuyer leurs soutiens. Le risque de se dévoiler un peu demeurait palpable, mais en ces lieux protégés, constituait un petit pas d’avancement, quitte à se faire prendre par surprise. Si un individu ou un groupe parmi ces gens se trouvait mêlé à son affaire, ce vote lui aurait permit de soulever des indices, des détails ou autre chose. De toute façon, c’était loin d’être sa première participation à ce genre d'événement.

Ainsi, suite à un second échange gestuel respectueux, le ninja et son acolyte muni d’une cape mi turquoise mi grisé quittèrent la scène pour se fondre de nouveau dans la masse et reprendre leur sièges, tel des templiers venus en pèlerinage.

Vote:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Sekken M. Ryoko
Sekken M. Ryoko

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Lun 25 Fév 2019 - 12:38
Ryoko avoue que cette histoire la dépasse pas mal ... La prison inavouée - c'est comme ça que la plupart l'appelle - à mis en lumière les agissements dans l'ombre des shinobis et des villages cachés, une grosse prison présente dans une partie du monde qui était inconnu de tous jusqu'à ce qu'un chauve au chapeau - quoi ? Un chapeau doit forcément cacher quelque chose, dont une calvitie elle parie - intervienne et libère des shinobis prisonniers dedans.

En soit, Ryoko voyait les deux côtés de la pièce, d'un côté, les Daimyo leur on caché des êtres vivants. Shinobi ou non, c'était des humains qu'on a enfermé dans cette prison, et ils ont du vivre des choses horribles dedans. De l'autre, le seigneur Byakuren a avoué qu'il a bel et bien agit de la sorte, qu'il a des regrets, et puis, il risque sa place en mettant en place ce référendum.

Difficile de faire un choix pour elle, le passé a beau resté le passé, tourner la page en mettant les prisonniers de côté est une chose bien cruel. La savonneuse ne peut pas oublié ces personnes qui ont souffert des décisions des Daimyos, et à l'entendre, il ne prévoit de rien mettre en place pour au moins honorer la mémoire de ceux qui ont souffert.

La plupart sont peut-être des criminels et des fous, mais ils devaient avoir un jugement juste au lieu de les envoyer directement en enfer.

Et elle se doute que la plupart ne sont pas tous des fous et des criminels.

Cependant, en tant que shinobi d'Iwa, elle lui doit en quelque sorte son travail, et s'amuser à avoir une opinion impopulaire n'est pas bon pour son clan ... Ahlala, que c'est compliqué de devoir prendre une décision sur le moment.

Elle décide donc tout simplement de voter blanc.

Bien qu'elle souhaite que cette histoire soit réglé de manière juste, tourner aussi brusquement la page n'est pas une bonne idée pour la Sekken.

Elle si bavarde ne dit rien, déposant un parchemin aussi blanc que la robe du seigneur.

Vote:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish https://www.ascentofshinobi.com/u603
Naari Etsuko
Naari Etsuko

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Lun 25 Fév 2019 - 19:05
Etsuko était, une fois n'est pas coûtume, avec ses parents lors du discours du Daimyo. Elle était passé les voir juste après son entrevue avec le Yondaime, le briefing pour la mission de Kumo ayant terminé quelques minutes plus tôt. Elle écouta donc avec eux les mots prononcés par le dirigeant de Tsuchi no Kuni, pensive.

Certes, il y avait eu des problèmes. De nombreux problèmes. De mauvais choix avaient été faits, nombreux. Mais... Il semblait à la jeune femme que l'homme était sincère dans sa démarche. Personne ne l'y obligeait après tout. Elle n'avait rien entendu de la part des autres dirigeants. Et pourtant les nouvelles circulaient particulièrement vite à Iwa avec l'afflux constant de marchands et de marchandises. Difficile de passer à côté de telles informations qui se colportaient bien vite.

Échangeant avec ses parents à la fin du discours, elle se trouva d'accord avec eux. Le Daimyo avait commit des fautes, et son premier pas pour les réparer, se présenter ainsi, vulnérable face au peuple et à ses décisions, avait dû être un choix difficile. Mais un choix qu'il avait prit pour l'avenir de son pays selon les Naaris. En effet, dans ces périodes de trouble, ce dont avait le plus besoin le pays n'était pas un débat en souterrain. Il ne fallait pas que les fondations de Tsuchi no Kuni s'effondrent là où le risque était le plus grand pour ses habitants avec ces prisonniers en liberté, certains cherchant vengeance à tout prix. D'autres, sans doute ceux qui y avaient été enfermés injustement, souhaiteraient possiblement juste partir.

Cette stratégie du dirigeant assurait donc, si le peuple prenait le temps de réfléchir à la chose selon Etsuko, qu'il soit réaccepté. Car si le peuple votait non, qu'allait-il se passer ? Le territoire se trouverait sans main pour le diriger, le Tsuchikage serait probablement aussi destitué. Mais qui les remplacerait ? Ses questions ne trouveraient pas de réponse immédiate. Il faudrait du temps, trouver des gens capables de gouverner et qui le feraient pour le bien de ses habitants comme l'avait fait jusque là le seigneur Byakuren. Il y aurait donc une certaine instabilité du pays pendant plusieurs mois, ce qui n'était tout simplement pas possible, pas acceptable avec le relâchement des prisonniers de Wasure.

Poser le référundum ici était sans doute le choix le plus malin que l'homme pouvait faire pour conserver son pouvoir sans craindre de rebellion puisque ce serait le peuple qui l'avait de nouveau accepté alors qu'il se présentait humblement à eux. Un choix politiquement stratégique qui n'offrait alors qu'une réponse logique, une réponse positive. Toute autre réponse amenait à des risques graves pour tout le pays, ce qui pourrait et causerait certainement beaucoup de morts inutiles. Et si le vieil homme disait vrai, alors il n'y était lui-même pour rien, puisqu'il parlait des erreurs du passé. C'était l'héritage Byakuren qui était en faute, non lui. Manipulation ou vérité, la jônin et ses parents en étaient venus à la conclusion qu'il ne mentait pas sur un sujet aussi grave quand bien même peu de gens remarqueraient la précision. Après tout, les sentiments étaient encore forts en ce moment, et les esprits mettaient souvent du temps à refroidir après s'être échauffés.

Allant aux urnes avec ses parents, la jeune femme aux yeux émeraude n'hésita pas un instant quant à son choix. Pour elle comme pour eux, Byakuren Masato devait rester la main de Tsuchi no Kuni.

HRP:
 

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Konran Tenzin
Konran Tenzin

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Mar 26 Fév 2019 - 11:23
Peu de temps après la révélation concernant Wasure no Kuni, des rumeurs s'étaient faites entendre par delà les contrés d'Iwa et de Tsuchi. Une vague de mécontentement fort compréhensible ballota nos Terres, nous fragilisant un peu plus encore. Devant des actes que certains caractérisaient d'inadmissibles, d'autres plaidaient la convenance. Qui de l'un ou de l'autre avait raison ? Je n'avais pas la réponse. Et la trouver ne m'intéressait pas. A vrai dire, la politique ne m'intéressait pas des masses, tant qu'elle ne mettait pas le village à feu et à sang, et tant qu'elle respectait le désir de protéger les nôtres. Mais il y a quelques temps, une annonce avait été faite. Comme peu de fois auparavant, le Daimyô de la terre allait s'exprimer devant nous.

Je m'étais rendu sur les lieux pour pouvoir assister à ce discours, écouter ce qu'il avait à dire. Je ne savais pas si ce serait suffisant pour racheter ses fautes, mais la moindre des choses était cependant de prêter l'oreille. Contrairement à la foule qui s'était amassée, j'avais préféré rester un peu en retrait. J'avais élu domicile dans les cieux, à quelques dizaines de mètres du rassemblement de la foule. Après tout, lever la tête n'était pas forcément agréable. Ainsi, je pouvais voir le Daimyô sans trop d'efforts, et ne pas avoir le soleil dans les yeux par la même occasion. J'étais donc debout dans les airs, à quelques mètres du sol, les bras croisés devant moi tandis que ma faux avec laquelle je me promenais toujours était accrochée à mon dos. Et il prononça les premiers mots. Et de ce fait, je reconnus là une manoeuvre assez maline pour être félicitée. Il remettait son règne entre les mains du peuple. Ainsi, il évitait les insurrections. S'il était destitué, personne n'aurait plus de raison de parler. S'il était élu par le peuple lui-même, celui-ci pourrait difficilement contester ensuite son pouvoir.

Il s'était en effet rendu coupable de secrets lourds à accepter, et cela avait pour certains entaché sa légitimité. Mais d'un autre côté, il n'avait fait qu'hériter du secret de ses prédécesseurs, un secret assez lourd pour bouleverser le monde entier. Pouvions-nous l'en vouloir pour autant ? En fait, oui. Tout à fait. Cependant qu'allions-nous faire suite à ça ? Encore des mois d'instabilité le temps de trouver un nouveau -ou des nouveaux- dirigeants ? Seraient-ils compétents à leur tour ? N'auront-ils pas leur secret ? Par ailleurs, le Seigneur Byakuren, bien qu'il ne soit pas un guerrier émérite, il avait prouvé à maintes reprises qu'il agissait pour le bien de son peuple. Ma réponse était déjà toute faite. A peine eut-il fini son discours que je me rapprochai de l'urne en volant, je déposai mon vote, et repartis.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
[Iwa/Tsuchi] Le Vote Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Yaoguaï Towa
Yaoguaï Towa

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 5:53
Désormais genin d'Iwa, le sauvageon devait voter. Pourtant, il ne connaissait rien quant à la politique de la cité et cela ne faisait que quelques jours qu'il était arrivé ici. Cherchant du regard Sae afin d'avoir des précisions quant à ce qu'il devait faire, il ne la trouvait pas et se retrouvait donc avec un parchemin sans écriture. Vide. Tournant son regard à droite et à gauche, ses voisins avaient signé par l'affirmative. Peut-être devait-il faire pareil ? Levant son regard vers l'urne, il y vit Sae posé son parchemin.

En se retournant, après l'avoir posé, elle fit un signe de croix avec ses bras et ainsi, Towa comprit ce qu'il devait faire. Sae le sauvait. Il griffonna sur son parchemin la réponse : NON. A son tour, il se dirigea jusqu'à l'urne et posa le parchemin à l'intérieur. Se retournant, il copia sur sa compatriote en faisant un signe de croix avec ses bras.

Il ne savait pas tout, mais Sae lui expliquera le pourquoi du comment. Parlant d'elle, l'Hayashijin se dirigea jusqu'à elle.

Tu m'expliqueras.

Spoiler:
 

_________________
[Iwa/Tsuchi] Le Vote X74h
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa https://www.ascentofshinobi.com/u663
Aburame Kuzo
Aburame Kuzo

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Lun 4 Mar 2019 - 18:29
Aujourd'hui, Kurise allait devoir voter. Aujourd'hui, elle sera une parmi des milliers à décider du sort du dirigeant du pays. OUI, et il continuera de diriger le pays. NON, et il payait pour ses décisions moins... pratiques. Kurise elle-même ne donnera jamais de leçon aux gens en terme de moralité, mais elle était prête à rejoindre l'avis de ses camarades : le chaos qui est en train de se produire était la faute du Byakuren, et elle voterait sans doute pour éjecter le vieil homme si jamais elle en avait la liberté.

Elle l'avait, d'ailleurs. Si jamais elle vote NON, alors il n'y aura pas de samouraïs envoyés à son encontre ou de ninjas pour la harceler. Elle aura fait un choix et ce sera tout. Mais, et c'était ça le problème, elle ne comptait pas prendre le chemin qu'elle pensait juste. Les Hyûgas, en tant que clan le plus puissant du village, avaient débattus et elle était prête à suivre les décisions de la Sôke. Si jamais c'était NON, alors ses croyances étaient correctes. Si jamais c'était OUI, alors elle avait tort et elle devra expier de son erreur en suivant la juste voie de ses seigneurs.

Quand Toph monte, elle baisse la tête, quand Toph parle, sa décision est prise. Le clan Hyûga se dresse derrière Masato. Et elle rejoint donc le clan dans cette position. Son père à lui aussi l'expression résolue, les yeux fermés alors qu'il se tient avec sa fille, de façon délibérément écartée de ses camarades de la Bunke. Elle se fichait bien de l'avis de la branche secondaire. Tous devaient suivre la Sôke et ceux qui ne le faisaient pas n'avaient clairement pas l'intelligence nécessaire pour décider d'un vote aussi important que celui qui se déroulait.

La jeune femme, qui a abandonnée l'armure pour des vêtements moins "menaçants", s'avance, pose son vote et repart, attendant dans la foule. Impossible pour les autres de deviner son vote, tant son expression reste ferme, même si Père se permet de regarder ses camarades de la Bunke avec un sourire satisfait. Lui avait été pour le Daimyo, là où d'autres de la Bunke avaient été plus vifs de condamner le dirigeant. Sans doute était t-il ravi de pouvoir avoir "raison", en entendant les mots de Toph ?

Cela ne compte pas. Rien ne compte. Le clan entier se dresse derrière le Daimyo. Elle suit la Sôke.

SPOILER:
 
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Mar 5 Mar 2019 - 9:55
Yanosa avait bien des obstacles à surmonter depuis son réveil il y avait de ça quelques jours sur ce lit d'hôpital. La grande majorité d'entre eux étaient purement physiques : qu'il s'agisse de ses abominables douleurs nerveuses ou du gouffre qui s'était creusé entre son niveau martial et celui qu'exigeait sa fonction, le moins que l'on pouvait dire était qu'il avait du pain sur la planche. Plus que toute autre chose, c'était sa fierté personnelle qui était en jeu, car depuis les temps brutaux qu'il avait passé au centre militaire de l'arrière-pays, il n'avait plus jamais accepté de se retrouver dominé par qui que ce soit. Bien sûr, les institutions dérogeaient à cette règle dans une large mesure : Yanosa était conscient de leur utilité, tant pour lui que pour le Pays de la Terre, et en acceptait donc les règles, explicites comme tacites. Sa soif de liberté et de découverte n'outrepassait pas encore son obédience, sans doute grâce aux penchants humanistes et sociétales des idées de certains auteurs qu'il avait pris plaisir à lire plus jeune. Toujours était-il qu'être dominé par sa propre faiblesse était un état de fait qui ne pouvait pas durer, il en allait de sa santé mentale, et cela constituait donc sa fondamentale priorité pour le moment.

Malgré tout, après un coma d'un an et demi, il y avait certaines choses assez incontournables qu'un shinobi devait faire afin d'espérer retourner au service actif et qui ne concernaient nullement ses facultés au combat. Il s'agissait bien entendu du savoir, de la connaissance, par bien des aspects les premières armes de n'importe quel guerrier. Se mettre à la page de tout ce qui avait pu se produire ces derniers mois était devenu une tâche de fond pour l'Oterashi, une contrainte nécessaire à laquelle il ne pouvait déroger. Et parmi les sujets brûlants du moment figurait, en tête d'affiche, celui de cette fameuse prison secrète de Wasure, cachée pendant des siècles aux yeux des peuples et mise au jour par d'étranges événements. En en apprenant un peu plus sur cette affaire, Yanosa n'avait pas été surpris outre mesure : la duperie et le mensonge avaient en effet toujours été les armes de prédilection des politiciens et des hommes riches en général. Il en savait quelque chose, lui qui avait vécu dans une famille de marchands aisés à la limite du richissimes. L'Oterashi avait également lu plusieurs ouvrages traitant du sujet, à savoir les mécaniques du pouvoir et des applications pratiques au sein des monarchies. Des sujets passionnants pour lesquels le jeune iwajin avait un grand intérêt, mais pas aussi grand que pour le culte du combat à mains nues.

Aucune surprise, donc, quant à l'existence de la tromperie, mais malgré tout une grande déception quant à sa nature. Pour Yanosa, il était en effet inconcevable de garder le secret de cette prison étant donnés les dangers potentiels qu'elle représentait et qu'elle contenait -ou avait contenu. Le droit au mensonge et à la dissimulation était une réalité officieuse et nécessaire pour la classe politique, mais si il était exercé de telle sorte qu'il mettait la population en danger, alors à ce moment là l'Oterashi ne pouvait plus approuver. Car malgré sa propension à l'égocentrisme, ce dernier avait tout de même à coeur la sécurité de ses concitoyens : que ce soit par pure philanthropie ou parce que cela lui permettait d'affirmer sa propre existence importait peu. Mais alors que le jeune shinobi aux cheveux rougeoyant terminait à peine de recomposer les éléments de cette sombre histoire, un nouveau développement assez inattendu survint. Le Daimyô du Pays de la Terre lui-même, Byakuren Masato, était en visite officielle à Iwa et venait d'ouvrir à l'ensemble de la population de Tsuchi, shinobis et civils compris, un référendum des plus osé. En jeu : sa position même de chef politique du pays, qu'il laissait pour ainsi dire sur la table en pâture à la majorité qui se dégagerait à l'issu du vote.

L'initiative avait de quoi faire tourner des têtes et témoignait en apparence d'un mea culpa sincère et repentant, et si Yanosa avait lui aussi été saisi par cette information, il avait rapidement relativisé son impact. C'était, en réalité, un cas d'école : s'enfermer dans une posture défensive face aux accusations et revendications ne pourrait apporter que le trouble et le désordre dans le pays, et revenait à balayer les critiques d'un revers de main. Démissionner de sa fonction, la plus haute fonction d'Etat, était un extrême inverse totalement in-envisageable qui, en plus de le dé-crédibiliser, priverait Masato d'un pouvoir auquel il tenait certainement trop, en dépit de toute la sagesse qu'il pouvait détenir. Le compromis idéal était donc tout trouvé : donner le pouvoir de décision au peuple. Car en sus de flatter l'égo de la population en lui octroyant un pouvoir sans précédent, le souverain se garantissait, statistiquement, une vote majoritairement favorable à la prolongation de son règne. Nombreux seraient certainement ceux qui voteraient contre, mais les indécis se rabattraient forcément vers le choix de la sécurité, de la prudence. Car un cas de destitution comme celui-ci, sans précédent dans l'Histoire, ouvrirait la porte à un vaste inconnu, une instabilité galopante, une insécurité dont les gens ne voulaient pas.

Mais en dépit de sa complète désillusion concernant le « choix » qu'il avait à faire, tout comme tous les citoyens de Tsuchi, Yanosa répondit présent lors de la cérémonie de vote. Car les absents, quoi qu'ils pouvaient penser, avaient toujours tort. Noyé au milieu de l'assemblée de shinobis et de civils mêlés, l'Oterashi prit garde de ne pas trop se laisser approcher, de peur d'être malencontreusement bousculé et de subir des vagues de douleur indésirables. Comme la masse, il leva les yeux vers le ciel, vers son Daimiyô, lorsque ce dernier finit par apparaître pour énoncer le discours qui devait donner le top départ du référendum. A son écoute, Yanosa afficha une mine désabusée. Comme si le contexte ne suffisait pas à Masato pour s'assurer le soutien populaire, le voilà qui était en train d'en rajouter, sans le laisser paraître, en évoquant à demi mot les conflits à venir et à quel point rester soudés permettrait à Iwa et à Tsuchi de faire face bien plus efficacement. Soit, se dit-il, cela ne changerait plus rien de toute façon, mais révélait l'attachement au pouvoir du Daimiyô, un peu plus fort qu'il ne voulait le laisser croire. Les tours de vote commencèrent alors, chacun se dirigeant vers l'urne en y insérant le parchemin contenant sa réponse. Yanosa hésita un instant à s'afficher aux yeux de tous pour communiquer son sentiment sur ce référendum, mais décida finalement que s'il ne le faisait pas, il aurait tout aussi bien fait de ne pas être présent.

Lorsque vint son tour, le jeune guerrier convalescent se hissa jusqu'à la petite estrade où trônait l'urne, souveraine hypothétique du pays, et afficha ostensiblement ses deux mains vides une fois arrivé devant. Il releva alors les yeux vers Masato, s'inclina respectueusement tout en maintenant ses paumes grandes ouvertes, puis repartit comme il était venu, toujours en masquant maladroitement les douleurs que lui provoquaient le moindre mouvement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Sam 9 Mar 2019 - 12:33
Le Vote
Muramasa x Borukan Ichizoku

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Les encres perfides réussissaient à empoisonner l'esprit de toutes les âmes crédules à travers le Yuukan. Le venin du doute se distillait aux quatre vents, tonnant avec hardiesse et fougue, tant et si bien que les cauchemars prenaient racine dans la réalité sous l'hymne du requiem silencieux mais si assourdissant.

Le Kunai Émoussé avait encore frappé. Un scandale de plus, une cicatrice béante et infectée. Le monde apprenait le plus noir secret que leur dirigeant respectif dissimulait sous leur tapis aux broderies de fils d'or et d'argent. Une prison interdite, bâtie sur les murmures et les mensonges de ceux se vantant dignes d'arborer les tiares immaculées du pouvoir.

Le Lotus Blanc, qui était jusqu'alors aussi intouchable que le soleil à son zénith, venait d'être blessé d'un stigmate aussi indélébile qu'une fleur prenant vie dans le sang. Éclosion écarlate, teintée irrémédiablement de ses péchés et de ses fautes inavouables.

Un jour semblable à une éclipse, le Pays de la terre s'assombrissant en défiant le cycle de la nuit des temps. Le Seigneur de ces contrées apparaissant tristement à la foule en liesse, annonçant son impérial décret. Un vote où il remet en question sa destinée. Le jugement de la plèbe, qui est affamée et mise dans un vorace appétit par les chants accusateurs parvenus par-delà l'homonymie des montagnes millénaires.

Un discours aux allures de quête inatteignable de rédemption. Comme le vieux sage, qui s'était retiré du monde dans un canyon mystérieux et oublié de tous, le disait si bien ; Faute avouée, à moitié pardonnée...

Le Byakuren avait réagi rapidement, trop rapidement, preuve qu'il était un fieffé renard. Le malinois avait pris les devants avant que la situation ne fasse que l'éclabousser un peu plus de ténèbres irrémédiables et sinueuses. Il proposait de s'arracher ses propres ailes et de sombrer dans les abysses de lui-même si tel était le désir de son peuple. Une proposition plaisante aux oreilles de ceux dépourvu de pouvoir, que de pouvoir juger celui qui gouvernait les cieux sous lesquels ils n'étaient rien. Bien sûr, un choix qui n'en était point un, car la seule réponse envisageable était celle que désirait le Lotus Blanc. Voter à son encontre signifiait être un partisan du chaos. Destituer le souverain ne pouvait que faire s'effondrer la montagne sur elle-même, ouvrant la porte aux ténèbres les plus obscures et incontrôlables que toute nation de raison ne pouvait désirer.

Certains Borukan pouvaient faire montre d'une certaine rancune envers le Byakuren pour sa décision que de destituer l'ombre qui était un parfait volcan, faisant perdre au clan la position dominante au sein du village caché. Néanmoins, la faute indéniable qui avait amené à ce revers de fortune était prise en compte et faisait pencher la balance. Bien sûr, la politique était partout et faisait rage entre les clans fondateurs. Un tabou qui gangrenait profondément la roche, mais était inévitable. Les quatre anciens partageaient le même avis, tout comme le représentant clanique. Le Byakuren demeurait souverain de son royaume, le roi de la montagne ayant droit de vie ou de mort sur ses terres, alors il était légitime pour celui-ci de demeurer sur son trône même s’il commettait les pires infamies. Ce vote était sombre et emplit de terreurs, car le cruel et froid Lotus Blanc désirait surement en profiter pour débusquer les dissidents et discrètement les faire disparaître afin de s’assurer un règne éternel

Pléthores de Borukan assistaient au discours, tous arborant fièrement le symbole clanique sur leur manteau frappé par le vent. Le seul personnage se démarquant du groupe était le représentant, qui n’était pas roux à contrario de tous les autres. Ce dernier s’avança et transmis la parole des anciens, mais aussi de tous ceux dont les veines étaient non pas emplit de sang, mais d’une lave incandescente et chaude comme la braise.

« Le Clan du Volcan soutient depuis toujours la dynastie Byakuren. »

Une réponse simple, épurée de toute nuance, mais amplement suffisante dans le théâtre macabre des apparences et des secrets


Le Clan Borukan vote à l'unanimité OUI, pour que le Masato poursuive son règne tyrannique et cruel.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Han Musashi
Han Musashi

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Sam 9 Mar 2019 - 16:32
[Iwa/Tsuchi] Le Vote Iwagak12

LE VOTE !

-------------

En voilà du beau monde, hein. Toute sorte de personnes, allant des personnalités les plus célèbres aux plus modestes des citoyens, étaient en effet réunies dans ce lieu immense. Il était question de politique, un sujet aussi passionnant que la guerre mais qui demandait néanmoins beaucoup plus de prudence. Après tout, les guerres ne découlent-elles pas toutes des décisions politiques ? Se laisser influencer par les paroles d’un politicien serait donc la meilleure façon de se laisser hypnotiser et œuvrer pour des choses auxquelles on ne croit pas forcément, du moins j’en étais convaincu. Enfin peu importe, écoutons donc le discours de ce fameux souverain.

Quelques temps après, son discours se termina et les gens s’empressaient d’aller voter. Personnellement, je ne savais pas vraiment quoi penser de tout cela ni de quel vote j’allais glisser dans les urnes. Ainsi, je prenais tout le temps nécessaire pour réfléchir sur la situation. Le moins qu’on puisse dire c’est que les actes du vieux étaient tout bonnement inacceptables. Enfermer des gens et réaliser des expériences sur eux était quelque chose qui allait tout simplement à l’encontre de mes principes et des valeurs que je porte. Ainsi, à première vue, même si le vieil homme s’excusait, il était difficile de lui pardonner et de faire comme si ces choses n’avaient jamais existé. Toutefois, il faut reconnaître qu’il avait au moins le courage d’avouer ses torts. De plus, il s’en remettait à la population pour le juger tout en sachant certainement que beaucoup de personnes pouvaient profiter de cette occasion pour voter contre lui, jugeant ainsi sa déclaration comme une source de faiblesse.

Peu importe qu’il ait des intentions cachés ou non, je jugeai sa démarche très courageuse et digne d’un vrai souverain. Maintenant, on peut se poser la question de ce qui se passerait si les votes lui étaient défavorables. Accepterait-il de se retirer sans rien tenter ? Qui serait la prochaine personne à le succéder ? Nos ennemis ne profiteraient-ils pas de cet instabilité pour nous attaquer ? Beaucoup d’interrogations me traversaient l’esprit au point que je me décidai d’aller voter et de me dépêcher de reprendre mon entraînement.
Ainsi, bien que légèrement intimidé par la foule, je gardai mon calme et je me dirigeai sereinement vers l’estrade. Je m’arrêtais toutefois un instant face au souverain, m’inclinant légèrement pour lui faire connaître mon vote :

« Au nom de la stabilité et de la paix, vous avez mon soutien. » Fis-je, d’un air neutre.

En me relevant, je profitai du laps de temps où mes yeux allaient rencontrer les siens pour essayer d’analyser l’expression de son visage. Après quoi, je montai sur l’estrade et je glissai mon vote qui lui était favorable dans l’urne. Enfin, je remis ma capuche et je regagnai sereinement ma place.


Spoiler:
 

_________________
[Iwa/Tsuchi] Le Vote Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Ashikaga Gabushi
Ashikaga Gabushi

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Sam 9 Mar 2019 - 17:39
Le rassemblement fut une véritable déception pour l'archère de l'équipe numéro une, comment pouvait-il en être autrement ? Les gens s'étaient rassemblés à la demande du seigneur et celui-ci fit un discours sur les derniers évènements. Wasure n'était pas une histoire propre, même elle qui n'était que jeune genin au moment où la prison fut découverte, elle l'avait compris. Les mots qu'elle avait mis sur l'évènement après les questionnements de l'ombre à ce sujet étaient simples : il fallait que quelqu'un réponde de ses actes. Mais elle n'avait pas imaginé ça ainsi et c'était décevant de la part de son seigneur.
Elle qui fut toujours respectueuse de la noblesse et des gens au-dessus de la roture dont elle faisait parti ne trouvait pas les mots à formuler pour synthétiser le discours du Daimyo. Peut-être parce que c'était une manœuvre plutôt politique qui n'avait rien à voir avec un jugement équitable sur les choses terribles de Wasure ? Ce n'était même pas lui qui avait prit la décision finalement, il n'avait que prolongé le secret pendant qu'il exerçait son pouvoir.

Gabushi avait beau réfléchir à ce qu'elle allait mettre dans l'urne quand son tour viendrait, elle n'arrivait pas à trouver. Heureusement ou malheureusement pour elle, les gens étaient venus en nombre et elle eut largement le temps de méditer sur ce pourquoi sa voix s'élèverait aujourd'hui. Et sa réponse était plutôt simple et en accord avec ses convictions profondes, elle n'avait pas à émettre de jugement personnel sur la façon dont le seigneur gouvernait. Quand bien même c'était une demande de sa part, elle n'avait rien à dire sur le sujet. Certains pouvaient voir dans ces réflexions les pensées d'un chien loyal qui ne valait pas grand chose, elle n'en avait que faire. C'étaient les préceptes de respect et d'humilité qu'elle avait reçu depuis petite, elle savait très bien où était sa place et elle n'était certainement pas "voter" sur une éventuelle révocation des droits du seigneur.


Mais le fait même que la situation se présente était révélatrice de beaucoup de choses et l'image d'un homme droit et sage qu'avait l'archère du peu de connaissance sur le seigneur avait prit un sacré coup. Exactement comme à la prison, où la princesse avait ouvert la bouche pour rien d'autre que son ego en risquant de tuer l'ombre au passage. Le fait même que l'Ashikaga soit encore bienveillante et tolérante envers la famille royale était avant tout dû aux préceptes qu'elle suivait plus qu'à l'image trouble qu'elle pouvait avoir à présent de ces personnes.
Ses pensées restaient des pensées et quand il eut été son tour de déposer son vote, il était blanc. S'abstenant d'émettre un jugement, et ce, peut importaient les raisons que pouvait soulever le Daimyo.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Sam 9 Mar 2019 - 19:57
Son allure était princière. Elle portait une tunique qui dévoilait suffisamment tout en laissant amplement place à l'imagination suggestive. Malaki était la cheffe de tous les Chokokû. Le clan avait perdu un peu en influence ces derniers temps au village. Et pour cause...

Un Bakuhatsu avait tué Yoshitsune.

Un autre l'avait remplacé. Son frère.

Les deux autres clans majeurs de Tsuchi devaient être aveugles pour ne pas voir la stupidité de la situation. Mettre à la tête le frère du tueur, c'était la porte ouverte à toutes les fenêtres. De quel droit Masato venait encore implorer leur pardon ? Non, la meilleure chose pour lui était la démission, et encore c'était une solution clémente. Cette révélation de la prison de Wasure était la goutte d'eau du vase proverbial. Elle aussi prit la parole. Plus explosive et expressive que d'autres.

Moi, Malaki des Chokoku, je refute celui qui a mis un Bakuhatsu à notre tête, alors que ce clan maudit à trahi Yoshitsune. Notre clan refuse cette monarchie qui accumulent les erreurs et les non-sens.

Elle donna son parchemin où figurait un non écrit en grande lettre, puis elle fit face et s'en alla dans la foule, non sans dégager violemment quelques badauds qui semblaient trop pro-Byakuren à son goût. Une personnalité un peu plus en colère que les précédents shinobi qui venaient de voter, dans l'ensemble. Et Malaki avait beau avoir... certains penchants pour les beaux ténébreux, la rivalité entre leur deux clans en faisaient naturellement des ennemis.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Byakuren Yume
Byakuren Yume

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Dim 10 Mar 2019 - 23:32
Le vote
Ft Tsuchijins

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.


Silhouette parmi tant d'autres. Visage brisé par un masque qui pleurerait presque pour toi. Une foule anxieuse, la pression des mots. Le poids des choix, d'une encre qui vient ternir un papier jusque lors immaculé. Salir un nom. Ternir un pays. C'est ce que le Kunaï Emoussé avait osé ; à une échelle bien plus vaste que le simple torchon de commérages qu'il pouvait représenter jadis. Non. Cette fois-ci la rédactrice avait vu large... Et vrai.

Tes yeux avaient étés témoins d'un scène qui s'expliquait aujourd'hui sous des airs de drames d'Etat. Un Empire féodal qu'on torture, qu'on remet en question. Le Lotus blanc qui représentait la neutralité la plus fondamentale était désormais entaché d'une honteuse affaire. Des siècles de mutisme, d'indolence. Qui pouvait réellement savoir ce qui s'était caché derrière des murs brisés par le geste d'un intervenant controversé ? L'homme au chapeau avait toujours été perçu comme une arme de discorde, mais il s'était présenté à Wasure comme un justicier inavoué.

Léger frisson. Serpent qui siffle et qui glisse dans ton dos, avant de te murmurer ce que tu redoutais ; Une vérité qui faisait peur. Ta vie avait été menacée ce jour là, mais une voix intime te rappelait que si les faits étaient avérés, alors cette sentence te paraissais justifiée... Et peut-être même..... Insuffisante.

Qu'était ta vie comparée à toutes celles privées de leur liberté jusque là ? Une maigre comparaison. Une redevance bancale. Les victimes auraient certainement un appétit lourd et intarissable. Venger le peuple, tuer des royaux. Le cercle ne pouvait se résumer à une équation aussi banale. Aux meurtris, il faudrait de la douleur. Aux damnés, il faudrait la conquête. Aux oubliés, il faudrait le fracas.

Le Yuukan ressemblerait bientôt à l'image courroucée que l'on pouvait se faire des guerres muettes. Des soldats silencieux, qui du jour au lendemain se réveillent, mais saccagent comme s'ils étaient toujours piégés dans leurs cauchemars. La résilience ne viendrait qu'une fois leur Némésis assiégée. Le pardon serait occasionnel. L'oubli, un miracle.

Ta paume se munit, comme la plupart des personnes présentes à l'assemblée, d'un papier vierge et de la plume qui trône sur la table de vote. Plusieurs s'essayèrent aux discours – enflammés ou non – mais la majorité s'abstint de tout commentaire. Ce vote reposait sur les épaules de citoyens qui voyaient tout le règne de noblesse se remettre en question ; intensifiant la gravité de la situation. Masato était malin, il jouait de sa carte maîtresse ; sa côte. Une illustre image qu'il estimait assez puissante pour se faire pardonner par ses fidèles (parfois fanatiques). En acceptant d'être jugé, il réfutait la possibilité d'être remit en question – tant en terme de personnalité, que de place au pouvoir – .

L'encre coule, bave sur le kanji que l'on peut commencer à deviner. Masato était un noble, hériter d'un trône ensanglanté, qu'il n'avait pas voulu nettoyer. Ton poing resserre son emprise sur la plume, manquant de peu de la briser. Tu re-songeais à vos explications, à ses regrets avoués. Tu avais en horreur ce vote. Tu haïssais ce souvenir. Tu détestais la façon qu'il avait eu de regarder le portrait de sa défunte femme. De l'amour. De l'amour à en crever vivant. Avait-il jamais aimé ainsi depuis ? S'il l'avait fait, s'il vous avait un jour considéré comme elle, alors cette situation ne serait jamais arrivée.

Tu n'aurais pas été humiliée par l'homme au chapeau. Tu n'aurais pas eu à douter de ta propre légitimité. Tu n'aurais pas eu cette confiance aveugle en un père qui prêchait le beau pour masquer le mauvais. Toute ta vie avait été formatée pour que tu sois la résultante de sagesse, de pureté. Une vie qui avait volé en éclat en quelques secondes ; car tes fondements avaient étés entachés. Le Lotus n'avait rien de sacré. Vous n'aviez rien de parfait. Vous étiez loin, bien loin de la justice que vous prôniez.

Cette dynastie mensongère... devait prendre fin.

Spoiler:
 


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc https://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Narrateur
NarrateurEn ligne

[Iwa/Tsuchi] Le Vote Empty
Sam 16 Mar 2019 - 6:28
- Le résultat des votes sera annoncé dans une semaine !

La voix rauque d’un soldat avait recouvert l’assemblée déjà agitée par l’annonce précédente. Porte de sortie fortuite pour le Seigneur qui, après une très légère salutation, avait regagné ses quartiers aussi discrètement que silencieusement. Il n’avait pas grand-chose de plus à faire ou à dire ; Il avait jeté son propre sort dans la cage aux lions. Des félins si bien dressés qu’ils en oubliaient leurs propres amertumes.

►►► Une semaine plus tard

Pas de visage Seigneurial à l’horizon ; Simplement ses escortes, dorées jusqu’aux dents de tissus soyeux. Leur prestance parlait d’elle-même : Ils étaient des envoyés divins, les portes-parole du Lotus Blanc.

- Le peuple de Tsuchi a parlé… 70% d’entre eux s’accordent à penser…. Que le Seigneur Masato est digne de son rang et doit continuer son règne. Loué soit notre Daïmyo !

Certains murmures sifflent, d’autres soupirent, d’autres se réjouissent. Les opinions pouvaient bien s’exprimer maintenant ; Ils n’auraient plus de valeur législative. Byakuren Masato et sa lignée resteraient l’unique famille princière du pays de la Roche.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

[Iwa/Tsuchi] Le Vote

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: