Soutenez le forum !
1234
Partagez

221B Iwajuku Street | PV Etsuko

Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

221B Iwajuku Street | PV Etsuko Empty
Ven 1 Mar 2019 - 3:44

221B Iwajuku Street
Muramasa x Etsuko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Dans les tréfonds des geôles humides de la roche, où jamais la lumière du jour ne risquer de se faire montre, le chant macabre des condamnés purgeant leur peine faisait écho à l'unisson. Les gémissements pathétiques accompagnaient en cœur les hurlements aliénés de désespoir avec un tel diapason que cela semblait être une oeuvre savamment peaufinée avec grand soin. Pourtant, il ne s'agissait là que d'improvisation macabre, tout au plus. Le puits des âmes damnées donnait la même représentation jour et nuit, sans se soucier aucunement de la moindre pause, et ce depuis l'aube du village caché. Parmi les voix formant un vacarme incompréhensible, amas de râles se noyant dans les abysses ténébreuses, on pouvait depuis quelques lunes discerner un mot scandé de manière cathartique. Un mot... ou plutôt un nom...

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! »

« Mais tu vas la fermer ?! »

Tel un possédé, l'énergumène répétait le nom de sa bien aimée, la petite fleuriste qui hantait ses pensées déviantes. Accroupit misérablement dans un coin de sa cellule minuscule qu'il partageait avec un personnage sinistre et manchot, le pharmacien déchu faisait peine à voir. Ces soliloques semblaient d'ailleurs lasser de son colocataire, tout comme les autres détenus, ainsi que les gardes.

« ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! ETSUKO-CHWAN ! »





« Putain, mais quel abruti... »

Soudain, les claquements secs d'une matraque résonnaient contre les barreaux avec violence. Le garde s'improvisant aux percussions du requiem régnant en ces lieux. Un regard noir se dessinait sur ses traits patibulaires, alors qu'il carillonnait vigoureusement de son gros gourdin avec véhémence assassine.

« Détenu numéro 666, Geko. Cessez immédiatement où c'est l'isolement. »

« ETSUKO-CHWAN ! »

Sortant de ses gonds à cette ultime provocation, le gardien affichait un sourire carnassier.

« Espèce de... » -dit-il, avant de faire signe à ses collègues- « T'as gagné le gros lot. On va bien s'occuper de toi... »

Une douzaine de gardes enhardis étaient en train de ricaner, car ils allaient pouvoir s'amuser un peu avec le détenu. Pouvoir se défouler n'était pas de refus et le numéro 666 était le souffre douleur de la prison toute entière. Autant vous dire qu'il était le préféré des détenus pour certaines raisons (une sombre histoire de savonnette et de douches...), tandis que pour les représentants de l'ordre dans l'établissement il représentait un sac de frappe des plus plaisants à cogner.

Alors que les gargouilles emmenaient le récalcitrant qui se contentait de gesticuler en hurlant sans discontinuer le nom de celle pour qui son petit cœur malade palpitait d'une passion dévorante, le nécromant fou regardait la scène avec un air dépité.




Plus tard dans la journée, dans un lieu plus bucolique, à savoir le plus beau quartier commerçant que le Yuukan puisse offrir, un divin parangon vaquait paisiblement à ses occupations. Bien qu'il ait un emploi du temps chargé, le Directeur était un homme qui savait prendre le temps nécessaire à rechercher l'excellence envers et contre tout. Alors qu'il se rendait à un rendez-vous avec une journaliste du nouveau journal local qui se nommait Les Feux de la Roche, qui était plébiscité par la plèbe suite à une campagne de publicité avant-gardiste et défrayant la chronique, le médecin fut accosté par un homme étrange et outrageusement pressé. Ses habits étaient ternes, mais démontrait de toute évidence son appartenance aux forces de la prison du Yamagenzo.

« Borukan-sama , c'est terrible ! »

« Qui êtes-vous ? » -dit-il, d’une voix inquisitrice, doublée de traits inexpressifs-

Le malandrin se rapprochait, haletant et tout débraillé suite à son empressement l'ayant amené à courir comme un diable à la recherche du pragmatique. Il murmura alors les raisons de son impudence que d'oser s'adresser ainsi au Borukan avec une telle incorrection.

« Le... l'hostile 647... Il s'est échappé en compagnie d'un autre hostile... »

L'heure était grave, car le profanateur que Muramasa avait réussi à mettre derrière les barreaux était un monstre de la pire espèce. Bien qu'érudit, le sage n'avait pas encore fait le rapprochement que le second évadé était aussi un forcené bien coriace et qu'il avait réussit à mettre hors d'état de nuire grâce à une fleuriste plus chaude que la braise.

Le Yuukan était sombre et emplit de terreurs, mais pas autant que les geôles de pierre de la roche.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa

221B Iwajuku Street | PV Etsuko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: