Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 3/01. Unité Ichi
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

» 2/03. Unité sud
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 0:37 par Raibura no Kyūsei

» 4/04. Unité n°4
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 0:15 par Seiun

» 2/01. Unité nord
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 0:03 par Mawehara Miyuki

» 3/06. Nagamasa et Naari
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyAujourd'hui à 0:02 par Kawano Una

» Dans l'ombre des Kaguya [PV Nobuatsu Saji / Kaguya Wutu-Fuku]
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] EmptyHier à 23:28 par Kaguya Shitekka

Partagez

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane]

Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Sam 16 Mar 2019 - 21:20
« Vous en prenez six ? Désolé je ne suis pas sûr d’avoir bien compris. » S’enquiert Hacchando, levant le sourcil face à ce client quelque peu suspect. Un homme masqué en pleine nuit, qui ne serait pas méfiant ?

Derrière son échoppe roulante, le marchand ambulant n’étant pas sûr de la requête de son client lui demande de répéter, ou du moins de montrer de nouveau du doigt ce qu’il souhaite manger. Nombreuses sont les options qui lui sont proposées à commencer par la spécialité de takoyaki – en brochettes ou en barquettes enrobées de leur sauce fondante et de copeaux de ciboule fraîche. Les effluves des délicieuses fritures cuites sur place enivrant les narines des passants, fort difficile de résister à l’appel de ces brioches de poulpe grillé.

A consommer encore bouillant, un mets populaire dont raffolent les locaux profitant du marché de nuit pour flâner. Voyant quelques couples passer devant lui tandis que le vendeur lui demande de nouveau ce qu’il souhaite, absent, le muet en oublie sa requête. Son attention reste focalisée sur le côté, sur ces amoureux marchant l’un contre l’autre, sans se presser. S’imaginant faire de même, il ressent une certaine nervosité et déglutit avant qu’un cri vienne l’extirper de sa rêverie.

« Monsieur ? » Hacchando obtient enfin une réaction de la part du Sans-Visage.

Ce dernier, gêné par l’embarras qu’il a imposé à son interlocuteur – surtout que derrière lui une file de personnes attendent encore leur tour, il lève quatre doigts pour lui réclamer une petite fournée de quatre boulettes. Un nombre pris au hasard, il ne se voit pas non plus manger autant, surtout s’ils ont prévu de marcher longtemps sur cette allée marchande bordée par des charrettes en bois vendant des plats populaires à base de poisson et fruits de mers fraîchement péchés. Il n’est guère étonnant de trouver à proximité du Port Naragasa autant de plats à base de ces ingrédients locaux.

Déposant une poignée de ryôs dans la main du vendeur, compréhensif malgré le temps de réponse du sabreur, il prend soin d’y ajouter une pièce en plus pour s’excuser de la gêne, ce à quoi répond Hacchando avec un sourire chaleureux, avant de prendre la commande du client suivant. Humant l’odeur alléchante des takoyaki dans la petite barquette en papier, il la tient dans sa main en cherchant du regard, à travers la nuée humaine, sa partenaire à qui il a envoyé un message ce matin, à peine rentré de sa mission à l’extérieur.

Au fond de lui, il espère qu’elle ne lui reproche pas son absence abrupte, de plusieurs jours, après leur intime rencontre dans les bois. Mais comment se justifier auprès d’elle d’une mission secrète pour le Kyôi, si ce n’est par le mensonge ? Perplexe à l’idée de ces retrouvailles quand on se rappelle de la dernière fois où ils se sont quittés, il est néanmoins impatient de la revoir, afin d’entendre sa voix. Et de nouveau, la prendre dans ses bras.

Quel programme pour ce soir ? Difficile à dire. Ils pourraient très bien marcher un petit moment, visiter les quelques échoppes sur le chemin, des petits objets souvenirs pour les touristes, des en-cas pour les plus gourmands. Il y en a pour tous les goûts, le plus important à garder à l’esprit étant celui de sa moitié, qu’il espère ne pas décevoir en lui proposant de se rencontrer ici.

Puis soudain ça lui revient : elle n’aime pas les lieux bondés, préfère davantage les endroits isolés. Arg ! Trop tard. Quel abruti. Pourquoi faut-il qu’il oublie ce détail à ce moment précis ? Un shinobi et a fortiori un Sans-Visage devrait faire preuve de clairvoyance, ce dont il a cruellement manqué sur le coup. Croisons les doigts pour que Mademoiselle @Yasei Akane ne lui en tienne pas (trop) rigueur…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Dim 17 Mar 2019 - 16:37
Après plusieurs jours sans le voir, qui lui avaient parus être des semaines, ils allaient enfin pouvoir être ensemble de nouveau. Akane attendait ça depuis longtemps. Ne pas pouvoir ne serait-ce qu’apercevoir sa présence au grand dojo avait créé une sorte de vide dans sa vie. Jamais elle n'aurait cru qu'il y prendrait une place si importante le jour où ils avaient enquêté ensemble sur leurs familles respectives. Cette petite absence lui avait cependant permit de se concentrer pleinement sur l'apprentissage du métier d'apothicaire, sans distraction.

Relisant la note, elle se réjouissait de revoir cet homme qui écrivait si bien. Il lui avait fait parvenir l'invitation le matin même, et cela faisait désormais des heures qu'elle était impatiente d'arriver au soir. Elle avait rapidement laissé tomber l'idée d'étudier ses livres, ne parvenant pas à se concentrer sur ce qu'elle lisait. La journée avait été bien longue, et elle s'était autorisé une sieste afin d'être en forme pour le soir et de faire passer le temps plus vite. Elle rangea la note dans un tiroir du buffet de la salle principale, dans lequel se trouvaient d'autres morceaux de papiers à l'écriture identique. Puis elle fila dans la salle d'eau afin de se préparer. Elle n'eut aucun mal à choisir sa tenue en y sortant : elle prit celle qu'elle avait lorsqu'ils s'étaient vus la dernière fois. Et qui avait eu l'air de lui plaire...

Avant de partir, elle vérifia n'avoir rien oublié. Puis verrouilla la porte à l'aide d'une griffe – elle ne portait jamais de clé avec elle – et se dirigea vers le port où il l'avait invitée à le rejoindre. Et plus elle marchait, plus elle se sentait nerveuse à l'idée de le retrouver. Oh elle était plus que ravie de le revoir, là n'était pas la question. Mais elle avait peur que cela se passe mal et surtout n'avait aucune idée de comment elle devait se comporter avec lui. Certes ils avaient été très intimes la dernière fois qu'ils s'étaient vus, mais le sabreur avait dû partir suite à cela. Sans qu'ils ne discutent de la nature de leur relation ni des conséquences qu'auraient ce... Rapprochement. Sans parler du fait qu'elle ne s'était jamais retrouvée en public avec quelqu'un dont elle était aussi proche.

C'était donc nerveuse qu'elle arriva sur place. Elle n'eut pas besoin de le chercher du regard, et se concentra plutôt sur son odeur afin de le retrouver. L'exercice ne fut pas aisé, au vu des différentes échoppes de nourriture qui embaumaient l'air. Mais elle parvint à isoler l'odeur qu'elle voulait et se dirigea vers celle-ci. Si bien qu'elle vit bientôt la silhouette si attirante du sabreur dans son champ de vision, et arriva à sa hauteur. Avant de s'arrêter face à lui, sans savoir quoi lui dire ni quoi faire. Elle n'eut pas à réfléchir car son corps réagit tout seul et elle lui adressa un chaleureux sourire, ravie d'être avec lui. La féline retint tout de même l'envie de se jeter dans ses bras, et lutta contre les siens en les retenant derrière son dos.


- « Saji. Tu es rentré. »

Ne sachant pas comment se comporter ni quoi rajouter d'autre, elle se contenta d'apprécier sa présence qui lui avait tant manquée. En observant son attirante silhouette moulée dans son éternel shozôku noir qui lui allait si bien. Elle remarqua aussi la présence dans ses mains de boulettes de takoyaki. Ce qui lui fit rappeler qu'avant de se quitter il lui avait promit une surprise, en lui demandant de rester avec les sens en éveil. Qu'avait-il donc derrière la tête ?

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Lun 18 Mar 2019 - 11:46
« Oui. Je suis rentré. » Répond le muet avec sa répartie digne des plus grands rhéteurs. Ou serait-ce alors qu’il est tellement distrait par l’attrait de la Yasei qu’il en a oublié ses mots ?

Un moment de pause, pendant lequel son regard est tellement absorbé par le violacé des yeux de la panthère, un échange s’éternisant au milieu des vagues humaines et des émanations parfumées de brochettes de fruits de mer. D’ailleurs il repense aux takoyaki dans sa main, puis se dit qu’il serait bizarre de lui proposer, ou même de la serrer dans ses bras sachant qu’elle s’est arrêtée net devant lui, sans oser s’approcher davantage. Peut-être attend-elle qu’il s’avance à son tour ? Jonglant du regard entre les mini-brioches farcies de poulpe grillée et sa dulcinée, un jeu visuel pour le moins inexplicable, et qu’il serait bien plus embarrassant d’expliquer, il se retient finalement de lui proposer à manger – du moins pour l’instant, et se contente de quelques excuses en ouverture.

« Désolé… Si tu trouves qu’il y a trop de monde on peut quitter le port. Trouver un restaurant à proximité ? » Balbutie-t-il à travers ses ondes psychiques. « Quoique à l’intérieur il y aura peut-être plus de gens. »

Le rythme de son pouls s’est accéléré, il tente de le calmer, connaissant trop bien le talent de sensorialité de sa partenaire il tente de lui dissimuler sa nervosité du moment, de manière à ne pas la contaminer d’inutiles réflexions. Tournant sa langue dans sa bouche, réfléchissant à ce qu’il peut lui dire d’intelligent sans briser la magie du moment, il laisse quelques secondes s’écouler, tandis que sur les côtés continue de défiler la foule humaine dans un flux interminable, presque ordonné. Que lui dire ? Que lui avouer ? Qu’elle a occupé ses pensées tout ce temps ? Ce qui ne serait dire la vérité mais trouverait-elle cela attendrissant ou au contraire plutôt inquiétant ? Par prudence il se ravise en optant plutôt pour la spontanéité :

« Je… Tu es ravissante ce soir. » Finit-il par lui dire soudainement, se disant après coup qu’une telle déclaration peut paraître un peu mielleuse et cliché.

Et pourtant la tenue vestimentaire de la belle brune n’avait rien de particulier ou du moins de changé par rapport à la dernière fois. Mais il y avait comme quelque chose de spécial qui l’embellissait, lui donnait tout son charme. Un « je ne sais quoi ». Est-ce dû à tout ce temps passé loin de l’autre ? Lui a l’impression de ne voir que ça, des couples à gauche et à droite, en haut en bas. Ou alors au fait de ces retrouvailles dans un cadre propice à la promenade romantique ? Puis il réalise qu’elle et lui sont dans le même cas, non pas que cela le dérange – loin de là, mais qu’il n’avait jamais réfléchi à ce qu’ils feraient ensemble, encore moins dans ces situations. S’étant abandonnés l’un à l’autre la dernière fois, à cause de leur instinct animal seulement – et une libido débordante certainement, il leur faut maintenant avoir un échange… avec des mots. Ce qui est bien plus difficile.

« On peut marcher un petit peu ? » Une proposition venue sur un moment de lucidité, cassant enfin cette immobilité gênante au plus haut point.

Alors qu’il entame la lente foulée, il attend que sa partenaire arrive à sa hauteur pour lui tendre les takoyaki qu’il tient depuis un petit moment déjà et ayant légèrement refroidis. En espérant que cela serve de diversion pendant qu’il trouve un solide sujet de conversation. Sur le chemin, ses yeux frôlent les étals gourmands, sur une ramification marchande relativement étroite tant le monde y est grand. Se frayant un passage à l’aide de ses épaules, il longe le côté droit en veillant à ce que la kunoichi suive ses pas. Que dire ? Que faire ? Quel stratagème adopter ? Si seulement tout était aussi simple que le maniement du sabre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Lun 18 Mar 2019 - 15:23
À question stupide, réponse stupide. Et la jeune femme se sentait effectivement stupide. N'aurait-elle pas pu dire autre chose ? Mais quoi ? Elle n'en avait aucune idée. Et il semblerait que lui non plus ne savait pas quoi rajouter de plus. Il se contenta de l'observer, tandis qu'elle commençait à être gênée par son regard insistant. La féline réfléchissait à quoi rajouter de plus, mais rien ne lui venait à l'esprit. Et le fait qu'il ne se soit pas rapproché physiquement d'elle la troublait. Étaient-ils encore de simples « amis » malgré ce qu'ils avaient fait ensemble lors de leur dernière rencontre ? Ou bien désirait-il garder ça secret ? Ce serait son droit. Il était un sabreur réputé et respecté, tandis qu'elle n'était qu'une ancienne criminelle. Elle aurait beau faire tous les efforts possibles, elle serait toujours vue ainsi. Et s'afficher avec elle risquait d’entacher la réputation de l'homme si droit.

- « Non, ça va. Pour l'instant. »

Il était vrai que toute cette foule la mettait mal à l'aise. Mais la présence de Saji la rassurait, même si actuellement il la rendait aussi nerveuse. Le compliment l'atteignit directement et elle resta quelques secondes sans répondre, avant de se reprendre.

- « Merci. Je... Tu m'as manqué. »

Un peu prise au dépourvu, elle faillit lui répondre que lui aussi mais elle l'avait toujours vu habillé de la même façon. Alors elle lui dit simplement ce qu'elle pensait, puisque c'était avec soulagement qu'elle comprit qu'il ne voulait pas qu'ils ne soient que de simples amis, avec ce qu'il venait de lui dire. Elle se sentait comme une adolescente à son premier rendez-vous amoureux. Et c'était le cas, bien qu'elle n'ait plus vraiment l'âge. Car les autres fois où il l'avait invitée n'avaient pas vraiment prit cette allure là. Et ce n'était pas dans sa vie passée qu'elle aurait pu faire ce genre de choses. Alors non, elle ne savait pas comment se comporter et encore moins en public parmi des couples qui, eux, avaient l'air de savoir quoi faire.

Heureusement, prit d'un éclair de génie, Saji proposa d'aller se promener. Elle confirma d'un hochement de tête et vint se placer à ses côtés tandis qu'ils commençaient leur balade. Sans aucun but particulier, juste pour être ensemble. Elle prit l'une des boulettes tendue avant de la déguster. C'était pas mauvais. La foule se faisant plus dense, elle dû marcher derrière lui pour le suivre. Ce qui était bien dommage car cela l'obligeait à regarder son dos. Cherchant quoi dire pendant qu'elle l'observait pour ne pas le perdre de vue, plusieurs options passèrent dans son esprit, et finalement elle en retint une.


- « Tu sais que Shitekka a dû être hospitalisé ? »

Ce n'était pas une conversation très joyeuse, mais au moins ça restait neutre. Et puis il le connaissait aussi. Il était normal qu'elle l'en informe.

- « Une histoire stupide de duel entre membres d'un même clan. »

Bousculée par un passant, elle n'hésita pas à jeter un regard noir au fautif, avant d’accélérer pour rattraper Saji dont elle s'était éloignée l'espace de quelques instants. Et elle hésita quelques secondes. Avant de glisser une main dans la sienne – celle qui était libre -, afin de ne plus être séparée de lui de nouveau.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Mar 19 Mar 2019 - 10:14
En grand gentleman, le sabreur marche devant en tournant le dos à sa partenaire, la nervosité peut-être, n’osant pas faire le premier pas, une flânerie dans l’allée marchande sera peut-être l’occasion pour eux de prendre un peu de bon temps, comme ils l’ont rarement fait au cours de leur service pour le village. Lâchant un soupir de satisfaction alors qu’elle mange l’une de ses boulettes de takoyaki, il se dit qu’il n’aura au moins pas fait la queue pour rien devant le stand d’Hacchando-sama. Promenant son regard ici et là, n’ayant pas tellement faim à vrai dire malgré l’affriolante odeur du mets qu’il tient dans sa main, il se tourne vers Akane, essayant de lire sur son visage afin de se rassurer.

Son esprit, bien trop bouillonnant pour trouver quoi que ce soit pour converser. C’est donc elle qui profite de cet échange visuel pour lui faire part d’une nouvelle au sujet d’un ami qu’ils ont en commun, pour s’être vus maintes et maintes fois lors des cours d’écriture afin d’élever leur niveau d’alphabétisme. N’ayant pas eu l’occasion de revoir l’Urumi ces derniers temps, il ignore tout de ses dernières activités, lui faisant confiance pour étudier en toute autonomie à la bibliothèque désormais.

« Non je l’ignorais. » Répond-t-il sur un ton mi-distrait mi-soucieux. Connaissant la maturité de son élève d’écriture, il ne le pense pas du genre à se battre pour des raisons futiles. Il devait avoir une bonne raison, défendre son nom peut-être, ou des insultes liées à sa bâtardise ? « Je devrais penser à lui rendre visite dans ce cas. Merci de me l’avoir signalé. »

Fixant son attention sur un charriot sur lequel est exposée une tripotée de fleurs de toutes les espèces et fragrances, il hésite à changer de direction pour aller en acheter un bouquet. Les némophiles, dont le violet lui a rappelé la lueur des prunelles de la Yasei. Il se souvient de sa visite sur l’île d’Obon dont les prairies abritaient d’infinies inflorescences embaumant l’air, un paradis sur terre pour les amoureux de la nature. Mais il ne voit aucune de ces fameuses fleurs dans le présentoir, sûrement que l’espèce en question n’est guère cultivée sur cette île, nécessitant un climat et un ferment particulier. Dommage que l’échantillon qu’il a ramené ait fini par se froisser.

Coupé dans sa songerie, il sent le contact des doigts fuselés de sa partenaire se joindre aux siens. Frissonnant, il manque de peu de retirer son senestre dans un soubresaut malheureux. Surpris dans un moment d’absence, il s’abstient néanmoins d’accuser sa réaction, et comme pour compléter l’initiative, referme sa main gantée avec délicatesse. Une étrange sensation que de marcher ainsi côte à côte avec elle, sensation qui ne lui déplaît guère à vrai dire. Ainsi ils ne pourraient pas se perdre au milieu de la foule, et ressentir son toucher lui rappelait d’agréables souvenirs.

« Des nouvelles sur ton père ? » Demande-t-il alors qu’ils s’étaient vus justement pour éviter de parler de tout cela et se relaxer. « Non, pardon oublie. »

Retranché dans ses pensées, il sonde les autres échoppes mobiles devant lesquelles ensemble, elle et lui défilent. Auréolés de lampions en papier, les stands couverts d’une belle toiture en bois en cas de précipitation, arborant des insignes divers, offrent un spectacle chatoyant et pittoresque pour les promeneurs. Certains marchands-restaurateurs mettent d’ailleurs à disposition des tables et des chaises pour des visiteurs souhaitant s’arrêter pour dîner, au lieu de devoir manger debout.

De quoi occuper les sens de stimulus agréables et exciter les papilles, quoique un tel cadre pourrait avoir l’effet contraire sur le couple vivant plus facilement dans le silence que dans la gaieté des foules et des festivités. Quelle idée de choisir une des artères les plus animées du village ? Il espère que l’ambiance et le tintamarre ne déplaisent pas trop à Akane. Un bruit métallique, une sorte de cliquetis se fait entendre alors que le Nobuatsu se fait bousculer par un passant. Il pourrait s'agir de ses sabres, ou des armes ninja contenues dans sa sacoche, mais ce simple bruit a eu pour conséquence de le troubler. Pourquoi? Comme pour essayer de détourner l'attention de sa partenaire dont l'ouïe affûtée risque de capter le son, il relance la conversation.

« Hum. Sinon quelque chose t'intéresse ici ? Le stand de ramen a l'air d'attirer beaucoup de monde. Ils font un peu de tout: ramen, soba, udon... Je ne sais pas si c'est à ton goût. Tu cuisines chez toi? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Ven 22 Mar 2019 - 21:32
Akane hocha simplement la tête pour confirmer les dires du sabreur. Ainsi que pour lui signifier qu'il était normal qu'elle lui en parle. Ils connaissaient tous les deux le bâtard Kaguya et si Shiekka était encore hospitalisé, il serait sans doute ravi d'avoir la visite de Saji. Marchant désormais main dans la main, ils pouvaient se tenir l'un à côté de l'autre sans craindre de se perdre. La question la surprit alors qu'elle se réjouissait de son contact.

- « Non, je peux répondre. En fait, je n'avance pas. Je n'ai aucun indice, rien qui ne pourrait m'indiquer où il se trouve à l'heure actuelle. La seule chose que je peux faire ce serait de retourner sur Aato, pour tenter de trouver une éventuelle piste. Ou d'aller voir tous les contacts que je lui connais dans Mizu, puisque maintenant que je suis chûnin je peux enfin sortir de Kiri dès que j'en ressens le besoin. Mais avec tous ces prisonniers évadés... »

Les autorités ne laissaient pas vraiment sortir leurs forces pour raisons personnelles. Elle devrait attendre que les choses se calment pour ça. Même si ça la frustrait, car chaque jour qui passait amoindrissait ses chances de le retrouver. Et en attendant, lui devait certainement être en train d'augmenter son réseau ou de trouver des transactions louches à faire. Et puis aller voir tous ses contacts à l'aveuglette n'étant sans doute pas la meilleure des choses à faire. Elle soupira, se demandant bien si elle verrait le bout de sa quête un jour.

Mais pour le moment, elle pouvait se concentrer sur quelque chose de bien plus plaisant. Elle était là, dans le village qui l'avait accueillie, marchant aux côtés de l'homme qu'elle aimait en lui tenant la main. C'était un de ces petits plaisirs simples qui valaient la peine d'être savourés, et menaient au bonheur si l'on prenait le temps d'y faire attention. Et alors qu'elle posait les yeux sur les stands sans vraiment les voir, se concentrant davantage sur la présence de l'homme à ses côtés qu'à son environnement, il trouva un nouveau sujet de conversation.


- « Hum, en fait je prends très souvent des brochettes de viande chez mon marchand habituel. Il connaît mes goûts et ne me pose donc pas trop de questions. Et je cuisine, si on peut dire ça. Ce n'est généralement pas très élaboré. Je n'aime pas vraiment quand il y a trop d'ingrédients et je préfère les plats simples, où on sent le vrai goût des choses. Surtout quand ce sont des produits frais et de qualité. »

Tournée vers lui, elle lui adressa un sourire tendre. Il était vrai qu'ils n'avaient jamais discuté de leurs goûts, et même s'ils se côtoyaient depuis de nombreux mois ils avaient rarement eu l'occasion de discuter tranquillement.

- « Et toi, tu cuisines ? Tu aimes quoi ? »

Songeant à quelque chose, elle se dirigea vers le stand dont il parlait.

- « C'est vrai que tu n'as jamais vu où j'habite. Si tu veux on commande quelque chose à emporter, et on pourra ensuite aller le manger tranquillement chez moi. »

Ils seraient ainsi plus à l'aise sans le regard des autres, et surtout sans la foule et la cohue qui régnaient et n'étaient pas vraiment du goût de la Yasei. Et l'idée de se retrouver seule avec lui l'enchantait bien plus. Ils pourraient, pour une fois, se poser juste tous les deux pour discuter sans aucun autre but que celui d'être ensemble. À moins que le sabreur n'ait une autre idée, et ait prévu autre chose pour cette soirée en amoureux.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Dim 24 Mar 2019 - 19:17
Soit. Le faux pas de l’homme masqué, sa retraite conversationnelle sur le sujet délicat de son père ne semblant pas la déconcerter, elle répond tout de même, confirmant que malgré leurs investigations sur l’île de son enfance, Asosan, et leur récente exploration de l’île d’Aato, elle n’avait obtenu rien de concluant, malheureusement. Rien du moins qui puisse indiquer la dernière localisation de l’homme dont la présence était aussi fugace que l’ombre, aussi insaisissable que le frère de Saji qui lui non plus ne laisse aucun indice derrière lui. Pourquoi sont-ils si surpris ? Un chef d’organisation mafieuse sait faire profil bas quand il se sait recherché, a fortiori par quelqu’un qui veut sa mort, sa propre fille, quand bien même cette dernière est particulièrement douée en sensorialité.

Tout se complique également sur fond de tensions liées à la situation de crise annoncée au début du printemps de l’an 203. Les congés que peuvent s’accorder les gradés sont plus rares, sollicités à la fois pour la formation des équipes, pour les missions et leurs responsabilités diverses, qu’elles soient envers leur clan ou leur unité spéciale. Peut-être pourrait-il justement user de ses ressources au Kyôi pour aider la Yasei dans sa recherche ? Et si… Une idée vient de lui traverser l’esprit, une idée qui rapidement se dissipe.

Des brochettes de viande ? Non pas qu’il s’agisse d’un mets qui ne soit pas au goût du Nobuatsu, mais de la part d’Akane, cela ne l’étonne guère dans la mesure où elle est à moitié panthère. Sûrement qu’elle doit avoir un besoin perpétuel de satisfaire cet appétit carnassier chez elle autant que ce goût pour la liberté et les grands espaces. Tout fait sens, une fois que l’on connaît sa forme cachée. Une apparence qu’elle craint de dévoiler au grand jour, ne voulant pas attirer l’attention de son père après lui avoir échappé. Saji la comprend, il pense la comprendre plus que jamais.

« Je n’ai pas trop le temps ni les équipements, en général je vais manger du yakisoba 焼きそばau restaurant de nouilles près du Grand Dojo. C’est très simple à faire mais plutôt goûteux. Avec une pointe d’huile de sésame et une poignée de coriandre c’est encore mieux. » Parler cuisine avec elle, c’est peut-être la première fois qu’il échange sur ses goûts personnels. « Donc en général, plutôt les nouilles, mon père m’en cuisinait souvent, que ce soit en soupe ou sautées. Pour mon anniversaire il me préparait à chaque fois des « nouilles de longévité » pour me souhaiter de vivre longtemps… » Une information qui fait une belle jambe à Akane.

Quand il était gamin, il trouvait toute cette superstition ridicule, mais avec le temps il s’y est accoutumé, trouvant chaque occasion de sa vie loin de son pays d’origine pour garder en mémoire ses racines. Des souvenirs rassurants qui le transportent dans un cocon familial dans lequel il n’a plus le plaisir de se réfugier. En parlant de famille. Son père lui a même rédigé une lettre, avec une mention sur sa mère. Difficile de ne pas y penser, mais très vite il se recentre sur la proposition coquine de sa partenaire pour « manger chez elle ». Heureusement Saji a bien compris le message.

« C’est… Oui ce serait avec plaisir. » C’est vrai que lui n’a pas encore eu l’occasion de visiter son chez soi, alors que la réciproque n’est pas vraie. Il se souvient de la fois où elle était venue lui rendre visite quand elle l’a cru en danger. Abaissant la tête en passant les noren, il se faufile entre les clients déjà attablés au comptoir, dégustant sur place leur bol de ramens. Aspirant bruyamment au point de faire tressaillir le muet de dégoût. L’étiquette de table, si rarement respectée. « Ah ils font des nouilles sautées justement. Œufs, champignons noirs et pousses de soja. Et un peu de carotte râpée. » Comme il les aime. « Il y a un yatai de sushi à côté si tu préfères ? » Si elle souhaite manger autre chose, il ne veut pas non plus la forcer.

« Ce qui me rappelle que j’ai visité le Sushi à gogo avec Kuzan dans le quartier Yuki, je n’ai plus osé en manger un seul depuis. Il a recraché tout son riz lorsqu’il a vu le cuistot se gratter les parties, dire qu’on ne s’en serait jamais douté s’il n’avait pas cuisiné devant les clients ! J’en ai froid dans le dos. Pauvre Kuzan… Je n’ai plus eu de nouvelles de lui depuis… » Il s’interrompt pour éviter de revenir sur leur dernière mission à Asosan, en espérant qu’il ne lui ait pas aussi coupé l’appétit. Lui proposer des boules de takoyaki risquerait de renforcer l’image alors autant se retenir.

Face à eux, le stand de nouilles. Un plan de travail sur lequel on peut distinguer une planche à découper, un assortiment de couteaux bien affilés dont la lame présente déjà des miettes éparses de ses précédents préparations, on peut deviner à leur état à quel point ses instruments ont été sollicités. Un couvre-chef en forme de nouilles, dont le ridicule ne semble pas encore l’avoir tué, le marchand ambulant s’incline poliment à la vue de l’homme en noir.

« Bonsoir héhé ! Désolé nous n’avons plus de place, mais je vous propose de prendre quelque chose à emporter ? » Scrutant l’ensemble des récipients de cuivre grands ouverts, desquels émanent des vapeurs de mixtures et garnitures riches en arôme, il pointe du doigt le plat de l’un des clients, malgré l’impolitesse du geste, il ne veut pas risquer d’effrayer l’homme en ouvrant un lien de télépathie avec lui. Des civils kirijins, hors de question d’employer de jutsu sur eux. « Oh ? Yakisoba avec émincés de bœuf oignon pour Monsieur ? C’est parti. » Pour changer. Il sort de sa poche une poignée de ryôs durement gagnés et les dépose sur la table.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Lun 25 Mar 2019 - 23:13
Discuter de sujets aussi banals avec lui était quelque chose qu'ils n'avaient encore jamais eu l'occasion de faire. Ce qui ne voulait pas dire qu'ils ne se connaissaient pas. Car chacun avait eu l'occasion de voir quelques secrets de l'autre. Et ils se côtoyaient depuis de longs mois, et avaient donc apprit à s'apprécier et à s'aimer sans cela. La Yasei était cependant curieuse de connaître ses goûts, savoir ce qu'il aimait ou non. D'apprendre à le connaître, toujours plus. Ou d'apprendre quelques anecdotes sur sa vie.

- « C'est mignon. Ton père doit beaucoup t'aimer. »

Elle ne pouvait pas vraiment en dire autant. Et se demandait bien comment ça pouvait être de vivre dans une famille « normale ». Peut-être qu'un jour elle pourrait rencontrer cet homme ? Il ne pouvait être que bon, vu comme l'était son fils. La conversation se poursuivit tandis qu'ils marchaient, et leurs pas le menèrent devant un stand de nouilles. Akane se tourna vers Saji avec un sourire attristé lorsqu'il s'arrêta en pleine phrase.

- « Moi non plus. Je me demande comment il va. Nous avions mangé ensemble au « Sushi en folie », au quartier Yuki. J'ai eu plus de chance que toi car c'était très bon. Et dans un restaurant traditionnel. Le service et le repas étaient vraiment de bonne qualité. »

Sans doute devraient-ils manger ses sushis ensemble, car c'était dommage qu'il n'en consomme plus depuis ce jour là. Interrogés par le vendeur de nouilles au chapeau particulier, Saji fut le premier à prendre sa commande.

- « Oui à emporter ce sera très bien. »

Puisque le sabreur avait accepté sa proposition de manger chez elle au calme. La foule commençait de plus à la fatiguer.

- « Je vais prendre la même chose. Mais vous pourriez rajouter la viande à la fin de la cuisson des pâtes ? »

Malgré l'air interrogateur de l'homme qu'elle esquiva, il fit comme elle l'avait demandé. Afin que sa viande soit à peine saisie, comme elle l'appréciait. Même si il aurait été difficile de savoir s'il s'agissait de ses propres goûts ou de ceux de son animal totem qui avaient déteint sur elle, à force de devoir satisfaire ses besoins. Elle posa à son tour quelques pièces pour payer son dû. Et jeta un regard en coin à Saji en reprenant son repas, se demandant bien ce qu'il pouvait penser du fait de manger de la viande quasiment crue. Gênée, la métamorphe remercia vaguement le vendeur avant de s'éloigner aux côtés du sabreur.

- « Je mange rarement en public. »

Devait-elle préciser pourquoi ? Préférant changer de conversation, elle reprit.

- « Tu voulais voir autre chose avant d'aller manger tout ça ? »

Car le pauvre portait toujours ses takoyaki - qui devaient avoir refroidis - , en plus de ce qu'ils venaient de commander.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Mar 26 Mar 2019 - 20:57
« Je te suis. » Lance le Nobuatsu le regard attiré par la pièce de viande quasiment crue déposée dans le plat de la féline. Heureusement qu’elle ne peut le remarquer à travers son masque, autrement elle s’en sentirait probablement gênée.

Une demande particulière qui a tapé dans l’oreille de Saji, pour avoir déjà déjeuné avec elle lors de leur mission ensemble sur le bateau pour l’île d’Aato, ils avent emporté avec eux des paniers repas, parmi lesquels, un plateau de viande pour Akane. Etait-elle crue ? Il n’en a pas souvenir pour dire vrai, son esprit suffisamment embrumé par la mission et les objectifs… Savoir qu’elle est une panthère, cela suffit à expliquer l’appétence de la métamorphe pour la chair. Alors que l’attention de la kunoichi s’attarde sur les mains de l’homme masqué, celui-ci rompt son introspection en réalisant qu’il a les deux mains occupées. Ah, il a failli oublier.

Tenant dans sa main des takoyaki dont il ne sait plus que faire – ne voulant pas non plus gaver sa partenaire au point qu’elle prenne du poids et que ses formes perdent de leur volupté, il songe à trouver un lieu où vider le contenu – avec discrétion si possible, puisqu’il craint qu’un tel geste de gaspillage soit mal vu. Détectant du coin de l’œil un vieil homme en guenille, assis au milieu de la rue et mendiant auprès des passants et touristes du marché nocturne, Saji s’abaisse à son niveau et lui propose les boules frites farcies de poulpe qui à défaut de lui remplir suffisamment le ventre, lui serviront au moins à lui couper l’appétit.

Le regard triste et les sourcils froncés, un air de chien battu qui inspire la pitié auprès du sabreur masqué lequel lui offre aussi une poignée de ryôs afin de l’aider. L’ère dans laquelle ils vivent est d’une infinie cruauté – et les allocations sociales n’existent guère à l’époque féodale, que peut-il faire, si ce n’est par des gestes chaleureux, emplir d’une éphémère gaieté la vie de ceux qu’il rencontre. Un effort minimal, une pointe d’humanité.

« Merci… » Répond le mendiant, qui contre toute attente ne semble pas surpris par l’apparence carnavalesque du shinobi de jais.

Retournant auprès de la brune, il appuie sa tête en avant pour la remercier de l’avoir attendu, ils peuvent désormais s’en aller de cette rue bondée de monde, avant que toute cette foule ne finisse par envahir leur sens et nourrir davantage leur anxiété. Le tintamarre ambiant les accompagne jusqu’au bout de leur parcours, où enfin la tranquillité reprend le contrôle sur la nuit, de nouveau seul à seul, ils peuvent mieux percevoir leur timbre de voix, s’entendre parler. Sur leur chemin, ils croisent le Cheval Aqueux d’où sortent des clients ivres, des mines déboussolées qui ne sont pas sans rappeler la mésaventure de Kuzan et Saji, cette même nuit où il a importuné Akane.

« Enfin un peu de calme n’est-ce pas. Fais attention il paraît qu’ un nudiste terrorise les rues de Kiri la nuit tombée. Il se fait appeler Jisa. » Une anagramme qui immédiatement fait penser à votre serviteur. Sentant une moue de suspicion de la part de la Yasei, il la rassure d’emblée. « Ne me regarde pas comme ça, je suis innocent. Et puis je ne suis allé à ce bar qu’une seule fois, avec Kuzan. La fois où tu.. enfin tu vois. » Explique le sabreur muet, d’un ton embêté.

Accélérant la marche comme pour éviter de s’éterniser sur ce sujet, ils arriveront bientôt dans le quartier résidentiel de sa partenaire. A moins qu’ils ne rencontrent encore d’autres édifices, qui seront l’occasion d’une douce rémanence d’anecdotes intéressantes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Mar 26 Mar 2019 - 23:09
Embarrassé par ses achats, le sabreur fidèle à lui-même et à sa moralité irréprochable fit don d'une partie de sa nourriture à un nécessiteux. Celui-ci semblait ravi, d'autant plus qu'il reçut avec quelques ryôs. Voilà qui referait certainement sa soirée. Peut-être qu'il pourrait rentrer plus tôt chez lui au chaud. Car l'air avait beau être doux, il faisait tout de même nuit désormais et il se rafraîchirait bientôt. La Yasei observait les gestes bienveillants de sa moitié d'un regard tendre. Reconnaissant bien là l'homme dont elle était tombée amoureuse, celui qui faisait d'elle chaque jour une femme meilleure. Si bien que lorsqu'il revint vers elle, Akane ne lui prit pas la main mais le bras, avant de poser la tête sur son épaule quelques instants. Pour se rapprocher de lui, peut-être se rassurer sur le fait que cet ange gardien était bien réel. Et de reprendre leur route.

Leurs pas les firent passer devant un bâtiment qu'ils avaient – malheureusement – eu l'occasion de visiter. Même si le sabreur y avait fait bien plus que ça... Tandis qu'elle y avait certainement passé l'une des pires soirées de sa vie. Tournant la tête vers Saji d'un air interrogateur, celui-ci semblait vouloir contester toute responsabilité un peu trop rapidement. Elle ne fit donc aucun commentaire. Du moins, pas sur ça. Car elle termina sa phrase.


- « Ha oui, la fois où je t'ai attendu pendant des heures pendant que tu prenais du bon temps. N'est-ce pas, monsieur l'innocent ? »

Lui adressant un sourire un peu provocateur, tout comme ses paroles, elle poursuivit.

- « Il me semble bien aussi que tu ne t'es pas gêné pour voler, ce jour là. La décoration de ton appartement le prouve. »

Elle accompagna cette fois-ci ses paroles et son sourire espiègles par un léger mouvement d'épaules pour le pousser doucement. Pour un peu, elle rirait presque. C'était certes elle qui avait un passé douteux, mais elle n'avait encore jamais mit ses talents à contribution à l'intérieur même de Kiri. Bon d'accord, juste une fois et c'étaient des Yakuzas lors d'une mission, ça ne comptait pas vraiment, si ? Dans tous les cas, le masque de lapin du cheval aqueux ornait bel et bien la pièce principale de chez Saji. Lui, l'homme à la moralité irréprochable, avait volé un objet d'un bar douteux pour l'accrocher chez lui. Ce qui faisait tout le comique de la situation. Mais surtout faisait de lui un Homme, et prouvait qu'il n'était pas qu'une statue d'ébène veillant sur les autres.

- « Tu savais qu'on était allés à la Turlutte enchantée avec Kuzan ? En fait c'est Ito qui m'avait invitée, et on l'a retrouvé sur place. Ils ont un jeu qui fait leur réputation. Kuzan a essayé de m'expliquer les règles, mais je n'ai pas tout compris. »

Certainement comme tout le monde qui n'avait pas assez bu pour ça.

- « Ho, et il m'a fait un strip-tease aussi ! J'ai tellement paniqué de le voir si proche de moi que j'ai dû me réfugier aux toilettes. Heureusement, on est sortis prendre l'air après ça. Je ne sais pas si je t'ai déjà dit ou si tu l'as remarqué, mais j'ai du mal avec les lieux clos et exigus. »

Autant dire qu'elle n'était pas loin de la claustrophobie. Hésitante, elle mit quelques secondes avant de lui poser la question.

- « Et toi, il y a des choses qui te font peur ? De façon incontrôlable, je veux dire ? »

Chose difficile à avouer. Il se confierait s'il en avait envie. Dans le cas contraire, elle ne lui en tiendrait pas rigueur.

- « On est plus très loin. »

L'informait-elle alors qu'ils venaient de bifurquer dans une rue.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Mer 27 Mar 2019 - 23:30
Joueuse, elle ne se fait pas prier pour surenchérir sur l’embarras de son partenaire masqué en lui rappelant comment il l’avait fait attendre dans le bar coquin, dans un environnement qui la mettait très certainement mal à l’aise, un sentiment de dégoût renforcé par l’angoisse d’être piégée entre quatre murs. Honteux de l’avoir mise dans une telle situation, Saji lâche un soupir se remémorant cette erreur d’avoir accepté de prendre part à cette beuverie en compagnie du Yuki, lequel a confondu d’après ses dires, des pilules énergétiques avec de la drogue.

C’était bien la première et dernière fois que le muet à la moralité (quasi) irréprochable acceptait d’aller aussi loin avec son camarade, son ami de toujours, son best bro. Loin des créatures aguicheuses du bar, loin des activités douteuses qui s’y trament. Surtout que maintenant, il réalise que la personne qu’il cherchait tout ce temps n’était pas si loin, que la femme qui ajouterait de l’éclat à sa vie n’était autre que la kunoichi qu’il avait à peine rencontré. Qu’elle s’immiscerait dans sa vie, il était loin de s’en douter.

« Oui… Je ne me souviens plus très bien pourquoi je t’ai contacté toi, mais maintenant je pense avoir compris. » Suivant son instinct et ses sentiments libérés de leur carcan, l’ébriété lui a permis de s’exprimer pleinement en allant vers la personne qui occupait ses pensées. « Mais je garde ce secret pour moi. »

Ecoutant la voleuse lui reprocher de voler, une ironie qu’elle marque sur le ton de la provocation – une personnalité polissonne de la Yasei qu’il commence à peine à sonder, il s’accorde un sourire derrière son masque. En effet, elle l’a bien eu sur ce coup, et il ne peut rien dire pour se défendre, et plutôt, cherche des excuses afin de se prêter au jeu de l’hôpital qui se moque de la charité.

« Je plaide coupable Madame la Procureur. »

Difficile de nier qu’il avait commis des erreurs dans son passé, qu’il a beau prôner la vertu avec une ferveur de prédicateur, il n’est guère épargné par les affres de son humanité. Ses actions quelquefois peuvent être affectées, la raison, altérée par l’imperfection inhérente à sa condition d’homme. En public, son masque donne l’impression de ne pas connaître d’émotion alors qu’au fond, il est un peu comme tout le monde, et qu’il ne cesse de le prouver chaque jour. Et surtout à ce moment précis. Quoi de plus humain que la colère, en apprenant que votre meilleur ami – qui a cru bon de ne jamais vous en dire mot, s’est un jour déshabillé devant la femme avec laquelle vous partagez dorénavant votre vie ? Même si à l'époque, Akane et lui n'avaient pas encore de relation. Tout de même, cette révélation sonne étrangement à l'oreille du muet.

« Un stri-… Intéressant. » Faisant preuve d’un self-control inouï, il écoute sans se courroucer de ce poignard dans le dos de la part de son MEILLEUR AMI. « On peut dire qu’il n’a pas perdu de temps hein ? Haha. Quel charmeur ce Kuzan. » Quelle enflure, un petit séjour en prison n'est pas si mauvais après tout. Saji ne manquera pas de lui adresser une carte postale de Kiri en lui demandant des détails. En attendant, rester de marbre et faire comme si tout cela ne l’affectait pas. « Oui j’avais remarqué que tu n’aimais pas rester enfermée. Lors de notre voyage vers Asosan avec Wutu-Fuku-san, tu n’as pas hésité à sortir dans le froid hivernal plutôt que de rester au chaud dans l’entrepont. »

Par une transition digne des rhéteurs platoniciens, une question renvoyée à la face du muet : quelles sont les choses qui l’effraient ? Soirée psychanalyse. Manquerait plus qu’un divan pour compléter la séance.

« De façon incontrôlable… Je ne sais pas. » Quand il repense aux fois où il a perdu le contrôle sur lui-même, les images du massacre des civils de la maison aux enchères lui reviennent en tête. Un flashback sanglant, le carmin des cadavres s’écoulant encore sur le parquet souillé de la présence de la prisonnière d’Asosan… toujours en liberté. Et aussi, son maître qu’il a vu assassiné sous ses yeux… Mais il n’a pas vraiment envie de s’étendre sur ce sujet. « Maintenant… ce que je crains le plus, c’est de te perdre. » Doucereuse, une réponse qui n’en n’est pas moins sincère.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Ven 29 Mar 2019 - 18:29
Énonçant les faits comme elle aurait dicté sa liste de courses, elle n'avait aucune idée de l'impact qu'auraient ses paroles chez le muet. Qui bouillonnait intérieurement.

- « Charmeur ? Ce n'est pas vraiment le mot que j'aurais dit. »

Pervers était bien plus approprié. Lourd, aussi. Pourtant Kuzan avait ses bons côtés aussi, et c'était pour ça que la Yasei l'avait apprécié malgré ses défauts. Cependant elle ne l'avait plus revu depuis son séjour en prison, et aussi son intervention dans leur cours d'écriture. Et vu ce qu'il s'y était passé, elle n'y tenait pas vraiment. À moins qu'il ne prenne contact avec elle, ce ne serait certainement pas elle qui retournerait vers lui. Sa patience avait des limites.

En revanche, il y avait quelqu'un sur qui elle avait toujours pu compter depuis qu'elle l'avait rencontré. Quelqu'un qui semblait déjà avoir remarqué certains détails avant qu'elle ne les avoue. Ainsi avait-il compris qu'elle n'était pas à l'aise lorsqu'elle était enfermée. Elle était cependant certainement encore moins à l'aise lorsqu'il y avait trop de monde. Et c'était la raison pour laquelle ils avaient quitté le port pour se diriger vers chez elle, afin d'aller manger tranquillement ce qu'ils avaient commandé. Les dernières paroles du muet résonnèrent dans l'esprit de la Yasei, qui ne répondit pas. Que pouvait-elle dire après cela ? Mais l'expression ravie de son visage parlait pour elle, et il n'y avait rien de plus à ajouter.

Ils marchèrent encore un peu dans les rues de Kiri, avant qu'elle n'amène Saji devant un bâtiment. Elle lui lâcha le bras et lui fit signe pour lui montrer son lieu de vie. La métamorphe passa devant lui, et s'avança devant la porte d'entrée, à l'abri des regards sous le petit préau. Elle jeta un coup d’œil alentours, avant d'ouvrir la porte à l'aide d'une griffe et de s’effacer pour le laisser passer à l'intérieur, et de refermer derrière eux. Là, elle le suivit dans le petit couloir qui servait d'entrée entre la chambre et la salle d'eau, et ils arrivèrent dans la pièce principale. Akane se dirigea vers la table basse et y déposa ses achats, avant de se tourner vers Saji, hésitante.


- « Heu... Personne n'est jamais venu chez moi, alors excuse-moi pour les éventuelles règles de politesse. »

Comment était-elle censée l’accueillir ? Les seuls qui étaient venus chez elle étaient restés à l’entrée, et il s'agissait de la kenpei. Prenant soudainement conscience qu'elle avait laissé ses livres en bazar, elle les ôta du divan pour les poser sur l'étagère présente au dessus. Et ferma son carnet de notes, afin de le ranger dans un meuble qui dépareillait avec le reste présent dans la pièce. Celui que lui avait offert Madoka, et dont elle se servait pour stocker son matériel d'alchimiste.

- « Est-ce que tu as soif ? J'ai... De l'eau. Ou du thé. »

Super. C'était déjà mieux que rien, non ? De toutes manières puisqu'ils allaient manger, il leur faudrait bien boire en même temps. Hors elle doutait qu'il prenne une quelconque infusion en mangeant. Elle se dirigea alors vers l'espace cuisine pour en sortir deux verres ainsi qu'une carafe. Laissant ainsi le temps à Saji de déposer ses affaires et de se mettre à l'aise pendant ce temps là. Elle apporta les verres ainsi que l'eau sur la petite table, tout en discutant.

- « J'ai emménagé ici quelques jours avant de te rencontrer. Avant, j'étais logée dans les baraquements d'urgence mis en place pour les réfugiés, après l'attaque qui a eu lieu en automne. J'avais jamais eu de chez-moi avant ici. »

Et encore moins seule. Et elle appréciait son indépendance, ainsi que le calme qui allait avec.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Dim 31 Mar 2019 - 0:03
Personne ? Est-elle si réservée que cela ? En même temps lui non plus n’a jamais admis qui que ce soit d’autre chez lui, ou du moins n’en a jamais éprouvé le besoin. En même temps son appartement est si exigu qu’il n’oserait inviter personne, Akane encore moins, de peur qu’elle se sente mal à l’aise en raison de sa phobie des espaces clos. Ici elle peut respirer, ce lieu de vie accordé par Kiri est bien plus faste que son appartement qu’il lui faut payer pour un lourd loyer, qu’il soupçonne d’être un tantinet trop cher pour ce qui lui a été accordé en mètres carrés.

Il s’en contente toutefois, et apprécie d’autant plus le confort procuré par le caractère spacieux du salon de la Yasei, où le mobilier est présent sans encombrer le décor, la petite cuisine au fond rajoute une pointe de modernité à l’ensemble traditionnel. Une table basse, autour de laquelle sont posés des zabuton sur l’un desquels Saji s’approche avant de s’asseoir, la regardant ranger avec empressement ses livres en pagaille sur le divan, puis un carnet qu’elle range dans un meuble dont l’ouverture laisse poindre des récipients en verre. De drôles d’instruments qui attirent l’attention du curieux, détournant sa tête aussitôt que son hôte revient lui poser la question fatidique : que veut-il boire ?

« De l’eau ça sera très bien merci. » Dit-il simplement avec un certain détachement.

Ce qui lui fait penser qu’il devrait retirer son masque, maintenant qu’ils sont à l’abri des regards. En tête-à-tête, ils pourront manger en toute tranquillité. Déposant son plat à emporter sur la table face à lui dont le couvercle laisse transpirer le parfum des Yakisoba, il place ses doigts au niveau de son cou, puis tire sur l’extrémité du tissu de son masque pour finalement l’enlever. Une bouffée d’air frais lui permettant de pleinement apprécier la pièce dans laquelle il se trouve, sans la visière métallique pour filtrer sa vision. Détachant les deux sabres toujours rangés dans leur fourreau, il les dépose sur ses genoux croisés en tailleur, attendant qu’elle apporte le nécessaire pour se désaltérer.

Il apprend qu’Akane était SDF avant d’emménager ici, une… sinistrée de l’attaque de nuke-nin, un événement qui est ancré dans la mémoire des habitants, notamment la famille de la fille dont il avait retrouvé le doudou éléphant en tutu rose, avec Kuzan.

« C’est vrai que tu as été en fuite pendant plus de trois ans avant d’arriver à Kiri, tu n’as pas dû avoir beaucoup d’occasions de t’installer et mener une vie tranquille… Si on peut appeler ça de la tranquillité. Tu nous avais dit sur l’île d’Asosan que ton père contrôle les Yakuzas ici ? » Intrigué, il se souvient avoir été dans une maison de jeu en compagnie de Shitekka, où ces mêmes malfrats a soupçonné le balafré de tricher – Saji ignore toujours si c’est vrai, il s’agissait de son premier contact avec cette organisation mafieuse qui ne dit pas son nom.

Ouvrant sa boîte contenant les nouilles sautées qu’il a commandé au yatai du port Naragasa, il laisse les effluves imprégner ses sens avant de se munir des baguettes en bois qui ont été fournies avec, se retient de prendre la première bouchée en souhaitant d’abord un « Itadakimasu » à sa partenaire.

« D’ailleurs, je voulais te demander… Tu as pour projet de rester ici ? Je veux dire vraiment t’installer à Kiri ? Juste par curiosité. » Une question un peu maladroitement formulée qui ne trompe personne, à croire qu’il a quelque chose derrière la tête, en témoigne son sourire un peu gêné. « Ce n’est peut-être pas le plus convivial des villages, mais au moins on s’y sent plus ou moins en sécurité, non? » Elle est peut-être la seule personne à se sentir menacée ici, d’où sa méfiance, en raison de sa forme panthère qu’elle dissimule, et de son lien d’appartenance avec le milieu de la criminalité. Même si la Kenpei terriblement efficace permet de réprimer tous les coupe-jarrets qui se présenteraient dans les ruelles de la Brume, il y a toujours cette épée de Damoclès planant au-dessus de sa tête, et quoi qu’elle fasse, il se peut qu’elle ne s’en défausse jamais.


_________________


Dernière édition par Nobuatsu Saji le Mar 2 Avr 2019 - 2:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Dim 31 Mar 2019 - 23:36
La Yasei s'installa à genoux face au sabreur, ravie de voir enfin de nouveau son visage si plaisant. Ils pouvaient désormais manger dans le calme et à l'abri des regards, juste tous les deux. Cette tranquillité était la bienvenue après l'agitation régnant sur le port. De plus, ils s'entendraient plus facilement pour discuter. Même pour concernant le muet il était difficile de ne pas entendre ce qu'il disait puisqu'il parlait directement dans l'esprit de son interlocuteur.

- « Pas à Kiri même, mais dans tout Mizu no kuni, oui. Entre autres. Il a beaucoup d'influence. C'est pour ça que c'est le seul endroit où je pouvais être en sécurité. »

Ce qui ne lui avait pas vraiment laissé le choix de venir se réfugier à Kiri. Lasse et fatiguée de fuir, blessée, c'était alors la seule solution qu'il lui restait si elle voulait survivre. Même si elle en avait payé le prix fort : sa liberté. La fugitive ouvrit à son tour son plat avant de lui souhaiter bon appétit. Les bonnes odeurs de nourriture qui se propageaient dans la pièce suffisaient à elles seules à chasser ces mauvaises pensées, afin de se concentrer sur le moment présent. Pour le savourer pleinement. Malheureusement cet instant de répit fut de courte durée. Car les questions du sabreur l'obligèrent à se replonger dedans. Elle lui sourit tendrement, en comprenant qu'il avait peur qu'elle ne parte. Il lui avait avoué plus tôt qu'il craignait une chose en particulier : de la perdre.

- « Je suis là, maintenant. J'ai rejoint Kiri pour m'abriter de quelqu'un qui me pourchassait, ce n'est pas pour partir et être poursuivie de nouveau. »

Les déserteurs étaient traqués, et elle l'avait assez été pour ne pas vouloir recommencer l'expérience. Qu'elle le veuille vraiment ou non, elle devait forcément rester au village à cause de cela.

- « En réalité, je me suis contentée de vivre au jour le jour depuis mon arrivée. Pendant plusieurs mois. Mais depuis quelques temps, c'est différent. Tu te souviens quand on a parlé à Shiori de cette arme et de la prisonnière, et que je suis restée dans son bureau ? J'ai pu discuter avec elle. Elle m'a nommée chûnin et m'a mise à la tête d'une équipe. Et puis je lui ai parlé d'un projet qu'elle a validé. »

Elle lui adressa un large sourire.

- « J'ai un but, maintenant. Autre que d'attraper mon père. Je veux créer un jardin d'herbes médicinales au sein du village. Pour préparer des antidotes, des antidouleurs et d'autres préparations médicales à l'avance. Ce qui permettrait de soulager les eisei-nin et leur permettre de concentrer leurs efforts et leur énergie sur les blessés les plus graves. »

Un projet pour lequel elle se plongeait chaque jour dans des ouvrages sur les plantes et la médecine alternative. Elle posa ses baguettes pour mettre sa main sur l'une de celles de son partenaire.

- « Et puis... Il y a des gens ici qui comptent beaucoup pour moi. Je ne les trahirais pas. Surtout toi. »

Sans parler du fait qu'elle souhaiter rester à leurs côtés. À ses côtés à lui en particulier. Et elle avait bien du mal à savoir si son désir de rester à Kiri venait du village ou d'une unique personne. La suivrait-il s'il devait partir ? Mais pour quoi le ferait-il ? Son sourire s'effaça, tandis qu'elle demandait à son tour.

- « Et toi, tu comptes rester ? Même quand tu auras retrouvé ton frère ? Plus rien ne te retiendras, ici. Tu es Kaminarijin. Tu as certainement de la famille restée là-bas. »

Une autre question trottait dans son esprit, qu'elle n'osait pas poser. Que ferait-il si Kumo et Kiri devaient en venir aux armes ? Quel pays soutiendrait-il ?

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Mar 2 Avr 2019 - 17:45
Entamant son savoureux repas de nouilles sautées revenues dans de l’huile soja, il profite de cet intermède dinatoire pour échanger sur les projets de sa partenaire, avec laquelle il s’est lié, et ne pouvant cacher au fil de ses transmissions télépathiques une inquiétude latente. Qu’il refoule aussitôt en reprenant sa tiédeur habituelle, qui le caractérise en permanence lorsqu’il est dissimulé derrière son masque. Le visage découvert, il est moins facile pour lui de réfréner ses émotions, mais étant senseur de son état, garder son sang-froid est comme une seconde nature chez lui.

Ainsi, il reprend une expression plus paisible, le front détendu, il écoute le projet d’Akane. Son souhait de rester à Kiri, à l’abri des hommes de main engagés par son père. Pour la capturer probablement, ou la tuer comme a cherché à le faire Chikara. En attendant, bunkerisée comme elle l’est dans ce village militaire hautement sécurisé – du moins il paraît, les Yakuzas et autres mafieux n’auront guère l’opportunité de l’atteindre, ou alors très rarement.

Au lieu de remuer davantage les vestiges du passé, c’est vers le futur que désormais la Yasei se raconte, notamment son projet d’ouvrir un jardin d’herbes médicinales, non pas pour supplanter le travail des eisei-nin mais en vue de le compléter, fournir le nécessaire en médicaments pour guérir les cas de maladies et blessures les moins graves. Une idée rigoureusement bien pensée, que félicite Saji en inclinant la tête avec intérêt. En voilà un moyen de soulager le personnel de l’Hôpital Général, saturé la plupart du temps par les demandes de patients atteints de cas bénins – qu’il s’agisse de l’arthrose des Kaguya ou de la gastro-entérite au Grand Dojo qui atteint la plupart des apprentis.

« Ambitieux comme projet. C’est vrai que la médecine telle que nous la connaissons à Kiri est encore à des années-lumière de celle de Kumo. » Il exagère peut-être un peu, mais la différence est là. « Je me souviens avoir été envoyé d’urgence à Shitaderu – l’ancien nom de la cité de Kumo – alors que j’étais tombé violemment à cheval. Leur équipement médical est à la pointe de la technologie. C’est l’une des premières choses qui m’a frappé quand j’étais hospitalisé ici. » La fois où elle l’a visité à plusieurs reprises sans s’annoncer.

Vient alors une phrase réconfortante de la Yasei, égalant en sentimentalité les paroles du sabreur muet, celui-ci sourit affectueusement à l’effort de la kunoichi, lui répond prestement en posant la paume de son autre main, recouvre la sienne. Sobrement, il lui répond :

« Merci. »

Qu’elle mentionne « des » gens signifie qu’elle s’est entourée d’amis à Kiri, qu’elle n’est guère la solitaire qu'il s'était dépeint. Et que bien d’autres contacts font également partie de son carnet d’adresses. Ce qui rassure davantage Saji, se disant que ces personnes sauront aussi l’aider si jamais elle est dans le besoin, quand il ne sera pas dans les parages. Qui sait si le Kyôi demandera encore de lui de s’éloigner d’elle et s’absenter comme cela a été le cas la dernière fois. Par son serment envers l’unité spéciale, il est lié à servir les intérêts du village jusqu'à la fin de ses jours. Or cela, Akane l’ignore et pose une question légitime sur la double nationalité du muet.

« Oui, le village de la Brume me semble propice à développer les secrets du sabre qui m’a été confié par mon Maître. Kaminari est la terre de mes aïeux, mais ils respecteraient mon choix – je pense, de suivre la voie que je souhaite sans pour autant trahir mes convictions. Kumo ou Kiri, mon choix se porterait sur le second. » Il espère au fond à ne pas s’en retrouver là, même si les chances qu’un conflit éclate entre ces deux grandes puissances s’accroissent de jour en jour.

« Tu as l’air d’être très passionnée par les plantes et la médecine. D’ailleurs, quand nous étions sur le bateau et que tu m’avais soigné avec l’argile… » Un instant qui ne lui avait pas déplu. « … je suppose qu’il s’agissait de ta propre création ? Tu dois y consacrer pas mal de temps...» Il a bien sa petite idée, mais préfère garder celle-ci pour lui afin de ne pas paraître trop indiscret.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 14:53
Saji validait le projet qu'elle avait en tête depuis plusieurs semaines, et qu'elle avait osé exprimer devant Shiori. Le connaissant, ce n'était pas très étonnant. Il fit la comparaison avec son pays d'origine, celui des nuages. Il avait une technologie bien plus avancée que la leur. Son regard s'assombrit lorsqu'il fit allusion à la fois où il avait été hospitalisé. Et bien qu'elle aurait eut quelques questions et autres choses à dire sur le sujet, elle préféra garder le silence. Optant pour un simple hochement de tête, comme elle avait l'habitude de le faire lorsqu'elle ne voulait pas s'exprimer.

La main posée sur la sienne était chaude et rassurante, malgré le cuir du gant. C'était bon d'être de nouveau en contact avec lui, ne serait-ce qu'un peu. Comme il lui avait manqué, pendant son absence ! Lui et les contacts humains en général. Avec qui pouvait-elle se permettre d'en avoir, mis à part lui ? Il était le seul assez proche pour ça. Le seul qu'elle voyait en dehors des lieux publics, et de la foule. Ses paroles étaient aussi rassurantes que son contact, et ce fut d'un air apaisé qu'elle lui tendit un sourire. Tant mieux s'il choisissait Kiri. S'il choisissait de rester à côté d'elle.


- « Oui, j'ai commencé à créer mes propres onguents et cataplasmes il y a quelques semaines. Mais j'en utilise depuis longtemps. Avec Misaki, on en utilisait tout le temps... »

Elle baissa les yeux, sans finir sa phrase. Elle avait effectivement beaucoup utilisé ces remèdes quand sa sœur était sa seule patiente, et qu'elles devaient se remettre des bons traitements de leur mentor après leurs entraînements. Ou quand il avait décidé qu'elle devaient être punies pour une chose qu'elle avaient faite – ou non.

- « J'y passe beaucoup de temps c'est sûr. Mais j'aime ça. Mélanger les choses, extraire leurs propriétés. Imaginer ce qu'il pourrait se passer en mélangeant tels ingrédients. Apprendre. Ça m'occupe l'esprit. »

Et lui permettait de ne pas se retrouver seule avec elle-même. D'autant plus qu'elle était plutôt curieuse de nature. Elle ajouta d'une voix moins affirmée.

- « Et puis soigner des personnes, ça compense un peu pour toutes les vies que j'ai prises. »

Après avoir mangé une bouchée de son plat et laissé un instant de silence, elle releva les yeux vers lui pour changer de sujet.

- « J'ai même commencé à acheter des livres, puisque ceux de la bibliothèque étaient trop généraux. D'ailleurs, tu savais toi que mon nom est un clan de métamorphes originaires de kaze ? C'est de notoriété publique. Dire que j'ai peur du regard des gens, alors qu'ils le savent déjà... »

Comme elle s'était sentie stupide en l’apprenant ! La Yasei tourna la tête de droite à gauche, et prit de nouveau quelques portions de nourriture. Avant de reprendre, visiblement ravie de pouvoir discuter avec quelqu'un.

- « Et toi, tu as une passion ? Tu as dit que tu aimais t'entraîner au maniement de l'arme, mais est-ce que tu fais quelque chose de ton temps libre ? Tu continues de monter à cheval ou tu as arrêté après ta chute étant petit ? »

Repensant à ce qu'elle n'avait pas osé dire un peu plus tôt, elle poursuivit encore une fois, ne lui laissant guère le temps de s'exprimer à son tour.

- « Est-ce que ton épaule te fait toujours souffrir ? »

Cette fois-ci elle affichait un visage inquiet, attendant visiblement une réponse.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Dim 7 Avr 2019 - 18:46
Pour elle, il ne s’agit donc pas seulement d’une passion, mais d’une véritable discipline, un art nécessitant une certaine encyclopédie et pouvant donc sauver des vies. Une lubie à laquelle elle consacre des heures entières. Tous ces remèdes qu’elle cite, rares sont les gens qui savent en fabriquer eux-mêmes, vu qu’il existe depuis les premières apparitions de shinobis, des eisei-nin offrant leur talent au service des malades et des blessés. Un ninjutsu qui a permis de supplanter l’usage de médicaments fabriqués de façon artisanale, bien plus coûteux, que ce soit en temps ou en argent. Plus l’art de l’iroujutsu s’est développé, moins la science des médicaments a progressé, et plus la science médicale traditionnelle s’est effacée, au point de n’être connue que par les plus experts.

Cela se remarque d’autant plus dans les villages ninjas dont le niveau scientifique reste encore à son stade primitif. Si bien que ce genre de médecine est parfois dénigré par le milieu médical, les professionnels de santé ninjas – en particulier de l’Hôpital Général, le bretteur n’est guère certain que les eisei-nin accepteront de reconnaître une telle pratique en leur sein. En particulier une science se revendiquant tout aussi efficace que les traitements via le chakra. Or, ce n’est pas l’effet placebo qui a permis au Nobuatsu de guérir de son entaille, lorsqu’elle lui a posé l’argile sur son dos. Son remède l’avait fort soulagé. Plus que quand il s’appliquait lui-même les produits pharmaceutiques tout prêts qu’il avait acheté chez l’apothicaire d’à côté. Et puis il ne dirait pas non à être de nouveau blessé pour revivre l’expérience sous les mains délicates de la soigneuse en herbe.

« On m’a dit qu’à l’Hôpital Général, les eisei-nin étaient plutôt condescendants vis-à-vis des gens pratiquant cette science traditionnelle. Du moins à l’époque de Shitaderu c’était comme ça. N’as-tu pas peur que celle-ci ne soit pas acceptée ? » Sa partenaire semble relativement sereine quant au succès de son entreprise, malgré les préjugés que pourraient avoir certains sur cet art relevant davantage du savoir-faire que du ninjutsu. « En tous cas, j’ai hâte que tu m’en montres plus, je serais même curieux de te voir à l’œuvre. Mais pas maintenant bien entendu. » Qu’ils finissent au moins de manger, et puis il ne sait pas vraiment ce qu’elle a prévu.

Quant au secret sur sa forme animale, qui n’est pas vraiment un secret au final : « Non je l’ignorais. Pourtant la littérature historique m’intéresse beaucoup. Si je consacrais autant de temps à lire qu’à m’entraîner au sabre toute la journée, certainement qu'on m’aurait déjà confié le poste d’Archiviste du Palais. » Une place qui irait davantage à son mentor Wutu-Fuku. Une transition parfaite pour embrayer sur la question portant sur ses loisirs, c’est vrai qu’il ne lui en a guère parlé, si ce n’est lors de leur petite croisière sur la forteresse flottante de leur mission sur Aato.

« Oui pendant un certain temps, puis j’ai repris pour les déplacements entre village afin d’accompagner mon père dans ses voyages professionnels. Dans mon patelin isolé au fin fond de la campagne, il faut bien trouver des occupations plus variées que le kendô. Autrement je n’y serais sûrement pas resté jusqu’à mes vingt-quatre ans. Je te ferais monter à cheval si tu le souhaites, à l’occasion. » Une proposition qu’il espère la ravirait, une balade dans les grands espaces, pourquoi pas.

A l’évocation de son épaule, le Nobuatsu y dépose sa main comme pour montrer qu’il n’a rien, se souvenant des conditions dans lesquelles il se l’est vu infliger. La fracture s’est peu à peu résorbée grâce au temps, ce qui lui a demandé de faire attention à ne pas faire de mouvements trop amples avec son bras droit. Depuis, il a acquis la faculté de se battre avec le gauche, grâce à quoi il peut maintenant se battre dans un style ambidextre, usant donc de deux lames au lieu d’une seule.

« Je vais bien ne t’en fais pas. » Pour reprendre une phrase des plus banales, mais suffisante pour ne pas inquiéter la Yasei. « Tu vois. » Il remue son épaule sans broncher. « Sinon tu l’aurais remarqué lorsque nous étions dans la forêt, non ? » Laissant un sourire en coin, il se lève de son zabuton après avoir presque terminé son plat. Se rapproche de sa voisine de table en face de lui en lui demandant de clore ses yeux, sans répondre à la moindre de ses questions, de peur de lui gâcher la surprise, celle qu’il lui avait promis avant de la quitter la dernière fois.

« Fais-moi confiance. » Dit-il pour la rassurer.

Sortant de sa sacoche un objet produisant un léger cliquetis métallique, tandis que ses mains s’approchent du cou de sa partenaire, elle pourra ressentir autour de celui-ci un étau se resserrer, comme un collier que l’on mettrait autour d’une bête sauvage, sauf qu’ici, le but n’étant pas de la dompter ni de la dresser – car après tout c’est sa personnalité farouche qui faisait tout son charme, mais de lui apporter en définitive un gage de ce qu’il éprouve pour elle, et qui l’accompagnerait en permanence, où qu’elle aille.

« Ouvre les yeux. » Intime-t-il finalement à Akane.

Un médaillon aux gravures dont l'ésotérisme n'enlève rien à la signification du geste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Lun 8 Avr 2019 - 18:25
Bien qu'il avait l'air ravi de son projet, le sabreur montrait tout de même des réticences. Il était vrai que certaines personnes doutaient de l'efficacité des médecines alternatives. Elle-même le faisait pour elle, mais connaissait leurs limites.

- « J'utilise la médecine douce pour moi-même, généralement. Mais à l'hôpital, je m'adapte. J'ai travaillé plusieurs fois dans leur laboratoire, et ce n'est pas vraiment la même chose que ce que je fais pour moi. »

Elle pourrait très bien utiliser ce qu'elle fabriquait sur elle. D'ailleurs, la métamorphe gardait toujours sur elle quelques pilules à utiliser en cas d'urgence, au cas où. Mais elle ne se droguait pas, tout comme elle ne consommait pas d'alcool. Rien qui ne puisse lui faire perdre le contrôle d'elle-même ou de ses capacités. C'était un des rares principes qu'elle avait, qui lui avait été inculqué par son père et l'homme qui l'avait éduquée. Si bien que même si elle savait faire des choses beaucoup plus fortes, elle ne les faisait pas entrer dans son appartement et elles restaient au laboratoire. Cependant, n'en déplaise certainement au sabreur à la moralité irréprochable, elle n'avait aucun remords à en fabriquer pour les autres. La conversation se poursuivait. Et si lui non plus ne connaissait pas la signification de son nom, la suite était intéressante.

- « Vraiment ? J'aimerais beaucoup ! Je ne suis jamais montée à cheval. J'espère qu'il ne sentira rien de particulier en moi. »

Et qu'il n'aurait pas peur. Elle remarqua qu'il parlait de son père régulièrement, mais n'avait encore jamais fait allusion à sa mère. Était-ce volontaire ? Bien que ça l'intriguait, elle n'osa pas le questionner là dessus, de peur de gâcher leur moment ensemble. Et puis elle était à l'écoute, il lui en parlerait lorsqu'il en aurait envie.

- « Tu n'es pas à Kiri depuis longtemps, toi non plus. »

Ce n'était qu'une simple constatation. Il avait rapidement gravi les échelons, par la force de sa volonté et ses entraînements quotidiens. Pourtant, il n'en faisait pas cas et restait fidèle à lui-même : humble. Une chose qui lui plaisait beaucoup, puisque les gens ayant une haute d'opinion d'eux-mêmes lui hérissaient le poil. Généralement, elle les évitait. Elle était rassurée que son épaule aille mieux. Et effectivement, elle l'aurait certainement vu la dernière fois. Une remarque qui la fit sourire de la même façon que lui. C'était des souvenirs plutôt agréables à se remémorer, qui lui donnèrent des idées pour la suite de la soirée. Et elle ne sut pas vraiment ce à quoi lui-même pensait, mais elle obtempéra et ferma les yeux. Elle l'écouta se déplacer dans la pièce, et le bruit métallique ne lui disait rien qui vaille. Tout comme ce qu'elle sentait autour de son cou.

Lorsqu'il lui demanda d'ouvrir les yeux, la première chose qu'elle fit après l'avoir fait fut de porter la main à l'objet afin de savoir de quoi il s'agissait. Un collier ? Comme elle ne pouvait pas le voir, elle se leva pour l'observer dans le miroir de la salle d'eau, dont elle ouvrit l'accès. Ce fut d'abord avec surprise qu'elle découvrit le médaillon dont elle devinait la qualité à l'aspect et au toucher. Puis elle fut ensuite gênée, parce qu'il venait visiblement de lui offrir un présent alors qu'elle n'avait rien à lui donner en échange.


- « Saji... Tu... C'est trop ! »

Puis alors qu'elle revenait vers lui, ce furent d'autre sentiments et émotions qu'elle ressentit. Elle aimait beaucoup le symbole du médaillon, et devinait désormais que ses questions concernant ses loisirs et la médecine n'étaient pas anodines. Comment avait-il deviné ? Était-ce suite à leur mission qu'ils avaient effectuée ensemble ?

- « Merci. »

Pour la première fois de la soirée, ses lèvres rejoignirent les siennes. Et puis surtout, elle était ravie d'une chose en particulier. Et ce fut d'une voix moins assurée, un peu inquiète, qu'elle poursuivit.

- « Alors... Nous deux, ce n'est pas une passade, n'est-ce pas ? »

Le fait qu'il pense à elle même lorsqu'ils n'étaient pas ensemble la rassurait sur la nature de leur relation. Et qu'il ait prit le temps de lui choisir un cadeau aussi. Les mains posées sur ses épaules, elle l'observait d'un air amoureux. Ravie de partager une partie de sa vie.

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 22:38
Un signe d’affection tangible. Un objet souvenir pour qu’elle se souvienne que son ange masqué veillera sur elle, quelle que soit la distance qui les séparera, et quoi que leur réserve le destin – si l’un d’entre eux meurt à l’event au moins elle l’aura reçu depuis le temps qu’elle le réclame. Ah les femmes. Lui-même ignore tout de la signification de la gravure sur le talisman que porte désormais la Yasei, un mystère aussi grand que l’identité de celle qui jadis en était parée. Visiblement ravie du cadeau qui pourtant n’a pas tant de valeur que cela, du moins peu de valeur en carats – ce qui n’aurait sûrement pas été pour déplaire à la khajit au passé de criminelle. Tant mieux si elle apprécie, ou du moins donne l’air d’apprécier : offrir un objet d’une telle valeur sentimentale aux yeux du muet, qui lui est parvenu lors de sa dernière correspondance avec son père, à une personne qui lui est si chère. Prouvant par l’immuabilité de ce don, toute l’étendue de son affection pour sa partenaire, qu’il exprime derechef par le geste plutôt que par le verbe.

Recevant un geste tendre en guise de récompense – alors qu’il espérait davantage quelle déception, il s’étonne à la question posée par la brune, qui exprime son incertitude par rapport à leur relation, craignant qu’elle ne soit que temporaire. Les signes qu’il lui a précédemment donnés ne semblant pas l’avoir convaincue, c’est donc de façon plus explicite qu’elle lui demande de renouveler ses intentions.

« Ta mère, tu ne la connais qu’à travers son livre n’est-ce pas ? Ce collier est un souvenir précieux aussi, le signe que je te choisis toi. » Une déclaration avant qu’il ne rapproche à son tour son visage de celui d’Akane.

Pourquoi si dubitative ? Le fait qu’il s’en aille aussi mystérieusement lors de leur escapade en forêt semble l’avoir marqué et laissé une empreinte de doute dans son esprit, doute qui ne semble pas l’avoir quitté. Devrait-il tout lui révéler ? Impossible, et pourtant il souhaiterait s’ôter ce fardeau qui le pèse émotionnellement. Rien ne lui vient.

« Si je suis parti de façon aussi prompte la dernière fois… Sache que je m’en veux de t’avoir traitée ainsi. Je… » Il s’interrompt, sentant comme un nœud se serrant autour de son cœur, une douleur qu’il n’avait jamais ressenti auparavant. Il s’attrape subitement le pectoral en laissant transparaître une légère grimace qui aussitôt s’efface. Une peur momentanée, mais une menace réelle qui le dissuade de continuer. « … j'aurais dû te prévenir. » Elle mérite de savoir.

Peut-être aurait-il dû se taire tout simplement, cette dernière phrase aura sans doute éveillé le soupçon de la kunoichi à l’intuition féminine surdéveloppée. Parmi toutes les femmes au monde, elle serait sûrement la plus difficile à tromper – pas avec quelqu’un mais « tromper » au sens large bien entendu. Aussi est-il nécessaire qu’il fasse preuve de sincérité s’il souhaite s’engager sur une relation avec elle sur le long terme, autrement elle aura vite fait de le débusquer, découvrir la vérité d’elle-même…

Découvrir la vérité... d'elle-même? A cet instant, une idée traverse l’esprit de Saji, lequel vient de trouver un moyen de se confier à elle sans pour autant le lui avouer directement. Comment n’y a-t-il pas pensé plus tôt ? Mais maintenant n’est pas vraiment le moment. Un sourire sur le visage du muet, un sourire dont l'interprétation laisse place à bien moins d'ambiguïté et qui cette fois devrait être mieux compris par sa partenaire.

« En attendant, j’ai d’autres idées pour ce soir. Pas toi ? »

Se penchant doucement sur elle, il joint ses lèvres avec les siennes. Pendant l’échange langoureux, sa main vient glisser au niveau de sa cuisse et l’attraper – en espérant qu’elle se laisse faire, en fait de même avec l’autre, afin de la porter avec délicatesse jusqu’au divan et conclure leur romantique soirée, la première qu’ils aient eu depuis que leur relation est devenue sérieuse… Depuis la forêt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 18:17
Il répondit à sa question par une autre question, ne faisant que troubler davantage l'esprit de la métamorphe. Se demandant bien pourquoi il lui parlait de sa mère en cet instant. Elle eut tout de suite sa réponse, lorsqu'il lui expliqua la raison de ce cadeau. Il ne l'avait pas achetée exprès pour elle, et ne l'avait pas choisit selon ses goûts non plus contrairement à ce qu'elle avait pensé. Non, le geste avait une bien plus grande signification. Et la touchait encore bien plus que cela.

- « Ce collier est un souvenir de ta mère ? »

Et il lui confiait. À elle. Qu'il avait choisie. Elle accueillit son baiser avec plus de fougue qu'elle ne l'aurait dû. Ayant bien du mal à cacher la joie que lui procurait ce présent. Lui, l'homme qu'elle admirait et aimait depuis des mois, ressentait la même chose qu'elle. Et il venait de prouver qu'elle comptait dans sa vie, tout comme lui dans la sienne. Ce qui confirmait ce qu'elle avait cru comprendre lors de leur escapade dans la forêt de l'autre jour. Mais il était parti juste après, ce qui avait amené la jeune femme à douter de la nature de leur relation. Un acte dont il semblait ne pas être fier, et qui l'affectait autant qu'elle, comme en prouvaient ses expressions corporelles. À moins qu'il ne s'agisse d'autre chose ? Sa douleur semblait bien plus réelle qu'une simple peine de cœur. Mais Akane ne voyait pas ce que ça pourrait être d'autre, d'autant plus que ses dernières paroles étaient énigmatiques.

- « Ne te blâme pas pour ça. C'est... Passé, d'accord ? »

Posant sa main sur la sienne qu'il tenait contre son cœur, elle tenta de le rassurer d'un sourire réconfortant.

- « Tu es là maintenant, et c'est ce qui compte. »

Même si elle était curieuse de savoir la teneur de cette mission si urgente qui l'avait éloigné d'elle, la Yasei n'y ferait plus allusion, pour ne plus revoir cette expression de douleur sur son visage. Ce qui ne signifiait pas pour autant qu'elle n'y penserait plus. Peut-être que si ça se reproduisait, elle le suivrait. Certainement. Mais pour le moment, ils avaient d'autres choses en tête sur la façon dont occuper leur temps ensemble. Elle lui répondit par un léger sourire, joueuse.

- « Des idées ? Quel genre d'idées ? »

La métamorphe répondit avec ardeur à son baiser, se laissant volontiers emmener où il le souhaitait. Et lorsqu'ils furent à destination, elle se détacha de lui en lui adressant un sourire espiègle.

- « Hum, je vois. Mais ne crois pas que tu vas t'en tirer comme ça. Je décrète qu'à partir de maintenant tu dois passer au moins trois nuits par semaine avec moi pour te faire pardonner. Trois fois pour toutes celles où tu m'as laissée sans explications. Et je ne parle pas seulement de soirées, mais bien de nuits. »

Pour ne pas qu'il reparte comme un goujat comme il l'avait fait dans la forêt. Et puis surtout, parce qu'elle voulait l'avoir le plus longtemps possible auprès d'elle. Et sans doute le désirait-il lui aussi. Leur rapprochement de l'autre fois n'avait pas eu l'air de lui déplaire... L'amoureuse lia de nouveau ses lèvres aux siennes, tandis que ses mains avides de caresses parcouraient le corps du sabreur. Akane désirait lui montrer à quel point son geste avait été apprécié. Elle le désirait lui. Et désirait surtout lui montrer à quel point elle l'aimait, tout simplement. Ils avaient désormais toute la nuit pour ça, ainsi que celles à venir.

Spoiler:
 

_________________
Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 https://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 https://www.ascentofshinobi.com/u227

Balade au marché de nuit [PV Yasei Akane]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: