Soutenez le forum !
1234
Partagez

Guérison par thérapie naturelle [Yaoguaï Sae]

Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Guérison par thérapie naturelle [Yaoguaï Sae] Empty
Lun 25 Mar 2019 - 1:53
Spoiler:
 


Trois semaines. Trois longues semaines brutes de repos imposées après le drame qui avait ébranlé une bonne partie du village et du pays de la terre. Des pères de familles, des femmes, des enfants, des frères … Malgré l’élimination du prisonnier de Wasure, beaucoup venaient de perdre des proches, des amis ou encore des connaissances dans ce massacre sanguinaire. Aucun survivant, aucune rescapé. Le sujet devait encore circuler parmi les habitants d’Iwa, surtout avec le mouvement de panique survenue avant et après cette affaire. Des malades mentales libres d’agir et de décimer un village entier … Un véritable fléau.

En témoignait l’état du guerrier à la chevelure d'ébène, couvert d’une quantité impressionnante de bandages tout le long de son corps et particulièrement au niveau du torse. Sa musculature prenait relief sous cette enveloppe de tissu blanche avec une certaine fébrilité face aux innombrables déchirures et entailles infligées par cette ordure de Kibo décédé à cette heure ci. D’ailleurs, pour ses premières sorties de l'hôpital depuis son réveil suite aux soins intensifs, l’homme au teint bronzé devait encore s’aider d’une béquille pour ses déplacements, même si ce dernier ne boitait pas vraiment. Il s’agissait là d’une précaution pour soulager le poids de son corps sur ses jambes et éviter d’ouvrir ses plaies.

Ce ne fut pas la seule précaution … Les Eisenins lui prescrivent bien d’autres impératifs au vue de son rétablissement, dont l'interdiction de s'entraîner, de se battre ou encore d’effectuer des missions. Un enfer, un calvaire inimaginable pour le sauvage aux allures tribales, qui s’avérait de nature à se laisser porter par ses pulsions, ses envies et sa hargne dans la vie de tous les jours. Il se retrouvait enchaîné tel une bête dans une cage incapable d’en sortir en dépit de l'énergie bouillante enfoui en lui. Heureusement, Ryoko et Musashi contrebalançant cette impatience, le poussant à prendre sa guérison au sérieux. En ce sens, Abuto se dirigeait en ce moment même vers un lieu spéciale conseillé par son médecin référent, dont il ignorait totalement l’existence. Le docteur l’avait bien mit en garde.

Ninja Médecin a écrit:
« Tu veux te rétablir rapidement, ça, je l’ai compris. Mais tu as un esprit fort, un peu trop par rapport à l’état de ton corps. Contrairement à ton esprit, le corps lui a besoin de lâcher prise, d’éviter le stress positive ou négative que tu lui impose. Guérir de ce genre de blessure demande du temps. Bon … Tu commences à remarcher, c’est déjà très bon signe. C’est optionnel, mais il existe à Iwa une zone spéciale qui procure des effets curatifs et revitalise ton énergie. C’est encore expérimentale mais ça commence à faire ses preuves. C’est un endroit naturel, isolé, presque pas touché par les installations humaines. L’air et tout ce que tu trouveras là bas sera pur. Mais une chose. Ne t’y rend pas seul, cet endroit n’est pas dénué de danger, surtout pour une personne dans ton état. »


Un endroit spéciale ? Intéressant … Ce ne fut pas pour déplaire à l’héritier Mugirawa qui foulait déjà les sentiers de cette smili forêt agencé avec respect pour permettre la circulation humaine. L’entrée des plus majestueuses comparativement à l’architecture rocailleuse d’Iwa suffisait à émerveiller les pupilles sans omettre une aura étrange d’interdit, de discrétion. Comme si seuls des initiés ou prévenus pouvaient y entrer ou en trouver le chemin. Cependant, une fois à l’intérieur, c’était le jour et la nuit. Paysage magnifique, doré d’un soleil filtré par le feuillages des arbres, un air rafraîchissant et brumisé par le courant d’eau délimitant le sentier de ses deux côtés couplé à un parfum boisé agréable. Le sol tapissé de gravier beige et clair reflétait les rayons solaires de sortes à se coupler aux reflets aquatique et donner aux environs un éclat palpable, apaisant. De quoi se sentir déjà plus détendu …

Pourtant il était venu là seul, contrairement aux indications de son référent. Une étourderie ? Un oubli ? Une envie de prendre des risques ? Il ne savait pas et n’y pensait pas vraiment. Légèrement troublé par les événements précédents, Abuto voyait cette escapade comme un petit break, un retour aux sources nécessaire pour se sentir vivant et hors du monde. Ses ambitions s’avérèrent comblées tant son avancé dévoilait des charmes et un plaisir oublié, surtout au niveau de cette mini cascade qui se profilait à l’horizon. Niché au creux d’une verdure parsemé de dorure florales, la mélodie envoûtante de la chute d’eau présentait autour d’elle un tas de meublages rudimentaires tout de bois, de quoi faire un feu de camp maîtrisé et même des fournitures disposées là exprès pour les patients.

L’endroit rêvé ? En tout cas, le soldat en convalescence sentait déjà le recueillement qu’allait lui offrir cet endroit. Lui même avait apporté ici un sac rempli de plusieurs fournitures et autres moyens d’occupations. Mieux, il avait mené jusqu’ici deux portions d’un succulent repas acheté depuis les rues commerçantes dont l’odeur ne se priva pas de se répandre à travers les bois. Un bon repas composé essentiellement de viande, besoin primaire lié à son rétablissement et à ses habitudes de carnassiers animales … Sa silhouette s’installa alors, éparpillant alors ses affaires avant de se poser tranquillement prêt de ce point d’eau rafraîchissant.

Qui aurait imaginé que nos guérisseur nous cachaient un tel havre de paix … Je crois que j’ai encore beaucoup à apprendre d’eux. Cela me rappelle nos propres virés père fils … Le bon temps, hmm.

Des minutes passèrent, avant qu’un bruit inquiétant d’animal se profile d’une position inconnu à travers les bois, l’air de partager un appétit semblable au sien. L’odeur du repas … Il n’y avait pas fait gaffe. C’était donc de ça que parlait le ninja médecin ?

Putain, c’est pas le moment … Doucement ma jolie, laisse moi le temps de me relever …

L’expression de son visage changea de suite, adoptant un air plus sérieux et imposant, se concentrant pour accueillir l’animal en question. Peut être parviendrait-il à le berner d’une façon ou d’une autre. Malheureusement, les douleurs se son corps entier le saisirent tel les tortures de l’enfer, partout en même temps. Pas de mouvement brusque. Impossible d’utiliser ses fils.

« Graaaah !!! Je suis mal barré sérieux … »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Guérison par thérapie naturelle [Yaoguaï Sae] Empty
Lun 1 Avr 2019 - 15:27
Perchée en haut de la cascade, je méditais ou bien je me reposais. Cela pouvait dépendre du point de vue, néanmoins j’étais bien. Il s’agissait du seul endroit dans ce maudit pays qui ressemblait à Hayashi, une flore agréable et stimulante. Quelle fut ma joie quand je découvris ce petit havre de paix qui n’avait pas été touchée par la civilisation puante iwajine ! L’endroit parfait pour me cacher quand je ne devais pas aller en mission ou en entrainement. Apparemment, peu de personne était au courant de son existence, ce jardin d’Éden n’avait pas encore été violé par la populace de la cité militaire du pays de la Terre.

Les yeux clos depuis une bonne heure, je levais mes paupières quand j’entendis des bruits de pas s’approcher de la cascade. Le silence naturel des lieux faisait que l’on pouvait entendre tout bruit non-naturel, et il y avait un bruit qui allait dans ce sens, donnant l’impression que quelque chose tapait le sol. J’observais du haut de mon perchoir et je pouvais constater d’un blessé arrivait. L’étrange bruit que j’avais remarqué était provoqué par la béquille que tenait l’inconnu. Je comprenais mieux maintenant. Mais, pourquoi un blessé viendrait ici ? L’homme était recouvert de bandage et montrait clairement des difficultés à se mouvoir avec facilité, sans doute devait-il avoir été soigné récemment et ses plaies encore fragiles ? Qui lui avait indiqué la localisation de cet El Dorado Iwajine ? Des questions et encore des questions, mais aucune réponse.

Ne désirant pas entrer en contact avec cet inconnu, car je n’avais clairement pas envie de discuter avec ce dernier, je restais bien sagement sur mon perchoir. Néanmoins, je comptais bien surveiller l’individu. Ma gourde contenant ma Limaille de Fer était posée derrière moi, je retirais le bouchon de cette dernière. Mais mains s’agitaient et un petit filet de sable de fer jaillissait doucement du réceptacle. Dès que ma paupière gauche se fermait, le filet de fer noir devenait un globe oculaire à l’iris bleuté. D’un simple geste, je contrôlais l’œil et je le faisais descendre le long de la cascade discrètement afin d’épier en toute impunité le blessé.

Quelle banalité, j’avais sous les yeux ou plutôt sous l’œil ! Cela en était ennuyant et puis je gaspillais du chakra pour ça ! Pauvre de moi, je n’avais vraiment rien à faire. Mais, les choses changeaient brusquement quand le bruit d’une bête se faisait entendre. La faune s’y mettait et ne devait pas apprécier qu’un blessé entre sur son territoire. Un animal se dressait devant l’inconnu qui essayait de se relever doucement. Il était dans de beaux draps. Qu’est-ce que je devais faire ? Être passive ou bien sortir de ma banale méditation pour lui venir en aide ? Je poussais un profond soupir et je décidais de commencer par une approche différente. Le globe oculaire s’approchait de la bête arrivant dans le dos du blessé et courageusement l’étrange œil s’interposait entre l’animal et l’homme.

J’observais la bête avec une grande intensité. Les yeux du prédateur fixaient le globe en limaille, mais ce dernier ne remarquait pas qu’une lance faite dans le même matériau que l’œil arrivait dans sa direction lancée depuis le haut de la cascade. Néanmoins, la lance se plantait dans le sol devant l’animal. La créature prenant peur reculait et disparaissait comme elle était arrivée. La lance et l’œil redevenaient des amas de sable de fer noir et je les rappelais à moi. Un long filet mince s’envolait devant les yeux du blessé pour longer la cascade en hauteur avant de disparaître à son amont.

« J’espère qu’il n’essayera pas d’entrer en contact avec moi. » Disais-je à voix basse.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Guérison par thérapie naturelle [Yaoguaï Sae] Empty
Mer 10 Avr 2019 - 12:13
Ce n’était pas bon, vraiment pas bon pour lui. Plus la bête s’avançait et se dévoilait à travers les feuillages de ces bois fleuris, plus l’ampleur du danger se profilait devant les yeux du blessé. Celui-ci parvint tant bien que mal à se relever en reprenant sa béquille dans un effort de diable, même si peu d’options lui demeuraient sous la main. Grande, impressionnante, les crocs et la soif de sang bien en évidence. Au fil des secondes, la silhouette de l’animal se profilait avec une teinte ombragé qui ne laissait pas vraiment l’occasion de distinguer sa nature. Cette forme d’un noir profond demeura fondu et déformé en sa taille et sa stature par les rayons de soleils filtrés par les hauts arbres les entourant.

Pourtant, le désespoir ironique du guerrier tatoué se mua lentement en une stupeur étrange lorsque de nul part jaillit devant sa position un globe oculaire très étranges, détaché de tout corps humain et capable de flotter seul, à sa guise. Sur le coup, ce fut presque de la magie pour cet ancien civil qui ne connaissait pas tant l’ensemble des capacités mystérieuses que comptait ce monde. D’ailleurs, dans son incapacité d’action, il ne put que rester passif et dans un flottement d’incompréhension, observa les alentours pour éventuellement repérer une autre présence. Niet.

« C’est quoi ce délire … »

La créature semblait tout autant intrigué, stoppé dans ses instincts de prédation par la nature mystique de cet objet. Mieux, l’animal n’eut pas le temps de continuer dans sa chasse lorsqu’une lance vint s’ancrer devant elle depuis les cieux, stupéfiant encore une fois notre protagoniste. Décidément, il disposait d’une grande chance ou d’un esprit protecteur puissant … Mais qui, d’où, comment ? Bouche bée devant tout ce spectacle, Abuto suivit avec émerveillement la dissolution de la limaille qui se dirigea vers le haut de la cascade, en un endroit masqué, dissimulé. Impossible de définir l’identité ou la forme de son sauveur.

Ses iris flamboyants parcoururent intensément les hauteurs de cette chute d’eau sans succès après plusieurs secondes silencieuses. D’ailleurs, aucun bruit ni intention de se dévoiler ne semblait émaner de ce mystérieuse inconnu qui laissa un blanc parmi l’ambiance idyllique tout autour. Étrange … Mais contre toute attente, le colosse ne chercha pas immédiatement à échanger avec ce dernier, reprenant dans un premier temps sa position assise et récupérant son souffle, pris dans un élan songeur. Cela ne risquait pas d’être le seul danger parcourant cette forêt, mais son état lui imposait finalement d’être une sorte de fardeau pour le moment.

« Trois semaines … Il va falloir que je tiennes trois semaines comme ça. Ah sérieux … Foutu prisonnier. »

Le Mugirawa tira alors un soupir pleine de rage et de haine, avant de se raviser un peu en évacuant son stress. Finalement, il devrait peut être remercier cette personne et accepter son état d’assisté, pour cette période.

« Oh esprit de la forêt, oh esprit de la forêt, es-tu là ? Tu viens de me sauver la vie. Je t’en dois une. »

De sa voix rauque et épaisse, le blessé arbora un peu d’humour et de fantaisie dans sa formule, notamment pour viser la passivité notable de son ange gardien jusque là et l’aspect mystique de son art utilisé précédemment, désireux éventuellement de la rencontrer directement. Sur le même moment, ses mains vinrent déballer lentement les délicieux mets apportés avec lui dont les senteurs exquises avaient réussi à attirer des bêtes sauvages. Pour le coup, ce ne devait pas être plus difficile de convaincre un humain ayant aussi les crocs.

« Hmm … Ce médecin m’avait dit de ne pas venir ici seul … Il s'appelait comment déjà … Ichi machin chose, un truc comme ça ? Toi aussi tu travailles pour eux, à l'hôpital ? »

Le Shinobi en convalescence étala alors davantage ses affaires de sorte à former une sorte de pseudo pique nique pour le repas à venir, et aussi la mettre plus en évidence dans l’idée peut être de le partager avec son sauveur, qui sait ? L’heure de manger approchait de toute évidence, surement avait-il une chance sur ce point là.

« M’enfin, je n’ai pas grand chose pour te remercier. Mais … J’ai là de quoi bien, vraiment bien manger, même pour deux personnes. Puis-je t’y inviter ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Guérison par thérapie naturelle [Yaoguaï Sae]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: